AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La Cour des Trahisons ♦ [Intrigue 2.3] La Roue Brisée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
PNJ • Admin
avatar

Messages : 755
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
PNJ • Admin
Message Sujet: La Cour des Trahisons ♦ [Intrigue 2.3] La Roue Brisée   Sam 1 Avr - 1:36




Livre II, Chapitre 3 • La Roue Brisée
#8 ♦ Liselotte & Mélodie

La Cour des Trahisons

Intrigue 2.3 ♦ Trame temporelle alternée




Le Fils des Ombres est en colère.
Irrité, courroucé, formidablement scandalisé : une de ses ouailles tente de le renverser. La rumeur lui est parvenue par le réseau des Espions : une des épouses secondaires du duc Castiel de Sombreciel, l’Espionne Mélodie Douxvelours, ne se satisfait apparemment pas de vider les caisses ducales et souhaite maintenant s’approprier les richesses de la Cour des Miracles si durement accumulées.
Oui, elle est furieuse, Liselotte : c’est que c’est un sacré boulot, de faire peur aux gens ! Elle a donc convoqué la contrevenante, et se tient prête à sévir si la mercuriale préparée ne porte pas ses fruits…
Ni l’une ni l’autre n’ont conscience de celles qu’elles étaient par le passé, comment tout cela va-t-il se terminer ?




Consignes

Le Destin vous passe la main



• Ce topic est votre participation à l'intrigue 2.3 La Roue Brisée et n'est ouvert qu'à vous.  

• Vous devez y poster au moins une fois par semaine chacun.  

• Ce sujet devra être clôturé avant le dimanche 28 mai !  

• Vos personnages doivent arriver à Lorgol en fin de sujet, pour rejoindre l'Académie, ils ont le pressentiment qu'on les y attend. De fait, un campement de romanichels rescapés commence à se former dans la forêt de sapins à proximité. Vous serez sûrement au complet vers la fin du mois de mai.

• C'est le Destin qui décide si votre personnage a conscience d'avoir vécu une autre vie auparavant, ou pas ! Respectez bien votre contexte, et soyez attentifs : il peut vous faire retrouver la mémoire en cours de sujet...  

• Le premier message posté sera obligatoirement le formulaire d'ouverture des RP ! Pensez à le dater et à insérer le lien de votre sujet à l'endroit prévu pour permettre son recensement dans la chronologie.

• Le Destin passera peut-être vous taquiner de temps en temps...

• Pas de limite de mots, vous êtes des dragonnets libres, liiiiiiibres !

Bonne chance à tous !  


_________________
♦ Je suis le PNJ utilisé par les administratrices. ♦
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 1744
J'ai : 26 ans
Je suis : Voleuse spécialisée dans l'escalade à la Cour des Miracles.
(Futur Roi Blanc et Fils des Ombres :sisi: )

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des ombres
Mes autres visages: Antonin de Faërie
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: La Cour des Trahisons ♦ [Intrigue 2.3] La Roue Brisée   Sam 1 Avr - 13:40


Livre II, Chapitre 3 • La Roue Brisée
Liselotte Passefil & Mélodie Douxvelours

La Cour des Trahisons

ntrigue 2.3 ♦ Trame temporelle alternée



• Date : 28 Avril 1002
• Météo : Nuageuse avec quelques rayons timides
• Statut du RP : Privé
• Résumé :Le Fils des Ombres est en colère.
Irrité, courroucé, formidablement scandalisé : une de ses ouailles tente de le renverser. La rumeur lui est parvenue par le réseau des Espions : une des épouses secondaires du duc Castiel de Sombreciel, l’Espionne Mélodie Douxvelours, ne se satisfait apparemment pas de vider les caisses ducales et souhaite maintenant s’approprier les richesses de la Cour des Miracles si durement accumulées.
Oui, elle est furieuse, Liselotte : c’est que c’est un sacré boulot, de faire peur aux gens ! Elle a donc convoqué la contrevenante, et se tient prête à sévir si la mercuriale préparée ne porte pas ses fruits…
Ni l’une ni l’autre n’ont conscience de celles qu’elles étaient par le passé, comment tout cela va-t-il se terminer ?
• Recensement :
       
Code:
• [b]28 Avril 1002 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t1951-la-cour-des-trahisons-intrigue-2-3-la-roue-brisee]La Cour des Trahisons[/url] - [i]Liselotte Passefil & Mélodie Douxvelours[/i]
Le Fils des Ombres est en colère.
Irrité, courroucé, formidablement scandalisé : une de ses ouailles tente de le renverser. La rumeur lui est parvenue par le réseau des Espions : une des épouses secondaires du duc Castiel de Sombreciel, l’Espionne Mélodie Douxvelours, ne se satisfait apparemment pas de vider les caisses ducales et souhaite maintenant s’approprier les richesses de la Cour des Miracles si durement accumulées.
Oui, elle est furieuse, Liselotte : c’est que c’est un sacré boulot, de faire peur aux gens ! Elle a donc convoqué la contrevenante, et se tient prête à sévir si la mercuriale préparée ne porte pas ses fruits…
Ni l’une ni l’autre n’ont conscience de celles qu’elles étaient par le passé, comment tout cela va-t-il se terminer ?


_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 1744
J'ai : 26 ans
Je suis : Voleuse spécialisée dans l'escalade à la Cour des Miracles.
(Futur Roi Blanc et Fils des Ombres :sisi: )

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des ombres
Mes autres visages: Antonin de Faërie
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: La Cour des Trahisons ♦ [Intrigue 2.3] La Roue Brisée   Sam 1 Avr - 13:40

Ce n’était pas bon, me mordillant l’ongle du pouce, signe de réflexion intense, j’avançais, mi-distraite, mi-concentrée. Mes yeux enregistraient le paysage, les alcôves, les moindres aspérités, sans même que j’en prenne conscience, reflexe obtenu d’un long et fastidieux apprentissage. J’avais reçu la convocation du Fils des Ombres il n’y avait pas longtemps, juste assez pour me permettre d’arriver à temps, pas assez pour me permettre de préparer cette entrevue comme il le fallait. Ce n’était pourtant pas le moment, cette fichue catin, cette pimbêche au ventre rond était en train d’usurper ma place légitime auprès de mon duc, MON, mien, à moi, qu’est-ce qu’elle ne comprenait pas celle-là ? Toutes à vrai dire.
Et voilà que le Fils des Ombre me convoquait ? Non, décidément ce n’était pas de bon augure.
Mais qu’importait.

Un fin sourire ourle mes lèvres, laissant, pendant un instant fugace, transparaitre toute la détermination qui m’habitait. Certaine, les médisants, diraient qu’elle était malsaine, je ne faisais que gagner mon pain comme tout un chacun, j’avais simplement mieux réussi que d’autres et si Castiel, ce charmant et fragile petit duc, était aussi manipulable, pouvait-on réellement m’en vouloir d’en profiter allégrement ? Des jaloux, purement et simplement, comme ce fichu Fils des Ombres.
Un incapable, un masque ne cachant qu’un vide inintéressant. C’était bien pour ça que je me devais de remplir cet abysse inutile qui tenait lieu de chef de la Cour des Miracles. J’étais certaine de pouvoir projeter notre ordre à un niveau encore inégalé, un niveau bien plus reluisant que la fange stagnante et répugnante dans laquelle l’actuel nourrisson-miraculeusement-capricieux nous avait mis.
Ses menaces et ses illusions en impressionnaient plus d’un, soumettait, terrifiaient, mais pas moi. J’étais au-dessus de cela. Je jouais dans la cour des grands et j’étais prête à me salir les mains, ce n’était pas ses tours de passe-passe qui allaient refroidir mes ardeurs, j’avais des besoins, des envies à combler et je comptais bien satisfaire le plus fugace de mes désirs.

Il suffisait simplement que je sois plus intelligente et plus fine que cet usurpateur ronflant qui tenait les rênes avec suffisance. Oui, je serais parfaite dans ce rôle, j’en étais convaincue, il était fait pour moi.

Ce n’était pas une bonne nouvelle, cette convocation soudaine, mais il n’en tenait qu’à moi d’en renverser la tendance, avec habilité, douceur et subtilité. Oui, ainsi, en manipulant avec précaution, flattant et caressant, il y aurait sans nul doute une échappatoire. Revêtant un masque d’une fierté adoucit par l’humilité de me tenir devant mon « chef », c’est en petite chose fragile, mais résolue que je me montre devant le Fils des Ombres. Je sentirais presque l’aura courroucée qui piquait l’atmosphère. Dommage que je ne puisse apercevoir ses traits pour y déceler son humeur véritable et m’y accorder de meilleures façons.
Qu’importe, ce n’était qu’un défi de plus, il n’y avait aucun intérêt à l’emporter dans la facilité après tout.

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles • Modo
avatar

Messages : 345
J'ai : 30 ans
Je suis : Couturière au service de Catarine d'Ibélène, Espionne à la Cour des Miracles (infiltration)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles, Castiel de Sombreflamme, Augustus d'Ibélène
Mes autres visages: Alméïde, Ilse, Aurore, Victorine
La Cour des Miracles • Modo
Message Sujet: Re: La Cour des Trahisons ♦ [Intrigue 2.3] La Roue Brisée   Dim 2 Avr - 0:55

Mais pour qui se prend-elle, cette misérable moins que rien, cette petite catin ducale, cette abominable sangsue ? Comment ose-t-elle seulement envisager une seule seconde qu'elle puisse la renverser et prendre sa place sur le trône qu'elle s'est forgé ? Sa place, elle l'a durement gagnée et ce n'est pas une petite idiote vénale qui la lui prendra !

Depuis que les rumeurs sont parvenues à ses oreilles, Liselotte entretient un rage sourde qui gronde en son être. Parfois apaisée par Joséphine, parfois éveillée par elle. Elles rient de s'imaginer les mille et une façons de lui faire payer ses illusoires ambitions, puis les balaient de quelque douceurs, de quelques baisers. Les sombres pensées reviennent pourtant très rapidement et l'envie de pendre l'espionne au coeur de la Cour des Miracles pour donner l'exemple lui semble à la fois tentant et bien trop doux. Quoi qu'il en soit, il lui faut agir, elle ne peut pas laisser passer ça, que les rumeurs soient vraies ou non. Alors elle a convoqué l'intrigante pour tirer cette affaire au clair. Il ne sera pas dit que le Fils des Ombres reste oisif lorsqu'une menace plane au-dessus de sa tête.

Liselotte est confortablement installée dans un fauteuil, à son bureau au coeur de la Tour des Miracles. Un verre de liqueur à peine entamé est posé devant elle, la bouteille trône sur la table et quelques documents sont ouverts sous ses yeux mais elle n'a pas la tête à se concentrer. Elle referme soigneusement chacun des parchemins et les range en lieu sûr – aussi sûr que possible dans un lieu empli de voleurs et d'espions. Reprenant son verre, elle s'avance jusqu'à la fenêtre et observe les allées et venues des enfants des Miracles, en contrebas. Ses lèvres goûtent à l'alcool sucré et un sourire satisfait se forme sur ses lèvres ; ils oeuvrent tous pour que règne une Cour toujours plus puissante et c'est elle qui en est responsable.

Lorsque des coups sont frappés à la porte, son masque est bien en place et elle sent la magie qui s'éveille pour dissimuler ses traits, sa voix, tout ce qui la rendrait reconnaissable. « Entrez. » déclare la voix magiquement modifiée d'un ton serein. Puis elle se retourne pour observer la mécréante qui s'avance dans la pièce. Sans un mot, elle lui fait face, les mains jointes derrière le dos et la posture droite et assurée, le bureau entre elles. « Bonjour Mélodie. » La voix est suave et loin d'être sympathique. « Assieds-toi, je te prie. » Un ordre et non une demande. Elle attend qu'elle s'exécute et s'installe à son tour sur son fauteuil, sans la quitter des yeux. Mignonne petite Mélodie, très attirante elle doit bien l'admettre, mais une épine dans son pied pour le moment. Elle la jauge, comme pour se faire une idée de la menace qu'elle représente, puis se demande distraitement si elle doit écraser ce misérable insecte.

« Veux-tu un verre ? » demande-t-elle sans amabilité et surtout, sans attendre de réponse. Prenant la bouteille dans une main, elle en verse un peu dans un verre vide qu'elle dépose devant l'espionne avant de s'appuyer contre le dossier du fauteuil, joignant ses mains devant elle. « Je ne vais pas y aller par quatre chemins. Si tu es là aujourd'hui, c'est parce que j'ai entendu des choses déplaisantes – très déplaisantes à ton sujet. Je n'ai pas pour habitude de laisser passer le moindre faux pas, mais les Enfants des Miracles méritent d'avoir le bénéfice du doute. » Elle se tait un instant, laissant le temps à ses paroles de faire leur chemin dans l'esprit de son vis à vis. « Aurais-tu des choses à me dire ? » demande-t-elle finalement, le ton plus menaçant, comme un grondement lointain qui annonce l'orage.

_________________


On joue parce qu' on aime la vérité et parce qu' on la déteste. On joue parce qu' on deviendrait fou si on ne jouait pas. Jouer ! Est-ce que je sais, moi, quand je joue ? Est-ce qu' il y a un moment où je cesse de jouer ?





dialogues • mediumvioletred
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 1744
J'ai : 26 ans
Je suis : Voleuse spécialisée dans l'escalade à la Cour des Miracles.
(Futur Roi Blanc et Fils des Ombres :sisi: )

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des ombres
Mes autres visages: Antonin de Faërie
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: La Cour des Trahisons ♦ [Intrigue 2.3] La Roue Brisée   Dim 2 Avr - 15:48

Le temps était précieux, le temps qui s’écoulait, voyait des fleurons se perdre dans le néant. Ainsi, le Fils des Ombres ne m’accorde pas de répit, entrant dans le vif du sujet quasi-immédiatement. Quel manque de finesse.
Je papillonne des yeux avec timidité vers ce masque insupportable qui m’empêche de savoir qui est mon rival. Cette personne jouissait allègrement de la puissance que lui donnaient ses illusions sur les autres, mais ce n’était rien de plus que des chimères. Ca ne voulait pas dire pour autan que la situation n’était pas délicatement périlleuse, simplement qu’il fallait savoir éviter les écueils masqués derrière ces faux-semblants.

Je m’empare du verre et le porte à mes lèvres, certaine qu’aucun poison n’y avait été mis. Après tout si traitre il y avait, il se devait de faire une exécution publique, un exemple, pas d’en jeter une carcasse vide du haut de sa tour. Si je n’étais pas encore attachée à un poteau pour exécution publique c’était qu’il n’était pas sûr de son information.

Aucun renseignement viable.
Signe de faiblesse.

J’en jubilais intérieurement sans rien en montrer. Comment exposer de façon plus explicite son incompétence qu’avec cette simple évidence qu’il me faisait luire devant les yeux. Je prends mon air le plus sérieux, y ajoutant un soupçon de crainte. Après tout, sa colère devait me faire frémir, les soupçons et les menaces qui filtraient de ses paroles rendraient n’importe qui craintif.

-Je ne vois pas trop… Vous n’êtes pas sans savoir que j’ai toujours servi la Cour au mieux, et que je vous suis soumise corps et âme….

Après tout n’avais-je pas épousé c sot de duc pour le bon vouloir de la Cour…Bon paqs que, il est vrai.

- Que ce soit en termes d’information venant de Sombreciel et des décisions diplomatiques alentour qu’en ayant orientées certaines de leurs décisions dans des directions propices à notre cause. Les jaloux sont nombreux et il n’est pas impossible que certains tente de me nuire…. Peut-être que l’une de mes manigances auprès du duc de Sombreflamme ou … de son entourage a été mal comprise.

J’avale une gorgée du breuvage qui s’écoule avec délice dans ma gorge, cependant, je n’ai pas le loisir d’en savourer les subtilités comme il se devrait. J’étais censée être terrifiée, intimidée, pas dans un salon en train de prendre joyeusement le thé.

-Vous n’êtes pas sans savoir que certaines manœuvres peuvent prendre du temps à se mettre en place, des années à porter leurs fruits. Je ne peux faire des rapports sur toutes les pièces d’un puzzle que je tente de créer et qui n’est même pas certain d’aboutir….Serait-il possible… avec la plus grande des humilités…d’avoir plus de…renseignements concernant les babillages flottant autour de ma tête et qui vous a alarmé au point de me convoquer auprès de vous ? Vous ai-je déçu ou déplu par l’un de mes comportements, ou l’une des informations que je vous ai fait parvenir ?

D’une tête qui s’était rabaissée au fur et à mesure de mes mots pour y imprimer le trouble, je la relève, fixant les yeux découpés sur ce masque insupportable, imbibant les miens d’une crainte tout enfantine que d’avoir déplu à son géniteur adulé.

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles • Modo
avatar

Messages : 345
J'ai : 30 ans
Je suis : Couturière au service de Catarine d'Ibélène, Espionne à la Cour des Miracles (infiltration)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles, Castiel de Sombreflamme, Augustus d'Ibélène
Mes autres visages: Alméïde, Ilse, Aurore, Victorine
La Cour des Miracles • Modo
Message Sujet: Re: La Cour des Trahisons ♦ [Intrigue 2.3] La Roue Brisée   Jeu 6 Avr - 15:19

Liselotte observe l'Espionne avec méfiance et suffisance. Cette petite blatte répugnante ne fera pas long feu s'il s'avère que ses réponses ne lui conviennent pas et elle n'a certes pas besoin d'avoir toutes les preuves pour sévir, comme elle l'a déjà montré par le passé. Chacun se doit de lui obéir et de servir la Cour, c'est aussi simple que ça. S'ils font le moindre pas de travers, ils sont bannis – dans le meilleur des cas – ou mis à mort – rapidement s'ils ont de la chance. Le Fils des Ombres ne s'embarrasse pas des poids morts, il est hors de question que tout ce qu'elle a mis en place soit emporté par le fond. La petite Mélodie leur a été bien utile, mais si elle apporte plus d'inconvénients que d'avantages, elle n'hésitera pas.

« Je ne vois pas trop… Vous n’êtes pas sans savoir que j’ai toujours servi la Cour au mieux, et que je vous suis soumise corps et âme…. » Silence. Elle n'esquisse pas le moindre geste pour confirmer ou infirmer ses dires. Elle attend la suite.

« Que ce soit en termes d’information venant de Sombreciel et des décisions diplomatiques alentours qu’en ayant orienté certaines de leurs décisions dans des directions propices à notre cause. Les jaloux sont nombreux et il n’est pas impossible que certains tentent de me nuire…. Peut-être que l’une de mes manigances auprès du duc de Sombreflamme ou … de son entourage a été mal comprise. » Oh, serait-ce là un complot ? Un sourire mauvais étire ses lèvres sous le masque sombre mais encore une fois, pas un mot n'est prononcé. « Vous n’êtes pas sans savoir que certaines manœuvres peuvent prendre du temps à se mettre en place, des années à porter leurs fruits. Je ne peux faire des rapports sur toutes les pièces d’un puzzle que je tente de créer et qui n’est même pas certain d’aboutir….Serait-il possible… avec la plus grande des humilités…d’avoir plus de…renseignements concernant les babillages flottant autour de ma tête et qui vous a alarmé au point de me convoquer auprès de vous ? Vous ai-je déçu ou déplu par l’un de mes comportements, ou l’une des informations que je vous ai fait parvenir ? »

Liselotte laisse un nouveau silence s'imposer entre elles. Elle pourrait répondre, directement et sans ambages, mais l'attente signifie qu'elle est celle qui a les cartes en main et que ce n'est pas une insignifiante noble pouilleuse qui parviendra à mener la danse.

« Tu as de nombreuses années de services à ton actif, c'est vrai. Je suis bien placée pour le savoir, inutile de me résumer chacun de tes exploits, j'y ai accès selon mon bon vouloir. » La voix se fait plus douce, presque mielleuse, dissimulant une menace sous-jacente. Mélodie cherche-t-elle simplement à gagner du temps ou tente-t-elle de l'amadouer en passant à côté du réel propos de cette entrevue ? Les techniques sont nombreuses pour éviter un sujet houleux et Liselotte est bien placée pour le savoir. Soit l'Espionne essaie de la mener en bateau, soit elle est terriblement naïve et stupide. Des années au sein de la cour cielsombroise lui aurait-il embrumé le cerveau ?

« Ce que je ne comprends pas, c'est que tu ne viennes pas rendre compte de tes plans, si ceux-ci ont le moindre risque d'être interprétés de la mauvaise manière. Tu sais pourtant comme j'aime être tenue informée de tout ce qu'il se passe au sein de la Cour. Anticiper, prévoir, avoir un coup d'avance sur les autres ; c'est ce que nous faisons ici. Nous ne pouvons fonctionner si chacun oeuvre de son côté. Je suppose que tu en as conscience ? »

Elle est moins sèche, la voix qui réprimande. Elle est tout au plus condescendante, un peu moralisatrice, comme un adulte qui ferait la leçon à son enfant en bas âge. Ses doigts tapotent l'accoudoir de son fauteuil tandis qu'elle observe la jeune femme. « Maintenant dis-moi, quel est ce plan que tu as en tête ? » Non, elle n'a pas répondu à la question de l'Espionne, mais c'est elle, Liselotte, qui mène l'interrogatoire. Et non l'inverse.

_________________


On joue parce qu' on aime la vérité et parce qu' on la déteste. On joue parce qu' on deviendrait fou si on ne jouait pas. Jouer ! Est-ce que je sais, moi, quand je joue ? Est-ce qu' il y a un moment où je cesse de jouer ?





dialogues • mediumvioletred
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 1744
J'ai : 26 ans
Je suis : Voleuse spécialisée dans l'escalade à la Cour des Miracles.
(Futur Roi Blanc et Fils des Ombres :sisi: )

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des ombres
Mes autres visages: Antonin de Faërie
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: La Cour des Trahisons ♦ [Intrigue 2.3] La Roue Brisée   Ven 7 Avr - 20:15

Loin de s’émouvoir, le Fils des Ombres se drape dans un silence tout à fait agaçant. Je n’en perds pas pieds pour autant, avançant mes pièces, me faisant de miel pour amadouer ce masque creux. Je parle, je discute et explique, je ne suis toujours pas morte, bon point ça. Il n’y avait aucune certitude dans cette partie qui venait de se lancer entre nous. Et c’était précisément ce qui pouvait me sauver la vie, je jouais gros, j’en étais consciente et ceux depuis le début. Que c’était l’avidité qui me faisait monter chaque échelon, inlassablement, qui risquait un jour de me faire glisser et chuter. Pourtant, j’étais incapable de m’arrêter tel l’insecte attiré par la lumière du pouvoir. Je n’en avais jamais assez, il fallait qu’on me reconnaisse, qu’on m’accepte et ceux de grès ou de force.
Il en était sans doute de même pour cet usurpateur incompétent qui me faisait face. Tant que rien n’était fixé et que notre sort était confié au bon vouloir d’Omen, alors rien n’était perdu, tout était encore possible. C’était une accalmie, une suspension dans la tempête du temps qui était aussi agréable que terrifiante, grisante.

Certains se sentaient vivants dans la drogue et l’alcool, moi je collectais ces moments où même les dieux étaient incapables de prévoir les chemins qui s’écrouleront et ceux qui seront empruntés. C’était d’une beauté irréelle, car éphémère, une beauté que j’étais seule à voir et que personne d’autre ne semblait comprendre. J’aspirais à obtenir la plus belle de toute et sans nulle doute qu’être au sommet de la Cour des Miracles me dégagerais suffisamment la vue pour la cueillir, la tenir au creux de ma main pour la détruire ensuite, ainsi je la garderai jalousement pour moi et moi seule.

-Oui et si je ne l’ai pas encore fait c’est qu’il y a des raisons, la première est que cela n’en ait qu’au stade d’embryon. L’entreprise est quelque peu…ardue. La seconde est que je n’en ai pas eu le temps et que mes…détracteurs ? Appelons-les ainsi, ont, semblent-t-ils étés plus rapides que moi.

Il fallait bien donner le change, alors que le silence est écrasé sous la voix modifiée d’une illusion dangereuse. Elle se module et vibre étrangement dans l’air se faisant moins grave, plus chaleureuse et pourtant bien plus pesante qu’auparavant. C’était une menace sous-jacente qu’un mot de travers risquait de m’être renvoyé afin qu’il m’étouffe.
L’équilibre précaire de l’incertitude commençait se parer de couleur plus nette. La question fatidique est posée, du peu de temps dont j’avais disposé, j’avais néanmoins pu réfléchir à une échappatoire. Mes yeux se perdent un moment sur les rainures du bois du bureau qui nous sépare, je me demandais, un instant, quel était son poids, si je serais capable de le soulever pour l’envoyer contre le Fils des ombres, est-ce que cela me permettrait de fuir ? De le tuer ? Peu probable, ce n’était pas le moment, ni l’endroit. J’étais clairement en position de faiblesse. Il fallait continuer à faire semblant, à paraitre sans défense pour attendrir l’ennemie.
Si tant est qu’il puisse l’être.

-Il ne s’agit que de rumeur, dont je m’empare pour les magnifier et les faire devenir des idées, les nourrir pour qu’elles en soient des obsessions. Vous n’êtes pas sans savoir que Faërie tente de calmer le peuple, d’assoir une autorité pour le moins contestée. Dernièrement il semblerait que le Prince de Faërie ait été envoyé pour s’occuper de la menace pirate. Vous n’êtes pas sans savoir qu’Ibelin répondra en conséquent, si le fils réussit, la balance penchera en leur faveur. Cependant, ça reste un jeu dangereux, le moindre faux-pas et c’est sa crédibilité à lui qui en pâtira. Donc, il faut l’influencer Ibelin et Faërie pour les mener à la faute et pourquoi pas, en profiter pour mettre des agents de confiances aux pouvoir. Imaginez un espion conseillé voire même… A la tête du royaume ? Ca parait utopique, irréaliste dit comme ça, mais je suis certaine que c’est dans nos cordes, dans les miennes. Je ne fais que semer, sonder l’éventail des possibles et le cultiver pour qu’à la fin ce ne soit pas un rêve, mais une réalité qui nous attende. A défaut du trône, peut-être pourrions-nous au moins avoir un accès illimité aux reliques enfermées et cachées que la royauté se garde pour elle.


Plus le poisson était gros, plus il cachait le mensonge, n’est-ce pas ? Puis dans le fond ce n’était pas si fou, pas si irréaliste. Du vrai habillé de faux pour paraitre plus réel. Une entreprise risquée, hasardeuse, mais pas totalement stupide. Du moins il fallait que ça fasse sens aux oreilles de celui qui tenait ma vie entre ses mains.

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles • Modo
avatar

Messages : 345
J'ai : 30 ans
Je suis : Couturière au service de Catarine d'Ibélène, Espionne à la Cour des Miracles (infiltration)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles, Castiel de Sombreflamme, Augustus d'Ibélène
Mes autres visages: Alméïde, Ilse, Aurore, Victorine
La Cour des Miracles • Modo
Message Sujet: Re: La Cour des Trahisons ♦ [Intrigue 2.3] La Roue Brisée   Mer 12 Avr - 15:44

Le Fils des Ombres se drape d'une patience infinie. Simple illusion, car en-dessous du masque, une jeune femme frémit, prête à bondir pour déclamer la sentence que la traîtresse mérite. Petit catin ambitieuse et incompétente, incapable d'agir sans que ses mouvements ne soient repérés. Sur les fils de l'immense toile d'araignée que Liselotte a créée, c'est elle qui a tout pouvoir et tout contrôle. Si un insecte frémit à son extrémité, elle le saura. Si un petit papillon fragile coince ses ailes délicates contre elle, elle n'hésitera pas à s'en emparer. Mais qu'un vulgaire cafard se pense assez important pour venir prendre sa place au coeur des opérations, ça l'agace fortement. L'Espionne doit être écartée ou écrasée, il n'y aura pas d'autre alternative. Reste à savoir quelles sont les cartes qu'elle a en main et comment elle peut les retourner contre elle.

« Oui et si je ne l’ai pas encore fait c’est qu’il y a des raisons, la première est que cela n’en est qu’au stade d’embryon. L’entreprise est quelque peu…ardue. La seconde est que je n’en ai pas eu le temps et que mes…détracteurs ? Appelons-les ainsi, ont, semble-t-il été plus rapides que moi. »

Crétine. Liselotte se retient de pousser un soupir agacé, mais ses doigts pianotent un peu plus vivement l'accoudoir de son fauteuil et son regard se fait acéré sous le masque. Petiti idiote. Croit-elle une seule seconde que son explication est suffisante ? Depuis quand ses espions agissent-ils chacun de leur côté sans l'en informer ? Si la jeune femme aime les initiatives, elle déteste plus que tout ceux qui pensent pouvoir agir seuls. Mais elle s'efforce de garder son calme, attendant une suite qui ne tarde pas à venir qui soulève bien plus de questions qu'elle n'apporte de réponses. Sans un mot, elle écoute, assemble dans son esprit les pièces d'un puzzle étrange et complexe. Fils des Ombres, elle est bien placée pour connaître la situation du continent et encore plus pour savoir que Faërie et Ibélène n'ont plus aucune importance depuis longtemps ; c'est Lorgol qui tire les ficelles, et ce, depuis longtemps. Néanmoins, elle semble évaluer l'idée de l'Espionne, soupesant le pour et le contre, comme elle l'aurait fait face à n'importe quel Enfant des Miracles venu lui soumettre une proposition. Influencer les empires ? Déjà fait. Mettre des agents près des têtes couronnées ? Fait, mais pourrait être amélioré, comme toujours. La stagnation est synonyme de déclin et Liselotte est toujours ouverte aux changements.

Elle se relève, délaissant son fauteuil pour faire quelques pas dans la pièce, sans se presser. « Mettre l'un des nôtres à la tête d'un empire, c'est là ton idée ? » demande-t-elle, comme plongée dans sa réflexion. Liselotte n'est pas dupe. Méfiante, parfois à la limite de la paranoïa, elle continue à voir l'ambition de Mélodie comme un danger et elle n'oublie pas les paroles qui lui ont été rapportées. Ses mains se posent sur les épaules de l'Espionne, délicates, menaçantes. « Et tu penses réellement que c'est dans tes cordes ? » la question est posée sèchement, laissant transparaître le ton hautain à travers la voix modifiée. Un petit rire s'échappe ensuite de ses lèvres. D'une main, elle tapote la tête de Mélodie, comme s'il s'était agi d'un enfant venu la voir avec une idée des plus incongrues mais touchantes, puis elle s'avance jusqu'au bureau sur lequel elle s'appuie pour lui faire face. « Je serais curieuse de savoir comment tu comptes t'y prendre. Tu es déjà duchesse de Sombreciel, aucun empereur – ou futur empereur – n'accepterait un mariage avec une femme qui se séparerait d'un époux haut placé. Et s'ils meurent, ils ont bien assez de personnes prêtes à prendre leur place. » Elle la regarde un instant, et son ton garde une certaine douceur dans les paroles mauvaises qui franchissent alors ses lèvres.

« Tu es une idiote Mélodie. Un tel plan nécessite une coordination avec de nombreux espions. Si nous voulons placer des personnes de façon à avoir la main mise sur les empires, nous devons nous y prendre à l'avance. L'infiltration demande du temps, tu es bien placée pour le savoir. Comptais-tu nous prévenir au dernier moment ? » Et là, il aurait été trop tard pour placer qui que ce soit auprès des personnes stratégiques. Liselotte déteste l'incompétence. Et elle n'en a pas fini avec elle. « Je n'aime pas beaucoup que l'on prenne de telles initatives sans me consulter. Peut-être avais-je déjà des agents sur place, peut-être sont-ils prêts à agir, peut-être ont-ils des missions bien spécifiques que tu risques de mettre en danger par ton comportement irréfléchi. » Liselotte s'interrompt et retourne se placer derrière son bureau, debout, appuyée dessus pour surplomber Mélodie. « Dis-moi, es-tu vraiment aussi stupide ou ton ambition t'a-t-elle complètement embrumé le cerveau ? »

_________________


On joue parce qu' on aime la vérité et parce qu' on la déteste. On joue parce qu' on deviendrait fou si on ne jouait pas. Jouer ! Est-ce que je sais, moi, quand je joue ? Est-ce qu' il y a un moment où je cesse de jouer ?





dialogues • mediumvioletred
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 1744
J'ai : 26 ans
Je suis : Voleuse spécialisée dans l'escalade à la Cour des Miracles.
(Futur Roi Blanc et Fils des Ombres :sisi: )

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des ombres
Mes autres visages: Antonin de Faërie
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: La Cour des Trahisons ♦ [Intrigue 2.3] La Roue Brisée   Ven 14 Avr - 11:24

Attaque, menace sous-jacente, humiliation. J’en sourirais presque tant je trouve ce Fils des Ombres pathétique, usurpateur d’une place qui me revient de droit. Je m’en abstiens cependant, de même que je musèle le rire froid qui me brule la gorge tant il se démène pour sortir. Cet inconnu pouvait m’attaquer comme bon lui semblait, il ne réussirait pas à toucher mon estime, je savais où était ma place, ce que j’avais fait et le mérite que je pouvais en retirer. Il ne minimiserait pas ma place et mes exploits. Ho que non, mais ce n’était pas pour autant que la colère n’était pas là, brulante et grondante, elle déversait des images fortes peu appropriées et très sanguinolentes d’un certain Fils des Ombres désarticulé au bas de sa foutue tour. Plus la conversation avançait et plus il semblait évident que la sentence avait déjà été donnée, le tout était de savoir qui finirait dans les bras de Sithis le premier. Je ne le laisserais pas me prendre avec facilité, ho que non et les aiguilles qui retenaient mes cheveux en une coiffure élégante étaient d’autant d’armes qui me seraient utiles pour lui crever les yeux et lui percer le cœur. Ce n’était qu’un homme après tout, et comme tout un chacun il était mortel. Puissant, roi d’une lie de miséreux, mais pas éternel.

-J’ai parlé d’y placer l’un des notre, à aucun moment n’ais-je mentionné ma personne. Si c’est un projet, qui nous serait bénéfique quoi qu’il puisse advenir, je suis bien consciente que cette place ne m’est pas destinée, participer à l’opération est plus que satisfaisant pour moi.

Si je réfrène colère et envie meurtrière, ce n’est pas pour autant que je devais me taire devant ses attaques. Après tout, fichu pour fichu, il était hors de question de le laisser avancer ses pions en sautant mon tour indéfiniment.

-Et comme je l’ai dit, ce n’est encore qu’une idée, une hypothèse. Je suis bien consciente que telle opération demande coordination. J’ai déjà participé à ce genre d’affaire. C’est bien pour cela que je ne vous en ai pas encore parlé. Parce que je réunis les informations nécessaires pour savoir si c’est à portée de main et quelles actions éventuellement entreprendre.

Cessant de regarder mes mains, je relève la tête, récupérant ma dignité au passage et défiant ce masque du regard.

-Et vous, monseigneur ? Le Fils des Ombres est-il tellement devenu imbu de lui-même qu’il en vient à oublier les capacités de ses ouailles pour les insulter ainsi ?

La voix est parfaitement neutre cependant, presque innocente alors que la question claque et que ma vie est désormais en suspens. S’il tentait quoi que ce fût, là maintenant, j’étais prête à en découdre. Je n’étais pas sans défense, j’avais appris à me défendre depuis le temps. Il fallait bien lorsqu’on habitait dans un duché de fou où les excès étaient une normalité.

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles • Modo
avatar

Messages : 345
J'ai : 30 ans
Je suis : Couturière au service de Catarine d'Ibélène, Espionne à la Cour des Miracles (infiltration)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles, Castiel de Sombreflamme, Augustus d'Ibélène
Mes autres visages: Alméïde, Ilse, Aurore, Victorine
La Cour des Miracles • Modo
Message Sujet: Re: La Cour des Trahisons ♦ [Intrigue 2.3] La Roue Brisée   Mar 18 Avr - 18:38

« J’ai parlé d’y placer l’un des notre, à aucun moment n’ai-je mentionné ma personne. Si c’est un projet, qui nous serait bénéfique quoi qu’il puisse advenir, je suis bien consciente que cette place ne m’est pas destinée, participer à l’opération est plus que satisfaisant pour moi. » Bien sûr... Liselotte l'observe avec un scepticisme grandissant, toujours plus méfiante de cette petite idiote, aussi dérangeante qu'une maladie honteuse dont on veut se débarrasser au plus vite. Le Fils des Ombres se targue de reconnaître aisément ceux qui s'apparentent à de la vermine, à des parasties. Mélodie leur a été utile durant des années, les informations qui leur ont été rapportées de sa bouche ont été précieuses, mais il semblerait qu'elle ne puisse plus se contenter de sa place de duchesse de Sombreciel dont elle a déjà dilapidé une bonne partie de la fortune. Elle n'a pas l'ambition de devenir impératrice ? Soit. Il y a une autre position que beaucoup envient bien plus. Celle qui lui permettrait de contrôler l'ensemble du continent.

La sienne.

« Et comme je l’ai dit, ce n’est encore qu’une idée, une hypothèse. Je suis bien consciente que telle opération demande coordination. J’ai déjà participé à ce genre d’affaire. C’est bien pour cela que je ne vous en ai pas encore parlé. Parce que je réunis les informations nécessaires pour savoir si c’est à portée de main et quelles actions éventuellement entreprendre. »

Elle reste silencieuse, la Cielsombroise, tranquille et discrète comme l'araignée qui tisse sa toile avec les éléments qu'on lui fournit. Elle attend le faux-pas qui décidera de son sort.

« Et vous, monseigneur ? Le Fils des Ombres est-il tellement devenu imbu de lui-même qu’il en vient à oublier les capacités de ses ouailles pour les insulter ainsi ? » Un sourire se peint sous le masque sombre, et un rire délicat secoue ses épaules quelques instants devant l'audace de cette petite insolente. Si elle le voulait, elle pourrait la faire tuer sur le champ. Sa relation avec l'Oracle a toujours eu ses avantages et ce n'est certainement pas les Lames qui patientent sagement dans le couloir qui la détromperaient. Ah, sa douce Oracle, sa merveilleuse Joséphine, prête à sortir les griffes pour qu'il ne lui arrive rien, et elle sait la remercier à la hauteur de son amour pour elle. Liselotte se surprend à vouloir écourter toute cette mascarade et en finir au plus vite, afin de retrouver la chaleur de ses draps et la douceur de sa peau. Mais elle n'est pas de ceux qui laissent un travail inachevé. Devrait-elle faire immédiatement appel aux assassins et répandre son sang sur le tapis qui orne la pièce ? Ce ne serait pas la première fois qu'elle le fait changer.

« Je n'oublie pas tes capacités, mais tu sembles oublier les nôtres, Mélodie. Toute cette conversation aurait pu être évitée si tu étais venue te renseigner à la source plutôt que de rester seule dans ton coin. » Il s'agit de la Cour des Miracles, pas d'une bande d'amateurs. Si elle voulait des informations, nul doute qu'elle les aurait trouvées ici. Mais tout cela, ce n'est qu'une belle entourloupe pour masquer ses relles intentions, n'est-ce pas ? « À moins que ce ne soit qu'un tissu de lagraneries. On te dit douée pour masquer la vérité. » Comme tout bon espion qui se respecte, bien entendu. Liselotte se tient droite devant son bureau, plus incisive et plus froide qu'elle ne l'a été depuis le début de cet entretien. Tout cela l'ennuie profondément. Elle n'aime pas se débarrasser des Enfants des Miracles, mais les nuisances n'ont rien à faire sur les pavés qu'elle aime tant.

« Soit tu es vraiment bête au point d'avoir oublié que nous pouvions te donner ce dont tu as besoin, soit tu crois que je le suis assez pour croire à tes balivernes. Dans les deux cas, je suis fortement déçue. » Puis soudain, la voix tranchante redevient miel tandis qu'elle s'assoit et prend une plume sur le bureau et un morceau de parchemin. « Dis-moi, on raconte depuis quelques temps que la fortune de Sombreciel ne te suffit plus. La Cour est là pour aider ses Enfants, alors s'il te faut quoi que ce soit... pourquoi ne pas le demander directement ? » Elle dévisse précautionneusement la bouteille d'encre posée devant elle, prête à noter ce que Mélodie pourrait demander. Mais bien entendu, rien n'est gratuit ici bas, elle le sait mieux que personne.

_________________


On joue parce qu' on aime la vérité et parce qu' on la déteste. On joue parce qu' on deviendrait fou si on ne jouait pas. Jouer ! Est-ce que je sais, moi, quand je joue ? Est-ce qu' il y a un moment où je cesse de jouer ?





dialogues • mediumvioletred
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ • Admin
avatar

Messages : 755
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
PNJ • Admin
Message Sujet: Re: La Cour des Trahisons ♦ [Intrigue 2.3] La Roue Brisée   Jeu 20 Avr - 15:14


Livre II, Chapitre 3 • La Roue Brisée
#8 ♦️ Liselotte & Mélodie

Le Destin intervient

Un dragonnet en danger ? J'arrive. :superman:




Elle sent la mort approcher, la petite Voleuse imprudente : le Fils des Ombres semble froidement déterminé à lui faire un mauvais parti, et elle a bien peu de pistes de sortie. Son esprit s'emballe frénétiquement à trouver un moyen de désamorcer le piège verbal dans lequel son tout-puissant dirigeant tente de la ferrer ; mais voilà que soudain son esprit lui-même la trahit. Le temps d'un battement de cils, et toute une fournée de souvenirs bien différents remplace ceux qu'elle possédait jusque-là.
C'est la Mélodie d'avant, qui fait désormais face au Fils des Ombres : bien sûr, elle reconnaît l'endroit où elle se trouve, mais elle n'a aucune idée de ce qu'elle y fait... ni de la conversation qui vient de se dérouler.
Pas sûr que cela amadoue le Fils des Ombres, au contraire... :eheh:


_________________
♦ Je suis le PNJ utilisé par les administratrices. ♦
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 1744
J'ai : 26 ans
Je suis : Voleuse spécialisée dans l'escalade à la Cour des Miracles.
(Futur Roi Blanc et Fils des Ombres :sisi: )

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des ombres
Mes autres visages: Antonin de Faërie
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: La Cour des Trahisons ♦ [Intrigue 2.3] La Roue Brisée   Jeu 20 Avr - 17:00

Un voile se déchire, une âme se scinde laissant place à un homologue qui n’a rien à faire dans ce temps.


J’ai l’impression que mon esprit se fait piétiner, tente d’extirper toutes mes pensées à coups de marteaux et les brise à grand fracas contre les parois de mon crane faute d’y arriver. Le tout se casse, se fissure, dans un maelstrom étourdissant et c’est comme si tout l’air de mes poumons m’était retiré pour m’en redonner un nouveau, rance et froid. D’une cale décrépite aux chaines cliquetantes et aux mouvements incessants, je suis assis sur une chaise.
Je reconnais cette tour, du moins la vue qu’on en a, je reconnais cette silhouette et ce masque bien que je ne l’aie jamais approché d’aussi près. Je reconnais ses mains qui sont posées sur mes genoux, les miennes, mais pas les miennes. Vierges de cales, maigrelettes, fines, propres, douces. Pas les miennes. J’ai l’impression de haleter, de suffoquer, mais mon corps ne bouge pas, je m’agite dans une dépouille qui ne répond pas, pendant une éternité.

PANIQUE

Le Fils des Ombes s’adresse à moi. Je ne comprends pas, je suis affolée, je suis bloquée, je veux fermer les yeux, me recroqueviller pour me tenir cette tête remplie de brouillard, qu’elle se fasse moins blessante, mais mon corps ne bouge toujours pas. Le mien ? Pas le mien ?
Je ne sais plus.
Puis, le voile se déchire, complètement, les bruits sont moins assourdissants, de mes oreilles me parviennent la voix caressante et pourtant extrêmement désagréable de notre chef à tous. Modulée, elle ne cessait de changer de timbre, mais quelque chose n’allait pas, elle était creuse, vide, dénudée d’une chaleur que j’avais toujours cru déceler. J’en frissonnais presque. Je passe d’instant ma main sur mon  bras le pressant doucement. Tiens..Je pouvais bouger ?  

Qu’est-ce que ces pirates avaient foutu dans leur soupe dégelasse ? Des hallucinogènes ? de La drogue ? Tout à la fois ? Était-ce une magie ?   Dans tous les cas c’était puissant et très malsain. Surtout si c’était pour me faire entendre un sermon de la part du Fils des Ombres, pour qu’il s’épanche de sa déception à mon égard,  pour qu’il me traite de la sorte.
Il ne ferait jamais ça, n’est ce pas ?
N’est ce pas ?

-Déçu ? … Mais pourquoi ?

Mes mots débordent sans que je puisse y faire grand-chose. Comme d’habitude, même si je ne comprenais pas, je ne voulais pas être connue de ce symbole pour mon inutilité. Oui, l’Ordre m’avait attrapé, mais .. a part ça, j’avais fait du bon boulot ? J’avais toujours fait de mon mieux, je ne méritais pas tel traitement. Et puis…pourquoi étais-je ici ? Pourquoi pas dans le bateau ? Était-ce l’origine de sa déception ? Etait-ce un tour des pirates pour obtenir des informations sur la Cour ? Red n’aurait pas été aussi mesquin ?
Non ?
Si ?
Et..
..Et ses vêtements ?
Nom d’Isil mais qu’est ce qu’il se passait. Cauchemar ? Peut-être ? Il aurait certainement été plus sage d’attendre que tout passe et dans le tumulte des marteaux qui s’acharnaient joyeusement aucunes pensées salutaires, il ne restait qu’une solitude macabre et soudaine qui me donne la nausée. Comme amorphe, comme si finalement, les pensées avaient été détruites.
Conscience et idée ! C’était le moment de faire irruptions, de me donner un indice sur ce foutoir indécent. Mais rien ne venait, et je ne comprenais décidément rien de ce qui se passait, encore moins que le Fils des Ombres me demande ce que je pouvais bien vouloir.

-Pourquoi me demander ça ? D’un coup ? Vous êtes vraiment le vrai ? Non… parce que … Ce que je voulais, je l’ai toujours obtenue seule et ce n’est pas en me faisant reluire je ne sais quelle récompense que je travaillerais mieux vous savez, je n’ai pas vraiment besoin qu’on m’offre quoique ce soit.

Sombreciel et sa cour… Le duc ? …Faisait-il référence à cette rencontre inattendue dans la tour du duc ? Que j’avais failli compromettre la couverture d’un espion depuis longtemps en poste ?
Ok..mais de là à recevoir des représailles aussi fortes… me sortir d’un bateau pour me sermonner…était-ce vraiment ça ?
Non… quelque chose n’allait pas. Ne serait-ce que l’odeur de la cour qui n’était pas la même. J’en connaissais les recoins, elle faisait partie de moi et mon corps ne vibrait pas d’être rentré dans sa maison. J’avais toujours autant de mal à être cohérente..Avais-je perdu l’esprit dans ce bateau ? M’étais-je évanouie ? Trop de question, aucune réponse et devant moi une énigme qui était en train de compliquer sérieusement le puzzle.

-Puis…bon…je sais qu’en ce moment je ne suis pas…au mieux de ma forme on va dire…il y a eu beaucoup d’histoire…sans parler de l’affaire avec Césaire. Je m’en suis déjà excusée auprès de lui. Mais, de là à parler de déception…Je ne pense pas l’avoir mérité vous savez. Sans compter sur le fait que le second des Ombres s'est chargé de tout régler. Il n'y a vraiment pas de quoi revenir dessus.


Voulait-il me jeter de la cour des miracles ? Etait-ce pour ça qu’il parlait d’offrande ? Par les dieux..Non, jamais, tout sauf ça ? La chair de poule se propage en un frisson glacé sur ma peau. Je me sens blêmir d’un coup alors que mes yeux rencontrent ceux du masque.

-Mais qu’est-ce qu’il se passe à la fin ? Pourquoi je suis là ? Réellement ? C’est une farce, c’est ça ? Parce que ce n’est vraiment pas amusant.

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles • Modo
avatar

Messages : 345
J'ai : 30 ans
Je suis : Couturière au service de Catarine d'Ibélène, Espionne à la Cour des Miracles (infiltration)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles, Castiel de Sombreflamme, Augustus d'Ibélène
Mes autres visages: Alméïde, Ilse, Aurore, Victorine
La Cour des Miracles • Modo
Message Sujet: Re: La Cour des Trahisons ♦ [Intrigue 2.3] La Roue Brisée   Jeu 20 Avr - 20:03

« Déçu ? … Mais pourquoi ? »

Ca y est. Elle perd patience.
Liselotte doit faire un gros effort pour ne pas immédiatement lancer l'ordre d'en finir avec la petite espionne, songeant qu'elle a peut-être quelque chose d'autre à dire. Quelque chose qui mérite son attention et son écoute. Mais plus elle l'oserve, plus elle en doute. Il lui semble enfin apercevoir la peur tant désirée dans le regard de Mélodie, l'inquiétude qui s'éveille et qui doucement la paralyse. Le petit animal est acculé et il n'a plus aucune issue, si ce n'est de battre en retraite ou de faire une erreur qui lui coûtera la vie. Essaie-t-elle réellement de l'amadouer en changeant totalement d'argumentation ? Ou se débat-elle inutilement, incapable de trouver une parade aux accusations formulées ?

« Pourquoi me demander ça ? D’un coup ? Vous êtes vraiment le vrai ? Non… parce que … Ce que je voulais, je l’ai toujours obtenue seule et ce n’est pas en me faisant reluire je ne sais quelle récompense que je travaillerais mieux vous savez, je n’ai pas vraiment besoin qu’on m’offre quoique ce soit. » Et elle croit sérieusement qu'elle va avaler pareil mensonge après tout ce qu'elle lui a raconté précédemment ? Et après tout ce qu'elle a entendu de la part des nombreux espions de la Cour ? Mélodie est vénale et cupide et jamais elle ne laisse passer une occasion de s'enrichir sur le dos des autres. Ses explications ne tiennent pas et le mensonge est si gros et si peu subtil que Liselotte se sent véritablement déçue. Elle qui croyait avoir à faire à une professionnelle.

« Puis…bon…je sais qu’en ce moment je ne suis pas…au mieux de ma forme on va dire…il y a eu beaucoup d’histoire…sans parler de l’affaire avec Césaire. Je m’en suis déjà excusée auprès de lui. Mais, de là à parler de déception…Je ne pense pas l’avoir mérité vous savez. Sans compter sur le fait que le second des Ombres s'est chargé de tout régler. Il n'y a vraiment pas de quoi revenir dessus. » Cette fois, elle est réellement intriguée. Une affaire avec Césaire... et avec le Second des Ombres ? Voilà un moment que ce cher Liam fait de l'ombre à tout ce qu'elle entreprend, mais irait-il vraiment jusqu'à tenter de la doubler ? Les traits de la Cielsombroise se durcissent et la réflexion se fait plus intense à mesure que les informations lui sont dévoilées, laissant enfin passer la lumière sur tous ces doutes qu'elle pouvait avoir ; Mélodie n'a pas agi seule. Très bien.

« Mais qu’est-ce qu’il se passe à la fin ? Pourquoi je suis là ? Réellement ? C’est une farce, c’est ça ? Parce que ce n’est vraiment pas amusant. » « Ca suffit. » Le ton est sec, mais pas plus élevé qu'un murmure. De toute évidence, elle ne pourra pas l'acheter et elle n'obtiendra rien d'autre de la part de l'espionne que de nouveaux mensonges sans queue ni tête. Alors Liselotte repose la plume qu'elle tient en main et laisse un instant de silence peser sur la pièce avant que sa décision ne soit prise.

« Que tu aies entraîné ton amant dans tes manigances ne me surprend pas, mais mon Second... c'est bas, même venant de toi. » Liselotte se lève et s'empare d'une simple clochette posée sur une étagère, la faisant carillonner délicatement. Sans tarder, la porte s'ouvre, laissant passer deux assassins masqués qui la flanquent de part en part. Le Fils des Ombres ne joue plus. « Depuis que je t'ai convoquée, je n'ai entendu que mensonges et excuses de ta part. Et voilà que maintenant, tu te fais passer pour la victime ; ça ne passe pas avec moi. Tu sais ce que l'on réserve aux traîtres ici, Mélodie. Tu étais un bon élément, mais tu n'as plus ta place parmi nous. » Elle lève les yeux vers les Lames qui attendent ses ordres. « Emmenez-la, vous savez ce que vous avez à faire. N'oubliez pas de lui couper la langue pour ses mensonges, que ça serve de leçon à tous ceux qui songeront à suivre son exemple. »

Et elle est entraînée hors de la pièce et ni ses cris, ni ses supplications, n'y changent quoi que ce soit. Son sang s'écoulera sur les pavés de la Cour, comme d'autres traîtres avant elle, et ils pourront tous admirer le message envoyé en lettres de sang. Non, on ne se joue pas du Fils des Ombres ainsi, si aujourd'hui, ni jamais.

Son masque n'est plus, la nuit a enveloppé sa demeure, lorsqu'une ombre s'approche sans bruit, l'enlaçant dans son dos. Un souffle contre son cou, un baiser chaleureux, un murmure délicat suivi d'un rire. Joséphine, sa lumière, viennent éclairer la fin de cette journée qu'elle rumine sans pouvoir s'en empêcher. Mais elle est observatrice, sa merveilleuse compagne, et elle n'est pas dupe. « Quelque chose ne va pas ma douce ? » Elle sait, pour Mélodie. Elle sait tout ce que ses fidèles Lames font. Mais autre chose la dérange. « J'aimerais que tu envoies quelqu'un s'occuper de Césaire Chesnenoir et de Liam d'Outrevent. Au plus vite. » Elle semble un instant surprise ; ces noms, elle les connaît bien, elle qui prête l'oreille à tout ce que le Fils des Ombres veut bien lui révéler. Mais si elle s'interroge un instant sur les raisons de cette demande, elle ne le fait pas à voix haute, pas encore. Elle aura largement le temps de le faire plus tard. « Tout ce que tu voudras. » Le murmure laisse place à un baiser, à une étreinte. Et durant quelques doux instants, Liselotte ne songe plus à tout ce qui torture son esprit bien trop méfiant. Il n'y a qu'elle, qui puisse l'apaiser. Rien qu'elle.

_________________


On joue parce qu' on aime la vérité et parce qu' on la déteste. On joue parce qu' on deviendrait fou si on ne jouait pas. Jouer ! Est-ce que je sais, moi, quand je joue ? Est-ce qu' il y a un moment où je cesse de jouer ?





dialogues • mediumvioletred
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 1744
J'ai : 26 ans
Je suis : Voleuse spécialisée dans l'escalade à la Cour des Miracles.
(Futur Roi Blanc et Fils des Ombres :sisi: )

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des ombres
Mes autres visages: Antonin de Faërie
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: La Cour des Trahisons ♦ [Intrigue 2.3] La Roue Brisée   Jeu 20 Avr - 20:59

Mon…Amant ? Qui ? …Césaire ? Non mais… sérieusement ? Mes yeux s’agrandissent alors que je digère l’information, dite avec nonchalance, naturelle, comme si…comme si c’était vrai. Pas lui ? C’est une blague définitivement, ce n’est pas possible autrement. Je veux dire que le Fils des Ombres se fasse abuser par une vulgaire farce. Je fronce les sourcils, ne sachant trop si la personne devant moi était réelle, s’il s’agissait d’un imposteur. Et puis…quelles manigances ?

-Je.. ? De quoi ?


Je penche la tête sur le coté, tentes de percer le mystère de cette entrevue, de cette réalité ou ce rêve. Je n’en avais pas la moindre idée. S’il s’agissait des pirates, je n’avais rien dit, rien qui ne soit connu, ors les rumeurs me concernant avec Césaire avait déjà fait le tour d’Arven, au moins trois fois depuis le temps. Donc rien de neuf, disons. J’évoluais dans le flou le plus total, et ma mine se décompose lorsque le Fils des Ombres, son pantin, son illusion, ou allez trop savoir quoi, me sert une sentence de cauchemar.
Traitrise ? Plus ma place ?
Non, non, non, non, non, non, non. Ce n’était décidément plus drôle, c’était presque pire que de revivre la mort de ma mère, j’étais au moins aussi perdue, aussi désemparée et mon cœur cognait tellement fort à mes oreilles que je n’entendis même pas les hommes rentrer après qu’il se fut emparé de la clochette.

Jolie la clochette.

Pourquoi avais-je ce genre de pensée grotesque dans les pires moments ? Pourquoi je n’avais pas fui, sauté, couru ? Pourquoi la tétanie paralysait mes membres, alors que les mots, macabres, sont déclamés et que je peine à en trouver le sens. La langue ? La mienne ? Je la passe machinalement sur mes lèvres, pour vérifier quelle est toujours là. Pourquoi n’y avait-il plus le bijou qui la perçait d’ordinaire ?

Mien, pas mien.
Mon corps, sans l’être.


Certitude et incompréhension se mêlent alors que je me fais trainer.
L’instinct de survie reprend le dessus, je lui hurle que c’est une erreur, que je n’avais pas trahie. Je finis par les injurier, tous, la Cour, les Miracle, le monde, le Fils des Ombres, de justesse j’évite d’en contrarier les dieux et Isil pour m’avoir abandonné, pour avoir laissé l’Ordre me prendre et pourrir ses serviteurs de sorte à ce qu’ils vendent les leurs à des inconnus. Qu’il s’agisse de rêve ou de réalité, de manipulation, j’étais convaincue que la mort n’était pas loin, le désespoir et la panique étaient trop présents, bourdonnaient à mes oreilles, pendant que je décelais, presque, un sourire mauvais et malsain sur le visage de mes bourreaux. Je griffe, je mords, je me débats. Ils ont la poigne sûre, ils ne bronchent, on dirait même que ça leur plait de voir ce spectacle pitoyable. Je ne suis plus rien, c’est l’impression que j’en ai, je suis devenue une bête terrifiée qui ne veut que partir d’ici, avec sa langue en parfaite état de marche. Si c’était une blague, j’allais tuer le plaisantin qui avait eu cette idée, parce que je n’avais pas du tout l’impression que c’en était une, de blague, et j’étais vraiment terrorisée.

Pourquoi est-ce qu’ils m’avaient abandonnée ? Pourquoi me faire subir ça ?

Les questions en sont à tourner alors qu’ils m’accrochent, alors qu’ils me battent et que je vois les lames être sortie avec une minutie et une lenteur presque sacrée.

J’ai peur.


Je veux me réveiller, mais à chaque vois que je rouvre les paupières derrière ce voile de folie qui grandit à mesure que la douleur augmente, à mesure que la Cour se remplie, à mesure que les regards se portent sur moi, je ne vois que cet homme et sa lame se rapprocher doucement. Pour moi. Pour ma langue. Pour que les cris, les mots, les insultes et les suppliques ne se transforment qu’en couinement inhumain et pitoyable.

Je ne comprends pas.

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ • Admin
avatar

Messages : 755
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
PNJ • Admin
Message Sujet: Re: La Cour des Trahisons ♦ [Intrigue 2.3] La Roue Brisée   Mar 25 Avr - 1:56


Livre II, Chapitre 3 • La Roue Brisée
#8 ♦️ Liselotte & Mélodie

Le Destin intervient

Un dragonnet assassiné ? J'arrive. :superman:




Éliminée, la vile intrigante ! Paisible dans les bras de Joséphine dont les caresses lui ont fait oublier sa colère, Liselotte dort profondément… lorsqu’un contact terriblement froid sur ses orteils la réveille en sursaut. Oh, par Sithis – les enchantements millénaires des pavés de la Cour ont encore porté leurs fruits, et voilà Mélodie immortalisée en spectre revanchard assoiffé de vengeance. Merveilleux, vraiment. Toutes les tentatives de l’Oracle n’y font rien, Joséphine repart dépitée ; il n’existe aucun pouvoir susceptible d’apaiser un fantôme des Miracles contrarié, et Liselotte va devoir se faire à cette présence enquiquinante.

A moins que… ? Il existe peut-être une solution…



Sujet terminé

Le Destin vous invite ici pour la suite des aventures !





_________________
♦ Je suis le PNJ utilisé par les administratrices. ♦
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ • Admin
avatar

Messages : 755
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
PNJ • Admin
Message Sujet: Re: La Cour des Trahisons ♦ [Intrigue 2.3] La Roue Brisée   Sam 3 Juin - 2:48


Intrigue 2.3 ♦ La Roue Brisée

Sujet clôturé

Bien joué, petits dragonnets !





_________________
♦ Je suis le PNJ utilisé par les administratrices. ♦
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: La Cour des Trahisons ♦ [Intrigue 2.3] La Roue Brisée   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Cour des Trahisons ♦ [Intrigue 2.3] La Roue Brisée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Intrigue | Groupe 4 ~ Casse dans les boutiques de la Cour
» Résumé de l'intrigue
» VOTE DE CENSURE POUR JEA !HAUTE COUR DE JUSTICE POUR RENE PREVAL !
» invitation du roi au peuple et chevalier de la cour.
» cour des rois déchus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Les Terres du Nord :: Lorgol aux Mille Tours :: La Cour des Miracles-
Sauter vers: