AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
PNJ
avatar

Messages : 642
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
PNJ
Message Sujet: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Ven 30 Sep - 23:50




Chroniques d'Arven

Intrigue 1.6

La Danse des Trépassés

Du 31 octobre au 5 novembre 1001



Intrigue animée par Aura·


Le Mémorial des Disparus




 
 
 



Samhain !
Samhain la calme, Samhain la noble, Samhain la sage – ô Samhain, toi si belle, toi si grande, ouvre pour les enfants d’Aura la porte des morts. Que leur mémoire vibre et résonne, que leurs êtres chers leur restent en tendre souvenir – que le long cortège des disparus peuple pendant ces trois journées solennelles les récits et les chants !
Ô, Samhain.
Ô, Samhain – maîtresse des héros, gardienne des trépassés, souveraine de la mémoire.
Ô, Samhain… Permets aux enfants d’Arven de se retrouver par-delà la mort.

On l’aime, la Samhain, en Outrevent. C’est l’occasion pour chacun de se remémorer ses disparus, d’accorder quelques pensées à ceux qui sont partis et qu’il n’est pas question d’oublier. L’on se recueille sur les tombes gravées, dans les cimetières des villes et ceux des campagnes ; l’on allume des cierges sur les pierres dressées pour guider l’esprit lorsqu’il s’élève vers les nuées. Oui, à la Samhain l’on se souvient : des discours sont prononcés, l’on déclame à la volée odes et oraisons pour honorer ceux qui ne sont plus. Nombreuses sont les louanges chantées pour rappeler à tous les accomplissements des générations passées ; mais cette année la Samhain sera bien particulière.

Cette année, à la Samhain, cela fera mille ans que la Trève a été signée entre Ibélène et Faërie, dans un torrent de larmes et une rivière de sang. La paix, la paix universelle et millénaire a tenu bon jusqu’ici, grâce au sacrifice de ceux déterminés à se battre pour elle. L’on connaît bien, en Outrevent, la valeur du deuil et le poids des serments. Et même si, traditionnellement, ce sont plutôt les belles choses et les grandes réussites qui sont commémorées, l’on sait aussi qu’il convient d’honorer la guerre et les soldats qui ont signé de leur sang le grand traité qui lie le continent tout entier. Alors oui, cette année cela sera bien particulier : l’on chantera les morts, les amants, les mères et leurs enfants, les fils et leurs parents – mais, Ô Samhain, pas seulement. Cette année, l’on chantera aussi les Douze Premiers, et la Paix qu’ils ont su apporter.

Cette année, Chimène de Faërie a invité les souverains ibéens à venir célébrer avec leurs homologues faës la mémoire de leurs prédécesseurs qui fondèrent la Rose Écarlate et unirent leurs efforts pour apaiser Arven toute entière. Cette année, malgré sa colère d’avoir été enlevée et séquestrée en Bellifère lors du Tournoi des Trois Opales, malgré les tensions grandissantes en Faërie et bien qu’elle se sache désavouée par une préoccupante proportion d’administrés, Chimène lutte encore pour préserver les accomplissements de Titania. Alors, elle les a tous invités, nobles et souverains, à la rejoindre au Mémorial des Disparus pour quelques discours et une poignante cérémonie.

Le soleil entame sa descente sur l’horizon ; les invités de marque se présentent au sépulcre outreventois, lieu de signature du Traité, où reposent les urnes funéraires et les sarcophages de grands dirigeants morts depuis des siècles. Bientôt, la solennelle commémoration officielle va commencer...
   





Premier Tour

Consignes



IRL : du lundi 3/10 au dimanche 9/10(16h).
IRP : le 31/10, crépuscule.

• Ce topic concerne les personnages qui participent à l'intrigue « La Danse des Trépassés », côté Outrevent. Seule la noblesse et les ducs sont présents. La roture est invitée à rejoindre le topic côté Sombreciel.

• Les personnes non-mentionnées dans cette introduction peuvent MP le Destin si vous ne savez pas pour quel motif vous pourriez être là !

• Ce premier tour couvre l'arrivée des nobles invités au Sépulcre des Martyrs, pour la cérémonie du Mémorial. C'est une bâtisse en haut d'une colline, toute de marbre et de pierre, très solennelle et compassée. On a l'impression de marcher dans un tombeau - et c'en est un ! Soyez respectueux, saluez vos connaissances et prenez place sagement dans l'assistance. On ne cavale pas dans le Sépulcre, et on ne jette pas l'emballage de son quatre heures par terre ! Et surtout, on pense à éloigner le duc d'Erebor de celui de Sombreciel, merci. :sisi:
Important : Aucune magie n'est possible dans l'enceinte du Sépulcre, elle en a été bannie, le sol lui-même est imprégné de cette aura d'annulation.
Et ce sont les soldats impériaux qui assurent la sécurité : aucun militaire ducal n'a été admis.

• Le tour prend fin le 31 octobre lorsque le soleil passe sous l'horizon, au moment où Chimène commence son discours lénifiant de bienvenue. (Que quelqu'un trouve celui qui ronfle et le frappe, merci. :god: )

• Coucou, la limite de mots est toujours là ! 700 mots maximum par message, pas un de plus, sinon je mords !  :laa: A titre exceptionnel, votre premier message, et uniquement lui, peut compter jusqu'à 1 000 mots.

• Pensez à indiquer votre nombre de mots et le résumé de vos actions sous balises spoiler.

Bonne chance à tous !  :poele:




_________________
♦ Je suis le PNJ utilisé par les administratrices. ♦
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Confrérie Noire	• Admin
avatar

Messages : 251
J'ai : 29 ans
Je suis : Écoutante de la Lame pour la Confrérie Noire • Princesse de Valkyrion

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Sombre Mère, et Valkyrion
Mes autres visages: Mélusine de Séverac • Quitterie Aubenacre • Freyja de Brunante • Rejwaïde Sinhaj • Faustine de la Fugue
La Confrérie Noire • Admin
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Sam 1 Oct - 22:04

Elle n’est pas ravie d’être là.
C’est clairement visible dans la rigidité formelle de sa posture, dans la crispation de ses épaules, dans la noirceur des regards qu’elle pose sur les Faës autour d’elle, majoritaires dans l’assemblée. Assise derrière Hjalden et Astrid, à la droite de Hjalmar, elle boude, Ljöta. Il a fallu un mois de cajoleries et plaidoiries de son frère Voltigeur pour convaincre la froide princesse des glaces de répondre à l’invitation de Chimène, malgré sa convalescence. Les mages ont fait du bon travail sur l’affreuse plaie de son abdomen, lui a-t-on dit – heureusement qu’elle était inconsciente ces premiers jours, sans quoi elle les aurait tués d’avoir osé porter la main sur elle !

Il a bien fallu que Hjalden cède à Astrid, et qu’elle-même cède à Hjalmar : boudeurs, l’ainé et la cadette d’Evalkyr sont entrés en traînant les pieds dans le portail de mage ouvert à Ibelin pour l’Empereur et sa suite.

Comme elle voudrait être ailleurs.
La Tour Noire lui manque : le silence et la quiétude des heures de nuit au quartier général de la Confrérie lui ont toujours apporté une grande sérénité, et la vie de cour l’insupporte avec son tapage et son voyeurisme effréné. Elle s’est tenue loin des salamalecs, autant que possible, saluant froidement d’une inclinaison du buste les ducs couronnés, et d’un imperceptible de tête les autres membres des familles ducales. A ses côtés, Hjalmar fait tout son possible pour la distraire et faire passer le temps plus vite, mais l’omniprésence faë dans les parages l’oppresse. Plus d’une fois, son regard clair s’évade vers les hautes croisées, envisageant de les ouvrir pour les franchir et s’enfuir aussi loin que ses jambes la porteraient.

Bon, vraisemblablement pas très loin, avec la cicatrice barrant son ventre et la douleur résiduelle qui se rappelle à elle lorsqu’elle force trop.

Alors, elle subit : la rigueur coincée de Liam d’Outrevent qui toise l’assemblée avec des airs supérieurs comme un paon de basse-cour, les mains baladeuses de Bartholomé d’Ansemer sur sa catin domestiquée devant les yeux de son épouse, les œillades révoltantes de Denys du Lierre-Réal, et le sourire arrogant de Gaëtane de la Volte. Elle supporte même à peine son propre empire, tant sa patience est rapidement épuisée : la mièvrerie hypocrite d’Anthim d’Erebor qui couve sa femme d’attentions alors qu’un harem entier l’attend au pays, les excentricités puériles de Castiel de Sombreflamme, et plus que tout : les coups d’œil subrepticement évaluateurs de Martial de Bellifère, venu représenter la duchesse Ermengarde à la santé chancelante.

Ils lui tapent sur les nerfs, tous – oui, tous !
Elle paierait cher pour être en Sombreciel à fêter le Seuil, comme toutes les années ; sans ses atours de princesse, sans la fine couronne sur son front, sans les bijoux et les précieux tissus. Juste avec ses cuirs d’assassin, ou les robes de laine toutes simples de Lia, la fleuriste des rues de Lorgol. Oh, comme elle voudrait être ailleurs ! Partout, sauf là, à écouter pérorer la rouquine couronnée.

Qu’on la sorte de là.
Par pitié !

Spoiler:
 

_________________


« Sweet Mother, sweet Mother, send your child unto me,
for the sins of the unworthy must be baptized in blood and fear. »
© acidbrain

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 1461
J'ai : 24 ans
Je suis : duc décadent de Sombreciel et mage de l'Été amateur d'explosions

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Augustus d'Ibélène
Mes autres visages: Louis de Brunante / Octavius le Rouge / Maelenn du Noroît / Lionel de Rivepierre / Matvei de Hvergelmir
La Noblesse
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Sam 1 Oct - 23:16

Quelle idée idiote d’accepter de venir au Mémorial des Disparus, de t’y présenter plutôt que d’y envoyer sagement Maximilien et Mélisende pour te représenter. Vous êtes à peine arrivés au Sépulcre des Martyrs que déjà, un ennui infini te prend et te fait pousser le plus long des soupirs. Au moins, à voir les mines de tes voisins et homologues, tu n’es pas le seul à rechigner à aujourd’hui coiffer ta couronne pour cette cérémonie. Nous parlons tout de même d’une cérémonie visant à honorer ma mémoire, Castiel, et mes sacrifices. Pitié. Tu sens la vexation d’Hypérion, tout juste avant tu foules la terre de cet endroit où la magie s’annule.

Tu n’as pas eu le choix d’accepter de te présenter à cette cérémonie qui s’annonce d’un ennui infini, le tout dans un duché avec lequel le tien ne partage rien du tout. Même la Samhain, si belle et grande en Sombreciel, si joyeuse, n’a certainement rien de cette fête triste et sombre !

Refuser de venir aurait été un énième affront.
Tu es plutôt à court de patience impériale, ces temps-ci.

Très près, à ton bras, ta douce Mélisende, que tu ne laisses pas s’éloigner de toi de plus que quelques centimètres – un inconnu pourrait vous méprendre pour un couple d’amants particulièrement épris l’un de l’autre. Tu ne voudrais pas qu’il reprenne à Martial la folie de l’enlever ! Tu es certain qu’il désire s’éviter une deuxième cuisante humiliation, mais il faut toujours se méfier d’un Belliférien. Frustré, de surcroît. Lorsque le blond prince de Bellifère vous regarde, tu lui échanges le même regard haineux qu’il arbore et colle un peu plus ta sœur contre toi. Tu peux sentir la douceur de son voile contre ton visage et tu pousses le vice jusqu’à en soulever un coin pour embrasser sa joue. Tendre affection fraternelle et oui, fanfaronnade ridicule et immature destinée à ce prince humilié.
Puis, à la main de la Mélisende en question, un jeune garçon qui, à s’y tromper… ressemble beaucoup à ta sœur. Tu adresses un sourire à Arsène, que ta sœur t’a présenté comme étant le petit protégé de Mélusine et auquel tu as accordé un titre temporaire de comte, afin que tu ne sois pas le seul à souffrir d’ennui cette nuit : « Alors, sire de Virelune. Avez-vous hâte d’assister à cette cérémonie ? » Que la mascarade se joue jusqu’au bout. Tu n’en es pas à un caprice près et celui-ci n’est certainement pas le plus dommageable.

On vous dirige vers votre place, entre les représentants (ennuyés, raides, boudeurs, hautains) de Valkyrion et ceux de Lagrance. Il devient de plus en plus compliqué, pour tous les gardes et domestiques impériaux, de constituer un arrangement convenable d’invités, avec toutes ces tensions qui font vibrer autant les deux empires que les duchés ibéens. Tu te gardes même, très soigneusement, de regarder du côté d’Erebor, rougissant à la seule idée de croiser le regard de sa princesse. Heureusement, être à côté de Denys est toujours positif ! Un signe de tête à ton homologue et juste avant que Chimène débute un discours qui s’annonce aussi ennuyeux qu’elle est timorée, tu lâches dans un chuchotement complice : « J’espère qu’il y aura du vin. »

Spoiler:
 

_________________
Dialogues de Castiel en darkred ◊ Dialogues de Mirat (chat persan ou panthère) en indigo






Dernière édition par Castiel de Sombreflamme le Dim 2 Oct - 6:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Dim 2 Oct - 1:05

La Samhain...

Une pointe me transperce le cœur rien qu’à l’idée de fêter la Samhain. Livien... Il me manque plus que je ne l’aurai imaginé. Presque deux ans qu’il m’a quitté,  autant d’années où je suis tourmentée par cette lignée qui peine à s’agrandir. Lionel me soutient que c’est vers Gabrielle que je devrai, à présent, me tourner, cette sœur inconnue qui partage mon sang. Je n’en démordrai pas, le trône de Cibella est à moi.

Entrant dans le Sépulcre des Martyrs,  ma magie me quitte non sans un sentiment d’inquiétude au vu des derniers événements qui ont touché les autres duchés. Par miracle, Cibella avait été très peu touchée. Les meilleurs ne sont jamais atteints !

Une chose me frappe dans l’assemblée : les visages hagards. Les regards désapprobateurs de plusieurs duchesses, ducs, ambassadeurs, ambassadrices, visiblement mécontents d’être invités. Je partage leur sentiment, non seulement, je ne porte pas l’impératrice Chimène de Faërie dans mon cœur, cela n’est un secret pour personne et en plus, nous sommes là pour célébrer le traité de paix et la Rose Ecarlate.  Si certains aspirent à faire la fête en Sombreciel, ce n’est pas mon cas, je préfère de loin, malgré la présence de Chimène être là où je suis, plutôt que de me dévergonder pendant des jours sous le ciel étoilé d’Euphoria.

Néanmoins,  je veux être le témoin de tous ses agissements, de sa décadence, de sa perte, de sa mort. Elle est faible et ne mérite pas sa place sur le trône de Faërie. Jamais, elle aurait dû y monter... si cette maudite Rose Ecarlate n’était pas intervenue ! Nous sommes là pour fêter la paix et la Rose Écarlate, je ris jaune. Quelle paix ? La paix n’est nulle part, Sombreciel et Erebor ont rompu tous liens amicaux, Sombreciel et Bellifère, également. Quel fou ce petit Duc sans cervelle d’enlever l’ambassadrice,  quelle folie... Qu’est-ce qu’il lui a pris...

Hautaine et supérieure, la tête haute, je salue mes homologues comme il se doit et vais m’asseoir proche des Outreventois et des Lagrans, Liam est là - visiblement content, lui - ainsi que Lionel qui a eu la gentillesse de m’accompagner. Nous partageons une peine similaire à la perte de Livien et finalement, c’est préférable, pour nous, que nous soyons là. Notre esprit est occupé et cela nous évite de ressasser notre tristesse d'avoir perdu ce frère, ce mari qui nous a quittés...

Beaucoup redoutent le discours de Chimène, ce qui m’ennuie c’est l’éloge à la Rose Ecarlate... cette rose qui essaie de faire la paix, mais ce n’est pas en laissant Chimène sur le trône qu’ils vont arriver à quoi que ce soit. Je regarde d’un mauvais œil le petit qui accompagne le Duc de Sombreciel - que fait-il ici cet enfant ? Ce n’est pas sa place. Décidément, toujours à se faire remarquer les Cielsombrois.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
avatar

Messages : 3692
J'ai : 33 ans
Je suis : le duc de Lagrance, marquis du Lierre-Réal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lagrance avant tout, à l'Ordre du Jugement, à moi même et dans une moindre mesure à l'empire de Faërie
Mes autres visages: Hiémain de Sylvamir, Anthim d'Erebor, Rackham l'Îlien et Joséphine Siguardent
La Noblesse
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Dim 2 Oct - 2:03

« Je ne regrette même pas de vous laisser porter la couronne la plus chargée ma chère. »

Il est taquin, Denys, quoiqu’un peu amer, blessé dans son orgueil de voir Marjolaine porter la couronne des duchesses de Lagrance, plus fleurie et ornementée, plus belle et plus richement décorée. Mais vue la lourdeur et le côté un peu ridicule, il ne se formalise finalement pas de ce léger désagrément. Même si porter la couronne et les habits officiels de son duché a tendance à légèrement l’irriter. Sans doute est-ce à cause de la cérémonie qui devait avoir lieu en Outrevent. La Samhain… une fête que les lagrans n’avaient pas pour habitude de fêter, préférant la joie du renouveau et de la renaissance que la mémoire des morts. Non qu’ils ne respectaient pas celle-ci, bien au contraire, mais ça n’avait pas autant d’importance que pour les Outreventois. D’ordinaire, c’était une fête qu’ils se réservaient pour eux, mais cette année, la Samhain fêtait les 1000 ans de paix depuis la dernière guerre entre Ibélène et Faërie. Une vaste mascarade pour cacher les tensions qui continuaient lentement mais surement à s’enflammer. Denys en riait bien d’ailleurs, lui qui avait finalement fini par se détourner de Chimène après que celle-ci ait décidé de faire la chasse aux Mages du Sang. Membre de l’Ordre du Jugement, il n’était certainement pas à son avantage de suivre une femme qui n’était plus manipulable comme autrefois. Et si la suprématie de la magie devait s’élever, ce n’était malheureusement pas avec Chimène sur le trône de Faërie que cela pourrait se faire. Il gardait encore le silence là dessus, mais son changement de bord ne tarderait pas à être remarqué. Sa prise de position ferme à l’encontre des magies bannies était une preuve d’ores et déjà bien suffisante.

Il se serait vraiment bien passé d’y aller, en Outrevent. Pas que Denys n’aimait pas le duché de l’honneur, mais il fallait reconnaître que les liens entre son duché et celui-ci n’étaient pas des plus solides, et les ressemblances de culture étaient très différentes. Trop coincés à son goût, ces vrais outreventois, et leur sens de la fête laissait grandement à désirer. C’est terriblement solennel, cet instant où ils passent les portes du sépulcre, ce seuil immense où repose tant de souvenir. Ca ne touche pourtant guère le duc de Lagrance, qui à défaut d’afficher un air parfaitement dépité ou ennuyé comme certain de ses homologues, se contente d’un sourire de circonstance, Marjolaine à son bras.

Un à un, ils sont salués, ces nombreux nobles venus de tous les horizons. Une obligation qu’il ne vaut mieux pas manquer, pour maintenir la fragile paix. Paix factice qui ne tardera surement pas à se briser. Vu l’attitude de Chimène et sa popularité en berne… il lui adresse un regard pourtant, le duc de Lagrance, elle devenue si hautaine, pensant que cette singulière prise de position contre des gens innocents saura lui rendre l’affection d’un peuple changeant. Dangereuse manœuvre, irréfléchie. Bien vite il se détourne pour saluer son homologue de Cibella, puis d’Ansemer, avant de saluer les Ibéens conviés aussi. Puis finalement, il est guidé à sa place, toujours accompagné de Marjolaine, non sans afficher cette fois un léger soupir de dépit en réaction à ce qui ne tardera pas à venir. L’ennui. Il se rassure d’ailleurs de voir que Castiel de Sombreflamme est de nouveau placé à côté de lui. Avec les problèmes que traverse Ibélène aussi, il devient de plus en plus difficile de trouver des places aux ducs qui ne déclenchent pas de nouvelles guerres. Sa remarque, alors que le discours galvanisant et puissant de Chimène commence ne manque d’ailleurs pas de faire glousser Denys, qui avec beaucoup d’effort se doit de retenir de rire. Du vin. A une fête Outreventoise. Pourquoi pas. Si l’idée de s’amuser leur était seulement venue à l’esprit.


Spoiler:
 

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles • Modo
avatar

Messages : 391
J'ai : 13 ans
Je suis : Un enfant élevé à la Cour des Miracles
Un voleur, un brigand, un petit menteur que personne ne peut détester.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Mayeul de Vifesprit - Maximilien de Séverac
La Cour des Miracles • Modo
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Dim 2 Oct - 11:26

Il les avait entendu parler, Mélusine et Hiémain. Il les avait entendu dire qu’ils ne savaient pas trop quoi faire de lui... Ou du moi, c’est ce qu’il avait compris. Il n’avait peut-être pas bien compris, mais il leur avait dit, tout de même, que quand leur bébé serait là, ça ne l’embêtait pas de repartir à Lorgol. Parce qu’il comprenait bien qu’avec un bébé, il y avait moins de place pour lui. Ils n’étaient pas obligé de s’occuper de lui. Il partirait, avec Clochette, et deviendrait Voleur. Ou Chevaucheur. Ou Voltigeur, peut-être bien, maintenant que Valda l’avait marqué de son étoile. Il était fier, l’enfant, de porter la marque de la déesse. Vraiment fier, au point de lui adresser ses prières chaque nuit, lui demandant de protéger Mélusine, et Hiémain, et leur bébé, et sa Maman, qui vivait quelque part. Et de veiller sur lui, aussi, un peu.

Mais ils ne s’étaient pas débarrassé de lui. Au lieu de ça, il était parti avec Mélisende rencontrer Castiel de Sombreflamme, Duc de Sombreciel. Pour de vrai, un vrai Duc. Il aimait bien Mélisende, même si elle lui faisait un peu peur, depuis le jour de leur première rencontre. Elle avait cette façon indéfinissable de le regarder quand elle croyait qu’il ne la voyait pas, et il ne savait pas trop quoi en penser. Elle ressemblait à Mélusine, mais elle était tellement différente, en même temps, qu’il craignait toujours que quelque chose ne lui convienne pas. Elle était gentille avec lui pourtant, veillait sur lui, mais elle était un peu trop impressionnante - et inconnue - pour qu’il sache réellement si ce qu’elle voyait en lui lui plaisait ou non.
Avant de partir, Joséphine lui avait enseigné les rudiments de la politesse, et Arsène s’était montré bon élève. Sa mère adoptive s’en était déjà occupée, lui expliquant qu’un grand voleur devait pouvoir se fondre parmi ses victimes, qu’elles soient bourgeoises ou nobles. Il lui faudrait seulement refréner son enthousiasme, sans doute.

**

Et désormais, il se trouvait là, à ouvrir grand ses yeux, n’ayant pas assez de temps pour tout voir, tout enregistrer, tout comprendre. En compagnie de Mélisende et de Castiel de Sombreflamme. Il ne savait trop quoi en penser du Duc, le petit. Il avait l’air gentil, il l’avait accueilli sans trop de questions - sans trop le questionner lui, en tout cas - et l’avait bombardé Comte de Virelune pour qu’il ait, lui aussi, le droit de participer aux festivités. Virelune... Il ne savait même pas où ça se trouvait, en Sombreciel, mais il était un habile menteur, il saurait bien broder. Il s’imaginait, dans sa tête, des terres, des châteaux, des écuries gigantesques pour que Clochette soit entourée d’amis. Arsène de Virelune... Quand il raconterait ça à Lena, elle en mourait de jalousie ! Ou pas. Elle projetait de se marier avec un noble, et il n’avait pas trop envie de se marier, lui. Il avait trop de chose à faire pour se marier. Alors, peut-être qu’il ne lui dirait rien. C’était sans doute plus prudent.

Sa main dans celle de Mélisende, y puisant chaleur et réconfort - Il n’avait pas peur, allons donc ! Il était juste un tout petit peu impressionné ! - Arsène s’avançait bravement, répondant avec enthousiasme à la question du Duc. « Oh oui, votre Altesse, j’ai tellement hâte ! En plus, c’est pour célébrer ceux qui ont fondé la Rose Ecarlate ! C’est génial ! » Il se rappela, un peu tard pourtant, de sa prétendue noblesse. Il était sûr que les nobles se devaient de se maîtriser en toute circonstance, mais c’était un peu compliqué, devant tant de nouveauté. Et puis, la Rose... Comme beaucoup d’enfants de Lorgol, il vouait aux membres de la Rose un véritable culte, passant parfois des heures devant leur Tour, dans l’espoir d’apercevoir ces êtres légendaires et leurs montures. « Pardonnez mon enthousiasme. » Annonça-t-il un ton plus bas, se retenant à grand peine d’adresser un regard noir à une femme coiffée d’une horrible couronne.

On les installa à leur place, et Arsène se retint de gesticuler, impatient de commencer. Impatient d’écouter les grands de ce monde parler, et d’être considéré comme l’un d’entre eux. « Merci. » Glissa-t-il à Mélisende, avant de reporter son attention sur les autres délégations. Merci de m’avoir amené. Merci de veiller sur moi. Il ne put s’empêcher, pourtant, de songer à Clochette. Mélusine avait sans doute raison : ce n’était pas un endroit pour une ponette, ici. C’était un peu dommage, quand même.

Spoiler:
 

_________________
Paroles: teal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse • Modo
avatar

Messages : 7176
J'ai : 31 ans
Je suis : demi-soeur du duc d'Erebor, régisseuse du harem, médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim, duc d'Erebor ; Augustus, empereur d'Ibélène
Mes autres visages: Ilse, Liselotte, Aurore, Victorine
La Noblesse • Modo
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Dim 2 Oct - 15:18

C'est un regard curieux et intrigué qu'elle pose sur la bâtisse de marbre, la princesse des dunes. Le Sépulcre des Martyrs est emprunt de cette allure solennelle et lugubre que possèdent les tombeaux ; Alméïde en ressent une certaine fascination, presque impatiente d'en visiter l'intérieur et rendue humble à l'idée d'honorer la mémoire des fondateurs de la Rose Écarlate. Durant les jours qui ont précédé l'événement, elle a profité de sa présence à Lorgol pour se rendre à la tour de la Rose, accompagnée de Simon qui a partagé avec plaisir ses souvenirs sur cette période troublée et sur la paix qui en a découlé. Le tout agrémenté des commentaires de Justice, dont l'évidente fierté perçait la voix grave et ancienne. À présent qu'elle se trouve sur place, Alméïde appréhende quelque peu d'être coupée Simon, discret mais bien présent. Elle en franchit néanmoins le seuil, posant son regard partout autour d'elle.

L'intérieur est sombre et froid. La solennité des lieux la fait frissonner et elle resserre les pans du manteau qu'elle a enfilé par dessus ses vêtements officiels. Vêtue de voiles sombres, sertis du jaune d'Erebor, elle porte quelques bijoux discrets et une natte entrelacée de fils d'or. Silencieuse, elle s'avance, discrète, encore étonnée d'avoir été invitée malgré son statut controversé. Elle remarque d'ailleurs avec regret l'absence de la duchesse de Bellifère, qui lui a fait don d'un cadeau inestmable et, bien qu'elle l'ait amplement remerciée par écrit, elle aurait voulu lui faire part de sa reconnaissance de vive voix. Au lieu de ça, elle aperçoit le dauphin, Martial, qu'elle évite avec soin, préférant saluer Denys avec chaleur, heureuse de le voir. Puis elle s'éloigne au moment où la délégation cielsombroise fait son entrée, préférant éviter tout incident diplomatique en ce jour de mémoire. Elle croit un instant voir Mélusine au bras de Castiel, mais à son ventre plat et son air paisible, elle reconnaît Mélisende. Son amie doit être installée bien confortablement auprès de son mari, profitant d'un repos bien mérité et de leur récente union officielle.

Au passage, elle s'incline avec respect devant les divers duc, duchesses et empereurs devant lesquels elle passe, se faisant aussi discrète que possible. Elle est légèrement inquiète quant à la tournure des événements ; la tension entre empires et duchés est si forte qu'elle pourrait presque la sentir dans l'air. Elle continue néanmoins à s'accrocher à cette étincelle d'espoir qui luit en elle, songeant que peut-être, ce nouvel effort pourrait être bénéfique à chacun. Peut-être. Puis, toute à sa réflexion, elle s'installe de concert avec la délégation erebienne, en retrait, derrière son frère et Sitara. Patiente, elle observe les lieux avec intérêt, lorsque le discours de Chimène débute enfin. Discours qu'elle écoute avec attention.


Spoiler:
 

_________________
dialogues • mediumvioletred





To see a world in a grain of sand and heaven in a wild flower. Hold infinity in the palms of your hand and eternity in an hour.
William Blake




Dernière édition par Alméïde d'Erebor le Lun 10 Oct - 16:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 910
J'ai : 26 ans
Je suis : Mage du Printemps (outrevision)
Fille cadette du comte d'Aurebois

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie et Lagrance
Mes autres visages: Astrid d'Evalkyr
Les Mages
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Lun 3 Oct - 22:37

Agnès observa le mausolée qui se dressait devant ses yeux. Cette année, la Samhain se vêtait d’une aura particulière car elle coïncidait avec les mille ans du traité de paix. Ce dernier était mis à mal depuis plusieurs mois mais les dirigeants ibéens avaient répondu à l’invitation de Chimène qui, en dépit de son enlèvement à Hacheclair, n’avait pas encore rompu tout contact avec leurs voisins. Néanmoins, la noble gardait à l’esprit que tout pouvait arriver dans ce genre de rassemblement. Lorsqu’elle franchit le seuil du monument, Agnès sentit sa magie la quitter, sensation étrange car elle avait l’impression de laisser une part d’elle-même à l’extérieur. Pourtant elle allait devoir s’accommoder de ce désagrément jusqu’à la fin de la cérémonie.

La solennité de l’évènement marquait les esprits et l’atmosphère. Les différends entre Faës et Ibéens se ressentaient dans les attitudes rigides et empruntées. Membre de la délégation lagrane, Agnès observait et saluait les nobles présents, respectant la bienséance et sans faire de différence entre ses compatriotes et leurs invités, accordant le respect à ses figures d’autorité. Elle n’avait pas fait beaucoup de voyage en Outrevent et elle se sentait honorée d’être présente. D’autant que sera également fêté les premiers membres de la Rose, l’emblématique Ordre assurant l’équilibre d’Arven. Certains rêvaient d’être choisi pour devenir une des Pièces ou ne serait-ce qu’une des Epines, travailleurs de l’ombre.

Mara avait choisi de rester dehors, préférant explorer les environs plutôt que de subir les jeux de la Cour. En attendant que Chimène prenne la parole, Agnès restait à proximité de son Duc et de sa Duchesse.


Spoiler:
 

_________________

Couleur d'écriture : #ff6600
Mara, Familier : #cc6600
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 266
J'ai : 29 ans
Je suis : Duchesse de Valkyrion
Fille du baron de Jaakyl

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : incertaine
Mes autres visages: Agnès d'Aurebois
La Noblesse
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Mar 4 Oct - 14:13

Je suis partagée. Partagée entre l’honneur d’être présente à cette cérémonie et la crainte de voir de nouveau des attentats perpétrés contre nous. Depuis mon retour de Bellifère, je dois faire face à une pression supplémentaire, celle de voir mon secret dévoilé par cet Ordre du Jugement qui me demande de soutenir leurs actions. Pourtant je ne peux cautionner leurs actes qui nous mènent droit vers une guerre. Je dois jouer avec finesse dans ce tableau qui se complique de plus en plus. Pour l’heure, je me tiens aux côtés de Hjalden qui se montre peu disposé à côtoyer des Faes et des mages. Son humeur est en diapason avec celle de Ljöta, que Hjalmar essaye de distraire. Nous avions réussi à les faire céder pour répondre favorablement à l’invitation de l’Impératrice Chimène après un travail de longue haleine. J’espère simplement que mon mari ne va pas créer d’incident diplomatique.

Le mausolée s’anime de discussions discrètes, comme s’il fallait éviter de réveiller les morts. Je salue mes homologues, prenant des nouvelles de la couronne erebienne, gardant une certaine distance avec Martial de Bellifère considérant qu’il encourage trop Hjalden dans ses velléités d’affrontement. J’adresse un sourire chaleureux à Castiel et me montre polie envers les Faes. Je perçois très bien que la politique appliquée à Valkyrion en froisse certain et que tous ne voient pas d’un bon œil notre présence. Néanmoins, je soutiens leur regard et leur désapprobation. Installée aux côtés de mon mari, j’échange quelques mots avec lui, lui prenant la main pour lui signifier que je reste à ses côtés, mais aussi que je le remercie de m’avoir accompagnée.

Mon regard parcourt l’assistance, guettant tout signe d’une activité suspecte même si je ne doute pas que notre hôte, le duc d’Outrevent ait mis en place la sécurité nécessaire pour encadrer cet évènement. Je garde en mémoire la tentative de noyade perpétrée à mon encontre et celles des duchesses présentes au Tournoi. Ce fut certainement à ce moment-là que l’Ordre a découvert ma nature de mage. Mon regard s’assombrit à ce souvenir et je préfère chasser ces pensées pour me concentrer sur le cérémonial. Les morts et les souvenirs, ainsi que les fondateurs de la Rose, sont à l’honneur ce soir et, tandis que le jour se couche, la fraicheur de la nuit étend son manteau sur la cérémonie. Un frisson me parcourt. Je me demande si des membres de la Rose feront le déplacement, mais en tout cas j’espère que rien ne viendra perturber ce recueillement et cette fête même si une part de moi n’y croit pas.

Spoiler:
 

_________________
Couleur d'écriture : #993300


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Jeu 6 Oct - 23:34

Quoi qu’il advienne, j’aurai dû assister au Mémorial des Disparus. Ambassadrice, c’était de mon devoir. Après l’effondrement des tribunes, après tant de secousses, après l’enlèvement par Martial j’avais envisagé de m’enfermer à Chaamar et d’y rester des mois pour me reposer de toutes ces émotions, de toute cette folie qui m’entourait. Je n’avais pas compris ce qui avait poussé Martial à un de tel acte, avait-il perdu la raison ? Voulait-il une guerre entre Bellifère et Sombreciel ? Ou se ridiculiser devant toutes les têtes couronnées ? Un héritier immature voila de quoi avait hérité Ermengarde.  Je n’avais pas pu vivre en ermite, ma soeur se mariait et je n’aurai raté cela pour aucun maux.  Martial était là, mais j’évitais de le regarder. Je surveillais Arsène et veillais à ce que le petit ait tout ce qu’il lui fallait.

J’étais accrochée au bras de Castiel. Je n’allais pas le lâcher, jamais. Au Tournoi des Trois Opales, j’avais eu peur, peur pour lui, peur pour ma soeur, peur pour lé bébé, peur pour Arsène. Je tenais fermement la main d’Arsène, que le premier qui ose venir nous faire une remarque sur sa présence se heurte à ma colère.  Je n’étais pas là pour surveiller mon frère, pas cette fois. Il s’était - à peu près - bien comporté lors du Tournoi et sa faute était déjà à moitié pardonnée, même si personne n’avait été dupe au sujet d’une potentielle explosion. Toutefois, je restais Mélisende et un bout de la conscience de Castiel, je pus me retenir... « Castiel. Je sens la flasque dans ton manteau. » Regard réprobateur, mais il était là et en cet instant, c’était tout ce qui m’importer. C’était pour lui que j’étais là, pour le soutenir et compatir. Il fallait bien quelqu’un pour écouter le discours de Chimène... Je ne comptais pas réellement sur Castiel pour ces choses-là !

Ma soeur m’avait confié Arsène. A moi... Au début, j’avais été prise d’un instant de panique, moi et les enfants, je ne savais pas vraiment comment cela fonctionnait ces bêtes-là et puis, elle m’expliqua. Sa lune de miel, en tête à tête avec Hiémain. Comment refusait ? Alors, j’avais accepté. D’un côté, effrayée... si j’avais confié Arsène à une autre c’était bel et bien, car je ne me sentais pas capable de bien m’occuper de lui et d’autre, heureuse... une joie silencieuse, une occasion de jouer à papa et maman avec Castiel. Il lui avait donné un titre pour éviter les problèmes. Après ce qu’il s’était passé au Tournoi, je pouvais demander ce que je voulais, on me chouchoutait. Je n’avais pas été la seule à prendre peur face à tous les évènements. S’il savait... Ô, Castiel si tu savais...

J’écoutais Castiel parlait normalement à Arsène. Ce dernier évoquait la Rose Écarlate. « Peut-être qu’un jour, tu en feras partie toi aussi... » Mon coeur s’emballa lorsqu’à notre place, Arsène me remercia... Il ne fallait pas. Peut-être que pour lui, c’était nouveau. Il était au milieu des grands et il voyait des choses qu’il n’aurait peut-être jamais pu voir, mais ce n’était pas un cadeau qu’on lui avait fait. Découvrir Sombreciel oui ! Assister au discours mortel de Chimène non... Après cela, il ne ferait pas de Duc sa vocation, c’était certain. « Tu as tout ce qu’il te faut ? Tu me dis surtout, Arsène. »

Le discours de Chimène commença, Castiel avait pris les devants et m’avait demandé de lui faire un résumé à la fin. Quand je pensais aux célébrations à Sombreciel, on se serait tellement amusés, changés les idées. Cela nous aurait fait tellement de bien... Et non, nous nous étions enfermés dans le Sépulcre des Martyrs.  J’écoutais sagement ce pourquoi nous étions là, un éloge à la Rose Écarlate au moins, nous étions là pour célébrer la paix même si la réalité était toute autre...
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
avatar

Messages : 751
J'ai : 32 ans
Je suis : Duc d'Outrevent, Seigneur des Marches d'Argent

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'Empereur Gustave de la Rive
Mes autres visages: Maelys Aigrépine
La Noblesse
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Sam 8 Oct - 14:09

Je suis perdu dans mes pensées, tandis que nous approchons à pas lents et mesurés du Sépulcre des Martyrs. La Samhain... Malgré les circonstances particulières de cette année, je ne peux m'empêcher de songer à Lisbeth, la mort dans l'âme. L'œuvre de la Confrérie Noire m'apparaît clairement, alors que je peine à me rappeler de ces tendres instants que nous avions autrefois partagés, me remémorant sans cesse ce corps mutilé, ce masque de mort. Ils avaient souillé jusqu'à cette mémoire, et un goût d'amertume me reste en bouche, tandis que je scrute les visages dans la foule. Je me rappelle durement à la réalité, levant de moi-même ce voile qui couvrait mon regard, quand Chimène passe devant moi. J'incline la tête, et me fends de quelques paroles d'encouragement envers mon Impératrice, avant qu'elle ne s'apprête à entamer son discours pour l'ouverture de la cérémonie de commémoration.

Cette année, la Samhain serait bien différente. Il n'était pas uniquement question de célébrer la perte de nos proches, en déclamant odes et oraisons pour honorer leur mémoire, mais aussi de se rappeler les sacrifices qui avaient été consentis, mille ans en arrière. Nous célébrerons les morts, mais aussi cette paix durement acquise, dans le sang et les larmes. Nos louanges seront adressés à ceux qui se sont battus et ont donné leur vie pour qu'elle puisse exister, et même leur éternité, pour la Rose Ecarlate, afin de la faire perdurer.

Je suis satisfait de constater que mes homologues sont tous présents, sans exception, même si les expressions ennuyées et peu affectées de certains d'entre eux me tirent des regards sévères à leur encontre. Au moins, personne n'élève la voix, et la garde impériale n'a encore eu à constater aucun désordre. Je ne l'aurais pas toléré, au sein même du Sépulcre des Martyrs, fort heureusement l'aura d'annulation de ce lieu si solennel est un gage certain pour parvenir à maintenir l'ordre. Car, autant le dire, cette impression d'être entouré d'ennemis ne me quittait pas. Je lance une œillade de biais à Gaëtane de la Volte, quand elle se positionne entre la délégation lagrane et la nôtre, se portant aux côtés de Lionel. Je n'apprécie que peu leur proximité, alors qu'elle s'est affichée, peu de temps auparavant, en faveur de l'Usurpateur. Ceci dit, il en est de même pour Bartholomé d'Ansemer, et je n'ai qu'une confiance toute relative en mon homologue lagran. Et que dire des représentants d'Ibélène ? Je suis étonné que les Cielsombrois ne se soient pas encore fait remarquer par quelques frasques et respectent la solennité des lieux, à défaut d'apprécier la célébration, et les tensions sont presque palpables avec Erebor et Bellifère. Ne parlons même pas de l'animosité, fastidieusement dissimulée, de la délégation de Valkyrion. C'est à se demander comment tout ce beau monde peut parvenir à s'entendre suffisamment pour se tenir au même endroit. Je devrais plutôt me satisfaire qu'Outrevent ait réussi pareil tour de force, après les funestes événements qui se sont déroulés ces derniers mois, mais je préfère ne pas crier victoire trop vite, et puis... J'ai moi-même un certain nombre de réserves, tout comme l'Impératrice de Faërie désormais. Elle qui, pourtant si douce, a radicalisé sa pensée suite aux tentatives de l'Ordre du Jugement de la faire plier. Ceux qui doutent qu'elle sera une souveraine acceptable ne sont autres que les habituels fauteurs de troubles. En ces heures sombres, elle a plus jamais besoin de notre soutien pour que la paix puisse perdurer.

Je me tiens droit, en apparence imperturbable, dans ces beaux autours d'une blancheur immaculée, encore bien visible malgré l'astre déclinant. L'air s'est considérablement refroidie, et le vent s'engouffre dans la bâtisse en portant la voix des morts. Les derniers rayons du soleil commencent timidement à se retirer. Bientôt, au milieu de ces sarcophages et ces urnes funéraires centenaires, le voile s'abaissera et la Samhain, si solennelle, pourra débuter.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 289
J'ai : 34 ans
Je suis : Duc d'Erebor et Roi des Gitans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Augustus d'Ibélène
Mes autres visages: Denys du Lierre-Réal, Hiémain de Sylvamir, Rackham l'Îlien et Joséphine Siguardent
La Noblesse
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Sam 8 Oct - 16:57

Ibélène et Faërie, encore une fois réunis. Comme si les événements du Tournoi des trois Opales n’étaient pas les témoins d’une paix fragile qui tendait à partir en lambeau à chaque nouvelle rencontre. Quand bien même avait-il parfaitement conscience que les choses allaient de mal en pis – après tout, il fallait être aveugle pour ne pas le voir – Anthim ne s’était pas déclaré contre la proposition de participer à la Samhain en Outrevent, au contraire de certains de ses homologues décidés à détester les Faës envers et contre tout. Le duc d’Erebor ne les aimait pas vraiment plus cela dit, mais il ne tenait pas rancune aux habitants de Faërie pour les actes d’une secte – conduite autant par des mages que des savants – décidée à ternir les maigres ententes et faire exploser les tensions. Avec un peu de chance, ces moments de recueillement à  la mémoire de ceux qui se sont battus pour la paix autrefois arriveront à calmer les choses. Difficile d’y croire réellement, mais il fallait s’en convaincre pour avoir ne serait-ce que l’envie de partir d’Erebor. Pourtant il le faut bien, pour éviter la guerre. Ou croire qu’on pourra l’éviter.

Le solennel silence résonne au cœur du Sépulcre des Martyrs. Il y fait froid, et le vent souffle avec vigueur à l’extérieur. Un instant, Anthim se prend à observer cette architecture si simple et épurée, glacée diraient certains, mais faisant montre d’une certaine noblesse. C’est si loin des dorures et des couleurs de son duché. Il est respectueux envers les hôtes, le duc d’Erebor, accompagné de son épouse au bras qu’il ne quitte pas, ni de sa sœur, restée proche d’eux. Elle a été invité, comme lui l’avait exigé en secret, manquant certes de perdre sa patience, mais obtenant cette invitation pour sa sœur. Encore une fois, c’est ce défilé des têtes qui s’engage, des saluts polis, des regards pour le moins froids en direction des Cielsombrois, d’autres plus aimables envers les peuples amis. Mais c’est bien rapide, car bientôt commence le discours de l’Impératrice de Faërie.

Placé loin de Sombreciel, c’est aux côtés des Bellifériens que sont assis les Erebiens. Il a salué Martial un peu plus tôt, représentant de la douairière Ermengarde que l’on disait souffrante. Si nulles discussions ne s’engagent réellement avec le belliqueux et humilié prince de Bellifère, au moins Anthim tolère-t-il mieux sa présence que celle de Castiel. Et contrairement à lui, c’est avec une certaine attention que le duc d’Erebor écoute les mots de Chimène, alors que commence son discours.

Spoiler:
 

_________________


Roi du sable et du roc
"Haut comme les montagnes, changeant comme le désert." ©endlesslove.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 396
J'ai : 35 ans
Je suis : Marquis d'Automnal
Voltigeur de la Griffonne Soie
Major de Division à Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel de Sombreflamme & l'Empereur Augustus d'Ibélène
Mes autres visages: Thomas Sombrepas
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Dim 9 Oct - 0:34

Les lieux sont emprunts d'une solennité écrasante. Le sentiment qui prédomine chez Melsant, c'est la curiosité. Il y a de l'émerveillement aussi, face à l'architecture des lieux, les tombeaux, les gisants et les urnes, délicatement ouvragés. Ici, nulle magie n'est permise. C'est une cérémonie officielle. Chimène de Faerie a invité la noblesse d'Arven à venir célébrer Samhain dans un désir de... paix ? Mais est-elle seulement encore possible après tous les récents événements ? Cela fait 1000 ans que la paix a été signée, les magies et savoirs interdits bannis... Et pourtant, ils sont toujours là... Et Melsant sait que les choses ne sont pas aussi simples qu'elle le paraissent, que condamner ses magies et ne pas donner d'alternative a causé bien des ravages... il frissonne. Au souvenir. A l'air frais qui règne dans ce tombeau. Il est richement vêtu, digne de son rang, bien droit. Impeccable. Il a du laisser Soie à Lorgol pour prendre un portail. Il n'aime pas la savoir si loin de lui. Il a su très bien vivre sans elle les 19 premières années de sa vie, mais maintenant...

Le regard bleu perçant de Melsant parcourt la salle. Tout le beau monde est là. Réuni. En un endroit confiné. Il espère que tout se passera bien, qu'aucun incident ne sera à déplorer, qu'il n'y a pas d'opposants à Chimène dans cette prestigieuse assemblée, qui pourraient profiter de l’événement... Des Mages de Sang bien décidés à faire entendre leur voix... Il dévisage Martial de Bellifère et ses poings se serrent. Il a tellement envie de le battre à mort pour l'enlèvement de Mélisende. Petit cancrelat.

Il cherche des yeux Mélisende et Castiel. Ils sont côte à côte. Castiel la couve. Touchant. Il se rapproche alors de son frère et sa sœur, posant une main large dans le dos de la jeune femme, serrant l'épaule du jeune et fantasque Duc. Il salue l'enfant qui est avec eux d'un signe de tête, le protégé de Mélusine. Il va s'ennuyer à cette cérémonie. Quoique Castiel semble décidé à rendre cette tâche moins fastidieuse. Et Melsant réprime un rire quand Arsène s’extasie concernant la Rose Écarlate. Il ébouriffe les cheveux de l'enfant impulsivement, chaleureusement. Comme il le faisait avec ses petits frères dans le temps. Ils étaient trop âgés maintenant. Mais pas forcément plus matures.

Il aperçoit la délégation érebienne... Dont Alméide, naturellement. Et il guette les réactions de son frère et de la jolie dame d'Erebor. Melsant s'attendrit de la prévenance de sa sœur envers le gamin, avide de découvrir tout cela, alors qu'elle s'enquiert de son bien être et demande s'il a tout ce qu'il faut. Malicieux, l'aîné des Séverac glisse à mi-voix :

« J'espère qu'il a de la patience. »

Melsant ne laissera aucun mal arriver à sa famille, ces personnes si chères à son cœur. Il a manqué les perdre au Tournoi. Le premier qui les touche... il le réduit en miettes, voilà tout. Et quand il croise le regard de Martial de Ballifère, il se fend d'un grand sourire... Qui n'a rien de chaleureux mais est plutôt menaçant de par l'éclat dans ses yeux clairs. Finalement, il prend place, aux côtés de Mélisende. Allez. C'est parti pour le discours assommant et plein de bons sentiments. Là, il aurait bien bu une bonne pinte en fêtant Samhain à Sombreciel comme d'habitude. Des fois, c'était une corvée d'être bien né.

Spoiler:
 

_________________

   
Les vrais passions donnent des forces, en donnant du courage.
   



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs • Admin
avatar

Messages : 1739
J'ai : 32 ans
Je suis : Capitaine de Vol de l'Escadron de Chevaucheurs de Lagrance
Marquis d'Amar

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fluctuante. S'il était fidèle à l'impératrice, il l'est nettement moins à l'empereur, bien qu'il se soit éloigné de Chimène de son vivant, par son attitude envers les mages du Sang. Il est malgré tout toujours fidèle à son duc, à son duché, et à Faërie.
Mes autres visages: Grâce de Sombregemme, Sitara d'Erebor, Meldred Vif-Ressac, Astrée Aubétoile
Les Chevaucheurs • Admin
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Dim 9 Oct - 15:27

Tristan était convié en temps que Marquis, et non en tant que Capitaine du Vol de Lagrance, et si en presque un an il s’était habitué à ce titre, il n’appréciait guère que celui-ci prédomine aujourd’hui. Il n’a jamais assisté à la Samhain, pas aux côtés des nobles du moins, n’a pas d’attachement envers cette célébration – pas plus que quiconque souhaite préserver la paix. Mais il est certain que ça n’est pas elle, qui permettra de le faire. Et il est certain que tout ne peut pas bien se passer. Il serait plus efficace et utile en tant que chevaucheur, qu’en tant que paon de la cour. Ses pensées se tournent un instant vers son père, que son orgueil et son désir de se démarquer ont fini par achever. Il n’éprouve pas la moindre tristesse, à ces souvenirs.

Il déplorait cette hypocrisie dont il devait faire preuve : prétendre que cette seconde peau de marquis lui sied, prétendre que la paix est encore possible, alors que lui-même était en désaccord avec les décisions de cette duchesse qu’il avait tenté de soutenir, et dont il se désolidarisait depuis sa décision de perpétuer les décisions de ses ancêtres et de bannir les Mages du Sang. Il n’était pas encore certain de vouloir maîtriser cette magie qui sommeillait en lui, mais il ne tolérait pas cette exclusion arbitraire.

Il jetait un coup d’œil, exaspéré, au peu de chevaucheurs présents à ses côtés. Quelques cadets appartenant à la noblesse, bien peu à son goût. Aucun autre n’était accepté. Aucun garde, non plus. L’Impératrice pensait-elle réellement que cela suffirait à préserver cette cérémonie du moindre désagrément ? Il devait reconnaître qu’annihiler l’usage de la magie était plutôt ingénieux. À condition que personne ne trouve le moyen de contourner cela. Quelque chose de bien moins sûr, aux yeux du marquis. Soupirant de manière peu visible, il se tenait droit, sans proférer un mot. Il aurait pu faire illusion, et passer pour un outreventois, outre sa tenue typiquement lagrane.

Le seul réconfort qu’il puisait provenait de Kumquat, invisible mais qu’il savait non loin, et de Ferveur qui veillait à proximité du Sépulcre. Il savait qu’il observait les alentours, pour lui.

Spoiler:
 

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse • Admin
avatar

Messages : 1644
J'ai : 30 ans
Je suis : Duchesse d'Erebor, Sultane

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim, mon Duc et époux ; Augustus, empereur d’Ibélène ; La Rose Écarlate
Mes autres visages: Tristan d'Amar, Grâce de Sombregemme, Meldred Vif-Ressac, Astrée Aubétoile
La Noblesse • Admin
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Dim 9 Oct - 15:55

Pourquoi persister à réunir tous ces duchés, dont plusieurs en conflits, sinon pour endommager un peu plus encore cette paix si difficile à obtenir ? Sitara ne comprenait pas cela, bien qu’elle garde le silence à ce sujet. Ce silence qu’elle observe, pour ne pas dévoiler l’agitation de Johan d’Outrevent dans son esprit – sa fierté quant à son duché, et le fait qu’il s’offusque devant le manque d’enthousiasme de son écrin de se trouver ici. Elle soupire de soulagement, trop perceptiblement peut-être, alors qu’ils pénètrent dans le Sépulcre, et qu’elle n’entend plus cette voix.

Aux côtés d’Anthim, elle salue leurs homologues ibéens et faës, progressant jusqu’à la place qui sera leur. Elle se retourne un instant, jetant un œil sur sa belle-sœur, non loin derrière eux. Elle ne sait pas si elle est rassurée de sa présence, ou inquiète qu’elle puisse à nouveau être confrontée à la fragilité de cette paix. Si elle n’en a pas grandement fait les frais jusqu’à présent, sera-t-elle épargnée cette fois ? Elle l’espère. Elle espère qu’ils le seront tous. Posant une main sur son ventre, déjà arrondi, elle grimace. Oui, tous. Qasim est en sécurité, en Erebor, mais qu’en est-il d’eux ?

Elle chasse toutes ces pensées, alors que l’Impératrice commence son discours. Elle est particulièrement attentive, espérant que la jeune femme sache ce qu’elle fait. Qu’elle se soit assurée que rien ne déborderait. Elle n’a guère confiance, mais elle ne peut se laisser céder à la panique. Alors elle espère, vêtue des vêtements officiels qu’on lui a préparés, brodés richement, et des parures dont on l’a dotée. Elle semble solennelle, presque trop.

Spoiler:
 

_________________

Couleur : #990066
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
avatar

Messages : 642
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
PNJ
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Dim 9 Oct - 17:16




Chroniques d'Arven

Intrigue 1.6

La Danse des Trépassés

Du 31 octobre au 5 novembre 1001



Intrigue animée par Aura·


Le Mémorial des Disparus




 
 
 



La majorité de l’assistance pique du nez, pendant le discours de Chimène, et l’Impératrice s’en est bien aperçue. Vainement, elle tente d’insuffler plus de passion à son monologue, mais il est malaisée de rendre dynamique un interminable éloge funèbre, et elle maudit en silence les conseillers ineptes qui ont accouché d’un tel texte insipide. Jusqu’au moment où le volume de sa voix décroît de plus en plus – puis finit par s’arrêter. Quelques regards se fixent sur elle, et ceux qui écoutaient restent perplexes : la jeune femme s’est interrompue en plein milieu d’une phrase, et les dévisage gravement, les mains serrées l’une contre l’autre devant elle, comme pour se donner du courage.

Elle s’apprête à parler avec le cœur, la petite impératrice tant dénigrée, et un regain d’intérêt agite la salle, du moins ceux que la somnolence n’a pas encore emportés – et même ceux-là sursautent de concert avec le reste de l’assistance, lorsqu’une explosion lointaine résonne dans l’air solennel de la nuit par les hautes fenêtres. Deux gardes du corps encadrent immédiatement la souveraine, mais elle envoie les autres se renseigner sur l’origine du bruit. « Arpentez les allées et les couloirs du Sépulcre ; trouvez ceux qui veulent s’en prendre à nous, si tant est qu’il y en ait. Trouvez-les, et protégez-nous. » Ils sortent, les gardes armés, défendre les seigneurs assemblés, et à l’intérieur les lourdes portes sont barricadées.

Chimène sourit, se veut rassurante. « Personne ne s’en prendra à nos personnes ici : la magie est proscrite, et vous l’avez vu, les portes sont barrées. Tranquillisez-vous, et rendons hommage ensemble à nos illustres prédécesseurs. » Elle est maladroite, la petite reine mal assurée, mais déterminée, personne ne peut le nier. La cérémonie aurait pu reprendre ; si au sein de la délégation erebienne, la sultane et la princesse soudain n’avaient pas été prises de vertiges intenses, rapidement suivies de l’enfant accompagnant la délégation cielsombroise. Il faut toujours compter sur les Ibéens pour perturber le cérémonial faë, c’est bien connu… mais rapidement, les Faës eux-mêmes commencent à se sentir mal, et toute l'assistance s'affaisse sur les sièges, tandis que tous se voient pris de vertige et de migraine.

Que se passe-t-il donc au Sépulcre ? Au lointain, l'on entend des sons facilement identifiables : l'on se bat, à proximité...

   





Deuxième Tour

Consignes



IRL : du lundi 10/10 au dimanche 16/10(16h).
IRP : le 31/10, début de nuit.

• Ce topic concerne les personnages qui participent à l'intrigue « La Danse des Trépassés », côté Outrevent. Seule la noblesse et les ducs sont présents. La roture est invitée à rejoindre le topic côté Sombreciel.

• Ce second tour couvre la fin du discours de Chimène et un laps de temps d'environ deux heures, où les invités tombent malades les uns après les autres, y compris les deux gardes du corps de Chimène. Tous les autres sont sortis investiguer (hein, la bonne idée, qu'est-ce qui pourrait mal tourner, heiiiin  :geu: ) et aucun n'est revenu pour l'instant. On entend quand même des bruits de combat au loin...
IMPORTANT : Vous ne pouvez pas quitter la salle !

• Le tour prend fin le 31 octobre, juste avant minuit, une fois que tous le monde a compris qu'il se passe quelque chose et que l'assistance est sans défense :hihi:.

• Coucou, la limite de mots est toujours là ! 700 mots maximum par message, pas un de plus, sinon je mords !  :laa:

• Pensez à indiquer votre nombre de mots et le résumé de vos actions sous balises spoiler.

Bonne chance à tous !  :poele:




_________________
♦ Je suis le PNJ utilisé par les administratrices. ♦
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 1461
J'ai : 24 ans
Je suis : duc décadent de Sombreciel et mage de l'Été amateur d'explosions

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Augustus d'Ibélène
Mes autres visages: Louis de Brunante / Octavius le Rouge / Maelenn du Noroît / Lionel de Rivepierre / Matvei de Hvergelmir
La Noblesse
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Lun 10 Oct - 5:51

Tu as l’impression de revivre ton sevrage à Ibelin. Les vertiges, les nausées, les migraines et la sensation fourmillante sous ta peau, comme mille griffes qui défont ta chair depuis l’intérieur. Tu dois rester calme. C’est ce que tu te répètes en boucle depuis deux heures. Tu dois rester calme. Tout ira bien. Des vagues d’apaisement te parviennent, de la part de Vif-Argent autant que de ton Familier, mais tu ne sais pas combien de temps encore tu pourras tenir. Déjà, les signes précurseurs d’une crise sont apparents. Ton pied qui tape au sol, tes doigts sur ta cuisse, les tremblements de ton corps, les tics qui agitent ton visage à intervalle régulier, tes mains qui grattent tes bras avec fureur, comme pour déchirer la peau cachée sous le chaud velours. La sueur froide qui perle sur ses tempes, sur ton front. Ta vision un moment floue, un moment acérée. C’est sans doute ton imagination, tout cela.

« Peut-être… par le plafond ? » Melbren, la tête appuyée sur ton épaule, marmonne un assentiment. Oui, par le plafond, ça peut être une bonne porte de sortie, si vous le faites exploser. Tu as une bouteille d’alcool (en cas d’urgence, comme tu as répondu à Mélisende avec le plus adorable des sourires), Melbren a probablement de quoi faire du feu dans ses propres poches et selon votre règle primordiale, soit toujours avoir sur soi de quoi faire une explosion… oui, vous pourriez sortir d’ici. Quelqu’un, Melsant ou Mélisende, vous rappelle patiemment qu’on ne fait pas exploser le Sépulcre des Martyrs et menace de vous séparer, Melbren et toi, comme lorsque vous étiez petits (et moins petits) et que vos esprits fertiles s’encourageaient jusqu’au point de non-retour dans la démesure. Tu t’accroches furieusement au bras de ton frère de couvée, refusant qu’on vous éloigne. Déjà que tu as dû laisser le bras de ta Mélisende, qui est toute occupée à veiller sur le jeune Arsène, un des plus atteints de toute l’assemblée… hors de question qu’on te mette dans un coin et ton frère dans un autre.
Parler d’explosion avec Melbren te distrait. T’occupe. Te permet de penser à autre chose qu’au fait que vous ne pouvez pas sortir d’ici. Que vous y êtes enfermés. Que si tu paniques, si vous paniquez tous, il n’y aura plus d’air. Puis, si vous faites exploser le plafond, vous pourriez être ensevelis. Comme au Tournoi des Trois Opales. Comme lorsque tu aurais pu perdre tes sœurs, broyées sous le Colisée d’Hacheclair.
Tu te redresses, subitement, le souffle erratique. Non. Tu as laissé ton esprit divaguer, un peu trop, trop loin. Tu dois… vous devez sortir. Maintenant. Toi, au moins. Puis, Arsène, il ne va pas bien. Puis, la sultane d’Erebor, aussi, et… et Alméïde. Si elle est malade, elle ne pourra pas te répondre. Elle ne pourra pas… pas décider.

La démarche laborieuse, tu te rends jusqu’aux lourdes portes fermées, sans aucune possibilité de les ouvrir. Puis, toujours avec la même lenteur, tu chemines jusqu’aux gardes du corps qui protègent l’impératrice de Faërie. Ce n’est à elle que tu adresses la parole, cela dit, mais bien à l’un des deux guerriers, dont le visage pâle et suant laisse deviner qu’il est en proie au même malaise que vous tous : « Laissez-nous sortir, enfin. Nous avons d’excellents combattants parmi nous, tu désignes le comte de Rivepierre, Melsant, Hjalmar et Ljöta d’Evalkyr d’un geste du bras, tout en ignorant sciemment Martial de Bellifère, ceux-ci pourront certainement prêter main forte. Je m’excuse, Votre Grâce, mais les ordres de Son Altesse Chimène de Faërie doivent être respectés par tous. Ce n’est pas comme si rester ici nous aidait particulièrement ! » Tu as encore la force de protester, au moins. Abattu, tu t’approches de Mélisende et Arsène, à l’écart des autres. « Comment vas-tu ? » Question adressée autant au petit qu’à ta sœur. Tu dois t’occuper. Penser à autre chose. Te concentrer sur les autres et pas sur toi. Sur cette salle fermée dont les murs semblent à chaque minute se rapprocher et t’étouffer.

Spoiler:
 

_________________
Dialogues de Castiel en darkred ◊ Dialogues de Mirat (chat persan ou panthère) en indigo




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 751
J'ai : 32 ans
Je suis : Duc d'Outrevent, Seigneur des Marches d'Argent

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'Empereur Gustave de la Rive
Mes autres visages: Maelys Aigrépine
La Noblesse
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Lun 10 Oct - 12:01

Le discours de Chimène est interminable… Que je m’en fasse même la réflexion le démontre bien. Il manque de passion, d’engouement. Tous ont dû se rendre compte qu’il ne s’agissait que de phrases préétablies. Elle se repose certainement trop sur son texte, peu désireuse de faire de vagues. C’est bien dommage.

Je reste stoïque, pourtant, à l’écouter longuement tandis que la plupart ont déjà décroché depuis longtemps. Quand sa voix se meurt, elle parvient à attirer l’intérêt de certains qui se laissaient déjà bercer par sa voix. J’ai un mince sourire, et incline la tête en signe d’assentiment… Mais elle n’a pas le temps d’en dire davantage.

Une explosion, soudaine, fend l’air. Je bondis immédiatement, mais notre Impératrice appelle immédiatement au calme. Certes, l’aura d’annulation couplée à la garde impériale devrait nous assurer une grande sécurité… Nous avons veillé à ce que ce soit le cas, mais mieux vaut ne pas sous-estimer nos ennemis. Je ne suis pas confiant, et obtempère avant tout pour montrer l’exemple, afin de ne pas affoler les délégations présentes. Je me dois d’être un exemple pour tout à chacun, au sein même de mon Duché, même si l’inaction me pèse alors que des bruits de combat se font entendre au loin. Qu’importe, si le danger est contenu à l’extérieur… Mais il n’en est rien, et s’infiltre insidieusement dans la salle. Qu’un enfant ou une femme enceinte s’écroulent, pris de vertiges, ne me préoccupe pas outre-mesure, que nous ressentions rapidement tous les mêmes maux l’est bien davantage.

Je porte une main à mon crâne, et une grimace mauvaise parvient à fissurer ce masque de certitudes. J’avance lentement vers les lourdes portes, le Duc de Sombreciel me précédant de peu. Elle est intransigeante, la jeune Impératrice, et ne compte pas revenir sur sa décision… Et elle ne s’attendait certainement pas à ce que je décide, contre son avis, de lever les barres qui bloquent la sortie. Je me serais bien passé de la contredire devant un si large public, si l’urgence ne me forçait pas à agir ainsi.

- Nous devons sortir, et vite. Nous tombons comme des mouches, certainement à cause de poison ou drogue disséminés dans l’air… Rester cloîtré ici ne nous avancerait en rien, et ceux qui nous en veulent n’auront plus qu’à nous cueillir. Rendez-vous à la raison, il nous faut évacuer et laisser les secours venir nous prêter assistance.

Les gardes hésitent suite à mes paroles qui font sens, alors que l’Impératrice doit déjà s’en indigner. Je n’attends pas, et en profite même pour déverrouiller les portes. La poutre massive tombe au sol. J’en pousse le lourd battant et…

Et, rien.
Même un coup d’épaule bien placé ne les fait pas frémir.
Les portes ne s’ouvrent pas.

Je souffle, alors qu’un vertige me prend suite à mon mouvement brutal et soudain, autant qu’en réalisant cette évidence :
- C’est bloqué, de l’extérieur.

Quelle ironie !
- Nous sommes coincés ici, et non de par notre volonté, comme on pouvait le croire.

Spoiler:
 


Dernière édition par Liam d'Outrevent le Lun 10 Oct - 17:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse • Modo
avatar

Messages : 7176
J'ai : 31 ans
Je suis : demi-soeur du duc d'Erebor, régisseuse du harem, médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim, duc d'Erebor ; Augustus, empereur d'Ibélène
Mes autres visages: Ilse, Liselotte, Aurore, Victorine
La Noblesse • Modo
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Lun 10 Oct - 16:40

Le discours est long, très long, elle ne peut pas le nier. Son attention décline à mesure que les minutes passent et ce qui devait certainement être un éloge des héros du passé devient à peu près aussi insipide qu'un poème bélliférien. Alméïde s'efforce de rester concentrée et elle y parvient presque lorsque l'impératrice tente de se reprendre, mais l'explosion la fait sursauter et la glace d'effroi. Non, pas encore. Sa main s'accroche au le rebord de sa chaise et elle attend, le cœur battant, de savoir ce qui va suivre. Les paroles de Chimène ne parviennent pas totalement à la rassurer ; elle ne se rappelle que trop bien les promesses faites durant le tournoi de renforcer la garde et la sécurité de chacun. Pourtant, sa belle-sœur a été attaquée, de même que bien des champions. Et elle a un net souvenir de l'arrivée impromptue de Gustave de la Rive lors du couronnement de la jeune femme qui leur fait face avec un air aussi digne que possible. Alors non, elle n'est pas rassurée, la princesse des dunes, loin de là. Elle se sent d'ailleurs mal, très mal. Sa vue se trouble et la voilà prise d'un vertige, s'accrochant au dossier du siège placé devant elle pour ne pas glisser au sol. Et elle n'est pas la seule dans ce cas. Un coup d’œil devant elle et elle remarque que Sitara est également atteinte du même malaise. Elle referme rapidement les yeux cependant, sentant la nausée l'envahir et un mal de tête lui vriller le crâne. La soudaineté du malaise l'inquiète ; ce n'est pas normal.

Lentement, ce mal inconnu semble se répandre dans toute la salle. Ce n'est pas la princesse qui assiste à la scène, mais bien le médecin qui pressent que quelque chose ne va pas. Les ordres de l'impératrice l'inquiètent ; ils ne peuvent pas simplement rester enfermés ici. C'est de l'intérieur que vient le problème et elle préfère encore voir ce qui les attend dehors que de combattre un mal invisible qui se répand chez chacun, les clouant sur place. Son visage se tord en une grimace, mais elle se redresse tant bien que mal, faisant fi de son état, vacillant entre les rangées de chaises jusqu'à atteindre son frère et la sultane. Son regard est trouble mais inquisiteur, elle s'assure que Sitara va bien et espère que cette histoire ne mettra pas en danger le bébé. Sa main se place dans la sienne et son sourire, qui se veut rassurant, se tord en une grimace. Le visage de l'Erebienne est pâle mais elle prend le temps de défaire le turban qui pare sa belle-sœur, l'aidant ainsi à respirer plus facilement.

C'est à peine si elle perçoit le ton réprobateur du duc de Sombreciel qui cherche à tout prix à sortir de la salle. Mais elle relève les yeux aux paroles pleines de bon sens du duc d'Outrevent. Elle suit alors son avancée jusqu'à la porte, le cœur plein d'espoir, appréhendant néanmoins ce qui les attend à l'extérieur.

« C’est bloqué, de l’extérieur. »

Son cœur semble marquer un arrêt et son estomac se noue. Ses doigts tremblent dans ceux de Sitara et elle tend son esprit vers l'extérieur.

« Justice, qu'est-ce qu'il se passe dehors ? Qu'est-ce qui bloque la porte ? » « Je vais jeter un coup d’œil. » Le ton grave du dragon la rassure un peu mais un nouveau vertige la prend et ses jambes vacillent sous son poids. Elle aurait peut-être dû rester à sa place.



Spoiler:
 

_________________
dialogues • mediumvioletred





To see a world in a grain of sand and heaven in a wild flower. Hold infinity in the palms of your hand and eternity in an hour.
William Blake


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 396
J'ai : 35 ans
Je suis : Marquis d'Automnal
Voltigeur de la Griffonne Soie
Major de Division à Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel de Sombreflamme & l'Empereur Augustus d'Ibélène
Mes autres visages: Thomas Sombrepas
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Lun 10 Oct - 17:08

    Soporifique.

    Pourtant, Melsant sait tenir son rang, même si cela est parfois ennuyeux, mais là... Il a presque envie de piquer du nez et lutte. Les paroles de Chimène l'étourdissent. Du moins, c'est ce qu'il pense en premier lieu alors qu'il se sent vaseux. Il s'accroche pourtant à la voix de Chimène et a un regard d'éveil quand elle s'éteint. Il n'a pas trop écouté ce qu'elle dit, mais il sait qu'elle s'est interrompue sans terminer. Elle paraît jeune et fragile dans ce lieu trop solennel. Il sursaute en entendant l'explosion, comme tout le monde, une sorte de claque pour être totalement réveillé. Mais son malaise ne se dissipe pas. L'impératrice donne des ordres, décide de les enfermer là dedans. Oh par les dieux, mais quelle idée stupide que de se terrer là comme des rats si danger il y a ! Elle est vraiment sérieuse en proposant de continuer comme si de rien n'était ?

    Le regard de Melsant se porte sur les siens. L'agitation de Castiel ne lui échappe évidemment pas, ni sa connivence avec Melbren. Ah ces deux là... Pas le moment de les laisser faire des conneries comme les deux gamins qu'ils sont. Et surtout pas de faire exploser les lieux. Mais si Melsant n'est pas troublé par des souvenirs douloureux, il n'en demeure pas moins saisi de vertiges. Son malaise ne fait que s'accentuer et... il n'est pas le seul. Castiel se lève et il lui emboîte le pas, plus laborieusement qu'il ne l'aurait pensé. Dans sa tête, c'était simple pourtant de se lever et de marcher. En réalité, il s'immobilise, ferme les yeux, mais le monde ne cesse pas de tanguer pour autant. Merveilleux... Qu'est-ce qu'il se passe ? Castiel essaie de convaincre Chimène de les laisser sortir. En vain. Heureusement, il n'insiste pas et revient s'enquérir de l'état de santé de Mélisende et d'Arsène. Le gamin n'a pas l'air d'aller bien du tout.

    « Il doit y avoir un truc dans l'air... »

    Il chuchote envers les siens. Et il avance bravement, rejoignant Liam d'Outrevent. Il faut de l'air. Sain. On étouffe ici. Et il n'est pas claustrophobe. Lui. Castiel en revanche... Le Duc d'Outrevent tient un discours que Melsant aurait pu proféré et il hoche la tête, avant de s'interrompre brutalement, conscient que cela va finir par le rendre vraiment malade... Du genre à lâcher son dîner sur le sol du Sépulcre. Pas très respectueux hein.

    « Il a raison ! »

    Même si la parole de Melsant n'a que peu de poids face à celle de Liam, il l'appuie. Malheureusement, cela ne sera pas suffisant alors que le Duc prend les devant et essaie de sortir. Pour se rendre à l'évidence. Enfermés. Son regard glisse rapidement sur Castiel, qui est près de Mélisende. Elle va l'apaiser. Il rejoint Liam, examine la lourde porte.

    « Il n'existe pas un autre accès à cette salle ? »

    Question étourdie sans doute. Il n'y a qu'une seule porte... et alors quoi ? L'enfoncer avec un sarcophage pour faire un bélier ? Ou bien se servir des explosifs de son jeune frère ?

    « Je vais m'attirer les foudres de beaucoup ici, mais on pourrait tenter d'enfoncer la porte... »

    Le regard clair glisse avec éloquence vers un sarcophage. Les vivants, en cet instant, priment sur le respect des morts. Et un peu plus loin, la dulcinée de Castiel vacille.


Spoiler:
 

_________________

   
Les vrais passions donnent des forces, en donnant du courage.
   



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 910
J'ai : 26 ans
Je suis : Mage du Printemps (outrevision)
Fille cadette du comte d'Aurebois

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie et Lagrance
Mes autres visages: Astrid d'Evalkyr
Les Mages
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Mar 11 Oct - 13:53

Agnès écouta le discours de Chimène mais son regard se portait plus souvent sur l’assemblée que sur son Impératrice. En tant qu’outrevoyeuse, observer les gens était une habitude inhérente à sa spécialisation d’autant que l’attitude de chacun pouvait en dire long sur les pensées. En dépit des tensions diplomatiques, chacun avait répondu à l’appel mais tous n’étaient pas contents d’être là. Même au sein de la délégation lagrane, elle pouvait constater que le marquis d’Amar se montrait peu disposé à la discussion.

Elle était en train de s’interroger sur la suite de la cérémonie lorsque Chimène s’interrompit, portant ainsi l’intérêt de tous sur elle. Cependant, une explosion se fit entendre qui fit sursauter la jeune noble. Agnès porta un regard inquiet vers la source supposée, située apparemment à l’extérieur. Et elle vit d’un mauvais œil le fait d’être enfermée à l’intérieur du Mausolée. Certes, les paroles rassurantes de Chimène se font entendre mais Agnès doutait que l’assemblée reste tranquille. D’ailleurs, les nobles dames erebiennes furent prises de violents vertiges, vacillant sur leur siège. Agnès pensa à des cas isolés jusqu’à ce qu’elle ressente une migraine poindre derrière ses yeux. Comme si elle avait puisé trop fortement dans sa magie, sauf que celle-ci était bridée par le sort du Sépulcre. La pièce tangua et elle retint sa respiration. Quelque chose n’allait pas.

Des brides venant de Mara lui confirmèrent la présence de combat à l’extérieur, comme elle pouvait l’entendre par les fenêtres. Mais se furent surtout les observations de certains qui la firent grimacer. Enfermés de l’extérieur… Pris au piège… Quelle bonne nouvelle…. Agnès tenta de se lever mais vacilla et se rattrapa au marquis qui se trouvait non loin d’elle. Consciente qu’elle ne pourrait se déplacer, Agnès prit appui sur un siège pour rester droite quitte à se rasseoir. Défoncer la prote avec la sépulture ? Elle n’était pas certaine que cela soit une bonne idée, il n’était guère judicieux de déranger les morts, mais si c’était la seule solution…

- Ferveur peut-elle faire quelque chose depuis l’extérieur ? Agnès s’adressa à Tristan tout en se demandant quelle était la cause de leur malaise. Cela devait être dans l’air, une substance quelconque… des savants étaient peut-être derrière tout cela…

Ils sont à la merci de leurs attaquants, les mages dépourvus de leur magie. L’aide viendra de l’extérieur si les gardes survivent ou bine de l’intérieur s’ils parviennent à trouver une issue.

Spoiler:
 

_________________

Couleur d'écriture : #ff6600
Mara, Familier : #cc6600
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Confrérie Noire	• Admin
avatar

Messages : 251
J'ai : 29 ans
Je suis : Écoutante de la Lame pour la Confrérie Noire • Princesse de Valkyrion

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Sombre Mère, et Valkyrion
Mes autres visages: Mélusine de Séverac • Quitterie Aubenacre • Freyja de Brunante • Rejwaïde Sinhaj • Faustine de la Fugue
La Confrérie Noire • Admin
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Mer 12 Oct - 14:17

Maudits Faës.
Maudits, maudits, maudits !
Encore un coup de ces sales mages, forcément.

Elle irradie l’hostilité, la blonde princesse de Valkyrion – fortement courroucée de voir les siens sujets à un inconfort de plus en plus extrême. Qu’est-ce que ces foutus chiens ont encore été inventer pour saboter la cérémonie ? La magie est impossible dans l’enceinte du Sépulcre, on le leur a dit – mais la magie du Sang l’est-elle aussi ? Pour elles, toutes les magies se valent, aussi méprisables et criminelles les unes que les autres ; mais celle-ci semble agiter les esprits bien plus que les autres. Serait-elle à l’œuvre sur l’assemblée ? Sur Hjalden, sur Astrid, sur Hjalmar ? Sur elle-même ? Elle se sent toute faible, Ljöta, et cruellement impuissante dans sa robe de Cour et ses fourrures de zibeline somptueuses, écrasée par le faste ducal et surtout totalement désarmée.

Elle en voit certains tenter de sortir de la salle – et la rouquine idiote s’obstiner dans son entêtement stupide. Laisse-nous donc partir, avant qu’ils ne viennent nous occire comme du bétail à l’abattoir ! Réalise-t-elle seulement que toutes les couronnes des deux empires sont assemblées dans le même lieu consacré ? Furieuse, malgré ses vertiges et la migraine qui point à ses tempes, la skjaldmö serre les poings, affalée sur son siège et plus que vaguement nauséeuse. Aux portes, l’aîné Séverac – cet insolent qui a donné tant de fil à retordre à Hjalmar – s’acoquine avec le duc outreventois, ce chacal puant dont elle a massacré la sœur avec un plaisir indéniable. Ils essaient d’ouvrir les portes, mais sans succès ; visiblement, les invités sont emprisonnés.

Ils pensaient empêcher l’ennemi d’entrer, sans réaliser qu’en fait – l’ennemi les empêchait, eux, de sortir… Le bruit des combats résonne, entrant par les hautes ouvertures, tout en haut des murs. Il y aurait de quoi se sentir claustrophobe, dans ce Sépulcre creusé dans la montagne, avec ces seuls étroites fenêtres en hauteur pour faire entrer l’air et la lumière. Elle a l’habitude d’évoluer entre quatre murs, vivant à la Tour de la Confrérie Noire une bonne partie de l’année, mais elle y a de grandes fenêtres et balcons ; pas des fentes par lesquelles un enfant ne passerait pas, comme celles-là. Elle étouffe un peu, la princesse, à l’idée de toute cette terre qui les surplombe – et d’un geste las, elle dégrafe les fourrures de ses épaules, se libérant de leur poids et respirant un peu plus aisément.

« Nous sommes tous malades. Nous n’avons rien mangé ni bu à notre arrivée ici – alors, il y a sûrement quelque chose dans l’air. On sait que l’air rentre par ici – » dit-elle, désignant d’une main fatiguée les ouvertures, « – mais est-ce qu’il rentre par ailleurs ? Est-ce que vous avez des entrées d’aération… ? » Son ton est hautain, dédaigneux, presque arrogant – que savent les Faës de la science délicate de l’architecture, après tout – mais elle tente, de son mieux, de contribuer aux efforts du groupe. S’évader serait sûrement beaucoup plus simple, s’ils étaient pleine possession de leurs moyens…

Spoiler:
 

_________________


« Sweet Mother, sweet Mother, send your child unto me,
for the sins of the unworthy must be baptized in blood and fear. »
© acidbrain

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 3692
J'ai : 33 ans
Je suis : le duc de Lagrance, marquis du Lierre-Réal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lagrance avant tout, à l'Ordre du Jugement, à moi même et dans une moindre mesure à l'empire de Faërie
Mes autres visages: Hiémain de Sylvamir, Anthim d'Erebor, Rackham l'Îlien et Joséphine Siguardent
La Noblesse
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Mer 12 Oct - 14:50

Est-ce à cause du discours de Chimène ou d’une mauvaise grippe qu’il sentait tout à coup une migraine poindre ? Les insipides paroles de l’Impératrice pouvaient ne pas être étrangères à tout cela, mais c’était peut être un peu cruel de la juger ainsi, elle qui semble se rendre compte que ses mots ennuient l’assemblée. Même si Denys partait du postulat que même sans ça, les paroles sur les morts ne l’auraient que peu passionné. La prise de conscience est de courte durée, quand dehors s’élèvent des bruits étranges, explosion. Et quelle meilleure idée d’envoyer toute la garde là bas, où ils  n’étaient pas, plutôt qu’ici ? Il n’en croit pas ses yeux, le duc de Lagrance, à observer la faible Impératrice perdue, prendre des décisions parfaitement illogiques. Continuer la cérémonie ? Et pourquoi pas directement laisser l’accès aux attaquants ? Il va pour se lever, quand le mal de crâne se présente plus prenant, plus vif, plus perçant. A tel point que Denys se voit obligé de reprendre place sur son siège, la tête tournant un peu trop à cause de ses mouvements vifs. Il n’est pas le seul. Et surtout pas le plus mal lotis, lorsque l’on constate les cris en direction des ibéens. Alméïde et la duchesse d’Erebor… Ce petit garçon aux côtés de l’ambassadrice de Sombreciel… Que se passait-il ?

« Votre obstination à nous laisser ici sans protection pourrait nous couter cher votre Altesse. »

Il s’adresse à l’Impératrice, d’une voix amère, seule coupable de cette décision stupide qui les a enfermé au cœur de quatre murs. Ils sont plusieurs à se lever dans l’assemblée malgré la nausée montante, tentant d’ouvrir les portes pour s’échapper. Mais le couperet tombe. Ce n’est pas l’intérieur qui est verrouillé, bien l’extérieur. Prit au piège comme des bêtes. Cela avait-il vraiment vocation à les tuer ? Il s’en inquiète, le duc de Lagrance, plus que d’ordinaire, et la migraine l’empêche de réfléchir pleinement, c’en est d’une frustration terrible, cruelle. Et la voix de la princesse de Valkyrion résonne de ce mépris qui ne surprend plus personne. Des paroles censées malgré tout. Il se redresse un peu, Denys, observant la salle avant de remarquer dans les murs des grilles, cachées entre les motifs.

« Regardez sur les murs, vers le sol. Il y en toute une rangée. Mais j’ai bien peur que cela ne nous aide pas plus, il est trop tard… »

Si c’était de là que venait ce qui les rendait malade, cela n’aidait malheureusement pas à sortir des lieux, ni à se sauver de cette situation qui n’avait plus rien de délicate, juste dangereuse, pour ne pas dire mortelle. Ils ignoraient après tout ce qu’on pouvait bien leur vouloir. Quant-à arrêter ce qui se répandait dans l’air ? Pour  le Faë qu’il était, ça n’avait pas beaucoup de sens, ni ne lui donnait plus d’indication.

Spoiler:
 

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 266
J'ai : 29 ans
Je suis : Duchesse de Valkyrion
Fille du baron de Jaakyl

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : incertaine
Mes autres visages: Agnès d'Aurebois
La Noblesse
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Mer 12 Oct - 22:21

J’aimerai pouvoir croire en l’optimisme de l’Impératrice mais depuis le Tournoi je doute de la pérennité de la paix. Je crains de voir la guerre éclater et ses conséquences anéantir tout ce qui a été bâti jusque là. Mon esprit se laisse distraire tandis que Chimène discourt. Je suis bien plus habituée aux grands espaces qu’aux liens confinés comme le Sépulcre. Et j’ai cette appréhension d’un désastre qui ne me quitte pas, même si je présente un visage que j’espère calme. A croire que tout rassemblement des têtes couronnées d’Arven ne pouvait que mal se terminer…

Ma main toujours posée sur le bras de mon mari, je reporte mon attention sur la jeune dirigeante, intriguée par son silence soudain. Mais ce furent les malaises qui saisirent les délégations erebienne et cielsombroise qui me firent manquer une respiration. Cela aurait pu s’arrêter là et n’être qu’un phénomène passager, mais je constate que plusieurs personnes présentes commencent à ressentir ce malaise. Moi-même je me sens lasse et migraineuse. Il est rare que je sois malade et je doute que cela soit naturel. Pas à si grande échelle, comme si quelque chose nous empoisonne.

Quelle magnifique prise pour nos adversaires. Je me raccroche à Hjalden avant de porter mon regard sur Ljöta qui exprime à voix haute ce que je pense tout bas. J’entends le dédain teinté ses paroles et que Hjalden rejoigne sa sœur ne m’étonnerait pas. Cette visite allait donner du grain à moudre à son moulin, le confortant dans ses décisions à l’encontre des Faës. Je veux sortir. Une envie qu’accentue le fait d’apprendre que nous sommes enfermés de l’extérieur, emprisonnés par nos assaillants que les gardes doivent être en train de combattre. Je porte un regard trouble vers les ouvertures indiquées par le Duc de Lagrance. Soit, mais cela n’allait pas nous aider à sortir et je ne vois pas comment parvenir à boucher ces aérations pour empêcher le produit d’entrer. Je regrette presque ma décision de venir en Outrevent. J’adresse une prière muette à Alder entre deux vagues migraineuses pour qu’il nous éclaire de son savoir et nous aide dans notre entreprise.

Spoiler:
 

_________________
Couleur d'écriture : #993300


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles • Modo
avatar

Messages : 391
J'ai : 13 ans
Je suis : Un enfant élevé à la Cour des Miracles
Un voleur, un brigand, un petit menteur que personne ne peut détester.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Mayeul de Vifesprit - Maximilien de Séverac
La Cour des Miracles • Modo
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Mer 12 Oct - 23:28

Il l’avait écouté, sagement, Chimène. Sans trop s’agiter sur son siège, même quand elle devenait franchement ennuyeuse. Et quand la fatigue et le manque d’intérêt avaient menacé de s’allier contre lui, Arsène s’était concentré sur autre chose. Les gens. Les couronnes qu’ils abordaient fièrement. La blonde princesse de Valkyrion, qu’il avait vu aux cotés de Hiémain dans l’arène de Hacheclair. Il aimait bien s’asseoir à côté des mendiants de la Cour, l’enfant, écouter leurs histoires et observer avec eux les gens qui se pressaient. Ce n’était pas réellement différent, même si l’histoire était bien plus ennuyeuse.

L’assemblée sembla soudain s’agiter, tandis qu’une explosion retentissait dehors. Un baller de gardes, des ordres,... Arsène pourtant ne s’en préoccupa pas. Il avait chaud, soudain, très chaud, la tête qui tournait et une nausée qui le tenailla brusquement. Il fallait qu’il... Il ne savait pas trop, qu’il sorte, qu’il aille prendre l’air, parce qu’il se sentait tellement mal qu’il avait soudain envie de pleurer, de fermer les yeux et de se rouler par terre sur les dalles fraîches. Peut-être que cela lui ferait du bien ?

Il ne sait plus trop, en fait, ce qui lui ferait du bien. Il a la tête qui tourne, très très vite, comme quand il jouait à tournoyer avec les autres enfants sur les pavés, jusqu’à tomber au sol. Il sent Mélisende contre lui, ses mains fraîches, mais tout n’est que bourdonnement. Il a même du mal à garder les yeux ouverts, mais pourtant il sait, il sent, qu’il se passe quelque chose. Et il voudrait aider, mais il ne sait pas vraiment quoi faire. Il voudrait juste aller mieux, un petit peu mieux. Il voudrait Mélusine, qui a veillé sur lui pendant son coup de chaleur à Sinsarelle. Il voulait... « Je veux ma Maman. » Murmura-t-il d’une petite voix, à peine audible dans l’inquiétude ambiante. Il s’en fichait de passer pour un bébé devant Melsant le valeureux Voltigeur, ou devant le duc lui-même.

Il voulait Cassandre. Il voulait qu’elle le câline, comme elle le faisait quand il avait été malade. Qu’elle le prenne sur ses genoux en le berçant doucement, chuchotant dans son oreille une prière à Osir, qui veillait sur lui depuis sa naissance. Il voulait des câlins, il voulait sortir d’ici, il voulait fermer les yeux très très fort et ne plus avoir le vertige et la nausée et chaud et froid et... Et... il ne savait plus, mais ce n’était plus du tout amusant de jouer les nobles. Il voulait Mélusine. Et Hiémain. Et Clochette.

Spoiler:
 

_________________
Paroles: teal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Résumé de l'intrigue
» INTRIGUE #1 ☠ halloween party
» ♣ intrigue oo5.
» "Une femme d'esprit est un diable en intrigue." [Eléonore - Emmanuelle]
» Intrigue 3 - Carnaval de Broadway [terminée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Faërie :: Outrevent-
Sauter vers: