AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une danse de fleurs devenue tragédie • Les Vergers aux milles couleurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
PNJ
avatar

Messages : 544
J'ai : /
PNJ
Message Sujet: Une danse de fleurs devenue tragédie • Les Vergers aux milles couleurs   Mer 10 Aoû 2016 - 5:18




Quête 1.5

Une danse de fleurs devenue tragédie

Denys • Maelys • Raphaël • Jehanne  • Lucille




Quête animée par Elnaie




Les vergers aux mille couleurs • 1er tour


Le manoir supplante les champs. À perte de vue, s’étendent mille et une couleurs de vergers, de plants floraux, de bétail. Au centre du domaine d’Arc-en-Fleur, un saule pleureur rare – une essence diaprée. Ses feuilles bicolores subjuguent l’œil, les rainures de son tronc ensorcellent celui qui pose son regard dessus. Héritage macabre du rituel des Vierges du Printemps, votre regard ne sait plus où se poser, sur cet arc-en-ciel de couleurs qui vous entoure de toute part. Partout, vos yeux sont attirés : vergers divers, pruniers, cerisiers, figuiers… Rosiers et lierres grimpants, chèvrefeuille, chênes, tout est éblouissant.

Les festivités ont déjà commencé la veille pour les habitants – mise en place des stands de dégustation, des jeux, disposition des étapes de la chasse au trésor… Ils se sont surpassés, pour ce centenaire du Festival de l’Oraison. Tout Arven est convié, les portails sont gratuits sur tout le continent, courtoisie des mages du Printemps lagrans et du Duc. Jamais cette célébration de l’Apogée de la Floraison en Arc-en-Fleur et cette vénération de la déesse de la Pluie, Aldis, et de la déesse mineure des arcs-en-ciel, Iridia, n’aura été si spectaculaire. Peut-être vous contera-t-on la légende de ces deux entités, si vous êtes chanceux…

Mais vos yeux se plissent, alors que vous apercevez au loin une étrange noirceur. Est-ce une variété particulière de fleurs, détonnant dans cet océan de couleurs ? Vous êtes interpellés, incertain d’être davantage attiré par ces teintes chatoyantes, ou par ce mystère dont vous n’avez nullement entendu parler, lorsque les invitations au Festival de l’Oraison ont été lancées. Est-ce un secret bien gardé, pour surprendre les curieux ?


Denys du Lierre-Réal a organisé une somptueuse réception, ce 14 août 1001. Vous êtes tous conviés à un déjeuner matinal, afin de goûter les fruits des meilleurs vergers lagrans, situés à Arc-en-Fleur. Jus, alcools légers, pâtisseries fruitées… Le régisseur du domaine n’a pas lésiné, afin de satisfaire son duc et ses invités, venus spécialement pour le Festival de l’Oraison. Celui-ci se fait pourtant attendre, ce qui préoccupe quelque peu Denys, qui hésite à envoyer la chevaucheuse qu’il a inclus à sa garde rapprochée pour lui apprendre les manières de la Cour, Maelys Aigrépine. Il accueille cependant avec entrain ses invités – si son homologue ibéen, le duc de Sombreciel, s’est présenté aux époux du Lierre-Réal avant de leur affirmer avec sa verve habituelle vouloir profiter de la visite avant que la chaleur ne l’étouffe, le fils du baron de Virevent se trouve là, en compagnie de la duchesse d’Ansemer et de son époux, peu affable à l’attention de leur hôte, parmi de nombreux autres nobles.

Il s’apprêtent à s’attabler, quand le régisseur surgit, accompagnée d’une jeune femme étrange qu’il présente comme étant Lucille de Sombrefiole. « Mon duc. Le verger aux lucioles se meurt. Quelques fruits se trouvent gâtés. Cette jeune femme – une herboriste, dit-elle ! -, affirme que le sol est empoisonné. » Son dédain est à peine masqué, alors qu’il évoque les origines forcément ibéennes de la jeune femme, mais il se garde bien d’autres commentaires. Ce n'est pas l'important, cependant : le verger rassemblant les meilleurs pruniers de Lagrance dépérit. Il n’a pas besoin de questionner son duc : ce qu’il se passe n’est pas naturel. Mais il est embarrassant de présenter cela à ses invités, venues découvrir les merveilleuses créations d’horticulture dont recèle Arc-en-Fleur, et non enquêter sur un mal mystérieux qui ne devrait pas exister.

Que décidera son duc ? Jehanne, Raphaël et Maelys voudront-ils en savoir plus sur cette faille anormale pour le domaine, ou profiter des richesses de ce dernier ? Denys du Lierre-Réal décidera-t-il de s’occuper de ces hôtes, pour ce faire, confiant à son Régisseur le soin de s’occuper de cela ? Tous se sont précipités à la rencontre du régisseur, et se trouvent sur le devant du manoir, contemplant le domaine en contrebas. Ils peuvent apercevoir le Saule pleureur diapré immanquable de leur point surélevé, un champ entièrement jaune, et un verger d’où les splendides teintes jaunes-orangées semblent briller. Plusieurs installations de tables semblent avoir été disposées un peu partout dans le domaine.


Consignes



IRP : La totalité de votre quête se déroule les 14 et 15 août 1001. Ce premier tour a lieu au matin du 14 août.
IRL : Ce premier tour va durer jusqu'au mercredi 17/08, 15h.

• Cette quête suivre la modèle d’un livre dont vous êtes le héros. Plusieurs choix se proposeront donc à vos personnages. Un choix individuel, et un choix commun sur la direction que vous empruntez pour lequel vous pourrez vous concerter ICI. La suite de votre quête dépendra de ces choix.

• Pour ce premier tour, vous êtes donc à l’entrée du manoir, à l’extérieur. Il surplombe légèrement la ville. Vous pouvez y voir plusieurs champs et plants fruitiers, ainsi que ce qui ressemble à des stands. Vous devez décider si votre personnage :

  1. souhaite enquêter
  2. veut découvrir Arc-en-Fleur

Votre prochaine destination commune sera :

  1. Le verger des lucioles
  2. Le saule pleureur
  3. Les stands
  4. Ces champ et verger où les teintes jaunes-orangées dominent


• Vous êtes libres de poster autant de fois que vous le souhaitez, à condition de faire 200 à 300 mots, ni plus, ni moins. (Utilisez impérativement ce site pour compter.)

Indiquez sous spoiler le nombre de mots de vos messages, et votre décision (à indiquer en RP aussi).

• Vous devez, dans chacun de vos paragraphes, utiliser un mot issu du champ lexical floral ou fruitier. Une fois que tous ceux de votre groupe auront posté, la Fatalité repassera vous indiquer une consigne supplémentaire. :red: Vous pouvez déroger à cette condition, mais la Fatalité est faible et sera ravie que vous suiviez ses demandes :haww: Peut-être en serez vous récompensés.

• Vous êtes autorisés à me taper sur les doigts, si je fais la confusion de dire qu’il s’agit du 13 août, n’arrêtant pas de faire la confusion (mais pas trop fort, je risquerai de ne plus pouvoir continuer la quête, si j’ai trop mal :red: ) !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 3698
J'ai : 33 ans
Je suis : le duc de Lagrance, marquis du Lierre-Réal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lagrance avant tout, à l'Ordre du Jugement, à moi même et dans une moindre mesure à l'empire de Faërie
Mes autres visages: Hiémain de Sylvamir, Anthim d'Erebor, Rackham l'Îlien et Joséphine Siguardent
La Noblesse
Message Sujet: Re: Une danse de fleurs devenue tragédie • Les Vergers aux milles couleurs   Mer 10 Aoû 2016 - 11:08

Les fêtes en Faërie étaient-elles destinées à être gâchées d’une manière où d’une autre ? Cette pensée effleura l’esprit du duc de Lagrance quand le régisseur du domaine d’Arc-en-Fleur arriva dans l’agitation pour annoncer une chose que Denys ne s’attendait certainement pas à voir venir. Lagrance était une terre saine, qu’une telle faille vienne déchirer le tableau idyllique qui devait se peindre froissait sensiblement le duc. Ainsi donc, les problèmes fleurissaient de toute évidence dans leur plus beaux atours de chiendent. Une mauvaise herbe dans un jardin de paix. Ne pouvant laisser une telle chose gangréner ses terres sans savoir ce qu’il se passait, le duc se releva, accordant un grand sourire à ses convives avant de s’excuser pour son départ précipité :

« Mes amis, je vous laisse aux bons soins de mon épouse, qui saura aussi bien que moi vous présenter les merveilles de Lagrance promptes à réveiller vos papilles. Profitez ! »

Et d’un salut fort bien esquissé, il quitta l’assemblée prête à s’attabler en rejoignant le régisseur à l’entrée du manoir dans l’idée de le questionner. Il fit signe au passage à Maelys, chevaucheuse assignée depuis quelques temps à sa garde personnelle de le rejoindre immédiatement. Le duc remarqua néanmoins qu’il n’avait pas été le seul à fausser compagnie au petit déjeuner qui s’offrait à lui, suivi par la charmante Jehanne d’Ansemer, fleur presque fanée sur les champs ensablés d’une plage. Il aurait préféré que son amie profite du repas et ne voit pas ce qui pouvait salir les beautés de Lagrance, mais il n’allait pas non plus l’en empêcher. Pas plus qu’il n’allait empêcher le jeune Raphaël de suivre.

« Conduisez-moi au verger. Mademoiselle – dit-il en se tournant vers Lucille – une idée de ce qui a pu empoisonner nos sols ? »

Spoiler:
 

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 2335
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheuse du dragon Mirage dans le Vol de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Duc de Lagrance, Denys du Lierre-Réal, et aux Chevaucheurs
Mes autres visages: Liam d'Outrevent
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Une danse de fleurs devenue tragédie • Les Vergers aux milles couleurs   Mer 10 Aoû 2016 - 12:56

Je me tiens debout, droite et stoïque, non loin derrière le Duc de Lagrance. Je me rappelle à temps de ne pas soupirer, et d'éviter de passer d'un pied à l'autre pour faire connaître mon impatience. Il ne se passe rien. Strictement, rien. J'écoute d'une oreille peu attentive les babillages des convives et les gloussements de quelques oies dès que le Seigneur du Lierre-Réal se fend d'un sourire plus prononcé. Des fleurs fanées, qui n'ont déjà plus d'épines, rien de plus. Non, évite aussi de lever les yeux au ciel... Mais c'est plus fort que moi, et quand l'herboriste en question s'avance vers nous, je ne peux retenir une expression de surprise :

- Lucille ?

Que faisait-elle ici ? Je croirais presque à un de ces mauvais tours, comme à la bonne époque, quand le Duc se décide à délaisser tout ce beau monde pour la suivre. Farce ou vérité, j'ai presque envie de la prendre dans mes bras sans préavis quand il me fait signe de le suivre. Je ne le quitte pas d'une semelle alors que nous nous dirigeons vers le verger des lucioles. J'aperçois deux autres personnes qui décident de nous suivre, et les tiens scrupuleusement à l'œil. J'ai beau rechigné à la tâche, personne ne pourra dire que je fais mal mon travail... Même si j'aurais peut-être dû signifier au Duc qu'il pouvait confier pareille besogne à d'autres. A vrai dire, non. Je n'avais surtout pas envie de faire demi-tour, alors que nous profitions enfin d'un peu de calme, les bourgeons de conversation se substituant rapidement à de magnifiques compositions florales. Jamais une fête ne m'avait paru aussi insupportable et ennuyeuse.

Spoiler:
 

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
Message Sujet: Re: Une danse de fleurs devenue tragédie • Les Vergers aux milles couleurs   Mer 10 Aoû 2016 - 14:03

Tu observes les mets disposés sur la table, leurs parfums capiteux embaumant la salle de réception du Manoir. Des visages attablés, aucun ne t’est familier, si ce n’est celui de Denys, qu’il t’aurait plu de peindre entre les mille et une nuances des vergers d’Arc-en-Fleur. Mais les traits du duc se défont subitement, alors qu’un étranger et une botaniste interrompent le petit-déjeuner pour prévenir d’un drame survenu au verger des lucioles. Denys s’excuse poliment et bientôt disparaît à la suite du lanceur d’alerte, confiant ses convives aux bons soins de son épouse, Marjolaine du Lierre-Réal. Tu refuses de voir cette unique silhouette réconfortante disparaître de ta vue, cette fleur si rassurante au beau milieu des herbes folles ; sans même écouter les recommandations du régisseur, tu emboîtes le pas à Denys et son escorte.

Tu ne connais rien encore d’Arc-en-Fleur, cette esquisse si mystérieuse du paradis. Les fleurs fanées, tu t’en moques, ton seul souhait est de parcourir cette estampe pleine de splendeurs au bon gré des couleurs. Tu ne saisis pas la portée des pousses éternelles qui babillent dans ces jardins envoûtants, et pour toi la mort de ces fruits du verger des lucioles n’appartient à rien d’autre qu’au cycle de la vie. Si seulement tu avais su l’empreinte magique que recèle ce lieu, et les innombrables vies humaines attachées aux essences diaprées. Tu quittes le Manoir derrière Denys, et les jardins d’Arc-en-Fleur te font vite oublier l’anxiété qui s’était tantôt dessinée sur le visage du duc. Tu abreuves tes yeux des couleurs.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
Message Sujet: Re: Une danse de fleurs devenue tragédie • Les Vergers aux milles couleurs   Mer 17 Aoû 2016 - 9:42

Post à éditer
Lucille emmène le groupe vers le verger comme lui a demandé Denys en expliquant (en gros) qu'elle n'a pas encore compris d'où ça venait.

1 souhaite enquêter
1 Le verger des lucioles
Revenir en haut Aller en bas
PNJ
avatar

Messages : 544
J'ai : /
PNJ
Message Sujet: Re: Une danse de fleurs devenue tragédie • Les Vergers aux milles couleurs   Mer 17 Aoû 2016 - 19:43


Quête 1.5

Une danse de fleurs devenue tragédie

Denys • Maelys • Raphaël • Jehanne  • Lucille




Quête animée par Elnaie




Les vergers aux mille couleurs • 2ème tour




Tous sont partis à la suite de l’Intendant, le Duc se concentrant sur Lucille de Sombrefiole, afin de tenter d’apprendre ce qu’il se passe réellement, dans le Verger des Lucioles. L’attention de la Chevaucheuse est des plus importantes – elle ne sait ce qui se trame pour les plantes, mais seule lui importe la sécurité de son Duc. Jehanne d’Ansemer suit sans mot dire, comme le curieux noble de Virevent, qui dévore les plantes des yeux.

Les pruniers apparaissent, dépourvus des couleurs vibrantes qui font leur réputation paraissant bien ternes. Difficile de ne pas voir l’anormalité de cela. Votre attention est cependant détournée par l’attroupement qui se présente à vous, autour d’une jeune femme en crise d’hystérie.

Vous tendez l’oreille, intrigués par les bribes de mots que vous parvenez à entendre. « Détruit… Éffondré… Raide… Lit… Mort… » Ces propos pour le moins étranges ne vous éclairent pas beaucoup, et vous avisez un domestique plus loin. Saurait-il vous répondre ?


Consignes



IRP : La totalité de votre quête se déroule les 14 et 15 août 1001. Ce second tour a lieu au matin du 14 août.
IRL : Ce second tour va durer jusqu'au mercredi 17/08, 15h.

• Cette quête suivra le modèle d’un livre dont vous êtes le héros. Plusieurs choix se proposeront donc à vos personnages. Un choix individuel, et un choix commun sur la direction que vous empruntez pour lequel vous pourrez vous concerter ICI. La suite de votre quête dépendra de ces choix.

• Pour ce premier tour, vous êtes donc à l’entrée du manoir, à l’extérieur. Il surplombe légèrement la ville. Vous pouvez y voir plusieurs champs et plants fruitiers, ainsi que ce qui ressemble à des stands. Vous devez décider si votre personnage :

  1. veut en savoir plus sur les pleurs de la jeune femme
  2. veut observer les arbres
  3. veut découvrir le domaine d’Arc-en-Fleur

Votre prochaine destination commune sera :

  1. la proximité du domestique
  2. les champs de pruniers
  3. la maison à vos côtés
  4. un champ de coquelicots dont le rouge attire vos yeux


• Vous êtes libres de poster autant de fois que vous le souhaitez, à condition de faire 300 à 350 mots, ni plus, ni moins. (Utilisez impérativement ce site pour compter.)

Indiquez sous spoiler le nombre de mots de vos messages, et votre décision (à indiquer en RP aussi).

• Chacun de vos messages devra adopter un compte de mots pair ou impair. Si vous avez fait un compte de mots impair au tour précédent, poursuivez à chaque message que vous posterez à ce tour. La Fatalité se réserve le droit de faire avancer votre groupe, si elle voit que vous êtes réactifs ou avancez vers des choses intéressantes… :haww: Peut-être en serez vous récompensés.

• La Fatalité est facétieuse, a souvent des idées farfelues et irréalisables, elle aime les prises d’initiative ! Surprenez la. :red:

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 3698
J'ai : 33 ans
Je suis : le duc de Lagrance, marquis du Lierre-Réal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lagrance avant tout, à l'Ordre du Jugement, à moi même et dans une moindre mesure à l'empire de Faërie
Mes autres visages: Hiémain de Sylvamir, Anthim d'Erebor, Rackham l'Îlien et Joséphine Siguardent
La Noblesse
Message Sujet: Re: Une danse de fleurs devenue tragédie • Les Vergers aux milles couleurs   Ven 19 Aoû 2016 - 20:08

Arc-en-Fleur subissant une maladie ? Un champ entier terni ? Cela n’avait aucun sens, surtout pas lors du festival de l’Oraison… Denys cachait bien mal sa préoccupation tendit que la jeune herboriste l’accompagnait et lui expliquait dans des mots bien vagues ce qu’elle savait. A l’écouter, l’on aurait pu douter du bien fondé de ses inquiétudes, mais il suffisait de jeter un œil aux pruniers du verger pour se rendre compte de l’état curieux de leur floraison. Si terne, si froid, loin des chatoyantes couleurs qui seyaient si bien au domaine d’Arc-en-Fleur. Devant ce spectacle, un murmure échappa au duc, étonné et mal à l’aise de ce qu’il voyait sous ses yeux. « Mais c’est impossible… » Ces terres n’avaient jamais connues pareilles curiosités, et elles étaient de bien mauvais goût. Si c’était un empoisonnement des sols, qu’est-ce qui avait causé ce mal ? Qui avait osé souiller les beautés de Lagrance ?

Des pleurs attirèrent l’attention du duc qui n’avait guère fait attention aux personnes qui le suivaient hormis Lucille et le régisseur du domaine, marchant à ses côtés. Il avisa malgré tout Maelys, puis finalement Jehanne et Raphaël. Enfin, puisque les quelques brides de paroles que saisit Denys l’intriguèrent, il s’approcha de la femme en pleure et de l’attroupement qui l’entourait, repérant un domestique qui observait circonspect la scène. Peut-être en savait-il plus, perturber cette femme un peu plus n’était pas une choses avisée.

« Excusez-moi, mais que se passe-t-il ? Quelqu’un est-il blessé ? »

La perspective était pour le moins inquiétante dans un cas comme dans l’autre. Oh il pouvait s’agir d’un bien triste et macabre hasard, mais c’était peut être bien plus que ça.

Spoiler:
 

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 2335
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheuse du dragon Mirage dans le Vol de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Duc de Lagrance, Denys du Lierre-Réal, et aux Chevaucheurs
Mes autres visages: Liam d'Outrevent
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Une danse de fleurs devenue tragédie • Les Vergers aux milles couleurs   Lun 22 Aoû 2016 - 5:07

Lucille nous offre finalement une petite promenade dans les vergers d’Arc-en-Fleur. Ma foi, si cela peut m’épargner quelques heures de discours frivoles de nobles lagrans, mes nerfs ne s’en porteront que mieux encore. J’accueille le silence avec soulagement, et rapidement, il m’aide aussi à me concentrer sur la tâche qui m’incombe. Je perçois les moindres variations dans ce paysage fleuri et coloré, de nuances qui m’agressent avant de se montrer plus appauvries et affectées en un point précis. Je capte le murmure du Seigneur de Lierre-Réal mais ne fait pas le moindre commentaire. Incongru, en effet. Pour autant, cela m’affecte beaucoup moins. Peut-être parce qu’il me manque encore quelques notions pour témoigner de leur importance ?

Mon attention est bien vite accaparée par une autre anomalie aux alentours, alors qu’un attroupement s’est formé non loin autour d’une jeune femme hystérique. D’ici, impossible de la reconnaître, ni d’entendre correctement ce qu’elle raconte, mais les rares bribes que je capte m’interpelle. La destruction et la mort.

- On dirait que les drames s’enchaînent étrangement vite…

Coïncidence ? Impossible de le certifier avant de s’être approché pour en apprendre davantage. Je suis le Duc de Lagrance, sans me soucier si les autres qui nous accompagnaient en feront de même. Il interroge en premier le domestique, et je ne vois aucune raison de m’exprimer à mon tour, si ce n’est pour faire de l’ingérence dans son enquête. A croire que je m’assagis, non ?

Je me retourne vers Lucille, et ces deux qui nous ont suivis de près.

- Je crains que les vergers attendront un peu, que cette affaire soit éclaircie.

Mon regard se rive ensuite à Raphaël, et Jehanne d’Ansemer. Elle, si je n’ai pas eu l’occasion de la connaître personnellement, j’ai fini par retenir son visage et savoir qu’il s’agit de la Duchesse. Sa présence me rend méfiante, avec les récentes prises de position des deux Duchés, à l’opposé… Mais c’est surtout le second qui m’interpelle, en me remémorant ses frasques. Je lâche la question sans ambages, étant actuellement en mission de protection :

- Excusez-moi, mais qui êtes-vous ?

Spoiler:
 

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
Message Sujet: Re: Une danse de fleurs devenue tragédie • Les Vergers aux milles couleurs   Mer 24 Aoû 2016 - 9:21

Tu gardes les yeux levés au ciel, épousant les ombres éphémères que les feuilles des grands arbres s’amusent à dessiner. Tu trébuches fréquemment, ne quittant pourtant pas des yeux les fleurs et leurs pétales flamboyants, les pas calqués sur ceux de Jehanne. Pourtant, ce délicieux portrait où se conjuguent habilement senteurs et couleurs splendides se voit terni par l’anxiété de Denys, qui parvient jusqu’à toi. Si tu ne sais pas l’appréhender, elle te touche à sa manière, dans ton imbécile de cœur. C’est ainsi que tu demeures silencieux et que, bien malgré toi, tu retiens tes mains hasardeuses qui seraient tantôt venues cueillir des bouquets ou peindre un paysage. Tu es sage comme une image.

Lorsque ton regard rencontre enfin les pruniers, tu t’immobilises droit dans tes bottes. Ils sont si fades, presque autant que les guenilles d’un mendiant. Tu as envie de reculer, mais la suite du cortège te pousse en avant bien malgré toi. Ton cœur palpite face aux couleurs ternies des arbres. Tu jettes un regard hagard à Denys, attendant avec insistance une explication de sa part, mais déjà le duc s’approche d’un petit groupe de badauds encerclant une jeune femme. Tu fais un tour sur toi-même, cherchant des yeux les couleurs, insensible aux pleurs de l’inconnue. Ce sont les paroles de la Chevaucheuse qui te ramènent à la réalité. Elle semble suspicieuse, pourtant tu n’as encore rien fait de mal. Tu analyses la question selon les préceptes de Firmin : d’abord il faut dire son prénom, puis son nom, sans oublier la petite particule, et bien évidemment rester poli et retourner la demande par courtoisie. Tu paniques et tu lâches seulement :

Raphaël.

Le regard circonspect de la jeune femme te fait comprendre que ta réponse n’a rien de satisfaisante, mais soudain le rouge d’un champ de coquelicots t’attire inexorablement, éclaircissant l’horizon derrière les pruniers. Mais tu ne peux pas quitter Denys, tu te perdrais, alors peu à peu, tu rejoins le duc auprès de la jeune femme en pleurs.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
PNJ
avatar

Messages : 544
J'ai : /
PNJ
Message Sujet: Re: Une danse de fleurs devenue tragédie • Les Vergers aux milles couleurs   Mer 24 Aoû 2016 - 20:30


Quête 1.5

Une danse de fleurs devenue tragédie

Denys • Maelys • Raphaël • Jehanne  • Lucille




Quête animée par Elnaie




Les vergers aux mille couleurs • 3ème tour




La jeune femme, qui a affirmé que les plantes étaient empoisonnées, garde le silence, comme par crainte d’en avoir trop dit – ou d’être en tort. Lucille Sombrefiole est bien vite reléguée au second plan, alors qu’un attroupement se présente à leur vue, une femme proche de l’hystérie, en son centre, secouée de profonds sanglots. Tous suivent le Duc, sur de lui, et assurément dans son bon droit sur ses terres. Le domaine d’Arc-en-Fleur, faute d’héritier à la mort de son possesseur, appartenait à la couronne ducale, après tout.

Le domestique s’inclina devant le duc – sa riche mise, l’attention constante que lui portait le régisseur du domaine, et le fait qu’il l’ait vu à quelques reprises, rien ne trompait là-dedans. Il baissa légèrement la voix, toutefois, en répondant. « Mon duc… Il serait malhabile, et indigne d’une personne de votre qualité, et de vos invités, de converser par ici. Si vous désiriez me suivre, une table se trouve non loin, où nous pourrons vous servir divers mets et boissons, pendant que je vous explique le drame qui s’est produit, il y a tout juste quelques heures. »

Tous suivent, Maelys ne quittant pas son duc d’une semelle, après s’être enquis de l’identité du noble à leurs côtés - l’information a dû lui échapper, parmi les nombreux invités qui devaient partager le déjeuner du duc et de la duchesse, ce matin-là. Chacun s’assoit, et le domestique fait signe à ses semblables de ramener de quoi se sustenter – tout à base de fruit, pendant qu’il explique la terrible situation.

« L’hortensia du marquis a été piétiné, détruit. Les cris effroyables du marquis ont réveillé toute la maisonnée, apeuré tout le monde. Il vient de succomber, et nous avons pu constater que le buisson entier avait été arraché. Le marquis de l’Épine n’est plus – et c’est sa fille, que vous avez pu voir au sol, à le pleurer. Elle m’a interdit de prévenir son frère, le marquis d’Amar, votre Grâce. Si tel est votre désir, cependant… Chacun d’entre nous pourrait s’y rendre. Mais sachez-le, ce n’était pas innocent. Rhododendron de l’Épine n’était pas aimé, parmi les habitants d’Arc-en-Fleur. C’était délibéré. D’autant que plusieurs avertissements nous sont parvenus – les autres plantations des lieux, sans être saccagés aussi sauvagement, se voient dépérir progressivement. Les rumeurs affirmant qu’un mage banni a créé ce buisson diapré ont gagné en vigueur, dernièrement, votre Grâce… »

Vous êtes presque à l’arrière de la maison, et vous pouvez constater que le domestique vous a isolés, et jette des coups d’œil méfiants alentours. Il semblerait vouloir en dire plus, regardant frénétiquement vers le champ de coquelicot, l’intérieur de la maison, et les stands, dont plusieurs se rassemblent, disséminés dans tout Arc-en-Fleur. Comme s’il craignait d’être écouté.



Consignes



IRP : La totalité de votre quête se déroule les 14 et 15 août 1001. Ce deuxième tour a lieu en milieu de matinée du 14 août.
IRL : Ce troisième tour va durer jusqu'au mercredi 31/08, 18h.

• Cette quête suivra le modèle d’un livre dont vous êtes le héros. Plusieurs choix se proposeront donc à vos personnages. Un choix individuel, et un choix commun sur la direction que vous empruntez pour lequel vous pourrez vous concerter ICI. La suite de votre quête dépendra de ces choix.

• Pour ce troisième tour, vous êtes proches de l’arrière de la maison, avec une vue quelque peu dissimulée sur son entrée, et une vue assez vaste sur différents lieux d’Arc-en-Fleur. Vous devez décider si votre personnage :


  1. veut essayer d’en demander plus au domestique
  2. veut en savoir davantage sur les plants saccagés de la famille de l’Épine
  3. veut s’intéresser à Arc-en-Fleur et aux festivités


Votre prochaine destination commune sera :


  1. les plants saccagés, et le buisson d’hortensia
  2. de rester sur place
  3. de s’éloigner de ces lieux qui vous font froid dans le dos, et de ces pleurs insupportables, pour voir ces coquelicots au rouge surnaturel
  4. une maison, plus éloignée, à l’écart
  5. un rassemblement de stand


Denys a la possibilité d’envoyer quelqu’un annoncer le décès de son père à Tristan, en plus du reste. Ou de ne rien faire.

• Vous êtes libres de poster autant de fois que vous le souhaitez, à condition de faire 350 à 400 mots, ni plus, ni moins. (Utilisez impérativement ce site pour compter.)

Indiquez sous spoiler le nombre de mots de vos messages, et votre décision (à indiquer en RP aussi).

• Chacun de vos messages devra compter deux phrases en alexandrin – qui devront rimer entre elles.

• La Fatalité est facétieuse, a souvent des idées farfelues et irréalisables, elle aime les prises d’initiative ! Surprenez la. :red: (Si cela a trait aux propositions de lieux disponibles, demandez par MP si cela est réalisable, par souci de ne pas influencer les évènements suivants prévus. :sisi: )

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 3698
J'ai : 33 ans
Je suis : le duc de Lagrance, marquis du Lierre-Réal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lagrance avant tout, à l'Ordre du Jugement, à moi même et dans une moindre mesure à l'empire de Faërie
Mes autres visages: Hiémain de Sylvamir, Anthim d'Erebor, Rackham l'Îlien et Joséphine Siguardent
La Noblesse
Message Sujet: Re: Une danse de fleurs devenue tragédie • Les Vergers aux milles couleurs   Sam 27 Aoû 2016 - 20:13

Il acquiesce silencieusement, le duc de Lagrance, quand l’homme lui répond d’une manière qui le préoccupe un peu plus encore. Un drame ? Etait-ce donc à ce point terrible ? Il redoutait le pire, et sans doute ne serait-il pas déçu. Denys suivi le domestique, Maelys sur ses talons et les autres marchant silencieusement. A l’écart, de l’autre côté de la maisonnée, si le duc remercia en s’asseyant l’homme qui tenait à leur offrir de quoi se restaurer, il attendait surtout plus d’information sur ce qui se passait ici. Ça n’avait peut être rien à voir avec le verger des Lucioles, mais ça semblait tout aussi étrange.

Il ne fut pas au bout de ses peines à vrai dire…

Un long soupir traverse ses lèvres quand le domestique eut fini de parler. C’était bien plus grave que ce qu’il pensait et les rumeurs énoncées par cet homme n’étaient encore jamais venues jusqu’à lui, ce qui avait de quoi l’inquiéter. Il avait pourtant des yeux et des oreilles partout. Etrange.

« De biens tristes nouvelles, mais qui pourrait faire ça…
D’aucun sait pourtant que les essences diaprées sont des plantes particulières… Si menace il y a eu envers le marquis, pourquoi aucune mesure n’a été prise ? »


Il s’interroge, et quelque chose cloche dans toute cette histoire. Mais Denys ne rate pas les regards suspicieux lancé par le domestique aux alentours. A t-il peur d’être observé ? Espionné ? Y avait-il quelque chose à craindre à Arc-en-Fleur pendant le festival de l’Oraison ? C’était tellement improbable, mais depuis ce matin, les choses improbables s’enchainaient. Se levant, le duc fit mine de changer de sujet, enjoignant les autres de faire de même.

« Que voila des fleurs biens belles, que cache ce champ là ?
Pourquoi ne pas aller dans cette direction ? Vous m’en direz plus sur cette étrange rumeur. »


Le ton se fait plus mesuré, à l’intention de leur hôte. Puis un chuchotement à l’oreille de Maelys à ses côtés : « Soyez attentive. » Il se pourrait bien que quelque chose rode dans les alentours. C’est ce que semblait craindre cet homme. Puis il s’adressa au régisseur : « Pourriez-vous trouver quelqu’un pour prévenir le marquis d’Amar sur la nouvelle que nous venons d’apprendre ? Vous nous rejoindrez ensuite. »

Spoiler:
 

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 2335
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheuse du dragon Mirage dans le Vol de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Duc de Lagrance, Denys du Lierre-Réal, et aux Chevaucheurs
Mes autres visages: Liam d'Outrevent
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Une danse de fleurs devenue tragédie • Les Vergers aux milles couleurs   Lun 29 Aoû 2016 - 4:48

Je lui lance un regard froid et méfiant, à cet inconnu qui ne prend même pas la peine de décliner son identité comme on se l’attendrait. Je n’ai pas vraiment le temps de le reprendre – et un peu plus, mon Duc risquerait de me reprocher d’intimider ses invités – que nous sommes rapidement accaparés par une affaire de première importance. Je suis le Seigneur du Lierre-Réal, sans mot dire, quand on l’emmène ailleurs pour s’installer et converser plus tranquillement.

Je ne comprends, pour ainsi dire, pas grand-chose du discours du domestique, et cela doit se voir sur mon visage. Je n’ai pas vraiment l’habitude de prendre la parole après mon Duc, mais si je veux vouloir faire mon travail correctement, il faut bien que je sois renseignée sur les tenants et aboutissants de cette affaire, n’est-ce pas ? On parle bien d’un meurtre… D’hortensia. Là, ça m’échappe totalement. Et au risque de passer pour une ingénue, je glisse quelques mots à mon Duc, hochant la tête par l’affirmatif quand il me demande de rester attentive :

- Excusez-moi, mais en quoi ces plantes sont-elles si particulières ?

Je ne réalise, qu’avec un temps de retard, quand il glisse quelques mots au Régisseur, que le cadavre que nous avons sur les bras est celui de… Du père de mon Capitaine ? Je deviens, à mesure, livide. Mon regard se risque à plusieurs reprises vers cette femme éplorée, qui n’est autres que sa sœur. Le marquis de l’Epine était peut-être mal aimé, mais pas de sa famille, non ? Je me rends compte que je ne sais finalement pas grand-chose de la vie privée de mon Capitaine, ce qui est préférable, mais dans l’immédiat, bien handicapant.

Le domestique n’a pas l’air tranquille, et en suivant son regard, je crois repérer la source de son trouble même si je ne l’identifie pas. Je suppose que le Duc en fait de même, puisqu’il l’invite à marcher, certainement pour s’en rapprocher. Ses attitudes finiraient presque par me devenir limpides. Je me contente de jeter un bref coup d’œil par-dessus les fenêtres de la maisonnée, à la dérobée, avant de les rattraper en direction de ces champs de coquelicots aux couleurs bien singulières pour interroger le domestique avec plus d’agressivité que je ne le devrais peut-être :

- Et vous n’avez, bien entendu, pas la moindre idée de qui aurait pu faire une chose pareille ?

Spoiler:
 

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
Message Sujet: Re: Une danse de fleurs devenue tragédie • Les Vergers aux milles couleurs   Lun 29 Aoû 2016 - 8:29

Lorsque tu accompagnes sans broncher Denys et sa suite à cette petite table où vous conduits le domestique, ton émerveillement s’est fané. Tu écoutes attentivement les paroles de ce petit bonhomme angoissé, qui jette des regards hagards en tous sens. Toutefois, les mots ne font pas sens dans ton esprit. Les seules bribes de compréhension que tu saisis, c’est qu’un homme au nom étonnant est mort à cause… à cause d’une fleur. Tu souris, car l’idée te semble belle, et tu ne remarques pas que c’est fort déplacé. Bientôt, Denys soumet l’idée de rejoindre le champ de coquelicots non loin, et tes yeux s’illuminent de nouveau à l’idée d’approcher toutes ces nuances écarlate. Mais malgré cette résolution, le duc demeure soucieux.

Je ne savais pas que les fleurs avaient un tel pouvoir, lâches-tu comme pour toi-même, avec une maladroite candeur.

Tu sais qu'au fond de toi, tu aimerais comprendre, / Ce qui, par le Destin, ne fait que te surprendre. Tu jettes des regards interrogateurs autour de toi, et si le mot mort n’a guère soulevé en toi t’appréhension, l’angoisse du duc te saisit. Tu ne lui connais pas. Et puis, qui peut bien être ce marquis d’Amar au centre de la discussion ? C’était donc son père, foudroyé par une… par une fleur ?

La Chevaucheuse veillant sur Denys à l’air bien suspicieuse, et sa méfiance te fait retourner aux côtés de Jehanne d’Ansemer, te tenant à l’écart de son regard perçant. Bientôt, le champ de coquelicots tant espéré se dresse devant vous, et les appréhensions du verger de pruniers disparaissent bien vite de ton esprit. Ton sens moral n’a jamais été bien aiguisé, il fallait bien l’admettre, mais au moins, tu n’as jamais eu à te préoccuper outre mesure de la bienséance. Tu effleures du bout des doigts les fleurs aux teintes éclatantes, imprégnant l’air ambiant de leur parfum ténu. Tu ne savais pas réellement à quoi rimait cette excursion jusqu’à présent, mais désormais, tu peux enfin satisfaire tes pupilles avides de nouvelles couleurs.

Est-ce qu’on peut les cueillir ? interroges-tu timidement, avec l’espoir de faire un bouquet.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
avatar

Messages : 3698
J'ai : 33 ans
Je suis : le duc de Lagrance, marquis du Lierre-Réal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lagrance avant tout, à l'Ordre du Jugement, à moi même et dans une moindre mesure à l'empire de Faërie
Mes autres visages: Hiémain de Sylvamir, Anthim d'Erebor, Rackham l'Îlien et Joséphine Siguardent
La Noblesse
Message Sujet: Re: Une danse de fleurs devenue tragédie • Les Vergers aux milles couleurs   Mar 30 Aoû 2016 - 7:00

Il était vrai que les essences diaprées n’étaient pas particulièrement connues pour les personnes qui n’étaient pas de Lagrance. Au sein du duché des arts et des jardins, les plantes diaprées, quoique rares en vérité, n’étaient une connaissance oubliée. Peu se risquaient à user de cette magie, mais elle restait louée et admirée par tous, car son charme était sans précédent et sublimait comme jamais les plantes qui en étaient touchées. Denys connaissait fort bien cette forme de magie, quand bien même n’était-il pas pratiquant, et était l’un des rares à posséder l’une de ses essences, même si tout le monde l’ignorait ou presque. Il savait aussi que d’origine, cette magie était née d’une autre forme de magie, aujourd’hui reniée et bannie, quoique très au goût du jour dernièrement. Devant la question un peu naïve de Maelys – à qui l’on ne pouvait pas reprocher de ne pas connaître cette pratique – le duc se permit de répondre à la place du domestique qui les suivait vers les jardins de coquelicots envoutants.

« Ce sont… des fleurs très rares, enchantées par la magie de la Floraison. On se lie à la plante par le sang, et les deux dépendent alors de l’autre. C’est pour ça que si l’essence diaprée est en danger, la personne qui s’y est liée l’est aussi. Et la mort de l’un entraine inévitablement celle de l’autre. »

Voilà pourquoi toucher à une essence diaprée était interdit et qu’elles étaient censées être étroitement surveillée. C’était un engagement sérieux qui permettait une floraison parfaite mais qui possédait des contreparties parfois fâcheuses… le commentaire de Raphaël le fait néanmoins sourire, juste l’espace d’une seconde. Il est vrai que les fleurs sont parfois plus piquantes et dangereuses qu’on ne le croit. A sa question un peu plus tard, alors qu’ils arrivent devant le champ de coquelicot, il lui répond malgré son air toujours un peu soucieux et en l’attente de réponse de la part du domestique. Sa tendance à regarder de tous les côtés comme s’ils étaient épiés était sensiblement dérangeant.

« Oui vous pouvez Raphaël. Mais s’il ne vous plait, ne vous éloignez pas. »

Il ne voudrait pas avoir un autre soucis à gérer sur les bras, même si le jeune peintre aux manières étranges n’en était pas un tant que ça.

Spoiler:
 

_________________



Spoiler:
 


Dernière édition par Denys du Lierre-Réal le Mer 31 Aoû 2016 - 21:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 2335
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheuse du dragon Mirage dans le Vol de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Duc de Lagrance, Denys du Lierre-Réal, et aux Chevaucheurs
Mes autres visages: Liam d'Outrevent
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Une danse de fleurs devenue tragédie • Les Vergers aux milles couleurs   Mer 31 Aoû 2016 - 11:51

Je fronce les sourcils, profondément perplexe, quand le Seigneur du Lierre-Réal répond à mes questions quant aux essences diaprées. Oh… Alors je suppose que le Marquis de l’Epine ne s’est pas simplement suicidé en apprenant qu’on avait arraché son hortensia préféré, et que cette fleur avait réellement de l’importance autant que… Un être humain peut en avoir. J’ai tout de même du mal à réaliser, et quelle idée de se mettre autant en danger en se liant à une plante, vraiment ? Je reste stoïque, autant que je le peux, alors qu’un rire étrange retentit dans mon esprit, provoquant le même son qu’un éboulis en haute montagne.

Arrête de te moquer de moi, ne va pas me dire que tu le savais.
Non, les mœurs humaines ne m’intéressent pas vraiment… Mais elles se révèlent subitement très amusantes.
On parle du meurtre du père de mon Capitaine, Mirage.
Comme c’est dommage… Navré, petite. J’ai dû oublier de regarder où je marchais ce matin.


Quel idiot de gros lézard. Je l’entends encore se gausser en fond, quand je marche à la suite de mon Duc.

- Je vous remercie pour ces explications. Pouvez-vous me dire comment peut-on les reconnaître ? Et quels avantages cela peut-il conférer au détenteur de cette essence diaprée ? Je suppose qu’un tel risque n’est pas pris à la légère, et que ces plants sont habituellement surveillés en continue, n’est-ce pas ? Se pourrait-il que cette affaire ait un lien avec les arbres malades ? C’est aussi plutôt inhabituel, je me trompe ?

Je me tais, en me rendant compte que je viens subitement d’accabler mon Duc de nombreuses questions. J’ai besoin de comprendre pour être efficace dans mon enquête, mais il suffit que je quitte un peu ma réserve pour que quelques travers se fassent à nouveau ressentir. Et non, je saisis à quel point mes connaissances de ma patrie d’accueil sont limitées. Mais après tout, ne m’a-t-il pas réclamé initialement à ses côtés pour que j’apprenne, justement ?

J’observe ces coquelicots qui attirent l’extravagant Raphaël. Les cueillir ? Est-ce réellement une bonne idée ?

Spoiler:
 

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 3698
J'ai : 33 ans
Je suis : le duc de Lagrance, marquis du Lierre-Réal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lagrance avant tout, à l'Ordre du Jugement, à moi même et dans une moindre mesure à l'empire de Faërie
Mes autres visages: Hiémain de Sylvamir, Anthim d'Erebor, Rackham l'Îlien et Joséphine Siguardent
La Noblesse
Message Sujet: Re: Une danse de fleurs devenue tragédie • Les Vergers aux milles couleurs   Mer 31 Aoû 2016 - 12:01

Elle est intriguée, c’est intéressant à constater songe le duc, même si l’heure n’était pas tant aux palabres. Mais il leur faut avancer et attendre d’être à l’abris de ces regards qui semblent perturber le domestique, alors la discussion ne dérange pas réellement le duc. Assez orgueilleusement il apprécie qu’on le sollicite, même pour ce genre de questions. Ces dernières sont d’ailleurs nombreuses dans la bouche de la chevaucheuse, ce qui a le don d’arracher un nouveau sourire, léger, à Denys, qui connaît toutes les réponses et s’avance à répondre de nouveau.

« Les essences diaprées sont marquées de veinures colorées. Vous voyez le saule pleureur au cœur d’Arc-en-Fleur ? C’en est un. » Une bien merveilleuse essence au demeurant, veillant pleinement sur le domaine malgré les troubles certains qui étaient en train de fleurir un peu partout. « Les avantages sont nombreux. La santé de l’un et de l’autre est renforcée et l’essence se retrouve dotée de vertus uniques capables de pouvoir au soin de son propriétaire. Mais il est vrai que les risques sont tous aussi grands car elle rend le détenteur vulnérable. Pour autant, même si l’on s’assure en général de bien faire surveiller le plant, il n’est pas de raison de faire du mal à qui que ce soit en Lagrance, ce qui est d’autant plus étonnant et préoccupant… » Le crime était terrible et si peu conventionnel sur les terres paisibles du duché des jardins, où la violence était proscrite et bien mal vue. « Pour ce qui est des arbres, c’est inhabituel oui, mais je ne pense pas qu’il s’agisse d’un lien avec les essences diaprées. Elles restent relativement rares et tout Arc-en-Fleur ne repose pas sur un enchantement de la sorte. Mais jamais encore le domaine n’a connu pareil changement, et c’est cela qui est bien étrange. »

Il ne dirait pas sur quels fondements reposait le domaine d’Arc-en-Fleur, ce rituel millénaire qui bien que proscrit avec la Magie du Sang avait continué de perdurer en Lagrance pour assurer la floraison éternelle. Sans ça, le duché aurait périt voilà milles ans. Et aujourd’hui, le retour des Mages du Sang soulevait bien des problèmes, et le duc n’aurait pas été surpris que les maux d’Arc-en-Fleur ne soient pas étrangers à leur retour.

Spoiler:
 

_________________



Spoiler:
 


Dernière édition par Denys du Lierre-Réal le Mer 31 Aoû 2016 - 21:29, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
avatar

Messages : 544
J'ai : /
PNJ
Message Sujet: Re: Une danse de fleurs devenue tragédie • Les Vergers aux milles couleurs   Mer 31 Aoû 2016 - 18:03


Quête 1.5

Une danse de fleurs devenue tragédie

Denys • Maelys • Raphaël • Lucille




Quête animée par Elnaie et Solomon Suaire




Les vergers aux mille couleurs • 4ème tour




Tous s’avancent, et aux paroles du duc, Jehanne d’Ansemer tourne de l’œil, sûrement trop impressionnée par la prise de connaissance du fonctionnement des essences diaprées. S’imaginer qu’une simple fleur peut nuire à une vie n’est pas chose aisée à comprendre, c’est certain. Peut-être n’auraient-ils pas du suivre ce domestique. Toujours est-il qu’alors qu’il envoie l’un des employés de la maisonnée prévenir le Marquis d’Amar, il transporte avec délicatesse, après accord de Denys du Lierre-Réal, la duchesse d’Ansemer dans la modeste maison, et l’installe sur un des lits luxueux de feu le Marquis de l’Épine, avant de revenir auprès du duc et de ses… invités ? Peu importe. Juste à temps pour entendre la question de la jeune chevaucheuse dont la tenue ne trompait pas – elle était perspicace.

Ils étaient isolés, au milieu de ce champ. Lucille Sombrefiole, de toute évidence, observait les coquelicots, comme pour déceler quelque anomalie – sans grand succès. Le domestique regarda malgré tout autour de lui, comme s’il avait peur que quelqu’un se soit rendu invisible.

« Mon Seigneur, ma Dame, la vérité est que nombre de mages sont mécontents… La colère gronde, depuis le retour des kidnappés. Vous n’êtes pas sans savoir les rumeurs qui courent autour de votre capitaine, n’est-ce pas ? La peur chez les gens grandit… Ils s’offusquent, de tout ce que représente Arc-en-Fleur. Et cette plante, cette essence d’une ancienne magie, le fait que le Marquis de l’Épine et ses enfants soient liés à Tristan d’Amar… C’est mal perçu, Altesse. Nombreuses sont les manifestations haineuses reçues, pour leurs accointances, et leur potentielle maîtrise de cette magie interdite… C’est absurde, n’est-ce pas ? »

Il parlait à voix incroyablement basse, mais tous devaient être assez près pour entendre ce murmure qui s’écoulait de sa bouche. Il ne faisait pas bon d’évoquer un tel sujet à portée de tous. Surtout quand on avait une famille lagrane depuis des générations, et que l’on savait la source réelle de la magie qui permettait au domaine de fleurir éternellement. Il ne voulait en dire trop, pour préserver ce secret.

Est-ce le meilleur lieu pour cela ? Ce champ était là au fondement d’Arc-en-Fleur, c’est à vrai dire la première plantation qui a été créée ici. On raconte qu’elle est l’œuvre d’un mage fou, qui est une excellente source d’histoires horrifiantes à raconter au coin d’un feu. L’histoire a des millénaires, et si elle a gagné en importance et en divagations, elle n’a jamais été oubliée… « On ne devrait pas rester là, ils vont prendre ça pour une aveu, et vous mettre dans le même bouquet de coquelicots que la famille de l’Épine et ses domestiques… »

Il semble de plus en plus paniqué, comme s’il allait s’effondrer raide. Craignait-il d’être le prochain sur la liste ? Avait-il, lui aussi, créé une essence diaprée ? Il n’avait en tout cas pas la conscience tranquille.



Consignes



IRP : La totalité de votre quête se déroule les 14 et 15 août 1001. Ce quatrième tour a lieu en milieu de matinée du 14 août.
IRL : Ce quatrième tour va durer jusqu'au mercredi 7/09, 18h.

• Cette quête suivra le modèle d’un livre dont vous êtes le héros. Plusieurs choix se proposeront donc à vos personnages. Un choix individuel, et un choix commun sur la direction que vous empruntez pour lequel vous pourrez vous concerter ICI. La suite de votre quête dépendra de ces choix.

• Pour ce quatrième tour, vous êtes au milieu du champ de coquelicot, d’une rougeur surnaturelle envoutante et effrayante :


  1. En savoir plus sur ce champs
  2. Découvrir l’identité de ces gens qui vont croire à un aveu
  3. S’éloigner de ce complot qui vous semble trop morbide


Votre prochaine destination commune de destination sera :


  1. de rejoindre les stands de l’autre côté du chemin – peut-être recueillerez-vous quelques ragots, qui étofferont les propos du domestique
  2. d’entrer dans la maison de la famille de l’Épine, consulter les menaces reçues
  3. la maison qui borde le champ de coquelicot, délabrée et paraissant inhabitée


• Vous êtes libres de poster autant de fois que vous le souhaitez, à condition de faire 400 à 450 mots, ni plus, ni moins. (Utilisez impérativement ce site pour compter.)

Indiquez sous spoiler le nombre de mots de vos messages, et votre décision (à indiquer en RP aussi).

• Chacun de vos messages devra compter deux à trois phrases sur le fruit/dessert préféré de votre personnage. Mettez-nous l’eau à la bouche. :P

• La Fatalité est facétieuse, a souvent des idées farfelues et irréalisables, elle aime les prises d’initiative ! Surprenez la. :red: (Si cela a trait aux propositions de lieux disponibles, demandez par MP si cela est réalisable, par souci de ne pas influencer les évènements suivants prévus. :sisi: )

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 2335
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheuse du dragon Mirage dans le Vol de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Duc de Lagrance, Denys du Lierre-Réal, et aux Chevaucheurs
Mes autres visages: Liam d'Outrevent
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Une danse de fleurs devenue tragédie • Les Vergers aux milles couleurs   Ven 2 Sep 2016 - 9:50

Je l’écoute attentivement, alors qu’il répond à toutes mes interrogations sans en omettre une seule, avec une patience infinie. Je serais tentée de lui demander des détails supplémentaires, mais nous n’avons guère le temps de nous attarder, alors je me contente de la seule qui me brûle les lèvres, et m’inquiète davantage.

- Et vous aussi ? Peut-être que d’autres seront visés. A qui appartient ce saule pleureur ?

Les propos du Duc m’interpellent, quand il s’étonne que l’on puisse vouloir attenter à la vie d’une autre personne, en Lagrance. Il a, de toute évidence, son Duché et ses habitants en haute estime. Quoi de plus normal ? J’ai tout de même du mal à le suivre, car m’imaginer que mon Duc puisse faire preuve d’une certaine candeur m’est impensable. J’hésite, à peser mes mots pour une fois.

- Nous restons des hommes et des femmes, peu importe notre provenance, et il est dans notre nature de chercher l’ascendant sur l’autre, parfois par des manières bien radicales, et regrettables. Les essences diaprées sont un point faible facilement exploitable pour qui détient cette information.

Je ne réagis pas immédiatement quand le domestique prend la parole, à s’adresser à mon Duc et à… Je lance un regard perplexe autour de moi, avant de me rendre compte que ce « ma Dame » me désignait. Je n’ai pas le temps de m’attarder, car ses propos m’inquiètent bien davantage. D’où provient cette rumeur ? Impossible de la faire taire, maintenant. Je me mords la lèvre, mais ne me retiens pas à temps de m’exprimer.

- J’ai entendu ces rumeurs, oui. Mais contrairement à ceux qui les colportent, je sais exactement ce qui s’est passé sur cette île. J’étais sur place, constamment à ses côtés. Si certains émettent des doutes quant au dévouement de mon Capitaine envers Lagrance, ou concernant ses accointances, ils peuvent venir me trouver pour entendre la vérité. Ces racontars doivent cesser.

Et s’ils ne sont pas prêts à fournir cet effort, ils risquent de moins apprécier quand je leur tomberais dessus. Je garde cette dernière remarque pour moi, même si je ne me serais pas retenue de la formuler en l’absence de mon Duc. Mon Capitaine est irréprochable, et j’ai bien du mal à contenir ma colère quand ils s’en prennent à sa famille en représailles de… De quoi, au juste ?

- Qui craignez-vous à ce point ? Ils sont ici ? Donnez-moi des noms.

Mon regard s’oriente à nouveau vers cette maison délabrée, de laquelle nous nous sommes quelque peu rapprochés. Il la fixait, comme si un danger imminent devait en jaillir. Je pars d’un pas résolu dans cette direction, avec la ferme intention d’en avoir le cœur net.

Spoiler:
 

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 3698
J'ai : 33 ans
Je suis : le duc de Lagrance, marquis du Lierre-Réal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lagrance avant tout, à l'Ordre du Jugement, à moi même et dans une moindre mesure à l'empire de Faërie
Mes autres visages: Hiémain de Sylvamir, Anthim d'Erebor, Rackham l'Îlien et Joséphine Siguardent
La Noblesse
Message Sujet: Re: Une danse de fleurs devenue tragédie • Les Vergers aux milles couleurs   Ven 2 Sep 2016 - 12:07

Il pourrait presque s’étonner de l’éclat d’inquiétude qui transparait dans la question de Maelys. Presque, car il n’est pas certain tout à fait de l’y voir, ce sentiment, pas chez la jeune femme en tout cas et surtout pas à son encontre.

« Non rassurez-vous Maelys, je n’ai pas vocation à remettre ma vie dans d’autres mains que les miennes. » Un sursaut d’orgueil qui résonne dans les paroles du Duc. Sa terrible habitude de ne faire confiance à personne d’autre que lui même. « Et j’ignore à qui appartient ce saule pleureur. »

Il n’était pas cadide de songer qu’en Lagrance les meurtres ou autres violences étaient rares. C’était un fait qu’il ne fallait certainement pas négliger, et c’était bien pour cela que Denys réfléchissait ainsi. Il n’était pas du genre à croire non plus que rien n’arrivait en Lagrance, mais fallait reconnaitre que le duché des jardins était le plus paisible de tout Arven. Il doit avouer, le discours si sérieusement de Maelys laissa un instant le duc perplexe, mais étira sur ses lèvres un rictus peut être un peu… mesquin.

« Vous ne croyez pas si bien dire Maelys. » Il songea une seconde au rosier. A Mélusine.

Bien des rumeurs circulent sur ce vieux champ de coquelicot. Un instant, cette couleur rappelle à Denys la tarte aux fraises, son désert favori. Une couleur d’un rouge intense, presque sucré comme ces fruits qu’il apprécie tant. Enfin le domestique se met à parler, et ses craintes finissent par devenir compréhensibles. Les rumeurs ne sont pas étrangères au duc, sans jamais en avoir fait mention au principal concerné. Il se souvient encore de son intervention au couronnement, lorsqu’il avait proposé de faire appel à ces mages… si une part des rumeurs était fausse… tout n’était peut être pas bon à jeter. Ainsi pensait le duc, mais à ses yeux, la haine et la colère à l’encontre de la famille de l’Epine était… oui absurde, c’était le mot.

« Parfaitement absurde oui… » Il répond gravement mais n’a guère le temps d’ajouter quoique ce soit d’autre, Maelys venait de prendre la parole un peu… vindicative. Elle avait à cœur de défendre son capitaine mais une pointe de colère est palpable dans ses paroles, trop visibles au goût du duc quand elle commence à interroger le domestique. Lui aussi aimerait en savoir plus, mais guère de cette manière. Il est encore calme, le duc, mais rien ne promet qu’il le reste, car déjà il sent l’irritation grimper en voyant la jeune femme se diriger vers la maison délabrée. « Maelys, où allez-vous ?! »

Spoiler:
 

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 2335
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheuse du dragon Mirage dans le Vol de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Duc de Lagrance, Denys du Lierre-Réal, et aux Chevaucheurs
Mes autres visages: Liam d'Outrevent
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Une danse de fleurs devenue tragédie • Les Vergers aux milles couleurs   Ven 2 Sep 2016 - 20:19

J'hoche la tête, par l'affirmative. Sa réponse ne devrait pas vraiment m'étonner. Je n'aurais pas agi autrement non plus, à confier ma vie à une tierce personne... Et encore moins à une plante. Mais il s'agissait bien là de l'un des rares points communs que nous avions. Je souris, imperceptiblement.

- Il existe vraiment quelque chose que vous ignorez en ces lieux, en dehors de cette affaire qui nous préoccupe ?

Ce sourire qui se dessine sur ses traits fins n'a rien de rassurant, mais il me paraît peut-être un peu plus sincère que les précédents, alors qu'il me glisse quelques paroles énigmatiques qui peuvent en dire long, mais surtout pas assez pour l'heure. Je fronce les sourcils, perplexe. Devais-je vraiment m'étonner qu'il partage la même vision pragmatique du monde que moi ? Que nous provenions de la rue ou de la haute, la loi du plus fort prédomine toujours. C'est l'impression que m'a laissé la Cour jusqu'à maintenant, même s'ils se parent tous de masques, et savourent des gâteaux au miel, comme pour se donner des airs plus civilisés dans leurs jeux de pouvoirs. Mais je ne peux décemment pas leur reprocher d'avoir bon goût.

Je presse quelque peu le domestique de nous révéler l'identité de ces fauteurs de trouble, ce qui ne semble pas plaire à mon Duc. J'aurais peut-être pris les choses moins à cœur s'il ne s'agissait pas de mon Capitaine, et je le maudis encore de s'être exprimé si ouvertement, devant tous les nobles rassemblés au couronnement, pour faire naître les plus terribles rumeurs. C'est peut-être lui qui a provoqué la chute de sa propre famille. Je lui en veux certainement un peu de s'être joint à cette mascarade.

Je me dirige tout droit vers cette maison délabrée proche des champs de coquelicots. Autant éviter de bousculer un peu ce domestique, au risque de m'attirer les foudres de mon Duc, mais visiblement je suis parfaitement capable de me les attirer autrement. Je me stoppe, à son expression indignée, me retournant pour moitié pour le détailler, puis en faisant de même avec Raphaël pour guetter sa propre réaction.

- Faire mon travail, mon Duc. Cette maison l'inquiète, alors je vais m'assurer qu'elle ne recèle aucun danger pour votre sécurité. Et nous trouverons peut-être d'autres éléments pour mener l'enquête. Il est nécessaire de fouiller la zone intégralement, et assez largement, pour être certain de ne rien laisser de côté.

C'est une évidence, non ? Je n'attends pas de réponse de sa part, posant la main sur la poignée de la porte pour vérifier si elle est verrouillée, prête à la faire sortir de ses gonds rouillés d'un bon coup de pied dans le cas contraire.


Spoiler:
 

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
Message Sujet: Re: Une danse de fleurs devenue tragédie • Les Vergers aux milles couleurs   Lun 5 Sep 2016 - 14:32

La magie, bien sûr, c'est toujours la magie.
Je me suis évertuée à trouver des explications à la détresse des sols d'Arc-en-Fleur et voilà que maintenant, ils discutent de plantes liées à des mages ou par des mages ou peu importe, mais il y a quelque chose de sombre et mystérieux et inconcevable pour moi et comme d'habitude, c'est de la magie.

Peu importe leurs histoires de nobles et de meurtres, d'ailleurs lorsqu'ils ont commencé à mener leur enquête, c'est comme s'ils avaient oublié que le verger se mourait. Quoi qu'il en soit, j'ai le nez dans les coquelicots, de temps en temps je relève une oreille pour percevoir quelques bribes de leur conversation. En temps normal, j'aurais écouté sans me lasser, mais là je suis préoccupée. Sans aucun doute, j'avais affirmé que la terre était empoisonnée, pour moi la seule explication possible qui maintenant me paraît de plus en plus erronée. Ces fleurs là, ce ne sont pas celles que je connais. Ces coquelicots là, ils ne sont pas morts mais ils brillent un peu trop. Oui, c'est magnifique, mais je suis perdue.

Je retourne vers le domestique et lui demande :
« Il y a aussi une explication... magique pour l'éclat de ces fleurs ? »

Comment espèrent-ils que je puisse apporter une quelconque précision savante sur les végétaux qui nous entourent alors que leur existence même est liée à un domaine qui m'est totalement étranger ?
J'aurais juste dû profiter de la fête et ne pas m'en mêler, là j'ai simplement envie de retourner au Manoir et de prendre une part de tarte, à défaut de mieux. En réalité, ce sont les crêpes d'Ansemer, mon dessert préféré, que je ne me lasse jamais de goûter à chaque visite à Port-Liberté.
Enfin, je ne peux décemment pas me retirer et en voyant le dénommé Raphaël se faire un bouquet de fleurs, j'en profite pour en cueillir une et la glisser dans une fiole. Plus tard, j'aimerais l'analyser, je ne désespère pas de découvrir un jour comment fonctionnent tous ces mécanismes de magie.

Je sors de mes pensées en remarquant que Maelys s'en est allée vers la maison et sans trop savoir pourquoi je lui lance, en la rattrapant :

« Maelys attends-moi ! »

Certes, ce n’est pas une simple sortie entre filles dans les jardins, mais ça me rassure d’être accompagnée d’une amie. J’espère très sincèrement comprendre ce qu’il se passe à Arc-en-Fleur, mais j’ai de plus en plus l’impression que ce problème me dépasse de plus en plus.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
avatar

Messages : 3698
J'ai : 33 ans
Je suis : le duc de Lagrance, marquis du Lierre-Réal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lagrance avant tout, à l'Ordre du Jugement, à moi même et dans une moindre mesure à l'empire de Faërie
Mes autres visages: Hiémain de Sylvamir, Anthim d'Erebor, Rackham l'Îlien et Joséphine Siguardent
La Noblesse
Message Sujet: Re: Une danse de fleurs devenue tragédie • Les Vergers aux milles couleurs   Mer 7 Sep 2016 - 5:45

Il pourrait lui donner un ordre. Là, sur le champ. Et ne pas l’écouter serait signe de désobéissance, ce que Denys aurait sensiblement mal pris. Mais il n’avait encore rien exigé, et non qu’il fut contre une prise de position de la jeune femme, il aurait apprécié qu’avant toute chose elle explique son choix sans qu’il eut besoin de l’invectiver pour cela. Le reproche ? Partir d’un pas décidé et sans un mot vers cette maison délabrée, une ruine qui n’inspirait certainement pas le duc et dont il se serait bien passé de visiter. Il grince un instant des dents, feint de l’ignorer quand elle reprend son chemin pour se retourner vers le domestique, resté un peu en retrait.

« A qui appartenait cette maison ? »

Il attend une réponse de celui-ci avant de lâcher cette fois un long soupir dépité quand un à un, les compagnons d’infortunes – et pas très bavards – qui les accompagnaient se décidèrent à suivre le chemin de la chevaucheuse. Si pour Raphaël ça ne l’étonnait guère, lui qui n’était pas spécialement au fait de ce que pouvait signifier le mot danger, il s’en étonna un peu plus pour la jeune herboriste restée jusqu’ici silencieuse. Il fallait aussi avouer que les raisons de sa venue concernaient le verger aux Lucioles, quelque peu passé à la trappe avec la nouvelle de l’assassinat du marquis de l’Epine, ce qui était sensiblement plus important. Denys ne l’oubliait certes pas mais il n’avait pas le pouvoir de se dédoubler. Mais constater que de toute façon Arc-en-Fleur était touché sur plusieurs fronts, ça l’irritait et l’inquiétait. L’affaire des plantes diaprées était une chose, mais la mort en devenir des sols et par extension des vergers touchait un domaine grave resté secret depuis un millénaire.

Un peu en retrait de quelques pas, le duc suivi malgré tout le mouvement en rejoignant les trois autres, un peu curieux mais prudent. Qu’allaient-ils découvrir ? Quels secrets se cachaient là bas et qu’ils allaient peut être comprendre, tandis que d’autres profitaient des festivités dans la plus grand insouciance, dévorant cake et tartes succulents.

Spoiler:
 

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
Message Sujet: Re: Une danse de fleurs devenue tragédie • Les Vergers aux milles couleurs   Mer 7 Sep 2016 - 17:01

Dans les paroles décousues de la domestique, dont l’anxiété semble suinter dans chacun de ses mots, tu ne saisis pas grand-chose. Tu écoutes, un peu hagard, l’évocation de rumeurs étranges, de messes basses qui circulent, et ton monde si innocemment détaché du leur te paraît un bon refuge. Tu t’écartes du groupe, plongé dans des spéculations bien trop politiques pour toi, et tu cueilles un par un les coquelicots qui te semblent les plus rougeoyants et les plus parfumés. Quelques pétales t’échappent, mais la fragilité de la fleur ne t’est pas inconnue ; tu les ramasses soigneusement et les ranges dans ta petite besace, avec l’espoir d’en tirer de doux pigments. Tu es très fier de ton bouquet, lorsque ta poigne ne semble plus en mesure de recevoir davantage de fleurs. Les collerettes rouges t’évoquent ces cerises délicieuses qui ne mûrissent presque jamais à Virevent, et qui pourtant captivent tes sens. Les clafoutis aux cerises, tu donnerais mille bouquets de coquelicots pour en goûter.

Tu rejoins le petit groupe, et devant le visage inquiet de la domestique, tu ne peux contenir ton geste : tu tends le bouquet spontanément, les deux mains jointes, pour l’offrir à la femme meurtrie par l’inquiétude. Mais à peine esquisse-t-elle un sourire que la gravité retombe comme un couperet sur cette joyeuse assemblée de trouble-fêtes. Raphaël esquisse une moue circonspecte, mais l’idée de Maelys ravive la lumière dans ton regard. Tu te sens comme un enfant à qui l’on autorise de commettre l’interdit – bien qu’en vérité, tu ne saches pas vraiment ce qu’est l’« interdit ». Tu es fébrile en emboîtant le pas à toute cette joyeuse troupe.

Spoiler:
 


Dernière édition par Raphaël de Virevent le Mer 14 Sep 2016 - 15:19, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
PNJ
avatar

Messages : 544
J'ai : /
PNJ
Message Sujet: Re: Une danse de fleurs devenue tragédie • Les Vergers aux milles couleurs   Mer 7 Sep 2016 - 18:44


Quête 1.5

Une danse de fleurs devenue tragédie

Denys • Maelys • Raphaël • Lucille




Quête animée par Elnaie et Solomon Suaire




Les vergers aux mille couleurs • 5ème tour




Le domestique écoute attentivement la conversation, se gardant bien d’intervenir. Il connaît sa place et son rang, et ça n’est pas vers lui, que se tourne la jeune chevaucheuse, mais bel et bien vers leur duc. Il se fige, cependant, voyant qu’elle se rend vers la maison maudite. Il ne faut pas, non, il ne faut pas. Il blêmit – il ne fera pas un pas de plus. Son duc peut le jeter aux cachots, il n’y ira jamais. Il n’a guère le temps de répondre à la fougueuse demoiselle, d’ailleurs, mais cela lui importe peu. N’a-t-elle donc jamais appris la politesse ? Et si elle voulait une réponse, elle n’avait qu’à attendre. Il frémit plus encore, voyant Denys du Lierre-Réal partir à sa suite, ainsi que leurs étranges accompagnateurs. Il ne prend le temps de murmurer qu’une chose – « un fantôme redoutable s’y trouve, les Dieux seuls savent quels méfaits il est capable de commettre »… Sûrement est-ce là tout ce que le quatuor verra du domestique terrorisé plus que jamais, et la seule réponse que le duc de Lagrance aura concernant l’identité des propriétaires de la maison.

Ils poussent la porte, qui s’ouvre dans un grincement sinistre – presque ironique et attendu, d’une maison si délabrée, si horrifique, masquant un autre bruit plus lointain, qui vous échappe. La lumière inonde les lieux, de manière surprenante. Les ouvertures sont grandes, et il semblerait qu’une vie des plus normales se soient déroulée ici : des tableaux représentant une famille joyeuse, un petit train sur roues, une vivenef sur le même modèle, avec des ailes ajoutées de chaque côté récemment semble-t-il.

Un seul objet dénote, comme un hommage macabre… Une poupée, recousue inlassablement, d’une teinte ocre extrêmement désagréable. Elle semble terne, mais aussi incroyablement malsaine. Masqués par cette dernière, des piles de parchemins roussis.



Consignes



IRP : La totalité de votre quête se déroule les 14 et 15 août 1001. Ce quatrième tour a lieu en fin de matinée du 14 août.
IRL : Ce cinquième tour va durer jusqu'au mercredi 14/09, 18h.

• Cette quête suivra le modèle d’un livre dont vous êtes le héros. Plusieurs choix se proposeront donc à vos personnages. Un choix individuel, et un choix commun sur la direction que vous empruntez pour lequel vous pourrez vous concerter ICI. La suite de votre quête dépendra de ces choix.

• Pour ce cinquième tour, vous êtes à l’entrée de la maison, entrouverte sur un séjour qui pourrait sembler parfaitement normal, la poupée mise à part. Vous voulez :


  1. découvrir l’identité des gens dont parlait le domestique
  2. comprendre l’histoire de ce champs et de cette maison
  3. découvrir l’identité des propriétaires des jouets


Votre prochaine destination commune de destination sera :


  1. de vous approcher de la poupée
  2. de vous approcher de la vivenef
  3. de vous approcher des messages, derrière la poupée
  4. de sortir de la maison


• Vous êtes libres de poster autant de fois que vous le souhaitez, à condition de faire 500 mots au maximum. (Utilisez impérativement ce site pour compter.)

• Vous pouvez, exceptionnellement et pour les trois premiers choix uniquement, choisir des destinations différentes, les deux étant à proximité et dans la même pièce. (Vos personnages ne voient pas les parchemins, prenez le en compte si vous choisissez cette direction !)

Indiquez sous spoiler le nombre de mots de vos messages, et votre décision (à indiquer en RP aussi).

• Dans votre RP, un paragraphe devra être consacré au sentiment prédominent que ressent votre personnage – si c’est la peur, vous devez l’exprimer, par exemple en disant qu’un frisson lui glace l’échine.

• La Fatalité est facétieuse, a souvent des idées farfelues et irréalisables, elle aime les prises d’initiative ! Surprenez la. :red: (Si cela a trait aux propositions de lieux disponibles, demandez par MP si cela est réalisable, par souci de ne pas influencer les évènements suivants prévus. :sisi: )

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 2335
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheuse du dragon Mirage dans le Vol de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Duc de Lagrance, Denys du Lierre-Réal, et aux Chevaucheurs
Mes autres visages: Liam d'Outrevent
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Une danse de fleurs devenue tragédie • Les Vergers aux milles couleurs   Ven 9 Sep 2016 - 5:53

J’attends le blâme, qui ne vient pas. Il a cette expression fermée, désapprobatrice, mais doit certainement se rendre à l’évidence. J’ai raison de porter mes soupçons sur cette maison délabrée et de vouloir m’assurer qu’elle ne l’expose à aucun danger. Je m’attends à ce que le Duc de Lagrance reste sur le seuil, quand je pénètre les lieux, mais il m’emboîte finalement le pas tout comme les autres. A se demander s’il me reproche avant tout une initiative malvenue ou d’entraîner notre petit contingent dans mes recherches…

Le domestique, lui, est devenu blême et refuse d’avancer davantage, ce qui ne fait que confirmer mes craintes. Je ne crois pas aux fantômes, les responsables de ce meurtre doivent être bien plus tangibles, et des indices peuvent se trouver dans cette maisonnée. L’angoisse est pourtant croissante, faisant écho à cette plainte sinistre de la porte que j’entrebâille. Je me fige instantanément, en prenant conscience que le bois grinçant nous a dissimulé un autre son, qui m’échappe totalement. Quelqu’un se trouvait-il encore ici ? Je me fais une frayeur quand mon regard se pose sur la Vivenef, à sursauter sans raison aucune avant de chercher à me détendre. Ce n’est qu’une réplique miniature, et rien ne bouge, à mon grand soulagement.

- Il n’y a plus personne ici, mais on dirait que le dernier passage date de moins longtemps que je l’aurais cru.

Ma voix est posée, dépourvue de la moindre trace de peur. J’essaie d’occulter mes réactions précédentes, et procède à l’inspection des lieux, en évitant soigneusement la table où repose la Vivenef. Mon regard s’attarde sur ces traits joyeux, sur ces peintures anciennes qui prennent la poussière… Puis je m’avance finalement vers cette poupée délaissée. Elle est laide, rafistolée sans arrêt, et d’une couleur qui la rend sale, surtout en comparaison des champs de coquelicots que nous venons de traverser. Je la prends en main, avec précaution, et la retourne en tous sens pour mieux l’observer. Je ne repère qu’après coup ces piles de parchemins roussis dont elle devait servir de presse-papier.

- Venez voir…

Spoiler:
 

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une danse de fleurs devenue tragédie • Les Vergers aux milles couleurs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Pétion –Ville ; mairesse Ludie Parent ap danse kompas !
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela
» "Je veux qu'on rie...Je veux qu'on danse...Je veux qu'on s'amuse comme des fous !" [Julia]
» Estimé,Magloire Que sont devenues les fleurs du temps passé?
» Danse ta vie vie, danse [Alex]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Faërie :: Lagrance-
Sauter vers: