AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand le Chaos se pare des couleurs de l’Ordre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 109
J'ai : 40
Je suis : Second des Ombres

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Cour des Miracles
Mes autres visages: Maelys Aigrépine, Liam d'Outrevent
La Cour des Miracles
Message Sujet: Quand le Chaos se pare des couleurs de l’Ordre   Sam 1 Avr - 18:11


Livre II, Chapitre 3 • La Roue Brisée
Tyr Parle-d’Or & Tara Mille-Visages

Quand le Chaos se pare des couleurs de l’Ordre

Au crépuscule d’un temps bientôt révolu



• Date : 29/03/1002
• Météo : Le temps est clair, le ciel dégagé. On peut voir la voûte étoilée, en cette fin de soirée, même si un courant d’air frais surprend les quelques passants, et les force à ne pas non plus s’attarder.
• Statut du RP : Ouvert (à la Cour des Miracles)
• Résumé : Tyr attend la venue de Mille-Visages, dans les souterrains de la Cour des Miracles qui renferment quantité de savoirs. Il veut lui parler des récents événements, qui ont tendance à s’enchaîner. L’Ordre bouge et semble prendre l’ascendant, mais si leurs objectifs sont connus de la Cour, les moyens d’y parvenir sont plus complexes à déchiffrer... Et leurs agents, eux, sont partout. Il est curieux de savoir ce qu’en penserait la Maître-Voleuse, et si elle constitue une alliée fiable malgré ses attitudes changeantes.
• Recensement :
Code:
• [b] 29/03/1002 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t1969-quand-le-chaos-se-pare-des-couleurs-de-lordre]Quand le Chaos se pare des couleurs de l’Ordre[/url] - [i]Tyr Parle-d’Or & Tara Mille-Visages[/i]
Tyr attend la venue de Mille-Visages, dans les souterrains de la Cour des Miracles qui renferment quantité de savoirs. Il veut lui parler des récents événements, qui ont tendance à s’enchaîner. L’Ordre bouge et semble prendre l’ascendant, mais si leurs objectifs sont connus de la Cour, les moyens d’y parvenir sont plus complexes à déchiffrer... Et leurs agents, eux, sont partout. Il est curieux de savoir ce qu’en penserait la Maître-Voleuse, et si elle constitue une alliée fiable malgré ses attitudes changeantes.



Dernière édition par Tyr Parle-d'Or le Sam 1 Avr - 18:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 109
J'ai : 40
Je suis : Second des Ombres

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Cour des Miracles
Mes autres visages: Maelys Aigrépine, Liam d'Outrevent
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Quand le Chaos se pare des couleurs de l’Ordre   Sam 1 Avr - 18:12

Étrange.
Je suis persuadé que cette liste comportait bien plus d’annotations les jours derniers... A moins que ma mémoire ne me joue des tours ? Je lève la page à la lumière chancelante de ma bougie, pour en étudier le papier. Elle paraît peut-être un peu trop neuve, mais je ne pourrais pas en être certain. Si quelqu’un l’a remplacé, cela signifie sans doute que les rapports listés dessus ont, eux aussi, disparus. Je claque ma langue contre mon palais, un rien agacé, et me lève bougie en main pour me retourner vers les innombrables étagères derrière moi. Je pourrais me perdre des heures entières dans les archives de la Cour des Miracles, si je ne prenais pas gare... Sans personne pour me déranger, c’est même déjà arrivé plusieurs fois. J’aime lire les savoirs du monde entier, que nous rapportent nos espions, qu’ils soient cruciaux ou peuvent paraître plus triviaux... Cela finira toujours par servir. Mais cette fois, les savoirs que je recherche sont plus particuliers. Les informations compilées sur l’Ordre ont toute mon attention ces derniers temps, pour tenter de prévoir leur prochain mouvement, parce qu’ils me préoccupent particulièrement. Jusqu’à maintenant, on dirait que toutes leurs actions ont été couronnés de succès, et qu’ils avaient toujours un coup d’avance sur les autres. Or, si c’est une chose est sûre, c’est que je n’ai pas la moindre envie que cet Ordre du Jugement bouscule l’espace temporal pour leur propre profit. Car leur profit n’est pas toujours le nôtre, contrairement à ce que semblerait croire le Fils des Ombres. Serait-ce à cause de lui que je n’arrive pas à mettre la main sur ces précieux rapports ? J’en viens à me poser la question.

Je suis quelque peu agacé, à aligner plusieurs rapports sur la table, sans trouver exactement ce que je recherchais. Je m’arrête dans ma recherche frénétique, quand je pense avoir surpris l’écho de quelques pas... Feutrés, comme toujours. Les Maîtres-Voleurs sont les pires, comme une seconde nature, qu’ils ne parviennent pas à chasser. Je repose un feuillet avec un sourire amusé, et tends la bougie sur ma droite, tandis que je reprends mes recherches avec celle encore libre, et une attitude plus modérée, peut-être un rien empruntée comme souvent. « Pouvez-vous me la tenir ? »

Je me retourne vers elle, occupé à feuilleter ma trouvaille, sans lui adresser le moindre regard. A quoi bon ? Ce visage, je ne suis même pas certain de le reconnaître. C’est rarement le même, toujours quelques subtilités qui viennent enrichir ce masque si somptueux... Du grand art. J’envie cette magie qu’elle possède, et fait d’elle un atout précieux pour la Cour des Miracles. « Je ne vous attendais pas si tard. On vous a retardé ? »

Je relève enfin la tête, pour lui adresser un sourire de circonstance, avant de l’inviter à s’installer à la petite table ronde qui se situe non loin des étagères. « Je vous aurais bien offert un verre, Mille-Visages, mais le lieu s’y prête peu. Par contre, il l’est davantage au secret... » Je n’emploie pas son prénom. Jamais, pour ainsi dire. Il est courant, et pas uniquement en Lagrance mais... J’aurais l’impression d’invoquer une morte, si je venais à le faire. Et puis, Mille-Visages lui va si bien.

Je chasse ces quelques pensées néfastes, et mon sourire s’accentue un peu plus. « Le silence règne en maître ici, et peut rapidement nous surprendre. » Je dépose le rapport dans un claquement qui tonne et résonne, comme pour le confirmer, et m’installe pour lui faire face, à lancer aussitôt les hostilités. « Je ne vous ai pas appelé ici sans raison. Je serais curieux de connaître votre opinion sur cet Ordre du Jugement qui prend de l’ampleur... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 193
J'ai : 37 ans
Je suis : Voleuse - Maitre Stratégie au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Le fils des Ombres
Mes autres visages: /
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Quand le Chaos se pare des couleurs de l’Ordre   Mar 4 Avr - 21:41

J'ai toujours aimé regarder les étoiles, d'aussi loin que je me souvienne. A chaque fois que je lève mes yeux vers elles, je me sens comme apaisée, comme si j'arrivais à y puiser une force qui me manque, ce qui m'arrive ce soir. Pourtant, je devrais être habituée, je le suis même. Mais, comme à chaque fois que je sais que je vais me retrouver en tête à tête avec Tyr, j'ai besoin de me recentrer, de me concentrer afin de dissimuler au mieux qui j'ai pu être, il y a si longtemps. Parfois, je me dis que je pourrais lui révéler ma véritable identité, après tout, sa sœur Tara est morte depuis si longtemps que je ne suis plus vraiment cette personne. Mais je n'ai pas envie de le blesser davantage. A cette pensée, Archimède m'assène un coup de bec sur le crâne et je grimace avant de lui jeter un regard peu amène.

"Je sais ce que tu penses. Que je devrais tout lui dire. Que les mensonges pourrissent tout. Mais c'est trop tard, tu ne crois pas ?"

Le résultat serait probablement bien pire que l'illusion que je m'efforce d'entretenir depuis si longtemps. J'effleure distraitement les plumes de ma chouette avant de me rendre compte qu'il est plus tard que je ne l'aurais cru. Et je marche d'un bon pas en direction de la Cour des Miracles, ignorant le vent qui semble vouloir s'insinuer dans la moindre interstice de peau qui n'est pas recouverte. J'en frissonne mais j'accélère avant de stopper à l'entrée des souterrains. Je n'aime pas trop m'aventurer là-bas, n'appréciant guère d'être enfermée de la sorte. J'inspire pourtant doucement et je me décide, mes pas se faisant plus discrets, pour n'être qu'une ombre, comme j'en ai tellement l'habitude. Pourtant, ils résonnent suffisamment pour qu'un maitre comme Tyr s'en aperçoive. Je me concentre sur lui, alors que je vois sa silhouette au loin, décidant quelle image il aura de moi ce soir. Et j'ai un bref sourire alors qu'il se retourne, heureuse de pouvoir partager ces moments avec lui, malgré cette appréhension qui ne me quitte jamais quand je suis en sa compagnie.

Je prends la bougie entre mes mains et je lui jette un regard curieux. Pas de bonsoir ou d'autres politesses inutiles. Voilà des années que je le suis, il m'a enseigné bien des choses et je ne serais jamais devenue Maitre sans lui. Et pourtant, il a toujours instauré cette distance entre nous. Que je n'ai jamais songé à franchir, j'admets. Mon regard se perd un instant dans les parchemins qu'il est en train d'examiner et j'arque un sourcil avant de souffler, d'une voix douce.

"Je me suis perdue dans les étoiles. C'est entièrement ma faute. La voûte stellaire est magnifique ce soir et j'ai eu du mal à m'en détacher."

Il lève enfin les yeux vers moi et je sens mes traits se figer, avant que je n'arrive à faire de même. Archimède, les pattes accrochées à mon épaule, cache son visage sous son aile, faisant mine de dormir et je laisse filer un silence avant de répondre, toujours sur le même ton.

"Il est vrai que l'endroit est propice au secret… mais c'est un peu le cas partout ici non ? Pas uniquement dans ces souterrains. Je devrais survivre sans avoir de quoi me rafraichir le gosier, tant que vous ne me demandez pas de parler pendant des heures."

Comme toujours, l'entendre prononcer mon surnom m'est étrange. D'autant qu'il est l'un des seuls à m'appeler uniquement comme cela. Je sais très bien pourquoi mais je ne me vois pas lui demander des comptes. J'ai un regard aux alentours, sursautant quand il fait claquer le rapport avant de rétorquer, non sans malice.

"Il permet surtout d'entendre les… inopportuns arriver. J'aime bien le silence. Il permet de s'écouter soi-même."

Je m'installe, les mains sagement posées sur mes genoux avant de plisser les yeux à sa question. Et bien, il ne s'embarrasse pas vraiment de préambules. Je ne réponds pas tout de suite, bien évidemment, me demandant ce qui se cache derrière ses propos, ce qu'il veut vraiment savoir, ce qu'il attend de moi. Je me mordille la lèvre, cherchant les mots les plus neutres qui me viennent à l'esprit, pour guette une réaction de sa part avant de donner vraiment mon idée.

"Je… j'aime guère les extrémistes. Ils perturbent l'équilibre déjà précaire de nos terres, l'ordre dans lequel nous avons déjà trouvé une place et dans lequel nous savons comment évoluer… mais… enfin… pourquoi cette question ?"

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 109
J'ai : 40
Je suis : Second des Ombres

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Cour des Miracles
Mes autres visages: Maelys Aigrépine, Liam d'Outrevent
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Quand le Chaos se pare des couleurs de l’Ordre   Dim 9 Avr - 14:17

Je marque un temps d’arrêt, quand elle me confie s’être... Perdue dans les étoiles, raison de son retard. J’arque un sourcil, un rien intrigué. Je ne la pensais pas si... Si romantique ? Ce n’est peut-être pas le bon terme, mais un sourire fleurit doucement sur mon visage, amusé de découvrir cette facette quelque peu rêveuse de Mille-Visages.

La chouette s’est comme assoupie sur son épaule, et on dirait que l’esprit de sa mage en a fait de même. Je la connaissais plus perspicace. « Non. » Je réfute ce qu’elle avance, sans même avoir vraiment à y réfléchir. « Tous ne sont pas entièrement dévoués à la Cour des Miracles, Mille-Visages. Certains ont... D’autres affiliations, qui semblent pouvoir prendre le dessus, ce qui m’inquiète fortement. » Je n’ai, pour ainsi dire, rien contre les convictions personnels des membres de la Cour des Miracles. Nous sommes une union hétéroclite, qui savons parfaitement œuvrer ensemble. Cette diversité fait notre force, parce que nous sommes disséminés dans toutes les sphères de la société, parce que nous réfléchissons comme un groupe, et savons chacun apporter notre pierre à l’édifice. « Loin de moi l’idée de vouloir contrôler les actions des Fils et Filles des Miracles... Mais je n’avais pas à craindre auparavant que certains puissent nous nuire depuis l’intérieur. C’est maintenant quelque chose qui relève du possible. » Du possible, seulement. Je connais les influences, mais au point d’apporter des preuves irréfutables d’une défection ? Non, pas encore. Isil nous en préserve, nous serions en bien mauvaise posture alors.

Nous sommes enfants du silence, dans notre environnement naturel, dans ces souterrains plongés dans l’ombre. Notre voix, quand elle s’élève, n’est rien d’autres qu’un chuchotis entre ces murs, nous rappelant une habitude solidement ancrée. Elle aime bien jouer des illusions et de ses faux-semblants, Mille-Visages, et je la prends volontairement à contre-pied en me montrant plus franc et direct qu’à l’accoutumée. Je ne veux pas lui laisser le temps de réunir ses pensées pour se vêtir d’un autre masque, intrigué d’apprendre la vérité qui peut se dissimuler en-dessous. Son hésitation n’est pas feinte. J’hoche lentement la tête, comme pour l’inviter à continuer.

Elle n’apprécie pas les extrémistes ? Bien. Moi non plus. « Le monde est fait de gris, alors qu’ils ne semblent l’entrevoir que par des nuances de blanc ou de noir. Le problème est qu’ils s’immiscent avec une rare habilité dans les esprits, et savent imposer leurs idées. L’équilibre... Cette guerre nous est fortement profitable, et la Cour ne s’est jamais aussi bien portée, mais elle doit bien avoir une fin, n’est-ce pas ? »

Pourquoi cette question, oui ? « Je veux savoir à qui je peux réellement faire encore confiance. » Entre le Fils des Ombres, qui me paraît de plus en plus se rattacher à cet Ordre, et Merle qui est bien souvent que défiance insidieuse... Je suis bien obligé de me tourner vers Mille-Visages, dans ces hautes sphères, non ? « J’aurais aimé apprendre à vous connaître davantage. » C’est une pensée sincère, qui me traverse. J’aurais aimé, oui, malgré cette distance que l’on maintient mutuellement. Car maintenant... J’ai besoin d’en savoir plus, pour savoir en qui me fier. Si j’en suis réduit à le faire envers l’ombre la plus intangible de la Cour, c’est que tout va mal. J’ai besoin de points d’ancrage, toujours. Je croise les mains devant moi, avec une expression songeuse. « N’avez-vous pas remarqué des changements subtils, au sein de la Cour ? Vous avez dû lire les rapports de nos agents... Ces Sabliers qu’ils convoitent. Les pièces s’assemblent, et le cours du temps risque de changer irrémédiablement. Je crains que cette guerre ne soit qu’un avènement, et que tout risque soudainement de s’effondrer. » Et ça, je ne peux pas le permettre. Je ne peux pas les laisser détruire tout ce pourquoi j’ai si durement œuvré jusqu’à maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 193
J'ai : 37 ans
Je suis : Voleuse - Maitre Stratégie au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Le fils des Ombres
Mes autres visages: /
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Quand le Chaos se pare des couleurs de l’Ordre   Lun 17 Avr - 21:13

Mon cœur se serre un peu quand je le vois sourire. Sans arrière-pensée, le pli soucieux qui barre son front disparaissant l'espace d'un instant et me laissant entrevoir ce frère que j'ai connu dans un autre vie. J'aimerais tellement trouver un moyen de franchir le gouffre que j'ai créé de par mes actes et pourtant, je n'en ai pas le droit. D'aucuns diraient que c'est par lâcheté mais j'ai envie de me convaincre que c'est pour le préserver. Mais nous n'avons plus l'âge d'être protégés, surtout au vu de la position que nous occupons l'un et l'autre. Pour autant, cela ne m'aide pas à me montrer plus raisonnable et à avoir envie de tout lui dire.

Fort heureusement, cet instant n'est que fugace et, déjà, il semble entrer dans le vif du sujet. Alors, je laisse Tara s'éloigner de nouveau et j'endosse un de mes nombreux masques, fronçant les sourcils à ses propos alors que je cherche à capter le cheminement de ses pensées. J'ai tout de même un sourire, même si mon regard reste sérieux alors que je souffle, d'un ton presque rêveur.

"Et bien, voilà un non bien catégorique et qui ne souffre point la réplique. Je ne vous pensais pas si tranché Tyr."

Quand lui n'utilise jamais mon prénom, je n'ai pas souvenir de l'avoir entendu faire à dire vrai, je n'ai pas de scrupules à prononcer le sien. A croire que j'aime me torturer sans que personne que moi n'en ait réellement conscience. Mais je hoche la tête quand il reprend, grimaçant légèrement.

"Je vois. Et ce n'est pas le moment de voir les autres affiliations prendre le pas sur ce qui nous lie tous. Enfin, je ne suis pas sure qu'il y ait réellement un moment propice à dire vrai…"

Nous avons tous nos opinions. D'aussi loin que je me souvienne, rien n'a jamais vraiment été imposé au sein de la Cour des Miracles. Que ce soit la religion, la magie ou que sais-je encore. Mais notre allégeance au fils des Ombres passe toujours avant tout le reste. Et imagine que ce ne soit plus vraiment le cas a quelque chose d'effrayant. Les temps sont suffisamment troublés pour que cela ne puisse pas être une source d'inquiétude supplémentaire.

"Vous pensez réellement que l'un d'eux… l'un de nous, pourrait chercher à nous nuire ? Mais pourquoi ?"

Ma question peut paraitre naïve. Elle l'est certainement même. Pour autant, la dévotion, l'attachement que j'ai pour les fils et les filles des Miracles n'est pas feint. Et il transcende tout ce que j'avais pu connaitre avant, quand bien même j'ai passé des années à l'Académie. Alors, comment pourrait-il en être autrement pour les autres ? Les liens qui se tissent entre nous sont d'une rare intensité, les murmures qui nous entourent sont plus puissants que les discours qu'il nous arrive d'écouter hors de ces murs. Je continue de froncer les sourcils, cherchant sans bien comprendre, à savoir où il veut en venir. Archimède le fixe également, le sondant de ses grands yeux ambrés alors qu'il penche la tête sur le côté et qu'il laisse filer un doux hululement, comme pour appuyer la perplexité. Pourtant, j'essaie de me montrer aussi honnête que possible et j'ai une ombre de sourire quand il reprend.

"Il serait hypocrite de ma part de ne pas vouloir évoluer dans un monde fait de nuances et de subtilités. Mais il est vrai qu'ils savent comment trouver les faiblesses de chacun et les exploiter. Pourtant, je pensais les nôtres capables d'aller au-delà. Et cette guerre finira bien un jour, je vous l'accorde. Reste à savoir comment nous saurons exploiter le retour à la paix et comment rester du bon côté pour que la Cour continue de prospérer, c'est bien de cela dont il s'agit non ?"

Mais en réalité, ce n'est pas tout à fait le cas. C'est une discussion que nous avons déjà eu avec les autres Maitres et que nous pourrions avoir hors de ces murs. Après tout, l'essor, la préservation de la Cour est notre mission première et il n'y a rien de secret dans le fait que nous chercherons dans tous les cas à tirer le meilleur parti de la fin de ce conflit.  Et sa question tombe, la raison réelle pour laquelle je suis ici. Je laisse filer un silence, le fixant en plissant des yeux, sentant mes propres traits se troubler sans que je sois vraiment capable de m'en empêcher. Un coup de bec d'Archimède me permet de reprendre pied et j'inspire doucement, mon masque se stabilisant avant que je ne souffle, dans un murmure.

"Vous voulez savoir si vous pouvez me faire confiance… et quel est votre ressenti dans l'immédiat ?"

Et je cille avant de reprendre, non sans une pointe de tristesse.

"Je ne suis pas sûre que vous auriez aimé ce que vous auriez pu apprendre. Et maintenant, vous n'en avez plus l'envie ?"

Probablement parce qu'il est trop tard. Je chasse cette pensée, essayant d'occulter le fait qu'elle me blesse bien plus qu'elle le devrait alors qu'il continue, se faisant plus songeur. J'ai un bref hochement de tête à ses propos, fronçant les sourcils alors que j'essaie de faire de l'ordre dans mes idées, de démêler ce qui pourrait l'intéresser de ce qui n'a pas vraiment d'importance, d'éviter de passer à coté de ce qui pourrait être essentiel. Là est toute l'importance de notre rôle, surtout du sien.

"J'ai entendu dire qu'il y avait d'autres Sabliers. Ailleurs qu'à Sombreciel. J'ai poussé un peu mes investigations et je suis tombée sur un tableau ancien, qui les représente. Evidemment, ils pourraient avoir disparu mais le danger est bien réel. Et… je ne veux pas que le cours du temps change."

C'est tellement stupide de dire cela à voix haute, comme si je pouvais avoir le moindre poids dans un évènement d'une telle ampleur. Pourtant, à la pensée que les choses soient modifiées, j'ai un frisson que je peux cacher.

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 109
J'ai : 40
Je suis : Second des Ombres

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Cour des Miracles
Mes autres visages: Maelys Aigrépine, Liam d'Outrevent
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Quand le Chaos se pare des couleurs de l’Ordre   Mer 3 Mai - 22:39

C’est un sourire presque malicieux qui étire mes lèvres. « C’est bien mal me connaître. » Oh... Bien entendu, mes paroles peuvent montrer à quel point je suis capable de louvoyer, comme le ferait tout bon Lagran, mais mieux vaut ne pas s’y tromper. Il est difficile de me faire changer d’avis, une fois que je me suis fait ma propre idée de la situation, et beaucoup disent, à raison, qu’il est bien mal avisé de s’attirer mes foudres, de par ma rancune tenace. Je suis incapable d’oublier.

Seulement elle... Tara. Elle est l’une des rares qui est capable de m’apporter quelques remises en question. Je l’ai souvent imputé à ses compétences indéniables et son efficacité à toutes épreuves qui en font un excellent élément pour la Cour des Miracles... Mais pas que. C’est quelque chose d’inexplicable, qui fait peut-être que je lui cède bien plus facilement qu’à d’autres. Je ne l’ai encore jamais vu s’en servir contre moi, et ne m’encombre pas de cette faiblesse qu’il est plus aisé d’ignorer.

Je ne me départis pas de mon sourire, à l’observer, plongée dans ses réflexions. Je voulais précisément l’amener à réfléchir, et savoir ce qui en ressortirait. Elle est presque amusante, bien malgré elle. « Nous nuire ? Pas exactement. Profiter de nos ressources pour privilégier un camp, qui ne serait pas le nôtre ? Oui, assurément. Je ne prétends pas que la Cour des Miracles doit se placer en médiateur, mais nous avons toujours fourni nos informations et commis nos vols sans faire la moindre distinction. Prendre partie signifierait perdre notre identité, et nos valeurs. Nous devrions profiter de la guerre pour nous élever au-dessus des autres, pas pour nous incliner. » N’appelle-t-on pas le Fils des Ombres le Roi sans couronne ? Et quel royaume compte-t-il diriger, s’il le cède à un camp donné ? Je n’aime pas vraiment la tournure que les évènements prennent.

J’hoche la tête, quand elle abonde dans mon sens. Elle est bien moins désabusée que je ne l’aurais cru, Mille-Visages... Peut-être plus jeune que moi sous tous ces masques, finalement. Malgré sa vision idéaliste de la Cour des Miracles, elle est lucide, et la déception qu’elle exprime à l’idée que certains privilégient leurs autres affiliations me laisse envisager qu’elle sera toujours une alliée de choix. Oui, la guerre n’est bien présente que pour nous servir, nous permettre de prospérer. Nous nous rejoignons sur de nombreux points.

Et elle est curieuse, ne voit pas le mal dans mes paroles, pourtant subitement bien trop intéressées. « Oh, vraiment ? Est-ce pour cette raison que vous vous cachez toujours derrière vos masques, Mille-Visages, de peur que l’on découvre ce qui se cache sous la surface et qui vous fait honte, ou... Peur ? » Je penche la tête, avec une expression vaguement interrogatrice. « J’ai appris à faire avec vos masques, à respecter la distance que vous souhaitez imposer, depuis le temps. Ce n’est pas une question d’envie, mais de respect. Chacun a le droit d’avoir ses secrets, n’est-ce pas ? Ce n’est pas pour autant que je ne vous accorderais pas ma confiance. A vrai dire... Je crois que vous êtes certainement la personne en qui je peux avoir le plus confiance, à la Cour. »

Je ne cherche pas à la séduire, ni même à la rallier à ma cause par des paroles enjoliveuses... C’est une étonnante vérité, oui. Je pensais pouvoir placer toute ma confiance envers le Fils des Ombres, qui joue pourtant des masques et des ombres encore mieux qu’elle de par la nature de son poste, mais ses récentes prises de position me font croire le contraire... Et Merle ? Ah, mieux vaut ne même pas en parler !

J’hésite à lui confier ces doutes, au risque de passer à ses yeux pour un traître si elle est pleinement acquis à la cause du Fils des Ombres malgré ses penchants en faveur de l’Ordre... Mais elle remet elle-même cette épineuse question à plus tard, à mentionner un élément nouveau, qui ne figure pas dans tous ces rapports récents et inquiétants. « Un tableau ancien ? Où l’avez-vous vu ? » Je retourne une feuille vers elle. « Seriez-vous capable de le reproduire ? »


Dernière édition par Tyr Parle-d'Or le Ven 9 Juin - 23:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 193
J'ai : 37 ans
Je suis : Voleuse - Maitre Stratégie au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Le fils des Ombres
Mes autres visages: /
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Quand le Chaos se pare des couleurs de l’Ordre   Lun 8 Mai - 17:04

A le voir sourire de la sorte, l'on pourrait presque retrouver le Tyr que j'ai connu il y a des dizaines d'années de cela. Je ne saurais dire si c'est une bonne ou une mauvaise chose mais, surtout, je n'arrête pas de me demander s'il lui arrive d'être comme ça avec d'autres que moi, réalisant à quel point ce serait triste mais surtout ironique, si ce n'est pas le cas. Et, l'espace d'un instant, j'ai envie de le questionner sur sa vie, de savoir ce qu'il répondrait, s'il me parlerait de nos parents, de moi. Et cette pensée me fait peur tout autant qu'elle fait grandir un besoin, une envie qui me serre le cœur. Evidemment, je la chasse, me contentant d'un sourire malicieux en parfait reflet du sien. "Pensez-vous que je vous connaisse réellement ? Voilà qui mériterait un long débat mais nous ne sommes pas là pour ça, je me trompe ?"

Je ne sais pas vraiment quelle place j'ai pour lui et je ne peux guère lui dire réellement l'importance qu'il a pour moi. Parce qu'il reste mon frère, malgré les années, parce que l'amour que j'ai pour lui ne s'est jamais éteint, tout au mieux a-t-il été étouffé par la douleur l'espace d'un instant, mais aussi parce qu'il m'a guidé au sein de la Cour des Miracles. Il n'a pas été directement mon Maitre mais j'ai suivi ses traces, par instinct, par envie. Parce que c'était lui mais aussi parce que nous nous ressemblons bien plus maintenant que nous ne sommes plus vraiment frère et sœur. Voilà un paradoxe sur lequel il faudra que je me penche, comme j'essaie de m'en persuader depuis des années maintenant. Alors, je l'écoute avec une attention accrue, comme si ça suffisait à effacer le reste, comme si le lien que nous avons tissé au sein de la Cour pouvait remplacer ce que j'ai volontairement brisé. "Nous n'avons pas d'autre camp. Rien n'est plus important que ce sentiment que m'a procuré ma vie ici. Et pourtant, j'ai passé de longues années à l'Académie. Mais je n'avais jamais éprouvé ce… tout ça. Cette impression d'être à sa place, de pouvoir tout faire et…" J'ai un sourire et je secoue la tête. "Je dois vous paraitre bien naïve non ? Mais je ne veux pas perdre les valeurs qui m'ont fait me sentir chez moi ici."

A ces paroles, Archimède a rouvert les yeux, fixant Tyr avec curiosité. Je le sens bien plus éveillé tandis que nous continuons à échanger avant que ses griffes ne s'enfoncent quelque peu dans mes épaules lorsque nous parlons de mon talent pour me dissimuler. Je laisse souffler, d'une voix douce, probablement incapable de voir le mal qui pourrait se trouver derrière ses paroles. Parce que c'est Tyr et qu'il ne pourrait jamais rien me faire non ? Oui, c'est idiot, je le sais bien. "Peut-être. Ce que l'on peut découvrir, la vérité est parfois bien pire que l'illusion que l'on s'efforce d'entretenir. Alors, on peut dire que j'ai peur des réactions de certains oui. Mais… merci. Je sais que les secrets sont monnaie courante ici, je suis même sure qu'il n'y a pas une âme au sein de la Cour qui n'ait pas quelque chose à cacher. Pour autant, certains n'apprécient pas de n'avoir jamais vu mon visage. Comme si justement, je n'étais pas suffisamment digne de confiance à cause de ça."

Je m'efforce d'ignorer le pincement au cœur à ses mots. L'importance qu'ils ont pour moi et le mal qu'ils me font. Il ne devrait pas me faire autant confiance. S'il savait, il me tournerait le dos sans hésiter et je ne suis pas sure que j'arriverais à le supporter. Je sens l'illusion que j'entretiens vaciller, l'espace d'un instant avant de m'y raccrocher de toutes mes forces, inspirant doucement, guettant une réaction de sa part qui pourrait me rassurer, d'une façon ou d'une autre.

Le changement de sujet est paradoxalement le bienvenu et je hoche la tête quand il me demande si c'est bien un tableau ancien que j'ai vu. "Enfin, c'était une reproduction. Je crois. Je suis plutôt du genre… curieuse. Et j'écoute souvent les rumeurs, quand bien même je ne les apprécie guère. Je voulais savoir de quoi il en retournait, connaitre plus de choses sur ces sabliers. Alors j'ai fureté un peu partout. Et…" J'arque un sourcil devant la feuille de papier avant de sourire comme une petite fille. "Je souffre d'une absence totale de sens artistique Tyr. Par contre, je peux  vous donner l'impression que vous êtes en face de ce tableau et le voir avec les détails qui m'ont marquée. Si cela ne vous dérange pas. Je n'aime pas trop forcer les gens qui me sont importants à se plonger dans les illusions." Je le fixe, curieuse de sa réponse et tout de même prête à dessiner ce que j'ai pu voir. Avec un succès tout relatif, bien évidemment.

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 109
J'ai : 40
Je suis : Second des Ombres

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Cour des Miracles
Mes autres visages: Maelys Aigrépine, Liam d'Outrevent
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Quand le Chaos se pare des couleurs de l’Ordre   Dim 28 Mai - 16:53

Quand on est Maître-Voleur, surtout en Stratégie, et encore plus quand on est Second des Ombres, il faut savoir affirmer ses idées pour qu’elles soient prises en compte. Je n’ai pas gravi si vite les échelons en nourrissant le doute. Mille-Visages est l’une des rares personnes sur qui je compte vraiment pour faire avancer mes réflexions, elle qui connaît bien les difficultés inhérentes à cette fonction. Peut-être est-ce la raison pour laquelle elle me voit différemment des autres, qui savent bien que mes décisions sont souvent sans appel. Comment pourraient-ils placer leur confiance en mes plans, si je laissais planer le moindre doute ? Encore plus avec Merle qui rôde, prompt à planter ses serres au moindre signe de faiblesse. Je ne peux retirer une certaine perspicacité, néanmoins, à celui qui veut prendre son envol en provoquant certainement ma chute.

Je me contente alors d’un nouveau sourire, pour Mille-Visages, quand elle rappelle judicieusement que là n’est pas le débat. Je pourrais en dire long sur elle-même, drapée constamment dans son secret, qui me donne l’envie de déjouer quelques mécanismes judicieusement mis en place. Je suis un voleur, et le secret n’est bon qu’à être dévoilé à mes yeux. Je suis même étonné de ne pas avoir encore franchi cet interdit… Toute vérité n’est pas bonne à apprendre, ce sont ses propres paroles. Ai-je du respect pour Mille-Visages, qui dépasse ma propre quête de savoir ? Certainement.

Elle est attachante, à sa façon bien particulière. Comme beaucoup, elle cherchait avant tout une famille ou un refuge au sein de la Cour des Miracles. D’autres, sont venus en quête d’une raison d’être, ou simplement pour se prouver que l’on peut tout faire, et que jamais la liberté n’aura de frontières. Nous nous protégeons mutuellement, et nos horizons différents ont toujours fait notre force… Mais jamais la Cour des Miracles n’a pris parti. « Non, Mille-Visages, vous n’êtes pas naïve. Vous incarnez ces valeurs qui nous sont chères à préserver. »

Je tente de ne pas fixer son Familier, à son épaule, qui pourtant trahi si bien les réels sentiments de Mille-Visages. Elle peut se parer d’autant d’illusions que je ne saurais dire si ses sourires, ses peines et ses joies, sont bien réelles. Ne peut-elle pas moduler sa voix ? Alors le seul point d’ancrage que j’ai toujours eu avec elle, ce sont ses yeux d’acier, et cette chouette qui ne la quitte jamais. Elle est un indicateur, en ce moment même, que je viens de toucher un point sensible en mentionnant tous ces masques dont elle se pare, et qui sembleraient presque vaciller. Je détends l’atmosphère, en lâchant un bref rire. « Qui sait ? Vous cachez peut-être seulement une vilaine brûlure qui vous a défiguré… Ce serait un pieux secret comparé à d’autres, qui dissimulent des faits bien plus inavouables. Ils sont idiots, ceux qui vous le reprochent, parce qu’ils s’arrêtent aux apparences. L’habit est bien moins important que les pensées cachées. Pour ma part, vous me rappelez qu’il est mauvais de se reposer sur ses sens en toutes circonstances… Une vraie ode à Isil. » Je ne lui rends un regard, bien souvent, que par pure politesse. Je sais que ce que je vois n’est pas réel, en dehors de ces quelques éléments qui la trahissent. Je préfère l’entendre, et marcher en aveugle, comme tout voleur digne de ce nom, qui se drape dans l’ombre et ne se soucie que du murmure du vent. Mille-Visages a indéniablement sa place parmi nous, plus que tout autre.

Je ne peux pas m’empêcher de mettre à l’épreuve quiconque parmi la Cour des Miracles, pour les forcer à se dévoiler auprès de moi, pour qu’un infime détail me soit révélé. Elle ne fait pas exception, mais nous avons bien vite plus important à songer que les mystères qui peuvent l’envelopper. L’Ordre est partout, et leur propre ambition est un autre mystère que je cherche à résoudre.

Je lui tends la feuille, pour qu’elle consigne ce qu’elle a vu, à croire naïvement qu’elle saurait griffonner une carte comme cela me semble si naturel pour moi. « Ah… Personne n'est parfait. » Je la reprends bien vite, à sa précision, avant qu’une nouvelle lueur curieuse ne passe dans mon regard. Me montrer ce qu’elle a vu ? Une illusion… Je ne suis pas réfractaire aux émanations magiques, même si j’en suis malheureusement dépourvu, mon enfance en Lagrance a été bercée par ces manifestations. « Montrez-moi, Mille-Visages. » Je ferme les yeux, pour prendre le temps de me préparer mentalement. Quand je les rouvre, elle est encore là, mais il me suffit de tourner la tête sur le côté pour l’apercevoir, ce tableau ancien, comme s'il avait toujours été là, accroché au mur, à se substituer aux bibliothèques des archives. Je mémorise les moindres détails, comme elle a pu le faire auparavant, et cille à plusieurs reprises quand l’illusion se dissipe. Il en faut plus pour me désarçonner, et déjà, je commence à noircir la feuille qui me fait face pour en faire un croquis rapide, dans un premier temps, le plus fidèle possible. Je suis tellement absorbé par ma tâche que je l’oublie un instant. Ce pourrait être une autre illusion que je ne m’en rendrais pas compte, ou pas immédiatement, avant d’être occupé à traquer les moindres détails qui pourraient la trahir…

Une chose à la fois. Je conserve mes pensées en place, le temps de reproduire fidèlement cette fresque qu'elle m'a dévoilé. Je ne me rends pas compte du temps qu’il passe, et relève la tête qu’une fois qu’elle est définitivement sous nos yeux. Je lui souris doucement, à la retourner vers elle. Les traits sont parfaitement fidèles à cette illusion qu’elle m’a retranscrite. L’habitude… Je dessinais beaucoup de cartes ou de plans, précisément quand j’étais encore Maître-Voleur, et le dessin est rapidement devenu un de mes passes-temps favoris. « Nous faisons une bonne équipe, vous ne trouvez pas ? » Je me penche dessus, sceptique. C'est une forêt dense qui cerne le Sablier, et le seul élément vraiment marquant est ce manoir au loin. « Ça ne me dit rien. Vous m'avez dit un tableau ancien, mais de quand date-t-il exactement ? Nous pourrions faire circuler l'information dans la Cour des Miracles, pour retrouver ce Sablier. Il sera toujours temps de revendre cette information au plus offrant ensuite. Certains paieraient très chers pour le savoir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 193
J'ai : 37 ans
Je suis : Voleuse - Maitre Stratégie au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Le fils des Ombres
Mes autres visages: /
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Quand le Chaos se pare des couleurs de l’Ordre   Jeu 1 Juin - 13:29

Il y a quelque chose de passablement troublant dans cette relation que nous avons instauré, Tyr et moi, à mesure que sont passées les années. Si j’ai songé à l’éviter dans les premiers temps, me rapprochant alors d’autres membres de la Cour, j’ai fini par vite me rendre compte que ce serait impossible. Que j’aurais beau m’y faire, nous resterions liés toute notre vie, d’une façon ou d’une autre. Et que je suive ses pas n’a pas été une source d’étonnement. Pour moi en tout cas. Je ne saurais dire si cela est dû à nos liens fraternels qui ont trouvé un autre moyen de s’exprimer, de se maintenir en vie malgré le fait que j’aie tenter de les trancher dans le vif, pour lui épargner une douleur supplémentaire, ou si tout simplement, nos deux âmes étaient de toute façon faites pour être liées. Mais, dans tous les cas, le résultat est là. J’ai confiance en Tyr malgré les secrets, malgré les difficultés, malgré cette distance salutaire qu’il n’a jamais cherché à franchir. Et le fait qu’il m’accorde aussi sa confiance est quelque chose de bien trop précieux pour que je puisse le risquer en lui avouant la vérité.

Je suis soulagée qu’il ne cherche pas à aller plus en avant dans la discussion. Maintenir cette illusion me coûte plus que je ne veux me l’avouer et je pourrais trébucher sans m’en rendre compte. Alors, j’inspire, lui rendant son sourire et heureuse de voir que le voleur ne cherche pas, une fois encore, à percer le secret. Peut-être a-t-il fini par deviner que cela ne lui apporterait rien de bon. J’arrive tout de même à me faire malicieuse à ses propos, haussant une épaule avant de souffler, d’un ton léger. "Me voilà l’incarnation des valeurs de la Cour ? J’ai peur que cela ne soit une source de pression supplémentaire que je ne suis pas sûre de vouloir supporter. Je ne suis qu’une humble maitre voleuse, contrairement à vous Tyr."

Et Archimède laisse échapper un doux hululement, comme pour attirer l’attention de mon frère, qui se garde bien de l’observer. Voilà est pour le moins amusant. Ou étonnant. Je ne saurais le dire. En tout cas, il a réussi à capter notre attention pleine et entière à tous les deux et nous sommes probablement en train de le fixer de la même façon, les yeux légèrement écarquillés, brillant de curiosité, alors que nous oublions, l’espace d’un instant, aussi infime soit-il, toute notion de prudence. Comme cela arrive souvent lorsque je suis seule avec Tyr. Voilà pourquoi j’essaie de l’éviter autant que possible, sans que cela ne paraisse suspect, cela s’entend. Disons que je ne suis pas du genre à chercher sa compagnie ce qui, dans la mesure où je passe beaucoup de temps avec Merle, ne parait pas particulièrement suspect aux yeux de qui que ce soit. "Une  vilaine brûlure ne serait pas motif à être cachée. Je pourrais justement trouver une histoire palpitante où je pourrais me mettre en avant et détourner si bien l’attention de mon interlocuteur que j’en ferais ce que je veux. Mais disons que, dans le fond, c’est peut-être plus pour me cacher à moi-même mes propres traits que pour les autres. Nous dissimulons de toute façon tous nos pensées, avec plus ou moins de succès. Pour autant, ça ne fait pas de nous des mauvaises personnes. Juste des gens qui prennent parfois les mauvaises décisions."  Mon regard se perd un instant dans le vide avant que je n’esquisse de nouveau un sourire dans sa direction. "Pour un peu, je crierais à la flagornerie. Comme si vous aviez besoin de moi pour vous rappeler que tout peut nous tromper ou nous induire en erreur."  Il n’est pas devenu Second des Ombres par hasard et c’est bien l’une des premières choses que nous finissons tous par retenir. Ne se fier à rien de ce que l’on voit de ce que l’on entend. Apprendre à trier les informations, à savoir les utiliser à bon escient et, surtout, à n’avoir aucune certitude. Certains pourraient trouver que c’est pesant, mais je trouve au contraire que c’est la chose la plus stimulante qu’il m’ait jamais été donné de vivre. Comme si, chaque jour, je devais tout apprendre de nouveau et nager entre les méandres des illusions. Les miennes ou celles des autres.

Mais voilà qu’il aborde la réelle raison de ma venue. Tout du moins, j’essaie de m’en convaincre.  Je lui parle du tableau, le toisant un instant à sa répartie avant de secouer la tête. "La perfection est d’un ennui mortel. Mes plans agrémentés de bonhommes bâton ont toujours suffi alors pourquoi me débrouiller autrement ? Surtout quand je peux trouver d’autres parades."  Et j’inspire, alors qu’il me demande de lui montrer. Je ferme les yeux, me remémorant chaque détail, chaque souvenir qui afflue comme une bulle et qui explose, lui dévoilant un peu plus à chacune de mes inspirations. Je le laisse alors se perdre dans mon illusion, avant qu’il ne se saisisse d’une feuille pour dessiner. Et, alors que le silence se fait entre nous, mon regard se pose sur ses mains étrangement familières et pourtant que je n’ai plus touchées depuis plus de 20 ans déjà. Je les vois s’agiter, faire naitre sur le papier ce que je lui ai montré et je lève les yeux, mon attention captée par le moindre de ses traits. Ses sourcils qui se froncent quand il se concentre. Sait-il à quel point il ressemble à notre père en cet instant ? Ou, en tout cas, à l’image que j’ai gardée de lui. Que dirait-il si je m’aventurais à lui dire ça ? A quel point serait-il en colère ? Déstabilisé ? Perdu ? Et je cille, pour chasser des larmes qui ne viendront de toute façon jamais, alors qu’Archimède frotte doucement son bec contre ma joue.

Le sourire que je lui rends est plus triste que je ne le voudrais, mais je ne suis pas sûre qu’il s’en rende vraiment compte alors que l’illusion finit de se dissiper doucement. "Une excellente équipe. Vous faites tout le travail pendant que je suis tranquillement installée dans un fauteuil. Voilà qui me convient parfaitement."  Et je grimace au reste de ses propos, me faisant plus sérieuse. "Je ne saurais vous le dire. J’ai souvenir que le cadre était abimé, très ancien. Et la peinture commençait elle aussi à vieillir. Plusieurs dizaines d’années, si ce n’est pas bien plus. Et les gens ne semblaient guère enclins à vouloir le restaurer. Comme s’ils ne voulaient pas que l’on connaisse son existence. Que pensez-vous qu’ils pourraient faire d’une telle information ?"  Ou, pire encore… "… d’un tel Sablier ?"  

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 109
J'ai : 40
Je suis : Second des Ombres

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Cour des Miracles
Mes autres visages: Maelys Aigrépine, Liam d'Outrevent
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Quand le Chaos se pare des couleurs de l’Ordre   Ven 9 Juin - 23:19

Je lâche un bref rire, amusé par sa façon de retourner la situation. « Maître-Voleur, ce n’est pas rien. Vous représentez l’accomplissement d’une de nos branches, et la meilleure à mon sens, celle de la stratégie. » Je ne l’aurais pas laissé minimiser son poste, son investissement, et encore moins ce que cela devait signifier au sein de la Cour des Miracles. Elle en était un des piliers. Elle le savait certainement, mais jouait de fausse modestie.

Le visage qu’elle a décidé de revêtir ce jour est des plus avenants, mais je la sais capable de se parer des plus disgracieux si cela peut se révéler utile. A la manière des mendiants, elle sait attirer l’attention en suscitant la vulnérabilité, la pitié… Et mieux vaut ne pas s’y tromper, car elle recèle de bien des surprises et n’est pas sans défense non plus. J’hoche lentement la tête, alors qu’elle confirme mes pensées, mais me fige l’espace d’une seconde tandis que ses propos m’interpellent. Les secrets ne font pas de nous de mauvaises personnes… Seulement des personnes qui prennent parfois les mauvaises décisions ? « Tout secret est délibérément gardé, Mille-Visages. Je ne pense rien vous apprendre. Et nos méfaits… Nous sommes tous présents pour couvrir ceux des uns et des autres, vous et moi encore plus. » Je ne sais quoi en penser exactement, et me garde bien de laisser paraître mon trouble passager. Elle sait, autant que moi, que les secrets tout comme les vérités sont notre apanage. Je recherche toujours ardemment la vérité, ce qui ne m’empêche pas de la dissimuler et la négocier à prix d’or. Mais certaines, parfois, méritent d’être tues à jamais.

Elle est aussi maladivement curieuse que moi, Mille-Visages, et c’est une de ses meilleures qualités à mon sens. Elle retient tout, et son illusion me le prouve. Elle est parfaite, à me permettre de retracer cette œuvre ancienne comme si je lui faisais face. Je ne crains pas ses illusions, même quand elles m’enveloppent ainsi, bien au contraire… Elles me fascinent. « Vous ne devriez pas autant vous mésestimer. Vous n’êtes pas arrivée à votre rang actuel sans mérite. Et puis… Je n’y étais pour rien, si vous avez suivi mes traces. Je suis heureux que ce soit vous qui ayez repris le flambeau. »

Je reste affairé à ma tâche, bien encore après qu’elle ait dissipée son illusion, à peaufiner en quelques derniers coups de crayon, tandis que mes pensées continuent de s’agiter en tout sens. Le dessin m’a toujours permis de rester concentré, quand il ne m’amenait pas à faire le vide. « Plusieurs dizaines d’années ? Alors retrouver ce Sablier est du domaine du réalisable. »

Je relève enfin la tête, lui rendant un mince sourire. De quoi a-t-elle peur exactement ? « Vous voulez rééquilibrer la balance, Mille-Visages ? Si vous craignez tant que l’Ordre perturbe le cours normal des choses, à perturber le temps, comme des enfants qui mettraient un coup de pied dans le château de cartes que nous avons eu tant de mal à bâtir… Alors vendons cette information à un bon prix à la Rose Écarlate. Ils sauront certainement leur mettre quelques bâtons dans les roues et nous faire gagner du temps. Qu’en pensez-vous ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 193
J'ai : 37 ans
Je suis : Voleuse - Maitre Stratégie au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Le fils des Ombres
Mes autres visages: /
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Quand le Chaos se pare des couleurs de l’Ordre   Mar 13 Juin - 19:38

Son rire sonne agréablement à mes oreilles. Comme si, à force de le provoquer, à force de le distraire, de le dérider, je pouvais compenser, d'une façon ou d'une autre, ces années passées à souffrir. Est-ce que sa sœur lui manque toujours autant ? Est-ce qu'il a cherché à se venger ? Parfois, j'aimerais tellement lui poser toutes ces questions, juste pour savoir enfin, pour pouvoir vraiment passer à autre chose. Pour laisser sa sœur reposer en paix pour de bon. Mais j'en suis incapable, parce que je veux encore être celle qui le fait rire de la sorte. Et que cela ne se reproduira probablement plus si je lui avoue tout. Alors je souris, avec malice. Je joue le jeu, car c'est ce que j'ai de mieux à faire. Pour lui ou pour moi ? Je ne saurais le dire pour être parfaitement honnête. "J'aurais été déçue que vous ne disiez pas que la Stratégie est la meilleure branche. Pourtant, je ne compte plus le nombre de personnes qui m'ont demandé pourquoi je n'avais pas choisi d'espionner hors de la Cour. J'aime à leur répondre qu'avec mon don, c'eut été trop facile, presque de la triche." J'ai parlé d'un ton léger, comme si rien de tout cela n'était vraiment important.

Je suis habituée à ce que l'on me dévisage. Mes traits sont si changeants, il est tellement difficile de saisir une expression qui me soit propre, que j'ai l'impression qu'ils essaient de capter quelque chose, n'importe quoi à quoi se raccrocher. Et Tyr ne fait pas exception, même en cet instant.  Je laisse filer un silence à ses propos, mon regard se perdant un instant dans la contemplation de mon Familier qui nous regarde tous les deux, les yeux brillants de curiosité. "Oh parfois, on porte plus souvent son secret à bout de bras que l'on ne le garde réellement. Et la peur de trébucher, de le voir se répandre partout est encore pire que le reste. Mais oui, nous sommes là pour couvrir les méfaits. Les nôtres et ceux des enfants de la Cour. Je crois que nous sommes plutôt doués pour cela non ?"

Et le faire plonger dans une de mes illusions, alors qu'il est totalement volontaire, est encore plus facile que je ne l'aurais cru. Je partage un souvenir, bien réel, quelque chose que seuls mes yeux ont vu mais que, grâce à ce don, je peux montrer à quelqu'un. Je laisse souffler un rire avant de rétorquer, d'un ton amusé. "Pour un peu, je croirais entendre Merle. Je sais que je ne suis pas là par hasard et qu'on ne m'aurait pas nommée uniquement pour mes yeux, aussi beaux soient-ils. Mais je suis heureuse de suivre vos traces. Et de voir que vous me pensez à la hauteur de la situation." Et, alors qu'il recommence à dessiner, Archimède descend de son perchoir, ses griffes claquant sur la table avant qu'il n'essaie d'attraper son crayon. Je retiens un sourire alors qu'il se plante devant lui, attendant qu'il lui donne. "Tout est réalisable. Ou au pire, nous pourrons nous débrouiller pour que certains en soient persuadés." Et j'inspire à ses questions, me redressant légèrement. "Evidemment que je veux rééquilibrer la balance. Si un camp a trop de cartes, les autres seront désavantagés. Et ce sera une mauvaise chose pour nous." J'ai tout de même une grimace pensive à sa proposition et je laisse les secondes s'égrainer de nouveau avant de hocher doucement la tête. "Si vous êtes persuadé que la Rose Ecarlate saura user de ces informations pour rétablir l'équilibre, c'est ce qu'il y a de mieux à faire. J'ai toute confiance en votre jugement." Quand bien même je me répugne toujours à interagir avec les gens qui ne sont pas de la Cour, à quelques rares exceptions près.  

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 109
J'ai : 40
Je suis : Second des Ombres

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Cour des Miracles
Mes autres visages: Maelys Aigrépine, Liam d'Outrevent
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Quand le Chaos se pare des couleurs de l’Ordre   Hier à 16:19

Il est vrai que Mille-Visages aurait été une espionne hors pair… Mais ces deux disciplines se confondent et s’associent sans mal. L’espion ne doit-il pas user de subterfuges et de stratégies, comme le voleur qui a choisi cette voie, pour parvenir à ses fins ? Ne parlons pas non plus de ses facilités à charmer qui que ce soit, pouvant adapter ses traits à son interlocuteur afin de les rendre… Renversants. La magie, c’est comme tricher dans le jeu. Il faut toujours la prendre en compte, dans la moindre des stratégies, car elle constitue autant un joker qu’une épine dans votre pied selon quel camp la possède. « Je pense que vous aurez excellé dans toutes les disciplines, Mille-Visages, et c’est aussi ce qui me flatte de constater que c’est la mienne que vous aviez privilégié. »

Mille-Visages reste un mystère, l’un des rares que je ne cherche pas tellement à élucider. Et sa conception des secrets est bien singulière, comme pour m’inviter davantage à la prudence, face à ce qu’elle tente de cacher à la vue de tous. Lui arrive-t-il de craindre la chute ? Je n’ose lui poser directement la question, et me contente comme bien souvent d’un sourire de circonstance et d’un hochement de tête. Oui, nous sommes doués pour paraître, et donc pour couvrir les méfaits des nôtres. Ce ne sont que d’autres stratégies à mettre en place, finalement.

J’en oublie rapidement ces préoccupations, quand je me retrouve absorbé par cette retranscription de son illusion. Il n’y a bien que ce familier pour perturber ma concentration momentanément. Je relève la tête pour croiser son regard, et affiche une expression quelque peu perplexe devant sa demande impérieuse. « La politesse serait de demander, cher Archimède. » Je l’ai soufflé dans un sourire, pour ce Familier si silencieux, et pourtant si observateur. Je lui tends néanmoins le bout de mon crayon, main ouverte. « Je pourrais t’apprendre à dessiner, à l’occasion. » Mon sourire s’étire, amusé. Je le vois déjà tracer des spirales avec ses serres sur une feuille de papier.

Et il disparaît quelque peu, ce sourire, quand sa mage me compare subitement à Merle. Je ne le prends pas vraiment bien, et je n’ai pas envie de feindre le contraire. Je serais impulsif que je lui aurais demandé de cesser de parler du Maître-Voleur aussitôt. Je ne le suis pas, et me contente de me renfoncer dans mon siège, délaissant le crayon à son volatile pour croiser les mains devant moi. « La Rose Ecarlate ne fera que faire pencher la balance dans l’autre sens… Ou courir à sa perte. Ils sont utiles, s’ils évitent que le temps ne soit alterné, mais à user à bon escient. Ce serait dommage que la guerre se termine avant que nous ayons pu pleinement en profiter pour vendre quantité d’informations et opérer quantité de larcins en toute impunité… »

Le sourire revient ponctué un silence, avant que je ne conclue : « Votre confiance m’honore. Alors ne tardons pas pour trouver notre acheteur. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Quand le Chaos se pare des couleurs de l’Ordre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» # suzaith ♫ Hissez haut, l'âme des pirates jamais ne mourra. Yo ho quand sonne l'heure, hissons nos couleurs !
» Sondage Couleurs Warriors of Chaos
» [Alona] Le Début de la fin... (Arrivée du Chaos)
» [TUTO] Faire des socles
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Les Terres du Nord :: Lorgol aux Mille Tours :: La Cour des Miracles-
Sauter vers: