AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Détourne les yeux | Cassiopée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Étranger
avatar

Messages : 924
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle
Mage Destructeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac & Gustave de Séverac
Étranger
Message Sujet: Détourne les yeux | Cassiopée   Lun 9 Jan - 20:19




Livre II, Chapitre 1 • Les Sables du Temps
Cassiopée & Thomas

Détourne les yeux

L'amour peut-il fermer les yeux sur tout ?





• Date : 8 Novembre 1001
• Météo : Temps clair et ensoleillé, froid
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Suite aux révélations du fantôme de sa mère au Festival du Seuil, durant Samhain, Thomas se rend à Cibella pour avoir une discussion musclée avec son père, sans en parler à personne, avec l'intention de venger sa mère. Mais son Familier et son Dragon ne sont pas disposées à le laisser devenir un meurtrier et préviennent Cassiopée, la ramenant pour lui faire entendre raison.
• Recensement :
Code:
• [b]Date :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t1648-detourne-les-yeux-cassiopee#50025]Détourne les yeux[/url] - [i]Thomas et Cassiopée[/i]
Suite aux révélations du fantôme de sa mère au Festival du Seuil, durant Samhain, Thomas se rend à Cibella pour avoir une discussion musclée avec son père, sans en parler à personne, avec l'intention de venger sa mère. Mais son Familier et son Dragon ne sont pas disposées à le laisser devenir un meurtrier et préviennent Cassiopée, la ramenant pour lui faire entendre raison.


_________________
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey —
Lion's tears


Dernière édition par Thomas Sombrepas le Mer 11 Jan - 19:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étranger
avatar

Messages : 924
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle
Mage Destructeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac & Gustave de Séverac
Étranger
Message Sujet: Re: Détourne les yeux | Cassiopée   Lun 9 Jan - 20:23


*Arrête. Tu ne peux pas faire ça.*

Silence. Le jeune Chevaucheur n'était pas prêt à entendre des conseils avisés et sages pour le moment. En fait, il n'écoutait plus depuis qu'il avait apprit la vérité. Un vérité dissimulée pendant près de 25 ans... Soigneusement cachée et étouffée. Et pire que cela... Ce salaud avait osé craché sur le nom de sa mère... Il l'avait traitée plus bas que terre devant son fils. Heureusement qu'il y avait eu Elise pour compenser et rappeler au petit garçon abandonné que sa mère n'était pas la gourgandine insensible et égoïste que son père lui dépeignait. Elise... Elle ignorait la vérité elle aussi... Devait-il la lui apprendre ? Elle et sa mère avaient été amies, elle méritait de pouvoir enfin faire son deuil n'est-ce pas ? Quitte à apporter le chagrin avec lui ? Il le lui devait pourtant... La vérité, aussi douloureuse soit-elle valait mieux que l'insidieuse incertitude.

Mais il irait voir Elise plus tard. Pour le moment, c'était le voile rouge de la vengeance qui s'était abattu sur lui et ne cessait d'enfler. Il n'en avait rien dit à Cassiopée. Elle avait bien remarqué qu'il s'était totalement fermé suite à leur petite escapade dans les couloirs du temps, mais quand Thomas ne voulait rien dire, il était une tombe. Et la jeune femme le savait. Elle ne l'avait pas poussé et avait respecté son besoin d'isolement alors même qu'il s'était fait plus distant avec elle. La blessant sans doute au passage d'ailleurs, comme le lui avait fait remarqué Sereine plus d'une fois. Les conseils bienveillants et moralisateurs du lynx lui tapaient sur le système. Heureusement, il pouvait compter sur sa dragonne, moins... timorée. Elle comprenait les sentiments de son Chevaucheur et respectait son besoin de mettre un terme à cette histoire de façon... radicale. Elle l'y encourageait même, si bien que Familier et Dragon se disputaient dans sa tête.

Heureusement que Cassiopée respectait suffisamment leur intimité pour ne pas s'insinuer dans ses pensées. C'était la solution de facilité. Thomas ne lui parlait pas, elle aurait pu être tentée d'aller chercher directement la réponse dans le cerveau du jeune homme après tout. Mais non. Et il n'en l'aimait que davantage... Et il s'était éloigné d'elle, obnubilé par ses propres problèmes. Mais elle n'avait pas à y être mêlée après tout, ce n'étaient pas les siens et ils ne la concernaient pas. Sans compter que... et bien, elle aurait forcément désapprouvé et aurait essayé de l'en dissuader. Et y serait sans doute parvenue, parce qu'elle avait ce pouvoir sur lui. Il ne voulait pas voir l'horreur dans ses grands yeux expressifs... En fait, il refusait de réfléchir cette fois. Lui qui pesait toujours le pour et le contre, cette fois, il préférait ne penser à rien. Juste à la confrontation.

*C'est ton père Thomas, tu ne peux pas le tuer, tu vaux mieux que ça.*

Il ferma son esprit, autant qu'il le pouvait, demeurant mutique, alors qu'il se dirigeait vers la maisonnette qui avait abrité ses pires cauchemars. Étincelle était étrangement muette. Tant mieux. Si bien qu'il ignorait qu'elle était de connivence avec Sereine pour rameuter Cassiopée sans le coin. Le Lynx avait réussi à convaincre le Dragon que c'était une erreur monumentale qui aurait des conséquences trop grosses à assumer. De mauvaise grâce, la dragonne avait fini par en convenir... Quant au fait d'aller chercher Cassiopée... Elle n'aimait pas la jeune Mage mais c'était un cas de force majeur. Ce qui ne l'empêcha pas de s'amuser à la malmener un peu dans les airs, tout en filant aussi vite que possible.

De son côté, le Chevaucheur attendit son paternel, pénétrant dans la vieille maison, écœuré de voir dans quel état elle se trouvait. Il n'avait plus personne pour la tenir propre et en ordre après tout. Il s'assit sur une chaise dans un coin, attendant le plus calmement possible. Sa rage était froide... Et quand enfin, son père pénétra dans la pièce, son ressentiment s'embrasa. Il avait vieilli... Il semblait presque hagard. Pourtant, quand son regard croisa celui de son fils, il y vit étonnement, puis colère.

« Qu'est-ce que tu fiches ici ? Tu n'es pas le bienvenu. »

Thomas se leva, glacial.

« Je ne reste pas... J'ai eu une conversation intéressante tu sais ? Avec maman. »

Le trouble se lut sur le visage du chasseur.

« Impossible... »

« En théorie oui. Mais à Samhain, tout est possible. »

Son père devint subitement livide. Aveu de culpabilité pour le jeune Mage.

« De quoi tu parles ? Tu as croisé son... fantôme ? »

« En effet. Savais-tu que les fantômes pouvaient être bavards ? »

Il recula. Thomas avança. Derrière son père, la porte se fissura dans un bruit de bois maltraité.

« Comment as-tu pu ? Comment as-tu pu lui faire ça ? Et salir sa mémoire ? »

« Je ne vois pas de qu... »

Il n'eut pas le temps de terminer sa phrase, alors que le jeune homme se ruait sur lui pour le frapper, ivre de rage. Le calme glacial dont il avait fait preuve venait de céder face au brasier de sa haine. Et désormais, il n'était plus un enfant apeuré, mais un adulte qui savait se battre. Le combat n'était pas égal... Son père tomba au sol en trébuchant dans le mobilier, alors qu'il le surplombait, frappant encore.

« Dis le ! Avoue ! »

Chaque mot. Ponctué d'un coup. Et puis, l'aveu :

« Je l'ai tuée ! J'ai tué cette traînée, dans un accès de colère ! Elle voulait partir, avec toi. Je ne pouvais pas le tolérer ! »

Soudain, il se serra la poitrine, étouffant, alors que Thomas déchaînait son pouvoir, prêt à le détruire. Et dans l'embrasure de la porte, se tenait Cassiopée.


_________________
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey —
Lion's tears
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 231
J'ai : 27 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Les Mages
Message Sujet: Re: Détourne les yeux | Cassiopée   Mar 10 Jan - 17:24

Cassiopée venait donc de passer le portail la ramenant en Lagrance quand Sereine lui tomba littéralement dessus. A croire que le familier de Thomas l'attendait. Ce qui était plutôt étrange, bien qu'elle s'entende bien avec le lynx, cette dernière ne quittait jamais Thomas. Mais en même temps, l'attitude du Chevaucheur était étrange ces derniers temps. Il était comme...Enfermé en lui même et Cassie n'arrivait pas à trouver la clé pour l'en sortir. Ses pouvoirs auraient pu l'aider mais elle savait que si elle le faisait, Thomas ne le lui pardonnerait pas alors malgré sa curiosité et son inquiétude, elle s'était abstenue. Se rongeant les sangs d'ignorer ce qui le perturbait, s'en voulant parce qu'elle n'arrivait pas a en deviner la raison. Depuis leur retour du festival, il était sombre. Mutique, encore plus que d'ordinaire. Sa façon de lui faire l'amour aussi avait changée.

Mordillant son pouce, Cassiopée baissa les yeux sur Sereine. Elle n'aimait pas ça. Un mauvais pressentiment. La présence du lynx était trop....Elle n'avait pas de mot en fait.

« Il y a un problème ? »

-Enorme !

Son cœur manqua un battement :

« Comment ça énorme ? Thomas ? Thomas ne va pas bien hein ? C'est ça ? C'est lui qui a un problème ? Dis moi ! »

Pressante, Cassie se retint de secouer l'animal dans tout les sens pour avoir ses réponses. Cela ne servait à rien, sauf à provoquer de la douleur et cela, la Mage ne le voulait pas.

-Oui. Dépêche toi, Etincelle ne t'attendra pas éternellement !

Là Cassie se figa :

« E...Etincelle ? Mais... »

La dragonne ne l'aimait pas. Pourquoi ? Aucune idée, mais c'était un fait. Alors que le Familier et la dragonne se ligue pour la presser avec une goût d'urgent qui ne lui plaisait absolument pas. Rien n'aurait décidé Etincelle a entrer en contact avec elle de quelque façon que ce soit...Rien sauf Thomas. La lynx planta ses crocs dans le bas de sa jupe en reculant.

-On a pas le temps !

Le ton pressant du Familier la convainquit de la suivre, aussi ce fut au petit trot qu'elles allèrent rejoindre la dragonne.

-Monte.

Cassie recula en jetant un regard éberlué à Sereine :

« M..Je suis pas Chevaucheur moi ! Je ne peux pas ! Et puis Etincelle ne le voudrait pas ! »
-Là elle veut. Monte, on a pas le temps, tu joueras les peureuses plus tard !
« Sereine... »
-Si tu ne le fais pas, Thomas franchira un pas de trop. Alors décides toi mais c'est maintenant !

La jeune Mage déglutit, la gorge sèche. Relevant le menton, elle s'approcha de la dragonne qui lui lança un regard agacé mais s'abaissa pour la laisser lui grimper sur le dos. Cassie hésita encore un peu, mais l'urgence et l'inquiétude dans la voix de Sereine la poussèrent a se hisser sur sa monture improbable.

« Si même toi tu t'y mets, c'est que c'est vraiment grave. Très bien. Allons y. »

Elle ne savait pas où mais elle faisait confiance au dragon pour l'amener a bon port. De fait, c'est ce qu'elle fit, non sans lui laisser un amer goût de bile dans la gorge à force d'effectuer des acrobaties en l'air. Cassie était sûre qu'elle l'avait fait exprès mais pour l'heure c'était le cadet de ses soucis. Les jambes un peu tremblantes, elle finit par regagner la terre ferme dans une clairière qu'elle ne connaissait absolument pas...Mais où donc était elle ?! Plus tard ! Elle n'avait pas de temps à perdre avec ça. Etincelle lui donna un léger coup d'aile vers la droite. Enfin léger pour un dragon, elle aurait un bleu, fusillant le reptile volant des yeux, elle finit par s'engager sur un petit sentier, le pas pressant et la tête pleine de question.

Ce fut quand elle arriva non loin d'une petite maisonnette qu'elle capta la présence de son compagnon. Accélérant le pas, elle sursauta lorsque la porte se fissura, lui laissant le champ libre pour....Par tous les dieux ! Alors sa voix mentale résonna soudainement avec la puissance d'une tempête.

*THOMAS ARRETES ! *

L'air était si lourd et l'odeur du sang se répandait dans la pièce qu'elle découvrit. Mais surtout, jamais elle n'avait vu le visage de Thomas aussi transfiguré de haine brute. Tellement qu'elle eut peur. Pas de lui. Pour lui. Ramassant ses jupes, elle se précipita sur lui, entrant soudainement dans son champ de vision :

« Arrêtes ! Tu vas le tuer ! »

Son propre père.

_________________


il suffit parfois...
"Le printemps est arrivé, la belle saison, l'amour et la joie sont revenus chez toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étranger
avatar

Messages : 924
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle
Mage Destructeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac & Gustave de Séverac
Étranger
Message Sujet: Re: Détourne les yeux | Cassiopée   Mer 11 Jan - 19:34


Il vacilla. Le hurlement mental lui fit l'effet d'une gifle, le prenant au dépourvu, alors qu'il levait la tête et voyait Cassiopée qui se plantait devant lui. La confusion se lut dans ses yeux noisettes. Qu'est-ce qu'elle fichait là ? Il avait prit soin de ne rien lui dire, de ne rien laisser paraître et il était parti sans prévenir. Et pourtant, Cassiopée se trouvait ici, dans la demeure de son enfance, de sa misère, ce lieu maudit qu'il avait fui quand il avait été assez fort pour le faire et où il s'était promis de ne jamais revenir... Mais c'était sans compter l'horrible vérité, naturellement. Cassie avait vu son père une fois, une seule et cela avait dégénéré en coups, naturellement. A cette époque, elle avait pu enfin deviner les blessures d'enfant de son compagnon, effleurer ce qu'avait pu être sa vie auprès d'un homme si autoritaire et violent. Il ne s'était pas ouvert à elle, il ne lui avait pas fait le récit des coups, des humiliations... Il n'aimait pas en parler. Mais elle était suffisamment intelligente et proche de lui pour assembler les pièces du puzzle et deviner tout cela.

Et aujourd'hui, 10 ans après avoir vu Thomas et son père se battre à Lorgol alors qu'il venait rechercher son fils, elle voyait le même genre de scène. Sauf que c'était Thomas qui était venu l'agresser. Thomas qui avait envie de le tuer désormais. Il savait qu'il abritait une part de violence... Sa pire terreur était de devenir un jour comme son géniteur, de laisser la colère l'aveugler au point de blesser les gens autour de lui. De blesser Cassie, par exemple.

« Oui. C'est l'idée. »

Cela fut dit d'un ton froid et distant. Lui qui était d'ordinaire si impassible... Ses émotions étaient gravées sur ses traits et dans ses yeux, que la rage enflammait.

« Va-t'en Cassie, cela ne te concerne pas ! »

Absolument pas. Il n'y avait pas de retour en arrière possible. Il ne pouvait pas cesser ainsi. Il ne pouvait pas le laisser s'en sortir comme ça. Et Cassiopée allait le voir devenir un meurtrier... Il verrait l'horreur dans ses grands yeux clairs et c'en serait terminé de cette idylle naissante, trop belle pour être possible pour quelqu'un comme lui. Depuis le début, il lui a dit qu'il ne la méritait pas. Va-t-elle enfin s'en apercevoir ? Et pourtant, son cœur se fendit à l'idée de tout briser entre eux de cette façon. Même si c'était sans doute la meilleure chose à faire... Les quelques bribes de bonheur dans sa vie, il les lui devait...

*Alors arrête-toi maintenant et repars avec elle. Dénonce-le et voilà.*

*Il ne mérite aucune clémence. Quant à toi, tu n'es qu'une traîtresse.*

*Pense ce que tu veux, j'ai fait ce qu'il fallait.*


Le lynx fut blessé par les accusations, mais ne s'en défendit pas. C'était sans doute pire. Et Cassiopée qui ne bougeait pas !

« Il l'a tuée. Il l'a battue jusqu'à ce qu'elle en meurt. Il a fait disparaître son corps, puis, il a monté cette histoire comme quoi elle était partie, qu'elle était une égoïste frivole, qu'elle m'avait abandonné, que je ne méritais pas son amour, ni celui de personne. »

Sa voix enfla au fur et à mesure qu'il s'expliquait. Que la rage de l'enfant faisait surface. Qu'une note de désespoir se glissait dans sa voix d'homme. Les blessures s'étaient rouvertes. Il détourna le regard de Cassiopée alors que son père bougeai, libéré de l'étau de sa magie, voyant en la jeune femme une alliée inespérée.

« Où est-elle ? Où l'as-tu cachée ? Dis-le ! »

Il le frappa de nouveau alors que l'homme gémissait, pitoyable. De la comédie selon Thomas, mais il n'était plus objectif concernant son père depuis fort longtemps. Il était impitoyable. Inébranlable.

« OU EST-ELLE ? »


_________________
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey —
Lion's tears
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 231
J'ai : 27 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Les Mages
Message Sujet: Re: Détourne les yeux | Cassiopée   Ven 13 Jan - 13:00

Cassie tressaillit légèrement. Elle n'aimait pas son ton, ni ce que reflétait son visage. C'était des images auxquelles elle n'était pas habituée. Elle avait grandit entourée, aimée, choyée, bien loin des tourments qui avaient martelés l'enfance de Thomas. Elle n'aimait pas la violence, sauf si elle était nécessaire mais pour autant, elle n'avait pas peur qu'il retourne sa brutalité contre elle malgré le fait qu'elle soit un obstacle entre lui et l'objet de sa haine.

« Je ne te laisserais pas devenir un meurtrier Tom. »

Répliqua-t-elle aussi sec en plantant un regard farouche dans les éclats sombres qui lui faisaient face. S'en aller ? Mais il en était hors de question et elle le prouva en croisant les bras sur sa poitrine, fermement plantée devant lui.

« Non. »

Bien évidemment, elle s'était toujours douté du traitement que son père lui avait infligé. Ce n'était pas pour rien qu'enfant encore, elle le traînait chez elle pour les vacances. Il n'y était pas forcément très à l'aise mais les parents de la jeune femme avait prit à cœur de choyer l'ami de leur fille comme si il faisait partit de la famille. Son cœur se brisa à le voir ainsi, ce n'était pas sa violence ou sa rage qu'elle voyait, mais la douleur et les blessures d'un enfant en cet instant.

« Et ? Ca te la ramènera ? Non, ça ne la fera pas revenir et ça n'effacera pas tous ses mensonges. Par Aura Thomas ! Regarde ce que tu es devenu malgré tout ça ! Tu veux vraiment tout balancer pour un acte que tu finiras pas regretter ? Vraiment ? Tu veux encore lui laisser la satisfaction de te voir détruire tous ce que tu as réussis a construire sans lui ? »

A la tempête d'émotion qu'il lui opposait, Cassie choisit la douceur. Mais l'imbécile qu'était le père de Thomas réussit a réattirer sur lui l'attention de son fils et Cassie lui attrapa l'avant bras.

« Arrêtes, ça suffit. Je vais te le dire moi où elle est. »

Et il ne lui suffisait que d'un coup d'oeil. Si d'ordinaire, la jeune mage prenait ses précautions lorsqu'elle sondait l'esprit d'un autre, là, elle ne s'en embarrassa pas et déboula avec la délicatesse d'un éléphant dans l'esprit du géniteur impie. Il le lui dirait pas. Il voulait garder la satisfaction de ne rien lui dire, lui refuser au moins la consolation d'une tombe sur laquelle pleurer. Cassie n'était pas quelqu'un qui haïssait facilement, même voir jamais mais en cet instant...Arrachant sans vergogne l'information dans les tréfonds des pensées du père, elle fini par pincer légèrement les lèvres.

« Dans une clairière, sous un chêne à quelque mètre d'ici. C'est là qu'elle repose. »

Ses doigts se crispèrent un peu sur l'avant-bras du Chevaucheur et elle leva un regard inquiet et suppliant sur son visage crispé.

« Laisses le Thomas et allons voir ta mère. S'il te plait. Elle est bien plus importante que lui.»

_________________


il suffit parfois...
"Le printemps est arrivé, la belle saison, l'amour et la joie sont revenus chez toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étranger
avatar

Messages : 924
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle
Mage Destructeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac & Gustave de Séverac
Étranger
Message Sujet: Re: Détourne les yeux | Cassiopée   Ven 13 Jan - 19:11


Le jeune homme souffla bruyamment, fortement contrarié de se retrouver ainsi face à la jeune femme qui voulait le faire dévier de sa route. Une route dangereuse, dont on ne ressortait pas indemne, il le savait bien mais... C'était son choix. Et ce salopard ne méritait aucune clémence de sa part. Il était un meurtrier, un menteur, un homme violent, qui avait abusé de l'innocence et la fragilité d'un enfant. D'une épouse. Il serra les dents, ses mâchoires se contractant alors qu'il la foudroyait du regard. Mais même en proie à la plus violente des colères, il ne pouvait lever la main sur elle, ni lui faire le moindre mal.

« Comme si tu pouvais y faire quoique ce soit. »

La voix était un brin moqueuse... Voire méprisante. Elle n'avait pas les moyens physiques ou même magiques pour l'en empêcher. Juste son influence sur lui. A moins qu'elle ne fasse rempart de son corps à cet homme indigne. Mais dans ce cas, il la pousserait sans ménagements. Tant pis. Et quand il l'exhorta de partir, elle croisa les bras, bien plantée à sa place et en lui opposant un refus catégorique. Il explosa alors, déversant toute sa haine, mais aussi son chagrin d'enfant. Toute l'injustice qu'il avait subie, qui rendait cette vie morose... Mais Cassiopée était tout aussi impitoyable et surtout, la voix de la raison qui semblait l'avoir désertée. C'était lui qui était posé d'ordinaire. Qui réfléchissait ainsi. Et là... les rôles étaient presque inversés. Même si Cassiopée n'abritait aucune violence et ne se serait jamais retrouvée dans cette situation. Mais elle avait été aimée elle. Ses parents... ils étaient adorables. Aimants.

Et Cassiopée réussit à le faire hésiter. En faisant appel à sa raison, mais aussi à ce qu'il était devenu en s’affranchissant de l'influence néfaste de son père, elle réussit à provoquer le doute chez lui... jusqu'à ce que ça gigote et qu'il se souvienne de son intention première. Nouveau voile rouge... Décharge de pouvoir... Arrêtée nette par la main de Cassiopée sur son avant bras, mais surtout, par ses paroles, alors qu'il comprenait ce qu'elle était en train de proposer... Fouiller dans la tête de cet homme pour découvrir la vérité, tout simplement. Une violation. Pour lui. Ébranlé, il attendit. La colère était quelque peu chassée par quelque chose de beaucoup plus doux, mais plus puissant. Une violente bouffée de reconnaissance le saisit, le faisant presque suffoquer pour cette femme, si agaçante, mais si loyale pourtant. Il lui en voulait de s'interposer ainsi et pourtant... Les choses n'étaient pas si simples.

Et Cassiopée récupéra l'information dans le cerveau de l'homme maltraité. Thomas se figea, alors qu'il fouillait dans ses souvenirs et la connaissance du terrain pour visualiser l'endroit. Il hocha la tête alors qu'elle resserrait son emprise sur lui. Il jeta un regard pleine de haine à son père, avant d'abattre son poing sur sa tempe, afin de le plonger enfin dans l'inconscience et s'assurer qu'il allait pas prendre la poudre d'escampette. Les lèvres pincées et le visage de nouveau totalement fermé, il se releva et se dirigea d'un pas ferme vers la porte d'entrée, sans plus se préoccuper de Cassie ou de son père, se dirigeant vers l'endroit indiqué. Cela faisait 25 ans... Depuis le temps, comment allait-il trouver la tombe ? Cassiopée le suivait malgré tout et il s'arrêta, avant de lancer d'une voix neutre :

« C'est ce lieu que tu as vu ? »

Et dans le même temps, il fouillait le sol du regard, à la recherche d'une trace de terre autrefois retournée. Et si les animaux avaient dévoré son corps ? Il fallait protéger la terre par un amas de cailloux pour empêcher cela. Il sentit la bile lui monter aux lèvres à cette idée. Sa mère... dévorée... Quelle horreur...

_________________
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey —
Lion's tears
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 231
J'ai : 27 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Les Mages
Message Sujet: Re: Détourne les yeux | Cassiopée   Sam 14 Jan - 19:18

Une étincelle de colère s'alluma dans les yeux clairs de la jeune Mage devant le ton méprisant.

« Ne me sous-estime pas Thomas, tu n'aimerais pas du tout le résultat. »

Elle ne possédait pas la magie de Destruction mais sa magie du Printemps n'en était pas moins offensive si elle s'en donnait la peine. Et là, l'idée de lui faire bouffer de la terre par les narines était très tentante ! Mais elle se calma aussitôt. Thomas était dévoré de colère et de haine, de douleur aussi même si il s'en défendrait si elle le lui disait. Alors elle fit appel a sa fierté, lui remémorant ce qu'il avait construit, cette vie qu'il avait et qu'il voulait foutre en l'air pour rien. Tuer son père ne ramènerait pas sa mère loin de là et même si il en doutait, elle savait qu'il serait prit de remords plus tard. Il craignait tellement d'abriter la même violence et les mêmes travers que son père que le meurtre les lui confirmerait et cela, il en était hors de question. Elle réussit à le toucher mais son abruti de père fit un mouvement de trop. Cassie n'eut d'autre choix que de plonger dans sa psychée pour en sortir l'information réclamée à corps et à cris mais le regard que lui lança Thomas a ce moment valait tout les efforts du monde. Elle lui sourit timidement avant qu'il ne fasse volte face sans rien dire et non sans s'assurer que son père resterait sur place.

Elle soupira de soulagement, enfin autant qu'elle le pouvait, elle ne serait vraiment rassurée que quand elle l'aurait trainé derrière elle en Lagrance, son père en vie. Relevant ses jupes, elle trottina derrière lui avant de s'arrêter a son niveau lorsqu'il le fit. Balayant l'endroit du regard, elle hocha la tête à sa question avant de pointer un index sur un énorme chêne situé a l'est de la clairière.

« Là... »

Lorsque Thomas s'en approcha, elle resta en arrière. Sa mère était enterré là. Sans fioriture. Sans rien pour dire au monde qu'une femme reposait entre les racines de l'arbre et la tristesse fendit le cœur de la jeune Mage. Personne me méritait un tel traitement. Non personne. Pliant les genoux, elle se baissa vers la terre, posant simplement sa paume sur l'herbe fraîche et drue. Fermant les yeux, elle appela la Magie de la Terre à elle, sondant les alentours. Lorsqu'elle eu trouvé ce qu'elle cherchait, elle s'activa, serrant un peu les dents. Commandant à des centaines de petits cailloux blanc et bruns de se dépouiller de leur habit de terre pour rouler au pied du chêne, ses traits se tirèrent et son teint pâli un peu. Elle tirait un peu sur la corde quand même mais ne s'arrêta pas pour autant. Les vagues de petits cailloux se mouvèrent dans un bel ensemble, comme une danse dont elle était la chef d'orchestre. Ils recouvrirent l'endroit où était enterré la mère de Thomas, s'enfoncèrent un peu dans la terre pour s'ancrer, formant ainsi un rectangle mouvant qui finit par se fixer. En y regardant de plus prêt on pouvait deviner le dessin d'une fleur délicate dans les tons bruns tranchants avec le blanc presque pur de la toile de fond. Une perle de sueur glissa sur la tempe de la jeune mage lorsque le prénom de la mère de Thomas apparu sous la rose en dégradé de vert, couleur de la mousse.

Se relevant à grand peine, elle s'approcha de Thomas.

« C'est tout ce que je peux faire pour elle... »

Et on sentait qu'elle était désolée de ne faire que si peu. Finalement, elle glissa ses doigts gours et un peu tremblants sous l'effort fourni dans la paume froide du Chevaucheur.

« Rentre avec moi Thomas. »

_________________


il suffit parfois...
"Le printemps est arrivé, la belle saison, l'amour et la joie sont revenus chez toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étranger
avatar

Messages : 924
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle
Mage Destructeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac & Gustave de Séverac
Étranger
Message Sujet: Re: Détourne les yeux | Cassiopée   Mar 24 Jan - 11:27


Il avait réussi à vexer Cassiopée quand même. Il n'avait jamais mésestimé sa magie du printemps, plutôt passive quand la sienne était active et clairement faite pour l'attaque. Il ne s'était jamais senti supérieur à qui que ce soit. Mais il n'était plus vraiment lui-même et en cet instant, il pensait clairement qu'elle n'avait pas les armes pour l'arrêter. Il était plus fort qu'elle, plus entraîné et sa magie bien plus violente, même si, jamais, il ne l'utiliserait contre elle. En revanche, contre son géniteur, cela ne posait vraiment aucun soucis. Il aurait sans doute pu le tuer bien plus rapidement, mais c'était là une mort trop douce pour ce salopard. Il n'avait jamais ressenti une telle haine auparavant. Thomas n'était pas souvent touché par grand chose, érigeant soigneusement de solides barrières pour se préserver de ce genre d'émotions violentes. Il ne haïssait pas. Il n'adorait pas non plus. Il appréciait ou il était indifférent. Mais il y avait deux personnes qui venaient bouleverser son équilibre : Cassiopée, qu'il aimait à la folie. Son père, qu'il détestait de toute son âme. Et ces deux personnes se trouvaient dans cette pièce...

Elle réussit à le faire hésiter pourtant. Une première fois. Avant de lui couper l'herbe sous le pied alors qu'il voulait des aveux de son père et surtout, une confession. Alors qu'il voulait enfin honorer le corps de sa mère, sa tombe, sans doute sauvage... Elle méritait mieux que cela. Il voulait que son père paie. Et Cassiopée réussit à extraire dans le cerveau paternel la pensée de cet endroit. Naturellement. S'il ne voulait proférer un mot, il devait pourtant y penser sous les assauts rageurs de son fils. En ignorant la spécialité de la jolie blonde qui lui sauvait la vie. Thomas délaissa son père pour se diriger vers l'endroit indiqué sans un mot de plus, Cassiopée sur ses talons.

Et ils trouvèrent. Si Cassiopée n'avait pas vu cet arbre, il n'aurait jamais deviné qu'un corps reposait là. Le temps avait fait son œuvre. Il serra les mâchoires à se briser les dents, alors que Cassiopée activait sa magie, sous le regard étonné et bientôt admiratif de Thomas, offrant à cette femme qu'elle ne connaissait pas, une sépulture davantage digne de ce nom. Partagé entre une gratitude qui l'étouffait et l'inquiétude alors qu'il remarquait les signes d'épuisement, il n'osa pourtant pas l'interrompre, fixant tour à tour la danse des pierres et le teint trop pâle de la mage. Elle se releva péniblement, glissant sa main dans la sienne, le suppliant de rentrer. Il hocha la tête, avant de la regarder elle, bien vivante, qui avait parcouru tout ce chemin pour venir l'empêcher de commettre l’irréparable. Submergé par l'émotion, il l'attira à lui, enfouissant son visage dans son cou. Il la soutenait autant qu'elle le soutenait. Et elle pouvait sentir quelques larmes sur sa peau, alors qu'il se laissait aller à quelques pleurs silencieux. Il pouvait faire son deuil. Enfin. Il n'avait pas été abandonné par sa mère. Elle ne l'avait pas rejeté. Et Cassiopée ne l'abandonnerait pas davantage.

« Merci... »

Pour la tombe. D'être là. De l'aimer envers et contre tout. Même quand il lui menait la vie dure, qu'il l'excluait de sa vie en menant sa croisade vengeresse.

« On va rentrer. Mais pas maintenant. J'ai des choses à faire. Je dois le remettre entre les mains de la justice. Il doit payer pour ce qu'il a fait, Cassie... Il a battu et assassiné son épouse. Il a battu et brimé son fils. »

Sa voix était devenue plus dure. Il se radoucit pourtant en la regardant, avant de s'emparer de son visage et de baiser doucement ses lèvres, ajoutant avec tendresse :

« Et il y a non loin d'ici quelqu'un que je voudrais te présenter. Tu veux bien ? »

_________________
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey —
Lion's tears
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 231
J'ai : 27 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Les Mages
Message Sujet: Re: Détourne les yeux | Cassiopée   Mer 25 Jan - 6:53

Fatiguée par l’effort fourni, Cassiopée vacilla légèrement, résistant à l’envie tentante de s’assoir par terre, dans l’herbe. L’étreinte de Thomas décida pour elle. Jetant ses bras autour de son cou, elle sut alors qu’elle l’avait récupéré et c’était sans doute le plus important. Il frémit un peu contre elle, sentant quelque chose d’humide couler le long de son cou, elle raffermit son étreinte sur sa nuque. Thomas ne flanchait jamais et, à vrai dire, elle pouvait compter sur les doigts d’une main les moments où il laissait entrevoir ses faiblesses. Et encore, elle pouvait le voir tout simplement parce qu’elle avait toujours été très attentive à ses humeurs. Murmurant des mots apaisants, elle le laissa puiser en elle ce qu’il lui fallait pour relever la tête, faisant fi de sa propre fatigue pour l’épauler en silence, priant pour que plus jamais il ne soit blessé aussi profondément. Quoique si cela devait arriver, elle serait capable de remuer ciel et terre pour foudroyer le coupable d’une juste colère. Personne ne pourrait plus le toucher sans lui passer sur le corps. Cela avait l’air d’une promesse idiote et naïve, mais quiconque avait déjà vu Cassiopée vraiment en colère savait qu’elle ne l’était pas.

Le soulagement et la tendresse se disputaient les élans de son cœur lorsqu’elle contempla ses traits. Etait-il apaisé ? Enfin ? Elle l’espérait, parce qu’il méritait ce qu’il y avait de meilleur et elle savait depuis longtemps que son enfance n’avait été qu’ombre et glace. Hochant la tête, elle précisa :

« Si il y a besoin de preuve, il suffira de me le demander, je peux tout extirper de sa mémoire si tant est qu’il y pense. Nous nous assurerons qu’il paye pour ce qu’il a fait. »

Et elle ne se laisserait pas étouffée par une conscience quelconque ou une éthique saine qu’elle refusait de donner pour un homme aussi brutal et malsain que l’était le père de Thomas. Elle sourit contre ses lèvres, heureuse de lui avoir évité une vie entachée de meurtre. De toute façon, elle braverait même la colère des dieux pour lui alors…Curieuse, elle pencha un peu la tête sur le côté, quelqu’un à lui présenter ?

« D’accord…Si il y a du thé avec une tonne de miel. »

Une grimace déforma un instant ses traits :

« J’ai besoin de recharger mes batteries, je suis épuisée. »

Ce qui n’était pas peu dire. Heureusement qu’elle n’avait pas usé beaucoup de magie en Outrevent aujourd’hui, sinon, elle était été incapable de faire quoique ce soit.

« Je ne savais pas qu’il te restait des amis par ici, tu n’en parle jamais. »

Et de ce qu’elle en savait, il ne venait jamais en Cibella . Cela dit, ça ne devrait pas la surprendre, Thomas conservait beaucoup de secret. Ce n’était pas vexant du tout, juste qu’il était comme ça et Cassie savait composer avec ce trait de caractère.

_________________


il suffit parfois...
"Le printemps est arrivé, la belle saison, l'amour et la joie sont revenus chez toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étranger
avatar

Messages : 924
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle
Mage Destructeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac & Gustave de Séverac
Étranger
Message Sujet: Re: Détourne les yeux | Cassiopée   Mer 1 Fév - 12:18


Il hocha la tête. Il ignorait si remettre son père à la justice serait suffisant... S'il niait tout ? Il n'avait pas les moyens de se payer les services des Mages capables d'extraire la vérité des pensées de son père. Accepteraient-ils le témoignage de Cassiopée qui était amie intime avec Thomas ? Et s'il était relâché faute de preuves ? Si cela arrivait... Thomas ferait justice lui-même. Il ne pardonnerait pas. Il ne laisserait pas filer. Son père méritait d'être puni. Il esquissa un mince sourire quand elle accepta de rencontrer quelqu'un à condition d'avoir de quoi se sustenter.

« Je suppose qu'il y en a. »

Il hocha la tête, contrarié qu'elle se soit épuisée pour lui. Ce n'était pas nécessaire ce qu'elle avait fait après tout, c'était décoratif mais... Pour lui, c'était important, bien que futile pour d'autres. Il regrettait juste que cela lui ai prit de l'énergie et l'ai ainsi vidée. Il n'aimait pas la voir comme ça, pâle et fatiguée. Il caressa son front, repoussant une mèche de cheveux blonde, avec tendresse.

« Je sais. Et je suis désolé. »

Naturellement, elle s'interrogea concernant cette personne qu'il avait à lui présenter. Ce fut un sourire ironique qui lui répondit d'abord, avant qu'il ne commente :

« Il ne m'en reste pas. Il n'y a qu'une personne importante à mes yeux ici. C'est... Une amie de ma mère. Elle a veillé sur moi quand j'étais enfant. C'était chez elle que je me réfugiais quand c'était trop difficile ici. Elle m'a parlé d'elle, pour ne pas que je l'oublie, pour ne pas que je la haïsse comme mon père m'encourageait à le faire en me racontant des horreurs à son sujet... Élise m'a élevée, elle m'a apporté la douceur et la tendresse que je n'avais pas chez moi. Elle m'a préservé. Et sauvé. Comme tu l'as fait quand je suis parti à l'Académie. »

Il porta la main de Cassiopée à ses lèvres, l'embrassant avec reconnaissance. Et amour, sans aucun doute, même s'il ne le disait jamais.

« J'étais plein de colère à l'époque... Je l'ai bien mal remerciée de tout ce qu'elle a fait pour moi... »

Regret... Oui, il avait été bien ingrat avec elle. Il avait fait le mort durant des années. Il n'avait consenti à revenir qu'en devenant Chevaucheur. Pour lui montrer qu'il s'en était sorti, qu'il avait tracé sa propre route et que c'était en partie grâce à elle. Il ajouta, énigmatique :

« Je lui ai déjà parlé de toi. »

C'était en tant qu'amie à l'époque, mais Elise avait sans doute vu bien avant les deux jeunes gens qu'il existait quelque chose de plus puissant que l'amitié entre eux. Il savait déjà qu'il aurait le droit à un coup d’œil éloquent quand il la verrait. Du genre « Ah tu vois, je le savais ! ».

« Cela fait longtemps que je connais tes parents. Il est normal que je te la présente. »

Et... C'était aussi une façon d'officialiser leur relation finalement.

« Mais avant, je dois l'emmener et le remettre aux autorités, Cassie. Il doit y avoir de quoi manger dans la maison. »

Il regrettait presque de devoir repousser le moment de la nourrir, en compagnie d'Elise, mais il n'aurait pas l'esprit tranquille tant que son père serait en liberté. Cela risquait de prendre du temps malheureusement. Il prit alors Cassiopée dans ses bras, l'enlevant presque pour l'emmener jusqu'à la maison où gisait encore son paternel, assommé. Elle pouvait marcher, mais autant qu'elle s'économise.

« Ce n'est pas l'idéal ici, mais... fais comme chez moi. Je vais essayer d'être rapide. »

Après tout, il avait Étincelle. Il serait aisé d'arriver à la ville rapidement. Le plus long serait d'expliquer ce qu'avait fait cet homme. Il baisa les lèvres de Cassie, avant de récupérer son père par le col, le traînant au dehors, tandis que la dragonne rouge approchait et le prenait entre ses griffes acérées et que Thomas grimpait sur elle.

*Tu ne l'as pas tué.*

*Non. Je l'aurais fait si vous ne vous étiez pas ligué toutes les trois.*

*Tu nous le reproches ?*

*Plus maintenant...*

*Bien.*


Léger silence.

*Je n'aime toujours pas ta petite Mage mais... elle a du cran. Et une bonne influence sur toi.*

*Des excuses ?*

*Non, n'exagère pas. Mais disons que je me montrerai plus tolérante avec elle. Et que je lui offrirai des vols plus tranquilles.*

*Qu'est-ce que tu as fait ?*

*Rien, j'ai testé sa résistance.*

*Tu es infernale.*

*Merci.*


Le trajet fut court. Les explications beaucoup moins. Quand finalement, Thomas eut ce qu'il voulait, la nuit était tombée. Il rentra dans la cabane où Cassiopée était demeurée depuis son départ. Il la trouva endormie sur sa chaise, ayant sans doute succombé à sa fatigue. Il s'assit tranquillement à côté d'elle, la regardant, avant de passer une main dans son dos, l'effleurant juste.

_________________
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey —
Lion's tears
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 231
J'ai : 27 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Les Mages
Message Sujet: Re: Détourne les yeux | Cassiopée   Mer 1 Fév - 20:54

Cassie sourit malgré ses traits tirés :

« De rien, on ne pouvait laisser sa tombe ainsi nue et livrée a la nature. »

Et de plus, cela donnait à Thomas un endroit où se recueillir lorsqu'il en ressentirait le besoin. Quelque chose de plus beau qu'un simple carré d'herbe folle et les racines d'un chêne. Peut être que plus tard, il y ferait fixer une stèle gravée, mais en attendant c'était toujours mieux que rien. Dans tous les cas, elle fut heureuse de savoir qu'il n'avait pas été totalement seul et qu'une femme avait pris soin de l'enfant qu'il avait été.

« Je vois. Ne t'en veux pas, tu ne l'a pas oublié pour autant. Je suis heureuse qu'il y ai eu quelqu'un pour toi. Je n'ai jamais osé imaginer ce qu'a été ton enfance, Thomas, sinon j'aurais été folle de colère mais maintenant je sais que tu n'a pas été totalement seul et ça me rassure un peu. »

Doucement, elle empauma ses joues pour lui baiser les lèvres. La colère n'avait pas totalement disparue de ses yeux, ni même du coin de ses lèvres, mais c'était toujours mieux que le masque de haine pure qu'elle lui avait découvert. Pour autant, elle n'avait pas eu peur de lui, elle s'était juste terriblement inquiétée. Elle cligna des yeux lorsqu'il lui dit avoir déjà parlé d'elle :

« Ah bon ? Je me demande ce que tu as bien pu raconter. »

Fit elle dans un rire ténu. Après tout, elle avait été une enfant turbulente, prompte a faire des bêtises mais toujours avec le sourire et jamais avec méchanceté. Juste qu'elle savait rendre la monnaie d'une pièce.

« Ce sera avec plaisir, après tout elle doit être formidable sans aucun doute. »

Puis elle hocha la tête avec gravité. Oui, il était temps de laisser la justice faire et elle espérait que celle ci serait efficace, Thomas ne supporterait pas que son père reparaisse libre de toutes entraves et pour une fois, elle se félicita d'avoir choisis une spécialisation si différente de ce qu'elle était. Vacillant sur ses jambes, elle lâcha néanmoins un petit cri de surprise quand Thomas s'empara d'elle.

« Je peux marcher tu sais... »

ronchonna-t-elle, contrariée d'être aussi faiblarde mais nouant néanmoins ses bras autour de la nuque du Chevaucheur. En soupirant, elle nicha sa tête dans le creux de son épaule, ne l'en délogeant que lorsqu'il la déposa dans un fauteuil. Silencieuse, elle le regarda embarquer son père et ferma les yeux. Elle n'avait pas eu l'intention de s'endormir mais c'est ce qui arriva, une chape de plomb lui tomba dessus et c'est la légère caresse de Thomas qui lui fit ouvrir les yeux précipitamment.

« Oups, je crois que je me suis endormie. Désolée. »

_________________


il suffit parfois...
"Le printemps est arrivé, la belle saison, l'amour et la joie sont revenus chez toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étranger
avatar

Messages : 924
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle
Mage Destructeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac & Gustave de Séverac
Étranger
Message Sujet: Re: Détourne les yeux | Cassiopée   Sam 4 Fév - 20:19


« J'ai été plus long que prévu. »

Sa voix ne trahissait plus rien. Le tumulte d'émotions qui l'avait agité des heures plus tôt semblait s'être enfin calmé et il avait retrouvé son air impassible de d'habitude. Son regard, en revanche, était bien plus vivant alors qu'il brillait en regardant la jeune Mage qui venait de se réveiller. Il avait eu des scrupules à la tirer de son sommeil d'ailleurs, mais elle était mal installée. Et elle n'avait sans doute même pas mangé. Peut-être aurait-il du rester avec elle et remettre son père aux autorités plus tard mais... il n'aurait pas eu l'esprit tranquille. La nuit était tombée et la seule lumière des lieux provenait de celle de la lune, brillante ce soir. Il baisa la tempe de la jeune femme, avant de se lever et de se diriger vers l'âtre, faisant naître une belle flambée en se servant de sa magie. Il récupérer quelques fourrures qui traînaient là, l'avantage de se trouver dans une maison de chasseurs, et les étala au sol avant d'inviter Cassie à le rejoindre sur le sol, devant l'âtre, avec un sourire énigmatique.

« Je suppose que tu n'as rien avalé depuis des heures... »

Il lui montra alors un paquet qu'il déposa sur le sol, s'asseyant et le déballant, pour lui révéler quelques gâteaux au miel, de quoi régaler ses papilles. Une façon de prendre soin d'elle alors qu'elle avait tant pris soin de lui, même si elle trouvait cela normal et minimisait grandement le rôle qu'elle avait pu jouer dans la vie tumultueuse du jeune homme. Il était sincère quand il lui avait parlé d'Elise. Chacune s'était occupée de lui et l'avait empêché de sombrer dans la rage aveugle et la haine. L'enfant qu'il avait été avait trouvé un refuge dans les bras de cette femme qui avait pleuré son amie et avait décidé de prendre soin de son fils, de lui offrir un peu de lumière dans un quotidien sombre et violent où il ne résidait aucun espoir. Il s'était montré bien ingrat avec elle.

Et Cassiopée... Elle s'était entêtée à se rapprocher de l'adolescent sombre et renfermé qu'il était en arrivant à l'académie, voyant sans doute en lui des choses qu'il ne soupçonnait même pas. Et aujourd'hui, elle était venue à son aide, pour l'empêcher de devenir un meurtrier à son tour, voyant son côté le plus sombre et violent, sans pour autant reculer. Elle aurait pu s'enfuir, dégoûtée de le voir ainsi... Mais elle était restée, envers et contre tout, même quand il l'avait rejetée, quand il s'était moqué de sa magie... Il prit sa main et la fit asseoir devant lui, l'entourant de ses bras et enfouissant son visage dans le creux de son cou avant de murmurer :

« Merci d'être venue... Je t'admire tu sais ? Que tu résistes à la tentation de lire dans mon esprit alors que cela serait tellement plus facile pour toi. Pour nous... »

Elle aurait ainsi vu ce qu'il préparait, quelle haine lui consumait le cœur, quels sombres desseins il ressassait depuis Samhain, depuis qu'il savait ce qu'il était arrivé à sa mère.

« Alors, Étincelle t'en a fait voir pour venir jusqu'ici ? »

C'était ce que la dragonne lui avait laissé entendre plus tôt. Il l'avait réprimandée pour ça. Pauvre Cassiopée. Tout le monde n'était pas fait pour voler. Alors les piqués et les chutes libres... C'était beaucoup de sensations. Pauvre Cassie.

_________________
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey —
Lion's tears
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 231
J'ai : 27 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Les Mages
Message Sujet: Re: Détourne les yeux | Cassiopée   Sam 4 Fév - 20:41

Plus long ?

Cassie fronça les sourcils, l'inquiétude brillant soudainement dans ses yeux :

« Il y a eu un problème ? Il a résisté ? Tu veux que j'aille à la Caserne ? Je peux tout déballer en un rien de temps hein ! »


Enfin elle s'affolait sans doute pour rien. Thomas était serein, enfin, donc cela avait du bien se passer. Enfin dans la mesure où il livrait tout de même son père. Tout mauvais, tout brutal soit il, il restait son père. Cassie n'imaginait pas la souffrance que cela devait être. Son père a elle avait toujours été protecteur, parfois à outrance, doux et tendre avec elle. Il lui disait qu'il l'aimait d'une voix bourrue mais sincère depuis qu'elle était petite. Elle était leur petit miracle et si il n'y avait pas eu sa mère, sans doute aurait elle été capricieuse, gâtée et pire encore...

Se frottant les yeux, elle sourit en le voyant s'activer. Elle n'avait pas vu la nuit tomber et pour cause ! Sa magie l'avait épuisée, mais c'était pour la bonne cause et elle ne le regrettait pas. Mais elle rougit un peu quand il spécula sur le fait qu'elle n'avait pas mangé...Il avait raison. Contrite, elle plissa les lèvres :

« Je me suis endormie avant... »

s'excusa-t-elle avant d'entendre son ventre s'exprimer bruyamment en avisant le paquet que lui montrait Thomas. Elle rougit encore plus en grommelant. Puis elle sourit en glissant ses doigts dans la paume de son amant, glissant sur le sol prêt de lui. Elle apprécia les fourrures qui lui tenait chaud, comme le foyer qui brulait paresseusement dans l'âtre. Surprise par le compliment soudain de son compagnon, la jeune mage leva un regard interloqué :

« Facile ? Tu ne me le pardonnerais pas surtout ! »


Puis elle sourit, glissant contre lui pour poser la tête sur son épaule :

« Et puis j'ai un peu d'éthique quand même. Il n'est jamais bon de tout savoir tu sais et puis même, ça ne me viendrait pas a l'idée. Je ne lis pas en toi, ni en Maelys, ni en Tristan...Ni en personne d'ailleurs sauf si nécessaire.  Notre nous n'en sera que plus solide si je choisis la voie difficile, tu ne penses pas ?»

Reprit elle en salivant presque devant les gâteaux. Se redressant, elle en chipa un avant de l'engloutir presque entier, soupirant de plaisir.

« M'en faire voir ?! »

Cassie pinça les lèvres d'agacement :

« C'est peu dire ! Elle s'est fait un malin plaisir de tenter toutes les figures possibles et inimaginables ! Je te préviens la prochaine fois, je lui vomis dessus ! Elle est mesquine ! Je sais qu'elle ne m'aime pas mais quand même ! Dis lui bien que si jamais elle recommence, je lui peindrais les griffes en rose bonbon ! Pendant qu'elle dort ! »

ronchonnant dans son coin, Cassie récupéra encore un gâteau. Puis, elle laissa le sujet de la dragonne de coté, se blottissant contre Thomas et prenant, enfin, le temps de savourer son troisième gâteau.

« Ne me refais plus jamais ça Thomas...J'ai eu peur pour toi. Je sais que tu ne parle pas beaucoup mais...J'aimerais que tu te repose sur moi quand ça ne va pas. Je t'aime et j'aimerais que tu ne mène pas tes combats seul. »

_________________


il suffit parfois...
"Le printemps est arrivé, la belle saison, l'amour et la joie sont revenus chez toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étranger
avatar

Messages : 924
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle
Mage Destructeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac & Gustave de Séverac
Étranger
Message Sujet: Re: Détourne les yeux | Cassiopée   Jeu 9 Fév - 1:52


Il n'avait pas souhaité l'inquiéter en s'excusant de rentrer si tard, mais il comprit que c'était pourtant le cas en voyant ce sentiment briller dans le regard si expressif de la jeune Mage.

« Il n'a pas été très coopératif, non. »

Il avait répondu avec un brin de sécheresse et de dureté.

« Mais je pense que ça ira. Cessons d'en parler. »

Parce que c'était un sujet désagréable et que cela avait le chic de faire resurgir sa colère et ses plus sombres côtés. Et il s'était suffisamment montré sous son plus mauvais jour à Cassiopée pour ne pas souhaiter que cela se reproduise. Elle avait une dose de patience infinie, mais autant ne pas abuser pour autant. Il lui fit remarquer qu'elle n'avait sans doute pas mangé, étant donné la position dans laquelle il l'avait trouvée endormie. Sa réponse ne le surprit donc pas, mais il pinça tout de même les lèvres, contrarié qu'elle soit dans cet état à cause de lui, même s'il n'y avait rien de grave là dedans, évidemment. Cependant, il réprima un sourire en entendant le ventre de Cassiopée gargouiller en avisant la nourriture. Il se cala dans le dos de la jeune femme, ses jambes de chaque côtés, repliées. Il profita de ce moment d'accalmie pour la remercier de ne pas lire dans ses pensées, alors que ce serait la solution de facilité. Et lui ? S'il était détenteur de ce genre de pouvoir, en userait-il pour s'infiltrer dans la tête de ses interlocuteurs ? Cela devait être terriblement tentant... Il hocha la tête sur son épaule quand elle répondit.

« Si tu as raison. »

Il n'hésita pourtant qu'une fraction de secondes, avant de déclarer gravement :

« Mais... Tu as mon autorisation. Tu peux lire dans mes pensées, Cassie. Je n'ai plus rien à cacher de toutes façons. Et je me dis... que peut-être ainsi, tu saurais vraiment ce que tu représentes pour moi. Je ne suis pas doué pour le montrer ou le dire. »

Mais elle s'était indéniablement insinuée dans son cœur et il aimait réellement Cassiopée. Sans doute l'aimait-il même avant de s'en apercevoir, avant qu'ils ne s'embrassent durant l'été, par inadvertance et que cela vienne chambouler leur amitié tranquille et leurs certitudes. Et si cela n'avait posé aucun soucis pour elle, il en était allé autrement pour lui, persuadé qu'il était de ne pas la mériter. Il le pensait encore. Il avait failli devenir parricide aujourd'hui. Sans elle, ce serait arrivé.

Il aborda alors le sujet du vol de Cassiopée. Elle avait été prévenue par Sereine et Étincelle l'avait amenée jusqu'ici, tout en n'appréciant pas la jeune femme. Et la vindicte de la jeune femme réussit à faire rire Thomas. Il imaginait Cassie qui se vengeant de façon saugrenue.

« Je lui ai fait la morale. Mais, je crois qu'elle commence à t'accepter. Étincelle est... possessive. Et disons que depuis quelques mois, il m'arrive d'être... distrait par une jolie blonde. Ça l'agace. »

Il baisa la joue de Cassie et ajouta à mi-voix :

« Mais elle reconnaît que tu es parfaite pour moi. »

Il sentit la dragonne ronchonner dans son esprit qu'il la trahisse ainsi, mais n'y fit pas attention. Cependant, la conversation se fit de nouveau plus sérieuse alors que Cassiopée le priait de ne plus jamais lui faire un coup comme ça.

« Et c'est parce que je t'aime que je ne veux pas t'entraîner dans mes ténèbres, Cassie. »

Ah... C'était sorti tout seul en fait. Cet aveu. Ce n'était pas si compliqué finalement...

_________________
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey —
Lion's tears
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 231
J'ai : 27 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Les Mages
Message Sujet: Re: Détourne les yeux | Cassiopée   Sam 11 Fév - 17:41


Cassie pencha légèrement la tête sur le côté, étudiant son compagnon avant d'hocher la tête.

« Oui n'en parlons plus. Tu as fait ce qui était juste. »

Et non moralement interdit, en ça, la jeune mage ne pouvait qu'être soulagée. Elle n'aurait pas supporté qu'il devienne se qu'il craignait si fort. Il ne s'en serait pas relever malgré ce qu'il en pensait. Alors elle glissa prêt de lui, l'estomac dans les talons, ayant besoin de le toucher, d'être contre lui. Cependant, elle ne s'attendait pas vraiment ce qu'il lui parle de sa magie. Celle ci était terrifiante par bien des côtés et elle ne devait qu'a la confiance et l'amitié qu'on lui portait de ne pas être mise aux bans. De plus elle avait sa propre éthique et plonger dans les pensées de ses amis n'en faisait par partie. Mais que dire de l'autorisation de Thomas ? Ebahie, elle le regarda quelques secondes, muette avant de battre des paupières tout en secouant légèrement la tête.

« Non je n'ai pas besoin de ça pour le savoir...Ni de mots d'ailleurs. »

Parce qu'il avait un regard tellement...Quand ils faisaient l'amour...Quand il se perdait dans ses bras...Elle savait ce qu'elle était à ses yeux. Elle ne réclamait pas de grands serments déclamés a la lueur de la lune. Elle savait qu'il en était incapable mais cela rendait les petits signes d'autant plus intense, d'autant plus important. Il ne s'en rendait pas vraiment compte, mais il lui disait souvent qu'il l'aimait alors elle lui sourit largement avant de rembrunir a la mention d'Etincelle. Cette fourbe de dragonnne avait bien dût s'amuser de ses cris de peur et de son teint pâle !

« Ne t'inquiètes pas, c'est entre elle et moi, dis lui juste de surveiller ses griffes. »

Marmonna la jeune mage alors que Thomas avait pris sa défense, mais de toute évidence, elle devrait régler ça avec le dragon...Oui bon la balance des forces n'était pas vraiment en sa faveur, mais Cassiopée était une vraie peste si elle s'en donnait la peine. Perdue dans ses pensées de vengeance mesquine, elle se laissa séduire par le baiser qui se déposa sur sa joue, rosissant devant le compliment voilé et certainement arraché a la dragonne par une quelconque torture.

« Si elle le dit... »

Et puis la jeune mage se nicha contre son amant, laissant parler la peur qu'elle avait eu pour lui. Il n'avait pas compté sur elle et cela la blessait un peu. Elle n'était pas que naïve et innocente, elle pouvait être forte ne lui en déplaise et elle voulait qu'il puisse compter sur elle. Il lui répondit d'une manière si naturelle, si évidente qu'elle sentit les larmes monter a ses yeux plus encore que son aveu. Emue au delà des mots, elle se jeta proprement a son cou, le renversant dans le mouvement avant de parsemer son visage de petits baisers :

« Et moi, c'est parce que je t'aime que je veux t'y accompagner Tom. »

Elle ponctuait chacun de ses mots d'un baiser. Qui sur le front, qui sur la joue, qui sur ses yeux ou sa bouche, cela n'avait pas d'importance

_________________


il suffit parfois...
"Le printemps est arrivé, la belle saison, l'amour et la joie sont revenus chez toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étranger
avatar

Messages : 924
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle
Mage Destructeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac & Gustave de Séverac
Étranger
Message Sujet: Re: Détourne les yeux | Cassiopée   Mer 15 Fév - 11:34


Maintenant que c'était terminé, il n'avait plus envie d'en parler, ni de revenir dessus. Il voulait tourner la page. Sa rage l'avait épuisé. Parce que c'était fatigant d'entretenir des sentiments aussi négatifs et violents. Parce que cela faisait des jours que cette colère s'auto-alimentait et qu'il la conservait précieusement, afin de ne pas flancher au moment de confronter cet homme qui l'avait terrorisé étant enfant. Mais il n'était plus un enfant et à aucun moment lors de cet affrontement, il n'avait eu peur de lui. Il était... pathétique. C'était le mot. Mais encore malfaisant pourtant, prêt à encore blesser son fils avec la seule arme qui lui restait : le secret. Le silence. Heureusement, Cassiopée n'avait pas laissé cela arriver en puisant directement dans sa mémoire et son esprit pour trouver le lieu de sépulture sauvage de son épouse. Elle avait sauvé Thomas, encore. Elle l'avait empêché de devenir un meurtrier, un parricide. Parce que c'était bien un meurtre. Même pas de la légitime défense. Juste une froide et sanglante vengeance. Et il n'aurait pas eu de retour possible après ça. Elle avait raison. Même si cela l'agaçait de le reconnaître.

Il était apaisé désormais. Vidé. Et il devait parler avec Cassiopée qu'il avait réveillé parce qu'elle était bien mal installée sur sa chaise et parce qu'elle devait être affamée. Il était encore surpris et admiratif qu'elle n'ai jamais cherché à lire dans ses pensées. Cela aurait été tentant pour elle, alors que son compagnon était si avare de paroles et même de gestes. Alors qu'il s'était éloigné d'elle pour ruminer sa vengeance suite aux révélations de sa défunte mère. Cassiopée avait bien vu que cela l'avait bouleversé, mais elle ne pouvait se douter à quel point. Il la regarda avec étonnement quand elle répliqua qu'elle n'avait pas besoin d'utiliser sa magie pour savoir ce qu'il pensait. Ah bon ? Le connaissait-elle donc si bien ? Ou était-il plus ouvert avec elle depuis quelques temps ?

« Serais-je devenu un livre ouvert ? »

Il l'a dit avec humour, mais il se posait vraiment la question. Peut-être... Ou bien juste avec elle. C'était sans doute ça. Elle avait traversé sa carapace de neutralité. Il ne savait plus vraiment se comporter avec indifférence avec elle. Elle le chamboulait trop. Il évoqua alors le vol de Cassiopée sur le dos d’Étincelle et nota son changement d'humeur. Satanée dragonne, elle avait vraiment du s'en donner à cœur joie pour faire de ce vol un calvaire pour Cassiopée. Étrange paradoxe. Elle était censée l'amener dans les plus brefs délais pour empêcher le Chevaucheur de commettre l'irréparable, mais elle n'avait pu s'empêcher d'en faire baver à la jeune Mage qu'elle n'appréciait pas.

« Je te rappelle que c'est mon dragon et que je ne me vois pas voler avec elle si elle a les ongles peinturlurés. Sois clémente. »

Il lui avoua alors que la dragonne avait mis un peu d'eau dans son vin. Ce qui amena un sifflement rageur de la part de la dite dragonne qui le traita de traître quand il confia cet aveu. Et une attitude quelque peu dubitative de la part de la jeune Mage. Elle le pria finalement de ne plus jamais lui faire un coup pareil. De partager ses tourments et ses combats avec elle. Parce qu'elle l'aimait, elle voulait être à ses côtés, dans les bons comme dans les pires moments. Il répondit spontanément et étourdiment que c'était parce qu'il l'aimait qu'il voulait l'épargner. Et là, il ne comprit pas tout de suite ce qui lui arrivait alors qu'elle se retournait pour se jeter à son cou, le faisant tomber en arrière tandis qu'elle se retrouvait allongée sur lui. Les élans spontanés et enthousiastes de Cassie... Il n'allait pas s'en plaindre. Il sourit, avant de s'emparer du visage de la Mage pour qu'elle se tienne tranquille et qu'il puisse l'embrasser de façon moins dissipée qu'elle et plus langoureuse.

« Tu n'es pas faite pour ça. Tu es trop lumineuse, trop vivante... »

_________________
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey —
Lion's tears
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 231
J'ai : 27 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Les Mages
Message Sujet: Re: Détourne les yeux | Cassiopée   Lun 27 Fév - 13:10


Cassie ressentait enfin l’apaisement après avoir été tendue a un point phénoménal. Elle avait bien cru perdre Thomas sur le coup et autant dire que le soulagement avait été à la hauteur de son inquiétude, aussi laissa-t-elle tomber ce sujet brûlant de bonne grâce. Encore plus parce qu’elle mourrait de faim, se jetant sur les gâteaux, elle en engloutit deux avant de savourer le troisième, s’étonnant d’entendre son compagnon lui permettre de pénétrer son esprit. Jusqu’à présent, elle s’en était toujours abstenue. D’ailleurs, elle continuerait à s’en abstenir. Il n’était pas évident de fréquenter une mage telle qu’elle, alors si on lui faisait confiance, elle ne briserait pas cette confiance en perçant des secrets qui n’étaient pas les siens. Enfin, ça, ça fonctionnait avec ses proches évidemment. Un petit rire amusé lui échappa devant l’étonnement de Thomas :
« Un livre pour aveugle peut être ? Ou alors écrit en hiéroglyphes anciens ? – plaisanta-t-elle avec un sourire radieux aux lèvres avant de reprendre – c’est juste que je te connais bien et qu’il t’arrive de baisser un peu ta garde… »

Une délicate rougeur venait d’envahir ses joues a cette phrase. Non parce que les fois où il le faisait…Euuh…Il ne faisait pas trop chaud d’un coup ? Résistant à l’envie de s’éventer de la main, Cassie faillit s’étouffer avec une bouchée de gâteau. Si ses pensées continuaient à vagabonder sur ce terrain, elle allait finir par bafouiller.

Heureusement, il lui offrit une diversion en évoquant son unique et, si les dieux le voulaient, dernier vol à dos de dragon. Il faut dire qu’Etincelle ne l’avait pas épargnée. Outre le fait de fendre les airs à toute vitesse, elle s’était fendue de cabrioles inutiles ! Cassie avait bien faillit vider son estomac sur son dos ! Elle se doutait que la dragonne ne l’aimait pas beaucoup mais là ! C’était digne d’une sorcière infâme ! Même si son indignation fut légèrement douchée par la reconnaissance de l’animal mythique, elle bougonnait toujours un peu. Mais au milieu de tout cela, elle voulait aussi rappeler à Thomas qu’il pouvait compter sur elle. Qu’elle voulait qu’il le fasse. Elle était certes, un peu naïve et beaucoup trop enthousiaste, mais elle n’en restait pas moins faible pour autant ! Et il lui répondit avec un tel naturel, un aveu qu’il ne lui faisait jamais même qu’elle finit allongé sur lui à parsemer son visage de petits baisers joueurs auquel il préféra un baiser bien plus appuyé et profond qui la laissa pantelante.

« Je ne suis pas si fragile, Tom. »

Fit elle avec un demi sourire emplit de douceur et d’amour. Non si elle l’était, elle aurait fui dès qu’elle avait mis un pied dans cette maison

_________________


il suffit parfois...
"Le printemps est arrivé, la belle saison, l'amour et la joie sont revenus chez toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étranger
avatar

Messages : 924
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle
Mage Destructeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac & Gustave de Séverac
Étranger
Message Sujet: Re: Détourne les yeux | Cassiopée   Mar 28 Fév - 21:36


Le jeune homme fit la moue alors que Cassiopée se moquait de lui. Il avait l'impression qu'elle lisait facilement en lui, mais elle était en train de lui démontrer que ce n'était pas du tout le cas et qu'il demeurait indéchiffrable sur bien des points.

« Un livre dont tu connais les codes secrets... »

Elle avait les clés en main pour déchiffrer certaines pages, deviner certaines émotions et anticiper quelques réactions. Oui, elle le connaissait bien, elle le pratiquait depuis plus de 10 ans quand même. Il n'avait jamais eu de relation aussi longue avec qui que ce soit, ni aussi étroite. Et intime. Même avant qu'ils ne couchent ensemble, ils avaient une relation privilégiée, intime. Cela leur avait semblé naturel, mais ils avaient déjà tout d'un couple pour les autres. Quant à baisser sa garde... Cela ne lui arrivait guère qu'avec elle. Parce qu'il n'y avait qu'avec elle qu'il était totalement détendu et en confiance, qu'il n'avait rien à cacher. En revanche, il était franc dans ses paroles avec tout le monde. Cela sortait tout seul et il ne prenait pas la peine d'enrober ses paroles d'hypocrisie, ni de les adoucir.

En l'occurrence, il venait quand même d'avouer à Cassiopée qu'il l'aimait, sans détours. C'était loin d'être une déclaration d'amour poétique et dégoulinante de sentiments. Il l'avait avoué sans détours, spontanément, sans se poser de questions, tout simplement. Il l'aimait trop pour l'impliquer dans ses problèmes. Des problèmes qu'il jugeait trop... graves, trop sombres, pour la personnalité lumineuse de Cassiopée. Il détestait qu'elle puisse voir à quel point il n'était pas quelqu'un pour elle, ce dont il restait convaincu. La preuve... il aurait pu tuer son père sans sourciller, dans un déchaînement de haine, de vengeance et de colère. Et il n'en serait pas revenu indemne. Mais il était capable de haïr avec force. C'était aussi pour cela qu'il disciplinait ses émotions derrière un air froid et indifférent. Cela valait mieux pour tout le monde. Cassie l'avait sans doute compris.

Il parla quand même du vol avec Étincelle, qui avait été un calvaire pour Cassiopée. Et il le déplorait. Parce qu'il adorait voler sur sa dragonne, qu'il ne se sentait jamais aussi libre et bien que dans ces moments là. Rectification : il se sentait bien dans d'autres moments... Quand il était avec Cassie et qu'ils se donnaient l'un à l'autre par exemple. Tous ses soucis s'envolaient. Ses murailles s'effondraient. Ce qui lui avait semblé terrifiant la première fois alors qu'il s'exposait ainsi et était vulnérable, mais qui le perturbait de moins en moins désormais. Et là, il se retrouva bien vite sous Cassiopée qui l'embrassait. Des baisers anodins, qui pourtant, réveillèrent son désir, alors qu'il l'embrassait de façon bien plus appuyée et avec une idée derrière la tête concernant la suite des événements. La journée avait été longue, riche en émotions violentes et il était crevé, mais il avait aussi besoin de Cassie. De sa chaleur, de sa lumière.

« Pas fragile. Mais précieuse. »

Non... Elle avait raison. Elle n'était pas fragile. Les apparences étaient trompeuses. Elle était frêle, mais avait un mental en acier trempé et surtout, quand elle aimait quelqu'un, elle était prête à se battre et braver tous les dangers pour lui. Que ce soit Thomas ou des amis ou parents. Elle était entière et déterminée, pleine de ressources.

« Mais d'accord, j'essaierai de davantage t'impliquer dans mes problèmes. Même si j'espère bien ne plus jamais être si proche de basculer... »

Il plongea son regard dans celui de la jeune Mage, avant de souffler :

« Mais tu seras là pour me rattraper. »

Il lui concédait cette place dans sa vie.

_________________
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey —
Lion's tears
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 231
J'ai : 27 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Les Mages
Message Sujet: Re: Détourne les yeux | Cassiopée   Sam 11 Mar - 19:11


La jeune mage cilla légèrement lorsqu'il enchaîna sur son trait d'humour avant de laisser un léger éclat de rire la traverser :

« Ca m'a prit du temps quand même hein, je me souviens qu'au début tu étais doué pour m'éviter. Tu m'as causé pas mal de tracas. »

Quant a savoir pourquoi elle s'était autant accrochée, elle même n'en avait pas d'idée précise. Disons juste qu'elle l'avait fait, parce qu'il l'avait intrigué, qu'elle avait sans doute sentit sa solitude sous son air revêche. Mais cela n'avait pas été de tout repos pour autant, il lui avait fallu déployer des trésors d'ingéniosité pour gagner sa confiance. Sans compter qu'elle était souvent un peu trop feu follet pour le jeune garçon qu'il avait été. Cassie ne regrettait pas une seule seconde de leur relation, même les pires moments parce qu'il y en avait eu bien évidemment. Sans même s'en rendre compte, elle l'aurait suivit jusqu'au bout du monde connu si il le lui avait demandé.

Même a volé a dos de dragon. Et un dragon qui ne l'aimait pas s'il vous plait. On ne pouvait pas dire qu'elle n'était pas prête a traverser l'enfer pour lui tiens ! Cela étant, elle lui en voulait un petit peu de vouloir autant la ménager. Elle n'était pas fragile, pas délicate et savait mordre fort lorsqu'il le fallait. Mais par dessus tout, elle voulait qu'il puisse s'appuyer sur elle, compter sur elle en somme. C'était quelque chose qu'il avait toujours du mal à assimiler, Cassie ne lui en voulait pas mais quand même et comme ce n'était pas dans son tempérament de tourner autour du pot, elle le lui dis franchement. Et se retrouva donc allongée de tout son long sur le jeune homme. Si il y a quelque temps cela l'aurait un peu gênée, ce n'était plus le cas dorénavant et elle sourit :

« Évidemment que je serais là. On s'en sortira toujours mieux à deux que tout seul tu ne crois pas ? »

Il était évident qu'elle ne le laisserait jamais tomber, quitte a aller le chercher n'importe où. C'était sans doute ce qui faisait sa force d'ailleurs, elle ne s'avouait jamais vaincue. Mais ce trop gros enthousiasme avait parfois un revers bien douloureux, elle en était consciente mais ce n'était pas pour autant qu'elle modifiait sa façon de faire. Et de toute façon, tant que c'était pour lui et bien cela en valait la peine tout simplement.

Finalement, elle redressa son buste et l'observa un instant. Parfois il lui prenait de ne pas croire à la réalité ou de penser que tout cela n'était qu'un rêve et qu'elle se réveillerait bientôt. Thomas n'était pas conscient de ce qu'il lui apportait et tous les discours du monde semblait inutile à le convaincre. Tant pis. Il finirait par le découvrir. Son regard se perdit sur ce qui les entourait. C'était ici qu'il avait grandit. Peut être dans ce coin qu'il s'était caché. Sous cette table ou derrière cette porte pour échapper à la violence de son père. Rien que cette idée faisait naitre une étincelle belliqueuse dans les iris claires de la jeune mage...

« J'ai envie que tu te souvienne d'autre chose lorsque tu penseras a cette maison... »


Fit elle soudainement tandis qu'une légère rougeur colorait soudainement ses joues et que ses doigts tiraient sur le lacet qui retenait son corsage.

« Effacer tout ça... »

La colère, la peur, la rage et la haine...En glissant les paumes sous la chemise du mage, en l'embrassant, en tirant sur ce tissus qui la voilait encore.

_________________


il suffit parfois...
"Le printemps est arrivé, la belle saison, l'amour et la joie sont revenus chez toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étranger
avatar

Messages : 924
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle
Mage Destructeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac & Gustave de Séverac
Étranger
Message Sujet: Re: Détourne les yeux | Cassiopée   Ven 17 Mar - 21:50


« Mais la patience paie, non ? »

La patience, la détermination, peu importait le nom finalement. Cassiopée avait enfoncé les défenses du taciturne jeune homme et il s'était complètement attaché à elle, même s'il l'avait nié durant toutes ces longues années, se bornant à voir là dedans de l'amitié et rien d'autre. Il avait été aveugle. Autant qu'elle sans doute. Et s'il avait craint ce que cela pouvait engendrer par la suite, changeant à jamais leur relation, il devait convenir aujourd'hui que ce n'était pas pour le pire, bien au contraire. Cassiopée était une compagne idéale et il la connaissait par cœur. Elle savait ce dont il avait besoin, ce que cachaient ses silences, elle respectait son besoin de solitude et prenait ce qu'il lui offrait, sans le forcer. Il trouvait toujours cette relation déséquilibrée, ayant l'impression qu'elle apportait davantage que lui, mais... Il ne saurait plus y renoncer désormais. Quand sa détermination avait-elle flanché au juste ?

Mais comment résister à ces grands yeux clairs et ce visage adorable ? Personne n'y parvenait. Elle embobinait tout le monde très facilement. Elle arrivait même à forcer Tristan à manger quand il oubliait de le faire et trouvait cela accessoire et inutile. Elle était amie avec Maelys. Des exploits à chaque fois. Pourtant, une amitié entre Cassiopée et Maelys avait de quoi surprendre alors que les deux jeunes femmes n'avaient pas grand chose en commun.

Suite à cette petite discussion aux allures de mise au point, il comprit qu'elle voulait le seconder dans toutes les décisions qu'il pouvait prendre dans sa vie. Même les pires... Lui qui souhaitait la préserver de ses ombres... Elle ne semblait pas disposée à se laisser évincer de cette façon. Évidemment que les situations avaient été inversées, il aurait agi comme elle mais... Non, rien. Il la comprenait et il consentit du bout des lèvres à ne plus lui cacher ce genre de choses, même si c'était difficile pour quelqu'un comme lui, habitué à faire cavalier seul. Ses débuts au sein de la caserne avaient été difficile justement à cause de ce travers bien ancré chez lui. Ne faire confiance à personne et ne se reposer que sur lui-même. Ils étaient peu les Chevaucheurs qui avaient gagné son respect et le droit à sa totale confiance. Maelys en faisait partie. Ils fonctionnaient bien en duo.

« Sans doute. »

Il sourit légèrement. Mieux s'en sortir à deux que tout seul. Quelque chose d'impensable il y avait encore quelques années. Mais il avait grandi, mûri, apprit. Et il venait de tirer une croix sur son passé, se débarrassant de ces chaînes qui l'empêchaient de vraiment prendre son envol. Il savait ce qu'il était advenu de sa mère. Il avait emmené son père pour qu'il soit jugé et puni. Il s'était affranchi de son influence néfaste. Grâce à Cassiopée. S'il l'avait tué... Alors ce crétin violent aurait gagné. Thomas savait qu'il demeurait une part de violence en lui, qui ne disparaîtrait jamais mais les femmes qui l'entouraient seraient là pour l'empêcher de basculer. Il devait croire en elles s'il ne croyait pas en lui.

La discussion vira en badinage amoureux, alors qu'elle se retrouvait sur lui. Il sentit son cœur éclater quand elle ajouta qu'elle avait envie qu'il se souvienne d'autre chose que de la violence et la tristesse dans cette maison, tout en dénouant son corsage. Il y avait un mélange de timidité et d'audace adorable tandis qu'elle disait cela. Il sourit, le regard brillant, prêt à se laisser guider par elle, à effacer ces sinistres souvenirs pour en gagner de plus beaux. Il ôta sa chemise alors qu'elle glissait ses mains sur sa peau et partit à l'assaut de ses lèvres, l'aidant à dénouer ses liens, à se débarrasser de ce corsage pour s'emparer de sa poitrine avec douceur et tendresse. La tempête de sentiments négatifs qui l'avait saisi avait disparu, il était... apaisé. Totalement tourné vers elle.

« Je crois que tu es sur la bonne voie... »

Un murmure grave à son oreille alors qu'il était prêt à l'aimer sur ces fourrures étalées au sol, devant ce feu dans l'âtre... Chasser les fantômes de cette maison qui n'aurait du raisonner que de rires. Pas de cris et de pleurs...

Et ils s'employèrent à gorger cette maison de soupirs d'extases, de gémissements délicieux, s'endormant ainsi pour quelques heures, jusqu'à ce que le jour ne les cueille et ne les arrache de cette douce torpeur. En alerte, Thomas ouvrit les yeux, un instant confus de retrouver les décors de son enfance. Il se raidit instinctivement, jusqu'à ce qu'il se rende compte de la présence féminine endormie à ses côtés. Il se détendit aussitôt, alors que la mémoire lui revenait. Il caressa doucement l'épaule de Cassiopée. Aujourd'hui, il la présenterait à Élise. Et ils repartiraient en Lagrance, laissant cette funeste histoire derrière eux.


_________________
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey —
Lion's tears
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 231
J'ai : 27 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Les Mages
Message Sujet: Re: Détourne les yeux | Cassiopée   Sam 6 Mai - 16:12


La masure s'emplit d'un bonheur qu'elle n'avait jamais connu. Qu'importe que ce soit éphémère, qu'un seul instant, une bulle de joie et d'amour. La rage et la colère s'éteignant lentement sous les soupirs et les murmures amoureux et ce fut repus que Cassie se blottit contre Thomas pour s'endormir d'un sommeil lourd et sans rêve. Abuser de la magie avait toujours un prix n'est ce pas ? Mais elle était heureuse, cela en était presque indécent songeait elle parfois.

Un rayon de soleil lui chatouilla le nez, fronçant les narines, elle se lova un peu plus étroitement contre le flanc de Thomas, peu pressée de se réveiller. Pourtant il faudrait bien non ? Tristan risquait de s'inquiéter étant donné qu'elle n'était pas rentrer de la nuit et que dire d'un chevaucheur qui désertait sa caserne ? Enfin , ils sauraient s'expliquer n'est ce pas ? Elle gigota un peu, tant et si bien qu'elle fini par réveiller Thomas.

« Excuses moi... »

murmura-t-elle en levant les yeux sur le visage aimé, un sourire langoureux aux lèvres. Puis elle se redressa, non sans déposer un baiser sur son épaule nue et s'étira :

« Le jour vient à peine de se lever...Ou donc est passé Sereine ? Je ne l'ai pas vu depuis que je suis arrivée hier. »

En fait, elle les avait quitté aussitôt le pieds mit à terre. Il faut dire qu'elle l'avait oublié très vite face à la colère de Thomas et son désir de le calmer. Elle était heureuse de voir le visage de son amant détendu :

« Est ce que tu te sens apaisé ? »

Demanda-t-elle doucement tout en lui caressant la joue avec tendresse. Elle espérait fortement que ce soit le cas, Thomas méritait de vivre sereinement dorénavant, tout en laissant son passé derrière lui. Elle savait que rien ne pourrait l’effacer mais il était possible de tourner la page.

_________________


il suffit parfois...
"Le printemps est arrivé, la belle saison, l'amour et la joie sont revenus chez toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étranger
avatar

Messages : 924
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle
Mage Destructeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac & Gustave de Séverac
Étranger
Message Sujet: Re: Détourne les yeux | Cassiopée   Lun 22 Mai - 17:19


Il aurait aimé ne jamais se réveiller. Parce que ce sentiment de plénitude ne lui était pas familier et qu'il en savourait chaque instant. Il n'avait pas connu beaucoup de moments de cet acabit. Ses pensées étaient souvent sombres et tourmentées. Douloureuses. Il ne s'autorisait pas à être heureux. Il n'avait pas été conditionné dans cet optique. Chaque fragment de bonheur qu'il pouvait emmagasiner lui semblait précieux, fragile et éphémère, prêt à s'effriter entre ses doigts pour mieux le précipiter dans la douleur de la vie réelle qui ne lui avait guère fait de cadeaux. Tout aurait pu être différent si sa mère avait pu s'enfuir réellement, avec lui... Si elle avait pu quitter ce mari abusif et violent avec son bébé, pour l'élever avec amour maternel. Peut-être dans la pauvreté, certes, mais cela aurait été mieux que de se faire rabaisser et battre toute son enfance...

Le mouvement à côté de lui le tira de son sommeil donc, alors qu'il se souvenait de tout. Il était dans la cabane de son enfance malheureuse. Mais la femme à ses côtés avait de quoi chasser ses cauchemars et lui assurer un avenir moins morose que son passé. Il grommela alors qu'elle s'excusant, se rendant compte qu'elle l'avait arraché à son sommeil. Il bailla, encore endormi, alors qu'il frissonnait sous le baiser léger. Il pouvait très vite prendre goût à ce genre de réveil matinal en fait. Il commençait à vraiment aimer de pouvoir partager quelque chose avec quelqu'un. En l'occurrence... Sa vie.

« Elle se dégourdit les pattes dans la forêt. C'est là que je l'ai trouvée tu sais ? Ou qu'elle m'a trouvé, je ne sais pas vraiment... Elle est née dans ces bois. Même si l'existence ici n'a pas été heureuse pour moi, elle est attachée à ces lieux... Et... Je crois qu'elle a besoin de digérer l'avalanche de sentiments qu'elle a éprouvé de ma part hier... »

Il avait baissé la voix sur ce dernier point, un murmure un peu honteux et coupable. Oui, il avait honte d'avoir laissé la haine l'aveugler. Le besoin de se venger. Impérieux, sournois, implacable. Qu'est-ce qu'il aurait fait une fois son meurtre accompli ? Il n'aurait plus pu être Chevaucheur. Il aurait été un paria, un criminel. Sauf s'il avait camouflé le meurtre évidemment. Mais aurait-il pu vivre avec ça ? Il en doutait... Cela n'aurait fait que noircir son cœur, le ronger... Il réfléchit à l'interrogation de Cassiopée, réellement, avant de hocher la tête et de lui offrir un timide sourire :

« Oui. Et tu n'y es pas étrangère. »

Il l'embrassa doucement, avant de se redresser. Il se rhabilla sommairement, adressant un petit sourire en coin à la jeune Mage.

« Il faut que je te présente Elise. Elle m'a élevé, elle est importante pour moi. Comme tu l'es. Il est temps qu'elle te rencontre en chair et en os. »

Sous entendu qu'il lui avait déjà parlé d'elle, évidemment. Et bien sûr qu'il avait parlé de Cassiopée à celle qui était comme sa mère. Il s'adossa à la table, laissant la jeune femme se rhabiller, croisant les bras sur son torse tout en l'observant alors qu'elle essayait de se rendre plus convenable qu'après une nuit à dormir par terre avec son amant. Et ils n'avaient pas fait que dormir. Il lui baisa le front, avant de l'entraîner dehors. Il n'avait pas besoin d’Étincelle pour se rendre chez Élise, il n'y avait pas forcément la place pour un dragon. Il monta donc sur son cheval, prenant Cassie avec lui, avant de les emmener dans la petite masure d’Élise. Quand il frappa à la porte, son cœur se mit à cogner plus sourdement à ses oreilles, tandis que Cassiopée se tenait légèrement derrière lui. Et quand la porte s'ouvrit sur une femme mince, d'une cinquantaine d'années, il n'eut rien le temps de dire alors que le visage de la femme s'illuminait et qu'elle le prenait dans ses bras avec chaleur et tendresse.

« Oh Thomas ! »

Elle l'étreignit, alors qu'il lui rendait son câlin avec maladresse. Elle se saisit de son visage, le regardant avec inquiétude.

« Tu vas bien ? »

« Oui. Mieux. »

Elle fronça les sourcils, ne comprenant pas cette précision, avant de poser son regard sur Cassiopée qui attendait sagement. La malice éclaira le regard d’Élise.

« Tu es Cassiopée je suppose ? Enchantée, je suis Elise. Rentrez-donc tous les deux ! »

Elle les laissa entrer dans sa modeste chaumière, avant de reprendre d'une voix enjouée :

« Je suis si heureuse de te rencontrer enfin Cassiopée ! Thomas m'a beaucoup parlé de toi... Enfin, autant qu'il puisse parler de quelqu'un évidemment. Tu es encore plus jolie qu'il ne me l'a dit. Vous avez faim ? Vous voulez boire quelque chose ? Il est tôt encore, asseyez-vous. Quel bon vent vous amène ? »

Elle était vive et enjouée. Heureuse de revoir son protégé. Qui s'était rembruni à sa question.

« Je suis venu rendre justice. Mon père a tué ma mère Élise. Il l'a tuée et enterrée dans les bois... »

Elle s'interrompit brutalement, observant le jeune homme gravement.

« Qu'entends-tu par rendre justice ? »

Elle le connaissait bien, trop bien.

« Je suis venu la venger. Mais Cassiopée est intervenue. Il est entre les mains des autorités compétentes maintenant. »

Il n'ajouta rien, alors qu'elle approchait de Cassie et lui prenait les mains avec chaleur, avant de les embrasser.

« Merci... Merci de veiller sur lui. D'avoir pris le relais quand il est parti. Tu ne sais sans doute pas à quel point j'ai été soulagée d'apprendre qu'il avait une amie à l'académie. Enfin, il me semble que vous êtes davantage que des amis maintenant. »

Thomas s'était détourné, mais Cassiopée, elle ne pouvait pas se payer ce luxe avec Élise qui lui tenait toujours les mains.

_________________
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey —
Lion's tears
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 231
J'ai : 27 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Les Mages
Message Sujet: Re: Détourne les yeux | Cassiopée   Dim 2 Juil - 16:27


Cassiopée soupira doucement, en vérité, elle s'était fait du soucis pour Sereine, enfin quand elle s'était souvenu de l'existence du familier bien sûr. C'était peut être honteux de l'avoir momentanément oubliée mais il faut dire que la veille ne fut pas de tout repos :

« J'espère qu'elle s'est un peu calmée. Je ne sais pas si elle tremblait de peur ou de colère lorsqu'elle m'a accueillit au Portail. Dans tous les cas, elle m'a trainée jusqu'à Etincelle fissa. »


Puis elle sourit légèrement en constatant que les ombres qui avaient assombrit le regard de Thomas s'effilochaient désormais. Elles ne disparaîtraient sans doute pas tout à fait, mais c'était tout de même un bon début. Appuyée sur un coude, elle observa Thomas se lever et s'habiller avant de percuter ses paroles. Oh ? Oh ! Aussitôt une étrange appréhension la gagna. Comme une mère avait il dit non ? Alors c'était presque comme...comme...Elle s'ébroua, allons allons, où donc était passée sa belle assurance tout à coup ?! Elle finit par se lever à son tour et entreprit de se vêtir. Sa robe froissée lui arracha une grimace, mais dans l'immédiat, elle ne pouvait rien y faire. Sauf peut être tenter de mater les plis avec ses paumes. Puis, elle passa ses doigts dans ses cheveux pour les coiffer sommairement. Elle n'était pas très sûre du résultat mais tant pis...Il ne lui restait plus qu'a espérer que la dénommée Elise ne la prenne pas pour une mendiante des bas fonds.

Néanmoins, si son anxiété s'était un peu tarie durant le chemin, celle ci revint en force lorsque Thomas frappa à la porte d'une petite masure. Cassie dût prendre sur elle pour ne pas laisser voir sa nervosité. Mmmh...Pas sûre qu'elle soit efficace songea-t-elle en se rendant compte qu'elle se mordillait la lèvre nerveusement. Allons bon ! Finalement, la porte s'ouvrit sur une petite femme au visage avenant, visage qui s'éclaira lorsqu'elle reconnu son compagnon. Légèrement en retrait, Cassie observait la scène avec curiosité. Après tout, Thomas n'était jamais friand des demonstrations d'affection. C'était, quelque part, curieux de le voir s'y adonner sans grimacer et cela fit discrètement sourire la jeune femme.

« Enchantée ! »

Sourit la mage lorsqu'elle fut repérer avant d'emboiter le pas à Thomas et d'entrer dans la maison. Une rougeur délicate s'étala sur les joues de la jeune mage lorsqu'Elise lui adressa de nouveau la parole. Plaisir ou gêne ? Sans doute les deux. Thomas expliqua la raison de leur venue et elle vit l'inquiétude qui s'était peinte sur le visage de la femme. Elle avait sans doute peur de ce qu'il aurait pu faire...Si Cassie n'était pas intervenue. Sursautant un peu, Cassie vit ses mains disparaître dans celle d'Elise et, extrêment gênée, elle se dandina un peu sur place :

« Ce...Ce n'est rien..Vraiment...C'est pas comme si...Enfin je veux dire... »

Oui oui, Cassie balbutiait et ne savait absolument plus quoi dire sur le moment. Et sa rougeur s'accentua, jetant un coup d'oeil sur Thomas qui lui tournait le dos, elle résista a l'envie de lui tirer la langue alors qu'il la laissait manifestement seule pour répondre à la question sous jacente. Ok. C'était comme ça hein !?

« Ca se voit tant que cela ? »

Elle eut un petit rire timide avant de fomenter sa vengeance :

« Maintenant j'attends qu'il me demande en mariage mais il n'a pas l'air pressé. »


Prends ça lâcheur ! Mesquine, elle envoya un sourire sournois et satisfait a son amant.

_________________


il suffit parfois...
"Le printemps est arrivé, la belle saison, l'amour et la joie sont revenus chez toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étranger
avatar

Messages : 924
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle
Mage Destructeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac & Gustave de Séverac
Étranger
Message Sujet: Re: Détourne les yeux | Cassiopée   Mer 12 Juil - 21:21


Il revenait de loin, le Chevaucheur lagran. Heureusement qu'il était entouré de femmes/femelles, qui tenaient à lui et 'avaient pas peur de s'opposer à lui. Pourtant, tout colérique qu'il puisse être, il n'avait jamais levé la main sur Cassiopée. Même alors qu'elle s'était interposée, qu'il était ivre de rage, aveuglé par la colère, il n'avait pas détourné sa violence contre elle. Et c'était plutôt une bonne chose, non ? C'était rassurant. Malgré ses craintes, il n'était pas comme son père... Mais c'était terminé désormais. Il avait passé la nuit dans la cabane renfermant les horreurs de son enfance et pourtant, la présence de Cassiopée, avait eu le pouvoir de conjurer toutes les ondes négatives qui semblaient résider dans cette maison qui avait abrité tant de tristesse et de souffrance. Pourtant, il était pressé de partir. De tourner définitivement la page. C'était son droit. Et un besoin. Tout était réglé, terminé. Il pouvait commencer une nouvelle vie, débarrassé des chaînes et boulets du passé, avec Cassiopée. Il s'était fait une raison : il n'était pas prêt de se débarrasser de la jolie blonde et comme elle était trop têtue pour fuir et bien... Tant pis pour elle. Il la garderait. Il lui avait donné l'occasion de partir. Plusieurs fois. Il ne se pensait pas assez bien pour elle. Il ne se pensait pas capable de la rendre heureuse, de lui apporter quoique ce soit et ne comprenait pas ce qu'elle lui trouvait. Mais soit.

Cassiopée se montra étonnamment silencieuse durant le trajet et il put sentir sa nervosité grandir alors qu'ils approchaient de la modeste masure. Oh... Elle était nerveuse à l'idée de rencontrer celle qui avait à moitié élevé Thomas... Celle qui avait su lui apporter un peu de douceur et d'espoir quand il était un enfant taciturne et craintif de son père. Elle avait fait beaucoup pour lui et l'avait ancré dans une réalité autre que celle de son père. Sans doute lui avait-elle apporté une stabilité qui l'avait empêché de basculer et de devenir comme son géniteur. Il avait apprit à lire et écrire avec elle, elle lui avait conté des histoires, elle avait recueilli ses larmes, s'était attendri de ses rires, trop rares.

Et elle fut naturellement ravie de revoir son protégé, de pouvoir le serrer dans ses bras. Il avait bien grandi. Il n'était plus le petit garçon qu'elle pouvait prendre sur ses genoux et cajoler. Elle n'avait pas pu le faire bien longtemps, il s'était vite rebellé et n'avait plus supporté ce genre de contact en grandissant. Il s'était montré réservé, discret, lui accordant parfois un sourire, alors que ses rires s'étaient éteints. Elise s'intéressa alors à Cassie, et la remercia pour tout ce qu'elle avait fait, alors que Thomas esquissait un léger sourire moqueur, ravi de la voir perdre un peu de sa contenance. Pour une fois que c'était elle qui était malmenée, il avait bien le droit d'en profiter un peu. Et il laissa volontiers la jeune mage aux questions d'Elise. Qui devina naturellement qu'ils étaient devenus des amants.

« Oui, même si, à mon avis, cela aurait pu arriver bien plus tôt ! »

Thomas grinça un peu des dents. Comment ça avant ? Qu'avait-il donc dit à Elise au sujet de Cassiopée pour qu'elle en tire la conclusion que cela faisait bien longtemps qu'il nourrissait des sentiments pour elle ? Il se demandait encore comment elle pouvait se montrer si clairvoyante, à croire qu'elle lisait dans les esprits ou les cœurs. Mais Cassiopée n'était pas du genre à ne pas rendre la monnaie de sa pièce à quelqu'un, et il se figea quand elle parla mariage, avant de se retourner brusquement vers elle, scandalisé.

« Cassie ! »

Quant à Elise, elle éclata de rire, avant de serrer Cassiopée dans ses bras.

« Oh toi, je t'aime déjà, je sens que nous allons bien nous entendre. Thomas a besoin qu'on lui secoue un peu les puces. Alors Thomas, quand vas-tu épouser cette formidable jeune fille ? »

Il les regarda tour à tour, sentant bien la une ligue féminine contre sa personne et se ferma, contrarié.

« Quand on ne me forcera pas la main. Même si, techniquement, j'aurais déjà du le faire... »

Il avait murmuré la suite. Il lui avait volé sa virginité. Il aurait du l'épouser aussitôt. Mais... Il n'avait pas osé. Il n'osait pas se lier à elle de cette façon, pas encore. Il lui fallait du temps pour accepter la situation entre eux.

« Vous avez déjà... ? Oh... »

Elise sourit en coin. Elle aurait du être scandalisée, mais elle était tout simplement heureuse et malgré l'air renfrogné de Thomas, elle voyait bien qu'il était plutôt heureux. Il pinça les lèvres, un peu raide devant la constatation d'Elise. Celle-ci le remarqua mais ne dit rien, préférant interroger Cassiopée :

« Alors dis-moi, comment c'est arrivé ? Comment tu lui as retiré ses œillères ? »

_________________
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey —
Lion's tears
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 231
J'ai : 27 ans
Je suis : Outreparleuse au service de Liam d'Outrevent. Mage du Printemps.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent.
Mes autres visages: Chimène de Faërie
Les Mages
Message Sujet: Re: Détourne les yeux | Cassiopée   Mar 8 Aoû - 20:10


Cassie affronta l'exclamation scandalisée de Thomas avec un air angélique et un sourire narquois. Ca lui apprendra ! Même si effectivement ils n'avaient jamais parlé mariage en y repensant. Il faut dire que la jeune mage prenait comme cela venait de son compagnon, il était inutile de lui forcer la main et elle le savait parfaitement. Néanmoins, elle n'avait aucune honte a lui balancer ce genre de petite pique. Même si au fond, elle ne tenait pas tant que cela au mariage. Bien sûr cela officialiserait les choses entre eux et leur apporterait une certaine respectabilité mais cela n'était qu'une cérémonie devant les dieux. Pas grand chose en fait....Bon ok, peut être réaliser un rêve de petite fille, cependant ce n'était pas son soucis premier. Elle sourit devant le rire d'Elise, une lueur de malice dans les iris

Sentir Thomas dans ses petits papiers n'avait pas de prix décréta-t-elle en affectant une mine innocente. Cela dit, Elise comprit rapidement qu'il devenait urgent de se marier, savait on jamais, il suffisait que Cassie tombe enceinte pour que ce soit la catastrophe, même si pour le moment la chance semblait avec elle, elle était consciente que cela ne durerait pas.

« Ne vous inquiétez pas, Elise, il finira bien par se rendre compte de quelle formidable femme je suis et qu'il vaut mieux m’enchaîner avant que l'on ne me vole à lui....Ca prend un peu de temps, il est particulièrement têtu, c'est tout. »

Rit la jeune mage avant de piquer un léger fard lorsqu'Elise se montra plus curieuse. Mmmh....Alors comment lui dire ça sans paraître scandaleuse ? Allons, allons Cassie, regarde les choses en face, tu as été scandaleuse ! Oui, certes, vu comme ça. Alors autant assumer ses actes non ? Bien sûr que si ! Et puis elle ne voyait pas de condamnation ou de jugement dans les yeux d'Elise. Alors elle eut un sourire éclatant :

« Je l'ai séduis honteusement bien sûr ! »

Elle se tapota la lèvre, un peu pensive :

« Ce qui ne fut pas facile en y repensant, je ne suis pas vraiment douée pour cela voyez vous, sans compter qu'il m'a fallu user des grands moyens. J'ai même dût nager dans une eau froide et piquer une fausse crise de panique devant une araignée imaginaire c'est pour dire. Il faut dire qu'il s'était mis des idées totalement farfelues dans la tête.»

Et pas qu'un peu, il avait même fallut que Cassie se fâche tout rouge devant les énormités qu'il lui avait dite. Pas assez bien pour elle, pas stable, ce genre d'inepties qui l'avaient proprement agacée et cela se voyait au pli frondeur qu'avait prit sa bouche à ce souvenir.

« Bien sûr, j'ai fini par attraper un rhume. »

A folâtrer nue dans la nature après un bain froid, évidemment. Néanmoins, il était évident, en la regardant, qu'elle ne regrettait absolument rien des actes qui l'avait conduite dans les bras de Thomas. Ou Thomas dans les siens, c'était une question de perspective en définitive.

_________________


il suffit parfois...
"Le printemps est arrivé, la belle saison, l'amour et la joie sont revenus chez toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Détourne les yeux | Cassiopée   

Revenir en haut Aller en bas
 
Détourne les yeux | Cassiopée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» SORBET ~ Mon Clov à moi ! >:D
» Tu veux mourir ? Non ? Alors détourne les yeux !
» [Validée]ne le regardez pas dans les yeux!
» Je n'aurais peut être pas dù (pv Samus)
» Aux yeux du souvenir...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Faërie :: Cibella-
Sauter vers: