AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
PNJ
avatar

Messages : 646
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
PNJ
Message Sujet: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile   Sam 3 Déc - 2:35


Chroniques d'Arven

Intrigue 2.1

Les Sables du Temps

26 et 27 janvier 1002



Intrigue animée par Aura·


Rien de tout cela n’aurait dû arriver.
Ce n’est rien de plus qu’un affreux malentendu, qui a terriblement mal tourné ; une succession de quiproquos et de réactions spontanées, de déclarations irréfléchies et d’égos égratignés. Oui, cela n’était pas censé se produire ! Ils ont fait de leur mieux, pourtant, les deux empereurs souverains, ils se sont déplacés à Lorgol à la mi-janvier, invités par l’Académie pour trouver un terrain d’entente et entériner le renouvellement de la Trêve pour mille ans de plus. Ils ont discuté, pendant une dizaine de jours ; puis finalement, c’est de leurs Maréchaux que la première étincelle est partie. Ils en sont venus aux mains, Richard le Harnois et Diane de la Fère, au matin du 25 janvier, sur une simple remarque du premier à la seconde lui demandant si elle se sentait mieux à présent qu’un véritable chef avait coiffé la couronne de son empire…

Le premier coup, c’est Diane qui l’a porté, de cela les témoins sont certains. Une femme si polie et digne ! Transformée en mégère à la simple mention de sa petite impératrice assassinée. Les Bellifériens n’ont aucun scrupule à frapper une femme, et Richard n’a pas hésité un instant à rendre à son homologue la monnaie de sa pièce. La mêlée est devenue générale, des insultes ont fusé, et certaines vérités qu’il aurait mieux valu ne pas aborder ont été formulées. Les négociations concernant le statut de l’Ordre du Jugement ont tourné court, et le soir arrivé, une fois chaque empereur reparti dans sa capitale, des conseils exceptionnels ont été organisés : à Alfaë en Cibella, Gustave a réuni ses ducs et ses généraux, ainsi que sa maréchale bouillant d’indignation qu’Ibélène ose traiter Faërie avec tant de légèreté ; et à Ibelin en Valkyrion, Augustus a rassemblé les siens, ainsi que son maréchal tempêtant que les Faës s’imaginent déjà les maîtres du continent.

Bien sûr, les portails magiques des Faës leur ont permis de prendre une longueur d’avance. Le conseil ibéen attendait encore l’arrivée d’Ermengarde de Bellifère, âgée et dont le voyage est malaisé, lorsqu’au matin du 26 janvier la déclaration de guerre de Faërie est parvenue à Ibélène.
Sous la forme d’un assaut de Chevaucheurs, pénétrant en Erebor pour atteindre Ibelin…

Nous sommes au matin de cette soudaine invasion, et vous voilà, vous les innocents, pris au piège de la guerre qui s’annonce.
Innocents ? Certains peut-être, mais pas tant. L’Ordre du Jugement a senti le vent tourner depuis un moment, et avec deux ducs faës en son sein, n’a pas eu de difficulté à déclencher la plus extrême des diversions, permettant à ses agents d’infiltrer Erebor pour en apprendre plus sur le Sablier qu’ils ont récupéré dans le plus grand secret, et sur le sable spécial qui permet de l’alimenter…

Que les forts et les méritants triomphent des indignes !
Le Destin vous tient maintenant au creux de sa main…







La Chute de l’Étoile


Maelys, Lionel, Rackham

A la bataille !
Chevaucheurs, en avant : l’empereur vous appelle à la guerre, Faërie s’en va écraser Ibélène de sa splendeur ! Le message est arrivé en pleine nuit, au soir du 25 janvier, après une assemblée à huis-clos du grand conseil impérial. Gustave de Faërie a déclaré la guerre à Augustus d’Ibélène, et les Chevaucheurs sont appelés pour former la première ligne de l’invasion. Toute la nuit, des portails magiques sont ouverts pour les transferts de troupes, et les dragons se rassemblent le long de la frontière erebienne.

Et puis l’ordre est donné. Enfin. Le 26 aux petites heures du matin.
Tout au nord, les fantassins outreventois se lancent dans les forêts bordant la frontière avec Bellifère, dans le but de tenir occupés les légionnaires bellifériens, dans un combat sanguinaire alimenté par la haine séculaire entre les porteurs de kilts et les adeptes de la jupe. Le fracas des armes est intense, la rage au ventre et la soif de sang poussent les soldats en avant, les uns contre les autres, dans un combat mémorable où la gloire et le renom se conquièrent l’arme au poing.
Au sud, tout au sud du continent, les mages de bataille lagrans, comptant une proportion ahurissante de mages du sang clandestins déterminés à se montrer dignes de leur terre d’accueil, se sont lancés à l’assaut de Sombreciel. Les soldats cielsombrois appliquent une technique de guerre novatrice, qui consiste à se cacher pour laisser passer l’ennemi, avant de reformer les rangs pour aller traverser la frontière à leur tour et vandaliser les terres lagranes sans défense. Les deux armées réussissant avec une maîtrise étonnante à s’éviter l’une l’autre, le gros des pertes est essentiellement matériel.

Mais le gros de l’assaut, ce sont les Chevaucheurs qui le montent : avec une détermination implacable, les troupes, division après division, se répandent à l’intérieur des frontières d’Erebor pour s’en aller menacer Ibelin. Les Voltigeurs opposent une résistance quelque peu désordonnée, mais néanmoins efficace. Parmi eux, se trouve une Chevaucheuse avec une mission bien précise : en apprendre plus sur les Sables du Temps, substance particulière seule apte à faire fonctionner le Sablier trouvé en Sombreciel. Maelys Aigrépine, fier agent de l’Ordre du Jugement, a donc pris la route d’Erebor, en direction des légendaires Cascades du Temps, où il coulerait non pas de l’eau mais du sable aux propriétés étonnantes. En chemin, elle croise un domaine en flammes, mis à sac par deux escadres dont elle reconnaît les meneurs : les Capitaines de Vol d’Outrevent et d’Ansemer, Lionel de Rivepierre et Rackham l’Îlien.

Munie d’une lettre de mission signée de Gustave lui-même, elle se présente à eux et explique les ordres qu’elle a reçus. Laissant ses Chevaucheurs à la garde de Lionel, Rackham se prépare à l’accompagner pour lui prêter main-forte ; mais c’est sans compter avec l’opiniâtreté de l’Outreventois, inquiet pour son ami, qui refuse de laisser ses camarades prendre les risques seuls. Le saccage de Chamaar étant en très bonne voie et leurs hommes pouvant visiblement se débrouiller tous seuls comme des grands, c’est donc ensemble que les deux Capitaines escortent la Chevaucheuse de confiance de Gustave vers la Chute de l’Étoile, cratère conséquent, où couleraient les Sables du Temps.

Bonne chance.
A chaque merveille, son défenseur...




Premier Tour

Consignes



IRL : du lundi 5/12 au dimanche 11/12(16h).
IRP : le 26/01, 10h du matin.

• Ce topic concerne les personnages qui participent à l'intrigue « Les Sables du Temps », à la Chute de l'Étoile.

• Ce premier tour couvre votre arrivée au cratère, après le saccage en règle de l'oasis de Chamaar.

• Coucou, la limite de mots est toujours là ! 700 mots maximum par message, pas un de plus, sinon je mords !  :laa: A titre exceptionnel, votre premier message, et uniquement lui, peut compter jusqu'à 1 000 mots.

• Pensez à indiquer votre nombre de mots et le résumé de vos actions sous balises spoiler.

Bonne chance à tous !  :poele:


_________________
♦ Je suis le PNJ utilisé par les administratrices. ♦
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 2348
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheuse du dragon Mirage dans le Vol de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Duc de Lagrance, Denys du Lierre-Réal, et aux Chevaucheurs
Mes autres visages: Liam d'Outrevent
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile   Dim 4 Déc - 21:59

J'ai l'impression que rien n'a changé, que nous sommes à nouveau plongés mille ans en arrière.

Vesper a cruellement raison, même s'il n'est pas directement sur place pour le constater de ses propres yeux. Le visage sombre, mon regard s'attarde sur les vastes étendues désertiques en contrebas, où les combats font rage. Des foyers naissent, un peu partout, et répandent une fumée âcre de mort dans le ciel si bleu surplombant Erebor. C'est la première fois que l'occasion m'est laissée de survoler ces terres bordées de montagnes, à songer que Mirage aurait pu se plaire ici. Dans d'autres circonstances, d'autres temps...

Que devons-nous chercher, ma petite ?
Du sable.


J'entends un rire rocailleux secoué mes pensées, tandis que l'Emeraude promène son regard partout aux alentours. Oui, du sable, nous en avons à perte de vue... Mais ce que nous recherchons est bien spécifique. Des Cascades du Temps ne s'écouleraient pas de l'eau, mais seulement ce même sable qui recouvre tout Erebor. Enfin, pas n'importe quel sable... Celui-ci pourrait aider l'Ordre du Jugement à réparer le Sablier découvert en Sombreciel. Il paraît qu'ils sont tous détruits... Mais ne disait-on pas aussi que ces Sabliers n'étaient que ce simple légende ? Et pourtant, ils sont réels, et pourraient inverser le cours du temps.

Que feras-tu, si nous en trouvons ?
Pour être franche... Je ne sais pas, Mirage. Et si nous remontions le temps nous-mêmes ? Nous avons lu les instructions, et saurons comment l'utiliser, pour arrêter cette guerre avant qu'elle n'ait lieu.
C'est vraiment ce que tu veux ? Les risques sont grands, et l'Ordre...
Et l'Ordre me fait confiance, oui, tout comme Gustave de la Rive. Quelle idée de faire confiance à une Lorgolienne doublée d'une Lagrane, vraiment, je te le demande.


J'arrive à sourire, maigrement. Je ne saurais dire, ce que je veux vraiment en vérité. Je pense l'apprendre, au cours de cette mission... Et surtout à voir de mes propres yeux la guerre qui gronde. Etrange, d'ailleurs, de voir Ansemer et Outrevent collaborer de manière si étroite pour répandre le sang. Je suis partie en solitaire, pour davantage de discrétion dans ma mission, comptant sur les capacités singulières de Mirage... Mais je ne peux pas décemment ignorer ces deux escadres qui m'ont d'ors et déjà repérées, n'est-ce pas ?

Obsession est là. On lui demande de l'aide ?

Je pousse un bref soupir. Je connais l'affection de Mirage pour cette dragonne, et je préférerais autant qu'ils ne collaborent pas ensemble. Et puis... Je serais moins libre de mes actions, avec eux, même s'ils seront un soutien indéniable. Mirage a déjà opéré une légère descente, sans me demander mon avis, jusqu'à se poser aux côtés de l'Améthyste. Je déplie lentement mes doigts, encore un peu raides, pour m'emparer de la lettre de mission signée de l'Empereur lui-même dans ma besace. Je la tends au Capitaine Ansemerien, et commence à expliquer ma mission tandis que celui d'Outrevent nous rejoint :

- Messieurs... J'ai reçu pour ordre, de notre Empereur, d'en apprendre davantage sur les Sables du Temps, une substance particulière qui permettrait de faire fonctionner le Sablier, et qui s'écouleraient des légendaires Cascades du Temps. Je me dois de les localiser, et de lui en référer directement. Avez-vous aperçu un cratère, qu'ils nomment la Chute de l'Etoile ?

J'attends patiemment qu'ils me répondent avant de pouvoir reprendre ma route sans tarder. Pitié, faites qu'ils ne veulent pas m'escorter, et encore moins personnellement... Je garde de mauvais souvenirs des rares fois où je me suis retrouvée avec eux. Lionel de Rivepierre, qui devait me taillader pour remplir le calice de Chimène lors de l'Ordalie... Certes, nous avons su nous coordonner plutôt efficacement durant le Tournoi des Trois Opales, mais je crains qu'il m'ait gardé rancune du ton peu protocolaire que j'ai employé à plusieurs reprises... Et Rackham. En d'autres circonstances, peut-être aurions-pu nous entendre, car j'ai cru comprendre que nous avions bien des similitudes, de par nos origines qui font toutes deux grincer des dents. Il est pourtant Capitaine, preuve que rien n'est impossible... Mais sa pluie glacée m'a fait attraper la mort, et je m'en souviens encore. Alors quel est le pire - ou mieux - des deux ?

Spoiler:
 

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 225
J'ai : 31 ans
Je suis : Capitaine des chevaucheurs du vol d'Ansemer, mage de l'Hiver, chevaucheur de la dragonne Obsession

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'empire de Faërie
Mes autres visages: Denys du Lierre-Réal, Hiémain de Sylvamir, Anthim d'Erebor et Joséphine Siguardent
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile   Mer 7 Déc - 2:10

Les flammes couvrent une bonne partie du domaine, dont les quelques habitations finissent ruines et cendres. La gueule béante, Obsession termine de s’amuser à cracher son feu, avec une jubilation à peine contenue qui ne parvient pas à faire sourire son chevaucheur. Bien que convaincu d’agir pour Faërie et dans l’intérêt de l’empire, cette attaque sur des innocents, en plein milieu du désert d’Erebor ne lui plait guère. Il n’est pourtant pas du genre à s’arrêter à ce genre de chose d’habitude, mais il ne peut empêcher la justesse de son cœur de soupirer devant ces vies fauchées par la guerre d’un coup de griffe rageur de dragon. C’est son devoir cependant, et il ne reculera devant rien pour autant. Le côté impitoyable de son caractère qui le ferait se battre jusqu’à la mort pour la cause en laquelle il croit. Ce qu’il croit cependant, c’est difficile de l’identifier dans ce qui a fini par définitivement déclencher la guerre entre les deux empires d’Arven. Présent au conseil de guerre à Alfaë, il a reçu comme ses trois homologues l’ordre de la Maréchale de Flamme de lancer l’attaque sur Erebor. Les raisons, obscures s’il en est, suffisantes néanmoins.

Arrête donc un peu de tergiverser. Depuis quand tu réfléchis d’ailleurs ?

La bataille est quasi finie, n’commence pas à m’les briser ma belle.


Le rire rauque de la dragonne répond dans son esprit, non sans afficher sur sa gueule un sourire pour le moins carnassier en regardant son chevaucheur, pied à terre à observer ses hommes finir le travail. Force était de constater que les voltigeurs n’avaient pas eu le temps de se préparer et qu’en l’occurrence, les combats c’étaient révélés pour le moins faciles. Les ibéens avaient été pris de court sur cette attaque, c’était évident.

Tient, ne serait-ce pas ce vieux Mirage ?

La voix de la dragonne semble tout à coup enthousiaste, et elle bat des ailes pour saluer le dragon d’émeraude qui se pose à côté d’elle. Elle ne tarde pas pour engager la conversation, mais déjà Rackham avait laissé son attention se fixer sur la chevaucheuse nouvellement arrivée. Maelys, évidemment. Que faisait-elle ici, la soldate lagrane de l’empereur ? Il eut un haussement d’épaule puis s’avança à sa rencontre, la toisant non sans curiosité.

« T’rrives un peu en r’tard toi. »

Pour sur, vu l’état du domaine de Chaamar, il n’y avait plus grand chose à œuvrer dans cette partie d’Erebor. Venait-elle avec de nouvelles instructions autres que celles décidées avec la Maréchale ? Il en doutait. Mais la petite Maelys semblait visiblement décidée à raconter les raisons de sa venue. L’œil un peu dubitatif, il saisit la lettre que lui tend la jeune femme, sans l’ouvrir cependant, et retient un soupir soulagé quand Lionel paraît derrière lui pour les rejoindre.

« Tient, t’tombe bien. Ca va ? Pas trop d’dégâts ? »

Il n’avait pas encore eut l’temps de lui demander, la bataille après tout prenait juste fin, mais il adresse néanmoins un sourire à l’outreventois. Il tendit à son tour le parchemin à son ami, sans avoir besoin de préciser cependant pourquoi, lui qui connaissait le côté parfaitement illettré de Rackham. Bien heureusement, la jeune femme expliqua plus clairement ce pour quoi elle était là, arrachant un haussement de sourcil au capitaine d’Ansemer. Ça lui plait pas, cette histoire de sablier, et il en sait quelque chose, après l’avoir touché et fait partir tout un groupe dans le passé. Un instant il a le regard dur, ferme, et si elle ne semble visiblement pas encline, vu le ton, à avoir de la compagnie, l’îlien était bien décidé à lui imposer la sienne. Ordre de l’empereur, très bien, il n’interfèrerait pas avec ça, mais il surveillerait de près malgré tout.

« C’bien possible qu’on l’ait aperçu avec Obsession avant d’venir ici. » Il sort de la poche intérieure de son manteau une carte, pliée et poussiéreuse de sable, mais lisible et claire. Curieusement, s’il ne savait pas lire les mots, Rackham savait lire les traits d’une carte sans difficultés. Il consulta celle-ci rapidement, avant de replonger le regard vers Maelys. « Ouais j’te confirme, c’pas très loin. J’vais t’accompagner, les choses ici se sont calmées. J’peux te confier mes hommes Lionel ? J’vais pas la laisser y aller seule. »

Sous prétexte peut être de veiller sur elle. Mais surtout la surveiller.

Spoiler:
 

_________________


Obsession : darkslateblue
Calico : #cc3399
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 422
J'ai : 33 ans
Je suis : Chevaucheur, capitaine du Vol d'Outrevent, mage de l'Été (destruction), comte de Rivepierre et proche ami du duc Liam.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Maelenn • Matvei • Hermine
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile   Mer 7 Déc - 4:27

Le soleil d’Erebor se reflète sur les dunes qui semblent infinies, transformant le désert en un océan brûlant. Sur le dos de Braise, le capitaine du Vol d’Outrevent observe le triste tableau que forme l’oasis de Chamaar. Dans son cœur, il n’y a pourtant aucune flamme. Que des cendres. Il n’y a aucune justice, dans ces actes, aucune noblesse, et chaque fibre de son être hurle devant les horreurs peintes devant lui. Il a dirigé l’attaque, mais il a formellement interdit à Braise de lancer serait-ce la moindre flamme par sa gueule, et lui-même n’a usé de sa magie à aucun moment. Il obéit aux ordres donnés par sa Maréchale, il mène comme on le lui a dicté, mais il ne tuera pas. Pas ainsi, pas cela. Pas des femmes et des enfants fuyant au travers des montagnes et du sable. Pas des civils innocents.

Lagrance n’est pas supposé être de cette attaque. D’un simple mot, Braise reporte son attention sur le dragon d’Émeraude apparu dans le ciel et se rapprochant de la dragonne d’Améthyste qu’il sait être celle de Rackham, qui coordonne le deuxième bataillon chargé de mettre à sac l’oasis. En effet, les forces lagranes s’occupent d’un tout autre secteur, et jamais celles-ci ne se seraient séparées au point de laisser une des leurs aller seule. Ont-ils besoin d’aide ? Est-elle blessée, ou perdue ? Curieux de savoir ce que Mirage et sa Chevaucheuse, la récalcitrante Maelys Aigrépine, font dans le coin, il mène Braise non d’eux, puis en descend souplement et se rapproche de ses collègues.

Il accorde un salut de la tête aux deux Chevaucheurs, sans être capable de retourner le sourire amical que lui offre Rackham. Son visage sérieux semble figé dans une expression neutre, pour ne pas laisser passer la rage et le désespoir. Peut-être, en fait, y a-t-il un feu qui brûle en son cœur, mais il n’a rien de celui qu’on exige de lui. « Tiens, t’tombe bien. Ca va ? Pas trop d’dégâts ? Aucun dans mes rangs. » Des dégâts, ils en ont causé beaucoup. Beaucoup trop. Il prend la lettre que lui tend le capitaine d’Ansemer et la lit avec sérieux, ses yeux sombres passant des mots soigneusement rédigés à la petite Chevaucheuse. Ses explications sont cohérentes et conformes à ce qui est écrit dans la missive et elles ne le ravissent absolument pas. C’est donc cela. Est-ce la véritable raison de cette guerre annoncée en un éclair, en une gifle de Diane de la Fère ? Les Cascades du Temps, la Chute de l’Étoile. Le Sablier retrouvé en Sombreciel.
Le massacre, en Sombreciel, afin de retrouver ce sablier.
Ses lèvres se pincent, se serrent, et il replie soigneusement la lettre et la redonne ensuite à Maelys, qui attend qu’ils lui indiquent sagement la route à suivre et la laisser ensuite aller sans se poser de questions, probablement. Ce qui est mal les connaître, comme elle s’apprête à le constater. « Ouais j’te confirme, c’pas très loin. J’vais t’accompagner, les choses ici se sont calmées. J’peux te confier mes hommes Lionel ? J’vais pas la laisser y aller seule. Je vous accompagne. » Sa voix est ferme et ne laisse pas vraiment de place à la discussion, ni à aucune protestation. Il soutient brièvement le regard de Maelys, puis celui de Rackham. Si celle-ci avait raison de craindre une escorte, il est bête de penser qu’il ne s’en mêlerait pas. Autant pour savoir ce qu’il retourne vraiment de cette mission impériale que pour s’assurer que tout se passe bien et qu’ils en ressortent tous vivants. La jeune femme comme Rackham. « Ils n’ont pas besoin de nous pour terminer ce qu’ils ont commencé. Le prochain point d’attaque est d’ores et déjà déterminé, nous les y rejoindrons par la suite. Je signalerai à mon second de transmettre vos ordres à votre escadron, capitaine l'Îlien. C’est déjà suffisant pour justifier sa décision, mais il se permet de compléter, avec la même impassibilité. Surtout, nous ne savons rien de cet endroit, de ce qu’il renferme exactement et s’il est protégé. Nous ne serons pas trop de trois. » Trois mages aux pouvoirs tous différents, pouvant tous être combinés, accompagnés de trois dragons. C’est un minimum qu’il espère suffisant.

Spoiler:
 

_________________

One side stone, one side fire.

Dialogues de Lionel en peru ◊ Dialogues de Braise en firebrick ◊ Dialogues de Harald en maroon



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 2348
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheuse du dragon Mirage dans le Vol de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Duc de Lagrance, Denys du Lierre-Réal, et aux Chevaucheurs
Mes autres visages: Liam d'Outrevent
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile   Mer 7 Déc - 22:55

Ils ne sont pas sérieux... Ils ne comptent pas réellement venir tous les deux avec moi, n'est-ce pas ?
J'affiche un sourire crispé, aux deux Capitaines de Vol qui me font face. Deux pour le prix d'un. Merveilleux, vraiment.

- Alors je vous suis, Capitaine.


Je me suis adressée à celui d'Ansemer, avec le ton le plus sobre de mon répertoire. J'essaie de relativiser... Après tout, mieux vaut se laisser conduire par des Chevaucheurs qui ont déjà pris connaissance du terrain, et qui savent comment éviter les poches de résistance ou les traquenards pour arriver le plus rapidement possible à destination, et en un seul morceau. C'est toujours mieux que de survoler la zone, à l'aveugle. Mais l'Outreventois... Je m'en serais bien passée, malgré tous les arguments qu'il avance en sa faveur. Au moins, Rackham partage les mêmes expériences désagréables que moi avec ces Sabliers, et j'aurais eu moins de mal à le rallier à ma cause. Mais Lionel de Rivepierre... Je le suspecte d'être aussi bourré de principes que la plupart des ressortissants de son Duché. Je parie qu'il va nous mettre des bâtons dans les roues, si nous ne respectons pas les règles du jeu... Sauf que je les aurais bien fixées moi-même, ces règles-là.

Je ne réponds rien, c'est inutile. Il ne changera certainement pas d'avis, et lui expliquer le fond de ma pensée ne nous aidera pas à repartir du bon pied. Je le suspecte néanmoins de vouloir fuir ses responsabilités sur le champ de bataille, prétextant que leurs hommes ont déjà reçu leurs ordres. Rackham aurait suffi comme guide. Je ne peux m'empêcher de le détailler de haut en bas, non à m'attarder sur sa carrure, mais plutôt sur l'absence totale de traces de sang, que ce soit sur ses vêtements ou même sur son dragon. C'était d'autant plus visible en comparaison à Obsession, qui avait pleinement participé à la bataille. Et on parlait ensuite des lagrans qui arrivaient en retard et esquivaient le combat, bien entendu...

Ils se battent sans conviction.
Je constate.


L'Emeraude déploie déjà ses ailes, s'apprêtant à suivre la dragonne d'Améthyste où elle ira. Je me porte aux côtés de Rackham, avant qu'il ne prenne son envol, lui glissant quelques mots :

- Ces massacres gratuits ne vous rappellent pas une méthode bien familière de l'Ordre du Jugement, que nous avons déjà expérimentés ? Quand ils se sont emparés du Sablier en profitant de la confusion... On ne vaut pas mieux qu'eux, maintenant.

Ces Chevaucheurs vont partir pour une autre destination, pendant que nous nous assurerons de récupérer ce qu'ils veulent... Ce sable, si particulier. Ils vont semé le chaos, la mort. N'était-il pas parmi les défenseurs, qui sont restés jusqu'à ce que la barricade cède pour défendre l'artefact de ces temps perdus ?

Je prends un peu de recul, dès que nous entamons notre ascension, se soustrayant à cette chape noire de fumée aux relents propre à vous donner la nausée. Mirage et moi nous laissons guider, portés par les vents chargés de sables, cernés par les deux Capitaines de Vol et leurs montures. On peut dire que cette escorte a fière allure, tout de même...

Spoiler:
 

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 225
J'ai : 31 ans
Je suis : Capitaine des chevaucheurs du vol d'Ansemer, mage de l'Hiver, chevaucheur de la dragonne Obsession

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'empire de Faërie
Mes autres visages: Denys du Lierre-Réal, Hiémain de Sylvamir, Anthim d'Erebor et Joséphine Siguardent
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile   Jeu 8 Déc - 12:14

Il s’offusque pas du ton froid et l’air sévère qu’aborde Lionel. C’était juste étonnant de constater le contraste qui existait entre les deux capitaines. Car il était clair qu’à côté, Rackham n’était pas très à cheval sur ces principes de politesse. Notamment parce qu’il considérait l’outreventois comme un ami, et qu’un ami on s’adresse pas à lui avec un tel air guindé. La seule chose qui est prompt à faire tiquer le capitaine d’Ansemer, c’est qu’on lui serve du « l’Îlien » comme nom. Il a l’habitude du « capitaine » ou du « Rackham », mais alors le nom qu’il s’est trouvé en arrivant en Arven, ça c’est surprenant. Ce qui ne l’est pas cependant, c’est le fait que Lionel décide de les accompagner, non sans arguer des arguments difficiles à contourner. Bah, ce n’est pas Rackham que ça allait déranger, mais vu l’air interdit de Maelys, ce n’est certainement pas son cas.

« T’as p’t’être raison. » Il a un simple haussement d’épaule, signe qu’il accepte, suivi bien vite par l’assentiment de la chevaucheuse lagrane qui semble plus disposée à lui parler à lui plutôt qu’à Lionel. « Bien alors allons y. »

Il laissa donc à Lionel le soin de confier à un de ses majors les ordres des deux capitaines, tandis qu’il se dirigea vers Obsession, dont le regard de braise louchait encore sur les ruines qui brulaient de flammes ardentes et d’une fumée épaisse, noire, sinistre. Il n’est certainement pas aussi touché que son homologue par les massacres et les morts, sa culpabilité n’est guère titillée. Pour autant, la gratuité de cette attaque portée sur des innocents n’est pas au goût de l’îlien, qui en ressent un goût de victoire amère. A côté, les considérations de sa dragonne pour ce genre de chose n’était plus à expliquer… il s’apprête à grimper sur son dos pour guider la nouvelle équipe, quand la voix de Maelys l’interrompt dans son geste.

Il sent une grosse critique, dans ses paroles. Elle ose parler ainsi, elle qui suivait l’empereur avec loyauté. Cet homme que tout le monde savait affilié à l’Ordre, coupable de tant d’horreur ? La surprise ne pouvait pas être de la partie en considérant ces données. Aussi, c’est d’un grognement dépité que répond Rackham.

« Et ça t’étonne ? L’Ordre contrôle Faërie via l’empereur et nous, on obéit. Par conviction ou par obligation. C’comme ça, même si ça m'plait pas. » Oui… c’est comme ça. Il n’est pas contre défendre Faërie, Rackham, qui suit toujours les valeurs qu’il avait autrefois juré de protéger. Et l’on dit souvent que la guerre et la mort sont nécessaires pour… pour la paix ? Il est fidèle et loyal Rackham. A Faërie. Et en ce qu’il croit. « Toi qui suis l’empereur,  tu d’vrais l’savoir non ? Pourquoi ça t’dérange ? Tu d’vais t’y attendre. » Oh ce n’est pas un jugement, juste une constatation. Il ne sait pas que Maelys est membre de cet Ordre, mais il sait que sa loyauté envers Gustave n’est pas un secret. Aussi s’interroge-t-il sincèrement, sans vraiment s’occuper de savoir si ça dérange la jeune femme.

Enfin ils s’envolent, Rackham en tête du groupe, lui et Obsession connaissant le chemin jusqu’au cratère recherché par Maelys. Ils sont tous silencieux, et même la voix de sa dragonne ne vient pas déranger la concentration de son chevaucheur. Après une temps, ils finissent par arriver en vue de la Chute de l’Etoile.

Spoiler:
 

_________________


Obsession : darkslateblue
Calico : #cc3399
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 422
J'ai : 33 ans
Je suis : Chevaucheur, capitaine du Vol d'Outrevent, mage de l'Été (destruction), comte de Rivepierre et proche ami du duc Liam.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Maelenn • Matvei • Hermine
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile   Ven 9 Déc - 6:42

Le sourire crispé de la Lagrane ne laisse aucun doute quant à ses sentiments. Là où Rackham se range à ses arguments, la Chevaucheuse ne semble absolument pas ravie de l’escorte patentée qu’elle se récolte et ce serait mentir que de prétendre que Lionel n’est pas satisfait de la voir si… déplût. Avec un peu d’espoir, ils mettent des bâtons dans les roues d’un plan impérial. Il tourne rapidement les talons pour retourner sur le dos de Braise, afin de joindre l’homme qui s’occupera de mener les escadrons outreventois et ansemariens dans leur massacre futur. Prétexter une demande d’escorte n’est pas bien difficile : c’est presque vrai, après tout. Il a confiance en ses troupes et il sait qu’elles mèneront à bien la mission confiée, qu’importe sa laideur.

Bien vite, il retourne aux côtés de ses collègues, dont la proximité le rend doublement soupçonneux. Il n’aime pas les messes basses et voir la Lagrane si proche de son ami est, dans son esprit rigide, une preuve qu’elle tente de comploter et d’entraîner l’Îlien dans ses machinations. Ou parlent-ils de lui dans son dos ? À portée d’oreille, il n’entend pas ce que dit Maelys, seulement la fin de la réponse de Rackham : « […] Pourquoi ça t’dérange ? Tu d’vais t’y attendre. » S’attendre à quoi ? À ce qu’ils l’escortent ? À ce qu’il insiste pour les accompagner, à leur grand déplaisir, peut-être ? Serait-ce elle, la fameuse amie de Rackham qui avait apparemment tant besoin de son Familier suite au massacre du Lac Oublié, qu’ils n’hésitent pourtant pas à reproduire, sans aucun scrupule ? De quoi parlent-ils ? Calme-toi, Lionel. Tu es prêt à leur sauter à la gorge. La voix inquiète de Braise le fait sursauter. Sur la selle, ses mains sont crispées jusqu’à lui faire mal. Ils n’ont rien fait. Maelys et Rackahm n’ont rien fait. Rien fait d’autre que ce qu’ils ont reçu l’ordre de faire. Comme lui.
Le capitaine d’Outrevent reprend son souffle, qu’il trouve court, même erratique. De quelques gestes machinaux, routiniers, il s’assure que ses cheveux sont bien noués et ses armes au bon endroit, que l’armure protégeant le poitrail de Braise soit bien en place. Quelques gestes qui suffisent à le calmer, à le rassurer, juste avant qu’Obsession et Mirage s’envolent. La dragonne d’Améthyste prend le devant de leur formation. Il ne sait pas ce que Braise peut bien échanger avec ses deux compères, mais le noble dragon a la sagesse de laisser le Chevaucheur à son silence, à sa concentration. Le soleil semble embraser les écailles de leurs montures, transformant leur vol en un arc-en-ciel fascinant.

Le cratère, enfin, se dessine dans leur champ de vision. Lionel se redresse pour mieux l’apercevoir, sa curiosité attisée par l’endroit. Les excursions en Ibélène sont rares, pour lui, et il n’a surtout pas l’occasion de se laisser aller à aucun type de tourisme, encore moins dans ce duché où les étrangers sont regardés de travers. La descente s’amorce, lentement, jusqu’à ce qu’ils soient près de survoler tout à faire la Chute de l’Étoile. La demoiselle Aigrépine a-t-elle des informations à propos d’une éventuelle garde des lieux ? Le dragon de Rubis transmet le message à la demoiselle, parler entre Chevaucheurs en plein vol étant toujours un exercice pouvant s’avérer riche en ingestion involontaire de divers insectes et même volatiles, quand les paroles ne faisaient pas que simplement se perdre dans le vent.

Spoiler:
 

_________________

One side stone, one side fire.

Dialogues de Lionel en peru ◊ Dialogues de Braise en firebrick ◊ Dialogues de Harald en maroon





Dernière édition par Lionel de Rivepierre le Mar 13 Déc - 19:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
avatar

Messages : 646
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
PNJ
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile   Dim 11 Déc - 19:02



La Chute de l’Étoile


Maelys, Lionel, Rackham

L’ambiance est tendue entre les trois Chevaucheurs et leurs montures, tandis qu’ils s’approchent progressivement du cratère visé. Ils ont tous en tête les ravages causés par les troupes faës dans ce laps de temps ridiculement réduit – tant de massacre, tant de mort, tant de destruction, simplement pour venger un affront. La portée de la réponse n’est-elle pas un peu démesurée ? Quel mal ont commis les habitants de Chamaar ? Bien sûr, ils ne savent pas que l’oasis occupe un point stratégique, et qu’attirer les Voltigeurs à cet endroit les éloignera forcément de la Chute de l’Étoile. Mal nécessaire, diraient les généraux de guerre en haussant les épaules, l’air navré ; mais les soldats imbibés de sang qui combattent au front n’ont pas nécessairement la même vision des choses.

Ils approchent du cratère, les deux capitaines et l’agente de l’Ordre, quand soudain, le vent s’agite. En quelques minutes, c’est une véritable tempête qui se lève, et la visibilité diminue nettement. Ils persistent, vaillamment, les trois seigneurs des cieux, tous proches du but ; mais ce qui devait arriver, fatalement, finit par se produire. Dans un bruit sourd, Braise s’en vient percuter Mirage, et dans un grand battement d’ailes et de griffes, les deux montures chutent violemment entre les dunes. Secoués, leurs passagers en sortent plus ou moins indemnes, malgré une collection d’écorchures et de bosses – heureusement qu’ils n’étaient pas très haut ! Obsession se pose près d’eux, tant bien que mal. Approcher du cratère sera sûrement compliqué…




Deuxièmer Tour

Consignes



IRL : du lundi 12/12 au dimanche 25/12 (MIDI).
IRP : le 26/01, entre 10h et midi.

• Ce topic concerne uniquement les personnages qui participent à l'intrigue « Les Sables du Temps », à la Chute de l'Étoile.

• Ce deuxième tour couvre votre approche du cratère, et la tempête de sable qui se lève. Le Destin repassera vous donner d'autres précisions en cours de tour.

• Vous avez plusieurs possibilités : vous cramponner à vos dragons et attendre que ça passe ; remonter en selle et vous éloigner pour sortir de la tempête ; vous engouffrer dans les cavernes parsemant les montagnes alentour pour vous abriter.
Le Destin vous laisse vous décider. Il repassera en cours de tour vous décrire la suite des événements, dès que l’un de vous indiquera « A toi, Destin ! » dans le spoiler de son message.

• Coucou, la limite de mots est toujours là ! 700 mots maximum par message, pas un de plus, sinon je mords !  :laa:

• Pensez à indiquer votre nombre de mots et le résumé de vos actions sous balises spoiler.

Bonne chance à tous !  :poele:


_________________
♦ Je suis le PNJ utilisé par les administratrices. ♦


Dernière édition par Le Destin le Dim 18 Déc - 15:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 2348
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheuse du dragon Mirage dans le Vol de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Duc de Lagrance, Denys du Lierre-Réal, et aux Chevaucheurs
Mes autres visages: Liam d'Outrevent
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile   Lun 12 Déc - 0:12

Ils ne sont pas commodes, les deux Capitaines.
Je suis bien heureuse d'être en plein vol, avec uniquement Mirage pour hanter mes pensées... Je crains que cette mission risque d'être hautement pénible pour moi. Les remarques acerbes de Rackham m'ont tiré une grimace contrite. Comme si j'aurais pu prévoir que les choses dégénéreraient autant...  Je n'ai pas l'occasion de terminer cette discussion avec lui. Son homologue Outreventois revenait peu de temps après, darder un regard assassin sur moi. Je lui ai rendu un froncement de sourcils, un rien perplexe, sans me fendre du moindre commentaire. Je sais qu'il ne m'apprécie guère, mais tout de même... Je n'ai rien fait de préjudiciable, à l'instant, non ? Ou alors je n'en ai pas le souvenir. Qu'importe ! Je ne serais pas à mon premier écart de conduite qui pourrait lui déplaire. Il devrait se détendre, des fois.

Tu n'aimes pas être cernée par deux beaux mâles, ma petite ?
Tu parles ! Ils sont aussi aimables que deux portes de prison.


J'entends un rire rocailleux caresser les méandres de mon esprit. Je souris, malgré moi, avant qu'une question relayée par Braise ne m'extirpe de ses pensées plus légères.

Dis-lui que non. Ils sont mieux informés que je ne le suis sur notre destination.

Savaient-ils, d'ailleurs, qu'une tempête pouvait se déclarer en quelques minutes à peine dans ces contrées lointaines d'Erebor ? Mirage est pris au dépourvu autant que je le suis, et l'Emeraude bat des ailes avec acharnement pour ne pas perdre de vue Obsession dans ce tourbillon de sables qui fouette ses écailles. Je me suis couchée sur lui, crispée. Je m'abandonne à son vol, me remettant à sa dextérité comme lors de cette tempête que nous avions traversés au large de l'île des Amoureux du Vent.

Dommage. J'avais une vue imprenable sur le fessier d'Obsession...

Quel idiot, dans un moment pareil !
Le vénérable tente de dédramatiser, mais il n'a plus sa vigueur d'autrefois. Un courant brutal parvient à le rejeter en arrière... Et c'est le choc. L'Emeraude contre le Rubis, dans une violence inouïe. Un cri reste bloqué dans ma gorge, alors que la violence de la collision me coupe la respiration. Je ne vois bientôt plus rien que du sable, que mon dragon qui tournoie, sans plus le moindre contrôle, pris dans la tourmente. Un élan de panique pure me saisit, quand nous nous rapprochons dangereusement du sol. Je ferme les yeux, et en appelle à toute ma magie, pour amortir sa chute... Je n'arrive à rien. Il est beaucoup trop lourd. Et, privée de mon énergie, je ne parviens même plus à me cramponner efficacement. Je me fais projeter hors de ma selle quand Mirage percute le sol.  

Je crache, tousse, et m'extraie avec difficulté de sa morsure ardente. J'ai mal partout, du sang dans la bouche... Rien que de légères contusions néanmoins. Sauf que je n'entends rien, ne vois rien, même pas les écailles émeraudes de mon dragon.
Mirage ? MIRAGE !
Je l'appelle, avec cet accent de panique. Je tente de me relever, rabattant en hâte ma capuche sur mes yeux pour me préserver du sable. J'hurle son nom, derrière l'étoffe rabattue jusque sur mon nez. La tempête se calme, finalement. Non... C'est son aile imposante, qui fait barrage. Une vague de soulagement m'étreint, et je me précipite vers lui.
Oh Mirage ! Tu n'as rien ?
Rien de grave, ma petite. Je peux encore voler.
Tu... Tu m'as fait si peur. J'ai cru que...
Il en faut plus pour me tuer, tu devrais le savoir. N'essaie pas d'user encore de ta magie ainsi, tu sais bien que c'est inutile.

Je le sais, oui. Je n'ai simplement pas pu m'en empêcher. Je me pends à son long cou de gros lézard, à rire avec l'envie de pleurer. J'aperçois finalement l'Améthyste et le Rubis se dessiner non loin. Mirage avance d'une démarche pataude, dans tout ce sable, sans user de ses ailes... Mais ces pas difficiles me redonnent espoir. Je me rapproche d'eux, hurlant à travers le vent :
- Tout le monde va bien ? Impossible de voler... On doit se mettre à l'abri !

Spoiler:
 

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 422
J'ai : 33 ans
Je suis : Chevaucheur, capitaine du Vol d'Outrevent, mage de l'Été (destruction), comte de Rivepierre et proche ami du duc Liam.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Maelenn • Matvei • Hermine
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile   Mar 13 Déc - 20:54

Il n’a pas à attendre longtemps avant que la réponse de la Chevaucheuse soit relayée par Braise. Elle n’en sait rien. L’empereur pourrait bien l’envoyer dans un guet-apens qu’elle n’en saurait donc rien. Arrête-moi si je me trompe, mais n’est-ce pas exactement le but d’un guet-apens ? La taquinerie de ton dragon ne réussit pas à lui arracher un sourire, pas même l’ombre d’un rictus. Il est si concentré qu’il n’en remarque même pas le vent qui se lève, jusqu’à ce qu’ils soient pris dans une véritable tempête. Une tempête trop vive, trop soudaine, pour qu’elle soit entièrement naturelle… ou, l’est-elle ? Le climat erebien n’est pas sa spécialité et ce n’est certainement pas non plus celle de son dragon.

L’acharnement de Braise à avancer semble vain, peu importe la force avec laquelle il bat des ailes. C’est comme s’ils restaient sur place. Lionel rabat un des pans de son tartan sur son visage, tentant d’y voir quoi que ce soit. Et pour voir… il voit très nettement Mirage se rapprocher à toute allure d’eux, sans qu’ils puissent faire quoi que ce soit pour éviter la collision. Ailes et griffes emmêlées, les deux vénérables sauriens chutent vers le sol, inexorablement. Bien trop vite. Lionel peut seulement défaire en vitesse les liens et étriers qui le retiennent au dragon afin d’éviter de se retrouver broyé sous celui-ci. Le Chevaucheur s’expulse, d’un vigoureux saut, juste avant que Braise s’échoue dans les dunes, se gratifiant lui-même d’un atterrissage des plus douloureux. Il reste étendu dans le sable, quelques minutes, sa tête pulsant furieusement. Lorsqu’il réussit à se redresser, c’est pour cracher tout le sable dans sa bouche, puis chercher son dragon, dont il ne voit même pas l’ombre d’une écaille. BRAISE ! Pas besoin de crier, Lionel… je t’entends très bien. Sale dragon ronchon. Un sourire soulagé monte enfin sur son visage, où commence déjà à s’étaler une rougeur qui deviendra sous peu une ecchymose respectable. Un éclat de rubis se dessine dans son champ de vision et en titubant, le Chevaucheur réussit à s’en approcher jusqu’à pouvoir toucher le flanc du dragon et se mettre un peu à l’abri du vent. Es-tu blessé ? Non… J’ai vécu pire. Et toi ? Ça va. Il a mal partout, mais il ne semble pas avoir quoi que ce soit de cassé. Un coup d’œil par-dessous le cou de Braise et il aperçoit Obsession, se posant avec maladresse non près d’eux, son Chevaucheur toujours bien en place sur son dos.

« Tout le monde va bien ? Impossible de voler... On doit se mettre à l'abri ! Il ne voit pas la Chevaucheuse de Lagrance, mais il est d’accord avec ce qu’elle propose. Leurs dragons ne pourront même pas décoller. Ça va ! Lui aussi doit pratiquement hurler pour être entendu. Rackham ! As-tu remarqué, sur ta carte, un endroit où nous pourrions nous abriter ? » Toute sa politesse coincée, tout son respect des titres et des grades, tout ceci a disparu dans les circonstances. Ils sont proches des montagnes, peut-être y a-t-il une caverne, ou un renfoncement, un peu à l’abri des éléments ? Juste le temps que le vent cesse et qu’ils puissent atteindre le cratère.

Spoiler:
 

_________________

One side stone, one side fire.

Dialogues de Lionel en peru ◊ Dialogues de Braise en firebrick ◊ Dialogues de Harald en maroon



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 225
J'ai : 31 ans
Je suis : Capitaine des chevaucheurs du vol d'Ansemer, mage de l'Hiver, chevaucheur de la dragonne Obsession

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'empire de Faërie
Mes autres visages: Denys du Lierre-Réal, Hiémain de Sylvamir, Anthim d'Erebor et Joséphine Siguardent
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile   Jeu 15 Déc - 1:24

Du sable à perte de vue, s’ouvrant sur une immensité presque aussi impressionnante que la mer. Et comme celle-ci, le désert peut être impitoyable, imprévisible. Ils sont en vue du cratère depuis peu de temps, dans un silence presque pesant, quand la tempête leur tombe dessus sans prévenir, sans être perceptible la minute d’avant.

Je ne pourrais pas continuer comme ça longtemps Rackham, et les autres non plus.


Il pourrait presque la savoir frustrée, sa chère Obsession, qui bat violemment des ailes pour essayer de vaincre le vent dont le souffle était dangereusement puissant. Elle y parvient, mieux que les autres, par force d’un acharnement qui ne vaut pas réellement la peine, puisque bien vite des cris parviennent aux oreilles du capitaine d’Ansemer. Et malgré le sable dans les yeux, il voit ses deux compères se rentrer violemment dedans, dégringolant dans le ciel jusque vers les dunes agitées. Heureusement, ils ne volaient pas très haut.

Ah les hommes.
C’aurait pu être toi t’sais.
Jamais de la vie !


Oh mauvaise foi, digne d’Obsession dont le ton hautain ferait presque monter un sourire sur les lèvres de Rackham, s’il n’était pas préoccupé par l’état des deux autres. Aussi descend-t-il jusqu’à la masse qu’il identifie d’une couleur rubis – Braise donc – ne pouvant de toute façon pas rester en vol avec ce vent et cette tempête visiblement décidée à s’acharner sur eux. Habilement il pose pied à terre dans le sable instable, cherchant du regard Lionel puis Maelys. Je vois Mirage. Sa chevaucheuse ne devait donc pas être loin, et c’était tant mieux. La voix de celle-ci d’ailleurs, presque lointaine mais hurlée, vient jusqu’aux oreilles de l’Îlien, bientôt suivi de celle de Lionel qu’il entend mieux grâce à sa proximité. C’est une évidence pour tous, il faut se mettre à l’abri. Poursuivre dans ces conditions était inutile voire dangereux. A son tour, il répond à la question posée d’une voix forte, plus que celle des deux autres, de ce timbre qui sonnerait presque exotique.

« Ouais, des montagnes pas loin d’ici ! On a d’la chance, on est pas tombé trop loin j’pense ! Il faut se dépêcher avant que la tempête nous avale complètement ! » Comme elle le ferait sans doute en mer, comme elle le fait toujours lorsque la rage l’emporte. Une tempête bien mal tombée les empêchant de mener à bien leur mission. Ou au contraire, l’arrêtait peut être pour la bonne cause. « Par là ! » Une nouvelle fois, c’est Rackham qui prend la tête du groupe pour les guider.Difficile de le distinguer une direction dans le vent des sables, mais il est sûr de voir cette masse noire représentant les montagnes. Prêt de lui, Obsession, silhouette bien plus remarquable permettait aux autres de les suivre. Et finalement ils y arrivent, dans ces grottes qui percent la montagne et qui offriraient une précaire protection le temps que la tempête se calme.

Spoiler:
 

_________________


Obsession : darkslateblue
Calico : #cc3399
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
avatar

Messages : 646
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
PNJ
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile   Dim 18 Déc - 17:52



La Chute de l’Étoile


Maelys, Lionel, Rackham


Le Destin intervient

Vers les montagnes ! Il le faut ! Tant bien que mal, luttant contre la force des vents et les bourrasques déchaînées, les trois mages et leurs montures malmenées par la fureur des éléments progressent petit à petit vers les affleurements rocheux à proximité. Fouettés par l’air en mouvement, giflés par le sable qui s’engouffre dans leurs yeux et leurs poumons, ils finissent par parvenir jusqu’à une série de cavernes profondes, s’y enfonçant autant que la large carrure de leurs dragons le leur permet.

Leur arrivée éveille un crescendo d’échos cristallins qui se répercutent dans le dédale de couloirs creusant la falaise : tout communique, ici, et il serait peut-être intéressant de se rapprocher du cratère, à l’abri des éléments… Droit au but, ou en prenant le temps d'explorer les cavernes sur le chemin, voilà un choix qui leur appartient.  



Tour prolongé d'une semaine pour cause de... de Rogue One au cinéma.


_________________
♦ Je suis le PNJ utilisé par les administratrices. ♦
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 422
J'ai : 33 ans
Je suis : Chevaucheur, capitaine du Vol d'Outrevent, mage de l'Été (destruction), comte de Rivepierre et proche ami du duc Liam.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Maelenn • Matvei • Hermine
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile   Lun 19 Déc - 2:21

Qu’ils ont fière allure, les fils et filles des cieux ! Avançant tant bien que mal entre les dunes, dérapant à chaque pas lourd, la sueur coulant sur leurs fronts et le sable s’engouffrant dans chaque orifice, chaque interstice ! Une main sur le flanc de son dragon, Lionel avance sans même regarder où ils vont vraiment, levant parfois la tête pour s’assurer qu’ils aperçoivent encore Obsession, point de repère nettement plus visible que son Chevaucheur. Dans la tempête, il ne peut même pas voir où l’homme les conduit et il peut seulement faire confiance à son sens de l’orientation.

Les montagnes surviennent subitement comme un mur, percé de cavernes aux ouvertures disparates. Aussi en forme soit-il, cette marche a tout d’essoufflant, et il n’est plus capable de supporter ses cheveux défaits qui fouettent son visage en même temps que les sables d’Erebor.

Le dragon de Rubis et son Chevaucheur observent Rackham et Obsession, puis Maelys et Mirage, entrer dans la caverne à l’ouverture la plus large, une expression dubitative peinte sur le visage de l’homme. Ils ne sont pas claustrophobes, fort heureusement, car l’idée de rentrer dans un si petit endroit sans savoir s’ils pourront en sortir est peu agréable. L’aventure de la Samhain est encore fort présente, dans l’esprit de Lionel. Qui sait où ces gorges pourraient bien les conduire ? Ils ont déjà découvert une cité ensevelie, maudite, perdue… peut-être en verront-ils une deuxième ? Je ne passerai pas, Lionel. Mais si. Le regard que lui jette Braise est hautement sceptique. Braise est un gros dragon. Un dragon n’est jamais spécialement petit, certes, mais l’ophidien de Rubis est de loin un des plus immenses de son espèce et il a probablement raison, quant à la possibilité qu’il puisse entrer dans la caverne. Obsession et Mirage ont un gabarit plus réduit, mais lui… Je passe devant, je vais t’aider à te diriger.
Il ne faudrait pas qu’il se blesse en tentant de se mettre à l’abri.
Dans la caverne, il fait noir comme la nuit, mais ce n’est pas un problème. Ils n’ont pas peur du noir non plus, n’est-ce pas ? Lionel fait apparaître une flamme au cœur de sa paume, éclairant les parois de la grotte. Celle-ci semble se prolonger plus loin, mais il ne peut pas y porter attention. Il a un gros dragon à faire entrer dans une petite caverne. Ses yeux sombres guettent les renfoncements rocheux, pour aider Braise à se déplacer. Machinalement, le mage démêle ses boucles de sa main libre, les yeux fixés sur son compagnon de vol. « Croyez-vous qu’on puisse se rapprocher du cratère par l’intérieur ? »

Spoiler:
 

_________________

One side stone, one side fire.

Dialogues de Lionel en peru ◊ Dialogues de Braise en firebrick ◊ Dialogues de Harald en maroon



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 225
J'ai : 31 ans
Je suis : Capitaine des chevaucheurs du vol d'Ansemer, mage de l'Hiver, chevaucheur de la dragonne Obsession

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'empire de Faërie
Mes autres visages: Denys du Lierre-Réal, Hiémain de Sylvamir, Anthim d'Erebor et Joséphine Siguardent
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile   Jeu 22 Déc - 19:12

J’ai du sable dans les narines.

Rackham aurait presque pu rire de la remarque de sa dragonne s’il n’avait pas été dans l’exacte même situation, manquant à plusieurs reprises de s’étouffer en essayant de prendre sa respiration dans l’affreuse tempête qui faisait rage. Il ne pouvait alors respirer que par la bouche, protégé de son bras mit en avant, tout en essayant de se guider en restant à proximité d’Obsession.

Ca gratte.

A proximité d’elle et de ses fantastiques remarques.

On approche d’la montagne sinon ?
Oui, on y est presque.
Y’aura des grottes assez grandes pour vous ?
Je crois. Quoique…


Il entend le rire moqueur et presque vilain de la dragonne, et certainement pense-t-elle à l’un de ses deux congénères, qui ne bénéficient pas de sa stature svelte et fine. Malgré tout, ça n’enchante guère le capitaine d’Ansemer s’ils ne sont pas tous en mesure de se mettre à l’abri par un temps pareil, et la dragonne, bien qu’usant un ton un peu hautain, rajoute quelques mots à l’intention de son chevaucheur.

On devrait pouvoir tous rentrer. En forçant un peu.

Et heureusement, elle avait raison. Obsession fut la première à passer, suivie bien vite de Mirage et Maelys. Le doute fut maintenu l’espace d’un instant avec Lionel et Braise, mais ils finirent tous par arriver dans les immenses cavernes de la montagne, sains et saufs. Le temps que le capitaine d’Outrevent en finisse avec sa monture, Rackham se mit à observer les alentours, jugeant aux échos se réverbérant sans cesse que la montagne était non seulement profonde mais pourvue d’un grand nombre de tunnel. Du reste, il n’en savait hélas pas plus et il n’avait pas spécialement prévu dans ses plans de s’engouffrer dans les roches d’Erebor pour aller à la Chute de l’Etoile. Il n’avait déjà pas prévu d’y aller à l’origine de toute façon. Dans un haussement d’épaule, continuant d’observer à la faible lumière procurée par Lionel, Rackham répondit à son compagnon.

« P’t’être. C’m’a l’air profond c’dédale là. On pourrait risquer d’se perdre aussiiiiiiaaaaaah ! »

Il a un hurlement traverse ses lèvres, rauque, qui résonne en écho dans la montagne. Il lui faut un instant pour se reprendre, et plus encore, il doit s’appuyer sur un pan de mur le temps de calmer son cœur largement agité.

Ah pardon, c’est moi. Je suis tombée et Quittou m’a rattrapé !

Quitterie. Evidemment. Qui d’autre qu’elle pour toucher sans inquiétude Calico ? Et il n’y avait bien qu’entre les bras de la petite chevaucheuse maladroite que Calico acceptait de se blottir, outre les siens bien entendu. Il se redresse un peu, reprenant contenance.

« D’solé, c’rien. Donc on disait… Ah ouais, s’risquer à l’intérieur ou pas. Ben j’dirais que comme on sait pas quand la tempête va s’arrêter, on peut t’jours aller j’ter un œil. »

Spoiler:
 

_________________


Obsession : darkslateblue
Calico : #cc3399
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 2348
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheuse du dragon Mirage dans le Vol de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Duc de Lagrance, Denys du Lierre-Réal, et aux Chevaucheurs
Mes autres visages: Liam d'Outrevent
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile   Ven 23 Déc - 11:44

Je ne puise aucun réconfort à entendre mes deux compagnons d’infortune me répondre. Ils échangent entre eux, à crier à travers tempête, pour décider de la marche à suivre… Et nous nous contentons de suivre le mouvement. J’irais où ils voudront, à partir du moment où cela peut garantir le bon rétablissement de Mirage. Il peine, le Vert, à braver les éléments. La tête basse, au plus proche du sol, et ses lourdes paupières pratiquement closes pour se prémunir du sable, il avance une patte devant l’autre d’une démarche raide. Je crains qu’il n’ait mal quelque part, même s’il ne s’en plaindra pas. Je n’ai plus qu’à espérer que le Destin soit clément avec nous, et que ces cavités dont parle Rackham ne soient pas trop éloignées de notre position. Que nous ne soyons pas tombés bien loin de notre objectif me laisse croire que mon Dieu tutélaire nous réserve encore bien des défis à relever.

Je ne suis pas vraiment déçue, quand nous apercevons enfin une série de cavernes, dans lesquelles nous nous engouffrons aussitôt pour nous prémunir du déchaînement des éléments. Je secoue mes vêtements pour en chasser le sable, et défais mon bandeau pour enfin respirer convenablement. Je suis déjà exténuée, de par l’usage abusif de ma magie tout autant que cette traversée fastidieuse qui m’a rompu les jambes. Je me laisse retomber contre les écailles émeraudes de mon dragon, à en gratter les interstices pour vérifier qu’aucune blessure ne se dissimule sous cette épaisse couche de poussière qui le recouvre. Je sens son souffle chaud ébouriffer ma chevelure, quand il oriente sa lourde tête vers moi, avec ce regard bleu qui en dit long.

Tout va bien, ma petite.
Je suis certaine que tu mens.
Le sable, c’est comme la neige… Ca amortit les chutes.


Je le vois bien, qu’il peine. J’effectue un rapide tour d’inspection, et me rends rapidement compte qu’il s’appuie davantage sur sa patte gauche. Ah ! Quelle belle équipe de manchot nous faisons…

Je me suis peut-être mal rétabli au sol, mais contrairement à toi, je ne marche pas sur deux pattes.
On va devoir s'enfoncer davantage pour se mettre à l'abri, tu es sûr de pouvoir suivre ?
Je suis même sûr de peiner moins que ce mastodonte de Braise.


Son sourire étire une belle rangée de crocs, et me rassure au fond. S’il est capable de plaisanter, c’est effectivement qu’il est assez en forme pour continuer. Je n’arrive pourtant pas à me détendre, à la perspective de nous engager dans ces cavernes sombres et profondes. Mirage me pousse du museau, pour que j’ouvre la marche, et je suis le Capitaine d’Ansemer à reculons, une panique sourde naissant doucement en mon sein dès que l’entrée se fait trop lointaine pour que nous l’apercevions encore. La proposition du Capitaine d’Outrevent, juste derrière moi, n’est pas pour me rassurer.

- Comment ça… Par l’intérieur ? On ne peut pas attendre que la tempête se calme ? Les tunnels risquent de se réduire ensuite…

Et l’immense dragon de Rubis restera coincé, à devoir se dandiner pour faire marche arrière. Je dois le préciser aussi, pour les convaincre ? Et si on se perd ? Si tout s’effondre encore, comme à chaque fois que je me retrouve sous terre ? Je n’ai pas envie de m’engager à nouveau sur ce terrain, dans des dédales sinueux… Pas du tout.

- Allons droit au but.

J’entends un rire rocailleux, faire écho à mes pensées. J’ai une moue ennuyée, et mon dragon m’incite à grimper sur son dos pour poursuivre cette traversée fastidieuse. Je ne me fais pas prier, à m’accrocher à son long cou, le corps plaqué contre ses écailles, les yeux fermés pour tenter de faire abstraction.

Fais-moi confiance. Nous sommes ensemble, cette fois, ma petite. Ce n’était pas le cas auparavant… Tu n’auras pas à tout affronter seule.

Une pensée réconfortante…
Oui. A deux, nous sommes capables de tout.

Spoiler:
 

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 422
J'ai : 33 ans
Je suis : Chevaucheur, capitaine du Vol d'Outrevent, mage de l'Été (destruction), comte de Rivepierre et proche ami du duc Liam.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Maelenn • Matvei • Hermine
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile   Sam 24 Déc - 9:16

À son questionnement, qui a des allures de proposition, deux réactions s’enchaînent. De la part de la Chevaucheuse de Lagrance, une réticence tout à fait légitime : « Comment ça… Par l’intérieur ? On ne peut pas attendre que la tempête se calme ? Les tunnels risquent de se réduire ensuite… » Vrai. Et si son dragon ne pourra certainement pas y passer, peut-être bien que ceux des autres non plus. Peut-être même qu’eux, ne pourront plus passer, à un moment. De la part de Rackham, ensuite, un assentiment un peu détaché. « P’t’être. C’m’a l’air profond c’dédale là. On pourrait risquer d’se perdre aussiiiiiiaaaaaah ! »

Le hurlement fait sursauter le Chevaucheur, qui se retourne en empoignant l’épée enchantée à sa taille, le feu de ses mains se propageant dans l’arme infusée de magie. Prêt à attaquer cet ennemi qui se présente. Ennemi invisible, d’ailleurs, même si le capitaine d’Ansemer semble touché au point de devoir s’appuyer contre le mur pour reprendre son souffle. Aucune blessure visible, pourtant, et bien vite l’homme les rassure : « D’solé, c’rien. Donc on disait… Ah ouais, s’risquer à l’intérieur ou pas. Ben j’dirais que comme on sait pas quand la tempête va s’arrêter, on peut t’jours aller j’ter un œil. » Rien. Ce n’était rien. La méfiance s’empare de Lionel, qui abaisse son arme sans la ranger, ses yeux sombres cherchant autour d’eux des traces de pas, de pièges, d’une présence autre que la leur. D’autres mages, peut-être ? Ils ne sont pas légion, en Erebor, mais tout est possible… ou peut-être le résultat d’un savoir mystérieux et invisible ?
Maelys semble se ranger à l’idée d’explorer, mais Lionel n’est soudainement plus aussi convaincu par l’idée. De l’épée, le feu cesse de jaillir, mais un élémentaire mineur vient le remplacer, continuant d’éclairer la grotte pendant que l’Outreventois rattache patiemment ses cheveux (maintenant démêlés) et analyse la situation d’une moue contrite. Au moins aussi embêtée que celle de Maelys. « C’est votre mission, Maelys, dit-il finalement à la Chevaucheuse remontée sur son dragon. C’est à vous de décider ce qu’il est nécessaire de faire pour la mener à bien. »

Il ne faudrait pas déplaire à leur cher empereur.

Dans l’espace réduit, le dragon de Rubis tente de s’avancer d’encore un ou deux pas pour être plus à l’aise, entre les renfoncements rocheux. Grand mal lui en fasse : sa tête heurte le plafond avec force, générant une chute de pierres qui ponctue bien mal la décision de Lionel de laisser Maelys décider de leur sort. Une chute de pierres, juste au-dessus de lui. Il n’a pas le temps d’y réfléchir. Il sent sa magie jaillir, entraînée, habituée, et les rochers exploser avant même qu’ils puissent le toucher, les éclats volant dans tous les sens. Ils ne pénétreront pas les écailles de son dragon, il le sait, mais lui, oui. Il sent la pierre entailler le tissu de son pantalon, de sa chemise, laisser de sanglantes marques sur son visage et les parties découvertes de ses mains et de ses bras, mais il espère seulement que les deux autres ne sont pas touchés. Une pierre échappe à sa vigilance et vient percuter son épaule méchamment.

La chute cesse. Les bruits s’arrêtent, ceux d’explosion comme ceux de rocaille. Il n’y a que son souffle saccadé et ses yeux qui se rouvrent, fermés pour ne pas être crevés. Un nuage de poussière flotte dans l’air, résultat de toutes ces pierres détruites. « Est-ce que ça va ? », demande le mage haletant à ses camarades, qu’il ne voit pas. Il passe une main sur son épaule douloureuse, qui l’élance affreusement. Et idéalement ne pas trop s’activer de ce côté-là.

Spoiler:
 

_________________

One side stone, one side fire.

Dialogues de Lionel en peru ◊ Dialogues de Braise en firebrick ◊ Dialogues de Harald en maroon





Dernière édition par Lionel de Rivepierre le Mer 28 Déc - 19:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
avatar

Messages : 646
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
PNJ
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile   Mar 27 Déc - 2:34



La Chute de l’Étoile


Maelys, Lionel, Rackham

Il ne manquait plus que ça : trois dragons serrés dans une grotte lugubre, une tempête de sable au-dehors, et maintenant un éboulement. Il faut bien reconnaître que le glorieux Rubis est tout de même fortement encombrant, par rapport à la minceur nerveuse de l’Émeraude et la sveltesse élégante de l’Améthyste… Ils sont dubitatifs, les trois Chevaucheurs, à l’idée de s’enfoncer dans les galeries avec leurs montures ; mais ils ne peuvent guère rester là, pas vrai ? Alors, prudemment, ils s’enfoncent dans l’un des couloirs, les dragons se tortillant péniblement pour s’extirper de la poussière générée par l’éboulement. Progressivement, ils s’enfoncent dans le dédale rocheux, toujours plus profondément, dans la direction approximative du cratère.

C’est en milieu d’après-midi qu’ils parviennent dans une caverne souterraine profonde, où se trouve un lac calme éclairé de cristaux vivants. Une sortie en pente douce se devine à l’autre extrémité de la très vaste salle, mais nul passage : il va falloir traverser l’eau profonde.
Le Destin vous rappelle que les dragons n’ont pas spécialement la patte palmée…




Troisième Tour

Consignes



IRL : du lundi 26/12 au dimanche 08/01 (MIDI).
IRP : le 26/01, midi au crépuscule.

• Ce topic concerne uniquement les personnages qui participent à l'intrigue « Les Sables du Temps », à la Chute de l'Étoile.

• Ce troisième tour couvre votre traversée du lac, humains et dragons. Note : il est potentiellement habité, ce lac... hinhin.

• Coucou, la limite de mots est toujours là ! 700 mots maximum par message, pas un de plus, sinon je mords !  :laa:

• Pensez à indiquer votre nombre de mots et le résumé de vos actions sous balises spoiler.

Bonne chance à tous !  :poele:


_________________
♦ Je suis le PNJ utilisé par les administratrices. ♦
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 2348
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheuse du dragon Mirage dans le Vol de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Duc de Lagrance, Denys du Lierre-Réal, et aux Chevaucheurs
Mes autres visages: Liam d'Outrevent
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile   Mar 27 Déc - 12:07

Je ne suis pas bien confiante, même en sentant le contact rugueux et apaisant des écailles de Mirage sous mes mains. Il progresse, avec lenteur et difficultés. Au moins, les tunnels ne semblent pas se rétrécir au point que nos montures ne puissent plus progresser comme je le craignais. Par contre, je le vois bien clairement incliner son long cou, et se faire plus serpent que dragon, dans certaines cavités plus étroites. Une peur sourde s’insinue en moi, alors que nous sommes plongés dans le noir, enfermés sous terre à nouveau, à devoir nous fier uniquement au « P’t’être. » du Capitaine d’Ansemer. D’autant plus que son cri, aussi inattendu qu’inexpliqué, m’a glacé les sangs… Et la réaction de Lionel de Rivepierre ne m’a guère aidée à relativiser. Qu’est-ce qui peut bien coller une frousse pareille à deux grands gaillards comme eux ?

J’ai une moue contrite, quand ce dernier me rappelle judicieusement que cette mission m’incombe. Comme s’il était nécessaire de me le rappeler ! J’allais le gratifier d’une remarque bien sentie, malgré l’étroitesse des lieux, quand j’aperçois clairement la tête du Rubis heurter avec violence le plafond. Je ne retiens pas ce cri de terreur, à voir ces blocs de pierre se détacher soudainement. Je me recroqueville, mes bras en maigres protections. J’ai fermé les yeux, et ne suis pas décidée à les rouvrir, même quand le silence retombe. Je tremble, immobile.

Ma petite… ?
Je le savais… Je le savais ! Ça devait arriver !
Tu peux rouvrir les yeux, tu sais.


Je tousse, dans ce nuage de poussière, et me redresse avec difficulté pour promener mon regard aux alentours. Mirage ébroue sa lourde carcasse, pour chasser quelques débris. Il n’a rien, fort heureusement… Sa tête a été épargnée, tout comme ses ailes. Je sens la morsure piquante de quelques pierres aiguisées qui se sont infiltrées pour lacérer ma peau, mais ce ne sont bien que des ecchymoses. Les pierres les plus imposantes ont été rejetées sur le côté. J’ai dévié leur trajectoire à temps, poussée par l’instinct, pour nous protéger tous les deux… Ce qui n’empêche pas ma colère d’être étincelante, à répondre à ma manière à la sollicitation déplacée de l’Outreventois.

« Je vais lui tordre le cou, à ton maudit dragon ! Il ne risquera plus de se cogner après, ni de chercher à nous tuer ! Ma petite… Tu veux bien éviter d’énerver un dragon qui fait une bonne tête de plus que moi ? Tu aurais tout aussi bien fait de ne pas venir… On n’avait pas besoin de toi ! Ni son Chevaucheur qui peut tout faire exploser, d’ailleurs… Alors non, non ça ne va pas ! » Mais laisse-la faire… Saute-lui à la gorge, Maelys ! Tu n’aides vraiment pas.

Ma voix se meurt, se brise. Cet accent chancelant m’insupporte assez pour que je préfère finalement me taire. Mirage n’a pas attendu pour s’avancer, désireux de mettre le plus de distance possible avec l’imposant dragon derrière lui, et de vérifier qu’Obsession est en état de reprendre la route. Il ne nous faut pas beaucoup plus de temps pour que l’exiguïté des lieux ne soit plus un problème, fort heureusement. Sauf qu’un autre se dessine à l’horizon…

Obsession a peut-être bien l’habitude de l’eau, et l’autre peut marcher au fond en ayant les naseaux qui dépassent autant que je sache... Mais moi, je ne… Je ne sais pas nager.
Tu n’es pas sérieux, là ? On va trouver un moyen…


Il a l’air si peu confiant, le Vert, pour une fois. Il boite encore, en plus…
Je me résous à descendre de son dos pour m’approcher des eaux profondes. Je les observe longuement, avant d’oser avancer un pied sur la surface aqueuse, concentrant ma magie sous la semelle de ma chaussure. Sans remous… C’est faisable. Un sourire perce, triomphal, tandis que je m’avance de quelques pas, avant de me retourner vers eux.

- Ce n’est pas si difficile. Allez !
Ça te va bien, de frimer, après ta crise d’angoisse.
Obsession va se moquer de toi, si tu fais ton froussard.


Il renâcle, mais mon argument le pique au vif, et Mirage engage lentement ses pattes vers l’eau sinistre.

Spoiler:
 

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 422
J'ai : 33 ans
Je suis : Chevaucheur, capitaine du Vol d'Outrevent, mage de l'Été (destruction), comte de Rivepierre et proche ami du duc Liam.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Maelenn • Matvei • Hermine
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile   Jeu 29 Déc - 1:10

Non, ils ne vont pas bien. Enfin, Maelys ne va pas bien, et vu comme sa colère explose, Lionel est content que ce ne soit pas elle, la mage de destruction. Lionel reste silencieux, d’abord, mais pas assez longtemps, alors que sa propre colère menace d’éclater : « C’est sûr que lorsqu’il n’y a pers… » Non. Il ne s’est pas senti avancer vers la mage, sur le dos de son dragon, et il est alors surpris lorsque Braise le coupe dans son chemin et qu’il fonce dans son large cou, abaissé pour empêcher l’homme de faire quoi que ce qu’il soit qu’il regretterait ensuite. Comme lui donner une bonne raison d’avoir peur. Comme dire à la chouchoute de l’empereur que lorsqu’il n’y a personne pour la sauver, elle fait moins la maligne, référant directement au Tournoi des Trois Opales. Au Rouge, qui l’a veillée, après l’avoir extrait des gradins qui sur elles se sont effondrés.

L’Émeraude a déjà repris son chemin, sous le regard inquisiteur du Rubis et celui furieux de Lionel. Il reste silencieux pendant près d’une heure, à marcher derrière les autres pour fermer la marche. Il fait plus frais et il en est heureux, enroulé dans son tartan pour bouder. Pendant un autre temps, il grimpe sur le dos de Braise, qui lui fait savoir qu’entre marcher et voler, il a bien rapidement fait son choix. Il retire les éclats de pierre de sa peau, masse son épaule qui déjà tourne au violacé. Contre la peau marbrée, il y la cicatrice de l’épée de Mayeul de Vifesprit. Puis, il observe autour de lui, de retour à pied. Les couloirs se sont agrandis, depuis leur entrée dans ceux-ci, suffisamment pour que Braise puisse y circuler à son aise. Ce qui est plutôt inquiétant, en fait. Le capitaine d’Outrevent se rapproche de celui d’Ansemer : « Pourquoi crois-tu qu’ils aient besoin de tels couloirs ? » Il y a bien la nature, qui sait creuser dans le roc, mais il y a également l’humain, et dans ces cavernes éclairées de cristaux vivants, au cœur d’un duché où une part du peuple vit dans les dédales des montagnes, il y a peut-être raison de craindre.

Leur équipée débouche sur une caverne, éclairée de cristaux. Ceux-ci se reflètent dans l’eau d’un paisible lac et laissent deviner une sortie, de l’autre côté dudit lac. Ils cherchent bien un chemin, Chevaucheurs et dragons, mais rien. Aucune corniche sur laquelle marcher et encore moins de passerelle adjacente suffisamment solide pour supporter le poids des trois dragons. La seule solution semble bien être de traverser le lac. Aussitôt, Lionel se retourne vers son dragon, qui fixe l’eau avec antipathie. Tu te rappelleras que je m’appelle Braise, Lionel, et non pas Nageur, ou Dauphin. Crois-tu en être capable ? Il hésite, le fier dragon, devant les eaux noires et insondables. Il sait qu’il y a des mois, le jeune Neve l’Embrun est revenu du sauvetage des enfants enlevés avec un dragon traumatisé, un Inespéré qui aurait frôlé la noyade. Pourtant, Braise ne dit rien de plus à son Chevaucheur. Il traversera, les pattes au fond du lac.

« Ce n’est pas si difficile. Allez ! Lionel regarde la Lagrane, qui semble avoir retrouvé un peu de bonne humeur et décide de se faire marcheuse des eaux, puis Rackham. Celui-ci fait un test pour glacer l’eau, usant de sa magie de l’Hiver. Moui, disons que ça lui paraît un peu plus sûr que d’aller nager dans une eau qui doit être… peut-être pas glaciale, mais pas loin. Si ton essai se révèle fructueux, puis-je emprunter ton chemin ? Je préfère me risquer à nager dans ce lac uniquement si je n’ai pas le choix. » Un sourire, un peu entendu. Il en serait capable, oui, mais il n’en a pas du tout envie.

Spoiler:
 

_________________

One side stone, one side fire.

Dialogues de Lionel en peru ◊ Dialogues de Braise en firebrick ◊ Dialogues de Harald en maroon



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 225
J'ai : 31 ans
Je suis : Capitaine des chevaucheurs du vol d'Ansemer, mage de l'Hiver, chevaucheur de la dragonne Obsession

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'empire de Faërie
Mes autres visages: Denys du Lierre-Réal, Hiémain de Sylvamir, Anthim d'Erebor et Joséphine Siguardent
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile   Jeu 29 Déc - 20:12

Il se doutait un peu que son hurlement impromptu allait légèrement surprendre ses partenaires. Ce n’était pas comme s’il s’était douté de ce qui allait lui arriver et force était de constater que son petit souci n’était en rien comparable à celui qui leur tombait sur le coin de la tronche. Tiré par Obsession d’un coup de patte rapide vers elle, c’est sous la protection de sa puissante stature qu’il évite les nombreuses roches qui s’écroulent sur le sol après la collision entre le plafond et la tête de Braise.

C’va ma belle ?
Oui c’est rien, mais cette roche a manqué de peu de te réduire en miette.
J’sais. Merci t’m’as sauvé.


Il n’y a pas besoin de gonfler son égo, et pourtant il peut percevoir la fierté de la dragonne aux écailles d’Améthystes dans le rictus qui se dessine sur son immense mâchoire. Il va pour rejoindre les deux autres non loin, prêt à s’étriper à grand coup de menace, mais est finalement arrêté par la venue de Mirage, s’interrogeant visiblement sur l’état de sa dragonne. Il jette un regard aux deux autres chevaucheurs avant de soupirer un bout coup, observant les immenses grottes qui se dessinaient devant eux et qui semblaient être leur porte de sortie. Il n’aimait pas trop ça, s’enfoncer sous la roche, mais ils n’avaient pas trop le choix. Restait plus qu’à espérer que les conduits ne se réduisent pas plus et que les dragons ne soient coincés.

Ils marchent un long moment jusqu’à ce que la grotte se fasse assez grande pour laisser pleinement circuler les trois Seigneurs des Cieux. Ce qui avait effectivement quelque chose d’étonnant. Il en est encore à observer avec une subite curiosité, le capitaine d’Ansemer, quand son ami resté silencieux jusqu’ici vint à ses côtés, glissant quelques mots à son attention. Vrai que ça l’intriguait aussi, mais il n’était pas certain que ces tunnels soient de la main de l’Homme. Aussi avance-t-il d’une voix légère, presque détaché son avis, entre humour et désinvolture. Pourtant, dans cette voix à l’accent exotique se lit une légère pointe de sérieux.

« J’sais pas, qui t’dis que c’est taillé par l’Homme ? Après tout, peut être que ce sont des dragons des sables qui ont creusés ces cavernes sur leur passage. » Il lançait ça sans aucune certitudes, mais Rackham était persuadé que ces créatures n’étaient pas une légende, quand bien même peu de récits contaient encore les aventures sur ces bêtes là. « Après tout, la mer a ses Seigneurs, les cieux aussi, alors pourquoi pas la terre ? » Lâche-t-il d’un haussement d’épaule avant de regarder celle de son collègue. « C’va toi ? » D’un geste, il retire son gant, déposant une main glacée par la magie sur l’épaule bleuie et douloureuse. Il n’était pas soigneur, mais au moins cela soulagerait un temps la douleur.

Après encore quelques heures à marcher, ils finissent par arriver dans cette grotte souterraine où se détache la surface d’un lac, à l’eau clair et visiblement très calme. Mais qui sait ce qui pouvait se cacher dans les profondeurs de celui-ci… hélas, la seule porte de sortie était de l’autre côté, et personne ici n’ignorait que les dragons n’étaient pas de fins nageurs. Ceux là en tout cas.

Je n’ai pas de branchie comme ces grandes raies des eaux qui peuplent tes souvenirs.
J’sais bien. Mais ça devrait aller non ?
Je barbotte dans les rivières, je ne nage pas…


Et elle n’était certainement pas la seule. Malheureusement, il leur faudrait bien traverser pour aller de l’autre côté. Ils ne pouvaient pas les abandonner de ce côté. A l’instar de Maelys, le capitaine d’Ansemer usa de sa magie pour créer un passage sur l’eau, évitant ainsi de se mouiller pour passer. La glace se matérialisait sous ses pieds, créant ainsi un chemin. Un chemin qui serait bien utile à Lionel d’ailleurs.

« Bien sur. T’feras attention, ç’glisse. »

Ce n’était pas aussi stable que la lévitation de Maelys, mais au moins cela permettait à lui et à son homologue de traverser. Malheureusement, ce ne serait pas aussi simple pour leur monture. Tant bien que mal, Obsession glissa une première patte dans l’eau.

Spoiler:
 

_________________


Obsession : darkslateblue
Calico : #cc3399
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 422
J'ai : 33 ans
Je suis : Chevaucheur, capitaine du Vol d'Outrevent, mage de l'Été (destruction), comte de Rivepierre et proche ami du duc Liam.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Maelenn • Matvei • Hermine
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile   Sam 31 Déc - 21:43

La réponse de son camarade îlien a répondu à l’une de ses craintes, à la possibilité que ces cavernes n’aient pas été creusées par des hommes, mais bien par des créatures. « J’sais pas, qui t’dis que c’est taillé par l’Homme ? Après tout, peut être que ce sont des dragons des sables qui ont creusés ces cavernes sur leur passage. » Des dragons. Il a contemplé les murs sans savoir, comme pour y chercher des traces de griffes et d’écailles, comme pour tenter de lire dans le roc millénaire ce qui l’a creusé. « Après tout, la mer a ses Seigneurs, les cieux aussi, alors pourquoi pas la terre ? Qui peut savoir, en effet ? » Juste un murmure. Ça ne l’a pas rassuré, l’Outreventois, mais si des dragons étaient encore présents dans les sables d’Erebor… ne le sauraient-ils pas ? Les griffons d’Ibélène ont peut-être le souvenir lointain de ces créatures, qu’il imagine des mêmes couleurs chatoyantes que les dunes sablonneuses, qui auraient depuis longtemps disparu.

« C’va toi ? » Lionel voudrait hausser son épaule, pour répondre, mais la douleur y est encore forte, et le contact de la main glacée de Rackham sur la peau marbrée est apaisant. Il frissonne légèrement, appréciant le froid qui doucement engourdi la blessure. Probablement une clavicule cassée, des ligaments déchirés. « Mieux. Merci. » Un sourire sincère.

Ça a mieux été, oui, jusqu’à la caverne, jusqu’au chemin de glace à emprunter, sur lequel il louche avec incertitude. Jusqu’au lac noir où Obsession et Mirage avancent déjà, Braise bon dernier, encore plus réticent que ses deux camarades. « Bien sur. T’feras attention, ç’glisse. » Sans blague. Le mage vérifie que ses armes sont bien attachées et que son tartan est dégagé, au cas où une mésaventure les précipite dans les profondeurs et qu’ils doivent se retrouver à y nager. Cette seule idée agite ses nerfs, déjà à vif, et il s’engage à la suite de son ami, sur un éphémère chemin à la stabilité… relative. Imaginez, je vous en prie, un échalas de près de deux mètres, devant avancer une étendue glacée oscillant sur un lac sur lequel des remous se multiplient suite à la présence de dragons tout sauf aquatiques. Vous comprendrez. Prudemment, Lionel finit par s’agenouiller, préférant répartir son poids et son équilibre sur ses mains et ses genoux plutôt qu’uniquement sur ses pieds. Il est un fils des cieux, pas un enfant des mers, ni même des lacs. Surtout pas de ce lac. Le froid de la glace traverse ses gants, entaillés par la roche, et au bord de ses doigts, il sent parfois l’eau affleurer. Aussi bien froide. Qu’est-ce qu’il peut bien y avoir dans ce lac ? Est-ce qu’il doit craindre quelque chose venant de là ? Ou d’ailleurs ? Il jette un coup d’œil à Maelys, D’elle, peut-être ? Lionel, cesse. Tu m’empêches de me concentrer. La voix agacée de Braise le coupe dans ses suppositions paranoïaques et il peut bien voir que le noble dragon a entamé sa propre descente dans les eaux, le rubis de ses écailles avalé par l’ombre des remous. Il se sent… étrangement mal.

Spoiler:
 

_________________

One side stone, one side fire.

Dialogues de Lionel en peru ◊ Dialogues de Braise en firebrick ◊ Dialogues de Harald en maroon



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 2348
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheuse du dragon Mirage dans le Vol de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Duc de Lagrance, Denys du Lierre-Réal, et aux Chevaucheurs
Mes autres visages: Liam d'Outrevent
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile   Dim 1 Jan - 22:36

La situation est presque cocasse, à voir ces fiers seigneurs des cieux barboter dans l’eau glaciale du lac. Mirage en est à battre des ailes comme un cygne, pour tenter de se stabiliser. Obsession est en tête. Peut-être à croire qu’ils font la course ? Braise a une brève longueur d’avance sur mon Emeraude, qui n’est pas bien vaillant. Et que dire de Lionel qui avance quasiment à quatre pattes sur la glace malaisée, plutôt que de se risquer à nager ? Il fait pâle allure, l’honorifique Capitaine d’Outrevent, dans une telle posture. Je ne peux m’empêcher de le narguer, à marcher sur l’eau, non loin de lui. J’ai l’impression de me promener tandis qu’il lutte pour ne pas glisser vers les eaux. Je me sens obligée de le taquiner un peu, à poser un pied sur la banquise de Rackham, juste assez pour le déstabiliser. « Oh. Désolée. J’espérais faire une petite pause... Je vais continuer. » Je retiens tout juste un rire, et souris à la dérobade. Ca lui apprendra, à te chercher ! Tu t’amuses bien, ma p... Sa pensée s’interrompe subitement, quand sa patte foulée se dérobe soudainement sous son poids. Mirage s’écroule en avant, et je retiens une exclamation quand il se débat pour se rétablir et ne pas se noyer, à bousculer Braise, puis racler le chemin de glace de ses griffes. Il se brise, se craquelle sous son poids bien trop conséquent, et il ne faut pas bien longtemps pour que la panique lui fasse cracher son feu en quelques gerbes. Mirage, non ! Je me stoppe dans ma course. Je n’ai que le temps de voir Lionel disparaître dans les eaux insondables, après qu’il lui ait roussi sa chevelure, et peut-être même pire... La riposte ne tarde pas, quand Braise se retourne vers lui, pour lui planter ses crocs dans le cou et venger son Chevaucheur. « Arrêtez ! Lâche-le !» J’ai crié, hystérique. J’ai bondi en avant, le pied à bonne hauteur pour lui décocher directement dans l’œil et le faire lâcher prise. Sa lourde tête m’a immédiatement percuté, et fait perdre l’équilibre, tandis qu’il réprimait sa douleur.

Ma petite ! Froid. Si froid...
J’ai eu un hoquet, le souffle coupé. Une brève toux a manqué de me faire ingurgiter aussitôt de l’eau à la place de l’air. Je me sens étouffer, et cède à la panique. Je tente de nager dans des mouvements violents et précipités vers la surface, alors que mes lames et mon équipement m’entraînent par le fond. Je crève la surface, grâce à une impulsion désespérée de ma magie, pour avaler une goulée d’air avide. Mes mains glissent sur un monceau de glace, et peinent à s’y raccrocher. Je profite de ce bref répit pour reprendre mes esprits, et surtout le temps de respirer. Je suis à la dérive, mais la moitié du corps hors de cette eau glacée... Et les dragons ? Mirage semble s’être éloigné aussi vite que possible, avec sa patte déjà pliée, décidé à finalement faire demi-tour.

Navré, ma petite. Je n’avais plus pied...
Ce n’est pas grave, retourne sur la rive. Tu n’as rien ?
L’autre Rubis m’a un peu esquinté, mais tu m’as bien vengé.


Je suis soulagée, malgré la situation plus qu’incertaine. J’hésite... Mon corps est pris de tremblements incontrôlables, et mes mains peinent à conserver une prise décente sur la glace, mais je dois avoir encore assez d’énergie pour passer de l’autre côté. Je dois pouvoir continuer. « C’était une mauvaise idée, les dragons à la nage... » J’ai parlé assez distinctement pour que Rackham m’entende, qui a l’air sacrément loin de moi d’un coup. Et... « Lionel ?! » Où est ce crétin, bon sang !

Spoiler:
 

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 225
J'ai : 31 ans
Je suis : Capitaine des chevaucheurs du vol d'Ansemer, mage de l'Hiver, chevaucheur de la dragonne Obsession

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'empire de Faërie
Mes autres visages: Denys du Lierre-Réal, Hiémain de Sylvamir, Anthim d'Erebor et Joséphine Siguardent
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile   Lun 2 Jan - 3:29

Une chose est certaine, le dragon n’a pas le pied marin. Et ils n’avaient pas besoin de le tester aujourd’hui pour se douter de l’évidence. Il suffisait d’observer les mines sombres des trois gros lézards qui allaient dans l’eau avec une bien mauvaise volonté. Pouvait-on leur en vouloir d’être de bien mauvais nageurs et de ne pas supporter l’eau froide ? Malheureusement, ils n’avaient pas vraiment le choix s’ils voulaient passer de l’autre côté. Mais plus Rackham avançait avec lenteur sur le chemin de glace qui se créait sous ses pieds et plus il se rendait compte que les dragons ne pourraient pas les accompagner jusqu'au bout. Qu’ils les attendent sur l’autre rive était le plus raisonnable. Il s’apprêtait à le conseiller à Obsession, dont il pouvait sentir la détermination persistante et stupide au fond de son esprit, mais tout cela prit bien vite fin quand Mirage, le grand dragon d’émeraude finit par s’emballer et détruire sous un coup de patte désespéré la glace qu’il avait façonné, entrainant dans une chute chaotique Lionel dont le cheminement était plus lent que le sien et qui était resté alors en arrière. Mais son ami n’est pas le seul à tomber à l’eau. Les gestes sont brusques, les dragons d’émeraude et de rubis en viennent même à se chamailler, faisant chuter finalement Maelys venant défendre son partenaire. L’eau d’abord calme s’était faite presque aussi agité que les mers de Sombreciel, obligeant une nouvelle fois le capitaine d’Ansemer à faire appel à sa magie pour éviter que les vagues générées ne l’emportent et ne brise la glace.

« LIONEL ! MAELYS ! »

Qu’il hurle d’un ton fort et distinct, tout à coup inquiet pour les deux chevaucheurs. Mais il repère bien vite la lagrane, accrochée tant bien que mal à un morceau de glace. A son visage, il peut voir encore la peur assombrir ses traits, et rapidement, l’îlien franchit la distance qui les sépare pour saisir d’un geste puissant le bras de la jeune femme et la remonter sur une glace plus stable. Il ne lâche néanmoins pas son bras, écoutant d’un oreille distraite le commentaire de la jeune femme qui se voudrait semblable à une touche d’humour. Mais il ne sourit pas, l’Îlien, au contraire. Son regard se braque sur l’eau agitée où il voit des bulles remonter à la surface.

« B’rdel remonte Lionel… » Il est prêt à plonger à sa suite pour le repêcher, à mesure que les bulles se font plus rares à la surface de l’eau qui peu à peu reprend son calme. Les dragons sont ressortis sur la rive, et c’est la voix rauque et tendue de Braise qui interrompt Rackham dans son idée de plonger.

SORTEZ DE L’EAU.


Le ton n’est pas engageant, et il écarquille les yeux de surprise et d’inquiétude devant l’ordre de la créature céleste. Il a un choix à faire. Rester et aider Lionel, ou se mettre à l’abri avec Maelys… Il a un geste vers l’eau, essayant de repérer où et à quelle distance son ami pouvait être, mais il ne sent que les remous agités, et l’inquiétude le prend un peu plus.

« ‘Tin t’as intérêt de revenir. » Puis il commence à esquisser à nouveau des pas sur la surface qui gel au contact de ses pieds, tirant la pauvre Maelys tremblante encore de son bain dans les eaux froides du lac. « Faut s’mettre à l’abri. J’irais l’chercher s’il faut vraiment. » Oh il était prêt à plonger dans ces eaux à son tour. Il n’a pas peur d’elle, Rackham, ni des enfants de l’eau qui pouvaient peupler ce lac.

Spoiler:
 

_________________


Obsession : darkslateblue
Calico : #cc3399
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 422
J'ai : 33 ans
Je suis : Chevaucheur, capitaine du Vol d'Outrevent, mage de l'Été (destruction), comte de Rivepierre et proche ami du duc Liam.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Maelenn • Matvei • Hermine
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile   Lun 2 Jan - 5:09

Les taquineries de Maelys ne l’amusent pas du tout et à la Chevaucheuse, il jette un regard noir qui se passe de paroles. Tant pis pour l’élégance, sa peau vaut plus cher que son orgueil. Je vais rebrousser chemin. C’est trop dang- La sage décision de son dragon est rapidement interrompue par la bousculade de Mirage, dont l’avancée dans le lac est encore plus laborieuse que celle des deux autres dragons.

Le reste, il n’en a aucune conscience.
Pas conscience de son dragon, nerveux et protecteur, agrippant son confrère à écailles par la gorge. Pas conscience du bond de la Chevaucheuse désespérée, du feu qui se crache dans les airs, de la glace qui se rompt.
Il a seulement conscience d’une chaleur inhabituelle, mais brève, au niveau de son cou, et de sentir qu’il est littéralement éjecté de la plaque de glace.

Puis, c’est le froid.

La morsure glaciale des eaux lui coupe le souffle et incapable de réagir, saisi par le choc de la chute, c’est comme une roche qu’il coule. Sans même bouger, les yeux encore ouverts dans la surprise. Juste quelques secondes, suffisamment pour que lorsqu’il semble retrouver conscience, les cristaux de la caverne lui semblent encore plus flous et ténus. De quelques mouvements puissants des jambes, il réussit à cesser de couler, mais alors qu’il tente de se servir de ses bras, son épaule l'élance avec une douleur brûlante qui le fait hurler en silence. Jusque dans l’esprit alarmé de Braise, apparemment. Lionel ?! Je, je, j’arrive. Sors. Oui, qu’il sorte. Ils ont eu une mauvaise idée. Il s’apprête à nager vers la surface, avec deux jambes et un seul bras, mais quelque chose vient frapper ses jambes. Quelque chose qui, bien vite, s’enroule autour de sa taille et le tire vers le fond. Dis-leur de sortir ! Lio- DIS-LEUR DE SORTIR DE L’EAU, ILS DOIVENT SORTIR DE L’EAU, MAINTENANT ! Ce sont pratiquement des hurlements hystériques que Lionel envoie à son dragon, afin qu’il transmette le message à ses deux autres camarades. Son souffle est sourd, il n’en a plus, il a les poumons douloureux, mais il doit sortir.
Il réussit à glisser sa main jusqu’à son épée, entre ses vêtements et le tentacule. Le feu ne sert à rien, mais alors que la lame glisse hors de son fourreau, la destruction pave chaque pouce de chair qu’elle entaille, qu’elle déchire, répandant dans l’eau un sang qu’il goûte jusque dans sa bouche. Le tentacule assouplit sa prise, puis le repousse et le relâche, et aussitôt le Chevaucheur met toutes ses énergies à aller vers la surface. Il est lourd, bien trop lourd, blessé, épuisé, à bout de souffle, mais il réussit enfin à sortir de l’eau. Il nage avec l’énergie du désespoir, sans porter attention aux ligaments qui toujours plus se déchirent aux os qui s’entrechoquent, jusqu’à atteindre une berge. Peu importe laquelle. Il s’y hisse maladroitement, frigorifié, et alors qu’il repousse ses cheveux défaits de son visage, c’est pour les trouver… subitement bien plus courts. Pourquoi ça en plus de tout, par Bigoudi ? Il a les lèvres bleues, l’air terrifié, le fier Outreventois, ramassé contre la pierre froide de la caverne. « Y’a un, un, t-t-t-t-truc là-d-d-d-dedans. », souffle-t-il, pour lui, pour les autres, dans quelques claquements des dents. Il y a un truc là-dedans. Plus gros que tout. Un souffle chaud l'enveloppe, puis un museau de rubis l'écarte encore plus de l'eau, le ramenant dans son giron enveloppant.

Spoiler:
 

_________________

One side stone, one side fire.

Dialogues de Lionel en peru ◊ Dialogues de Braise en firebrick ◊ Dialogues de Harald en maroon



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 2348
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheuse du dragon Mirage dans le Vol de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Duc de Lagrance, Denys du Lierre-Réal, et aux Chevaucheurs
Mes autres visages: Liam d'Outrevent
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile   Ven 6 Jan - 0:35

Je suis à bout de souffle, et même me hisser sur cette glace fragile me paraît insurmontable. Elle glisse sous mes mains qui peinent à trouver une prise décente, pour m’empêcher de replonger dans ces eaux gelées. Je tremble, des pieds à la tête, engourdie par le froid, tout comme ma magie qui m’a permis de surgir hors de l’eau mais peine à donner l’impulsion finale. Maintenant que Mirage est en relative sécurité, il me faut me tirer rapidement de ce faux-pas. Utilise tes griffes. Je n’en ai pas, Vesper... Je ne suis pas un carcajou. Une partie de toi l’est.

SORTEZ DE L’EAU. La voix puissante de Braise souffle mon esprit et éloigne Vesper de mes pensées. Je sens une touche d’empressement dans cette pensée fulgurante, une mise en garde qui m’incite à agir au plus vite. Je racle la glace, du bout des ongles, juste assez pour me dégager une main, juste assez pour empoigner une de mes lames à ma ceinture... Mais le mouvement me déséquilibre aussitôt. Je lâche prise, et un hoquet de surprise m’agite quand... Une main se referme subitement sur mon bras. Rackham.

Le Capitaine d’Ansemer me hisse aussitôt à l’abri des eaux sombres, sur la glace qu’il façonne. « Merci... » C’est un soulagement non feint qui m’étreint, à sa simple vision. Je tremble dans sa prise puissante, qu'il ne se desserre pas. Je ne suis pas certaine que je serais restée debout dans le cas contraire. Je l’entends appeler Lionel, avec cette même inquiétude qui semble l’avoir saisi l’instant d’avant. C’est son ami, non ? Je plisse les lèvres. Même avec de la volonté, sans savoir où il se trouve, je ne peux pas l’aider magiquement. « Il va s’en sortir. Il a bien survécu au Tournoi. »

Je m’attendais à ce que l’Îlien aille le chercher, pas à ce qu’il m’entraîne à sa suite pour se mettre à l’abri dans un premier temps, comme si j’étais finalement sa priorité. Je suppose qu’il a surtout pris les mises en garde du Rubis au sérieux, et ne veut pas tenter le coup. Suis-le sans te poser de question, ma petite. Nous nous retrouverons plus tard... Tu pourras retraverser sans encombres, si tu restes avec lui. Je le sais, oui. Je ne suis pas en mesure de réfléchir davantage, bien heureuse de quitter cette glace instable, ces eaux insondables...

Je n’aperçois pas Lionel s’en extraire, sur la rive opposée, non loin de Mirage qui l’observe d’un œil circonspect. Il ne s’approche pas, le Vert, surtout avec son dragon déjà en approche pour s’enquérir de l’état de son Chevaucheur. Il s’est posé en retrait pour observer, à reprendre doucement ses esprits. Il sent à peine la douleur lancinante à son cou, tellement il est transi de froid. Je crois avoir trébuché dessus. Cette pierre n’était pas très stable, vraiment. Une pierre qui devait être bien agacée, d’un réveil aussi brutal. Il s’en serait davantage amusé, en d’autres circonstances, surtout à voir la nouvelle coupe qu’il a taillé par erreur au Chevaucheur. Sauf que ce lac le sépare de la sienne, et le laisse avec cette menace de Braise. Alors, dès qu’il ne la voit plus, il finit par se relever pour s’activer un peu. Il pourrait bien faire l’aller-retour pour vérifier si la tempête a fini par se lever, et la rejoindre plus loin.

Spoiler:
 

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un Temps pour chaque chose:Le Choix Judicieux
» "Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! ..."{Frédérick & Milena}
» Prix du petrole a travers le temps
» Arrêter le temps...
» Lit sa si t'a du temps a perdre mon chou =D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Ibélène :: Erebor-
Sauter vers: