AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 2.1 Les Sables du Temps ♦ La vallée funéraire d’Al-Amra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Les Guerriers
avatar

Messages : 599
J'ai : 37 ans
Je suis : garde du corps d'une Compagne, en Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Guilde des Guerriers et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Castiel de Sombreflamme / Louis de Brunante / Maelenn du Noroît / Lionel de Rivepierre / Matvei de Hvergelmir
Les Guerriers
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La vallée funéraire d’Al-Amra   Mar 3 Jan - 0:37

Il attend le verdict de Mélodie comme on attend une condamnation, une sentence, et son silence lui semble d’abord inquiétant. Il entend la jeune femme bouger, mais jamais elle ne lâche sa jambe, jamais ses doigts ne quittent son mollet. « Il semblerait. » Oh, qu’il respire mieux ! Sa poitrine se défait d’un poids bien trop lourd, se relâche, et il a l’impression de respirer pleinement à nouveau. Comme s’il avait retenu son souffle depuis. « Vois le bon côté des choses, si elles sont passées de tes pieds à ta tête, c’est que tu n’es pas coincé. Elles n’auraient pas pu partir sinon et seraient certainement revenues vers moi. » Il ne répond rien, réprimant un haut-le-cœur à l’idée que ces bestioles le traversent aller-retour. Certes, c’est une bonne chose, mais ce serait bien de ne plus en parler. Plus jamais.

Tandis que la brune réfléchit, Octavius reprend son calme, prêt à agir pour la deuxième partie de leur plan. Soit, sortir de ce tunnel maudit, où il est hors de question qu’il termine ses jours, surtout en bloquant la voie à Mélodie. « Ok, tu vas légèrement reculer. Et après, tu vas avancer en roulant des hanches. Tu sais comme les filles quand elles dansent le soir venu lorsque les bardes sortent leurs instruments. Il faut juste trouver l’endroit un peu plus large sur le goulot. N’hésite pas à tourner sur toi-même. Je sais que ce n’est pas facile, mais je vais t’aider. Et regarde, s’il faut grâce à ça, tu trouveras une nouvelle vocation de danseur ! Ca vaut bien le coup d’essayer non ? Tu veux même pas penser à ça. » Il y a un accent de rire, dans sa voix. Un accent qui est de bonne augure, alors qu’il s’exécute. Reculer un peu. Puis, avancer en roulant des hanches. Il pense aux filles de la Caravane, Octavius, et aux jolies danseuses des dunes, qu’ils ont vu en Erebor et qui, une fois la nuit tombée, semblent danser l’histoire du monde. Il se dit aussi que ç’aurait été bien plus facile avec son ancienne stature de Chevaucheur, alors qu’il était aussi mince que délié. Depuis longtemps, il a chuté des airs et est confiné à la terre, guerrier ayant accumulé en muscles la carapace dont il avait besoin pour survivre. Le contact bref des mains de la Voleuse sur ses hanches le surprend, mais il est suffisamment court pour qu’il ne s’arrête pas net. L’appui qu’elle lui offre lui permet d’enfin se sortir du renfoncement trop étroit et, victorieux, il avance sans s’arrêter, pris d’une furieuse énergie.

À la sortie de l’étroit conduit, une caverne assez large où il tombe plus qu’autre chose, pour ensuite se redresser en grognant. Les différents exercices de chevauche, de course, de soulèvement de poids et de reptation ont relancé les douleurs dans sa hanche et son genou, les effets de la magie de guérison s’estompant plus rapidement qu’à l’habitude. Merveilleux. Il a bien besoin de cela. Mélodie les rejoint, toute aussi épuisée. Dans la caverne, tout le monde semble dans une forme convenable. Les dames et les enfants près des jarres et quelques coffres disséminés. Ça ne semble pas spécialement une bonne idée de fouiller cela, mais s’ils trouvent des armes, ils pourront tous en prendre une. Le guerrier détache l’épée de la taille de Mélodie, la délestant de son poids considérable. « Merci. » Il lui tape l’épaule gentiment. Il n’a pas parié avec le Destin, lui, promis des choses et d’autres susceptibles de le gêner. Il a encore les yeux rougis de leur aventure, les bras écorchés par la pierre. Son expression sincère se fait soudainement un peu moqueuse, un peu joueuse : « Mon offre tient encore, hein. » Le sourire un peu goguenard, un peu amusé, puis laisse la demoiselle se reposer, pour aller observer lui aussi les objets. Proche d’un coffre, il tente de soulever le couvercle de la pointe de son épée, prêt à trancher la tête, le corps, qu’importe, du truc quelconque qui pourrait bien en sortir. Jamais trop prudent.

Spoiler:
 

_________________
Dialogues en sienna





Dernière édition par Octavius le Rouge le Dim 8 Jan - 7:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 1433
J'ai : 26 ans
Je suis : Voleuse spécialisée dans l'escalade à la Cour des Miracles.
(Futur Roi Blanc et Fils des Ombres :sisi: )

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des ombres
Mes autres visages: Antonin de Faërie
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La vallée funéraire d’Al-Amra   Mer 4 Jan - 19:50

Je sens le guerrier récupérer son arme et détacher mon bricolage pendant que je me délecte de la pierre et du repos, les yeux fermés pour reprendre une respiration plus sereine. Je me détache rapidement de la paroi, des tremblements ténus commençant à parcourir mon corps à cause du froid qui semblait traverser jusqu’à mes os.
Je mets du temps à resituer ladite offre d’Octavius, le regardant sans comprendre. Puis la lumière se fait et j’éclate de rire.

-Fait attention à ce que tu dis guerrier, je pourrais te prendre au mot. Et je pense qu’à la fin, c’est toi qui risques de le regretter.

Il était maladroit avec les gens. C’était indéniable. Si ce trait particulier de son caractère n’était pas visible de prime abord prenant des aspects d’austérité guerrière, mais cela devenait évident à ces changements d’attitudes et ces raideurs qui le prenaient lorsqu’il devait s’exprimer. Surtout devant la gent féminine. Pas les filles de la caravane, du moins cette impression était moins marquante, mais les passantes dans les villes par contre… les paysannes attirées par la carrure large de l’homme. Cela pouvait passer pour du professionnalisme….maiiis, j’aimais à penser qu’il y avait autre chose, un petit travers qui était autrement plus amusant.

Je finis par me relever, regardant autour de moi, vérifiant l’état de notre petit groupe, la présence d’Arsène,  des autres petits en priorité et des deux femmes ensuite. Tout le monde avait l’air en un seul morceau. Peut-être un peu égratigné par la reptation, mais entier.

- Si vous prenez des choses, rappelez-vous simplement que nous risquons de devoir encore ramper. Alors, choisissez bien vos trésors en conséquence.


Je marche tranquillement, cherchant à dénouer mes muscles crispés, me massant distraitement les épaules d’une main. Je ne rate rien de ce qui défile sous mes yeux, cherchant, fouinant une perle rare qui me rapporterait gros, mais que je pourrais transporter. L’appât du gain, déjà, revenait me titiller, faisant flamber une gourmandise insatiable. Un sourire né sur mes lèvres quand je vois le guerrier faire. Je fais attention à ce que les enfants ne provoquent pas de catastrophes. J’étais surement trop à cran, la zone semblait sûre.
Je me mets également à fouiller, chipant des bagues et des pièces anciennes sans aucun remords. Sithis n’avait que faire des babioles, le matériel n’était pas son royaume et ses serviteurs n’iraient pas se plaindre d’avoir été lestés de la sorte. Ils avaient bien trop à faire.

Puis, je finis par rejoindre le guerrier, qui avait l’air d’ouvrir chaque coffre avec des trésors de précautions, surélevant sa lame à chaque déclic, prêt à occire les vilaines bêtes qui seraient susceptibles d’en sortir. Juste à coté de lui, un petit coffre dont les ornements étaient cachés par la poussière murmurait mille promesses à mes oreilles, et c’est en servante dévouée d’Isil que je me hâte à sa rencontre.  

J’ai à peine le temps de l’ouvrir, sous la protestation d’un Octavius qui n’était pas préparé, qu’un nuage coloré est projeté à notre rencontre, piquant yeux et narine, me faisant tousser à m’en écorcher la gorge. Encore.
Ça piquait tellement que j’en pleurais et à travers les larmes, le monde semblait devenir tout autre, tourbillonner, se défragmenter pour se reconstruire de façon chaotique. J’attrape le bras du guerrier pour m’éviter de tomber. Lorsque j’arrive enfin à poser les yeux sur lui, je retire ma main dans un cri de stupeur. Octavius était en train de se déformer devant moi. Prenant des couleurs que je ne devrais même pas distinguer dans cette pénombre, se parant de rayure, de point, puis semblant tout d’un coup se dissoudre pour ne laisser que quelque muscle et os à nu.

Spoiler:
 

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 266
J'ai : 29 ans
Je suis : Duchesse de Valkyrion
Fille du baron de Jaakyl

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : incertaine
Mes autres visages: Agnès d'Aurebois
La Noblesse
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La vallée funéraire d’Al-Amra   Dim 8 Jan - 9:11

Tandis que j’attends la réponse de Melisende, Ludvig et sa sœur semblent avoir vaincu temporairement leur peur, se montrant plus curieux que craintifs, car ils s’avancent au milieu des objets. Je leur recommande de ne toucher à rien et ils acquiescent. Mélodie et Octavius inspectent également des coffres présents, avec prudence. J’entreprends de regarder ce que contient celui-ci que je venais d’ouvrir lorsqu’un cri me faire bondir. Je me tourne précipitamment vers la demoiselle, craignant je ne sais quelle attaque.

Pourtant je n’entends que des toux, mais je sens rapidement des picotements qui me font éternuer. Je ne suis pas directement victime du nuage mais je me trouve suffisamment près pour en ressentir les effets, certainement amoindris par rapport au ressenti du guerrier et de sa camarade. Les objets perdent leur netteté et prennent d’étranges formes. Je fronce les sourcils, car je trouve cela décalé et inattendu. Mais je grimace lorsque les ombres prennent vie et viennent dans ma direction. Je recule avant de secouer la tête. J’essaye de ne pas me laisser flouer par ce que je vois, cependant les souvenirs d’Outrevent demeurent et je n’ai aucune envie d’être touchée par ces ombres. Qui en profitent pour changer d’apparence avant de s’évanouir.

Je cherche à m’éloigner de cette substance hallucinogène, tout en retenant quelques toux. Je ne sais si les effets se font encore sentir ou non mais pour l’instant les choses paraissent revenir à la normale. Je reste tout de même sur le qui-vive. Les ambiances mortuaires ne me font vraiment aucun bien. Je vérifie que mes enfants sont toujours là, ils se trouvent à l’opposé du coffre d’Octavius et je lâche un soupir en espérant qu’ils se trouvaient suffisamment loin pour ne pas être touchés. Ce voyage risque de les marquer fortement… Lorsqu’enfin je me sens mieux, certainement après plusieurs minutes, je n’ai qu’une envie, sortir à l’air libre. J’en oublie presque l’utilité des potentiels objets présents.

-Nous ferions mieux de trouver cette sortie et de ne prendre que le strict nécessaire comme la souligné Mélodie.

Spoiler:
 


_________________
Couleur d'écriture : #993300


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 599
J'ai : 37 ans
Je suis : garde du corps d'une Compagne, en Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Guilde des Guerriers et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Castiel de Sombreflamme / Louis de Brunante / Maelenn du Noroît / Lionel de Rivepierre / Matvei de Hvergelmir
Les Guerriers
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La vallée funéraire d’Al-Amra   Dim 8 Jan - 9:22

Hé, au moins elle rit, la Voleuse. Au moins, ça lui change les idées, même si l’idée qu’elle prenne sa proposition au sérieux… le déstabilise. Il ne préfère pas répliquer, laissant le rouge monter à son visage et jusqu’à ses oreilles, et va plutôt inspecter coffres et sacs sans trop savoir à quoi s’attendre. Plus de scorpions, probablement, et pourquoi pas quelques serpents en plus, histoire de pimenter le tout… il n’y a certainement pas assez de saloperies, hein. Heureusement, à part quelques cadavres de scarabées morts depuis longtemps et de scorpions desséchés, aucune bestiole venimeuse ne lui saute au visage. Dans un sac, des vêtements mangés aux mites, aux replis remplis de carapaces d’insectes, leurs dorures brillant encore sous ses yeux. Dans un coffre, des lames ternies, apparemment faites pour le lancer. Il en attrape une, par curiosité, mais décide finalement de la remettre à sa place. Mal à l’aise, surtout, Les histoires d’étrangers égorgés par les Erebiens des dunes et des montagnes ne sont pas des racontars et il n’a pas envie de venir gorger le sable du désert de son sang, d’être vu comme un pilleur. Même si ça n’empêche apparemment pas Mélodie de dormir, ni de voler, que ces sombres idées.

Lorsqu’elle arrive à ses côtés et se précipite déjà sur un coffre finement ouvragé, il n’a même pas le temps, le guerrier, de lui offrir de l’ouvrir. Histoire de ne pas déclencher de pièges, de dangers. « Laisse-moi faire », qu’il a ronchonné inutilement.

Et en fait, si elle l’avait écouté, ç’aurait été diablement utile.

Un nuage coloré de poussière les envahit, s’engouffrant dans ses bronches, et il tousse violemment. Ça lui rappelle le Festival du Seuil, avec le baril de poudre aux effets… particuliers. Seulement là… à voir le monde se déformer, se tordre, avec tant d’horreurs, il comprend bien que ça n’a rien à voir. Et qu’à choisir, il prendrait encore de la poudre désinhibante, des coups de Serenus et, et, même des (un ?) bisous de Maelys, plutôt que de voir ça. Lorsque Mélodie attrape son bras, son attention est attirée à elle, et le cri de stupeur qu’il pousse est partagé. Elle s’étire, la Voleuse, se déforme, et bien qu’elle ne le touche plus, il a l’impression d’encore sentir sa main sur son bras. S’y enrouler, le serrer, comme un tentacule, comme ceux qui poussent de tout son corps, la transformant en, en, en, en femme, en femme, en femme « SERPENT ! » Il a attrapé son épée, mais avant qu’il puisse la sortir de son fourreau pour trancher la tête de l’immense serpent dressé devant lui, il se prend les pieds dans le coffret ouvert et s’y étale fort peu gracieusement.

Spoiler:
 

_________________
Dialogues en sienna



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La vallée funéraire d’Al-Amra   Dim 8 Jan - 13:49

Je souris à Mélodie - dans pareille situation, il était essentiel de s’entraider. Nous étions tous dans le même bateau ou plutôt dans le même tombeau.  Surprise par le baiser de Mélodie, je ne comprends pas tout, mais soit si cela peut la rassurer dans un tel moment. Derrière Astrid et ses enfants, je menais la petite troupe à travers le passage étroit qui nous menait - je l’espérais - jusqu’à la sortie. Je chassais les scorpions sur notre chemin, toutefois le problème ici n’était pas tant les petites bébêtes qui grouillées ici et là, mais la stature imposante d’Octavius - trop imposante...  J’acquiesçais les paroles de la duchesse et m’exécutais aux paroles de Mélodie qui avait pris les choses en main - heureusement... puisque, j’étais occupée à bien m’assurer que personne ne se faisait piquer. Il ne manquerait plus que ça...  

«  Je m’en occupe, duchesse. » Je chassais les scorpions qui commençaient à envahir les enfants d’Astrid. «  Ca va aller, les enfants. Ne craignez rien.  Ne paniquez pas surtout.» lançais-je surtout à Astrid. Une fois, au bout je pris Arsène avec moi et le fis descendre dans la salle, aidant Astrid avec ses propres enfants. Nous étions saufs, mais Octavius et Mélodie étaient restés coincés à l’intérieur. «  Oui, surement. Il faut chercher, mais je suis certaine que nous pouvons trouver de quoi nous aider. » Un regard pour Arsène, de sa formation de voleur - ou du moins de son apprentissage des rues - j’étais certaine que le petit pourrait trouver des merveilles. ..

«  J’y retourne » et sans attendre, je me re engouffrai dans le tunnel pour venir éventuellement en aide au guerrier et à Mélodie, mais il n’avait pas besoin de moi - si peut-être pour les quelques scorpions qui leur barrés encore la route. Je restais qu’aux endroits où il m’était encore possible de pouvoir me tourner sans mal dans la cavité. De petite taille, ça allait pour moi - aucun risque que je reste bloqué. «  Tout va bien ? »

On fouille un peu avec Arsène et en ouvrant un coffret de la taille d’une arme, je trouve une épée courte dont je me saisis. On ne sait jamais... Ça pourrait servir.  Je n’ai pas le temps de continuer mes trouvailles. Je vois Arsène se frottait les yeux. «  Qu’est-ce que... ? » Moi aussi, je me mets à tousser légèrement, voyant un nuage enveloppé Octavius et Mélodie. Décidément... «  Sortez de là ! », mais c’était trop tard le nuage hallucinogène faisait déjà son effet. Je voyais flou autour de moi et tout me semblait un peu déformé - comme si, j’avais un peu trop bu, mais cela s’arrêtait là, j’étais quelque peu habituée à tout ceci et plus éloignée aussi que les autres... Une petite pensée pour Castiel, à ce moment-là, le passage nuage hallucinogène, lui aurait beaucoup plu. J’avais du mal à me déplacer quand même, le sol vacillait sous mes pieds.

«  Qu’est-ce que tu vois Arsène ? Fais attention, surtout. » Lui en revanche devait ressentir plus d’effet que moi. J’étais un petit peu inquiète sans parler des enfants d’Astrid aussi. Je laisse passer quelques instants, je n’ai plus la notion du temps...  «  Vos enfants, Duchesse, ils vont bien ? »  Je me retourne d’un bond vers Octavius qui se met à crier  qu’il y a un serpent, mais je ne vois rien. Je comprends vite qu’il a dû prendre une sacrée dose... «  Octavius, non ! Restez loin» ordonnais-je à Arsène, Astrid et ses enfants.

Assez vite, je m’approche des deux, manquant de tomber ne voyant pas le sol très droit, j’arrive tout de même à prendre Mélodie par le bras assez violemment pour l’éloigner d’Octavius le plus possible.  Je laissais le guerrier, avachi par terre, au moins comme cela j’étais certaine qu’il ne blesserait personne. Dans le doute, je tends l’épée que je tiens vers lui. Certes, je ne ferais jamais le poids contre lui, mais qu’il reste loin. Il pourrait faire plus de mal que de bien.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
PNJ
avatar

Messages : 642
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
PNJ
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La vallée funéraire d’Al-Amra   Dim 8 Jan - 20:11



La vallée funéraire d’Al-Amra


Octavius, Mélisende, Mélodie, Astrid

La lente progression a été éprouvante pour le petit groupe. Les araignées ont bien failli avoir raison de quelques nerfs déjà rudement tendus, mais tout s’est résolu à peu près pacifiquement – à l’exception de cette poudre hallucinogène qui empire encore la situation. Après une bien belle agitation (Le Destin il est très content :haww:) les esprits se calment, et les rescapés peuvent étudier les environs. Tout le monde va à peu près bien : Ludwig et Ljära restent accrochés à leur mère, Arsène ne quitte pas d’une semelle la baronne de Chamaar, et Mélodie cramponne fermement le bras du grand guerrier.

Les voilà arrivés dans un tombeau plus vaste que les autres : débouchant sur un couloir de catacombes, il contient une tombe visiblement très ancienne. Il y a un tunnel en pente douce de l’autre côté du tombeau, qui remonte visiblement vers la surface ; ou bien un autre corridor qui part dans la direction approximative de la frontière kyréenne.

Où partir… ?
Et surtout, faut-il emporter quelques précieux… souvenirs… ?








Quatrième Tour

Consignes



IRL : du lundi 09/01 au dimanche 22/01 (20H).
IRP : le 26/01, crépuscule.
• Ce topic concerne uniquement les personnages qui participent à l'intrigue « Les Sables du Temps », dans la vallée funéraire d'Al-Amra.

• Ce quatrième tour vous amène dans une très vieille tombe. Si chacun de vous peut fouiner dans les catacombes, le privilège de fouiller cette tombe spéciale est réservé à Mélodie et Octavius, en récompense de leur participation exemplaire au tour précédent !

• Coucou, la limite de mots est toujours là ! 700 mots maximum par message, pas un de plus, sinon je mords !  :laa:

• Pensez à indiquer votre nombre de mots et le résumé de vos actions sous balises spoiler.

Bonne chance à tous !  :poele:


_________________
♦ Je suis le PNJ utilisé par les administratrices. ♦
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 1433
J'ai : 26 ans
Je suis : Voleuse spécialisée dans l'escalade à la Cour des Miracles.
(Futur Roi Blanc et Fils des Ombres :sisi: )

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des ombres
Mes autres visages: Antonin de Faërie
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La vallée funéraire d’Al-Amra   Lun 9 Jan - 17:22

Le monde n’était que chaos et changement. Les murs se déformaient, les gens se tordaient pour prendre l’apparence d’horribles monstres et même les voix s’étiraient pour s’enticher d’accent sifflant et menaçant. Ce n’est plus un guerrier que j’ai devant moi, mais un mort à la peau pourrie et aux muscles saillants, je n’ai pas le temps de bouger lorsqu’il lève son bras, un bras interminablement long et tranchant comme s’il s’agissait d’une lame nacrée. Je la regarde, hypnotisée par ses reflets dansants qui me murmuraient mille secrets, et puis le monde changeant et bougea de nouveau. Le temps avait repris sa course dans un tictac écrasant. Je me déplaçais, ou était-ce l’univers qui se mouvait sous mes pieds ? Isil même n’aurait pu le dire. Atterrissant non loin de bras doux et chauds, je m’y accroche, m’y noie, m’y love en ronronnant, persuadée d’avoir retrouvé la bienveillance maternelle qui m’avait abandonné trop tôt. Derrière, c’est une cacophonie sourde qui éclate et se répercute en des rires malsains au travers des murs ou peut-être était-ce le temps avec son sablier géant qui venait de se briser ? Bien, ce sablier était une atrocité, passé, présent, qui avait besoin de ça ? Je me cache les oreilles, enfonçant mon museau dans la poitrine douce et généreuse de ma mère pour me protéger des malheurs.

♣♠♣

Je papillonne des yeux alors que nous marchions dans les tunnels, l’esprit encore embrumé par l’effet de la poudre. Je me rappelais de tout, jusqu'à mon accès de folie douce à me vautrer dans les bras de la baronne. Je préférais encore me cacher derrière les jupons d’Octavius que de recroiser le regard de la jumelle Séverac. M’accrochant au bras de l’homme pour ne pas que le terrain encore vacillant devant moi ne me trahisse pour me ridiculiser un peu plus. J’en profite pour me servir de sa stature pour m’y effacer derrière, me rappelant inlassablement de ce moment gênant où j’avais compris que j’enfonçais joyeusement ma tête entre les seins d’une baronne qui tentait de gérer les actes délirants des deux drogués que nous avions été (malgré nous, mais tout de même).

Le couloir s’élargit pour que s’offre à nous une immense pièce. L’écho de nos pas résonne alors que je regarde, les yeux pétillants, cette nouvelle salle. Remerciant intérieurement tous les dieux possibles et imaginables pour me permettre d’oublier l’humiliation subit quelque temps auparavant.
Du tombeau, deux couloirs se démarquaient, laissant chanter une brise aux travers de sa pierre. Surement…. Des sorties ? Mon cœur bondit de joie à cette idée. Pourtant…pourtant je n’arrivais décidément pas à lâcher le vieux tombeau des yeux, sa roche noircie par le temps, recouvert d’une épaisse poussière. C’était comme si Isil murmurait à mes oreilles, me prenait par la main pour me guider vers ce couvercle qui ne demandait qu’à être ouvert  pour que la curiosité brûlante qui dévorait toute pensée dans mon crane soit enfin rassasié.  Je lance de grands yeux pleins d’espoirs à mon garde du corps attitré, me pressant contre son bras pour attirer son attention.

-Octavius… Dit… On l’ouvre ? Regarde-le, le pauvre, abandonné et englouti dans des souterrains. Il te fait pas pitié comme ça, tout fermé ?


Spoiler:
 

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 599
J'ai : 37 ans
Je suis : garde du corps d'une Compagne, en Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Guilde des Guerriers et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Castiel de Sombreflamme / Louis de Brunante / Maelenn du Noroît / Lionel de Rivepierre / Matvei de Hvergelmir
Les Guerriers
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La vallée funéraire d’Al-Amra   Ven 13 Jan - 1:07

Mélodie est plus cachée derrière lui qu’à ses côtés, utilisant sa carrure pour se dérober aux regards de la baronne de Chamaar. Lui-même ne cherche pas spécialement à attirer son attention, gêné d’avoir été victime (une nouvelle fois) de drogues qui auraient cette fois pu être véritablement fatales. L’intoxication cielsombroise semble bénigne, amusante, en regard du triste théâtre qui aurait pu prendre place au cœur de la nécropole d’Al-Amra.

Leurs pas dans le silence intimidant des tunnels les emmènent jusqu'au cœur d’une large salle, où des sorties se dessinent. Il soupire de soulagement, priant Volga d’avoir veillé sur les voyageurs égarés qu’ils sont et de les avoir conduit plus en sécurité. L’un des couloirs semble remonter vers la surface, mais c’est plutôt celui se dirigeant à l’opposé qui attire son intérêt. S’ils ont bien réussi à garder le fil de leurs pérégrinations au cœur des tombeaux… « … je crois que y’a Valkyrion, par là, Votre Grâce », adresse Octavius à la duchesse, sa duchesse, en pointant d’un coup de menton le chemin qu’il croit être le plus sûr. Ce serait logique. Un couloir vers la surface d’Erebor, l’autre vers le duché du Savoir. Il n’a pas spécialement envie de sortir à l’air libre et de se retrouver pris au piège par de nouveaux dragons pour vérifier non plus.
Par contre, estimer la frontière est à quelle distance de marche… c’est un calcul auquel il ne veut pas se risquer tout de suite. Il y aura forcément une autre occasion de sortir de la terre.
L’homme s’apprête déjà à se diriger vers la sortie qui lui semble pointer vers la frontière kyréenne que la pression d’un corps sur son bras l’interrompt, et quand il baisse la tête, c’est pour rencontrer le regard remplit d’espoir de Mélodie, assorti à son expression quémandeuse. « Octavius… Dis… On l’ouvre ? Regarde-le, le pauvre, abandonné et englouti dans des souterrains. Il te fait pas pitié comme ça, tout fermé ? » Le guerrier jette une œillade à la Voleuse, puis au tombeau, un peu amusé. Elle lui rappelle ses sœurs, en fait, les plus jeunes surtout, venant quémander ses faveurs et sa protection dans leurs rares bêtises.

Sa voix reste sérieuse : « J’crois pas qu’ce soit très prudent. La dernière fois que t’as ouvert un truc… Son silence est sentencieux, équivoque. … mais j’suppose que tu vas l’faire quand même. » Cette aventure lui permet d’apprendre à connaître, en accéléré, la jeune femme, et il ne croit pas qu’elle soit du genre à sortir d’ici sans même avoir jeté un infime coup d’œil à ce tombeau poussiéreux. Même si ce serait mentir que de prétendre qu’il n’est pas un peu… curieux, lui-même, de ce que peut bien renfermer cette vaste pièce. Qui donc peut avoir été enterré ici ? Un noble, probablement, ou quelqu’un de très important. De très dangereux, même.

Spoiler:
 

_________________
Dialogues en sienna



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 1433
J'ai : 26 ans
Je suis : Voleuse spécialisée dans l'escalade à la Cour des Miracles.
(Futur Roi Blanc et Fils des Ombres :sisi: )

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des ombres
Mes autres visages: Antonin de Faërie
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La vallée funéraire d’Al-Amra   Ven 13 Jan - 21:57

Il n’a pas franchement l’air enthousiaste le guerrier quand je lui propose d’aller ouvrir la tombe. Certes, nos dernières tentatives n’avaient pas été très fructueuses, mais en soi, c’était des coffres et autres vieux vases sur lequel nos mains s’étaient égarées. Là, c’était un plus gros poisson, qui aurait la stupide idée de mettre des pièges sur une stèle aussi grosse ? Bon d’accord, le raisonnement était complètement stupide, en réalité, il fallait bien admettre que s’il y avait des pièges plus gros, ils nous auraient déchiqueté depuis longtemps, le seul que nous avions rencontré ne consistant qu’à une petite bouffée d’hallucinogène.
Pas de quoi briser les crocs d’un dragon tout de même.
Si le gardien de ses lieux avait réellement voulu que personne n’entre et ne se serve, nous serions certainement morts depuis longtemps, sinon, depuis le temps, tous les traquenards avaient été déclenchés. Tout ça pour dire qu’une tombe aussi intacte, dans un lieu désolée, et oublié avait de quoi attirer l’attention et il aurait été dommage de passer à coté d’un trésor si généreusement proposé par Isil, ce ne serait pas lui faire honneur que de bouder ce potentiel festin.

Je réponds à l’homme d’une petite tape sur l’épaule lorsqu’il daigne reprendre et finir sa phrase. C’était qu’il commençait à comprendre le bougre. J’avais été formée pour voler, si la tombé était piégée, ce serait certainement avec un gros mécanisme, auquel cas, je devrais être capable de m’en rendre compte. Le tout était de savoir si, il y avait effectivement un piège, ce dont je doutais, et si je m’en rendrais compte suffisamment tôt pour ne pas en subir les conséquences, mais inutile de s’étaler sur le sujet non ?

-Tu as tout compris.

D’un pas dansant, sans même regarder s’il me suivait, je quittais l’ombre d’Octavius pour me diriger gaiement vers la tombe, oubliant d’un coup la douceur de la peau d’une certaine baronne. Il m’en fallait peu, mais se torturer l’esprit n’était pas mon fort, ou du moins, pas pour des choses que je pouvais fuir aussi facilement. J’atteins le cercueil de pierre sans aucun problème, attentive néanmoins, guettant le moindre déclic suspect. J’attends que mon nouveau compagnon me rejoigne pour qu’il m’aide à pousser le socle et ouvrir la grosse pierre. Seule, je n’en étais clairement pas capable. Finalement, les brutes épaisses pouvaient être assez pratiques, je comprenais un peu mieux pourquoi l’autre traitresse s’était entichée de lui.

A deux, nous réussissons à ouvrir la tombe qui révèle une momie. Une moue dégoutée s’affiche sur mon visage, bien vite remplacée par l’excitation et l’émerveillement.
Le cadavre était paré de bijoux, de colliers, bagues et bracelets scintillants. De part et d’autre de la silhouette de petits coffrets étaient disposés. Un vrai trésor. Je regarde le guerrier, sautillant presque sur place.

-Regarde moi ça !! Quelque chose t’intéresse ? Sers-toi, sinon je raflerais tout, sois en sûr. On fait moitié moitié ?

Je m’empêche de justesse de lui dire que j’étais d’humeur généreuse, que d’ordinaire cette offre ne se faisait qu’entre enfants des Miracles. Il devait se douter de mon allégeance au Fils des Ombres, après tout, il travaillait pour la caravane des plaisirs, mais le crier sur les toits avec deux nobles à côtés n’était pas non plus la chose la plus judicieuse à faire. Alors, je me mords la langue in extrémiste, étranglant les mots par le flot de douleur qui m’envahit.
Heureusement, que je n’avais pas complètement détruit ma jupe, certaines poches cachées et replis étaient encore intacts, suffisamment pour que je puisse emporter le butin, pas assez cependant pour ne pas craindre que tout se déchire pendant le voyage. Tant pis, je ferais avec.

Spoiler:
 

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 266
J'ai : 29 ans
Je suis : Duchesse de Valkyrion
Fille du baron de Jaakyl

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : incertaine
Mes autres visages: Agnès d'Aurebois
La Noblesse
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La vallée funéraire d’Al-Amra   Sam 14 Jan - 23:35

Je dois dire que je ne suis guère rassurée de parvenir à une cavité abritant un tombeau plus imposant, comme s’il abrite quelque de plus important. Mon attention se porte sur les deux chemins qui se présentent à nos yeux et je ressens une pointe de soulagement. Au moins il y a des possibilités de sortie car ces couloirs devaient bien conduire quelque part. Pourtant je me tourne vers Mélodie suite à ses paroles. Ouvrir le tombeau ? Très mauvaise idée… Néanmoins, la dernière fois ce fut pour nous confier des trésors pouvant être utiles dans les conflits qui nous attendaient.

- Il est préférable de laisser les morts tranquilles, j’ajoute aux remarques du guerrier. Cela peut être plus dangereux que profitable.

Pourtant, cela ne décourage pas la demoiselle qui entreprend d’ouvrir le tombeau avec l’aide d’Octavius. En soit, j’aurai préféré qu’ils cherchent d’abord à savoir qui est enterré là mais… je finis par m’approcher pour observer ce qu’ils ont découvert. Une momie et de multiples objets l’accompagnant dans son dernier voyage. Mes enfants préfèrent rester en arrière ce qui me convient très bien. Tandis que Mélodie s’intéresse à la valeur pécuniaire des objets, j’observe le mort me demandant à qui nous avons affaire. Je ressens également de la peur, une appréhension. Je m’attends à tout instant que la momie se redresse et nous accuse de la voler avant de nous poursuivre de son courroux dans le dédale de la vallée funéraire. Je frissonne à cette image et je décide de revenir à des considérations plus terre à terre, comme l’utilité des objets dans notre mésaventure.

Je tends la main vers un des coffrets présents avant de finalement décider de fouiller ailleurs et de m’intéresser aux chemins. Je regarde, dérange quelques objets avec prudence et cherche à comprendre ce que nous avons sous les yeux. Je trouve une sorte de stylet que je décide de garder au cas où, même si face à des épées, cela parait bien dérisoire. Puis je m’avance vers les tunnels.

- Celui-ci semble remonter vers la surface, on trouvera peut-être une sortie au bout.

Mélisende devrait pouvoir nous aider dans le choix du couloir, vu qu’elle connait certainement bien mieux la région.

Spoiler:
 

_________________
Couleur d'écriture : #993300


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 599
J'ai : 37 ans
Je suis : garde du corps d'une Compagne, en Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Guilde des Guerriers et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Castiel de Sombreflamme / Louis de Brunante / Maelenn du Noroît / Lionel de Rivepierre / Matvei de Hvergelmir
Les Guerriers
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La vallée funéraire d’Al-Amra   Lun 16 Jan - 20:22

La duchesse Astrid est d’accord avec lui : ce n’est pas prudent d’ouvrir ce tombeau. Il a eu de bien mauvaises idées, dans sa vie, et il craint bien que celle-ci parte dans les mêmes conséquences que toutes les autres mauvaises idées précédentes. Mélodie n’entend pas la chose de la même oreille, cela dit, et c’est découragé qu’il la regarde pratiquement gambader jusqu’au cercueil de pierre. Dans quel foutoir s’embarque-t-il encore ? Il la rejoint d’un pas lent et manquant nettement d’enthousiasme, joignant ses forces à celles de la Voleuse afin de pousser le couvercle de la sépulture. C’est moins lourd que la pierre à l’entrée de la niche funéraire dans laquelle ils se sont initialement réfugiés, mais il est épuisé, le guerrier, endolori.

Le couvercle poussé révèle une momie, comme il s’y attendait, mais lui n’est pas dégoûté. Il ne comprend pas l’intérêt d’enterrer les corps avec autant d’objets précieux, mais ce n’est pas son duché et pas de ses affaires. La curiosité n’est pas uniquement son apanage, alors qu’il avise la duchesse de Valkyrion, également penchée au-dessus du tombeau. Et elle… elle est effrayée, il peut le voir sur son visage harmonieux, et elle reprend bien vite la main qu’elle a tendue vers un des petits coffrets ouvragés qui entourent le corps embaumé.
La Voleuse trépigne de joie, d’avidité, contraste avec sa propre prudente retenue. « Regarde-moi ça !! Quelque chose t’intéresse ? Sers-toi, sinon je raflerais tout, sois en sûr. On fait moitié-moitié ? » Moitié-moitié ? Ça… ça demande réflexion. Il jette un coup d’œil à la baronne de Chamaar, qui aurait bien raison de les transpercer à coups de sabre, de piller la tombe de ce qui est probablement un très riche et important noble erebien. Cela dit, il est mort depuis si longtemps, et il y a peu de chance qu’il ait besoin de toutes ces babioles, depuis le temps… mais lui-même n’a pas vraiment l’utilité de bijoux, aussi précieux, soient-ils, et il ignore complètement ce que peuvent renfermer les coffrets. Les pierres précieuses incrustées sur les bijoux semblent danser sous ses yeux, emportant un peu de sa réflexion. Un large bracelet incrusté d’émeraudes, minuscules et délicates, l’attire. Ce serait joli, ça, sur… sur un autre truc. Sur un truc sur lequel il travaille, dans sa roulotte. Il espère que les plans ne seront pas perdus, dans toute la fuite de la Caravane.

Étrangement, il rougit.

Octavius s’humecte les lèvres, nerveux, et chuchote : « J’prends deux coffrets, le bracelet pis j’te laisse le reste. » Juste cela et ça le rend mal. Il a laissé les lames de lancer pour ne pas s’attirer la foudre des morts et maintenant, il en est à dépouiller un roi du sable et du roc de ses effets. Il a besoin de dormir. Ses mains attrapent les deux coffrets sélectionnés sans même y penser, puis le bracelet, rangeant le tout dans les poches de ses vêtements abîmés. Oh, Sithis, ne lui en veut pas trop…

Spoiler:
 

_________________
Dialogues en sienna



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 1433
J'ai : 26 ans
Je suis : Voleuse spécialisée dans l'escalade à la Cour des Miracles.
(Futur Roi Blanc et Fils des Ombres :sisi: )

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des ombres
Mes autres visages: Antonin de Faërie
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La vallée funéraire d’Al-Amra   Mer 18 Jan - 21:31


Mon regard se durcit lorsque je vois la main d’Astrid flotter quelques instants au-dessus de notre trouvaille. Au dessus de MON trésors. Je me retiens de justesse de lui assener une tape dessus en la houspillant comme s’il s’était agi d’un enfant ou d’un chat trop gourmand. C’était à moi, à moi, à moi, à moi et un peu à Octavius, je pouvais bien le lui concéder à lui. Mais pas aux autres, c’était hors de question. Heureusement qu’elle se ravise la jeune femme, heureusement que mes mains restent crispées sur le rebord de la tombe plutôt qu’à agresser une mère devant ses enfants à cause de ses manies déplorables. Ne lui avait-on jamais dit de ne jamais voler un voleur ? Enfin…ils n’étaient pas censés savoir que je l’étais, mais tout de même, un peu de tenu ! S’il y avait bien un sujet sur lequel j’étais intraitable, c’était bien sur la répartition des gains, généreuse avec les miens, capricieuse et mesquine avec les autres. C’était ainsi que le monde tournait, la Cour ne s’en tirait que mieux à faire payer ceux qui n’avaient ni honneur ni courage de se soumettre au Fils des Ombres garant des illusions et de notre puissance discrète.

-Les morts ne s’offusqueront que si nous salissons leurs corps. Ils n’ont que faire d’être délestés de babioles qu’ils ne peuvent emmener dans le domaine de Sithis.

Persuadée du bon fondement de mon raisonnement, j’entreprends de récupérer les bijoux et les coffres que le guerrier ne daigne pas prendre. Je les cale dans mes poches avec la vitesse que procure l’habitude avant que d’autres ne décide de se servir irrespectueusement. Je préfère les cacher bien au chaud plutôt que de les étaler et les porter, ce serait prendre un risque inutile. Puis, j’avise un pendentif ambré, finement ouvragé, celui-là je le gardais au creux de ma main. Une fois avoir récupéré tout ce qui étaient possibles de bijoux et d’étranges petits coffrets, je me rapproche d’Arsène, lui glissant discrètement le pendentif dans la main en faisant mine de lui montrer une des statuts qui avait été sculpté à même la roche. Il était un enfant des miracles après tout, il avait bien droit à une part du butin. Mais pas les autres ! Je m’éloigne joyeusement après lui avoir ébouriffé les cheveux pour reprendre ma place au côté de mon nouvel ami à muscle.

-C’est pour impressionner l’une de tes conquêtes ce bracelet ? Je ne pensais pas que tu étais capable de compter fleurette, allez, c’est quelle fille de la caravane qui t’a tapé dans l’œil. Tu peux me le dire, je t’arrangerai le coup.

Je lui glisse ces quelques mots en lui tapotant l’épaule avec amusement. Heureuse d’entrevoir une sortie à ce cauchemar, soudain légère d’avoir pu en retirer un minimum de gains. Peut-être faudrait-il en donner une partie à la caravane pour qu’elle puisse se remettre des attaques reçues, pourvu que tout le monde aille bien Toute à mes réflexions, je reprends le fil d’une conversation qui avait été prononcé bien plus tôt, sans même me soucier que quiconque l’ai suivi, comme si elle était toujours en cours.

-Je suis pour aller vers Valkyrion. On ne sait pas si ces Chevaucheurs ne sont pas encore dans le coin, ce serait surement donner le bâton pour se faire battre que de tenter sa chance à retourner dans le désert. Enfin, après…j’me vois pas vraiment rester seule dans les plaines hivernales de ce duché, donc je me plierai à vos décisions.

Spoiler:
 



_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 599
J'ai : 37 ans
Je suis : garde du corps d'une Compagne, en Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Guilde des Guerriers et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Castiel de Sombreflamme / Louis de Brunante / Maelenn du Noroît / Lionel de Rivepierre / Matvei de Hvergelmir
Les Guerriers
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La vallée funéraire d’Al-Amra   Jeu 19 Jan - 16:52

La proposition convient à la jeune femme et Octavius attrape donc les deux coffrets élus, ainsi que le bracelet, qu’il retire avec beaucoup de précaution du poignet de la momie. Il le manipule avec attention, l’observant avec intérêt. Il est encore plus beau, d’aussi proche, finement ouvragé. Son matériel est un peu terni, mais rien qui ne peut pas être nettoyé par un professionnel. Peut-être quelqu’un de la Guilde des Joyaux ? Au moins pour retirer, sans endommager, les délicates émeraudes de toutes les volutes du bijou. Celui-ci est rangé dans la même poche que les coffrets. Espérons que tout ne tombera pas en chemin. Porter le bracelet serait infiniment plus simple et réglerait le problème, mais… ce machin ne rentre probablement sur aucune partie de son corps.

Il en est à vérifier que les objets précieux ne sont pas à risque de chuter aisément lorsqu’une petite tape sur son épaule lui fait poser son attention sur Mélodie. A-t-elle trouvé un autre tombeau à ouvrir et à dévaliser ? Si ça continue, elle va devoir avaler des bijoux, pour en transporter plus. « C’est pour impressionner l’une de tes conquêtes ce bracelet ? Je ne pensais pas que tu étais capable de compter fleurette, allez, c’est quelle fille de la caravane qui t’a tapé dans l’œil. Tu peux me le dire, je t’arrangerai le coup. »
Impressionner une… une conquête ?
Lui, compter… compter fleurette ?
La question fait brusquement tourner tout son visage à un rouge belliférien soutenu, jusqu’à ses oreilles. Il marmonne quelques inintelligibles mots de protestation, quelque chose comme : « C’pour personne » d’audible à quelque part entre deux grognements, et s’éloigne de la malicieuse Voleuse afin d’éviter d’autres remarques de ce genre. Finalement, si elle avait trouvé un autre tombeau à ouvrir, il aurait pu s’y cacher.

Le guerrier va s’abîmer dans la contemplation factice d’une statue, attendant que la fraîcheur des lieux calme un peu le feu de son visage. Il tend une oreille aux discussions du petit groupe. Retourner à la surface ? Mauvaise idée. La nuit doit être tombée, mais ça n’empêchera certainement pas les Chevaucheurs d’avoir quitté. C’est la guerre, pas une excursion touristique, qu’ils sont venus mener en Erebor. Mais ils ne savent pas non plus combien de temps ils devront marcher dans ces souterrains, avant d’atteindre une nouvelle sortie à l’abri des conflits. « P’t’être que quelqu’un pourrait aller voir, en éclaireur, si l’extérieur est sauf », finit-il par proposer en se retournant vers les dames et les enfants. Quelqu’un de svelte et rapide, idéalement, mais même si l’extérieur est sauf, ça pourrait ne pas les aider sur le chemin à prendre. Octavius se tourne vers la baronne de Chamaar, qui réussit l’exploit d’être encore aussi digne et imposante même après une journée entière de fuite et de reptation dans d’étroits boyaux rocheux. « Baronne… si vous y allez, vous pourriez peut-être nous orienter, avec le ciel. » Eh, ce n’est peut-être pas malin de possiblement sacrifier une noble, mais elle est la seule Erebienne (même, Sombrebienne). C’est stratégique. Puis, il peut l’accompagner, bien qu’il ne soit si svelte, ni rapide.

Spoiler:
 

_________________
Dialogues en sienna



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 266
J'ai : 29 ans
Je suis : Duchesse de Valkyrion
Fille du baron de Jaakyl

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : incertaine
Mes autres visages: Agnès d'Aurebois
La Noblesse
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La vallée funéraire d’Al-Amra   Sam 21 Jan - 18:02

La complicité entre Mélodie et Octavius est touchante et me fait presque oublier que nous sommes dans des catacombes. Malicieuse demoiselle mettant à mal le solide guerrier.  Voir ce dernier s’éloigner me fait légèrement sourire, mais les circonstances me ramènent rapidement à la réalité. Se diriger vers Valkyrion ? Cela nous éloignerait des dragons et de leurs chevaucheurs, mais à quelle distance sommes-nous de cette seconde issue ? L’idée d’envoyer un éclaireur me semble judicieuse, ne serait-ce que pour voir si nos poursuivants sont toujours sur nos traces.

- Faisons cette vérification, cela nous donnera des informations sur la meilleure option à choisir. Mais soyons prudents.

Je porte mon attention sur Octavius lorsque je mentionne la prudence. Il reste le plus à même à défendre l’éclaireur qui se risquerait à l’extérieur. Le guerrier porte son choix sur Mélisende, elle reste celle qui connait le mieux Erebor et qui devrait nous aiguiller sur la route à prendre. Je me tourne vers elle pour savoir si elle accepte cette mission. Le reste du groupe restera dans ce tombeau le temps de l’expédition et je dois dire que cela ne m’enchante guère. Plus nous resterons, plus mes enfants seront soumis à la peur et je ne veux pas que la magie, la mienne ou celle de mon fils, se manifeste dans un endroit aussi restreint.

- S’éloigner… Je doute que les chevaucheurs abandonnent si facilement, nous restons des proies de choix et notre capture peut être une opportunité pour Faërie.

Je préfère parler de capture plutôt que de notre mort. Pression et chantage… Melisende fait partir d’une puissante famille, je suis l‘épouse d’un des Ducs prônant la guerre contre notre voisin… De nombreuses possibilités pour les faês. Encore fallait-il que nous sortions de ces souterrains.

Spoiler:
 

_________________
Couleur d'écriture : #993300




Dernière édition par Astrid d'Evalkyr le Mer 25 Jan - 19:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
avatar

Messages : 642
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
PNJ
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La vallée funéraire d’Al-Amra   Lun 23 Jan - 0:31



La vallée funéraire d’Al-Amra


Octavius, Mélisende, Mélodie, Astrid

Après un pillage en règle du sarcophage de la momie ancienne, la circonférence de Mélodie a à peu près doublé, tout comme le poids qu’elle transporte. Octavius emporte quelques menus trésors – et le petit Arsène gagne un médaillon d’or. Péniblement – et bruyamment, dans le cas de la Voleuse qui tintinnabule gaiement à chaque pas – le petit groupe se dirige vers Valkyrion, les rescapés serrés les uns contre les autres. A la sortie, après une longue errance dans la montagne, perdus dans la neige et le froid glacial de janvier, ils sont heureusement rapidement repérés par un groupe de Voltigeurs blessés, en chemin vers Ibelin, et y sont escortés. Quelques jours plus tard, la Caravane des Plaisirs, esquintée mais avec la majorité de ses membres, y parvient à son tour.

Quelle aventure…




Clôture

Consignes



IRL : du lundi 23/01 au vendredi 27/01 (20H).
IRP : le 26/01, nuit tombée.
• Ce topic concerne uniquement les personnages qui participent à l'intrigue « Les Sables du Temps », dans la vallée funéraire d'Al-Amra.

• Ce tour de clôture couvre votre retour en Valkyrion, et les retrouvailles avec vos proches. Les troupes ennemies ont quitté Erebor au matin du 27, Mélisende peut donc rentrer dans son domaine pas mal dévasté  :*_*:. La route vers Svaljärd et celle de Lorgol sont sûres.
Arsène, ton petit médaillon est en or, avec des incrustations de nacre. Il s'ouvre, et contient une mèche de cheveux... roux.

• Limite de mots abolie pour la clôture, mais soyez raisonnables !  :laa:

• Pensez à indiquer votre nombre de mots et le résumé de vos actions sous balises spoiler.

Merci à tous d'avoir participé !  :poele:


_________________
♦ Je suis le PNJ utilisé par les administratrices. ♦
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 599
J'ai : 37 ans
Je suis : garde du corps d'une Compagne, en Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Guilde des Guerriers et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Castiel de Sombreflamme / Louis de Brunante / Maelenn du Noroît / Lionel de Rivepierre / Matvei de Hvergelmir
Les Guerriers
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La vallée funéraire d’Al-Amra   Lun 23 Jan - 18:11

La décision est de se rendre en Valkyrion et c’est clopin-clopant, de plus en plus épuisés, qu’ils cheminent tous vers les terres du Savoir. Ils ne sont pas très loin dans le couloir lorsqu’Octavius vérifie, par réflexe, qu’il a encore les bijoux emportés sur lui. Il trouve les deux coffrets, mais… mais pas le bracelet. Ça valait bien la peine de vérifier qu’il était bien enfoncé dans ses poches ! Le guerrier s’arrête net dans le couloir et vérifie dans les replis de ses vêtements, trempés par la sueur et le froid, mais rien. Oh, ce n’est pas possible d’être aussi empoté !

Il attrape Mélodie par l’épaule, quand elle le dépasse, la retenant à ses côtés. « J’ai… j’ai perdu quelque chose. » Quelque chose qu’elle devinera probablement c’est quoi, même s’il n’en dit pas plus et ne désire pas raviver ses questions à propos de sa vie amoureuse. Probablement en marchant, qu’il a perdu le quelque chose désigné. « Tu viens avec moi ? » Il n’a pas peur, mais il n’a pas envie d’y aller seul. On ne sait jamais sur quel truc bizarre il pourrait tomber et à deux, il a un peu plus confiance en eux.
Heureusement, la Voleuse accepte et il suffit juste au guerrier d’avertir le reste de leur petite troupe, l’air affreusement mal à l’aise de leur imposer d’attendre un peu. Mais… il veut vraiment ce bracelet. « J’ai oublié un truc. On revient vite. »

Et il n’en faut pas plus pour qu’il tourne les talons, tenant toujours la brunette par l’épaule, jusqu’au moment où il se rend compte qu’il devrait la lâcher. Il marche vite, malgré son boitement qui revient, par désir de ne pas trop faire attendre la duchesse, la baronne et les enfants. Octavius jette un petit regard de biais à Mélodie, qui tintinnabule toujours aussi gaiement à chaque pas. « Comment tu fais pour avoir tout ça sur toi pis rien perdre ? » À part sa jupe, qui doit descendre sur ses hanches à chacun de ses pas, la jeune femme ne semble pas avoir perdu aucun des items de son butin. Il n’est pas très doué, à ces choses-là, et c’est bien pour ça qu’il n’est pas un voleur. Sur leur chemin, il guette le moindre éclat de métal, ou d’émeraude, mais il ne voit rien. Bon sang, ne lui dites pas qu’en plus, il a perdu le bracelet dès le tombeau !

Spoiler:
 

_________________
Dialogues en sienna



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 1433
J'ai : 26 ans
Je suis : Voleuse spécialisée dans l'escalade à la Cour des Miracles.
(Futur Roi Blanc et Fils des Ombres :sisi: )

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des ombres
Mes autres visages: Antonin de Faërie
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La vallée funéraire d’Al-Amra   Mar 24 Jan - 23:01

La sortie semble proche et cela me donne des ailes. Mais bien avant que nous n’atteignons la lumière confirmant l’espoir fou de s’en sortir en un seul morceau, je sens quelqu’un qui tire mon bras et m’attire en arrière. Je lance un regard curieux à Octavius, je le vois, embêté et froncer les sourcils, qu’est ce qui se passait encore ? Puis sa demande crève le silence et un sourire attendri éclot sur mes lèvres, l’accompagner, mais bien sûr que je le ferai, c’était dans mes cordes. Il était attachant à sa manière et j’avais du mal, désormais, à l’imaginer en train de trancher impitoyablement os et muscles avec ses armes. Il était peut-être un peu simple, ses réactions ressemblaient à celle d’un enfant timide, mais il n’en restait pas moins…adorable ? Oui c’était le mot.
Nous revenons donc sur nos pas, recherchant le précieux bracelet. Un gloussement m’agite devant la question inattendue. Je l’observe un instant, mutine, oubliant ce pourquoi nous étions là pendant quelque seconde.

-Secret de famille, mon grand. Si tu veux savoir va falloir qu’on t’adopte.
J’accompagne ma phrase d’un clin d’œil. Puis nous reprenons notre chemin pour retourner dans la salle au sarcophage. Je crois apercevoir l’éclat doré du bracelet près du tombeau, sur le rebord de celui-ci même. Le bougre s’était habilement échappé pour retourner auprès de son propriétaire. Je m’y approche doucement, brandissant bien haut le vil bracelet.

-Je l’ai !

Octavius me rejoint rapidement, récupérant son dû, il semblait mal à l’aise. Je jette un dernier coup d’œil à la momie, vérifiant par la même qu’elle n’avait pas bougé de son lit éternel. C’est là que je remarque le fin papier jaunit qui se confond avec les bandelettes du mort. J’attire l’attention d’Octavius sur cet étrange feuille, je le vois secoué la tête, les mots dans ces yeux me suppliant de ne pas y toucher. Mais j’étais une fervente adoratrice d’Isil, laissait un potentiel trésor derrière moi par négligence ? Non, vraiment, ce n’était pas envisageable. J’écarte avec précaution les bandelettes séchées et ternies, faisant glisser avec mille précautions l’étrange papier pour le récupérer. J’aurais bien le temps de le lire une fois rentrée en sécurité. Surtout quand mille cliquements semblent se répercuter sur les murs. Et là, alors que je relève la tête je le vois. LUI ! Le scorpion escaladeur, le fier, le copineur du dimanche. Sauf qu’il avait l’air beaucoup moins contente –oui j’étais intimement persuadée que c’était le même- et qu’il avait amené des copains, plein de copains…beaucoup, beaucoup trop. C’tait une véritable armée chitineuse qui nous toisait avec mesquinerie.

Oups ?
….
Spoiler:
 

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 266
J'ai : 29 ans
Je suis : Duchesse de Valkyrion
Fille du baron de Jaakyl

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : incertaine
Mes autres visages: Agnès d'Aurebois
La Noblesse
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La vallée funéraire d’Al-Amra   Mer 25 Jan - 19:50

Finalement, nous prenons la décision de rejoindre Valkyrion. D’une certaine manière, cela me rassure car nous allons vers mes terres que j’espère épargnée par les chevaucheurs. Cependant, je reste consciente que rien ne sera plus pareil, la guerre est en marche… Je suis plongée dans mes pensées tandis que nous marchons dans le souterrain, lorsqu’Octavius s’arrête et entreprend de fouiller ses poches. J’entends qu’il a perdu quelque chose mais je fronce les sourcils quand il annonce vouloir faire demi-tour.

- Il vaut mieux poursuivre… et mes paroles se perdent tandis que je vois disparaître le dos de Mélodie et Octavius.

Cette décision m’énerve un peu, outre le fait que nous sommes dans un tombeau, sous terre, rester plus que nécessaire ne me convient guère, mais je ne peux que tempêter intérieurement vu que les coupables sont partis. Je prends mon mal en patience et m’assure que mes enfants ainsi que Mélisende et Arsène vont toujours bien. J’espère que les deux comparses ne tomberont pas sur un problème dans leur recherche d’objets perdus. J’en viens à penser que ce bracelet devait peut-être rester là vu qu’il a déserté la poche du guerrier et qu’il est inutile de perturber de nouveau le sommeil des morts. Je m’interroge également sur la situation géographique de la sortie que nous empruntons et en profite pour poser la question à Mélisende.

- Sauriez-vous où débouche ce chemin ?

Si je n’avais pas perdu mes repères dans cette progression souterraine, j’aurai peut-être pu me faire une idée, mais il est difficile de se repérer dans l’ombre. Et somme toute, je trouve le temps long...

Spoiler:
 

_________________
Couleur d'écriture : #993300


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 599
J'ai : 37 ans
Je suis : garde du corps d'une Compagne, en Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Guilde des Guerriers et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Castiel de Sombreflamme / Louis de Brunante / Maelenn du Noroît / Lionel de Rivepierre / Matvei de Hvergelmir
Les Guerriers
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La vallée funéraire d’Al-Amra   Jeu 26 Jan - 5:15

Ce n’est pas très aimable de planter les nobles là, tout ça pour une histoire de bijou, mais c’est trop tard. Puis, ils ne seront pas longs du temps, à la vitesse à laquelle ils se déplacent, afin de ne pas traîner plus longtemps dans ces tombeaux mystérieux. « Secret de famille, mon grand. Si tu veux savoir va falloir qu’on t’adopte. » Un demi-sourire, en réponse à son clin d’œil. Qu’on l’adopte. Il devine bien ce dont elle parle, depuis que Bethsabée l’a mis dans la confidence… et elle ne risque pas d’être déçue, puisqu’il compte bien bientôt faire partie de la famille.

Dans la salle au sarcophage, tout est inchangé et Octavius est soulagé de voir que personne n’est arrivé, depuis leur départ. Mélodie est plus rapide que lui pour repérer l’éclat d’or au sol : « Je l’ai ! » Fiou. Il la remercie d’un signe de tête et range cette fois le bracelet bien plus soigneusement, histoire qu’il ne doive pas réitérer cette expérience. La Voleuse, cela dit, a vu quelque chose de nouveau et attire son attention sur la momie. Toujours bien présente, bien immobile, donc il ne voit d’abord pas ce qu’elle lui pointe, avant de remarquer… une lettre, oui, dans les bandelettes de la momie. Lettre que la jeune femme veut apparemment prendre. Sithis les garde : ils ont déjà dérobé cette pauvre momie de tous ses biens, ont-ils besoin en plus de lui voler sa correspondance personnelle ? « Mauvaise idée, Mélodie », siffle-t-il entre ses dents, en vain, accompagnant sa protestation d’un regard un peu effrayé.
Nulle peine de dire qu’Octavius n’est pas spécialement un animal mignon et que tout regard mouillé puisse-t-il produire, il n’a certainement rien d’attendrissant, et que Mélodie s’empressa d’écouter que l’inspiration d’Isil afin de s’emparer du papier.

Et lorsqu’ils veulent repartir… ils découvrent le scorpion. Les scorpions. Mais surtout celui juché au bord du sarcophage, narguant le guerrier et la voleuse.
Le guerrier pointe son doigt vers le scorpion. L’assommant d’un seul mot, autoritaire et décidé, surpassant le dégoût qu’il éprouve viscéralement à l’endroit de tout insecte : « Non. »
Non, il est hors de question qu’il soit passé à travers toutes ces conneries pour se retrouver cerné par une armée de scorpions. Non, non et non.

Alors Octavius attrape Mélodie, fourre dans ses poches la lettre qu’elle n’a pas encore eu le temps de ranger et qui tremble entre ses mains, puis balance la Voleuse sur son épaule comme une poche de pommes de terre. Après avoir donné un vigoureux coup de botte dans l’amoncellement le plus proche de scorpions, il s’élance dans les tunnels, à vitesse grand V, se foutant de toutes ses douleurs et encore plus de sa fatigue. C’est uniquement lorsqu’il aperçoit à nouveau les enfants qu’il ralentit, jusqu’à s’immobiliser devant les deux femmes. « Désolé… duchesse, baronne. » Il n’aurait pas dû repartir en sens inverse, non. C’était un mauvais plan et… et il a encore Mélodie sur l’épaule. Il la repose au sol, un peu confus de son initiative, alors qu’elle sait très bien courir et n’aurait probablement eu aucun problème à le faire. « ’scuse. » C’était de bonne foi.

Spoiler:
 

_________________
Dialogues en sienna



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 1433
J'ai : 26 ans
Je suis : Voleuse spécialisée dans l'escalade à la Cour des Miracles.
(Futur Roi Blanc et Fils des Ombres :sisi: )

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des ombres
Mes autres visages: Antonin de Faërie
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La vallée funéraire d’Al-Amra   Ven 27 Jan - 16:01

Le monde n’était qu’une balle rebondissante. Haut, bas, haut, bas, et une myriade de points noirs claquante en des rythmes désordonnés, bruissant la mélodie qui aurait pû naitre de ce peuple minuscule et redoutable. Ils déclamaient un chant de mort, celui en l’honneur de Sithis et de son royaume, la promesse d’un venin se répandant dans le corps avec une implacable efficacité. Etait-ce un message ? Un avertissement ? Une miséricorde ? J’étais bien trop occupée à tenter de trouver un équilibre précaire sur l’épaule qui était mon perchoir pour prendre le temps d’y réfléchir convenablement.
J’avais presque ri à voir le guerrier dire son « non » semblant ainsi ordonner aux scorpions de rester à leur place. Un claquement de pince lui avait répondu et c’était sur son épaule, sans même que je m’en rende compte que j’avais fini. Je me faisais porter par un Octavius bondissant de foulée en foulée, d’une régularité presque obsédante, qui avait rendu l’univers ballotant. J’avais à peine eu le temps de protester que mes dents, en claquant, avaient entaillé ma lèvre. Je me contentais donc de grogner d’une douleur aux gouts de fer, en sautant sur la fréquence miliaire des pas de courses d’un guerrier qui avait, littéralement, pété un plomb. Après quelques minutes, nous rejoignons les nobles dames et j’ai droit de retourner à terre.

Astrid, la mère, ne semblait pas très contente. C’était vrai qu’elle avait voulu s’oppose à notre départ. Peut-être aurais-je dû écouter pour une fois…peut-être pas. Qui sait ce que cette lettre pouvait renfermer et puis, finalement, rien de fâcheux n’était vraiment arrivé. N’est-ce pas ?

-Tu sais que nous serions, probablement allé plus vite si nous avions couru de concert plutôt que de me porter comme ça ? Non, parce que je veux bien que tu te sentes obligé de montrer ta « supériorité » masculine…mais c’était un peu con quand même.

Je jette tout de même un regard au couloir menant à la chambre funéraire, un peu inquiète d’avoir été suivi. Je pousse le dos du guerrier de mes mains pour mettre fin au discussions interminable et initié le départ.

-Qu’importe, je crois qu’on va éviter de s’éterniser ici, hein. On a vu un ou deux scorpions là-bas. Rien de méchant, mais ça serait quand même mieux de pas les recroiser.

Pas la peine de dramatiser la situation, et je lance une petite pichenette sur l’épaule d’Octavius pour qu’il tienne sa langue. Alarmer ses jolies dames ne nous aiderait point. Quoique…je soupçonnais la baronne de Chamaar d’être imperméable à la panique. La mère et ses enfants paraissaient, ainsi, plus accessible que la jumelle Severac.

Spoiler:
 

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 599
J'ai : 37 ans
Je suis : garde du corps d'une Compagne, en Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Guilde des Guerriers et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Castiel de Sombreflamme / Louis de Brunante / Maelenn du Noroît / Lionel de Rivepierre / Matvei de Hvergelmir
Les Guerriers
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La vallée funéraire d’Al-Amra   Ven 27 Jan - 16:55

Octavius esquisse une petite grimace en voyant l’air embêté de Mélodie, ainsi que sa lèvre entaillée, qui donne à son sourire un halo écarlate et menaçant. « Tu sais que nous serions, probablement allé plus vite si nous avions couru de concert plutôt que de me porter comme ça ? Non, parce que je veux bien que tu te sentes obligé de montrer ta "supériorité" masculine…mais c’était un peu con quand même. J’ai pas réfléchi. »

Non, sans blague.

C’était de bonne foi, cela dit, et le guerrier hausse les épaules, ne pouvant rien faire contre ce qui a déjà été fait. Il s’est déjà excusé. Idéalement, il n’y aura pas de prochaine fois et ils n’auront pas à réitérer ce genre d’expérience, ni à améliorer leur mode de fuite. « Qu’importe, je crois qu’on va éviter de s’éterniser ici, hein. On a vu un ou deux scorpions là-bas. Rien de méchant, mais ça serait quand même mieux de pas les recroiser. » Un ou deux ? Une vraie colonie envoyée directement par Amir ! Une armée prête à défendre et reprendre ce qu’ils ont volé ! Il ouvre la bouche, afin de rectifier l’estimation scandaleusement ridicule de Mélodie, mais d’une pichenette sur son épaule, il comprend que c’était volontaire. Histoire de ne pas apeurer les dames, ni les enfants, qui sont tout aussi épuisés qu’eux. De toute façon… oui, il vaut mieux avancer. Ils ont une longue route, jusqu’aux abords de Valkyrion.

*

Le froid rappelle de bien mauvaises choses à Octavius.
Dans les neiges éternelles de Valkyrion, la nuit cache l’expression fermée du guerrier, et le silence ce qui tambourine sous son crâne. La peur, viscérale, qui revient lentement, qui s’insinue dans ses veines, alors qu’ils avancent sans savoir quelles routes ils trouveront, quels alliés ou quels ennemis. La peur, oui, qu’ils tombent, tout simplement, et que les glaces des montagnes soient leur tombeau, comme elles ont presque déjà été le sien.

Alors, lorsqu’on les hèle et que quelques silhouettes viennent à leur rencontre, il a rarement été aussi heureux de voir des Voltigeurs depuis qu’il n’en est plus un lui-même. Même blessés, les hommes et les femmes les escortent jusqu’à la capitale de l’empire, reconnaissant dans leur groupe non pas uniquement de simples civils demandant secours, mais la duchesse de Valkyrion et la baronne de Chamaar, sœur du duc de Sombreciel. A Ibelin, les nobles sont rapidement rapatriées à leurs familles et Octavius glisse timidement à Mélisende de passer le bonjour à sa sœur et à Hiémain, ainsi que ses vœux de bonheur pour leur enfant à venir. Puis, pour elle, quelques excuses pour son domaine ravagé, lui souhaitant une rapide reconstruction.

*

Avec Mélodie, ils ont ensuite uniquement pu attendre. Installés dans un temple de Volga, qui garantit abri aux nombreux voyageurs égarés sur les routes d’Arven, ils ont attendu. Ils ont soigné leurs blessures, pris du repos, joué aux cartes et aux dés. Une nuit, à la lueur des cristaux, il a jeté un coup d’œil à la lettre récupérée sur la momie, mais n’a pas osé aller plus loin que le nom de la jeune femme à laquelle la missive est destinée. Si ça avait été un plan, une invention, un manifeste, il aurait lu, mais… c’est privé, et de cette intimité si importante pour cette momie, Octavius ne veut rien violer. Peut-être réussira-t-il à trouver quelque part cette Quitterie, ou au moins ses descendants ?
Alors ils ont attendu, pendant quelques jours, jusqu’à ce qu’un soir, une première roulotte de la Caravane des Plaisirs arrive à Ibelin. Les autres n’ont pas tardé à suivre, ainsi qu’un bilan des dommages en demi-teintes. Surtout matériel, avec néanmoins quelques guerriers blessés, trois filles avec un rhume carabiné et d’autres demandant des soins sérieux. Rien d’heureux. Tout de terrible. Et tout ceci semble n’être que le commencement.

Spoiler:
 

_________________
Dialogues en sienna



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
2.1 Les Sables du Temps ♦ La vallée funéraire d’Al-Amra
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Un Temps pour chaque chose:Le Choix Judicieux
» "Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! ..."{Frédérick & Milena}
» Prix du petrole a travers le temps
» Arrêter le temps...
» Lit sa si t'a du temps a perdre mon chou =D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Ibélène :: Erebor-
Sauter vers: