AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La femme est sagesse, lorsque la jeunesse n'est que fougue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Pavillon Noir • Admin
avatar

Messages : 1045
J'ai : 30 ans
Je suis : Apprenti-canonnier sur l'Audacia

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : À Rhéa, et à l’Audacia. À la famille qui m'a recueilli dans l'Archipel.
Mes autres visages: Tristan d'Amar, Grâce de Sombregemme, Sitara d'Erebor, Astrée Aubétoile
Le Pavillon Noir • Admin
Message Sujet: La femme est sagesse, lorsque la jeunesse n'est que fougue   Mer 19 Oct - 12:18


Livre I, Chapitre 6 • La Danse des Trépassés
Ilse Tonnevent & Meldred Vif-Ressac

La femme est sagesse, lorsque la jeunesse n'est que fougue




• Date : 12 octobre 1001
• Météo : Clémente, l'air est presque froid, après une nuit d'averse.
• Statut du RP : Privé.
• Résumé : Meldred vient d'être embauché sur l'Audacia, matelot parmi les matelots. Il va rencontrer Ilse, la canonnière de la vivenef.
• Recensement :
Code:
• [b]12 octobre 1001 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t1384-la-femme-est-sagesse-lorsque-la-jeunesse-n-est-que-fougue#41668]La femme est sagesse, lorsque la jeunesse n'est que fougue[/url] - [i]Ilse Tonnevent & Meldred Vif-Ressac[/i]
Meldred vient d'être embauché sur l'Audacia, matelot parmi les matelots. Il va rencontrer Ilse, la canonnière de la vivenef.


_________________



Aucun bateau n'a été blessé pour réaliser ce gif (non conforme à la réalité d'Arven). :arrow:

Couleur : capucine


Dernière édition par Meldred Vif-Ressac le Mer 19 Avr - 15:34, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir • Admin
avatar

Messages : 1045
J'ai : 30 ans
Je suis : Apprenti-canonnier sur l'Audacia

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : À Rhéa, et à l’Audacia. À la famille qui m'a recueilli dans l'Archipel.
Mes autres visages: Tristan d'Amar, Grâce de Sombregemme, Sitara d'Erebor, Astrée Aubétoile
Le Pavillon Noir • Admin
Message Sujet: Re: La femme est sagesse, lorsque la jeunesse n'est que fougue   Mer 19 Oct - 17:57

Meldred regardait le bâtiment pirate sans pouvoir en détacher les yeux depuis plusieurs minutes déjà. Il le voyait de ses yeux d'enfant, source d'admiration éperdue, majestueux et fier. Elle était intacte, identique si ce n'était plus forte, cette vénération qu'il vouait à la vivenef, et à sa figure de proue. Plus importante encore que l'obsession qu'il nourrissait pour les dragons de mer.

Figé ici, il s'imaginait son père arpentant le pont supérieure, avec une fière allure, officier admiré et respecté - souvenir qu'il s'est construit, bien qu'il ne l'ait jamais réellement vu. Pas plus qu'il n'a pu l'arpenter lui-même dans les bras de cet homme qu'il ne voyait pas souvent, mais aimait autant que sa mère. Il aurait dû être là, pour son premier jour sur l'Audacia. Si le coeur de l'ilien se serre, à cette pensée, il n'en fait rien. Il est matelot sur l'Audacia, et ses souvenirs ne l'empêcheront pas de se faire accepter et d'y rester jusqu'à ce que Messaïon le rappelle à lui. Mais ses pensées allaient à Atal autant qu'à Messaïon, en cet instant. Puisse-t-il le guider, au cours de ce premier voyage.

C'est d'un pas décidé qu'il finir par monter sur le pont de l'Audacia, n'emportant qu'un paquetage bien léger avec lui. S'il emportait de la nourriture, elle se gâterait, et les eaux parfois déchaînées enverraient probablement ses possessions trente six lieux sous la mer. Il préférait les retrouver dès lors qu'il rentrait auprès de sa mère, s'accommodant de n'avoir que peu d'effets personnels. Son pas était lent, respectueux, tant il voulait profiter de ce moment, le graver dans sa mémoire. La consécration de son plus ardent désir avait lieu. Il ne ressentirait jamais plus telle satisfaction, il en était persuadé.

Observant un instant les eaux de Lorgol, dans lesquelles il aurait juré avoir aperçu des crocodiles, il finit par se détourner vers les cannons. Il n'était, sur l'Orichalque, qu'un matelot parmi tant d'autres. Ici, bien que le plus important à ses yeux doit de faire partie de l'équipage, il entendait trouver sa place. C'est une main distraite qu'il laissait courir sur les canons, alors qu'il avançait..

Des bruits de pas se firent entendre et il se retourna pour affronter la personne dont ils provenaient, lui tendant la main. « Red, je m'engage aujourd'hui sur l'Audacia. »

_________________



Aucun bateau n'a été blessé pour réaliser ce gif (non conforme à la réalité d'Arven). :arrow:

Couleur : capucine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir • Modo
avatar

Messages : 810
J'ai : 32 ans
Je suis : Pirate sur l'Audacia (canonnière) & Mage de l'Été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Alméïde d'Erebor, Liselotte Passefil, Aurore Aubétoile
Le Pavillon Noir • Modo
Message Sujet: Re: La femme est sagesse, lorsque la jeunesse n'est que fougue   Sam 22 Oct - 15:17

Ses pas foulent les planches du navire, sans se presser. La matinée à peine entamée, elle fait sa part des tâches, autant que sa main bandée le lui permet, voguant ici et là pour déplacer du matériel léger mais surtout, pour superviser l'entretien de ses précieux canons. L'Audacia reprend la mer dans quelques jours, tout doit être prêt et ils doivent être parés à toute éventualité. Ilse tient à ce qu'ils soient impeccables, que rien ne vienne contrecarrer ses plans s'ils venaient à essuyer une attaque ; cette fois-ci, ils évitent les cotes bellifériennes en partant du côté d'Outrevent, mais les chevaucheurs sont tout aussi retors à leur égard que les navires de guerre qu'ils se sont fait un plaisir à transformer en passoire en quittant le port de Hacheclair. Face à des mages, on n'est jamais trop prudent.

L'équipage oeuvre de tous côtés. Mousses, matelots, officiers. Certains en pleine forme, d'autres cuvant le rhum ingurgité la veille, mais tous effectuent leurs tâches sans se plaindre – ou presque pas. L'Audacia fourmille d'activité, tout comme le reste du port de la Ville Basse. Un brise fraîche balaie les quais, les navires se balancent doucement sur des vagues  paresseuses, le ciel teinté d'un gris d'acier laisse passer quelques rayons de soleil timides.

Ilse termine d'inspecter un canon et s'occupe des dernières finitions lorsqu'une silhouette l'interpelle du coin de l'oeil. Elle se redresse alors, le regard méfiant, l'obervant de loin. Est-ce le nouveau dont Freyja lui a parlé la veille ? Nouveau qui ne sait pas garder ses mains pour lui et qui déjà, pose ses mains sur l'un de ses canons. Une moue irritée traverse les traits de la pirate qui s'avance vers lui, ses bottes claquant sur le pont. Il se retourne et elle lève les yeux vers les siens, l'air impassible, sans dire un mot.

« Red, je m'engage aujourd'hui sur l'Audacia. » Mh. Red. Oui, c'est bien lui que la seconde a mentionné dans la soirée. Ilse regarde sa main sans la serrer, encore suspicieuse. La confiance, ça se gagne et elle ne connaît encore rien de cet homme qui se joint à leur grande famille et qui déjà, touche à tout sans permission.

« Ilse. » qu'elle répond d'un ton qui peut paraître très froid pour ceux qui ne la connaissent pas. « Le capitaine t'a déjà assigné à un poste, Red ? » demande-t-elle, esquissant un sourire en coin, curieuse de savoir de quoi il est capable. Freyja n'aurait certainement pas engagé un tir au flanc après tout.

_________________
Le soleil vient danser sur la mer éternelle mais tous ignorent ses reflets d’or. Elle m’attend sous un tapis de lumière, la mer m’appelle. Moi, je veux voir derrière les nuages, de nouveaux rivages.






Ilse • mediumvioletred
Grim • darkslategrey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir • Admin
avatar

Messages : 1045
J'ai : 30 ans
Je suis : Apprenti-canonnier sur l'Audacia

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : À Rhéa, et à l’Audacia. À la famille qui m'a recueilli dans l'Archipel.
Mes autres visages: Tristan d'Amar, Grâce de Sombregemme, Sitara d'Erebor, Astrée Aubétoile
Le Pavillon Noir • Admin
Message Sujet: Re: La femme est sagesse, lorsque la jeunesse n'est que fougue   Mar 1 Nov - 20:11

Cela semblerait peut-être prématuré à tout autre membre de l’équipage, mais Meldred se sentait chez lui, sur ces planches qu’il foulait pourtant réellement pour la première fois. Il avait résisté à l’envie d’aller voir Rhéa – se souvenait-elle de l’enfant de trois ans qu’elle avait empêché de se noyer, avec l’aide des dragons des mers ? Il n’en était pas certain, et son subconscient lui empêchait probablement d’être confronté à la désillusion que son ignorance à son sujet ne manquerait pas de causer. Il arpentait donc le pont, s’imprégnant de l’essence si spéciale qu’il prêtait à l’Audacia. De cette sérénité qu’il ressentait, alors que sa main se posait sur le bastingage, sur les cordages, sur les canons.

Seul le bruit de pas, croissant, le sort de cette communion qu’il est peut-être le seul à ressentir, avec la vivenef. Bien qu’il ne doute pas des relations privilégiées et spéciales que chaque membre de l’équipage doit avoir avec l’Audacia ainsi qu’avec Rhéa. Il en ressentirait presque de la jalousie, lui qui aurait voulu faire ses débuts sur une vivenef aussi illustre. Il appréciait l’Orichalque, et ses années de loyaux services dessus, mais il ne s’y sentait pas aussi bien qu’en quelques minutes sur ce pont. Il ne s’y sentait pas comme à la place qui lui revenait. L’avenir lui dirait s’il n’était qu’un jeune sot plein d’idéaux, ou s’il avait raison – il était certain d’avoir raison, malgré tout.

« Non, m’dame. J’dois aider, là où on m’demande. »

Il était débrouillard, et il ne rechignait pas devant la tâche. S’occuper des écoutes, rafistoler des voiles ou des filets, surveiller l’horizon… À moins que l’on n’ait un besoin particulier de lui, il était plutôt corvéable à merci. Et en tant que petit nouveau, il ne pensait pas qu’on lui épargnerait les tâches les plus ingrates – celles réservées aux mousses mises à part. Il regarda la femme devant lui, incertain de sa position sur le navire.

« Ce sont vos bijoux, m’dame Ilse ? »

Il avait vu l’intensité avec laquelle elle avait regardé les canons, et même s’il estimait pas avoir mal agi, il était à peu près certain que ça lui avait pas plu, qu’il s’en approche de près. Elle lui aurait serré la main, si c’était pas le cas, non ?

_________________



Aucun bateau n'a été blessé pour réaliser ce gif (non conforme à la réalité d'Arven). :arrow:

Couleur : capucine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir • Modo
avatar

Messages : 810
J'ai : 32 ans
Je suis : Pirate sur l'Audacia (canonnière) & Mage de l'Été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Alméïde d'Erebor, Liselotte Passefil, Aurore Aubétoile
Le Pavillon Noir • Modo
Message Sujet: Re: La femme est sagesse, lorsque la jeunesse n'est que fougue   Lun 7 Nov - 12:10

Sur un navire tel que l'Audacia, les pirates, ça va et ça vient constamment. Ils sont nombreux à en fouler les planches et ceux qui les rejoignent ont toujours un profond amour pour l'océan et pour Rhéa qui les accueille. Et si Rhéa accepte, qui sont-ils pour remettre en question ses décisions. Malgré tout, Ilse n'est pas de ces personnes qui font confiance aveuglément, dès le premier coup d'oeil. Elle est méfiante, elle est suspicieuse. L'Audacia, c'est sa famille et si quelqu'un veut se joindre à eux, il doit mériter ça place, tout simplement. Alors elle toise le nouvel arrivant avec attention, semblant vouloir jauger ses capacités d'un simple coup d'oeil, pas du tout intimidée par sa stature qui l'oblige à relever les yeux pour croiser les siens.

« Non, m’dame. J’dois aider, là où on m’demande. » Bien. Rien qu'un matelot qui devra faire ses preuves donc, ça lui convient. Freyja a mentionné ses années de services à bord de l'Orichalque mais la canonnière préfère le voir à l'oeuvre avant de rendre son jugement. Alors elle acquiesce imperceptiblement. Il lui semble également reconnaître son accent. Il reste quelques tonalités des îles dans son phrasé qu'elle décèle sans peine, depuis le temps qu'elle côtoie des camarades venus de l'Archipel.

« Ce sont vos bijoux, m’dame Ilse ? » Elle le voit qui désigne ses précieux canons et un mince sourire s'affiche sur ses lèvres. « En effet. » qu'elle répond, non sans un brin de fierté, pas vraiment adoucie par la remarque mais légèrement moins froide malgré tout. « Des engins v'nus tout droit de Bellifère. » Ils sont peut être complètement arriérés, mais ils ont la meilleure artillerie du continent. Et celle-ci se retrouve en partie sur l'Audacia. Acquise de manière totalement illégale, bien entendu, au fil des ans.

« Tant que t'es là, aide-moi à descendre ces tonneaux dans la cale. Mais fais gaffe, faudrait voir à pas renverser d'la poudre partout. » Un incident est si vite arrivé après tout. Ilse s'avance et, avec l'aide de Red, soulève l'un des tonneaux pour l'emporter à travers le navire. La canonnière ménage sa main blessée, sentant la douleur lui revenir, mais pas une plainte ne franchit ses lèvres malgré une légère grimace de douleur au moment de le reposer à terre lorsqu'ils parviennent dans la cale. « Freyja m'a dit que t'étais sur l'Orichalque. Pourquoi changer maintenant ? » demande-t-elle sans détour.

_________________
Le soleil vient danser sur la mer éternelle mais tous ignorent ses reflets d’or. Elle m’attend sous un tapis de lumière, la mer m’appelle. Moi, je veux voir derrière les nuages, de nouveaux rivages.






Ilse • mediumvioletred
Grim • darkslategrey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir • Admin
avatar

Messages : 1045
J'ai : 30 ans
Je suis : Apprenti-canonnier sur l'Audacia

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : À Rhéa, et à l’Audacia. À la famille qui m'a recueilli dans l'Archipel.
Mes autres visages: Tristan d'Amar, Grâce de Sombregemme, Sitara d'Erebor, Astrée Aubétoile
Le Pavillon Noir • Admin
Message Sujet: Re: La femme est sagesse, lorsque la jeunesse n'est que fougue   Ven 16 Déc - 17:15



C’était normal, qu’on lui pose des questions. Le petit nouveau, tout fraichement débarqué… Mais bon, il espérait que tous seraient pas aussi hostiles que la femme à l’air revêche qui lui faisait face. Elle devait pourtant être tellement jolie, avec un petit sourire sur le visage. Il haussa les épaules, tout en lui répondant. Elle semblait prête à le manger tout cru, sans rien en laisser. Elle verrait qu’il serait plus résistant que ça. On lui en avait fait baver, sur l’Orichalque. La seconde ici lui avait dit qu’on respectait l’équipage. Mais bon, il verrait. Et puis, ces continentaux étaient pas forcément dignes de confiance. Et y’en avait, sur l’Audacia. Ça se trouvait, la femme face à lui l’était, même.

« Z’êtes du continent, m’dame ? Sans v’loir vous offenser, z’avez pas une tête de quelqu’un des îles. Même si l’teint bronzé par l’soleil vous va drôlement bien. Et votr’ accent, c’d’où ? Enfin, pas qu’j’connaisse tant qu'ça les accents du continent. »

Pas qu’il le veuille, non plus. Mais ils étaient susceptibles, par là-bas, alors s’il voulait pas se faire jeter à l’eau ou perdre sa place. Il continua de parler, quand même, comme si elle attendait que ça. Il avait pas trop la langue dans sa poche. Sauf quand il était concentré sur une tâche. On plaisantait pas avec le travail. Son sourire se fit plus franc, quand il lui en arracha un petit. Dans quelques jours, ou peut-être semaines, pas mois quand même, il se promettait qu’elle lui en ferait un plus grand que ça. Suffisait de parler de ses canons en bien. Et de pas trop s’en approcher, parce que son air type requin qui allait le bouffer, ça venait peut-être de ça. Surement.

« D’Béliffère ? C’eux qui kidnappent les femmes, là ? Et elles, elles les kidnappent ? J’veux dire, pas qu’j’me plaindrais si une femme me f’sait des enfants et s’occupait d’eux, mais bon, ma mère, elle él’vait des dragons, c’est plus glorieux ! Pourquoi y viennent d’là-bas, vos canons ? »

Oui, sa mère était une femme d’exception. Mais bon, tout le monde pouvait pas l’égaler. Personne pouvait, presque. Et puis, elle avait bon cœur, elle l’avait élevé comme son fils, et tout le monde l’aurait pas fait. De toute façon, il aurait jamais souhaité d’autre famille. Même si Rhéa était pour lui sa famille, aussi. Elle l’avait sauvé, à trois ans, après tout.

« Oui m’dame. Z’êtes sur l’Audacia d’puis longtemps ? Vous avez formé tous les canonniers ? » Red saisit sans effort, ou sans trop d’efforts, le tonneau pris par la pirate, descendant prudemment, et en faisant gaffe que le bouchon soit pas vers le sol. Faudrait pas qu’elle l’engueule, si tout se versait parce qu’elle aurait cogné quelque chose, et que ça serait de sa faute elle. Les femmes et leur mauvaise foi, il connaissait…

Il se remémora ses trois ans, et ses souvenirs de Rhéa – ses souvenirs très imparfaits et pas très réalistes, mais quand même, à sa question. « J’y suis prédestiné, m’dame ! À venir sur l’Audacia, j’veux dire, pas à quitter l’Orichalque. Rhéa m’a rattrapé dans l’eau, alors qu’j’allais manquer d’me noyer. Aidée par un dragon des mers, même si elle aurait pu l’faire toute seule, parce que c’la meilleure, et qu’elle est forte. Elle m’a sauvé la vie, j’lui donne la mienne, et elle a toute ma loyauté. Pour toujours. Mêm’ si j’dois faire des tâches ingrates. Mêm’ si j’dois r’commencer à zéro ici. J’le veux, et je l’voudrais t’jours. On va jusqu’où com’ ça, m’dame ? La cale ? Où vous les gardez d’z’un endroit spécial ? »


_________________



Aucun bateau n'a été blessé pour réaliser ce gif (non conforme à la réalité d'Arven). :arrow:

Couleur : capucine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir • Modo
avatar

Messages : 810
J'ai : 32 ans
Je suis : Pirate sur l'Audacia (canonnière) & Mage de l'Été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Alméïde d'Erebor, Liselotte Passefil, Aurore Aubétoile
Le Pavillon Noir • Modo
Message Sujet: Re: La femme est sagesse, lorsque la jeunesse n'est que fougue   Sam 24 Déc - 15:15

« Z’êtes du continent, m’dame ? Sans v’loir vous offenser, z’avez pas une tête de quelqu’un des îles. Même si l’teint bronzé par l’soleil vous va drôlement bien. Et votr’ accent, c’d’où ? Enfin, pas qu’j’connaisse tant qu'ça les accents du continent. » « J'viens d'Outrevent. » qu'elle répond simplement, sans s'étendre plus sur le sujet, ni relever le reste de ses commentaires. Il vient peut-être de l'Archipel, mais à naviguer sur l'Orichalque, il a dû faire le tour du continent plusieurs fois, alors elle ne prend pas tellement la peine de lui expliquer où ça se trouve. Et puis, elle n'en a pas tellement envie, pour être honnête. Elle préfère bien plus parler de ses précieux canons, qu'il mentionne avec un air admiratif qui lui plaît.

« D’Béliffère ? C’eux qui kidnappent les femmes, là ? Et elles, elles les kidnappent ? J’veux dire, pas qu’j’me plaindrais si une femme me f’sait des enfants et s’occupait d’eux, mais bon, ma mère, elle él’vait des dragons, c’est plus glorieux ! Pourquoi y viennent d’là-bas, vos canons ? » Cette fois, c'est un réel amusement qui se peint sur ses traits. Le regard mutin, elle prend des airs un peu moqueurs en levant les yeux vers lui. « Ils ont du sable à la place du cerveau là-bas mais faut bien avouer qu'ils ont une belle artillerie. Alors disons qu'on va faire notre marché chez eux, pour leur plus grand plaisir. » répond-elle, un sourire au coin des lèvres. Puis elle lui demande de l'aider à descendre un des barils de poudre dans la cale. C'est qu'ils sont plutôt grands, ce n'est pas très simple pour elle, surtout avec sa main en rémission.

« Oui m’dame. Z’êtes sur l’Audacia d’puis longtemps ? Vous avez formé tous les canonniers ? » Eh bien, voilà qu'il inverse les rôles à lui poser toutes les questions qui lui passent par la tête ! Curieux. Bavard. Très expressif, pour sûr. Un vrai Îlien. « Pas tous. Mais j'suis là depuis assez longtemps pour en avoir formé la plupart. » Et certains étaient déjà là avant elle et c'était pas une gamine de quinze ans qui allait leur apprendre leur métier. Même s'il s'est vite avéré qu'elle avait un talent particulier pour faire exploser à peu près tout et n'importe quoi. Avec le temps et l'expérience, c'est plutôt un bel avantage, surtout face à ces crétins de Chevaucheurs et de leurs lézards cracheurs de feu.

Tout en descendant le tonneau, Ilse le questionne à son tour et voilà que Red part dans une longue explication. Elle l'écoute avec amusement, bien que son visage reste relativement impassible. Il parle de Rhéa avec une telle dévotion, la canonnière y décèle une touchante sincérité. Sauvé des eaux quand il était petit, hein ? En voilà une belle histoire. Peut-être qu'il était effectivement destiné à les rejoindre, qui pourrait remettre en cause ce que le Destin a prévu pour chacun d'entre eux ? Mais elle n'en reste pas moins circonspecte, Ilse.

« On t'a jamais dit qu'tu parles trop, Red ? » demande-t-elle pour plaisanter malgré le ton très sérieux. Pour elle qui reste généralement très réservée, c'est toujours étrange quand elle rencontre quelqu'un qui ne se gêne pas de dire tout ce qu'il pense. « On va l'mettre à la cale, mais dans un endroit à part. Faut éviter qu'ils prennent l'humidité, sinon à la prochaine canonnade on s'ra même pas capables de faire des étincelles. » Et ce serait fort dommage pour un navire pirate de leur trempe tout de même. Elle lui montre la direction d'un signe de tête et avance à ses côtés, déposant le tonneau à l'endroit convenu, auprès d'une réserve déjà plutôt conséquente. Enfin elle se redresse, massant distraitement sa main légèrement douloureuse en observant le stock déjà installé, vérifiant au passage que tout est bien calé et que ça ne risque pas de rouler à la moindre vague. « Ca t'intéresse, les canons ? » qu'elle lui demande alors, d'un ton neutre. Quitte à avoir le nouveau à l’œil, autant l'avoir à ses ordres pas vrai ? À moins que Freyja ait déjà quelque chose de prévu pour lui. Il faudra qu'elle lui en touche un mot.

_________________
Le soleil vient danser sur la mer éternelle mais tous ignorent ses reflets d’or. Elle m’attend sous un tapis de lumière, la mer m’appelle. Moi, je veux voir derrière les nuages, de nouveaux rivages.






Ilse • mediumvioletred
Grim • darkslategrey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir • Admin
avatar

Messages : 1045
J'ai : 30 ans
Je suis : Apprenti-canonnier sur l'Audacia

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : À Rhéa, et à l’Audacia. À la famille qui m'a recueilli dans l'Archipel.
Mes autres visages: Tristan d'Amar, Grâce de Sombregemme, Sitara d'Erebor, Astrée Aubétoile
Le Pavillon Noir • Admin
Message Sujet: Re: La femme est sagesse, lorsque la jeunesse n'est que fougue   Mer 18 Jan - 19:15



Il était déjà passé auprès des côtes outreventoises, il voyait où c’était. Comme beaucoup de duché du continent, même s’il feignait y être indifférent, et ne rien y connaître. Pas que ça l’intéressait vraiment, cela dit. Il hocha la tête, en même temps qu’il haussait les épaules. Elle avait pas l’air de vouloir développer vraiment, alors il allait pas insister. Il voulait plutôt entretenir la discussion, plus que de vouloir vraiment parler de tout ça, de toute façon. Et elle semblait bien plus enthousiaste à l’idée de parler de ses canons. Ça lui plaisait tout autant – il avait que ça, dans la vie, la piraterie, et ça en faisait partie.

« C’presqu’une insult’ au sab’ que vous faites là, m’dame Ilse. Mais bon, au moins, v’savez prendr’ c’dont vous avez b’soin, là où vous en avez b’soin. J’ai entendu qu’vous saviez très bien vous en servir, si j’en crois les racontars des enfants des mers présents en Bellifère pour l’tournoi qu’ils font. » C’était un compliment, à sa manière. Même s’il déplorait que l’on détruise un bijou tel qu’une vivenef, il se doutait que c’était mérité. Jamais il remettrait en cause les actes de qui que ce soit que Rhéa acceptait à son bord.

Il s’arrêta quand même de parler, un petit moment, pendant qu’ils descendaient le baril. Pas que ça soit si dur, mais il voulait pas le laisser tomber, et risquer de s’aliéner la femme. Elle avait pas franchement l’air commode, pour être sincère. « Ça doit êtr’ bien. C’votre famille, maintenant, pas vrai ? Les canons, mais les canonniers, et puis l’équipage ? » Oui, toujours plus de questions. Peut-être qu’elle le ferait taire, si elle en avait marre, mais c’était normal de vouloir en savoir plus, non ?

Il ne put s’empêcher de rire, quand elle lui demanda s’il savait qu’il parlait trop. Bien sûr. Mais ça faisait tout son charme – de ça, il en était intimement persuadé. Et il était trop tard pour qu’il change, de toute façon. Pas qu’il en ait envie. « Pour sûr, m’dame Ilse. Mais vous me préféreriez muet comme un tombeau ? Ça m’donne plus envie d’travailler d’le faire d’bonne humeur, en parlant bien à tout l’monde, que d’être dans mon silence. C’t’ennuyant, si vous voulez mon avis. »

Mais bon, que l’équipage de l’Audacia aime ou non qu’il parle, il continuerait. Il était comme ça, et on l’avait accepté parmi eux, au moins pour cette fois là. « J’vous suis, v’savez sur’ment mieux qu’moi. Z’avez d’quoi les protéger, des fois qu’tout soit vraiment trop humide ? » Il savait bien, Red, que certains endroits du bateau étaient mieux protégés que d’autres, mais il avait pas encore fait le tour de la vivenef, et il pourrait de toute façon qu’apprendre encore, s’il réembarquait. Alors ça coutait rien d’anticiper, et de demander. « C’est… beau, m’dame Ilse. Comme objet. Et j’crois que sans, on s’rait bien démuni. Après, j’ai jamais été plus formé qu’ça. Mais c’est utile, pour sûr. Enfin, j’sais pas trop c’que vous attendez comme réponse ? J’pourrais vous faire une éloge des canons, mais j’mentirai à coup sûr. Je m’en occupais pas vraiment. Après, j’les ai toujours admirés de loin. Pas comme Rhéa et l’Audacia, mais un peu. »


_________________



Aucun bateau n'a été blessé pour réaliser ce gif (non conforme à la réalité d'Arven). :arrow:

Couleur : capucine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir • Modo
avatar

Messages : 810
J'ai : 32 ans
Je suis : Pirate sur l'Audacia (canonnière) & Mage de l'Été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Alméïde d'Erebor, Liselotte Passefil, Aurore Aubétoile
Le Pavillon Noir • Modo
Message Sujet: Re: La femme est sagesse, lorsque la jeunesse n'est que fougue   Sam 28 Jan - 8:20

« C’presqu’une insult’ au sab’ que vous faites là, m’dame Ilse. Mais bon, au moins, v’savez prendr’ c’dont vous avez b’soin, là où vous en avez b’soin. J’ai entendu qu’vous saviez très bien vous en servir, si j’en crois les racontars des enfants des mers présents en Bellifère pour l’tournoi qu’ils font. » Elle n'est pas peu fière de cette remarque, la canonnière, et elle s'enorgueillit de ce qui se raconte à son sujet et sur leur départ de Hacheclair. Cette canonnade, c'était surtout le désir de se venger de tout ce qu'elle a subi durant le Tournoi, c'était un pied de nez aux autorités bellifériennes qu'elle a en horreur et c'était simplement une belle manière de marquer la fin des... festivités. Que leur tête soit mise à prix et que l'histoire soit venue aux oreilles de Lorgol ne l'étonne guère et la flatte à la fois. Mais loin d'être du genre à se vanter, elle lui accorde à peine un sourire, s'amusant également de sa remarque sur ces crétins de Bellifère qu'il ne semble pas tellement porter dans son coeur non plus.

« Ça doit êtr’ bien. C’votre famille, maintenant, pas vrai ? Les canons, mais les canonniers, et puis l’équipage ? » Elle acquiesce sans s'y attarder. Sa famille et même plus encore, car elle se sent plus chez elle sur cette vivenef que partout ailleurs sur le continent. Elle n'a plus personne qui l'attend, sur terre. La seule personne qui comptait vraiment est morte il y a bien longtemps et elle a laissé tout le reste derrière elle lorsqu'elle a fui cette réalité pour embrasser la liberté. Elle a laissé derrière elle un avenir tout tracé, étriqué, étouffant. Elle a laissé derrière elle des personnes qui ont un jour compté et qui n'ont pas su comprendre son désir de prendre le large. Tout ça, c'est très loin pourtant et elle a un pincement au coeur en songeant aux côtes d'Outrevent, à ces terres qui étaient siennes autrefois et qui ont dû être réclamées par la couronne depuis longtemps.

Leur trajet jusqu'à la cale continue dans le babillage incessant de Red. « Pour sûr, m’dame Ilse. Mais vous me préféreriez muet comme un tombeau ? Ça m’donne plus envie d’travailler d’le faire d’bonne humeur, en parlant bien à tout l’monde, que d’être dans mon silence. C’t’ennuyant, si vous voulez mon avis. » Il est amusant, ce type-là. Du moins, c'est l'idée qui lui traverse l'esprit lorsqu'il prononce ces quelques mots, mais elle espère qu'il ne deviendra pas très vite lourd ou agaçant. C'est qu'elle ne voit aucun problème à rester muette, elle, mais elle se garde bien de le dire puisque c'est souvent perçu de manière étrange par les pirates souvent bruyants.

« J’vous suis, v’savez sur’ment mieux qu’moi. Z’avez d’quoi les protéger, des fois qu’tout soit vraiment trop humide ? » « On les surélève un peu, au cas où y'aurait une fuite quelque part. Puis ils sont bien protégés là où ils sont. » Dans un endroit de la cale que le feu de l'ennemi a peu de chance d'atteindre. Comme sur la plupart des navires, après tout. « C’est… beau, m’dame Ilse. Comme objet. Et j’crois que sans, on s’rait bien démuni. Après, j’ai jamais été plus formé qu’ça. Mais c’est utile, pour sûr. Enfin, j’sais pas trop c’que vous attendez comme réponse ? J’pourrais vous faire une éloge des canons, mais j’mentirai à coup sûr. Je m’en occupais pas vraiment. Après, j’les ai toujours admirés de loin. Pas comme Rhéa et l’Audacia, mais un peu. » Un sourire en coin étire ses lèvres. « J'attends pas d'réponse en particulier, juste ta sincérité. » Et elle l'a, semble-t-il, alors qu'il s'étend à nouveau sur la vivenef et sa figure de proue. Il n'est pas le premier à admirer la belle Rhéa et elle doit bien admettre qu'elle a toujours été fascinée par cette femme de bois qui a traversé les siècles et amassé tant de savoir.

Ilse profite d'être dans la cale pour vérifier que tout soit bien en ordre et mis à sa place. Et pendant qu'elle fait une inspection rapide, sa voix s'élève dans le silence des lieux. « Si tu veux, j'peux t'apprendre à les manier, les canons. C'pas bien compliqué, suffit d'un peu d'entraînement. À moins qu'Freyja ait prévu d'autres trucs pour toi, auquel cas j'peux rien pour toi. » ajoute-t-elle avec amusement, comme si être prise entre les griffes de Freyja c'était signer son arrêt de mort. C'est un peu ça parfois ; faut pas l'emmerder la seconde. Mais elle a un grand coeur et c'est une passionnée. Une amoureuse des flots, comme tous ceux qui foulent les planches de ce navire.

Ilse se redresse et relève les yeux pour croiser ceux de Red. « Alors, ça t'intéresse ? On a jamais trop d'personnes qui manipulent les canons, sur un navire. » Son avis est peut-être un peu biaisé, mais peu importe.

_________________
Le soleil vient danser sur la mer éternelle mais tous ignorent ses reflets d’or. Elle m’attend sous un tapis de lumière, la mer m’appelle. Moi, je veux voir derrière les nuages, de nouveaux rivages.






Ilse • mediumvioletred
Grim • darkslategrey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir • Admin
avatar

Messages : 1045
J'ai : 30 ans
Je suis : Apprenti-canonnier sur l'Audacia

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : À Rhéa, et à l’Audacia. À la famille qui m'a recueilli dans l'Archipel.
Mes autres visages: Tristan d'Amar, Grâce de Sombregemme, Sitara d'Erebor, Astrée Aubétoile
Le Pavillon Noir • Admin
Message Sujet: Re: La femme est sagesse, lorsque la jeunesse n'est que fougue   Dim 29 Jan - 1:42

Elle est incroyablement silencieuse, la pirate, par rapport à lui. Plus à parler par gestes que par mots, c’était assez déconcertant pour l’Îlien. Mais bon, il est plutôt… fier, de réussir à lui arracher un sourire ? Oui, la modestie ne l’étouffe pas, et si elle semble si taciturne, alors même si c’est un minuscule sourire, ça doit être une victoire en soi. Il est plutôt prompt à en juger, cela dit, mais libre à elle de le détromper. On apprend pas à connaître les gens en une seule discussion, de toute façon. Et il espérait avoir beaucoup de temps à passer sur l’Audacia, pour en connaître l’équipage. Même les moins disposés… L’idée l’avait même pas effleuré, qu’elle pouvait être indisposé – il savait pas ce qu’on ressentait, quand c’était le cas, mais c’était pas très agréable. Ça expliquerait sa mine qui s’illuminait pas tant, peut-être ? Il se retint de demander, quoi que la demande était pas loin de franchir ses lèvres, mais quelque chose l’en empêcha. Un instinct, bien faible, de survie, peut-être.

L’idée lui sortit bien vite de la tête quand même, alors qu’ils portaient leur lourd chargement jusqu’à la cale qu’elle lui indiquait. Elle avait pas froid aux yeux, m’dame Ilse, et elle rechignait pas à la tâche, à porter une charge assez lourde - plus de cinq fois son poids, pour sûr. Il était un peu impressionné, même s’il en montrait rien. Mais il avait plusieurs questions, surtout sur la conservation des canons. Et des barils. Il pouvait bien l’aider, mais s’il savait pas vraiment quel endroit servait à quoi, alors il serait à peu près inutile. « Ok, donc j’retiens, ici, c’’pas trop humide, on peut poser d’bois pour pas qu’les tonneaux roulent ou soient mouillés si ça fuit, et c’protégé. D’autr’endroits comm’ ça ? Si jamais j’dois vous aider encor’, ça peut êtr’ util’ de savoir. » Pas qu’il pense ne faire que ça durant son temps sur l’Audacia – long, il espère -, il en sait rien à vrai dire, mais vu qu’il avait pas de place définie, ça pouvait arriver. Autant qu’il soit prêt. « J’l’étais. C’le premier rempart contre une attaque, ou l’signal qu’on peut partir à l’abordage, si on vise assez bien. C’est aussi c’qui fait la renommée, comme la vôtre à Hach’clair. Et après, c’les combats, revigorant et tout. Mais c’l’étape du début, l’essentiel. Et c’est un beau son, qu’les canons déclenchés tous ensembl’. »

Il la laisse faire, une fois leur cargaison déposée, en profitant pour observer un peu les aménagements. Sa voix la surprend, alors qu’il fait le tour de la pièce. Il s’attendait pas vraiment à ce qu’elle parle, surtout pas après qu’il se soit tu et n’ait pas recommencé à parler. Mais ça lui plaisait bien – encore plus ce qu’elle lui disait, que le simple fait de l’entendre. Il lui rendit un grand sourire en retour, et haussa les épaules, la laissant encore un peu parler – parce qu’elle avait pas l’air d’avoir fini. « Pour sur ! M’dame Freyja m’a pas dit c’qu’j’aurai comm’ fonction, juste qu’on verrait qui aurait b’soin de moi ! J’pense que ça pos’ra pas d’problèmes ; mais j’sais pas comment ça s’passe ici ? Vous lui d’mandez, j’lui d’mande ? Mais ça m’intéress’ pour sur, et j’serai appliqué ! Et attentif. » Il était plus mousse, mais il devait faire ses preuves à bord d’un autre navire.

_________________



Aucun bateau n'a été blessé pour réaliser ce gif (non conforme à la réalité d'Arven). :arrow:

Couleur : capucine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir • Modo
avatar

Messages : 810
J'ai : 32 ans
Je suis : Pirate sur l'Audacia (canonnière) & Mage de l'Été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Alméïde d'Erebor, Liselotte Passefil, Aurore Aubétoile
Le Pavillon Noir • Modo
Message Sujet: Re: La femme est sagesse, lorsque la jeunesse n'est que fougue   Lun 6 Fév - 23:41

Il est peut-être bavard, le nouveau, mais il a l'air attentif. Elle le voit qui observe les alentours, le chemin qu'ils empruntent, la pièce où ils transposent le baril. Non pas qu'il ait de grandes chances de ses perdre sur cette vivenef, mais il faut certainement quelques jours d'adaptation. L'Audacia n'est pas une vulgaire frégate. Il l'écoute aussi, et c'est déjà un très bon point ; elle déteste devoir se répéter et faire la discipline, alors autant dire que les mousses qui sont sous ses ordres se tiennent à carreaux autant que possible. Reste à savoir si Red est de cette trempe.

« Ok, donc j’retiens, ici, c’’pas trop humide, on peut poser d’bois pour pas qu’les tonneaux roulent ou soient mouillés si ça fuit, et c’protégé. D’autr’endroits comm’ ça ? Si jamais j’dois vous aider encor’, ça peut êtr’ util’ de savoir. » Elle acquiesce quand il énumère les points à retenir, ravie qu'il se montre autant assidu et espérant que ce n'est pas uniquement parce qu'il s'agit de son premier jour à bord et qu'il a à coeur d'impressionner. « J'te ferai faire le tour tout à l'heure, histoire que tu saches où se trouvent les choses si on a besoin d'toi » Ce sera plus simple que de lui énumérer les pièces et de les lui décrire. Elle sait d'expérience que la plupart des pirates préfèrent voir et toucher que de lire ou écouter bêtement. Les actions, non les paroles. Ca tombe bien, elle n'est pas très bavarde elle-même et elle a appris à se montrer aussi claire et concise que possible avec les années. Mieux vaut aller droit au but.

« J’l’étais. C’le premier rempart contre une attaque, ou l’signal qu’on peut partir à l’abordage, si on vise assez bien. C’est aussi c’qui fait la renommée, comme la vôtre à Hach’clair. Et après, c’les combats, revigorant et tout. Mais c’l’étape du début, l’essentiel. Et c’est un beau son, qu’les canons déclenchés tous ensembl’. » Ah ça, elle ne peut certainement pas le contredire. Merveilleux son que les canons qui chantent en choeur juste avant l'abordage ou le pillage des côtes. Son visage s'adoucit à nouveau, un sourire orne ses lèvres. Mais elle n'a rien à ajouter à tout cela, alors elle se met à inspecter les lieux. Finalement, il peut faire une bonne recrue. Elle réserve son jugement à plus tard, quand elle l'aura vu à l'oeuvre pendant quelques temps à leur bord, mais il a du potentiel. Et c'est ce qu'il faut comprendre quand elle lui propose un poste sous ses ordres. Il y a peut-être aussi le fait qu'elle aime bien avoir les nouveaux à l'oeil, question de méfiance, mais pourquoi pas après tout ?

« Pour sur ! M’dame Freyja m’a pas dit c’qu’j’aurai comm’ fonction, juste qu’on verrait qui aurait b’soin de moi ! J’pense que ça pos’ra pas d’problèmes ; mais j’sais pas comment ça s’passe ici ? Vous lui d’mandez, j’lui d’mande ? Mais ça m’intéress’ pour sur, et j’serai appliqué ! Et attentif. » Elle se retient de rire face à cet excès de zèle. « J'm'en occupe, j'lui en toucherai un mot. Pour l'instant, fais comme elle t'a dit, donne un coup d'main là où tu peux. On avisera après. » Elle n'est que la seconde de la seconde après tout, ce n'est pas à elle de prendre ce genre de décisions, même si son avis sera entendu.

Elle lui fait signe de la suivre pour retourner sur le pont. « Ca fait combien d'temps qu'tu navigues Red ? » Il doit avoir quitté l'Archipel il y a longtemps, pour parler ainsi de façon aisée, malgré quelques tournures qui lui rappellent fortement les îles. Les années passées sur l'Orichalque ont certainement dû aider.

_________________
Le soleil vient danser sur la mer éternelle mais tous ignorent ses reflets d’or. Elle m’attend sous un tapis de lumière, la mer m’appelle. Moi, je veux voir derrière les nuages, de nouveaux rivages.






Ilse • mediumvioletred
Grim • darkslategrey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir • Admin
avatar

Messages : 1045
J'ai : 30 ans
Je suis : Apprenti-canonnier sur l'Audacia

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : À Rhéa, et à l’Audacia. À la famille qui m'a recueilli dans l'Archipel.
Mes autres visages: Tristan d'Amar, Grâce de Sombregemme, Sitara d'Erebor, Astrée Aubétoile
Le Pavillon Noir • Admin
Message Sujet: Re: La femme est sagesse, lorsque la jeunesse n'est que fougue   Ven 10 Fév - 14:31

Elle a l’air satisfait. Il la connait pas, il peut pas dire que si alors qu’il vient tout juste d’arriver, mais elle donne quand même cette expression. Peut-être bien qu’il a tort et qu’il ferait mieux de pas trop s’appuyer sur cette conviction, il verra bien. En attendant, il observe, écoute et assimile, désireux de trouver ses marques et de prouver qu’il a sa place ici. Il fait peut-être du zèle, pour son premier jour, mais il souhaite surtout réellement être familier avec la vivenef, et pas être un poids. Il est pirate depuis plus de dix-huit ans, mais il a jamais été marqué par Iseult comme par Rhéa. Il est sien, et il a attendu longtemps pour enfin s’engager auprès du bâtiment pour lequel il se languissait. Il ne veut pas renoncer à cette chance. « D’accord, m’dame Ilse. J’vous suis. » Ou il la suivra, quand il sera temps.

En tout cas, il semble avoir visé juste – tant sur le fait qu’Ilse semble moins renfrognée qu’avant, plus à même de bien s’entendre avec lui, que sur son avis sur les canons. Il a beaucoup de défaut, mais pas vraiment celui de succomber à la flagornerie, ou de chercher à amadouer les gens comme ça, il est plutôt trop franc et brut que pas assez. Mais ça laisse à croire qu’il dit la vérité – et elle doit bien être convaincue, m’dame Ilse, pour lui sourire comme elle le fait. Alors il sourit en retour, sans s’interrompre de parler bien longtemps. Encore moins longtemps, quand Ilse lui demande s’il est intéressé pour bosser avec elle. Sous sa direction. Il ne sait pas s’il devrait avoir peur ou juste saisir sa chance, mais il s’est jamais laissé gouverner par la première. « J’vous laiss’ faire, alors, vous m’tiendrez au courant ? »

Et si on estime qu’il ferait mieux d’être ailleurs… Il haussa les épaules, plus pour lui que pour Ilse. Il était heureux d’être sur cette vivenef de légende, et le pirate avait des plaisirs simples. S’il devait être en renfort pendant longtemps, tant qu’il était sur l’Audacia, tout irait bien. « Près d’vingt ans. J’avais 12 ans, pour mon pr’mier voyage. Et vous, m’dame Ilse ? Et qu’est-ce qui vous a décidée ? »

Elle s’était pas agacée de ses questions jusqu’à présent, et elle pourrait toujours lui dire de se taire, non ?

_________________



Aucun bateau n'a été blessé pour réaliser ce gif (non conforme à la réalité d'Arven). :arrow:

Couleur : capucine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir • Modo
avatar

Messages : 810
J'ai : 32 ans
Je suis : Pirate sur l'Audacia (canonnière) & Mage de l'Été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Alméïde d'Erebor, Liselotte Passefil, Aurore Aubétoile
Le Pavillon Noir • Modo
Message Sujet: Re: La femme est sagesse, lorsque la jeunesse n'est que fougue   Jeu 16 Fév - 0:19

« D’accord, m’dame Ilse. J’vous suis. » Bien, très bien. Elle remonte sur le pont tout en continuant leur conversation. Tout cela reste assez léger finalement, juste quelques paroles échangées pour apprendre un peu à s'apprivoiser. Ilse est méfiante, mais elle a depuis longtemps appris que lorsqu'un nouveau débarque sur l'Audacia, il est là pour y rester un moment, donc il vaut mieux qu'elle fasse avec. Ca ne marche pas toujours, comme en témoigne sa relation avec ce crétin de Ross et ses bouclettes ridicules, mais elle fait généralement mine de ne pas le voir ou l'entendre et tout se passe pour le mieux. Il n'y a pas de place sur une vivenef pour des chamailleries stupides et le capitaine aurait tôt fait d'y mettre un terme à sa manière. Alors oui, elle ne fait peut-être pas confiance rapidement, mais ce n'est pas pour autant qu'elle ne laisse pas à un nouveau venu de faire ses preuves. On lui a bien laissé sa chance à elle, petite Outreventoise naïve et coincée à l'époque. Elle qui avait été élevée par une humble baronne, dans la noblesse et la dignité du duché de l'Honneur, à l'opposé du mode de vie des pirates. Et malgré tout, on l'a engagée.

« J’vous laiss’ faire, alors, vous m’tiendrez au courant ? » Elle hoche la tête sans rien dire. Bien sûr, elle ne va pas le laisser errer sans but sur le pont tout de même. Elle préfère plutôt poser des questions à son tour, ce à quoi il répond sans hésiter. « Près d’vingt ans. J’avais 12 ans, pour mon pr’mier voyage. Et vous, m’dame Ilse ? Et qu’est-ce qui vous a décidée ? » Alors qu'elle parvient sur le pont, elle se fige presque, tournant légèrement la tête vers Meldred, sans rien laisser transparaître dans son regard qui, pourtant, montre clairement son trouble. Ce qui l'a décidée ? Sithis est apparu sur son chemin et elle s'est jetée corps et âme dans les bras de Messaïon, voilà ce qu'il s'est passé. « J'avait quinze ans. C'était... comme une évidence. » répond-elle, d'un ton qui pourrait paraître froid, mais reste doux et catégorique à la fois, signifiant qu'elle ne dira rien de plus sur le sujet. Elle n'a pas envie d'y penser ; le tournoi a fait remonter bien trop de souvenirs, ça lui a suffi.

Elle se dirige vers un autre baril quand un camarade la devance et le ramasse sous son nez. Elle va pour râler quand il déclare innocemment que de toute manière, elle est pas censée porter des charges trop lourdes, rapport à sa main blessée, et qu'elle peut gueuler tout ce qu'elle veut, ça ne changerait rien. Elle se renfrogne Ilse, se retient de ronchonner dans son coin, incapable de rester inactive alors que les autres travaillent autour d'elle. Peut-être qu'elle pourrait faire le tour de la vivenef, voir ce qu'il leur manque encore, mais avant ça, elle se tourne vers Red. « T'es d'jà allé voir Rhéa ? » qu'elle demande comme si de rien n'était, le visage à nouveau impassible. Et quand il lui fait signe que non, un sourire prend place sur ses lèvres. « Viens par là. Tu vas quand même pas faire ta première traversée sans t'être présenté. » Et elle ouvre la marche en direction de la proue et de la femme de bois qui sublime l'avant de ce navire de légende.

_________________
Le soleil vient danser sur la mer éternelle mais tous ignorent ses reflets d’or. Elle m’attend sous un tapis de lumière, la mer m’appelle. Moi, je veux voir derrière les nuages, de nouveaux rivages.






Ilse • mediumvioletred
Grim • darkslategrey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir • Admin
avatar

Messages : 1045
J'ai : 30 ans
Je suis : Apprenti-canonnier sur l'Audacia

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : À Rhéa, et à l’Audacia. À la famille qui m'a recueilli dans l'Archipel.
Mes autres visages: Tristan d'Amar, Grâce de Sombregemme, Sitara d'Erebor, Astrée Aubétoile
Le Pavillon Noir • Admin
Message Sujet: Re: La femme est sagesse, lorsque la jeunesse n'est que fougue   Dim 19 Fév - 20:38

Il devrait peut-être s’abstenir, mais il est curieux, Red, et il aime bien connaître les gens – ou ce qu’ils veulent lui dire, en tout cas. Il oublie, ausis, parfois, que tous ne sont pas comme lui : à dire les choses avec naturel et tant de simplicité, que généralement, les autres n’en prennent pas ombrage. Comme lorsqu’il ne veut pas parler de certaines choses. Il considère plutôt que tout le monde fait comme lui, et qu’ils se confieront pas s’ils le veulent pas. Alors il demande, et il passe à autre chose si on veut pas lui répondre. Et ce n’est pas que par curiosité, qu’il se renseigne sur ce qui a poussé m’dame Ilse à devenir pirate. C’est aussi parce que c’est normal, de demander en retour.

Il sourit, quand il l’entend. Oui, pour lui aussi, c’était une évidence. Depuis qu’il avait 3 ans, que c’en était. Il était fait pour ça, et il se le prouvait un peu plus chaque jour. Plus encore maintenant, alors qu’il était enfin arrivé à se faire engager sur l’Audacia. Il fronça les sourcils, malgré tout, quand elle répondit sans trop s’épancher, avec visiblement la volonté de ne pas le faire. « D’acc’, m’dame Ilse. » Quinze ans ? Venant du continent ? Elle devait pas avoir une famille pirate, ou de marins, sinon elle se serait engagée plus tôt. Enfin, il le supposait, il n’en savait à vrai dire rien. Rien du tout.

« C’tait l’évidence, pour moi aussi, j’crois qu’c’est l’meilleurs raisons. »

C’était curieux, quand même. Est-ce que sa famille avait eu des soucis, qu’elle avait été obligée de travailler, et qu’un travail honnête suffisait pas ? Puis qu’elle avait préféré la piraterie à vendre son corps ? Il pouvait pas lui demander, mais il espérait savoir, quand même. Peut-être que quelqu’un pourrait le renseigner, mais il savait pas trop à qui demander. Surtout, sans que ça lui remonte aux oreilles, et qu’il se fasse tirer les siennes. Il verrait.

Il se fige brièvement, avant de se ressaisir, à sa question, alors qu’il s’était perdu dans ses pensées. Il secoue d’ailleurs la tête, sans mot dire, pour lui dire que non, il a pas vu la superbe figure de proue qui hante ses rêves depuis si longtemps, et qu’il aime tendrement déjà. Il se précipite alors qu’elle commence à marcher pour la voir. « ’ttendez, m’dame Ilse. J’irai, mais un peu plus tard, j’veux p’voir lui présenter m’z’hommages, seul. Et puis, elle doit savoir qu’j’suis là. »

Oui, elle devait, hein ? Elle devait connaître son sang, il avait du en laisser couler sur son pont, petit, quand elle l’avait récupéré abimé par les fonds marins. Il était pas sûre de vouloir savoir que non, elle se souvenait plus. Mais malgré sa taille, Ilse marchait vite, et il fut à côté de Rhéa bien avant qu’il ne puisse convaincre la pirate. Il s’inclina révérencieusement, avec application, muet – chose peu habituelle chez lui. Il se sentait incapable de parler.

_________________



Aucun bateau n'a été blessé pour réaliser ce gif (non conforme à la réalité d'Arven). :arrow:

Couleur : capucine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir • Modo
avatar

Messages : 810
J'ai : 32 ans
Je suis : Pirate sur l'Audacia (canonnière) & Mage de l'Été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Alméïde d'Erebor, Liselotte Passefil, Aurore Aubétoile
Le Pavillon Noir • Modo
Message Sujet: Re: La femme est sagesse, lorsque la jeunesse n'est que fougue   Sam 18 Mar - 16:40

« D’acc’, m’dame Ilse. » Il est curieux mais au moins, il n'insiste pas, et elle en est ravie la canonnière. Bien entendu, elle l'aurait envoyé sur les roses s'il l'avait fait, mais elle préfère partir sur de bonnes bases plutôt que de devoir le remettre à sa place le premier jour de son arrivée. Ca ne semble pas être un mauvais bougre, a priori. Elle le gardera à l'oeil bien sûr, mais au moins, il n'a rien de cette tête à claques de Bouclettes et ses manières hautaines. Il n'est pas lagran pour rien.

« C’tait l’évidence, pour moi aussi, j’crois qu’c’est l’meilleurs raisons. » Elle acquiesce, sans un mot. Oui, ça lui a paru évident et pourtant, elle n'avait jamais songé à rejoindre la piraterie ou même à parcourir les mers avant la tragédie. Ca s'est imposé, comme une évidence, ça lui est tombé dessus, comme si elle se réveillait enfin après des années de somnolence confuse. Elle était la première surprise et depuis, elle n'en regrette pas un seul instant. Parce que l'Audacia, c'est des êtres venus de tous les horizons qui partagent la même passion pour l'océan, c'est une grande famille, avec tout ce que ça comporte d'avantages et d'inconvénients. C'est son quotidien et ce qui parvient encore à emplir son coeur de joie et d'allégresse après plus de quinze ans. Il a fallu que le malheur la touche pour qu'elle le réalise, mais jamais elle n'a été aussi certaine de sa décision.

Enfin, puisque ses camarades ne semblent pas enclins à la laisser travailler, elle songe plutôt à l'amener devant Rhéa. « ’ttendez, m’dame Ilse. J’irai, mais un peu plus tard, j’veux p’voir lui présenter m’z’hommages, seul. Et puis, elle doit savoir qu’j’suis là. » Il paraît tout à coup bien moins assuré, le jeune Îlien, mais ça n'arrête pas la canonnière qui parcourt le pont à grandes enjambées pour parvenir sur le gaillard avant. Elle fait encore quelques pas jusqu'au bastingage, s'appuie au bord et adresse un sourire franc à la figure de proue. « B'jour Rhéa. » La femme de bois tourne la tête vers elle et le nouvel arrivant qui reste un peu en retrait, posant sur eux un regard insondable. « On reprend bientôt la mer. » Ce n'est pas une question et, dans sa voix profonde, perce l'impatience de ceux qui vivent sur l'océan. Ilse esquisse un sourire en coin et pointe Meldred du doigt. « J'viens t'présenter le p'tit nouveau, Red. » Elle l'observe quelques instants, dans un silence uniquement rompu par les éclats de voix de ses camarades et les vagues paresseuses qui lèchent la coque du navire. « Tu en as mis du temps, pour revenir me voir. » finit-elle par déclarer.

La canonnière se redresse. « J'vous laisse refaire connaissance. Je s'rai dans le coin si besoin. » qu'elle déclare à l'Îlien en lui tapotant l'épaule. Puis elle les laisse tous les deux, retournant au coeur du navire pour y faire une dernière inspection de ses canons avant de lever l'ancre.

_________________
Le soleil vient danser sur la mer éternelle mais tous ignorent ses reflets d’or. Elle m’attend sous un tapis de lumière, la mer m’appelle. Moi, je veux voir derrière les nuages, de nouveaux rivages.






Ilse • mediumvioletred
Grim • darkslategrey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La femme est sagesse, lorsque la jeunesse n'est que fougue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Michaëlle Jean et le rêve de la jeunesse haitienne
» Jeunesse haitienne: Quel espoir??? Quel avenir???
» Compliments à ma femme et à ses Léopards
» Barikad Crew-- Amour Infini-- Honneur à la femme haitienne
» [Equipe 4] Savoir, Sagesse, Solidarité

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Les Terres du Nord :: Au large :: L'Audacia-
Sauter vers: