AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
La Cour des Miracles • Modo
avatar

Messages : 391
J'ai : 13 ans
Je suis : Un enfant élevé à la Cour des Miracles
Un voleur, un brigand, un petit menteur que personne ne peut détester.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Mayeul de Vifesprit - Maximilien de Séverac
La Cour des Miracles • Modo
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Mer 16 Nov - 20:19

L’Empereur les attendait. Arsène sentait la tension qui envahissait chacun, mais il ne pouvait se défendre d’être curieux. Il était resté réveillé longtemps, écoutant les conversations, faisant semblant de dormir et ouvrant grand ses oreilles. Réfléchissant, aussi : sur Tristan, le Chevaucheur de Ferveur, qui se disait prêt à l’accompagner jusqu’à la Tour de la Confrérie. Sur Liam d’Outrevent, qui lui disait de cacher l’Orbe. Il ne savait que faire, Arsène, gardant la relique dans ses bras la majorité du temps.

Même quand on les mena auprès de l’Empereur, il la garda avec lui. Silencieux, aux côtés de Mélisende, il assista à la cérémonie, ne sachant pas trop quoi en penser. Il comprenait Gustave, et il avait l’air sincère. Lui qui était habitué à mentir devait dire qu’il le croyait, mais il ne savait pas s’il constituait vraiment une référence. Il avait quand même tué Chimène. Et même si parfois, tuer s’avérait nécessaire... Il ne savait pas trop. Il avait eu le temps de réfléchir, mais il ne savait pas. En tout cas, il était intelligent, cet Empereur. Il libéreraient les Ibéens - l’enfant soupira de soulagement - mais obligea d’abord ceux de son empire à s’incliner devant lui, quitte à user de chantage. Cela aurait pu outrer Arsène, mais il était un voleur, élevé à la Cour des Miracles. Il savait, lui, contrairement à ceux qui s’insurgeaient, que parfois la menace est le seul recours pour se protéger. Il l’avait appris, en ouvrant ses yeux sur les pavés de la Cour, en traînant ses pieds sur les quais de Lorgol. Alors, il ne savait pas trop comment se positionner, mais il comprenait.

Et quand le petit fit son apparition, Arsène ouvrir de grands yeux. Il le reconnaissait, Aymeric, pour l’avoir déjà vu à la Taverne de la Rose, quand il allait jouer avec les filles Jedidiah. Alors, il était le neveu de Liam d’Outrevent ? Il rit sous cape, le petit Voleur : lui jouait les Comte alors qu’il n’était qu’un gamin des rues, et Aymeric jouait à l’enfant des rues alors qu’il était heu... Quelqu’un. Mais alors, son pirate de père, c’était quelqu’un de couronné, également ? Il n’en avait pas eu l’air, le sabre à la main, quand il le secouait dans le rêve que lui avait envoyé la statue. Depuis, Arsène l’évitait, surtout après sa décapitation de Vivenef en Bellifère. Le chéri d’Ilse, avait-il entendu, sans savoir si c’était vrai ou pas. Mais Ilse, pourtant, ce n’était pas la maman d’Aymeric ?

Ils étaient parfois bien trop heureux de se compliquer les choses, les adultes. Arsène avait parfois du mal à comprendre leurs raisonnement alambiqués. Il ne devait pas être le seul. Se rapprochant du petit qui n’avait pas quitté son oncle, en évitant soigneusement de se faire remarquer, Arsène lui fit un signe de la main. Il le reconnut sans peine, Aymeric : ils formaient un quatuor efficace, avec Lena et Lucy. « Tu veux qu’on joue à un jeu ? » demanda-t-il à mi-voix, conscient qu’il s’agissait de son rôle de réconforter l’enfant qui, s’il demeurait calme, devait être impressionné, sinon terrifié. Ils jouaient souvent à ça, avec Lena la princesse, à secourir les enfants, Aymeric et Lucy, emportés par les méchants... Quoiqu’il n’était pas sur de qui étaient les méchants, aujourd’hui.

Sortant de sa poche la bille de bois offerte par Mélodie, avant de déposer l’Orbe à ses pieds, Arsène chuchota à Aymeric. « Regarde, je vais faire un tour de magie. » Ce n’était pas de la magie, plutôt un tour qu’il utilisait pour subtiliser quelques pièces, mais Aymeric n’y verrait probablement rien à redire. Arsène fit apparaître la bille devant le nez de l’enfant qui s’en empara, ravi. « Tiens la bien ! » recommanda le petit Voleur, mais l’avertissement arriva trop tard. Surpris par le poids, Aymeric l’avait déjà lâché, envoyant la bille rouler vers les Ducs qui avaient prêté allégeance, s’immobilisant près des pieds de l’un d’eux. Aïe.  

Spoiler:
 

_________________
Paroles: teal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 3696
J'ai : 33 ans
Je suis : le duc de Lagrance, marquis du Lierre-Réal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lagrance avant tout, à l'Ordre du Jugement, à moi même et dans une moindre mesure à l'empire de Faërie
Mes autres visages: Hiémain de Sylvamir, Anthim d'Erebor, Rackham l'Îlien et Joséphine Siguardent
La Noblesse
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Jeu 17 Nov - 15:21

La fatigue est visible sur bien des visages. Malgré le tiraillement qu’il ressent toujours sur son épaule, il fait bonne figure, Denys, et ne semble être ni outré par le nouvel empereur, ni l’apprécier. Pour autant, s’affiche sur ses lèvres un fin rictus, qui n’a rien du sourire charmeur qu’il prend habituellement. Après tout, il n’est pas étranger à la venue de Gustave de la Rive sur le trône de Faërie. Pas du tout étranger même, puisqu’en tant que membre de l’Ordre, il l’avait aidé. Par seul souci d’obtenir ce qu’il souhaitait certes, ce qui l’avait fait se détourner de Chimène qui elle n’était plus assez docile et malléable. Certainement que Gustave ne le serait pas, mais Denys avait ses propres alliés et atouts dans la manche pour garder une légère avance.

Nuls doutes que les ibéens ne prendraient guère bien tout cet étalage de principes qui ne les concernaient pas, et surtout les excuses du nouvel empereur d’avoir impliqué les membres de la noblesse voisine. Amusant vraiment. Prêter son allégeance et sa loyauté ? Voilà qui n’avait rien de surprenant. Il suit l’exemple de Gaëtane, Denys, offrant à Gustave le soutien de Lagrance. Il n’a pas besoin de croiser le regard de Liam d’Outrevent pour savoir combien ils passent tous pour des traitres dénués d’honneur.

« Moi Denys du Lierre-Réal, jure allégeance à la couronne suprême de Faërie et à son nouvel Empereur. Puissent les dieux guider avec bienveillance son règne. »

Il a un regard vers Gustave, le duc de Lagrance. Et ça ne manque pas de rappeler un instant entre eux leurs oppositions respectives du Couronnement de Chimène. Les dieux… ceux là même qui n’avaient jamais eu grand intérêt à intervenir pour les affaires politiques des mortels. Il se relève alors, laissant à Bartholomé et Jehanne prendre la suite, non sans lancer finalement un coup d’œil à Liam, dont la réponse était d’ores et déjà visible dans le regard. Comme si cette réponse allait surprendre quelqu’un ici. De retour près de Marjolaine assise, il attend que vienne le tour de son homologue Outreventois, qui déchantera certainement bien vite.

La menace, le chantage. Il n’a aucun mal avec ces deux, Denys, puisqu’il est bien plus familier de ces méthodes qu’on ne pourrait le croire. Peu proche des techniques de violence et de torture, il préfère la menace qui touchera l’esprit, le chantage qui effrayera le cœur. Aussi ne peut-il en tenir rigueur à son nouvel Empereur, dont la méthode l’étonne peut être un peu, mais au final, c’est là le meilleur moyen de s’assurer le soutien d’un homme bien indomptable comme Liam. Lequel aurait certainement bien du mal à refuser dans les conditions qui lui font face. Seul défaut peut être de cette décision aux yeux du duc : l’avoir engagée devant les regards des Ibéens, donnant une image bien peu appréciable. Mais peu importait maintenant, les choses étaient faites.

Spoiler:
 

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 290
J'ai : 35 ans
Je suis : Duc d'Erebor et Roi des Gitans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Augustus d'Ibélène
Mes autres visages: Denys du Lierre-Réal, Hiémain de Sylvamir, Rackham l'Îlien et Joséphine Siguardent
La Noblesse
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Jeu 17 Nov - 19:04

Des mouvements. Il se sentait balloté, déplacé quelque part sans réellement le percevoir. Entre deux éclats de conscience, il aperçoit des visages connus, mais la douleur et la fatigue, couplées à son mal de crâne terrible continuaient de le terrasser et le maintenir dans un semi sommeil. Oscillant entre fièvre comateuse et réveil mitigé, à peine pouvait-il suivre le cours des événements qu’on lui imposait malgré tout. Des voix qui parlent, qui s’élèvent un peu plus vindicatives semble-t-il. Ça lui fait ouvrir les yeux un instant à Anthim, pour observer l’assemblée, malgré la lumière qui l’aveugle quelques secondes et réveille les tambourinements sous son crâne. Il entraperçoit l’homme qui s’est couronné lui même empereur, prenant la place de son prédécesseur qu’il avait assassiné. Et non qu’il eut cautionné ces méthodes, il ne pouvait malheureusement pas – malgré son esprit encore bien embrumé – soutenir que Chimène aurait été bien meilleure. Il ne l’avait jamais vu autrement que comme une pauvre gamine jamais préparée à la tâche et qu’elle n’aurait au mieux été qu’un pion. Sa mort était certes malheureuse, mais ça ne concernait en rien Ibélène et moins encore Erebor.

Il a chaud Anthim, mais s’il sait qu’une part vient de la fièvre, ça lui semble presque plus intense que précédemment. Il ne remarque pas le foyer de légère flamme qui commence doucement à poindre sur la civière qui a aidé à le transporter jusqu’ici. Trop fatigué pour garder plus longtemps les yeux ouverts, il semble se replonger dans ce factice sommeil que lui a imposé ce mal étrange, certainement bien magique. La conscience ne s’échappe pas encore, les voix lui parviennent toujours, difficile à identifier, mais peu à peu, il perçoit les mots plus distinctement. Ce n’est plus ce brouhaha incessant et flou.

Spoiler:
 

_________________


Roi du sable et du roc
"Haut comme les montagnes, changeant comme le désert." ©endlesslove.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse • Admin
avatar

Messages : 1644
J'ai : 30 ans
Je suis : Duchesse d'Erebor, Sultane

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim, mon Duc et époux ; Augustus, empereur d’Ibélène ; La Rose Écarlate
Mes autres visages: Tristan d'Amar, Grâce de Sombregemme, Meldred Vif-Ressac, Astrée Aubétoile
La Noblesse • Admin
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Jeu 17 Nov - 20:53

Sitara était en colère. Résolument en colère, devant cet homme qui se permettait de faire du chantage avec de jeunes enfants. Peut-être n’aurait-il pas maltraité le jeune Aymeric, si le duc outreventois ne s’était pas soumis, mais la menace aurait toujours été là, pesant au-dessus de sa tête. Quand le jeune enfant se serait-il rendu compte qu’il n’était que cela : un moyen de s’assurer la loyauté de son oncle ? Et comment Gustave de la Rive pouvait-il croire que ses méthodes fourbes, un assassinat et l’enlèvement d’un enfant pour l’utiliser d’une telle manière, pouvait faire autre chose que l’avilir ? Il semblait cependant qu’il n’en soit pas de même, pour les autres têtes couronnées de Faërie, prêtant allégeance à cet homme. Ou peut-être désiraient-ils simplement ne pas le pousser à les contraindre de la même manière. La jeune femme n’en savait rien, mais son sang bouillait à l’idée de ces manières qu’il employait. Elle avait acquiescé sans mot dire, à ses félicitations, mais elle luttait pour ne pas les refuser, maintenant. Elle n’en ferait rien, laissant les événements se dérouler, avant de prétexter vouloir veiller sur son époux. Elle n’avait guère confiance en ces mages, à la solde de Gustave de la Rive, maintenant. Ce faisant, elle accrocha le regard de Liam d’Outrevent, comme pour lui assurer son amitié – autant qu’elle le pouvait, du moins. Sa main effleura le sceau dans sa poche, ne la rendant que plus déterminé.

Elle ne put retenir un cri, en voyant la légère fumée autour de son époux, et surtout les flammes qui menaçaient de dévorer la civière qui l’accueillait. Tous regardaient ou écoutaient la cérémonie qui voulait proclamer Gustave de la Rive empereur de Faërie, et nul ne se souciait plus des blessés. Elle hésitait à basculer son époux sur le côté, se sachant incapable de le porter et son état délirant l’empêchant de faire quelques pas pour qu’elle l’amène ailleurs, alors elle crie de plus belle, pour avoir l’aide de ces mages. Elle vole une couverture sur le lit d’un malade, et essaye d’étouffer les flammes qui finiront par brûler et lui voler son époux. Qu’on l’aide, ou elle le jettera au sol et le poussera aussi loin qu’elle le peut de ses flammes. Qu’il soit davantage blessé était préférable à le voir mort.

Spoiler:
 

_________________

Couleur : #990066
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs • Admin
avatar

Messages : 1739
J'ai : 32 ans
Je suis : Capitaine de Vol de l'Escadron de Chevaucheurs de Lagrance
Marquis d'Amar

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fluctuante. S'il était fidèle à l'impératrice, il l'est nettement moins à l'empereur, bien qu'il se soit éloigné de Chimène de son vivant, par son attitude envers les mages du Sang. Il est malgré tout toujours fidèle à son duc, à son duché, et à Faërie.
Mes autres visages: Grâce de Sombregemme, Sitara d'Erebor, Meldred Vif-Ressac, Astrée Aubétoile
Les Chevaucheurs • Admin
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Sam 19 Nov - 0:06

Le marquis fronça les sourcils, en voyant l’enfant être amené auprès d’eux. Il semblait ne pas avoir été maltraité, et plutôt heureux. C’était mieux que rien, mais il n’allait pas s’attirer la sympathie de tous. Ca ne concernait cependant pas Tristan, c’était du ressort de son duc et de ses homologues. Les dissensions se faisaient par ailleurs déjà entendre. Rien de surprenant, et si le nouvel Empereur ne les avait pas anticipées, alors il ne vaudrait guère mieux que feu sa prédécesseur. Il avait concentré sa magie quand Liam s’était opposé à Gustave de la Rive, en prévision des problèmes que ça pourrait engendrer. Il devait défendre Faërie, et cela passait par la protection de son Empereur, arriviste ou non. Aymeric avait désamorcé la situation, cependant, ramenant le duc à la raison. Il aurait le temps, et bien des manières, de s’opposer s’il s’y décidait à nouveau.

Des cris attirèrent son attention, peu après que le duc d’Outrevent ait prêté allégeance à celui qui s’était attiré son courroux. Il se précipita auprès des blessés, s’arrêtant devant les flammes. Une pluie glacée se mit à tomber, causée, pour arrêter le feu. Les ardeurs de certains des blessés seraient calmés comme cela.

Spoiler:
 

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Confrérie Noire	• Admin
avatar

Messages : 252
J'ai : 29 ans
Je suis : Écoutante de la Lame pour la Confrérie Noire • Princesse de Valkyrion

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Sombre Mère, et Valkyrion
Mes autres visages: Mélusine de Séverac • Quitterie Aubenacre • Freyja de Brunante • Rejwaïde Sinhaj • Faustine de la Fugue
La Confrérie Noire • Admin
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Dim 20 Nov - 15:45

La princesse de Valkyrion hait les Faës. Profondément. Elle savait bien que quelque chose se tramait au Sépulcre, on l’avait avertie de se tenir prête ; mais jamais n’aurait-elle pensé se trouver en danger si criant. Elle sent encore les dents du squelette s’enfoncer dans la chair de son épaule, et la fatigue intense qui la tient immobile dans le fauteuil où on l’a installée l’empêche de vraiment prendre part au débat. Une petite voix intérieure lui murmure que rien de tout cela ne serait arrivé s’ils étaient sagement restés dans le Sépulcre sans en bouger, et que ce sont leurs tentatives d’évasion qui les ont mis en danger, mais elle a tôt fait d’étouffer ce murmure de sa conscience sous une bonne couche de mauvaise foi.

Elle est surprise, comme tous les autres visiblement, par l’arrivée du petit Aymeric parmi l’assemblée. Elle se souvient l’avoir vu plusieurs fois à la Taverne de la Rose, ce gamin, et elle ne peut s’empêcher de lui adresser un sourire fatigué, avant de reporter son attention sur Liam d’Outrevent qui peine à se décider. Si cela ne tenait qu’à elle, ô Lida – le duc infâme tomberait mort à l’instant – mais le voir aux prises avec d’aussi cruelles perspectives la réjouit, et son sourire se fait carnassier quand, enfin, l’orgueilleux seigneur d’Outrevent finit par courber l’échine et plier le genou. Il a juré, devant témoins ; et la princesse sait qu’il tiendra son serment jusqu’à la mort, car le déshonneur serait impardonnable.

D’un œil distrait, elle regarde les domestiques étouffer la fumée qui émanait de la civière du duc Anthim, vite rejoints par la sultane Sitara et un marquis lagran qui les arrose tous. Que se passe-t-il à présent ? L’incident est vite résolu, et elle croise fugitivement le regard du nouvel empereur de Faërie. Un allié. Gravement, elle incline la tête devant lui, saluant tout autant son nouveau statut que leur complicité, et la hardiesse de ses méthodes qu’elle respecte et approuve ; avant de se laisser aller en arrière contre le dossier de son siège, prise d’un vertige fiévreux ravivé par l'eau glacée dont elle est à présent imbibée.

Peuvent-ils aller se reposer à présent… ?

Spoiler:
 

_________________


« Sweet Mother, sweet Mother, send your child unto me,
for the sins of the unworthy must be baptized in blood and fear. »
© acidbrain

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
avatar

Messages : 642
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
PNJ
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Dim 20 Nov - 16:55

Précédemment en Arven:
 




Chroniques d'Arven

Intrigue 1.6

La Danse des Trépassés

Du 31 octobre au 5 novembre 1001



Intrigue animée par Aura·


Le Mémorial des Disparus




 
 
 




Trois jours ont passé au cœur d’Outrevent secoué par les derniers événements. Progressivement, la nouvelle de l’allégeance des quatre couronnes faës à l’actuel occupant du trône impérial s’est répandue dans tout l’empire au fur et à mesure de leur retour sur leurs terres, permettant aux forces militaires de ramener l’ordre là où des pillages et des émeutes avaient commencé. Les familles ducales faës se trouvent tout de même confrontées à des troubles épars qu’il va falloir contenir et réguler – ils ont juré. L’Ordre des Magies Libérées a publié une proclamation officielle soutenant l’arrivée de Gustave au pouvoir, et partout dans l’empire les mages du Sang s’interrogent sur ce que ces nouvelles impliquent de changements pour eux.

Du côté d’Ibélène, les ducs et duchesses sont rentrés chez eux, certains encore affaiblis, et ont eu apporté la triste confirmation de ce qui s’est déroulé chez leurs voisins. Ils ont à peine eu le temps de se réinstaller dans leurs palais que la nouvelle des événements de Sombreciel leur est parvenue. Tant de sang, tant de mort… Les tensions s’installent en Ibélène également, car l’Ordre des Savoirs libérés commet à présent des attentats ciblés, contre les casernes de Voltigeurs et les centres des armées impériales.

La raison de cette discorde ?
Augustus a décrété l’Ordre du Jugement hors-la-loi sur tout le territoire ibéen… Et Gustave a refusé de faire de même en Faërie.

Sombres temps qui s’annoncent…



   





Septième Tour

Consignes



IRL : du lundi 21/11 au dimanche 27/11 (16h).
IRP : du 3 au 6 novembre.

• Ce topic concerne les personnages qui participent à l'intrigue « La Danse des Trépassés », côté Outrevent. Seule la noblesse et les ducs sont présents. La roture est invitée à rejoindre le topic côté Sombreciel.

• Ce tour de clôture couvre les trois jours qui suivent l'arrivée officielle de Gustave au pouvoir.

• Le tour prend fin le 6 novembre, une fois tout le monde de retour chez soi.

• Profitez-en pour décrire la situation sur vos domaines respectifs, réagir aux événements si vous êtes faë, à ceux de Sombreciel si vous êtes ibéen.

• Aymeric a été officiellement remis à son oncle.

• La limite de mots est levée pour le tour de clôture !

• Pensez à indiquer votre nombre de mots et le résumé de vos actions sous balises spoiler.

Merci à tous d'avoir participé ! Le Destin est très satisfait.  :poele:




_________________
♦ Je suis le PNJ utilisé par les administratrices. ♦
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse • Modo
avatar

Messages : 7204
J'ai : 31 ans
Je suis : demi-soeur du duc d'Erebor, régisseuse du harem, médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim, duc d'Erebor ; Augustus, empereur d'Ibélène
Mes autres visages: Ilse, Liselotte, Aurore, Victorine
La Noblesse • Modo
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Mer 23 Nov - 11:13

Alméïde est encore secouée quand elle parvient en Erebor en compagnie de son frère et de Sitara. Un fort sentiment d'injustice et d'impuissance continue à vibrer en elle en repensant à la façon dont se sont déroulés les derniers événements. De nouveaux morts sont à déplorer, un nouvel empereur a pris place sur le trône de Faërie de manière violente et outrageante, ses proches ont à nouveau dû subir les affres des caprices d'un Ordre qui ne jure que par les armes et elle s'inquiète toujours d'avoir vu Anthim si faible pendant plusieurs jours. Elle est dépassée, la princesse des dunes, mais elle n'a aucun désir de lâcher prise, pas maintenant alors que l'aide de la Rose sera plus nécessaire que jamais. Le vent tourne, la paix autrefois fragile est désormais sur le point de se briser. Le silence de Justice à ce sujet est plus éloquent que n'importe laquelle de ses diatribes et l'Erebienne songe à la suite, sentant presque le poids de Parangon à son bras.

Mais elle n'est pas au bout de ses surprises quand elle arrive à Vivedune. On les informe bientôt des horreurs qui se sont déroulées en Sombreciel et déjà, ce n'est plus de l'inquiétude mais une véritable panique qui s'empare d'elle. Reja n'était-elle pas là-bas ? Est-elle saine et sauve ? Elle regrette alors amèrement d'avoir oublié son miroir d'Astrée à l'Académie, démunie face à cette nouvelle, incapable de joindre sa sœur de manière rapide. D'autres nouvelles leur sont rapportées, d'attaques contre les casernes de Voltigeurs et à nouveau, la peur insidieuse vibre en elle avec force. Que ferait-elle s'il était arrivé quelque chose à sa sœur ?

Mais alors qu'elle attend de ses nouvelles avec angoisse, elle se doit de faire bonne figure, Alméïde. Elle reste quelques jours auprès des siens, veille sur l'état de son frère, s'assure que la grossesse de Sitara se passe toujours bien malgré les derniers événements puis, enfin, elle repart en direction de Lorgol, le cœur lourd et les pensées sombres.


Spoiler:
 

_________________
dialogues • mediumvioletred





To see a world in a grain of sand and heaven in a wild flower. Hold infinity in the palms of your hand and eternity in an hour.
William Blake


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 1464
J'ai : 24 ans
Je suis : duc décadent de Sombreciel et mage de l'Été amateur d'explosions

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Augustus d'Ibélène
Mes autres visages: Louis • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
La Noblesse
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Jeu 24 Nov - 6:38

Tu as perdu le fil du temps, le fil des événements, et lorsque tu t’éveilles, tu es à Euphoria. Tu es dans ton lit et à tes côtés… à tes côtés, il y a Melbren. Endormi dans ton lit, comme lorsque vous étiez petits et que vous séparer pour une nuit était une torture trop grande. Une médecin est à ton chevet et se lève de sa chaise en se voyant tourner la tête vers ton frère, dont la respiration paisible soulève la poitrine à intervalles réguliers. Melbren va bien.

« Votre Grâce, ô, Callia soit louée. Comme vous portez-vous ? Sa voix est paisible, aussi feutrée que l’éclairage de ta chambre. Mal. C’est le plus honnête que tu peux être. Les guérisseurs ont fait un excellent travail avec vos blessures, mais nous les gardons sous surveillance. Vous avez vécu de grands chocs, cela dit, vous avez besoin de beaucoup de repos. Mh. » De grands chocs. Bien tiens. Elle ne t’apprend rien. Tu as toujours besoin de repos. Pourtant, aujourd’hui, le besoin est encore plus criant et quand tu reposes ta tête sur ton oreiller, tu as l’impression que Niobé arrive à toute allure pour t’envelopper de ses bras. Tu te bats, pourtant, contre le sommeil qui t’envahit bien vite, te forces à rouvrir les yeux pour regarder la médecin. Tu les refermes aussitôt. Tu es trop épuisé pour garder les yeux ouverts. C’est pathétique. « Comment va ma… ma sœur ? Bien, Votre Grâce, et le sire d’Automnal également. Le jeune comte qui était à vos côtés a aussi été pris en charge. Ils sont fatigués, mais bien portants. Bien. » Tu veux demander des nouvelles de Mélusine, mais tu sais que ça ne sert à rien. Elle doit être en pleine lune de miel torride avec son Kyréen puant, isolés sur leur glaçon. Cette pensée pleine de mauvaise foi t’arrache un pauvre sourire, ainsi qu’un sanglot silencieux. Douloureux. Tu le chasses, tu dois te calmer. Tu as si mal. Elle te manque tellement. Quant à demander des nouvelles de la princesse d’Erebor… l’idée te traverse, mais tu te doutes qu’elle n’aura aucune réponse à t’apporter à ce sujet fort délicat. « Maximilien… vous a-t-il donné des nouvelles ? Le Festival… devait être magnifique, cette année. »

Un long silence suit ta question. Un silence inquiétant qui te donne une énergie nouvelle pour ouvrir les yeux et te relever un peu dans ton lit, subitement angoissé. « Il lui est arrivé quelque chose ? Votre Grâce, restez, restez étendu. Est-ce qu’il est blessé ? Et Ismalia ? Qu’est-ce qu’ils ont ? Où sont-ils ? Ta voix rauque se coupe, s’affole, mais la médecin a finalement le dessus. De ses deux mains, elle réussit à te recoucher sur ton lit, appuyant sur ton torse pour t’immobiliser. Ils vont bien, Votre Grâce, je vous assure. Je suis désolée de vous avoir inquiété. Votre famille va bien. » Tu ne la crois pas. Pas entièrement. Tu vois bien que son visage est celui de la tristesse. Elle te cache quelque chose, quelque chose qu’elle ne veut pas être la première à t’annoncer. « Dites-moi ce qu’il y a. La femme laisse le silence s’étirer. L’Ordre du Jugement a attaqué le Festival, Votre Grâce, qu’elle chuchote, des larmes perlant dans ses yeux. Ils ont tué… beaucoup de gens. »

C’est à toi de te taire. C’est à tes yeux de brûler, lorsqu’ils se remplissent de larmes. C’est à ton corps de pleurer, de souffrir, jusqu’à ce que le sommeil te cueille tout à fait.

Spoiler:
 

_________________
Dialogues de Castiel en darkred ◊ Dialogues de Mirat (chat persan ou panthère) en indigo




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 3696
J'ai : 33 ans
Je suis : le duc de Lagrance, marquis du Lierre-Réal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lagrance avant tout, à l'Ordre du Jugement, à moi même et dans une moindre mesure à l'empire de Faërie
Mes autres visages: Hiémain de Sylvamir, Anthim d'Erebor, Rackham l'Îlien et Joséphine Siguardent
La Noblesse
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Jeu 24 Nov - 15:33

Il n’a pas voulu rester longtemps en Outrevent. Une fois les allégeances passées, quelques informations prises auprès du nouvel empereur et de l’Ordre, il s’était empressé de retourner en Lagrance avec Marjolaine. Elle était fatiguée, la pauvre, ce qui était plutôt compréhensible considérant son état. Et Denys n’était pas spécialement plus en forme de son côté. Les événements avaient été plus qu’éprouvent, et à aucun moment il ne s’était douté que les choses allaient dégénérer de cette manière. Si l’Ordre pouvait être coupable d’avoir réveillé les morts sous la cité maudite, les squelettes de la Rose étaient ceux qui avaient enlevés certains des leurs et poussés les restants à suivre dans les profondeurs des catacombes. Sans cela, ils seraient tous resté dans le Mémorial, en l’attente que Gustave finisse ce qu’il avait à faire avec Chimène. Rien de tout cela ne serait arrivé sans cette intervention stupide. Car au final, personne n’avait échappé aux agents de l’Ordre et Gustave, puisqu’ils les avaient trouvés dès leur sortie des souterrains. Ce qui aurait pu durer seulement quelques heures était devenu deux jours insupportables. Deux jours où il avait manqué de mourir à plusieurs reprises…

Enfin, c’était une affaire passée désormais, et d’autres problèmes venaient s’ajouter à ceux d’Arven, dans une liste qui n’allait cesser de s’agrandir. Il ne faut pas longtemps au duc de Lagrance d’apprendre la nouvelle sur ce qui est arrivé en Sombreciel. Triste nouvelle au demeurant... Et quand bien même soutient-il l’Ordre, Denys, qu’il ne cautionne pas toutes ces inutiles et cette violence. Hélas pour eux, ils se trouvaient au mauvais endroit au mauvais moment. A ce qu’on disait, l’Ordre était désormais en possession d’un sablier capable de ramener dans le passé. Certes incomplet, c’était une avancée considérable, qui n’était pas sans laisser le duc interrogatif de tout cela. Après les Magies libérées, c’était aux Savoirs libérés de se faire remarquer. Pas de la meilleure manière qui soit et qui n’est pas sans rappeler les horreurs commises au Tournoi des Trois Opales.

« Arven se déchire ma chère, plus vite que je ne l’aurais cru. »

Elle n’est pas rassurée Marjolaine, il le sait, et la nouvelle parvenue ce matin n’augure rien de bon, pour personne. L’empereur Augustus menant une chasse contre l’Ordre du Jugement. L’empereur Gustave soutenant celui-ci. Chacun refusant de comprendre le point de vue de l’autre. Une aubaine pour le véritable but de l’Ordre. Et la Rose, qui avait tenté vainement de rassembler un semblant d’unité, avec ces sceaux anciens que nul ne sait réellement utiliser. La guerre viendra sans aucun doute. Il n’en veut pas encore, Denys, mais il serait naïf de croire que la paix allait s’étendre, elle qui tremble un peu plus chaque jour.

Spoiler:
 

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 290
J'ai : 35 ans
Je suis : Duc d'Erebor et Roi des Gitans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Augustus d'Ibélène
Mes autres visages: Denys du Lierre-Réal, Hiémain de Sylvamir, Rackham l'Îlien et Joséphine Siguardent
La Noblesse
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Jeu 24 Nov - 17:40

Il aura fallu quelques jours de plus à Anthim pour se remettre de cette morsure qui l’avait plongé dans un semi coma, entre délire et fièvre. Quelques jours à rester en Faërie, jusqu’à ce qu’il soit assez fort pour prendre un portail sans attendre pour Vivedune, avec Sitara et Alméïde. Même s’il se sentait encore un peu faible, il était au moins en mesure de rester debout et de réfléchir. Là où pendant deux jours ses pensées s’étaient esquivées loin de sa raison, il retrouvait logique et conscience sur ce qu’il avait raté. Et rien de moins qu’une prise de pouvoir facilement contestable dans l’empire de la Magie, et des attentats inadmissibles en Ibélène, qui avaient provoqué bien des morts. Anthim a beau haïr Sombreciel, les actes perpétrés sont dénués de raison et d’humanité, et la seule chose qu’était capable de provoquer cet Ordre du Jugement c’était une guerre.

« Votre Grâce, un message est arrivé d’Ibelin. Un ordre de la Cour Impériale. »

Devait-on s’étonner qu’une telle chose finisse par arriver ? Anthim ne l’est pas en tout cas, et en un sens, il était rassurant de voir Augustus prendre enfin des mesures contre cet Ordre qui par trois fois avaient failli attenter à sa vie et à celle de ses proches. Il ne peut qu’approuver la décision, et en tant que duc, il est de son devoir d’obéir aux ordres de son empereur, plus encore s’il en partager les avis. De nombreuses décisions allaient être prises, et bientôt, il fit passer ses ordres partout en Erebor : une chasse à l’homme contre les agents de l’Ordre et une surveillance bien plus intense du côté des frontières avec Faërie.

Car une autre nouvelle ne tarde pas vite à tomber. Et si en Ibélène, l’Ordre n’est qu’un ennemi de plus à chasser pour arrêter les attentats et exactions inadmissibles, en Faërie, c’est l’inverse qui semble se produire. Et personne ne s’étonne du soutien de Gustave de la Rive pour ceux qui lui ont permit de monter sur le trône. Ainsi, voilà le résultat de toutes ces rencontres soldées par plus de tensions. Et aujourd’hui, tout est sur le point d’imploser.

« Faites surveillez les frontières, avec plus d’insistance que jamais. Renforcez les. Les faës ne doivent plus passer aussi facilement qu’autrefois. Leur supposée alliance avec l’Ordre du Jugement est trop dangereuse pour qu’on leur permette libre passage sur nos terres. »

Non qu’il fermait les frontières complètement, mais il comptait établir une surveillance bien plus poussées que ces dernières années. Nuls ne pourraient passer en toute tranquillité sans des interrogatoires et autorisations spécifiques au préalable.

Spoiler:
 

_________________


Roi du sable et du roc
"Haut comme les montagnes, changeant comme le désert." ©endlesslove.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 403
J'ai : 35 ans
Je suis : Marquis d'Automnal
Voltigeur de la Griffonne Soie
Major de Division à Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel de Sombreflamme & l'Empereur Augustus d'Ibélène
Mes autres visages: Thomas Sombrepas
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Ven 25 Nov - 20:23

C'étaient de biens sombres temps qui les attendaient tous. La guerre se profilait, Melsant le sentait. La paix fragile entre Faes et Ibéens était mise à mal davantage à chaque fois. Et ce qu'il s'était passé à Sombreciel... Par tous les Dieux, jamais cela n'aurait du pouvoir se produire ! Il s'en voulait de ne pas avoir été là pour y mettre un terme, pour garantir la sécurité des siens, comme c'était son rôle. Le Festival du Seuil avait été le théâtre d'un massacre odieux. L'impératrice avait été enlevée par les Mages de Sang, remise à Gustave de la Rive, exécutée... Désormais, c'était Gustave l'empereur, ce même Gustave qui avait forcé un de ses ducs à lui être fidèle en usant de menaces... Ils allaient devoir se méfier de ce serpent... Qui n'avait pas répondu à l'intervention de Melsant d'ailleurs. Évidemment, il n'avait rien à répondre, il avait impliqué les Ibéens dans les affaires Faes en se montrant pressé de grimper sur le trône, voilà tout. Et cela faisait de lui un être méprisable pour le Marquis d'Automnal.

Il rentra à Euphoria une paire de jours après les autres, veillant au retour des blessés chez eux, endossant son rôle de leader naturel, organisant ainsi les choses, ce qui attira l'attention du nouvel Empereur de Faerie qui le remercia de son efficacité. Des remerciements acceptés d'un hochement de tête. Melsant n'appréciait pas cet homme. Il lui tardait de rentrer enfin à Euphoria.

A son retour, il veilla sur Castiel, encore affaibli par ses mésaventures avec les squelettes. Melsant avait eu tout le temps de songer à ce qu'il s'était passé dans ces souterrains... D'anciens héros, des légendes, qui s'étaient réveillés pour... les aider. Oui, ils allaient entrer dans une période fort troublée pour que les morts se mêlent ainsi aux vivants et influent sur leur destin.

Melsant se rendit à son chevet, pour le trouver endormi, mais tourmenté. Son cœur se serra pour le jeune Duc. Il allait devoir se montrer fort à son tour. Il lui semblait pourtant terriblement vulnérable, endossant une charge trop lourde pour lui. Le massacre commis à Sombreciel aura des conséquences... Castiel ne pardonnera pas si facilement que ces terribles événements aient eu lieu sur ses terres... La scission entre Faerie et Ibélène était bel et bien présente. Melsant veilla sur son frère durant les heures les plus noires de la nuit, veillant sur son sommeil, posant une main apaisante sur son épaule quand il s'agitait. Il avait lui-même peu dormi malgré les épreuves. Il était lui-même en proie à beaucoup de questions et d'incertitudes quant à l'avenir. Il n'avait pas peur de la guerre. Mais il avait peur pour les siens qui ne seraient pas épargnés malheureusement.

Il finit par quitter le Duc avant que celui-ci n'émerge de ses sombres cauchemars. Il avait passé du temps avec Mélisende, naturellement, faisant un point avec elle sur la situation, partageant ses inquiétudes avec sa sœur la plus raisonnable. Il regrettait l'absence de Mélusine. Il ne manquait qu'elle pour qu'ils soient au complet... En attendant, il avait à discuter avec son père avant de retourner à Automnal. Et il devait savoir également à quoi s'en tenir vis à vis des Faes et des Erebiens, qu'ils avaient sans doute trop chatouillé. Anthim n'avait pas un grand sens de l'humour, étrangement...

Spoiler:
 

_________________

   
Les vrais passions donnent des forces, en donnant du courage.
   





Dernière édition par Melsant de Séverac le Dim 27 Nov - 18:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 753
J'ai : 32 ans
Je suis : Duc d'Outrevent, Seigneur des Marches d'Argent

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'Empereur Gustave de la Rive
Mes autres visages: Maelys Aigrépine
La Noblesse
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Sam 26 Nov - 1:46

Je suis tenu par ce serment maintenant. Celui que l'on m'a arraché, pour sauver une vie, pour chercher à protéger ce qui peut encore l'être, au détriment de mon honneur bafoué. Sacrifié, pour lui, et pour Outrevent qui n'a pas besoin d'être plongé à nouveau dans la tourmente.
Ils n'ont pas cherché à me reprendre Aymeric. Ils auraient pu, pour faire planer cette menace constante, que nos deux vies pouvaient basculer au premier faux-pas de ma part. Mais non, sans doute car Gustave de la Rive sait qu'il faut craindre un homme qui n'a plus rien à perdre, ni à protéger, et encore moins à chérir. Aymeric m'ancre à cette réalité qui est désormais la nôtre, et me force à aller de l'avant, quand cette rage meurtrière pourrait me clouer sur place.

Ils n'ont pas fait de difficulté non plus, lorsque j'ai demandé à voir le corps de Chimène de Faërie. Elle était là, sur une civière, paisible comme presque endormie... Si l'on occultait cette entaille nette à son cou. J'ai serré sa main déjà si froide dans la mienne, et si fort qu'elle s'est mise doucement à trembler. Cette soif qui me tiraille me préserve de verser la moindre larme pour cette femme, fauchée bien trop tôt, dans de sombres intrigues politiques. Jeune Chimène, si dévouée, si volontaire, pour qui je me suis toujours battu, et dont je souille la mémoire en prêtant un serment qui n'est pas librement consenti. Pourrais-je un jour me racheter auprès d'elle ? Où qu'elle soit, j'espère qu'elle repose en paix, enfin épargnée par la tourmente, et auprès de Chrysolde.
J'ai fermé les yeux, pour ne pas me laisser consumer par ce sentiment violent d'injustice. Chimène, bien morte. D'une lame, glissée en traître, et faite pour tuer... Aucunement une contrainte, ou une erreur de calcul. Si elle avait réellement cherché à s'enfuir, ils n'auraient pas pu lui infliger pareille blessure sans l'avoir déjà rattrapée. Encore des mensonges. Croient-ils que, parce que nous nous en tenons toujours à la vérité, nous sommes incapables de les percevoir ?

Je n'ai pas voulu me séparer d'Aymeric, avec tant d'ennemis qui nous entourent sur nos propres terres, même en présence de la défunte Impératrice. Il tire doucement ma manche, pour attirer mon attention, en me lançant ce regard anxieux quand je rouvre les yeux sur lui.

- C'était ta femme ?
- Elle aurait pu l'être.

Mon sourire est teinté d'une grande tristesse, alors que je glisse ma main dans sa chevelure sombre pour l'ébouriffer dans un geste affectueux, son regard clair encore rivé au mien.

- Tu ressembles toujours beaucoup à ta mère.

Lui en a-t-il parlé, ce traître, ce meurtrier ? J'en doute fortement. Je n'ai pas répondu, quand Aymeric m'a demandé si son père était au courant de sa présence en ces lieux, bien incapable de formuler cette cruelle vérité sur ses propres parents. Tant de choses qu'il ignore... Et je désire rattraper le temps perdu en évoquant les bons souvenirs, ceux que je conserve encore de sa mère, et de l'amour qu'elle lui portait malgré cette union qui n'a pas été désirée. Je ne veux plus songer à toutes ces pertes, bien trop nombreuses, et à celles qui risquent encore de se perpétrer. La solitude m'accable d'autant plus, et je souhaite davantage songer à ce qui peut encore être sauvé.

- Il est temps de rentrer, Aymeric.

Oui, chez lui, en Outrevent, même s'il n'en a plus conscience.
Je pose une main sur son épaule, et me relève un peu trop subitement, pris soudainement de vertiges. La faim, la soif, la fatigue, après des jours entiers... Maintenant que notre sort est scellé, et que cette menace de mort se fait plus lointaine, tout me rattrape avec une cruelle rapidité. Je n'ai plus besoin de me priver, maintenant que l'on m'a extorqué tout ce qui me semble possible de l'être, et il me faut absolument du repos pour conserver les idées claires. Je me rapproche de Lionel, sans jamais lâcher mon neveu avant de pouvoir lui confier. Mon vieil ami, dont la même rage couve au fond du regard, mais la mienne se remplace doucement par une immense lassitude.

- Partons. Nous allons devoir remettre de l'ordre, rapidement. Mais avant... J'aimerais le conduire en lieu sûr.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 410
J'ai : 33 ans
Je suis : Chevaucheur, capitaine du Vol d'Outrevent, mage de l'Été (destruction), comte de Rivepierre et proche ami du duc Liam.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Maelenn • Matvei • Hermine
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Sam 26 Nov - 7:39

Sur la langue de Braise brûlent mille flammes, prêtes à embraser quiconque se mettra sur son chemin, si le moindre danger se présente pour celui auquel il est lié depuis bien des années. On le garde à distance, l’imposant dragon de Rubis dont le Chevaucheur n’a pas prêté allégeance au nouveau souverain de Faërie, tout autant que l’on surveille ledit Chevaucheur. Ce dernier tremble littéralement de rage et c’est bien de peine et de misère qu’il contrôle sa magie, son envie de tout faire exploser autour d’eux, pour qu’ils puissent se sauver. Pour tuer ce misérable usurpateur. Ce serait si facile.
Il ne peut pas faire ça. Il ne peut pas, en tant que conseiller de Liam, agir ainsi, mais la seule image de la tête de Gustave de la Rive explosant a quelque chose de délicieusement apaisant. Lui qui était prêt à voir son meilleur ami doit bien trouver une autre façon d’expier tout ce qui bout en lui et meurt de se déchaîner. Un instant, il croit même que le feu sur la civière du duc d’Erebor est de son fait, mais il sait bien que ce n’est pas cela.

Il sait que le feu, la colère, l’outrage, l’injure et l’insulte, tout cela, rien ne s’est en allé.
La dernière fois qu’il a eu tant envie de tout brûler, c’est lors du meurtre de Lisbeth.

Lionel attend, droit et fier, que son duc vienne le rejoindre, après s’être recueilli auprès du cadavre de leur jeune impératrice. Bien trop jeune pour cette mort, pour ces horreurs, pour tout ce qu’elle a vécu. Retournons-nous à Souffleciel ? Oui. Le père du petit va venir. Tu le sais. Qu’il vienne. Je l’attends. L’image de la tête de Louis de Brunante victime des mêmes explosions que celle de Gustave de la Rive a aussi quelque chose de fort apaisant.

Il pose une main sur l’épaule de Liam, qu’il a bien vu chanceler lorsqu’il s’est relevé. Lui non plus n’a ni mangé, ni bu, depuis le début de la Samhain, et il sent bien que seule la colère l’empêche de s’effondrer, à l’identique de bien d’autres. Ils n’en ont pas le luxe. Il hoche la tête aux ordres de son duc, puis baisse la tête vers le bambin dont il tient toujours l’épaule. Sa ressemblance avec Lisbeth est déchirante, autant ce qu’il se rappelle de sa presque sœur à son âge que peu de temps avant sa mort. Il a tellement grandi, depuis la dernière fois qu’il l’a vu… Lionel s’agenouille pour se mettre au niveau de l’enfant, qui se cache aussitôt un peu derrière Liam. Son assurance a perdu un peu de sa superbe, dans la lassitude de tous. « As-tu déjà fait un tour de dragon, Aymeric ? Non, souffle le gamin excité. Tu vois le gros dragon rouge là-bas ? Le gros dragon rouge en question tourne la tête vers eux, ses yeux perçants se plongeant dans ceux de son Chevaucheur, du duc d’Outrevent, puis du jeune prince. C’est Braise. Tu as envie de venir voler dessus avec Liam et moi ? Oui. » Voilà pour leur moyen de transport pour le retour. Dans ses sacoches, il y a au moins un pantalon pour lui et un pour Liam (même si trop long), une couverture pour le petit. À trois, ils n’auront pas de problèmes à chevaucher Braise jusqu’à Souffleciel, où ils seront en sécurité et où ils pourront se reposer. Puis… penser à ce sombre futur qui se dessine devant eux, à une vitesse alarmante.

Spoiler:
 

_________________

One side stone, one side fire.

Dialogues de Lionel en peru ◊ Dialogues de Braise en firebrick ◊ Dialogues de Harald en maroon



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles • Modo
avatar

Messages : 391
J'ai : 13 ans
Je suis : Un enfant élevé à la Cour des Miracles
Un voleur, un brigand, un petit menteur que personne ne peut détester.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Mayeul de Vifesprit - Maximilien de Séverac
La Cour des Miracles • Modo
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Sam 26 Nov - 9:25

Le nouvel empereur de Faërie les avait gentiment enjoint à partir et à retourner chez eux, et malgré les grommellements de certains, tous avaient rassemblés leurs affaires. Il avait dit au revoir à Aymeric, qui ne quittait pas son oncle d’une semelle - à moins que ce ne fût le contraire. Peut-être qu’ils ne se reverraient pas, tous les deux. C’était dommage : il aimait bien le petit garçon, qu’il avait appris à connaître en traînant un peu trop à la Taverne de la Rose.

Mais il avait une mission à remplir, justement, pour la Rose. Arsène avait retrouvé l’Orbe où il l’avait dissimulé, ne le lâchant plus jusqu’au départ. Le Duc de Sombreflamme avait l’air bien mal en point, celui d’Erebor aussi. Il avait tout de même tenu à dire au revoir à la princesse et à la sultane, avant de partir. Alméïde s’était occupée de lui, après tout, et il était triste de devoir la laisser.

Et puis il s’était tourné vers Mélisende, lui demandant si elle pouvait le raccompagner à Lorgol avant de retourner chez Mélusine. Parce que là, ils allaient bien en Sombreciel non ? Mais lui, il avait une mission, et était bien décidé à s’en acquitter. C’était la Rose Écarlate qui lui avait confié, et il n’y faillirait pas. Même s’il ne comprenait pas réellement pourquoi la Confrérie Noire avait besoin de cette relique cachée et protégée par des squelettes vieux de mille ans. Qu’est-ce qu’ils allaient en faire ? C’était important, il l’avait bien compris, mais il aurait aimé savoir pourquoi. Parce que s’il ne s’agissait que de l’exposer dans la Tour de la Confrérie, il n’était pas sur que ce soit très efficace. Mais ils sauraient, eux, sans doute.

Il avait hésité à parler avec Tristan, longuement. Il lui avait dit, le Chevaucheur, qu’il l’aiderait s’il le fallait. Qu’il était lui aussi marqué par Sithis bien qu’Arsène, en toute honnêteté, n’était pas très sûr de savoir ce que cela signifiait et, surtout, ce que ça impliquait. Mais il pouvait avoir confiance en Mélisende, il le pensait sincèrement. Parce qu’elle était la sœur de Mélusine, et quand la jeune femme lui avait-elle montré une seule raison de douter d’elle ? Mélisende le conduirait à la Tour de la Confrérie, ou alors il s’échapperait pour y aller seul. Il était assez confiant en ses capacités pour cela.

Il serait fort l’Orbe dans ses bras, Arsène, quand vint l’heure du départ. Et il n’était pas décidé à la lâcher avant d’avoir accompli sa mission.

Spoiler:
 

_________________
Paroles: teal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Confrérie Noire	• Admin
avatar

Messages : 252
J'ai : 29 ans
Je suis : Écoutante de la Lame pour la Confrérie Noire • Princesse de Valkyrion

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Sombre Mère, et Valkyrion
Mes autres visages: Mélusine de Séverac • Quitterie Aubenacre • Freyja de Brunante • Rejwaïde Sinhaj • Faustine de la Fugue
La Confrérie Noire • Admin
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Dim 27 Nov - 1:50

« Tu ne vas même pas rester un peu avec nous ? »

Il n’y a pas de reproche dans la voix du prince. Juste un constat, une prière discrète : ne pars pas. Face à face, Hjalden et Ljöta parlent à mi-voix dans le boudoir attenant aux appartements de la jeune femme. « Non, je ne peux pas », répond-elle à son aîné qui s’inquiète, « j’ai des obligations à Lorgol et je ne peux les retarder plus longtemps. » Une Orbe de Sithis à réceptionner, notamment, pour la remettre en sécurité sur l’autel qui garde déjà Calibourne et Réalia. Doit-elle mentionner que l’air du palais, empli d’oppression et de suspicion, lui est devenu pesant et désagréable ? Hjalden a déclaré les mages hors-la-loi, et un lent exode a commencé, pour tous les mages employés dans la capitale : les maîtres des portails, les guérisseurs, les outreparleurs… La princesse, encore fatiguée et convalescente, ne tient pas à arpenter les routes pendant des semaines pour rejoindre les Terres du Nord. Elle compte bien profiter du départ des derniers mages des portails pour les accompagner à la Ville Basse et rejoindre officiellement son poste de princesse capricieuse en quête d’un mari – officieusement, pour retrouver la Tour Noire et reprendre la place qui est la sienne, sa jeune apprentie Aubrée à ses côtés. La petite doit déjà être prête à partir, aussi la princesse se hâte-t-elle de faire ses adieux. Avec une grande tendresse, elle prend son aîné dans ses bras et dépose un baiser sur sa joue barbue. « Je ne cours aucun danger. Veille sur Hjalden, sur Astrid, et sur les enfants, mon frère, veux-tu ? Veille, pour nous deux. »

Le soir même, une fois Aubrée installée dans la chambre qui lui est réservé près de ses appartements, une fois qu’enfin, toutes ses affaires d’assassin ont retrouvé leur place, Ljöta s’accoude à la rambarde qui court autour du balcon de ses quartiers privés. Le vent de la nuit souffle sur Lorgol, et le lent bruit incessant des vagues lui a terriblement manqué. Demain, elle se rendra à la Taverne de la Rose, chercher des informations et prendre la température de la ville après tous les rebondissements, tant en Ibélène qu’en Faërie.

Demain.

Ce soir, elle a besoin de divertir son esprit préoccupé. De se changer les idées.
Alors, revêtue de ses cuirs sombres et sa chevelure blonde dénouée au vent pour la première fois depuis des semaines, elle enfile la cape et les bottes de Lia, la fille des rues, et s’en va quérir la Caravane des Plaisirs dont elle a aperçu quelques roulottes en arrivant.
Yvain est peut-être disponible ?
S’il ne l’est pas, peut-être qu’Octavius, lui, sera là…

Spoiler:
 

_________________


« Sweet Mother, sweet Mother, send your child unto me,
for the sins of the unworthy must be baptized in blood and fear. »
© acidbrain

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs • Admin
avatar

Messages : 1739
J'ai : 32 ans
Je suis : Capitaine de Vol de l'Escadron de Chevaucheurs de Lagrance
Marquis d'Amar

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fluctuante. S'il était fidèle à l'impératrice, il l'est nettement moins à l'empereur, bien qu'il se soit éloigné de Chimène de son vivant, par son attitude envers les mages du Sang. Il est malgré tout toujours fidèle à son duc, à son duché, et à Faërie.
Mes autres visages: Grâce de Sombregemme, Sitara d'Erebor, Meldred Vif-Ressac, Astrée Aubétoile
Les Chevaucheurs • Admin
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Dim 27 Nov - 15:41

Tristan avait, en retrait et discrètement, suivi le duc d’Outrevent, alors qu’il se rendait auprès du corps de l’Impératrice. Par respect pour son deuil, et les tourments qui devaient l’assaillir alors qu’il se retrouvait privé de tout, en même temps qu’il retrouvait ce neveu précédemment disparu, entre les mains de son père assassin, il ne s’approcha pas. Il voulait voir de lui-même ce qu’il était advenu, sceptique de la réalité de ce qu’avait avancé Gustave de la Rive… non, Gustave de Faërie, même si la façon dont il avait obtenu ce rang était discutable. Il savait que l’Impératrice avait en elle une force insoupçonnée, de quoi la pousser à tenter une évasion désespérée, mais elle n’avait jamais été une combattante. Ça n’était pas son rôle. Rien ne l’aurait poussée à contre-attaquer alors qu’elle n’en avait pas les capacités. Il se garda bien d’émettre ces sombres pensées.

S’il aurait préféré que tout se passe pacifiquement, dans la mesure du possible, il ne pouvait éteindre ce brasier de colère, à l’idée que Chimène ait voulu condamner les siens. Il ne savait pas d’où venait cette magie que Sithis avait réveillée en lui, mais il avait suffisamment étudié, nuit et jour, pour comprendre qu’il n’avait fait que révéler ce qui avait été endormi par des années de préservation de sa famille. Il essayait de se remémorer qui avait pu en faire usage, venait à douter de l’intégrité de son père à ce sujet… Il la savait discutable, mais aurait-il lui-même été doté de magie du sang ? Rien ne l’aurait surpris, mais il se prit à regretter sa mort, au moins pour avoir pu l’interroger à ce sujet. Rien de plus, cependant. Ce n’était qu’un fléau, dont Faërie était enfin libéré.

Sans mot dire alors que le duc et son neveu s’éloignaient, il s’approcha à son tour, observant le corps. Lugubre, et cette marque sur son cou, qui ne pouvait résulter d’une blessure dans le feu de l’action. Se retournant, il adressa un dernier regard à Liam d’Outrevent, certain que son combat n’était pas fini. Mais il était vulnérable. Il avait trop à perdre, pour agir inconsidérément. Il l’avait payé avant, il pourrait le payer encore.

Il avait fini, comme tous, par rentrer en Lagrance. Sur ces sombres pensées, exacerbées par les nouvelles parvenues de Sombreciel, Tristan avait convoqué ses chevaucheurs pour les informer de ce qu’il attendait d’eux. Il ne serait pas surpris que certains tentent de fuir Lagrance, et de rejoindre Outrevent. Ou de devoir en exclure certains de son Vol… Enfermé dans  son bureau, il ne recevait personne pour le moment. Mais le lendemain, il serait temps de faire état de ce qui était connu, d’en informer ses chevaucheurs, et d’agir en fonction des réactions de chacun. Il savait jauger, il savait manipuler, mais il savait que certains étaient bien trop intègres, pour se plier aux actes de son duc, pour obéir aveuglément à Gustave de Faërie. De temps bien sombres s’annonçaient.

Spoiler:
 

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse • Admin
avatar

Messages : 1644
J'ai : 30 ans
Je suis : Duchesse d'Erebor, Sultane

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim, mon Duc et époux ; Augustus, empereur d’Ibélène ; La Rose Écarlate
Mes autres visages: Tristan d'Amar, Grâce de Sombregemme, Meldred Vif-Ressac, Astrée Aubétoile
La Noblesse • Admin
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Dim 27 Nov - 15:42

L’inquiétude avait étreint Sitara, durant ces jours à veiller sur son époux. Elle ne pouvait croire qu’il la quitterait, qu’il succomberait, mais elle ne pouvait empêcher la sourde crainte d’assaillir sans cesser son esprit, qui s’égarait sur lui, sur Qasim, sur son enfant à venir. Elle s’assoupissait à son chevet, bien souvent, jusqu’à ce qu’Alméïde la convainque avec un breuvage destiné à l’apaiser à réellement se reposer, arguant de la seule information pouvant l’y contraindre : sa grossesse. Son sommeil n’avait pas été de tout repos, cependant, alors qu’elle se remémorait les rumeurs sur Alméïde, et les actes condamnables de l’homme à la tête de l’Empire voisin. Plus d’une fois, elle s’était vue le frapper d’Éternelle, reprenant conscience, s’extirpant du sommeil, avant d’en voir les conséquences. Était-elle à ce point influencée par l’esprit de la pièce dont elle avait accepté d’endosser le rôle ? Troublée, elle peinait à contenir ce sentiment confus qu’elle ressentait, s’assurant toujours en ces moments de la présence du sceau qui lui avait été remis, dans ses effets.

Son soulagement ne fut que de courte durée, à leur retour à Vivedune. Les nouvelles lui glacèrent les sangs. Il leur faudrait, plus que jamais, maintenir l’Ordre. Elle s’était alors confiée, sur le sceau, et ce que leur avait dit les squelettes, ne le remettant pas pour autant à Anthim. L’aurait-elle du ? Elle n’en était pas certaine. Elle avait laissé son époux prendre les décisions qui s’imposaient, réfléchissant à ce qu’elle-même pouvait faire. Elle avait envisagé d’écrire à Castiel de Sombreflamme, quelques mois auparavant. Elle en excluait la possibilité, mais Erebor ne devait pas se fermer à ce duché, pour autant. Anthim semblait étrangement… mesuré, malgré tout ce qu’il s’était passé. Mais n’ignorait-il tout simplement pas ces rumeurs malvenues au sujet de sa sœur ? Alméïde avait confirmé à Sitara qu’il n’en était rien, mais si elle n’avait pas pu approfondir le sujet, pour le moment du moins. Mais cela suffirait-il à apaiser son époux et son ressentiment pour ce duché ? Elle en doutait fortement. Elle ne désespérait pas, pourtant, d’apaiser les relations entre eux, alors que Faërie et Ibélène menaçaient de s’affronter.

Spoiler:
 

_________________

Couleur : #990066
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 266
J'ai : 29 ans
Je suis : Duchesse de Valkyrion
Fille du baron de Jaakyl

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : incertaine
Mes autres visages: Agnès d'Aurebois
La Noblesse
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Dim 27 Nov - 16:07

Les évènements se sont déroulés très rapidement depuis notre sortie du dédale souterrain. Je dois dire que nous avons tous été malmenés, certains plus que d’autres. J’ai eu la chance de ne pas être blessée ou mordue pour les squelettes et le repos proposé par nos gardiens fut profitable. Mais je dois dire que je ne m’attendais pas à ce que le nouvel empereur use de pression sur un de ses Ducs en utilisant un enfant. Manœuvre déloyale et que je ne cautionne pas. Je sens que les troubles survenus en Faërie n’épargneront pas notre propre empire. Mon humeur s’assombrit lorsqu’à notre retour j’apprends les nouvelles du drame survenu en Sombreciel , les actions de l’Ordre me répugnent , tant d’innocents tués par leur faute. Et les décisions prises pour Augustus n’apaisent pas le climat.

La paix se délite sous mes yeux, mais je sais que j’œuvrerai pour la préserver, quoiqu’en dise Hjalden. Je ferai en sorte de protéger mes enfants, de nous protéger tous si cela est en mes capacités. Je dois continuer à cacher mon statut de mage, et mon cœur balance entre la faire taire à jamais ou apprendre à m’en servir pour protéger les miens. Je laisse cette décision de côté, et continue de m’occuper des affaires de notre duché avec mon mari car dorénavant, les Voltigeurs sont des cibles ainsi que les figures d’autorité. La guerre approche mais j’espère qu’elle restera à distance. Pensée égoîste mais si je peux épargner cette sombre période à mes enfants je le ferai.

Spoiler:
 

_________________
Couleur d'écriture : #993300


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
avatar

Messages : 642
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
PNJ
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Dim 27 Nov - 18:26




Chroniques d'Arven

Intrigue 1.6

La Danse des Trépassés

Du 31 octobre au 5 novembre 1001



Intrigue animée par Aura·


Le Mémorial des Disparus




 
 
 


   





Clôture

L'heure du bilan a sonné



Agnès : Suite aux quelques heures passées en compagnie de Denys du Lierre-Réal dans la cité souterraine... la rumeur prétend que, à l'instar de bien des femmes en Lagrance, tu aurais succombé à ses charmes.
Alméïde : La rumeur de ton mariage avec le duc de Sombreciel, et l'imminente arrivée d'un héritier, a parcouru tout le continent en quelques jours. Des cadeaux de mariage commencent à arriver de tous les coins d'Arven, ainsi que moult félicitations et vœux de bonne santé pour le (les ?) bébé(s).
Anthim : Suite à la fièvre qui a mis du temps à se résorber, tu restes un peu affecté... A partir de maintenant, et jusqu'à nouvel ordre du Destin, tu auras des hallucinations ! Tu verras des petites choses, ici et là... Tâche de te contrôler !
Arsène : Tu es maintenant marqué par Sithis. (Encore quelques intrigues, et tu seras sûrement marqué par tout le panthéon...) Cela n'a pas de conséquences majeures pour toi, tu es encore jeune et Isil a préséance, mais qui sait - un jour, peut-être... *clin d'oeil* Par ailleurs, te voilà l'heureux propriétaire d'un tibia d'Hypérion, dissimulé avec adresse dans tes vêtements. :sisi:
Astrid : Tu as gardé pour toi le Sceau remis par les Douze Premiers. Hélas, l'Ordre en a eu vent, et te force à le leur remettre. Charge à toi à présent de dissimuler la disparition du précieux héritage...
Castiel : La rumeur de ton mariage avec la princesse d'Erebor, et l'imminente arrivée d'un héritier, a parcouru tout le continent en quelques jours. Des cadeaux de mariage commencent à arriver de tous les coins d'Arven, ainsi que moult félicitations et vœux de bonne santé pour le (les ?) bébé(s).
Denys : Tu as chipé le sceau à ta femme, sous prétexte que, ma foi, c'est une femme précisément, et qu'en plus, elle est enceinte, et donne-moi ça, tu vas te faire mal avec. En es-tu vraiment digne... ? L'avenir le dira !
Liam : Mauvaise nouvelle : tu as dû jurer allégeance à Gustave. Bonne nouvelle : tu as récupéré ton héritier ! Pour cimenter la cohésion de Faërie, il se raconte que Gustave souhaiterait te marier à la toute jeune Gabrielle de la Volte... Ce n'est qu'une rumeur pour le moment, mais qui sait... ?
Ljöta : Ta morsure de squelette a guéri, mais toi aussi tu en as gardé des séquelles. Jusqu'à nouvel ordre du Destin, tu entends des voix...
Mélisende : Ces rumeurs de mariage n'ont vraiment pas arrangé la situation pour la diplomatie sombrebienne, et tu as moult à faire pour calmer les choses. Bon courage !
Melsant : Tu es resté sur place quelques jours alors que les autres s'en vont, officiellement pour veiller sur les blessés avant leur rapatriement, officieusement... pour quelque chose d'autre, peut-être ? Nul ne le sait à part toi, et Gustave en personne.
Sitara : Tu as toujours à ta charge le sceau d'Aïfa. Nul doute que dans les mois qui viennent, il faudra te montrer digne de cet honneur...
Tristan : En bon rouquin, Le Destin te déteste et a donc décidé que tu aurais également des séquelles après avoir servi de cure-dents à un squelette hargneux dont l'hygiène dentaire laisse visiblement à désirer. La fièvre est tombée, le bobo a guéri, mais tu es désormais sujet à des crises paranoïa de moins en moins discrètes... Attention, ta charge est en jeu !




_________________
♦ Je suis le PNJ utilisé par les administratrices. ♦
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
avatar

Messages : 642
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
PNJ
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus   Sam 3 Déc - 17:24




Chroniques d'Arven

Intrigue 1.6

La Danse des Trépassés

Du 31 octobre au 5 novembre 1001



Intrigue animée par Aura·


Le Mémorial des Disparus




 
 
 


   





Surprise

Le Destin a plus d'un tour dans son sac



1er novembre – deux heures du matin ♦ Dans la tente au centre du campement, une femme rousse est étendue dans un linceul brodé d’or. Autour du corps sans vie, une dizaine de mages de l’Automne incantent avec l’aide de mages du Sang, transformant petit à petit la dépouille d’une malheureuse servante sacrifiée pour la cause, la transformant en copie conforme de l’ancienne Impératrice. Après quelques heures de travail acharné, Gustave de Faërie est en mesure de présenter à ses nobles un cadavre parfaitement crédible, faisant passer pour morte la jeune femme prisonnière dans une tente isolée.

3 novembre – vingt-deux heures trente ♦ Dans la tente où Chimène est captive, Gustave s’entretient avec elle à mi-voix, sous le regard attentif de son conseiller Hugues qu’il a fait quérir au palais impérial.
« Je te fais passer pour morte, ma sœur, afin que nul de mes partisans ne pense me plaire en m’offrant ta tête. Pour ta sécurité, je vais t’envoyer en Ibélène, auprès de Catarine, afin que tu y sois protégée. Tu resteras à sa Cour tant que la situation en Faërie ne sera pas stabilisée. Un jour, dans quelques temps, un mois ou un an, je te ramènerai auprès de moi et tu retrouveras ta place de princesse ; mais pas maintenant. Je ne veux pas que tes partisans me résistent et ne divisent l’empire, comprends-tu ? Et je refuse de faire couler ton sang… »

Elle comprend, la petite princesse chamboulée. Avec Hugues pour veiller sur elle, elle prendra la route d’Ibélène dans le plus grand secret, déguisée pour préserver son incognito, et se présentera à Catarine avec une lettre de la main de Gustave présentant sa requête…

5 novembre – quatorze heures ♦ Dans la tente impériale, Melsant de Séverac et l’empereur Gustave s’entretiennent en privé. Le souverain a prié le major de différer son retour de quelques jours ; il lui explique à présent pourquoi, alors que Chimène entre, ses traits dissimulés sous un voile épais, étroitement gardée. « Major, je vous confie un secret d’État. Ma sœur que voici n’a pas été exécutée ; mais elle doit passer pour trépassée pour garantir la stabilité de Faërie et sa propre sécurité. Prenez-la avec vous en Ibélène, menez-la à la Cour Impériale et confiez-la à l’Impératrice Catarine notre sœur. Je vous sais homme droit, d’honneur et de principes : aidez-moi à sauver sa tête, je vous en saurai gré. »

6 novembre – dix-neuf heures trente ♦ Un portail magique est ouvert vers Ibélène. Melsant de Séverac le traverse avec le dernier groupe de blessés, emmenant à sa suite un homme entre deux âges lourdement grimé et sa jeune pupille pudiquement voilée. Hugues et Chimène sont en route vers leur destin ; et si Gustave n’a rien dit de son geste qu’à son groupe de mages fidèles et les trois concernés, la rumeur pourrait bien se répandre qu’une princesse miraculée se trouve parmi les réfugiés de la cour impériale ibéenne. Le Destin la tient à présent au creux de sa main…





_________________
♦ Je suis le PNJ utilisé par les administratrices. ♦
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Intrigue 1.6 • Le Mémorial des Disparus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 Sujets similaires
-
» Résumé de l'intrigue
» INTRIGUE #1 ☠ halloween party
» ♣ intrigue oo5.
» "Une femme d'esprit est un diable en intrigue." [Eléonore - Emmanuelle]
» Intrigue 3 - Carnaval de Broadway [terminée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Faërie :: Outrevent-
Sauter vers: