AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pourquoi jouer les étonnés ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Guerriers
avatar

Messages : 601
J'ai : 37 ans
Je suis : garde du corps d'une Compagne lagrane

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Guilde des Guerriers et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Castiel • Louis • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Les Guerriers
Message Sujet: Pourquoi jouer les étonnés ?   Dim 29 Jan - 9:37


Livre II, Chapitre 1 • Livre II, Chapitre 2 • La Fortune des Flots
Denys du Lierre-Réal & Octavius le Rouge

Pourquoi jouer les étonnés ?

Ou quand il y a raison d'être surpris, en fait



• Date : Le 20 février 1002.
• Météo : Fraîche soirée d'hiver en Lagrance ; la neige tombe, sans un souffle de vent.
• Statut du RP : C'est un RP de Biquette et moi.
• Résumé : Octavius a récemment pris ses fonctions et s'ennuie ferme, à l'une des premières soirées où il doit surveiller la Compagne sous sa garde. Il ne manque pas d'attirer l'attention du duc de Lagrance, qui ne pensait certainement jamais voir cet homme prendre son hospitalité au sérieux.
• Recensement :
Code:
• [b]20 février 1002 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t1705-pourquoi-jouer-les-etonnes]Pourquoi jouer les étonnés ?[/url] - [i]Denys du Lierre-Réal & Octavius le Rouge[/i]
Octavius a récemment pris ses fonctions et s'ennuie ferme, à l'une des premières soirées où il doit surveiller la Compagne sous sa garde. Il ne manque pas d'attirer l'attention du duc de Lagrance, qui ne pensait certainement jamais voir cet homme prendre son hospitalité au sérieux.


_________________
Dialogues en sienna



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 601
J'ai : 37 ans
Je suis : garde du corps d'une Compagne lagrane

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Guilde des Guerriers et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Castiel • Louis • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Pourquoi jouer les étonnés ?   Dim 29 Jan - 10:08

Et souriez un peu, par Alior, on dirait une gargouille, lui a assené la dame Angélique avec exaspération, avant même qu’ils arrivent dans le domaine de… d’il ne sait plus lequel, mais dans un domaine noble quelconque. Et Octavius a essayé, oui, mais non, il n’a pas réussi. Et ça ne risque pas d’arriver alors que depuis maintenant plus d’une heure, il est debout dans un coin de la salle de réception, à détailler la foule en silence sans même cacher son ennui. Expression qui doit bien se confondre avec son air maussade habituel, de toute façon. À quoi bon ?

L’homme est arrivé en Lagrance il y a quatre jours, dûment équipé de tous les documents justifiant son entrée dans l’empire de la magie et plus précisément le duché des Jardins, et depuis, tout s’est fait… difficile serait probablement le mot approprié, mais il préfère encore parler de rudesse générale. Le choc culturel est rude, oui, et les Lagrans aussi. Pas uniquement parce que dans un moment où Faërie a rongé les frontières ibéennes lors d’une attaque-éclair (dans laquelle il a d’ailleurs été pris au piège), on peut difficilement penser qu’il est autre chose qu’Ibéen et qu’on l’arrête donc à tous les deux pas pour quémander ses autorisations de résider en Lagrance. Son caractère rustre semble plutôt être le point le plus choquant pour ces Faës. Probablement qu’il ne pourra jamais chasser le regard à la fois choqué, déçu et… et il ne saurait pas dire, de la Compagne qu’il a désormais sous sa protection.
Peut-être du dégoût, en fait.

Au moins, en Lagrance, il y a Maelys.

C’est à l’agréable pensée de la Chevaucheuse qu’Octavius se raccroche, bien que ses yeux pâles suivent au loin la silhouette de la dame Angélique. Il a ordre de la surveiller, mais de ne pas se faire menaçant, mais de rappeler sa présence au besoin, mais d’être discret, mais de savoir intimider, le tout sans être trop vu. Ce qui est impossible, rappelons-le, et l’amas d’ordres étant rudement incohérent, il se contente de rester silencieux. Immobile. Et de guetter ses déplacements, alors qu’elle évolue au bras du baron de… de quelque part, oui.
Il a un sérieux travail d’apprentissage à faire, l’Ibéen, et pas uniquement pour apprendre à supporter la vue de toutes ces couleurs pastel.
Il tripote pensivement les poignets de sa chemise, dame Angélique lui en a fourni de nouvelles après qu’elle ait constaté l’état déplorable de la majorité de sa garde-robe (« garde-robe », juste ce mot est fort), lorsqu’il avise le duc Denys… s’avançant vers lui. Vraiment vers lui, en fait, et pas parce qu’une jolie dame, ou sa femme, est fortuitement à ses côtés. « Votre Grâce, salue poliment le guerrier, à la fois étonné et méfiant. Je suis parfaitement en droit d'être ici, je vous assure », qu'il se défend aussitôt, déjà prêt à devoir sortir, encore, ses foutues autorisations.

_________________
Dialogues en sienna



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 3692
J'ai : 33 ans
Je suis : le duc de Lagrance, marquis du Lierre-Réal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lagrance avant tout, à l'Ordre du Jugement, à moi même et dans une moindre mesure à l'empire de Faërie
Mes autres visages: Hiémain de Sylvamir, Anthim d'Erebor, Rackham l'Îlien et Joséphine Siguardent
La Noblesse
Message Sujet: Re: Pourquoi jouer les étonnés ?   Jeu 9 Mar - 2:15

La rumeur n’avait pas tardé à faire le tour d’Edenia. Celle déclarant très précisément que la belle et distinguée Angélique, compagne à la Cour de Lagrance, s’était trouvée pour protecteur un guerrier de Bellifère et ancien double champion du Tournoi des Trois Opales. Ca avait de quoi faire jaser les lagrans friands de potins toute cette histoire. Et aussi d’attiser les regards de mépris et les moqueries incessantes. Comment ne pas entendre les mots sur le dénommé Octavius quand il n’était plus question que de ça dans les salons où se rendait la compagne ? Denys qui était au fait de bien des choses n’avait pas raté une information aussi croustillante, et n’était pas sans s’interroger sur les raisons du guerrier à venir trouver un emploi en Lagrance. Difficile de le nier, l’homme n’affichait pas sur son visage une affection particulière pour le duché des jardins ni pour la finesse qu’on y trouvait. Pourtant, il avait lui même signé l’ordre de passage de la frontière et les passes droits sur le territoire de Lagrance. Une promesse qu’il avait fait au cœur des bas fond de Lorgol, à la sortie de ces fichus canaux où le duc s’était retrouvé enfermé en la présence du guerrier, d’une voleuse et de Maelys. Soit, il ne s’attendait pas à ce que ses mots soient prit à la lettre, mais parce que le guerrier était compétent et parce qu’il lui avait sauvé la vie, Denys avait accepté de l’accueillir en Lagrance malgré la guerre entre Ibélène et Faërie.

Demeurait toujours le pourquoi.

Une question qui enflammait dangereusement les rumeurs d’ailleurs. Certains disaient que c’était pour fuir la guerre. Et d’autres disaient que c’était pour une femme. Cette dernière option était de loin la  plus amusante. Etait-ce seulement pour cette raison que le duc avait daigné laisser ses semblables pour se diriger vers le guerrier à la mine patibulaire et affectant un visage bougon dans un coin de la salle. Il avait beau essayé de se faire discret, personne ne le ratait pour autant. Les lagrans avaient le chic pour repérer les mauvaises herbes dans les plus beaux jardins. Le duc pourtant n’en était pas dégouté, et il s’amusa de voir le visage du guerrier se fendre de surprise à son approche. La remarque de celui-ci lui provoqua un vif sourire suivit d’un rire un peu moqueur. A son tour il le salut, avec une certaine hauteur malgré tout.

« Je le sais, j’ai signé vos autorisations moi même. Mais je dois avouer que j’étais à des lieues de me douter que vous viendriez un jour en Lagrance pour vous y installer. Qu'est-ce qui vous a décidé ? » A grande peine, il se retient d’ajouter une remarque légèrement trop moqueuse, même si peu lui importait de froisser ce grand guerrier qui semblait… aussi émotif qu’un bout de mur à vrai dire. « J’ai ouïe dire que vous étiez au service de la dame Angélique. Son service et votre nouvelle vie ne vous dépaysent pas trop ? » Quelle question ! Bien sur qu’il devait être complètement perdu. La question n’était que rhétorique pour Denys, mais il avait la curiosité de voir comment le guerrier saurait lui répondre. Sans doute pas avec la plus fine des éloquences.

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Les Guerriers
avatar

Messages : 601
J'ai : 37 ans
Je suis : garde du corps d'une Compagne lagrane

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Guilde des Guerriers et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Castiel • Louis • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Pourquoi jouer les étonnés ?   Mar 2 Mai - 19:46

Bien qu’il se moque, le duc Denys ne semble pas en vouloir à la légitimité de sa présence, reconnaissant même plutôt être celui qui a permis toute cette nouvelle aventure : « Je le sais, j’ai signé vos autorisations moi-même. Mais je dois avouer que j’étais à des lieues de me douter que vous viendriez un jour en Lagrance pour vous y installer. Qu'est-ce qui vous a décidé ? Des… raisons personnelles », répond évasivement le guerrier. Élevé dans une société martiale, il marque lui-même avec beaucoup de respect et de déférence l’écart entre un haut gradé et lui-même, entre la noblesse et le roturier qu’il a toujours été. S’entretenir de sa vie personnelle avec un duc n’est pas dans le champ de ses possibles… à moins qu’on ne le lui oblige formellement.
Il n’irait pas jusque là, n’est-ce pas ? Ça ne lui semble pas être le genre des Lagrans, d’être si directs et incisifs, mais que sait-il vraiment de ce peuple étranger ? Il n’a dans sa tête que mille préjugés quant à leur sujet et tout à déconstruire.

« J’ai ouïe dire que vous étiez au service de la dame Angélique. Son service et votre nouvelle vie ne vous dépaysent pas trop ? Il reste de marbre, malgré la question qui, honnêtement, l’embête. Qui répond trop à tout ce qui se passe difficilement depuis les quatre derniers jours. Il n’est pas au bout de ses peines. C’t’un peu tôt pour dire c’que j’pense de ma nouvelle vie, mais ça... va. Et la dame Angélique est... Un silence, de quelques secondes, avant qu’il se décide pour un mot. Ne jamais parler en mal de la personne qui vous emploie: à tous les coups, ça vous retombera sur la gueule. ... polie. » Agréable ? Oui, mais pas avec lui. Gentille ? Étrangement, ce n’est pas un mot qu’il se voit accoler à sa moue maligne et à son regard fureteur. Polie ? C’est encore tout ce qu’il peut dire de positif à propos d’une femme qu’il ne connaît pas et qui ne manifeste aucune intention de le connaître lui. Cette fois, Octavius esquisse ce qui ressemble à un sourire poli, justement, peu désireux de laisser une mauvaise impression de sa patronne : « Lagrance est… très différent d’où j’ai vécu, mais c’pas désagréable. Juste différent. J’ai encore beaucoup d’choses à apprendre sur vot’ duché, Votre Grâce, et j’espère que la dame Angélique s’ra contente d’mon travail auprès d’elle. » Un jour, peut-être ; il n’y a pas à perdre espoir.

_________________
Dialogues en sienna



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 3692
J'ai : 33 ans
Je suis : le duc de Lagrance, marquis du Lierre-Réal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lagrance avant tout, à l'Ordre du Jugement, à moi même et dans une moindre mesure à l'empire de Faërie
Mes autres visages: Hiémain de Sylvamir, Anthim d'Erebor, Rackham l'Îlien et Joséphine Siguardent
La Noblesse
Message Sujet: Re: Pourquoi jouer les étonnés ?   Jeu 22 Juin - 12:03

La curiosité était peut-être un peu déplacée et il était rare que Denys en soit ainsi joueur. Était-ce parce que l’homme en question était un guerrier de Bellifère à l’origine plus que modeste et que lui était duc ? Il y avait certainement un peu de cela. Et aussi parce que les rumeurs qui tournaient sur lui étaient réellement nombreuses, assez pour titiller son intérêt. Et aussi certainement parce que l’homme ne lui était pas inconnu et lui avait sauvé la vie. C’était une forme de récompense que de s’intéresser à son cas, qu’il n’en doute pas. Mais force était de constater - et la chose n’était pas difficile - que le dénommé Octavius n’avait guère l’air enchanté de faire face au maître du duché qu’il avait décidé d’habiter. Les réponses sont évasives, Denys n’en attendait pas moins.

« Je vois. » Répondit-il distraitement comme si cela avait au fond peu d’importance. Il n’était pas non plus vexé qu’on ne lui réponde pas plus précisément. Il n’était pas curieux au point d’insister et certainement pas en pénétrant la vie privée des autres. Le respect était une chose fondamentale, quand bien même il avait face à lui un Ibéen qui n’avait pas grand chose à faire dans le duché des arts et des jardins. Mais soit, il resta poli et aborda un autre sujet, qui serait sans doute plus porteur de réponse. Il aurait certainement d’autres occasions d’en apprendre plus sur les raisons de sa venue ici. Et si ce n’était pas le guerrier qui lui disait en face, les rumeurs auraient vite fait d’apporter de nouveaux éléments.

Difficile de lire dans le regard et sur le visage du guerrier. Doué pour percevoir les expressions de ses interlocuteurs, Denys faisait face à un homme au visage de marbre. Intéressante maîtrise de soi, mais cela n’empêchait pas au duc de faire d’ores et déjà des suppositions. Il savait de toute façon que ses mots étaient pièges et trompeurs, que tout ce que pourrait répondre Octavius était susceptible de se retourner contre lui. Bien entendu, il n’était pas dans les projets de Denys de porter le moindre préjudice à cet homme qui l’avait aidé et à qui il avait offert asile, mais il y avait quelque chose d’amusant dans cette démarche. Et sans doute serait-ce un bon exercice pour le guerrier, qui n’avait peut-être pas pleinement conscience dans quel monde il entrait. Les Lagrans n’étaient peut-être pas de fiers et forts combattants, mais ils disposaient d’une arme toute aussi redoutable. Les mots et l’esprit, à l’instar des Cielsombrois, maniés avec adresse et finesse. Sur le territoire même des fils et filles des jardins, il valait mieux être très prudent avec ses mots.

« Polie ? » Répète-t-il, un instant surpris du… compliment ? En était-ce vraiment un, là était la question. Sans doute était-ce le seul qualificatif qu’avait le guerrier pour décrire sa patronne, de manière élogieuse. Il fallait dire que malgré tous les talents de la dame Angélique, elle était pour le moins… particulière. En tout cas, bien des commentaires se chuchotaient sur le passage de la jeune femme. Et toute Compagne talentueuse soit-elle, elle n’avait jamais guère attiré le regard de Denys. « Elle n’a pas un caractère facile, mais vous ne devriez pas avoir beaucoup de contrariétés en étant à son service. » Assure-t-il. Pas de contrariété et surtout peu d’action. La vie de Compagne n’était pas des plus dangereuses, et surtout pas en Lagrance où le métier était plus que respecté. « En ces temps de guerre, mon duché à la chance de connaître un semblant de tranquillité. J’espère qu’il vous restera agréable. Même si vous devez sans doute préférer l’action. » C’était un jugement. Rares étaient les fois où Denys en usait, lui qui préférait observer plutôt que de porter des conclusions hâtives. Néanmoins, il se ravisa avec un sourire, continuant d’un ton léger. « Je suppose du moins. Mais il est vrai qu’encore une fois, je ne m’attendais pas à ce qu’un guerrier comme vous, ancien champion du Tournoi des Trois Opales, fasse le choix de s’installer si loin. » D’une manière détournée, il tente de relancer le sujet du pourquoi, la curiosité toujours tenace.

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Les Guerriers
avatar

Messages : 601
J'ai : 37 ans
Je suis : garde du corps d'une Compagne lagrane

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Guilde des Guerriers et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Castiel • Louis • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Pourquoi jouer les étonnés ?   Mer 5 Juil - 2:42

il fallait s’y attendre : son compliment des plus inusités résonne, chez le duc, et lui arrache même un : « Polie ? » surpris, que le guerrier approuve d’un léger signe de la tête, avant de poursuivre à propos de sa nouvelle vie en Lagrance. Surprenant, mais apparemment pas déplacé. Pas un faux pas, encore. Il ose, quelques secondes, être soulagé de ne pas déjà avoir gâché quoi que ce soit avec son manque d’esprit et de maîtrise du discours, mais le soulagement est de bien courte durée. Car, voyons, ce serait espérer un peu trop, que d’envisager que le duc se satisfasse de cette réponse et aille ensuite chercher bien plus agréable compagnie ! « Elle n’a pas un caractère facile, mais vous ne devriez pas avoir beaucoup de contrariétés en étant à son service. » Octavius hausse un sourcil sceptique. Pas un caractère facile. Au premier abord, franchement, il a bien pensé qu’elle ressemblait à toutes les Lagranes qu’il a pu rencontrer dans sa vie, outre Maelys, qui est Lorgoise et ne compte donc pas. Pas qu’il en ait rencontré beaucoup, loin de là, mais toutes lui ont semblé… ainsi. Hautaines et raffinées, avec un désir de bien paraître en toutes circonstances, et mille roueries cachées sous les soieries de leurs tenues.

Quoique là, il lui fait peur. Si elle n’a pas un caractère facile pour une Lagrane, c’est que le pire est à venir.

« En ces temps de guerre, mon duché à la chance de connaître un semblant de tranquillité. J’espère qu’il vous restera agréable. Même si vous devez sans doute préférer l’action. Je suppose du moins. Mais il est vrai qu’encore une fois, je ne m’attendais pas à ce qu’un guerrier comme vous, ancien champion du Tournoi des Trois Opales, fasse le choix de s’installer si loin. » Il lui fait regretter de ne pas pouvoir s’installer encore plus loin. Emporter Maelys avec lui, l’installer dans un foyer qui soit encore plus éloigné de la ligne de front, et même de tout conflit autres que les leurs, dans tout le ridicule qu’ils possèdent. Octavius a un sourire un peu indulgent, pour ce duc qui ne sait pas grand chose de la guerre. Ni des guerriers. Faut vraiment tout leur apprendre, à ces Faës. « Les guerriers préfèrent la paix, Votre Grâce, même si mourir au combat est un honneur. Il y en a bien pour souhaiter les conflits, il y a toujours quelques illuminés de ce genre, mais pas lui. Il a eu son quota de blessures et l’aventure erebienne a encore un sale goût. J’serai très bien, j’vous assure, où l’action est pas celle qui risque de m’tuer, ou d’tuer des innocents et M... ma famille. Les gens qu’j’aime. J’crois que vous pouvez comprendre, encore plus alors qu’Sa Grâce Marjolaine est enceinte. » Il a failli déraper, mais il s'est repris rapidement, avant qu'il ne soit trop tard et que le nom de la dame qui règne sur son coeur et son choix de duché soit révélé.
Ha, s’il savait que Denys ne partage pas exactement ce sentiment, à vrai dire...

_________________
Dialogues en sienna



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 3692
J'ai : 33 ans
Je suis : le duc de Lagrance, marquis du Lierre-Réal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lagrance avant tout, à l'Ordre du Jugement, à moi même et dans une moindre mesure à l'empire de Faërie
Mes autres visages: Hiémain de Sylvamir, Anthim d'Erebor, Rackham l'Îlien et Joséphine Siguardent
La Noblesse
Message Sujet: Re: Pourquoi jouer les étonnés ?   Lun 17 Juil - 23:37

Allons donc, avait-il fait peur à Octavius par son vague commentaire sur Angélique ? Le haussement de sourcil, presque surpris, tendait à l’indiquer, sur ce visage aussi expressif qu’un mur de brique. Mais il était plaisant de noter que ce guerrier était capable de réaction et d’exprimer autre chose que l’ennui le plus total. Et d’inspirer autre chose que l’ennui aussi. Non que ce soit là ce que le duc ressentait face à cet homme, en vérité il était amusant de titiller le grand gaillard pour percevoir au delà du masque qu’il essayait de s’imposer. Ce n’était pas tous les jours qu’un Belliférien souhaitait faire le voyage en Lagrance et de surcroît y séjourner. Il devait vraiment y avoir une raison importante, et c’était cela qui intriguait le duc, réceptif à ces petits jeux tout lagran.

Ah oui, le jugement était peut-être faux. Pas que cela dérange plus que cela le duc qui n’avait en réalité que faire des états d’âme d’un guerrier. Ceci étant, s’il ne fut pas surpris de la remarque du guerrier, il ne put s’empêcher de penser que ce n’était pas totalement vrai. Car on ne pouvait dire d’un belliférien qu’il n’était pas belliqueux et ne recherchait pas la guerre. A ce qu’on disait, le prince Martial n’avait attendu que ça depuis des années et il en allait de même pour son peuple, désireux d’en découdre face aux forces Faës. Mais il n’en fit pas un commentaire, répondant juste d’un sourire légèrement moqueur au guerrier. Oui, des gens désiraient la guerre, fous diraient certains. Mais ne faisait-il pas parti lui même, d’une certaine manière, de ceux la désirant plus que tout pour mieux détruire les fondations mal formées et les recréer plus solidement ? Certains avaient conscience que les mauvaises herbes devaient être coupées, voire anéanties, pour repartir sur des bases plus… saine.

Lire entre les lignes. C’était si simple sur des personnes qui n’avaient pas l’habitude de savoir bien parler, de savoir jouer des mots comme savaient le faire les lagrans. Ainsi, impossible pour le duc de rater le presque dérapage du guerrier, ce qui ne fit qu’accentuer son sourire légèrement moqueur. Sa famille donc. Un rattrapage qui se voudrait presque… réussi. C’était loin d’être le cas.

« Oh je le comprend aisément oui. Nous autres lagrans n’apprécions guère cette violence inutile. Je ferais en sorte d’éloigner le plus longtemps possible mon peuple de ces tueries. » Il y avait de la vérité dans ces mots, car s’il désirait la guerre, Denys souhaitait au moins l’épargner à son duché. Même s’il savait que les sacrifices seraient… nécessaires. Ces quelques pensées l’effleurent à peine, il reprit : « Et donc, je crois pourtant savoir que votre famille n’est point résidante en Lagrance, mais plutôt en Bellifère. Et à ce qu’on dit, la guerre fait rage surtout là bas. » Il ne souhaitait pas forcément l’inquiéter, il supposait que l’homme avait parfaitement conscience de cet état de fait. Il ajouta quelques mots, entre taquinerie et moyen surtout de percer le mystère. « A moins que vous n’ayez fondé une famille ici. » Léger rire, toujours quelque peu moqueur.

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Les Guerriers
avatar

Messages : 601
J'ai : 37 ans
Je suis : garde du corps d'une Compagne lagrane

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Guilde des Guerriers et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Castiel • Louis • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Pourquoi jouer les étonnés ?   Sam 29 Juil - 1:25

Le duc est poli, toujours, mais il le devine dubitatif. Il ne croit pas ses mots et probablement aussi qu’il voit clair dans sa tentative un peu ratée de cacher la véritable raison de son déménagement en Lagrance. Il connaît bien trop cette expression moqueuse pour ne pas savoir qu’on se moque de lui, sans même qu’un mot soit dit. Ça a toujours été cela, dans toute sa vie, et il ne s’attendait pas à vivre autre chose dans le duché des Jardins. Du duc, cela dit… enfin, il ne s’attendait à rien du duc. Surtout pas qu’il vienne lui parler. « Oh je le comprend aisément oui. Nous autres lagrans n’apprécions guère cette violence inutile. Je ferais en sorte d’éloigner le plus longtemps possible mon peuple de ces tueries. » C’est encore tant mieux. Il hoche un peu la tête, Octavius, et si son regard dévie du duc, c’est uniquement pour chercher la gracieuse Angélique. Celle-ci est bien en vue, bien en vie, et l’oeillade qu’elle lui retourne est… maussade ? Il ne saurait pas dire.

Mais le duc reprend, sans se lasser de leur ersatz de conversation, et Octavius s’oblige à reporter son attention sur lui : « Et donc, je crois pourtant savoir que votre famille n’est point résidante en Lagrance, mais plutôt en Bellifère. Et à ce qu’on dit, la guerre fait rage surtout là bas. À moins que vous n’ayez fondé une famille ici. » Il cille. Un tic, discret, léger, au coin des lèvres. Une crispation de la mâchoire. Ce petit rire qui le hérisse. Qui lui rappelle Mayeul. Quelque chose dans cette façon de croire que lui ne peut pas avoir… quoi que ce soit. Jamais assez bien. « Ma famille est en Ibélène, loin des frontières, Votre Grâce. » Et il en est plus qu’heureux. Plus que rassuré, de savoir que si un jour une quelconque armée faë devait percer Ibélène encore plus profondément, rien n’arriverait aussitôt à sa famille. Ses soeurs et sa mère, toutes logées là où il n’y a aucun port, ni aucun portail, où les chemins sont battus de terre rouge et ne connaissent pas les pavés propres des villes, protégées par des époux et beaux-frères vaillants. Le Val n’a jamais été un oasis de paix, mais Octavius le voit presque ainsi, depuis que la guerre a été déclarée. « Pis l’est pas exclu qu’un jour j’fonde une famille en Lagrance. Pas… pas p’t’être pas maintenant, mais on sait pas c’que l’Destin nous réserve. Ses joues chauffent et brûlent, alors qu’il s’embourbe dans une explication inutile. ’fin, y’a de, d’jolies femmes, en Lagrance, et, je veux dire, pas que je cherche, mais, voilà, ça peut, pourrait, arriver. Un jour. Peut-être. Votre Grâce. » Ça ne lui déplaîrait pas. Avec une résidente de Lagrance en particulier.

_________________
Dialogues en sienna



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 3692
J'ai : 33 ans
Je suis : le duc de Lagrance, marquis du Lierre-Réal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lagrance avant tout, à l'Ordre du Jugement, à moi même et dans une moindre mesure à l'empire de Faërie
Mes autres visages: Hiémain de Sylvamir, Anthim d'Erebor, Rackham l'Îlien et Joséphine Siguardent
La Noblesse
Message Sujet: Re: Pourquoi jouer les étonnés ?   Ven 4 Aoû - 11:56

Il n’y avait pas besoin d’être un fin limier pour deviner que ce guerrier n’était pas quelqu’un d’adroit avec le discours, moins encore avec le mensonge. Cachottier oui, tout le monde l’était un peu (même le plus honnête des Outreventois) mais menteur, pas le moins du monde. Ce qui n’était certes pas un défaut, mais c’était un désavantage certain sur une terre où l’art de la parole et des mots était une arme très puissante. Faute de ne pas savoir l’utiliser, il convenait de ne pas se laisser avoir par ceux des autres et rester discret sur tout ce qui pouvait être dit. A l’évidence, ce cher Octavius n’en avait pas la moindre conscience. Mais après tout, cela l’intéressait-il seulement ? Le duc en doutait. Ce qui était bien dommage, car sous estimer cette arme, c’était s’y soumettre d’une certaine manière. Tout ce qui était dit pouvait un jour se retourner contre vous, aussi était-il important de faire preuve de prudence. Une prudence qui s’apprenait avec le temps, qui se devait d’être maîtrisée, comprise, répétée. Tout en Octavius, qu’il s’agisse de la parole ou de la maîtrise de ses expressions, montrait une prudence factice. La gêne contrôlait le reste. Curieusement, si la réaction fit sourire Denys, il n’eut pas l’air de se moquer cette fois-ci, accordant même un soupçon de bienveillance dans son regard.

« Je vous le souhaite. » Concède-t-il avec presque sincérité. Presque. Mais après tout, chacun avait le droit de trouver son bonheur quelque part. Si tel était celui d’Octavius, alors il n’y avait pas lieu de s’en moquer. Fonder une famille était d’ailleurs l’objectif de bien des gens ici bas. « Prudence néanmoins de la manière dont vous y prendrez. Les filles de Lagrance ne sont pas celles de Bellifère. » Bien que c’était là une évidence. Ici, il n’était pas tradition d’enlever les femmes pour les marier. Et si d'aventure il devait avoir vent d’une telle méthode, les choses ne se passeraient pas forcément bien pour ce guerrier expatrié. Faire une telle faute de goût et de bon sens en Lagrance était aisément condamnable.

Une nouvelle fois, un silence - certainement de malaise - s’installa. Juste le temps pour le duc de poser son regard sur l’assistance et de croiser le regard de la dame Angélique, visiblement vexée qu’il préfère converser avec un imbécile de guerrier plutôt qu’une fine femme comme elle. Il eut un sourire en sa direction, un léger signe de la main et un regard signifiant qu’il allait venir, puis se retourna vers le guerrier une dernière fois.

« Il me semble que je vous ai dérangé assez longtemps. Mais… avant que je ne parte, j’aurais un dernier conseil à vous donner. » Le sourire quitta une seconde son visage, lequel redevint aussi sérieux que le son de sa voix. « Vous pensez peut-être échapper à la conversation ici et là par votre statut de simple garde du corps, mais ne vous appuyez pas trop sur cette certitude. Je vous en donne la preuve à cet instant même. L’étrange et l’inhabituel attire la rumeur. Vous attirez la rumeur. Sachez garder pour vous ce qui a de l’importance, à défaut de maîtriser les mots. Car le peu que vous m’avez dit est amplement suffisant. Et si ces quelques sujets n’ont que peu d’importance, d’autres sauraient certainement vous porter préjudice. » Il eut une légère pause puis reprit une dernière fois. « Il n’y a jamais rien d’anodin. » Pour qui sait maîtriser les mots. En un instant, il reprit le masque de la soirée, mondain et plus souriant. « Je vous souhaite une bonne soirée. » Une bonne soirée. Qui ne serait évidemment que surveillance, et peut-être un peu plus de paranoïa. Après tout, il le savait, Denys, que le simple fait d’avoir parlé avec ce guerrier, sous le regard de tous, n’allait faire que enfler un peu plus les rumeurs. Plongé au cœur des mœurs de Lagrance. Il esquissa quelques pas pour se détourner, sans attendre de révérence ou de salut de la part du guerrier.

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Les Guerriers
avatar

Messages : 601
J'ai : 37 ans
Je suis : garde du corps d'une Compagne lagrane

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Guilde des Guerriers et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Castiel • Louis • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Pourquoi jouer les étonnés ?   Dim 6 Aoû - 2:15

Il espère secrètement que le duc n’ait rien compris de son charabia confus et mette le tout sur une quelconque stupidité, qu’on lui prête déjà, et laisse la conversation là où elle est. Secret, mais pas menteur, il n’a jamais apprécié parler de lui, de sa vie, et en tant que garde du corps, c’est encore moins son travail. Il devrait passer inaperçu, même, mais plus la soirée avance, plus la chose lui semble difficile. On pourrait l’habiller traditionnellement qu’il n’en ressortirait que davantage, au milieu des Lagrans raffinés et délicats. Tristement, le duc Denys, en plus d’être intelligent, a apparemment une ouïe suffisamment développée. « Je vous le souhaite. » Octavius hoche un peu la tête, remerciement silencieux de ce souhait qu’il croit sincère. Il l’espère, dans tous les cas, et il choisit de le prendre comme tel. Il n’est ni naïf, ni idéaliste, il se doute bien que le duc de Lagrance n’a pas grand chose à faire de ses petites affaires personnelles, mais… peut-être qu’il y a tout de même un peu de vérité. « Prudence néanmoins de la manière dont vous y prendrez. Les filles de Lagrance ne sont pas celles de Bellifère. » Il cille un peu, tique un peu, mais se mord la langue. Retenant un commentaire un peu amer à ce propos. Comme s’il ne le savait pas ! Comme s’il n’avait pas remarqué !

Si ça avait été un crétin inutile, du genre de Serenus, ou de Mayeul, il ne se serait pas gêné.
Là, il se retient. De répondre et même de bouger. Au moins, il comprendra qu’il le sait déjà.
Puis, de toute façon, il n’est pas entièrement de Bellifère.

Le guerrier suit les gestes du duc, alors qu’il salue de loin la dame Angélique, qui lui retourne la grâce avec obligeance, sans jamais les quitter du regard. Elle ne risque pas d’avoir que des compliments à son égard, elle, lorsque la soirée sera terminée… il le sent. « Il me semble que je vous ai dérangé assez longtemps. Mais… avant que je ne parte, j’aurais un dernier conseil à vous donner. » Il se penche un peu, Octavius, afin de recueillir les mots du duc, qui a baissé la voix. Des mots qui sont en fait des conseils, destinés à ses oreilles de néophyte, de nouveau venu en Lagrance. Il pourrait mal les prendre, mal les assimiler, mais quelque chose lui glisse que c’est plutôt une faveur. Une mise en garde, pour des êtres pires que lui, plus malveillants que lui. Une grâce qui s’achève avec un sourire, comme si rien ne s’était dit. Rien ne s’est passé. Le masque, en une seconde, est remis. « Je vous souhaite une bonne soirée. Bonne soirée à vous, Votre Grâce. » Il est déjà dos à lui et ne peut pas voir la salutation qui lui est destinée, mais il peut entendre ses mots. Les siens, quant à eux, résonnent dans la tête du Rouge, qui y réfléchira pendant toute la soirée. Pendant plusieurs jours, semaines, mois.
Quand quels jardins infestés de serpents a-t-il déménagé, lui qui les déteste tant ?

_________________
Dialogues en sienna



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Pourquoi jouer les étonnés ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kess Ke ça vaut lé Z'orks en V6?
» Pourquoi les pommes sont-elles rondes ? (PV - Kallo Hone)
» JOEL POURQUOI VOTRE PETIT INOSANG A SI PEUR DE LA PRISON ET DE L'EXIL ???
» Pourquoi Haiti est-elle si pauvre ?
» Pourquoi les nègres sont-ils des xénophobes?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Faërie :: Lagrance-
Sauter vers: