AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 290
J'ai : 31 ans
Je suis : Capitaine des chevaucheurs du vol d'Ansemer, mage de l'Hiver, chevaucheur de la dragonne Obsession

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'empire de Faërie
Mes autres visages: Denys du Lierre-Réal, Hiémain de Sylvamir, Anthim d'Erebor, Joséphine Siguardent et Shahryar Khamsin
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile   Sam 7 Jan - 17:49

Elle le suit sans un mot, sans un bruit. Toujours maintenue par le capitaine d’Ansemer, la jeune Maelys semblait encore partiellement en état de choc, ce qu’il pouvait comprendre, malgré sa propre inquiétude. Il n’avait pas besoin d’être fin observateur pour comprendre qu’elle ne savait pas nager et que l’eau avait eu raison de ses nerfs, sans compter ce qui était arrivé pour son dragon, prit d’une semblable panique. La voix de Braise avait mit fin à la réflexion de Rackham, savoir si oui ou non il plongeait pour aller aider Lionel, dont il savait l’état physique amoindrit. Il n’avait cependant d’autre choix que de mettre Maelys en sécurité sur l’autre berge du lac, dont il avait sous estimé la grandeur et le calme. Alors qu’ils avancent pour rejoindre l’autre côté, ils finissent par entendre Lionel sortir de l’eau, d’une manière peu conventionnelle et dans un vacarme qui indiquait bel et bien que quelque chose dormait dans ces eaux. Quelque chose qui ne voulait visiblement pas être dérangé et qui pouvait être agressif. A ces pensées, le capitaine d’Ansemer laissa couler un peu plus sa magie, solidifiant sous ses pas la glace, dans un chemin plus large et plus sécurisé. Une fois sur la terre ferme, il ne prit pas la peine de se reposer, jetant un regard à l’autre bout de la salle, pour constater qu’au moins, son ami était en sécurité.

« Bon, j’vais r’tourner l’chercher. Reste ici et fait attention. » Ils ne savaient pas ce qui pouvait les attendre plus loin.

Il se défait de sa veste de chevaucheur, laquelle n’était pas mouillée par un plongeon inopinée dans les eaux du lac, et la tendit Maelys, dont il percevait encore les tremblements compulsifs. Clair que l’eau ne devait pas être chaude, et moins encore avec la glace qu’il avait produit sur une partie de la surface. Il s’assura néanmoins une dernière fois qu’elle allait bien avant d’engager un retour sur l’eau, la surface redevenue peu à peu calme et limpide. Pourtant, les profondeurs semblait abyssale, tant le liquide semblait noir. Même les pierres qui éclairaient les parois sur les côtés n’éclairaient pas le fond du lac. Avec plus de prudence, la main sur la garde de son sabre et prêt à trancher la moindre chose qui sortirait de ces eaux étranges. Pourtant, le chemin là se passe sans encombre et au bout de quelques minutes, il finit par rejoindre la rive d’arrivée, où les dragons s’étaient retirés loin du bord, avec Lionel entre les pattes de Braise.

« C’va aller ? » S’enquit-il en regardant l’état du capitaine d’Outrevent, pas vraiment en meilleur forme que la chevaucheuse lagrane, transit de froid et traversé de tremblements forts. Il aurait pu faire un feu en attendant pour se réchauffer… mais ce qu’il avait vu dans l’eau l’avait visiblement choqué assez longtemps pour le maintenir immobile même hors de danger. Malheureusement, ils allaient devoir à nouveau traverser le lac pour rejoindre Maelys, s’ils voulaient continuer cette mission. « Pas trop peur d’reprendre la traversée ? » Oh il n’est pas moqueur avec méchanceté. Il s’essaie juste à détendre son ami. « T’inquiète, c’te fois j’te rattraperai avant qu’tu tombes à l’eau. »

Spoiler:
 

_________________


Obsession : darkslateblue
Calico : #cc3399
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 577
J'ai : 33 ans
Je suis : Capitaine du Vol d'Outrevent, mage de l'Été (destruction), comte de Rivepierre et proche ami du duc Liam.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Maelenn • Matvei • Hermine
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile   Dim 8 Jan - 8:59

Le souffle de Braise le réchauffe et comme un enfant, Lionel se tasse un peu plus contre ses pattes, retrouvant la chaleur de son feu, de son corps, pour chasser le froid qui l’a envahit profondément. Il est courageux, le Chevaucheur, il est brave, il n’est pas de ceux qui ont peur, de ceux qui fuient, de ceux qui craignent. Il méprise les lâches, tout comme il honnit les couards. Pourtant, à ce moment, oui, il serait prêt à tout simplement rebrousser chemin. À suivre les lourds pas de l’Émeraude en sens inverse, si cela signifie s’éloigner de ce lac maudit. Un frisson le traverse, brusquement. Presque douloureusement. Il a encore l’impression de sentir la chose l’enserrer à la taille et le tirer vers le bas.

Son regard effaré s’est fermé, lui permettant de respirer. De retrouver son souffle perdu, à travers ses poumons meurtris. Il a trop hurlé, dans les eaux, et avalé suffisamment d’eau froide pour que le lac ait baissé d’un niveau. Enfin, c’est son impression. « C’va aller ? » La voix chaude de Rackham lui fait lentement ouvrir les yeux, pour mieux le regarder. Il a l’air sincère, l’Îlien, alors qu’il s’enquit de sa santé, mais il n’est pas capable de lui répondre. Pas avant que son dragon s’en mêle, d’un : « Qu’en penses-tu ? » brusque. Lionel pose une main sur la patte de Braise, lui intimidant de ce simple geste de laisser faire, et à son ami, il hoche un peu la tête. Ça va aller. Il n’est plus dans l’eau. Il n’a plus aucune raison de craindre.
Ses yeux sombres dérivent jusqu’à la Chevaucheuse de Lagrance, également transie de froid, seule de l'autre côté du lac. Sous le manteau de l’Îlien, elle a l’air encore plus petite. « Pas trop peur d’reprendre la traversée ? »

Oh, qu’il hésite ! Qu’il craint ! Il fixe Maelys sans ciller, pour ensuite déporter le regard sur le lac, aussi noir que les yeux de la demoiselle. « T’inquiète, c’te fois j’te rattraperai avant qu’tu tombes à l’eau. » Il a dit qu’il l’y accompagnerait. C’est son devoir. Il ne peut pas les laisser seuls. Peut-être que… les dragons des sables… « Laisse-moi… moi me… lever. » Il a la voix basse, l’Outreventois, mais lentement il se relève, et seulement là il se rend compte que dans son autre main, il tient encore son épée fermement serrée. Douloureusement. Il la range dans son fourreau, puis essore un peu ses vêtements, même si c’est sans doute inutile. Il appréhende déjà de quitter la chaude étreinte de sa monture, mais c’est avec un semblant d’assurance qu’il s’apprête à suivre son ami sur la glace, une nouvelle fois. Lionel le regarde, d’ailleurs, l’ami. Pas mouillé du tout, impeccable comme au premier jour de sa titularisation comme capitaine. « Com… comment… fais-tu p-p-pour n-ne même pas être… décoiffé ? » Un trait d’humour un peu doux, malgré le froid qui fait encore claquer ses dents. Malgré le dragon qui, derrière eux, les fixe et les regarde avancer sur la glace. Braise est patient, oui, mais son nom n’est pas celui du feu qui couve pour rien, celui qui attend seulement d’être attisé pour brûler. Lionel ne sait rien de ce que l’imposant Rubis glisse à l’esprit du capitaine d’Ansemer, d’une voix mentale grondante de menace. Grondante de promesse.
Rattrape-le. Ou toi et elle ne serez plus.

Spoiler:
 

_________________

One side stone, one side fire.

Dialogues de Lionel en whitesmoke ◊ Dialogues de Braise en firebrick ◊ Dialogues de Harald en maroon




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ • Admin
avatar

Messages : 760
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
PNJ • Admin
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile   Dim 8 Jan - 21:10



La Chute de l’Étoile


Maelys, Lionel, Rackham

La panique est sévèrement tenue en laisse, mais ils n’en mènent pas large, les six malheureux prisonniers du lac souterrain. Ils ont agité ce qui sommeillait dans ses eaux – heureusement, les dragons qui ont attiré l’attention de l’ancestral gardien n’ont pas traversé, et l’antique créature a replongé dans son si profond sommeil. Sur la rive opposée, une fois les deux hommes arrivés relativement sains et saufs, l’avancée peut reprendre. Le long périple souterrain a mené les envahisseurs au-delà de la barrière des défenses automatiques du cratère, et ils arrivent donc à l’air libre dans l’œil du cyclone. Tout autour du cratère, le sable tourbillonne et dévale en cascades éternelles le long des parois ; mais au centre, tout est calme.

Il n’y a là qu’un très ancien temple en ruines dont l’entrée n’est même plus accessible, et une statue majestueuse surplombant un autel, représentant une femme au bras tendu. Il n’y a personne de visible ici ; mais l’endroit vibre d’une présence intangible. Une tablette vide au pied du socle semble attendre quelque chose, tandis que sur l’autel aux pieds de la dame plusieurs objets sont exposés : une coupe de bois poli, une sphère de cristal sombre, un rubis pulsant d'une étrange lueur, une machette au manche sculpté et à la lame gravée, un coffret verrouillé, un tamis aux mailles resserrées, un collier d'or représentant un serpent à la langue dardée, un parchemin roulé et scellé, un grimoire rempli de formules, un petit sablier de cristal vide, une poupée d'enfant faite de bois et habillée de soie, et une ancienne clé forgée en orsang.

Avez-vous trouvé ce que vous étiez venus chercher ?









Quatrième Tour

Consignes



IRL : du lundi 09/01 au dimanche 22/01 (20H).
IRP : le 26/01, crépuscule.

• Ce topic concerne uniquement les personnages qui participent à l'intrigue « Les Sables du Temps », à la Chute de l'Étoile.

• Ce quatrième tour couvre votre arrivée au temple de la Chute de l'Étoile et vous pose une énigme appelant vos capacités de réflexion sur le fonctionnement de l'endroit. :angel: Comme vous avez été de bons petits dragonnets productifs, le Destin vous accorde à chacun une récompense spéciale, pour autant que vous fassiez l'action attendue. :keu: Elles vous seront données au tour suivant si les pré-requis sont remplis.

• Coucou, la limite de mots est toujours là ! 700 mots maximum par message, pas un de plus, sinon je mords !  :laa:

• Pensez à indiquer votre nombre de mots et le résumé de vos actions sous balises spoiler.

Bonne chance à tous !  :poele:


_________________
♦ Je suis le PNJ utilisé par les administratrices. ♦
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 2646
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheuse du dragon Mirage dans le Vol de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Duc de Lagrance, Denys du Lierre-Réal, et aux Chevaucheurs
Mes autres visages: Liam d'Outrevent - Tyr Parle-d'Or
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile   Mar 10 Jan - 0:00

Je me fie aux paroles, rassurantes, du dragon d’Emeraude qui s’éloigne déjà. Je me contente d’hocher la tête, en signe d’assentiment, quand le Capitaine d’Ansemer m’informe qu’il va faire demi-tour pour aller chercher son homologue. Bien sûr... Une chose à la fois. En voilà un qui a réussi à garder la tête froide, au moins. Contrairement à Lionel, ce n’était vraiment pas superflu de l’avoir avec moi pour arriver à bon port. Je suis certaine que nous nous rapprochons, même si nous sommes passés par des chemins bien détournés, à cause de cette maudite tempête. Et ce lac de malheur, aussi...

Encore un, dans lequel je viens de plonger. Ca commence à devenir une mauvaise habitude, d’autant que je ne suis pas aussi bonne nageuse que Vesper... J’aurais certainement fini par le fond, sans l’appui de ma magie et son aide providentielle. Je l’ai mauvaise, d’avoir une dette à rembourser, et maugrée un vague « Merci. » quand il me tend son manteau avant de repartir. Je le regarde s’éloigner, et en profite pour m’emmitoufler dedans, à retirer ma tunique humide sous le renfort de son vêtement. La chaleur peine à percer, mais je n’ai pas envie de tomber (encore) malade en oubliant les bons gestes à avoir. J’aurais aimé que Mirage reste pour me gratifier d’un bon feu... Pas question que je demande au mage d’Eté plus loin de s’en charger.

Je me redresse, à leur approche, et darde un regard équivoque à Lionel. « Jolie coupe. » C’est mesquin, peut-être. « Si nous sommes tous réunis, autant poursuivre la mission... » Je me remets en route sans tarder, alors qu’un grondement appréciateur naît dans mon esprit. Je reste les bras croisés sur le manteau de Rackham, qui me recouvre intégralement jusqu’aux genoux. Je grelotte un peu moins, même si je reste mal à l’aise. J’aimerais bien lui rendre. Ce n’est pas comme... Comme avec Octavius, que je lui ai rendu presque à contrecœur même si je ne l’avouerais pas. Enfin, il avait fini par sentir davantage le carcajou que sa propre odeur.

Bouger me fait du bien, et rapidement, j’allonge le pas jusqu’au centre du cratère. Je lève les yeux vers la tempête qui fait encore rage, muée par une force propre qui semble défendre ce lieu. Ce déchaînement des éléments me laisse sans voix, et me donne l’impression de profaner un lieu sacré et ancien. Ce sentiment ne fait que s’intensifier, à l’entrée de ce temple en ruines, et à la vue de cette statue majestueuse mais méconnaissable. Je fronce les sourcils, un rien décontenancée par tous les éléments que j’aperçois, qui ne semblent pas avoir au premier abord le moindre lien entre eux. « Une énigme ? Il nous faut trouver ce qui peut convenir dans ce socle, vous croyez ? »

Je me rapproche, pour voir plus en détails la forme qu’il peut avoir, puis mon regard s’attarde sur les gravures, le grimoire et le parchemin enroulé. « Voyons voir si cela peut nous mettre sur la piste... » Je ne fais pas l’erreur de confier cette tâche au Capitaine d’Ansemer cette fois, surtout que j’ai déjà un doute sur mes propres capacités à les déchiffrer et savoir comment les interpréter. Si seulement nous avions un spécialiste, quelqu’un qui aurait des connaissances sur l’histoire d’Erebor et ce lieu... C’est loin d’être mon cas. Peut-être un élément semblable à l’ancienne temple en Sombreciel, comme ce sablier par exemple. Je fronce les sourcils, dubitative. Ce serait trop simple, non ? Et il est vide, de toute façon. Pas de sable, pour façonner le temps.

Spoiler:
 

_________________




Dans le doute, fous le feu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 577
J'ai : 33 ans
Je suis : Capitaine du Vol d'Outrevent, mage de l'Été (destruction), comte de Rivepierre et proche ami du duc Liam.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Maelenn • Matvei • Hermine
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile   Mar 10 Jan - 17:52

La traversée sur la glace est ridiculement paisible. Ridiculement rapide. Il se force à ne pas regarder les eaux noires et revenues au calme, mais il sait qu’il ne pourra jamais oublier ce qui s’y cache, ce qu’il ne connaît pas et qui a bien failli tous les emporter. La terre ferme est plus qu’appréciée, lorsqu’il y repose les pieds. « Jolie coupe. » Lionel garde un regard impassible malgré la remarque de la Chevaucheuse des Jardins, alors que dans son crâne gronde Braise. Il est temps de continuer, oui, et après un dernier regard aux dragons de Rubis et d’Améthyste encore visibles sur l’autre rive, ils repartent tous sur leur chemin.

Entre ses mains danse une flamme, qui suffit à le réchauffer sommairement, bien qu’il sache déjà qu’il va ressortir de cette aventure avec une grippe terrible. Cette idée le renfrogne davantage. Il coule un regard sombre à Maelys, encore enfouie sous le manteau de Rackham, mais il oublie bien vite la profiteuse demoiselle alors qu’ils débouchent au cœur de la tempête. Malgré le sable qui souffle autour d’eux, tout est d’un calme intimidant et les fils et fille des cieux se retrouvent sans mots. Puis… quelque chose vibre, dans l’air, faisant trembler sa magie, vaciller et s’éteindre le feu entre ses doigts. Un frisson le traverse, aussi imputable à la fraîcheur qu’apporte la descente de l’astre solaire qu’à cette étrange présence qu’il ressent profondément en lui, mais ils n’ont pas le temps de s’attarder. Il ne le désire pas non plus.

Ils avancent jusqu’au temple, dans ce même silence religieux, jusqu’à être aux pieds d’une statue de femme et devant un mystérieux étalage d’objets. « Une énigme ? Il nous faut trouver ce qui peut convenir dans ce socle, vous croyez ? Probablement. » Déjà sa voix est enrouée, dans son chuchotement, comme si Lionel ne voulait pas que la chose qui règne dans ces lieux l’entende. Comme s’il craignait de trop attirer son attention, comme ils ont réveillé celle qui sommeille au fond du lac sombre. « Voyons voir si cela peut nous mettre sur la piste... » Il place son bras devant Maelys, la faisant s’arrêter avant qu’elle touche un des objets. Cette fois, sa voix est autoritaire : « Ne touchez à rien. Ce serait dommage d’y perdre encore quelques doigts. »

Et voilà pour la coupe de cheveux.

Puis, il a raison. Toucher quoi que ce soit est dangereux, ici, pas besoin d’essayer pour le savoir. S’ils doivent s’emparer d’un objet, autant que ce soit le bon.
Les objets ne sont pas ce qui le fascine, pourtant. C’est la statue, majestueuse, cette femme sans nom, qui semble attendre… attendre il ne sait quoi. Lionel inspecte l’autel, détaille les pieds de la dame de pierre, mais son regard remonte toujours bien vite jusqu’à son visage. Il a l’impression de la connaître, de savoir qui elle peut bien être, et son nom est au bout de sa langue. Comme une amie qu’on n’a pas vu depuis longtemps, comme ce visage que l’on reconnaît sans pouvoir le nommer. Est-ce le ciel, qui lentement se pare d’étoiles, qui lui indique la voie ? Est-cette cette étrange présence, qui lui souffle à l’oreille ? « Amaté Chemsa. » Est-ce bien elle ? Il la connaît un peu, la légende erebienne, celle des ténèbres desquels naquit la lumière, mais il ne sait pas tout. Dans l’épuisement, dans le froid, les détails s’échappent, s’envolent, et seules quelques bribes d’histoire reviennent à son esprit. « Est-ce que vous vous rappelez… quelque chose ? » Est-ce qu’ils savent, au moins ? L’Archipel raconte-t-il les légendes du continent, celles du monde pourtant ? Lorgol narre les histoires de la Rose Écarlate et de ses combattants, narre-t-elle celles d’une étoile qui rêve sous la terre ?

Spoiler:
 

_________________

One side stone, one side fire.

Dialogues de Lionel en whitesmoke ◊ Dialogues de Braise en firebrick ◊ Dialogues de Harald en maroon




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 290
J'ai : 31 ans
Je suis : Capitaine des chevaucheurs du vol d'Ansemer, mage de l'Hiver, chevaucheur de la dragonne Obsession

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'empire de Faërie
Mes autres visages: Denys du Lierre-Réal, Hiémain de Sylvamir, Anthim d'Erebor, Joséphine Siguardent et Shahryar Khamsin
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile   Jeu 12 Jan - 2:54

« J’suis pas coiffé. »

A l’humour maladroit de Lionel répond la franchise amusée de Rackham. C’est de courte durée, la voix du rubis résonna dans son esprit et le sourire du capitaine d’Ansemer disparu, affichant un regard plutôt agressif au dragon. Comme si Rackham allait abandonner Lionel alors qu’il était revenu le chercher.

Et tu comptes me laisser avec ce gros idiot ?

La voix d’Obsession réplique à son tour, vexée et irritée d’être visiblement laissée en arrière, en compagnie des deux autres.

Il semblerait.
Ah je vois. Même pas que tu ferais un effort pour me permettre de t’accompagner. Déjà que tu m’as presque laissé me noyer…
Hé oh. C’toi qu’a voulu traverser, t’m’as pas écouté quand j’t’ai dit qu’c’était une mauvaise idée.
Tu avais qu’à me forcer. C’est ta faute. Maintenant je me retrouve là avec ce… ce gros tas !

Elle est mal aimable, Obsession, d’une humeur furieuse et il savait qu’elle n’allait pas le laisser si facilement en paix. Tant qu’elle ne se serait pas calmée ou que les choses n’iraient en son sens, il savait que son esprit serait envahi de ses commentaires incessants.

Il prend toute la place.

Soupir.

J’vais lui écraser la queue.
A tes risques et périls.
Et si je lui mordais ?
La queue ?
Ou autre chose. Je ne sais pas. Ca me détendrait.
Bah bien sur.
C’est pas comme si tu t’inquiétais, puisque tu m’abandonnes !


Il grogne intérieurement de ces reproches infondés. Il préféra abandonner et ignorer les commentaires de sa dragonne. Même si celle-ci continua son babillage tout le long du trajet jusqu’à l’extérieur. Le crépuscule tombait en Erebor, amenant avec lui une fraicheur dans l’air. Le lieu où ils venaient de débarquer était impressionnant où une l’ambiance pesante régnait. Devant eux, un autel. Et cette statue, magnifique et imposante au bras levé vers les cieux. Curieusement, il s’était surpris à observer les étoiles naissantes dans la voute céleste…  puis les paroles de son ami le ramènent. Un coup d’œil sur l’autel à nouveau, la disposition de tout ce brique à braque, il approche finalement pour arriver à côté de Lionel.

« Mouais. J’ai p’t’être déjà entendu c’nom quand j’étais encore à Lorgol. L’étoile tombée des cieux qui s’est sacrifiée, quelqu’chose du genre non ? »

Il n’était pas certain que la légende puisse les aider cependant.  Il pointa un doigt vers la tablette vide, lâchant avec une simplicité déconcertante :

« Et si fallait juste échanger quelque chose contre l’objet qu’tu veux prendre ? » Après tout, ça semblait pas si con comme idée. « ‘Fin j’suppose qu’faut pas donner une connerie au pif non plus. » Ca semblait assez évident en fait. Mais fallait-il donner quelque chose de précieux par l’importance ou par la richesse ? De ça, il en savait foutrement rien. En fait, il savait même pas si ce qu’il disait avait un sens. Mais puisque personne ne semblait se décider, il détacha le collier autour de son cou. D’une simplicité presque banale, une cordelette ferme et abimée par le temps voyait se susprendre perles et coquillages, et même, une petite forme étrange, comme un anneau, à la matière indescriptible au premier abord. C’était précieux pour Rackham, c’te truc là. Un collier à la mémoire de son père. Un os de celui-ci, sculpté et monté en bijou par son grand père maternel. Un cadeau pas si ancien, qu’il regarda avec une certaine mélancolie avant de le poser sur la tablette. Il ne sembla rien se passer de particulier. Mais quand le capitaine d’Ansemer s’approcha de l’autel et prit dans sa main la machette bien joliment sculptée, la tablette se rétracta dans l’autel avec le collier, avant de réapparaitre, vide. Et curieusement, l’offrande de Rackham se trouva tout à coup sur l’autel, parmi les objets.

« Ben v’la la solution. Reste plus qu’à trouver l’bon objet. »


Il eut un regard pour la machette étrange, qui n’était pas pour lui déplaire, même s’il eu à grand regret une pensée pour l’objet qu’il venait juste de sacrifier.

Spoiler:
 

_________________


Obsession : darkslateblue
Calico : #cc3399
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 577
J'ai : 33 ans
Je suis : Capitaine du Vol d'Outrevent, mage de l'Été (destruction), comte de Rivepierre et proche ami du duc Liam.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Maelenn • Matvei • Hermine
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile   Dim 15 Jan - 18:15

« Mouais. J’ai p’t’être déjà entendu c’nom quand j’étais encore à Lorgol. L’étoile tombée des cieux qui s’est sacrifiée, quelqu’chose du genre non ? » Il hoche la tête, mais le fait qu’il s’agisse peut-être d’Amaté Chemsa ne semble pas orienter l’Îlien vers une solution. Ni lui-même, alors qu’il fouille dans sa mémoire épuisée pour sortir les fragments de la légende. Il lui revient seulement en tête le sacrifice de l’étoile tombée des cieux. Est-ce la piste ? Le sacrifice ? « Et si fallait juste échanger quelque chose contre l’objet qu’tu veux prendre ? Peut-être, avance prudemment l’Outreventois. Oui, ce serait une… forme de sacrifice, mais est-ce suffisant ? L’histoire d’Amaté Chemsa est celle des guerres passées et du sang versé. Rien ne leur dit qu’elle saura se contenter de babioles. ‘Fin j’suppose qu’faut pas donner une connerie au pif non plus. »

Que donner, alors ? Qu’exige-t-elle, l’étoile noire et meurtrière, celle dont le cœur s’est emplit de lumière ? Lionel la regarde encore, la majestueuse statue, se sentant écrasé par cette prestance que même dans la pierre, elle arbore et dégage. Lorsqu’il revient au chevaucheur d’Ansemer, celui-ci s’avance jusqu’à la statue et dépose sur la tablette à ses pieds un collier, ensemble de coquillages et autres perles faites de matières inconnues. Rien ne se passe et le brin de nervosité soudain qui avait réapparu se dissipe, quelques secondes, juste avant que le capitaine s’empare de la machette ouvragée. Et que celle-ci, par le biais d’un mécanisme, savant ou magique ?, soit remplacée sur l’autel par le collier. « Ben v’la la solution. Reste plus qu’à trouver l’bon objet. »

Le bon objet.
Quel est le bon objet ?

Il ne sait pas non plus quoi mettre, sur cette tablette. Si le collier qu’il a mis Rackham ne semble pas payer de mine, Lionel sait, juste à regarder l’expression de son ami, que sa signification est grande. A-t-il quelque chose, sur lui, qui puisse être aussi précieux ? Qui mérite d’être échangé contre quoi que ce soit sur cet autel ? « Y a-t-il quelque chose qui semble répondre à votre mission, demoiselle, dans ces objets ? » Précédemment agressif, envers Maelys, le capitaine d’Outrevent est redevenu neutre. Curieux. C’est toujours elle qui est supposée mener, elle qui est mandatée pour être ici, mais sait-elle ce qu’elle doit faire ? Lionel, lui, a trouvé quoi donner, contre ce rubis qui l’attire et lui rappelle les écailles de son fidèle compagnon. Il détache doucement la broche ouvragée qui retient son tartan en place à son épaule. L’emblème de Rivepierre, une chèvre fleurie de chardons. Cadeau offert par son frère alors qu’il obtenait son poste de capitaine. Il hésite, cependant. Il ne sait pas encore vraiment.

Spoiler:
 

_________________

One side stone, one side fire.

Dialogues de Lionel en whitesmoke ◊ Dialogues de Braise en firebrick ◊ Dialogues de Harald en maroon




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 2646
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheuse du dragon Mirage dans le Vol de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Duc de Lagrance, Denys du Lierre-Réal, et aux Chevaucheurs
Mes autres visages: Liam d'Outrevent - Tyr Parle-d'Or
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile   Lun 16 Jan - 22:24

Je vais le tuer, vraiment.
Je ne sais pas ce qui me retient de le propulser avec ma magie contre les dits objets, juste pour voir s’il perd plus quelques doigts en les percutant de plein fouet. On serait fixé là, non ? Je lui rends un regard noir et équivoque, mais ne tente pas d’achever mon geste. J’étais là, quand le Sablier s’est mis à tourner sur lui-même, dans une rotation frénétique qui nous a entraîné mille ans en arrière. Je n’ai pas bien vu qui étaient les responsables, tellement la terre grondait, mais visiblement quelques personnes bien mal avisées et trop curieuses, qui ont touché à tout sans prendre la moindre précaution.

Et ils me surprennent, les deux Capitaines. Ils ont de la suite dans les idées. C’est qu’ils ne paient pas de mine, au premier abord... « Amaté Chemsa ? » Je répète, quelque peu déconcertée, à prendre du recul pour mieux étudier la statue de cette femme qui étend ses bras vers le ciel. Je me souviens vaguement de cette légende, de noirceur et de lumière. Les gamins des rues l’affectionnaient. « Quelque chose de ce genre, oui. » Et à quoi ça nous avance, de le savoir ? J’ouvre de grands yeux ronds, quand Rackham fait une proposition pour le moins inattendue, mais qui a du sens. « C’est aussi simple que ça ? » J’observe, intriguée, l’autel qui s’approprie ce collier dont la signification m’échappe, pour lui laisser prendre la machette au manche sculpté. Bien... Je n’ai pas envie de savoir ce qui aurait pu se produire si je l’avais prise de force. Tu serais morte ensevelie, tu as l’habitude. Je te remercie pour ton soutien, Mirage...

N’empêche qu’il vient de prendre un objet un peu au hasard... Enfin qui l’attirait sans doute, mais pas en adéquation avec notre mission. On vient de gâcher une chance pour comprendre comment fonctionnait cet échange équivalent. Et puis, on ne peut pas vraiment compter sur Lionel... Ou peut-être que si. Je relève la tête quand il me pose ouvertement la question, sur quel objet devrait-on prendre. « Je réfléchis. » J’ai répondu sur le même ton neutre, à étudier les objets un à un. Le sablier m’attire, et me rappelle sa réplique plus grande. Le lien est évident, non ? Il l’est peut-être trop, ma petite. Fille du Destin, c’est normal qu’il t’attire le plus. Qu’est-ce que vous me conseillez, alors ? Le parchemin, on dirait les mêmes qui donnaient les instructions, sur les Sabliers au Temple. Le tamis, qui peut filtrer du sable, retenir le bon. Il faut regarder au-delà de l’illusion, sonder l’improbable pour trouver la solution. Et si nous avons vu juste ? Tu aviseras. Si ce sont les instructions, il vaut mieux que je les prenne pour moi, donc... Je sors de mes pensées, pour fixer Lionel un temps. « Le tamis. Il nous le faut. » J’entends un rire sonore balayer mon esprit. J’aurais donné cher pour voir sa tête, à lui demander avec tant d’aplomb. « Je suis sérieuse, Capitaine. Je suis certaine que cet instrument nous permettra de fabriquer du Sable du Temps. »

Je m’avance, sans attendre qu’il proteste, pour déposer sur l’autel avec une certaine réticence une de mes deux lames enchantées. Ce n’est pas celle qui est sertie de l’Opale, dont je refuse de me séparer, mais sa jumelle, son miroir, qui m’a aussi assuré la victoire dans le Colysée d’Hacheclair. J’ai comme l’impression de m’amputer à nouveau de ma main, tellement j’étais familiarisée à la manipuler par ma magie, de quoi bien faire rire l’Outreventois. Tu es sûre, ma petite ? Tu ne vas plus pouvoir te battre convenablement. Je n’ai que ces deux lames, qui m’appartiennent vraiment. Ca va aller. Quitte à rééduquer ma main, j’en ferais de même avec ma magie. Je m’en remets à ton jugement, et... Je serais là. Je sais. Et tout cela pour... Pour un maudit parchemin. Je le rafle, avec une grimace contrite, et en brise le sceau pour en parcourir aussitôt les lignes. J’espère vraiment que ça en valait le coup, que nous ne nous sommes pas trompés. Sinon, je ne pourrais pas me le pardonner.

Spoiler:
 

_________________




Dans le doute, fous le feu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 290
J'ai : 31 ans
Je suis : Capitaine des chevaucheurs du vol d'Ansemer, mage de l'Hiver, chevaucheur de la dragonne Obsession

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'empire de Faërie
Mes autres visages: Denys du Lierre-Réal, Hiémain de Sylvamir, Anthim d'Erebor, Joséphine Siguardent et Shahryar Khamsin
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile   Mar 17 Jan - 2:53

Tu m’abandonnes.

Ce n’est pas la première fois que cette phrase prononcée avec le ton d’une gamine de cinq ans résonnait dans la tête de Rackham. Obsession, qui était bien décidé à être profondément énervante savait comment s’y prendre, et réfléchir dans ces conditions était pour le moins… compliqué. Heureusement, il avait fini par trouver la solution, aussi simple soit-elle, et donner une indication à ses compagnons pour qu’ils puissent choisir l’objet le plus à même de correspondre à leur mission.

Je sais de toute façon que tu ne m’aimes pas.
C’est ça. Va voir Braise, j’suis sur qu’il t’donnera d’l’attention.
Je resterais avec lui si c’est ça ! Je partirais avec lui même !


Gamine puérile et parfaitement pas sérieuse dans les paroles qu’elle prononçait. Il savait pourtant qu’elle allait certainement courir se frotter dans les pattes du Rubis, aussi énervée qu’énervante, babillant avec caprice des histoires stupides. Finalement, il plaignait presque le dragon de Lionel. C’était peut être lui qui aurait la charge de surveiller l’Améthyste, et pas l’inverse.

Arrête un peu d’bouder.
Non.
T'm’emmerdes.
Lâcheur.


Et pof, elle cesse toutes nouvelles paroles, mais il sait d’ores et déjà qu’elle est partie à la rencontre du grand dragon de Rubis, hurler et pleurer à la manière des dragons. Et le pire était sans doute de constater que Braise répondait favorablement… il a un soupir dépité, le capitaine d’Ansemer, mais fini par reprendre le fil de la réalité, observant ses deux compatriotes chercher les objets les plus susceptibles de répondre à la mission. ‘Sur qu’il y avait pas trop réfléchit en choisissant le sien, mais il avait joué au testeur, risquant peut être sa main s’il avait eu tort dans son idée. Alors tant pis pour eux. Il les laisse un peu s’occuper et réfléchir. En attendant, il se prend à observer de nouveaux les alentours, dont ce cyclone étrange qui entour la zone. Ils en était au cœur, mais ce cœur refermait-il seulement cet autel ? Il remarque de plus loin, derrière l’autel se trouve les ruines d’un ancien temple, à l’ouverture hélas complètement perdue. Pourtant, ce n’est pas ce qui fait reculer le capitaine d’Ansemer. De l’entrée disparue il ne reste rien de visible, les éboulements et cascades de sable bloquant tous les accès. Il y avait bien ces grandes colonnes encore visibles et ces balcons en hauteur comme seule ouverture, mais c’était beaucoup trop haut pour espérer y grimper. C’était bien dommage, la curiosité du capitaine s’était éveillée, et il aurait bien aimé trouver un moyen d’entrer. S’il était protégé par le cyclone, ce n’était peut être pas sans raison. Des vestiges plus anciens dormaient peut être toujours en ces lieux, en plus de cette statue étrange. P'être que Maelys et ses pouvoirs pourraient y faire quelque chose... ?

Il en est à ses réflexions, observant l’édifice quand la voix d’Obsession revient à nouveau.

CE GROS IDIOT ROUGE NE ME RECONFORTE MÊME PAS. JE SUIS SI SEULE.

Un hurlement puissant, qui avait peut être même vibré au fond de la grotte, entendus par les deux autres lézards… ça l’assommerait presque de surprise, mais il ne s’étonne pas de la réaction de Braise en fait. Quoique.

Rackham… Je crois que je l’ai cassé. Il ne bouge plus.
Qui ?
Braise.


Il a un regard vers les deux autres, un peu plus loin. Et intrigué, il finit par se rapprocher à nouveau d’eux. Son ami d’Outrevent semble tout à coup bien étrangement silencieux, l’air vide même, comme absent. Qu’est-ce qui justifiait une telle surprise, de sa part à lui, et même de son dragon.

Il arrive un truc à Lionel ?
Non, il fait rien.
Rien ?
Oui, vraiment rien. Et Braise ?
C’est pareil.


Etrange. Il a un mouvement vers lui, ne s’inquiétant pas plus que ça des réactions de l’outreventois, et le secoue pour le ramener.

« Hé ça va ? On t’a perdu une seconde. »

Spoiler:
 

_________________


Obsession : darkslateblue
Calico : #cc3399
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 577
J'ai : 33 ans
Je suis : Capitaine du Vol d'Outrevent, mage de l'Été (destruction), comte de Rivepierre et proche ami du duc Liam.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Maelenn • Matvei • Hermine
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile   Mar 17 Jan - 6:04

Lionel la laisse réfléchir, sans poser plus de questions, et s’avance vers la tablette, prêt à y déposer la broche qu’il tripote nerveusement entre ses doigts. « Le tamis. Il nous le faut. » Ses yeux sombres se tournent vers la Chevaucheuse de Lagrance et son expression aussi dubitative que vexée. Elle est sérieuse ? Elle veut qu’il prenne un tamis ? Elle veut faire quoi avec ça ? Filtrer tout le sable de ce damné désert, peut-être ? « Je suis sérieuse, Capitaine. Je suis certaine que cet instrument nous permettra de fabriquer du Sable du Temps. » Par Aura, c’est vraiment ce qu’elle compte faire. Elle veut vraiment, vraiment… vraiment filtrer le sable. Lionel étouffe un petit éclat sceptique et recommence à fixer les objets. Doit-il se plier à la demande de Maelys, qui elle-même s’empare d’un autre objet sur l’autel contre une de ses lames ? Ou n’en faire qu’à sa tête ?

Il est ici pour la supporter. Il a offert son aide. Il aurait mieux fait de rester à son poste, sagement, et ne pas se mêler de ce qui ne le regarde pas. Lionel ne l’avouera cela dit pas à voix haute et son esprit se met alors à réfléchir à la possibilité de s’emparer de deux objets. A-t-il quelque chose d’autre à sacrifier, sur cet autel ? Son épée enchantée ? La lame cachée dans sa botte ? Son foutu tartan, par Levor, est-ce qu’il en est rendu là ? Lionel – Pas maintenant, Harald. La voix de son Familier lui semble préoccupée, mais  si ce n’est pas pour l’aider avec ces damnés objets, ceux à donner comme ceux à prendre, ni lui, ni Braise, ne sont les bienvenus. Il a besoin de toute sa tête, à ce moment. Pourtant, le bouc insiste. Lionel, c’est important. Tu vois bien qu’il est occupé, avec toutes ces… ces bêtises. Les pirates. Lionel tressaille et son regard se fait fixe. Qu’est-ce que… de quoi veux-tu parler ? Ils sont à Rivepierre. Ils volent des chèvres.

Le Chevaucheur doit se retenir d’hurler et il sait que le brave dragon de Rubis fait la même chose, et la seule option qui semble se présenter à lui pour garder son calme est de conserver cette immobilité parfaite de statue. Figé devant l’autel pour l’un, immobilisé au cœur d’une caverne pour l’autre. Partageant ce même air vide. Absent du monde. Ils volent des chèvres ?! Oui ! Ils ont bombardé les remparts, mais ce n’est pas le domaine qui les intéresse, ce sont les biquettes ! Harald, mets-toi à l’abri. Je ne voudrais pas qu’ils, qu’ils te, qu’ils – Mais je dois les protéger ! Non, s’il y a bien UNE chose que tu ne dois pas faire, en ce moment, c’est t’opposer à une bande de criminels sans foi ni loi ! Ils pourraient t’embarquer ! Pire, te tuer parce que tu es sur leur chemin. Vous voulez que je me cache lâchement ? OUI ! Leurs voix ont conjointement hurlé, de panique, de fureur. Qui sont les responsables ? Une image parvient dans son esprit, à travers le large champ de vision d’Harald. Tout semble flou, mage et Familier peu habitués à ce mode de transmission des sensations, mais une chose est nette, claire. Un pavillon noir, arborant deux sabrés croisés, surmontés d’une étoile à sept branches. L’Audacia.

Lionel sort de cet étrange état de concentration lorsqu’il sent quelque chose le secouer. Quelque chose comme quelqu’un. « Hé ça va ? On t’a perdu une seconde. » Il fixe Rackham sans savoir quoi dire, la bouche sèche, le regard terrifié, les sabres et l’étoile encore imprimés sur sa rétine. Il ne peut pas lui dire. Il ne peut pas lui dire qu’en ce moment, son domaine est pillé de ses biquettes (?!?!?!?!!) par des pirates, tout simplement parce qu’il n’est pas supposé avoir de Familier. Pas qui soit sur place. « Ça va. Je suis… je suis fatigué. » C’est tout ce que Lionel trouve à répondre, un peu confus. Il ne sait pas ce que Braise offre comme excuse à Obsession, pour avoir cessé ses attentions visant à la réconforter, mais il espère que c’est plus convaincant. Sa main cherche la lame logée dans sa botte. Compagne de chevauchées depuis son temps de cadet, aussi vieille que son lien avec Braise. Puis, entre la tablette et l’autel, il effectue deux échanges. La lame contre le tamis. La broche contre le rubis. Le rubis dans sa poche, tamis entre les mains de la jeune femme. En espérant qu’elle soit satisfaite. « On repart. » Il a encore moins envie de s’attarder plus longtemps.

Spoiler:
 

_________________

One side stone, one side fire.

Dialogues de Lionel en whitesmoke ◊ Dialogues de Braise en firebrick ◊ Dialogues de Harald en maroon




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ • Admin
avatar

Messages : 760
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
PNJ • Admin
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile   Lun 23 Jan - 0:49



La Chute de l’Étoile


Maelys, Lionel, Rackham

Ils troquent, les vaillants Chevaucheurs ; objet de valeur contre objet désiré, donnant-donnant. Ils offrent, et l’autel restitue : chacun son prix, chacun sa récompense, ils peuvent quitter l’endroit. Il n’y a pas d’autre possibilité que de repartir par là où ils sont arrivés, vers Obsession et Braise, et Mirage qui s’égare tout seul dans les couloirs. Ils parviennent à retraverser le lac souterrain, abandonnant aux tentacules du Kraken quelques pans du tartan de Lionel et la botte gauche de Rackham, mais globalement indemnes.  
De retour en surface, ils décollent et reprennent le chemin de Faërie, grillant quelques griffons effarouchés au passage.

Mission accomplie !




Clôture

Consignes



IRL : du lundi 23/01 au vendredi 27/01 (20H).
IRP : le 26/01, nuit tombée.

• Ce topic concerne uniquement les personnages qui participent à l'intrigue « Les Sables du Temps », à la Chute de l'Étoile.

• Ce tour de clôture couvre la remontée en sens inverse et le retour au bercail.
Maelys, sur ton parchemin, il y a une recette de cuisine. Mais pas n'importe quelle recette : celle d'un pain de voyage enchanté qui a la propriété de nourrir, d'une bouchée, un adulte pour une semaine. Les ingrédients sont rares et coûteux, mais ça vaut peut-être le coup en temps de guerre...
Rackham, tu as gagné une machette enchantée. Objet le plus ancien du continent, elle a été forgée à l'époque où Erebor était encore une jungle luxuriante, et imprégnée de l'essence de sa verdure... *clin d’œil, clin d’œil :geu:*
Lionel, tu as gagné le tamis permettant de raffiner des Sables du Temps, remis donc à Maelys pour le bénéfice de l'Ordre. Bien joué ! Pour toi-même, tu remportes un rubis étrangement sculpté, qui a sûrement sa place dans l'un des mécanismes cachés en Erebor, quelque part... :sisi: (Oui, ne le perds pas, surtout.  :cup:)

• Limite de mots abolie pour la clôture, mais soyez raisonnables !  :laa:

• Pensez à indiquer votre nombre de mots et le résumé de vos actions sous balises spoiler.

Merci à tous d'avoir participé !  :poele:


_________________
♦ Je suis le PNJ utilisé par les administratrices. ♦
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 2646
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheuse du dragon Mirage dans le Vol de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Duc de Lagrance, Denys du Lierre-Réal, et aux Chevaucheurs
Mes autres visages: Liam d'Outrevent - Tyr Parle-d'Or
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile   Lun 23 Jan - 11:38

J’ai confiance en Mirage. Il est plus sage que nous tous, et bien plus intelligent aussi… Même s’il a souvent tendance à ne rien prendre au sérieux, sauf si je me prends à lui demander calmement, et à plusieurs reprises, de le faire. Des fois, je n’ai pas toujours une réponse qui a vraiment du sens, comme aujourd’hui, parce qu’il s’amuse, à me sortir quelques déclinaisons foireuses. Alors oui, ce serait tentant de croire que de prendre le tamis n’est qu’une nouvelle farce de l’Emeraude… Mais c’est bien ce qu’il nous faut.

Alors je le fixe, le Capitaine Outreventois, en attendant qu’il se décide. Sauf qu’il… Se fige. Sérieusement ? J’agite la main devant son champ de vision, sans plus de réactions de sa part. Et quoi ? Ma demande n’était pas si farfelue qu’il le croit ! Il y a vraiment de quoi être vexé, là.

Je fais demi-tour… Obsession vient de me vriller le crâne.
Quel beau mâle soumis tu fais. Encore une crise d’attention ? Je vais plus pouvoir compter sur toi, à force.


J’en ai marre, qu’il me réveille en plein milieu de la nuit, parce qu’il s’est pris la lubie de traverser tout un territoire pour lui faire les yeux doux… Quand il ne m’abandonne pas clairement alors que c’est l’heure de l’entraînement ! Franchement, je peux comprendre que le dragon lorgolien trouvait mieux à faire que de m’attendre, durant ma convalescence, mais ça tourne un peu à… L’obsession, justement ?

Je crois qu’elle a un problème, surtout. Autre que son Chevaucheur qui la délaisse…
Tu m’en diras tant. Nous aussi, on a perdu Lionel.
Braise est un idiot. Je n’aurais pas dû la laisser avec. Et moi, au moins, elle ne me râle pas dessus.

Je lève les yeux au ciel. Jusqu’à quand… Je me le demande. Va la réconforter, allez.

Rackham a fini par le faire revenir de la manière forte, en le secouant pour le sortir de sa léthargie. Je lâche un rire, un rien amer. Quand ce n’est pas l’Ansemarien qui hurle sans raison, c’est l’Outreventois qui se fige, et tous les deux animés par la même terreur. « C’est ça, aussi crédible que l’autre Capitaine. » Je laisse tomber, parce qu’il prend finalement ce qu’il m’intéresse, troquant lui-même une lame pour s’emparer du tamis. Je lui adresse même un sourire, un rien satisfaite, quand il me le remet entre les mains… Mais reste quelque peu abasourdie à le voir troquer un autre objet contre… Contre un rubis, parfaitement. « T’es sérieux ? » Un rire m’échappe, un rien moqueur. Non mais… Un joyau. Il a pris un joyau ! Je lève les yeux au ciel. « Pourquoi tu as pris l’objet le plus inutile ? J’espère que c’est au moins pour le revendre, et pas l’offrir à une de tes conquêtes. Franchement… » Moi, j’ai le tamis, c’est tout ce qui compte.

Encore heureux, d’ailleurs… Parce que je reprends ma lecture du parchemin, avant d’avoir à passer le lac, au cas où un malheureux incident surviendrait et… Je me rends compte qu’il s’agit d’une recette de cuisine. Pour faire du pain. Une-recette-de-cuisine. « J’y crois pas… » Mon air ahuri pourrait attester que je viens de tomber sur la nouvelle du siècle, mais c’est tout l’inverse qui se produit. J’en aurais presque les larmes aux yeux, tellement je suis… Dépitée. « J’ai échangé Spectre contre une recette ! Pour faire du pain… Le Destin se fout de ma gueule ouvertement là ! » Je me retiens de justesse de la déchirer, dans un accès de rage. Tu devrais surveiller ton langage. C’est toujours comme ça, quand elle est en colère. Ta faute, Vesper. Ta faute ! Bon, ma petite, c’est peut-être une… Recette spéciale ? J’aurais dû prendre le livre, quitte à avoir un bout de papier, au moins il avait l’air de contenir des formules magiques ! Je goûterais à ta cuisine, ça te réconfortera ? Oh non, surtout pas. Tu veux risquer de mourir empoisonné ? Je vous déteste.

Je fais ouvertement la gueule, sur le retour. Je ne prononce que des propos parfaitement inintelligibles, à dire que je ferais du pain pour un escadron entier, pour rentabiliser au moins la perte de Spectre. Ou que non, parce que les ingrédients sont vraiment trop chers, et que je ferais mieux d’investir ma prime d’excellence autrement. Et puis que je leur ferais bouffer à tous les deux, tiens, de ma cuisine soi-disante immangeable. Et aux deux Capitaines, aussi.

Je serre le tamis contre moi, et refuse strictement de le lâcher. Je garde sans difficulté mon équilibre sur la glace du lac, ce qui me permet de leur éviter des déboires avec les tentacules un rien agressives, même si les deux y laissent quelques plumes. Pas moi, cette fois. Quand on retrouve nos dragons, je me jette aussitôt au cou de Mirage, qui observe le tamis à la dérobade. « Tu es un génie. » Je sais, mais ça me fait plaisir de l’entendre. C’était le tamis ? « Oui. » Le dragon a un grondement appréciateur, quand je me juche à nouveau sur son dos, le rangeant précieusement dans la sacoche accrochée à sa selle. Nous reprenons notre discussion le reste du trajet, à deux, dans le silence de nos esprits. Que comptes-tu faire ? Je vais l’utiliser. On va conserver du Sable, de notre côté. Et après… Je leur remettrais. Pas le choix, avec les deux autres, là. L’Outreventois me trahirait. C’est regrettable, d’être aussi pétri d’honneur, vraiment. Je suis d’accord, enfin… On conserve un coup d’avance, au cas où. Lagrance a une très bonne influence sur toi, ma petite. Sa gueule s’étire en un sourire plein de crocs. Bientôt, nous apercevons l’extérieur, où la tempête n’est bientôt plus un problème, tout comme ces quelques griffons, bien trop peu résolus pour mettre notre trio en déroute. Enfin, nous rentrons.

Spoiler:
 

_________________




Dans le doute, fous le feu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 577
J'ai : 33 ans
Je suis : Capitaine du Vol d'Outrevent, mage de l'Été (destruction), comte de Rivepierre et proche ami du duc Liam.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Maelenn • Matvei • Hermine
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile   Jeu 26 Jan - 4:47

Pas un merci, pas une once de reconnaissance, de la part de Maelys, qui prend le tamis comme s’il lui était dû. Oh, elle lui sourit, bien sûr, mais dans ce sourire satisfait, Lionel retrouve bien plus du carnassier que de quoi que ce soit d’autre. Et c’est sans parler de sa réaction incompréhensible lorsqu’il choisit son deuxième objet sur l’autel. « Pourquoi tu as pris l’objet le plus inutile ? J’espère que c’est au moins pour le revendre, et pas l’offrir à une de tes conquêtes. Franchement… » Très mature. Contre ses doigts, le rubis a des arêtes étranges, loin de ressembler aux tailles qu’il a pu rencontrer, même venant d’Erebor. Quelque chose lui glisse à l’oreille que la pierre n’a rien d’anodine et il la range avec soin dans une de ses poches, avant de réajuster son plaid tartan. « J’y crois pas… » Ne lui dites pas qu’en plus de peut-être l’objet nécessaire pour fabriquer du sable, elle a trouvé les instructions pour faire fonctionner l’ensemble… ce serait trop facile. « J’ai échangé Spectre contre une recette ! Pour faire du pain… Le Destin se fout de ma gueule ouvertement là ! » C’est à lui de laisser échapper un rire froid et moqueur, après avoir jeté un coup d’œil par-dessus la tête de Maelys pour effectivement constater que la Chevaucheuse ne leur raconte pas un tissu de lagraneries. Elle a bien choisi une recette. « À défaut d’être utile sur un dragon, tu pourras peut-être servir à quelque chose en cuisine. »

Misogyne, lui ?
Juste quand c’est le moment, apparemment.

Sa remarque augmente la morgue de la jeune femme, qui heureusement ne lui adresse ensuite plus vraiment la parole de tout le chemin du retour jusqu’au lac souterrain. Dans ses marmonnements inintelligibles, il comprend parfois quelques références à Rackham et lui. Références bien peu bienveillantes. « Sale journée », glisse le capitaine à son homologue, alors qu’ils se retrouvent une nouvelle fois aux abords du lac souterrain. À reprendre un exercice de patinage qui se révèle encore bien périlleux et qui voit partir des pans de son tartan, au fond des eaux noires où les tentacules voraces s’agitent, menaçants.
Braise l’accueille de coups de museau affectueux, le réchauffant de son souffle. Les pirates sont partis. Ils n’ont blessé ni Hadrien, ni Eanna. Lionel soupire de soulagement, appuyé contre le flanc de son dragon. Quel est ton bilan des dommages ? Une vingtaine de chèvres et de chevreaux. Une partie des réserves de miel et de whisky de la maisonnée. Les grilles et les remparts ont été canonné. Bon. Rien d’irremplaçable. La perte est surtout symbolique et bien suffisante pour la couronne d’Outrevent afin de justifier une chasse plus assidue aux pirates. Pourtant, le silence d’Harald se fait étrangement gênant. Qu’est-ce que tu me caches ? Ils ont aussi pris tes kilts et tes plaids. Ils ont quoi ? Le regard de Braise descend sur son tartan déchiré et cette fois, oui, Lionel sent des larmes monter à ses yeux. Rapidement repoussée, cachée, alors qu’il enfouit sa tête dans ses mains pour reprendre son souffle. Il est tellement fatigué. À bout de nerfs. Et ces pirates ont pris ses tartans. Le prochain sur lequel il met sa main, il se le jure, il le traverse avec son propre sabre.

L’Outreventois inspecte le contenu de ses sacoches et de dessous son bermuda, sort une flasque de whisky dont il tire une longue gorgée. Tant qu’à bientôt se taper un rhume du tonnerre, autant se réchauffer comme il le peut. Il passe ensuite l’alcool à Rackham, ignorant sciemment Maelys, afin qu’il en boive lui-même une rasade. « Cadeau », annonce-t-il d’une voix déjà rauque. Juste de quoi leur donner l’énergie suffisante à revenir sur leurs pas et à reprendre leur vol vers Faërie. C’est terminé. Ils le savent tous les trois.

Spoiler:
 

_________________

One side stone, one side fire.

Dialogues de Lionel en whitesmoke ◊ Dialogues de Braise en firebrick ◊ Dialogues de Harald en maroon




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 290
J'ai : 31 ans
Je suis : Capitaine des chevaucheurs du vol d'Ansemer, mage de l'Hiver, chevaucheur de la dragonne Obsession

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'empire de Faërie
Mes autres visages: Denys du Lierre-Réal, Hiémain de Sylvamir, Anthim d'Erebor, Joséphine Siguardent et Shahryar Khamsin
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile   Ven 27 Jan - 19:48

Il semble bien pressé de repartir tout à coup. Il ne saurait dire pourquoi, mais Rackham est certain que ce silence et ce blocage n’étaient pas anodins. Lionel avait beau avoir reprit contenance assez vite, la curiosité de l’îlien était d’ores et déjà titillée et il avait grandement l’envie de le questionner, quitte à être envahissant. Soit, ce n’était pas le moment et il se retint d’en demander plus quand la voix d’Obsession résonna à nouveau dans son esprit, sembla roucouler de plaisir.

Aaaaah enfin quelqu’un qui pense à moi. Mirage est parfait lui au moins !

Le soupir mental du capitaine est puissant. Car il connaît sa dragonne, il la connaît sur le bout des  doigts et il sait que dès qu’il reviendra, elle ne s’intéressera plus à Mirage ou Braise. Pauvres d’eux, soumis au caractère superficiel et capricieux d’une dragonne encore bien jeune qui avait pour désir d’être le centre de toutes les attentions. Elle avait beau avoir des qualités, la majestueuse Obsession, ses défauts prenaient hélas un peu trop le dessus. Cela dit, la maturité de sa dragonne n’avait parfois rien à envier à celle de la chevaucheuse de Mirage. Les remarques de Maelys étaient pour le moins mal venues et très irritantes, comme si elle prenait malin plaisir à rabaisser les deux capitaines qui étaient venus l’aider et sans qui elle n’aurait même pas trouvé l’emplacement de la Chute de l’Etoile. Sa reconnaissance était pour ainsi dire inexistante. Et autant Rackham n’attendait-il rien en retour qu’un merci final ne lui aurait pas déplu. Il se contente de lever les yeux au ciel devant les gémissements de rage de la petite chevaucheuse lagrane, et soupirer profondément à la réponse de son homologue outreventois.

« Sérieusement… Quand vous aurez f’ni d’vous balancer des mots d’amour, on pourra y aller ? »

Il est plus grognon qu’amusé, le capitaine d’Ansemer, et il doit reconnaître qu’entre Obsession qui badine avec Mirage par seul souci d’avoir un peu d’attention et Maelys et Lionel se chamaillant, sans compter le chemin du retour qui serait certainement pas de tout repos, ça avait vite raison de sa patience. Et on ne reconnaissait pas aux îliens une excellente patience d’ailleurs. « J’te l’fais pas dire. » Qu’il répond à son ami, qui marque l’évidence de quelques mots : une sale journée oui. Et pas seulement à cause de ce qui venait d’arriver, mais aussi à cause cette guerre naissante, de ces morts inutiles qu’ils avaient du faucher pas plus tôt que ce matin. Oui vraiment, sale journée.

Dans le silence, ils reviennent jusqu’au lac souterrain, prêt à retrouver leurs dragons. Le passage est cette fois plus difficile, plus risqué, la créature dormant au fond des eaux semblait peu contente d’être à nouveau éveillé. Heureusement, il n’y laisse qu’une botte, c’est sans importance. Et une fois  qu’il fut sur la berge, Obsession sembla oublier les deux autres pour se diriger vers lui, la mine plutôt réjouit. Le coup de museau qu’elle lui accorde laisse tout à penser qu’elle à pardonné son chevaucher, et il n’en est pas vraiment surpris, Rackham. Une vraie gamine, mais qu’il est bien content de revoir et dont la chaleur des écailles le réchauffe un peu. Vrai que Maelys a gardé son manteau… la main tendue de Lionel avec une flasque lui fait adresser un sourire franc à son ami, et il ne se fait pas prier pour en prendre une bonne gorgée. « Merci. C’fait du bien. » Assez pour réchauffer un peu et surtout leur donner un peu de force pour reprendre la route vers la sortie, et surtout rentrer en Faërie. Pour combien de temps, là était la question. Sans doute peu… la guerre ne faisait que commencer.

Spoiler:
 

_________________


Obsession : darkslateblue
Calico : #cc3399
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: 2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile   

Revenir en haut Aller en bas
 
2.1 Les Sables du Temps ♦ La Chute de l’Étoile
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Un Temps pour chaque chose:Le Choix Judicieux
» "Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! ..."{Frédérick & Milena}
» Prix du petrole a travers le temps
» Arrêter le temps...
» Lit sa si t'a du temps a perdre mon chou =D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Ibélène :: Erebor-
Sauter vers: