AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 De la sagacité d'une rencontre fugitive | Mayeul

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 205
J'ai : 45 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor, Philippe Jedidiah
Mes autres visages:
Le Pavillon Noir
Message Sujet: De la sagacité d'une rencontre fugitive | Mayeul   Dim 29 Jan 2017 - 15:11


Livre II, Chapitre 2 • La Fortune des Flots
Mayeul de Vifesprit & Sicq Qoraïch

De la sagacité d'une rencontre fugitive



• Date : 13 décembre 1001, en soirée
• Météo : Froid et humide, ça sent la neige !
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Sicq traîne sa peine à Lorgol, embêté de n'avoir pu rentrer en Erebor pour l'hiver. Il vagabonde sans but dans les rues de la Ville Basse à la recherche d'une distraction, sans porter attention à où il va et rencontre par hasard Mayeul, dont il a vaguement fait la connaissance lors du Tournoi.
• Recensement :
Code:
• [b]Date :[/b] 13 décembre 1001 [url=http://arven.forumactif.org/t1708-de-la-sagacite-d-une-rencontre-fugitive-mayeul]De la sagacité d'une rencontre fugitive[/url] - [i]Mayeul de Vifesprit & Sicq Qoraïch[/i]
Sicq traîne sa peine à Lorgol, embêté de n'avoir pu rentrer en Erebor pour l'hiver. Il vagabonde sans but dans les rues de la Ville Basse à la recherche d'une distraction, sans porter attention à où il va et rencontre par hasard Mayeul, dont il a vaguement fait la connaissance lors du Tournoi.


_________________


[ Tout comme le fracas des vagues ]

Sicq parle peu, mais en #ff3300


Dernière édition par Sicq Qoraïch le Dim 29 Jan 2017 - 15:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 205
J'ai : 45 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor, Philippe Jedidiah
Mes autres visages:
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: De la sagacité d'une rencontre fugitive | Mayeul   Dim 29 Jan 2017 - 15:12

Tout un hiver à Lorgol. Je sais qu’il n’est pas sage de me mettre maintenant sur les routes d’Erebor. Elles ne sont désormais plus sûre, même pour les plus nobles et les plus braves d’entre-nous, mais qu’en est-il donc pour un vulgaire pirate ? J’ai le cœur serré par cette décision et quand bien même je l’ai ruminée des semaines dans l’air marin et le sel, je ne parviens pas à m’en satisfaire. C’est un choix de raison, pragmatique. Je l’ai toujours été. Mais c’est la première fois depuis bien des années que je ne rentrerai pas suivre le clan Qoraïch le temps que dure l’hivernage. Les pirates ont-ils le droit d’être nostalgiques ? Sans doute. Mais je suis le seul qui n’ait rien pour la noyer quand tombe la neige. A part la morosité, sans doute, mais eh, d’aucun dirait que guerre ou pas, cela ne m’en rend pas moins taciturne.

Cette pensée fait naître un sourire froid et amer sur mon visage, alors que je dégringole dans les rues de Lorgol. Je me demande si mon affection pour la Ville Basse va grandir, après de si longues semaines passées ici. L’Audacia n’est à quai que depuis quelques jours, et je me lasse déjà du port, de son odeur et de ses soulards. Alors je pousse plus loin, presque curieux de rencontrer la Cour des Miracles où l’une des nombreuses légendes dont parle le peuple quand il se calfeutre pour la nuit, à l’écart des regards. J’ai beau être, moi aussi, un scélérat de premier ordre – bien que je ne me plais pas à le reconnaître – je déambule avec prudence, l’œil aux aguets, conscient que je ne suis pas ici sur mon territoire. Curieux et méfiant, j’entends bien découvrir Lorgol sous un nouveau jour, ou plutôt, une nouvelle lune. Quitte à y être coincé, autant en retirer quelque chose… bien que je ne sache pas encore ce que ce gain pourrait bien être.

Je suis la bonne volonté de mes pieds, choisissant mon chemin au hasard, jusqu’à ce que des éclats de voix m’attirent dans une ruelle perpendiculaire, laissant chacun de mes pas me mener vers une issue inconnue, taverne joyeuse ou guet-apens mortel. N’est-ce pas aussi cela, l’attrait de la Ville Basse, que tout Arven aime et déteste ? Les bras serrés autour de moi, à la fois défensif et indifférent, je déboule sur une petite place où se mêlent groupes hétéroclites de soudards et gens plus ou moins braves, à qui mon arrivée ne provoque pas plus qu’un battement de cils. Je me fonds encore à cette populace, malgré l’éloignement du port, alors je bats le pavé autour d’eux, sans véritablement savoir si je cherche plus la distraction où la raison de pour m’évader et retourner, seul, risquer ma gorge dans les venelles. Involontairement, mes oreilles traînent néanmoins, et je taquine la poche où sont hébergés mes dés, trop rarement utilisés. Peut-être est-il une partie où tenter ma chance et gonfler un peu les parts qui me sont revenues après des mois de rapines…

Distrait, les yeux perdus vers les mains qui s’agitent au gré des conversations, j’évite de justesse une silhouette évoluant en sens inverse. « Eh. Fais… Désolé. » Je m’étais apprêté à apostropher l’importun pour avoir manqué de me bousculer, avant de me rappeler que je n’étais pas ici en position d’exiger des excuses injustifiées. Je me reprends donc, avec une expression travaillée, perturbé par les traits de l’inconnu qui me paraissent étrangement familiers. Je suis mauvais avec les noms, particulièrement avec les rencontres fugaces, bien fréquentes dans cette part du monde. Après une seconde d’hésitation, je fais mine de m’en aller, mais m’interromps, sourcils froncés. « On s’connaît pas de quelque part, vous et moi ? » Manœuvre peu délicate au vu du quartier où je me trouve, s’il en est. Chère prudence, pourquoi me faire maintenant défaut ?

_________________


[ Tout comme le fracas des vagues ]

Sicq parle peu, mais en #ff3300


Dernière édition par Sicq Qoraïch le Mer 15 Fév 2017 - 16:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs • Modo
avatar

Messages : 2580
J'ai : 30 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, Duc de Sombreciel Augustus, Empereur d'Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Les Voltigeurs • Modo
Message Sujet: Re: De la sagacité d'une rencontre fugitive | Mayeul   Mar 7 Fév 2017 - 16:55

Il a prévu d’aller voir Ilse, demain, sceller leur pari et se plier à ce qu’elle voudra bien lui faire faire. Cela ne sera pas agréable, il le sait, et aimerait sans doute se lever demain, aux aurores, avec une bonne gueule de bois à noyer dans le rhum. Sauf que... Sauf qu’en ce moment, Erelf ne semble pas l’apprécier. Il s’est plié à la demande de Mathilde, le Voltigeur, mais depuis début décembre, même l’alcool qu’il ingère ne lui permet plus de ressentir quoi que ce soit. Il a pensé à un effet secondaire de ces drogues qu’il n’ingère plus, mais... Il n’en ait pas sur. Peut-être est-ce une malédiction ? Il n’a pas été trés dévoué envers les Deux, ces derniers temps, le Voltigeur. Peut-être est-ce sa punition. Comme s’il n’en avait pas assez, en ce moment !

Mais même s’il n’était plus capable de ressentir les effets de l’alcool, il peut encore en ingérer. Et faire semblant. Peut-être gagner une partie de cartes ou deux, en faisant semblant de s’être abondamment rincé le gosier ? Si Ilse était là, elle lui dirait probablement que c’est de la triche, mais elle est tellement attachée aux règles la pirate, que ça en devient d’un ennui mortel. Eric serait d’accord avec lui, à coup sur ! Cela lui paraît un très bon plan, à Mayeul, aussi dirige-t-il ses pas au hasard. Il choisit la Ville Basse, malgré la dangerosité de ses rues à la nuit tombé. Il ne craint pas vraiment de tomber sur des voleurs, après tout, il n’a pas grand chose sur lui, et il sait bien que sa sœur a laissé de bons souvenirs dans la Ville Basse, quand elle y officiait en tant que médecin. Il l’accompagnait parfois, et sait où ne pas s’aventurer. Il n’est pas loin de la Ville Haute, et il n’a pas l’intention de créer des problèmes, aussi sa soirée devrait-elle être relativement sure.

Mayeul s’aventure dans la taverne, parmi la foule, grande ce soir. Les gens parlent, argumentent, boive, et le Voltigeur se plaît à écouter ce bribes de conversations. Il se dirige sans trop faire attention, heurtant soudain quelqu’un qui s’apprête à l’invectiver avant de se rétracter. Leurs regards se croisent et s’évaluent, jusqu’à ce que l’homme lui pose une question. Effectivement, il n’est pas le seul à avoir une curieuse impression. Il faut quelques secondes de plus à Mayeul pour se remémorer le pirate, croisés sur l’Audacia il y a de cela quelques mois. « Vous êtes le cartographe tatoueur ! » S’exclame-t-il, ravi de mettre un... Métier, sur un visage. Il peut crier autant qu’il le veut parmi la foule, de toute façon, les gens seraient bien en peine de l’entendre.

Il ne connaît pas son nom, au pirate. Il a dû l’entendre mais honnêtement, ce soit là, il était tellement bourré qu’il n’a aucun souvenir de comment peut bien s’appeler l’homme en face de lui. « Je suis Mayeul. Le Champion de Sombreciel. » C’est comme ça que l’a présenté Eric, probablement. C’est Eric qui a fait les présentations, non ? Ilse, peut-être ? « Vous êtes occupé, ou je peux vous offrir un verre ? J’aimerais bien entendre parler du tatouage que vous avez fait à Grâce. » Il se souvient parfaitement de cette partie de la conversation. Enfin, presque. Quasiment. Ilse souvient de Grâce, de tatouage, et de cartographe. C’est sans doute assez pour faire des connections. « Comme ça, je pourrais l’embêter jusqu’à ce qu’elle me le montre. En toute amitié, évidemment. » Évidemment.

_________________


"What am I supposed to do
when the best part of me
was always you?"

The Script, Breakeven

Yeah :
 
Paroles : indigo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 205
J'ai : 45 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor, Philippe Jedidiah
Mes autres visages:
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: De la sagacité d'une rencontre fugitive | Mayeul   Mer 15 Fév 2017 - 16:04

L’inconnu me dévisage quelques secondes, lui aussi perplexe visiblement, avant de s’écrier dans la joie et un visage qui s’éclaire. Si je suis bien cartographe et tatoué, je n’ai jamais eu la prétention de pouvoir tatouer quelqu’un, alors je m’apprête à l’interrompre pour lui faire entendre raison, préciser qu’il me prend pour qui je ne suis pas, et continuer mon chemin. Pourtant, je me rétracte une seconde fois, à croire que cet homme m’inspire particulièrement les pensées à rebours, et involontairement, j’esquisse une grimace qu’un opportuniste aurait pu prendre pour un sourire. Le Champ… Il finit ma pensée à voix haute, et je hoche la tête. Cette étrange soirée et nombre de ses conséquences restent outrageusement brumeuses dans mes souvenirs, bien que cela tienne plus des connexions insensées qui ont justifié les actions de mes pairs, que de mon propre degré de… détachement.

« Sicq, cartographe plus que tatoueur. ‘fin jusqu’à preuve du contraire. » Je ne cherche pas vraiment à réfuter la dénomination ; le Voltigeur semble trop s’en réjouir pour se laisser convaincre. Et puis, même s’ils sont à Lorgol, cette appellation vaut toujours mieux que Ah vous êtes le seul pirate de l’Audacia qui ne se met pas une misère quand ils débarquent ! Quoique. Personne ne prendrait au sérieux un tel appel. Un pirate qui ne boit pas ? Balivernes. « Boaf, rien qui ne pourra pas être fait tout aussi bien un aut’soir. Alors tant qu’à faire. » J’acquiesce avec un haussement d’épaules, incertain de la façon dont je devrais lui annoncer que je n’ai tatoué personne, et encore moins Grâce. Un instant, je m’aventure à imaginer dans quelles dérives un véritablement tatouage nous aurait menés, ce soir-là, en Bellifère.

J’emboîte le pas à Mayeul, les yeux toujours sautant de-ci, de-ça, jusqu’à repérer un semblant de bout de table encore libre dans la taverne bondée. Je me laisse tomber sur un tabouret, avant de lâcher de but en blanc. « J’ai beau y connaître un rayon en tatouage, c’pas moi qui ai tatoué Grâce. J’lai bien conseillée en la matière, mais vous pensez bien que c’est pas en Bellifère qu’elle a pu passer à l’acte. » Je marque une pause. « Désolé de pas pouvoir vous aider à la convaincre. » C’était une demi-vérité, j’en savais assez sur les idées qu’elle m’avait évoqué et les croquis que je lui avais tracé pour donner au Cielsombrois matière à discuter. Cependant, je n’oublie pas que Grâce a des amis influents – mon capitaine – et chevauche un gri-ffon. Moi, pauvre pirate, ne compte pas me mettre en pore-à-faux avec une dame que j’apprécie au demeurant suffisamment pour lui étendre un brin de ma loyauté.

« Mais bon, je peux toujours vous conseiller sur un dessin. Ptet que l’anecdote en commun... » Je laisse ma phrase en suspens avec un sourire en coin, j’ai l’intuition que mon rôle dans l’affaire est un appât bien trop tentant pour que le Voltigeur lâche de si tôt le croustillant de ce début de conversation. « Qu’est ce que vous venez faire à Lorgol pour finir dans une taverne bondée  avec un cartographe ? » Je tais à-demi mon étonnement de voir un homme tel que lui dans la Ville Basse, même si je ne doute pas de sa capacité à se défendre. Je ne suis pas plus dans mon élément après tout, alors j’ajoute avec un nouveau sourire voilé, une lueur de connivence dans les yeux. « A part provoquer le Destin ? »

_________________


[ Tout comme le fracas des vagues ]

Sicq parle peu, mais en #ff3300
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs • Modo
avatar

Messages : 2580
J'ai : 30 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, Duc de Sombreciel Augustus, Empereur d'Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Les Voltigeurs • Modo
Message Sujet: Re: De la sagacité d'une rencontre fugitive | Mayeul   Sam 25 Fév 2017 - 8:57

Ah ah, il l’a bien reconnu, preuve éclatante, s’il en est, qu’il est largement capable de lever son verre de rhum et d’aligner ensuite des pensées cohérentes. Presque. L’homme - le pirate, donc, bien que ce ne soit absolument pas quelque chose à taire à Lorgol - se présente, s’attirant une moue songeuse du Voltigeur. Cartographe oui, celui là, il l’avait, mais pas tatoueur ? C’est une déception, presque, jusqu’à ce que l’homme ajoute quelques mots. C’est un loisir alors, peut-être ? Ou peut-être qu’il ne tatoue que ses amis de l’Audacia ?

Les deux hommes finissent par dégoter un coin libre et s’y installent, poursuivant leur conversation. Mayeul est curieux de mieux le connaître, en vérité. Il n’a jamais été bercé par des récits de pirates, et le domaine de ses parents est bien trop loin de la mer pour qu’il ait appris à les craindre, aussi ne connaît-il d’eux que les récits glanés à Lorgol lorsqu’il été étudiant. Et la haine manifeste des Bellifériens à leur égard, mais il est le premier, le Voltigeur, à trouver que bien des actions de Bellifère sonne étrangement à ses oreilles de cielsombrois, et il est sûr que leurs récits sont excessifs. Quoique. Il les a vu à l’action à Hacheclair, après tout.

L’explication de Sicq est quelque peu décevante : il n’a pas tatoué Grâce, pas en Bellifère. Certes oui, cela pose des difficultés, mais quand même, il aurait pu le faire lui-même. Cartographe, il doit s’y connaître en dessin, un minimum ? Pas qu’en dessin, visiblement. Le Voltigeur le regarde avec un brin d’effarement. Une anecdote ? Quelle anecdote ? Il l’a vu, ou non, le tatouage ? Se pourrait-il qu’il l’ai dessiné, même, pour elle. Le cartographe laisse le reste de sa phrase en suspens, et lui pose la question de sa présence ici. Mayeul ne peut s’empêcher d’en rire : provoquer le Destin, lui ? « Je viens tenir un pari auprès d’une pirate pas commode, et j’en profite pour boire le dernier verre du condamné. » Explique Mayeul avec amusement, avant de faire signe à une demoiselle occupée à servir d’autres clients. « Et je ne compte pas m’attirer d’ennuis. Je ne suis pas Voltigeur ici, seulement quelqu’un qui connaît les endroits où faire la fête. » Lorgol, il y a grandi. Il a passé son adolescence dans cette ville, ses années de cadet aussi, et il sait où s’aventurer et où ne pas le faire. Il n’est pas à l’abri d’une surprise ou d’une mauvaise rencontre évidemment, mais certains endroits sont plus dangereux qu’ici. Il n’est pas un membre de la ville Basse, mais il y est un invité toléré, enfin, c’est l’impression qu’il en a. La connivence dans les yeux du pirate ne lui a pas échappé cependant, et ses yeux rencontrent ceux de Sicq. « Est-ce donc ce que vous faites ? Provoquer le Destin ? C’est assez imprudent de votre part de venir le faire tout seul. » Ce n’est pas une réprimande, seulement une constatation.

Mais il revient vite sur le sujet qui l’intéresse, le Voltigeur. « Rassurez-vous, je n’ai pas besoin de votre aide pour convaincre Grâce de me dévoiler une partie de son anatomie. » Oh, si elle était là, elle le tuerait probablement pour cette phrase, mais il faut bien qu’il puisse convaincre le cartographe, après tout. « Elle fait mine de rien, mais elle m’apprécie. » Probablement beaucoup plus qu’elle ne le montre, certainement. « Mais nos métiers sont prenants, et je n’ai pas eu l’occasion de la voir récemment. » Un demi-mensonge : il l’a croisé pour la Samhain, mais chacun d’eux avait à faire avec ses propres démons. « Aussi êtes-vous le seul à pouvoir satisfaire ma curiosité. Je ne lui dévoilerais pas ma source, ne craignez rien. » Il croise les bras sur la table, le voltigeur, ses yeux bruns dévisageant Sicq. « Alors, quelle anecdote ? » il n’a pas le droit, le pirate, de lâcher une telle information et de se taire ensuite !

_________________


"What am I supposed to do
when the best part of me
was always you?"

The Script, Breakeven

Yeah :
 
Paroles : indigo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 205
J'ai : 45 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor, Philippe Jedidiah
Mes autres visages:
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: De la sagacité d'une rencontre fugitive | Mayeul   Ven 3 Mar 2017 - 16:51

Je n’ai jamais été très bon pour noyer les poissons. C’est pas une bête qui pousse beaucoup en Erebor, et malgré deux décennies passées à voguer comme pirate, je n’ai toujours pas appris la technique. D’aucun dirait sans doute que c’est le manque de rhum, ce qui, au vu de mon degré de fréquentation des tavernes de Lorgol cet hiver, pourrait être une justification assez proche de la vérité. L’imagination que l’alcool offrait devait sans aucun doute être bien plus efficace que d’observer son interlocuteur avec des yeux de merlan fris jusqu’à ce que celui-ci ait terminé de s’imbiber. Particulièrement face à quelqu’un comme Mayeul qui, une fois son arrête pêchée, ne semblait pas déterminé à la lâcher. Je me débats dans mon filet, tente de lui faire abandonner sa prise, crois avoir réussi à détourner le navire, avant de me retrouver à nouveau pris à l’abordage. Abordeur abordé. Quel paradoxe.

« Une pirate pas commode ? » Je cache un sourire dans mon verre. Si j’appréciais toutes mes compagnes de bord, il n’y en avait aucune que j’aurais qualifiée de commode. C’était des pirates, après tout, pour se faire une place sur une Vivenef, il fallait avoir plus que de l’eau douce dans les tripes. « Je vous offre le suivant, alors. Je n’en connais aucune qui soit connue pour sa miséricorde ». Je hoche la tête cette fois, plein d’une forme de compassion, de celle que l’on ne trouve que dans les tavernes de Lorgol aux heures avancées. « Je vois. Vu comme vous parlez d’votre pirate, ça sonne pas comme ça. » Mais je hausse les épaules ; ce qu’il vient vraiment faire avec cette pirate ici ne me regarde pas. Les pirates ne sont pas femmes à avoir besoin qu’on les protège, je n’ai aucun doute que même face à un Voltigeur, ce rendez-vous saura mener sa voile comme elle le souhaite. Je maintiens le regard de Mayeul alors qu’il me retourne la question, et je laisse une seconde de silence s’étendre entre nous, réfléchissant véritablement à la réponse avant de me renfrogner. « P’tet bien que c’est ça qu’jfais. Y a pas beaucoup d’voiles qui prennent le large en hiver. » Nouvelle - fausse - gorgée. « A mon âge, on retrouve le besoin de tester les limites voyez. » Depuis quelques semaines, Lorgol n’était de toute façon pas plus soumise à l’insécurité que n’importe où ailleurs en Ibélène, et j’aurais sans conteste préféré pouvoir retourner en Erebor.

Le visage fermé, j’observe le fond de mon verre, toute trace de sourire ou de connivence disparue de mes traits. Ces conflits me hérissent. Troublent mes dernières années à passer en mer. La guerre est une privation de liberté comme une autre, même pour un pirate. Tout devient différent, les ports sont mieux protégés – ou déjà pillés – les navires, absents ou plus lourdement armés. C’est peut-être pour ça que je provoque le Destin, ce soir-là, à Lorgol. Pour oublier et… Et dévoiler les secrets de Grâce à un de ses collègues Voltigeurs ? « Hmm, je vois. Ces femmes, hein ? » Si Mayeul se souvenait mieux de leur unique rencontre, et plus particulièrement des quolibets d’Eric à son égard, il dénicherait probablement le ridicule dans cette tentative de complicité. Mais il ne s’en souvenait  sans doute pas à ce point. Pas au point de se remémorer que le cartographe ne savait plus où se trouvait le nord dès lors qu’Ilse faisait fuser sa malice.

« J’doute pas que vous êtes un homme de confiance. » Seulement, je suis Érébien, je ne suis pas tatoué car il m’a pris une lubie de me dessiner un truc sur la peau. Tous avaient une signification particulière, intime. Rien qui ne valait d’être pris à la légère. « C’que je voulais dire, c’est que si vous vous faites tatouer aussi, suffira d’lui montrer l’vôtre pour qu’elle consente sans doute à vous montrer l’sien. ». J’écarte mon verre, trace quelques arabesques invisibles sur le bois de notre table. « Je s’rai même volontaire pour vous faire un dessin. » Je me redresse un peu, détaille Mayeul pendant plusieurs secondes, terriblement concentré, comme si j’essayais de le lire, avant de m’exclamer « Je suis sure qu’elle pourra pas résister à faire des comparaisons si vous lui montrez une magnifique heuu… tête de lynx. » Je hoche la tête avec certitude, pour me donner un air convaincu.

_________________


[ Tout comme le fracas des vagues ]

Sicq parle peu, mais en #ff3300
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs • Modo
avatar

Messages : 2580
J'ai : 30 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, Duc de Sombreciel Augustus, Empereur d'Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Les Voltigeurs • Modo
Message Sujet: Re: De la sagacité d'une rencontre fugitive | Mayeul   Jeu 9 Mar 2017 - 14:37

Oh non, Mayeul n’est pas décidé à lâcher le morceau. Il ne se rappelle pas de grand chose, mais il n’a rien à faire ce soir, alors pourquoi ne pas obliger le pirate à lui révéler un détail croustillant ? Le Voltigeur avale d’un trait son verre de rhum, retenant un soupir de frustration. Erelf, quel mal a-t-il pu bien faire pour se voir refuser l’alcoolisation qu’il désire ? Depuis début décembre, la malédiction qui le touche et l’empêche de s’imbiber correctement lui pèse lourdement. Mais peut-être que ce soir, il peut faire illusion, et pousser Sicq à lui révéler quelque chose en le croyait ivre. Après tout, Mayeul a roulé tellement de fois sous la table, presque ivre mort, pour savoir au moins faire semblant d’être saoul. Son jeu d’acteur n’est pas excellent, certes, mais il a une sacré expérience en matière d’alcool !

Sicq lui offre le prochain verre, d’ailleurs, par sympathie, peut-être. Pitié, aussi. Quoi qu’il en soit, c’est un geste amical, et le Voltigeur accepte d’un hochement de tête. Autant ne pas le cacher, il a bien du mal à accepter d’avoir perdu. Bêtement. C’est peut-être ça qui l’énerve le plus, sans doute, le fait que cela se soit joué à rien. Et se mettre sous les ordres d’Ilse - Ilse, par Valda ! - ajoute encore à son agacement. Et à son impatience, éventuellement. Il aime l’agaçer, Ilse, et c’est l’occasion unique de le faire. Même si, cette fois, elle pourra sans doute se venger.

Le pirate reste silencieux à son commentaire, le temps sans doute de soupeser sa réponse. Il est réfléchi, le pirate cartographe tatoueur, ce qui déstabilise quelque peu Mayeul, habitué à ne pas beaucoup réfléchir avant de répondre. Bizarrement,sa réponse ne colle pas à ce pirate qui semble trop réfléchir, mais Mayeul hausse les épaules : qu’est-ce qu’il y connaît, après tout, en mentalité pirate ? Peut-être que Sicq veut juste une bonne bagarre, histoire d’évacuer son agressivité ? Effectivement, aucun navire ne prend le large en hiver. Mais si le fait d’être bloqué à terre augmente l’agacement des pirates, cela n’arrange pas réellement ses affaires, à lui. Une Ilse agacée et agressive ? Il prend des risques, à vouloir pousser sa chance. Peu importe, provoquer Ilse est assez amusant pour contrebalancer ce qu’elle pourrait lui faire.

Effectivement, Mayeul ne se souvient de pas grand chose de cette soirée. Sauf du cartographe presque tatoueur, en fait. C’est déjà bien. Il insiste, alors, s’efforcer de rassurer le pirate sur le fait qu’il n’est pas du genre à dévoiler ses sources. Mais quand Sicq lui fait une proposition, Mayeul ne peut s’empêcher de secouer la tête, avant de se retenir de pouffer de rire. Lui ? Tatoué ? C’est bien une coutume d’Erebor, ou de pirate, mais il ne se voit certainement pas dessiner sur sa peau. Lui. Et puis, une tête de lynx ? Sérieusement ? « J’apprécie l’idée. » Il ne sait pas mentir, il le sait, et il est sûrement bien peu crédible. « Mais ce serait plus simple que vous me révéliez ce que vous savez plutôt que de m’obliger à imiter Grâce. » Parce qu’un tatouage, non. Même Sicq, ceci-dit, n’a pas l’air très enthousiaste à l’idée. « Et pourquoi un lynx ? Il y a un sens caché ? » Parce qu’une plume, ou une étoile, il aurait compris. « Il y a un sens à chacun de vos tatouages ? » Demanda encore Mayeul avec curiosité. Ce n’est peut-être pas l’endroit idéal pour poser la question, mais ça n’empêche pas le Voltigeur de la poser. « C’est quoi, le sens de celui de Grâce ? » Il ne perd pas le nord : il est Voltigeur, après tout. Même s’il doute que le pirate réponde : il manque peut-être de tact Mayeul, mais il a assez de jugeote pour savoir quand une question est trop intime pour qu’il obtienne la réponse. Ce qui ne l'empêche pas de poser la question, ceci dit !

_________________


"What am I supposed to do
when the best part of me
was always you?"

The Script, Breakeven

Yeah :
 
Paroles : indigo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 205
J'ai : 45 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor, Philippe Jedidiah
Mes autres visages:
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: De la sagacité d'une rencontre fugitive | Mayeul   Sam 18 Mar 2017 - 4:50

Spoiler:
 

J’ai la désagréable impression qu’une rencontre aussi fortuite que sympathique de prime abord tourne à la joute verbale, derrière ses accents de légèreté et d’humour. Si ma rencontre avec Grâce s’est faite sous des hospices résolument alcoolisées, je n’en oublie néanmoins pas le sérieux des rencontres qui ont pu suivre, et l’amitié sincère que nous avons ainsi lié. Parler des tatouages d’un autre me met mal à l’aise, mais je crains que la curiosité du Voltigeur ne se transforme en agacement – ou pire – s’il ne met pas la main sur l’information qu’il chasse. Et plus tôt que tard, je vais me retrouver à court de gouaille pour détourner son attention. Parler n’a jamais été mon fort, et ce n’est un secret pour personne.

Ma suggestion fait un bide ; ce qui est loin de m’étonner. J’ai assez voyagé pour savoir que la plupart des peuples ne voient guère le tatouage d’un bon œil et j’aurais sincèrement été surpris par une démonstration d’enthousiasme de la part de Mayeul. J’essaie pourtant de me laisser l’air de faire semblant de rien, comme si je ne remarquais rien de sa réticence. « Hmm, y a une certaine symbolique de discrétion et de perspicacité, ouais. » Il semblait perspicace, le Voltigeur. Non ? En tout cas, il n’était pas discret, pas de ce que j’avais pu voir. « Mais c’tune bête de par chez vous, non ? Attachement à la patrie, vous savez... » Il y avait tant de raisons de se faire tatouer que j’aurais bien été incapable de les nommer toutes, bien que la tradition érébienne soit riche d’occasions particulièrement liées à cette pratique. Certaines étaient plus intimes que d’autres, même si personnellement, il y en avait peu que je me refusais d’évoquer. Je manque par ailleurs de m’étrangler un peu devant une question qui m’aurait vexé si elle n’avait pas été si candide. Qu’est ce qu’un Cielsombrois peut bien y comprendre ? Alors j’essaie de répondre d’une voix posée. « Bien sur que tous mes tatouages veulent dire quequ’chose. Je suis pas  voué à devenir une galerie d’art. » C’était bien une occupation de nobles ça, de dessiner des trucs juste parce que c’était beau, sans aucune autre raison d’être. J’avais beau être un artisan soigneux, j’étais sans doute trop pragmatique pour comprendre comment un joli griffonnage pouvait retourner l’âme d’un homme.

Je soupire. Un sourire tremble au coin de mes lèvres. Je m’étais attendu à cette question, suite logique de la conversation, quand on échange avec la personnification d’un chaton sautillant autour d’un souriceau. Pour la peine, il n’en était pas vraiment de ma volonté de pouvoir lui répondre. « J’nen sais honnêtement rien. J’ai pas vraiment posé la question, ça s’fait pas vraiment de là d’où je viens. Ou p’tet avec des amis très intimes mais j’ai pas avec Grâce cette chance que vous semblez avoir. » La signification n’était probablement pas très compliquée, vu le motif choisi par la Voltigeuse, mais je ne me serais pas aventuré à inventer une interprétation. Je me trimbalais bien une flamme sur la tempe dont la raison n’avait rien de commun avec le feu en lui-même, ni ce qu’on pouvait bien imaginer de lien entre un pirate et un incendie. Les symboles les plus évidents étaient aussi souvent les plus délicats à comprendre. Je joue distraitement avec mon verre, embêté. « Cela dit, j’sais même pas vraiment si elle est tatouée, pour finir. C’est pas en Bellifère qu’on aurait trouvé quelqu’un pour le faire et elle m’a pas em’née avec elle après ça. Rien n’dit qu’elle a finalement choisi ce que j’avais dessiné. » Cartographes et tatoueurs, avant-gardiste d’une valeur encore inconnue nommée secret professionnel. C’était ma dernière pirouette et comme toutes les autres, je n’étais d’avance pas convaincu qu’elle satisferait assez le Voltigeur pour qu’il me lâche la grappe avec ses questions pressantes. Soudainement, je me redresse un brin, les deux coudes bien plantés sur la table, véritablement curieux à mon tour. « Pourquoi cette curiosité d’ailleurs ? Vous avez pas l’air bien porté sur les tatouages. »

_________________


[ Tout comme le fracas des vagues ]

Sicq parle peu, mais en #ff3300
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs • Modo
avatar

Messages : 2580
J'ai : 30 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, Duc de Sombreciel Augustus, Empereur d'Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Les Voltigeurs • Modo
Message Sujet: Re: De la sagacité d'une rencontre fugitive | Mayeul   Dim 26 Mar 2017 - 6:30

Mayeul se retient de rire. Il accepte d’être perspicace, oui, cela lui convient assez bien. Discret ? Il est cielsombrois, la discrétion n’est absolument pas dans sa nature. Il aime qu’on le remarque, au contraire, il aime qu’on sache qu’il est là. De toute façon, se faire tatouer n’est déjà pas une idée qui l’enchante, alors imaginer avoir un lynx dessiné sur sa peau... non merci. Pourquoi pas les armoiries de Sombreciel, tant qu’il y est ? le visage du duc de Sombreflamme, quelque part sur son bras ? L’idée le fait rire tout seul, sans qu’il ne prenne garde à l’air de Sicq. Ses paroles n’étaient pas destinées à le faire rire, sans doute, mais le Voltigeur ne s’y attarde pas. Il calme son fou-rire dans une gorgée de ce qu’il a devant lui avant de s’expliquer. « Je n’ai pas besoin d’avoir une quelconque bête sur ma peau pour me souvenir d’où je viens. Même si je peux comprendre que ce soit une sorte d’hommage, ou quelque chose dans ce goût là. » Enfin, il ne comprend pas vraiment l’intérêt des Erebiens pour le tatouage mais comme il le disait à Alméïde, les deux duchés sont bien incapables de comprendre les mœurs de leur voisin.

Et puis, il porte en lui ses propres marques. Les griffes de Nuage, qui ont percé les protections - ou la peau - lorsqu’il faisait l’imbécile sur son dos. Les manœuvres périlleuses qu’ils exécutent tous les deux laissent parfois des marques. Il est un Voltigeur, dans l’âme et dans le corps, et sans doute que tous les tatouages du monde n’égaleront pas les marques qu’il porte. Mais cela ne lui semble guère intelligent de discuter de légitimité et de tatouages avec un tatoueur-cartographe, même si Sicq lui a vaguement dit qu’il n’était pas tatoueur. Détail, que tout cela. De toute façon, visiblement le pirate pense comme lui : quel intérêt de discuter de ça alors qu’ils ne se comprennent pas ? Mayeul a l’impression que la voix de l’homme est réprobatrice, mais il ne saurait en jurer, dans le brouhaha des voix environnantes. Et de toute façon, il ne compte pas poser la question de la signification des tatouages de Sicq. Mayeul a beau ne pas être très réfléchi parfois, et manquer de savoir-vivre, mais il n’est pas encore assez bête pour poser une question aussi intime que cela à un pirate qu’il connaît à peine. S’il le courtisait, ce serait sans doute différent, mais ce qu’il cherche de Sicq est avant tout une réponse. Quoique... le Voltigeur regarde un instant le pirate, pensif. Pourquoi pas, après tout, essayer de devenir plus intime ? Il n’a rien de mieux à faire, après tout !

La conversation repart vers le tatouage de Grâce, avec peu de subtilité certes, mais c’est tout de même ce qui l’intéresse. En plus de Sicq, donc. Un objectif à la fois, lui a-t-on souvent répété. Grâce, donc. Le pirate, après ça. « Grâce et moi, nous avons partagé beaucoup de choses. » Ce n’est pas véritablement un mensonge, après tout. « Mais si vous voulez tout savoir, c’est juste que j’aime bien l’embêter. Elle est adorable, mais parfois, la taquiner un peu ne lui fait pas de mal, vous voyez ? » Explique Mayeul avec un sourire, n’ayant apparemment aucun problème à avouer qu’il veut juste se servir de l’explication pour ennuyer la Voltigeuse. « Pour lui faire perdre un peu son côté Belliférien, tout ça. » Termine-t-il, y ajoutant un vague geste de la main qui signifie tout et n’importe quoi à la fois.

Imitant la posture de Sicq, ses coudes plantés à son tour sur la table, le Voltigeur se penche vers le pirate. « Dites-moi, qu’est-ce qu’il faut que je fasse pour devenir assez intime pour en apprendre plus au sujet de vos tatouages ? » La subtilité et Mayeul, de toute façon... Ses yeux se sont plantés dans ceux du pirate, l’amusement lisible à l’intérieur, tandis qu’il pose innocemment sa main sur la table, près de celle de Sicq, ses doigts frappant un tempo qui semble connu du seul Voltigeur. Ou qu’il massacre allègrement juste pour le plaisir d’ajouter au bruit ambiant, allez savoir.

_________________


"What am I supposed to do
when the best part of me
was always you?"

The Script, Breakeven

Yeah :
 
Paroles : indigo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 205
J'ai : 45 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor, Philippe Jedidiah
Mes autres visages:
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: De la sagacité d'une rencontre fugitive | Mayeul   Mer 5 Avr 2017 - 16:09

Je hoche la tête. Une sorte d’hommage, c’est le cas de le dire. Le Voltigeur n’a pas l’air attaché à grand-chose si ce n’est à la nudité de Grâce, mais là encore, qui suis-je bien pour le juger ? Je me prétends attaché à Erebor pourtant je n’y ai plus mis les pieds depuis plus d’un an et si le duché avait l’infortune d’avoir une côte, je ne suis même pas sure qu’entre cupidité et loyauté, ce soit la seconde qui l’emporte. Je veux bien reconnaître que les coutumes n’ont que la signification qu’on daigne leur donner, alors je n’argumente pas. Quitte à tailler le bout de gras avec un noble Cielsombrois, je ne doute pas de pouvoir trouver des sujets de conversation plus intéressants que la valeur d’un hommage à la terre.

Mayeul ramène le sujet sur la question centrale de leur discussion ; le tatouage de Grâce. Cette fois, je souris franchement, dans une connivence sincère, alors qu’il avoue la véritable raison qui dirige sa curiosité. Je n’ai pas de telles manies, mais on est pas pirate pendant vingt ans sans avoir été la cible de son lot de taquinerie. Avec Eric surtout, au sujet d’une femme. Ilse. Je flotte une seconde dans mes pensées, sur le regard farouche de la canonnière et son attitude si, si incompréhensible. Elle aime à me taquiner, elle aussi ; jouer sur ma corde sensible jusqu’à en devenir agaçante, ce qui semble l’amuser plus que toute autre chose. « Je vois. Vous vengez de ce qu’elle vous fait subir, aussi ? » Le sourire n’a pas quitté mon visage. Entre la terrible pirate qu’il doit rencontrer le lendemain, et cette relation somme toute … tourmentée avec la Voltigeuse, Mayeul semble avoir son lot de déboires à solutionner avec la gente féminine. J’hésite. Il m’est sympathique, mais aussi trop bon parleur pour que je puisse me résoudre à lui faire confiance sur un tel sujet. « J’aimerais autant rester en dehors des taquineries de Voltigeurs, si vous voulez bien. Je me doute bien que ça doit devenir un peu banal, le quotidien avec griffon au fil des années, mais bon. De mon point de vue, ça reste assez menaçant pour que j’évite de me mettre Grâce à dos. » Et Philippe. Et Freyja. Et Lou-Ann. Et peut-être même bien Rhéa. La Bélliférenne était trop appréciée dans mon entourage direct pour que je commette l’imprudence de me mettre en porte-à-faux avec elle. « Désolé. » Et je le suis vraiment. Quelque part.

Les coudes plantés sur la table, j’attends son prochain coup de butoir, la prochaine question. J’avais presque l’impression de me trouver face à la marmaille de mon clan, dévoré de curiosité sur le monde et son fonctionnement, sur mon métier et toutes ces choses de mon quotidien que je ne pouvais décidément pas raconter à des marmots. Et ça m’adoucit. Au lieu d’un froncement de sourcils et un mouvement de recul, comme on aurait pu le prévoir, j’accueille ainsi sa question avec une expression étonnée, un sourire qui fond, disparaît, un rire court et sec. « Le dernier inconnu de Lorgol à avoir eu ces informations… Était une inconnue. Dont j’avais joyeusement remué les draps. » Je détaille le Cielsombrois. « Si ça vous tente ? » Je fais de mon mieux pour garder mon sérieux, espérant tout de même qu’il ne soit pas aussi libertin que le reste de son duché ne peut l’être. Ou pas avec les hommes, du moins. « Allez je vous aime bien, choisissez-en un et j’vous dirais l’pourquoi et l’comment. » J’avais une explication toute prête et mensongère pour les tatouages résolument personnels qui, le plus souvent, excitait la curiosité d’inconnus. Et les plus intimes n’étaient pas les plus visibles, et ne devraient pas attirer les questions du Voltigeur. À moins qu’il ne tienne véritablement à me déshabiller.

_________________


[ Tout comme le fracas des vagues ]

Sicq parle peu, mais en #ff3300
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs • Modo
avatar

Messages : 2580
J'ai : 30 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, Duc de Sombreciel Augustus, Empereur d'Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Les Voltigeurs • Modo
Message Sujet: Re: De la sagacité d'une rencontre fugitive | Mayeul   Lun 10 Avr 2017 - 17:12

Sicq semble comprendre et, Mayeul le songe, l’approuver. Peut-être qu’il acceptera plus volontiers de lui révéler le secret de ce tatouage, si le Voltigeur lui révèle ses principales motivations ? Mais l’espoir dure bien peu longtemps, avant que Sicq lui avoue préférer ne pas se mettre la jeune femme à dos. Bon. Changement de stratégie. « Grâce semble penser que j’ai besoin de me débarrasser de quelques uns de mes travers et c’est vrai, j’aime bien avoir de quoi la taquiner. Nous avons partagé le même Vol, le même lit aussi. » Grâce le tuera si elle apprend ce qu’il a dit, mais Sicq n’a pas l’air du genre bavard. « Je suis simplement curieux, c’est tout. Et elle a promis de me le montrer, après tout. Elle ne vous en voudra pas si vous me le révélez. » Elle a promis, il s’en rappelle. Vaguement. Enfin, il croit s’en rappeler : vu la dose de rhum qui courrait dans ses veines, c’est tout de même probable qu’il ait oublié les moindres paroles de la Voltigeuse, et les ai inventé de toutes pièces. Mais le pirate n’a pas besoin de le savoir.

« Mais si vous avez peur de Grâce, vous êtes tout excusé. » La pique est enjouée, à peine sarcastique, et Mayeul ignore si le pirate est du genre à bondir pour venger son honneur bafoué ou non. Tant pis, il verra bien. Si Sicq ne veut rien lui révéler, de toute façon, le Voltigeur n’a que peu de points d’appuis pour faire pression. « Il n’empêche, je n’aurais pas révélé mes sources. Et Grâce ne tue pas les gens, vous savez. » Elle se contente de les bouder et de leur adresser un regard chargé d’agacement et de mépris, qui ne vous donne qu’une envie : baisser les yeux et rentrer sous terre. Certes; mais ça, peut-être que Sicq ne le sait pas !

Le sujet change, mais Mayeul est toujours aussi curieux. Il ne peux s’en défendre, et ne le clamera sans doute pas sur tous les toits vu son statut, mais il aime bien les pirates. Il les trouvent intéressants, fascinants, et ne les méprisent pas. Et pourtant, en Bellifère, on lui a appris à les haïr, et à trouver toutes les façons possibles de nuire à leurs existences. Et le voilà ici, à discuter avec le cartographe tatoueur de l’Audacia. Comme quoi, parfois, le Destin nous joue de bien étranges tours.

Et justement, les paroles du pirate sont bien étranges. Est-ce une invitation, en réponse à son précédent sous-entendu pas si subtil que ça ? « Bien sûr que ça me tente ! » Réponds Mayeul avec enthousiasme, vidant d’un trait son verre d’alcool, avant de se resservir. Et de remplir le verre de Sicq, également. Le pirate lui offre de répondre à ses questions sur un de ses tatouages, et Mayeul le dévisage un instant avant de sourire. « Vous ne préférez pas qu’on fasse ça en privé ? Détailler c’est bien, mais j’ai toujours préféré toucher. Et je suis sûr que vous gardez les tatouages les plus intéressants dissimulés sous vos vêtements. Je n’aspire qu’à étancher ma curiosité, si c’est si gentiment proposé. » Mayeul n’est pas réellement sûr que Sicq soit intéressé, en vérité. Mais le pirate l’a appâté, et c’est bien mal connaître Mayeul que de croire qu’il ne saisira pas l’hameçon. Il le sait parfaitement, le Voltigeur, que tous ne sont pas aussi ouverts que les cielsombrois sur l’union des corps, peu importe le nombre - et le sexe, dans ce cas de figure.

Et qui sait ? Avec un peu de chance, Sicq sera mal à l’aise et bien moins réticent à répondre aux questions de Mayeul sur le tatouage de Grâce !

_________________


"What am I supposed to do
when the best part of me
was always you?"

The Script, Breakeven

Yeah :
 
Paroles : indigo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 205
J'ai : 45 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor, Philippe Jedidiah
Mes autres visages:
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: De la sagacité d'une rencontre fugitive | Mayeul   Ven 14 Avr 2017 - 15:10

Je ne cille pas, alors qu’il continue ses confidences. Son insistance malgré la proximité qu’il défend partager avec Grâce ne m’a pas rendu méfiant non – je suis maintenant au-delà de la méfiance, avec une pipelette comme ce Voltigeur – mais continue de titiller ma conviction qu’il vaut mieux ne rien lui confier. Et puis quelque part au fond de moi, ses pirouettes m’amusent, et j’en deviens curieux de découvrir quelle prochaine stratégie il va dénicher pour tenter de me faire changer d’avis. « Hmm. Il me semble tout de même que le dernier mot devrait lui revenir. » Je hausse les épaules, et accueille sa pique avec un demi-sourire. J’ai ma fierté, certes, mais pas l’honneur proéminent, il me prenait pour quoi, un Outreventois ? « Oui, de toute évidence, z’êtes pas quelqu’un d’bavard. » Je me retiens de lever les yeux au ciel, un peu agacé malgré moi, tout en me demandant quelle quantité d’alcool il avait bien pu ingérer depuis le début de la soirée. Au vu de mon propre godet dangereusement plein, il devait être bien avancé sur le chemin de l’imbibage. Et si être pirate m’avait appris une sagesse, c’était de ne pas trop chercher à débattre avec un homme saoul.

Je me désintéresse de Mayeul pendant quelques instants, alors que mes pensées volent vers cette demoiselle à laquelle je n’avais plus pensé depuis le dernier hivernage. Je ne savais plus ni son nom, ni son âge, mais je me souvenais de ses boucles blondes, de sa voix aiguë et de ses yeux pétillants alors qu’elle détaillait chacun de mes tatouages. Comme beaucoup, elle s’était satisfaite de mes premières explications et de mes sous-entendus, comme si l’honnêteté allait de soi, quand il s’agissait de questions intimes et que nous avions partagé une couche. Rien n’était plus faux pour moi. Je n’avais fait que mentir à ces conquêtes d’un soir, sans regrets, ni remords. « Bien sûr que ça me tente ! » Il me faut une seconde pour revenir à moi et à la réalité de la conversation, stupéfié. Stupéfait. Perplexe. Je cligne plusieurs fois des yeux alors qu’il continue sur sa lancée, enjoué, comme s’il était un enfant à qui j’avais proposé une crêpe au miel. Or, je ne tiens pas à être une crêpe au miel. « Je… J’pensais pas que.... » Je relève une de mes manches d’un geste brusque, dévoilant les symboles tracés sur mes mains. Je frémis rien qu’à l’idée qu’il me touche, comme si les tatouages avaient un toucher différent du reste de la peau. C’est à peine si je laisse mes rares compagnes s’y essayer. Je n’ai jamais été un homme câlin, et je doute que l’enthousiasme du Voltigeur n’y change quelque chose. « Je parlais de ceux qui sont visibles, comme ici, ou celui-là. » D’un large geste, je passe du poignet à ma tempe droite, pour relever les quelques mèches folles qui y couvrent une flammèche attirant bien souvent les regards et les convoitises. Au milieu de mon geste, je heurte cependant le gobelet que Mayeul m’a trop rempli, lequel décrit une élégante arabesque sur la table avant de s’échouer brutalement et répandre son contenu, qui, dans l’exiguïté de la taverne, nous éclabousse tous les deux.  

De stupéfaction à étonnement.

« Désolé. » Je fronce le nez comme pour chasser l’odeur entêtante de l’alcool que je ne peux plus nier maintenant qu’il s’étend sur mes avants-bras. « C’est qu’jbois pas vous voyez. Donc avec tout ce que vous y avez versé, ça d’v’nait inévitable. » Plus explications qu’excuses, je ne sais même pas si je peux me permettre d’être amusé par l’ironie de la situation, je reste immobile et silencieux tandis que les gouttes continuent de paresseusement tracer leur chemin vers la liberté.

_________________


[ Tout comme le fracas des vagues ]

Sicq parle peu, mais en #ff3300
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs • Modo
avatar

Messages : 2580
J'ai : 30 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, Duc de Sombreciel Augustus, Empereur d'Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Les Voltigeurs • Modo
Message Sujet: Re: De la sagacité d'une rencontre fugitive | Mayeul   Jeu 20 Avr 2017 - 16:20

Le pirate-tatoueur-cartographe ne semble pas du genre à plier devant une plaidoirie pleine de sincérité. Dommage. Mayeul est pourtant sur que l’homme est une mine d’infos, si seulement il acceptait de vouloir les partager ! Le Voltigeur tente une autre stratégie, mais décidément, l’homme est frustrant, et n’accepte pas de mordre à l’hameçon, ni même de paraître en tenir compte. Il n’est pas censé être un pirate ? Une épaisse brute sans cervelle, qui ne supporte pas la provocation ? La pique n’était quand même pas trop subtile, non ? Plus de finesse et de stratégie. Beaucoup, beaucoup de pirates. Ce n’est pas faux, et Mayeul n’a guère envie de sefrotter à des gens qui pourraient, éventuellement, être des compagnons de l’homme, et s’agaçer de le voir le titiller.

Autant laisser tomber, pour le moment. Il y reviendra plus tard Mayeul, quand l’homme aura bien bu. Ou... ou qu’ils auront partagé une nuit dans le même lit. C’est bien ce à quoi pense le cartographe, non ? Mayeul décide donc de saisir la perche qui lui est tendu - métaphoriquement, du moins pour le moment -, ignorant la pique de tout à l’heure. Oui, il aime bien parler Mayeul, surtout si c’est pour perdre les autres dans ses grands discours. Et si cela ne fonctionne pas, il est tout à fait prêt à tenter une autre solution.

Le pirate, visiblement, a changé d’avis. Ou il n’a jamais été très décidé, ce qui est peut-être plus probable. Avant que Mayeul ne demande quoi que ce soit, ou n’esquisse un geste pour aller plus loin, Sicq s’empresse de lui dévoiler quelqu’un des dessins qu’il a sur la peau, comme si le faire à tout allure pouvait empêcher Mayeul de songer à ceux qui sont beaucoup moins visible, car situé dans des endroits beaucoup moins visité. Dans sa hâte, son gobelet se renverse, les éclaboussant tous les deux au passage. Ah ? Un subtile stratagème pour qu’ils aient une occasion de se mettre à nus ? Ou un véritable accident ? Mayeul observe le pirate, perplexe, qui s’excuse et qui explique qu’il ne bois pas. Oh ? Vraiment ? « Mais vous êtes un pirate. » Observe Mayeul, étonné. « Je vous ai vu boire, à l’anniversaire de Ilse. » Enfin, il l’a vu avec une choppe à la main. Peut-être. Il n’était pas si bourré que ça. Il lui semble.

Haussant les épaules, le Voltigeur termine ce qu’il reste dans son gobelet à lui. « Je peux bien boire pour deux, si vous voulez. » Le sort jeté par Erelf le rend incapable d’être saoulé par quoi que ce soit, en ce moment, alors autant faire semblant d’être bourré et amadouer le cartographe. « Et vous pouvez me dire pour Grâce, si je bois, je ne m’en rappellerais probablement pas. » Logique imparable. Mais ils ont été éclaboussés, tous les deux, quand même, et le Voltigeur ne perd pas une seconde de plus, décidant de tenter sa chance. « Vous voulez venir vous changer ? Ma tour n’est pas très loin. » Il reste toujours la possibilité que Sicq ait fait exprès de les mouiller pour pouvoir se déshabiller ! Une possibilité infime, mais sait-on jamais. « Ou sinon, j’enlève ma chemise maintenant, je ne supporte pas de sentir l’alcool. Et vous devriez faire de même, ce serait stupide d’attraper froid. » Non, ce n’est pas une menace, ni même un ultimatum. C’est une proposition, simplement. Pour rester au chaud, et garder Sicq au chaud également. Ce serait dommage qu’ils tombent malade, tous les deux !

_________________


"What am I supposed to do
when the best part of me
was always you?"

The Script, Breakeven

Yeah :
 
Paroles : indigo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 205
J'ai : 45 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor, Philippe Jedidiah
Mes autres visages:
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: De la sagacité d'une rencontre fugitive | Mayeul   Lun 22 Mai 2017 - 2:41

HRP:
 

Je fronce le nez, tant gêné par l’odeur qu’amusé par la situation et la certitude de Mayeul. Il est inébranlable le Voltigeur, aussi buté et déterminé que de nombreux pirates. Peut-être le seul trait commun à mes camarades que je peine à apprécier. Je suis plus discret et moins fanfaron, sobre – dans tous les sens du terme – et précis. Raison, sans doute, pour laquelle j’ai pu mettre les pieds sur l’Audacia après le traumatisme vécu à cause de la médiocrité de l’ancien cartographe, et la réticence toute compréhensible de Philippe de retenter l’expérience. Cela étonne, cependant, encore et encore. Et le Voltigeur ne fait pas exception. « Ouais, et alors ? On n’signe pas d’contrat nous liant à la buvette dès qu’on monte sul’bord vous savez. » Je hoche la tête négativement. « On m’fourgue toujours bien un godet, mais c’pas compliqué de le vider dans un coin ou d’le faire boire par quequ’un d’autre. »

Comme s’apprêtait d’ailleurs à le faire Mayeul, qui s’empressait déjà de proposer pour boire pour deux. Je hausse les épaules, si ça l’amuse… J’ai plus ou moins appris à vivre avec les gens saouls, et surtout, à m’efforcer d’arrêter de leur prêter attention passé un certain point d’imbibage. La suite me plait moins, en revanche. La diversion avait bel et bien été fortuite, mais une partie non négligeable de moi avait espéré déclencher la colère de mon interlocuteur, afin qu’il oublie enfin cette question épineuse. Peine perdue visiblement, il ne le lâchait pas, son os. Son argument était cependant plutôt valable, vu ce qu’il répandait comme souvenirs à mon sujet depuis le début de la soirée. Alcoolisée, sa mémoire ne semblait pas de la première efficacité. « C’est clair que vu comme ça... » Je réfléchis encore, hésite. J’essaie de sonder son regard qui me paraît encore fort clair malgré son attitude débridée, tente de rassembler les souvenirs que j’ai de lui, lors de l’unique soirée passée environ en sa compagnie. Compliqué.

« Non ça ira, je crois que je préfère rester habillé. » Ton décidé, du moins, j’essaie. Maintenant que j’ai compris l’étendue de son manège, et surtout, sa détermination à emprunter tous les chemins pour arriver à ses fins, j’oublie un peu l’humour. « Vu l’monde ici d’dans, ça séchera bien assez vite. » Je parcours la salle du regard. « Bon allez, j’vous offre le suivant, pour me faire pardonner. »

_________________


[ Tout comme le fracas des vagues ]

Sicq parle peu, mais en #ff3300
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs • Modo
avatar

Messages : 2580
J'ai : 30 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, Duc de Sombreciel Augustus, Empereur d'Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Les Voltigeurs • Modo
Message Sujet: Re: De la sagacité d'une rencontre fugitive | Mayeul   Mar 30 Mai 2017 - 17:29

Il n’a plus l’air aussi amusé, Sicq, par le bagoût et les blagues du Voltigeur. A moins que ce ne soit son insistance qui le mette mal à l’aise ? Ou le bruit ambiant, alors que la soirée s’avance et que les gens alentours en sont déjà à un certain nombre de verres ? Le pirate finit par lui révéler la supercherie, à savoir vider son verre en toute discrétion, ce qui rassure légèrement Mayeul sur ses capacités : il l’a bien vu, un verre à la main, il s’en rappelle parfaitement ! Ou presque parfaitement. Il faut dire qu’il avait pas mal bu, ce soir là, sur l’Audacia. La fête était belle, contrairement à ce qu’ils avaient du affronter par la suite !

Quelques mots de l’homme, et le Voltigeur s’efforce de réprimer un sourire de triomphe ! Il va le convaincre, il en est sûr. Peut-être que s’il continuer à le titiller, plus ou moins discrètement, à jouer les imbéciles et les mecs bourrés sans aucune mémoire, peut-être que dans ces conditions, Sicq consentira à l’éclairer sur le tatouage choisit par Grâce. C’est un jeu stupide, Mayeul en est conscient, mais après tout, il n’a rien de mieux à faire ce soir. Et s’amuser aux dépens du pirate, après tout, ne portera pas grandement à conséquence. Ce n’est pas comme s’il avait l’intention de remonter sur l’Audacia rapidement. Mayeul attrape son verre, le vidant d’un coup sec, avant de lancer un sourire goguenard au pirate. Il n’en restait plus guère, après le geste malheureux de Sicq, et le voltigeur fait un signe à une serveuse pour être resservi.

Le pirate réfute sa proposition d’enlever sa chemise pour la sécher, ou même de sortir pour aller sécher ailleurs. L’impression première de Mayeul, à savoir que le pirate aurait envie de s’éclipser en sa compagnie, se fissure allègrement. Bon. Le pirate n’est donc pas du genre à vouloir s’amuser. Peu importe : Mayeul, lui est capable de s’amuser pour deux. Et faire mine d’être prêt à rouler sous la table, c’est un jeu comme un autre. « Tant pis pour vous, ne venez pas vous plaindre quand vous attraperez froid. » Professe Mayeul avec un air docte, avant de se débarrasser, lui, allégrement de son vêtement mouillé. Il n’y a aucune gène à avoir, voyons, au milieu de ces corps qui se pressent ! Et le Cielsombrois n’est pas connu pour ête quelqu’un de très prude, ou apte à garder sa chemise très longtemps. Il part en Valkyrion, par Erelf ! Là-haut, les occasion de se déshabiller seront peut-être nombreuses, mais il risque de mourir de froid s’il le fait trop souvent. Plumes. Deux corps qui se blottissent. Nuage est assurément très mignon, mais son Voltigeur doute que cela fasse l’affaire. Déception. Amusement. Reconnaissance.

La serveuse revient avec la bouteille désirée et Mayeul, d’un large geste de la main, désigne son camarade de tablée. « C’est lui qui paye. Pour se faire pardonner. Il ne veut pas se déshabiller. » Confie Mayeul à la jeune femme, sans prendre la peine de baisser la voix, ou d’expliquer qu’en réalité, ce n’est pas pour ça que Sicq veut se faire pardonner. « Allez, enlevez cette chemise, que je vois quelques uns de vos tatouages. » Taquine le Voltigeur. « A moins que vous ne préfériez m’expliquer celui de Grâce. » Ahah ! Technique imparable de coercition. Ou presque.

_________________


"What am I supposed to do
when the best part of me
was always you?"

The Script, Breakeven

Yeah :
 
Paroles : indigo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
De la sagacité d'une rencontre fugitive | Mayeul
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» presentation Mayeul
» Johann Reihart - Fugitive & Dragonnier
» Guy Philippe dans le collimateur de la DEA
» lily r. evans + née-moldue, caste d'Horus, fugitive
» Elsa Auray ; liste noire d'une fugitive

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Les Terres du Nord :: Lorgol aux Mille Tours-
Sauter vers: