AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ce n'est qu'une innocente fleur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Mages
avatar

Messages : 231
J'ai : 27 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Les Mages
Message Sujet: Ce n'est qu'une innocente fleur   Jeu 1 Sep - 8:35




Livre I, Chapitre 5 • Le tournoi des trois Opales
Cassiopée & Thomas 2

Ce n'est qu'une innocente fleur

Ou comment n'y plus rien comprendre.




• Date : 
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Ce n'était que la visite d'une amie a un autre n'est ce pas ? Enfin ça c'était ce qu'elle croyait.


_________________


il suffit parfois...
"Le printemps est arrivé, la belle saison, l'amour et la joie sont revenus chez toi...


Dernière édition par Cassiopée Avirel le Jeu 1 Sep - 18:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 231
J'ai : 27 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Les Mages
Message Sujet: Re: Ce n'est qu'une innocente fleur   Jeu 1 Sep - 8:35

La fleur surgit de nulle part. Arrachant un léger cri de surprise a une jolie blonde en vadrouille. Alors certes, Cassiopée vadrouillait, mais elle ne le faisait pas n’importe où. Et puis vadrouiller était sans doute un bien grand mot, elle connaissait les couloirs de la Caserne des Chevaucheurs presque aussi bien que ceux d’Amar. Elle n’était jamais accueilli en étrangère,, tous la connaissait pour lui avoir déjà parlé ou sinon aperçu tant sa proportion a en hanter les couloirs a la recherche de Thomas, Maelys ou même Tristan était récurent. De plus, elle avait souvent une petite attention pour ceux qui demeurait au repos tandis que d’autre suait sous le soleil durant leur entrainement. D’ailleurs, c’était ce qui occupait Thomas dans l’instant. Pas de chance. Donc, surprise par l’apparition soudaine de cette fleur, Cassiopée mit quelque seconde à se rendre compte de la personne qui tenait la dite fleur.

« Par les dieux, Camille ! Tu m’as fait peur ! »

« Désolé, mais tu es tellement mignonne quand tu es surprise que je n’ai pu résister. »

Cassiopée éclata de rire tout en levant les yeux au ciel :

« Tu n’es qu’un vil flatteur surtout ! Et je suis sûre que tu as arraché cette pauvre fleur du par terre qu’entretient avec amour votre cuisinier. »

« Mince, me voilà percé à jour. – une moue faussement suppliante froissa les beaux traits du chevaucheur et ses deux mains se joignirent devant lui – Si je t’offre un thé au miel, tu gardes le secret ? »

Joueuse, Cassiopée se tapota la lèvre de l’index, jetant un regard faussement songeur sur le chevaucheur, jouant nonchalamment avec la fleur. Une belle rose. Cassie adorait les roses.

« Je ne sais paaaas….Est ce qu’un thé serait suffisant ? C’est très peu cher payé un secret d’une telle ampleur car je ne doute pas de la colère du Maître de cuisine, tu risquerais de te retrouver en régime forcé… »

« N’est-ce pas ? Mais je sais que tu es charitable, tu ne voudrais pas me voir amaigri hein ?
– Vif comme un serpent, il se saisit des mains de la jeune femme pour les serrer entre les siennes, sa moue suppliante se faisant plus appuyée – Tu n’oserais pas rassures moi, ce n’est pas toi, tu n’es pas si cruelle… »

Cassie ne put se retenir de pouffer devant cette comédie et roula des yeux :

« Par Aura, comment veux-tu que je reste sérieuse quand tu me fais cette comédie ? Très bien ! Je garderais cet horrible secret bien au chaud dans le silence ! »

Un sourire éblouissant remplaça la mine suppliante du jeune homme :

« Tu as le cœur tendre surtout. »


Répliqua-t-il en portant a ses lèvres les doigts de la jeune mage pour y déposé un baiser fraternel.  Au moins, elle y avait gagné un thé, ce ne serait pas de trop en attendant que Thomas ne finisse son entrainement. Entrainement qui finit plus tôt que prévu songea-t-elle en entendant soudainement la voix de son ami.

_________________


il suffit parfois...
"Le printemps est arrivé, la belle saison, l'amour et la joie sont revenus chez toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étranger
avatar

Messages : 925
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle
Mage Destructeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac & Gustave de Séverac
Étranger
Message Sujet: Re: Ce n'est qu'une innocente fleur   Jeu 1 Sep - 20:24

    Ces derniers temps, il mettait davantage d'acharnement dans ses entraînements, sans doute pour passer la frustration de nuits agitées, hantées par une petite blonde qui s'était glissée là insidieusement et refusait d'en être délogée. Thomas était d'un naturel calme et placide. Ou plutôt il s'était forcé à devenir comme cela pour traverser le cauchemar de son enfance. Mais au fond, il y avait toujours une petite boule de rage, soigneusement étouffée, camouflée. Qui commençait à enfler sans qu'il ne réussisse à la contrôler. Viendrait bien un moment où cela exploserait et ça risquait de faire mal. Heureusement qu'il maîtrisait sa magie. Sinon les effets auraient été destructeurs pour un Mage de l’Été spécialisé dans la Destruction...

    « Eh, Thomas, doucement, c'est un échauffement, on dirait que t'as envie de me tuer. »

    Le jeune Chevaucheur regarda son partenaire, surpris par cette remarque. Il n'était même pas vraiment à ce qu'il faisait. Franchement, il déraillait totalement. Il n'aurait jamais dû embrasser Cassiopée, plus de trois mois auparavant. Jamais. Depuis, il pouvait dire qu'il était torturé par le souvenir de ses lèvres. C'était bien fait, il l'avait cherché. Et comme il n'était pas du genre à s'épancher... Les deux seuls êtres à savoir qu'il avait quelques problèmes de conscience étaient sa dragonne et son familier. Mais si la première demeurait discrète à ce sujet (il la soupçonnait de s'en moquer en fait), la seconde, elle, essayait de percer ses défenses et de l'amener à accepter une vérité aussi simple que terrifiante : il éprouvait des sentiments pour la jeune Mage. C'était aussi bête que ça. Mais il s'y refusait.

    « Tu te ramollis. On a dépassé le stade des entraînements gentillets de quand nous étions cadets. »

    L'autre le regarda d'un air dubitatif.

    « Toi, il y a quelque chose qui te contrarie. »

    « Tais-toi et bats-toi. »

    Une fin de non recevoir. Ce n'était pas comme si on pouvait s'attendre à ce que Thomas se confie, n'est-ce pas ? Il ne le faisait jamais. Sauf peut-être à une personne, mais c'était justement la dernière à qui il pouvait parler de tout ça. Parce que de son côté, elle vivait très bien ces dernières semaines. Rien n'avait changé dans son comportement ou son regard. Raison de plus pour rester tranquille et décréter que ce n'était qu'une passade. D'autres hommes lui auraient sans doute suggéré de se trouver une fille, que c'était ça le soucis. Ils n'avaient peut-être pas tort après tout, mais il répugnait franchement à se servir comme ça d'une femme. Les passes d'armes se terminèrent. Trempé de sueur, il se rafraîchit grâce au baquet d'eau à disposition, trempant ses cheveux sombres et le col de sa chemise.

    Il déserta la salle d'entraînement, d'humeur maussade... Sereine était à ses côtés. Le lynx se figea avant lui. Avant qu'il ne capte l'écho d'une conversation. Deux vois familières. Surtout une en fait.

    Ohoh...

    L'animal ne croyait pas si bien dire. De maussade, l'humeur de Thomas devint carrément exécrable. Il fonça sur Camille et Cassiopée, sans réfléchir au pourquoi de sa soudaine colère. Une colère froide, qui le rendait terriblement distant d'ailleurs. Et méprisant. Il intervint d'un ton glacial dans le dos de Camille, répondant à la place de Cassiopée à sa dernière phrase :

    « Alors n'en profite pas et dégage. »

    Il venait de jeter un sacré froid. Camille se retourna, le regardant avec surprise un instant, avant de se détendre et de sourire :

    « Je crois que notre jolie Cassiopée est capable de parler pour elle même, elle n'a pas besoin d'une nounou. »

    Le regard sombre de Thomas s'étrécit.

    « Tu peux faire ton petit numéro à qui tu veux, mais elle n'est pas n'importe qui. Alors va compter fleurette ailleurs. »

    Camille se tourna vers Cassiopée, non sans une petite révérence d'un air navré :

    « Désolé, Cass, j'ignorais que j'empiétais sur les plates bandes d'un petit ami. »

    Exaspéré, Thomas était prêt à bondir, mais Cassiopée dut le sentir alors qu'elle s'approchait vivement de lui, posant une main sur son bras, comme pour le retenir. Camille battit alors en retraite en haussant les épaules. Il n'était pas méchant. C'était même un type bien. Mais il adorait badiner. Et voir que Cassiopée riait et prenait plaisir à ce numéro énervait profondément le Chevaucheur.

    « Franchement, je ne pensais pas que tu te laisserais avoir par quelques compliments et un beau sourire. »

    Il se dégagea de la poigne de la jeune femme et tourna les talons, tandis que Sereine était assise près de Cassiopée, estomaquée.

    Tu fais quoi au juste ?

    Je l'empêche de se faire avoir par ce crétin.

    Mais bien sûr...

_________________
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey —
Lion's tears
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 231
J'ai : 27 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Les Mages
Message Sujet: Re: Ce n'est qu'une innocente fleur   Jeu 1 Sep - 20:54

C'était quoi ce vent glacial qui venait de souffler sans prévenir ? Surprise par le ton employé, Cassie mit un certain temps à réagir et cela suffit pour faire fuir Camille sur une pique au quelle elle ne fit pas vraiment attention, ce n'était pas la première fois qu'elle entendait ce genre de sous entendu. Bizarre, Camille était toujours charmeur, que ce soit avec elle ou d'autres, elle le savait, Thomas aussi d'ailleurs, mais c'était bien la première fois qu'il réagissait avec autant de...euh...violence.

« Hop hop hop ! »

Souffla-t-elle en saisissant le bras de son ami au bon moment apparemment. Déjà et d'une, elle n'aimait pas que Thomas fasse preuve de violence et de deux, Camille ne méritait pas vraiment ça, même si elle condamnait le fait qu'il provoque aussi puérilement le chevaucheur. Bon, en ce moment, Thomas c'était le mode grognon. En fait, depuis un moment à bien y réfléchir. Cassiopée supportait vaillamment mais il ne fallait pas trop lui en demander, surtout lorsqu'il s'en prit directement à elle :

« Son humeur de dragon mal embouché commence sérieusement à me taper sur les nerfs... »

marmonna-t-elle pour Sereine assise a ses pieds qui devait être aussi surprise qu'elle. Enfin peut être, difficile de connaître les humeurs du félin. Thomas était bougon, taiseux le plus souvent mais jamais aussi franchement avec elle. Donc quid de la sorcière naive, qu'est ce qu'il lui prenait ? Elle le connaissait pourtant sur le bout des doigts ou presque mais là, c'était le néant total, elle ne voyait pas de raison à son attitude. Et dire qu'elle même prenait des gants en ce moment vu son manque de sommeil récurent ces derniers temps ! Ca valait bien la peine de le ménager tiens ! Relevant donc ses jupons d'une main, elle lui couru après, parce qu'en plus, il la plantait sans un mot sinon sa réflexion particulièrement blessante ! Elle se savait un peu naive mais elle n'était pas aveugle au point de se faire avoir par le jeu de Camille quand même ! Finalement, elle devança le chevaucheur pour se planter devant lui, lui coupant la retraite :

« Je peux savoir ce qui ne tourne pas rond chez toi au juste ? J'ai l'habitude de ta mauvaise humeur, je la supporte même très bien d'ordinaire mais là, tu pousse le dragon Thomas ! Et puis d'abord tu me pense si naïve que ça ? Genre, je ne suis pas capable de voir que Camille n'est pas sérieux ? Que je serais capable de m'y laisser prendre comme la dernière des idiotes ? D'ailleurs, si il se permet de le faire avec moi c'est qu'il sait très bien que je ne suis pas dupe de son manège ! C'est blessant Thomas ! Vraiment ! »

Elle soupira en posant ses mains sur ses hanches, histoire de se calmer. Parce que bon, si elle se mettait en colère, cela n'arrangerait pas les choses du tout. Oh ils s'étaient déjà affronté mais jamais très violemment, d'une part parce qu'elle n'aimait pas ça et d'autre par parce qu'elle n'était pas quelqu'un de particulièrement belliqueux. Quoique là, l'envie de passer ses nerfs sur le jeune homme était tentante, ne serait ce que pour se venger des insomnies qu'il lui donnait ces derniers temps, tourmentée par des pensées sans queue ni tête mais qui refusaient de quitter son esprit.

« Je suis trop fatiguée pour me battre avec toi de toute façon, même si je ne serais pas contre ne serait ce que pour te faire payer mes insomnies mais vois, je ne suis pas rancunière. Alors maintenant, tu vas m'offrir ce thé parce que j'en ai envie et te montrer aimable sinon je te mords ! »

Pour faire bonne mesure, elle tapota de la pointe du pied par terre.

_________________


il suffit parfois...
"Le printemps est arrivé, la belle saison, l'amour et la joie sont revenus chez toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étranger
avatar

Messages : 925
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle
Mage Destructeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac & Gustave de Séverac
Étranger
Message Sujet: Re: Ce n'est qu'une innocente fleur   Ven 2 Sep - 12:04

    Le félin émit un petit rugissement, en signe d'approbation. Et bien, voilà, super... Si toutes les femelles se liguaient contre lui aussi... Il était mal entouré. Que des individus du sexe féminin. C'étaient les plus proches de lui. Et c'était entièrement sa faute finalement. Il y avait nombre de Cheuvaucheurs, mais s'il s'entendait bien avec certains, il gardait tout de même ses distances. Et voilà comment il se retrouvait dans une situation où c'était lui qui avait un problème... Et après son petit éclat, assez rare chez lui pour en être d'autant plus étonnant, il tourna tout simplement les talons, plantant là Cassiopée, écœuré de la voir papillonner des yeux pour ce joli cœur, comme la dernière des gamines. Il était déçu de ce comportement. Et évidemment, il ignorait bien soigneusement les pincements douloureux de son cœur et cette rage qui lui vrillait les entrailles quand il avait vu Cassiopée complice avec Camille. Il ne se souvenait pas de s'être déjà montré possessif avec elle. Elle avait le droit d'avoir des amis, qui n'étaient pas ceux de Thomas. C'était normal, elle était tellement avenante qu'elle attirait les gens. Elle avait aussi eu quelques admirateurs et cela n'avait jamais posé de soucis au Chevaucheur. Même s'il avait surveillé cela de loin, histoire d'être sûr qu'il n'arrive rien à Cassiopée et pour ne pas avoir à devoir recoller les morceaux d'un cœur brisé par un salaud.

    Mais c'était qui le salaud en ce moment au juste ? Qui l'avait embrassée sans prévenir au cour d'un petit entraînement, un jeu, sans conséquences et qui avait décidé que c'était une erreur de parcours, que cela ne voulait rien dire ? Qui avait soigneusement étouffé tout ça ? Mais qu'est-ce qui lui était passé par la tête au juste ? Il ne se montrait pas souvent impulsif, justement pour éviter de regretter son geste ensuite et cela lui prouvait qu'il avait raison. Pourtant, il était aussi du genre à suivre son instinct. Et là, clairement, il lui avait hurlé de saisir l'occasion au vol. Que cela surprendrait Cassiopée, gommant son petit air victorieux de son visage... Et ça avait fonctionné à merveille. Mais depuis, il ne dormait plus vraiment très bien. Il avait envie de recommencer tout simplement. Mais il se forçait à garder une certaine distance, sans doute pour ne pas succomber à ce besoin devenu viscéral.

    Thomas n'aimait pas les changements.

    Et malheureusement, c'en était un, violent, qui s'annonçait si jamais il cédait à son envie. Ils ne seraient plus amis. Ils ne seraient plus que ça. Ils seraient davantage. Et si cela ne fonctionnait pas, ils se perdraient. Et il ne pouvait pas la perdre.

    Il ne fut pas vraiment surpris quand elle se retrouva brutalement devant lui, exigeant des explications sur son comportement étrange. Mais il n'avait rien à expliquer. Rien de... rationnel.

    « Je ne suis pas tout le temps de mauvaise humeur, tu exagères. »

    A l'entendre, elle devait le supporter tout le temps. Et s'il était plutôt taiseux, cela ne signifiait pas non plus qu'il était fâché ou d'humeur exécrable. Même si, ces derniers temps, il était davantage à cran quand même. Il allait répondre quand il sentit un certain malaise. Une gêne. Et un peu de honte tandis qu'elle s'avouait blessée qu'il ai pu la penser assez naïve pour se laisser tromper par l'attitude charmeuse de Camille. Mais il n'était pas vraiment prêt à l'avouer. Il rétorqua d'un ton coupant :

    « Et qu'est-ce que tu peux bien savoir de ce genre de jeu Cassie ? Tu n'as pas une grande expérience des hommes à ce qu'il me semble. »

    De mémoire, il ne lui avait jamais vu une relation sérieuse. Mais il était vrai qu'elle savait se défendre seule à ce sujet. Elle était exigeante et sélective. Pas naïve ou idiote. Mais parfois, la plus intelligente des personnes devenait bien stupide une fois que les sentiments entraient en jeu. Il attaquait pour se défendre, la blessant au passage, mais Cassiopée était combative. Et il était amer aussi, parce qu'effectivement, elle ne savait rien des hommes et des jeux de séduction. Parce qu'elle n'avait pas su voir ce qui se cachait derrière le baiser de Thomas. C'était une excellente chose lui disait sa tête. C'était blessant, selon son cœur. Totalement paradoxal. Et cela allait le rendre fou. Il fronça les sourcils quand elle baissa les armes, non sans parler d'insomnies. Aussitôt, son inquiétude pour elle revint au galop, balayant son amertume et sa jalousie.

    « Tes insomnies ? Quelque chose te tracasse ? »

    Il n'aimait pas cela. Il hocha la tête, signifiant son accord pour lui payer ce fameux thé et enterrer la hache de guerre. Et pourtant, une pensée vicieuse le poussa à lâcher, d'un ton mi accusateur, mi fataliste :

    « Je suis de moins agréable compagnie que le joli cœur. »

_________________
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey —
Lion's tears
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 231
J'ai : 27 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Les Mages
Message Sujet: Re: Ce n'est qu'une innocente fleur   Ven 2 Sep - 14:18

L'un de ses sourcils se haussa de façon moqueuse alors que Thomas niait :

"Ah si ces derniers temps, c'est récurent. Je te connais bien Tom et je sais faire la différence entre mauvaise humeur et ton silence habituel."

Donc même si la curiosité aurait adoré qu'elle le questionne, elle s'en abstient. Thomas ne se livrait pas facilement en temps normal, il le ferait encore moins si elle le poussait dans ses retranchements. Oh et puis ce n'était pas son habitude avec lui. Des deux, c'était elle qui livrait le plus souvent ses états d'âme, lui il se contentait de se laisser deviner, chose qu'elle arrivait généralement à bien définir mais pas en ce moment. Quelque part c'était perturbant. La jeune mage n'aimait pas nager en eaux troubles, déjà qu'elle avait l'impression de ne plus voir le bout de son ne vu le brouillard dans lequel la jetait ses pensées incohérentes...Enfin bref. Elle pouvait se montrer d'une patience d'ange avec lui. Elle attendrait. ou alors elle finirait par mettre les pieds dans le plat sans même le savoir. Au choix. Cela dit, il était vexant de se voir considérer comme une petite fille ! Vraiment, surtout venant de lui ! Il la connaissait pourtant très bien et Cassie ne pensait pas mériter ce jugement de sa part.

"Ah parce qu'il faut avoir de l'expérience pour savoir si un type m'attire ou pas maintenant ? Je ne suis pas capable de le savoir moi même ? il faut de l'expérience pour être capable de deviner la sincérité ou le sérieux de quelqu'un d'autre ? Dans ce cas là, qui me dit que tu joue pas avec moi, vu mon si peu d'expérience ?"


Bon, il attaquait, elle faisait de même. Elle ne se gênait jamais avec lui parce que leur rapport était basé sur cette étrange complicité et la sincérité. Cassie l'avait toujours été avec lui. Elle lui avait toujours parlé a coeur ouvert et ne s'était jamais demandé si ce qu'elle disait était bien ou mal. Evidemment, elle évitait le plus possible de le blesser mais cela pouvait parfois arriver sans qu'elle ne s'en rende compte. A bien y réfléchir, ils avaient une espèce de relation...Que d'aucun dirait de couple. Cassie était, au fond, d'accord avec ça, le physique en moins disons. Mais sinon...Si on les observait...On les avait souvent prit pour tel d'ailleurs, Cassie n'avait jamais infirmé ou confirmé. Leur relation était comme elle était et n'avait besoin du jugement de personne. Quoique ces derniers temps, elle se posait énormément de question et réfléchissait sans doute beaucoup trop, c'était plus fort qu'elle. Mais la différence était sans doute qu'elle ne s'interrogeait pas sur les pensées de Thomas ou sur ce qu'il pouvait ressentir, son problème a elle, c'était...Elle tout simplement. Jusqu'a présent ce qu'il y avait entre eux était...confortable, rassurant, facile. Mais depuis ce baiser surprise, Cassie n'avait eu de cesse de se demander ce qui avait changé en elle pour qu'elle en vienne a s'imaginer tout un tas de choses qui, si elle y songeait, lui plairait. Autrement dit, elle se demandait si ce n'était pas elle le soucis. De savoir si Thomas serait choqué ou pas n'intervenait pas en ligne de compte parce que quoiqu'elle fasse ou dise, elle n'avait aucun doute quant au fait qu'il l'accepterait comme elle était. Et c'était bien là le problème de ses insomnies dont l'évoquation inquiéta son compagnon. Machinalement, elle jeta un coup d'oeil autour d'elle :

"Rien de vraiment important...Enfin si pour que ça me tienne éveillée la nuit ou pire me sorte du sommeil sans prévenir..."

Mais elle se voyait mal lui en faire part au beau milieu du corridor de la Caserne aussi laissa-t-elle le sujet en suspend pour le moment et incita son ami a lui offrir un thé et a se calmer. Sinon, de sûr, vu son état de nerfs épuisée par le manque de sommeil, elle finirait par vraiment le mordre. Mais elle sentait que de toute façon, elle aurait besoin de lui en parler, ne serait ce que pour qu'il l'aide a y voir plus clair. Comme il le soulignait avec tant de subtilité, elle n'était pas très au fait de l'amour et de tout ce qui s'y rapportait. Jusqu'a ces derniers temps, elle ne s'était jamais demandé pourquoi, pas plus que le fait que certaines de ses amies se soient mariés ou autre ne l'avait inquiéter. Elle était bien comme cela, enfin...Avant. Maintenant, elle se demandait si elle n'avait pas un problème, être indifférente comme cela a la gente masculine ou féminine ou plutôt, ne pas ressentir le besoin de séduire ou de plaire était ce tout à fait normal ? Surtout, elle demeurait prudente aussi et ne tenait pas a se tromper ou mal interpréter ce qu'elle ressentait. Thomas était sans doute le mieux placé pour la conseiller étant donné qu'il était responsable sans le vouloir du chaos de ses songes.

Elle tiqua lorsqu'il se compara a Camille. Par Aura ! Encore cette manie de s'autoflageller et de se penser moins intéressant que les autres ! Cassiopée détestait ça et, a vrai dire, cela avait même tendance a l'agacer alors ce fut sans doute un peu plus sèchement qu'elle ne l'aurait voulu qu'elle répliqua aussi sec :

"Ca c'est à moi d'en juger, Tom."

Machinalement, elle prit donc le chemin des quartiers du jeune homme puisqu'elle avait gain de cause et aurait son thé. Sauf que Thomas lui, partit en direction de la sortie...Euh... :

"Tom...Si ça ne te dérange pas...Je préfèrerais le boire dans tes quartiers, j'ai besoin de te parler et...euh...Enfin une auberge c'est...comment dire..."

Il haussa les épaules et fit demi-tour, Cassie soupira de soulagement et le suivit le coeur plus léger. Une fois a l'intérieur, elle se mit a babiller tranquillement pendant que Thomas s'affairait, comme d'habitude et ce ne fut que lorsqu'il fut installer devant elle qu'elle prit un ton un peu plus sérieux :

"Dis Tom...Je peux te demander quelque chose ?"

Il hocha simplement la tête et elle quitta sa place en face de lui pour se glisser a ses cotés sur le banc de bois :

"Est ce que tu peux m'embrasser encore une fois ?"

Oups, a voir sa tête, c'était un peu trop direct. Cassie se mordit l'intérieur de la joue en se traitant d'idiote, rha, elle aurait pu prendre plus de gants ! Bon après, difficile de ravaler ses propres mots hein, non pas qu'elle les regretta juste qu'elle n'y avait sans doute pas mit les formes aussi tenta-t-elle un rattrapage qui avait toutes les formes d'une noyade en bonne et dûe forme.

"Tu peux refuser, je ne t'en voudrais pas, c'est juste que je m'interroge beaucoup depuis la dernière fois et que je n'arrive pas a démêler l'écheveau de mes pensées. Tu comprends ? J'aime avoir les idées claires hors là, ce n'est pas du tout le cas et je finis par me demander si je n'ai pas un problème. C'est vrai quoi ! Tu connais beaucoup de femme de mon âge qui n'ont jamais montré ne serait ce qu'un peu d'intérêt a un homme ? Je suis sûre que non. Bon tu me diras j'ai qu'a embrasser le premier qui passe, mais là aussi j'ai un problème parce que franchement et pour être honnête, je n'ai pas vraiment envie d'embrasser quelqu'un d'autre que toi, ce qui m'amène donc a me demander si ce que je peux ressentir pour toi est aussi simple que ce que je pensais tu vois ? Bon, je ne te demande rien d'autre hein, mais j'aimerais bien savoir où je vais, c'est vrai, toi et moi ça a toujours été simple mais j'ai l'impression que ça ne l'est pas tant que ça, tu me suis ? C'est un peu embrouillé je te l'accorde, je suis pas sûre de moi même tout bien comprendre a ce que je te raconte en fait et je ne voudrais pas te mettre mal à l'aise non plus, mais je me suis dis que t'en parler serait la chose la plus intelligente à faire tu ne crois pas ?"

_________________


il suffit parfois...
"Le printemps est arrivé, la belle saison, l'amour et la joie sont revenus chez toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étranger
avatar

Messages : 925
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle
Mage Destructeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac & Gustave de Séverac
Étranger
Message Sujet: Re: Ce n'est qu'une innocente fleur   Sam 3 Sep - 13:50

    Il n'avait rien à répondre à cela. Cassiopée avait raison, il était d'humeur de chien depuis les dernières semaines et ce n'était sûrement pas elle qu'il allait tromper. Ce serait une insulte à son intelligence et à leurs nombreuses années d'amitié que de prétendre le contraire. Et un mensonge de surcroît. Et pourtant, même en sachant pertinemment qu'il n'était sûrement pas comme ça sans raison, elle ne chercha pas à en apprendre davantage, ayant compris il y a bien longtemps que ce qu'il appréciait chez elle le concernant, c'était sa discrétion. Cassiopée avait compris très rapidement que cela ne servait à rien d'interroger le jeune homme, hormis le pousser davantage dans ses retranchements et le rendre muet comme un carpe. Et rétif. Ce n'était pas là une réaction consciente pour être contrariant. Juste un mécanisme de défense mis en place il y a déjà bien longtemps de cela, qui lui avait permis d'enfouir sa douleur et sa rage tout au fond de lui et de ne jamais rien lâcher.

    Mais il avait lâché quelque chose aujourd'hui... La rage qui l'habitait était plus prêt que jamais de la surface et il s'en était fallu de peu qu'il ne cogne Camille, effaçant ainsi son sourire de son visage de séducteur. Si Cacciopée n'avait pas senti ce besoin brutal chez son ami, il y aurait cédé sans problèmes... Quitte à s'en vouloir plus tard d'avoir frappé un homme qui n'avait rien fait de mal... Thomas n'avait aucun droit sur Cassiopée. Elle était libre comme l'air. Et l'idée qu'elle folâtre avec un autre lui déplaisait. Cela avait toujours été, mais pas à ce point. Heureusement, elle n'avait pas connu énormément de garçons, si bien qu'il n'avait pas vraiment de points de comparaison concernant sa possessivité. S'était-elle intensifiée avec l'âge ? Récemment ? Difficile à dire...

    Cassiopée n'était pas du genre à s'en laisser compter. Ni à passer sous silence certains problèmes. Elle allait souvent droit à la confrontation, pas de manière belliqueuse, mais de manière franche, afin d'éviter tout malentendu et tout malaise. Il était illusoire de penser qu'elle allait le laisser filer après son petit éclat incompréhensible. Et parce qu'il ne trouvait rien de logique à répondre, il se montra blessant dans ses paroles, la rabaissant à l'état de jolie petite chose naïve et sans expérience qui pouvait se faire avoir par n'importe quel bel homme avec des paroles complaisantes. C'était injuste. Et faux... Et surtout, Cassiopée enfonçait le clou en le mettant face à ses propres contradictions... Il accusa le coup quand elle lui demanda si lui, ne jouait pas avec elle, puisqu'elle n'y connaissait rien. Il y a quelques mois, il aurait répondu que non, offusqué qu'elle puisse songer à une chose pareille... Mais désormais... Elle venait de frapper justement là où le bât blessait.

    « Ce n'était pas ce que je voulais dire. »

    Mais de la façon dont elle le présentait, c'était terriblement stupide en effet. Il pensait plutôt qu'elle avait le cœur tendre, et la tendance à faire trop facilement confiance aux autres. A ne pas voir forcément les vices derrière les sourires. Cassiopée voyait ce qui avait de mieux chez les gens. Il n'avait rien de plus élaboré à lui répondre malheureusement. En termes de joutes verbales, il partait très clairement perdant avec elle. Avec beaucoup de monde en fait. Il poussa un soupir d'agacement. Mais cela passa quand elle glissa qu'elle ne dormait pas bien. Et quand il chercha à savoir pourquoi, elle répondit assez vaguement, ce qui était inhabituel chez elle. Il fronça les sourcils.

    « Tu n'es pas du genre à tourner autour du pot d'ordinaire. »

    Alors quoi ? Elle ne voulait pas lui confier ce qui la tracassait ? C'était nouveau ça, qu'elle se défie de lui ? Mais il ne pouvait pas lui en vouloir, il ne s'était pas montré très fiable ces derniers temps. Il s'adoucit quelque peu quand elle réclama son thé, non sans une petite pique lancée à l'intention de son rival, ce qui fit réagir la jeune femme immédiatement et d'un ton sans appel qui le replongea dans le silence. Si bien qu'il prit une direction alors qu'elle en prenait une autre, s'arrêtant avec surprise quand elle lui expliqua ce qu'elle avait en tête. Dans ses quartiers à lui... Parce qu'elle avait besoin de parler. Soit. Même si l'idée de se retrouver seul avec elle dans sa chambre le rendait soudainement plus nerveux que cela n'aurait du. N'importe quoi.

    Ils arrivèrent das sa chambre dans un silence plutôt confortable. Il ferma la porte derrière lui, tandis que Cassiopée se remettait à parler de tout et de rien. Jusqu'à ce qu'elle demande soudainement avec gravité si elle pouvait lui demander quelque chose. Il acquiesça, sans se poser davantage de questions ; comme il l'avait toujours fait. Mais finalement, heureusement qu'il était assis quand elle posa sa question, parce qu'il en serait tombé par terre. L'embrasser de nouveau ? Il eut un léger mouvement de recul, défensif. Parce qu'elle était en train de lui demander de faire quelque chose qu'il mourrait d'envie de faire, mais dont il se défendait. Et Cassiopée partit alors dans un long discours, comme elle en avait le secret... Il décrocha sans doute à la moitié, alors que ses yeux se posaient sur ses lèvres qui s'agitaient. En fait, il cessa d'écouter quand elle glissa qu'elle n'avait pas envie d'embrasser quelqu'un d'autre que lui...

    De nouveau son instinct hurla. De lui donner ce qu'elle voulait. D'y goûter encore une fois. Ce baiser n'avait pas été si anodin chez elle finalement... Elle en voulait encore. Parce qu'elle était perdue quant à sa signification. Comme lui. Parce que tout avait toujours été simple, mais devenait soudainement bien plus complexe alors que des sentiments autrement plus profonds que de la simple amitié entraient dans la danse. A peine eut-elle terminé son monologue qu'il s'empara de son visage, la faisant taire par ce baiser qu'elle réclamait. Son cœur battait à tout rompre, assourdissant dans ses oreilles alors que cette fois, il prenait son temps, explorant la bouche de la jeune femme, au mépris de toute prudence. Peut-être qu'il était en train de se blesser tout seul, qu'elle allait décrété que c'était plaisant et voilà tout... Au moins, il serait fixé. Et si c'était le cas, il ferait semblant que ce n'était que pour lui faire plaisir et l'aider à y voir plus clair... Et si jamais, au contraire, elle avait une révélation ? Etait-il prêt à ce que leur relation évolue de cette façon, au risque de tout perdre quand cela ne fonctionnerait plus ? Finalement, il murmura contre ses lèvres :

    « Je n'aime pas parler. »

_________________
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey —
Lion's tears
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 231
J'ai : 27 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Les Mages
Message Sujet: Re: Ce n'est qu'une innocente fleur   Sam 3 Sep - 17:04

Bon, il n'avait pas l'air très convaincu. Ou alors elle l'avait encore perdu en cours de route ce qui était sans doute plus probable. Cassiopée retint un soupir blasé, elle avait encore trop parlé, elle savait pourtant que Thomas n'écoutait jamais que la moitié de ce qu'elle disait, elle ouvrait de nouveau la bouche pour appuyer ses dires précédents quand les paumes de son ami se glissèrent sur ses joues et ce qu'elle s'apprêtait a dire mourut sur ses lèvres lorsqu'il les couvrit des siennes.

Cette fois, pas question de se laisser avoir et de laisser la surprise lui gâcher ce moment. Parce qu'autant être honnête, elle tenait tout de même a en savourer chaque seconde et pouvoir ainsi mettre un mot quelqu'il soit sur ce qui la tourmentait.Tout ses sens en éveil la rendirent donc particulièrement réceptive et autant le dire, oublions l'impression mouillée dégoûtante et visqueuse laisser par ses précédents essais a l'Académie. Là ça n'avait strictement rien à voir et elle n'était pas préparée à la vague de chaleur que provoqua ce simple baiser, elle avait la sensation que chaque cellule de son corps entrait en ébullition et elle se demanda même si elle n'allait pas prendre feu tandis qu'il explorait les moindres secrets de sa bouche. Quelque part, elle avait conscience de franchir une limite mais autant se l'avouer, elle s'en fichait  toute perdue qu'elle était dans les délicieuses sensations que lui prodiguait Thomas. Sans même s'en rendre compte, elle s'était agrippée a sa chemise comme si elle craignait qu'il ne lui échappe et un minuscule soupir de frustration, ou alors n'était il pas si minuscule que ça mais étant donné ses oreilles bourdonnantes...Bref...Lui échappa alors qu'il cessait pour parler. Ses paupières battirent furieusement dans l'effort désespéré que faisait son cerveau pour comprendre ce qu'il venait de dire :

« Hein ? »

Oh oui, c'était très spirituel tiens :

« Ah. »

De mieux en mieux n'est ce pas ? Bon si elle voulait recommencer à penser de manière claire, il fallait qu'elle recule un peu. Puis une grimace chiffonna ses traits fins lorsqu'elle se prit la réalité de plein fouet en plein visage. Récapitulons. Non seulement ça lui avait plut, voir plus que ça, mais en prime elle en voulait encore plus et pour couronner le tout elle n'était plus très sûre que le terme ami ne continue de correspondre a ce qu'il était pour elle...Si tant est qu'il ne l'est jamais été en fait. Elle aurait pu rester aveugle longtemps en vérité si il n'avait franchit les limites a l'occasion d'un jeu stupide, dans le même temps, pouvait elle en être totalement sûre ? Mais d'un autre côté, cela expliquerait en fait beaucoup de chose non ? Comme le fait qu'elle ne se soit jamais réellement intéressée a un autre par exemple. Un gémissement presque catastrophé lui échappa tandis que, dans un sursaut, elle croisa les mains sur la table avant d'y laisser tomber son front :

« Et qu'est ce que je fais de ça maintenant ? »

fit elle d'un ton plaintif, elle resta ainsi quelques secondes avant de se redresser subitement et d'avaler sa tasse de thé cul sec :

« Bien. Je ne suis pas une lâche, j'ai beaucoup de défaut, mais certainement pas la lâcheté, tu ne peux pas me contredire là dessus – ajouta-t-elle en tournant la tête vers Thomas, une lueur nouvelle dans les yeux, puis elle appuya son menton dans le creux de sa main, coude sur la table – Et comme je ne suis pas une lâche, je n'ai pas le choix, je vais donc faire avec et l'accepter sagement. »

Elle hocha la tête comme pour appuyer ses propos. Fronçant les sourcils, elle se rendit compte qu'il lui faudrait maintenant prendre en compte pas mal de paramètres :

« Ca risque juste d'être un peu difficile à gérer pour moi cependant. »

Parce que bien sûr, elle aurait forcément envie d'avoir plus de Thomas que son amitié. Il est intéressant de noter qu'elle ne se demande même pas si il était enclin au même tourment qu'elle hein partant du principe que lui ayant de l'expérience dans ce domaine, foutue expérience d'ailleurs qui revenait sur le tapis, il ne se serait sans doute pas posé autant de question qu'elle ou même qu'il n'aurait sans doute pas été aussi...euh...Idiot ? C'était le terme parce qu'elle se sentait particulièrement stupide là et...honteuse, honteuse d'avoir été aussi aveugle tout en se permettant de faire parfois la leçon a Thomas.

« Je me sens idiote tiens et si je n'étais pas aussi sûre que mes jambes ne me porterait pas sur un mètre, j'irais sans doute me cacher dans un trou de souris le temps que ma honte passe. »

_________________


il suffit parfois...
"Le printemps est arrivé, la belle saison, l'amour et la joie sont revenus chez toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étranger
avatar

Messages : 925
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle
Mage Destructeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac & Gustave de Séverac
Étranger
Message Sujet: Re: Ce n'est qu'une innocente fleur   Sam 3 Sep - 20:48

    Cette fois, Cassiopée ne demeura pas exactement inactive. Mais cette fois, il n'avait pas vraiment l'effet de surprise pour lui. Il ne faisait qu'accéder à sa requête, même s'il le faisait sans crier gare, sans même l'annoncer, répondant seulement à son petit discours par ce fameux baiser qui lui générait tant de questions chez la jeune femme. Il sentit ses doigts chiffonner le col de sa chemise entrouverte après l'entraînement, humide de l'eau dont il s'était aspergé pour se débarrasser de la sueur. Il trouva son petit gémissement terriblement stimulant. Féminin. Délicieux. Cassiopée cessait d'être la jeune fille maigre qu'il avait rencontré il y a plus de 10 ans à l'académie, elle devenait une femme, objet de désir... Il la désirait oui. Pas violemment cependant. Les sentiments qu'il nourrissait pour elle étaient profonds, avaient grandi au fil des années, tranquillement, secrètement et éclataient au grand jour. C'était un choc, une révélation. Et un plongeon dans l’abîme, aussi enivrant que terrifiant. Thomas ne savait pas lâcher prise. Depuis tout jeune, il avait encaissé les coups, il avait cherché à tout contrôler dés qu'il avait quitté le joug tyrannique de son paternel. Il n'y avait pas de place pour le hasard...

    A regret, il mit un terme au baiser, non sans lâcher un petit commentaire. Alors que Cassiopée s'était perdue dans ses explications, il s'était contenté de l'embrasser. Et maintenant ? Encore perdue, elle ne comprit pas de suite son trait d'humour. Elle était adorable avec ses lèvres encore gonflées du baiser. Pourtant, il se glaça intérieurement quand elle fit une grimace. Cela n'aurait pas été plus douloureux de se prendre un coup de poing en plein estomac tiens. Elle revenait à la réalité et... Et bien, elle n'était sans doute à son goût. Le Chevaucheur se força à blinder son cœur, son visage se fermant brusquement et son regard redevenant neutre, alors qu'il avait été assombri par le désir, pétillant. Il avait retrouvé une expression morne. Et elle gémit, catastrophée, se demandant que faire de ça maintenant. Il haussa les épaules.

    « Tu as demandé, tu as eu. »

    Ce n'était sûrement pas à lui de lui dire quoi faire et quoi ressentir. Elle se redressa cependant, non sans boire son thé. Et il sut qu'elle avait prit une décision à son petit air résolu. Elle commença en disant qu'elle n'était pas lâche. Il ne dit rien, se contentant de hocher la tête à sa question qui n'en était pas une. Oui, elle avait des défauts, mais celui-ci n'en faisait effectivement pas partie, il était bien d'accord et assez honnête pour le reconnaître. Pour le coup, c'était lui le couard. Il n'était peut-être pas prêt à entendre le fil de ses pensées. Ni à écouter son verdict. Surtout qu'il n'y avait rien de très encourageant dans ses paroles. Mais encore aurait-il fallu qu'il sache ce que lui voulait. Il était pétri de contradictions, d'envies contraires. Raison et sentiments se livraient une guerre sans merci. C'était bien à cause d'eux qu'il s'était retrouvé à ruminer les dernières semaines, à tenter de tout balayer de son esprit.

    Cassiopée continua, se parlant davantage à elle-même qu'à lui. Finalement, il lâcha, d'un ton soigneusement neutre :

    « Et gérer quoi au juste ? »

    Il n'était pas dans sa tête après tout. Il ignorait totalement de quoi elle parlait. Du fait qu'elle ai prit plaisir à ce baiser ? De ce que cela faisait naître en elle ? Ou simplement du fait qu'il l'ai embrassé alors qu'il n'était que son ami ? Avait-il trahi quoique ce soit auprès d'elle qu'elle se ente obligée de gérer un amour dans un seul sens ? Qu'elle se rassure, il était bien capable de gérer tout seul. Il fronça pourtant les sourcils quand elle se fustigea. Il ne la suivait plus du tout là.

    « Idiote ? De quoi tu devrais avoir honte ? »

    Il nota cependant dans un coin de son esprit que les jambes de la jeune femme ne la portaient pas... Signe d'un certain émoi, non ? Mais c'était peut-être le choc de... de quoi ? Il allait avoir la migraine à force d'essayer de deviner ce qu'elle pensait. Il soupira et se massa le front du bout des doigts en fermant les yeux. Il les rouvrit, pour finalement avouer son incompréhension :

    « Écoute Cassie, tu es trop sibylline, je ne comprends rien... Qu'est-ce qui se se passe dans cette ravissante petite tête au juste ? »

    Il lui tapota la temps du bout du doigt avec une ombre de sourire.

_________________
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey —
Lion's tears
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 231
J'ai : 27 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Les Mages
Message Sujet: Re: Ce n'est qu'une innocente fleur   Sam 3 Sep - 21:27

Agitant la main d'un air morne, elle lui accorda le point. Oui, elle avait demandé. Oui, elle avait eu. Jusque là, on était bon. Juste qu'elle avait reçu un peu plus que ce qu'elle avait demandé. Mais elle ne pouvait s'en prendre qu'a elle même non ? Elle n'était pas égoïste et n'allait certainement pas accuser Thomas de quelque chose qu'elle avait voulu. Il ne lui restait donc qu'a gérer cette fabuleuse révélation toute seule comme une grande. Sans savoir comment faire exactement. Ah...personne n'avait un mode d'emploi ? Une notice comme les Ibéléens avaient pour leur machine par exemple ? Non ? Pas de chance. Mais Cassie ne se laissait jamais vraiment abattre, que ce soit par ses états d'âme ou autre. Bon certes, c'était un coup dur de se rendre compte qu'elle était, finalement, aussi naïve que Thomas le sous entendait. Bien qu'il se soit trompé sur la nature de son innocence sur le moment. Et elle oubliait que Thomas n'était pas dans sa tête et donc incapable de savoir de quoi elle parlait :

« Mais moi pardi! Ca me paraît clair non ? »

répondit elle en se pointant de l'index :

« Enfin je suppose que ça l'est pour moi et pas pour toi. »

concéda-t-elle avec un léger sourire. Oui parce que bon, elle n'allait pas sombrer dans la déprime pour autant n'est ce pas ? Quantité de femme tombait amoureuse et s'en sortait très bien ! Evidemment, il lui faudrait composer avec ce sentiment qui pouvait pousser aux plus extrêmes et c'était surtout de cela qu'elle se méfiait. Elle réagissait toujours avec franchise lorsqu'il s'agissait de lui parce qu'elle n'avait pas a faire attention, mais lui sauter dessus en quémandant quelque chose qu'il ne voudrait ou ne pouvait pas lui donner...Ah elle ne pouvait pas lui faire ça.

« Parce que même si j'ai de bons yeux, j'ai été particulièrement aveugle. Non en fait, je dois admettre que tu as raison, je suis naïve. »

Et désespérante. Au fond, cela n'aurait pas changé grand chose qu'elle s'en rende compte maintenant ou il y a des années, juste qu'elle se sentait stupide parce qu'elle se targuait de bien se connaître, or, elle venait d'avoir la preuve du contraire. La remarque de Thomas la sortit de son auto-flagellation mentale et elle lui sourit :

« Désolée, je suis juste en train de me demander comment j'ai fais pour me rendre compte de rien pendant toute ces années et encore, maintenant que c'est fait, je me demande comment je vais faire pour éviter d'être un boulet que tu dois traîner derrière toi. Non parce qu'a bien y réfléchir, ce n'est pas de ta faute, c'est vrai, tu n'as rien demandé, c'est entièrement de ma faute, a moi et ma foutue innocence cela dit en passant, donc ne t'inquiètes pas, je ne vais rien te demander de plus parce que je n'aimerais pas te mettre mal à l'aise et encore pire, je détesterais que tu m'évite. »


Elle soupira, pianotant sur la table pour éviter de le toucher, parce que si elle le faisait, elle ne pourrait certainement pas se retenir, ce qui l'amena a une autre pensée qu'elle marmonna :

« C'est une chance que tu ne sois pas très tactile parce qu'honnêtement ça aurait été une torture pour moi. »

Cependant, elle fini par se rendre compte de l'air totalement perdu de Thomas. Ah. Elle s'était encore laissée entraîner plus loin que prévu apparemment.

« Je suis juste en train de te dire de ne pas t'inquiéter, je veillerais a ce que rien ne change entre nous même, après une paire de nuit et une confirmation, je me suis rendue compte que je suis amoureuse de toi. C'est plus clair ? Tu me ressers du thé ? »

L'acheva-t-elle en tendant sa tasse vide, un sourire tranquille aux lèvres.

_________________


il suffit parfois...
"Le printemps est arrivé, la belle saison, l'amour et la joie sont revenus chez toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étranger
avatar

Messages : 925
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle
Mage Destructeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac & Gustave de Séverac
Étranger
Message Sujet: Re: Ce n'est qu'une innocente fleur   Dim 4 Sep - 10:13

    Non, ce n'était pas clair. Le cerveau de Cassiopée fonctionnait d'une certaine façon et peu étaient ceux qui étaient capable de la suivre. Thomas y parvenait... parfois. Enfin disons qu'il ne s'étonnait plus de certains liens qu'elle faisait et qui semblaient n'avoir aucun rapport entre eux. Mais là... il était concerné, alors cela le rendait un peu moins vif que d'habitude, malheureusement. Et il était suffisamment empêtré dans ses propres questionnements (alors même qu'il essayait justement de ne pas y accorder d'importance, délicieux paradoxe), pour ne pas y ajouter ceux de Cassie. Et tout le monde savait qu'un cerveau féminin ne fonctionnait pas comme celui d'un homme. Il devait cependant accorder à Cassiopée qu'elle était moins compliquée que les autres femmes. Avec lui en tous les cas. Car au lieu de se faire des idées et de ruminer, elle demandait directement des explications, ne s'offusquant pas de manque de manières de Thomas, ni de ses silences ou ses maladresses.

    Le Chevaucheur conservait un air assez dubitatif alors qu'il la regardait se faire la causette. Elle lui expliquerait bien à un moment, surtout maintenant qu'il lui avait avoué ne pas la comprendre, mais il devait s'armer de patience. Quand il lui demanda en quoi elle était idiote ou devait se sentir honteuse, elle répondit qu'elle avait été aveugle et naïve. Bien bien... Cela ne l'avançait pas davantage. Et parce que ses nerfs étaient mis à rude épreuve, il avait envie de la secouer pour qu'elle s'exprime enfin clairement. Elle n'avait pas l'habitude qu'il se montre impatient. Mais il était quelque peu chamboulé dernièrement. Il n'était plus vraiment lui-même.

    Et enfin, elle concéda à lui délivrer quelques informations. Le laissant tout aussi perplexe en fait. Ne se rendre compte de rien durant toutes ces années... Éviter d'être un boulet qu'il traîne. En fait, non, plus elle parlait, plus il s'embrouillait. Alors dans son esprit, c'était parfaitement clair, évidemment. Dans celui du Chevaucheur, en revanche... Il était stupide ou quoi ? Non parce que là, cela semblait si limpide pour la jeune Mage qu'il se posait franchement des questions. Ce baiser avait été un déclencheur chez elle, à n'en point douter et lui causait pas mal de questionnements et de remise en questions, ce qui n'était pas étonnant chez quelqu'un comme elle, mais tout de même... il était perdu.

    Et elle eut pitié de lui. Ou pas en fait. Parce que la façon dont elle lui balança qu'elle était juste amoureuse de lui, mais veillerait à ce que cela ne vienne pas empiéter sur leur relation le laissa totalement déboussolé alors qu'il perdait pied. Elle semblait prendre tout ça très bien. Et il ressentit quelque chose de désagréable à la voir planifier comme ça de faire comme si de rien n'était... Comme si elle gérait très bien d'être amoureuse de lui et de ne pas pouvoir le vivre vraiment. Comme si c'était évident qu'elle était amoureuse et lui pas du tout... Mais lui avait-il donné une raison de penser autrement ? Il l'avait embrassé par surprise une première fois et avait ensuite continué leur activité l'air de rien. Et cette fois encore, il s'était défendu avec un petit air nonchalant en disant qu'il n'avait fait que lui faire plaisir. Il n'avait jamais laissé entendre que cela pouvait lui plaire aussi. Qu'elle avait hanté ses rêves... Et... Oh...

    « C'est pour ça que tu ne dors plus... »

    Bravo, Thomas. Quelle vivacité d'esprit... Avec un tel talent il aurait du être le meilleur élève de l'Académie. Il avoua dans un souffle ténu :

    « Si tu me touches, je ne suis pas sûr de rester sage, Cassie... »

    Aveu du bout des lèvres qu'il n'était pas si insensible que cela. Il prit une petite inspiration, lui versant de nouveau du thé et se félicitant de conserver une main ferme.

    « Donc tu es en train de me dire que tu vas te comporter avec moi comme avant, rester mon amie et rien de plus, c'est ça ? »

    Il reposa la théière et la regarda un instant, songeur, ne sachant pas quoi faire. C'était probablement le plus sage, le plus sécuritaire, ce qu'il avait voulu après le premier baiser et pourtant... Quel horrible sentiment de passer à côté de quelque chose qui pouvait être beau... Et le rendre sans doute heureux.

    « Si c'est ma faute. J'ai tout bouleversé en t'embrassant la dernière fois... Je ne sais pas ce qu'il m'est passé par la tête... En fait si. Il ne m'est rien passé par la tête, je n'ai pas réfléchi... Et nous voilà maintenant... »

_________________
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey —
Lion's tears
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 231
J'ai : 27 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Les Mages
Message Sujet: Re: Ce n'est qu'une innocente fleur   Dim 4 Sep - 10:58

Cassie eut une petite moue songeuse :

« Oh je devrais arriver à dormir maintenant puisque j'ai résolu mon problème. »

Affirma-t-elle avec sérénité. Ah la la la la, il n'y avait qu'elle pour prendre aussi bien les choses quand ce serait une catastrophe pour d'autre. Mais disons le, elle ne pensait pas que ce soit une mauvaise chose en soi, là où d'autre aurait fondu en larme, entrevoyant déjà les souffrances causées par quelque chose qui n'est pas partagé. Et puis disons le, elle aurait pu tomber sur pire hein ! Au moins, elle savait que Thomas ne se servirait pas d'elle et veillerait a ne pas malmener son cœur, quelque part, elle était chanceuse, bien qu'il y est peu de chance que d'autres partage cet avis.

« Tu as déjà été sage toi ? Première nouvelle. »

Se moqua-t-elle gentiment avant de porter de nouveau sa tasse pleine à ses lèvres. Cependant, elle le regarda avec curiosité lorsqu'il résuma ses discours en une phrase. Ah...un jour elle apprendrait a faire pareil !

« Un jour j'apprendrais a aller droit au but comme toi – soupira-t-elle avant de reprendre, son ongle tapotant les bords de sa tasse – Plus ou moins, après je me connais et contrôler mes moindres élans n'est pas toujours ma tasse de thé. Tu te souviens d'Alice ? Mais si Alice Sombrefeu... »

insista-t-elle en voyant l'air dubitatif de Thomas :

« On avait le même professeur de magie...Enfin bref, si tu savais tout ce qu'elle a fait pour attirer l'attention de Julien malgré ses fins de non recevoir ! Jusqu'a pénétrer dans sa chambre pour lui voler une chemise ! Non, non, hors de question que j'en arrive là...Quoique, si je te la demande, tu me la donne ? »

Un rire la traversa a cette idée. Bon sang que ce serait pathétique ! Alice aurait été du genre a mettre un aphrodisiaque dans un gâteau pour l'offrir a l'élu de son cœur. Rien qu'a cette pensée, Cassie eut un frisson. Non quand même pas, elle n'irait pas jusque là si ? Non, non, impossible. Évidemment, on pourrait souligner le fait que Thomas ne lui avait pas franchement opposé une fin de non recevoir et que donc il devait rester un doute raisonnable, mais ça c'est parce que vous réfléchissez rationnellement, chose que ne faisait pas vraiment Cassie dans l'instant.

« Bah ça serait arrivé un jour ou l'autre tu sais, autant que ça ne soit pas lorsque j'aurais les cheveux blancs et la figure toute ridée, là ça aurait été dommage. »

Parfaitement. Elle ne se leurrait pas forcément et savait que ça risquait d'être un peu difficile durant quelque temps, il lui en faudrait pour s'ajuster, pour gérer ce bouleversement et apprendre a faire avec correctement. Elle ne pouvait pas laisser Thomas en supporter les conséquences.

« En fait, je suis plutôt contente que tu l'ai fait, a bien y réfléchir, certes, j'ai très mal dormi durant un certain temps mais maintenant, je me sens un peu plus légère, je m'inquiète juste que tu le prenne comme un fardeau dont tu ne veux pas et qu'il te faut supporter. »

_________________


il suffit parfois...
"Le printemps est arrivé, la belle saison, l'amour et la joie sont revenus chez toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étranger
avatar

Messages : 925
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle
Mage Destructeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac & Gustave de Séverac
Étranger
Message Sujet: Re: Ce n'est qu'une innocente fleur   Dim 4 Sep - 15:43

    Hum... Comment devait-il prendre cette affirmation au juste ? Parce que lui, s'il n'arrivait pas à dormir correctement, ce n'était pas parce que ce qu'il s'était passé lui posait problème et qu'il réfléchissait à outrance... Il n'y avait pas que ça. C'était aussi parce que ses rêves avaient tendance à prendre une tournure plus lascive et que c'était dérangeant de s'imaginer Cassiopée ainsi. Son cerveau était conditionné à ne voir en elle qu'une amie, dénuée de sexualité... Alors l'imaginer nue, frémissante sous ses caresses et gémissante sous ses baisers avait quand même quelque chose de choquant. Et perdre d'incestueux, même si c'était totalement ridicule. Du coup, si ses pensées avaient tendance à enflammer ses sens quand il dormait, il semblerait que ne ce soit pas le cas de Cassiopée. Conclusion ? Elle n'éprouvait pas de désir pour lui. Gros coup à l'orgueil masculin malgré tout. Il n'était pas spécialement arrogant ou vaniteux, mais là, quand même... C'était... vexant ? Oui voilà.

    Et de même, elle passa totalement à côté de son semi-aveu de désir et d'attirance physique pour elle. Autant pour lui. Il avait tendance à être assez direct dans ses paroles... Apparemment, il avait été trop subtile cette fois, elle n'était pas habituée à ça de sa part. Encore une preuve qu'elle n'était pas attirée physiquement par lui. Cette femme était incompréhensible, vraiment. Pourtant, elle était plus franche que la moyenne des gens et que la plupart des individus de sexe féminin. Il ne répondit rien à sa petite plaisanterie. Surtout parce que, avouons-le, il était effectivement assez sage. Il avait fait des bêtises une fois arrivé à l'académie, mais était assez fin pour ne pas se faire prendre. Et Cassiopée était plus indisciplinée que lui surtout.

    « Ce serait dommage. Cela ne serait plus vraiment toi si tu ne digressais pas autant. »

    Et cela faisait partie de son charme, de ce qu'il aimait chez elle, même s'il n'écoutait pas toujours tout. Il n'avait pas besoin d'une copie féminine de lui après tout. Elle lui parla alors d'une fille, dont il ne se souvenait absolument pas, au passage, ce qui dut se lire sur son visage alors qu'il fouillait dans sa mémoire... Allons bon, qu'est-ce qu'elle allait lui sortir encore ? Cette fois, il était certain de ne pas être accusé d'avoir regardé avec trop d'insistance cette Alice, parce qu'elle ne lui disait vraiment rien du tout. Et il comprit enfin le lien entre cette fille sortie du passé et leur situation actuelle. Une fille tellement obnubilée par un garçon qu'elle n'avait reculé devant rien pour attirer son attention et se faire aimer de lui... Euh... Etait-elle en train de lui dire qu'elle ne ferait pas tout son possible pour qu'il tombe amoureux d'elle lui aussi ? Qu'elle vivrait suffisamment bien un amour en un sens pour ne le forcer à rien ? C'était bien de cela dont il s'agissait ? Il aurait été tellement plus simple de la laisser penser ainsi en vérité mais... rien que l'idée qu'elle puisse être malheureuse parce qu'il lui mentait, lui était intolérable.

    « Tu sais bien que je te donnerais n'importe quoi. »

    Réponse évasive pour une demande un peu incongrue. Mais oui, il se plierait en quatre pour elle, elle n'avait qu'à demander. La preuve en était de ce baiser réclamé et obtenu qui les amenait à avoir cette discussion surréaliste. Il aurait peut-être mieux fait de résister en fait... Cela aurait simplifié les choses. Il avoua alors regretté de s'être laissé emporté la dernière fois et de les avoir mis dans cette situation intenable. C'était sa faute. Entièrement. Lui qui se targuait d'être le plus posé et réfléchi des deux... Raté.

    « Tu aurais été mariée, mère et grand-mère alors. »

    Et jamais il ne se serait immiscé ainsi dans une vie de famille. Jamais il n'aurait brisé un couple de cette façon. Il n'aurait pas été tenté, il se serait résigné, il aurait assisté au bonheur de Cassiopée avec un autre qui l'aurait comblée. Parce que contrairement à elle, il ne doutait pas qu'elle trouverait un homme bien et fonderait une famille avec lui. C'était dans l'ordre des choses. Elle ne pouvait que plaire aux hommes. Juste qu'elle ne les voyait pas. Aucun n'avait été remarquable à ses yeux.

    « Un fardeau ? Bon sang Cassie, ce que tu peux raconter comme âneries parfois, c'est affligeant. Tu ne comprends pas ? Être aimé d'une femme comme toi n'a rien d'un fardeau, bien au contraire... Enlève-toi cette idée de la tête, jamais je ne penserais que je dois te supporter. Jamais. Si cela m'a effleuré il y a 10 ans, parce que j'étais un paysan rustre, mal dégrossi et mal élevé, cela m'est vite passé. Ce que je suis aujourd'hui, c'est à toi que je le dois. »

    Il soupira. Il parlait rarement autant d'une seule traite. Mais il ne supportait pas de l'entendre parler ainsi. De savoir qu'elle pensait ce qu'elle disait.

    « Mais oui, tu es naïve. Et aveugle. Pas pour les raisons que tu as énoncé cependant... Que sais-tu de l'amour au juste ? Comment peux-tu affirmer si tranquillement être amoureuse de moi ? Et être aussi certaine que tu sauras le gérer et que cela ne changera rien à notre relation ? Ça ne fonctionne pas comme ça... On peut s'illusionner tant qu'on le nie, mais après... Tu sais ce qui fait fuir le sommeil chez moi ? Ce ne sont pas toutes ces interrogations qui te hantent. C'est toi, tout simplement. C'est le souvenir de tes lèvres contre les miennes. Et je vais pouvoir y rajouter ce petit gémissement involontaire que tu as laissé échapper il y a quelques minutes. »

    C'était sans doute un peu brutal, mais assez clair cette fois. C'était le désir pour elle qui le tenait éveillé. Lui, il était certain de ça la concernant. Sans parler d'amour, parce qu'il n'avait jamais vraiment expérimenté à titre personnel, même s'il avait eu quelques coups de cœur pour certaines femmes, qui avaient été assez vite oubliées... Mais cette fois, c'était différente, et c'était ce qui lui laissait penser qu'il n'était pas loin d'être amoureux lui aussi. Mais Cassiopée... Pour elle, c'était beau, pur et... platonique.

_________________
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey —
Lion's tears
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 231
J'ai : 27 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Les Mages
Message Sujet: Re: Ce n'est qu'une innocente fleur   Dim 4 Sep - 17:04

« Oui je sais et remarque que je n'en profite pas. »

Répliqua-t-elle avec un sourire doux, évidemment qu'elle savait pouvoir compter sur lui pour tout et n'importe quoi, elle lui faisait entièrement confiance, c'était sans doute cette confiance qui lui permettait d'admettre assez facilement qu'elle était amoureuse de lui. En y réfléchissant, c'était presque logique en fait et il la conforta dans son jugement qui lui susurrait qu'il valait mieux maintenant que plus tard :

« Par Aura, ça aurait été vraiment problématique, j'aurais alors été dans une situation intenable. »


Non parce que se rendre compte, une fois mariée a un autre, qu'il n'était pas l'élu de notre cœur...Elle préférait rester vieille fille en vérité. Cela dit, face a l'incompréhension de Thomas, elle s'expliqua un peu mieux sur ce qui la tourmentait. C'était assez simple en fait, la première chose a laquelle elle pensait n'était pas comment elle, allait faire pour vivre avec ça mais plutôt comment lui allait faire. Ne cherchez pas à comprendre, Cassie était ainsi, elle se pencherait sur son elle profond un peu plus tard. Cela dit, elle ne s'attendait pas a ce qu'autant de mots sortent de la bouche de son ami, surtout...tous les uns à la suite. Un peu bouche bée, elle le fixa un instant. Il la surprenait toujours lorsqu'il se mettait à parler autant car elle n'en avait pas l'habitude bien que ce ne soit pas la première fois :

« Bon d'accord, d'accord, je ne le dirais plus...Quoique si tu pouvais arrêter de dire que tu me dois tout je ne serais pas contre. »

Parce qu'elle n'aimait pas qu'il se déprécie a ce point là. Certes, elle l'avait aidé, mais il ne devait son succès qu'a lui, après tout, elle n'avait fait que l'aiguiller et il avait fait le reste. Mais quand il lui renvoya des questions parfaitement légitimes, mettant en doute ce qu'elle pensait affirmer. Il n'avait pas tord c'était certain, après tout, elle n'avait jamais été amoureuse avant. Du moins pas dans ses souvenirs mais en même temps, elle était pratiquement sûre de ce qu'elle avançait malgré ce qu'il en pensait. Elle ne pouvait pas lui en vouloir après tout. Mais son cerveau eu un instant de flottement lorsqu'elle comprit qu'au moins, elle suscitait son désir a défaut d'autre chose. Une vague rosée prit naissance sur sa gorge pour se répandre a vitesse grand V sur son visage. Bon, elle était innocente mais pas a ce point non plus, après tout, elle vivait à Lagrance, ce n'était pas la ville de la vertu. Elle ne c'était pas non plus étalée sur la nature de ses rêves ou autres parce que même si elle pouvait tout lui dire, elle avait quand même un peu de pudeur alors lui dire tout de go qu'elle se réveillait souvent parce qu'elle rêvait qu'il lui faisait l'amour c'était...euh.... Un peu trop d'un coup, sauf qu'il lui remis le nez dedans d'une belle manière. Ah ! Il l'embrouillait ! Une chose à la fois bon sang ! Elle ouvrit la bouche avant de la refermer comme une carpe puis de refaire un essai :

« Je...tu...Euh....AH ! »

Elle se leva d'un bond, agacée de ne pas réussir a sortir un mot correct ! C'était sa faute aussi ! Jusqu’à présent elle s'était plus concentrer sur son problème de cœur que sur son problème de corps ! Et maintenant, elle était bien obligée d'y faire face n'est ce pas ? Si elle avait réussit a l'occulter le temps de continuer cette conversation improbable et surréaliste ce n'était pas pour rien ! Elle n'arrivait plus a réfléchir si elle se mettait a écouter les désirs frénétiques de son corps. Elle n'était pas sauvée !

« Pfff.... »

Fit elle en se laissant retomber sur le banc :

« Tu n'as aucune pitié hein ? Je pensais sauvegarder un peu de pudeur en évitant de parler de ça, mais il faut que tu mette les deux pieds dedans. Evidemment qu'il y a ça aussi, tu crois quoi ? Je suis humaine et te suis certainement pas insensible, voir pas du tout si j'en juge par mon imagination débordante et ma fébrilité actuelle, mais une chose à la fois tu veux ? Tu peux douter de moi, voir t’inquiéter que je ne me trompe , ou ne pas me croire aussi, j'accepterais sans rechigner, pas de problème. Après tout, je pense que c'est naturel que tu te pose ce genre de question, je l'ai fais aussi. Si je serais capable de gérer ? Peut être mais je n'ai pas affirmer le contraire, j'ai dis que j'essayerais et je sais que ce ne sera pas facile non plus, juste que je suis à l'aise avec l'idée de t'aimer c'est tout et que quelque part, ça ne m'étonne pas. Quant au reste.... »

Sa rougeur s'intensifia et elle détourna les yeux en se maudissant elle et ses hormones qui la rendait particulièrement réceptive à la présence de Thomas :

« Je vais prendre des bains froids ? »

Grimaça-t-elle en doutant franchement de l'efficacité de la chose.

_________________


il suffit parfois...
"Le printemps est arrivé, la belle saison, l'amour et la joie sont revenus chez toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étranger
avatar

Messages : 925
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle
Mage Destructeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac & Gustave de Séverac
Étranger
Message Sujet: Re: Ce n'est qu'une innocente fleur   Dim 4 Sep - 20:20

    Thomas hocha tranquillement la tête. Cassiopée savait qu'elle pouvait obtenir n'importe quoi de l'ombrageux Chevaucher, privilège accordé seulement à elle et dont elle n'usait effectivement pas, sachant parfaitement quelles étaient les limites à ne pas franchir, grâce à une longue pratique du jeune homme. Elle lui fit remarquer qu'il valait mieux que cela se passe alors qu'ils étaient jeunes, plutôt que quand elles serait vieille, ce à quoi il répondit qu'elle aurait été alors hors d'atteinte pour lui. Il l'observa un instant en silence quand elle répondit à ce dernier trait, parlant d'un problème... Ce qui fit secouer la tête du mage de l’Été. Non, il n'y aurait pas eu de problème. Il ne l'aurait alors jamais embrassée. Elle n'aurait jamais expérimenté la chose et serait restée dans sa petite vie tranquille et construire selon ses choix et ses envies.

    « Cela ne serais jamais arrivé, tout simplement. Je ne vole pas les femmes des autres. »

    Qu'importe qu'il en soit amoureux et que ce soit réciproque. Il était capable de se battre pour ce qu'il voulait, mais il avait aussi quelques principes. Et un peu d'honneur. Non, pour cette fois, il ne se serait pas battu pour elle. Sans doute auraient-ils continué à se voiler la face comme cela jusqu'à leur mort et voilà tout. Le baiser avait été un déclencheur, un raz de marée pour eux deux, une façon brutale de leur retirer les œillères. Mais sans lui, rien n'aurait changé. Et une fois mariée à un autre, il se serait effacé, tout simplement, parce qu'il restait convaincu qu'il n'était pas l'homme qu'il fallait à quelqu'un d'aussi lumineux que Cassiopée. Il y avait un fossé entre être amis et être amants... Et pire, mariés. Fonder une famille ensemble alors qu'il n'avait aucun modèle stable ? Il était pétri de peurs à ce sujet et avait toujours soigneusement évité d'y songer, puisque de toutes façons, jamais aucune femme n'avait éveillé cet intérêt chez lui et lui avait fait entrevoir un avenir autre que celui de simple Chevaucheur dévoué.

    Peu de choses poussaient Thomas à prendre la parole spontanément et durablement... Que Cassiopée se dénigre en était une. Il la reprit de volée, lui interdisant de se dévaloriser ainsi, provoquant par la même la surprise de la jeune mage. Un léger sourire flotta sur ses lèvres quand elle l'apaisa, non sans le prier de cesser de dire qu'il lui devait tout.

    « J'ai dit que je te devais ce que j'étais devenu. Je n'ai pas précisé que je te devais tout... »

    Il l'avait reprise avec une lueur de malice dans la voix et dans le regard, mais elle disparut tout aussi vite balayée par le besoin de mettre les choses au point une bonne fois pour toutes et de savoir à quoi s'en tenir avec elle. Il lui avoua le désir qui le tenait éveillé la nuit, à mots couverts, mais de façon suffisamment explicite toutefois pour qu'il ai le plaisir de la voir rougir. Et comme elle était belle quand ses joues viraient au rosé. Cassiopée était pourtant rarement embarrassée. Maintenant, il attendait, le cœur battant, parce qu'il lui avait tout de même avoué ressentir du désir pour elle, avoir envie d'elle. Impossible de faire machine arrière après un tel aveu... Elle bredouilla, avant de se raviser. Les mots ne sortaient pas alors qu'elle se levait, sous le choc de cette étrange et déroutante confession. Il soupira, essayant de se mettre à son aise et de paraître plus détaché qu'il ne l'était, encore une fois.

    « On dirait que j'ai trouvé comment te couper le sifflet... »

    Un mythe s'effondrait. Cassiopée pouvait rester sans voix et oui ! Mais il espérait bien être le seul à y parvenir par ce biais... il détesterait devoir se battre par jalousie. Finalement, Cassiopée se rassit. Son émoi ne dura pas et elle retrouva son débit habituel. Et il retint un vrai soupir de soulagement quand elle lui avoua être attirée par lui elle aussi.

    « Quand je t'écoutais parler, j'avais l'impression que ce n'était pas le cas, que j'étais le seul à être torturé de ce point de vue... »

    Il prit une inspiration brutale quand elle lui demanda si elle allait devoir se contenter de bains froids. Il hésita, avant de finalement glisser jusqu'à elle et de se saisir d'une longue mèche soyeuse et blonde, demandant simplement :

    « Cass, si on franchit la ligne, il n'y aura pas de retour en arrière possible... Tout ce qu'on a construit, tout ce que nous étions l'un pour l'autre sera balayé... et probablement détruit si d'aventures, cela ne fonctionne pas entre toi et moi sur un plan plus... intime. Et c'est ce que je crains... parce que je me connais, je ne suis déjà pas très doué en tant qu'ami, je crains d'être catastrophique en tant qu'amant... »

    Il fronça les sourcils, avant de se rendre compte de ce qu'il venait de dire et de la façon dont cela pouvait être interprété. Or, il avait sa fierté de mâle quand même, aussi se reprit-il rapidement, ajoutant précipitamment :

    « Enfin non, pas d'un point de vue pratique, mais plutôt relationnel... Ah tu vois ce que je veux dire. »

    Il lâcha la mèche de cheveux pour étendre ses jambes devant lui, il s'adossa sur le banc plus franchement et rejeta la tête en arrière, en proie à bien trop de questions, d'incertitudes et d'angoisses... Il n'était pas ce qu'il fallait à Cassiopée.

_________________
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey —
Lion's tears
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 231
J'ai : 27 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Les Mages
Message Sujet: Re: Ce n'est qu'une innocente fleur   Lun 5 Sep - 7:18

En toute honnêteté, Cassiopée n’aurait jamais imaginé avoir ce genre de discussion avec Thomas. Disons qu’elle n’avait jamais ressenti d’inclinaison pour qui que ce soit qui mérite qu’elle le fasse d’ailleurs. Sa mère s’en inquiétait plus souvent qu’à son tour, après tout, elle avait 25 ans, qu’elle n’ait même pas eu un flirt était quelque peu étrange, mais dorénavant, elle en comprenait un peu plus la raison, bien qu’à son avis, il n’y ai pas que cela évidemment. Elle avait trouvé certain de ses amis attirants oui, mais cela ne l’avait pas poussée à se rapprocher à outrance ou même tenter de concrétiser quelque chose. Ah ça, les œillères sur ses yeux n’avaient sans doute pas aider, non seulement elles l’avaient rendue aveugle à ce qu’elle avait sous le nez, mais à ce qu’elle avait autour d’elle. Désespérante en vérité. Sa bouche se plissa légèrement lorsque Thomas lui affirma qu’il n’aurait sans doute pas tenté de la voler à un potentiel mari. Oui, certes, c’était tout à son honneur, là n’était pas la question :

« Mmmh…Toi tu ne voles pas la femme des autres, moi je sais ce que je veux. Peut-on dans ce cas parler de vol ? Ah ! Mais pourquoi parler de ça ? De toute façon, ça n’arrivera pas…Et je me vois mal épouser quelqu’un par dépit, autant en faire le deuil. »

Franchement ! Cassie était ce qu’elle était, mais elle n’irait sans doute pas accepter des sentiments qu’elle se saurait incapable de partager ! Cela ne serait pas juste, ni pour elle, ni pour le malheureux en question ! Alors certes, elle ne pouvait pas savoir ce que lui réserverait l’avenir, c’était certain, mais dans l’instant actuel, c’était ce qu’elle pensait. De toute façon, c’était un avenir hypothétique, inutile donc d’en faire tout un plat. Elle haussa un sourcil devant la gentille moquerie de son ami avant de répondre avec un sourire en coin :

« Tu vois quand tu veux, tu sais parfaitement jouer sur les mots. »

Bon certes, pas tout tout, mais un peu quand même. Mais elle pensait que c’était réciproque, Thomas n’avait de cesse de se demander ce qu’il pouvait bien lui apporter, Cassie ne se posait pas cette question parce qu’il lui apportait la solidité, c’était un roc en pleine tempête auquel elle savait pouvoir s’accrocher sans fléchir, qu’il était bien souvent la voix de la raison lorsqu’elle n’était que discours volubile sans direction, il savait la recadrer sur le bon chemin sans même en avoir l’air. Elle avait besoin de ça. Ou pas en fait, en se rendant compte qu’il pouvait tout aussi bien la déstabiliser comme personne. En vérité, ils n’étaient pas nombreux ceux capable de désarçonner de façon certaine la jeune mage, Thomas faisait sans conteste partis de l’élite, surtout en évoquant de cette façon le désir qu’elle pouvait lui inspirer, ravivant sans coup férir ce qu’elle avait tenté d’occulter. Le pire c’était que ça l’amusait le bougre !

« N’en profite pas. »

Maugréa-t-elle avant de repartir sur sa lancée, clarifiant sans vraiment le vouloir les doutes de Thomas. Doute qu’il lui avoua avoir ressenti, la surprenant :

« Ah ? Hum…Désolée ? Je suis maladroite c’est certain, mais j’avoue que pour le moment, je ne sais pas vraiment comment réagir face à ça c’est tout, j’ai toujours été tactile avec toi, mais maintenant, je risque d’avoir de sérieuses arrières pensées et j’avoue que je ne suis pas très à l’aise avec cette idée, c’est un peu trop soudain. »

Expliqua-t-elle avec une petite moue contrite, parce qu’elle avait un peu l’impression de s’empêtrer dans ses explications et ce n’était pas quelque chose auquel elle était habituée. Et surtout, elle ne savait pas comment faire pour y résister sur le temps évidemment, les bains froids étaient une idée comme une autre…quoique, à en juger par le frisson qui la parcourut lorsque Thomas se rapprocha d’elle et se mit à jouer avec une mèche de ses cheveux…Comment voulait-il qu’elle réfléchisse là ? Néanmoins, elle l’écouta, se mordillant la lèvre devant les vérités qu’il prononçait. Quoique non, dire qu’il n’était pas doué en tant qu’ami était une belle bêtise en fait, pour le reste….Euh…Elle n’était pas prête de récupérer une carnation normale là, malgré tout un rire frémit au coin de ses lèvres. Rire qu’elle retenait parce que ce n’était pas charitable de se moquer.

« Non, je ne vois pas vraiment, au cas où tu n’aurais pas remarqué, je ne peux guère juger de ce point de vue là…hum…Je n’ai que le coté onirique désolée. »

Elle l’observa un instant avant de soupirer :

« Cela étant, je t’ai déjà dit que c’était à moi d’en juger et pas à toi, que ce soit en tant qu’ami ou en tant qu’a…amant…Ahum. Cette capacité que tu as à te déprécier continuellement finira par me rendre totalement folle, parce que j’ai beau te dire le contraire, rien n’arrive à te convaincre ! C’est terrible tout de même ! Comme si tu ne méritais pas d’être aimé ! C’est la chose la plus ridicule du monde ! »

_________________


il suffit parfois...
"Le printemps est arrivé, la belle saison, l'amour et la joie sont revenus chez toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étranger
avatar

Messages : 925
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle
Mage Destructeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac & Gustave de Séverac
Étranger
Message Sujet: Re: Ce n'est qu'une innocente fleur   Lun 5 Sep - 18:57

    Franchement, elle chipotait. Et il n'était pas spécialement à l'aise dans les grands débats rhétoriques. Sans compter qu'il était assez rigide mentalement malheureusement pour Cassiopée. Pourtant, quand il s'agissait de marcher sur la ligne finie entre discipline et désobéissance, il était plutôt doué. Comme quoi, même en aimant l'ordre, il n'était pas non plus totalement vertueux et n'obéissait pas non plus aveuglément. La fin justifiait les moyens, en règle générale. Mais pas dans ces jeux d'amour. Et oui, cela demeurait du vol dans son esprit s'il arrachait une femme à son mariage et qu'importe que cette femme soit plus que consentante. Fort heureusement, il n'était pas dans ce cas de figure, alors, comme Cassiopée, il décida de ne pas s’appesantir sur quelque chose d'hypothétique. Il tiqua cependant concernant sa dernière remarque sur le mariage. Certaines personnes n'avaient pas le privilège de choisir qui épouser... Les mariages d'amour restaient un cadeau précieux. Parfois éphémère... Son père avait sans doute, à sa façon, follement aimé sa mère. Follement était le mot alors qu'il en avait fait sa chose et l'avait brimée, jaloux, possessif, violent, s'enfonçant chaque jour davantage dans ses travers et tyrannisant une femme plus jeune, vive et enjouée qui s'était étiolée comme une fleur sans soleil et sans eau... parfois, la passion s'envolait et il ne restait que des cendres.

    Alors il avait tendance à ne pas idéaliser ce genre de relation.

    Sans compter la peur latente de ne pas valoir mieux que son géniteur. La colère couvait souvent en lui, de même que la violence. Il les gardait sous contrôle mais... parfois... comme quand il voyait Cassiopée avec un autre... cela lui échappait. Et c'était bien ce qui l'inquiétait pour la suite. Soit il refusait de s'ouvrir à elle, ils restaient amis et là, il devrait lutter contre sa frustration et sa jalousie de ne pas l'avoir pour lui, sans avoir le droit d'y redire quoique ce soit, parce que Cassiopée n'allait pas soupirer d'amour durant des décennies. Il devrait la regarder faire sa vie avec un autre... Ou au contraire, il leur donnait une chance et... et bien, il risquait de se montrer possessif également. Dans les deux cas, ces foutus sentiments qu'il tentait d'étouffer venaient tout foutre en l'air, tout simplement.

    « Je rectifie une erreur, nuance. »

    Et effectivement, pour qu'elle comprenne ce qu'elle valait et comme il détestait qu'elle se déprécie (tout autant qu'elle exécrait qu'il le fasse), il pouvait se montrer étonnant. Il était tout à fait capable de longs discours et d'esprit, juste qu'il devait s'en donner la peine et que le sujet devait en valoir le coup, ce qui n'était pas souvent le cas. Il se surprit lui-même de son audace quand il évoqua le désir qu'elle lui inspirait. Ce n'était pas un sujet qu'on abordait avec une femme quand on avait un minimum d'éducation. Mais premièrement, il n'avait pas vraiment eu une éducation irréprochable et deuxièmement c'était Cassiopée... S'il ne pouvait lui dire ce qu'il avait sur le cœur, alors il ne pouvait parler à personne. Or, après toutes ces années, elle avait bien gagné le droit qu'il soit honnête avec elle... Et il avait aussi besoin de savoir si au delà, de ce merveilleux sentiment qu'était l'amour, selon les livres, elle avait elle aussi, envie de lui et si, parfois, c'étaient des pensées un peu osées qui la tenaient éveillées ou des rêves interdits qui la réveillaient, le cœur battant et le corps alangui.

    Il fut heureux de la voir virer au pivoine et être à court de mots, se moquant d'ailleurs gentiment de ce soudain silence. Il avait rarement vu Cassiopée embarrassée, vraiment. Il n'avait, cependant, guère eu l'occasion de parler de ce genre de choses avec elle. Elle n'avait eu aucune relation sérieuse, ne s'était jamais intéressée à aucun garçon, donc ce sujet n'avait jamais été vraiment abordé, bien qu'elle lui ai déjà demandé si quelque chose clochait chez elle pour être encore seule à son âge quand ses amies avaient des garçons qui papillonnaient autour d'elles. Naturellement, il n'avait pas trouvé de défauts, hormis l'intelligence et l'exigence qui faisaient d'elle une partenaire difficile à conquérir mais d'autant plus précieuse. Maintenant, à l'aune de ces nouvelles informations, il semblerait que le cœur de la jeune femme soit tout simplement déjà pris.

    Elle lui reprocha presque d'avoir parlé de désir quand elle était déjà suffisamment perdue et il lui expliqua simplement son ressenti face à ses réactions trop... rationnelles, quelque part. Une lueur étrange s'alluma dans le regard brun quand elle avoua risquer d'avoir des arrières pensées avec lui si elle le touchait dorénavant. Ce privilège du contact, elle l'avait acquis de longue haleine et même s'il ne venait pas spontanément vers elle, il ne la repoussait jamais quand elle venait vers lui. Et passé la première seconde où son corps se raidissait instinctivement, il ne pouvait nier prendre du plaisir à son contact... Il murmura :

    « Comme si j'étais à l'aise avec les rêves que je fais... »

    Sans compter que lui, il avait une certaine expérience, ce qui rendait les choses terriblement réelles... Et s'il n'aimait pas être touché, il devait avouer que dans le cadre de ce genre d'activités, il trouvait cela plus qu'agréable... Surtout si c'était par elle. Il lui avoua alors ne pas être certain d'être un bon compagnon pour elle, non sans s'embrouiller légèrement en parlant, ce qui était stupide, puisque Cassiopée était totalement innocente à ce sujet... Si bien qu'elle ne comprit pas sa rectification.

    « Je n'irais pas plus loin sur ce sujet, je ne suis pas certain d'y parvenir sans que tu ne deviennes rouge écarlate. Quoique je me demande si tu peux rougir encore à ce stade. »

    Mais sa malice s'envola quand elle le réprimanda. En fait, il avait très envie que quelqu'un l'aime enfin. Sa mère avait du le faire, mais elle avait disparu avant qu'il ne s'en souvienne. Quant à son père, il avait évité au maximum les contacts avec lui, parce que les seuls qu'il avait étaient de rudes punitions et des coups, sans compter les insultes et cette façon systématique de lui rappeler qu'il n'était qu'un problème et un bon à rien, un fardeau... De quoi entamer la confiance en soi de n'importe qui non ? Et la seule personne qui avait été prête à l'aimer, il l'avait rejeté, petit animal sauvage et rétif qu'il était...

    « Il n'y a qu'une façon pour toi de juger cette qualité là chez moi... Mais c'est toi qui mérite d'être aimée et choyée comme il le faut, Cassie. »

_________________
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey —
Lion's tears
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 231
J'ai : 27 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Les Mages
Message Sujet: Re: Ce n'est qu'une innocente fleur   Lun 5 Sep - 20:05

Cassiopée se contenta de lui adresser une grimace puérile lorsqu'il lui parla d'erreur. Thomas ne parlait pas beaucoup mais il arrivait tout de même a avoir le dernier mot...Sauf quand elle partait en mode rhétorique, là, elle le perdait systématiquement, pas qu'il n'ai pas d'avis ou quoi, juste qu'il était parfois difficile de le faire changer d'avis, une vraie mule de Lagrance. Du genre de sang royal. Mais passons, c'était un défaut qu'elle adorait de toute façon.

Si parler de ses sentiments ne gênait pas la jeune mage, évoquer le désir qu'il pouvait lui inspirer, éveillé a l'aube d'un baiser joueur, était un peu plus délicat pour elle. Et d'une, elle n'avait aucune expérience de la chose et de deux, n'en avait jusqu'à présent disons, qu'effleurer un très petit pourcentage...Comparer a l'explosion des sens que pouvait provoquer Thomas...Autan dire qu'elle n'y était pas vraiment préparer. Oh et puis était ce réellement un sujet de conversation que l'on pouvait tenir autour d'un thé avec l'objet de ses envies ? Non, mais il fallait croire que Cassiopée ne ferait rien comme tout le monde. Après une déclaration pour le moins aussi passionnée qu'un choux à la crème rassis, la voilà qui piquait des fards, troublée a outrance. Le désirer allait déjà lui poser un problème, mais savoir que c'était partagé n'allait pas faciliter les choses..Euh....Attendez...Partagé ?

Une lueur sournoise s'alluma soudainement dans les yeux de la jeune outre parleuse tandis que son cerveau faisait un lien que la proximité avec Thomas avait empêcher d'éclore au bon moment. Ainsi donc...Il ne la voyait pas comme une gentille petite sœur ? Certes, il lui avait déjà dit la trouver belle et charmante. Mais on trouvait des chiots beaux et charmants aussi. Lui dire qu'elle était désirable, c'était d'un autre niveau. Et un lent sourire fleurit sur les lèvres de Cassie.  Durant toute cette conversation improbable, elle n'avait pas prit en compte un possible émoi de Thomas, partant du principe qu'elle n'était jamais qu'une amie a ses yeux. Or, désirait on ses amis ? Peut être...Mais quand même, ça valait sans doute le coup qu'elle envisage tout ça d'une toute autre manière.

« J'avoue que c'est légèrement dérangeant...Mais pas forcément déplaisant... »

Répondit elle un ton un peu absent alors que l'acuité de son regard c'était bien au contraire accru. Elle posa néanmoins vivement ses paumes sur ses joues alors qu'il se moquait de sa rougeur, ne faisant rien pour l'atténuer d'ailleurs :

« Non, je risque de fumer par les oreilles et pour une fois  ce sera pas de colère. Thomas, je ne te savais si cruel quand même, c'est mesquin de te moquer de moi là. »

sourit elle quand même parce que même si il poussait son avantage, la perturbant plus qu'elle ne l'aurait souhaité, il ne le faisait pas méchamment. Cependant, il trouva le moyen de l'agacer, il le faisait souvent ça, Cassie avait vite compris ce qui n'allait pas et elle savait qu'elle frappait dans le mille en parlant de son manque de confiance en lui. En même temps, aurait elle été pareille que lui avec ce qu'il avait vécu ? Elle n'en connaissait pas les détails et ne les lui avait jamais demandé, respectant la limite tacite. Elle avait eu de la chance d'avoir été couverte d'amour c'était ce qui la rendait bien plus assurée que lui et moins encline a dresser des barrières entre elle et les autres.

« Pas toi peut être ?!  Ah tu m'agace, tu m'agaces, tu m'agaces ! »

Fulmina-t-elle en le fusillant des yeux avant de se rapprocher soudainement de lui, de scruter ses traits d'un regard inquisiteur et d'inspirer un bon coup. Ses paumes claquèrent gentiment les joues du jeune homme avant d'y rester et qu'elle ne répète ce que lui même avait fait juste avant, c’est à dire l'embrasser. Elle était sans doute moins expérimentée que lui, mais avait un avantage certain, elle apprenait très vite et si elle été restée quelque peu passive avant là ce n'était clairement pas le cas alors qu'elle prenait l'avantage, jouant avec lui comme il avait pu le faire avec elle....Par les dieux que c'était délicieux...

« Je peux affirmer au moins que tu es doué pour ça tiens...C'est un bon début je trouve. »

A défaut de connaître les autres aspects...Ahum...Elle lui sourit avant de se rasseoir en apparence tranquille, sauf évidemment l'incarnat de ses joues et l'éclat de ses prunelles. Elle était l'image vivante d'une femme qui venait d'être embrassée et qui avait foutrement apprécié ça. Elle se rappela néanmoins à l'ordre, acculer Thomas serait une très mauvaise idée en soi et elle le savait. En plus, elle avait elle même besoin de réfléchir et pour une fois, il lui faudrait se montrer mesurée et patience...Autant dire que ce n'était pas son fort en prime et bien elle ferait un effort, c'était tout.

« De toute façon, je pense qu'on a tous les deux besoin d'y réfléchir et là, je n'y arrive pas. Tu ne te laisseras pas convaincre aussi facilement de même, il va falloir que j'affûte quelques arguments. »

reprit elle en souriant plus largement avec un petit air diabolique qu'elle peinait un peu a cacher. Bien, elle pouvait aussi se planter sur toute la ligne, mais Cassiopée n'était pas du genre pleutre ou lâche, si elle devait se brûler les ailes, autant que ce soit pour lui ou a cause de lui.

_________________


il suffit parfois...
"Le printemps est arrivé, la belle saison, l'amour et la joie sont revenus chez toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étranger
avatar

Messages : 925
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle
Mage Destructeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac & Gustave de Séverac
Étranger
Message Sujet: Re: Ce n'est qu'une innocente fleur   Mar 6 Sep - 11:57

    Le jeune homme l'ignorait, mais il était déjà perdu. En ne niant pas ressentir quelque chose pour elle et en lui disant clairement éprouver du désir et donc la considérer comme une femme, il venait de signer la fin de ses illusions quant à sa capacité à résister à cela et à préserver leur amitié sans s'engager plus loin. Parce que s'il était obtus, Cassiopée était déterminée et surtout, il allait devoir lutter contre un ennemi puissant : lui-même... Difficile de sortir gagnant d'un tel combat quand son être l'enjoignait de céder tandis que sa tête lui murmurait que c'était là un jeu dangereux dont il ne sortait par indemne. Et Cassiopée allait s'engouffrer dans la brèche qu'il 'avait laissé ouverte, sans complexe et sans remords, parce que la jeune femme saisissait les opportunités de la vie sans se poser de questions et parce qu'elle savait ce qu'elle voulait. Et il apporta davantage d'eau au moulin de Cassie quand il lui avoua ne pas être très à l'aise avec les rêves qu'il pouvait faire d'elle. D'eux deux... Et qui, finalement, ne laissait guère de place à l'imagination. Contrairement à elle, il savait comment se passait une valse entre deux êtres de cette sorte, il l'avait expérimenté avec quelques conquêtes passagères... Et il était très facile de substituer Cassiopée à celles qu'il avait connues.

    Elle y alla de son petit commentaire... et il était d'accord. C'était loin d'être déplaisant. Cassiopée était très belle. Et il devinait que son corps était très agréable à regarder dépouillé de ses vêtements. Il l'avait déjà vue comme aucun homme n'aurait du être autorisé à la voir, mais jamais en tenue indécente pour autant... Contrairement à elle. Ce souvenir réanima son désir et il dut se faire violence pour contenir cette bouffée fort malvenue. Surtout qu'il avait presque envie de se tortiller sous le regard incandescent de la jeune mage. Il ignorait ce qui lui passait par la tête et il valait sans doute mieux que cela demeure ainsi au vu de l'intensité de son regard sur lui. Il avait l'impression qu'elle pouvait plonger au creux de son âme en cet instant.

    Il se moqua, gentiment, de son embarras et de ses joues brûlantes. Cruel ? Non. Simplement amusé de la voir déstabilisée par quelque chose, il n'avait pas cru cela possible. Alors il poussait son avantage. Il n'était pas davantage impressionnable qu'elle et quand c'était le cas, il le cachait mieux qu'elle, tout simplement. Parce que malgré son petit air tranquille en abordant cette discussion, il était loin d'être aussi serein qu'il le laissait paraître. Il sourit en retour, répondant à mi-voix :

    « Je profite de ce moment trop rare où tu es embarrassée et à court de mots, tu ne peux pas m'en vouloir. Et tu es adorable quand tu rougis. »

    Oui, c'était un compliment et oui il... badinait. En cet instant, il affichait une assurance presque agaçante, se posant comme celui qui avait de l'expérience et gérait très bien la chose. Belle assurance qui n'était qu'une façade pourtant, qui s'effrita dés qu'il fut question d'une relation entre eux, convaincu qu'il était de ne pas être celui qu'il lui fallait. Il n'avait pas ce qu'il fallait pour la rendre heureuse et épanouie, tout simplement. Il n'était sans doute pas capable de l'aimer sans conditions, contrairement à elle. Il se doutait qu'elle se jetterait à corps perdu dans une relation, sans se poser de questions, sans retenue. Pas lui. Trop de mauvais souvenirs, trop de fantômes. Il n'était pas capable de lâcher totalement prise et de se prendre un violent retour de bâton, de prendre le risque d'exposer son cœur et de se le faire briser. Et naturellement, cela agaça Cassiopée quand il évoqua le sujet, le faisant sourire malgré lui. Sourire qui mourut tout aussi vite alors qu'elle approchait brutalement. Et croyez-le ou non, il dut réprimer un violent instinct de recul pour s'échapper, conscient du danger qu'elle représentait. Mais fuir devant elle ? Sérieusement ? Elle le frappa très symboliquement et un instant, il crut être sorti d'affaires... l'espace d'une minuscule seconde. Mais quand ses mains s'attardèrent sur ses joues... Et que ce fut elle qui l'embrassa, il se sentir fondre devant son audace. Elle était inexpérimentée, mais elle apprenait vite. Et ce mélange abattait toutes ses barrières.

    Et sans rien contrôler, ses mains se refermèrent sur la taille fine de Cassiopée, l'attirant plus prêt. Bravo la maîtrise... On voyait bien qu'il tentait de la dissuader là, non ? Il lui fallut quelques secondes pour que les paroles de la jeune femme se frayent un chemin à travers son esprit quelque peu embrumé et enflammé. Il hocha la tête, ne trouvant rien à répondre... C'était plaisant à entendre, mais elle n'avait guère de points de comparaison. Et c'était très bien ainsi bien sûr ! Ses mains quittèrent sa taille presque aussitôt, comme s'il regrettait de s'être laissé ainsi emporté. Même s'il était plus que tentant de la retenir... Mais cela risquait de déraper et il ne souhaitait pas que ça se passe ainsi. Ce fut donc contre toute attente, Cassiopée qui se montra raisonnable. C'était ironique quand même, de devoir réfléchir à ce genre de chose. Réflexion et amour ne faisaient pas très bon ménage. Il prit conscience des paroles de la jeune femme et de ce que cela sous entendait. Elle n'allait pas lâcher l'affaire. Elle allait enfoncer ses murailles tout simplement.

    « Tu ne renonceras pas hein ? »

    C'était effrayant et plaisant à la fois... Il ne savait vraiment pas ce qu'il voulait.

_________________
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey —
Lion's tears
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 231
J'ai : 27 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Les Mages
Message Sujet: Re: Ce n'est qu'une innocente fleur   Mar 6 Sep - 20:34

La jeune mage haussa un sourire malicieux :

« Seulement quand je rougis ? Il va falloir travailler ta façon de complimenter les femmes a ce que je vois. »

Il l'asticotait, elle faisait de même bien que d'ordinaire, il n'y avait pas ses sous entendus , mais elle devait bien avouer apprécier la chose. C'était une facette de Thomas qu'elle ne connaissait guère à bien y réfléchir. Il ne s'était jamais affiché avec une femme devant elle. Elle n'était pas idiote et savait qu'il avait eu quelques amantes, mais...Il ne lui en avait jamais présenté aucune, preuve, si il en fallait, qu'elles n'avaient guère compter a ses yeux. Elle n'allait pas s'en plaindre hein, enfin si avant elle avait pu s'en inquiéter trouvant dommage qu'il ne trouve pas chaussure a son pieds, elle espérait bien dorénavant être cette chaussure mais elle n'allait pas le lui dire de but en blanc évidemment, laissant plutôt sa détermination transparaître un instant sur ses traits. Oh elle aurait été prête a laisser tomber si il n'avait laissé une ouverture aussi fine qu'une feuille de papier, mais une ouverture quand même.

En vérité, il ne lui avait pas opposé un non catégorique, il avait juste exposé ses doutes le concernant, doutes qui avaient le don d'échauffer sa colère. Parfois, elle ne savait plus quoi inventer pour qu'il cesse une bonne fois pour toute de se croire irrécupérable ! Et sur l'instant, l'idée de l'embrasser était la seule qui lui venait à l'esprit. Oh elle aurait pu s'en abstenir mais autant le dire, elle n'en avait pas envie du tout. Il ne lui serait pas difficile d'y prendre goût d'ailleurs. Mais elle se força à la raison, s'éloignant sagement et cachant ses mains tremblantes dans son giron. Elle avait remarqué la façon contradictoire qu'avait Thomas de la traiter, niant tout en se laissant faire et peut être aimer cela. Donc elle ne laisserait pas passer une chance, même infime, il lui faudrait juste un peu de patience. Et ce n'était pas sa qualité première. La réflexion de son ami amena un sourire amusé sur les lèvres de la jeune Outreparleuse :

« Effectivement et tu ne peux t'en prendre qu'à toi, il fallait te montrer plus ferme. »

Laissant un rire léger lui échapper, Cassiopée fini sa tasse de thé, l'esprit déjà occupé a chercher la manière la plus sûre d'obtenir ce qu'elle voulait. Mais pour l'heure, elle avait besoin d'ordonner ses pensées et de laisser Thomas mariner aussi. Cela ne lui ferait pas de mal. Se lissant les cheveux, elle se leva :

« Ah, il est temps que je rentre, si je ne rappelle pas a Tristan qu'il faut manger, il est capable de se laisser mourir de faim, la tête dans un livre. »

fit elle en secouant la tête, blasée que le Capitaine ne puisse pas prendre soin de lui tout seul. En fait, il le pouvait certainement et Cassiopée se demandait si il ne faisait pas exprès parfois d'être ainsi avec elle pour éviter qu'elle ne se sente inutile.

« Oh passe demain a Amar, j'aurais reçu une cargaison de poisson pour le soir il y aura de délicieux restes pour Sereine et il me faut ton avis sur une tartelette à la mélasse et chantilly aussi. »

Ajouta -t-elle avant de se pencher une nouvelle fois sur Thomas, un air malicieux sur le visage et déposer un baiser sage sur sa joue. Quelque seconde plus tard, elle parcourait en sens inverse les couloirs de la Caserne, l'esprit songeur, en direction du centre ville pour héler une voiture. Elle ne dormirait tout de même pas cette nuit, mais pour une fois, ce n'était pas les doutes ou les questions qui hanteront ses rêves.

_________________


il suffit parfois...
"Le printemps est arrivé, la belle saison, l'amour et la joie sont revenus chez toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Ce n'est qu'une innocente fleur   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ce n'est qu'une innocente fleur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petite fleur brisée...
» Reflexion sur la saga Michelet Casimir - Jean Saint-Fleur
» 2 éme entraînement de Nuage de la mort et de fleur enflammée finished
» FLEUR canichette croisée abricot 6 ans (89) Yonne
» Fleur d'Aphélandra du Clan du Vent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Faërie :: Lagrance-
Sauter vers: