AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'histoire de la rancune des solitaires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 457
J'ai : 33 ans
Je suis : Chevaucheur, capitaine du Vol d'Outrevent, mage de l'Été (destruction), comte de Rivepierre et proche ami du duc Liam.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Maelenn • Matvei • Hermine
Les Chevaucheurs
Message Sujet: L'histoire de la rancune des solitaires   Jeu 17 Nov - 3:03


Livre I, Chapitre 6 • La Danse des Trépassés
Ilse Tonnevent & Lionel de Rivepierre

L'histoire de la rancune des solitaires

ou quand une amitié se brise



• Date : 2 juin 985
• Météo : Il fait beau et chaud, en ce début de juin. Le soleil plombe sur Lorgol et l'Académie.
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Une triste nouvelle change la vie d'Iseabail, qui se prépare à mettre derrière elle tout ce qu'elle a connu. Y compris une amitié.
• Recensement :
Code:
• [b]2 juin 985 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t1449-l-histoire-de-la-rancune-des-solitaires]L'histoire de la rancune des solitaires[/url] - [i]Ilse Tonnevent & Lionel de Rivepierre[/i]
Une triste nouvelle change la vie d'Iseabail, qui se prépare à mettre derrière elle tout ce qu'elle a connu. Y compris une amitié.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 457
J'ai : 33 ans
Je suis : Chevaucheur, capitaine du Vol d'Outrevent, mage de l'Été (destruction), comte de Rivepierre et proche ami du duc Liam.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Maelenn • Matvei • Hermine
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: L'histoire de la rancune des solitaires   Jeu 17 Nov - 4:10

Le soleil tape fort sur tout Lorgol, aujourd’hui, et Lionel remercie son bon sens de l’avoir fait s’abriter sous un des nombreux arbres des jardins de l’Académie. Assis à même l’herbe, accompagné d’une gourde du cidre le plus frais, entouré de livres et d’objets divers, pour sa séance d’études en solitaire. Ce n’est pas son habitude d’être seul pour ce genre d’activité, surtout à ce moment de l’année où réviser se fait bien mieux au moins en duo, mais Iseabail ne s’est pas présentée au rendez-vous. Il ne lui en tient pas vraiment rigueur, bien qu’il apprécie la ponctualité et aurait aimé qu’elle l’avertisse en avance de son absence. Il préfère se concentrer sur l’exercice qu’il devra présenter à leur examen du lendemain. Ils en sont à la fin de leur quatrième année d’études, déjà, et à la maîtrise de leur magie et de la destruction qu’ils apprennent depuis quatre ans, ils doivent désormais lier la finesse. La délicatesse, même.

C’est un rouage d’un objet mécanique, qu’il doit détruire, d’une explosion extrêmement ciblée qui ne doit pas endommager tous les autres rouages. C’est précis. Ses précédents essais ont été concluants, mais pas assez à son goût, et il espère bien que le professeur saura apprécier son application. Il ne vise pas à être le meilleur, Lionel, mais… ce n’est pas une idée qui lui déplaît.
Prudemment, le mage concentre sa magie sur le rouage en question, mais au moment de le faire exploser, une ombre surplombe son travail. La charge est retenue, suspendue, et redirigée vers un objet déjà abîmé abandonné sur un de ses livres, qui sursaute de cette explosion ténue.

« Bonjour Iseabail », qu’il salue d’une voix tranquille. Il sait que c’est elle. En retard (d’accord, peut-être lui en tient-il un peu rigueur), mais tout de même là. Elle ne répond pas, cela dit, et Lionel relève la tête pour regarder sa camarade de classe, lui adressant un sourire qui dément ses potentiels soupçons de rancune quant à son manque de rigueur. Sa blondeur est auréolée par le soleil et ce dernier souligne également des traces encore humides sur ses joues. Elle a pleuré ? L’Outreventois se lève du sol, dépliant une silhouette si grande et si mince qu’il en semble deux fois plus maladroit à ce moment de sa vie, et à son ton paisible se substitue une légère inquiétude : « Ça ne va pas ? » Iseabail ne lui a jamais semblé être une personne incline à pleurer pour des bêtises, alors ça doit être sérieux. Assez pour qu’elle pleure et qu’elle soit en retard, tout ça en même temps.

_________________

One side stone, one side fire.

Dialogues de Lionel en peru ◊ Dialogues de Braise en firebrick ◊ Dialogues de Harald en maroon



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir • Modo
avatar

Messages : 849
J'ai : 33 ans
Je suis : Pirate sur l'Audacia (canonnière) & Mage de l'Été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Alméïde, Liselotte, Aurore, Victorine
Le Pavillon Noir • Modo
Message Sujet: Re: L'histoire de la rancune des solitaires   Jeu 17 Nov - 20:19

Les minutes s'égrènent sous un soleil radieux mais la tempête qui fait rage sous son crâne ne cesse pas, ne s'apaise pas. L'orage gronde et vibre et son coeur se meurt un peu plus à chaque instant d'imaginer un monde où son aïeule n'est plus. Recroquevillée dans un coin de sa chambre de l'Académie, entourée des paysages qui l'ont vue grandir grâce à la magie des lieux, elle serre entre ses doigts la lettre porteuse de malheur. Les larmes ont fait baver l'encre noire, le parchemin froissé tremble, frémit en même temps que le reste de son corps et elle sent une part d'elle-même lui être arrachée. Elle ne se souvient pas avoir déjà ressenti pareille douleur. C'est une étincelle qui a déclenché un violent incendie dans tout son être, l'embrasant de l'intérieur, ne laissant plus que cendres. Cette femme pleine de sagesse était la seule famille qu'il lui restait. La seule. Elle n'a pas connu son père, emporté trop vite par Sithis, pris par des hommes sans scrupules qui n'avaient pour la vie pas plus de respect que s'il s'était agi d'un vulgaire insecte. Quant à sa mère, elle a préféré l'abandonner. Elle n'a que peu de souvenirs d'elle, c'est à peine si elle a réalisé, à l'époque, ce que cela signifiait. Mais elle... elle l'a élevée. Elle lui a tout enseigné. Et désormais, elle ne vivra plus qu'à travers ses souvenirs.

Iseabail finit par se relever, les joues pleines de larmes et dans le coeur une soudaine envie de tout détruire, de tout balayer, d'arracher la page de son existence actuelle pour en découvrir une autre, où elle n'aura pas à songer à son aïeule. Pourrait-elle seulement envisager retourner sur le domaine de Brumeclair, sans elle à ses côtés ? Se verrait-elle reprendre les rênes de ces terres sur lesquelles elle a grandi et emmagasiné tous ces souvenirs d'une enfance heureuse ? Ou alors elle fera comme les autres mages et s'engagera au service du duc d'Outrevent, pour le reste de ses jours ? À cette idée, un frisson parcourt son échine et la douleur se fait plus forte que jamais. Il lui semble qu'elle étouffe. Elle doit sortir d'ici.

Elle a erré de longues heures, la jeune Outreventoise, dans les rues de Lorgol, allant même jusqu'à s'aventurer dans le port de la Ville Basse où son regard a été attiré par une vivenef magnifique. La vue brouillée, les yeux rougis et le teint plus pâle que jamais sous les rayons d'un soleil brûlant, elle a laissé de côté la raison, la réflexion, sautant sur cette occasion inespérée. Elle n'aurait su dire pourquoi l'Audacia et pas un autre. Encore à ce jour, elle ne saurait expliquer ce qui l'a attirée ainsi sur le pont plein d'efferverscence de ce navire de légende, mais c'est sans crainte qu'elle s'est présentée devant le capitaine, la tête haute, prête à se battre pour obtenir une place auprès de ces marins, de ces pirates, afin de parcourir les flots et de s'éloigner de tout ce qu'elle connaît. Et justement, une place venait de se libérer. Était-ce un simple hasard ou était-ce la volonté du Destin ? Une réponse qu'elle n'obtiendrait jamais.

Le chemin du retour jusqu'à l'Académie est plus difficile, plus douloureux. La vivenef prend la mer le lendemain et elle ne veut emporter que le minimum, laisser derrière elle tout ce qu'elle connaît. Elle a pourtant une chose à faire. Par moments, ses yeux s'emplissent à nouveau de larmes qu'elle s'efforce de retenir, peu désireuse d'attirer les regards des autres étudiants, se précipitant à travers les couloirs jusqu'à parvenir aux jardins de l'Académie où elle aurait dû retrouver Lionel il y a bien quelques minutes. Et lorsqu'elle le voit, adossé à un arbre, livres et parchemins entre les mains, elle marque un temps d'arrêt. Il lui semble déjà que tout cela n'est qu'illusion. Tout semble normal autour d'elle ; la brise d'été, les étudiants, les rires, le murmure régulier des conversations. Son être entier n'est que chaos et toutes ces personnes continuent de vivre leur vie comme si de rien n'était. Elle vient de perdre l'être le plus important de sa vie et rien n'a changé, tous se comportent de façon naturelle. Cette constatation fait monter en elle une rage sourde, comme un cri d'injustice qui se meurt bien avant de franchir ses lèvres. Elle sent sa magie vibrer au bout de ses doigts, difficilement contrôlable, comme lors de ses débuts à l'Académie et elle s'oblige à prendre une grande respiration. Sa décision est prise, elle veut juste... dire au revoir.

« Bonjour Iseabail » À cet instant, elle déteste ce ton si calme, si posé, si maîtrisé. Elle reste muette, les lèvres tremblantes, ses poings serrés pour les empêcher d'en faire de même. Son regard trouve alors le sien et elle l'observe qui se relève, l'obligeant à lever les yeux pour le regarder en face. « Ça ne va pas ? » Iseabail secoue vivement la tête. Elle repense à la lettre, froissée, pliée sur son lit. Ses pensées voguent jusqu'à elle, jusqu'à celle qui n'est plus. « Ma... ma grand-mère est morte. Elle a fait une chute de cheval. » La voix vibre d'émotion et son corps est subitement secoué d'un sanglot silencieux qu'elle retient tant bien que mal. D'un revers de la main, elle essuie les traces de larmes sur ses joues. « J'ai reçu la lettre ce matin. Je sais pas... » Elle reprend son souffle pour ne pas craquer, elle ferme juste un instant les yeux, retrouvant le visage rassurant de la vieille femme qui lui sourit, qui semble l'encourager. « Je vais partir Lionel, je ne peux plus rester ici en sachant... C'est. C'est trop dur. » Tout ce qu'elle faisait pour la rendre fière, tout ce travail fourni pour devenir la digne héritière de cette femme incroyable... tout envolé en fumée. Elle n'aura jamais l'occasion de la voir obtenir son diplôme, alors à quoi bon ?

_________________
Le soleil vient danser sur la mer éternelle mais tous ignorent ses reflets d’or. Elle m’attend sous un tapis de lumière, la mer m’appelle. Moi, je veux voir derrière les nuages, de nouveaux rivages.






Ilse • mediumvioletred
Grim • darkslategrey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 457
J'ai : 33 ans
Je suis : Chevaucheur, capitaine du Vol d'Outrevent, mage de l'Été (destruction), comte de Rivepierre et proche ami du duc Liam.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Maelenn • Matvei • Hermine
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: L'histoire de la rancune des solitaires   Mar 6 Déc - 18:14

Un petit signe de tête négatif. Ça ne va pas, non, grand génie, c’est bien pour cela qu’elle a pleuré et qu’elle pleure encore, malgré toutes ses tentatives pour taire sa peine et empêcher les larmes de couler. « Ma... ma grand-mère est morte. Elle a fait une chute de cheval. » Oh non. Il ne sait pas comment réagir, Lionel. Il ne sait pas quoi faire. Sa pudeur et sa retenue l’empêchent de la serrer dans ses bras, mais il ne peut décemment pas la laisser pleurer, là, toute seule, sans la réconforter. Elle est son amie et la vue de sa peine, de sa douleur, suffit bien à l’attrister lui-même. Il pose une main sur son épaule tressautant dans un sanglot silencieux, celle-ci glissant jusqu’à venir doucement tapoter son dos. Peu démonstratif dans ces choses, autant qu’Ilse en vérité, il espère que ce simple contact sera rassurant. « J'ai reçu la lettre ce matin. Je sais pas... » L’Outreventois guette le visage tiraillé de son amie, attendant qu’elle reprenne son souffle. Il veut lui proposer un remontant, il a bien une bouteille de whisky à partager dans sa chambre et c’est le genre d’occasion qui nécessite quelque chose qui certes ne guérit pas, mais qui permet de requinquer, mais elle le prend de court en continuant de parler pour lui annoncer ce qui lui semble évident : « Je vais partir Lionel, je ne peux plus rester ici en sachant... C'est. C'est trop dur. » C’est trop dur et c’est normal. Elle a perdu sa famille. Sa seule famille. Comment se sentirait-il, lui, s’il venait à perdre son frère ?

Compatissant et compréhensif, Lionel hoche le chef : « Oui, tu… tu dois avoir beaucoup de choses à préparer. » L’enterrement de sa grand-mère, bien évidemment, mais aussi la succession et le fait de devoir prendre son titre de baronne dès maintenant, dans des circonstances si tristes. Peut-être pourrait-il demander à son parrain, le duc, de nommer un intendant capable d’assurer la régence de Brumeclair en attendant qu’Ilse ait terminé sa scolarité ? Ce n’est qu’une année de plus, après tout, et après, elle pourra pleinement prendre droit sur ses terres. Il ne faudrait pas qu’elle quitte l’Académie sous ses obligations alors qu’elle est si proche d’en être diplômée. « Demain, après l’examen, on pourra te trouver un mage des portails qui te conduira directement à Brumeclair. Je demanderai à Li-à Sa Grâce Lionel de trouver quelqu’un pour t’aider dans tout… tout ça, si tu veux. » Il a bien failli appeler leur duc par son prénom, dans toute sa familiarité à son égard, mais il s’est repris bien rapidement. A sa suggestion s’est ajoutée un gentil sourire et il ose même conclure, sur le même ton amical : « En attendant… ça ne change peut-être rien, mais j’ai du whisky. » Ou même juste sa gourde de cidre. Tout ce qu’elle voudra.

Il n’a définitivement rien compris.

_________________

One side stone, one side fire.

Dialogues de Lionel en peru ◊ Dialogues de Braise en firebrick ◊ Dialogues de Harald en maroon



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir • Modo
avatar

Messages : 849
J'ai : 33 ans
Je suis : Pirate sur l'Audacia (canonnière) & Mage de l'Été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Alméïde, Liselotte, Aurore, Victorine
Le Pavillon Noir • Modo
Message Sujet: Re: L'histoire de la rancune des solitaires   Sam 10 Déc - 17:45

Elle est perdue, la jeune adolescente, dans la tempête de ses sentiments. Ca gronde dans son coeur et ça fait mal, ça blesse. Elle a bien des difficultés à ne pas fondre en larmes encore une fois, sous le soleil radieux, au milieu de ce parc envahi par les étudiants, sous le regard de son ami qui l'observe sans réagir. Sur son visage, elle y lit la stupeur, au coeur de cette pudeur toute outreventoise. Il n'est pas très expansif Lionel et ça l'arrange bien, Iseabail, puisqu'elle n'est pas très à l'aise non plus à proximité des autres. Le simple contact de sa main sur son épaule la rassure pourtant, ce geste amical qui vient d'un garçon en qui elle a pleinement confiance, qui la soutiendra certainement, quoi qu'il arrive. Ce jeune homme qu'elle va pourtant abandonner, le coeur lourd, empli de cette envie d'ailleurs. Peut-être pourra-t-elle venir le voir, parfois, lorsqu'elle reviendra à Lorgol ou qu'elle décidera de retourner en Outrevent, pour quelques temps ? Elle ne sait pas encore, elle ne sait pas de quoi sera fait demain, ni où le vent la portera. Elle sait uniquement qu'elle étouffe, dans ce quotidien qu'elle vit depuis plusieurs années. Qu'elle étouffe dans ce futur tout tracé pour elle. Fait de ce domaine dont elle ne veut pas, hanté par les souvenirs liés à sa grand-mère. Fait de ce devoir pour son duché et pour son duc. Mage de bataille, combattante au service du duché de l'Honneur au côté de son plus cher ami. Elle avait été séduite par l'idée, bien sûr. À présent, elle semble si... étroite, cette vie à laquelle elle aspirait.

« Oui, tu… tu dois avoir beaucoup de choses à préparer. » À préparer ? Elle relève légèrement les yeux sous un soleil éblouissant, ses prunelles plus claires, plus brillantes que jamais, teintées de ces larmes qui ne se tarissent pas. « Demain, après l’examen, on pourra te trouver un mage des portails qui te conduira directement à Brumeclair. Je demanderai à Li-à Sa Grâce Lionel de trouver quelqu’un pour t’aider dans tout… tout ça, si tu veux. » Elle est prise de cours, la jeune femme, soudain embarrassée par cette aide proposée par son ami et dont elle n'a pas envie, mal à l'aise de devoir ainsi la refuser malgré toutes ses bonnes intentions. « En attendant… ça ne change peut-être rien, mais j’ai du whisky. » Elle laisse échapper un son, entre sanglot et éclat de rire. « Ce ne serait pas de refus... » Mais bien sûr, elle ne peut pas simplement accepter, n'est-ce pas ? Elle doit lui expliquer, il faut qu'il comprenne. Alors elle secoue légèrement la tête.

« Mais tu ne m'as pas bien comprise Lionel, je ne retourne pas à Brumeclair. Et je ne vais pas... passer cet examen. Je... Je vais quitter l'Académie. Et Lorgol. » Devant l'air effaré de son ami, elle esquisse une moue désolée, mais elle continue néanmoins. « Je me suis rendue au port de la Ville Basse et il y avait l'Audacia... Ils ont accepté de m'engager, tu te rends compte ? Je vais pouvoir aller en mer et voir du pays ! » Il y peut-être un brin d'excitation sous cette voix rauque, brisée par le chagrin et les sanglots. Il y a en cette adolescente une petite fille rêveuse, désireuse de partir à l'aventure. Cette petite fille qui contemplait l'horizon depuis le sommet des falaises et qui se voyait déjà le rejoindre et découvrir ce qu'il y a au-delà.

_________________
Le soleil vient danser sur la mer éternelle mais tous ignorent ses reflets d’or. Elle m’attend sous un tapis de lumière, la mer m’appelle. Moi, je veux voir derrière les nuages, de nouveaux rivages.






Ilse • mediumvioletred
Grim • darkslategrey


Dernière édition par Ilse Tonnevent le Sam 22 Avr - 2:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 457
J'ai : 33 ans
Je suis : Chevaucheur, capitaine du Vol d'Outrevent, mage de l'Été (destruction), comte de Rivepierre et proche ami du duc Liam.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Maelenn • Matvei • Hermine
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: L'histoire de la rancune des solitaires   Lun 26 Déc - 7:39

L’Outreventoise semble de plus en plus embarrassée, mais il ne comprend pas que c’est lié à autre chose qu’à la mort de la grand-mère tant aimée, d’une Iseabail plus âgée et si chère à son cœur. Lorsqu’elle accepte le whisky, d’une voix qui hésite entre le rire et les larmes, le mage s’empresse de se pencher pour ramasser ses affaires, afin de rapidement conduire Iseabail jusqu’à sa chambre. Pas assez vite, cela dit, pour que son amie ne puisse pas parler, ni s’expliquer. « Mais tu ne m'as pas bien comprise Lionel, je ne retourne pas à Brumeclair. Et je ne vais pas... passer cet examen. Je... Je vais quitter l'Académie. Et Lorgol. » Lentement, il se relève, les yeux écarquillés dans une expression effarée. Il ne sent pas ses livres quitter ses mains et retomber dans l’herbe, puis ses bras rester ballants de chaque côté de son corps. Quitter Lorgol et l’Académie ? Maintenant ? Ne pas retourner à Brumeclair ? Mais… pour aller où ? Faire quoi ?

La réponse vient bien vite, plus extrême que ce tout ce qu’il a pu imaginer pendant ces quelques secondes d’incompréhension. « Je me suis rendue au port de la Ville Basse et il y avait l'Audacia... Ils ont accepté de m'engager, tu te rends compte ? Je vais pouvoir aller en mer et voir du pays ! » Un hoquet choqué est sa première réponse, suivie d’un commentaire étranglé : « Mais… mais ce sont des pirates ! »
Des pirates !
D’infâmes personnages dont la vie est dédiée au meurtre et au pillage ! Il n’y a pas de visite de pays, dans les actes des pirates, pas de noblesse, pas de grandeur d’âme. Si c’est une vivenef, qu’elle désire, pourquoi ne pas embarquer sur l’Hermione ? La vivenef est certes ansemarienne, mais fiable, et là, elle pourra côtoyer des gens à peu près respectables et vivre ses ambitions d’émancipation, qui se manifestent toutefois dans le moment le plus inopportun possible.
Mais… sur un bateau pirate !

L’inquiétude se mêle à la surprise, à l’outrage. Elle pourrait être tuée. Volée. Abusée. Tout ceci à la fois. Où est ce rêve de devenir mage de bataille, dont ils ont si souvent parlé avec enthousiasme, d’autant plus alors que la fin de leur cursus approche ? Cette éducation, afin de devenir baronne à son tour et de transmettre l’héritage durement enseigné par une femme toute dévouée à elle ? Lionel passe ses deux mains dans ses cheveux, avec nervosité. Il ne sait même pas ce qu’il doit lui dire. Il ne peut même pas lui faire croire qu’il est content pour elle, une fois le choc de sa décision passé. Il ne sait pas mentir. Il n’est pas content. Pas du tout. « Mais pourquoi ? Crois-tu vraiment que c’est ce que ta grand-mère aurait voulu, Iseabail ? Que tu fuisses ? Pour devenir pirate ? » Il est agressif, bien malgré lui.

_________________

One side stone, one side fire.

Dialogues de Lionel en peru ◊ Dialogues de Braise en firebrick ◊ Dialogues de Harald en maroon



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir • Modo
avatar

Messages : 849
J'ai : 33 ans
Je suis : Pirate sur l'Audacia (canonnière) & Mage de l'Été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Alméïde, Liselotte, Aurore, Victorine
Le Pavillon Noir • Modo
Message Sujet: Re: L'histoire de la rancune des solitaires   Jeu 29 Déc - 13:23

Il semble surpris et elle ne peut lui en vouloir. Bien sûr que c'est surprenant, c'est même un choc pour quiconque connaît un tant soit peu la jeune femme. Si droite, si honnête, pétrie de principes et de loyauté. C'est une surprise pour elle aussi, ce désir d'aventures qui s'est soudainement éveillé en elle. Cette envie absolue de partir, de tout laisser tomber, de voir autre chose, de découvrir d'autres terres et d'autres horizons. C'est apparu comme une révélation, comme un réveil brusque alors qu'on somnole sur une chaise et qu'on manque d'en tomber. Un réveil qui secoue et qui la fait retomber sur ses pieds plus vite que toute autre perspective d'avenir. Le Destin lui avait pourtant tracé une ligne directe, sans détours ni obstacles. Elle serait devenue une incroyable mage de bataille au service de son duc, une baronne exemplaire. Elle se serait mariée, aurait eu des enfants, peut-être avec... son ami si cher à son coeur ? Qui l'a toujours soutenue ? L'idée ne lui semblait pas si absurde quelques jours plus tôt encore, mais alors qu'elle lève les yeux pour retrouver les siens, à travers les larmes, elle est persuadée de faire le bon choix.

 « Mais… mais ce sont des pirates ! » « Et alors ? » répond-elle presque immédiatement, comme si elle n'avait aucune idée de ce qui peut le déranger à ce sujet. Elle était prête à les combattre au quotidien, pour le restant de ses jours. Désormais, elle s'apprête à faire partie de leur équipage. Le grand écart est immense mais son esprit reste ferme sous la détresse qui l'anime encore. « Mais pourquoi ? Crois-tu vraiment que c’est ce que ta grand-mère aurait voulu, Iseabail ? Que tu fuisses ? Pour devenir pirate ? » Le ton de Lionel la secoue, plus que ses paroles, plus que son apparente surprise ou que son ostensible mécontentement. Iseabail se renfrogne légèrement, mais elle se dit que c'est l'effet de surprise, rien de plus. Qu'il finira peut-être par la soutenir, à défaut de la comprendre.

« Je ne saurai jamais ce qu'elle en pense puisqu'elle est morte, Lionel. Je sais au moins qu'elle n'aurait pas voulu que je sois malheureuse et c'est tout ce que j'entrevois si je reste un jour de plus ici. Et si je reprends ses terres. » Elle ne réalise pas à quel point ses mots peuvent être durs mais elle les prononce comme une évidence, avec la fougue de l'adolescence, avec ce feu qui brûle dans ses yeux. « Et il ne s'agit pas de n'importe quel navire pirate. C'est l'Audacia, c'est une légende ! » Ses yeux s'illuminent à la seule idée de rejoindre cette vivenef incroyable à la figure de proue ancienne dont les connaissances et les souvenirs doivent défier l'imagination.

_________________
Le soleil vient danser sur la mer éternelle mais tous ignorent ses reflets d’or. Elle m’attend sous un tapis de lumière, la mer m’appelle. Moi, je veux voir derrière les nuages, de nouveaux rivages.






Ilse • mediumvioletred
Grim • darkslategrey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 457
J'ai : 33 ans
Je suis : Chevaucheur, capitaine du Vol d'Outrevent, mage de l'Été (destruction), comte de Rivepierre et proche ami du duc Liam.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Maelenn • Matvei • Hermine
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: L'histoire de la rancune des solitaires   Lun 6 Fév - 18:24

La blonde se renfrogne autant que lui, parée dans une mornitude qu’il ne pense même pas reliée à sa propre agressivité, à ses logiques et normales dénégations de cet avenir qu’elle lui présente avec une idiote fierté. Elle se rend probablement compte de son emportement, en fait, et s’apprête à se ranger à la raison. N’est-ce pas ? « Je ne saurai jamais ce qu'elle en pense puisqu'elle est morte, Lionel. Je sais au moins qu'elle n'aurait pas voulu que je sois malheureuse et c'est tout ce que j'entrevois si je reste un jour de plus ici. Et si je reprends ses terres. » Ainsi donc, tout ce dont ils rêvaient et parlaient depuis si longtemps… ce n’est désormais que malheur, que déception. Ou n’a-t-elle en fait jamais désiré quoi que ce soit, de tout ce qu’ils ont parlé ? Lionel ne peut supporter l’idée que pendant quatre ans, Iseabail lui aurait menti, il ne peut même pas y croire. Il veut se convaincre que ce n’est pas elle, que c’est le choc, tout au mieux, mais… elle semble si convaincue, sa blonde amie, si véhémente à défendre son nouveau rêve. « Et il ne s'agit pas de n'importe quel navire pirate. C'est l'Audacia, c'est une légende ! »

Une légende.
Être au service d’un duché qui n’en fait pas moins partie de la légende n’est sans doute pas assez grand pour elle. Combattre aux côtés de descendants des plus anciennes lignées d’Arven, le tout pour l’honneur des terres qui l’ont vu grandir, non plus.

C’est difficile à avaler, pour l’adolescent. Difficile et incompréhensible, pour lui qui vit depuis toujours dans ces idéaux, dans cette éducation, et qui ne peut absolument pas concevoir qu’on puisse retourner sa veste du jour au lendemain. Elle n’est pas Ansemarienne, pourtant ! « Grand bien soit-il pour toi, si de c’est de cette légende que tu veux faire partie ! Celle de pirates qui pillent les rivages d’Outrevent et en tuent les habitants. Tu m’avais caché toute cette grandeur d’âme, Iseabail », crache le brun avec colère, le sarcasme faisant sonner ses mots avec plus d’amertume encore. « Je te croyais réfléchie. Je… je croyais te connaître. Je me suis trompé. » Il la pensait faite du même bois que lui et des mêmes valeurs. Ça aussi, il s’est trompé.

_________________

One side stone, one side fire.

Dialogues de Lionel en peru ◊ Dialogues de Braise en firebrick ◊ Dialogues de Harald en maroon



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir • Modo
avatar

Messages : 849
J'ai : 33 ans
Je suis : Pirate sur l'Audacia (canonnière) & Mage de l'Été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Alméïde, Liselotte, Aurore, Victorine
Le Pavillon Noir • Modo
Message Sujet: Re: L'histoire de la rancune des solitaires   Mer 15 Fév - 23:33

Peu à peu, elle sent quelque chose qui se brise entre eux. Comme une corde les reliant dont les fils s'effilochent lentement les uns après les autres et qui s'apprêtent soudainement à rompre sous la trop grand pression qu'on leur fait subir. Il y a quelques jours à peine, elle n'aurait certainement jamais pensé changer ainsi d'avis et prendre un autre chemin que celui prévu, mais la nouvelle l'a tant bouleversée, tant secouée... Elle sent qu'un voile s'est levé et lui laisse entrevoir de nouveaux horizons emplis de possibilités, de merveilles peut-être. Quelque chose qu'elle n'avait jamais envisagé et qui soudain éveille son envie de s'aventurer loin, très loin de tout ce qu'elle connaît. Elle avait bien pensé que Lionel serait surpris. Elle n'aurais pourtant jamais cru qu'il se montrerait aussi agressif.

« Grand bien soit-il pour toi, si de c’est de cette légende que tu veux faire partie ! Celle de pirates qui pillent les rivages d’Outrevent et en tuent les habitants. Tu m’avais caché toute cette grandeur d’âme, Iseabail » Ses mots font mal, ainsi prononcés, de façon aussi véhémente. Il ne cherche même pas à comprendre, il n'essaie même pas !

« Je te croyais réfléchie. Je… je croyais te connaître. Je me suis trompé. » La déception se lit dans son regard qu'elle n'aperçoit qu'en relevant les yeux sur sa silhouette élancée. Et elle est blessée elle aussi, quelque part. De voir qu'il ne respecte même pas son choix. « Tu ne t'es pas trompé Lionel, tu me connais. Je suis... toujours la même, c'est simplement que... » Que quoi ? Qu'elle tourne le dos à tout son duché et à ses rêves pour en embrasser un nouveau, apparu aussi soudainement que douloureusement ? Elle-même ne sait exactement pourquoi elle ressent ce besoin indescriptible de partir sans attendre, mais elle le ressent, plus fort que jamais.

« Le rêve que j'avais, il incluait... il l'incluait elle. Maintenant qu'elle n'est plus là, ça n'a plus de sens à mes yeux, ça me fait mal. Je ne pourrai pas le réaliser alors qu'il en manque la partie principale, le coeur. » Ca fait mal, oui, très mal. Au point qu'elle en tremble d'y songer, au point que son image assurée semble se fissurer. « J'ai envie de voir autre chose. J'en ai besoin. Ne peux-tu pas comprendre ? »

_________________
Le soleil vient danser sur la mer éternelle mais tous ignorent ses reflets d’or. Elle m’attend sous un tapis de lumière, la mer m’appelle. Moi, je veux voir derrière les nuages, de nouveaux rivages.






Ilse • mediumvioletred
Grim • darkslategrey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 457
J'ai : 33 ans
Je suis : Chevaucheur, capitaine du Vol d'Outrevent, mage de l'Été (destruction), comte de Rivepierre et proche ami du duc Liam.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Maelenn • Matvei • Hermine
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: L'histoire de la rancune des solitaires   Ven 21 Avr - 20:09

Elle patine dans les excuses, son amie, dans les prétentions. « Tu ne t'es pas trompé Lionel, tu me connais. Je suis... toujours la même, c'est simplement que... » Que quoi ? Que quoi ? Son caractère impétueux, qu’il a appris à maîtriser depuis son entrée à l’Académie et en partie grâce au calme d’Ilse et sa capacité à garder la tête froide en toutes circonstances, remonte vite, bien trop vite pour qu’il pense encore à rester calme. Il a envie de hurler, envie de la secouer, pour qu’elle lui explique ce qu’il en est vraiment. Pour qu’elle cesse ces enfantillags, cette blague qui n’en est pas une, qu’elle cesse de le mener - justement - en bateau.
Un bateau pirate.

Toute tristesse, toute indulgence, s’est envolée, dans son regard durs, dans son corps qui se tend, qui se braque, à chaque parole supplémentaire prononcée par la petite blonde. « Le rêve que j'avais, il incluait... il l'incluait elle. Maintenant qu'elle n'est plus là, ça n'a plus de sens à mes yeux, ça me fait mal. Je ne pourrai pas le réaliser alors qu'il en manque la partie principale, le coeur. J'ai envie de voir autre chose. J'en ai besoin. Ne peux-tu pas comprendre ? » Ce qu’il comprend, il le comprend bien mal, et il ne le digère certainement pas. « Non. Tout ce que je comprends, c’est que peu importe le moment où elle serait décédée, tu serais partie. Si ce n’était pas maintenant, ç’aurait été plus tard. Peut-être quand tu aurais été mage de bataille ? Peut-être au milieu d’un conflit ? Et tout ça pour quoi, Iseabail ? » Outrevent honore les morts, toujours. Outrevent sait que ceux qui meurent ne sont jamais partis. Miroir de Sombreciel et des grands brasiers qui emportent les corps, de leur Samhain folle et délirante, Outrevent se fait sage et se recueille au-dessus des tumulus des ancêtres et des anciens, sachant bien que ceux qui nous ont quitté vivent encore. Et elle… elle, elle ne se rend pas compte. Pas compte qu’en agissant ainsi, en refusant de continuer malgré la mort, elle tourne le dos à tout. « Va donc rejoindre tes bandits », siffle le mage, se reculant de quelques pas, alors qu’un élémentaire de métal se forme et attrape livres et gourde de cidre entre ses bras magiques. Il n’a plus envie de la voir. Il n’a plus envie de la connaître. Il ne l’a jamais connue, apparemment. « Ne reviens pas pleurer, quand tu n’y trouveras que le mensonge. »

_________________

One side stone, one side fire.

Dialogues de Lionel en peru ◊ Dialogues de Braise en firebrick ◊ Dialogues de Harald en maroon



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir • Modo
avatar

Messages : 849
J'ai : 33 ans
Je suis : Pirate sur l'Audacia (canonnière) & Mage de l'Été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Alméïde, Liselotte, Aurore, Victorine
Le Pavillon Noir • Modo
Message Sujet: Re: L'histoire de la rancune des solitaires   Sam 22 Avr - 2:32

« Non. Tout ce que je comprends, c’est que peu importe le moment où elle serait décédée, tu serais partie. Si ce n’était pas maintenant, ç’aurait été plus tard. Peut-être quand tu aurais été mage de bataille ? Peut-être au milieu d’un conflit ? Et tout ça pour quoi, Iseabail ? » Il ne comprend pas. Non, en fait, il ne veut pas comprendre. Sous le chagrin et les doutes naît la colère, un brasier qui s'élève doucement. Pour qui la prend-il exactement ? Pour une sotte qui retournerait sa veste à la première occasion ? Iseabail a depuis toujours l'envie dans son coeur de se vouer corps et âme à ce qui lui tenait à coeur. Peut-être ne l'avait-elle simplement pas encore trouvé, que la voie qu'elle voyait se tracer n'était pas la bonne ? Elle s'imagine suivre ce chemin, devenir mage de bataille, servir son duché et s'occuper de ses terres... mais elle n'y voit aucune liberté, aucun libre arbitre. Où se trouve l'honneur et la dignité dans une vie déjà décidée pour elle ?

« Va donc rejoindre tes bandits » Le ton est dur et le visage de l'Outreventoise le devient tout autant. « Lionel... » « Ne reviens pas pleurer, quand tu n’y trouveras que le mensonge. » Elle les essuie d'un geste vif, ces larmes qui coulent sur ses joues, et elle lève ses yeux clairs sur ceux de celui qu'elle pensait être son ami. Ils se comprenaient pourtant, ils se connaissaient par coeur, ils pouvaient compter l'un sur l'autre même dans les pires moments. « Et dire que je pensais pouvoir compter sur ton soutien... Tu étais le seul qui... » Le seul qu'il lui restait, son plus proche ami, celui qui connaissait tout d'elle. « Tout ce que tu ne comprends pas n'est pas forcément mauvais et je te croyais capable de respecter mes choix. Il faut croire que j'avais tort. » Si c'est à ça que se résumait leur amitié, à des idéaux, à des aspirations, à quelques rêves d'un avenir tout tracé... elle préfère encore être seule. La confiance est brisée, tout lien avec sa vie d'avant également. Elle jette un regard empli de déception sur Lionel, un regard triste mais aussi indigné. Puis elle tourne les talons et s'en va d'un pas précipité, sans regarder en arrière.

Il n'y a désormais plus rien pour la retenir. Plus personne. La petite Iseabail ne se berce plus d'illusions, elle cesse de croire à de beaux sentiments et elle brise les derniers liens qui la retiennent à sa vie d'avant. À mesure qu'elle s'éloigne de Lionel, elle comprend qu'il ne s'excusera pas, qu'il ne fera pas l'effort de saisir ce qui peut animer sa décision, qu'il ne cherchera pas à la rattraper. À mesure qu'elle s'éloigne de l'Académie, la jeune Iseabail s'étiole et laisse place peu à peu à une autre, à cette flamme infîme qui grandira et laissera place à celle qu'elle devait devenir. Elle n'a plus sa famille, plus ses amis et dans les derniers mètres qui la séparent de l'Audacia, elle décide de balancer son nom dans les flots déchaînés de ses souvenirs pour qu'il soit englouti à jamais. Iseabail de Brumeclair n'est plus. Elle a péri quelques jours plus tôt et elle ne reviendra plus.

_________________
Le soleil vient danser sur la mer éternelle mais tous ignorent ses reflets d’or. Elle m’attend sous un tapis de lumière, la mer m’appelle. Moi, je veux voir derrière les nuages, de nouveaux rivages.






Ilse • mediumvioletred
Grim • darkslategrey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
L'histoire de la rancune des solitaires
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Les Terres du Nord :: L'Académie de Magie et du Savoir-
Sauter vers: