AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
PNJ • Admin
avatar

Messages : 872
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
PNJ • Admin
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Dim 9 Oct - 16:33




Chroniques d'Arven

Intrigue 1.6

La Danse des Trépassés

Du 31 octobre au 5 novembre 1001



Intrigue animée par Aura·


Le Festival du Seuil




 
 
 




De toutes parts, les convives affluent. Hommes curieux aux regards inquisiteurs, femmes élégantes aux tenues exotiques, enfants ravis courant à toutes jambes ; et même, quelques Familiers de mage qui se remarquent au milieu de l’assemblée. L’ambiance est à la fête et l’on s’amuse déjà beaucoup, car l’alcool coule à flots et les substances récréatives ont envahi les étals. L’on rit beaucoup, l’on applaudit Eustache Manivelle à la popularité toujours en progression ; et la foule se promène entre les étals, attendant le début des concours.

On mange, on boit, on se saoule même un peu par endroits ; la Cour des Miracles et la Caravane des Plaisirs sont à pied d’œuvre et l’argent circule de main en main. Le concours d’équilibre va bientôt commencer : sur la grande estrade au centre de la plus vaste clairière, hommes et femmes se rassemblent, et cinq des membres de la Guilde des Savants ont désigné au hasard dans l’assistance les cinq convives qui les rejoindront pour constituer le jury.

Eustache, tout guilleret, prend la parole pour ouvrir la compétition.

« Un chemin de cordes et de poutres a été tracé dans les arbres : le départ est juste ici, et vous avez tout un circuit à parcourir à l’intérieur de la forêt, jusqu’à cet endroit-là ! Il y a plusieurs chemins parallèles, vous avez le droit de faire tomber vos camarades ! Le premier arrivé gagnera un prix de mille fleurons. »

Les paris montent, chacun se cherche un favori, puis… C’est le moment !

Les compétiteurs se massent sur la ligne de départ ; et lorsqu’Eustache frappe dans ses mains, tous s’élancent, jouant des coudes dans la mêlée pour grimper en premier le long des troncs. Les spectateurs se répandent dans la forêt en hurlant encouragements et invectives le long du parcours, du moins aux endroits où les chemins permettent le passage, car il vaut mieux éviter de s’aventurer dans les ravins enjambés par les ponts de corde…

Pendant ce temps, du côté des clairières du Festival, un léger accident est à déplorer. Renversé par un grand gaillard de guerrier mal coordonné, un récipient soigneusement scellé est tombé dans le feu allumé par sa camarade visiblement faë – et boum ! Un nuage dense d’une poudre indéfinissable s’est répandu sur tout le secteur. Elle n’a pas l’air toxique, cette poudre – elle fait juste fort opportunément tomber les inhibitions, et si c’est commun pour les Cielsombrois, ça l’est nettement moins pour leurs convives. Attention à ce que vous pourriez dire, ou faire…

Pendant ce temps, la compétition fait rage dans les arbres : à mi-chemin, ils ne sont plus que quatre encore cramponnés aux cordages : Grâce de Sombregemme, qui répand des bouts de sari un peu partout ; Mayeul de Vifesprit, dont la chemise a mystérieusement disparu ; Mélodie Douxvelours, poursuivie par un essaim d’abeilles en fureur ; et Abigaïl l’Embrasée, dont la coordination laisse à désirer mais dont la motivation compense le manque d’expérience, comme en témoignent ses bleus et ses bosses. Le nuage de poudre, très volatil, s’est répandu sur la forêt et ses premiers effets se font ressentir pour les concurrents… Qui arrivera vainqueur ?

   





Deuxième Tour

Consignes



IRL : du lundi 10/10 au dimanche 16/10(16h).
IRP : le 31/10, début de nuit, pendant le concours d'équilibre.

• Ce topic concerne les personnages qui participent à l'intrigue « La Danse des Trépassés », côté Sombreciel. Il s'agit uniquement des bourgeois et roturiers. La noblesse est invitée à rejoindre le topic côté Outrevent.

• Ce second tour couvre le concours d'équilibre - 4 participants dans les arbres, et 5 jurés désignés par MP d'ici ce soir + les éventuels spectateurs, qui auront à gérer les conséquences du petit incident impliquant Octavius, Maelys, et un tonnelet expérimental malencontreusement explosé... :hihi:

• Le tour prend fin le 31 octobre lorsque les concurrents sont arrivés à l'opposée du point de départ, dans la clairière. La course a décrit tout un circuit dans la forêt et dure environ deux heures au total. (On peut en faire, des choses, en deux heures.  :angel: ) → Le gagnant sera désigné par le Destin au tour prochain ! :geu:

• Coucou, la limite de mots est toujours là ! 700 mots maximum par message, pas un de plus, sinon je mords !  :laa:

• Pensez à indiquer votre nombre de mots et le résumé de vos actions sous balises spoiler.

Bonne chance à tous !  :poele:




_________________
♦ Je suis le PNJ utilisé par les administratrices. ♦
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 3012
J'ai : 29 ans
Je suis : Chevaucheuse du dragon Mirage dans le Vol de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : A Gustave de Faërie et aux Chevaucheurs
Mes autres visages: Liam d'Outrevent - Tyr Parle-d'Or
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Dim 9 Oct - 21:43

Je ne sais ce à quoi je m'attendais réellement. Il me cherche, toujours, tout le temps... Mais à chaque fois que je riposte, c'est comme donner autant de coups dans l'eau en représailles. Je souffle, avec dédain. Il m'énerve, encore. Il n'a rien dit de spécial pourtant, c'est quand même incroyable non ? Je reprends ma bière, et en bois quelques gorgées plus modérées. Je suis tout de même étonnée qu'il se soit intéressé à... Ce que je suis devenue ? Oui, sans doute. Lui n'avait pas besoin de traquer le moindre écho pour s'assurer qu'il n'avait pas malencontreusement tuer quelqu'un, ou l'avait handicapé à vie... Même si je me souviens très bien de ces aptitudes sur le sable de l'arène, à se relever inlassablement pour se remettre à charger comme un véritable bélier. Il est bien moins impressionnant en étant assis là sagement, sans son imposante épée en main. Je dirais même qu'il est plutôt... Sympathique ? Quand on songe à la première fois où nous nous sommes rencontrés, et que j'ai eu immédiatement envie de lui mettre mon poing dans la figure, c'est quand même hilarant.

- Quoi, le Prince Martial ? Et j'ai raté ça... Quelle mouche l'avait piqué ?

Définitivement, je ne comprendrais jamais les coutumes Bellifèriennes. Mais au moins, elles ont l'avantage d'alimenter les discussions et de pouvoir rire un peu à leurs dépends... On trinque. On boit. Je me fends même d'un sourire aimable - oui, notez-le - quand il me propose de venir le voir au moindre problème. Je sais que je peux lui faire confiance, étrangement. Ce n'est pas uniquement parce qu'il m'a sorti de sous ces gravats, mais aussi parce qu'il a cette personnalité franche et sans équivoque. Ce n'est pas un mauvais bougre, malgré ses attitudes bourrues. Merde, je commencerais presque à l'apprécier. Suffisamment pour que les langues commencent à se délier en tout cas, l'alcool aidant certainement. J'en viens à lui révéler mes projets d'armements à venir, suite aux épreuves que nous avons dû affronter dans le Colysée, qui m'auront au moins permis d'apprendre de mes erreurs... Je ne peux pas uniquement me reposer sur l'attaque, et je me fends d'un exposé sur ce bouclier singulier, avec lames à chaque pointes, qui me permettrait de me concentrer efficacement autant sur la défense que l'attaque. Et le fait qu'il soit des plus intéressés ne fait qu'alimenter davantage mon discours, ravie d'obtenir une oreille attentive, en plus d'un expert en la matière, sur des sujets qui passionnent si peu de monde dans mon entourage. J'en viens même à vouloir lui montrer ces croquis, fait gauchement de ma mauvaise main, mais la luminosité déclinante me force à ramener un bout de bois à l'extrémité enflammé, directement prélevé dans l'un des grands feux qui éclairent la progression des équilibristes plus en hauteur.

- Regarde... J'avais imaginé que ça pourrait avoir cet aspect. Je me demande surtout comment éviter que ce soit trop lourd, en vérité. Il faut que ça reste facile à manier, que je puisse conserver une bonne rapidité d'action.

Et puis je le vois se lever pour mieux regarder par-dessus mon épaule, à partir dans un discours explicatif, en me décrivant avec de grands mouvements ce qui pourrait convenir de son propre avis. Je suis si concentrée sur son analyse, à hocher gravement la tête à chaque affirmation, que je ne l'aperçois même pas trébucher sur un récipient scellé juste derrière lui... Et qui finit sa trajectoire directement dans la torche que j'avais négligemment déposé au sol après m'en être servie. Je n'ai même pas le temps d'émettre le moindre son que le contenu nous explose à la figure et... Que j'éternue franchement, à sentir une odeur étrange me piquer les narines. Je me mets à rire sans aucune raison, en me retournant vers lui.

- Je m'étais imaginée que ça allait nous exploser à la figure et que nous allions mourir dans d'atroces souffrances... Mais rien de tout cela !

J'en rigole, encore. De m'être fait peur pour rien. J'aurais bien envie de faire d'autres explosions, tiens. Et puis ça ne fait de mal à personne... Il y a d'autres récipients comme celui-ci, à jeter dans les flammes, non ?

Spoiler:
 

_________________





Dans le doute, fous le feu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 780
J'ai : 38 ans
Je suis : garde à l'antenne de la Guilde des Compagnes à Port-Liberté

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Guilde des Guerriers et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Castiel • Louis • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Dim 9 Oct - 23:23

Fou comme le Destin réserve parfois de drôles de choses à ceux qui marchent en Arven. Qui aurait pu prévoir, à la mi-septembre, qu’il se retrouverait en conversation passionnée avec une femme, mage, faë, acoquinée à un lézard volant ? Certainement pas lui, mais il n’a même pas le temps de s’y attarder. La bière fait son effet sur lui, détend sa carrure méfiante, son visage farouche. C’est que la petite veut se faire un bouclier, des plus dangereux, et que malgré la maladresse des croquis, le tout lui semble assez prometteurs, mais… pas des plus aisés à réaliser. Enfin, oui, mais faudrait pas qu’elle s’estropie au passage. Questions, suggestions, propositions : tout y passe. « Regarde... J'avais imaginé que ça pourrait avoir cet aspect. Je me demande surtout comment éviter que ce soit trop lourd, en vérité. Il faut que ça reste facile à manier, que je puisse conserver une bonne rapidité d'action. » Un hochement de tête et Octavius se lève, pour mieux illustrer son propos. « Il faudrait qu’il soit… grand comme ça, environ, et si tu le tiens comme ça… Mimétisme, estimation. Et peut-être que si on le fait glisser comme ç- » Trop large, le geste, cette fois : il recule dans il ne sait pas quoi et mal coordonné qu’il est, avec ses deux genoux en rémission et sa tête plus légère, il se prend les pieds dans le il ne sait pas quoi. Il ne sait pas quoi qui est envoyé dans le feu.
Et qui explose.
Ou pas ?

Ouf.

Seul un nuage légèrement farineux envahit les lieux, plus spécifiquement Octavius et Maelys, aux premières loges de l’incident. Aux premières loges de l’intoxication, les premiers à ressentir les effets de cette drogue dont ils ont respiré les plus grandes et denses bouffées. Le guerrier éternue et tente d’épousseter la poudre, mais il ne trouve rien sur lui, si ce n’est quelques reflets brillants. Une femme, probablement la propriétaire du récipient, accourt à leurs côtés pour évaluer les dégâts et pousse un soupir de soulagement équivalent au sien, voyant que rien n’a explosé (ils auraient été mal, d’expliquer au duc de Sombreciel comment ils ont rasé la forêt sans le vouloir alors qu’il n’était même pas là pour participer). « C’était quoi, qu’il y avait dedans ? Oh, je ne sais plus ! », répond l’inventeuse d’une voix chantante. Il ne sait pas si elle ment, ou dit la vérité, mais dans le doute… il la laisse repartir, alors que dans le vent, la poudre s’envole et disparaît.

Bien ?

Le rire de Maelys attire son attention, ainsi que sa remarque ravie : « Je m'étais imaginée que ça allait nous exploser à la figure et que nous allions mourir dans d'atroces souffrances... Mais rien de tout cela ! Ç’aurait été pas de chance », admet Octavius, un peu pensif. Le sujet du bouclier n’a toujours pas quitté son esprit et il n’a pas très envie de faire exploser d’autres barils, lui – parce qu’il apparaît que ces Cielsombrois ne savent même pas ce qu’ils contiennent. « T’as pensé à des lames rétractables ? Histoire qu’tu t’crèves pas les yeux sans faire exprès. Sont plutôt jolis, ce serait dommage. » C’est sorti très, trop, naturellement, sans qu’il y réfléchisse. Sans qu’il s’y attarde trop, aussi.

Spoiler:
 

_________________
Dialogues en sienna





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs • Admin
avatar

Messages : 5439
J'ai : 38 ans
Je suis : Voltigeuse, major de la division d'Est d'Erebor, sigisbée de la cour d'Erebor, dame de Sombregemme, marquise d'Automnal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim, duc d'Erebor
Mes autres visages: Astrée Aubétoile, Meldred Vif-Ressac, Tristan d'Amar
Les Voltigeurs • Admin
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Lun 10 Oct - 0:46

Grâce regarda ses adversaires. Elle reconnaît Mayeul – évidemment -, mais aussi la jeune femme qu’elle a rencontrée en Lagrance. Elle ne pouvait pas voyager, n’est-ce pas ? Elle était définitivement étrange. Elle sourit à Mayeul, un air de défi et de conviction qu’elle allait gagner dans le regard. « Je suis d’une gentillesse sans faille. J’ai parié que tu aurais la deuxième place. » Inutile de dire que la première serait pour elle. Elle était persuadée de réussir à semer la compétition. À raison, réalisa-t-elle, quand elle se rendit compte qu’ils n’étaient plus que quatre. À moins qu’ils ne soient le quatuor de tête. C’était sûrement ça. Elle gagnerait, elle devait gagner. Un sourire amusé, triomphant, la prit, en voyant les abeilles poursuivre la lorgolienne. Elle n’aurait sûrement pas dû se lancer dans un tel défi, face à Mayeul et elle. Nulle personne originaire de Lorgol ne pouvait égaler les prouesses en équilibre des voltigeurs. Pas plus qu’une chevaucheuse. N’en avaient-elles donc pas conscience ? La victoire serait presque trop facile.

Heureusement, Mayeul était là pour remonter le niveau. Elle s’arrêta un bref instant, pour se séparer d’un nouveau bout de son sari – qui se déchirait comme un parchemin fragile -, celui-ci entravant sa progression. Elle regarda celui qui était son ami, mais n’était actuellement que son avancée, fronçant les sourcils devant son absence de chemise – à nouveau. Cela ne la surprenait pas réellement, malgré tout. Elle ne repéra pas la poudre qui était disséminée jusqu’à eux, reprenant sa progression. Elle était assez libre de ses mouvements, pour le moment. Si cela changeait, alors… Elle rit de manière impromptue, songeant qu’elle finirait pas ôter totalement le vêtement auquel elle n’était pas habituée. Vêtue de ses jambières et de ses dessous, elle avancerait beaucoup plus facilement. Mais ça n’était pas le moins. Elle se retourna vers le cielsombrois à qui elle était opposée.

« Tu devrais ôter tous tes vêtements – tu serais plus léger, et plus équilibré, pour avancer sur le parcours. C’est rien que je n’ai déjà vu, et que plusieurs autres femmes n’ont pas vu non plus. Peut-être même les deux derrière nous ? » Elle lui adressa un clin d’œil, avant d’avancer légèrement, et de glisser, se rattrapant des mains à la corde sur laquelle elle se trouvait, les brûlant légèrement avec le frottement. En avisant une non loin, appartenant probablement au parcours d’un défaitiste qui avait abandonné, elle s’efforça de prendre de l’élan pour s’y accrocher et remonter plus facilement, n’envisageant même pas de simplement remonter sur la sienne.

Elle s’apprêtait à sauter dans le vide, quand elle apparut Liselotte en contrebas. Juste à côté de deux femmes qui se… dévoraient le visage. Elle réprima une grimace écœurée, effrayée même, ete inclina la tête, remontant presque instinctivement, sans réellement y prêter attention, sur la corde, s’y asseyant. S’y balançant, à vrai dire. Elle cria pour attirer l’attention de la couturière – son amie, en quelque sorte, n’est-ce pas ? « LISELOTTE ! Liselooooootte ! Tu m’entends ? Dis, toi aussi, tu fais… ça, avec des femmes ? Ça te donne autant de plaisir que… Enfin, que les hommes ? Se relevant, elle se tourna vers Mayeul. Et toi, tu les fais avec des hommes ? C’est un peu… contre nature, non ? » Elle ne réalisait pas vraiment l’étendue de ses propos. Pas du tout, même. Et elle repartit, surtout, comme si de rien n’était, faisant un signe de la main à Liselotte – elle lui crierait la réponse, ou alors elle lui dirait après. Oui, l’un ou l’autre, c’était plutôt bien.

Elle avançait d’un pas léger, en tout cas, la voltigeuse, ne ressentant presque pas la branche sous ses pas. Elle n’avait même pas réalisé être sur une poutre. Une aubaine, peut-être, alors que ses sens s’émoussaient progressivement, et qu’elle n’en était pas consciente. Seul l’appât du gain, et quelques pensées volatiles lui occupait l’esprit. Elle détourna rapidement la tête, une rougeur anormale sur les joues, ressentant soudain une certaine chaleur, en voyant un homme et une femme enlacés d’une façon laissant peu de place à l’imagination… Peut-être ce qu’il lui fallait, pour que son pas redevienne plus sûr. Un peu. Ou peut-être ne l’était-il que pour elle.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Peuple
avatar

Messages : 1622
J'ai : 24 ans
Je suis : Apicultrice

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent et à l'Ordre du Jugement
Mes autres visages: /
Peuple
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Lun 10 Oct - 19:05

Je n’aurais pas dû venir ici, et l’alcool n’arrangeait rien à mon humeur. Quelle idée stupide, aussi, de croire que je pouvais brutalement retrouver le sourire en ce jour qui me rappelait inévitablement mon frère perdu ! La joie cielsombroise me semblait complètement déplacée, et je me sentais intruse. J’avais envie de partir en courant. Sur-le-champ. Juste après cette dernière gorgée.

Mais après la dernière gorgée, je fus malheureusement sélectionnée pour rejoindre le jury du concours d’équilibre. La surprise et le désarroi me prirent à la gorge. Je protestai un peu, grommelai de vagues excuses aussi pitoyables que non crédibles, et me retrouvai finalement à observer les participants d’un œil morne, bien décidée, au fond de moi, à m’ennuyer ferme durant cette participation involontaire.

Mais je me plierai au jeu, oui, et je jugerai les participants – avec une objectivité toute relative. Je les observai attentivement, sceptique quant à leurs capacités. Je repérai parmi eux Mayeul, moqueuse. Lui, avec sa démarche ridicule, participer à un concours d’équilibre ? Il aurait mieux fait d’écouter mon conseil éclairé et, dans un éclat de sagesse, de rester chez lui. Je vis aussi Mélodie, mais elle me paraissait si frêle que je ne pensais pas qu’il était possible pour elle qu’elle arrive à la moitié du parcours. Et les autres… il valait mieux que je ne regarde même pas les autres.

— C’est une plaisanterie ? grommelai-je entre mes dents. C’est de ça qu’on doit juger la prestation ? Et qu’est-ce qu’il se passe si aucun d’entre eux n’arrive au bout du parcours ? Parce que d’après ce que je vois, ça risque fort d’arriver…

Peut-être qu’il y avait moyen que je fasse tout annuler avant même que ça ne commence ? L’espoir était une belle chose, mais généralement, il sombrait toujours dans les abysses comme un insecte happé par les océans. Le concours débuta, donc, et je restai spectatrice silencieuse, excepté pour quelques commentaires comme « Vous voyez, je vous l'avais dit, bientôt il n’y aura plus personne » au fur et à mesure que les concurrents se raréfiaient. Je fus traversée de l’idée passagère de hurler en espérant que cela déconcentre les participants restant et que je puisse retourner à ma morosité. Mais j'abandonnai rapidement cette idée.

Et bientôt il n’en resta plus que quatre, miraculeusement encore en lice. Ce n'était plus qu'une question de minutes avant qu'ils échouent, sans doute. Mayeul était mystérieusement torse nu. Je fronçai les sourcils, me demandant si c’était la seule technique qu’il avait trouvée pour déconcentrer ses adversaires. Espérait-il gagner grâce à ça ? En tous cas, d’autres concurrents semblaient s’inspirer de lui, comme cette femme blonde qui s’effeuillait peu à peu au fil du parcours – et qui ajoutait à cela ses commentaires déplacés.

— C’est censé être un concours d’équilibre, pas une parade nuptiale ! Je préviens, si qui que ce soit fini nu, j’arrête de regarder ! déclarai-je sans parler à personne en particulier.

Phrase d’enfant boudeur, peut-être, mais il y avait des spectacles que je ne tenais pas vraiment à voir. Je tournai mon attention vers Mélodie, la désignant du menton.

— Et elle, elle va forcément perdre. Les abeilles ne l’aiment pas.

C’était un motif suffisant, à mes yeux, pour échouer. Je me fiais aux abeilles plutôt qu’à mes propres jugements, en toutes circonstances, y compris pour un concours d’équilibre. Quant à la dernière concurrente, aux cheveux roux… n’aurait-elle pas déjà dû perdre ? Un instant, sa détermination m’impressionna, mais après tout, j’étais partie de très bon pied pour médire de tous les concurrents et je ne voyais pas pourquoi elle ferait exception à la règle.

— Quant à la rousse… un enfant qui apprendrait à marcher serait sans doute moins maladroit. Ne me faites pas appelez ça « équilibre ».

A vrai dire, je commençais à m’amuser un peu. J’avais presque hâte qu’ils me donnent une excuse de plus pour les critiquer, désormais…

Spoiler:
 

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles • Modo
avatar

Messages : 476
J'ai : 30 ans
Je suis : Couturière au service de la cour d'Ibélène, Espionne à la Cour des Miracles (infiltration)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles, Sombreciel & l'empire d'Ibélène
Mes autres visages: Alméïde, Ilse, Aurore, Victorine, Teagan
La Cour des Miracles • Modo
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Lun 10 Oct - 19:35

La réaction des amis de Mayeul la laisse pantoise un instant. Ses orteils douloureux la lancent encore et c'est à peine si elle réagit aux paroles du Chevaucheur. Ah, ces Faës, ils ne comprennent décidément pas grand chose à Samhain où l'on célèbre autant la vie que la mort, où l'on fête la persistance de la conscience vers un au-delà dont seuls les dieux ont connaissance. Leur accueil a été mal perçu, soit, elle ne s'attardera donc pas auprès d'individus aussi peu ouverts aux moeurs d'un duché qu'ils viennent pourtant visiter de leur plein gré. Liselotte leur souhaite à peine une bonne soirée, accrochée au bras de Mayeul, certaine qu'elle trouvera bien meilleure compagnie dans la foule qu'une Cibellane effarouchée et un Chevaucheur grognon.

*

Le discours d'Eustache Manivelle est accueilli avec enthousiasme et le concours d'équilibre s'apprête à démarrer. La couturière offre un nouveau baiser au Voltigeur pour lui porter chance et s'installe au cœur du public afin d'y assister, quand elle se sent happée par une main qui l'attire jusqu'à l'estrade. Choisie pour juger les concurrents ? Voilà qui semble tout à fait distrayant. Liselotte prend place parmi les autres membres pris au hasard dans la foule et elle observe attentivement le départ. Elle reconnaît également la Voltigeuse de Bellifère, la championne d'Erebor et son nez se fronce à la vue d'un vêtement au goût si douteux. Voilà qui est scandaleux, elle devra y remédier au plus vite !

Les concurrents sont nombreux. Mais nombreux aussi sont ceux qui se font éliminer en cours de route. Le temps passe et elle fait mine de ne pas entendre les paroles fort peu engageantes de l'une de ses collègues juré pour la soirée. Liselotte acclame et applaudit, elle commente avec entrain et pas toujours sur l'agilité des participants. « Ah, la chemise enlevée. C'est bien une technique de Vifesprit ça. » s'amuse-t-elle, profitant de la vue sans s'en cacher. Elle porte une nouvelle gorgée de liqueur à ses lèvres, se sent légère dans ce milieu bien familier et, si la poudre étrange est arrivée jusqu'à elle, on ne décèle pas grande différence chez la couturière cielsombroise.

Elle entend alors son nom scandé au-dessus de sa tête et elle rit doucement sans lui répondre, se tournant néanmoins vers la jeune femme à ses côtés. « Concours d'équilibre. Parade nuptiale. Quelle différence ? » Espiègle, elle relève les yeux sans plus porter attention à ses commentaires sur les autres concurrents. Liselotte s'en moque un peu à vrai dire, elle ne suit des yeux que ses deux amis survivants parmi les quatre restants.

« Observez bien la Voltigeuse, elle est capable de bien des prouesses. Je suis persuadée qu'elle arrivera  sans peine à distancer ses concurrents. Regardez cette agilité » Puis, tout en remplissant à nouveau son verre, elle ajoute : « Il faudra que je lui dise deux mots sur sa tenue néanmoins. Il est indécent de porter de telles guenilles, même si c'est pour les arracher ensuite. »


Spoiler:
 

_________________


On joue parce qu' on aime la vérité et parce qu' on la déteste. On joue parce qu' on deviendrait fou si on ne jouait pas. Jouer ! Est-ce que je sais, moi, quand je joue ? Est-ce qu' il y a un moment où je cesse de jouer ?





dialogues • mediumvioletred
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 1055
J'ai : 35 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Raygnar d'Ysgramor / Elliott Ross
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Lun 10 Oct - 22:27

Il espérait qu'il n'avait pas été trop brusque avec cette jolie jeune femme. Manquerait plus qu'elle prenne peur en le voyant. Effrayer les gens était la dernière chose qu'il souhaitait . Malheureusement, il n'eut pas le temps de discuter plus car un homme nommé Eustache Manivelle entama un discours plein d'entrain et de gaieté. Serenus applaudit avec enthousiasme comme les autres invités puis se dirigea vers le lieu où se déroulait les concours. Il sourit à la jeune femme qui s'éloignait vers l'endroit où se déroulait la compétition d'équilibre et lui souhaita bonne chance du regard. Soudain, une main attrapa son bras et l'entraina vers l'estrade. Quoi ? Il allait devoir juger les participants ? Décidément, cette soirée allait se révéler bien plus amusante que prévue...

Serenus s'assit à sa place et regarda les autres membres du jury. Il se figea sur place lorsqu'il vit Melinda, à une chaise de là. Il se redressa et la salua d'un signe de tête agrémenté de son incessant tic. Il se dit avec une certaine ironie que s'il ne passait pas pour un imbécile, il en avait tout l'air. Enfin, il avait autre chose à penser. Il but une gorgée de liqueur qu'on venait de lui servir puis soupira. Et la compétition commença.

Serenus ne quittait pas Mélodie des yeux. Elle se débrouillait plutôt bien. Soudain une jolie petite poudre arriva sur lui mais il y fit à peine attention. Au contraire, il ne s'était jamais senti aussi détendu, aussi heureux d'être là à cet instant, à regarder des équilibristes s'affronter.
La voix de Melinda retentit, elle critiquait Mayeul qui, pour ne pas changer, était torse nu. Serenus laissa échapper un petit rire devant la scène qui devenait de plus en plus burlesque. Melinda en profita aussi pour commenter la prestation des autres participants. Il écouta aussi celui de la femme assise à sa gauche à propos de Grâce. Serenus répondit alors :

« - Cela ne m'étonne pas. Tout ce qui intéresse Mayeul, c'est les femmes. J'espère que ce n'est pas une tentative de sa part pour séduire le jury et remporter le trophée car ça marchera pas. »

Il but une gorgée de liqueur fort bienvenue et reprit :

« - Cette compétition est décidément bien inégale. Vous avez deux champions du Tournoi des Trois Opales contre deux inconnues du grand public. Les champions sont sur entrainés grâce à leur profession de voltigeur. C'est presque trop facile pour eux. Et ils ont le public de leur côté. Il y a également cette chevaucheuse qui maitrise aussi l'art de l'équilibre. »

Il montra Mélodie du doigt et dit avec un sourire destiné a Melinda :

« Pour moi, le plus grand mérite revient à cette demoiselle. Ce n'est pas parce qu'elle se fait poursuivre par des abeilles qu'elle va perdre ma chère Melinda. Au contraire, cela la poussera à se surpasser et elle pourrait remporter la compétition. »

Après ces quelques mots, il reporta son attention sur celle qu'il défendait. Il était sur de lui et de son instinct. La jeune femme avait toutes les chances de gagner et si elle y arrivait malgré l'essaim qui la poursuivait, elle était sûre de s'attirer le respect des cielsombrois. Il se demanda alors pourquoi il accordait une telle attention à Mélodie. Cela ne lui était pas arrivé depuis longtemps... Depuis le jour où il avait rencontré Elena en fait. A croire que même les plus vilaines plaies finissent par guérir. L'alcool commença à faire son effet et, l'esprit plus apaisé, il oublia ces pensées et se concentra sur la suite de la compétition.


Spoiler:
 

_________________









Hey:
 

parle en 0000cc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 3012
J'ai : 29 ans
Je suis : Chevaucheuse du dragon Mirage dans le Vol de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : A Gustave de Faërie et aux Chevaucheurs
Mes autres visages: Liam d'Outrevent - Tyr Parle-d'Or
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Mar 11 Oct - 0:59

Je me sens bien, étonnement bien.
Je ris encore, à la remarque d'Octavius. Je ne suis pas certaine qu'elle était faite pour être drôle, mais elle suffit à m'amuser. Je suis déjà repartie, à sauter et danser sur la pelouse, alors que ma magie s'active... Ils ne sont pas habitués à pareilles manifestations, les Cielsombrois, mais on dirait que les effluves des différents récipients qui explosent dans les flammes avoisinantes ont bien vite raison des rares contestations. La sensation est agréable après tout, et puis, le bruit qu'ils font au contact des flammes...

Ma petite, tu es sûre que tu vas bien ? Tu t'es remise à la pyrotechnie finalement ?
Mais tellement ! On s'amuse bien ici, tu ne veux pas venir ?


Un grondement de mépris qui me répond. Oh, le vilain dragon boudeur. J'arrête tout de même les frais : De toute façon, je n'ai plus de récipients en vue pour faire de belles explosions. Par contre, j'aperçois Thomas avec Cassiopée au loin, et leur fait de grands gestes.

- Thomas ! Fais tout exploser ! Regarde... C'est marrant !

J'ai encore un fond de bière en main, tiens. Je le finis d'une traite, et elle me rappelle immédiatement vers mon serveur attitré. Je rebrousse chemin vers le fier guerrier, qui a un peu plus de mal à marcher... Chacun ses problèmes, non ? Je n'ai bien qu'une seule main de vraiment valide, après tout. Je lui rends un large sourire, plutôt satisfaite de mes performances, surtout à observer ceux qui concourent pour ce jeu d'équilibre... Les choses ont prises une tournure intéressante, non ? Je pourrais m'amuser un peu à leur rajouter de la difficulté, en bougeant un peu les obstacles sur leur chemin. Après tout, les Voltigeurs s'en sortent un peu trop bien.

J'ai à peine commencé à saper leurs efforts quand le colosse attire à nouveau mon attention, me détournant quelque peu de mon objectif initial à mentionner ce bouclier. J'avais presque oublié, tiens... Si désireuse d'user de mes talents à tort et à travers.

- Des lames rétractables ? Ce serait... Vraiment classe !


Je ne dis pas grand-chose de plus, à percuter au ralenti ce qu'il vient de me confier. Il faut dire qu'il lâche de pareilles remarques avec le ton le plus naturel du monde. Des jolis yeux ? J'ai bien entendu... Il vient de parler des miens, non ? Je relâche la pression un peu trop subitement sur une branche qui part à toute vitesse en direction de Mayeul.

- Oups...

Je suis un peu trop facile à déconcentrer aujourd'hui, décidément...

- Merci. Enfin, je suppose. C'était un compliment ? Ca en avait l'air, mais pas tellement.

Je me mets à sourire largement, en me retournant vers lui, quittant le spectacle un temps des yeux pour les river aux siens. Ils sont rieurs, dans ces abysses qui font face à un ciel si clair.

- Je préfère les tiens. Ils sont... Bleus. J'aime bien le bleu.

Je les fixe un peu trop longtemps, en fait, pour que ma remarque soit totalement innocente et...
Epargne-moi ça, ma petite... Pitié ! Vous êtes d'un ridicule. "Tu as de beaux yeux, tu sais ?"
C'est la stricte vérité. Je lui retourne le compliment. Tu voudrais que je dise quoi d'autres ?
Rien. Tu peux simplement l'embrasser.
D'accord.
Pardon ?


Je me suis déjà penchée en avant. Je ne suis pas certaine que je sois moins ridicule, cependant, à me tenir sur la pointe des pieds pour déposer un baiser furtif sur les lèvres d'Octavius. Je lui tapote le torse d'une main, comme s'il ne s'était rien passé ou presque, avant de déjà m'éloigner. C'était marrant, finalement.

Et si je te dis de sauter du haut d'un pont, tu le fais aussi ?
Je cours, même... En direction du lac. Je fais un bond prodigieux, à m'écrier avant de percuter la surface de l'eau, si... Froide, bon sang ! Je crève la surface, trempée et grelottante, rejetant quelques mèches sombres en arrière avant de me mettre doucement à nager.
Je crains que ton cas ne soit finalement plus désespéré que le sien, ma petite.
Arrête ! C'était rien.
Redis-le moi demain, que je rigole aussi.


Spoiler:
 

_________________





Dans le doute, fous le feu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Mar 11 Oct - 8:36

Je regarde le guerrier un instant, stupidement. Lui, galant (ou arrogant), pense que sa seule carrure est capable de me briser. S’il savait. Mais la foule bouge, Eustache commençant le discours de bienvenue, alors je m’éclipse en le saluant d’un signe de tête après lui avoir signifié d’un sourire que tout allait pour le mieux.

~~


Le bruit était assourdissant, qui aurait cru que les abeilles étaient aussi rancunières ? Je les entendais derrière moi, volant furieusement dans l’espoir sadique de m’attraper. Tout ça à cause d’un malentendu, mais allez tenter de raisonner des abeilles vous…. Quelqu’un avait lancé un projectile pour me faire tomber et ainsi avoir un concurrent de moins. Résultat, il en avait perdu l’équilibre lamentablement et, mauvais tireur, ne m’avait pas mis en danger une seule fois. Seulement voilà, pas si mauvais que ça en fin de compte, surtout quand le nuage frémissant et en colère était sorti de la ruche et avait arbitrairement décidé que j’étais la coupable.
Depuis, je zigzaguais, nullement, gênée par la difficulté du parcours, mais harcelée par ces insectes redoutables. Ce qui me faisait perdre du temps d’ailleurs et s’en était rageant. Je pouvais gagner, ces imbéciles pensaient que seuls ces chevaucheurs et voltigeurs avaient des chances, mais pas un seul n’avait jamais pensé à l’habilité d’un voleur. Pourquoi le ferait-il d’ailleurs ? Il ne la soupçonnait même pas. Normalement je n’aurais pas dû autant m’acharner, mais la fine pellicule qui s’était répandue dans l’air me donnait des ailes, m’encourageait, ou bien était-ce les abeilles ?  

J’aperçois une chevelure rousse dans mon champ de vision, ravie d’avoir une coéquipière, beaucoup moins qu’il s’agisse d’une de ces foutus chevaucheuses. Un énorme sourire barre mon visage lorsqu’une idée lumineuse me prend. La pauvre semblait mal à l’aise, autant qu’elle reste se reposer en faisant connaissance avec mon escorte. En trois enjambées souples, je réussis à la rejoindre. Je l’attrape par le bras en riant et m’en sers pour venir me coller à elle, pour ensuite la pousser vers mes petites furies jaunes.  L’action ne dure qu’un brève instant, mais j’ai l’impression que tout se passe au ralenti. Après un dernier salut, alors que je la vois reculer sous l’impulsion, je repars en sautillant.

C’était Eustache qui l’avait dit, tout était permis et puis… Mille fleurons ! Il n’y avait pas à être faire play. L’étaient-ils, eux, avec leur suffisance à se croire ainsi supérieur. Il était temps qu’ils prennent un peu de plomb dans la tête. Je me sentais légère, je pouvais réussir. Le monde semblait d’un coup plus clair et lumineux. La réalité se dilatait pour ne devenir qu’une formidable évidence. Dépouillé de toutes ses illusions.

Je me sentais merveilleusement bien, sur un parcours de vitesse aux obstacles improbables, je me revoyais des années auparavant dans la Ville Basse. Pendant les épreuves destinées aux maîtres pour voir le potentiel des futures recrues. J’avais réussi, désormais, tout ceci me paraissait d’une facilité étonnante. Je vois une branche voler vers le voltigeur que j’avais rencontré dans l’été, ne m’en étonnant pas le moins du monde. Puis me concentre sur Grâce, la dame de Bellifère. Elle est en tête, du moins je crois. Les chemins pour arriver au même point sont nombreux et il n’est pas évident de se repérer. Là, encore, j’ai une idée lumineuse. Je me concentre, du mieux que je peux, l’observant, la fusillant du regard.

-Allez !

Mais….rien à faire… il ne…se passait rien, il n’y avait aucun dragon, aucun Stellaire pour venir la percuter. J’étais déçue, je pensais qu’il était mon ami, qu’il viendrait écraser mes adversaires comme lors du tournoi. Si c’était comme ça, je l’ignorerais la prochaine fois que je verrais ce monstre d’écaille, interdis de dessert !

Qu’importe, rien n’était encore joué et elle n’était pas si loin que ça. J’étais plus jeune, en meilleure forme –j’étais certaine qu’elle avait…au moins… 20 ans de plus ! La vieillesse, ça pardonnait pas-, sans parler de ces vêtements qui la ralentissaient. Non, vraiment il n’y avait aucun souci à se faire. Sauf si… Ou étaient ces abeilles au fait ?



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 1103
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle
Mage Destructeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Mar 11 Oct - 12:29

    Un petit sifflement échappa à Thomas à l'évocation de la récompense au concours. Il aurait peut-être du se renseigner, c'était motivant, même quand on n'aimait pas se donner en spectacle. Et cela n'aurait pas été pour lui. Mais tant pis. Les agresseurs cielsombrois, refroidis par la réaction des deux faës les avaient délaissé. Et Mayeul avait du pain sur la planche, puisqu'il devait montrer ses capacités de Voltigeur à tous dans le concours. La préférence de Thomas va naturellement à Abigaïl. Aussi présomptueuse soit-elle, elle est Chevaucheuse. Et douée. Une explosion se fit entendre et Thomas attira Cassiopée à lui, en un geste protecteur, avant de se détendre en ne remarquant rien d'anormal. Il s'intéressa de nouveau à la compétition. Mayeul avait encore retiré sa chemise.

    « Tu crois qu'on est plus doué dans ce genre d'exercice sans chemise ? »

    Il s'était adressé à Cassie à ses côtés, évidemment. Et la poudre se propagea aux spectateurs d'abord. Sans qu'ils ne le remarquent vraiment, tout juste le ressenti d'un chatouillement au nez. Maelys éclata de rire plus loin, à côté de Cassie et lui, une jeune femme se mit à commenter les prestations. Liselotte était à côté elle aussi, amusé de la technique de Mayeul. Évidemment. Un homme commenta à son tour. Une technique pour amadouer le jury ?

    « J'espère que non, quoiqu'on dirait que beaucoup de femmes ont été choisies ! »

    Donc Cassiopée qui encourageait Abigaïl à sa manière... Bruyamment et sans complexes. Lui-même se sentait étrangement de bonne humeur et léger.

    « Tu n'y es pas sensible toi, hein ? »

    Il attira Cassie à lui, avant de l'embrasser et de la distraire de sa mission d'encouragement. Et c'était terriblement plaisant de pouvoir faire ça devant tout le monde. Et il avait d'autres idées en tête la concernant. Mais Maelys l’interpella, lui faisant lever la tête. Faire exploser les autres barils de poudre. Il fronça les sourcils. Il y avait quoi dedans au juste ? Il tourna le regard vers le parcours. Pourquoi pas ? Rien de dangereux. Et il se sentait libéré de toutes ses émotions négatives qui le paralysaient d'ordinaire et le poussaient à la réserve. Il esquissa un sourire, claqua des doigts et BOUM, explosion et poudre qui se libéra. Marrant. Et s'il coupait la route à Mélodie dans les arbres ? La branche qui se trouvait devant elle explosa, lui coupant momentanément la route. Sans rancune.

    Il vit alors filer Maelys vers le lac et s'y jeter tout habillée. Il la suivit, s'arrêtant avant de se mouiller, il n'était pas fou lui.

    « Mae, mais qu'est-ce que tu fous ? Sors de là. Je regrette de ne pas m'être inscrit à ce concours, ça te dit pas de nous emmener là bas ? On se partage la récompense si l'un de nous gagne. »

    Comment ça ce n'était pas du jeu ? Il s'en fichait totalement, il avait envie de s'amuser et Mae était une excellente coéquipière. 


Spoiler:
 

_________________
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey —
Lion's tears
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 260
J'ai : 27 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Les Mages
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Mar 11 Oct - 12:44

Cassie fronça quelque peu les sourcils, esquissant un demi sourire face au commentaire de Thomas :

« Moins de prise au vent ? »

Évidemment, comme leur voisin, elle avait cherché l'origine de l'explosion, avant de se détendre. Qui irait faire exploser des trucs maintenant ? Franchement ? Bref, passons, étant donné qu'elle était juge ce soir, elle se devait tout de même de faire son boulot, elle trottina vers l'estrade, suivie par Thoma. Sa favorite était Abigail . En soi pas difficile puisque c'était une Fae, comme elle ! Elle pouffa avant de sautiller sur place :

« Il me faut du renfort ! »

Fut dit, fut fait ! Un petit élémentaire de terre poussa comme par magie a ses pieds, Cassie lui tapota la tête avant de se remettre a gambader  sur place...L'élémentaire l'imitant du haut de ses petits boudins de terre et de s'égosiller, les mains en porte voix :

« ALLEZ ABIGAIL ! MONTRE A SES CAVALIERS DE PLUMEAUX VOLANTS CE QUE VAUT UN DRAGON ! HIIII ! »

Il ne lui fallu pas de seconde pour trouver une étoffe rouge et de l'agiter frénétiquement, a coté d'elle l'élémentaire agitait ses bras de la même façon, envoyant des petits bouts de terre un peu partout :

« LES PLUMEAUX SONT DES LOPETTES ! LES DRAGONS ONT DES ROUPETTES !  LES PLUM...»


Le reste se perdit contre la bouche soudainement aventureuse de Thomas. Oh ? Elle n'allait pas s'en plaindre loin de là...D'ailleurs son élémentaire faisait pareil...A sa jambe...L'enlaçant fougueusement, elle allait avoir un bleu. Bien bien. Finalement Thomas la relâcha, échevelée et un peu dans la lune pour aller secourir Maelys qui avait...sauté ? Dans la rivière. Mmmh...Pourquoi pas ! Quoique non...Mauvaise idée, AH et puis elle avait quelqu'un a encourager ! Et apparemment on l'aidait. Éberluée, elle jeta un coup d'oeil a Thomas.

« Tu fais pareil pour allumer des bougies ?! J'en veux pour mon anniversaire ! »


Enfin dans l'idée, ce serait un peu con, il risquerait d'exploser son gâteau plutôt qu'autre chose.

Spoiler:
 

_________________


il suffit parfois...
"Le printemps est arrivé, la belle saison, l'amour et la joie sont revenus chez toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Mar 11 Oct - 16:47

31 Octobre 1001 — Sombreciel



Abigaïl finissait son verre lorsque Eustache s'apprêtait à parler. Elle eu tout juste le temps de sourire à Arnaud, touché de sa bienveillance, avant de prendre la poudre d'escampette et profiter d'être appelée pour ne pas répondre à sa dernière question. Plutôt mourir que d'avouer n'être ici que par orgueil... Le sentiment bafoué de ceux qui étaient trop audacieux et s'en brûleraient les ailes. Elle se leva alors pour rejoindre le chemin d'équilibriste et se lancer dans ce nouvel inconnu.

Elle n'eut besoin que d'une petite minute pour réaliser que jamais elle n'aurait dû s'inscrire. Mais l'orgueil avait une fois de plus accompli son méfait, donnant à Abi un petit air sarcastique qu'elle ne soupçonnait pas, la poussant à sourire à chaque voltigeurs qu'elle voyait tomber et continuer de se persuader qu'elle aussi pouvait gagner. La jeune rousse avait beau être bien loin du peloton de tête, elle ne se tracassait guère. Ne dit-on pas que tout vient à point à qui sait attendre ? Les remarques et regards en furie des Ibéens, elle les ignorait. De ses faux pas, la faisant glisser et trébucher, elle se relevait. Ce ne fut peut-être que lorsque cette brune la saisit par la manche qu'elle eut un doute. Un doute sur elle-même.

Oh, elle l'aurait tué, cette petite peste, gamine pas plus vieille qu'elle, au regard trop espiègle pour avoir du bon en elle. Elle aurait voulu la voir brûler lorsqu'elle la poussa contre les insectes énervés qui étaient eux aussi dans la course. Du bout de ces doigts de Faë, on pouvait voir des étincelles jaillir ; quand quelques mèches de cheveux semblaient elles aussi s'embraser. Abi poussa un hurlement, presque guttural, au moment de se relever. Les abeilles arrivaient, elle dû secouer ses bras et ses mains pour se débarrasser de ces invitées désagréables, manquant de tomber réellement. Cependant, alors qu'elle aurait pu abandonner, se plaindre de l'acharnement injuste des participants, elle entra dans une colère noire, de celle qui vous offre un tel jet d'adrénaline que vous en devenez surhumaine. Exactement ce dont elle avait besoin.

Elle continuait d'avancer, retournant dans la course, aidé par les quelques soutiens qu'elle entendait. Son nom, chanté, comme si elle était une dame de renom, ou redevenait cette étudiante douée devant ses professeurs. Elle cru reconnaître la voix de Thomas, qu'elle ne manquerait pas de remercier entre deux moqueries. Et poussé par cette adrénaline, à moins qu'il ne s'agisse de ce nuage étrange dans lequel elle venait d'entrer, elle redoubla de vitesse et ôta ses chaussures pour les lancer très fort devant elle. La première sembla aller se perdre dans les fourrés, tandis que la deuxième toucha une victime. Un bruit sourd, celui du cuir des semelles qui alla frapper l'épaule dénudée de Mayeul, et Abi se mit alors à hurler : Oh par Lida, vous brûlerez tous !

En appeler à la déesse de l'Agonie n'était pas dans ses habitudes, mais après tout, Abigaïl n'était plus vraiment elle-même. Ses yeux flambaient comme ça n'avait pas été le cas depuis ce mariage arrangé qu'elle avait fui... Elle qui croyait ces sentiments et cette rage bien enterrés au plus profond d'elle, il semblerait que sa détermination puisse parfois ne pas avoir de limite.


Spoiler:
 


Dernière édition par Abigaïl l'Embrasée le Sam 29 Oct - 14:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 3030
J'ai : 31 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Mer 12 Oct - 8:27

Ils avaient été nombreux à prendre le départ... Mais ils l’étaient bien moins maintenant, ces vaillants volontaires. Ils n’étaient plus que quatre désormais, alors qu’ils avaient parcouru à peu près la moitié du chemin. Grâce en tête, ce qui ne l’étonnait qu’à moitié, la fille d’Arc-en-Fleur, et une autre qu’il ne connaissait pas, à la chevelure rousse qui perçait entre les arbres. Aucune n’était voilée, et Grâce répandait son vêtement un peu partout, attisant sûrement les clameurs des spectateurs. Le Voltigeur observa Melodie, mais se garda bien de l’invectiver : il avait encore la sensation du poids de l’horrible Fae de tout à l’heure, celle qui accompagnait le Chevaucheur d’Arc-En-Fleur, et visiblement, cette balade champêtre avait rendu les gens mauvais, et il ne voulait pas affronter la demoiselle.
Mayeul s’était, quand à lui, délesté de sa chemise : après tout, Liselotte lui avait fait la leçon sur le fait qu’il ne devait pas l’abîmer et l’escalade, ce n’était pas très bon, non ? En plus de ça, elle entravait ses mouvements alors, comme un gentil petit Voltigeur bien obéissant, il s’en était promptement débarrassé. La couturière n’y trouverait rien à redire, sans doute, et les autres spectatrices non plus !

Dame Grâce, pour qui me prenez-vous ? Un tricheur ?
Si j’ôtais tous mes vêtements, nul doute que je serais gagnant avant l’heure.


Il lui adressa un sourire ironique, se faufilant sans difficulté sur les cordes et les poutres disposées dans les arbres. Son épaule n’était pas douloureuse tant qu’il ne la sollicitait pas, et il comptait bien réclamer de retourner dans l’escadron dès que possible, se servant même de ce parcours comme exemple de sa totale guérison. Sa concentration vacilla un instant, pourtant, quand il ressentit une étrange légèreté le gagner. Comme si... Il ne savait pas trop quoi, mais c’était plaisant. Et agréable. Il reconnaissait la sensation, du coup, mais n’en comprenait guère l’origine. La Voltigeuse devant lui ne lui laissa guère le temps de s’interroger, lui posant la question la plus étrange qu’il lui ai jamais vu poser. D’accord, c’était de la drogue, définitivement, qui planait dans l’air.

Mon amie, si tu veux t’y essayer
Nul doute que Liselotte et moi sauront parfaitement t’aiguiller.
Qui sait, peut-être prendras-u du plaisir
A ce que nous seront ravi de te faire découvrir.


Il adressa un signe de la main à la jeune femme, laissant Grâce méditer à sa proposition plus qu’indécente, avant de profiter de son trouble pour la doubler dans le parcours. Ou étaient les autres demoiselles ? Heureusement, il n’avait aucune idée des paroles échangés par ceux qui composaient le jury sur sa tenue plus que légère - quoique Grâce s’essayait aussi à la légèreté vestimentaire, et ce n’était pas si mal - et continua d’avancer, jusqu’à ce qu’une chaussure venue de nulle part frappe son épaule et le déséquilibre, envoyant une vague de douleur qu’il ne pouvait pas, pour le moment, prendre en compte. Un sentiment inquiet et effarouché - Nuage -, suivi de conseils, et le Voltigeur attendit que la douleur se calme, respirant doucement avant d’observer la coupable. La rouquine. Il ne pût s’empêcher de la défier. Pas que cela ne lui ressemblait pas, mais les mots étaient étrangement plus crus que d’habitude, comme ceux qu’il avait sorti à Grâce et qu’il ne se serait pas permis, en temps normal : Grâce était Belliférienne, il ne voulait pas la choquer.

Jeune dame aux cheveux de Feu
Je connais une façon de brûler à deux
Qui sera bien moins douloureuse
Et beaucoup plus prometteuse

Venez donc me rejoindre une fois que j’aurais gagné
Je vous montrerais comment allumer votre brasier


Parce qu’il allait gagner. Même blessé, même fatigué, il était Voltigeur. Et acrobate. Surtout acrobate.

Spoiler:
 

_________________


Dernière édition par Mayeul de Vifesprit le Jeu 13 Oct - 22:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Mer 12 Oct - 10:11

Je cours, je vole, je me voyais déjà les dépasser, les semer et leur rire au nez, eux les chevaliers des cieux que tout le monde acclamaient. Tout ça simplement parce qu’ils montaient à dos de poulet à plume ou écaille. C’était moi que la foule féliciterait et tous se moqueraient de ces stupides, stupides, voltigeurs et chevaucheurs. Eux qui avaient perdu face à personne.
Une inconnue.
Mais voilà, mes rêves volent en morceaux pile quand je suis sur le point d’atteindre Grâce ou plutôt la branche qui est juste sous mon nez. Elle éclate en un bruit assourdissant, envoyant des débris dans toutes les directions, l’un d’eux venant se ficher dans mon avant bras.

Magie ! Colère et douleur.

Mes yeux s’étrécissent et je hurle à qui veux l’entendre que si j’attrapais celui à l’origine de cette farce, il en prendrait pour son grade. J’avais failli en perdre l’équilibre et tomber, mais mes réflexes, acquis suite à de longues errances dans les hauteurs, me sauvèrent la mise. Pendant ce temps la rouquine avait eu le temps de revenir en lice, insultant et jetant ce qui lui tombait sur la main. Je vois une chaussure passer non loin de moi pour se perdre dans un feuillage, l’autre percuter Mayeul.
Contre toute attente, cela le fait tituber et j’en profite pour lui passer devant, alors qu’il se perd dans des invitations douteuses.

-Redescends sur terre, ce n’est pas parce que tu voles sur un pigeon géant que tu peux gagner ce concours !


Définitivement, je gagnerais, il ne pouvait en être autrement. C’était une question de fierté, de celle de la Cour des Miracle, ou peut-être seulement de la mienne… Je ne savais plus trop.
Grâce déchire ses vêtements, laissant apparaitre peu à peu les courbures de ses cuisses cachées par des cuissardes. Je la siffle, amusée par une telle indécence.

-Hé bien, vous avez des mœurs bien légères pour une dame de Béllifère ! Enlevez donc cette robe, ça sera encore le plus simple !

Ce qui… en fait… n’était pas une si mauvaise idée. Mon haut avec des manches amples et bouffantes était… gênant et je le trouvais d’un coup extrêmement agaçant. Alors, joignant geste à la parole, j’enlève l’habit, dévoilant mon dos tatoué et une poitrine cachait par des bandes de tissu serrées, pour le jeter à la figure du concurrent le plus proche.
L’autre l’avait bien enlevé, pourquoi pas nous ?
Me sentant plus légère et goutant le vent sur ma peau, je ne m’attarde pas plus, sprintant et sautant comme un cabri. Jouant de mon savoir-faire et tentant des manœuvres un peu risquées pour gagner le plus de terrain possible.

Spoiler:
 


Dernière édition par Mélodie Douxvelours le Sam 15 Oct - 15:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Peuple
avatar

Messages : 1622
J'ai : 24 ans
Je suis : Apicultrice

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent et à l'Ordre du Jugement
Mes autres visages: /
Peuple
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Mer 12 Oct - 20:49

Serenus. En un instant, je remarquai sa cicatrice, et un éclat de panique, d’inquiétude et de compassion mêlées voila mes yeux et poussa ma main à s’avancer vers lui comme pour le consoler. Mais je repris bien vite mes esprits et dissimulai mon geste avorté en passant simplement les doigts dans mes cheveux. Je répondis d’un signe de tête à son salut, l’air impassible. Intérieurement, une tempête entre fureur et désespoir s’était levée en moi, tandis que je critiquais mentalement ces hommes qui ne trouvaient rien de mieux à faire que de se rendre à des tournois et de faire joujou avec des armes qu’ils ne savaient même pas utiliser sans se blesser.

J’étais donc d’une humeur exécrable, encore plus qu'avant. Et j’étais bien décidée à arrêter le plus vite possible cette mascarade pour pouvoir m’éloigner en courant non seulement de ce guerrier, mais aussi de tout ce spectacle ridicule. Mes critiques volaient sans que je puisse les arrêter, comme si j’avais démarré un incendie que désormais je ne contrôlais plus. Et cet incendie, étrangement, me réchauffait plus qu’il ne m’inquiétait. Je redécouvrais le plaisir de n’être pas d’accord. Avec personne. Et de critiquer tout le monde.

— A un concours d’équilibre, les gens restent habillés, précisai-je à une jurée qui ne semble pas faire la différence entre équilibre et parade nuptiale. Enfin, j’espère. Les cielsombrois font des choses farfelues.

Comme du poison par exemple. Mais après tout, Mayeul semblait y avoir survécu. Et s’ils étaient plus heureux comme ça, ces cielsombrois… Etre bizarre n’était pas un défaut, que je sache. Les commentaires élogieux de cette même jurée sur la blonde Voltigeuse me firent grogner de dépit.

— Je suis persuadée surtout qu’elle finira par tomber. D’ailleurs, elle est vraiment Voltigeuse ? Son griffon doit sans doute faire tout l’essentiel du travail, une fois en vol. Le pauvre…

Je n’avais aucun droit de juger les compétences d’autrui – surtout comparées aux miennes – mais puisque j’avais été sélectionnée pour faire partie du jury, je n’allais pas m’en priver. Je me tournai ensuite vers Serenus qui quant à lui, paraissait défendre Mélodie.

— Tu as participé au Tournoi des Trois Opales, toi aussi, non ? demandai-je en haussant un sourcil, m’interdisant de faire remarquer que tous les champions n’étaient pas forcément doués. Rien n’empêche quelqu’un d’avoir un excellent équilibre sans être Voltigeur, Chevaucheur ou champion d’un quelconque tournoi. Etre un quelconque quidam n'est pas un avantage, ni même un mérite. Et si les abeilles ne l’aiment pas, alors elle ne mérite pas de gagner.

Je fronçai les sourcils, d’ailleurs, en la voyant retourner la fureur des abeilles sur une de ses concurrentes. Ça, c’était de la triche. Et la détermination de la chevaucheuse rousse, une fois de plus, suscita un brin d’admiration. Mais je ne pouvais guère la soutenir alors que l’une de ses partisanes, dans le jury, me transperçait les oreilles de sa voix criarde. Au moins se tut-elle lorsque quelqu’un prit l’initiative de l’embrasser pour la réduire au silence. Je ne pris même pas la peine de lui dire qu’elle soutenait la mauvaise candidate. Sans doute parce qu’il n’y avait pas de bon candidat.

Et les coups-bas se poursuivaient, à croire que les participants ne trouvaient pas de meilleure technique pour espérer l’emporter que de se déshabiller et de se lancer des choses à la figure. Mélodie finit d'ailleurs par se plier à la tactique commune en se débarrassant de ses vêtements. Sans doute aurais-je dû détourner le regard et partir. Si je courais assez vite, personne ne pourrait me rattraper, n’est-ce pas ? Mais je restai là, à observer. Il fallait bien quelqu’un pour critiquer, non ? Je semblais être la seule qui ne regardais pas les candidats avec admiration – voire, pour certains, avec vénération.

— C’est pitoyable, lâchai-je du bout des lèvres, sans autres explications.

Ils étaient tous pitoyables. Mais amusants, aussi, un peu. Assez pour que j'en sourie.

Spoiler:
 

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 1055
J'ai : 35 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Raygnar d'Ysgramor / Elliott Ross
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Mer 12 Oct - 21:45

Il avait attendu la réaction de Melinda, et maintenant il l'avait eu. Il avait remarqué la succession d'émotions qui avait voilé ses yeux en l'espace de quelques secondes. Il avait également vu son geste vite dévié jusqu'à sa chevelure. Serenus avait souri comme pour la rassurer. Ce n'était pas si terrible, malgré le fait que cela lui avait fait un mal de chien, qu'il avait eu l'impression d'avoir perdu la moitié de son visage.... Sans parler des démangeaisons lors de sa guérison. Durant son séjour en Lagrance, il avait lutté contre l'envie d'arracher son pansement et de se gratter jusqu'à en mourir. Heureusement qu'il avait eu beaucoup à faire.. Mis à part ça, ce n'était pas si horrible.

Il tourna la tête et se concentra sur la compétition. Les commentaires fusaient auxquel Serenus répondaient en essayant de faire pencher la balance pour Mélodie. Il sentait qu'il aurait des difficultés avec les autres juges. La jeune femme à sa droite hurlait comme une cinglé et sautillait sur sa chaise, celle à sa gauche continuait à argumenter au sujet de Grâce. En l'entendant, Serenus fronça les sourcils. Une part de lui gardait une certaine rancœur envers la voltigeuse. C'était à cause d'elle qu'il était dans cet état. Elle l'avait blessé avec sa propre épée. Et cette part de lui voulait qu'elle perde la compétition, qu'elle s'étale par terre de tout son long. Serenus serra le poing sur sa chope et souffla. Non, il devait rester calme. Ce n'était pas le moment de faire un scandale avec cette femme. Il aurait de toute façon beaucoup à faire avec Octavius. Il était temps qu'il lui donne la leçon qu'il méritait. Un ou deux serpents dans ses chausses devraient lui donner matière à réfléchir.

Melinda répondit alors à sa remarque sur Mélodie et sur sa capacité à gagner. Elle fit un commentaire sur le tournoi et les capacités des champions. Elle ajouta même que si les abeilles n'aimaient pas Mélodie, c'est qu'elle ne méritait pas de gagner. Serenus tourna la tête vers elle, fronça les sourcils. Comment lui dire que ça, il n'appréciait pas du tout ? Les champions qu'il avait côtoyés étaient tous des combattants exceptionnels, avec des qualités qui les rendaient unique. Il ferma à moitié son œil gauche histoire de calmer son incessant tic et rétorqua :

« - Tu n'y étais pas Melinda, tu n'as pas vu le public qui hurlaient les noms des gagnants. Tu te moques de Grâce mais elle n'a pas hésité à se jeter contre un géant de métal. Sa maitrise de l'équilibre nous a été très précieuse. Quand à Mayeul, il a sauté sur mon bouclier pour frapper l'ennemi au péril de sa vie. Alors oui, il ne faut pas être forcément un voltigeur pour avoir de l'équilibre, mais je maintiens que leur condition fait d'eux des célébrités et ils ont un avantage inacceptable sur les autres concurrents. »

Il ne souriait plus, lançant un regard furieux à celle qu'il considérait comme sa petite sœur. Il ne supportait pas ses commentaires. Il but une gorgée de liqueur et posa sa chope vide sur la table en soupirant. Il regarda la jeune femme et demanda sur un ton sifflant :

« - Parce que tu crois que de simples abeilles vont faire la différence ? »

Heureusement, Mélodie semblait avoir le don de réchauffer l'ambiance. Elle retira son haut et le balança sur un des concurrents. Serenus, devant cette vision, rougit légèrement. Il se mordit la lèvre et tenta de se concentrer sur les mouvements des autres concurrents en vain. Son regard était sans cesse attiré vers Mélodie. Serenus appuya sa tête contre sa main et caressa sa cicatrice du bout de l'index, fasciné par la scène. Il entendit Melinda dire que tout cela était pitoyable.
Serenus, le regard figé sur celle qu'il s'était juré d'amener à la victoire, dit juste :

« - Non, c'est incroyable.. »

Spoiler:
 

_________________









Hey:
 

parle en 0000cc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles • Modo
avatar

Messages : 476
J'ai : 30 ans
Je suis : Couturière au service de la cour d'Ibélène, Espionne à la Cour des Miracles (infiltration)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles, Sombreciel & l'empire d'Ibélène
Mes autres visages: Alméïde, Ilse, Aurore, Victorine, Teagan
La Cour des Miracles • Modo
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Jeu 13 Oct - 16:54

Liselotte s'amuse beaucoup. Son verre à la main, elle observe autant le public et que les concurrents qui évoluent dans les airs et se distrait de les voir ainsi se lâcher sans aucune retenue. C'est étrange, certes. Elle aperçoit même le couple grognon qu'elle a salué tout à l'heure en train d'échanger un baiser langoureux entre deux acclamations exaltées de la Cibellane. C'est inattendu. Mais la couturière ne cherche pas à savoir ce qui arrive à toutes ces personnes pour qu'elle parviennent aussi vite à se sentir à l'aise durant ce premier jour du Festival du Seuil. Y a-t-il quelque chose dans l'air ou est-ce simplement l'atmosphère délicieusement cielsombroise qui anime ainsi les esprits ? Quelle importance, elle en savoure chaque instant.

Elle s'amuse même des commentaires outrés, parfois pessimistes, de ses collègues jurés. Sirotant son verre avec décontraction, elle semble les écouter d'une oreille distraite mais ne perd pas une miette de ce qui se dit, en vérité. Elle est habituée à jouer celle qui n'en a que faire tout en notant chaque détail des conversations qui se déroulent à ses côtés. Cette fois ne fait pas exception tandis qu'elle observe avec attention ce qu'il se passe dans les airs. Elle doit bien l'admettre, ils sont habiles, malgré les obstacles que certains rencontrent sur leur chemin. La chevaucheuse semble s'enflammer et la Lorgolienne se joue d'elle avec une aisance inattendue.

Liselotte ne fait aucun commentaire sur leur débat concernant les capacités des concurrents et rit doucement à la mention des abeilles. « C’est pitoyable. » « Non, c'est incroyable. » « C'est classique. » Elle se tourne vers eux, haussant un sourcil, les observant d'un air curieux. « Vous devriez visiter plus souvent notre merveilleux duché, vous pourriez y voir des choses qui vous surprendront réellement. » déclare-t-elle d'un ton malicieux en buvant une nouvelle gorgée de vin. Ils ne sont pas au bout de leurs surprises.


Spoiler:
 

_________________


On joue parce qu' on aime la vérité et parce qu' on la déteste. On joue parce qu' on deviendrait fou si on ne jouait pas. Jouer ! Est-ce que je sais, moi, quand je joue ? Est-ce qu' il y a un moment où je cesse de jouer ?





dialogues • mediumvioletred
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 3012
J'ai : 29 ans
Je suis : Chevaucheuse du dragon Mirage dans le Vol de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : A Gustave de Faërie et aux Chevaucheurs
Mes autres visages: Liam d'Outrevent - Tyr Parle-d'Or
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Jeu 13 Oct - 23:15

J'aime bien nager, même si je ne suis pas très rôdée à l'exercice. La sensation m'est familière, avec cette absence de gravité que je peux opérer sur mon entourage. Cette force invisible vous pousse constamment vers la surface. C'est un peu comme si on volait... Non ? Et puis avec la pénombre environnante, on a l'impression de s'enfoncer dans des abysses impénétrables. Au-dessus de moi, la voûte étoilée, et en-dessous, l'envers du miroir...

J'oublie à quel point je peux avoir froid, à force de rester en mouvement. Je me sens bien, là, comme dans l'œil du cyclone. La fête bat son plein autour de moi, et le bruit s'estompe sous ce mur d'eau comme un lointain écho. Difficile pourtant d'ignorer les injonctions de Thomas, qui a dû inhaler un peu moins que je l'aurais cru de cette substance étrange...

- Fiche-moi la paix, Thomas.


Je m'avance tout de même vers lui, en quelques brassées. Tout en contradiction, comme d'habitude. Et puis, il vient subitement de contredire ma première impression en m'offrant une proposition alléchante. Le concours ? J'ai préféré les regarder de loin, à perturber leur course que par simple amusement, avant de passer à autre chose... C'est fou ce que je peux changer d'idées à toute vitesse, aujourd'hui. Mais Thomas a de la chance.

- Marché conclu.

J'espère qu'il s'est inscrit tout de même, sinon on peut s'assoir sur la récompense... Que ce soit le cas ou non, je vais bien m'amuser avec quelques tricheries qui passeront sans doute inaperçues.
Ou pas, tu es droguée, si ce n'est bourrée, ma petite.
Ce n'est même pas vrai.
Ne le laisse pas tomber, ce serait dommage. Tu me farcirais les pensées avec quantité de remords ensuite.


C'est certainement tout ce qui le dérange...
Je sors de l'eau dans un mouvement qui se voulait souple, mais se révèle incroyablement brouillon, à m'affaler à moitié sur la rive à côté de Thomas. Bon... MIrage n'a pas totalement tort. Dans l'eau, c'était bien moins compliqué.

- File-moi ta chemise.

Je tends la main, impérieuse. J'attends qu'il obéisse, tandis que j'essore mes vêtements comme je le peux, assez vainement d'ailleurs. Je le vois tendre le bras, le visage rivé à l'opposé. Je me change sous son vêtement, qui est si ample qu'il peut me servir de robe courte, à retrousser ensuite les manches et attacher ma ceinture pour la faire tenir en place. J'enfile ma veste par-dessus, encore sèche, suivi de mes bottes, avant de courir avec lui vers le parcours, mes vêtements mouillés dans ma main valide.

Nous passons derrière le jury... Je me stoppe, à la hauteur de Cassiopée qui scande des encouragements pour le moins originaux, à lui souffler à l'oreille :

- Corruption du jury ! Regarde attentivement...

Je suis hors d'haleine, quand on arrive à hauteur des autres concurrents, qui bondissent dans les arbres. Au moins, je suis bien plus réchauffée. Bon... Ca compte, en prenant à mi-parcours, si ce n'est au trois-quarts ? J'use de mon pouvoir de lévitation pour projeter Thomas dans les arbres, et je crois vraiment qu'il va se percuter à pleine vitesse à une branche, quand il se réceptionne en hauteur. J'étouffe un rire dans ma main, et me mets à les suivre en contrebas. Non, les sauts qu'effectue Thomas dans les arbres n'ont rien de bien naturel... Et je me demande même parfois par quel miracle je ne l'écrase pas tête la première contre un tronc d'arbres. Peut-être parce qu'il a un minimum de talent pour compenser mes frasques, non ? J'en suis persuadée.

Spoiler:
 

_________________





Dans le doute, fous le feu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 1103
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle
Mage Destructeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Ven 14 Oct - 20:42

Évidemment, Maelys ne fut d'abord pas très coopérative. Elle devait s'attendre à ce que le jeune homme lui fasse la leçon sur sa stupidité à aller se baigner dans une eau froide. Mais non. L'étrange substance volatile fit son effet, même sur le Chevaucheur qui proposa avec enthousiasme et un air de conspirateur de participer eux aussi à ce concours. Qu'importe qu'il ne soit pas inscrit. Il finirait le parcours. Il avait un excès d'énergie et besoin d'en profiter. Et Maelys ne résista pas à l'offre. Parfait. Maelys sortit sans aucune grâce. Hum. Mieux valait qu'elle ne grimpe pas là haut en fait, elle aurait aussi vite fait de redescendre et de manière brutale.

« Ta grâce me laisse pantois. »

Il esquissa un petit sourire en coin, rattrapant à moitié la jeune femme avant de lui adresser un regard surpris quand elle réclama sa chemise. Il allait protester quand elle se mit à essorer ses vêtements et à se déshabiller. Ah... Avec rapidité, le Chevaucheur se retourna, afin de ne pas voir une amie à moitié nue et retira sa chemise pour la lui tendre. Il était sans doute drogué et dénué de bien des scrupules mais pas au point de mater Maelys. Enthousiaste, la jeune femme le traîna derrière lui afin de rejoindre le parcours, non sans passer à côté de Cassiopée qui s’époumonait avec un slogan très... accrocheur. Et entêtant aussi. Et qui risquait de lui attirer des ennuis. Il baisa sa joue, avec un sourire amusé.

« Cassie chérie, tu sais que je t'aime, quoique tu fasses, mais quand même... Tu ne crois pas que c'est un peu... extrême ? J'aimerais éviter de devoir me battre contre des Voltigeurs vexés. Évite de m'encourager comme ça, hein ? »

Il lui adressa un clin d’œil, avant de suivre le Chevaucheuse. Qui ne le prévint même pas alors qu'elle le faisait léviter jusqu'au parcours. Cela faisait toujours son petit effet. Il esquiva quelques branches, non sans jurer, avant de crier à l'adresse de Maelys depuis son perchoir :

« Eh, t'es pas censée me tuer ! »

Bref.

Sereine ?

Qu'est-ce que tu fais ?

Et bien, je m'essaie à l'agilité comme un lynx.

J'aimerais bien voir ça.

C'est parti.

Le Chevaucheur se lança alors. Tricherie ? Ouais et alors ? Plus de complexes, à peine une conscience.

Allez Thomas ! C'est mon Chevaucheur ça ! T'es un champion !

Cela fait chaud au coeur une telle ferveur, même si la magie de Maelys le handicape presque davantage qu'elle ne l'aide, le Chevaucheur devant gérer des sauts trop hauts et longs. Jusqu'au moment où une erreur de calcul lui fit manquer son atterrissage et qu'il se rattrapa in extremis à une branche. Il jura entre ses dents.

« Concentre-toi ! »

On aurait pu penser qu'il se parlait à lui-même. Mais c'était bien à sa collègue qu'il s'adressait en criant pour se faire entendre.

C'est ça de tricher.

Oh tais-toi. Et c'est moi le rabat-joie ?

Spoiler:
 

_________________
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey —
Lion's tears
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 981
J'ai : 43 ans
Je suis : Voltigeuse, médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibelin officiellement, mais aussi à l'Audacia !
Mes autres visages:
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Sam 15 Oct - 0:34

Sa choppe vidée et l'humeur au beau fixe, Marianne se dirige vers le premier concours de la Samhain. Elle soutiendra les Voltigeurs candidats, il faut bien tenir leur réputation d'acrobates ! En espérant ne pas avoir besoin de soigner des bras cassés, je veux profiter de la fête.
Mais elle se fait attraper par un des organisateurs de la guilde, choisie pour faire partie du jury. Tant qu'on ne l'empêche pas de remplir à nouveau sa chopine... Sur la ligne de départ, elle aperçoit deux têtes connues : Grâce et Mayeul. Prenant son nouveau rôle au sérieux, elle se convainc de rester impartiale malgré la présence de ses amis, tandis que le départ de la compétition est lancé. Elle observe la course, lance des encouragements aux participants dont le nombre diminue rapidement.

Les deux voltigeurs sont vite en tête de peloton, accompagnés d'une chevaucheuse et d'une lorgolienne. Mayeul se retrouve sans chemise – phénomène banal. Par contre voir Grâce s’alléger de son sari morceau par morceau, c'est plus curieux. Mais efficace ! Marianne s'amuse bien !
« - C'est bien une technique de Vifesprit ça. La jurée à côté d'elle est bien la personne que Marianne a vue au bras de Mayeul.
- Ah, vous avez l'air connaisseuse ! C'est sa botte secrète.
- C’est censé être un concours d’équilibre, pas une parade nuptiale !
- Concours d'équilibre. Parade nuptiale. Quelle différence ? »
Elle adresse un grand sourire à la couturière. Elle a l'air bien, cette jeune femme !
Une drôle d'odeur flotte dans l'air, mais la médecin est trop concentrée sur les quatre acrobates de tête pour s'en soucier. Pourtant, elle est très surexcitée pour un bête parcours aérien...la faute à l'alcool cielsombrois ? Il doit y avoir d'autres substances dans leurs verres. Mais quelle importance au fait ? Cette course est géniale ! Perplexité.

« - Allez Mayeul ! Mets la pâtée aux concurrents et montre-leur c'que vaut un Voltigeur !
Impartiale, qu'elle disait. Mais que c'est barbant l'impartialité ! Son avis sur la compétition est déjà fait de tout façon. Elle a vu les prouesses de Mayeul dans leur division, Grâce ne fait pas le poids. Si Marianne n'était pas dans le jury, elle aurait parié sur lui tiens !
- Plus vite Mayeul ! Laisse pas Grâce te déconcentrer ! Je t'offrirai une chemise à paillettes ! Et des consultations gratuites !
Les autres jurés commentent la course de manière plus ou moins posée, mais la drogue agit sévèrement sur l'ancienne pirate. Elle braille, sautille en même temps que les quatre finalistes, plongée dans la course comme lors d'un abordage par l'Audacia.
- Haha elle déguste avec les abeilles ! Oh bien joué contre la Chevaucheuse. ATTENTION MAYEUL UNE TATANE ! Esquive ! Raaaah elle-passe-devant-ratrappe-les !
- C’est pitoyable.
- Non, c'est incroyable.
- C'est classique.
- C'est de la folie c'te course j'adore ! ALLEZ ! »

Mais ? Depuis quand les Faës peuvent voler ? Marianne stoppe brusquement ses commentaires pour cligner des yeux. Un, deux, trois, quatre... cinq. Oui oui, il y a bien un nouveau participant, en train de faire des sauts de cabri. Sans la gravité qui va avec. Elle ne connaît qu'une seule personne capable de créer de telles prouesses : Maelys.
Elle décroche son regard de la cime des arbres pour balayer le sol. Gagné, la jeune fille cavale en tenue légère sous le concurrent surprise. Contente de la savoir vivante, elle rit de bon cœur en voyant son partenaire tenter de gérer les sauts, mangeant des feuilles au passage.
Hé ! Mais pas question qu'il se rapproche de son favori par contre !
« - TRICHE ! TRICHE ! Y'a un type qui vole là, c'est pas réglementaire ! La pyromane des Quatre Vents est dans l'coup !
Et sans perdre le nord, elle ajoute :
- Profite Mayeul, prend le large, toutes voiles dehors ! Ah il a plus de chemise en fait. TU VAS GAGNER ! T'ES L'MEILLEUR ! »
Curiosité. Observation. Iode est intrigué par les pensées totalement débridés de sa Voltigeuse. Ce n'est pas souvent qu'il la voit dans cet état, c'est... intéressant.


Spoiler:
 

_________________





J'ai pour moi les vents, les astres et la mer.

Miouuuu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 780
J'ai : 38 ans
Je suis : garde à l'antenne de la Guilde des Compagnes à Port-Liberté

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Guilde des Guerriers et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Castiel • Louis • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Sam 15 Oct - 1:32

L’idée des lames rétractables semble enthousiasmer Maelys – à la bonne heure ! Ils sont en Ibélène, y’aura sûrement moyen de lui fabriquer un truc du genre qui ne s’enraye pas au moindre grain de sable dans l’engrenage, et pas un de ces machins bancals de faë. En toute amitié envers les Faës. Par contre, son… compliment inattendu… enfin, ça va, elle ne le prend pas mal. Même s’il ne pourrait pas vraiment dire lui non plus si c’était un compliment. C’était juste ce qu’il pensait à ce moment, ce à quoi il avait déjà réfléchi. D’habitude, Octavius garde ce genre de pensée pour lui-même, par contre. Et il ne les partage surtout pas avec les premiers concernés. Enfin, les insultes, oui, mais pas les bons mots. Surtout pas aux femmes.

Puis, elle a un joli sourire, aussi, que le guerrier pense lorsqu’elle le scrute. « Je préfère les tiens. Ils sont... Bleus. J'aime bien le bleu. Euh. Merci. » Maelys le regarde toujours. C’est… gênant. Intimidant. Puis, elle est imprévisible – pour preuve, elle se lève sur la pointe des pieds, et s’il pense qu’elle veut lui dire quelque chose qui demande à ce qu’il se penche aussi, comme un secret, il a tout faux. Parce que pour juste une seconde, deux ?, il sent les lèvres sur les siennes. Et la tape sur son torse n’a rien pour le sortir de la confusion.

Mais.

Elle l’a embrassé ?

Une grande chaleur envahit le visage du guerrier, qui porte la main à ses lèvres. C’était juste un… un bisou, voilà. Ce n’était pas sexuel. Non ? Enfin, ce n’était rien. C’était juste… inattendu. Bizarre. Puis, maintenant, la mage bondit vers le lac pour s’y jeter. Comme si ça confirmait que ce n’était rien de sérieux. C’est juste… « Maelys, reviens ! Parce que j’irai pas te chercher ! » Il n’ira pas la chercher, non. Déjà, parce qu’il ne sait pas nager. Ensuite, même s’il savait nager, il est hors de question qu’il plonge dans un de ces foutus lacs glacés de Sombreciel, alors que la température est elle-même pas bien chaude. Même avec les nombreux jeux de joie allumés un peu partout, on se les caille. Puis, y’a déjà l’autre… tout nu… qui l’a convaincue de revenir.

Statue massive et immobile, le guerrier, alors qu’il fixe désormais un lac vide de toute baigneuse, incapable d’articuler une pensée très cohérente. Il décide, finalement, de se rapprocher du concours d’équilibre, qui touche à sa fin et soulève des passions. Et des encouragements tous plus douteux les uns que les autres. Puis, il a besoin d’une autre bière. D’où il est, il ne peut pas voir ce que foutent les participants, mais il voit les jurés, dont cet imbécile de Dardalion. Son avis sur lui ne s’est pas amélioré, ça non, et le guerrier se rapproche lentement des organisateurs du concours pour leur demander, incrédule : « Vous laissez ce blaireau juger quoi qu’ce soit ? », demande Octavius en pointant de façon très évidente le Cibellan. « Il a pas plus de tête pour réfléchir que son canasson ! »

Spoiler:
 

_________________
Dialogues en sienna





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs • Admin
avatar

Messages : 478
J'ai : 29 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'Ordre du Jugement
Mes autres visages: Mélusine ♦ Quitterie ♦ Chasteté ♦ Ljöta ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade
Les Voltigeurs • Admin
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Sam 15 Oct - 2:46

Ça ne va pas.
Du tout.

Mains sur les hanches, je contemple le chaos alentour, vivante statue de la désapprobation. Ça court dans tous les sens, ça se percute, ça cavale, ça se bat et ça s’embrasse – on est en Sombreciel, aucun doute possible. Un instant, je caresse l’idée de sauter sur le dos de Sirocco pour m’enfuir loin de cette place forte de débauche où la dépravation règne en maîtresse absolue ; mais j’ai une mission à accomplir ici ce soir, et si je veux lever la piste des individus louches que l’on m’a demandé d’appréhender, je suis bien obligée de me mêler à la lie de l’humanité qui se vautre dans la vulgarité et la luxure avec autant d’enthousiasme qu’un goret mal éduqué dans sa fange.

Joie.
Sirocco a l’air ravi de la compagnie qu’il s’est trouvé : une mignonne griffonne harfang aux plumes légèrement… rosées ? Il s’agir sûrement de Corail, la partenaire de la Voltigeuse Martel que je suis venue observer également. Renseigne-toi sur elle, mon ami, veux-tu ? Acquiescement. Enthousiasme. Et c’est parti pour un numéro de charme à base de plumes bouffantes, poitrail bombé et autres roucoulements séducteurs. Mon griffon est bien trop cielsombrois ce soir, et je lève les bras au ciel, vaincue par l’ambiance des lieux. Bien sûr, je n’ai pas repéré le nuage brillant qui se répand à une vitesse inquiétante sur l’assemblée – je tousse, une fois, deux fois, avant de capituler et suivre la marée humaine qui encourage les idiots crapahutant sur leurs cordes.

Ah tiens, la voilà, la Martel : je ne sais pas si l’effeuillage est une stratégie vraiment efficace, mais je dois admettre qu’elle se débarrasse de son sari avec une efficacité scandaleuse. A ses côtés, le maudit Cielsombrois cavale, sans chemise pour ne rien changer, et mon regard s’égare un instant sur les muscles exposés, avant qu’un sursaut de lucidité ne m’assène une claque mentale bien méritée. Ma fille, tu as des Erebiens très dignes et respectables pas très loin, sûrement, cesse de divaguer sur les pectoraux d’un dégénéré voleur de sœur ! Retenant les pans de mon sari d’une main, j’utilise l’autre pour me faufiler dans la foule, suivant le peloton de tête qui encourage les meneurs de la course. On sait jamais, s’il venait à choir, ce damné Voltigeur ? Genre, par là, juste tout près de moi ? Je serais bien obligée de le repousser, hein. Des deux mains. Sur son torse. Bah oui, hein. Défendre l’honneur d’Erebor, combattre l’ennemi, tenir l’adversaire à distance, palper ses muscles…
Puis pour le reste, on verra avec le sabre.

Excellente tactique de surveillance – toujours sur la brèche, les Voltigeurs d’élite.
Allez, petit petit. Tombe un peu par ici.

Spoiler:
 

_________________

 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Peuple
avatar

Messages : 1622
J'ai : 24 ans
Je suis : Apicultrice

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent et à l'Ordre du Jugement
Mes autres visages: /
Peuple
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Sam 15 Oct - 12:31

Oups, aurais-je énervé Serenus ?

Durant sa tirade, je me retinais de justesse d’éclater de rire, et j’y parvenais relativement bien – juste la légère trace d’un sourire qui s’attardait parfois sur le coin de mes lèvres. Non je n’y étais pas, à son ridicule tournoi, et je pouvais m’imaginer qu’il y avait vu des choses qui l’avait changé, mais ce n’était pas une raison pour penser que les champions étaient fondamentalement plus avantagés que les autres. Oui, peut-être que cette Grâce avait un certain équilibre, et un certain courage, mais ce que je voyais devant moi, ce n’était qu’une femme qui utilisait la technique d’un autre non seulement pour s’attirer l’admiration d’un public un peu trop cielsombrois, mais aussi pour essayer de distraire ses concurrents, et je pouvais accepter ça. Je secouai la tête avec un léger soupir, expliquant à Serenus mon point de vue comme quand on essayait de faire comprendre une chose un peu trop abstraite à un enfant, d’une voix lente, mesurée.

— Nous ne jugeons pas la célébrité de ces participants, nous jugeons leurs compétences. Or, la célébrité n’est pas une compétence, simplement une suite de hasards qui vous font devenir connu du grand public. Et puis, si tout le monde pense comme toi, la célébrité de ces deux voltigeurs causera aussi leur défaite, tu vois ?

Mon sourire se fit compatissant quand nous en vîmes à parler des abeilles. Tout le monde n’avait pas l’intelligence de comprendre que les abeilles n’étaient pas n’importe quels animaux. Moi, je faisais partie des rares personnes qui en étaient capables. Je ne devais pas déconsidérer les autres pour leur ignorance.

— Les abeilles font toujours la différence, Serenus, murmurai-je avec un large sourire. Et elles savent des choses qui parfois nous échappent.

Oh oui, les abeilles faisaient la différence, comme elles l’avaient fait dans ma vie, après la mort de mon frère. Elles avaient été là pour me consoler, pour me rassurer de leur bourdonnement constant, et je leur faisais confiance. Elles aussi, elles constituaient une des constantes de mon existence.

Sidérée par les tactiques effarantes des participants pour tenter de gagner, je déclarai à quel point c’était pitoyable. Incroyable, selon Serenus. Classique, selon une autre. De la folie, oui, de là à adorer… pas vraiment, non. Peut-être, s’il y a avait eu des candidats un peu plus prometteurs. Mais ce n’était guère le cas. La jurée cielsombroise déclara alors que je devrais visiter plus souvent ce duché, et je grimaçais. Je n’aurais déjà pas dû venir aujourd’hui, et mes expériences de Sombreciel remontaient à une soirée où j’avais eu le malheur de boire un peu de liqueur de ce duché, alors… non, je préférais rester chez moi.

— Des choses qui me surprendront peut-être un peu trop à mon goût, grommelai-je avec un ricanement moqueur.

J’aimais les découvertes, oui, mais certaines découvertes gagnaient à n’être jamais faites. Peut-être que c’était le cas de ce qu’il y avait à voir dans ce duché. Ce concours, en tous cas, ne donnait pas une bonne image de Sombreciel. Les concurrents laissaient à désirer, tant et si bien qu’un simple spectateur décida soudain de tenter sa chance, bondissant jusqu’aux autres concurrents. Je ne pus m’empêcher d’éclater de rire, amusée que cette mascarade devienne un aussi grand n’importe quoi. Était-il encore nécessaire que je juge quoi que ce soit ? Sans doute pas, mais en tous cas, je trouvais la méthode de ce nouveau venu assez originale pour qu’il en soit félicité. Arriver sans prévenir à la moitié du parcours, bien plus en forme que les autres… plutôt malin. Enfin, c’était de la triche tout de même, et je ne pouvais pas cautionner un tel comportement.

— Vu les stratégies peu admirables des autres participants, un peu plus de triche ou un peu moins, quelle importance ? me moquai-je avec un haussement d’épaules négligeant. C’est simplement une preuve de plus que ce concours est ridicule. A se demander si on sert à quelque chose…

Spoiler:
 

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 3030
J'ai : 31 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Sam 15 Oct - 15:00

La lutte était acharnée, et tous les coups semblaient permis. Le public - et les jurés - encourageaient leurs favoris, mais lesdits favoris étaient bien occupés, quand à eux, à échanger paroles et coups tordus. Pigeon géant ? PIGEON GÉANT ? Rien que pour ça, il allait lui faire mordre la poussière, à la jolie Mélodie ! Peu importe qu’elle commence à se... Ah oui, tout de même ? Se déshabiller, carrément. Tactique à la Cielsombroise, ça ! Et Grâce qui avait fait pareil ! Des copieuses, toutes !

« Perdre ses vêtements est ma tactique
Ce n’est pas ainsi que vous parviendrez à la réussite ! »


Affirma-t-il, évitant avec souplesse le vêtement de la Lorgolienne, malgré la protestation douloureuse de son épaule. Inquiétude. Griffon noir. Corail. « Sirocco ? Tiens donc, que faisait une Érebienne dans le coin ? Peut-être que son noir compagnon au sens de l’humour déplorable s’était perdu, car clairement, imaginer Reja dans le coin, cela dépassait l’entendement. Elle était d’Erebor, et ce n’était pas des gens marrants.

Papouilles. Corail. Perplexité. Mayeul grogna, se baissant pour éviter une branche, concentré sur sa poursuite de Mélodie. Je ne sais pas, moi ! Refais lui le coup du vol en piqué, ou va câliner Corail, rend le jaloux. Venges toi ! C’est ce que je ferais, moi ! Expliqua Mayeul, agacé. Interruption ? Amusement. Visiblement, son griffon était bien moins rancunier que lui, car Mayeul n’aurait pas laissé passer l’occasion de s’immiscer entre Sirocco et Corail. Mais Nuage était trop adorable pour son propre bien, parfois. Le Voltigeur laissa donc son compagnon à plumes gérer à sa façon l’entente cordiale entre Corail et le griffon noir, rattrapant Mélodie qui sautillait comme un cabri. Il était Cielsombrois, croyait-elle réellement que voir une femme à moitié nu allait le décontenancer ?

Bon ! La course ! Peut-être que... Le parcours de cordes sur lequel évoluait Mélodie était parallèle au sien. Il aperçut Grâce bondir, semant des bouts de sari, et ignora complètement la rouquine. Une Chevaucheuse, évidemment. Ils ne savaient qu’évoluer bien sanglé sur leurs montres à écailles et tricher, c’est bien connu ! D’ailleurs, un nouveau tricheur s’ajouta au groupe, manquant le déséquilibrer. Il était bien d’accord avec les exclamations de Marianne, qu’il entendit de là où il était. Il allait gagner. Contre ces tricheurs qui volent. Surtout que visiblement, Thomas, n’avait pas bénéficié de la même expérience que lui. Ni de... Ce qui s’était passé au Tournoi. Peine. Douleur. Non. Il devait penser à autre chose. Oublier Maelys. Oublier la douleur, oublier la chute, oublier la peur. Il avait une course à gagner, un honneur à défendre, celui de Sombreciel, et de tous ses Voltigeurs.

Alors il sauta, Mayeul. Il prit son élan, sur ce mince chemin de corde, et bondit juste derrière Mélodie, faisant vibrer le cordage sous ses pieds, manquant se déséquilibrer par la même occasion. Immobile quelques secondes, le temps de retrouver l’équilibre, il aperçut la jolie Reja, sous ses pieds. Belle ? Oui, enfin, quand elle n’était pas armée de son sabre. Y’avait-il de la place pour un sabre, sous son sari ? Peut-être qu’il pourrait lui demander de l’ôter, comme Grâce... Perplexité. Encouragement. Ah oui, la course ! Mélodie, juste devant lui. Mayeul s’efforça d’oublier Reja, et ce qu’elle dissimulait sous son vêtement, avant de rejoindre la Lorgolienne et de bondir à nouveau, rejoignant un nouveau chemin de cordes en lui passant juste devant le nez, dans l’espoir de la déséquilibrer.

Un sourire charmeur, un baiser lancé à la volée derrière lui, et le voilà devant. Ou pas. Son numéro d’équilibriste lui a fait perdre quelques précieuses secondes, et il connaît Grâce, il sait qu’elle les mettra à profit pour le devancer, si elle peut. Si on rajoute le Chevaucheur volant et la rouquine lanceuse de chaussures, la compétition pour la première place s’annonce serrée !

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   Sam 15 Oct - 19:00

31 Octobre 1001 — Sombreciel



Tout cela allait bien top vite. La course, les cris des spectateurs, les sentiments qui se mélangent... Abi aurait définitivement mieux fait de rester de côté, se faire toute petite dans cet empire qui n'est pas sien, et profiter de la soirée en buvant quelques chopes aux côtés d'Arnaud. Mais non, il fallait que la jeune femme se lance dans des promesses de victoire qu'elle ne tiendrait pas. Le simple fait de se battre contre des voltigeurs suffisait à ce qu'elle sache pertinemment qu'elle n'arriverait pas sur le podium. Alors à quoi bon alimenter sa fierté, telle un foyer qui n'avait plus une braise ? Elle restait là, baignée dans sa rage qui ne tarissait pas, à regarder chacun des concurrents restants lui passer devant.

Le nuage continua son effet sur la pauvre chevaucheuse au caractère trop sanguin, et poussé par l'intensité de ce sentiment de colère et de fierté, ses deux mains devinrent aussi rouges qu'un métal qu'on chaufferait. Si elle avait pu le contrôler, elle aurait arrêté d'elle-même cette utilisation de la magie. Une fête organisée par le duché du savoir proscrivait très certainement toute réaction non chimique... Elle serait sûrement disqualifiée, peut-être applaudie par les quelques faës du coin, voire crainte par les non-habitués à cette guerre qui traînait du pied. Mais les faits étaient là, elle se moquait bien des conséquences, ce feu ne venait pas d'elle mais de ses concurrents déloyaux plus nus les uns que les autres. Car c'était peut-être aussi cette situation cocasse, où les hommes comme les femmes tombaient leurs drapés, qui poussait Abigaïl dans une telle fureur. Jamais elle ne se dévêtirait ainsi et il serait hors de question de perdre sur une décision trop chaste pour ces débauchés d'ibéens. Elle n'avait pas besoin de sexualiser sa course et la transformer en une parade nuptiale pour espérer réussir à la terminer.

Ne lâchant donc pas sa détermination, quoiqu'un peu défaitiste au regard de sa position, la rousse continua d'avancer. A présent pieds nus, Abi était légère, les orteils davantage cramponnés sur les cordes qui se mettaient à fumer à son passage, même si la plante de ses pieds commençait elle aussi à brûler sans avoir besoin d'être aidée par la magie. Elle parvient à se retrouver à même hauteur que la brune qui lui avait coûté une place. Pour se venger, car l'honneur d'Abigaïl était sûrement plus fort encore que sa fureur, elle posa sa main sur son dos nu pour la pousser de la même façon que Mélodie l'avait fait pour elle auparavant. La différence était ce feu qui jaillissait, laissant sûrement une marque, une douleur sur la peau dénudée, comme si la chevaucheuse voulait lui apprendre qu'elle est une femme et non objet de désir. Contradiction pure que de transformer une femme en une sorte de bétail marqué au fer rouge pour lui vendre des idées de liberté...

Ah !, sorti alors de la bouche cibellanne, mêlant étonnement et fierté. Pas un mot de plus, ni une menace. Juste un sourire. Tel est prit qui croyait prendre, et ce genre de choses. On l'accuserait de tricherie, sûrement, mais n'était-ce pas la nature même des faës que d'être entourées de magie ? Abigaïl n'allait sûrement pas renier ce don pour faire plaisir à une foule en rut. Elle remontait ainsi dans la course, et comme elle l'avait annoncé, elle les brûlerait tous s'il le fallait... Comme si elle avait la maîtrise de sa magie destructrice et que cette poudre n'en était pas la cause. La persuasion de la jeune femme se heurterait une fois encore à la dure vérité : elle ne contrôle pas tout.


Spoiler:
 


Dernière édition par Abigaïl l'Embrasée le Sam 29 Oct - 14:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil   

Revenir en haut Aller en bas
 
Intrigue 1.6 • Le Festival du Seuil
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» TROISIÈME INTRIGUE ☼ a festival of colors.
» Festival de films de Jacmel a portee internationale
» Résumé de l'intrigue
» FESTIVAL du jeu a istres
» Festival des Harmonies

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Ibelene :: Sombreciel-
Sauter vers: