AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Méfiance guerrière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Guerriers
avatar

Messages : 712
J'ai : 37 ans
Je suis : garde du corps d'une Compagne lagrane

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Guilde des Guerriers et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Castiel • Louis • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Les Guerriers
Message Sujet: Méfiance guerrière   Jeu 21 Juil - 5:03


Livre I, Chapitre 4 • L'Ordalie de Diamant
Octavius le Rouge & Serenus Dardalion

Méfiance guerrière

Ou quand on ne fait confiance à personne



• Date : Le 11 juillet 1001
• Statut du RP : Privé
• Résumé : La Caravane des Plaisirs reprend la route, suite à plus de deux fastes semaines à Alfaë. À ses côtés, un compagnon de route temporaire qui éveille la méfiance d'Octavius, qui a très à coeur la sécurité des roulottes et de ses habitants.



Dernière édition par Octavius le Rouge le Jeu 21 Juil - 18:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 712
J'ai : 37 ans
Je suis : garde du corps d'une Compagne lagrane

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Guilde des Guerriers et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Castiel • Louis • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Méfiance guerrière   Jeu 21 Juil - 5:04

Les événements rocambolesques du couronnement de Chimène n’ont pas empêché les affaires de la Caravane des Plaisirs de bien rouler et c’est donc les caisses pleines de fleurons que les caravanes partent d’Alfaë, en ce chaud matin de juillet. Les filles chantent et jouent, autour des roulottes, et de jolies bannières de fleurs et de rubans se hissent sur les flancs des maisonnettes mobiles, et à ce concert de piaillements et de rires se joint le son du luth. Oui, ce matin est bien beau et la route sera tout aussi belle.

Octavius termine d’attacher le chargement et l’inventaire de leurs effets, pour s’assurer qu’ils n’ont rien oublié, lorsqu’il avise un nouveau voyageur aux abords de la petite troupe qu’ils forment. Sa méfiance prend le pas, naturellement, et il est arrêté de justesse par un de ses collègues guerriers alors qu’il se dirige avec une moue fort peu engageante vers l’intrus. Pas de danger, apparemment. Serenus Machinlion, qu’il dit, un guerrier de La Volte. Il aurait apparemment demandé à faire la route avec la Caravane, le temps de quelques heures, avant que sa route se poursuive jusqu’à La Volte et la leur… peu importe aux abords de quels villages ils décideront de s’arrêter. Il ne demande rien, pas d’argent, juste à voyager avec eux pour ne pas être seul.

Il le voit venir. De loin.
C’est sûr que ce type veut leur voler des secrets de… d'il ne sait pas, mais leurs secrets.
Lui-même n’en connaît pas vraiment, de secrets. Il est juste un guerrier, après tout, un mercenaire qui a prêté serment pour le temps de ce boulot. Il ne pose pas plus de questions et ne veut pas savoir ce qui se trame dans les caravanes, outre les soupirs et les cris qu’il peut y entendre. Il se doute de quelques petites choses, mais outre ça...
Un guerrier, hein ? Non mais, il les prend vraiment pour des buses, ce type ? Il ne faudrait pas qu’ils se retrouvent avec une autre situation type Confrérie Noire, hein ! Tout ça parce que Bethsabée a accepté qu’un soi-disant guerrier chemine quelques pauvres heures à leurs côtés.

Il va le surveiller. De près.

Un des ménestrels affilié à la Caravane vient se placer devant leur cortège, à la roulotte de tête. « Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs. Puisse Mirta nous guider sur les routes d’Arven et moi chanter encore et toujours l’ardeur de ses jupons ! » Ils rient, ils acquiescent, et quelques minutes plus tard, sur ces bonnes paroles, tout le cortège se met en route vers le nord. Les filles et les garçons dans les roulottes, les guerriers à l’extérieur, quelques-uns à pied. Dont lui. Parce qu’on ne le fera pas monter sur un cheval, non, il préfère encore boiter avec obstination. Puis, ça lui permet de mieux surveiller ce Serenus, qu’il voit bavarder avec un autre guerrier. Puis un autre. Faisant son chemin jusqu’à lui, sans en avoir l’air. Mais lui, il l’a repéré, ce fieffé menteur, cet espion. L’homme arrive à peine à ses côtés, à peine proche, qu’il l’apostrophe avec brusquerie, ne le laissant même pas placer un mot : « Tu veux quoi ? »


Dernière édition par Octavius le Rouge le Jeu 4 Aoû - 19:58, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 892
J'ai : 35 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Raygnar d'Ysgramor / Elliott Ross
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Méfiance guerrière   Jeu 21 Juil - 12:08

Cette nuit en compagnie de cette charmante femme lui avait fait un bien fou. Peu de temps après le couronnement, il avait hésité à prendre un peu de bon temps dans la Caravane des Plaisirs. Il craignait de culpabiliser par rapport à son épouse. Elle l'avait quitté parce qu'il avait couché avec une autre femme, non ? Puis il s'était fait une raison. Ils n'étaient pas resté ensemble très longtemps. De plus elle lui avait menti tout le long de leur relation et avait presque failli le tuer avant leur séparation. Il était temps qu'il cesse de se morfondre et de l'attendre comme un chien qui attends le retour de son maître. Serenus s'était donc dirigé vers la Caravane et avait sollicité les services d'une femme charmante aux formes généreuses. Ils avaient longuement parlé de tout et de rien et Serenus s'était étonné des connaissances des femmes de la Caravane. Puis ils étaient passés aux choses sérieuses. Le soir, il était resté allongé avec elle et avait eu une idée. Il pourrait sûrement accompagner la Caravane si celle ci partait en direction de la Volte. Cela éviterait qu'il fasse le trajet seul, à la merci des bêtes et des bandits. Même s'il savait se défendre, il ne ferait pas long feu contre un groupe de bandits ou une meute de loups affamés. Il avait remarqué la présence de quelques guerriers de la Guilde. Alors un guerrier de plus, l'espace de quelques heures ne dérangerait sûrement pas la dirigeante de la Caravane. Il saurait se montrer utile et ne serait pas un fardeau.

Le lendemain, il avait demandé à Besthabée et elle avait accepté. Après tout, il ne demandait qu'un peu de compagnie. Le jour du départ, il avait préparé sa jument, souriant et détendu lorsqu'il remarqua le regard méfiant de l'un des guerriers présents. Il pencha la tête et lui sourit pour le rassurer. Le guerrier monta sur sa jument qui trépignait a l'idée de se dégourdir les pattes après ces longues journées d'attentes puis ils prirent la route après un rapide discours d'un des ménestrels qui fit rire tout le monde.
Pendant le trajet, Serenus voguait de guerrier en guerrier, avide d'en savoir un peu plus sur leur quotidien. Il savait que servir la Caravane des Plaisirs était un honneur pour un guerrier mais il s'était toujours demandé ce que cela faisait d'avoir toujours le même client. Cela doit être comme une seconde famille en quelque sorte vu le sourire détendu et les rapports chaleureux entre guerriers et membres de la Caravane. Serenus sourit quand il reconnu la route qui menait à son foyer. Il voyagerait encore quelques heures avec ses compagnons de route avant de prendre le chemin pour la Volte. Serenus offrit quelques conseils et quelques paquets d'infusions achetés à Alfaë contre des histoires cocasses sur les filles et les garçons de la Caravane. La matinée céda place a l'après midi et la chaleur se fit plus intense. Serenus s'épongea le front avec un pan de sa cape et s'approcha du seul guerrier à qui il n'avait pas encore adressé la parole, un certain Octavius le Rouge. Le guerrier s'approcha donc, serein, de son frère d'arme lorsque celui ci, sans lui laisser le temps de parler, l’accueille avec un « Tu veux quoi » froid et brusque. Serenus leva un sourcil et répondit instinctivement avec un petit sourire :

« - Doucement Médor, rentre tes griffes et tes dents, je ne te veux aucun mal. Sauf si tu penses que le simple fait de papoter représente pour toi un danger mortel. Dans ce cas, je connais de bons médecins sur la Volte qui sauront régler ça. »

Il n'avait pas pu s'en empêcher.. Son impulsivité avait encore fait des siennes. Son esprit aurait voulu calmer le guerrier mais son cœur lui, voulait le remettre à sa juste place. Serenus toisa son collègue du regard et étudia son anatomie semblable à la sienne. Il se dit que sa méthode de combat devait être comme son caractère : sauvage et impulsive, sans stratégie, mais il ne fallait pas se fier aux apparences. Cet homme devait être un combattant efficace, dangereux et implacable pour que la Caravane des Plaisirs accepte de l'avoir à ses cotés.

_________________







Hey:
 
Dragonnet 2.4:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 712
J'ai : 37 ans
Je suis : garde du corps d'une Compagne lagrane

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Guilde des Guerriers et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Castiel • Louis • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Méfiance guerrière   Mar 2 Aoû - 4:01

Il savait qu’il faisait bien de se méfier de lui. « Doucement Médor, rentre tes griffes et tes dents, je ne te veux aucun mal. Sauf si tu penses que le simple fait de papoter représente pour toi un danger mortel. Dans ce cas, je connais de bons médecins sur la Volte qui sauront régler ça. » Il ne sait pas ce qu’est un Médor, mais pas besoin d’être diplômé de l’Académie pour comprendre que ce n’est pas un compliment. Sans doute un truc relié à un animal, vu qu’il parle de griffes et de dents. Pour qui il se prend, à le comparer à un tel machin sans cervelle ? Si au moins c’était à un griffon, qu’il le comparait. Même pas. Jamais un griffon aurait un nom aussi con.

Heureusement qu’il est patient. Sinon, probablement qu’il aurait pris la tête de ce type et qu’il l’aurait cognée contre une des roulottes jusqu’à ce qu’il soit incapable de dire quoi que ce soit pour le reste de sa vie. Ou quelque chose dans cette inspiration. Ce type est chanceux qu’il soit un client de la Caravane.

Octavius tourne tout à fait la tête, s’assurant d’avoir Serenus dans tout son champ de vision. Il doit lever la tête, en fait, le type étant sur une jument, de laquelle il s’écarte consciencieusement, dans un réflexe automatique. Il n’aime pas ça. Bon sang qu’il n’aime pas ça. Entre deux, la distance d’une épée, au minimum. Debout, ce type ne l’accote pas, il est certain. Ça le conforte. Sa voix se fait à peine plus posée, mais certainement pas moins sérieuse : « Parle-moi encore comme ça et c’est toi qu’aura besoin des guérisseurs d’La Volte. » Menace ? Promesse. Promesse qui flotte, quelques instants, avant de s’effacer sous le bruit des sabots des chevaux. Sa tête se détourne, revient vers l’avant. Mais Serenus est encore là. Encore et toujours là. Et il veut faire la conversation, il le sent, et Bethsabée lui a bien dit qu’il doit être aimable, au mieux de sa capacité, avec les clients. Pour qu’ils reviennent, voyez-vous. Alors le guerrier ouvre la bouche avec hésitation, lâchant une phrase sans trop de conviction : « T’es content d’ta nuit ? » Mais de quoi il veut qu’il lui parle, hein ? Qu’il aille coller un des autres, qu’il arrête de rester près de lui. Ça l’intéresse pas, ce qu’il a foutu de sa nuit, où il se rend, ou peu importe ce dont il a parlé avec les autres.
Octavius est un homme simple qui veut seulement qu'on lui foute la paix et qu'on le laisse se concentrer à marcher.

_________________
Dialogues en sienna



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 892
J'ai : 35 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Raygnar d'Ysgramor / Elliott Ross
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Méfiance guerrière   Mer 3 Aoû - 11:24

Il n'avait pas l'air très futé ce guerrier ronchon. Serenus se demandait sérieusement qu'est ce qui l'avait rendu aussi buté, aussi méfiant. Il soupira et caressa l'encolure de sa jument qui sentait elle aussi la tension entre les deux hommes. L'animal, comme a son habitude quand elle n'était pas rassurée, tapait du pied, prête à bondir pour s'enfuir. Combien de chutes avaient elle causées à son cavalier avec ce comportement ? Serenus ne les comptaient plus même si son arrière train se souvenait de chacune d'elles. Serenus sourit et retourna à sa « discussion » avec Octavius qui lui répondit que s'il continuait à lui parler comme ça, ce serait à lui d'aller consulter un médecin. Serenus fit un grand sourire. Ce gros nounours mal léché était susceptible en plus ! Le guerrier répondit à son collègue :

« - Détends toi cher collègue ! Je ne faisais que plaisanter. Je ne voulais pas t'offenser.  Et puis ou va le monde si les guerriers commencent à se battre entre eux. Même si, pour ma part, j'aimerais bien voir de quoi tu es capable

Serenus descendit de son cheval, attrapa sa bride et reprit :

« - Je trouve ça malpoli de parler à un homme à pied quand on est à cheval »

Le silence se fait entre les deux hommes. Serenus reste aux cotés de son collègue, avide d'en savoir plus sur lui. Une gène s'installa peu à peu entre eux jusqu'à ce qu'Octavius demande si Serenus était content de sa nuit. Le guerrier hocha la tête avec un grand sourire et répondit :

« - La belle femme qui s'est « occupée » de moi m'a fait monter au paradis l'espace de quelques heures.. J'en avais bien besoin après ce couronnement. Comme on dit : « Bourses vides mais homme comblé » »

Serenus tourna la tête vers l'épée d'Octavius dont le pommeau était serti d'une opale magnifique, sans doute une récompense pour sa bravoure et son courage. Cela ne fit que renforcer la curiosité de Serenus à propos de cet homme. Il ne put s'empêcher de demander :

« - Tu as du entendre cette question des milliers de fois mais.. Pourquoi t'appelle t'on « Le Rouge » ?  Est ce un surnom obtenu lors d'une bataille ? »

_________________







Hey:
 
Dragonnet 2.4:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 712
J'ai : 37 ans
Je suis : garde du corps d'une Compagne lagrane

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Guilde des Guerriers et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Castiel • Louis • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Méfiance guerrière   Ven 5 Aoû - 4:34

Sa nervosité baisse d’un cran, lorsque Serenus se place entre le cheval et lui. Comme ça, si l’animal devient hors de contrôle, l’autre guerrier sera le premier à pâtir de son erreur de se fier à cette bête. Bien. Ça le rassure un peu, à peine, mais il suffit de peu pour qu’il soit à nouveau sur les nerfs :

« La belle femme qui s'est "occupée" de moi m'a fait monter au paradis l'espace de quelques heures. J'en avais bien besoin après ce couronnement. Comme on dit : "Bourses vides mais homme comblé". »

... Pardon ?
Qu’est-ce qu’il vient de dire ?
Abasourdi, Octavius dévisage Serenus comme s’il venait de lui apprendre qu’il était le prince de Valkyrion sous couverture. En fait, ce genre de phrase est typiquement le truc que tout le monde se dit en Bellifère (évidemment) et qu’on hurle dans les tavernes, et lui-même n’est pas en reste dans les commentaires et expressions grivoises si on le cherche. Puis, il lui a demandé s’il avait passé une bonne nuit (quoiqu’il espérait quelque chose de plus fin, d’anecdotique - le début de sa réplique était plutôt convenable). Mais ça ? À propos d’une des filles de la Caravane ? Alors qu’il est en service ? Alors qu’on lui a clairement dit, dès son embauche, que les saletés à propos des enfants de la Caravane étaient strictement prohibées ? Il ne peut pas laisser passer ça, tout sympathique et aimable doit-il être avec les clients.
Alors, le guerrier ralenti un peu le pas, laisse les roulottes les dépasser, d’autres guerriers, qui le regardent sans trop comprendre et auxquels il répond d’un simple regard noir. Si c’est pas lui qui le corrige, ce type, ce sera Bethsabée, et il sera certain de jamais pouvoir toucher, ou même regarder, une des filles de la Caravane des Plaisirs de toute sa pauvre vie de pauvre type.

« Tu as dû entendre cette question des milliers de fois mais.. Pourquoi t'appelle-t-on "Le Rouge" ?  Est-ce un surnom obtenu lors d'une bataille ? Je l’ai choisi », qu’il répond distraitement, tout en s’assurant qu’ils finissent bien à l’arrière du convoi. Cobalt le bleu, Octavius le Rouge. Il y avait quelque chose de beau, dans cette fuite, dans cette opposition. Quelque chose de laid dans tout le sang qui lui a fait choisir ce nom. Il est le sien, néanmoins. Lorsqu’ils sont suffisamment éloignés de la dernière roulotte, Octavius attrape Serenus par son col sans prévenir et lui flanque, sans plus attendre, une droite en pleine gueule. Il n’y a pas mis toute sa force. Il est gentil, même : c’est un avertissement, qui ne manque pourtant pas de mordant. Parlant de Médor… « Ça, c’est pour les saloperies qu’tu dis à propos des filles. Une autre droite, peut-être un peu plus forte. Pis ça, c’est pour t’éviter qu’ce soit ta dernière nuit avec la Caravane. Parce qu’entre moi pis Beth, tu veux qu’ce soit moi. » Il va quand même lui dire. Il lui dit tout ce qu’il s’entend, à sa demande. Et s’il le corrige pas, aucune chance pour qu’il ait une chance de revenir (et encore, il ne sait pas que toute la Cour des Miracles l’aurait en horreur). C’est presque de la générosité. Puis, ça lui apprendra à venir les espionner.

Le guerrier relâche son « camarade », qui saigne du nez. « Ça t’suffit, comme explication, pour "Le Rouge" ? » Rictus carnassier. Et il reprend sa marche, reprend de la vitesse pour revenir à sa place dans le cortège.

Spoiler:
 

_________________
Dialogues en sienna



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 892
J'ai : 35 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Raygnar d'Ysgramor / Elliott Ross
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Méfiance guerrière   Lun 8 Aoû - 13:28

Ouille. Ça, il ne l'avait pas vu venir. Serenus passa un doigt sur son nez couvert de sang et regretta vite son geste. Il ne serait pas étonné si ce taré lui avait cassé le nez. Serenus se releva et, tout en regardant son collègue s'éloigner, se demanda pourquoi il avait fait ça. Il se rappela qu'ils avaient ralenti le pas pour s'écarter du convoi et qu'Octavius lui avait envoyé deux droites après l'avoir attrapé par le col. Il lui avait dit que c'était à la fois pour les filles et aussi parce qu'il valait mieux que ce soit lui plutôt que Beth. Le guerrier, maintenant furieux, commença à dégainer son épée, prêt à en découdre de cet homme qui avait osé porter la main sur lui. Puis soudain, sa conscience, qui parlait avec la voix de son père, lui conseilla de reconsidérer la question, et surtout de ranger son épée. Serenus regarda le convoi qui prenait de la distance avec méfiance. Il réfléchit aux raisons qui avaient poussé Octavius à le frapper puis se souvint de ses dernières paroles à propos des filles de la Caravane. Il l'avait donc cherché et n'avait pas à être étonné par le geste de son frère d'arme qui ne cherchait qu'à défendre son convoi.

Serenus grimpa sur sa jument qui piaffait à cause de l'odeur du sang et rejoignit la Caravane. Il passa à côté de deux autres guerriers. L'un d'eux le regardait avec amusement tandis que l'autre semblait surpris. Serenus haussa les épaules et se contenta de dire suffisamment fort pour qu'Octavius puisse l'entendre:

« - Je l'ai cherché. Votre collègue est un bon guerrier ; ça se voit.  »

«  Même s'il serait temps de dégager le balai enfoncé dans son derrière. » se dit intérieurement Serenus avant de reprendre sa place à quelques mètres d'Octavius. Serenus brulait de se jeter sur lui pour lui faire mordre la poussière mais il savait qu'il ne ferait qu'aggraver les choses. Il était seul contre toute la Caravane, il ne ferait pas long feu. Serenus n'avait pas tellement envie que son cadavre pourrisse dans un fossé le long de cette route. Aussi se contenta t'il de jeter un regard noir au guerrier et d'essuyer son nez en sang malgré la douleur. Sa jument était maintenant beaucoup plus nerveuse et agitait la tête avec un hennissement paniqué. Serenus flatta son encolure et tourna la tête vers Octavius. Il lui dit sèchement :

« - Bon d'accord, je l'ai mérité et je m'excuse pour ce que j'ai dit. T'es content ? » Il soupira et dit plus bas : »Même si tu as de la chance d'être entouré de toute un convoi. »

_________________







Hey:
 
Dragonnet 2.4:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 712
J'ai : 37 ans
Je suis : garde du corps d'une Compagne lagrane

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Guilde des Guerriers et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Castiel • Louis • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Méfiance guerrière   Ven 26 Aoû - 5:05

Mine de rien, la bagarre, ça détend. Octavius se sent un tantinet moins nerveux, alors qu’il remonte le cortège de roulottes, de ménestrels et de guerriers, qui le regardent sans trop comprendre ses agissements. Serenus, aussi louche soit-il à ses yeux, sait désormais à quoi s’en tenir. S’il s’intéresse un peu trop aux affaires de la Caravane, il sait qu’il va trouver de la résistance. Et pas la moindre. Alors, déjà, son pas est moins raide, ses épaules moins contractées, et il peut profiter un peu plus du chemin sur les routes cibellanes. Un regard par-dessus son épaule lui assure que Serenus revient à la charge, l’air bien moins jovial que précédemment. Ce qui a le don de lui donner, à Octavius, un air définitivement plus jovial. Qui sait ? S’il le provoque encore, peut-être même que dans la joie suivant la future bagarre, il pourrait même pousser la chansonnette ? Il ne faut pas tout de suite s’enthousiasmer.

Son regard sur la jument reste prudent, ainsi que sa distance avec elle, d’autant plus qu’elle semble nerveuse. Foutus animaux. Il les déteste tous, tous autant qu’ils sont. « Bon d'accord, je l'ai mérité et je m'excuse pour ce que j'ai dit. T'es content ? » Il hausse les épaules. Il sait qu’il a raison, pas besoin de le confirmer. Tant mieux si ce type le réalise, cela dit. Il ne frappe pas n’importe qui pour le plaisir, quand il est de service, hein. Évidemment, hors de ça, il ne garantit rien, mais disons qu’il a besoin de justification suffisante quand il en vient à frapper des clients, passés, présents ou futurs. « Même si tu as de la chance d'être entouré de toute un convoi. Ah, ça ! Ça ! J’voudrais bien voir ça », pouffe Octavius. L’esbroufe, c’est le pain que tous mangent en Bellifère (en fait, probablement dans tout Ibélène), et il a l’habitude qu’on lui serve ce genre de commentaires. Une chance qu’il a tout un convoi autour de lui. Une chance qu’ils n’ont pas à se battre. Une chance que, parce que si.

Il fait tourner son épée, l’opale de sa garde captant le soleil et transformant ses rayons en flammes, au cœur de ses courbes polies. Grande comme une paume de femme, faite de la même rondeur et du même feu intérieur. « J’l’ai gagné au Tournoi des Trois Opales, y’a quelques années. Il peut lui en parler, de ça. Il était Octavius le Rouge, à l’édition de 993. T’es déjà allé ? » Si c’est bien un guerrier digne de ce nom, probablement. C’est moins populaire chez les Faës que chez les Ibéens. On pourrait même penser qu’il veut faire la conversation.

_________________
Dialogues en sienna



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 892
J'ai : 35 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Raygnar d'Ysgramor / Elliott Ross
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Méfiance guerrière   Dim 28 Aoû - 20:47

Le guerrier s'excusa tout en flattant sa jument qui tapait nerveusement du pied. Il remarqua avec un certain plaisir que son frère d'arme semblait mal à l'aise en présence de l'animal. Autant en profiter et jouer avec cette crainte. Il fit exprès de faire un écart avec sa monture en direction d'Octavius avant de revenir dans le bon chemin. Puis il lui dit qu'il avait de la chance d'être entouré de tout un convoi. Octavius, avec l'esbroufe typique des Guerriers Bellifériens, lui dit juste qu'il aimerait bien voir ça. Serenus tourna la tête vers lui, essayant de rester le plus sérieux possible, puis répondit :

« - Quand tu veux, et où tu veux. »

Pour montrer qu'il sait se battre, il fit tourner son épée sertie d'une opale devant les yeux de Serenus. En voyant le bijou, celui ci se dit qu'il avait du le ramasser sur un cadavre. Il était en train de réfléchir sur la provenance de cette pierre qui était d'une grande beauté quand Octavius lui avoua avec une certaine fierté qu'il l'avait gagné au Tournoi des Trois Opales. Serenus leva un sourcil. Ceci expliquait donc cela. Il ne put s'empêcher de rétorquer avec un air hautain:

« - Vraiment ? » Il toussa un peu avant de reprendre : " Ca prouve rien. »

De la pure provocation. Rien de plus. En vérité, Serenus bouillonnait et débordait de questions. Mais il ne voulait pas donner ce plaisir à son collègue. Il était au courant pour ce Tournoi qui était connu pour sa dangerosité. Les gagnants en sortaient avec blessures à profusion, mais avec un prestige qui les suivra toute leur vie. Octavius, enfin enclin à discuter, lui demanda s'il s'était déjà rendu dans ce genre de tournoi. Serenus grimaça et lui répondit :

« - Pour être honnête, j'en ai juste entendu parler mais je ne m'y suis jamais rendu. » Sa jument, plus détendue, réclama une pomme dans une de ses sacoches. Serenus se tut quelques instants pour la lui donner avant de demander : « C'est comment alors ? »

_________________







Hey:
 
Dragonnet 2.4:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 712
J'ai : 37 ans
Je suis : garde du corps d'une Compagne lagrane

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Guilde des Guerriers et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Castiel • Louis • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Méfiance guerrière   Dim 9 Oct - 6:32

« Vraiment ? Ça prouve rien. » Ça prouve au moins que ce type est soit un ignorant, soit un jaloux, et peut-être même un savant mélange des deux. De quoi rehausser encore un peu plus ce sourire arrogant qui a pris place sur son visage. On ne lui fait pas, à Octavius, le coup du ça ne prouve rien, surtout pas de la bouche d’un guerrier, qui sait très bien ce que ça prouve. Même un Faë avec les oreilles pleines de magie et la tête pleine de sciure sait ce que ça prouve. « Pour être honnête, j'en ai juste entendu parler mais je ne m'y suis jamais rendu. » Mh. Ces Faës. Franchement, ils ne savent pas ce qu’ils perdent, en restant de leur côté du continent, avec leurs lézards volants. Il aurait dû s’en douter. Pas un Ibéen n’irait lui demander où il a bien pu trouver une opale de cette grosseur et de cette couleur. Il surveille le guerrier alors qu’il nourrit sa jument – en apparence plus calme, merci – et n’est pas surpris qu’il se prenne à le questionner en retour :

« C'est comment alors ? Terrible. » Terriblement excitant, oui. Enivrant, même. Pour lui, c’était un rêve de gamin, que d’aller au Tournoi des Trois Opales et d’y participer, et plus encore, d’en remporter une des précieuses pierres. Honneur sur son nom, honneur sur sa maison, honneur sur le duché qui a vu naître en son sein un champion. Pour lui, ça a été la consécration de son nouveau nom, de sa nouvelle vie, et l’étincelle qui a attiré la Guilde des Guerriers vers lui. L’œuvre du Destin, il le croit certainement. « C’est un truc à faire au moins une fois, quand t’es guerrier, ou que tu veux l’être. Juste pour savoir ce dont t’es capable pis te rappeler que t’es pas l’meilleur, parce que même si tu gagnes une opale, c’est après un sacré nombre de raclées. Pis entendre tout le Colisée d’Hacheclair applaudir. Ça… c’est le genre de truc qui s’oublie pas. » Le genre de truc qui flatte le cœur et l’ego. Même ceux qui perdent ne peuvent s’empêcher d’être heureux de cette foule en liesse, présente pour encourager les exploits des braves et des têtes brûlées, des fanfarons, des assurées, des bien et moins bien nés. Puis, mourir au combat… c’est un honneur que chaque guerrier espère, n’est-ce pas ?
D’un coup œil, Octavius jauge Serenus : grandeur, carrure, arme, armure. Il n’est pas trop vieux, ils doivent avoir le même âge, à quelques patates près. S’il tentait sa chance au tournoi, il ne serait peut-être pas le plus démuni. Enfin, exception faite de son idiotie, dont il ignore l’étendue. « Y’en a aussi toujours quelques-uns qui meurent. C’t’un risque. Toujours moins con que d’se faire tabasser par un mercenaire d’la Caravane des Plaisirs. T’en penses quoi ? » C’est qu’il fait exprès, l’enflure. C’est presque à croire qu’il cherche un peu la bagarre, lui qui est plutôt placide et calme. À croire que parler de tout ça réveille sa fibre guerrière, celle qui n’est jamais bien loin sous le caractère maussade.

_________________
Dialogues en sienna



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 892
J'ai : 35 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Raygnar d'Ysgramor / Elliott Ross
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Méfiance guerrière   Ven 14 Oct - 21:49

Sa curiosité avait fini par l'emporter. La question avait fini par sortir d'elle même. Une partie de lui rageait de l'avoir fait car elle ne désirait qu'une chose : faire mordre la poussière à ce guerrier arrogant. Mais avant de le faire, pourquoi ne pas en apprendre plus sur ce Tournoi dont il avait si souvent entendu parler ? Il se souvenait encore qu'étant petit, on lui avait parlé d'un grand champion qui avait remporté bien des combats. Il s'était mis à rêver de ce champion qu'il n'avait jamais vu et il s'imaginait combattant à ses côtés. Maintenant qu'il avait grandi et qu'il connaissait la dure réalité, ces rêves étaient pour lui bien puérils.
Il écouta alors avec attention son confrère parler de ce tournoi. Il lui expliqua que la compétition était tout simplement terrible, que les combattants apprenaient à leurs dépens qu'ils étaient loin d'être les meilleurs. Serenus regarda devant lui et, tout en écoutant Octavius, imagina la foule qui hurlait, les épées qui s'entrechoquaient, l'honneur et la gloire pour chacun des combattants, gagnants ou perdants...

Il soupira et sourit à cette douce pensée. Il n'avait connu que cette vie de quasi mercenaire et se demandait ce qu'on ressentait lorsqu'on recevait une telle récompense. Sans doute de la fierté, beaucoup de fierté. Octavius eu malheureusement l'idée de gâcher ce moment en lui disant que mourir au cours du tournoi était toujours moins "con" comme il disait, que de recevoir une raclée d'un mercenaire de la Caravane. Serenus tourna la tête vers lui et sourit. Au fond de lui il bouillonnait.
Mais la colère embrouille l'esprit. Il devait apprendre à la dompter. Il répondit alors, toujours avec le sourire aux lèvres :

"- Je dois reconnaître que mourir au Tournoi doit être un très bel honneur. Malheureusement, je doute que les Faës soient un jour invités à y participer. "

Après ces quelques paroles, Serenus fit brusquement décaler sa monture en direction d'Octavius. La jument poussa un hennissement de protestation et bouscula violemment son confrère. Serenus espérait qu'elle lui aurait écrasé le pied par la même occasion mais, dans le feu de l'action, il n'avait rien vu. La jument se cabra et, une fois de nouveau sur ses quatre pattes, se calma. Serenus caressa sa crinière et dit en direction d'Octavius sur un air faussement désolé :

"- Oh pardonne moi Octavius, je ne sais pas ce qu'il lui a pris. Cette pauvre jument est très nerveuse depuis qu'un mercenaire de la Caravane m'a tabassé. Cet abruti profond devrait savoir que l'odeur du sang affole les bêtes ! T'en penses quoi ?"

Plutôt fier de lui, Serenus fit avancer sa monture et se remit dans le chemin. Il gardait un air sérieux même s'il mourrait d'envie de rire un bon coup. Il caressa sa jument et lui murmura à l'oreille un petit mot d'excuse avant de la récompensa d'une carotte.

_________________







Hey:
 
Dragonnet 2.4:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 712
J'ai : 37 ans
Je suis : garde du corps d'une Compagne lagrane

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Guilde des Guerriers et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Castiel • Louis • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Méfiance guerrière   Lun 5 Déc - 4:32

« Je dois reconnaître que mourir au Tournoi doit être un très bel honneur. Malheureusement, je doute que les Faës soient un jour invités à y participer. T’as qu’à t’essayer. Ils empêchent personne d’entrer. » Enfin, bon, sauf les femmes, mais l’histoire se rappelle de plusieurs dames ayant mis pied dans l’arène, bien déguisées, pour ensuite mettre une sacrée dégommée à bien d’autres guerriers. Un règlement un peu arriéré, il doit lui-même le reconnaître, même si voir une femme prendre les armes est encore quelque chose qui le choque. Y’en a des sacrément douées, faut arrêter de vivre dans l’imbécillité.

Subitement, la jument qui jusque-là trottinait à leurs côtés le bouscule et il lui faut toute sa retenue pour ne pas immédiatement sortir son épée et la planter dans le flanc de l’animal, par pur réflexe. Il a réussi à éviter que les sabots s’écrasent sur son pied, mais son regard s’est assombri. Bon sang qu’il n’aime pas les animaux. Aucun d’entre eux. Et la réplique de Serenus ne fait que lui confirmer que c’est exprès. Infâme personnage. Vivement qu’ils arrivent à la croisée des chemins vers La Volte et qu’il leur foute la paix. Les regards se tournent de plus en plus régulièrement vers eux, un peu inquiets, détaillant autant Serenus qu’Octavius. « Je pense surtout que t’as un canasson mal dressé. L’odeur du sang affole les bêtes. Les carnivores, peut-être, mais les chevaux, vraiment ? Il s’adresse à quelqu’un qui a vécu en Bellifère toute sa vie. Le dressage des chevaux, c’est l’affaire du duché de la Guerre, pas des pétasses cibellanes. Un petit tour en Bellifère te ferait définitivement pas de tort. Pour ton animal comme pour toi. » Un petit coup dans l’armure du guerrier.

« En même temps, chez vous, les hommes… » Octavius laisse le silence planer, terminer la fin de sa phrase. Les hommes cibellans… enfin, tout le monde sait ce qu’il en est, de la place des hommes en Cibella. Peut-être que ce type aurait mieux fait d’y rester, d’ailleurs, au foyer, au lieu de s’engager dans la Guilde des Guerriers. Le Rouge avise le regard de son compagnon de roulotte, un peu soupçonneux, et il lui fait un signe de la main pour qu’il vienne à leurs côtés. Un type de Lorgol, celui-là, qui salue Serenus d’un petit signe de tête méfiant. « Prends ma place, Grégoire. J’en peux plus d’ce type. » La franchise, c’est un peu sa marque de commerce, mais ce n’est de toute façon pas un secret que sa patience perd de plus en plus de terrain face à Machinlion. Avant d’effectuer le changement de place dans le convoi, qui ainsi finirait de l’éloigner de l’homme, il se permet de lui lancer un dernier commentaire. Dernier défi. « J’m’y rendrai peut-être, en septembre. T’enverras un message à la guilde, si t’as assez d’couilles pour y aller. »

Il ne sait même pas à quel point, en effet, le Destin prendra ces mots au pied de la lettre.

_________________
Dialogues en sienna



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 892
J'ai : 35 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Raygnar d'Ysgramor / Elliott Ross
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Méfiance guerrière   Lun 5 Déc - 21:12

Participer à ce genre de Tournoi n'est pas une bête idée. Ceux qui y participaient, gagnants comme perdants, s'attiraient un grand prestige de la part de leur duché. Après tout, ils étaient leur champion. Serenus s'imagina, juste l'espace de quelques instants, debout devant une foule en liesse, avec une Opale resplendissante dans la main. Oh oui, ce serait très jouissif.

Encore plus jouissif que de voir le regard de son frère d'arme lorsque celui ci venait de se faire violemment bousculer par sa jument. Serenus avait cru qu'il allait dégainer son épée pour se venger et il avait posé la main sur la sienne, se préparant à la défendre, mais Octavius n'en fit rien. Serenus regarda autour de lui, constatant qu'ils étaient la cible de tout les regards, puis reporta son attention sur son confrère. Bien, une petite humiliation ne fera pas de mal. Serenus fit un grand sourire quand Octavius se mit à ronchonner comme un pépé gâteux. Il lui dit d'abord que sa jument était mal dressée et qu'il ferait mieux de l'amener en Bellifère, histoire de mieux la discipliner. Serenus éclata d'un rire franc. Alors ça c'était la meilleure ! Sa jument avait reçu la meilleure éducation, enfin c'est ce que lui avait dit le fermier qui l'avait vendu. Elle n'avait pas peur des grands voyages et c'est la seule chose qui, pour le guerrier, était important. Serenus répliqua alors :

"- Mais elle vient de Bellifère ! Elle est née et a été dressée dans ce duché ! Il serait temps de revoir tes connaissances sur les chevaux."

Ce n'était pas vrai bien entendu. Mais Octavius n'était pas censé savoir que la jument venait d'une petite ferme à la sortie de la Volte. Son confrère, d'ailleurs, fit un rapide commentaire sur les hommes cibelans et leurs coutumes. Serenus fronça les sourcils puis haussa les épaules. Mieux valait ne pas répondre. Serenus aurait pu lui répliquer qu'au moins, les hommes cibelans aimaient leurs femmes, ils ne les enlevaient pas comme de vulgaires brigands. Non, le vase était déjà bien rempli, évitons de le faire déborder.

Un guerrier s'approcha d'eux, lançant un regard méfiant à ses deux confrères. Octavius lui demanda d'alterner leurs places, sous prétexte qu'il n'en pouvait plus de la présence de Serenus. Le guerrier remarqua par la même occasion que la route pour rentrer chez lui n'était plus très loin. Il dit donc :

"- Oh, ne te fatigue pas à me faire la conversation Grégoire. Nos chemins se séparent ici"

Il salua le guerrier et s'écarta de lui pour s'engager dans le chemin de son foyer. Quand Octavius lui lança ce dernier commentaire sur sa participation au Tournoi. Serenus se retourna et dit avec un grand sourire :

"- Si c'est pour te faire mordre la poussière, compte sur moi pour faire partie des premiers présents. Sur ce, bon vent Médor !"

Sur ces mots, il poussa sa monture au galop et s'éloigna de la Caravane et du guerrier ronchon qu'elle abritait.

_________________







Hey:
 
Dragonnet 2.4:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Méfiance guerrière   

Revenir en haut Aller en bas
 
Méfiance guerrière
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Crystaline Saphirr [Ebéniste,forgeronne, guerrière]
» La plume de Rarage | Grande Guerrière => Crèp
» La guerrière blessée
» Elvaradith Taa, guerrière du Chaos [Hans]
» Lïsa, guerrière des plaines.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Faërie :: Cibella-
Sauter vers: