AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Jeux de cartes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 205
J'ai : 45 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor, Philippe Jedidiah
Mes autres visages:
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Jeux de cartes   Lun 13 Mar - 8:07


Livre II, Chapitre 2 • La Fortune des Flots
Lou-Ann Jeddidiah & Sicq Qoraïch

Jeux de cartes



• Date : 24 mars 1002
• Météo : Temps printanier, encore frais, mais agréable
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Une fois n'est pas coutume, Sicq a retrouvé sa salle des cartes et travaille dans son coin pendant que l'Audacia vogue en direction d'Ansemer. Lou-Ann, poussée par la curiosité qui la caractérise vient lui rendre visite, mettant une nouvelle fois le vieux pirate dans cette drôle de position, entre affection et malaise.
• Recensement :
Code:
• [b]24 mars 1002[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t1866-jeux-de-cartes#56358]Jeux de cartes[/url] - [i]Lou-Ann Jeddidiah & Sicq Qoraïch[/i]
Une fois n'est pas coutume, Sicq a retrouvé sa salle des cartes et travaille dans son coin pendant que l'Audacia vogue en direction d'Ansemer. Lou-Ann, poussée par la curiosité qui la caractérise vient lui rendre visite, mettant une nouvelle fois le vieux pirate dans cette drôle de position, entre affection et malaise.


_________________


[ Tout comme le fracas des vagues ]

Sicq parle peu, mais en #ff3300
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 205
J'ai : 45 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor, Philippe Jedidiah
Mes autres visages:
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: Jeux de cartes   Lun 13 Mar - 8:09

Spoiler:
 

Le printemps était revenu, avec lui, la douceur de l’air marin et le roulis des vagues si habituel que Sicq se sentait désormais déboussolé lorsqu’il était à terre. Le bois humide et poisseux, les ordres aboyés sur le pont, la nourriture trop salée et la mer à perte de vue lui parlaient bien plus que n’importe quelle vie sur le continent. En plus de vingt ans dans ces conditions, le pirate avait cultivé un air bougon et taciturne dont il ne se départait plus guère et une loyauté à hauteur de la grand-voile pour les gens libres. La plupart du temps, il n’en disait rien, pourtant, et avec un visage sans expression, il reluquait simplement l’horizon en se demandant combien de temps lui serait encore donné pour le contempler.

Ainsi, ce n’était pas le cœur serré qu’il avait réintégré sa cabine de l’Audacia, heureux même de quitter Lorgol et ses tavernes oisives, pour lesquelles il restait toujours un peu un étranger. Il avait la main aux cartes, mais pas le coup de dés, et d’aucun mettait toujours bien à point nommé de le lui faire sentir. Sur la vivenef, il pouvait goûter de sa solitude, observer de loin tant les camarades qu’il appréciait, que ceux dont il pouvait aisément se passer. Son arrivée sur la vivenef était loin derrière lui, maintenant. Loin pour le rythme de vie d’un pirate, tout du moins. Beaucoup de choses avaient changé, déjà.

Penché sur ses cartes, une plume coincée entre les dents, les deux mains maniant le sextant, il se laissa distraire un instant alors que le visage d’Ilse se superposait aux lignes d’encre fraîche. Sicq n’avait toujours pas vraiment fait sens de cette soirée passée ensemble, à la Taverne de la Rose. Ni vraiment partagée avec les autres, ni vraiment en tête-à-tête. Depuis, il avait à peine échangé un mot avec la canonnière ; la froideur d’Eric y étant pour quelque chose. Même si c’était là un fait qu’il ne s’expliquait pas non plus. Le cartographe avait suffisamment foulés de bord avec ses vieilles pattes qu’il savait à quelles affaires il valait mieux se payer ; et naviguer sur l’Audacia était un honneur qu’il ne comptait pas perdre en vaines disputes.

La porte grinça, mais il ne prit pas la peine de se redresser. Il était concentré, et ne pouvait pas se permettre de perdre le fil de ses mesures pour identifier l’impromptu qui surgissait sans même frapper. Les possibilités étaient limitées, de toute façon ; soit il s’agissait de Philippe ou de Freyja, et tout deux comprendraient bien que rigueur valait mille fois curiosité, soit il s’agissait de n’importe qui d’autre, et il pourrait bien attendre.

« Qu’est-ce tu v… Hm. Lou-Ann. »
Le cartographe s’adoucit légèrement alors qu’il découvre la jeune mousse. Il s’habitue peu à peu à sa présence, à l’adolescente – avait-il vraiment le choix ? Elle lui traînait toujours dans les pattes de toute façon – et il lui adresse même un de ses rares sourires – grimace biscornue du coin de la bouche. Sicq se redresse, et attend. Lou-Ann ne vient jamais fouiner dans son coin sans raison ; elle a toujours une interrogation, une question, un envie de découvrir. Un besoin de fureter dans ses affaires et de l’observer avec ses grands yeux qui brillent d’intentions qu’elle met toujours un temps à annoncer. Il a appris, maintenant, le vieux pirate, à lui démontrer une forme de patience qu’il ne déniche pas avec tout le monde.

_________________


[ Tout comme le fracas des vagues ]

Sicq parle peu, mais en #ff3300
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 454
J'ai : 15 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'Audacia
Mes autres visages:
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: Jeux de cartes   Lun 13 Mar - 23:08

L'air marin, le silence de la navigation sur les flots, accoudée au bastingage du bateau Lou-Ann  profitait de l'instant. L'Audacia avançait, les pirates étaient occupés à gauche à droite, faire avancer le bâtiment au moyen d'une brise printanière sous un ciel bleuté. Elle était sur le navire pour cette raison, communion avec le peuple pirate, les flots, la liberté. Elle était heureuse.

Un regard appuyé de quelques marins lui rappelant sa condition de jeune mousse elle entreprit de poursuivre le nettoyage du pont... il y avait un début à tout certes mais au bout d'un moment ce pont allait finir par briller. Entre l'épluchage de légumes, le nettoyage du pont et les quelques périodes d'espionnage ses journées étaient pour ainsi dire remplies.

Les pirates ne manquaient d'hurler pour se faire entendre, pitié ses oreilles nul besoin de hurler pour transmettre ses ordres. Freyja que fais tu ? Dis leur de se taire et de cesser d'aboyer tels des chiens aux abois. Puis elle le vit passer sur le pont, l'attitude tellement reconnaissable du cartographe lui aussi exaspéré des cris des hommes. Il se dirigeait vers sa cabine. En parlant de cartographe, elle se souvint cette rencontre impromptue avec Dame Belastre qui elle aussi dessinait mais des cartes du ciel l'avait-il seulement rencontrer ? Elle lui avait donné le papier remis par la jeune dame mais n'avait eu aucune nouvelle depuis.

Se ressaisissant elle regarda l'homme pénétrer dans sa cabine ; elle aimait y passer du temps, à l'observer, simplement absorbée par le travail qu'il produisait. Il dessinait des cartes. Pour elle, il était un maillon important dans l'équipage de l'Audacia. Pour Lou-Ann il était bien plus qu'un cartographe, pirate de l'Audacia, par son côté taciturne il était un homme envers lequel elle se confiait. Pourtant leur relation s'annonçait peut encourageante dès leurs débuts. Méfiant il l'avait maintes fois mis à l'extérieur de sa cabine. Lou-Ann déterminée ne s'en était point laisser conter des heures et des jours durant et était parvenue à ses fins, suivre les conseils appliqués du cartographe et reproduire avec ses mains de jeune adolescente des morceaux de carte. Une illettrée qui se découvrait une passion pour les cartes comme quoi rien n'est vraiment impossible en ce bas monde.

Lou-Ann ressaisis toi, il est déjà parti ; les pirates les plus proches ont le dos tourné. Posant ses outils, elle se rapprocha en silence de la porte. Zut, l'un deux se retourne... discrétion astiquer un coin précis ne pas se faire repérer lors de l'ouverture de la porte.

La main sur la porte, elle la pousse discrètement, grincement manifeste cela en était fini de l'arrivée en silence... un regard sur le pont vérifier que son abandon de poste n'était pas remarqué. Puis elle passa par l'ouverture, referma la porte avant de se trouver face à Sicq penché sur ses cartes ; bougon en premier lieu sans même lever la tête avant de reconnaître la jeune mousse qui lui faisait face ; le grognement se conclu par un soupir et son nom qui s'échappa de ses lèvres. Il est loin le temps où il l'houspillait hors de son domaine. Elève en compagnie du maître elle s'empressa de le rejoindre souriante. Se mettant face à lui regardant les croquis dessinés par l'aîné.

« Excusez moi Sicq les hurlements  des autres m'ont poussé vers le calme  de votre cabine » ; le regardant poursuivre ses dessins avec une facilité éveillant un soupçon de jalousie en elle elle lui demanda « où nous emmenez vous, quelle nouvelle carte voit le jour sous vos mains ? ».

Lou-Ann avait des tas de questions à poser, avide d'apprendre au contact du cartographe ; elle voulait lui demander s'il avait vu Dame Belastre durant leur séjour à terre. Mais ce n'était pas le lieu ni le moment de lui parler, visiblement concentré sur son travail. Nul doute qu'il lui signifierait que cela ne la regardait point.

Le regard sur le sextant elle posa sa tête sur ses mains et observa les mains de Sicq qui allaient et venaient et sous ses mains une carte prenait vie... admirative elle n'osait même demander si elle pouvait l'aider dans son entreprise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 205
J'ai : 45 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor, Philippe Jedidiah
Mes autres visages:
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: Jeux de cartes   Dim 19 Mar - 10:06

Un soufflement lui échappe, à mi-chemin entre le grommellement et le bruitage amusé ; le pont peut parfois être une sacrée ménagerie et il comprend aisément ce besoin d’être au calme. Mais s’il le comprend, il n’en reste pas moins dubitatif que ce soit là la véritablement raison qui ait poussé Lou-Ann autour de sa table. La jeune mousse n’est, de loin, pas la moins turbulente de l’équipage, et même lorsqu’elle s’intéresse à ses travaux, ce n’est pas avec l’a-propos et la patience d’une jeune noble à qui on enseigne la broderie. Le sang qui lui courrait dans les veines était bien trop chaud. Sicq, néanmoins, ne commente pas, il se contente de l’observer du coin de l’œil.

Ses mains parcourent la carte, comme s’il avait besoin de la découvrir physiquement, de la ressentir à travers la peau de ses doigts pour y mettre au jour la réponse à la question de l’adolescente. Les cartes maritimes sont des objets bien étranges, bien plus complexes que les cartes terrestres où on peut reconnaître le relief qu’on parcourt de ses pieds, identifier sur les traits de plume les courbes généreuses d’un paysage. En mer, tout est différent, tout est à la fois secret et donné, il faut dessiner non ce que l’on voit, mais ce que l’on sent et devine à travers le mouvement des vagues. C’est un art délicat que le vieux pirate chérit avec une tendresse toute particulière, et une fierté que nul ne peut nier. Il est susceptible, le cartographe, quand on évoque ses travaux, mais Lou-Ann avec son innocence ingénue et flatteuse sans le vouloir – enfin, sauf si ? – lui arrache toujours des réponses exprimées d’une voix douce et chaude, pleine d’affection, une voix qu’on ne lui entend dans nulle autre occasion.

« Tu d’vrais l’savoir. Ansemer, on va leur payer une visite d’courtoisie à ces Faës, dont ils s’souviendront un moment. » Un rictus revanchard, presque carnassier, barre son visage pendant un instant. Les Ansemariens ne savaient sans doute rien de la terreur qui s’était abattue sur sa famille ; lui-même était désormais coupé de nouvelles maintenant que l’Audacia avait repris le large. C’était la guerre pourtant, et sa famille n’avait pas plus mérité la souffrance que les habitants de Bohémont où ils allaient laisser exploser leur sauvagerie. Sicq, en tous cas, n’auraient pas de remords. « Je détaille les courants. La mer n’est pas la même en toute saison, et au printemps, elle est encore bien susceptible. Faut pas juste prier Messaïon, faut aussi bien la connaître et pi la caresser dans l’sens de l’écume. » Léger trait d’humour, qu’il ne se permet que rarement.

Le cartographe se redresse pour observer son travail dans son ensemble. Il se gratte la barbe, pensif, sans faire attention aux tâches d’encre qui lui parsèment désormais le menton, puis il se tourne vers Lou-Ann. « Déniche-moi un peu la carte d’automne. Celle-ci me semble bien similaire, c’est étrange ». Ansemer était si éloigné de Lorgol que les pirates n’avaient guère l’occasion de s’y trouver autrement qu’en été, dès lors, il en connaissait mal les courants. Et puis surtout, c’était une bonne occasion de voir comment la jeune mousse se débrouillerait pour retrouver une carte parmi la quantité de rouleaux qui encombraient sa cabine et ce dont elle se souvenait des symboles qui marquaient l’extérieur des parchemins.

Il l’observe discrètement pendant qu’elle fouille, à la recherche du rouleau orné d’une feuille d’automne et du blason d’Ansemer. Elle a beaucoup changé en quelques semaines en leur compagnie, encore à peine plus qu’une enfant à son arrivée, déjà bien plus farouche maintenant. Dans des moments comme ceux-là, Sicq ne doute pas qu’elle sera rapidement un élément de choix sur le pont de l’Audacia, mais il redoute encore sa curiosité de jeune femme. Après tout, c’est ainsi qu’ils ont peu à peu noué ce lien étrange, et malgré son sérieux apparent, il sait que le moment est proche. Bientôt dix minutes au même endroit, et Lou-Ann n’a toujours montré que son visage de jeune fille sage. Et ça, le vieux pirate le sait désormais d’expérience, c’est signe d’un volcan qui, tranquillement, prépare son éruption.

_________________


[ Tout comme le fracas des vagues ]

Sicq parle peu, mais en #ff3300
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 454
J'ai : 15 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'Audacia
Mes autres visages:
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: Jeux de cartes   Lun 20 Mar - 23:17

Au large, mais dans la cabine de Sicq, Lou-Ann se sentait bien ; illettrée mais attirée irrémédiablement par ses cartes et pourtant elle savait où le navire voguait... innocence de l'instant, absorbée par les mains qui volaient seule sur la carte et les chemins qui se dressaient la sauvageonne se faisait apprivoiser.

La réponse du cartographe la sortit de sa rêverie « Ansemer, mais oui une évidence naturelle comment ai-je pu être aussi stupide... » clin d'oeil ... après tout elle était qu'une enfant, à l'aube de l'âge adulte mais après tout qu'une enfant qui découvrait la piraterie et la passion pour les cartes en compagnie de l'homme qui était leur gardien.

Etait-ce l'homme qui l'intriguait ou ces parchemins en eux même ou même encore l'art de dessiner... l'avenir le dira. Elle le laissait dire, conter son histoire, son métier. Admirative elle se surprit même à rester bouche bée. Pirate studieuse, attitude pour le moins surprenante de l'aînée des Jédidiah qui avait touvé en Sicq un maître, certes pas un maître d'armes, mais un maître de la vie en elle-même.

Le navire regorgeait d'hommes, de pirates, ses modèles et le caractère impétueux de la jeune moussaillon n'avait de cesse d'exaspérer la plupart. Mais elle en avait que faire et persistait à quémander apprentissage à tout va.

Elle nota la pointe d'humour de l'adulte et lui rétorqua « bien vous en prend de détailler encore plus les courants, je n'oserais même pas imaginer la réaction du cap'tain si vous veniez à oublier d'en signaler un... et que je vous prenne pas à dire que je vous ai dérangé dans votre étude... vous n'oseriez tout de même pas non si je ne m'abuse ? » regard de défi ; ils étaient proches mais elle voulait savoir si la confiance qu'elle lui vouait était une bonne attitude...

Rire étouffé au geste du cartographe qui s'appliquait précautionneusement du stylo sur sa barbe... rire enfantin vite calmé par la mission, certes infime qu'il lui confiait. Retrouver la carte d'automne dans son bric à brac à peine plus loin.

Il lui avait montré l'autre jour, une feuille, symbole pour la différencier parmi tant d'autre. Elle se dirigea vers l'armoire, debout sur la pointe des pieds, faisant tomber une carte sur son pied. L'examinant elle ne voyait pas le regard insistait de Sicq sur elle-même... troublée elle aurait pu l'être mais missionnée, elle était motivée par la réussite de son devoir.

Elle prenait les cartes les unes après les autres avant de la voir au fond, une feuille, symbole de l'automne, blason d'Ansermer. Elle s'en empara, rangeant préalablement toutes celles ayant chuté et se dirigea vers la table. Elle s'installa au côté du maître, ouvrit la carte et la compara tout comme son mentor à celle qu'il venait de dessiner. Les traits semblaient pour le moins semblables... Une proposition « Si on tentait de les superposer et les mettre face à la lumière pour remarquer la subtilité ? Cela aiderait non ?» 

Remarque osée de la part d'une jeune pirate qui aussitôt se mordit les lèvres... elle avait osé, proposer, tenter... erreur ? Probablement... mais maintenant c'était fait...


_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 205
J'ai : 45 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor, Philippe Jedidiah
Mes autres visages:
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: Jeux de cartes   Lun 3 Avr - 17:46

La pique et le regard de défi lui firent lever un sourcil pour le moins étonné. Si on pouvait lui faire beaucoup de reproches sur maints sujets différents, il en était pour lequel ce n’était jamais arrivé ; la cartographie. Depuis sa plus tendre adolescence, à l’exact même âge que Lou-Ann, maintenant qu’il y pensait, il s’était dévoué aux cartes et à l’apprentissage de cet art jusqu’à l’excellence. Sicq ne s’était jamais satisfait d’à-peu-près, et n’avait jamais cherché moins que l’exceptionnel. Du moins était-ce ce qu’il se plaisait à croire, car pirate, il n’avait guère l’occasion de se frotter à d’autres cartographes. Aucun de ses précédents capitaines n’avaient néanmoins retrouvé à dire sur son travail. Venue d’une autre bouche, la remarque aurait ainsi pu lui faire bouillir les sangs, mais il se contenta d’une respiration profonde et revint au calme avant de s’être vraiment énervé. « Vous êtes bien vite montée en grade mam’selle Jedidiah, pour me donner des ordres comme ça. » Rien de plus qu’une pique discrète, pas tout à fait sérieuse, bien que son regard se soit durcit un instant. Il n’apprécie pas de se faire menacer sur l’Audacia.

La hiérarchie se rétablit rapidement alors que la mousse part sans protester fouiller dans ses trésors. Le vieux pirate s’apaise, à nouveau amusé par le caractère flamboyant de Lou-Ann, bien que toute son ingénuité le dépasse souvent. Pendant qu’elle cherche, il se demande si elle a déjà posé le bien en Ansemer et ce qu’elle comprend vraiment de la guerre qui fait désormais rage. Quelle vie a-t-elle eu, loin de ses parents, confiée à Lorgol sans doute ? Que sait-elle du monde et de ses protagonistes ? Sicq réalise alors qu’au milieu de leurs longues conversations, il a souvent révélé plus de lui-même qu’il n’a appris sur la mousse, et il ne sait presque rien de sa vie avant l’Audacia, La nostalgie de sa propre adolescence l’envahit alors brusquement, sans avertissement, rapidement dépassée par l’amertume du voyage et de la découverte, de sa naïveté disparue envers un continent qui ne l’a rendu que vieux et aigri, comme disent beaucoup de ses camarades. Pendant que Lou-Ann cherche, il espère que la guerre ne les rattrapera pas trop vite, et qu’elle pourra découvrir un peu des autres terres avec curiosité et sérénité, comme il a lui-même pu le faire trente ans auparavant, dans un Arven bien différent de celui qu’ils foulaient tous à présent.

Déjà, la jeune femme revient, et Sicq chasse sa nostalgie amère dans la concentration. Il se saisit du rouleau apporté et examine d’abord ses références, avant de hocher sèchement la tête, façon discrète de récompenser un travail bien mené. La suggestion, en revanche, le prend au dépourvu, et il regarde les minuscules carreaux qui habillent le fond de sa cabine, peu convaincu par l’idée. « Hmm. L’parchemin c’est épais, po sur qu’on y verra quoi que ce soit. » Ses yeux rencontrent ceux de la mousse, il soupire. « M’enfin, rien n’empêche d’essayer. » Il n’a jamais travaillé ainsi, mais la mer est calme et le voyage encore long, un léger contre-temps ne changerait pas grand-chose. Et, comment disent-ils ? Il faut laisser aux jeunes l’occasion de faire leurs expériences ? Le cartographe parcourt les deux cartes du regard, cernant d’un œil aiguisé par l’expérience, les principales différences entre les deux parchemins, malgré leurs très nombreuses similitudes. « Viens, allons sur le pont, on aura pu d’soleil qu’ici. J’te tiendrai les cartes et t’auras qu’à m’dire c’que tu vois de différent. » Toujours dubitatif, il enroule rapidement les deux rouleaux et les coince sous un bras, tandis qu’il pose sa main libre sur l’épaule de Lou-Ann afin de la guider au dehors.

_________________


[ Tout comme le fracas des vagues ]

Sicq parle peu, mais en #ff3300
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 454
J'ai : 15 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'Audacia
Mes autres visages:
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: Jeux de cartes   Mar 4 Avr - 22:27

Ambitieuse, peut-être même un peu trop assurée vis à vis des paroles qu'elle a eu envers le cartographe elle ne s'était point aperçue du trouble de l'adulte lors de ses paroles. Grand bien lui fasse ou peut être aurait-elle du être plus vigilante afin de ne pas renouveler cette erreur. Qu'importe elle s'était rapidement appliquée à exécuter la demande de Sicq, se mettre à la recherche du parchemin. Après diverses fouilles, le document en mains elle avait rejoint la table de travail.

Elle ne faisait guère que débuter dans cet exercice. Observatrice mais minutieuse, elle tentait d'apporter une nouvelle manière de faire dans la lecture de ces cartes. Enfant elle se souvenait superposer des feuilles de papier l'une sur l'autre, reproduire les dessins de navire, attendant le retour de ses parents. Lou-Ann ne s'occupait guère à écrire ou lire ; sa passion innée était le dessin, l'imagination, laisser la plume danser sur la feuille. C'était probablement pour cette raison qu'elle avait trouvé en Sicq un mentor. Peut être que dans de lointaines années elle aussi serait capable de réaliser de telles cartes.

Les paroles de Lou-Ann, c'était les mots d'enfant qui sortaient de sa bouche, le naturel, superposer les parchemins, probablement une erreur à bien y penser mais la question était posée. Le ridicule ne tue pas mais il rend plus fort pourrait-on se dire, qu'importe, elle avait osé ; naturellement, sans-gêne, il va sans dire que la jeune mousse n'imagine pas un instant que ses paroles aient pu choquer l'adulte.

De sa rêverie elle fut tirée par les paroles de Sicq qui, surpris, mentionna l'épaisseur du parchemin. Quelle sotte, bien entendu, l'épaisseur du parchemin n'avait rien à voir avec le papier de sa jeunesse à terre... Lou-Ann allait d'ailleurs pour s'excuser, reconnaître son erreur, et pourtant il en fallait pour qu'elle avoue sa bêtise mais déjà l'homme proposait de tenter cette nouvelle manière de faire. Fierté mal placée de la moussaillon qu'elle dissimula au mieux possible. Tu n'es que mousse Lou-Ann ne te prends pas pour calife à la place du calife et effaces toi un peu, ranges cette ambition et sois studieuse, ce n'est point à toi d'apprendre le travail à Sicq voyons que penserait Freyja d'une telle attitude de son aînée ?

Déjà l'adulte une main sur son épaule les guidèrent dehors. Des marins de ci de là un sourire goguenard les regardaient passer. Les pas de Lou-Ann et Sicq les emmenèrent vers un endroit particulièrement ensoleillé sur le pont. Certes ils étaient tous deux visibles à cet endroit de l'Audacia, nul doute que cette mise en pratique arriverait aux oreilles de la seconde et du capitaine. Lou-Ann n'avait point peur de sa mère ou de son père mais comment réagiraient-ils en les voyant l'un et l'autre étudier les courants marins ? Ils n'étaient point dupes sur les rapports qu'elle entretenait avec Sicq et fermaient les yeux... confiance aveugle et probablement avaient-ils raison, sans nul doute aucun.


Déjà l'homme superposait les deux cartes, face à l'astre lumineux présent dans le ciel bleuté, la main sur le haut des yeux elle se plongea dans l'observation. Les courants étaient pour ainsi dire bien similaires ; les courants principaux certes mais d'autres lignes plus étroites adjacentes de ci de là, semblaient partir dans des directions bien opposées.

Hésitante elle se rapprocha, vraiment l'épaisseur du premier dissimulait le second mais avec un peu de concentration oui il lui semblait bien que les courants secondaires n'allaient pas forcément dans le bon sens sous ses yeux. Regardant Sicq et alors que quelques marins les regardaient goguenards elle lui dit « jdois reconnaître toutes mes idées sont pas aussi bonnes que les vôtres Msieur » mais poursuivant « on d'rait qu'y'a deux courants, le courant principal ainsi désigné » en montrant un trait plus épais que les autres « et les autres mais... » hésitante « l'épaisseur du parchemin ne me permet pas de confirmer mon impression on d'rait que les courants secondaires sont relativement différents d'une carte à l'autre non ? ».


Lou-Ann croisa les bras devant elle attendant une réponse de son mentor en cartographie... un regard vers la cabine du capitaine, très bien celle-ci était fermée personne n'en sortait, les brouhahas alentours depuis leur sortie n'avaient visiblement pas attiré l'attention du responsable de l'Audacia.

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 205
J'ai : 45 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor, Philippe Jedidiah
Mes autres visages:
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: Jeux de cartes   Dim 9 Avr - 11:12

Alors qu’ils traversent le pont de l’Audacia sous les regards goguenards des pirates, qui semblent penser qu’ils peuvent se permettre une promenade, Sicq se ferme. Dans la pénombre de sa cabine, seul avec Lou-Ann, il lui est plus aisé de s’ouvrir un peu et de passer sur les innovations étranges de l’adolescente, de ne pas trop se laisser désarçonner par ses questions ingénues et de faire semblant d’oublier la génération qui les sépare. Face au reste de l’équipage, cependant, il entend les murmures sur leur passage auquel il se contente de répondre d’un regard noir ou d’un grommellement au contenu désobligeant, sans doute plus amusant qu’intimidant pour la plupart de leurs camarades, maintenant trop habitués aux sautes d’humeur du cartographe. Renfrogné, il allonge le pas pour atteindre la poupe et déroule une nouvelle fois les cartes afin de les offrir à la lumière du soleil.

Ainsi les bras levés, dans une position qu’il ressent comme profondément ridicule, il attend avec une patience relative les commentaires de Lou-Ann. Outre sa loyauté pour les Jeddidiah, il ne comprend pas trop lui-même ce qui le pousse à jour ce rôle de mentor avec la mousse et lui enseigner ce qu’il sait. Elle paraît tellement flamboyante et sauvage, la rouquine, qu’il ne l’imagine pas devenir cartographe un jour. Bien plus peut-il voir en elle une canonnière, car elle a la rage et la férocité nécessaire aux tirs les plus délicats. Autant qu’il s’en souvienne, il était déjà plus patient et observateur que turbulent, lorsqu’il était enfant, comme si son essence même l’avait mené sur cette route, face aux choix qui faisait aujourd’hui de lui un cartographe respecté sur son bâtiment. Mais qu’en savait-il des adolescents, au fond ? Vu son rôle de pupitre du jour, sans doute bien peu de choses.

« Boaf, on a tous eu not’ lot d’idées stupides. Faut juste réussir à les faire oublier, c’tout. » Sicq hausse les épaules, avant de se rappeler que ses mouvements n’aident pas leur entreprise à atteindre une fin fructueuse, et il se raidit, attendant le verdict de la mousse. « Tu vois, c’était pas si bête au final. » Le vieux pirate baisse les bras et roule les muscles de ses épaules, comme si déjà, il avait une crampe. « Le courant principal est quasiment l’même, mais les courants s’condaires changent. » Il se détourne vers la mer, s’approche du bastingage et se perd dans la contemplation du large pendant quelques secondes. « Les vents doivent être différents. Va m’falloir un moment pour corriger cette carte dans les détails, mais tant qu’fait beau, ça devrait pas trop impacter la navigation. » Il la regarde avec un fin sourire sur le bord des lèvres, comme si il s’attendait à ce qu’elle s’élance immédiatement chez son père pour lui faire part de cette annonce. Il ne fait cependant ni mine de bouger, ni de s’élancer dans de plus amples commentaires, considérant sans doute qu’il en déjà dit bien assez, que tout cela suffit pour comprendre. Même au sujet de la cartographie, l’érébien ne devient guère loquace et il ne faut pas plus de quelques minutes pour que son visage fonde à nouveau en une expression neutre, un peu bougonne même, alors que son regard ne cesse de se faire attirer par le large, bien que la mer, calme et déserte, semble ne poser aucun intérêt inhabituel.

La mer continue de lui plaire, année après année, malgré l’aigreur grandissante et la fascination qui, depuis quelques années déjà, a fini de le tirer hors du lit chaque matin. Ce sont les crampes et le battement de la mer contre la coque qui le tirent désormais d’un sommeil sans rêve pour retourner dans la routine d’une vie au large, bien moins aventurière et saugrenue que ne se l’imaginent sans doute les peuples d’Arven. Ou même Lou-Ann, qui a encore tant à découvrir avant de cesser d’être surprise.

_________________


[ Tout comme le fracas des vagues ]

Sicq parle peu, mais en #ff3300
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 454
J'ai : 15 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'Audacia
Mes autres visages:
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: Jeux de cartes   Lun 17 Avr - 13:07

Lou-Ann avait reconnu sa faible expérience ; toute idée n'était guère bonne à partager, la patience de Sicq dépassait encore ses limites c'est bien pour cela qu'elle s'obstinait encore et toujours à le questionner. Sicq lui apprenait les connaissances en terme de cartographie tandis qu'elle apprenait le maniement des armes avec Meldred. Chacun à sa manière lui apportait les connaissances nécessaires à son avenir sur l'Audacia.

Lou-Ann avait une prédisposition dans le maniement des armes mais elle savait oh combien les cartes étaient leur bible dans la navigation ; tous les membres de l'équipage sont utiles dans la navigation du navire. Lou-Ann sa jeunesse sa fougue l'était aussi mais apprenais aussi à rester à sa place. Ce n'était point le moment de se faire débarquer, elle en serait bien malheureuse, elle qui rêvait de naviguer sur les flots depuis son plus jeune âge.

Aussi écoutait-elle silencieusement Sicq ; elle ne s'était guère trompée dans son appréciation il était bien question de courants primaires et secondaires. Il soulignait par ailleurs une erreur. Une gamine sauvage, impétueuse et irrespectueuse se serait aussitôt jetée vers la cabine du capitaine pour rapporter de telles informations mais Sicq était pour elle un ami qu'elle ne comptait pas trahir de si tôt. Elle rapportait fut un temps mais cela c'était avant de trouver sa place sur l'Audacia.

Elle réprima néanmoins un petit rire qui se termina en un simple sourire « c'n'est point moi qui vais rapporter ça au captain je n'suis que vot élève M'sieur Sicq » un clin d'oeil à son égard ; puis se rapprochant du bastingage quelques instants « je suis une simple moussaillon élève de Sicq, et du canonnier j'ai des tas de choses à apprendre de vous tous ; famille de pirates, véritable école ; mon avenir est sur un bâteau.. ».

Lou-Ann se tourna vers le cartographe un sourire enfantin sur les lèvres « en tout cas merci Msieur Sicq de votre apprentissage ; z'êtes d'une patience d'ange avec moi » puis se rapprochant de l'adulte elle lui dit "z'avez b'soin d'aide pour la r'faire ? ou vous préférez m'la montrer r'faite j'veux pas m'imposer M'sieur".

Qu'importe si le cartographe souhaitait travailler seul elle aurait bien un coin du pont à astiquer le temps qu'il revienne ou il l'appellerait... si encore il le faisait... du coin de l'oeil un seau semblait l'appeler avec un balai... l'appel du devoir se faisait sentir, inébranlablement




_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 205
J'ai : 45 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor, Philippe Jedidiah
Mes autres visages:
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: Jeux de cartes   Mer 3 Mai - 14:39

Sicq lève un sourcil, un brin étonné par la réaction de la mousse. Sans lui rendre son clin d’oeil, il l’écoute un temps sans que son visage ne change plus. Au fond de lui, il s’interroge sur la relation que l’adolescente entretient avec son capitaine de père, quels mots ils s’échangent, quelle intimité ils se permettent. En Erebor, la famille passait au dessus de toutes les hiérarchies, une fois le clan complet réuni. Année après année, il continuait de serrer Sitd contre lui lorsqu’il rentrait pour l’hivernage, et s’entichait, sans différences des enfants du fils de clan comme de tous ses autres neveux. Quelque part, la dynamique du désert n’était guère si différente de celle de la mer. Le groupe était indispensable à l’individu, et de la nécessité de veiller sur son voisin, naissaient des réflexes presque maternels entre camarades de bord. La hiérarchie n’en était plus qu’utilitaire, un mal nécessaire pour une navigation efficace. Les pirates, pourtant, étaient tous frères.

« T’embarasses pas d’ces M’sieur. Sicq c’est bien assez. Je l’dirai au capitaine moi-même alors. Il faudra rester prudents jusqu’en Ans’mer. » Il ne commente pas le reste de sa philosophie de bord. Elle a raison, sans aucun doute, même si le vieux pirate n’est pas entièrement convaincu qu’une vivenef pirate soit une excellente école de vie. Partiellement, peut-être, et après tout il a lui même rêvé de l’Audacia des années avant de gagner la chance de monter à son bord. Mais justement, il l’a gagnée cette chance, à force de travail, de voyages. Il n’envie pas Lou-Ann, pas plus qu’il n’estime qu’elle démérite. Cependant, il est encore bien peu qu’elle n’ait obtenu de ses  propres mains, et il en sait s’il doit lire dans ses mots une fausse modestie, ou une sérénité qui serait bien étonnante pour son âge.

« Bah ». Il chasse ses remerciements d’un geste vague de la main. Il ne saurait dire d’où il trouve toute la patience d’enseigner à Lou-Ann, car au fond, elle le déstabilise et le dérange bien plus souvent qu’il n’éprouve de plaisir à lui partager son savoir. Jour après jour, il s’y habitue pourtant, par loyauté pour Réia et Philippe, peut-être. Par méconnaissance de ce qu’il est, de ce qu’il croyait être aussi. « Faudra bien quelqu’un pour m’remplacer dans quequ’s années ». Le cartographe reroule ses cartes, soucieux de protéger le parchemin du soleil mordant du début de printemps et se détourne une dernière fois de la mer pour reprendre le chemin de sa cabine. « Il va falloir beaucoup de temps pour la r’faire. Va falloir r’tracer les courants au fur et à mesure, voir comment on arrive en Ans’mer. Si on a d’la chance, le temps restera assez bon pour qu’on voie les étoiles assez bien. Ce s’rait bien si tu pouvais dessiner un peu de c’que tu vois, quand t’es d’quart et moi pas. » D’un signe de tête, il l’invite à l’accompagner de retour à sa table, pour estimer les erreurs à corriger, les détails à chercher dans les prochains jours. Quitte à lui apprendre tant, il était temps qu’elle mette ses connaissances pratiques à l’épreuve.

_________________


[ Tout comme le fracas des vagues ]

Sicq parle peu, mais en #ff3300
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 454
J'ai : 15 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'Audacia
Mes autres visages:
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: Jeux de cartes   Mer 3 Mai - 22:33

Qui l'eut cru que Lou-Ann puisse être aussi polie ? Sa sœur, si elle l'avait entendue, ce serait bien esclaffée... mais ce que Lena ne savait point c'était qu'en compagnie de ces pirates elle se sentait investie. Autant l'apprentissage de la lecture, de l'écriture ou encore le calcul pouvait s'avérer être une véritable cinécure autant  la piraterie développait cette envie irrépressible d'apprendre.

Elle était bien trop jeune encore pour identifier quelle carrière elle pourrait embrasser sur l'Audacia cartographe ? Cannonière ? Elle verrait bien dans quel domaine elle serait bien plus à l'aise.  Par contre, une chose qu'elle avait appris sur l'Audacia c'était de rester à sa place, ne pas être calife à la place du calife. C'est la raison pour laquelle, après avoir pris la parole, elle attendait, dissimulant son empressement, que  Sicq ne la convie à passer aux travaux pratiques.

En parlant de Sicq... voilà qu'il lui demandait de l'appeler par son prénom. Souriante, elle lui répondit « Bien Sicq, si vous souhaitez qu'j'vous appelle ainsi j'm'y plierai » mais de là à le tutoyer, il fallait pas non plus exagérer, quoique ? On verra bien... reste à ta place, ne t'aventure pas en terrain miné... si tu veux garder ta place qui est la tienne. Par contre, les paroles qui suivirent scotchèrent littéralement la jeune mousse. Il ambitionnait tout de même pas pour elle une carrière de cartographe ? Elle était jeune, travaillait certes mais de là à avoir son talent ? Il était pas sérieux tout de même ?

A bien le regarder, Sicq semblait assumer complètement ses paroles ; murmurant elle se dit pour elle même, espérant qu'il n'entende pas ses proposes « d'là à c'que je vous remplace... faudrait d'jà qu'j'arrive à dessiner comme il faut ces courants»... non mais sérieusement ; d'accord, elle s'appliquait, mais une telle phrase de la part de Sicq n'était pas du tout anodine... Bref, Lou fais comme si tu n'avais rien entendu et emboîtes lui le pas alors qu'il se dirige à nouveau vers sa cabine.

D'ailleurs, venait-il pas de lui proposer de dessiner ce qu'elle observait lors du prochain quart ? Répondant cette fois ci à voix haute « j'peux tenter oui de dessiner c'que j'vois ; si j'peux vous aider ça m'fera bien plaisir Sicq ».

Quelques pas les séparaient de la cabine du cartographe, elle y pénétra, s'installa sur la table, prenant un parchemin qu'elle disposa devant elle, attendant patiemment les consignes elle était prête « j'prends le premier quart ce soir ; j'tâcherai de commencer à dessiner ce que j'observe ; en plus l'temps est pas brumeux j'devrais pouvoir vous faire un ptit quelque chose ».

Oui, inspirée, elle se sentait remplie d'une mission ; fierté, les yeux pétillants ; elle n'aspirait qu'à une chose, tracer des courants, participer à la correction de cette carte ; une infime partie probablement mais qui n'en serait pas moins utile.

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
Jeux de cartes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LE LANSQUENET
» Les Jeux de Cartes Pokémon X et Y
» Jeux de plateau et jeux de cartes: la ludothèque des joueurs
» "Cartes sur table", nouveau magasin de jeu de société sur Auxerre
» le jeux du sam... sam'dit !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Les Terres du Nord :: Au large :: L'Audacia-
Sauter vers: