AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Éponine Aubenacre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Mages
Les Mages
avatar

Messages : 856
J'ai : 12 ans
Je suis : aspirante mage de l'Hiver en Magie Elémentaire, en 2ème année à l'Académie

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : ma mère Désirée, ma tante Quittou, mon oncle Géralt et l'Académie
Mes autres visages: Abigaïl l'Embrasée & Sixtine d'Ibélène
Message Sujet: Éponine Aubenacre    Jeu 20 Avr - 23:38



[Aly] présente

Éponine
Aubenacre

Valentina Lyapina

« L'Aube trace son chemin, serti de Nacre »

C'est compliqué de se décrire soi-même. Pour ma part, j'apprends encore à me connaître. Je n'ai que onze ans. J'ai encore le temps de me développer, de me voir changer et de vivre. J'étais prisonnière, enchaînée dans une vie misérable jusqu'à ce qu'on m'en délivre. Alors, je ne sais pas si je peux dire qui je suis alors que je commence à peine à le découvrir. Mais je peux vous dire ce que l'on dit de moi.

Je suis de nature plutôt timide. En même temps, c'est normal.
J'ai passé les onze premières années de ma vie à faire le moins de bruit possible. Ne pas parler, ne pas agir impulsivement,
ne pas me faire remarquer. Surtout, ne pas me faire remarquer.
Je n'ai eu guère de contact en dehors de ma famille (et encore) donc je suis plutôt mal-à-l'aise avec les gens. Je ne vais guère vers eux au premier abord. Ça fait de moi quelqu'un de discret et plutôt réservé. Mais cela commence à changer, je le sens.
Je suis très curieuse. Au final, avec l'apparition de mes pouvoirs et la découverte de ce nouveau monde, j'ai tellement de questions qui se bousculent dans ma tête. J'ai envie de tout savoir, de tout connaître. Le monde est merveilleux en réalité,
ce n'est pas juste la cabane de maman. C'est... autre chose.
De plus beau, de plus compliqué. En réalité il y a tellement de choses à voir, à découvrir... la magie. J'ai une curiosité inassouvie qui me rend plutôt... indiscrète. C'est assez paradoxale par rapport à ce que j'ai dit avant mais en fait ça se tient. Si je suis discrète dans ma vie de tous les jours, ma curiosité, elle, est indiscrète. Au final je me suis rendue compte que j'aime bien tout savoir sur tout. Alors je pose beaucoup de questions, même sur la vie privée des gens. On me dit que, parfois, ce n'est pas bien. Mais bon... j'ai envie de savoir !

Du coup je suis plutôt franche et spontanée. Je ne fais pas exprès mais je ne sais pas mentir. On me pose une question, j'y réponds. Par ce que je juge être la vérité en tout cas. Sûrement le fait de ne pas avoir pu vraiment m'exprimer avant mon départ pour Lorgol. Au début j'hésitais encore à parler,
craignant de voir l'ombre de Grand-Père. Je m'habitue petit à petit et je deviens vraiment trop bavarde. C'est une partie de ma personnalité que je n'ai jamais vu avant aujourd'hui. Enfin je veux dire, maman m'a toujours dit que ce n'était pas bien de mentir. En revanche, elle m'a appris à m'en sortir.

Maman m'a souvent dit de faire preuve de prudence au quotidien. J'ai commencé à biaiser pour réussir à avoir des réponses à mes questions ou de faire ce que je devais faire.
C'est plutôt un atout, ça m'a permis d'éviter de nombreux coups de la part de Grand-Père. Mes oncles, la plupart d'entre eux, ne faisaient même pas attention à moi. Et j'ai pu réussir à m'esquiver de temps à autre pour me promener un peu aux alentours. J'ai pris l'habitude de me fondre dans le décor. J'aimais bien ces petites promenades, même si elles étaient rares. J'ai profité de quelques moments de répits où je n'étais pas anxieuse dès que la porte de la maison de maman s'ouvrait. Au final, dans le jeu de la ruse, je ne me débrouille pas tellement mal. A Lorgol j'ai découvert cet étrange jeu, appelé les échecs. L'on m'a expliqué brièvement le principe mais j'aimerai mieux apprendre les règles.

Dans les moments de calme que j'arrivais à me caser, je me suis surprise à laisser mon esprit vagabonder. Je ne sais pas lire, je ne suis pas quelqu'un de très cultivée. Je ne suis jamais allée à l'école et je sais mieux repérer ma route grâce aux étoiles qu'aux panneaux directionnels. Il a fallu que j'apprenne sur le tas. Mais j'ai pu me laisser aller au gré de mes pensées et, en me promenant ça et là, j'ai lié des mots aux autres. Ce sont devenus des phrases. Puis des paragraphes. Des proses mélodieuses, comme celles que maman me chantait. J'ai commencé à composer des petites chansons dans ma tête, m'inspirant de ma petite vie et de ce qui m'entoure. Maman m'a dit que cela s'appelle des poèmes. C'est agréable à imaginer. Il y en a beaucoup que j'ai oublié, parce que je ne peux pas me les noter quelque part. Mais, en tout cas, ça aide aussi ma mémoire à se développer. Du coup, je m'efforce à les retenir et j'essaye de tous les réciter le plus possible dans ma tête, le soir, avant de m'endormir. Tous les soirs, j'essayais aussi d'en dire deux ou trois à maman. J'aime bien me dire que ma voix était le dernier son qu'elle entendait avant d'aller se coucher. Et que c'est la dernière chose qu'elle a entendu avant que je ne parte.

Ces poèmes sont le secrets de maman et moi. Je ne l'ai dit à personne, même oncle Géralt ne le sait pas. Un jour peut-être que je leur dirai, mais pas pour le moment. Pour le moment, c'est l'une des dernières petites choses qui me retient un peu à maman, maintenant qu'elle est loin de moi. Quoiqu'il en soit, j'ai vraiment un petit côté rêveur et imaginer des poèmes me donne souvent l'air absente. Je peux avoir l'air ailleurs et cela m'a déjà valu quelques remontrances. Oncle Gaston m'a déjà dit que je tiens plus de Gédéon, "ce qui n'a rien d'étonnant compte tenu de l'assisté qui me sert de mère." La gentillesse d'oncle Gaston m'a toujours séduite. Je préfère l'ignorer. Rien de sert de discuter avec ce genre de personnes. Je ne suis pas "assistée", je suis juste en rendez-vous avec mon esprit, qui a plus de choses à raconter que celui d'oncle Gaston. Tout ça pour dire qu'il m'arrive d'être ailleurs et de ne pas faire forcément attention à ce qui m'entoure dans ces moments-là. Du coup je peux me révéler maladroite par certains moments. Un côté assez étourdi et spontané. Jusqu'à ce qu'oncle Géralt me prenne avec lui pour Lorgol, j'ai souvent imaginé que maman, Gédéon et moi on s'enfuyait vers un endroit sûr et merveilleux où l'on s'installait pour une toute nouvelle vie, loin de tout. Et tante Quitterie venait souvent nous rendre visite. Mon rêve a pris une tout autre tournure. Plus libératrice mais plus déchirante également.
Maman...



©️ Lemon Tart
Spoiler:
 
Depuis que je suis entrée à l'Académie, j'aime me perdre dans les couloirs et découvrir de nouveaux lieux. Sur un des cahiers que tonton Géralt m'a acheté, je note toutes mes découvertes, que ce soit des lieux, des rencontres, des émotions ou des livres. Comme ça, plus tard, je n'oublierai rien de ce que j'ai vécu ici. Alors je garde toujours le cahier dans ma poche pour pouvoir écrire en direct, pour n'oublier aucun détail. Comme les salles secrètes que je découvre...



©️ Eris
Âge : 12 ans
Date et lieu de naissance : 8 décembre 990, sur la lande d'Aubenacre à Riven (Bellifère)
Statut/profession : Aspirante Mage (Hiver)
Allégeance : Désirée Aubenacre, sa mère ; Quitterie Aubenacre, sa tante ; Géralt de Rives, son oncle
Dieux tutélaires : née sous Valda, et affectionne Osir
Groupe principal : Les Gardiens de la Tradition
Groupes secondaires : Peuple/Mages



Le temps d'un cri,
S'estompent les bruits
Protégé par la Nuit,
De la mère, l'enfant surgi
Et l'amour, soudain la remplit,
Le temps d'un cri
Sous le sourire de Maari

Riven est un port tranquille, barbotant au pied du littoral, près de la frontière. Une province de Bellifère comme une autre, où il fait bon de vivre. Le cadre en lui-même est plaisant, le climat idéal, la vie aussi reposante qu'elle peut l'être en Bellifère. C'est là que j'ai poussé mon premier cri, dans les landes paysannes, un peu retirée de la ville, dans les huîtres perlières. C'est là que Grand-Père travaille. C'est là que ma famille, les Aubenacre, vivent, pour la plupart. Les autres, les moins chanceux, essayent de survivre et de profiter des moments qui nous permettent d'oublier un peu la misère dans laquelle nous vivons. Je dis nous parce que, il y a encore quelques-mois, j'en faisais partie. Je suis née dans une grande famille typiquement belliférienne. Un grand-père qui ne considère pas les femmes et une grand-mère soumise qui a fini par fuir, ne supportant plus la violence de son mari. C'est, du moins, ce que m'a raconté maman. Je ne me souviens pas de ma naissance, ce qui est normal, mais je peux établir un petit tableau de ma grande famille. Je vis avec ma maman, dans une petite cabane jouxtant l'entrepôt principal. C'est ici que je suis née, de père inconnu. Maman est aveugle mais c'est la personne la plus courageuse du monde, j'en suis convaincue. Elle n'a pas besoin de ses yeux pour voir. Elle a toujours su où j'étais et ce que je faisais. Je suis sûre qu'elle est mage, elle aussi. Maman a sept frères. Pour quatre d'entre eux, maman et moi sommes pratiquement inexistantes. Je suis sûre qu'ils ne sont mêmes pas au courant que j'existe. Ils passent devant moi sans me voir. C'est toujours mieux que Grand-Père. Ensuite, il y a Gédéon. Il est très gentil et très doux, j'aime beaucoup être avec lui et maman s'en occupe énormément. Mes autres oncles se moquent de lui et Grand-Père le méprise. Il fait partie des survivants. Je l'aime beaucoup. Puis il y a Gaston, le plus grand des frères. Il est l'héritier de Grand-Père et fait tout comme lui. Devant lui, je ne suis pas inexistante. Il aime me donner des coups de pieds quand je le croise alors je l'évite. Il m'appelle "le napperon" ou "'l'empotine". Il bat aussi maman quand il l'a voit, et Gédéon. Mais maman fait toujours en sorte de recevoir plus de coups que tout le monde. Je ne l'aime pas, il est aussi méchant que Grand-Père. Et, enfin, il y a Géralt. C'est mon oncle préféré. Il a souvent défendu maman des coups de Grand-Père et a toujours tout fait pour me protéger. Il me ramenait aussi beaucoup de douceurs lorsqu'il revenait nous voir. Et c'est lui qui a sauvé ma vie en m'emmenant loin de Grand-Père. J'adore quand il est avec moi. Il m'a inculqué nombreux principes et nous lisait des histoires à Gédéon et moi le soir.
Maman a aussi une sœur, tante Quitterie. Elle est partie quand j'étais petite, je ne me souviens pas d'elle. En tout cas, on ne parle jamais d'elle à la maison, sauf s'il n'y a que maman et moi. Mais je n'ai absolument pas le droit d'en parler aux autres. Maman m'a dit que Grand-Père ne lui a jamais pardonné sa fuite. Je l'ai retrouvée quand tonton Géralt m'a emmené. Maman m'a beaucoup parlé d'elle. Elle m'a raconté qu'elle est douce, belle et très forte. Du coup, dans mon cœur, je me suis mise à l'envier et je me disais que moi aussi, je serai comme elle. Oncle Géralt nous a raconté qu'elle a gagné le Tournoi des Trois Opales, qu'elle est mage guérisseuse et qu'elle vole à dos de dragon. C'est tellement incroyable et surréaliste. Tante Quitterie c'est la plus forte de toute et, quand je l'ai rencontré, j'ai vu qu'elle est aussi gentille que maman. Sauf qu'elle râle moins. J'aimerai être comme elle, un jour.
Grand-mère est partie il y a très longtemps. Maman dit qu'elle ne supportait plus la vie ici. Mais maman dit toujours du bien d'elle et il paraît que tante Quitterie lui ressemble beaucoup.
Ensuite, il y a Grand-Père. Grand-Père j'essaye de l'éviter le plus possible. Il est cruel et n'a aucune considération pour maman, Gédéon et moi. Il est violent et brutal, nous bat chaque fois qu'il le peut. Mais maman a toujours pris les coups à ma place chaque fois qu'elle le pouvait. Elle m'a dit que jamais elle ne laisserait quelqu'un me faire du mal et m'a recommandé maintes et maintes fois d'éviter de croiser seule le chemin de Grand-Père. J'ai dû apprendre à l'éviter. Encore aujourd'hui, il m'arrive de le chercher des yeux, apeurée à l'idée de le croiser au détour d'une ruelle de Lorgol. Mais je sais que jamais il ne viendra ici.
Voilà donc la famille qui m'a accueillie à ma naissance. Je n'ai pas de père, maman m'a dit que c'est un homme qui ne vaut pas la peine d'être connu et qu'il vaut mieux que je m'en tienne éloigner. De toute façon, elle est incapable de me dire où il est ni à quoi il ressemble. Mais si la cécité me menace peut-être un jour, je suis loin d'être sourde, et j'ai eu vent des rumeurs qui se propagent dans notre petite ville portuaire. Je les entends murmurer que Grand-Père n'est pas forcément que ça. Maman me dit de ne pas les écouter, qu'ils ne savent pas de quoi ils parlent. J'ai choisi de la croire. Parce que je n'ai qu'elle. Et parce que c'est mieux de m'accrocher à ça plutôt qu'à cette possible vérité qui court les rues de Riven.

Le temps a passé,
Se succèdent les saisons,
L'enfant à changé,
Osir couve son bourgeon,
Valda protège sa floraison
Et Marri, sourit au passé
Car l'enfant a changé

Maman m'a dit que c'est Valda qui me protégera pour toujours. Elle a choisi la Déesse Voilée car je suis née en pleine nuit, sous Sa lune chatoyante. Elle dit que Maari et Elle se sont alliées pour protéger ma venue et me donner la chance de vivre. Pas de survivre. Avant de partir, maman m'a dit que, si je lui manque, de regarder le ciel et de me souvenir que nous vivons toutes les deux sous les mêmes cieux. Elle me dit que les étoiles seront le symbole des pensées secrètes qu'elle a pour moi. Maman m'a dit que Valda saura guider mes pas même dans la nuit la plus sombre et qu'elle gardera nos secrets pour toujours. Je veux bien la croire, car je suis sûre que Valda m'a beaucoup aidé au début.
Mon premier souvenir remonte à mes trois ans, environ. Je me revois dans le lit pittoresque mais assez douillet, confectionné spécialement pour moi, avec maman à côté de moi me chantant de douces berceuses. A travers la lucarne, un filet de lune a caressé mon visage et j'ai vu les yeux voilés de maman. J'ai tendu ma petite main et j'ai accroché le pendentif autour de son cou. Elle a souri mais ne s'est pas arrêtée de chanter. J'ai fini par m'endormir. Aujourd'hui, je porte le pendentif autour de mon cou. Et dans le voile de Valda, je vois les yeux de maman.
Suite à ça, il n'y a rien de spécial à raconter. J'ai grandi. J'ai commencé à comprendre que Grand-Père n'est pas fréquentable, que Oncle Gaston l'est encore moins et que, en dehors d'Oncle Gédéon et de tonton Géralt, personne ne se souciait de maman et moi. Maman gagne de l'argent en triant et polissant les perles de l'exploitation d'huîtres de Grand-Père. C'est un travail long et fastidieux, qui lui permet difficilement de subvenir à nos besoins. Mais, auprès de maman, et surtout grâce à elle, j'ai eu un début d'enfance relativement heureuse. La plupart de mes journées, je les ai passé à aider maman, à me promener avec Gédéon ou toute seule, et à éviter les autres membres de ma famille. J'aime bien marcher. Quand je marche, je peux penser librement et m'évader dans ce qui m'entoure. Parfois, il m'arrive de tomber parce que je n'ai pas vu la pierre qui dépasse. Du coup, maman a passé des moments aussi à soigner mes bobos aux genoux. Les moments que j'ai préféré, c'est quand tonton Géralt venait nous rendre visite. Il me racontait pleins d'histoires et me donnait des douceurs. Maman aussi est heureuse quand elle le voit. Il sait nous faire rire. Un peu plus garde, j'ai commencé à me promener de plus en plus toute seule. A Riven, les enfants de mon âge ont commencé à aller à l'école. Je les ai contemplé avec envie. Je n'y suis pas allée. Les autres enfants, d'ailleurs, ne m'aiment pas tellement. Ils m'évitent. Tout le monde à Riven connaît le vieux Géraud et personne n'aime sa famille. Encore moins la fille aveugle, le fils idiot et la petite fille dont les origines demeurent inconnus.
Je ne sais pas lire. J'aimerais bien. Je suis restée plantée devant les panneaux directionnels des voies principales pendant des heures, à essayer de déchiffrer les signes étranges représentés dessus. Maman dit que ce n'est pas grave, que j'ai eu une éducation différente. J'ai appris à me repérer grâce aux étoiles, guidée dans mon cœur par Valda. Je sais me cacher, mettre à profit ce qui m'entoure pour me dissimuler et ainsi apprendre des secrets que beaucoup s'efforcent de cacher. Je suis la gardienne indésirable de beaucoup de secrets à Riven. Cela a beaucoup entraîné ma mémoire, qui est assez bonne. Je me souviens facilement de ce que je vois ou de ce qu'on me dit. Et ça c'est encore améliorer avec mes poèmes. J'ai entendu des Ménestrels à Riven. Ils sont amusants et fascinants. J'ai commencé à essayer de faire comme eux. Rassembler des mots entre eux, essayant de les rimer. C'est amusant. Puis les mots sont devenus des phrases. Les phrases des paragraphes. Et bientôt, des petits poèmes. J'ai commencé à les réciter à maman. Elle les adore. Du coup j'ai continué. Je ne les ai jamais dit à Géralt. C'est le petit secret entre maman et moi. Un de nos nombreux secrets. J'adore partager les secrets avec maman. Comme le petit frère que j'ai failli avoir. Le ventre de maman a beaucoup grossi et elle m'a dit que c'était parce qu'il y avait un bébé dedans. J'ai trouvé ça super, j'allais avoir un petit frère ou une petite sœur avec qui je pourrais jouer et partager d'autres secrets. Malheureusement, le Destin en a décidé autrement et l'enfant n'a pas survécu. Maman a eu l'air soulagée, même si je voyais bien qu'elle était triste. De toute façon, lui non plus n'avait pas de papa. Je suppose que ce n'est pas un élément essentiel à la fabrication des bébés. Mais après ça, plus jamais sont ventre n'a grossi.
Ma vie a failli se poursuivre ainsi... jusqu'à quelques mois. Ou tout s'est précipité.


L'eau va et vient, éternelle,
Embellissant la perle ;
Et alors quent joue l'enfant et le merle,
Aura et son bâton viennent à elle,
Bénissant la protégée de Valda.
L'Aube trace ainsi sa voie,
Et le Nacre l'emmène dans l'eau, éternel.

Je me souviens parfaitement de ce jour, pas si lointain. Grand-Père a bu, encore, et moi je suis allée écouter le chant des merles lorsqu'ils jouent dans les branches des épicéas qui ornent la lande. C'est une mélodie enjouée qui apportent le soleil, même dans les cœurs les plus obscurs. Des fois j'y emmenais aussi maman et Gédéon. Nous restions alors des longues minutes immobiles, à les écouter chanter. C'est très agréable. Une fois encore, je me suis perdue dans l'infini de mes pensées alors que j'essayais de composer un petit poème. Je ne l'ai entendu arriver qu'au dernier moment. Grand-Père se tenait devant moi. Du moins, c'est ce qu'il tentait de faire car il avait bu et son équilibre restait précaire. Cette fois là, ce n'était pas la première fois que je voyais quelqu'un de ivre. Papa et Gaston ont l'habitude de boire beaucoup. Quand c'est fait, ils râlent forts, sont souvent grossiers et n'hésitent pas à taper du poing sur la table ou sur ce qui passent sous leur main. Dans mon malheur, ce jour-là, c'est moi qui était sous la main de Grand-Père. Je me souviens encore de la douleur. J'ai toujours la sensation de brûlure de sa main sur ma joue. Une douleur soudaine et brûlante. Le coup est parti tellement fort que j'ai cru que ma tête s'arrachait de mon cou. Puis, je suis devenue, l'espace d'un instant, comme maman au début de sa cécité. Je ne voyais plus. Les contours du monde sont devenus flous, mon regard voilé par les larmes. J'ai prié Valda tellement fort et souvent que la déesse m'a prêté son voile l'espace d'un instant, pour ne plus contempler l'atrocité de ce que je vivais. Dans mon cœur, la douleur était telle que je voulais que maman, oncle Gédéon ou tonton Géralt arrivent pour me sauver. Mais ma détermination a caché cette pensée dans un coin sombre de mon cœur. Je ne voulais pas qu'ils soient encore battus. Alors j'ai serré les dents et j'ai pleuré. Beaucoup pleuré. Tellement pleuré que je me suis asséchée de l'intérieur. A la fin, je ne savais pas si les douleurs à la tête étaient la cause des coups reçus ou du manque d'eau dans mon corps. Je pense que c'était un peu de tout ça. Puis après, c'est le trou noir complet. Je me suis évanouie, sous un torrent de coups et d'insultes. Je ne me souviens que "après", lorsque j'ai ouvert les yeux sur le visage de maman qui m'a trouvé. Elle me trouvera toujours. Elle m'a caressé le visage, effaçant peu à peu les douleurs des contusions sur mon visage. J'ai souri mais ça faisait mal alors j'ai préféré arrêté. Et quand j'ai voulu me redresser et que maman m'a empêché je me suis évanouie de nouveau.
Le lendemain, ça allait mieux, mais j'avais toujours mal. Maman m'a dit qu'il ne m'a pas loupé. Elle était en colère et râlait beaucoup dans la cabane. J'ai eu peur que Grand-Père passe, qu'il l'entende et qu'il se mette à la frapper comme moi. Je me suis remise à pleurer. Je me souviens que, quelque part au fond de mes pensées, je me suis étonnée d'avoir autant de larmes encore en stock. En tout cas, c'était la première fois de ma vie que je pleurais autant. Et j'ai tellement pleuré que mon lit a fini totalement trempé. Je ne parle pas des gouttes sur l'oreiller mais d'une véritable inondation. Maman a dû essorer les draps, l'oreiller et nous avons sauté sur l'édredon pour lui faire perdre les eaux. Maman est soudain devenue très anxieuse. Elle n'arrêtait pas de me demander comment c'estt arrivé et m'a recommandé de ne plus aller me promener. Il a fallu que je reste avec elle, elle voulait me surveiller. Parfois, je l'entendais râler ou prier Valda de me protéger. Environ cinq jour après ça, j'ai réussi à m'échapper un moment et je me suis retrouvée un peu écartée de la maison, sur la plage. Sauf que j'ai croisé la route d'oncle Gaston. Les souvenirs de ma rencontre avec Grand-Père était toujours omniprésent sur mon visage et j'ai préféré me cacher. Mais il était trop occupé à maltraiter oncle Gédéon pour s'apercevoir que j'étais là. Je l'ai bien vu. Il riait cruellement, se moquait de lui et lui donnait des gifles. Oncle Gédéon a fini par s'enfuir en pleurant sous les rires méchants d'oncle Gaston. Cela m'a rendu furieuse. Tellement furieuse que, dans un excès de colère, j'ai demandé à Valda de le punir. Et là, sans vraiment comprendre comment c'est arrivé, alors qu'il n'y avait aucun vent et que la mer était calme, une vague gigantesque a surgi de nulle part et est venu s'abattre sur lui. Il s'est enfui aussi. Il ne riait pas. Moi non plus. C'était assez drôle pourtant. Je l'ai caché aussi à maman. C'était la première fois que je lui cachais des choses. Elle a senti que quelque chose n'allait pas. Maman sait toujours quand quelque chose ne va pas. Mais j'ai refusé de lui dire. En tout cas, je me suis faite bien disputée parce que j'ai disparu et qu'elle s'est inquiétée. Je lui ai fait un bisou et des câlins pour me faire pardonner. La troisième manifestation a eu lieu deux jours après la deuxième, alors que j'étais avec maman. Cette fois, elle y a assisté. J'ai vu Grand-Père de loin. C'était la première fois que je le revoyais après notre rencontre « frappante ». Maman s'est mis devant moi mais, de toute façon, il ne nous a pas vraiment vu. Il s'occupait de ses perles. Mais le voir a provoqué une décharge en moi. Un élan de haine et de peur tellement fort que j'ai cru suffoquer. Et là, pour la troisième fois, j'ai assisté à une chose surprenante. L'eau a recouvert la lande, provoquant une inondation tellement étrange qu'elle en avait l'air... magique. Maman m'a regardé paniqué et nous sommes aussitôt rentrées à la maison. On ne peut pas vivre en Arven et ne pas croire à la magie. Mais, en Bellifère, la magie n'est pas une bonne chose, surtout en ces temps tendus où la guerre fait rage à la frontière. Alors, maman me parlait peu de magie. Juste des petites histoires, comme ça, mais elle préfère les contes populaires bellifèriens, qui parlent de femmes à la beauté aussi scintillante que le ciel de Valda, prisonnière d'une famille cruelle et attendant que son belliférien, fils de Kern, vienne la voler sur son cheval et la libérer de ses chaînes. Aussi, lorsqu'elle m'a fait part de ses inquiétudes, je n'y ai pas cru au début. Puis je lui ai raconté l'histoire de la vague. Puis elle a commencé à pleurer un peu. Juste deux larmes et la mâchoire qui a tremblé. J'ai pleuré aussi. Je ne peux pas voir maman pleurer. Elle m'a dit de ne pas m'en faire, qu'elle allait s'en occuper et d'aller trier le seau de perles qu'elle avait ramené. Je lui ai obéis. Je n'ai pas pu croire que, chez moi aussi, la magie se réveillait. Je le refusais. Mais après tout, tante Quitterie, chevauche des dragons...

En Bellifère, brille le soleil,
Éclairant sur le chemin,
De son nouveau destin
Alors que ses yeux s'émerveillent
Et pleurent à la fois
Car jamais elle ne la reverra
En Bellifère, où brille le soleil.

Je me souviens de ce matin. J'ai cru qu'il serait comme les autres. Mais non. Maman m'a réveillé et m'a dit de me préparer vite parce que j'allais partir. J'ai mis un moment, alors que j'émergeais péniblement de mes rêves brumeux, à comprendre que lorsqu'elle parlait de « partir », elle voulait dire « partir ». Maman a voulu que je la... quitte ? Je me souviens que le ciel est tombé. Il a fait noir dans mon cœur comme si le Dieu-Sans-Visage lui même l'a pris dans sa main pour le serrer et l'emporter avec lui. Le temps s'est aussi suspendu et soudain, tout est devenu sombre et triste. Pourtant le soleil brillait de mille feux. Mais le monde s'est écroulé, comme ma raison et les larmes ont coulé. Elles ont coulé sur mon visage et elles ont coulé dans la cabane. Je ne m'en suis rendue compte que lorsque maman m'a crié d'arrêter. Elle a donc raison. C'est moi. Les larmes, la vague, les inondations. Tout ça c'est moi. Et ma magie qui s'éveille. Je l'ai détestée, cette magie. Après l'avoir enviée et désirée, une fois arrivée, je l'ai détestée. J'en ai eu peur aussi. Pourtant tante Quitterie chevauche des dragons. Mais cette magie m'oblige à partir de Bellifère. M'oblige à partir loin de maman. Cette notion me paraît tellement absurde que j'en ai eu la tête qui tourne. L'air a manqué. Je n'arrivais plus à respirer. Cette sensation lourde... oppressante... qui s'est transformée en une douleur surprenante. La main sur ma joue, j'ai regardé maman avec les yeux ronds. La gifle ne m'a pas fait mal. Mais le geste m'a surpris. Maman n'a jamais levé la main sur personne. Je suppose que cette claque a surtout voulu me ramener à la réalité car l'instant suivant, je me suis retrouvée dans ses bras, alors qu'elle caressait mes cheveux et me murmurait de douces paroles. La pluie dans la maison s'est arrêtée. Le temps a recommencé à couler. Doucement. Lentement. Les adieux ont été déchirants. Maman m'a expliqué que je ne pouvais pas rester ici. Que je devais partir. J'ai crié, pleuré, supplié, promis de ne jamais les utiliser... En vain. Maman a refusé. Je devais partir avec Oncle Géralt.

Le voyage a été long et, curieusement, silencieux. J'avais la tête pleine de tristesse. L'excitation est venue plus tard. Pour le moment j'étais juste triste de ne plus jamais voir maman. Nous étions fin février et le voyage a été long. Très long. Nous avons chevauché pendant une dizaine de jours, fuyant les landes d'Aubenacre, partant rejoindre les Terres du Nord. La guerre faisait rage à la frontière, la magie ne pouvait nous sauver mais tonton Géralt a fait ce qu'il a pu pour me protéger, me conduire à bon port et respecter la promesse faite à ma mère. Il y est parvenu avec succès. Au bout de dix jours nous avons atteint la frontière nord. Dix jours à cheval. Au bout d'une petite semaine, j'ai commencé à sortir de ma torpeur. J'ai décidé de retrouver maman quand je serai plus forte. J'ai décidé de ne pas m'enfermer dans la déprime. J'allais étudier la magie et délivrer maman. J'ai donc commencé à m'intéresser aux alentours, à prendre goût au voyage et à ressentir l'excitation que je devais ressentir à l'idée de cette aventure. A l'idée de découvrir un nouveau monde. De voir de nouvelles choses. De ne plus subir la menace perpétuelle d'un potentiel coup. De ne plus avoir peur de Grand-Père. Vers la fin du voyage, je me suis découverte un appétit inassouvi pour les questions, dont je n'ai pas arrêté de harceler Géralt. J'ai eu l'impression de me retrouver et d'être libérer d'un poids énorme. Lorsque nous avons atteint la frontière, maman est devenu un trésor à chérir au fond de mon cœur, attendant notre nouvelle rencontre pour se libérer et exploser de joie.
A la frontière, Géralt a rencontré un mage qui a accepté de nous raccourcir la route de Lorgol, en échange d'une poignée de billets dont je n'ai jamais su la somme et du cheval que j'ai renommé Bulle parce que ses iris m'ont fait pensé à des bulles. J'ai été triste de le laisser. Il a été le premier cheval que j'ai monté et je ne l'oublierai jamais. Il s'est présenté comme un Mage de Chemin. De ce que j'ai compris, sa magie permet de raccourcir les distances. Tonton Géralt dit que c'est maman qui a tout prévu. Maman est une maman très organisée. De Riven elle a réussi à prendre contact avec un mage qui nous raccourcira la distance jusqu'à Lorgol. Quelques-heures plus tard, nous sommes arrivés à Lorgol aux Milles Tours. Et là, j'ai regretté que la nature ne m'ait pas doté de plus d'yeux car je n'en avais pas assez pour tout contempler. J'allais enfin rencontrer tante Quitterie...  


Lames d'argents
Tours de diamants
Secrets parlent d'or
Lorgol aux milles trésors

Lorgol aux Milles Tours porte admirablement bien son nom. Cette ville est aussi impressionnante que fascinante et je continue de m'y perdre chaque jour. Je vis à la Taverne de la Rose, petite taverne réputée dans le bas Lorgol, repaire de la piraterie. Comme tous, j'ai entendu des histoires sur les pirates mais en voir en vrai... Quand tonton Géralt m'y a amené je n'y croyais pas. Tante Quitterie vit vraiment ici ? Mais ce qu'il y avait à voir en traversant les rues était tellement intéressant que je me suis rendue compte que je n'ai pas assez d'yeux pour tout regarder. Ma tête a tourné dans tous les sens, mon regard accrochant le défilé de nouveaux spectacles qui s'offraient à lui. Et les pirates... il me tarde de dire à maman que j'en ai vu pour de vrai et que je vis même avec eux. Elle n'en reviendra pas. A la Taverne, les propriétaires sont très gentils. J'ai beaucoup discuté avec leur plus jeune fille, Lena. Elle me raconte beaucoup de choses sur l'Académie et sur Lorgol, c'est palpitant.
Mais ce qui m'a le plus marqué, reste mes retrouvailles avec tante Quitterie. Elle est si... belle et majestueuse. J'ai été tellement impressionnée que je suis restée immobile sans rien dire. Tante Quitterie est partie de Riven quand j'avais deux ans. Je ne me souviens pas d'elle. Je me suis imaginée son visage à travers les descriptions de maman, qui ne l'a pas vu depuis une éternité également. Oncle Géralt et moi nous avons pénétré dans la Taverne et tante Quitterie était là. Géralt m'a traîné vers elle et s'est doucement présenté. Moi je n'ai pas pu bouger, je n'ai pas pu parler. J'étais trop émue pour dire quoique ce soit. J'ai contemplé avec une grande fascination chaque trait de ma tante, essayant de les graver dans ma mémoire avec une exacte précision, comme si je craignais de ne plus la revoir également. J'ai vu ses traits à elle s'affaisser au fur et à mesure qu'elle prenait conscience de ses dires. Puis elle a poussé un cri et ses yeux aussi aveugles que ceux de maman se sont voilés de larmes. Tante Quitterie s'est jetée dans les bras de Géralt et s'est mise à pleurer très fort. Ensuite, elle a tendu les bras vers moi d'un geste impatient. Mon œil se souvient encore de la rencontre avec l'un de ses doigts et je me suis mise à pleurer moi aussi. De douleur et de joie. Nous sommes restés un moment tous les trois, savourant ses retrouvailles familiales. J'ai beaucoup pleuré aussi. La joie, la tristesse, la fatigue de ce voyage éreintant. J'étais tellement triste de ne plus voir maman et tellement heureuse de rencontrer tante Quitterie que je suis restée un long moment accrochée à elle, sans pouvoir m'en détacher. Puis j'ai dû m'endormir car je ne me souviens plus de la suite. Je me suis réveillée dans le lit d'une petite chambre et tante Quitterie était là. Je n'ai pas réussi à lui parler de suite. Les mots que je rêvais depuis toujours de lui dire, sont restés bloqués dans ma gorge et ils ont mit du temps à en sortir.
Cela fait une semaine que je suis arrivée. J'ai encore du mal à m'acclimater à Lorgol. Tante Quitterie m'a promis de m'emmener à l'Académie pour mon inscription dès leur ouverture. Tonton Géralt s'est engagé sur l'Audacia, le bateau pirate mené par la famille Jedidiah. Je suis triste à l'idée de ne plus le voir souvent. Tante Quitterie aussi a beaucoup à faire avec son travail de Chevaucheur mais elle me tient compagnie dès que possible et nous rattrapons le temps perdu. Elle me raconte ses aventures et je lui conte mon enfance auprès de maman et d'oncle Gédéon. Je me suis aussi liée d'amitié avec Lena Jedidiah. C'est ma première véritable amie, du moins, c'est ce qui s'en rapproche le plus. Je me suis découverte très bavarde, ce que je n'étais pas avant. C'est comme si la peur de me faire remarquer disparaissait petit à petit et je me surpris à rire de bon cœur alors que maman reste loin de moi. Mais je ne l'oublie pas, elle est toujours dans mon cœur, et je chéris son souvenir dans l'impatience de la retrouver. En attendant, je vais entrer à l'Académie et suivre mon cursus pour devenir aussi puissante et majestueuse que tante Quittou. Et, à ce moment-là, je serais assez forte pour délivrer maman.

Trame alternée :
Dans la trame alternée, Eponine est une voleuse pour la Cour des Miracles. Elle se réveille le 3 avril et vit sa réalité alternative, totalement perdue, cherchant son oncle, sa tante et sa mère. Une fois à Lorgol, elle choisit de ne pas se souvenir de son autre réalité, trop déboussolée parce qu'elle a vécu. Elle garde donc un trou noir de tout ce qu'il s'est passé durant ces deux derniers mois.

Pendant le livre II : Popo s'est enfuie avec son oncle Géralt de Bellifère, a quitté sa mère et son duché natal pour un endroit totalement inconnu. Même si, elle a été au courant par certaines rumeurs, dans son âme d'enfant elles sont restées un peu vagues, guère concrètes et intéressantes pour sa petite vie qui se résumait à sa mère, son oncle et fuir son grand-père. Son arrivée à Lorgol l'a beaucoup changé. L'éveil de sa magie, en tout cas, l'a directement plongé dans cette chasse au mage et Popo ne peut qu'avoir une pointe de ressentiment envers cette politique qui l'a forcée à se séparer de sa mère.
A Lorgol, elle s'est toutefois épanouie et remercie maintenant ce coup du Destin, surtout depuis que sa mère est revenue. Mais, malgré elle, elle continue de subir les aléas de l'Ordre, même si elle n'est pas encore très au clair sur cette organisation. Elle sait juste que c'est à cause de l'Ordre qu'elle a été très malade... et que son Académie a été ravagée. Cette dernière épreuve l'a beaucoup secoué mais elle refuse de quitter l'Académie, bien décidée à obtenir son diplôme. Elle déplore cette guerre et est persuadée que mage et savant peuvent cohabiter en harmonie.



CHRONOLOGIE


DECEMBRE 990 ♦️ Naissance d'Eponine.
MAI 993 ♦️ Géralt et Désirée aident Quitterie à fuir.
JANVIER 1002 ♦️ 1ère manifestation de ses pouvoirs. Son grand-père la bat violemment et Eponine inonde la maison.
FEVRIER 1002 ♦️ Son pouvoir devient incontrôlable. Géralt l'aide à fuir vers Lorgol.
MARS 1002 ♦️ Arrivée à Lorgol. Géralt s'engage sur l'Audacia. Eponine vit à la Taverne de la Rose.
MAI - AVRIL 1002 ♦️ Trame Alternée. Eponine est une voleuse pour la Cour des Miracles. Traumatisée par cette expérience, elle choisit de ne pas s'en rappeler.
JUIN - JUILLET 1002 ♦️ Enlèvement de sa tante Quitterie. Lors du sauvetage par l'Audacia, Désirée et Gédéon arrivent à Lorgol. Eponine passe son entretien à l'Académie.
AOUT - SEPTEMBRE 1002 ♦️ Victime de l'Epidémie Magique, Eponine reste clouée au lit à la Taverne.
OCTOBRE 1002 ♦️ Début des cours à l'Académie.
NOVEMBRE 1002 ♦️ Eponine assiste à la libération de la Chasse lors du Jour des Anciens.
DECEMBRE 1002 ♦️ Malgré tout, Eponine choisit de rester à l'Académie.



Questions Livre II:
 

La Chasse Sauvage est libérée et arpente librement le continent. Qu'est-ce que cela t'inspire ?
• De la terreur. Je suis terrifiée. J'ai vu les chiens de la Chasse Sauvage moi. J'étais là, à l'Académie. J'ai vu ce qu'ils ont fait. Ce qu'ils ont failli faire... j'ai cru ma dernière heure venue ! J'ose plus sortir tard le soir et je tremble la nuit dans mon lit. J'ai peur aussi pour maman, tonton Géralt... après je me dit que s'il est sur l'Audacia dans l'eau, la Chasse va pas aller les trouver là-bas mais quand il est à quai... Mais je veux pas quitter l'Académie pour autant. Parce que moi j'ai servi à rien. Alors je dois devenir forte pour ensuite aider à protéger ma famille, moi aussi.

Une trêve hivernale a été déclarée entre Ibélène et Faërie. Comment ton personnage voit-il la guerre entre les deux empires ?
• Moi je comprends pas pourquoi les adultes ils font la guerre. Il paraît que c'est politique. Et bien la politique elle est étrange. A Lorgol, les savants et les mages vivent ensembles et j'ai une bonne amie qui est apprentie savante. Les mages et les savants peuvent vivre et travailler ensemble. Alors pourquoi tout le monde veut se tuer ? Si les Dieux les aiment tous, c'est bien pour une raison. Pourquoi nous on devrait faire l'inverse de nos Dieux ? Je suis pour un monde de paix où chacun peut devenir qui il veut être.

Que penses-tu de Lorgol, la ville aux Mille Tours ? Est-ce que tu t'y promènes sereinement ou est-ce que la capitale des peuples libres t'oppresse ?
• Ça fait quelques mois que je suis arrivée et je suis ravie de Lorgol. C'est une ville incroyable avec tellement de choses à découvrir. C'est très diversifié, tellement de gens et tellement de choses. J'aime ça, découvrir tout ce que Lorgol a à offrir.
Il y a certains endroit à éviter mais sinon c'est une super ville. J'aime vivre parmi les pirates et j'adore l'Académie malgré tout. Je m'imagine pas vivre ailleurs qu'ici,
maintenant.






Dans la vie, je m'appelle Aly et j'ai 24 ans ans. J'ai découvert le forum via à la base c'est Loulou mais bon... et voici ce que j'en pense : vous êtes tellement naze que je passe ma vie ici :**:.
Pour les inventés : Je vous autorise/ne vous autorise pas à faire de mon personnage un scénario si mon compte était supprimé.  



Récapitulatif

Eponine Aubenacre

Mise à jour des registres et bottins



♦️ Valentina Lyapina
♦️ Compte principal : Oui

Ne conserver que les lignes remplies
♦️ Magie : Hiver



Dernière édition par Éponine Aubenacre le Dim 5 Aoû - 0:00, édité 29 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles • Admin
La Cour des Miracles • Admin
avatar

Messages : 5431
J'ai : 34 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade ♦ Chasteté
Message Sujet: Re: Éponine Aubenacre    Jeu 20 Avr - 23:40

Nièsoeur :siwi:

_________________








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir • Modo
Le Pavillon Noir • Modo
avatar

Messages : 8876
J'ai : 27 ans
Je suis : chirurgien à bord de l'Audacia et baron d'Orsang

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah, ta famille
Mes autres visages: Melbren de Séverac
Message Sujet: Re: Éponine Aubenacre    Jeu 20 Avr - 23:44

(re)Bienvenuuuuuuuuuuu[...]uuuuue :fan: Courage pour ta fiche ! :keur:

_________________

#1870AB














Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
Les Guerriers
avatar

Messages : 844
J'ai : 38 ans
Je suis : garde à l'antenne de la Guilde des Compagnes à Port-Liberté

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Guilde des Guerriers et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Castiel • Louis • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Message Sujet: Re: Éponine Aubenacre    Jeu 20 Avr - 23:54

Owi, la petite mignonne :haww: Rebienvenue ici, Abigaïl ! Très bon choix de deuxième compte, j'espère que tu te plairas avec cette deuxième rouquine :**:

_________________
Dialogues en sienna





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse • Admin
La Noblesse • Admin
avatar

Messages : 15997
J'ai : 32 ans
Je suis : dame de Sombreciel et médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel, mon époux ; l'empire d'Ibélène
Mes autres visages: Ilse, Liselotte, Aurore, Victorine, Teagan
Message Sujet: Re: Éponine Aubenacre    Jeu 20 Avr - 23:59

Rebienvenue :siwi:

_________________
dialogues • mediumvioletred




To see a World in a Grain of Sand and a Heaven in a Wild Flower, Hold Infinity in the palm of your hand and Eternity in an hour.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs • Admin
Les Voltigeurs • Admin
avatar

Messages : 5578
J'ai : 39 ans
Je suis : Voltigeuse, major de la division d'Est d'Erebor, sigisbée de la cour d'Erebor, dame de Sombregemme, marquise d'Automnal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim, duc d'Erebor
Mes autres visages: Astrée Aubétoile, Tristan d'Amar
Message Sujet: Re: Éponine Aubenacre    Ven 21 Avr - 0:11

Que tu es choupie comme ça :siwi:

Amuse toi bien avec Épo !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
Les Mages
avatar

Messages : 856
J'ai : 12 ans
Je suis : aspirante mage de l'Hiver en Magie Elémentaire, en 2ème année à l'Académie

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : ma mère Désirée, ma tante Quittou, mon oncle Géralt et l'Académie
Mes autres visages: Abigaïl l'Embrasée & Sixtine d'Ibélène
Message Sujet: Re: Éponine Aubenacre    Ven 21 Avr - 0:17

C'est vous qui êtes chou :**:

Merci à vous :haww:

_________________






Champs de blé, océan parfumé, perles nacrées.
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Peuple
Peuple
avatar

Messages : 2548
J'ai : 27 ans
Je suis : gitane et joaillière

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Mélusine, marquise de Sinsarelle, et Anthim, Roi des Gitans et duc d’Erebor
Mes autres visages: Agathe de Vigdir • Gabrielle de la Volte • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
Message Sujet: Re: Éponine Aubenacre    Ven 21 Avr - 0:21

Une autre rouquine! :vv:

Rebienvenue, et je te souhaite de ne pas devenir aveugle. :coeur:

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse • Modo
La Noblesse • Modo
avatar

Messages : 1946
J'ai : 27 ans
Je suis : duchesse de Bellifère, autrefois astronome à l'Observatoire de Val-du-Ciel, mon observatoire.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Martial de Bellifère
Mes autres visages: Marjolaine du Lierre-Réal & Lancelot l'Adroit & Liry Mac Lir & Anwar Sinhaj & Antonin de Faërie
Message Sujet: Re: Éponine Aubenacre    Ven 21 Avr - 1:34

Éponine :siwi: bon choix de DC amuse-toi bien sous ces nouveaux traits!

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

Message Sujet: Re: Éponine Aubenacre    Ven 21 Avr - 10:30

Eponine :siwi:

Rebienvenue, et amuse-toi bien avec ce nouveau perso :leche:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Message Sujet: Re: Éponine Aubenacre    Ven 21 Avr - 10:43

Rebienvenue :cute: amuse toi bien avec cette ptite demoiselle :vv:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Message Sujet: Re: Éponine Aubenacre    Ven 21 Avr - 16:38

Rebienvenue à toi :) je vois que j'ai bien fait de te parler du forum tu es aussi accro que moi même <3
Revenir en haut Aller en bas
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 1000
J'ai : 37 ans
Je suis : Marquis d'Automnal
Voltigeur de la Griffonne Soie
Major de Division à Sombreciel (palais), membre du Conseil des Majors

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel de Sombreflamme & l'Empereur d'Ibélène
Mes autres visages: Thomas Sombrepas
Message Sujet: Re: Éponine Aubenacre    Ven 21 Avr - 17:05

Re-bienvenue sous ce visage tout choupi *_*

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

Message Sujet: Re: Éponine Aubenacre    Ven 21 Avr - 18:28

REbienvenue et amuse toi bien avec ce nouveau perso.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Message Sujet: Re: Éponine Aubenacre    Ven 21 Avr - 21:51

Rebiiieennnveennuuue ! (Maintenant que je sais que c'est toi ... J'aurais vraiment du te sacrifier pour mon pommier sur la cb) Le piège de la tentation t'a eu :argh:

Courage pour ta fiche :pompom:
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
La Noblesse
avatar

Messages : 6084
J'ai : 34 ans
Je suis : le duc de Lagrance, marquis du Lierre-Réal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lagrance avant tout, à l'Ordre du Jugement et dans une moindre mesure à l'empire de Faërie
Mes autres visages: Hiémain ◊ Anthim ◊ Rackham ◊ Shahryar ◊ Nicolas
Message Sujet: Re: Éponine Aubenacre    Ven 21 Avr - 22:11

Rebienvenue avec cette jolie petite demoiselle ! (et tu as cédéééé :hihi:)

Bon courage pour ta fiche :coeur:

_________________











Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 3134
J'ai : 32 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Message Sujet: Re: Éponine Aubenacre    Sam 22 Avr - 1:42

Bienvenue avec ce nouveau compte ^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 3159
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheuse du dragon Mirage dans le Vol d'Ansemer

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : A Gustave de Faërie et aux Chevaucheurs
Mes autres visages: Liam d'Outrevent - Tyr Parle-d'Or
Message Sujet: Re: Éponine Aubenacre    Sam 22 Avr - 7:48

Re-bienvenue avec la petite choupi ! :**:
Amuse-toi bien avec ! :coeur:

_________________





Dans le doute, fous le feu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
Les Mages
avatar

Messages : 1170
J'ai : 27 ans
Je suis : Mage du Printemps (outrevision)
Fille cadette du comte d'Aurebois

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie et Lagrance
Mes autres visages: /
Message Sujet: Re: Éponine Aubenacre    Sam 22 Avr - 9:33

Rebienvenue ^^

_________________



Couleur d'écriture : #ff6600
Mara, Familier : #cc6600
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Confrérie Noire
La Confrérie Noire
avatar

Messages : 2066
J'ai : 21 ans
Je suis : Apprentie Assassin au sein de la Confrérie Noire

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Grâce de Séverac et à la Confrérie Noire
Mes autres visages: Rhapsodie & Octave
Message Sujet: Re: Éponine Aubenacre    Sam 22 Avr - 15:25

Rebienvenue ! Bon courage pour la fiche :lama:

_________________












Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

Message Sujet: Re: Éponine Aubenacre    Lun 24 Avr - 20:10

Trop chou ♥️
Rebienvenue avec ce personnage :amour:
Revenir en haut Aller en bas
Les Mages
Les Mages
avatar

Messages : 856
J'ai : 12 ans
Je suis : aspirante mage de l'Hiver en Magie Elémentaire, en 2ème année à l'Académie

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : ma mère Désirée, ma tante Quittou, mon oncle Géralt et l'Académie
Mes autres visages: Abigaïl l'Embrasée & Sixtine d'Ibélène
Message Sujet: Re: Éponine Aubenacre    Mar 25 Avr - 0:09

Merci à vous tous :keur:
Vous êtes tellement choux :siwi:

_________________






Champs de blé, océan parfumé, perles nacrées.
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Confrérie Noire • Admin
La Confrérie Noire	• Admin
avatar

Messages : 361
J'ai : 31 ans
Je suis : Écoutante de la Lame pour la Confrérie Noire • Princesse de Valkyrion

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Sombre Mère, et Valkyrion
Mes autres visages: Mélusine ♦ Quitterie ♦ Chasteté ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade
Message Sujet: Re: Éponine Aubenacre    Mer 26 Avr - 23:58


Lorgol • Les Mages

Bienvenue !

Éponine Aubenacre




Bon bah c'est parfait !
Va tirer tes deux cartes, une troisième pour la qualité de ta fiche ! :fan: (et trouver Quitterie belle et majestueuse :siwi:)

_________________


« Sweet Mother, sweet Mother, send your child unto me,
for the sins of the unworthy must be baptized in blood and fear. »
© acidbrain

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs • Admin
Les Chevaucheurs • Admin
avatar

Messages : 4610
J'ai : 33 ans
Je suis : Capitaine de Vol de l'Escadron de Chevaucheurs de Lagrance
Marquis d'Amar

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fluctuante. S'il était fidèle à l'impératrice, il l'est nettement moins à l'empereur, bien qu'il se soit éloigné de Chimène de son vivant, par son attitude envers les mages du Sang. Il est malgré tout toujours fidèle à son duc, à son duché, et à Faërie.
Mes autres visages: Astrée Aubétoile, Grâce de Sombregemme, Meldred Vif-Ressac
Message Sujet: Re: Éponine Aubenacre    Lun 4 Déc - 23:02

Ton anecdote n'est plus d'actualité, pourrais-tu la mettre à jour s'il te plait (quitte à conserver la précédente sous spoiler) ? :**:

Dans les informations générales, ce sera Hiver, avec une majuscule et sans s, pour la magie. :coeur:

Sinon le reste c'est bon !

_________________








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs • Admin
Les Chevaucheurs • Admin
avatar

Messages : 4610
J'ai : 33 ans
Je suis : Capitaine de Vol de l'Escadron de Chevaucheurs de Lagrance
Marquis d'Amar

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fluctuante. S'il était fidèle à l'impératrice, il l'est nettement moins à l'empereur, bien qu'il se soit éloigné de Chimène de son vivant, par son attitude envers les mages du Sang. Il est malgré tout toujours fidèle à son duc, à son duché, et à Faërie.
Mes autres visages: Astrée Aubétoile, Grâce de Sombregemme, Meldred Vif-Ressac
Message Sujet: Re: Éponine Aubenacre    Lun 4 Déc - 23:47


Validation Livre III


C'est tout bon, deux cartes communes de validation !


_________________








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Éponine Aubenacre    

Revenir en haut Aller en bas
 
Éponine Aubenacre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: A l'aventure ! :: Nos héros :: Frontières-
Sauter vers: