AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Doux retour de bâton

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Pavillon Noir • Admin
avatar

Messages : 1236
J'ai : 31 ans
Je suis : Apprenti-canonnier sur l'Audacia

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : À Rhéa, et à l’Audacia. À la famille qui m'a recueilli dans l'Archipel.
Mes autres visages: Tristan d'Amar, Grâce de Sombregemme, Astrée Aubétoile
Le Pavillon Noir • Admin
Message Sujet: Doux retour de bâton   Ven 30 Déc - 10:46


Livre II, Chapitre 1 • Les Sables du Temps
Mélodie Douxvelours & Meldred Vif-Ressac

Doux retour de bâton



• Date : 2 décembre 1001
• Météo : Clémente
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Meldred a eu vent, alors qu'il buvait quelques chopes, d'une fort sympathique rumeur sur cette jeune fille tantôt agaçante, tantôt drôle qu'est Mélodie. Il saisit l'occasion pour lui rendre la monnaie de sa pièce.
• Recensement :
Code:
• [b]2 décembre 1001 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t1629-doux-retour-de-baton]Doux retour de bâton[/url] - [i]Mélodie Douxvelours & Meldred Vif-Ressac[/i]
Meldred a eu vent, alors qu'il buvait quelques chopes, d'une fort sympathique rumeur sur cette jeune fille tantôt agaçante, tantôt drôle qu'est Mélodie. Il saisit l'occasion pour lui rendre la monnaie de sa pièce.


_________________



Aucun bateau n'a été blessé pour réaliser ce gif (non conforme à la réalité d'Arven). :arrow:

Couleur : capucine


Dernière édition par Meldred Vif-Ressac le Mer 19 Avr - 15:46, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir • Admin
avatar

Messages : 1236
J'ai : 31 ans
Je suis : Apprenti-canonnier sur l'Audacia

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : À Rhéa, et à l’Audacia. À la famille qui m'a recueilli dans l'Archipel.
Mes autres visages: Tristan d'Amar, Grâce de Sombregemme, Astrée Aubétoile
Le Pavillon Noir • Admin
Message Sujet: Re: Doux retour de bâton   Ven 30 Déc - 10:48



Le temps que Red avait passé sur l’Audacia était bien trop court, à son goût. S’il avait pu décider, il aurait continué à voguer, et peu importe le fait que le temps ne s’y prête pas. Mais il était bien décidé à rester sur le port, à proximité, et à être là dès que la vivenef repartirait. Il serait parmi les premiers, à remonter auprès de la belle Rhéa, rester sur ce pont qui était pour lui sa maison, celle dont il avait rêvé toute sa vie. Même s’il n’avait pas eu le choix que de faire escale à Lorgol. Il allait en profiter pour parcourir les tavernes de la Ville Basse, et goûter tous ces alcools qui lui réchaufferaient l’estomac – parce qu’il faisait toujours froid, sur ce satané continent. Ça faisait bien rire les autres, sur l’Orichalque, quand il pestait sur ça. Ça avait pas changé, avec les années, simplement qu’il avait été parfois plus inventif.

Il aimait quand même ce coin de Lorgol, toujours festif, où il détonnait pas malgré sa gueule d’Ilien – sa belle gueule d’Ilien, qu’il dirait, quand il aurait bu quelques rasades de rhum. Ou quelques bouteilles. Ou d’autres alcools, plus forts. Il était calmement posé à la Taverne de la Rose, à boire un alcool de fruits cielsombrois – un alcool de fillettes, mais il écoutait les rumeurs les plus prisées du moment, à Lorgol.

Il était pas vraiment commère, mais il appréciait se tenir au courant. Jusqu’à ce qu’un nom attire son attention. Mélodie. La petite peste qui prenait un certain plaisir à le provoquer, chaque fois qu’ils se croisaient. Il aurait jamais reconnu ce qu’il en était, mais dans son attitude d’emmerdeuse – parce qu’elle l’était -, elle était plutôt attachante. Même si elle l’agaçait plutôt trois fois qu’une, quand elle lui tournait autour et cherchait à le provoquer.

Il s’esclaffa, entendant qu’il paraissait qu’elle avait un goût certain pour les vieux – l’impuissance, qui l’attirait, p’t’être ? Il se retourna aussi sec que la porte qui s’ouvrait, pour voir l’objet de leurs paroles. Mélodie. Il avala cul-sec l’alcool de poire,  qui lui brûla le gosier, et s’avança vers elle, goguenard.

« Méloooodie ! Paraît que tu gagnes le cœur d’ces plus vén’rables m’sieurs ? C’est quoi qui t’plait, la difficulté à pas êt’ mou ? Ou alors les p’tits jeun’ sont pas assez matur’ pour toi ? »

Il lui fila une choppe dans la main, déposant négligemment une pièce sur le plateau de la serveuse.

« J’suis vigoureux et forc’ment mieux qu’l’vieux continental qu’est sur les lèv’ de tout l’mond’ s’tu veux tester. »

Il avait peut-être bu plus qu’il ne le pensait. Peut-être.


_________________



Aucun bateau n'a été blessé pour réaliser ce gif (non conforme à la réalité d'Arven). :arrow:

Couleur : capucine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 1744
J'ai : 26 ans
Je suis : Voleuse spécialisée dans l'escalade à la Cour des Miracles.
(Futur Roi Blanc et Fils des Ombres :sisi: )

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des ombres
Mes autres visages: Antonin de Faërie
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Doux retour de bâton   Dim 1 Jan - 13:38

La journée avait pourtant bien commencé. La nuit avait été florissante d’un vol organisé et groupé de la Cour des Miracles, chacun y avait trouvé son compte et rempli ses poches pour donner le reste au poney qui tousse pour y être vendu. La coopération et la synergie de chacun m’avaient nourri, retapé et réparé. Cela faisait quelques semaines que nous organisions ce vol, j’en avais eu besoin pour panser les plaies de mon ego meurtri. Trop occupée à la préparation, j’avais ainsi pu échapper à la plupart des moqueries et racontars inévitables à une situation quelque peu délicate dans laquelle je m’étais retrouvée le mois dernier. Un enfant des miracles m’avait apporté son aide alors que je m’étais faite repérer par le maitre des lieux que j’allais voler, le fin mot de l’histoire était risible tant la naïveté du volé nous avait sorti d’affaire, le faisant croire à une aventure entre moi et son majordome... Cependant, mon audace à la limite de l’inconscience infantile m’avait valu de joyeuses œillades amusées, ne parlons même pas des remarques et commentaires narquois.

Puis la rumeur s’était propagée comme une trainée de poudre, j’avais naïvement cru que peut-être….Rien de tout cela ne se serait su… Ni moi, ni Césaire, le majordome, n’avions voulu que cette histoire rocambolesque se sache… ainsi, j’avais eu l’espoir futile que rien de ce qui c’était dit dans la tour du duc de Sombreciel ne sorte de cette tour…enfin, c’était sans compter sur la discrétion dudit duc, enfant pourrie gâtée, qui s’était empressé de crier la nouvelle sur tous les toits. Les enfants des miracles s’étaient emparés de la nouvelle avec délice, la soufflant dans le vent qui s’infiltrait dans la ville.
C’était qu’on était joueur dans la Cour des Miracles…
Je le savais, dans d’autres circonstances, si les personnes concernaient n’étaient pas moi, j’y aurais pris part avec une joie rieuse, mais étant la cible des moqueries affectives de mes camarades, je le prenais avec beaucoup moins d’entrain.

La journée avait pourtant bien commencé, levée dans l’après midi pour récupérer de cette nuit salvatrice passée accrocher à un mur et cacher dans l’ombre pour récupérer des biens précieux avec la présence de frères. Je voulais profiter de la solde nouvellement acquise pour prendre un bon repas dans une taverne.
Oui, ça avait paru être une merveilleuse idée.
Idée qui ne paraissait plus si merveilleuse que ça désormais. La taverne de la rose, c’était là que j’avais décidé de manger, certaine d’y trouver un repas gouteux et d’un prix respectable, tout en ayant la possibilité de continuer la soirée dans la joie et la bonne humeur. Pour ce dernier point, il fallait croire que c’était raté.

La méfiance fige mes traits lorsque je vois le pirate m’accueillir de façon si joviale. Mon sourire se fane lorsqu’il continue avec une morgue tout à fait indécente, faisant tourner les têtes vers nous, moqueuses.

-Et toi, je pensais que tu valais mieux que ces foutus continentaux du coin à écouter leurs racontars ridicules et sans intérêt ?


Fichu marin. J’ai du mal à maitriser ma voix, à faire comme s’il ne m’avait pas énervé, comme si je me fichais bien de ce qu’il pouvait raconter. Je savais que s’il se rendait compte qu’il avait fait mouche, alors, comme un enfant, il ne me ficherait plus la paix.
Quel ingrat, moi qui avais toujours travaillé à lui changer les idées et à l’occuper loin de son humeur exécrable qui était la sienne lorsqu’il était à quai. Cependant, je n’étais pas vraiment certaine d’y avoir réussi…même presque sûre d’avoir raté mon coup… mais je ne voulais pas vraiment y penser…

-Je pensais que tu voudrais plus m’enfermer dans l’une des cales du navire sur lequel tu boss plutôt que de me voir dans ton lit. Aurais-tu succombé à mes charmes malgré toi, c’est pour ça que tu fais toujours la gueule à Lorgol ? Rétorquais-je pour me donner une contenance, espérant vainement titiller son orgueil pour éviter qu’il ne malmène le mien. Mais désolée, je doute fortement que tes performances soient assez…satisfaisantes pour que je me risque à visiter ta couche crasseuse.

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir • Admin
avatar

Messages : 1236
J'ai : 31 ans
Je suis : Apprenti-canonnier sur l'Audacia

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : À Rhéa, et à l’Audacia. À la famille qui m'a recueilli dans l'Archipel.
Mes autres visages: Tristan d'Amar, Grâce de Sombregemme, Astrée Aubétoile
Le Pavillon Noir • Admin
Message Sujet: Re: Doux retour de bâton   Mer 18 Jan - 19:15



Elle était vraiment pas marrante. Il avait l’habitude de la voir plus enjouée. D’habitude, c’était lui le bougon, et elle qui lui reprochait, elle était un peu gonflée quand même. Il se renfrogna pas pour autant – la faute à l’alcool, à son envie de profiter de la soirée, à son envie de rire à l’idée qu’elle aime bien les vieux. Même si en vrai, c’était pas si hilarant. Il aurait sûrement trouvé ça plutôt absurde, s’il avait été sobre, à vrai dire. Mais il l’était pas, et ça devait bien être là tout le problème, s’il en croyait les narines pincées de Mélodie, sa… rage, ouais, c’était bien ça, de la rage. Et sa méchanceté. Parce qu’elle était vraiment méchante, alors qu’il n’était qu’amour, lui. Pour un peu, il serait retourné pleurer dans les jupons de sa mère. Enfin, c’était exagéré, en fait.

Il hocha doucement la tête. « Oh allez, j’voulais just’ m’amuser ! C’pas comme si t’t’empêchais de le faire, toi, quand tu m’vois d’habitud’ ! Mêm’ si j’reconnais que t’plutôt distrayante. Mais qu’est-c’qui va pas, pourquoi t’fais la tête ? »

Subtilité, zéro. En même temps, demandez de la subtilité à un îlien qui se targue d’être naturel et qui s’en contrefiche, aussi. Lui, tout ce qu’il voulait, c’était continuer à profiter de sa soirée, et l’air bougon de la jeune femme allait pas du tout de pair avec ça. Il piqua une chope de rhum à un marin de l’Audacia, une saleté très sucrée au miel il croyait, il savait pas trop, mais c’était bien pour une fillette toute mince comme Mélodie qui devait pas tenir l’alcool, lui donnant une pièce en échange. Et pas du toc, il la mordit comme pour lui prouver, afin de se retourner vers la continentale.

« Ouais, t’compris. Et t’peux penser tout ce que tu veux d’moi, ou être en colère ou j’sais pas, mais tu dis pas de mal de l’Audacia. Jamais. Et surtout pas dans la Taverne dont l’seconde est proprio. Alors si t’es d’mauvaise humeur, t’peux partir, j’t’retiens pas.

Maint’nant, s’tu veux que j’t’change les idées – et j’t’assure que mes prouesses au lit t’satisferaient beaucoup -, t’t’assois, t’bois cette chope, et je t’donne un truc plus fort. Mais si tu dis encore que ma couche est crasseuse, j’te jette même dans l’eau de Lorgol, tu diras bonjour aux crocos. T’aim’ras pas.
»

Elle pouvait dire ce qu’elle voulait sur lui, mais elle s’en fera un réel ennemi, si elle s’attaquait à l’Audacia. Et elle avait bien intérêt à le comprendre. Il pouvait tolérer beaucoup de choses, ou peut-être pas mais plutôt avec elle, il était assez patient, mais on touchait pas à l’Audacia. Et son ton, ses mots pas mâchés, sa voix presque tranchante, étaient assez clairs à ce sujet. Alors elle ferait mieux de se tenir à carreau.

« Maint’nant, j’te propos’ un marché. Tu m’dis un poèm’ sur les capacités du vieux au pieu, et j’pète personnell’ment la gueul’ à chacun d’ceux qui parl’ mal d’ça. Et t’en entendras plus parler d’ma part. Ç’marche ? »


_________________



Aucun bateau n'a été blessé pour réaliser ce gif (non conforme à la réalité d'Arven). :arrow:

Couleur : capucine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 1744
J'ai : 26 ans
Je suis : Voleuse spécialisée dans l'escalade à la Cour des Miracles.
(Futur Roi Blanc et Fils des Ombres :sisi: )

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des ombres
Mes autres visages: Antonin de Faërie
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Doux retour de bâton   Dim 22 Jan - 9:42

Il en avait de bonne lui, pourquoi j’étais de mauvaise humeur ? Tout simplement parce que j’avais réussi à oublier ce cuisant échec et qu’il était venu me voir la bouche en cœur pour me le rappeler. Je sais que dans d’autres conditions, j’en aurais ris….bon peut-être pas, mais disons que cela faisait beaucoup dans pratiquement la même journée que de se faire chopper par l’Ordre puis par un duc complètement taré aux manières prédatrices. Une claque pour chaque joue, qui m’avait brûlé pendant un moment et que chacun s’amusait à me rappeler.
L’évènement avec Castiel ramenant forcément sur le tapis le collier que l’Ordre m’avait mis autour du cou. Et c’était précisément ce collier, qui m’arrachait la gorge, qui me hérissait autant le poil, me faisant devenir d’une agressivité disproportionnée en rapport avec le sujet de Césaire. Ce pauvre bougre devait d’ailleurs en voir de toutes les couleurs, alors qu’il n’avait voulu que m’aider.
Je m’en voulais aussi pour ça.
Je faisais mon possible pour remédier à tous ces petits problèmes qui me pourrissaient la vie avec minutie. Comme le fait de m’embarquer dans le prochain voyage de la Caravane des plaisirs. Quoi ? Non, je ne fuyais pas, j’avais simplement besoin de me changer les idées, pour y voir plus clair vous comprenez ?

-Je fais la tête parce que c’est pas…Bon si c’est très drôle pour vous, mais là c’est pas le moment.

Je le vois s’approcher, le marin, de sa démarche un peu lourde, mais surtout vacillante. Avait-il trop bu ? Déjà ? Pourtant, d’ordinaire il tenait plutôt bien l’alcool. Je veux dire c’était un pirate et leur réputation sur les mers n’avait rien à envier à celle qu’ils avaient dans les tavernes et les bars.
Puis, à sa remarque, j’ouvre la bouche, surprise. Moi, insulter l’Audacia ? Mais… Ou avait-il… ? … Hé merde… Il était vrai que dans ma tête, je le voyais dormir dans une grange ou encore une des tavernes miteuses et délabrées qu’on pouvait trouver dans certains recoins de la ville. Ca lui allait plutôt bien à mon sens… Mais, c’était plus logique que ce qu’il considérait comme sa couche était les quartiers réservés aux marins de l’Audacia, voir les appartements de la Taverne de La Rose. Ho la boulette.

-Je…Mais non, c’est pas ce que je voulais dire ! Et puis zuuut.

Comme une enfant capricieuse, mes bras viennent se croiser contre ma poitrine, tapant presque du pied. Presque, j’avais un peu de tenu tout de même.
Je me laisse mener par les attentions de Red, finissant de passer ma frustration dans la boisson. Un petit sourire étire mes lèvres, caché par ma chevelure tombante.

-Y’a pas de croco dans le port.


Non monsieur, ils étaient dans les souterrains, j’avais bien eu l’occasion de les voir, enfin apercevoir. Bon...j’avais vu des ombres qui avaient fait tanguer une barque, mais c’en était….Certainement.
Puis il continue et me propose un marché, qui me fait presque étouffer lorsque j’en comprends la teneur. Je tousse, encore, des secondes qui s’étirent en douloureuse minute. Je prends une autre gorgée, prudente, pour reprendre contenance.
Pesant le pour et le contre, alors que je fais tournoyer le breuvage sur ma langue. Ce n’était pas tant cette histoire que ce qui s’était passé avant qui me gênait, mais je n’avais pas envie d’en parler, pas ici, devant tant de gens et encore moins à Red, ayant la finesse d’un cheval de trait dans un magasin de verre. Mais la perspective de le voir mettre un poing dans la figure des moqueurs…J’avoue que ça avait de l’attrait et que je trouverai ça très drôle… Et pourquoi pas après tout ? … Mon ego se rebiffe, me faisant encore hésiter quelques longues minutes.

-D’accord, mais tu me paies aussi le repas alors ?


J’avais besoin de cette petite victoire, pour faire taire les récriminations d’une fierté mise à mal par ma stupidité et mon amour du jeu. Je reprends tranquillement, réfléchissant et me lançant. Mes joues s’empourprant non pas par l’audace de ce que je pouvais dire, mais plutôt par embarras quant à la situation. Je n’étais pas vraiment une intellectuelle, alors chanter les louanges d’un amant, soixantenaire, imaginaire… Sachant que je récolterais dans tous les cas les moqueries du marin… Mais qu’importe, il n’y avait de défis que je ne relevais pas, du moins pas dans ce genre-là. Autant aller jusqu’au bout.

« Césaire, Ho mon doux amant
Tu as su adroitement
Faire tomber mon corps dans le tourment
En agaçant, titillant, caressant doucement ou fermement.
Et passer la nuit à m’arracher des gémissements
Pour nous faire tomber dans un bienheureux embrasement.


Voilà c’est assez poétique pour toi ? »


_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir • Admin
avatar

Messages : 1236
J'ai : 31 ans
Je suis : Apprenti-canonnier sur l'Audacia

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : À Rhéa, et à l’Audacia. À la famille qui m'a recueilli dans l'Archipel.
Mes autres visages: Tristan d'Amar, Grâce de Sombregemme, Astrée Aubétoile
Le Pavillon Noir • Admin
Message Sujet: Re: Doux retour de bâton   Mar 24 Jan - 23:33



Elle était drôlement grincheuse, c’était pas habituel pour elle. En tout cas, Red l’avait rarement vue comme ça. C’était lui, qui était bougon en général. Enfin, pas qu’il était prêt à reconnaître ça. Mais bon, il était pas vraiment en état de prendre des gants ou de se soucier de sa sensibilité. Pas trop. Un peu, peut-être. Il sourit, quand elle reconnut que c’était drôle, quand même. Bon, elle était pas irrécupérable ! C’était mieux comme ça, elle allait peut-être sourire, bientôt. Il se leva quand même pour se diriger vers elle – il allait pas la laisser toute seule, pas maintenant.

« T’sais, plus tu râles, plus tout’l’mond’ va s’rir’ de toi. Ris avec moi, mêm’ si c’faux, et ça ira mieux. »

Il la prit par le bras, avant de la lâcher subitement alors qu’elle parlait de sa couche crasseuse. Il était très tolérant, Red, ou très intolérant mais pas trop avec elle, mais là, ça passait pas. Pas quand ça concernait l’Audacia. Si elle recommençait, il la mettrait dehors et s’assurerait qu’elle se rayerait le visage sur le sol. Parce qu’on insultait pas l’Audacia. Ou la Taverne. Mais elle avait l’air vraiment confus. Et drôle et attendrissante, à croiser ses bras sur sa poitrine, et à agir comme une enfant gâtée.

Pour peu, il lui aurait pincé la joue, comme à un enfant. Il leva d’ailleurs sa main pour amorcer le geste, avant de la laisser retomber. Il en mourrait d’envie, et riait tout seul à cette idée, mais il était pas sûr qu’elle le prenne très bien. Une petite voix, mais il ne savait pas trop d’où elle venait, lui soufflait d’ailleurs qu’elle le prendrait très mal. Et puis, elle disait encore n’importe quoi.

« Bien sûr qu’si ! Tout l’monde y l’dit ! Y sont où, sinon ? Ou pourquoi y s’raient pas là ? »

Il était prêt à la questionner sur tout pour… Pour quoi ? La distraire ? Lui prendre la tête, mais qu’au moins, elle pense plus à ce qui l’agaçait totalement ? C’était gentil ou méchant, il savait pas trop, mais ça avait quand même un but sympa… même s’il voulait surtout s’amuser, pour une fois que c’était elle qui râlait et pas lui. Pour une fois. Un grand sourire orna son visage, quand elle dit oui. Il avait gagné, et s’il avait su écrire, il l’aurait noté pour le répéter au vieillard, s’il le voyait un jour. Il avait bien dit qu’il défendrait Mélodie et n’en parlerait pas devant elle, mais devant les autres…

« … ok. Si tu m’fais un beau poème ; et qu’tu m’l’écris, qu’j’m’en souvienn’. J’t’en parlerai pu’, mais j’veux un souv’nir. Et puis, j’sais pas lir’, ça t’engag’ à rien. Tu pourras mêm’ écrir’ sur moi plutôt qu’sur lui, personne l’saura. »

Red la prend par le bras, pour l’asseoir à une table un peu à l’écart, et commande il sait pas trop quoi sur la carte, demandant « queq’chose de bon ». Il fait confiance, il sait que ça sera bon. Et il recommande des choppes. Avant de cracher son rhum en entendant le poème, visant malheureusement un client, qui avait entendu sa demande et voulait jeter une oreille indiscrète à la conversation. L’homme menaça de le frapper, mais Red l’assomma en lui cogna la tête d’un coup fort contre la table.

« Voilà, j’tiens parole. Tu m’l’écris alors ? Et pi’, qu’est-ce qui allait pas ? »


_________________



Aucun bateau n'a été blessé pour réaliser ce gif (non conforme à la réalité d'Arven). :arrow:

Couleur : capucine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 1744
J'ai : 26 ans
Je suis : Voleuse spécialisée dans l'escalade à la Cour des Miracles.
(Futur Roi Blanc et Fils des Ombres :sisi: )

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des ombres
Mes autres visages: Antonin de Faërie
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Doux retour de bâton   Dim 29 Jan - 18:12

Je le regarde d’en dessous, sifflant devant son ignorance. Il était marin, il devait le savoir pourtant ? Oui, c’était complètement, et parfaitement, de la mauvaise foi, moi-même je n’en aurais jamais eu aucune idée si je n’avais pas fait un séjour dans les catacombes.
Merci l’Ordre.
Un frisson de dégout me parcourt l’échine, j’ai l’impression d’entendre râper des chaines invisibles sur le sol et me tirer le cou. Je passe ma main sur ma gorge pour y enlever la vilaine sensation avant de reprendre.

-Parce qu’ils sont cachés dans les égouts de la ville. J’veux dire si ça trainait dans le port tu imagines le bordel ? Ils seraient tués, c’est pas con ces bêtes-là. Du coup ça se cache pour vivre tranquille.

Je pose mes mains sur mes hanches, convaincue du bien-fondé de mon explication. Ce n’est qu’après que sa proposition s’élève joyeusement et que mon regard, brulant, tente de faire prendre feu au marin pour le faire taire. Puis j’y réfléchis, y trouvant peut-être mon compte à sa proposition, me lançant dans un verbe pathétique, mais qui contente Red. J’en soupirerais presque de soulagement tant je n’étais pas prête à continuer et recommencer. Je pensais que c’était bon, que j’étais débarrassée de l’affaire une bonne une fois pour toutes. Je pris même une gorgée enthousiaste pour saluer la fin du calvaire, gorgée qui finit en partie sur la table. Non…ce n’était…pas …fini. Je le regard et il continue, m’expliquant avec patience et sérieux, donnant encore moins de cohérences à sa requête ridicule. Je le regard comme s’il avait été fou, ne comprenant décidément pas où il venait en venir.

-Je comprends pas, pourquoi tu veux que je te l’écrive pour que tu t’en souviennes si c’est pour être incapable de le lire et que tu le montreras à personne ? C’est stupide.

Je n’avais pas refusé, après tout, il m’avait commandé à manger, ce qui était un bon point pour lui. De plus, je n’étais pas obligée de signer le papier, pouvant démentir à tout moment la maternité de ces vers à quiconque aurait la curiosité de demander. Et puis, il s’était engagé à faire taire les comiques, donc à réduire au silence ceux qui auraient l’audace d’approfondir et d’y trouver une excuse pour se moquer de moi, alors j’étais à l’abri des quolibets.

-Mais si tu y tiens, trouve-moi de quoi écrire, j’peux bien le faire sur toi si tu y tiens tant que ça. Moi je n’ai rien du tout pour te le mettre quelque part. Mais c’est toi qui risques d’être ridicule à la fin, tu t’en rends compte ? J’veux dire avec ces mots sur ton corps, ça peut prêter à confusion.

Faut dire que le papier ne se trouvait pas si facilement.

-Rien, plein d’embrouilles qui arrivent toutes en même temps.

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir • Admin
avatar

Messages : 1236
J'ai : 31 ans
Je suis : Apprenti-canonnier sur l'Audacia

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : À Rhéa, et à l’Audacia. À la famille qui m'a recueilli dans l'Archipel.
Mes autres visages: Tristan d'Amar, Grâce de Sombregemme, Astrée Aubétoile
Le Pavillon Noir • Admin
Message Sujet: Re: Doux retour de bâton   Mer 1 Fév - 21:52

Il voulait bien être gentil, mais si elle se calmait pas un peu, il la laisserait bien vite toute seule pour rejoindre les pirates présents, ou une demoiselle bien plus accorte… qui crierait aussi sûrement, mais pas pour les mêmes raisons. Il fronça les sourcils devant le malaise soudain de Mélodie, bien au delà de la colère – eh ben quoi, elle était phobique des grosses bêtes vertes aux dents pointues ? Il avait décidément bien du mal à la comprendre, ce soir.

« Comment t’sais ? T’les as vus ? Y pourrait venir dans le port quand l’activité est au plus bas, pour nager dans plein d’eau ! »

Quoi, c’était pas plus absurde que le fait qu’ils restent dans les égouts. Même si elle avait raison quand elle disait que c’était mieux qu’ils se cachent pour vivre tranquille, Red était persuadé de pas avoir tort. Et il aimait pas vraiment ça, d’ailleurs – plus que certains, mais moins que d’autres. Enfin bref, il finit par hausser les épaules, et par rire de sa posture affirmée, les mains sur les hanches… comme une vraie mégère.

Il se retint d’en parler quand même, pas sûr que lui dire qu’elle donnait une image aussi déplorable soit utile, préférant creuser le sujet du vieux que Mélodie s’était fait. Et à raison, alors qu’elle lui déclame un poème qui le fait franchement rire. Peut-être qu’un autre l’aurait trouvé bancal ou pas très inspirant, mais il lui en faut pas tant que ça, au pirate, et si on lui demandait de rimer, il en serait bien incapable. Il lui faut un peu de temps pour se calmer, et demander à ce qu’elle lui écrive. Et bien moins, pour manquer de se prendre du rhum sur le visage alors que Mélodie le recrachait.

Il se renfrogna – oui il était bête, et alors ? Il trouvait ça drôle, voilà tout. « Oublie, c’sert à rien, com’ tu dis, j’pourrai pas le lire et j’aurai l’air ridicule. P’t’êt’ que j’aurai appris grâce à ça, si’ j’voulais l’relir’. Sinon, on peut aller chez un tatoueur, pour marquer ça. Quitte à c’que j’l’ai sur l’corps, non ? » Il en avait plusieurs, tatouages, ça lui faisait pas peur. Même s’il se foutait d’avoir ce poème dessus. Mais bon, elle le jugeait et ça l’agaçait, alors il allait encore plus loin dans l’idiotie et la provocation.

« Mais bon, com’ tu l’dis, j’suis bête. Ça devrait t’plaire, non, qu’je sois ridicule ? » Il était peut-être de mauvaise foi, mais il était un peu vexé qu’elle le juge pour ça. Ses faux préjugés envers les continentaux venaient de là, même s’il avait réellement appris à en apprécier certains, et qu’il les méprisait pas du tout en réalité. Ce fait l’agaçait.

« Ça va aller ? » Oui, si elle voulait pas parler, il pouvait juste lui demander ça. Même si c’était évident que non.

_________________



Aucun bateau n'a été blessé pour réaliser ce gif (non conforme à la réalité d'Arven). :arrow:

Couleur : capucine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 1744
J'ai : 26 ans
Je suis : Voleuse spécialisée dans l'escalade à la Cour des Miracles.
(Futur Roi Blanc et Fils des Ombres :sisi: )

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des ombres
Mes autres visages: Antonin de Faërie
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Doux retour de bâton   Dim 5 Fév - 15:31

Je bois, et glou et glou et glou, je bois, je réponds, et glou, je bois et j’écoute, et gloups. Mon regard se pose sur un pirate grognon, les joues rougies par l’alcool. Et glou ? Je fronce un peu les sourcils, puis je finis par lui mettre une pichenette sur le front, avant de lui tirer la langue avec élégance et maturité.
Il avait décidé de se vexer à la moindre de mes phrases ou quoi ? Il était bien moins tatillon d’ordinaire, il avait moins l’air d’un chiot victime de ses pairs aussi et pour une fois la mesquinerie n’arrivait pas à dominer sur l’empathie qu’il m’inspirait. J’avais presque envie de le prendre dans mes bras pour qu’il arrête de faire cette tête et qu’il cesse, tout de suite, de prendre le moindre de mes propos mal, l’exagérant, l’étirant pour en transformer le sens.
Quel idiot ce pirate, mais un idiot gentil tout de même.

-Arrête un peu, je disais pas ça pour te vexer, si tu veux je te l’écris ton poème et je t’apprendrais à lire pour que tu en profite chaque fois que tu le veux. Tu sais très bien qu’on est beaucoup dans ce cas, fait pas ton grognon comme ça, savoir lire ou pas, c’pas vraiment existentiel. Il y a un truc qui te tracasse toi aussi pour que tu t’agace comme ça ? Tu veux un câlin pour te réconforter ? Finis-je en riant avec douceur.

Je claque ensuite ma langue sur mon palais, laissant mes yeux vagabonder sur les dessins qui étaient imprimés sur la peau de Red. Certains plaisants, d’autre que je ne trouvais franchement pas très jolis. Je doutais cependant les avoir tous vus. J’aimais les tatouages, c’est pour ça que mon dos en était recouvert, ils avaient été une planche de salut à un moment crucial de ma vie et j’avais une affection sans bornes concernant ces lignes noires qui parcouraient la peau pour y écrire une histoire, y sceller des envies, une passion, des souvenirs. Peu importe les raisons, l’encre était une mémoire intemporelle  que seul son porteur était à même d’expliquer.


-Ce serait dommage d’en faire un pour ça. Quitte à t’en faire un pour mes jolis yeux, laisse-moi décider de quoi, je suis sûre que tu le regretterais pas.


La conversation dérive, revenant sur l’objet de ma mauvaise humeur. Je croise les bras, inconsciemment, comme une défense face à ce bordel qui me semblait inextricable. Habituellement, j’avais toujours des idées pour … m’en sortir, ôter les chaînes et bondir hors d’atteinte. Mais là, il n’y avait nulle serrure autour des liens qui me retenaient, comme forger à même la peau, incapable de les défaire s’en me mutiler.

-Je…ne sais pas trop, dis-je en haussant les épaules, on verra bien…Y’a pas que le duc de Sombreciel qui m’a chopé dernièrement en train de voler. Et ceux là, y’avait pas de Césaire pour m’aider. Donc…on va dire que j’ai de la chance d’avoir pu repartir, mais bon…c’était pas gratuit.


J’avais baissé le ton, le nez dans ma choppe, pas très fière de moi sur ce coup, mais malgré toutes mes récriminations, feulement et griffures, je crois qu’il fallait quand même que j’en parle. Un peu au moins. Peut-être qu’ainsi une idée viendrait et que les serrures apparaitront ?

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir • Admin
avatar

Messages : 1236
J'ai : 31 ans
Je suis : Apprenti-canonnier sur l'Audacia

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : À Rhéa, et à l’Audacia. À la famille qui m'a recueilli dans l'Archipel.
Mes autres visages: Tristan d'Amar, Grâce de Sombregemme, Astrée Aubétoile
Le Pavillon Noir • Admin
Message Sujet: Re: Doux retour de bâton   Ven 10 Fév - 8:00

La voir boire de bon cœur faisait plaisir au pirate. Il n’y avait pas d’humeur maussade qu’une choppe bue en bonne compagnie ne pouvait régler, n’est-ce pas ? Il en était convaincu, en tout cas, surtout à la voir reprendre ses habitudes habituelles – cette agression avec cette pichenette, cette langue provocatrice qui le mettait au défi de… Au défi de quoi au juste ? Il avait l’esprit quelque peu embrumé, lui aussi, par les nombreuses boissons qu’il avait prises. Et ça expliquait aussi sa susceptibilité – aucunement liée au fait qu’il était accoutumé à être pris de haut par les gens du continent, et qu’il laissait par moment transparaître l’agacement que cela causait en lui. Il n’était pas homme à se laisser faire ou à avoir honte de ses origines, mais par moment, cela le mettait en colère. Quand il était le moins lucide, à vrai dire. Il s’esclaffa, quand même, sans malignité, en l’entendant lui proposer de lui apprendre à lire.

« J’te souhait’ plein d’courag’, pour m’apprendr’ à lire ! J’suis pas doté d’magie, pas plus qu’de vos capacités à maîtriser l’Savoir, le ton se fait un peu moqueur malgré lui, mais j’suis sur’ qu’c’est pir’ pour la lecture. Quelqu’un a du m’donner un élixir comm’ ceux qui suppriment l’magie ou l’Savoir, mais pour la lecture, pour sur. Mais c’gentil. Quand même. Et j’suis jamais contr’ un câlin. Et rien n’me tracass’, non. J’aim’rai just’ repartir. L’hivernage… »

Ouais, elle savait mieux que quiconque sa morosité quand il était contraint à rester à terre. Mais elle avait le don, malgré son caractère exaspérant, de le distraire. Et parler tatouage était certainement la meilleure façon.

« C’t’un rendez-vous ? Je suis là pour que’qu’ temps, encor’, on peut l’fair’. Mêm’ maint’nant, si t’veux. J’te fais confianc’. »

Oui, aussi surprenant que ce soit, aussi… conflictuelles que soient leurs relations parce qu’elle lui prenait la tête, il avait réellement confiance. Et ça le surprenait lui même. C’était sûrement pour ça, qu’il la cherchait, et cherchait aussi à savoir ce qu’il se passait. Une confidence dure à lui arracher, visiblement, vu son ton qui se renfrognait dès qu’il abordait le sujet.

« C’tait pas gratuit ? Tu t’es attiré des embrouilles ? »

Il mâchait bien moins ses mots, bien plus sérieux. Moins enclin à se faire passer pour l’Îlien illettré qu’il était, cet Îlien qui ne comprenait rien à rien et passait pour un imbécile incapable de réfléchir, la plupart du temps – auprès des gens qui ne le connaissaient pas, du moins… Un mécanisme de protection comme un autre. Il prit la main de la jeune femme, sa chope de l’autre, et l’entraina à l’écart, avant d’aller rechercher le repas qu’il avait abandonné derrière eux.

« Qui t’cherche ? Quelqu’un t’fait pression ? »

Chassez le naturel, il revient au galop. Et plutôt deux fois qu’une.

« C’toi qui a besoin d’un câlin, oui ? »

Il était mortellement sérieux, malgré tout. Même s’il ne savait rien de la situation dans laquelle Mélodie s’était fourrée. Ou de ses capacités à l’aider.

_________________



Aucun bateau n'a été blessé pour réaliser ce gif (non conforme à la réalité d'Arven). :arrow:

Couleur : capucine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 1744
J'ai : 26 ans
Je suis : Voleuse spécialisée dans l'escalade à la Cour des Miracles.
(Futur Roi Blanc et Fils des Ombres :sisi: )

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des ombres
Mes autres visages: Antonin de Faërie
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Doux retour de bâton   Mar 14 Fév - 20:53

« C’t’un rendez-vous ? Je suis là pour que’qu’ temps, encor’, on peut l’fair’. Mêm’ maint’nant, si t’veux. J’te fais confianc’. »

Je me mords la lèvre inférieure, observant le pirate de biais réfléchissant un instant à sa question. Elle méritait d’être réfléchie pour que je puisse lui offrir une réponse appropriée. Il était trop susceptible en cette soirée pour survoler avec légèreté ses paroles. Finalement, mes épaules se surélèvent un peu, et la moue se transforme en sourire.

-Oui, si ça peut te faire plaisir, disons que c’est un rendez-vous. Je connais un très bon tatoueur, il n’y a que lui qui n’ait jamais posé ses aiguilles sur moi. Si tu veux, je pourrais te montrer son travail, j’pense que t’aimerais bien.

C’était un Erebien en plus, l’une des nombreuses personnes s’étant exilées à Lorgol pour ne jamais en partir. Il savait y faire avec l’encre et les aiguilles, c’était dans son sang, un héritage culturel qui coulait dans ses veines. Il était aussi le seul lien vivant que j’avais encore avec ma mère. Un parent de substitution, l’oncle gentil qui n’avait jamais réellement su comment réagir avec moi, ni comment me cadrer. J’avais énormément d’affection pour lui, mais ce n’était pas pour autant que mon jugement en était altéré, c’était un artiste qui imprimait ses rêves sur la toile de notre peau. Je n’avais pas peur de vanter ses mérites, j’étais convaincus qu’il ne serait pas déçu et peut-être qu’ainsi, je réussirai à enlever cette expression maussade sur son visage qui plissait son front et rendait ses yeux vides.

Puis mon humeur s’assombris, je n’arrive pas tout à fait à la noyer dans l’alcool, trop tôt, pas assez de litre d’ingurgité sans doute. Peut-être était-ce mieux ainsi, peut-être que j’aurais simplement éclaté en sanglot plutôt que de me morfondre et de finir par avouer ma cuisante expérience si j’avais été soule.
Perdue dans mes pensées, étouffant sous l’humiliation, je ne vis pas la main de Red s’enrouler autour de la mienne, tirer dessus pour m’emmener dans un endroit plus discret. C’était come s’il voulait m’abriter de mon mal être en m’éloignant du bruit des conversations. Je le regarde un peu surprise, m’obligeant par la même à lever la tête, n’ayant plus d’échappatoire visuel dans lequel me cacher. Il allait encore se moquer ? J’entre-ouvre la bouche, me mords doucement la langue, ne sachant trop comment réagir. Je ne m’étais pas attendue à tant de sollicitude et je ne savais même pas si je pouvais en parler. Ne risquait-il pas le même sort ? Cette histoire était tellement sordide et inattendue…Je me prends le bras de ma main opposé, réfléchissant, m’emmêlant, pendant qu’il partait pour revenir.

-Ca devait bien arriver un jour, j’suis une voleuse, tu le sais bien. Penser qu’on se fera jamais choper c’est un peu…vraiment con en fait. Mais bon, au moins j’ai encore mes mains. Finis-je par dire quand il revient avec nos repas, en agitant doucement les doigts, m’obligeant à la légèreté pour ne pas plus…l’inquiéter ? Si tu m’en fais un tu ne vas pas en profiter pour me faire un sale coup hein ?

Je le regarde, moitié suspicieuse, moitié mutine, même si le cœur n’y était pas vraiment. Oubliant volontairement que ce genre de comportement était plutôt de mon ressort que du sien. Se laisser aller dans les bras de quelqu’un, y trouver un peu de réconfort, j’y avais un peu droit non ? Même de la part d’un pirate puant et grognon…

-Je sais même pas si je peux en parler sans qu’il y ait représailles, après c’est pas la mort…j’ai juste un employeur inattendu auquel je peux pas dire non… Il y a pire je suppose…

Il y a pire…sans doute, mais les chaîne, ça n’avait jamais été mon truc et je le sentais constamment peser sur mes épaules, se resserrer autour de mon cou pour me priver d’air et emprisonner une liberté qui était mon seul véritable trésor. Je l’avais brisé seule, par vanité et je n’étais pas certainement de pouvoir un jour la réparer pour la retrouver…mais j’y travaillais, d’une façon ou d’une autre je les ferais tomber et je me vengerais.

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir • Admin
avatar

Messages : 1236
J'ai : 31 ans
Je suis : Apprenti-canonnier sur l'Audacia

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : À Rhéa, et à l’Audacia. À la famille qui m'a recueilli dans l'Archipel.
Mes autres visages: Tristan d'Amar, Grâce de Sombregemme, Astrée Aubétoile
Le Pavillon Noir • Admin
Message Sujet: Re: Doux retour de bâton   Jeu 16 Fév - 20:08

Ah, enfin un sourire ! Ça n’avait pas vraiment été son but, même s’il voulait la sortir de sa morosité, mais il était plutôt content qu’elle arrête d’être renfrognée : ça lui allait beaucoup mieux, que de faire une tête de quelqu’un qui allait le bouffer. Vraiment.

« J’serai curieux d’voir ce qu’il t’a déjà fait – t’en as b’coup ? Et t’as une idée de c’que t’voudrais l’voir m’fair’ ? »

Surement pas, il venait tout juste de lui demander. Mais il verrait bien, elle avait peut-être des idées très rapides. Vu son caractère, ça l’aurait pas beaucoup étonné. Même si elle semblait plus blasée qu’enthousiaste, tout de suite. Bah, elle avait qu’à dire non, après tout, hein. Il haussa les épaules ; même si elle saurait surement pas pourquoi il le faisait.

Enfin bon, le sujet s’essouffla bien vite, alors qu’elle se laissait de nouveau envahir par les idées noires – ou alors il le comprenait comme ça, mais il avait peut-être tort. C’était pas le meilleur juge de caractère qui soit, et il lisait pas dans les pensées, mais ça y ressemblait beaucoup. C’est pourquoi il l’isola, avant qu’elle dise une connerie qu’elle regretterait. Est-ce que ça serait seulement le cas ? Il savait pas trop.

« T’as l’air vach’ment touchée, pour que’qu’un qui s’fait chopper de manière pas trop grav’. Arrêt’ les conn’ries, dis moi la vérité. Et non, j’vais pas t’faire un sal’ coup. C’pas parc’que t’es souvent insupportabl’ qu’j’suis une crevur’. Et j’te vois v’nir, c’pas le cas parce que j’serai pirate, non plus. »

Oui, pour le coup, il n’avait aucune mauvaise intention. Il disait pas qu’il en profiterait pas si elle voulait plus, mais c’était pas dans son idée du tout. Il lui avait dit, non, que ça lui allait pas, l’air morose ? Même si c’était étonnant, de la voir autrement qu’avec son air surexcité à moitié blasé et qui lui prenait la tête.

« T’veux qu’y’ait quoi, comme r’présailles ? J’suis un pirate, sur l’Audacia, la viv’nef bannie d’Bellifère. Un pirat’ sans foi ni loi, j’pas peur. Mais c’qui ? Et tu gagn’ quand mêm’ bien ta vie ? L’est pas trop chiant ? »

Il comprenait pas trop, ou vraiment pas même, de quoi elle lui parlait, mais… Enfin, elle éclaircirait peut-être les choses ?

_________________



Aucun bateau n'a été blessé pour réaliser ce gif (non conforme à la réalité d'Arven). :arrow:

Couleur : capucine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 1744
J'ai : 26 ans
Je suis : Voleuse spécialisée dans l'escalade à la Cour des Miracles.
(Futur Roi Blanc et Fils des Ombres :sisi: )

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des ombres
Mes autres visages: Antonin de Faërie
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Doux retour de bâton   Dim 19 Fév - 16:08

Je hoche la tête et me retourne, offrant mon dos à la vue du marin. Je ramasse mes cheveux pour les passer sur mon épaule et flatter mon cou, je descends un peu ma chemise de sorte à lui montrer ma nuque et une partie de ma colonne d’où, je le savais, des lignes s’échappaient, fines, courbées, emmêlées, se liant les unes aux autres dans une arabesque parcourant une partit de ma peau, reliant chaque dessin en une histoire intime qui ne saurait être racontée de vive voix. Mon serre-taille m’empêchait de relever plus mes habits pour le lui montrer, mais ainsi, il pouvait tout de même se faire une idée. Véritable peinture, certains traits donnaient l’impression d’être fait à la plume. Tantôt durs, tantôt légers, ce sont ces lignes noires qui s’impriment derrière mes rétines, ce sont celles-ci que je suis dans mon imaginaire pour dérouler le fil de mes pensées, c’est un peu plus facile de lui parler ainsi, sans avoir ses yeux qui s’accrochent au mien pour y voir mon échec.

-Je ne sais pas, quelque chose en rapport avec la mer vu que Messaion est le seul à pouvoir faire battre ton cœur et éclairer ton visage…. Un animal marin qui aurait une signification pour toi ? Un poulpe peut-être avec ces bras il y a moyen de faire des choses magnifiques je suis sûre.

J’hésite à m’épancher plus que nécessaire, je doute, j’ai peur, enfin presque, je ne sais pas trop en fait. L’alcool délit les langues, c’est bien connue et la mienne semble investie d’une volonté propre. Ses mots me rassurent, peut-être, je savais qu’il n’avait pas tort dans le fond, mais cette foutue organisation semblait tellement tentaculaire, s’accrochant et vidant la substance des gens pour la faire sienne.
Ils étaient maléfiques !

-Est-ce que…tu connais l’Ordre ? Celui du jugement pour le rétablissement des magies et des savoirs oubliés. Ceux qui ont foutu le bordel à Bellifère lors du tournoi des Trois Opales.

La question est rhétorique, Gustave de Faërie, le nouvel empereur et sa cohorte de mage du sang maudit, l’Ordre qui l’a hissé au pouvoir et leurs revendications, la Rose absente et compromise, personne n’était ignorant de la situation actuelle.

- Ces derniers temps, je n’ai pas eu la main leste concernant les cambriolages. Puis…je sais pas trop comment ça s’est goupillé, si c’est moi qui ai eu les yeux plus gros que le ventre, si j’ai pas été assez discrète. Le fait est que…lors d’un des vols, ils étaient là. Ils m’attendaient. Tant que je fais le bon petit chien à les écouter, ils gardent mon identité secrète quant à mon appartenance à la Cour et mon implication dans tous les vols que j’ai commis. Sinon, c’est les autorités de Lorgol qui seront mis au courant et vu comme ils ont du mal à choper des gens de la Cours, je pense que s’ils me mettent la main dessus, ba…même le Fils des Ombres ne pourra rien faire pour un de ses agneaux égarés.

Finalement, être à l’écart avait du bon, aucune oreille indiscrète pour nous entendre. Je n’aurais pu parler aussi librement au plein milieu de la pièce, parler de mon activité et de ce qui en a découlé.

-Mais bon…En même temps j’suis une voleuse, on peut pas vraiment à s’attendre à une fin joyeuse quand on s’amuse à frayer dans l’illégalité.

Des fois, fallait être réaliste, même si ça faisait mal.

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir • Admin
avatar

Messages : 1236
J'ai : 31 ans
Je suis : Apprenti-canonnier sur l'Audacia

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : À Rhéa, et à l’Audacia. À la famille qui m'a recueilli dans l'Archipel.
Mes autres visages: Tristan d'Amar, Grâce de Sombregemme, Astrée Aubétoile
Le Pavillon Noir • Admin
Message Sujet: Re: Doux retour de bâton   Mer 22 Fév - 22:09

Que faisait-elle ? Il comprenait pas, le pirate, jusqu’à voir un bout de ses tatouages. Elle en avait partout ? Il aurait bien observé la totalité, mais elle risquait de se faire des idées. Or, il était réellement intrigué par ses tatouages, c’était pas pour voir son corps – il aurait pas dit non, même si elle était agaçante la plupart du temps, et puis peut-être qu’elle se taisait en ces occasions – mais il voulait juste les découvrir. Voir ces lignes tracées qui avaient sûrement beaucoup de sens pour la voleuse.

« T’fais pas d’idées, mais t’m’montrerais, une fois ? En entier, en privé, j’veux dir’. Pas pour profiter d’toi, mais vraiment pour voir. J’veux dir’, j’veux pas dévorer ton corps, just’ tes tatouages. Et un poulpe, tu veux dire que j’suis gluant ? »

Il était sûr qu’elle allait mal comprendre ou mal comprendre, mais bon… Il disait que la vérité, et si elle prenait tout de travers, au final, ce serait tant pis pour elle, non ? Il fronça les sourcils, alors qu’elle le questionnait. L’Ordre ? Ouais, il en avait entendu parler, sans plus. Il s’en foutait un peu. Mais peut-être pas tant, s’ils s’en prenaient aux voleurs.

« J’en ai entendu parler, ouais. T’en sais plus sur eux ? » Il savait ce que tout le monde savait, en fait, qu’ils avaient tué l’Impératrice, qu’ils étaient pas de bons gars, tout ça. Mais ça lui expliquait rien. Il parlait peut-être trop, il aurait peut-être pas du l’interrompre, aussi. Et elle le lui confirma, en parlant plus, et en expliquant vraiment.

Son front se plissa sous la contrariété, et ses propos se firent plus clairs, ses mots moins volontairement massacrés. Il avait beau râler souvent contre Mélodie, il se doutait que c’était assez grave, pour qu’elle lui en parle, et qu’elle en parle en ces termes là.

« Ils te faisaient suivre, tu penses ? C’est… c’est bizarre, non ? D’être là, comme ça, par hasard ? Ou alors quelqu’un t’a trahie ? Tu les fais à plusieurs, tes vols, là ? »

C’était pas le plus fin des hommes, mais il était pas stupide non plus, alors ça lui semblait bizarre.

_________________



Aucun bateau n'a été blessé pour réaliser ce gif (non conforme à la réalité d'Arven). :arrow:

Couleur : capucine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 1744
J'ai : 26 ans
Je suis : Voleuse spécialisée dans l'escalade à la Cour des Miracles.
(Futur Roi Blanc et Fils des Ombres :sisi: )

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des ombres
Mes autres visages: Antonin de Faërie
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Doux retour de bâton   Jeu 23 Fév - 23:44

-Tu sais Red, tu m’aurais demandé sans faire autant de chichi, je t’aurais dit oui sans rien ajouter. Maintenant, tu te doutes que je vais te charrier sur ça jusqu'à ce que mort s’ensuive ? Non, parce que j’y aurais même pas pensé en fait. Mais oui, je te montrerai ça, dans l’intimité histoire d’être plus tranquille et de pouvoir de mettre à nu sans risquer de provoquer un esclandre pour atteinte à la pudeur.

Je me retourne en lui lançant un sourire narquois, dernières miettes d’insouciances qui finissent par être grignotées par des rats puants et malades. L’Ordre s’infiltrait partout, répandant sa peste et incitant la bise à lui être favorable. Il faut dire qu’ils étaient malins et insaisissables, à l’image des voleurs de la Cour ou des assassins de la Confrérie. C’en était frustrant que d’en être réduit à subir comme tous ces badauds ignorants qui se voyait dépouillés après avoir quitté leurs riches maisons pour passer la soirée à faire la fête. Je ne me considérais pas comme étant stupide, ni maladroite, je n’avais aucune richesse et que mon vole le seul trésor que j’avais à mon actif, ma liberté, me rendait folle de rage. Une rage qui me consumait à défaut de pouvoir sortir et s’abattre sur les fautifs dont je ne connaissais même pas le visage.

-Plusieurs ? Oui..enfin non, au début on devait et finalement il s’est avéré que la sécurité et l’endroit étaient plus simples à voler que prévu, du coup je me suis retrouvée seule. C’était pas intéressant d’y aller à plusieurs.


Je réponds, laconique, mon esprit tournant ce qu’il avait dit, préférant répondre à la question la plus simple, la moins lourde de conséquences. Pourquoi ces questions ? Pourquoi, pourquoi, pourquoi, pourquoi, pourquoi … Je le savais, je refusais d’y mettre le terme adéquat.
Oui, non, peut-être ? Effectivement, ça avait été trop bien organisé pour n’être que le fruit d’Omen. Mais pourquoi moi, d’autres voleurs auraient été bien plus dociles, plus habiles. Je n’étais rien qu’un visage de plus dans une Cour surpeuplés de talents aux connaissances sans limites. Je n’étais qu’une fille de la rue dont l’avenir, réduit, tirait certainement sur sa fin.

-Tu ne veux quand même pas dire que… Red, un enfant des Miracles n’irait jamais trahir les siens… Je veux dire, c’est comme si un des membres de ton équipage vous livrez aux forces de Bellifère…C’est absurde…

Pourtant…pourtant… Non, ce n’était tout bonnement pas envisageable. Si la confiance ne liait plus la Cour des Miracles, elle partirait en fumée, les ombres s’éclipseraient pour n’y laisser qu’une lumière pâle, froide et sans âme. Si je n’avais plus la Cour, je n’avais vraiment plus rien.
Rien, rien, rien, rien, rien, rien.
Le vide, le néant, un abysse sans fond et terrifiant. Rien que l’idée me tétanisait, l’alcool exacerbant mes peurs. Je me sens blêmir, j’ai presque envie de vomir. Avais-je trop bu pour que le monde semble s’écrouler ainsi ? Mais pourquoi irais-je donner crédit à un pirate, il n’y connaissait rien après tout. Je n’aurais pas dû lui en parler. Il fallait que je rentre, c’était plus sage. Fuir... Retraite stratégique plutôt, oui c’était ça, ce n’était pas vraiment une fuite.

-Je….Je vais y aller… J’aurais pas dû te parler de ça. Oublie, c’pas grave…

Non, je ne paniquais pas, retraite stratégique avait-on dit.

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir • Admin
avatar

Messages : 1236
J'ai : 31 ans
Je suis : Apprenti-canonnier sur l'Audacia

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : À Rhéa, et à l’Audacia. À la famille qui m'a recueilli dans l'Archipel.
Mes autres visages: Tristan d'Amar, Grâce de Sombregemme, Astrée Aubétoile
Le Pavillon Noir • Admin
Message Sujet: Re: Doux retour de bâton   Dim 26 Fév - 20:25

Atteinte à la pudeur, ici ? À lui d’esquisser un sourire narquois – allons bon, elle est dans un repaire de pirates, alors bien que ça ne serait certainement pas toléré, elle ne choquerait la pudeur de personne, ça c’était certain. Enfin bon, elle avait le mérite de l’amuser. « J’ai hâte d’découvrir c’dont t’as marqué ton corps… » Il était sincère, le pirate. Probablement plus que tout ce qu’elle pourrait lui dire, cela lui montrerait celle qu’elle était, sincèrement, au plus profond d’elle-même.

Quoi que… Le trouble dont elle faisait preuve, peu commun voire inexistant jusqu’à présent chez elle pour Red, était aussi très sincère et très intime, et surtout très surprenant. Il ne se serait jamais attendu à une telle attitude de sa part, et encore moins à une telle confession. Mais c’était louche, non ? Il connaissait pas vraiment la Cour, juste que c’était des enfants de la Ville Basse, comme lui, mais avec une influence sur elle bien plus grande, et des règles inconnues. Quelqu’un n’en faisant pas partie les connaissait-il, à vrai dire ? Il en doutait, et ne s’était jamais posé la question jusqu’à maintenant. Il ne s’en posait pas beaucoup, à vrai dire, en temps normal.

« J’vous connais pas assez, je… Enfin, j’comprends. J’doute que qui que c’soit d’l’Audacia s’retourne contr’ un autre membre de l’équipage. C’’pareil chez vous ? Mais alors, vous p’vez parler d’ceux qui sont des vôtres ? Enfin, n’pas cacher votr’ appart’nance, comme toi tu m’as avoué être de la Cour des Miracles ? »

Oui, ça lui semblait bizarre. Lui ne cachait pas être pirate, mais ça n’était pas tout à fait pareil. Mais elle semblait suffisamment choquée et désemparée, et il venait d’empirer les choses.

« Eh, j’vous connais pas. Je connais rien de votre façon d’fonctionner. J’dis sûr’ment n’import’ quoi, alors m’écoute pas, d’accord ? J’ai tort, c’certain, voilà tout. »

Sauf que ce que disait Red n’avait aucun effet, alors qu’elle partait, se levait, et cherchait la porte. En bien mauvais état. Bordel, il voulait pas l’atteindre comme ça, parce qu’il parlait avant de réfléchir. Il se leva en renversant un tabouret – et en en ayant rien à faire -, l’attrapant par le bras, et la faisant sortir de là. Elle titubait, de toute façon, à cause de l’alcool ou du choc, il aurait pas sû le dire.

« Mélo… Je… J’suis désolé. J’aurai jamais du les r’mettre en cause, j’comprends pas l’ampleur d’vot’ engagement, ok ? J’suis maladroit, et j’dis n’import’ quoi, alors m’crois pas. Viens, on va s’poser quelqu’part, juste tous les deux, et tu pourras t’laisser aller à tout c’qu’tu ressens, j’dirai plus rien, et j’ferai plus l’imbécil’. Ok ? »

Ouais, c’était le mieux à faire. Il attendit pas son accord, en tout cas, pour l’entrainer vers la chambre qu’il avait réservée pour cette nuit là. Au mieux, elle dormirait – avec tout ce qu’elle avait bu, ce serait pas plus mal. Au mieux, elle ressasserait et il essaierait de se faire oublier.

_________________



Aucun bateau n'a été blessé pour réaliser ce gif (non conforme à la réalité d'Arven). :arrow:

Couleur : capucine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 1744
J'ai : 26 ans
Je suis : Voleuse spécialisée dans l'escalade à la Cour des Miracles.
(Futur Roi Blanc et Fils des Ombres :sisi: )

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des ombres
Mes autres visages: Antonin de Faërie
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Doux retour de bâton   Lun 6 Mar - 12:27

Je m’enfonce dans les méandres d’un désespoir irrationnel, c’était comme si avec ces quelques mots Red avait donné vie à mes pires cauchemars. Ils les avaient fait surgir de mon inconscience, leurs donnant une forme et un nom. Allais-je être de nouveau seule et abandonnée ? Impuissante, simplement bonne à regarder et à saigner en silence parce que mes plaies seraient invisibles ? Ca me terrifiait et je rejetais cette idée ne voulant l’analyser, m’enfonçant dans un déni illusoire. Ce qui me plongeait dans une incompréhension totale à m’en faire tourner la tête. L’alcool aidant, tout semblait me glisser entre les mains et mes pensées devenaient aussi visqueuses qu’immondes. Je voulais m’en défaire, les jeter au loin, mais je n’y arrivais pas.

Le changement avait été rapide et violent, me ramenant des années en arrière, lorsque je n’avais plus rien ou presque, errant dans les rues sans ni mère ni frères des miracles pour me soutenir, je ne voulais pas, ne pouvais pas revenir à ça. C’était ce qu’impliquaient ses paroles.
Ne comprenant pas ce qui se passait, Red était perdu par le revirement de mon humeur, de maussade j’en étais passée à un chaton tremblant, feulant pour masquer sa peur. Il temporisait, tentait de me calmer. Les mots traversaient le brouillard de panique qui engourdissait mes sens et faisait battre mon cœur, je les comprenais, mais avec une lenteur exaspérante.

Tord, oui, c’était ça, il ne pouvait qu’avoir tord, mais pourquoi cette putain de voix dans ma tête la trouvait si raisonnable et légitime sa question ? Pourquoi remettre en doute les enfants des Miracles…C’était absurde…impensable. J’attrape la première chopine venue pour la vider d’un coup sec, voulant y noyer les idées visqueuses et répugnantes qui suintaient de ma tête dans un chaos fracassant.

Il s’excuse et j’acquiesce mollement. Je ne pouvais pas lui en vouloir, pas vraiment…même si…en fait si un peu…pourquoi avoir dit ces mots ? Cependant, la voix pressante et troublée qui sortait de sa gorge était tellement inhabituelle face aux cris rageurs et agacés qui l’agitaient normalement que j’y étais anormalement réceptive. Ou peut-être que j’avais simplement besoin de me raccrocher à quelque chose. Alors, au lieu de partir et de fuir, comme je l’avais voulu, au lieu de me cacher de ces mots sanguinaires qui attentaient à mon bien-être, je sens ma tête hocher par la positive de nouveau.
Il me prend par la main et me guide à travers les tables. D’ordinaire, j’aurais protesté, d’ordinaire, il ne m’aurait pas guidé ainsi, mais c’était sans doute pour le mieux. Le monde semblait être un immense bateau que la houle agitait et je n’étais pas tout à fait certaine d’être capable d’éviter tout les obstacles tant le parquet tanguait sous mes pieds.

Doucement, le chahut de la salle principale s’estompe pour laisser place à une douce quiétude. Le bois est partout, il nous entoure et je sens sa texture si particulière accueillir nos pas pour y donner un claquement sec qui accompagnait nos pas. Des lanternes sont allumées et éloignent l’obscurité, je les fixe, médusée, hypnotisée et je sens Red tirer sur ma main, je me laisse faire, docile. Dans ma tête, c’était devenu la guerre, mon cœur tentait de suivre la cadence, mais il se faisait mal à chaque battement, comprimant ma poitrine en un étau désagréable qui heurtait ma respiration.
Peut-être que si j’avalais l’une de ces flammèches, elle chasserait le noir qui débordait de moi ? L’idée me paraissait lumineusement parfaite…Mais nous entrons dans une pièce avant même que je ne puisse tendre la main pour essayer.
Je reste plantée là un moment, ne sachant que faire de ma carcasse ou de ma vie en général, la trouvant d’un coup misérable et inutile. Bonne à jeter.
Finalement, pourquoi n’avais-je pas fui pour me réfugier dans les bras réconfortants des ruelles de la Ville-Basse ?  Puis j’avise le lit, oui, je pouvais toujours me cacher sous les draps. Alors, sans même demander, c’est ce que je fais, envoyant valser mes chaussures, je me jette dessous, et m’y camoufle.

…..
……..
……….
…..
..
Chaud.

…..
……..
……….
…..
..
Trop chaud.

…..
……..
……….
…..
..

Je délasse mon serre taille et enlève ma chemise, défait les liens de ma jupe qui semblent d’un coup cisailler mes hanches. Je garde les habits en boule contre moi, comme un doudou protecteur, comme une poupée de chiffon conjurant le mauvais sort en attendrissant le Destin de sa bouille en tissu. Puis je me rappel des mots de Red et d’un coup, je trouve nécessaire, si ce n’est urgent de réclamer mon dû. Alors, cachée sous les draps, je demande d’une voix un peu défaillante.

-Dis Red, je peux l’avoir mon câlin ?

Je sens le matelas se creuser là où Red s'assoit et les draps se soulever un peu avant que le corps du pirate ne vienne se presser contre moi.
Demande satisfaite, voleuse contente.

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Doux retour de bâton   

Revenir en haut Aller en bas
 
Doux retour de bâton
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» retour de la droite dure en Suisse
» Jacques Bernard , un retour avec le plein pouvoir ou presque...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Les Terres du Nord :: Lorgol aux Mille Tours :: Taverne de la Rose-
Sauter vers: