AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
PNJ • Admin
avatar

Messages : 926
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
PNJ • Admin
Message Sujet: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Ven 30 Sep - 23:51




Chroniques d'Arven

Intrigue 1.6

La Danse des Trépassés

Du 31 octobre au 5 novembre 1001



Intrigue animée par Aura·


Le Festival du Seuil




 
 
 




Samhain !
Samhain la folle, Samhain l’endiablée, Samhain la tumultueuse – ô Samhain, toi si belle, toi si grande, ouvre pour les enfants d’Alder la porte des morts. Que le seuil soit franchi, que leurs êtres chers leur ouvrent les bras – que le long cortège des disparus arpente pendant ces trois journées fiévreuses les contrées des vivants !
Ô, Samhain.
Ô, Samhain – maîtresse du passage, gardienne du seuil, souveraine de la mémoire.
Ô, Samhain… Permets aux enfants d’Arven de se retrouver par-delà la mort.

Comme chaque année, le Festival de Samhain réunit en Sombreciel noblesse, bourgeoisie et roture, qu’elles soient cielsombroises ou plus généralement ibéennes, voire même parfois faës. Les voyageurs viennent de loin pour fêter la Samhain au Duché de l’Esprit, et la Guilde des Savants organise tous les ans une grande célébration qui sert tout autant de compétition générale que d’orgie débridée. L’on y mesure ses talents en chant, en philosophie, en art, en invention ; et l’on y fait des rencontres, sur les tabourets des tavernes, ou entre les draps d’un lit. La Caravane des Plaisirs y tient toujours une place de choix, et la Cour des Miracles est présente à chaque fois pour repérer de futures jeunes recrues prometteuses.

Tous les ans, oui : trois jours de folie, d’ivresse et d’euphorie, de rires et de chants, de caresses et de baisers dans les coins discrets. Trois jours de communion, de souvenir, de célébration ; trois jours pour honorer les morts en faisait une mémorable fête en leur compagnie. Cette année, c’est dans les contrées perdues que se tiendra la foire géante, ses étals de bateleurs, ses kiosques de musique, ses pistes de danse, ses caravanes et ses roulottes, ses campements et ses auberges. Plus précisément, c’est au bord du Lac Oublié, en rase campagne, que les baraquements et les tentes, les estrades et les tréteaux, se sont montés cette année. Les habitants du coin sont un peu… spéciaux… mais le Cielsombrois est tolérant de nature, et il n’est rien qu’un bon flacon de vin ne saurait arranger, pas vrai ?

Forte de ce précepte, la Guilde des Savants n’a pas lésiné sur les moyens, et les fêtards qui commencent à arriver trouvent quantité de vivres et de boisson à consommer, une fois les tentes montées dans les clairières dédiées aux multiples campements. Les inscriptions aux concours de la soirée ont commencé : qu’il s’agisse de chant, d’équilibre ou d’invention, les trois thèmes de la soirée attirent le chaland : les récompenses sont généreuses et donnent envie. Une joyeuse frénésie règne sur les environs ; en plus, cette année, le duc Castiel et la haute noblesse est retenue en Faërie, alors cette fois, tout est permis !

Le soleil entame sa descente sur l’horizon ; dans quelques heures, le Festival du Seuil va commencer, et la barrière retenant les âmes des morts sera levée. Quelle hâte !
   





Premier Tour

Consignes



IRL : du lundi 3/10 au dimanche 9/10(16h).
IRP : le 31/10, crépuscule.

• Ce topic concerne les personnages qui participent à l'intrigue « La Danse des Trépassés », côté Sombreciel. Il s'agit uniquement des bourgeois et roturiers. La noblesse est invitée à rejoindre le topic côté Outrevent.

• Les personnes non-mentionnées dans cette introduction peuvent MP le Destin si vous ne savez pas pour quel motif vous pourriez être là !

• Ce premier tour couvre l'arrivée des fêtards sur la lande près du village où la fête va avoir lieu. Il y a plusieurs clairières où vous installer dans la forêt, le gros du festival aura lieu en dehors de la forêt près du lac. Imaginez-vous une rave-party médiévale géante... La Guilde des Savants a tout organisé et des bénévoles orientent les arrivants pour l'installation ; d'autres prennent les inscriptions aux concours qui animeront la soirée.
Amusez-vous !
Tant que vous pouvez encore tenir à peu près debout.  :tchin:

• Le tour prend fin le 31 octobre lorsque le discours d'ouverture est prononcé par Eustache Manivelle, chef de la Guilde et inventeur de grand renom. (Pour les autographes, faites la queue sagement. :vv:)

• Coucou, la limite de mots est toujours là ! 700 mots maximum par message, pas un de plus, sinon je mords !  :laa: A titre exceptionnel, votre premier message, et uniquement lui, peut compter jusqu'à 1 000 mots.

• Pensez à indiquer votre nombre de mots et le résumé de vos actions sous balises spoiler.

Bonne chance à tous !  :poele:




_________________
♦ Je suis le PNJ utilisé par les administratrices. ♦
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 3037
J'ai : 31 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Dim 2 Oct - 1:01

Samhain. Trois jours de folies, d’alcool et de tendres rencontres, trois jours à oublier tout, si ce n’était ce but ultime de faire la fête et d’honorer les disparus de chacun. Mayeul ne l’aurait manqué pour rien au monde, qu’importe que le festival se trouvent au milieu des champs. Il y allait tous les ans, saisissant cette opportunité de fêter la mémoire de Mathilde en s’enivrant jusqu’à ne plus se rappeler de son nom, en fumant bien assez pour l’apercevoir, sa soeur, marcher à nouveau parmi les vivants. Cette année pourtant, c’était différent : il ne pouvait s’empêcher de songer à cette figure de proue qui portait fièrement les traits de sa jumelle, éveillée par cette magie du sang honnie et qui cherchait désormais, par tous les moyens, d’exister. Il se sentait coupable, Mayeul, d’avoir contribué à faire revenir ce fléau en Arven, mais quand il pensait à Mathilde, il ne pouvait s’empêcher d’être partagé.
Et puis cette année, il était blessé. Encore secoué par le Tournoi de Bellifère, par ces alliés qu’il avait affronté sans état d’âme, simplement parce qu’un Mage en avait décidé ainsi. Il avait mis longtemps à effacer la culpabilité, et encore maintenant, il avait du mal à accepter d’avoir été aussi inutile qu’un pantin dont on tirait les ficelles. Et quand il parvenait à l’oublier, les tiraillements de son épaule se rappelaient à son bon souvenir.

Il avait encore mal, souvent. A l’épaule, au dos, à la tête aussi, cachant de son mieux les douleurs qui l’assaillaient dès qu’il voltigeait trop longtemps, dès que ses muscles se tétanisaient et tremblaient sous une fatigue qu’il avait presque oublié. C’était une question d’entraînement, il le savait, de guérison, de temps. De temps, oui. Mais il s’ennuyait fermement, Mayeul, avec ces jours de convalescence qu’on lui avait si généreusement accordé, assorti d’une interdiction de Voltiger. Interdiction qu’il avait aisément oublié, prétextant à la voix moralisatrice de son esprit qu’il n’avait pas bien entendu, drogué comme il l’était pour combattre la douleur. Du temps... Il en avait marre d’avoir du temps, de devoir réfléchir, de devoir se pencher sur ce qu’il lui était arrivé. Oublier était tellement plus simple ! Au moins, sa convalescence avait eu ça de positif qu’il n’avait pas eu à affronter Marianne. Ni qui que ce soit, d’ailleurs, avec qui il ne voulait pas parler.

Mais louper Samhain, non. Jamais. Nuage l’avait délaissé pour aller virevolter avec ses frères de nid, arrivés avec d’autres Voltigeurs, comptant fleurette à une jolie griffonne par la même occasion, délaissant son Voltigeur sur une ultime pensée inquiète. Mayeul s’était contenté de grogner sa désapprobation : depuis le Tournoi, Nuage avait décidé de se comporter en pot-de-colle à plumes, soucieux sans doute de voir son humain se mettre encore dans une situation risquée. Ses blessures n’avaient rien arrangé, et le Voltigeur avait la vague impression d’être un bébé griffon étroitement surveillé par sa mère, prête à le ramener par la peau du cou au nid s’il faisait la moindre bêtise. Une sensation très désagréable, surtout qu’il n’était pas le seul à le surveiller comme le lait sur le feu, ce qui avait tendance à l’agacer un tantinet.
Alors, il était bien décidé à boire, et à fumer, et à faire tout ce qu’il pouvait pour oublier un peu un quotidien plus que rageant ces derniers temps. Oublier Bellifère, oublier Arven, oublier la douleur de son épaule et les maux de tête qui le prenaient quand il était fatigué ou qu’il se concentrait trop longtemps. Oublier. Et boire.

Et participer aux jeux, peut-être bien, aussi. Chanter, non, il n’avait pas réellement envie. Et puis avec Aïon qui avait décidé de le punir, il ne fallait mieux pas. Mais l’acrobatie, c’était tout à fait dans ses cordes... Tant qu’il n’avait pas trop bu, en tout cas. S’approchant de la tente où se prenait les inscriptions, Mayeul s’adressa à l’homme qui se tenait devant
« Mon brave, veuillez noter je vous prie
Qu'ici s'incrit Mayeul de Vifesprit »


Il réprima un grognement, le Voltigeur, devant l’air perplexe de l’homme et le rire silencieux qui résonna à ses oreilles. Aïon, Dieu des poètes, quelle cruelle façon de punir ton serviteur ! Mais l’homme nota sans se questionner, habitué probablement aux frasques Cielsombroises. Pensif, Mayeul rajusta sa cape autour de ses épaules, arrangeant sans y faire attention la plume stylisée qui clamait son statut de Voltigeur, réprimant un gémissement quand son épaule protesta contre le mouvement. Maudit Tournoi ! Maudits Champions ! Et maudit Castiel qui devait, il l’espérait, s’ennuyer fermement à cette stupide réunion Outreventoise. C’est une belle cérémonie en l’honneur des disparus d’antan. Oui, et bien belle cérémonie ou non, il préférait largement se trouver ici, lui !

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs • Admin
avatar

Messages : 491
J'ai : 29 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'Ordre du Jugement
Mes autres visages: Mélusine ♦ Quitterie ♦ Chasteté ♦ Ljöta ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade
Les Voltigeurs • Admin
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Dim 2 Oct - 1:25

Pourquoi moi ?
Hein, pourquoi ?
Comme si Sombreciel m’attirait !

Je n’ai absolument rien à faire ici, et je pince les lèvres, profondément désapprobatrice. L’alcool commence déjà à couler – on dirait même qu’il coule depuis des jours – et les ivrognes sont déjà au rendez-vous. Raide comme la vertu, je descends du dos de Sirocco et détache les sacoches de selle qui contiennent mes affaires pour les jours à venir. « On a besoin d’enquêter sur les trafics de produits illicites », qu’ils m’ont dit. « Le Festival donne toujours lieu à des transactions-clé pour la recette annuelle des trafiquants », qu’ils ont prétendu. Mais on est sept, dans la division du grand banditisme – huit, si je compte Grâce Martel que j’envisage de démarcher – alors pourquoi moi ? « Parce que tu es seule, sans ailier, et que tu te fondras mieux dans la foule », c’est pas une raison acceptable !

Mais rien à faire : le major a décidé, et j’obéis. Me voilà donc prétendument en congés, au festival des dégénérés du continent – comme si quelqu’un, n’importe qui, allait gober que moi, Rejwaïde du clan Sinhaj, je suis venue en villégiature dans ce duché décadent – comme s’il existait en Arven une âme suffisamment stupide pour avaler que moi, Reja, je suis encline à mettre ne serait-ce que l’infime bout d’un orteil… en Sombreciel !

Ri-di-cu-le.

L’amusement diffus que je perçois dans les pensées de Sirocco me contrarie au plus haut point, et je pars en direction du campement des Voltigeurs en tapant du pied, le talon de mes bottes crissant sur les graviers du chemin aménagé pour rejoindre la clairière. D’autres sont là, de tous les duchés – je repère même quelques Erebiens du roc, mais aucun du sable. Posant mes affaires dans l’une des tentes mises à notre disposition, j’en rabats les auvents et m’enfonce délibérément dans le sommeil. Le voyage a été fatigant, et je tiens à être en forme ce soir pour ouvrir l’œil et guetter les individus suspects à appréhender. Quelques heures passent – et la présence de Sirocco se fait plus insistante dans la brume de mes pensées. Crépuscule. Rassemblement. Torches qui s’allument. Impatience.

Bien. Il va sûrement falloir que je rejoigne les convives. Officiellement, je ne suis pas de service – j’ai donc, à l’instar de ces paysans évaporés, choisi une belle tenue pour la fête. Courbée sous la toile de ma tente, j’enfile le sari brodé que j’ai amené avec moi depuis Ibelin, soigneusement plié dans mes sacoches pour ne pas qu’il se froisse, et drape autour de moi le voile écarlate qui le complète. Je ne suis pas vraiment en capacité de faire quoi que ce soit pour mes cheveux, à part les brosser un peu pour qu’ils retrouvent de leur soyeux habituel – tant pis, ma foi, ils ne s’agit pas d’un rassemblement de clans, je ne ferai honte à personne. Méthodiquement, je couvre mes poignets de bracelets, jusqu’à ce que chacun de mes gestes déclenche un carillon de tintements gais. A chacun de mes souffles, l’élégant collier qui couvre mon cou semble capter et réfracter la lumière – ah, que j’aime le travail de nos orfèvres, si adroits et délicats.

Je finis par sortir de ma tente, adoptant instinctivement les gestes caractéristiques de ces femmes de harem, dressées à faire tinter leurs bijoux et à mettre en valeur le drapé de leurs voiles. C’est une part de ma vie qui est bien loin derrière mon statut actuel, mais cette éducation fait partie de moi ; et le sang des dunes coule bien trop ardemment dans mes veines pour que je puisse songer, ne serait-ce qu’un seul instant, à le renier. Allons – pour ce soir, je serai un bel ornement de salon, et Alméïde serait fière de me voir, si elle était là.

Si elle était là.
Mon éternelle absente.
Rajustant d’une main le voile sur mon épaule, je lève le regard vers le ciel qui s’illumine des lueurs du crépuscule.
J’espère qu’elle va bien.

Spoiler:
 

_________________

 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Dim 2 Oct - 11:53

31 Octobre 1001 — Sombreciel



L'inconnu est effrayant. Des territoires bordés de plaines à perte de vues, incapable de savoir ce qui se trouve de l'autre côté ; des odeurs qui ne sont pas familières, autour desquelles on ne ressent pas ce confort routinier. Ce qui attendait Abigaïl en Sombreciel n'avait rien d'attirant pour elle. C'était un monde différent, qu'elle fuyait à en perdre haleine de peur de se faire happer par un voltigeur maladroit ou exploser par un savant fou. Ibélène la terrifie autant qu'elle l'intrigue, elle qui est trop curieuse. Mais pour cette fois, et cette fois seulement, elle se permettrait d'assouvir sa curiosité.

Royale était en pleine période de ponte, offrant sa liberté tant convoitée à la jeune rousse. Pas de mission, pas d'obligation, Abi seule avec elle-même à la découverte du monde. Elle aurait idéalement voulu retourner en Outrevent pour cette fête qui honore les morts, priant Sithis et Bathild de veiller sur ses parents, les vrais, ceux qu'elle n'a pas eu le droit de connaître. Mais la missive qui la conviait en Sombreciel donnait envie, si envie... Elle douta d'elle un moment, dans son fauteuil douillet à Cibella. Mettre un pied là-bas pour croiser des convives qu'elle ne connaissait pas, boire des litres d'alcools trop forts et participer à des jeux où la magie serait sûrement à prohiber... Un bien drôle d'endroit pour une jeune mage.

Or ce fut Royale qui eut le mot pour la convaincre. Tu t'ennuierais là-bas, sans moi, sans personne... Ce n'est pas ton genre de t'y rendre seule. Non ? Non. Hors de question de s'enfermer par peur d’errer en Ibélène comme un vautour affamé. Abigaïl était une femme forte et indépendante, et n'avait besoin de personne pour profiter d'une soirée à laquelle elle avait été invitée. Presque outrée par un tel propos venant de Royale, Abi avait soufflé en serrant les poings, prenant avec hâte la direction du premier portail pour la mener jusqu'à destination. Pas même besoin d'une monture, que Royale ne s'en prenne qu'à elle, Abi lui montrerait qu'elle est capable de profiter de son temps comme elle le mérite.

A son premier pied en Sombreciel, l'assurance de la chevaucheuse chuta quelque peu, mais elle se reprendrait vite, se convaincant qu'elle devait profiter de ces quelques jours. La quête de l'aventure était, après tout, ce qui avait fait mouvoir ses jambes jusqu'ici - ça et la vanité maladive de son ego meurtri. Dans ce champ, ses yeux se perdaient sur tout ce qu'il y avait autour d'elle : nourritures exotiques, boissons colorées et pétillantes, mais surtout coiffures et vêtements merveilleux. Abigaïl aurait dû se faire belle, jouer sur son physique pour donner une image délicate de Cibella, mais son départ dans la précipitation et l'orgueil ne lui avait pas offert le temps nécessaire.

Soupirant à cette pensée, la jeune fille avança, curieuse, vers le lieu des inscriptions aux concours organisés. Inventions, très peu pour elle ; chant, mieux valait pas pour les autres. Quant à l'équilibre, ne sachant pas trop dans quoi elle s'engagerait... Elle y déposa son nom, sourire au creux des lèvres lancé au bénévole qui gérait les inscriptions, et avec hâte d'en apprendre plus sur ce Festival dont elle ignorait tout. L'inconnu est effrayant, mais pour cette fois toujours, Abi serait heureuse de faire face à un peu de danger et d'effroi.


Spoiler:
 


Dernière édition par Abigaïl l'Embrasée le Mar 11 Oct - 17:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages
avatar

Messages : 263
J'ai : 27 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Les Mages
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Dim 2 Oct - 12:03

Elle avait le fondement encore un peu endolori, il fallait l'admettre. Bon sang ! Quelle idée de faire le voyage a cheval ! Pourquoi n'avait elle pas prit une charrette ? Hein ? Pourquoi ? Enfin ce qui était fait était fait, elle avait les fesses rouges mais cela passerait. Il était l'heure de faire la fête ! Bien, elle n'était pas tout à fait à l'aise en Sombreciel, il fallait dire que des années de regards de chien de faïence, ça ne disparaissait pas comme ça ! Pour éviter de se faire regarder du coin de l'oeil, Cassie s'était habillée a la mode cielsombroise dans les tons bleus nuit et avait natté ses cheveux en une tresse dorée ramenée sur son épaule.

Tout autour d'eux, ce n'était que danse, rire et voix forte. L'ambiance était présente, électrique même, l'alcool coulait a flot et ici et là, des petits stands proposaient des mets aux odeurs les plus éclectiques.

« oh regarde ! Tu veux pas gouter ? Il paraît que les beignets de calamars au piment sont les meilleurs de la terre par ici ! Il faut absolument que je goute ça ! Avec de la chance, j'en devinerais la recette et je pourrais t'en faire non ? »

Un grand sourire aux lèvres, Cassiopée jeta un coup d'oeil a son compagnon, silencieux comme d'habitude mais attentif. Pour une fois, elle n'avait pas eu a traîner Thomas dans son sillage, elle lui avait juste demandé gentiment. Donc les voici au Festival du Seuil, en territoire ennemi comme dirait sa grand mère. Mais passons, elle était bien décidée a profiter de la fête !

« Hé ! Il y a des concours par là...On s'inscrit ? Je suis sûre que je peux gagner un ou deux prix...A moins que tu ne préfère qu'on aille manger autour d'un feu avant ? Comme tu veux, de toute façon, je compte bien tout découvrir ! »


Les iris pétillantes de la jeune mage ne savaient plus où regarder, il était inutile de lui demander si être là lui plaisait ou non, l'évidence était inscrite sur son visage. Elle glissa son bras autour des hanches de Thomas, se pencha un peu en avant pour le regarder :

« Alors ? Qu'est ce que tu décides ? »

On pouvait presque l'entendre sautiller sur place d'excitation.Il y avait tant a voir et a découvrir ! Si elle pouvait grappiller quelques secrets de cuisine au passage, ce serait le paradis ! Mais pas sûr qu'elle arrive a tirer les vers du né des cuisiniers, il existait toujours une certaine méfiance entre Ibéléens et Faëriens. C'était comme ça, elle n'y pouvait pas grand chose, mais elle était bien décidé a profiter de tout et en grande quantité.

Spoiler:
 

_________________


il suffit parfois...
"Le printemps est arrivé, la belle saison, l'amour et la joie sont revenus chez toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Dim 2 Oct - 13:07

J’avais besoin de ça, je crois. Besoin de cette joie, de cette ambiance festive, de cette euphorie cielsombroise, même si je ne m’en rendis compte qu’à l’instant où je descendis de la caravane. Je saluai et remerciai mes compagnons de voyage d’un vague signe de la main, déjà intriguée par ces nouveautés qui s’étendaient devant mes yeux. Pour l’instant, pourtant, je n’avais pas envie de découvrir, de visiter, et de laisser libre cours à ma curiosité. Je désirais juste m’immerger dans l’allégresse environnante afin d’éloigner la morosité et la peur qui commençaient à prendre un peu trop à mon goût leurs aises au plus profond de moi.

Les évènements de ces derniers mois n’avaient guère été joyeux. L’épisode terrifiant des Anges pleureurs s’invitait parfois encore dans mes cauchemars. Les découvertes faites au Festival de l’Oraison me tiraillaient parfois l’esprit. Les rumeurs du Tournoi des Trois Opales et de cet Ordre du Jugement m’avaient fait froid dans le dos. Je ne savais même plus si je voulais ou non entrer à l'Académie. Et puis, bien entendu, la Samhain me rappelait cruellement que j’avais perdu mon frère, et que rien ne me le ramènerait jamais – enfin, le Festival du Seuil avait une vision différente des morts, si je ne me trompais pas, une vision que j’étais d’ailleurs curieuse de connaitre. Alors oui, j’avais grand besoin d’un peu de joie, et ces festivités me paraissaient tout à fait idéales pour me ramener le sourire.

D’ailleurs, en parlant de sourire, je le sentais déjà poindre, un peu hésitant, un peu léger, certes, mais c’était un bon début. Et pourtant, je n’avais encore rien fait : je me contentais de flâner, laissant mes pas me porter n’importe où. Je ne voulais pas particulièrement participer aux concours – je ne me sentais pas vraiment assez talentueuse –  ni me mêler à la foule, et encore moins toucher à quelque poison cielsombrois. Non pas que je voulais jouer les rabat-joie, ou que j’ignorais comment faire la fête, mais j’avais simplement… besoin de goûter l’instant.

— Quelle excuse pitoyable, fis-je remarquer en secouant la tête de dépit. Ton frère ne t’aurait pas reconnue, tu sais, Melinda ?

Si mon frère avait été encore en vie, j’aurais été aussi insupportable qu’une abeille surexcitée. Je me serais probablement intéressée à tout, et je l’aurais tiré derrière moi pour l’emmener partout. Ou, au contraire, j’aurais oublié sa présence et il m’aurait perdue dans la foule. Il se serait inquiété pour moi, alors que je me serais amusée comme une petite folle. Je l’aurais sans doute poussé à participer à un concours quelconque, pour admirer ses talents – et m’en moquer, aussi, accessoirement. Et je n’aurais certainement pas… goûté l’instant. Mais il aurait été content, sans doute, que je sois devenue presque raisonnable – une sorte de synonyme d’ennuyeuse, selon moi. Après tout, n’était-ce pas ce qu’il avait tenté de m’enseigner durant toutes ces années ?

Comme en signe de défi muet à cette idée ridicule que je puisse me montrer raisonnable, je me payai un verre – pas aussi fort que les trucs cielsombrois que m’avait donnés Mayeul, en son temps – et le bus à petites gorgées, stupidement satisfaite de ce geste tout simple. Un peu ragaillardie par les effets de l’alcool, je continuai à déambuler auprès du Lac Oublié, observant désormais avec curiosité les différents étals qui se présentaient à moi.

On pouvait tout faire, avec de la détermination, j’en étais persuadée. Et là, pour l’instant, j’étais déterminée à profiter de ce Festival du Seuil.

Spoiler:
 


Dernière édition par Melinda Orlemiel le Sam 8 Oct - 19:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Dim 2 Oct - 13:37

31 Octobre 1001 — Sombreciel


Fêter les morts, c'était pas forcément le dada d'Arnaud. Mais bon, la fête proposée avait de quoi l'attirer. De la boisson et de la nourriture, il n'allait tout de même pas se priver. La mort ne le rebutait pas et l'idée de rendre hommage aux disparus pouvait être quelque chose de joyeux si l'on savait comment organiser les choses. Peut être qu'aux yeux de certains, ce n'était peut être pas non plus de bon ordre mais Arnaud s'en fichait pas mal. Lui, il n'y voyait qu'une occasion de faire la fête, de faire de nouvelles rencontres aussi. Pourquoi pas. Quelles soient féminines ou masculines, toute nouvelle connaissance était bonne à prendre. Tant que ça en ressortait positif. Il s'y rendait chaque année et ce n'était pas rare qu'il en ressorte avec des morpions avec une nouvelle conquête. Qu'il se gardait bien de recontacter par la suite bien entendu.

Sereine l'avait déposé à l'entrée des terres d'Ibélène avant de repartir pour faire sa vie de son côté. Même si elle ne semblait pas comme ça, Sereine ne restait pas loin au cas où Arnaud aurait besoin d'elle. Et comme chaque année, il avait laissé Chipie avec Sereine pour éviter qu'elle ne fasse n'importe quoi.

« Ne bois pas trop, fais attention à qui tu parles !! Tu le dis si tu as besoin surtout ! Évite les problèmes. Ne te bas pas. »

Parfois Arnaud avait la sensation que Chipie était un double de sa mère. C'en était parfois si pénible qu'il rêvait de pouvoir éteindre la petite furette. Les seules moments où elle le laissait tranquille, c'était quand elle dormait. Et encore, il lui arrivait de parler en dormant. Malgré le fait qu'elle soit enquiquinante, Arnaud n'aurait certainement pas échangé Chipie. S'il avait gagné de l'argent chaque fois qu'il lui avait demandé de se taire ou que Sereine lui avait demandé de la manger, Arnaud serait probablement l'homme le plus riche de la planète. Enfin, malheureusement, aucun bouton pour faire taire Chipie n'avait été créé. Alors, il faisait avec et puis voilà.

Il avait regagné sa tente avec hâte lorsqu'il était enfin arrivé sur place et déposé ses affaires dans un coin avant de ressortir aussitôt. Lentement, il s'était dirigé vers les stands et autres joyeusetés que proposait la fête. À voir comme ça, c'était presque étrange de se dire qu'ils allaient fêter les morts. Arnaud s'arrêta un court instant face à un stand de boisson, réclamant une chope d'hydromel avant de s'éloigner pour continuer sa reconnaissance. Alors qu'il avait le nez dans sa chope, le regard d'Arnaud se posa sur une chevelure rousse. Abigaïl était vraiment venue ici ? C'était assez étonnant venant de la jeune femme mais soit, il était content de voir qu'elle sortait un peu de sa coquille. Le jeune homme se dirigea sereinement vers elle et se posta dans son dos, regardant ce qu'elle faisait par dessus son épaule.

« Équilibre ? Toi ? Pfeuh... t'arrive déjà pas à tenir sur ton dragon... »

Le jeune homme esquissa un sourire moqueur. Provoquer Abigaïl était devenu l'un de ses passe temps favoris. Elle était adorable Abigaïl malgré son caractère et il appréciait de passer du temps en sa compagnie. Sans détourner le regard, il fronça les sourcils, un peu vexé et dubitatif.

« Je ne pensais pas te voir ici... Tu aurais pu me le dire, je t'aurais accompagné... »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles • Modo
avatar

Messages : 490
J'ai : 30 ans
Je suis : Couturière au service de la cour d'Ibélène, Espionne à la Cour des Miracles (infiltration)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles, Sombreciel & l'empire d'Ibélène
Mes autres visages: Alméïde, Ilse, Aurore, Victorine, Teagan
La Cour des Miracles • Modo
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Dim 2 Oct - 18:02

Le Festival du Seuil en Sombreciel. Voilà un événement que Liselotte attendait avec impatience ! Les jours suivant s'annoncent... intéressants, très certainement. L'alcool coulera à flot, la musique résonnera dans la lande, près du Lac Oublié, les jupons s'envoleront et tout cela, sur plusieurs journées emplies de joie et d'effervescence. Quoi de mieux pour fêter la mort que de célébrer la vie de la façon la plus cielsombroise qui soit ?

La couturière arrive au moment où le soleil entame sa descente à l'horizon. Le ciel se pare de nuit et les étoiles apparaissent timidement, dans la voûte céleste dégagée. Le temps se rafraîchit mais elle ne doute pas qu'il y aura de nombreux feux autour desquels se réchauffer – et de corps contre lesquels se blottir. Sa tente est installée aux dernières lueurs du jour et elle y dépose précautionneusement ses affaires ; de toute manière, elle ne compte pas y passer beaucoup de temps. Trop de choses à faire, trop de choses à voir, trop de monde à aborder. Elle arbore un sourire radieux la Cielsombroise et une robe aux teintes pastel, rappelant le bleu d'un ciel d'été. Son voile est relevé et elle se rend vers les visages connus et ceux moins connus de la foule, saluant parfois d'une étreinte ou d'un baiser celui ou celle qui aura la chance d'attirer son regard.

En parlant de chanceux, elle remarque bientôt la présence de Mayeul qui fait naître un sourire lumineux sur ses traits. Liselotte s'avance d'un pas guilleret, sautillant presque, attrapant son poignet pour lui faire face, rayonnante. « Mayeul, quel plaisir de te voir ici ! » Elle s'élève sur la pointe des pieds et le salue d'un baiser avant de l'observer d'un oeil critique mais satisfait. « Je vois que tu fais bon usage de mes présents, j'en suis heureuse. Mais il faudra enlever ça tout à l'heure ; prendre un bain tout habillé, voilà qui serait du gâchis. » déclare-t-elle avec malice. Prévoir une baignade à l'aube du mois de novembre, en voilà une idée saugrenue. Mais elle ne doute pas que chacun trouvera des moyens fort commodes de se réchauffer.

Sans s'embarrasser de manières, Liselotte s'accroche au bras du voltigeur pour continuer à parcourir la foule. « As-tu prévu de participer aux concours ? J'ai cru comprendre que tu n'avais pas encore réintégré ton escadron. » le questionne-t-elle d'un ton enjoué. C'est que les nouvelles vont vite, particulièrement lorsqu'on laisse traîner ses oreilles sciemment aux bons endroits et que l'ont échange quelques missives avec les bonnes personnes.


Spoiler:
 

_________________


On joue parce qu' on aime la vérité et parce qu' on la déteste. On joue parce qu' on deviendrait fou si on ne jouait pas. Jouer ! Est-ce que je sais, moi, quand je joue ? Est-ce qu' il y a un moment où je cesse de jouer ?








dialogues • mediumvioletred
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Lun 3 Oct - 8:54

Sombreciel…ha cette contrée m’était fort sympathique. Seulement à petite doses cependant. Ces gens-là vivaient dans un excès constant, fort agréable pour se changer les idées, mais qui pouvait rapidement devenir malsain. Et il était tellement facile de se laisser glisser dans une débauche où la dépendance guettait. Il fallait éviter de trop rester dans les parages sous peines de ne jamais en partir se vautrant pour l’éternité dans un état second. J’avais découvert Sombreciel lorsque je voyageais avec mon maître, quelques années après le début de mon apprentissage. Depuis j’y revenais quand l’occasion s’en présentait et le samhain en était une parfaite. J’avais quelque mort dans le placard et je prenais très à cœur d’honorer leurs trépas en fêtant la vie, buvant et comptant fleurette. Si en prime, je pouvais en profiter pour emprunter la bourse de badauds inattentifs, hé bien, ce serait parfait.

La guilde des Savants avait fait un travail remarquable. Il y avait de tout, pour tout le monde, partout. C’était un véritable plaisir et j’avais même eu le loisir de voir les derniers préparatifs se terminer quand j’étais arrivée la veille. Ces gars-là étaient les magiciens de la mécanique et ils n’avaient franchement rien à envier à leur collègue usant de magie. Leur savoir faire était tout aussi impressionnant et les voir à l’œuvre, montant, réparant, usant de leur construction, était un véritable plaisir pour les yeux.
Ce soir était le premier jour du début des festivités et je comptais bien y prendre part avec une ferveur toute personnelle. Le tournoi des trois opales m’avait laissé un goût amer dans la bouche et j’avais mis des jours à me retrouver un semblant d’équilibre. Perdue dans la peur de compter de nouvelles têtes dans la liste des absents.
Désormais, sachant tout le monde hors de danger et malgré les tensions qui en avaient découlé, j’étais de nouveau prête à profiter pleinement de ce que la vie m’offrait. Nous allions fêter les morts, nous allions vivre en l’honneur de ceux que nous avions perdu, les remercier de ce qu’ils nous avaient apporté. C’était une vision des choses que j’appréciais, je la trouvais fabuleuse même.
Loin du deuil et de la perte terrifiante qui accompagnait en général le décès d’un proche. Même si je me voilais la face, il était évident que j’étais terrifiée à l’idée de perdre encore quelqu’un qui m’étais proche et de ressentir cette douleur écrasante. Le tournoi me l’avait douloureusement rappelé. Il était temps de faire la paix avec les souvenirs douloureux, au moins pour ces quelques nuits.

Samhain était l’occasion d’oublier tout ça, de voir la mort autrement, d’honorer la mémoire de ceux qui étaient partie dans la joie. J’aimais cette idée.
Chaussure dans la main, je profitais de la sensation de l’herbe sous mes pieds. Cela me changeait des pavés durs de Lorgol. L’endroit était charmant, à proximité d’un petit village.
Cette année promettait d’être grandiose, surtout avec l’excentricité des cielsombrois qui irait rajouter une folie dont nous avions tous besoin pour oublier les tensions entre les grands d’Arven. Laissons le protocole et la morne tristesse aux nobles, pour une fois c’était parmi le peuple que la fête serait grandiose. J’étais impatiente de voir ce qui allait arriver, lorgnant le lac avec envie. Il faisait frais, mais soyons honnête, avec l’alcool, les jeux et le reste, quelqu’un finirait bien dedans. Il fallait juste que je me trouve un compagnon de jeu assez éméché pour que mon étrange caprice trouve un compagnon


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Lun 3 Oct - 13:09

31 Octobre 1001 — Sombreciel



La chevelure de feu de la chevaucheuse venait se perdre sur le papier, l'empêchant de noter son nom. Le retenir en une queue sur le dessus de la tête aurait été idéal, mais la demoiselle se contente de balayer les mèche gênantes d'un revers de main. Équilibre. C'était une épreuve bien étrange et elle était curieuse en voir ce qu'il en serait. Or ce qui étonnait le plus Abigaïl était sûrement la fête en elle-même : célébrer les morts dans la nature et la joie. Jamais elle n'aurait cru que parler du grand voyage puisse inspirer tant de couleurs et si peu de nostalgie et mauvais remords. De quoi lui faire presque apprécier Sombreciel et ses coutumes.

Elle se perdait dans ces pensées impures pour ses convictions quand elle sentit un corps se pencher sur elle. La bouche en rond et les sourcils arqués, Abi se retourna sèchement avant de reconnaître le voix rauque et le visage familier qui l'accompagnait. Pff... tu es vraiment stupide, Arnaud. Sa réponse à voix haute lui valut un regard étonné de la part de l'organisateur qui gérait les inscriptions. Après tout, Abi avait sûrement été la seule à entendre le murmure d'Arnaud, l'outreparleur muet... Le grand frère qu'elle n'avait jamais eu. Elle signa la feuille qui finalisait son inscription au concours d'équilibre avant de pendre Arnaud par la main pour continuer leur conversation un peu plus loin.

Tu n'es pas mon père, tu sais... Je n'ai pas besoin de te dire où je vais, tout le temps ! Le ton de sa voix mélangeait humour et sérieux, ne sachant pas réellement si l'homme se moquait d'elle. Abi lui jeta donc un œil amusé, taquin et énervé à la fois, un mélange particulier qui lui donnait un air tout aussi singulier. Puis ses yeux vinrent balayer l'espace réservé, les invités tous différents et les voix de chacun qui s'élevaient. Je n'arrive pas à savoir si je suis excitée d'être là, ou quelque peu dégoûtée que ça se passe en Sombreciel... Au fond, si elle le savait et avait hâte que les festivités commencent. Aussi excitée qu'une puce.

En lorgnant sur la chope dans les bras d'Arnaud, elle lui reprit la main pour le guider vers un coin de bar et commander à on tour, quelque chose de doux et sucré demanda-t-elle. Elle ne lâchait pas celui qui lui avait appris son métier, comme un familier accroché à son mage. Elle qui voulait se prouver qu'elle était capable de s'amuser seule, elle ne perdait pourtant pas cette occasion. Rassurée, même si elle ne se l'avouerait pas, sa boule au ventre avait disparue, lui faisant presque oublier qu'elle se trouvait chez l'ennemi. Qu'est-ce que tu fais ici, toi ?

Spoiler:
 


Dernière édition par Abigaïl l'Embrasée le Mar 11 Oct - 17:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages • Admin
avatar

Messages : 796
J'ai : 25 ans
Je suis : Mage guérisseuse

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Bartholomé d'Ansemer
Mes autres visages: Mélusine ♦ Chasteté ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade
Les Mages • Admin
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Lun 3 Oct - 18:52

Honnêtement, je ne pensais pas qu’il m’aurait laissée y aller.

Il m’a à l’œil, le Capitaine : déjà avant, après mon accident avec une Chevaucheuse cibellane, il avait décidé de me surveiller. Tu vas voler avec moi maintenant, Louison, qu’il m’avait dit. Tu soignes bien mais tu casses un peu trop. Bon. Sur le papier, c’était une bonne idée : il part pas très souvent en mission, le Capitaine, alors je suis moins un poids pour la division qu’il choisit d’accompagner ; puis je voyage beaucoup plus. Serment est ravi. Sayam apprécie. Et moi aussi.

Puis, il y a eu le Tournoi des Trois Opales. Je ne sais pas comment j’en suis sortie à peu près vivante, mais j’ai finalement réussi à me remettre, même si l’articulation de mon épaule reste douloureuse. Et j’ai pu lui extorquer une augmentation. Et un appartement un peu plus grand – au rez-de-chaussée, sans escalier traître à gravir et à descendre quatre fois par jour ! Avec un adorable petit balcon menant aux jardins. Il a ronchonné beaucoup, prétendu que c’était parce qu’il en avait assez que je dévale les escaliers tête la première tous les jours en détruisant tout sur mon passage ; mais je sais bien, moi, qu’il a été impressionné par la fermeté de ma demande (et de mes larmes) quand j’ai exigé (supplié) des dédommagements pour l’épreuve terrible qu’il m’avait très injustement infligée (pitié, je veux en profiter avant de mourir, chef).

Après ça, je ne pensais vraiment pas parvenir à extorquer une autre faveur – et pourtant.

Quand Lucille m’a écrit pour me raconter que, cette année, la fête des Cielsombrois pour la Samhain se déroulerait près de son village natal, j’ai sauté sur l’occasion. Revoir mon amie, et visiter le village – le Village, rien que ça ! Circonspecte, je m’en suis allée tâter le terrain… En fait, Sayam a coincé Calico sous un escalier pour lui demander si, par le plus grand des hasards, son mage serait disposé à laisser son équipière touroriste prendre le large un peu. Sans aucun doute, qu’elle a dit avec ses petits yeux mignons ; tant que c’est pas sur le dos d’un dragon.

Bon.
Je portaillerai vers Euphoria, que je me suis dit.
Puis je suis allée lui demander, avec mon air le plus sûr de moi et de mon bon droit.
Potentiellement avec quelques trémolos dans la voix, bon, booon.

J’avais pas vraiment escompté qu’il accepte, et absolument jamais envisagé qu’il déclare avoir lui-même l’intention de s’y rendre.
Pas une seule seconde.
Ma foi, s’il a tant envie de s’y rendre, je serais bien idiote de ne pas profiter de l’occasion : non seulement je vais m’amuser, mais avec la bénédiction de mon Capitaine de Vol, qui plus est !

Sur place, deux semaines plus tard, on nous indique la clairière dédiée aux Chevaucheurs venus depuis Faërie ; Sayam hésite devant la forêt de tentes, incertain de celle qui m’a été attribuée, et moi j’hésite tout court, mal à l’aise dans la robe cielsombroise un peu trop décolletée à mon goût que j’ai revêtue, présent du duc Castiel – et soulagée, infiniment, de dérober mon visage sous un ample voile fauve assorti à mes jupes. Timidement, je tire sur la manche de mon supérieur, qui m’entraîne d’un bon pas vers les roulottes réservées aux gradés que sont les capitaines et les majors, en oubliant totalement, sans doute, que je suis toujours à sa remorque.

« Je-je vais pas par là, moi, mon capitaine – Sayam va me trouver ma t-tente. »

Je tente de dégager la main que j’avais calée sous son coude pour qu’il me guide parmi les obstacles du chemin depuis l’arrivée du portail – bagages, mules, enfants, Familiers et objets divers et variés – mais je me prends les pieds dans une racine traîtresse, et bascule en avant avec un cri surpris, ma sacoche de voyage à la hanche, l’entraînant dans ma chute.

Oups !

Spoiler:
 

_________________



i thought i was blind
condemned to the night, forfeited, surrendered
i believed i was a lost cause ©️ acidbrain




Sayam #006699Serment #990099Quitterie #990000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 780
J'ai : 38 ans
Je suis : garde à l'antenne de la Guilde des Compagnes à Port-Liberté

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Guilde des Guerriers et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Castiel • Louis • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Lun 3 Oct - 19:19

Il a beaucoup de difficulté avec Sombreciel. En général. Et les Cielsombrois. Ce duché, dont les mœurs ouvertes sont encore plus connues que l’esprit fin dont ils se vantent avec tant d’ardeur, a longtemps représenté pour Octavius l’ensemble de tout ce qu’il méprisait, magie exceptée. Même aujourd’hui, alors qu’il a vu bien des choses depuis son enfance à Val-Glacé… oui, en effet, ce n’est pas facile.

Puis, cette idée d’honorer les morts avec une fête.
Il y a uniquement les Cielsombrois pour penser à ça.

Cela dit, il a signé, encore, avec la Caravane des Plaisirs et il a bien besoin de fêter la fin de la première partie de sa convalescence, passée en partie à Lorgol, puis dans sa roulotte, dans laquelle il a affiché le cadre contenant la mise en demeure envoyée par Hjalmar d’Evalkyr. Tous les enfants des Miracles ont éclaté de rire, lorsqu’ils lui ont lu la missive très officielle et garnie de mots bien complexes auxquels il ne comprenait pas grand chose, et lui ont expliqué la portée de tout cela. Il est un peu… un peu déçu, sans doute, de ne plus pouvoir approcher Lia. Ljöta. Tout de même. Cette lettre de mise en demeure n’en reste pas moins une fierté à regarder, avec le sourire le plus arrogant qu’il soit. Lui, une menace pour la princesse de Valkyrion. C’est flatteur, ça oui.

Le Festival du Seuil est un incontournable, pour la Caravane des Plaisirs, même si Octavius pense que les Cielsombrois et les Cielsombroises sont clairement de la concurrence déloyale, à coucher contre aucun fleuron. Alors il a suivi, bien obligé, mais il se contente de surveiller les allées et venues des festivaliers autour des roulottes, un peu impressionné. De voir toutes ces personnes, Chevaucheurs, Voltigeurs, badauds, même quelques nobles, jouer et s’amuser. On est venu lui proposer de participer aux concours de la soirée, mais ses capacités en chant, équilibre et invention ne sont certainement pas celles qui lui ont valu son nouveau titre. Il préfère encore rester assis sur son tronc d’arbre, à attendre le début officiel des festivités.
Octavius en est là dans son observation curieuse, une chope de bière piquante de Bellifère dans la main, lorsqu’il avise une silhouette menue qu’il connaît bien. Il n’en faut pas plus que sa voix s’élève, ravie, apostrophant Maelys : « Tiens, mais si c’est pas la dame des Quat’ Vents !, qu’il clame avec force, faisant se retourner quelques têtes sur la championne décorée de Lagrance, générant même quelques murmures. Tu m’excuseras de pas m’incliner devant toi, j’ai un peu d’difficulté avec mes genoux, ces temps-ci. » Il n’est pas rancunier, ce guerrier. Il est même plutôt malicieux, alors qu’il parle de ces blessures qui auraient certainement pu l’estropier à vie, dans d’autres circonstances. Comment vraiment en vouloir à Maelys, aussi envoûtée que lui ?

Il s’étire et attrape une autre chope, qu’il remplit généreusement avec la bouteille de bière qu’il a à ses côtés, et tend le tout à la Lorgolienne. « C’est pas d’la liqueur lagrane, mais c’est bon. Cadeau. Pour t’aider à supporter tout ça. »

Spoiler:
 

_________________
Dialogues en sienna





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 1123
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle
Mage Destructeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Lun 3 Oct - 20:11

    C'était vraiment à se demander ce qu'il pouvait bien faire là, silhouette sombre et sérieuse dans une atmosphère de fête. De son propre chef, il ne serait jamais venu, c'était une évidence. Rien ici ne l'attirait. C'était trop bruyant, il y avait trop de gens, trop d'alcool et de substances inconnues et aux effets indésirables qui traînaient. Thomas ne savait pas se laisser aller et n'avait jamais bu pour se détendre et oublier ses problèmes. Il avait été mortifié enfant de voir les ravages de cette boisson sur un homme qui avait tout pouvoir sur lui et cela avait été un avertissement efficace et très dissuasif. Il lui arrivait de boire de temps en temps, mais davantage par politesse que par réelle envie et jamais au point de perdre le contrôle. Il était inconcevable pour le jeune Chevaucheur de laisser une telle chose arriver.

    Sauf qu'il n'était pas seul. Et que Cassiopée, elle, adorait ce genre de manifestation, ne serait-ce que par curiosité. C'était grandiose. Et dans un endroit des plus charmants, même si Thomas n'était pas ravi de se retrouver à Sombreciel. Les Faes n'étaient pas forcément très bien vus. Et il avait imité Cassiopée en adoptant la mode de ce coin d'Arven, afin de passer davantage inaperçu. Même s'il était probable qu'il croise quelques personnes qui connaissaient son identité. Ou celle de Cassie. Mais qu'importe. Pour une fois, Cassie n'avait même pas eu besoin de lui faire les yeux doux pour qu'il accepte de l'accompagner. Après tout... ils étaient en couple non ? C'était une notion encore étrange pour Thomas. Mais au cours de leur voyage, ils n'avaient été que tous les deux alors... il devait bien admettre qu'il était très agréable de s'endormir avec elle et de se réveiller à ses côtés. Entre autres choses évidemment. Du coup, il était plutôt de bonne humeur malgré la fête qui battait son plein.

    Sans être souriant, il n'était pas renfrogné pour autant alors que la petite blonde à ses côtés était excitée comme une puce.

    « Avec un peu de chance ? Je préférerais un peu de talent, pour ne pas mourir empoisonné. »

    Il plaisantait évidemment, Cassie était une bonne cuisinière. Et il était son testeur numéro un, même si parfois, c'était quand même un privilège à risques, il ne fallait pas se leurrer. Surtout quand il y avait une erreur de dosage en piments, par exemple. Virevoltante, Cassiopée changea de sujet, parlant des concours. Le regard que lui adressa son compagnon quand elle proposa de les y inscrire fut sans doute éloquent. Hors de question qu'il se livre à ce genre de bouffonnerie. Il n'aimait pas se donner en spectacle et n'en voyait pas l'intérêt. La seule discipline où il aurait eu une chance de gagner c'était l'équilibre, mais ce genre de démonstration ne l'intéressait nullement.

    « Tu peux t'inscrire, oui. »

    Sous entendu : moi, il n'en est pas question. Peu étonnant. Il était venu avec elle, il ne boudait pas, mais il ne fallait pas en demander trop d'un coup.

    « N'abuse pas, je fais des efforts, mais procède par étape. »


    Il lui adressa un léger sourire. Il se raidit très légèrement quand elle se rapprocha de lui, encore peu habitué à ce genre de contact en public. Cela ne dura qu'une fraction de secondes, avant qu'il ne dépose un baiser sur son front, furtif, mais réel.

    « On va aller t'inscrire et on ira manger un morceau après. »

    Son regard brun balaya les fêtards. Et des visages connus commencèrent à lui apparaître. Notamment une petite brune qui lui avait laissé un souvenir cuisant sur la joue. Mélodie n'avait pas apprécié que Thomas se montre timoré la dernière fois et l'empêche de faire justice elle-même. Cette fille était ingérable et trop impulsive. Il avisa quelques Chevaucheurs également, qui semblaient enclins à tester leurs compétences d'équilibristes. Il vit aussi Mayeul, le Voltigeur beau parleur et faillit s'arrêter alors qu'il accompagnait Cassie aux inscriptions. Évidemment. Cet homme allait participer aux concours. C'était bien son genre. Il croisa le regard de Mayeul et lui adressa un signe de tête en guise de salut, tandis qu'il se rapprochait imperceptiblement de Cassie et posait une main dans son dos. Mayeul était en galante compagnie, mais quand même...


Spoiler:
 

_________________
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey —
Lion's tears
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 3054
J'ai : 29 ans
Je suis : Chevaucheuse du dragon Mirage dans le Vol de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : A Gustave de Faërie et aux Chevaucheurs
Mes autres visages: Liam d'Outrevent - Tyr Parle-d'Or
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Mar 4 Oct - 0:19

Mon sourire est serein, presque enjoué - et nullement emprunté - contrairement à ces dernières semaines. Enfin, le calvaire touche à sa fin... Oh, bien sûr, cette main est encore parfaitement inutile et incapable de tenir le moindre objet, mais je peux sentir à nouveau tant de sensations effleurer le bout de mes doigts, et redécouvre avec délice ce que chacun a certainement toujours pris pour acquis. On pourrait décemment se demander ce que je compte fêter aujourd'hui. Je n'ai pas de mort à honorer, ou personne à qui je tiens assez pour que le souvenir ait perduré. Non, j'ai plutôt envie de célébrer le fait d'être vivante, et entière, après tant d'épreuves traversées. Que retentissent les chants et l'alcool coule à flots !

J'entends distinctement ce grondement désapprobateur qui vibre comme une mise en garde retentissant dans mon esprit. J'essaie au mieux de l'ignorer, sans me départir de ma bonne humeur, avec ce dragon faussement vexé en fond. Je sais qu'il s'inquiète, et c'est déjà fendu de quelques remarques bien piquantes, à me demander si je reviendrais cette fois borgne, ou avec une jambe de bois. Ce n'est qu'une fête, bon sang... Et ce n'est que l'affaire de quelques jours, mais il a rechigné à me laisser emprunter le portail en direction de Sombreciel, de cette Ibélène qui nous avait déjà tellement coûtée. Cette fois, c'est différent. Je ne revête pas une quelconque importance, ne représente la grandeur d'aucun Duché, et ne cherche pas à remporter la moindre récompense pour racheter ma place et mon honneur au péril de ma vie. Rien n'a d'importance, et qui me retiendra si l'idée me prend de partir ? La Samhain va seulement m'aider à oublier... Douce ironie à nouveau, quand on songe qu'il s'agit d'une fête du souvenir.

Je me suis même, pour l'occasion, vêtue à la mode lorgolienne en assumant parfaitement mes racines. Je n'ai pas besoin de faire beaucoup d'efforts pour me fondre dans la masse, parfois même avec plus d'aisance que ceux qui revêtissent quantité d'atours de Sombreciel mais n'ont clairement pas l'attitude adéquate. Certains se retournent bien sur mon passage, mais ils restent rares, et mon insigne bien retourné sous ma veste de couleur sombre. Je fends la masse avec aisance, et reconnaît rapidement quelques visages familiers. Je risque un sourire vers Thomas, qui a Cassiopée à son bras, sans chercher à gêner le petit couple, et poursuit ma route. Je croyais qu'Arnaud allait venir, et espérait secrètement croiser Mélodie en de telles circonstances, car il était coutumier pour nous de profiter de telles occasions pour détrousser quelques badauds occupés à observer les différents acrobates et danseurs s'ébattre sur quelques scènes. Je goûte donc seule à l'euphorie ambiante, à ma manière... J'aperçois bien quelques bourses, que je ne m'amuse pas à voler, mais plutôt à changer subtilement de main, rien que pour le plaisir de voir une dispute se créer, et la pauvre victime se justifier d'un vol qu'elle n'a pas commis la dite bourse bien en main. Je souris encore, en passant devant quelques acrobates, bien concentrés dans un exercice difficile en équilibre sur des objets qui décident étrangement de partir plus à droite ou à gauche. Les voir se rétamer en beauté en se prenant l'ensemble de leurs balles et quilles de jonglage constitue un spectacle tellement plus divertissant, non ? En tout cas, les spectateurs ne se privent pas d'en rire aux éclats, devant leurs airs abasourdis, à tenter de comprendre ce qu'il vient de se passer. J'attrape une pomme sur un établis en passant, à croquer à pleines dents pendant que le chaos se génère sur mon passage avec délice. Même si les cielsombrois sont moins coutumiers de manœuvres magiques, je m'éclipse rapidement, désireuse de rejoindre la foule pour que l'on évite de me tenir responsable de ces quelques frasques. Je suis certaine que le Destin s'amuse bien, lui aussi.

Je ne réduis l'allure que lorsque l'agitation cesse enfin, pour une courte accalmie. Les dernières lueurs du firmament s'évadent au loin, et les eaux du lac paraissent bien sombres à cette heure tardive. Je suis absorbée par mes pensées quand une voix s'élève derrière moi, à appeler une... Une quoi des Quatre Vents au juste ? Je ne me serais sans doute pas retourner, ne comprenant pas que c'était de moi dont on parlait malgré les regards furtifs et les murmures, si ces intonations ne m'étaient pas étrangement familière. A l'inverse, je sursaute, comme si un mort s'était subitement mis à me chuchoter à l'oreille. Octavius.

J'ai cette expression d'effroi qui se grave sur mes traits, et l'espace d'un instant, je n'ai plus le cœur à l'amusement. Les souvenirs funestes que je tentais si bien d'enfouir ces dernières semaines remontent immédiatement à la surface, à me donner le tournis. Je me souviens parfaitement de ce vol plané qu'il a effectué sur Mayeul - et lui, est-il réellement mort ? - et de cette épée de brasier que je lui ai enfoncé à l'arrière de son genou valide. Je ne lui ai pas laissé une seule occasion de m'approcher, ou d'en finir avec Neve, mais je n'ai pas non plus contenu mes coups... Je voulais le tuer, vraiment. Tuer, celui qui m'a sauvé la vie. Je déglutis difficilement, et attrape d'une main hésitante la bière qu'il me tend, à jeter la pomme à moitié consommée pour libérer ma main valide. J'en avale de (très) longues gorgées, avant d'oser reprendre mon souffle. Elle a un goût d'amertume très prononcée, mais pas autant que celui qui me restait déjà en bouche.

- Des difficultés avec tes genoux, hein ? Je croyais qu'on te surnommait l'Increvable maintenant... Tu devrais être honoré, qu'on s'en soit pris à toi comme un satané Homme-Vapeur, et au moins, on n'aura pas à t'appeler l'Intouchable.

Je bois encore quelques gorgées, puis tends la choppe en avant pour qu'il me ressert.

- Tu parles. Les spécialités de Bellifère ont toujours laissées à désirer, comme leur sens de l'hospitalité d'ailleurs.

Spoiler:
 

_________________





Dans le doute, fous le feu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Mar 4 Oct - 11:43

31 Octobre 1001 — Sombreciel


Le chevaucheur haussa un sourcil à l'insulte, posant alors ses yeux bleus dans ceux de la rouquine. Plissant les yeux de mécontentement, Arnaud se redressa alors et détourna le regard en plongeant à nouveau dans sa chope. Le caractère d'Abigaïl était parfois vraiment imbuvable. Mais ce n'était pas Arnaud qui allait s'en soucier, sincèrement. Il haussa les épaules et fit une moue impatiente, trouvant qu'elle m'était trop longtemps à signer ce fichu papier pour le concours. Et sans qu'il n'eut le temps de s'en rendre compte, elle lui avait pris la main pour s'éloigner. Il glissa un regard en coin à la rouquine avant de le détourner.

« Sans être ton père, j'apprécie ta compagnie et j'apprécie aussi ne pas venir seul à ce genre d'évènement... »

Son ton était des plus sérieux. Une pointe de vexation le rendait même un peu sec. Il n'y avait bien qu'une femme pour le rembarrer et lui faire comprendre qu'il était trop collant. Quoi que la dernière ne s'en était pas plaint après tout. Le jeune chevaucheur se laissait trainer par la rouquine, buvant tranquillement. Elle ronchonnait après lui mais voilà qu'elle ne le lâchait plus. Vraiment, Abigaïl -voire toutes les femmes- devraient être livrées avec un manuel. Par moment, il avait la sensation de voir Maelys et son caractère de cochon. Ou même Ludivine. Il se gratta la barbe comme il put en lâchant un léger soupir dépité. Il ne voyait pas quoi lui répondre. Parler par la pensée ne lui permettait pas non plus d'avoir une réponse à tout. Après tout, il ne fouillait pas les songes des gens. Et parfois il se disait que c'était très bien comme ça quand il voyait qui il avait en face de lui.

Abigaïl le traina alors dans un coin de bar. Arnaud lâcha la main d'Abigaïl et tira deux tabouret, se hissant sur l'un d'eux. Il eut tôt fait de terminer sa chope pour en commander une autre après avoir lâché un léger rot. Il agitait doucement ses doigts sur le bois du comptoir improvisé avant de braquer son regard sur Abigaïl. D'un léger sourire, il leva sa chope vers elle.

« La picole ! La boustifaille !! La bonne chair ! Ça me donne une occasion de pouvoir profiter un peu de tout ça sans me restreindre !! »

Après tout, c'était un peu ce que samhain proposait. Enfin, Arnaud l'avait toujours vu de cet œil là, alors pourquoi changer les choses maintenant. Il posa sa chope sur le bois et pivota sur son tabouret. Il s'affala en posant ses coudes derrière lui, fixant la foule qui s'amassait ici et là. Arnaud se rendait compte qu'il n'avait pas vraiment de morte à honorer en dehors de ses ancêtres. D'ailleurs, qu'est ce qu'ils pensaient de lui ses ancêtres alors qu'Arnaud avait abandonné la Terre pour le Ciel ? Songeur, il massa sa barbe en se demandant si sa famille le voyait comme un lâcheur. Après tout, il avait la carrure de son père et les mains d'un fermier. Mais il avait choisi de partir dans une autre direction. Il savait que ses parents ne lui en voulaient plus, du moins plus à partir du moment où ils avaient rencontré Sereine. D'ailleurs, depuis le temps qu'elle était dans la vie d'Arnaud, sa mère avait toujours refusé de faire un petit tour avec lui sur le dos de Sereine. Soupirant légèrement, l'homme tourna son regard vers Abigaïl.

« Et toi ? Pourquoi t'es en territoire ennemi ? Orgueil ou curiosité ? Je te connais Abigaïl, tu serais pas venue ici si quelque chose ne t'y avait pas poussé... »

Ce n'était pas des reproches, au contraire, il était ravi de la voir ici et de pouvoir passer du temps avec elle . Mais il n'était pas dupe non plus, pas stupide comme elle le lui avait si bien dit. Abigaïl n'était pas venue ici juste pour profiter des festivités.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 3037
J'ai : 31 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Mer 5 Oct - 13:53

Il était fermement résolu à profiter de la fête, et à se réchauffer l’esprit tout autant que le corps avant de devoir démontrer ses talents d’équilibriste. Ses talents d’acrobates, eux, interviendraient plus tard dans la soirée, quand chacun finirait dans le lac et qu’il faudrait bien trouver un moyen de se réchauffe. Nul doute que les Cielsombrois avaient leurs moyens bien à eux, bien plus efficaces qu’un banal feu de joie. Union des corps, union des sens... L’alcool Cielsombrois avait le don d’éveiller le feu dans celui qui le buvait, et Mayeul descendit le verre qu’il avait pris à un stand avant d’observer la foule, dans la chiche lueur de la nuit qui prenait place. Il lui semblait avoir reconnu Melinda, près du lac, mais avant même qu’il ne puisse faire un pas, quelqu’un s’empara de son poignet, d’une main chaude et délicate qu’il ne chercha pas à éviter. Liselotte, la jolie couturière, était bien évidemment de la fête. Manquer la fête de Samhain serait presque un sacrilège, après tout.
Un baiser plein de chaleur, et elle s’accrocha à son bras, heureusement pas celui qui était blessé, le questionnant à nouveau. D’un sourire charmeur, qui allait de pair avec l’air malicieux de la jeune femme, Mayeul acquiesça

«Loin de moi l’idée de plonger tout habillé
Mais puisque tu es là désormais
Que dirais-tu de m’aider à les enlever ? »


Il marqua une légère pause avant d’ajouter, soucieux d’éviter son regard qui se ferait interrogatif

«Aion a décidé de m’imposer
Quelques difficultés dans mon phrasé
Mais qu’importe, un poète dans l’âme je suis
Surtout en aussi charmante compagnie »


Il en profite pour lui glisser, lui aussi, un baiser sur la joue, la gardant dans son étreinte pour venir lui susurrer à l’oreille

«Les nouvelles vont vite, je le sais, mon amie
Mais je ne peux rester sans me faire remarquer
Et si pourtant mon épaule me cause soucis
J’ai plaisir à croire, qu’un massage saura me le faire oublier »


Massage, évidemment, et rien d’autre, n’est-ce pas ? Il lui effleura la joue, du bout des lèvres, avec un sourire amusé, avant de se redresser et de croiser le regard du Chevaucheur qu’il avait rencontré en Lagrance, en compagnie d’une jeune femme bien adorable. Malicieux, il se pencha vers Liselotte en lui indiquant d’un geste le couple.

« Ma chère, un Chevaucheur et sa douce amie
Ont décidés de nous rejoindre pour cette nuit
Il est de notre devoir, vous en conviendrez
De leur montrer à quoi ressemble l’hospitalité »


Il entraîna la couturière vers le jeune couple, s’inclinant devant la belle Cassiopée avant de se tourner vers Thomas, l’enlaçant d’une étreinte - virile, évidemment - et lui offrant un baiser sur les lèvres sans lui laisser le temps d’agir pour le repousser. Hospitalité Cielsombroise oblige ! Ils étaient chaleureux, en Sombreciel, voyons ! Il le savait, Liselotte elle aussi aurait à coeur d’accueillir Cassiopée à cette fête comme il se doit. Se réchauffer à quatre était toujours plus intéressant qu’à deux, après tout !

Spoiler:
 

_________________


Dernière édition par Mayeul de Vifesprit le Mer 5 Oct - 13:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles • Modo
avatar

Messages : 490
J'ai : 30 ans
Je suis : Couturière au service de la cour d'Ibélène, Espionne à la Cour des Miracles (infiltration)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles, Sombreciel & l'empire d'Ibélène
Mes autres visages: Alméïde, Ilse, Aurore, Victorine, Teagan
La Cour des Miracles • Modo
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Mer 5 Oct - 13:53

Immédiatement, le sourire charmeur de Mayeul et ses paroles loin d'être innocentes la réjouissent. Quel plaisir de retrouver un ami, de retrouver son duché, de retrouver des personnes qui savent ce que c'est que de réellement s'amuser. Oh, Liselotte aime beaucoup son quotidien à la cour impériale – elle est une privilégiée en ce sens – mais parfois les divertissements lui semblent bien trop guindés, teintés de cette retenue toute aristocratique qui paraît si étrangère à la haute société cielsombroise où chacun sait faire montre d'une grande décontraction. Le Festival du Seuil va encore au-delà et Liselotte espère bien en profiter un maximum. Accrochée au bras du voltigeur, elle d'en doute d'ailleurs pas un seul instant, s'amusant de ses rimes qui ne gâchent en rien le sens de ses paroles.

« Je me ferai donc un plaisir de te les retirer, mon cher. » répond-elle avec douceur et naturel, à peine surprise de l'entendre s'exprimer en vers. Il prend néanmoins le temps d'éclaircir ce point avec elle et le sourire de la couturière s'élargit. Tiens donc, Aïon lui-même s'amuse avec ses protégés à présent. Elle accueille son baiser avec plaisir et lui lance un regard entendu à la mention du massage.

« Si c'est là, la seule solution,
Je serai ravie de le faire avec application. »


Réponse pleine de malice de la part de la demoiselle qui s'essaie également à quelques rimes afin de soutenir son ami – et surtout parce que ça la divertit. Puis elle suit le geste de Mayeul en direction d'une jeune couple présent dans la foule. L'homme salue le voltigeur d'un signe de tête et celui-ci semble avoir une idée de l'accueil qu'il désire leur réserver. Elle acquiesce sans hésiter à sa proposition, s'avançant vers les deux tourtereaux, un franc sourire aux lèvres. Imitant son ami, elle leur adresse une révérence délicate puis s'approche de la jeune femme pour déposer un baiser de bienvenue sur ses lèvres – tout à fait douces, elle doit bien l'admettre. Puis, s'éloignant d'un pas afin de mieux les observer, elle s'exclame : « Bienvenue en Sombreciel ! J'espère que votre séjour sera des plus agréables. » Un sourire en coin prend place sur ses lèvres puis elle continue : « Mon ami Mayeul et moi-même allions nous chercher un verre. Peut-être désirez-vous vous joindre à nous ? » demande-t-elle, malicieuse. Ils sont vraiment mignons tous les deux, tout à fait à son goût.


Spoiler:
 

_________________


On joue parce qu' on aime la vérité et parce qu' on la déteste. On joue parce qu' on deviendrait fou si on ne jouait pas. Jouer ! Est-ce que je sais, moi, quand je joue ? Est-ce qu' il y a un moment où je cesse de jouer ?








dialogues • mediumvioletred
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 263
J'ai : 27 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Les Mages
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Mer 5 Oct - 13:57

Cassiopée haussa un sourcil alors même que les prémisses d'un rire frétillait sur ses lèvres :

« Tu es de mauvaise foi Thomas ! Je suis talentueuse...Juste que, si les cuisiniers d'ici sont comme partout, ils ne livreront jamais leur recette de bonne grâce et que je me vois mal les menacer d'un regard furibond et déployer une carrure impressionnante, tout deux inexistant hein, pour les faire céder....Peut être a coup de grand sourire et de babillage innocent ? On verra, mais si cela se trouve, je devinerais tout rien qu'en goutant.... »

Ou pas, Cassie avait un bon palais, mais elle n'avait pas ce que l'on nommait le palais des dieux. Elle était loin de pouvoir deviner quels ingrédients, en quelle quantité rien qu'en croquant un bout. Mais ce n'était pas grave ! Il y avait tellement de chose a voir et a faire !

« Ah bon ? Bon tant pis, j'irais seule et je compte bien en rétamer deux ou trois. »

Etait elle déçue que Thomas ne veuille pas participer ? Non, pas vraiment, elle savait très bien que ce genre d’exhibition ne lui plaisait pas. Qu'il soit venu et avec un demi sourire en prime, était déjà beaucoup. Elle ferma légèrement les yeux lorsque les lèvres du chevaucheur effleurèrent son front, rosissant de plaisir. Thomas était plutôt avare de marque d'affection, surtout en public alors, autant savourer la rareté de la chose. Bien ! Ils iraient donc l'inscrire elle et ensuite manger. Sourire aux lèvres, Cassie se dirigea donc vers le bureau des inscriptions. Oh mais il fallait croire que Faerie c'était déplacée en masse non ? Du coin de l'oeil, elle capta le signe de la main de Maelys et elle y répondit avec enthousiasme, résistant a l'envie d'aller la voir, surtout que celle ci venait de trouver de la compagnie, autant ne pas les déranger.

« D'accord, j'ai repéré une petite scène prêt d'un feu de camp, tu crois qu'il y aura de la musique ? Ce serait parfait non ? Un bon repas, de la bonne musique ! Bon par contre, je vais peut être éviter l'épreuve d'équilibre, je suis aussi maladroite d'un lynx aveugle...Le chant peut être ? Tu en penses quoi ? Et ne me réponds pas que tes oreilles ont survécus avec beaucoup de mal la dernière fois que j'ai poussé la chansonnette, je le prendrais très mal, tu es prévenu ! »

C'est là qu'un jeune couple se présente, prenant la jeune mage et le chevaucheur de court. Ahurie, Cassiopée bat un instant des cils, c'était quoi ce...truc ? Chose ? Machin ? Elle se tourne un instant vers Thomas avant de sauter a pieds joints sur les orteils de leurs charmants nouveaux amis...Un sourire se joue sur ses lèvres :

"Remerciement Voltais."


susurre-t-elle avec un air littéralement angélique.

Spoiler:
 

_________________


il suffit parfois...
"Le printemps est arrivé, la belle saison, l'amour et la joie sont revenus chez toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Jeu 6 Oct - 19:00

C’était un soir de célébration et de liesse. Un hommage bruyant pour nos morts, pour nos souvenirs, pour la vie. Je comptais bien y prendre part activement. J’aimais ces pensées et je me les répétais en une chanson absurde dans ma tête.
C’était ce qui avait mené mes pas jusqu’aux guichets prenant les inscriptions aux concours. D’ordinaire, je préférais rester dans l’ombre. Profitant de ce genre de manifestion pour m’en mettre plein les poches. Mais, voilà, ce soir je n’étais pas là pour l’appât du gain. Si je prenais un soin tout particulier à éviter le sujet de la mort de ma mère, à l’oublier et l’omettre. Il n’était pas question de continuer l’affront jusqu'à soir du Samhain. J’étais là pour elle ce soir et je lui rendrais hommage avec toutes les capacités que j’avais à disposition.

J’étais bien incapable de jouer de la voix pour charmer un quelconque auditoire, de faire montre d’une imagination et d’un savoir faire qui enchanterait les passants… Mais… faire preuve d’un équilibre subtil, la tête dans les nuages et le sol loin des pieds, ça c’était dans mes cordes. Je n’étais pas certaine, cependant, de ce qu’il pouvait bien entendre par ça. J’étais quand même prête à tenter l’aventure. Pour rendre un hommage silencieux à celle qui était partie trop tôt. Tentant de lui montrer à travers ces gestes que je pouvais me débrouiller seule désormais. Qu’elle n’avait pas à s’inquiéter. Je ne pense pas qu’elle aurait apprécié mon choix de vie. Elle rêvait de mieux pour moi, de tellement mieux. Si Maë avait été sa fille, elle n’aurait sans doute pas eu de regret. Mais je n’étais pas magicienne, je n’avais rien qui pouvait justifier d’entrer à la prestigieuse Académie. La Cour des Miracles avait été une évidence et un besoin.
Je n’aurais pas pu vivre autrement.

J’écarte ces pensées en buvant une dernière gorgée de ce vin exquis. Posant le verre sur la table des inscriptions et apposant mon nom dans la liste correspondante. Il y avait une foule monstrueuse, et finalement même sans le spectacle des concours, j’aurais de quoi tenir jusqu'à la fin des célébrations. Surtout dans ces files d’attente où tout le monde se pressait avec une certaine impatience. Personne ne faisait plus attention à un corps collé à un autre, aux pressions inhabituelles. Ils étaient comprimés de partout. Ainsi, prendre quelques fleurons de-ci, de-là, n’était finalement pas si dur.

Par contre, vouloir faire demi-tour pour s’extraire de la foule après s’être inscrit.
Ca, ça relevait du vrai défi.
Je me faufilais néanmoins avec agilité. Pour me heurter à un homme. En fait, ce n’était pas tant que j’avais trébuché, mais son visage, lorsque j’avais relevé les yeux, m’avait interpellé. Un visage que j’avais vu quelques semaines plus tôt et qui me rappelait le tournoi de Bellifère. J’avais été distraite et j’avais fini par lui rentrer dedans, comme hypnotisée par ce faciès. C’était étrange de le croiser dans un autre contexte, ailleurs qu’en train de saigner sur le sable.
Le champion de Cibella.
J’espérais bien qu’il soit le seul de sa bande à être dans le coin. Mais c’était surement trop en demander…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 1123
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle
Mage Destructeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Jeu 6 Oct - 19:18


    « Je suis sûr qu'en babillant dans leur tête, tu obtiendrais un résultat plus probant qu'en usant de force. C'est une méthode de torture redoutable. »

    Oui, il la taquinait. Papillonnante, son attention fut détournée de la nourriture pour les concours. Alors là, hors de question qu'il se lance là dedans. Elle pourrait bien tenter de l'amadouer avec un regard suppliant, il ne céderait pas.

    « J'ai hâte de voir ça. »

    Devant son assurance, il ne put s'empêcher de sourire. Au vu des disciplines, il doutait fort que Cassiopée puisse gagner quoique ce soit, mais savait-on jamais ?

    « Dommage qu'il n'y ai pas un concours de cuisine, j'aurais adoré être juge. »

    Il y avait pire que de devoir goûter les mets préparés par des apprentis cuisiniers. Et il était habitué. Cassiopée aurait eu toutes ses chances, mais il n'aurait pas été très objectif dans ce cas, évidemment. Il accompagna donc Cassiopée aux inscriptions, apercevant Maelys qui fut bien vite rattrapée par un homme. Il se contenta d'un hochement de tête quand la petite blonde à ses côtés avait répondu avec enthousiasme.

    « Parfait oui. »

    Il la laissa continuer son bavardage, réfléchissant à ses paroles.

    « Tu ne chantes pas si mal que ça, promis. »

    En fait elle chantait même plutôt bien. Sa voix était agréable. Son timbre plaisant. Il avait entendu bien pire. Mais l'arrivée d'un homme et d'une femme mit fin à leur discussion. S'il ne connaissait pas du tout la brune, en revanche, il reconnaissait sans mal le Voltigeur rencontré à Arc-en-Fleur quelques mois plus tôt. Mayeul. L'exubérant, le charmeur. Mais il ne savait pas encore à quel point le Cielsombrois s'était montré... discret la dernière fois. Il le comprit quand il se rua sur Thomas et l'embrassa sur les lèvres en lui souhaitant la bienvenue le plus naturellement du monde. L'espace d'un instant, le Chevaucheur se retrouva paralysé par la surprise et le choc. Alors oui, ici, les mœurs étaient assez libérées, il le savait mais de là à le tester... il recula vivement, sur la défensive. Lui qui détestait être touché... Mince, il ne laissait déjà pas approcher des gens qu'il connaissait depuis des années, alors un quasi inconnu, ibéen de surcroît... Quelle horreur ! Et Cassie eut le même traitement de la part de la femme. C'était mieux que si cela avait été Mayeul. Thomas aurait été obligé de le frapper. Cassiopée fut la plus rapide, se remettant du choc et rendant la pareille avec une mesquinerie que Thomas connaissait et détestait voir chez elle. Il lui agrippa le coude l'air de rien, la rapprochant de lui et lui glissant à haute voix, tout en regardant Mayeul :

    « Rappelle-toi, c'est toi qui as voulu venir. »

    Il marqua une pause, répliquant avec raideur :

    « Accueil un peu trop chaleureux Voltigeur. Non en fait, beaucoup trop. »

    Sa voix était tendue. Heureusement, Thomas était quelqu'un qui avait les nerfs solides et n'était pas impulsif. Contrairement à Cassiopée dont la réplique ne s'était pas faite attendre. Mais il n'avait pas envie de gâcher la soirée.

    « Je crains que nous ne soyons de bien mauvaise compagnie... Pas d'étreintes, pas d'embrassades... Ne craignez-vous pas de perdre votre temps ? »

    Il demeurait méfiant. Si c'était pour boire, se droguer et finir par faire des choses qui le révulsaient, non merci. Il apparaîtrait sans aucun doute coincé auprès des deux Cielsombrois, et à raison, mais c'était ainsi. Mayeul avait bien dut deviner que le Chevaucheur n'allait pas lui sauter au cou après un tel accueil, du peu de temps qu'ils avaient passé ensemble non ?

    « Alors, avez-vous décidé d'exhiber vos talents dans quelque concours ? Équilibre sans doute ? Histoire de montrer à tous qu'un Voltigeur en a davantage qu'un Chevaucheur ? »

    C'était bien le style de Mayeul.


Spoiler:
 

_________________
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey —
Lion's tears
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 1095
J'ai : 35 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages:
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Jeu 6 Oct - 23:34

Il avait du mal à ne pas paraître impressionné par toute cette organisation. La fête promettait d'être unique, grandiose et inoubliable. L'alcool coulait à flot, les esprits regorgeaient de rires et de chansons. Rien de tel pour se détendre et pour s'amuser comme un enfant. Serenus venait tout juste d'arriver. Le voyage avait été long mais il ne regrettait pas une seule seconde d'avoir été invité à ces festivités. Il sentait au fond de son être meurtri par les batailles que cette occasion ne pourrait que lui être bénéfique.
Le guerrier attacha sa monture à un poteau et lui donna de quoi lui occuper l'estomac avant de rejoindre le lieu où l'on vendait la boisson. Il se disait que rien de tel qu'un verre d'hydromel pour bien commencer les festivités. Une petite voix lui souffla qu'il devrait faire attention. Il n'avait pas bu d'alcool depuis un moment. Serenus chassa cette petite voix d'un mouvement de tête et commanda une chope. Une fois servi, Serenus s'installa et en profita pour observer ce qu'il se passait autour de lui.

Il repéra vite quelques visages familiers. Il y avait là bas ce chevaucheur qu'il avait rencontré sur une route.. Comment s'appelait il déjà ? Ah oui, Arnaud. Il y avait également quelques champions comme Maëlys. Soudain, les doigts du guerrier se crispèrent sur sa chope. Octavius. Octavius tout nouvellement nommé l'increvable par la Guilde. Lorsque Serenus avait appris pour son confrère, il n'avait pas pu s'empêcher de ressentir une pointe de jalousie avant de céder à la honte. Il ne devait pas penser de cette manière. Octavius avait largement mérité son titre et il faisait honneur à la Guilde. Pas comme lui... Serenus repensa à ses erreurs qui, selon lui, l'avait fait passer pour le roi des imbéciles pendant le Tournoi. Sans parler de cette histoire de meurtre qui planait au dessus de sa tête. Il sentait de plus en plus le regard des autres et, même si la plupart du temps, ces regards ne voulaient rien dire, il se sentait mal.

La fin de ce Tournoi avait amené avec elle une douloureuse remise en question durant laquelle il faillit tout abandonner pour partir loin. Mais il ne pouvait pas se permettre d'agir comme un lâche. Ces fâcheux épisodes seraient oubliés dans quelques temps, enfin il l'espérait. Pour le moment, il valait mieux tenir sa langue, rester discret et bien obéir. Au fil des semaines, sa blessure avait guéri tout comme son amertume. Serenus était maintenant heureux de pouvoir retrouver un semblant de vie normale. Même si voir son confrère menaçait de tout gâcher.

Serenus détourna le regard. S'il s'en sentait capable (et surtout s'il avait assez d'alcool dans le sang), il irait féliciter Octavius. Entre guerriers, il faut se montrer courtois. Même si le guerrier en question lui donnait envie d'aller glisser quelques serpents dans ses affaires personnelles.

Heureusement pour lui, une vision plus heureuse se présenta à lui. Melinda, à seulement quelques mètres plus loin déambulait selon sa manière qui la rendait unique et inestimable à ses yeux. Cela faisait longtemps qu'il ne l'avait pas vu. Il se disait même que cette « coïncidence » ne devait pas en être une. Comment pouvait elle être ici, en Sombreciel, elle qui ne connaît que la marche à pied ? Voilà un bon sujet de conversation pour continuer cette soirée. Serenus prit le temps de finir sa chope et prit la direction prise par la jeune femme. Pendant qu'il se frayait un chemin à travers la foule ; le regard figé sur Melinda, il se demanda comment elle allait réagir en voyant la nouvelle « décoration » sur son visage.
Il arborait maintenant une cicatrice blanchâtre partant de la tempe pour finir juste en dessous de sa lèvre sur le côté gauche de sa tête. La peau était légèrement fripée autour de la plaie cicatrisée ce qui avait pour effet de lui donner une expression plus fermée. En plus de cela, il avait développé un tic au niveau de son œil, sans doute provoqué par les démangeaisons causées par le pansement. Un tic léger certes, mais bien embêtant. Peut être que la magie pourrait remédier à tout cela ? Il faudrait qu'il se renseigne.

Pendant qu'il marchait, il ne vit pas la femme qui se dirigeait droit sur lui. Il la heurta, heureusement sans violence compte tenu de la foule qui les ralentissaient. Serenus s'arrêta et regarda celle qu'il avait involontairement percuté. Décidément, il avait un problème avec les femmes. Soit elles voulaient le tuer soit elles le percutaient. A cette pensée, il sourit malgré l'ironie de la situation et pencha la tête vers la nouvelle venue. Il demanda alors tout en gardant son sourire :

« - Je ne vous ai pas fait mal j'espère ? »

Il pourrait jurer avoir déjà vu cette jeune femme quelque part. Mais il se trompait sûrement. Quoiqu'il en soit, elle avait réussi à le détourner de son objectif. Il retrouverait Melinda plus tard. Autant profiter de cette soirée pour faire de nouvelles connaissances et ; qui sait, trouver quelqu'un avec qui développer quelque chose de plus durable que son mariage.

Spoiler:
 

_________________









Hey:
 

parle en 0000cc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 780
J'ai : 38 ans
Je suis : garde à l'antenne de la Guilde des Compagnes à Port-Liberté

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Guilde des Guerriers et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Castiel • Louis • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Sam 8 Oct - 6:50

Il ne pensait pas vraiment l’effrayer, la Maelys. La surprendre, peut-être, lui tirer un sourire, ou une réplique acerbe qui lui indiquerait qu’elle va… bien ? Il n’est pas très fin pour deviner les réactions, il n’a pas beaucoup de notions de psychologie non plus, mais l’expression de peur qui se peint sur ses traits, il peut la reconnaître. Hé… ce n’est pas comme s’il tentait de l’attaquer. De la tuer. Encore. Elle accepte pourtant la bière qu’il lui tend, somme toute amical, et c’est uniquement après avoir vidé la moitié de la choppe de quelques gorgées qui feraient certainement l’admiration de quelques piliers de taverne que la Lorgolienne lui parle enfin. Ce qui le rassure : elle n’a pas perdu sa langue. Ç’aurait été dommage, qu’elle perde de son mordant. « Des difficultés avec tes genoux, hein ? Je croyais qu'on te surnommait l'Increvable maintenant... Tu devrais être honoré, qu'on s'en soit pris à toi comme un satané Homme-Vapeur, et au moins, on n'aura pas à t'appeler l'Intouchable. Tu m’flattes. »

Un demi-sourire amusé. Un peu flatté, aussi, qu’elle ait eu vent du titre que la Guilde des Guerriers lui a attribué.
L’Increvable. Franchement, il va se faire à ce titre.

« Tu parles. Les spécialités de Bellifère ont toujours laissées à désirer, comme leur sens de l'hospitalité d'ailleurs. » Octavius ressert la Chevaucheuse, sa main assurée remplissant la choppe jusqu’à sa limite. Elle a bien besoin de boire et lui aussi. Il surveille, certes, mais la Caravane sait bien que tout increvable qu’il soit, il aurait facilement pu y passer. C’est la première fois depuis la fin du Tournoi qu’il peut boire, alors autant en profiter ! En… bonne ?, compagnie. « Arrête, t’as manqué l’meilleur. Y’a l’prince Martial qui s’est arrangé pour s’humilier devant tout l’monde en essayant d’enlever une des sœurs du duc de Sombreciel », déclare le guerrier sur le ton de la moquerie. Ce n’est pas très aimable de se moquer d’un jeune homme qui tente uniquement de perpétuer les traditions de son duché et de prouver sa valeur comme futur duc, ainsi que comme homme, mais les récits qu’on lui a fait de l’événement sont des plus divertissants. Puis hein, si on ne peut pas rire des nobles un peu, à quoi bon ?
Il montre la foule d’un mouvement de la main. Les badauds amassés, les Cielsombrois dans un état d’ébriété déjà avancé et pourtant fonctionnel, les silhouettes qui se découpent contre le ciel toujours plus sombre. Sur une estrade, un homme est acclamé. Probablement Eustache Manivelle, qui est ici plus célèbre et respecté que n’importe quel noble, d’ailleurs. « Si t’as un problème, j’serai dans l’coin. » Bizarrement, ça le rassure un peu de la savoir là. Pas que quoi que ce soit devrait tourner mal, mais… au cas où. Il entrechoque sa choppe à la sienne, dans un toast silencieux, avant d’en boire une longue rasade. Ça fait du bien.

Spoiler:
 

_________________
Dialogues en sienna





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 400
J'ai : 31 ans
Je suis : Capitaine des chevaucheurs du vol d'Ansemer, mage de l'Hiver, chevaucheur de la dragonne Obsession

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'empire de Faërie et à son duc Bartholomé d'Ansemer
Mes autres visages: Denys du Lierre-Réal, Hiémain de Sylvamir, Anthim d'Erebor, Joséphine Siguardent et Shahryar Khamsin
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Sam 8 Oct - 17:22

Si on lui avait dit qu’il allait être de corvée de garderie, certainement qu’il aurait dit non Rackham. Il devait pourtant s’en douter, accompagner Quittou, c’était jamais une affaire facile et moins encore tranquille. Oh pas qu’il exigeait particulièrement de la tranquillité, il aimait bien ça, l’air du défi, le Rackham. Mais certainement pas en gardant à l’œil sans cesse la reine des maladroites. Et pourtant, il devait bien l’avouer, il l’appréciait, la petite Quittou. Voire plus. En tout cas il tenait à elle, et il pouvait pas s’empêche de toujours surveiller ce qu’elle faisait quand il était dans les parages, autant pour lui éviter un accident et des blessures que pour prévenir de nouveau travaux suite aux actions d’une touroriste avérée. Mais il l’aime bien oui, elle le fait rire. Et même si elle est maladroite, elle à ce côté mignon. Mignon quand il ne s’agissait pas de repayer les frais de casse d’une tour évidemment. Il avait bien fait d’en faire sa coéquipière, même si ça avait surprit beaucoup de personne et que ce n’était pas tellement commun chez les chevaucheurs. Mais au moins, ça convenait à tout le monde, et les accidents étaient bien gardés.

Faut pas qu’elle commence à s’croire tout permis la p’tite ! C’est ce qu’Obsession avait grogné quand Quittou était venue le voir pour quémander une nouvelle faveur à grand coup de larmoyantes suppliques. Il pouvait bien accepter l’augmentation et les nouveaux appartements – surtout si ça lui évitait de ramasser une chevaucheuse tous les matins au bas des escaliers – alors pourquoi pas un congé pour la Samhain qui avait lieu en Sombreciel ? Faut dire que prendre Calico en traitre, c’était efficace. Et que comme il avait eu l’intention de s’y rendre, ce n’était pas plus mal qu’il puisse garder un œil sur elle – oui encore. Hé, il devait bien faire attention à ce qu’elle ne se lance pas dans un concours d’équilibre par mégarde celle-là ! Le capitaine avait donc accepté, et tous deux s’y étaient même rendus ensemble.

Calico sur l’épaule, Quittou accrochée à son bras, que pouvait-il bien mal se passer ?

Définitivement, pas un concours d’équilibre.

Il avait remarqué que sa robe était plutôt jolie. Très différente de ce qu’elle portait d’habitude, cette petite chevaucheuse, et le voile cachant son visage, ce n’était pas trop mal aussi. Par contre, il n’avait certainement pas noté la profondeur du décolleté Cielsombrois avant de s’y retrouver tête la première, sans trop comprendre comment cela avait-il pu se produire. Elle s’était prise les pieds dans ses jupes ou avait manqué un obstacle mineur sur la route, peu importait, le résultat était que dans sa chute, Quitterie emportant son capitaine qui ne trouva pas grand chose à quoi se raccrocher. Chute amortie s’il en est, pas de la meilleure des façons.

Si j’étais toi je ne resterais pas comme ça. C’est gênant. Une évidence qui fit lâcher à Rackham un grognement avant de se redresser. Bien sur que c’était gênant. Du tact Rackham, du tact ! Pas de commentaire hein ? Il tend une main, prenant celle de la jeune femme pour l’aider à se relever.

« Ben j’vais t’accompagner. Si j’te laisse, tu vas finir plus souvent à terre qu’un gamin. Le sol est un peu traitre. » Un peu. Ou alors c’était Quittou. Juste Quittou. « Ne pense pas une seconde à t’inscrire à un fichu concours d’équilibre toi. » Il taquine, gentiment, avant de retendre son bras à sa p’tite chevaucheuse.

Spoiler:
 

_________________



Obsession : darkslateblue
Calico : #cc3399
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 1003
J'ai : 43 ans
Je suis : Voltigeuse, médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibelin officiellement, mais aussi à l'Audacia !
Mes autres visages:
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Sam 8 Oct - 19:34

Les ombres du soir s'allongeaient dans la clairière assignée aux Voltigeurs. Petit à petit, le camp se vidait de ses occupants, tandis que la musique et les rires s'élevaient en direction du lac. Mais la médecin préféra s'attarder encore au pied de sa tente, profitant de l'atmosphère paisible du crépuscule avant de plonger dans la frénésie de la nuit.
Ses congés accordés pour sa convalescence, suite au Tournoi, touchaient à leur fin. Ce repos forcé avait été plus que bienvenu, lui permettant de se remettre des épreuves en passant du temps à Orsang, à Lorgol, puis sur l'Audacia. Elle était ensuite rentrée à Euphoria pour le Festival de Samhain, à nouveau capable de voler sur de longs trajets avec Iode. La fête des Morts attisait sa curiosité. Une fête qui se voulait joyeuse, empreinte de ce brin de folie propre au Duché de l'Esprit, quoi de mieux pour la surprendre et se rétablir pour de bon ? Marianne avait hâte de découvrir le festival et son ambiance cielsombroise, perdu au milieu de nulle part.
Iode se posa silencieusement près d'elle, à la lisière du bois. Les jambes de la Voltigeuse étaient guéries depuis un moment, mais il était toujours plus plaisant de voyager en griffon qu'à pied ! Sans briser la quiétude du campement, elle rejoignit son ami d'un bond, enthousiaste et impatiente, déjà apprêtée. Ils s'élevèrent au dessus de la forêt où la fraîcheur s'installait pour rejoindre les feux et les bruits du village pris d'assaut par les fêtards.

Les étoiles commençaient à poindre dans le ciel, reflétées sur la surface lisse du Lac Oublié. Iode abandonna Marianne sur le rivage et replongea dans la nuit, rejoignant ses frères qui comptaient s'amuser autant que leurs cavaliers. La médecin s'enfonça dans la foule avec délice, si pleine de vie et d'entrain. Les festivités battaient leur plein, éclairés par les lanternes entre les roulottes et les étals. Le discours d'ouverture n'allait plus tarder, et le premier défi de la soirée pour la Belliférienne fut de se trouver un verre d'alcool pas trop fort au milieu des liqueurs et autres spiritueux de l'arrière pays. Elle aperçut Mayeul au loin, déjà en charmante compagnie. La dernière fois qu'elle avait vu le Voltigeur, c'était sur un brancard à l'infirmerie d'Hacheclair. Il avait l'air d'avoir meilleur mine, mais elle se retint de l'aborder. Inutile de jouer au chat et à la souris, il l'esquiverait poliment comme à son habitude, et s'il était assez forme pour participer à la fête, elle aurait d'autres occasions de discuter avec lui. Pour le moment, elle se laissait entraîner dans les danses et les chants, à la recherche de têtes connues dans la foule.

Spoiler:
 

_________________





J'ai pour moi les vents, les astres et la mer.

Miouuuu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs • Admin
avatar

Messages : 5458
J'ai : 38 ans
Je suis : Voltigeuse, major de la division d'Est d'Erebor, sigisbée de la cour d'Erebor, dame de Sombregemme, marquise d'Automnal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim, duc d'Erebor
Mes autres visages: Astrée Aubétoile, Meldred Vif-Ressac, Tristan d'Amar
Les Voltigeurs • Admin
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Dim 9 Oct - 2:12

Une fête cielsombroise… Grâce de Sombregemme, née belliférienne et devenue erebienne grâce à la mine frontalière à Sombreciel qui lui avait été remise en échange du sauvetage du prince Qasim, n’était pas certaine d’avoir sa place à cet endroit. Si elle n’avait pas souhaité retrouver ses connaissances, sans être certaine que toutes s’y trouveraient, elle aura probablement fui les lieux. Un tel spectacle de décadence, dans son esprit du moins, n’était pas un endroit pour elle. Corail s’enthousiasmait, elle, de revoir Nuage, Iode, et quelques autres griffons de son nid. Elle avait volé en ne prenant que peu de repos, pressée de les rejoindre, et de voir par elle-même ces amusements que Sombreciel offrait.

Grâce eut à peine et d’ôter les effets qu’elle avait pris avec elle, que sa compagne de Vol lui faussa compagnie, pour rejoindre ses semblables. Fort bien. Elle se trouvait là, seule, dans sa tenue de vol. Elle devait ôter la poussière qui la maculait, et revêtir une tenue davantage festive. Soupirant, elle se dirigea vers les campements que l’on avait indiqués, et s’attela à remettre de l’ordre dans sa tenue, avant de sortir habillée d’une tenue typiquement erebienne donc elle n’était pas coutumière. Elle n’était pas certaine d’avoir attaché le sari comme il convenait de le faire, et le voile qu’elle portait lui semblait prêt à chuter dans la seconde. Soupirant à nouveau, elle s’efforça malgré tout de persévérer pour rejoindre l’un des lieux de festivité. Si le sari entravait ses mouvements, elle n’aurait aucun scrupule à l’abimer pour remédier à cela, portant ses jambières de vol par-dessous. Ça n’était pas une confection de Liselotte, à qui elle en demanderait certainement, ainsi que de beaux voiles, aussi n’y tenait-elle que peu.

Incapable de poser ses yeux où que ce soit, elle déambulait sans réellement savoir où se faire, jusqu’à arriver aux concours d’équilibre. Une aubaine ! Elle pourrait gagner et peut-être s’amuserait-elle quelque peu, à cette célébration qui lui semblait étrange. Elle frissonnait à l’idée que les portes de la mort s’ouvrent vraiment. Elle ne souhaitait pas voir son mari. Secouant la tête, elle se dirigea donc vers les hommes consignant les inscrits, déclinant son nom. Son nouveau nom. Ce nom dont les sonorités faisaient buter son palais, trahissaient son manque d’habitude à le prononcer, sa surprise, encore, de ne plus être de Brumecor, ni Martel. Issue d’une petite baronnie, mariée à un homme sans titre, puis Seigneur de son propre et humble domaine. De sa splendide mine d’agate. Elle en était fière, de ce nom, bien qu’il soit plus cielsombrois qu’erebien, de la proximité avec la frontière. Mais elle le brandirait comme un étendard, comme toutes ses décisions, tout ce qui la caractérisait. S’éloignant bien vite d’eux, elle marcha sans direction préciser, sondant la foule pour apercevoir un visage connu.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   

Revenir en haut Aller en bas
 
Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 7Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» TROISIÈME INTRIGUE ☼ a festival of colors.
» Festival de films de Jacmel a portee internationale
» Résumé de l'intrigue
» FESTIVAL du jeu a istres
» Festival des Harmonies

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Ibelene :: Sombreciel-
Sauter vers: