AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 13 ... 22  Suivant
AuteurMessage
Les Guerriers
avatar

Messages : 690
J'ai : 37 ans
Je suis : garde du corps d'une Compagne lagrane

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Guilde des Guerriers et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Castiel • Louis • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Mar 9 Aoû - 23:05

La réponse de Serenus n’est pas aussi déplaisante qu’elle aurait pu l’être. Il sait se battre avec un bouclier, c’est une bonne chose. C’est sans doute ce qui rend Octavius moins réticent à s’entraîner de concert avec lui, pour cette première journée. D'abord, se familiariser avec son binôme. Ensuite, incorporer le binôme aux autres équipes, pour coordonner les zones que chacun devra couvrir. Stratégie guerrière autant que Voltigeuse.

Ils y passent au moins deux heures, même plus. Le temps se fait plus frais en Bellifère, aux abords de l’automne, mais Octavius n’en sue pas moins comme un porc. Dans la joie, cela dit. Parce que ça l’amuse, oui, par Kern ! Il a toujours eu cette fibre guerrière, héritée des deux duchés qui charrient roc et glace dans ses veines, et il trouve rarement autant d’exaltation que dans la bataille. Fort heureusement, Serenus s’avère un bon guerrier, de calibre suffisant. De quoi réviser sensiblement à la hausse l’opinion qu’il a du Cibellan. Sur le chemin de la forge, où l’homme se commande un bouclier adapté à sa taille, une masse et une hache –revenant à son sang kyréen et à ses traditions, une douleur se fait sentir dans son genou droit, remontant jusqu’à sa hanche. Sacrée saloperie. Faudra qu’il prenne soin de ça, aussi…. Faudrait pas que ses vieilles blessures lui causent du tort.
Surtout pas devant les autres.
Encore moins devant les autres Voltigeurs.

Le guerrier profite des quelques heures de flottement pour se sustenter et s’acheter une huile qu’il sait quasi miraculeuse pour les douleurs de ce genre. C’est celle que sa mère prépare, qu’il faudrait, mais Val-Glacé est bien loin d’Hacheclair et il serait surprenant qu’elle ait fait le chemin jusqu’à la capitale pour ce tournoi. Son père… jamais, non, jamais il n’aurait accepté qu’elle… enfin. Il se contentera de celle-ci. Après avoir soigneusement rangé le flacon dans sa loge, il va rejoindre le Dardalion à la forge pour donner son avis sur le bouclier.
« Très bien. » Pas besoin de douter de la qualité de l’objet, ce serait insulter tout Bellifère. Subitement, un gant s’abat aux pieds de Serenus. Lancé par la championne d’Erebor. Si, pendant quelques secondes, Octavius pense que le défi lui est destiné, il comprend rapidement que c’est bel et bien le Faë qui est visé. C’est presque trop beau et trop drôle. « L’a pas tort, la dame. Tous coups autorisés, premier sang ou premier à terre ? » Il est déjà prêt à arbitrer, la voix pleine d’un enthousiasme suspect. Parce que si Serenus est un bon combattant, il est certain que la Martel l’est tout autant. Sans mauvaise foi.

Spoiler:
 

_________________
Dialogues en sienna



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dragonnet du Chapitre • Version 2.5
avatar

Messages : 872
J'ai : 35 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Raygnar d'Ysgramor / Elliott Ross
Dragonnet du Chapitre • Version 2.5
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Mer 10 Aoû - 0:40

Bon, il pouvait l'avouer, il l'avait regardé peut être avec trop de dédain et n'avait pas pu s'empêcher de secouer la tête en se disant que cette femme ne ferait pas long feu. Serenus n'était donc pas étonné quand Grâce Martel, la voltigeuse, jeta son gant à ses pieds avec un regard qui aurait pu le foudroyer sur place si elle en avait eu le pouvoir. Serenus serra la main sur la poignée de son épée lorsqu'elle critiqua son embonpoint et sa masse musculaire. Mais qu'est ce qu'ils avaient tous avec son tour de taille ? Il était certes plutôt... Épais. Mais ce n'était que du muscle ! Promis, juré ! Vous avez qu'a tâter si vous voulez vérifier ! Serenus lança un regard à Octavius, qu'il commence à apprécier de plus en plus grâce aux heures d’entraînement passés ensemble, et sourit. Il se tourna vers Grâce et dit avec un sourire moqueur :

« - Et bien.. J'ai hâte de voir de quoi vous êtes capable, championne d'Erebor. J'accepte le défi. » Il se tourna vers Octavius et répondit avec assurance : « Premier à terre. »

Serenus dégaina son épée et se mit en position de combat, jambes fléchies, arme et bouclier face à son adversaire. Et il s'élança.

_____________________________________________________

17-18 septembre

Les journées étaient longues et épuisantes, les séances d’entraînement l'étaient tout autant. La nuit commençait à tomber et une fraîcheur bienvenue s'installa sur Hacheclair. Serenus venait de terminer une séance de combat éreintante avec Octavius et se dirigea vers la forge. Il récupéra son épée qu'il avait laissé au forgeron pour qu'il l'aiguise et se dirigea vers la sortie du Colisée, en quête de distraction et de fraîcheur. Le guerrier n'était cependant pas très rassuré. Depuis quelques jours, les champions Faës étaient victimes de petits accidents en tout genre : empoisonnement, découverte d'un scorpion dans un lit... Serenus était sur ses gardes. Il marchait donc dans les rues, vigilant et la main sur son épée quand la flèche le manqua de quelques centimètres. Le guerrier sursauta et regarda la flèche, à la fois surpris et effrayé et chercha l'endroit d'où elle venait. Seule la pénombre répondit à sa muette question. Serenus se dit que s'il ne s'était pas baissé pour relacer sa botte, la flèche se serait plantée droit dans son œil gauche ! Il la regarda, à la recherche d'une quelconque trace pour identifier sa provenance et la décrocha avec colère. C'en était trop ! Ibelène et sa sécurité se moquaient bien de lui et des champions Faës ! C'est du foutage de gueule complet ! Le guerrier rentra au Colisée, flèche à la main et décida d'attendre le lendemain pour aller en parler à Neve. Il ne voulait pas réveiller le chevaucheur qui avait besoin de repos.

Le lendemain matin, il apprit sans surprise l'accident dont avait été victime la championne de Bellifère. Elle était certes d'Ibelène mais son impopularité la ramenait au même rang que les Faës aux yeux du petit peuple! Enfin c'est ce que pensait Serenus qui se dépêcha d'aller toquer chez Neve. Quand celui ci ouvrit, Serenus lui dit d'un air sérieux, flèche à la main :

«  Neve, il faut que je te parle. Tu es le seul en qui je peux avoir pleinement confiance. » Il montra la flèche et reprit : "Cette flèche a failli se planter dans mon œil hier soir. J'ai eu de la chance mais j'ai repensé aux petits « accidents » survenus il y a quelques jours.. Tu trouves pas ça bizarre que seuls les Faës, et au passage une Bellifèrienne impopulaire, soient touchés ? »

Serenus regarda la flèche et soupira. Il regarda Neve et pesa ses mots avant de dire sur un ton grave :

«  Je soupçonne les autorités d'Ibelène de fermer les yeux sur ces sabotages voire même de négliger totalement notre sécurité. Je sais que ce que je dis paraît insensé mais c'est ce que je crois. Qu'en penses tu ? »

Spoiler:
 

_________________










Hey:
 

Dragonnet 2.4:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 2561
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheuse du dragon Mirage dans le Vol de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Duc de Lagrance, Denys du Lierre-Réal, et aux Chevaucheurs
Mes autres visages: Liam d'Outrevent - Tyr Parle-d'Or
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Mer 10 Aoû - 14:50

- Neve... T'as une chambre aussi...

Je râle mollement, dans le renfort de mon coussin, en écrasant un deuxième sur ma tête pour faire fi de l'intrus qui vient de se glisser dans mon lit. Je perds rapidement la notion du temps, quand le sommeil me gagne à nouveau... Avant que cette mauvaise odeur de vinasse me remonte aux narines et me sorte de ma torpeur. Les connexions se font au ralenti, alors que je réalise doucement que Neve, malgré quelques terreurs nocturnes qui auraient pu le saisir, n'aurait jamais agi ainsi. J'ouvre lentement les yeux pour me retrouver nez à nez avec un torse nu, et ma foi, fort bien dessiné par une musculature saillante. J'aurais eu autant de verres dans le nez que mon invité indésirable que je me serais peut-être abandonnée à cette étreinte, mais, dans l'immédiat, la stupeur surpasse tout autre sentiment. Je me suis figée, les yeux ronds comme des soucoupes, et l'envie m'aurait presque pris de crier à lui percer les tympans si je n'avais pas l'esprit aussi embrumé et un minimum de retenue.

- Mayeul...


J'ai soufflé son nom presque comme un murmure plein de promesses alors que je me penche sur lui en rejetant quelques mèches brunes en arrière afin de mieux l'aviser. Je prends une lente inspiration, mes lèvres portées à ses oreilles et...

- DEBOUT !


Je sens les relents de ma magie qui s'agite instantanément, le privant de cette brève étreinte pour l'envoyer directement dans l'eau tiède de mon bain de la veille. Dans son état, je ne suis même pas certaine qu'il ait compris ce qui vient de se passer, alors que je le surplombe en petite tenue, tentant d'arranger ma crinière noire sans le lâcher du regard, circonspecte. Et non, je ne cherche pas à profiter de la vue, enfin pas vraiment.

- C'est vraiment comme ça que tu arrives à en mettre autant dans ton lit ? C'est une façon très littérale de voir les choses tout de même...

Je finis par me détourner pour trouver quelques tenues à me mettre, le laissant décuver dans la salle d'eau. Il devait finalement avoir les idées plus claires que moi pour entendre Neve entrer et lui répondre en premier. J'étais occupée à attraper mes vêtements, jetant un regard noir au Voltigeur qui s'était rapproché, avant d'aviser la mine équivoque de Neve. Je ne suis pas certaine que mon haussement d'épaules et mon soupir d'exaspération arrangea mon cas auprès de lui.

- Neve, c'est pas ce que tu ...

L'enfoiré. Il venait vraiment de me fermer la porte de ma propre chambre au nez ? Sérieusement, qu'est-ce qui lui prend ? A croire qu'il me faisait une crise de jalousie... Totalement injustifiée en plus ! Il ne s'était rien passé, que ce soit avec l'un ou l'autre d'ailleurs. Je lâche un rire ironique, en finissant de m'habiller. C'est bien tout le problème !

- Allez en route, mauvaise troupe.

La majorité des autres Champions qui se trouvaient déjà sur le sol de l'Arène avaient des têtes aussi déconfites que le Voltigeur... A l'exception des Faë, droit dans leurs bottes. Ou plus ou moins... Vu tous les ricanements de couloir que j'avais entendu en me rendant ici, les rumeurs allaient vite, et je crois que les démentir ne faisait que les amplifier. Allons bon... Il était temps de s'entraîner, et Enguerrand n'avait pas l'air de vouloir rigoler.

Je cherchais Neve des yeux, soucieuse de résoudre notre incident, quand le Voltigeur s'approche de moi, encore torse nu, avec son sourire charmeur... Je lui rends un regard méfiant, et un rire manque de m'échapper quand il parle de faire plus amples connaissances. Prenait-il le problème à l'envers ? Enfin, la seule mention de Tristan parvient à refroidir mes ardeurs et me rappeler les raisons de ma présence en ces lieux. Je lui offre un bref sourire, alors qu'il reprend mes propres paroles.

- Pourquoi pas. Tu sais voltiger, tu veux apprendre à voler ?

Toute considération mise à part, je suis curieuse de voir l'étendue de mon propre pouvoir, conjugué avec la grâce d'un Voltigeur. Ces danseurs du vide sauront encore plus à même que moi d'exploiter pleinement ma magie de lévitation.

Spoiler:
 

_________________




Dans le doute, fous le feu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs • Modo
avatar

Messages : 2804
J'ai : 30 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, Duc de Sombreciel Augustus, Empereur d'Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Les Voltigeurs • Modo
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Mer 10 Aoû - 16:00

Même si sa nuit avait été courte, au moins, il avait bien profité du lit chaleureux de la demoiselle. Pendant quelques secondes. Et qu’elle se rassure la jolie Maelys, ce n’était pas la pire façon de se faire jeter qu’il avait connue. Une des plus originales, ceci dit. Et un peu douloureuse, vu ce qu’il avait bu. Mais voir la Chevaucheuse en petite tenue valait bien un réveil mouvementé... Si on pouvait appeler ça réveil, alors qu’il n’avait dormi que quelques minutes tout au plus. Et puis, Neve avait surgit , les surprenant dans une position assez compromettante, et ça avait été la cerise sur le gâteau. Maelys et Neve ? Il ne s’en serait jamais douté.
Pourquoi avait-il trouvé bon de se rapprocher à nouveau de la Chevaucheuse Lagrane, un peu plus tard ? Peut-être simplement parce que cela l’amusait, de la voir aussi ennuyée par la réaction de son homologue d’Ansemer, et sans doute aussi parce qu’elle n’avait pas l’air de lui en vouloir le moins du monde, de cette irruption matinale dans son lit. Rien que pour ça, Mayeul se sentait prêt à tenter de faire connaissance un peu moins agressivement. Elle ne semblait pas contre son idée, en tout cas. «J'ai toujours aimé m'envoyer en l'air, alors, pourquoi pas avec toi?» Un sourire clairement amusé, puis il reprit.«Je te laisse t’expliquer avec ton amoureux transi, il n’a pas l’air ravi que je vienne te parler. On en reparle plus tard.»

**

L’après-midi s’avançait doucement, à peine interrompu par une certaine effervescence parmi les pirates quand un coup de canon avait résonné dans l’air. Ilse s’était précipité à l’extérieur, et même si sa curiosité était excerbée, Mayeul n’avait aucune intention de la suivre. Il se dirigea donc vers l’armurerie indiquée par Enguerrand plus tôt dans la matinée - à gauche d’il ne savait plus quoi - confiant ses propres armes à l’armurier pour une reproduction à l’identique. Car contrairement à certains de ses co-équipiers, lui n’était pas tant à l’aise avec les armes. Il n’était pas né les armes à la main, Sombreciel n’étant pas réputé pour son amour des traditions guerrières, et tout ce qu’il avait appris, c’était à son entraînement de Voltigeur qu’il le devait. Et c’était un handicap certain par rapport aux autres, il le devinait aisément.
Il était Voltigeur : lui demander de sauter de son griffon en vol pour surprendre son adversaire, aucun souci. Lui demander un combat face à face les armes à la main, c’était déjà plus compliqué. Oh, il savait le faire - tout de même - mais ce n’était pas son domaine de prédilection. Et son entraînement de Voltigeur lui posait un autre souci : il avait l’habitude d’avoir un ailier, quelqu’un qui couvrait ses arrières sans qu’il ait à s’en soucier le moins du monde. Et ici, à part Grâce qu’il connaissait - et qui ne se battait jamais en duo - la manoeuvre était plutôt réduite. Poussant de côté ces considérations, le Voltigeur finit par porter son choix sur une masse d’arme à l’aspect simple mais solide, qui se logeait parfaitement dans sa main. Et puisqu’ils ne savaient pas ce qu’ils allaient affronter, autant prévoir. Il commanda quelques carreaux d’arbalète également, avant de laisser ses dagues à aiguiser.

Il avait besoin de sommeil. Étouffant un nouveau bâillement, Mayeul savait qu’il ne ferait rien de constructif étant donné sa fatigue. Quelques heures de sommeil, et il serait comme neuf. Aussi, au lieu de reprendre le chemin de l’arène, il choisit de se diriger dans sa loge, dont il n’avait pas encore pu profiter. L’espace, le luxe... La seule chose qui l’intéressait, c’était le lit pourtant, dans lequel il s’effondra rapidement.

Spoiler:
 

_________________


"What am I supposed to do
when the best part of me
was always you?"

The Script, Breakeven

Yeah :
 
Paroles : indigo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 846
J'ai : 42 ans
Je suis : Voltigeuse, médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibelin officiellement, mais aussi à l'Audacia !
Mes autres visages:
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Mer 10 Aoû - 18:12

Le pont de l'Audacia est jonché de cadavres de pirates et de bouteilles. Un véritable champ de bataille. C'est Ilse qui vient secouer la Voltigeuse pour ne pas arriver à l’entraînement en retard – disons, pas trop en retard. Mais Marianne a merveilleusement bien dormi, et décuvé une bonne partie du rhum ingurgité. Ce lit plumeux était tellement confortable aussi...
Hum, un lit, sur le pont ? La médecin s'étire, repoussant une aile duveteuse. Ha. Iode. Ou plutôt un tas de plumes dorées, ivre mort. Au moins il lui a offert une fin de nuit bien moelleuse. Elle le remercie en le laissant poursuivre sa grasse matinée sans le réveiller et suit Ilse au pas de course. A défaut d'avoir l’œil vif devant Enguerrand, très mitigé devant une moitié de morts-vivants, elles réussissent l'exploit d'être présentables. Sauf que durant ses explications, son vague mal de crâne augmente... ouh, cette migraine qui s'annonce... douleur, plainte... réveil difficile pour le griffon qui expérimente une grosse gueule de bois et en fait profiter sa coéquipière. Argh, tu me vrilles la caboche, je t'avais dis que ce tonneau de rhum des îles était de trop ! Plaiiiiiiiinte. Va te mettre la tête dans une fontaine, le temps que je triple mon stock de remèdes. D'un coup, elle a moins fière allure la Voltigeuse, à décuver pour deux.

L'Ordonnateur parti, Marianne se dirige vers la cour des artisans, saluant avec respect le forgeron qui la toise d'un air suspicieux ; elle connaît la qualité des armes de son duché, mais elle ne compte toujours pas en porter une. Non, ce sont les autres experts de cette annexe qui l'intéresse : herboristes, chimistes et pharmaciens. Mettant de côté l'esprit embrumé de Iode, elle saisit un parchemin. Avec leurs conseil avisés, elle dresse une liste de potions, remèdes et stimulant les plus utiles pour le tournoi, optimisant encore un peu plus son matériel de médecin de vol.
Une fois ses courses enregistrées par les artisans, la médecin retourne à sa loge pour s'équiper et inspecter sa tenue de Voltigeuse. Légère et résistante, à la pointe de ce que savent faire les savants Ibéens, elle n'entravera pas ses mouvements pour soigner des blessés et offre une très bonne protection. Il n'y avait pas vraiment besoin de la renforcer pour un combat au sol où seuls les deux guerriers devaient recevoir les coups de leur ennemi à leur place. Peut être juste des brassards et jambières en cuir, tout au plus. Sacoches et escarcelles sont alignées le long de la ceinture de son harnais, avec un rangement étudié pour récupérer en deux secondes et yeux fermés telle potion ou bandage. Son agilité et son efficacité à juguler les blessures seront ses meilleurs atouts dans l'arène.

De retour parmi les Champions, sa première action est d'offrir à Grâce et Ilse sa bouteille de remède contre la gueule de bois. Elle verra ensuite s'il en reste pour Mayeul, lequel a l'air d'avoir résolu le problème à grand renfort d'eau froide et de disparition de chemise.
Elle compte observer les attaquants s'entraîner, pour ensuite discuter avec Neve du meilleur moyen de les soutenir avec leur soins. Lui à distance sur les deux guerriers, proches du danger, et elle sur les plus éloignés dont les mages ? L'idée de soigner Maelys ne l'enchantait pas vraiment, mais bon, il fallait coopérer pour-

BOOM !

Tiens. Ça, sauf erreur, c'est le bruit d'un canon de l'Audacia. Sachant que la propriétaire dudit canon est sous ses yeux, et une partie de l'équipage dans les gradins, ce bruit n'annonce rien de bon.
En une minute à peine, tous les pirates désertent le Colisée, Ilse et Freyja à leur tête. Marianne préfère rester dans l'arène, elle serait inutile sur place. Iode lui racontera ce qu'il s'est passé une fois qu'il aura décuvé.

Spoiler:
 

_________________






☸️ J'ai pour moi les vents, les astres et la mer. ☸️
Miouuuu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 280
J'ai : 29 ans
Je suis : Duchesse de Valkyrion
Fille du baron de Jaakyl

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : incertaine
Mes autres visages: Agnès d'Aurebois
La Noblesse
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Mer 10 Aoû - 18:42

La cérémonie terminée je retourne dans les appartements mis à notre disposition pour la durée du tournoi afin de me préparer pour le repas du soir. Les familles ducales ont été conviées à la table de la Duchesse Ermengarde et je me devais d’être présente au nom de Valkyrion. Le repas occupe une partie de la soirée et je discute avec certains de mes pairs des épreuves à venir. Chacun encourageait son Champion ou commentait la dimension particulière de ce tournoi. Lorsque les convenances le permettent, je prends congé de notre hôte et constate l’absence de Ljöta. En soit, cela ne me dérange pas, je ne suis pas là pour dicter la conduite de ma belle-sœur, hormis si son attitude ou ses actes mettre Valkyrion en péril. Et je doute que cela soit dans l’optique de notre princesse.

Comme à mon habitude, ma nuit est courte et je mets à profit les heures restantes pour me familiariser avec les lieux. Lorsque le matin point, je me restaure en compagnie de Hjalmar puis je décide de me rendre au Colisée pour observer nos Champions en ce premier jour d’entrainement. J’entends le discours d’Enguerrand et note que Bellifère met à disposition les compétences de leurs artisans. Néanmoins je constate que tous ne sont pas des plus vaillants. Etant donné les festivités de la veille, cela ne m’étonne presque pas même si j’attends plutôt une attitude raisonnable des combattants. Je repère Hiémain qui semble frais et dispo. Installée dans les tribunes je regarde comment se débrouille ce groupe disparate qui doit unir leurs forces dans un combat commun.

Puis, lorsque je considère en avoir assez vu, je quitte les lieux. J’ai toute confiance en mon baron pour défendre nos couleurs. J’occupe le reste de ma journée en profitant des festivités de Hacheclair. Et je sursaute lorsque la détonation brise les cieux. Inquiète, je me tourne vers la source du drame, apparemment du côté du port. Curieuse, je me dirige vers cette destination. L’effervescence agite les autorités et les escadrons volants. La foule s’agite et je parviens à m’approcher d’un garde auprès duquel je m’enquiers des causes. Je grimace lorsqu’il m’apprend que l’Audacia vient de décapiter une Vivenef militaire. Les ennuis commencent, je doute que Bellifère apprécie cette attention pirate. Néanmoins, je laisse les bellifériens gérer cette crise et informe Hjalmar et Ljöta de la situation à mon retour au palais ducal.

Spoiler:
 

_________________
Couleur d'écriture : #993300




Dernière édition par Astrid d'Evalkyr le Sam 13 Aoû - 10:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Mer 10 Aoû - 21:09

En quelques minutes, chacun s’était préparé à l’entraînement. Les paroles d’Enguerrand Fer-de-Lance ne furent bientôt qu’un souvenir lointain, balayées par la perspective des épreuves imminentes. Quatre jours d’entraînement pouvaient fondre comme neige au soleil, il s’agissait d’en faire bon usage, d’en tirer toutes les ressources nécessaires… tout du moins dans la pratique. La fine équipe de champions n’avait pas fière allure. Les empreintes de l’alcool demeuraient dans le regard vague des ibéens, et sans surprise, les faës ne se montraient pas plus enthousiastes. Neve esquissa un sourire amusé lorsque Grâce s’adressa à Marianne et lui, faisant appel à leurs talents de guérisseurs. Apaiser les maux de tête de chacun redonnerait peut-être à cette troupe étonnante un semblant de consistance et de crédibilité. C’est ainsi que Neve proposa de l’aider, et après avoir calmé la douleur dans le dos de la Voltigeuse, il fit remarquer :  

Quant à ton mal de tête, je ne pourrai que l’apaiser, il disparaîtra lorsque l’alcool se sera entièrement dilué dans ton sang.

Le jeune ansemarien connaissait bien les vertus de l’eau, à même de soulager les douleurs les plus vives. Cette Saison aux propriétés curatives l’avait toujours fasciné, depuis sa plus tendre enfance jusqu’à ce jour, au tournoi des Trois Opales. Il se concentra pour condenser l’eau de l’air ambiant ; la fraîcheur s’installa autour de Grâce, la Voltigeuse si controversée, calmant les vifs rappels de la nuit passée. Ce maniement n’avait rien d’extraordinaire, mais il avait le mérite d’être instantané et rassérénant. Après quoi, le jeune ansemarien ne demeura pas inerte et suivit de près l’algarade entre Grâce et Serenus, amusé de voir son ami en si beaux draps, et à la fois soucieux de l’observer manier un bouclier, n’ayant lui-même jamais saisi pareil instrument. Il était encore temps d’apprendre avant le tournoi – tout du moins l’espérait-il.

Maelys s’approcha de lui ; Mayeul était visiblement retourné piquer du nez dans son oreiller. Neve n’eut pas le temps de prononcer un mot que la jeune femme dégainait son épée et le mettait en garde, à la fois malicieuse et déterminée. Le Chevaucheur était désarmé, seule sa magie restait alerte – une magie qui plus est curative, soit peu efficace contre un fleuret aiguisé. Le maniement de l’épée était enseigné à l’Académie durant le cursus de spécialisation en Chevauche, les Chevaucheurs étant avant tout des soldats. Bien qu’agile, la maladresse de Neve ne lui avait jamais permis d’exceller en la matière, et combattre Maelys s’avèrerait sans doute un bien bref échange. Pourtant, le jeune ansemarien se prêta au jeu, et saisissant la première épée à portée de main– soit celle de son ami Serenus, concluant son duel avec Grâce – il se mit en garde.

Me provoques-tu en duel pour m’empêcher de te poser des questions ? ironisa-t-il en évitant de justesse la première feinte de Maelys.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
La Confrérie Noire	• Admin
avatar

Messages : 304
J'ai : 29 ans
Je suis : Écoutante de la Lame pour la Confrérie Noire • Princesse de Valkyrion

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Sombre Mère, et Valkyrion
Mes autres visages: Mélusine de Séverac • Quitterie Aubenacre • Freyja de Brunante • Rejwaïde Sinhaj • Faustine de la Fugue
La Confrérie Noire • Admin
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Mer 10 Aoû - 23:30

L’entraînement était plaisant, mais je savoure encore plus cet instant. La sensation d’avoir la vie d’un homme suspendue au fil de mon poignard, la certitude de pouvoir en trancher le cours d’un geste dès que je le déciderai – c’est enivrant, et j’aime être l’instrument de la Sombre Mère. Savoir que le sang qui coulera le fera en son nom ; et que la vie fauchée sera offerte à Sithis en expiation d’un crime commis… Oui, c’est une puissante sensation que d’être le vecteur des puissances supérieurs, et l’agent de deux Dieux à la puissance révérée. Pleine d’impatience, mais savourant aussi les secondes laissées à ma victime pour prendre conscience de sa fin imminente, je m’approche d’un pas implacable, lame levée, prête à frapper – quand les mots sortant de sa bouche me font hausser un sourcil sous mon masque.

Calibourne ? Realia ?

Ces reliques de nos dieux tutélaires scandaleusement accaparées par la couronne de Faërie il y a quelques siècles ? Calibourne l’Épée du Jugement, Realia le Calice de Justice ? Ha ! S’il pense pouvoir marchander avec la Mort en marche, il se trompe amplement : si notre Sombre Mère et notre Dieu sans Visage ont jugé bon de laisser les Faës s’accaparer leurs bien, il y a une bonne raison, et le duc de Lagrance ne m’aura pas en marchandant comme un bohémien pouilleux. Levant la lame, armant mon bras, je me lance en avant – et une silhouette ténébreuse se matérialise soudain dans le dos de ma victime, levant une main apaisante, tandis que dans mon esprit un mot résonne, articulé par une voix immatérielle. « Attends. »

Trop tard pour m’arrêter ; je modifie mon impulsion, égratignant le cou de l’imbécile couronné au lieu de le trancher, et m’immobilise face à lui, lame sous sa gorge. « Écoute ce qu’il a à te dire. » Soit. Si ma Mère l’ordonne. D'un murmure glacial, je me penche à l'oreille de mon mort en sursis, chuchotant à son oreille dans un souffle menaçant. « Parle. »

Spoiler:
 

_________________


« Sweet Mother, sweet Mother, send your child unto me,
for the sins of the unworthy must be baptized in blood and fear. »
© acidbrain

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dragonnet en Chef • Livre I
avatar

Messages : 3952
J'ai : 33 ans
Je suis : Marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie Aubenacre • Freyja de Brunante • Ljöta d'Evalkyr • Rejwaïde Sinhaj • Faustine de la Fugue • Pénélope de Bellancre
Dragonnet en Chef • Livre I
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Jeu 11 Aoû - 0:18

Douze ans !
En voilà un âge important.

En ce matin du 18 septembre, je m’étire langoureusement dans le lit de Hiémain, prête à me lever. Il est parti à l’entraînement depuis un petit moment à présent, mais je sais qu’il m’a réservé l’après-midi : nous avons des plans pour le petit Arsène, et c’est à deux que nous allons les exécuter. Nous nous sommes bien réparti les tâches : à lui l’essentiel, à moi l’accessoire, et cela fait des semaines maintenant que j’ai pris contact avec les meilleurs artisans de l’empire, pour être certaine d’avoir dans les temps tout ce qu’il me fallait. La dernière livraison est arrivée hier, et je passe une main attendrie sur les clochettes qui parent l’objet – elles tintent à chaque mouvement, doucement, comme les grelots lovés dans mes boucles d’oreilles et qui tintent aussi lorsque je tourne la tête. Je l’aime, ce petit : j’espère que ce petit détail lui rappellera un peu de moi quand il profitera de son présent.

J’espère qu’Arsène aimera notre cadeau.

Midi approche, et je suis prête : bien habillée, bien coiffée, soigneusement parée, je suis au palais ducal après avoir passé un moment avec ma sœur bien-aimée, et j’attends Hiémain qui ne devrait plus tarder. J’ai demandé à Arsène de nous rejoindre aussi : je sais qu’il est avec Joséphine à présent, qui doit être en train de s’assurer qu’il est à peu près présentable. C’est un jour particulier après tout ! Et le voilà qui arrive, l’air un peu perplexe : il ne doit pas avoir l’habitude de toute cette attention, et prise d’un sentiment que je ne peux réprimer, je le serre contre moi un instant pour un câlin attendri. « C’est un jour particulier aujourd’hui, tu le sais, n’est-ce pas ? Nous sommes le dix-huit, c’est ton anniversaire, et je te souhaite une belle année à venir, Arsène. Je te souhaite du bonheur, mon petit – tu le mérites. » Je le berce contre moi un instant, émue finalement de me trouver gardienne de ce garçon un peu turbulent et adorable ; quand soudain, un son de clochettes agitées en rythme m’avertit de l’arrivée de Hiémain, avec notre cadeau.

D’un sourire rayonnant, je l’accueille, lui laissant présenter notre surprise au petit : c’est tout autant son idée que la mienne, et je sais qu’il a pour Arsène une profonde affection, que le petit lui rend amplement.

J’espère que notre cadeau lui plaira !

Spoiler:
 

_________________








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 296
J'ai : 35 ans
Je suis : baron de Sylvamir, voleur de la Cour des Miracles, ancien Fils des Ombres

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles et Astrid, duchesse de Valkyrion
Mes autres visages: Denys du Lierre-Réal, Anthim d'Erebor, Rackham l'Îlien et Joséphine Siguardent
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Jeu 11 Aoû - 0:18

Il a un long soupir le Hiémain en comprenant que le petit Arsène n’est pas innocent dans toute cette affaire. Croire le contraire aurait été naïf quand on connaissait le talent de ce petit à jouer au terroriste. Le baron de Sylvamir ne répondit rien quand Ilse s’approcha pour réprimander clairement le petit voleur et acquiesça même à la punition qui lui était donné. Son regard sévère se posa quelques secondes sur l’enfant, signifiant clairement que Mélusine serait tenue au courant de cette affaire. Puis s’excusant pour lui aussi, il l’embarqua, promettant qu’il surveillerait qu’Arsène fasse ce qui lui était demandé. Une condamnation que le baron savait de bien moindre importance et qui perdrait de son aspect tyrannique quand il verrait la surprise et le cadeau que lui et sa tendre Mélusine avaient préparé pour son anniversaire.

Le 18, peu après midi et alors qu’il venait de terminer l'entraînement dans les arènes, Hiémain partit chercher le fameux cadeau qui n’était pas très discret et ne permettait pas d’être caché dans un placard. Le cliquetis des nombreux objets qu’il transportait accompagnèrent le baron dans sa marche jusqu’au palais ducal de Hacheclair où lui et Mélusine s’étaient donnés rendez-vous. Elle s’occupait de récupérer Arsène, lui s’occupait de ramener le présent. Il ballotte derrière lui, il sonne au son des clochettes qui lui sont accrochées, et quand enfin il passe le portique de la cour avec à sa suite un petit poney au poils ras d’un charmant brun alezan, l’étonnement et la stupéfaction d’Arsène fait naitre un large sourire sur le visage de Hiémain. Il ne bouge pas le petit, trop étonné, et pourtant, le baron continue d’avancer, bride en main, tirant doucement sur la bête toute harnachée de grelots et clochettes, cadeau de Mélusine qui a su trouver de merveilleux artisans pour façonner le matériel d’un petit cavalier en herbe.

« Bon anniversaire Arsène, que cette année t’inculque un peu de sagesse entre deux destructions de Vivenefs. » Il se moque gentiment, le Hiémain, sa main vient ébouriffer la chevelure du gamin avant de lui tendre les brides. « C’est une demoiselle. » Dit-il en montrant la petite ponette toute calme qui semble regarder son nouveau maître avec une tendre affection. « Prends en bien soin bonhomme. »


Spoiler:
 

_________________

Cette âme est pleine d'ombre, le péché s'y commet. Le coupable n'est pas celui qui y fait le péché, mais celui qui y a fait l'ombre — Victor Hugo.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
La Noblesse
avatar

Messages : 4531
J'ai : 33 ans
Je suis : le duc de Lagrance, marquis du Lierre-Réal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lagrance avant tout, à l'Ordre du Jugement et dans une moindre mesure à l'empire de Faërie
Mes autres visages: Hiémain de Sylvamir, Anthim d'Erebor, Rackham l'Îlien et Joséphine Siguardent
La Noblesse
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Jeu 11 Aoû - 0:55

Quelle chance avait-il qu’elle l’écoute ? Ses mots avaient-ils seulement un sens devant ce regard avide de sang, désirant plus que tout trancher le fil de sa vie d’un coup de lame ? Il pense que non, le duc de Lagrance, quand il voit l’assassin s’approcher, marquant seulement une pause l’espace de quelques secondes avant de s’élancer à nouveau, la lame prête à lui trancher la gorge. Elle touche sa peau d’ailleurs, en coupe une partie, une entaille qui laisse doucement s’écouler son sang. Il pensait voir la mort arriver, il croyait Sithis venu le chercher… qu’est-ce donc qui a arrêté la main de l’assassin ? Il ne saurait dire, mais un long frisson remonte le long de son échine, comme si une présence glaciale prenait place dans son dos. Il en tremble Denys, il en tremble oui, et les poils s'hérissent dans son dos, mais les mots qui se murmures à son oreille lui redonnent contenance. Ou presque. Sa voix n’est pas assurée, mais il parvient malgré tout à s’expliquer.

« Jadis ces reliques ont été volé à votre Ordre, et ce n’est pas la première fois que la couronne de Faërie vous vole quelque chose. J’ai tous les moyens pour vous rendre ces deux objets : mes liens auprès de l’Impératrice, ma connaissance du palais Impérial et des sorts qui le protègent ainsi que mes contacts auprès de certaines puissances de Lorgol. Tôt où tard, Realia et Calibourne seront déplacées dans le plus grand des secrets et vous n’aurez aucun moyen de les revoir. Je suis votre seule chance de les récupérer sans subir de pertes graves. »

Ce qui entrainait certes un danger pour lui, mais là dessus, Denys préférait encore mettre au point ce plan de vol que mourir sous les coups d’une lame d’une enfant de Lida. Ah il n’en menait pas large, mais ce qu’il disait était malgré tout vrai : Realia et Calibourne ne resteraient pas éternellement à Alfaë. Le duc avait beaucoup de contacts, des talents pour brouiller les pistes et connaissait son sujet mieux que personne. L’aide de la Cour des Miracles lui serait précieuse et son amitié avec le second saurait faire de cette mission une réussite. Seulement si l’on décidait de l’épargner ce soir. Et intérieurement, oui Denys priait. Priait Sithis qu’il l’épargne. Priait Lida de calmer la main de sa fille.

Spoiler:
 

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Confrérie Noire	• Admin
avatar

Messages : 304
J'ai : 29 ans
Je suis : Écoutante de la Lame pour la Confrérie Noire • Princesse de Valkyrion

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Sombre Mère, et Valkyrion
Mes autres visages: Mélusine de Séverac • Quitterie Aubenacre • Freyja de Brunante • Rejwaïde Sinhaj • Faustine de la Fugue
La Confrérie Noire • Admin
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Jeu 11 Aoû - 1:31

Immobile, j’écoute ce qu’il a à dire. Et j’avoue que l’Écoutante de la Lame derrière mon masque est marginalement intéressée par la proposition. Permettre le retour de Calibourne et Realia au sein de la Confrérie est une mission de taille, et il est vrai que j’ai toujours grincé des dents à savoir nos reliques ancestrales dormantes au sein du trésor impérial de Faërie. Reconquérir ces emblèmes traditionnels, ces attributs de notre Déesse et de son Dieu, ma foi… Cela redorerait sûrement un peu le blason de la Confrérie Noire dont le prestige a été ébranlé par le massacre scandaleux de notre Orale il y a déjà un an et demi. Alors, dans le silence qui s’éternise, j’attends, la pointe de ma lame sous son menton, que ma Sombre Mère décide.

Une autre présence me titille la nuque. Puissante, solennelle, implacable comme celle de Lida, mais plus sereine. Est-ce notre Dieu sans Visage, le divin Consort ? Un rapide coup d’œil aux alentours ne me montre qu’une ombre sans substance aux côtés de ma Sombre Mère, mais cela ne m’étonne pas : le Dieu se manifeste rarement, mais je pressens qu’il est là. D’un geste empreint de noblesse, Lida incline profondément la tête, manifestant son approbation, et je réprime un soupir frustré. Le sang ne coulera pas ce soir ; mais les intérêts de la Confrérie seront bien servis. Je lâche le duc, recule de deux pas – l’ombre avance, et deux bras spectraux enlacent Denys du Lierre-Réal, juste une seconde, avant de se dissiper. Je sais qu’à présent, sur son torse, la paume rouge de Sithis indiquera que cet homme lui appartient, et un sourire maléfique étire mes lèvres. Sait-il à quoi il a souscrit en s’offrant au service de mes Dieux ?

« Le Dieu sans Visage t’a marqué. Tu lui appartiens à présent, la vie que tu possèdes est celle qu’il t’a permis de conserver. Remplis ton engagement et sois loyal dans ton serment – car ce qu’Il donne, Sithis peut aussi le reprendre. Je viendrai prochainement m’assurer que tu tiens ta promesse… Calibourne et Realia, contre ta vie. Romps cet accord, et assume les conséquences en toute connaissance de cause. As-tu compris ? »

Spoiler:
 

_________________


« Sweet Mother, sweet Mother, send your child unto me,
for the sins of the unworthy must be baptized in blood and fear. »
© acidbrain

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs • Admin
avatar

Messages : 4235
J'ai : 38 ans
Je suis : Voltigeuse

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ermengarde, duchesse de Bellifère ; Alméïde, princesse d'Erebor, et son duc, Anthim ; Augustus, empereur d’Ibélène
Mes autres visages: Tristan d'Amar, Meldred Vif-Ressac, Astrée Aubétoile
Les Voltigeurs • Admin
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Jeu 11 Aoû - 1:41

Un sourire orna les lèvres de la voltigeuse, quand elle vit son amie de longue date lui proposer une fiole – ça n’était pas la première fois qu’elle prenait ce remède si efficace. En améliorer le goût ne serait pas de trop, mais elle ne l’avait jamais dit à Marianne, et c’était le cadet de ses soucis en l’instant. Oubliées, toutes douleurs, en tous les cas ! Elle regarda à nouveau le guerrier. Elle était persuadée, Grâce, de pouvoir le foudroyer sur terre. Non pas par la force brute, comme lui semblait vouloir le faire, alors qu’il répondait à Octavius que le premier à terre perdrait. Ce serait lui, et son sang coulerait en premier aussi. Elle était certes sûre d’elle, un peu trop peut-être, mais pas assez pour se reposer sur ses capacités – au-delà de la moyenne, c’était certain. Elle regarda autour d’elle, cherchant un point d’appui, comme Corail en était un pour elle, alors qu’il s’élançait d’un pas lourd et qui trahissait son manque de flexibilité quant à ses mouvements. Souriant, elle tenta d’esquiver, et de toucher son flanc, déséquilibrée un instant par l’imposante masse qui lui faisait face. Son épée érafla légèrement son épaule, alors qu’elle s’éloignait en courant. Peu importait, cela ne l’arrêterait pas. Courant jusqu’aux gradins, elle en monta trois ou quatre, ce qui le ralentirait assurément. Tous les coups étaient permis, n’est-ce pas ? Elle aurait pu appeler Corail, mais elle s’en abstient. Par orgueil, surement. Un instant, elle se demanda si elle pouvait recourir à l’aide de Mayeul pour monter sur ses épaules et viser son adversaire depuis cette position haute, mais ça lui semblait compliqué – aussi agiles étaient-ils, ils n’étaient pas entrainés à cela. Armant son arbalète, elle visa le genou de l’homme, décochant rapidement le carreau. Elle pourrait tenter le second, après.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 1719
J'ai : 26 ans
Je suis : Voleuse spécialisée dans l'escalade à la Cour des Miracles.
(Futur Roi Blanc et Fils des Ombres :sisi: )

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des ombres
Mes autres visages: Antonin de Faërie
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Jeu 11 Aoû - 8:27

Une explosion retentit, atténuée par la distance et les énormes murs du bâtiment. J’étais tentée d’y aller. Mais les affaires étant ce qu’elles étaient, j’avais malheureusement plus important à faire. J’irais plus tard, ainsi les autorités se seront dispersées, les rumeurs iront bon train et peut-être réussirais-je à obtenir quelques arrangements avantageux. Sans nul doute que les langues se délieront aux crépuscules, l’alcool comme allié, je n’aurais aucun mal à avoir tous les détails de cette mystérieuse cacophonie. Sans compter que les animosités entre les participants devenaient palpables, les rivalités se renforçaient. Grâce avait même défié l’un de ses… compagnons ? Pouvais-je les appeler ainsi ? Enfin bref,  un murmure avait parcouru l’assemblée et puis les spéculations devinrent brouhaha. Il était hors de question de partir tout de suite alors que les mises étaient en train de doubler et pas seulement concernant le tournoi. Visiblement, Grâce ne partait pas favorite, le peuple était toujours plus prompt à se ranger du côté de celui à la carrure la plus large. Cependant, c’était une voltigeuse, elle avait de l’allure, elle semblait savoir ce qu’elle faisait. Le doute qui s’insinuait dans les débats empêchait les gens de totalement la dénigrer et refusant ainsi d’offrir une victoire facile à Sérenus.

Puis une voix m’interpelle et je me retourne souplement pour faire face à un homme dont les traits étaient camouflés par un chapeau. Je penche légèrement la tête sur le côté pour tenter d’intercepter le regard qu’il me dissimulait dans l’ombre avant du lui offrir un sourire franc sur la mise qu’il me proposait. Je marque la somme, le pari et son nom consciencieusement tout en empochant l’argent.

-Bien sûr qu’elle en gagnera une. Il en va de nôtre fierté.

Je lui adresse un clin d’œil. Toujours ravie de croiser ceux qui étaient pour la Ville Basse. Comme lui un instant plus tôt, je lui fourre un papier dans la main, indiquant l’endroit où il pourrait récupérer sa mise. J’avais comme l’impression qu’il oublierait sitôt après le lui avoir dit de vive voix et je tenais à cœur d’être prise pour une honnête voleuse. Enfin, pas que la seconde partie se devait d’être connue. Enfin honnête… tant que la situation l’exigeait.

~~

La ville grouillait d’activité et il en serait certainement ainsi jusqu’à la fin des festivités. L’humeur était au beau fixe, il n’était pas rare de voir quelques rixes éclater ici et là. Mais jamais rien de bien méchant, la plupart se finissaient par des accolades bourrues ou des insultes graveleuses. Rien de bien méchant en somme. J’étais en route pour le port, j’avais déjà eu quelques rumeurs qui m’étaient tombées dans l’oreille. Les pirates de l’Audacia avaient détruit une douzaine de navire du port en faisant exploser des bombes et recouvert leur voile du sang qui avait coulé. Si je me doutais des propos un tantinet grossis de l’affaire, le vivenef et son équipage étaient en tout cas au centre des histoires les plus folles. Pourtant, quelque chose de plus intéressant me tomba dans les mains, ou sous les yeux. C’était au choix. La masse imposante et bien dessinée du champion de la Ville Haute. L’envie d’aller le taquiner était bien trop tentante pour que je puisse simplement l’ignorer. D’un pas dansant, je m’en vais l’accoster, un sourire mutin plaqué sur les lèvres. S’il devait s’énerver, j’avais de bonnes chances de pouvoir disparaitre dans la foule sans qu’il n’arrive à me retrouver.

-Bien le bonjour messire. Vous êtes bien le champion de la Ville Haute n’est-ce pas ? Alors cette première journée, pas trop difficile ? J’étais dans les gradins à vous voir vous entrainer. Vous et les autres. Si vous saviez les paris que les uns et les autres déclament à l’encontre des champions, vous en auriez les oreilles qui sifflent.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles • Modo
avatar

Messages : 407
J'ai : 13 ans
Je suis : Un enfant élevé à la Cour des Miracles
Un voleur, un brigand, un petit menteur que personne ne peut détester.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Mayeul de Vifesprit - Maximilien de Séverac
La Cour des Miracles • Modo
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Jeu 11 Aoû - 9:47

Il avait acquiescé aussi, quand Ilse avait déterminé sa punition. Et depuis, chaque matin à l’aube, il était sur le pont, briquant l’Audacia avec conviction, sans jamais se plaindre de son travail. Quiconque l’aurait vu aurait pensé à quel point il était décidé à racheter sa faute. Bien sûr, c’était en partie le cas : les reproches d’Ilse et le regard sévère de Hiémain l’avaient ébranlé, autant que la conscience d’avoir provoqué une presque catastrophe. Mais ce n’était pas sa seule motivation. Les canons. Freyja avait dit qu’il pouvait et malgré les dénégations de la pirate, Arsène espérait que quand elle lui aurait pardonné, elle écouterait et le laisserait tirer. Enfin. Même si sa première expérience n’avait pas été une réussite.
Il lui avait même offert un cadeau, à ilse. Un parchemin sur lequel étaient tracés, à grand renfort de langue tirée et de patiente concentration, trois mots : JE SUIS DESAULÉ, ainsi qu’un bracelet fait de coquillages et de perles de bois colorées, confectionné à l’aide d’Agathe et Joséphine. Il avait prévu presque la même chose pour Mélusine, mais en collier, et ce n’était pas encore tout à fait fini.

Il avait laissé son présent dans la cabine de la pirate la veille de la première épreuve, quand s’achevait sa punition de récurrage de l’Audacia, avant de quitter le bord. Deux heures plus tard, baigné et habillé avec soin, l’enfant fût conduit dans la cour du palais Ducal, à son immense perplexité. Etait-ce vraiment une surprise qui l’attendait, ou allait-il encore se faire gronder pour ce coup de canon intempestif ? Mais quand Mélusine l’accueillit avec un câlin, il se détendit visiblement, Arsène, goûtant à son étreinte avec délice. Ses yeux mutins s’étaient levé jusqu’au visage de la marquise, interrogateurs, mais elle prit la parole et il se contenta d’acquiescer. Il savait, oui, que c’est son anniversaire. Douze ans. Son premier anniversaire sans sa mère adoptive, et c’est peut-être pour ça qu’il se serra plus fort contre Mélusine, sans dire un seul mot, dans un câlin empli de chaleur et d’amour.

Le son de petites clochettes sonnant avec entrain lui fit détourner les yeux tandis que Hiémain entrait dans la Cour suivi d’un petit poney , source de ce joyeux son. Ne sachant trop que croire, Arsène ouvrit de grands yeux devant les nouveaux arrivants, immobile et silencieux. S’il bougeait, il craignait un peu de rompre le sort, et ce n’est que les paroles de Hiémain qui le décidèrent, accompagné du mouvement de sa main qui lui tendait la bride. «C’est pour moi ? C’est vraiment pour moi ?» Il n’allait pas pleurer - il était grand ! - mais quand il se précipita sur Hiémain pour l’enlacer, sous le regard placide de la petite ponette, il y avait peut-être une vague trace de larmes sur la tunique de ce dernier.
D’un bond, il sauta jusqu’à Mélusine, sans lâcher son présent pourtant, enfouissant son visage dans les robes de la jeune femme qui étouffèrent à moitié ses paroles. «Merci merci ! Je vous promets, je serais très sage ! Et elle aussi ! On vous embêtera pas, promis !»

Il avait eu très peur, en vérité, que Mélusine décide qu’il ne valait pas la peine et préfère se débarrasser de lui après son exploit avec les canons. Ou que Hiémain le ramène à Lorgol séance tenante. Il ne l’avouerait probablement jamais, mais qu’ils lui offrent un cadeau en rapport avec cette nouvelle vie qu’ils lui promettaient était un présent plus grand encore que cette petite bête qui le regardait avec des yeux doux.
S’arrachant de l’étreinte de Mélusine, c’est au cou de sa ponette qu’il vint se pendre, débordant d’amour, pour lui dire. «J’vais t’appeler Clochette, tu veux ? On va devenir les meilleurs amis du monde, et je m’occuperais de toi tous les jours, c’est promis !»

Spoiler:
 

_________________
Paroles: teal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs • Admin
avatar

Messages : 4235
J'ai : 38 ans
Je suis : Voltigeuse

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ermengarde, duchesse de Bellifère ; Alméïde, princesse d'Erebor, et son duc, Anthim ; Augustus, empereur d’Ibélène
Mes autres visages: Tristan d'Amar, Meldred Vif-Ressac, Astrée Aubétoile
Les Voltigeurs • Admin
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Jeu 11 Aoû - 10:24

Deuxième jour d’entrainement


La séance de la veille avait été écourtée pour Ilse – et que la nouvelle avait enchantée la Voltigeuse, de voir ces imbéciles vociférer à propos de leurs vivenefs décapitées, même si l’idée la faisait réellement frémir, surtout depuis qu’elle avait donné son sang et conçu elle-même des vivenefs. Grâce comptait malgré tout bien mettre à profit leurs deux talents à Ilse et elle, pour leur montrer à tous. Elle avait encore fait la fête, la veille, mais le remède anti-gueule de bois que Marianne lui avait remis ne la quittait pas. Pour la remercier, elle lui avait d’ailleurs payé une choppe de rhum – une bouteille entière, plutôt, ne l’ayant pas trouvée alors qu’elle était passée par ses appartements. Peut-être celle-ci l’y attendait encore. En tout cas, elle n’avait pas encore pu profiter de ses appartements, et sans trop savoir comment après avoir encore emprunté un hamac sur l’Audacia, elle s’était glissée dans ces derniers aux aurores, pour prendre un long bain chaud. Elle n’était pas femme à faire cela, Grâce, plutôt femme d’action, mais nul n’aurait à le savoir, n’est-ce pas ? Elle fit couler de nombreux sels dont elle n’avait même pas l’existence, et manqua s’assoupir dans le bain. Ça, et sa tête qui la martelait encore. Bah, elle s’en remettrait. Tant que c’était pas insupportable, elle conserverait le précieux graal remis par Marianne. Et, Levor en soit témoin, elle utiliserait ce médaillon fort utile, qui transformait l’eau en vin. Oh, ce qu’elle avait glapi, quand elle avait joué une farce à certains de ses camarades de Vol, avec la complicité de la femme de l’Aubergiste qui les accueillait pour un repas auquel elle n’était pas conviée et ne voulait pas assister qu’elle avait rémunéré pour le vin qu’elle avait changé en eau. Quel rire, depuis l’alcôve dissimulée à la vue de tous qui se situait dans cette auberge. Elle fut secouée d’un nouveau rire, et si elle se garderait de recommencer pour ne pas attirer d’ennui à sa complice fortuite, elle en aurait fait grand jeu.

Levant sa main à hauteur de ses yeux, elle constata que celle-ci n’allait pas tarder à avoir l’apparence d’une main de femme de près de soixante dix ans – sans offense à sa duchesse, qu’elle appréciait davantage pour le soutien qu’elle lui avait fourni toutes ces années durant, mais surtout pour avoir nommé Marianne championne de Bellifère. Quel pied de nez ! Elle devrait aller lui présenter ses hommages, pour la féliciter de ce splendide tournoi, et de cette sélection parfaite de champions – et ça l’incluait, mais elle se garderait de dire cela. Ce n’était pas correct, pas face à une duchesse. Elle avait du brailler plus d’une fois que les femmes de l’Audacia – oui, c’était un raccourci facile, mais personne ne l’avait contredite – allait tout gagner, tout rafler. Elle avait d’ailleurs parié qu’Ilse, Marianne et elle gagneraient forcément une opale d’ici la fin du tournoi. Ou plusieurs. Plutôt plusieurs. Sortant de son bain, elle s’enveloppa dans une serviette moelleuse, et revêtit l’armure quotidienne que Liselotte lui avait fait voilà quelques temps. Assouplie, confortable, et surtout adaptée à elle, elle était parfaite pour s’entrainer. Elle en avait une autre bien plus prestigieuse – mais tout aussi maniable – pour le réel tournoi, sans savoir s’il leur en serait fournie une par les organisateurs. Elle prenait de toute façon un réel plaisir à se faire confectionner des tenues par Liselotte, et la réciproque devait être vraie. Surtout pour ces créations peu conventionnelles qui convenaient à une femme guerrière mais élégante, qui devait prêter attention à tous les détails pour ne pas être limitée dans ses mouvements. Oui, Liselotte excellait dans son art, et c’était fort heureux.

Elle avisa Ilse aussitôt sur le terrain d’entrainement, et se présenta à elle sans plus attendre. « Alors, on s’entraine ? Moi à l’arbalète, toi qui fait exploser mes carreaux ? Je me suis ravitaillée hier. Je pense qu’on peut faire un duo du tonnerre. Enfin, je t’ai pas demandé, mais si on fait ça ensemble, et que Marianne assure nos arrières si on est un peu trop blessées, ça marchera, non ? On y va ? »

Adélaïde, son arbalète, attendait. Grâce aussi.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dragonnet du Chapitre • Version 2.5
avatar

Messages : 872
J'ai : 35 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Raygnar d'Ysgramor / Elliott Ross
Dragonnet du Chapitre • Version 2.5
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Jeu 11 Aoû - 11:27

Et il s'élança.

Serenus concentra son énergie dans ses jambes puissantes pour gagner de la vitesse et à terme, percuter la voltigeuse comme un boulet de canon. Malheureusement, sa corpulence le rendait beaucoup moins agile que son adversaire qui esquiva son attaque aussi facilement que s'il était venu à sa rencontre en marchant. Serenus put cependant érafler son épaule avec le tranchant de son épée. Le combat aurait pu s'arrêter là si Serenus avait choisi le premier sang. Et voilà maintenant qu'elle partait en courant en direction des gradins, qu'elle escalada à une vitesse qui déconcerta le guerrier pendant quelques secondes. Il secoua la tête ; se ressaisit et suivit Grâce qui avait décidé d'adopter une stratégie qui lui serait favorable vu que, d'une part, les guerriers étaient beaucoup plus à l'aise sur la terre ferme et que, d'autre part, Serenus avait le vertige. Mais ça , elle ne le savait pas. Serenus se hissa sur l'un ds gradins tout en gardant un œil sur l'arme que tenait son adversaire. Soudain, un bruit sourd ressemblant à un « tchac » et un choc contre son genou droit le fit grimacer. Un carreau d'arbalète avait percuté sa genouillère. Serenus leva la tête, croisa le regard de la femme qui rechargeait son arme et leva son bouclier au moment où elle tira. Le carreau se ficha dans le bois de son bouclier. Serenus en profita pour se hisser à la hauteur de Grâce. Il avait maintenant compris que son plus gros point faible, c'était son arme. Le temps qu'elle mettait à la recharger jouait grandement en sa défaveur. Serenus, entre chaque tir, donnait un maximum de coups, du plat de son épée, afin de ne pas blesser davantage son adversaire. Ils allaient être coéquipiers après tout, et il devait veiller à ce qu'elle soit en forme pour le tournoi. Cependant, même s'il ne faisait pas couler son sang, il frappait sans ménagement, essayant de l'épuiser pour pouvoir porter le coup qui mettra fin à la bataille.  
Frapper, parer, frapper, parer. Le combat devenait lassant pour Serenus qui tenta le tout pour le tout pour que tout cela finisse. Il s'écarta de son adversaire et donna un coup sur son bras qui lui fit lâcher son arme. Il espéra cependant ne pas avoir cassé le poignet de Grâce qui allait bien en avoir besoin. Puis il appliqua la méthode du bélier. Il poussa de toute ses forces la jeune femme vers le bord des gradins en veillant à ne lui laisser aucun espace pour lui permettre de fuir...

Le combat se termina enfin. Grâce avait perdu, elle était la première à terre. Quand cela arriva, Serenus rengaina son épée, tendit la main pour la relever et héla un domestique pour qu'on vienne soigner leurs petites plaies. Serenus posa la main sur son épaule et lui dit :

« Je regrette maintenant de vous avoir regardé comme ça, championne d'Erebor. Vous avez prouvé que vous savez vous battre mieux que quiconque. Votre seule faiblesse, c'est votre arme. Je suis mal placé pour le dire mais un arc serait plus facile à manipuler. Mais quand bien même, le duché d'Erebor peut être fier de vous. Et j'ai maintenant hâte de combattre à vos côtés. ».

Serenus sourit et s'éloigna en direction de son compagnon d'arme Octavius avec qui il finira la journée avec des exercices en tout genre. A la fin de la journée, il demanda à ce qu'on lui fasse remplir une baignoire d'au chaude et, lorsque cela fut fait, il se glissa dedans avec un soupir de soulagement. Ses muscles se relâchèrent et il put profiter de cet instant de détente privilégié. Il était prêt à attaquer le deuxième jour d’entraînement.

Spoiler:
 

_________________










Hey:
 

Dragonnet 2.4:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Jeu 11 Aoû - 13:17

Deuxième jour d’entrainement, en début d’après-midi


Sitara avait été brièvement observé la championne d’Erebor, leur championne, se battre la veille. Elle avait combattu vaillamment contre le champion de Cibella, bien qu’elle ait été mise à terre la première. Sûrement aurait-elle continué à se battre, mais il semblait que cette compétition amicale devait se conclure sur le premier à terre. Elle était quand même particulièrement satisfaite du choix de son époux. Leur sigisbée était valeureuse, combattive et talentueuse. Elle n’en demandait pas plus.

Si elle ne s’y était pas rendue, ce matin là, elle avait décidé de retourner voir Grâce Martel avec le présent qu’elle avait pour elle. Il était, à vrai dire, forgé depuis quelques semaines déjà, mais elles n’avaient pas eu l’opportunité de se revoir pour qu’elle puisse le lui remettre. Et quelle meilleure occasion que ce tournoi, pour ce faire, de toute façon ? C’était là un puissant cimeterre, finement ouvragé, et adapté à sa physionomie et sa maîtrise d’un combat aérien – il était, à vrai dire, légèrement modifié et raccourci, pour ne pas entraver ses mouvements -. Sitara savait, d’Alméïde, que la jeune belliférienne avait commencé à s’entrainer avec une telle arme. Surement ne la porterait-elle que pour l’apparat, pour le tournoi du moins, mais cela importait peu. Cette arme lui servirait toute sa vie, pas uniquement pour les jours à venir.

Elle prit une légère collation en compagnie d’Anthim, et confia Qasim à sa nourrice, avant qu’ils ne se rendent ensemble auprès de leur championne. Lui adressant ses sincères félicitations, elle lui remit l’objet, presque aussi impatiente qu’un enfant à l’idée qu’elle l’ouvre. « Dame Martel, vous faites notre fierté. Acceptez ce modeste présent, qui vous attend depuis quelques semaines chez nous, que j’attendais de pouvoir vous remettre en mains propres. Vous nous faites, assurément, honneur. J’ai parié que vous porterez le plus grand nombre de coup, vous savez. » Elle avait en effet croisé une jeune femme répondant au nom de Mélodie, qui prenait des paris. La demoiselle ne l’avait pas abordée, mais Sitara, elle, n’avait pas hésité. Elle avait parié 30 fleurons, sur sa championne. Elle était confiante, après tout. Et elle savait que ces 30 fleurons pouvaient être mieux utilisés, mais elle se promit que, si elle gagnait, elle les offrirait à quelque pauvre. Pas par condescendance, mais par réel souci d’améliorer leur vie.

Elle encouragea Grâce à ouvrir le paquet d’un léger sourire, et s’éloigna légèrement une fois cela fait, pour observer les équipements de chacun, et leur façon de se comporter. Elle savait, après tout, se battre. Elle se garderait bien de commenter, ça n’était pas son rôle, mais elle était curieuse d’observer les techniques de chacun. Quelques minutes après, elle se rapprocha de son époux, prenant congé de la voltigeuse.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs • Admin
avatar

Messages : 4235
J'ai : 38 ans
Je suis : Voltigeuse

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ermengarde, duchesse de Bellifère ; Alméïde, princesse d'Erebor, et son duc, Anthim ; Augustus, empereur d’Ibélène
Mes autres visages: Tristan d'Amar, Meldred Vif-Ressac, Astrée Aubétoile
Les Voltigeurs • Admin
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Jeu 11 Aoû - 13:59

Premier jour d’entrainement, duel avec Serenus


Grâce tolérait bien mal le dédain, et encore plus le mépris ouvert, dont avait fait preuve Serenus Dardalion, ainsi qu’il avait été présenté, en les voyant. Cette supériorité si insupportable, si… si belliférienne, l’irritait profondément. Elle ne regrettait pas une seule seconde son défi, et elle le mènerait jusqu’au bout. Avec dignité, et la tête, et ce qu’elle doive gagner ou perdre. Bien qu’elle préfère gagner, et s’en sache parfaitement capable. Même si son adversaire devait avoir des atouts qu’elle ne possédait. La réciproque était de toute façon vraie, y compris pour les défauts.

Elle fanfaronnait, surement, mais elle adopta une concentration grandement sérieuse, quand leur affrontement commença réellement. Partie, la championne vexée, et orgueilleuse. Ne restait que la voltigeuse appliquée, qui n’en démordrait pas si elle ne donnait pas le meilleur d’elle-même. Elle jura légèrement quand l’épée érafla son épaule, mais ne se laissa pas distraire. C’était un coup assez léger, elle en avait déjà subi des biens plus douloureux, et elle pourrait s’en sortir.

Elle abandonna malgré tout l’arbalète, quand il se mit à l’assaillir de coups puissants, bien que mesurés, perdant quelques précieuses secondes à s’en débarrasser, pour saisir son épée courte. Elle para aussi bien que possible les coups dont il faisait preuve. Il avait beaucoup d’endurance. Elle aussi. Ce serait au premier qui commettrait une erreur d’attention. Elle entailla, de manière assez superficielle quoi que le tranchant de son épée pourrait laisser une marque, la joue de l’homme, qui sembla acquérir une hargne et une concentration nouvelles suite à ça, se fendant d’un coup qui lui fit lâcher son épée, et chuter au bas du gradin sur lequel elle se trouvait. Si la hauteur l’avait aidée, avant qu’il ne s’approche tant, elle la desservait actuellement, alors qu’elle se trouvait entrainée par le mouvement de l’arme de son adversaire. Saisissant la main de ce dernier, elle luii adressa un sourire plutôt sincère, en entendant ses excuses.

« Je me suis peut-être emportée, mais on aura tous les deux retenus notre leçon. Votre endurance est admirable. Je suis rassurée de savoir que vous serez la première barrière entre nous, et quoi que ce soit que nous aurons à affronter. Elle n’en dirait pas de même d’Octavius, certes pas. Il semblerait qu’une jeune femme prenait des paris, tout à l’heure. Si je la trouve, soyez certain que je parierai sur vous pour avoir, justement, la meilleure résistance au temps qui passe. »

Elle laissa soigner les plaies mineures qui étaient siennes parce quelques apprentis médecins, et partit donc à la recherche de Mélodie, à qui elle confia 5 fleurons, la promesse d’une chope de rhum à partager, plus une bouteille pour le réel pari, et un coquillage fort joli qu’elle avait ramené de l’île des Amoureux du Vent, mais qui n’avait réellement aucune valeur. Elle paria que Marianne surpasserait son acolyte en quantité – et qualité – de soins prodigués, qu’Ilse ferait un sans faute pour attendre ses cibles, qu’elles gagneraient toutes deux des opales, évidemment, et que Serenus serait donc le plus endurant des deux guerriers présents. Elle la trouva flânant dans la ville, et l’invita à boire la chope qu’elle s’était dit qu’elle lui offrirait, en lui donnant ses paris.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 4531
J'ai : 33 ans
Je suis : le duc de Lagrance, marquis du Lierre-Réal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lagrance avant tout, à l'Ordre du Jugement et dans une moindre mesure à l'empire de Faërie
Mes autres visages: Hiémain de Sylvamir, Anthim d'Erebor, Rackham l'Îlien et Joséphine Siguardent
La Noblesse
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Jeu 11 Aoû - 14:03

Sa respiration pourrait presque se briser, tant elle était saccadée par la peur. Sa gorge lui semblait tout à coup sèche, douloureuse, au delà de la lame qui appuie contre lui et lui ôte toute envie de rajouter quelque chose. Et l’attente est insoutenable. Plusieurs fois le duc se doit de réprimer un frisson, mais ils se font plus insistants, plus forts, comme si autre chose venait d’entrer dans cette pièce… Comme si les dieux eux même étaient venus observer de leur écrasante puissance cette scène au cœur de la nuit. Et quand elle recule d’à peine quelques pas, que Denys sent vraiment une présence l’entourer pour une poignée de seconde, son souffle se coupe bel et bien, sans savoir pourquoi réellement. Une sensation inconnu, indicible, presque froide, et il faut les mots de l’assassin pour qu’il comprenne la signification de tout ceci. Et il en a froid dans le dos, à cette simple idée. Il tremble de ce serment qui le relie au Dieu sans Visage pour le reste de sa vie. Mais n’était-ce pas là la seule solution qu’il avait ?

« Parfaitement oui. »

Et les conséquences à une trahison de ce genre seraient pires sans doute que la mort. Il suffisait de voir jusqu’où était capable d’aller la Confrérie pour la vengeance. Il ne tenait pas à ce que d’autres payent le prix de ses serments rompus. Le duc de Lagrance ne comptait de toute façon pas échouer. Et elle s’éclipse comme elle était venue, l’enfant de Lida, disparue dans les ténèbres, laissant Denys seul à ses réflexion et à la peur qui malgré tout ne voulait pas le quitter. Marqué par Sithis… il regarde le symbole sur sa peau, à la lueur d’une bougie rapidement allumée et sur le reflet d’un miroir. Si rouge, si sombre pourtant. Mais il n’avait pas le choix. Dès demain il s’activerait, dès demain il se devrait de quitter Hacheclair pour quelques jours et aller à Lorgol, contacter ses alliés de la Cour.

Mais ce soir, il a besoin de se détendre. Il a besoin de laisser l’alcool envahir ses sens et oublier, ne serait-ce qu’une seconde ce contrat qu’il a signé de sa vie. Juste quelques verres, avant qu’il ne revienne à la réalité. Alors il quitte ses appartements, sans le moindre garde pour le surveiller et sort dans la nuit si vivante de la capitale de Bellifère. Les rues sont encore agitées, même à cette heure…

Spoiler:
 

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 2561
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheuse du dragon Mirage dans le Vol de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Duc de Lagrance, Denys du Lierre-Réal, et aux Chevaucheurs
Mes autres visages: Liam d'Outrevent - Tyr Parle-d'Or
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Jeu 11 Aoû - 14:44

Le Seigneur du Lierre-Réal serait fière de mes progrès, depuis que j'avais à supporter toutes les inepties qui se perpétraient à la Cour de Lagrance. Je n'avais aucune envie de meurtre qui m'était venue, dès le réveil, en apercevant Mayeul de Vifesprit juste à côté de moi. Je ne dirais pas avoir secrètement espérée qu'il s'agisse plutôt de Tristan mais... Je suis là, sur le sol de l'arène, à lui proposer de former un duo pour s'entraîner et conjuguer au mieux nos capacités pour triompher. J'arrive à passer outre sa tentative avortée, sans lui garder rancune, pour le bien de notre jeu d'équipe. Je crois qu'en temps normal, j'aurais déjà tenté de l'épingler contre le mur le plus proche avec mes lames, comme un vulgaire insecte. Quelque part, ce changement de comportement avait quelque chose de terrifiant... La première pensée qui m'avait traversé n'était pas plutôt concernant ses muscles saillants ? Je devrais peut-être m'inquiéter que mon Duc ne déteigne pas trop sur moi.

Je lève les yeux au ciel, quand il se fend d'une remarque légère, comme si je n'avais pas idée de ce qu'il tentait de faire... Hormis une mauvaise blague, bien sûr. Je me fends d'un sourire qui ne promet rien de bon.

- Je suis sûre que tu vas adorer la sensation d'être manipulée par une force invisible... Et attention à la chute.

Je serais capable de le lâcher en plein vol s'il se fendait d'une remarque grivoise... Juste pour lui faire peur. Je m'en voudrais d'estropier un coéquipier juste avant les épreuves. Je devais garder intacte au moins quatre de ses cinq membres. Je m'attendais à ce qu'il veuille le voir dès maintenant, mais il me parle subitement de...

- Qui ?

Je lui rends un regard d'incompréhension, quelque peu paniquée. Je n'ai rien dit de... Bizarre, ce matin, non ? Puis je réalise subitement, faisant le lien avec l'intrusion dans notre chambre... Pardon, ma chambre. La deuxième intrusion, donc.

- Oh, Neve. C'est mon frère... Mais je vais aller lui parler.

Je me détourne de Mayeul, sur ces mots. Mon amoureux transi... Sérieusement ? Certes, il est mignon, et c'est sans doute un véritable fantasme de prince charmant pour toute femme un peu précieuse et à l'âme sensible... A l'opposé de mes propres valeurs. Je n'ai jamais songé que nous pouvions renvoyer cette image, et même, je n'y ai jamais songé tout court. Ce n'est pas mon frère non plus, enfin pas vraiment, mais c'est l'explication la plus claire et concise qui me venait en premier en tête. Et puis, je ne sais pas quelle mouche l'a piqué ce matin. Je devais lui en toucher deux mots, oui, mais finalement, j'avais une meilleure idée.

Je dégaine une de mes lames et me plante devant lui, garde haute, une lueur de défi dans le regard même si je ne peux pas m'empêcher de sourire. Je suis satisfaite de le voir empoigner une épée à son tour pour se mettre en position, même si son attitude bravache ne le sauvera pas. Je ne vais pas retenir mes coups, seulement brider ma magie le temps de cet échange. J'engage les hostilités sans tarder, mais il trouve tout de même le temps de se fendre en quelques paroles.

- Quelles questions ? Il ne s'est rien passé.

Je frappe d'estoc, et il dévie ma lame juste à temps. Je déplace mes appuis pour ne fendre que l'air. Il se débrouille bien, mais comme toujours, plus défensif qu'offensif dans ses postures. Je vais l'avoir à l'usure, s'il se contente de parer, simplement à le pousser dans ses retranchements et frapper assez fort pour le déstabiliser. Je lance, pour le motiver, entre chaque frappe portée :

- Bats-toi sérieusement ! Ce sont des réponses, que tu veux ? Tu les auras toutes, si tu oses... Et gagne !

Spoiler:
 

_________________




Dans le doute, fous le feu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs • Modo
avatar

Messages : 2804
J'ai : 30 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, Duc de Sombreciel Augustus, Empereur d'Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Les Voltigeurs • Modo
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Jeu 11 Aoû - 15:29

SOIR DU 15 SEPTEMBRE

Il s’était réveillé de sa sieste improvisée alors que la nuit commençait juste à tomber. Trop tard pour s’entraîner, pas assez pour se rendormir. Tant pis ! Le Voltigeur fila retrouver son griffon pour une voltige un rien acrobatique, qui le laissa d’extrêmement bonne humeur. Le coeur léger et l’esprit débarrassé de la brume de l’alcool de la soirée dernière, Mayeul s’engagea ensuite dans les rues de Hacheclair, profitant de sa relative liberté. Il connaissait bien l’endroit, pour avoir été dans le Vol de Bellifère quelques années, et il laissa ses pas le guider sans trop s’en soucier, partageant avec amusement ses souvenirs à Nuage, qui voletait non loin, dans une ambiance joyeuse et détendue. Echangeant aussi sur le combat de Grâce et serenus, que le griffon avait observé et dont il lui partageait les images les plus croustillantes. Elle s’était bien battu, la Voltigeuse, et peut-être irait-il la réconforter après sa soirée dans Hacheclair. Il savait où était sa chambre, et savait parfaitement réconforter ses partenaires, en général.

Mais le lit et les bras de Grâce - plus accueillants que la dernière fois, il l’espérait - attendrait, car il ne tarda pas à croiser le Duc de Lagrance. Le Denys qu’il croisa au hasard des rues avait les traits inquiets et l’air tourmenté, à mille lieux de son état habituel. Pas de sourire qui faisait fondre les filles, pas de jolies paroles sur les lèvres, l’homme semblait complètement défait, et Mayeul ne résista guère à l’envie de lui remonter le moral. Si la mort de Mathilde l’avait coupé de beaucoup de ses amis, lui et Denys avaient replongé avec facilité dans cette ancienne amitié qui les liait, et voir le Duc de Lagrance dans cet état le perturbait. Il glissa un bras autour des épaules de Denys qui sursauta à ce contact, lui attirant un regard curieux du Voltigeur. «Denys, mon ami, tu as besoin d’un verre, ou de beaucoup plus. Et je sais très exactement où aller pour ça.»

Mais pour autant, le destin se joua de son projet, puisque quelques gardes accompagnant une silhouette familière se dressèrent bientôt sur leur chemin. «Princesse.» S’inclina Mayeul avec un sourire, sachant pertinemment que tel n’était pas son titre officiel - et s’en fichant éperdument d’ailleurs. Il n’y avait qu’eux d’assez proches pour entendre, et il savait que Denys connaissait la princesse Alméïde, et l’appréciait assez pour ne pas s'en formaliser. Du coup, il ne pensait pas trop s’avancer en songeant que la mine du Duc de Lagrance devait l’inquièter autant que lui et, sans réfléchir plus avant, il lui proposa de les accompagner. «Vous joindriez-vous à nous pour la soirée ? J’ai été Voltigeur ici pendant quelques années, et je vous promets un endroit sympathique et accueillant. Il est encore tôt, il serait dommage que vous rentriez.» Et puis, Denys avait besoin de soutien. Et d’alcool, beaucoup d’alcool.
Guidant un Denys à la mine toujours aussi sombre, Mayeul les entraîna dans une rue à l’écart, où une auberge pimpante semblait leur tendre les bras. L’alcool n’y était pas mauvais, l’ambiance non plus, aussi espérait-il que cela suffirait pour changer les idées de leur ami commun. Le Voltigeur commanda deux choppes de l’alcool le plus fort de l’établissement - il fallait au moins ça pour Denys - et un verre de liqueur de framboises, faisant signe à la serveuse de laisser les bouteilles. Oh oui, Denys avait besoin d’un remontant, et si la présence d’Alméïde garantissait une certaine limitation, il ne laisserait pas le Duc regagner sa chambre avant d’avoir vu son humeur remonter quelque peu.

Spoiler:
 

_________________


"What am I supposed to do
when the best part of me
was always you?"

The Script, Breakeven

Yeah :
 
Paroles : indigo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse • Modo
avatar

Messages : 9705
J'ai : 31 ans
Je suis : demi-soeur du duc d'Erebor, régisseuse du harem, médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim, duc d'Erebor ; Augustus, empereur d'Ibélène
Mes autres visages: Ilse, Liselotte, Aurore, Victorine
La Noblesse • Modo
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Jeu 11 Aoû - 17:37

15 septembre, soirée

Elle ne passe pas beaucoup de temps en compagnie de Denys, mais elle espère avoir au moins été d'un quelconque secours, même minime. Il a la mine soucieuse, l'esprit ailleurs et ça ne lui ressemble pas. Alméïde s'inquiète mais elle n'ose insister, se faisant présence rassurante et amie compréhensive lorsqu'il demande à être à nouveau seul. Elle lui fait pourtant savoir qu'il n'a qu'à demander s'il désire parler ou peut-être, tout simplement, se changer les idées. Elle ne sera pas bien loin de toute manière.

La princesse passe le reste de l'après-midi à explorer le palais ; ses cours, ses jardins, sa bibliothèque et quelques autres endroits où il lui est permis d'entrer. Puis elle rejoint Anthim et Sitara pour un repas en ville le soir-même. Les mets lui sont étrangers mais néanmoins succulents et elle se fait un devoir de goûter aux spécialités de leur duché voisin. La soirée est agréable et ils ne tardent pas à parcourir les rues de Hacheclair, sous bonne garde, à la faveur des lunes et d'un vent doux aux effluves salés. Alméïde prend alors congé du couple ducal, désireuse de leur laisser ces quelques heures en tête à tête pendant que Qasim est laissé aux bons soins d'une nourrice. Elle leur souhaite une bonne nuit et revient sur ses pas, accompagnée de deux gardes marchant non loin d'elle, en silence. La nuit est douce et déjà, des rires et des éclats de voix lui parviennent, échos de fête qui résonnent de toutes parts.

Au détour d'une rue, elle aperçoit deux visages familiers qui font naître un sourire sur ses lèvres. De même que le geste de Mayeul qu'elle imite avec la même emphase, les saluant tous les deux chaleureusement avant que son regard ne s'arrête sur le visage du duc de Lagrance. Il semble encore bien loin d'avoir retrouvé son état normal et cette pensée l'inquiète. Raison pour laquelle elle accepte sans hésiter la proposition du voltigeur à se joindre à eux pour la seconde partie de la soirée. Elle ne voudrait pas laisser son ami alors qu'il a besoin de compagnie, n'est-ce pas ?

« Je vous suis. » D'un sourire plus timide, elle s'accroche au bras qu'il lui offre et le suit dans les rues qu'il dit si bien connaître. Talonnés par ses deux gardes, ils parviennent finalement à l'auberge. L'établissement est bondé mais très peu de femmes sont présentes, ce qui la met un instant mal à l'aise. Elle lève pourtant son verre et ses lèvres se fendent d'un sourire sincère. « Au champion de Sombreciel. Puissiez-vous faire honneur à votre duché dans les épreuves qui vous attendent. » Que dirait Anthim s'il la voyait trinquer pour le représentant de leur duché voisin ? Elle préfère ne pas y songer et boit une gorgée de cette douce liqueur avant de poser une main délicate sur celle de Denys. « Tu... avez-vous passé une bonne soirée ? » Elle s'est rattrapée de justesse, oubliant presque les manières à avoir lorsqu'elle s'adresse à lui en public, trop préoccupée par ce regard absent qu'il arbore.


Spoiler:
 

_________________
dialogues • mediumvioletred





To see a world in a grain of sand and heaven in a wild flower. Hold infinity in the palms of your hand and eternity in an hour.
William Blake



Dernière édition par Alméïde d'Erebor le Dim 14 Aoû - 0:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir • Modo
avatar

Messages : 979
J'ai : 33 ans
Je suis : Pirate sur l'Audacia (canonnière) & Mage de l'Été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Alméïde, Liselotte, Aurore, Victorine
Le Pavillon Noir • Modo
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Jeu 11 Aoû - 18:33

16 septembre, matin

Cette nuit-là, elle s'est montrée sage Ilse. Elle ne veut pas abuser de Marianne et de ses remèdes miracles et, malgré tout, elle n'a pas envie de décevoir tous les représentants de la Ville Basse venus pour l'encourager. Il y a peut-être une pointe d'orgueil aussi, derrière tout ça. Comme ça leur couperait le sifflet à ces Bellifériens dégénérés si les femmes du Tournoi recevaient leurs précieuses Opales en récompense des efforts fournis ! Comme ils en seraient vers de jalousie ! Alors oui, elle s'est couchée de bonne heure la canonnière après la journée peu productive, profitant de sa loge et d'un repos bien mérité.

Le lendemain, c'est revigorée qu'elle se présente dans l'arène alors que d'autres dorment encore. En quelques mots, Grim lui fait savoir ce qu'il se passe du côté de l'Audacia ; les tentions semblent légèrement adoucies, bien que les autorités surveillent plus étroitement que jamais la Vivenef. Quant au gamin, il est arrivé à l'heure pour démarrer ses corvées. Au moins, il assume sa bêtise, c'est très bien. Elle profite abondamment de la générosité de ses hôtes, prend un repas tranquille dans le calme du Colisée et retourne auprès des artisans pour récupérer ce qu'elle leur a demandé la veille. Elle lorgne un instant sur des protections de cuir et prend note de revenir plus tard afin d'en essayer ; Ilse se trouvera majoritairement à l'arrière, alors quelque chose de léger et maniable sera amplement suffisant.

Grâce la rejoint un peu plus tard, alors que le sable de l'arène se remplit et que des spectateurs envahissent les gradins par endroits. Un sourire en coin apparaît sur ses lèvres à sa proposition et elle acquiesce sans hésiter, curieuse de tester cette nouvelle collaboration.

« L'idéal serait d'avoir des cibles mouvantes. » fait-elle remarquer en laissant couler son regard vers le champion d'Outrevent qui s'entraîne un peu plus loin. Un air entendu est adressé à la voltigeuse puis la pirate repose sa propre arbalète – étrennée le matin-même – pour suivre son amie vers des cibles mises en place pour eux. À présent, le tout est de pouvoir s'accorder sur la cadence de tir et sur la force qu'elles désirent donner à leurs carreaux. « Fais-moi signe quand t'es prête à tirer. » Et son sourire laisse place à un air plus concentré. La chaleur parcourt déjà ses doigts, elle se tient prête. Dans un coin de son esprit, elle se dit que tout de même, c'est dommage que ce crétin de Lionel ne soit pas un peu plus proche des cibles ; un accident serait si vite arrivé. Mais elle chasse bien vite cette idée pour focaliser son regard uniquement sur la voltigeuse.


Spoiler:
 

_________________
Oh won't you come with me, where the moon is made of gold. And in the morning sun we'll be sailing. Oh won't you come with me, where the ocean meets the sky. And as the clouds roll by, we'll sing the song of the sea.






Ilse • mediumvioletred
Grim • darkslategrey


Dernière édition par Ilse Tonnevent le Dim 14 Aoû - 0:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir • Admin
avatar

Messages : 251
J'ai : 41 ans
Je suis : Pirate ; seconde de l'Audacia

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'Audacia
Mes autres visages: Mélusine de Séverac • Quitterie Aubenacre • Ljöta d'Evalkyr • Rejwaïde Sinhaj • Faustine de la Fugue
Le Pavillon Noir • Admin
Message Sujet: Re: Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales   Jeu 11 Aoû - 19:25

17 SEPTEMBRE

Hacheclair ne m’a décidément pas manqué. Un cortège de souvenirs lointains remonte à ma mémoire tandis que j’arpente les rues pavées de la capitale de ce duché qui m’a vue naître, interceptant les regards des hommes que je croise. Ce matin, je suis dans ma vêture de pirate : une chemise ajustée aux amples manches, des chausses de cuir et des bottes souples donc le talon claque sur les pavés ; et couronnant mon front un foulard d’un rouge éclatant qui retient ma chevelure dénouée.

Je suis proprement scandaleuse.

Et j’en suis fière.

Cela choque : les hommes me toisent avec hostilité, les femmes plissent les lèvres avec un mélange de dédain et de jalousie. Je suis libre, moi, les seules chaînes qui m’entravent sont celles que je décide moi-même de supporter, et tout dans mon attitude proclame mon absolue liberté. J’ai amené Lena avec moi, dans une robe élégante de noble qu’elle aime à porter, et elle a enfilé un bijou somptueux offert, m’a-t-elle dit, par une princesse du désert.

Soit.

Pourquoi pas.

Nous sommes en route pour aller voir Grâce dans l’arène : je suis certaine que ma fille est plus intéressée par les nobles dames qui parsèment les tribunes, aussi je lui laisse quartier libre, avec consigne de rester strictement dans l’enceinte du Colisée – la voir arriver au port accompagnée d’un duc, de sa sultane, de la princesse et d’une marquise a suffisamment créé sensation pour que je me méfie quand même un peu de ses trouvailles.

Pour ma part, je descends sur le sable de l’arène, indiquant mon souhait de participer à l’entraînement des champions. Est-ce mon air bravache ou la vigueur avec laquelle j’agite mon sabre sous le nez du planton ? Impossible d’en être certaine, mais le résultat est là : il me laisse passer, et je me dirige d’un pas guilleret vers Grâce qui semble en pleine forme, adressant un signe de la main enthousiaste à Ilse qui s'exerce de l'autre côté. Je la salue d’un ample geste de mon sabre, m’inclinant avec une certaine impertinence toute complice. « Quelques bottes pirates pour dérouiller ta lame, Ta Grandeur, ô Championne redoutée ? » Clin d’œil, garde levée, le poing sur la hanche, dans ce style plein d’esbroufe que les boucaniers affectionnent. Allez, fillette : montre-moi ce que tu sais faire !

Spoiler:
 

_________________


© acidbrain

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Intrigue 1.5 • Le Tournoi des Trois Opales
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 22Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 13 ... 22  Suivant
 Sujets similaires
-
» [2000pts] Waaagh Kaléplugross', trois chariots pour tournoi
» BADMOONZ 3000 pts pour tournoi Haguenau 2010
» Les Trois Mousquetaires
» Liste pour tournoi 1500pts avec resctriction
» Tournoi CE le 21 Novembre 2009 à Rôle Games Marseille

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Ibélène :: Bellifère :: Hacheclair-
Sauter vers: