AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Oyez le petit pirate [Ilse & Eponine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Mages
avatar

Messages : 248
J'ai : 11 ans
Je suis : aspirante mage de l'Hivers, Bellifèrienne enfuie de chez elle, vivant à la Taverne de la Rose

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : ma mère Désirée, ma tante Quittou, mon oncle Géralt
Mes autres visages: Abigaïl l'Embrasée & Vira Sabir
Les Mages
Message Sujet: Oyez le petit pirate [Ilse & Eponine]   Lun 24 Avr - 23:52


Livre II, Chapitre 3 • La Roue Brisée
Ilse & Eponine

Oyez le petit pirate

Vous aussi vous êtes une pirate ?



• Date : 2 mars de l'an 1002
• Météo : ensoleillé mais frais
• Statut du RP : privé
• Résumé : Ilse rassemble ses affaires à la Taverne sous le regard fasciné d'Eponine qui se décide à lui parler.
• Recensement :
Code:
• [b]2 mars de l'an 1002 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t2057-oyez-le-petit-pirate-ilse-eponine#61916]Oyez le petit pirate[/url] - [i]Ilse & Eponine[/i]
Ilse rassemble ses affaires à la Taverne sous le regard fasciné d'Eponine qui se décide à lui parler.résumé

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 248
J'ai : 11 ans
Je suis : aspirante mage de l'Hivers, Bellifèrienne enfuie de chez elle, vivant à la Taverne de la Rose

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : ma mère Désirée, ma tante Quittou, mon oncle Géralt
Mes autres visages: Abigaïl l'Embrasée & Vira Sabir
Les Mages
Message Sujet: Re: Oyez le petit pirate [Ilse & Eponine]   Lun 24 Avr - 23:56

C'est le petit pirate,
A bord d'un vivenef
Voguez, voguez,
Oyez le petit pirate
Qui fend les eaux
A bord du vivenef...

Un bruit me fait tourner la tête et la suite de ma comptine se perd dans un coin reculé de mon esprit. Une jeune femme est là. Blonde, les cheveux attachés, l'air déterminé et confiant. Vêtue de bottes et d'une tunique, elle se fond dans les décors de Lorgol. Cela ne fait que quelques jours que je suis arrivée dans cette ville surprenante, aux mœurs divers et variés. Tonton Géralt part demain sur l'Audacia, le navire des propriétaires de la Taverne de la Rose. Lena n'est pas là. Tante Quitterie non plus. Je suis seule à ma table, perdue dans mes pensées et mes chansons. Vaine tentative pour ne pas penser à maman et à la solitude qui me guette au-dessus de ma tête, telle l'ombre de grand-père à Riven. En dehors de Lena avec qui j'ai facilement conversé, je n'ai pas l'habitude d'aller vers les gens que je ne connais pas. Je reste donc assise, pensive, à regarder le manège de la jeune femme. Je n'ai pas l'habitude de voir des femmes vêtues comme les hommes. En dehors de tante Quitterie, qui est chevaucheuse, et des pirates, c'est un principe que je trouve très surprenant. Vous ne verrez jamais une femme se vêtir comme un homme, ou tenter d'être son égal en Bellifère. Si elle passe pour ordinaire à Lorgol, je la contemple avec une certaine fascination. En fait, je suis admirative. Même ses cheveux sont attachés de façon simple et rudimentaire. D'habitude, les coiffures des dames ne ressemblent en rien à ce que je vois. Elle a des gestes fluides et pressés, rassemblant des affaires autour d'elle. Dans un mouvement, j'aperçois un petit ventre. Mon cœur loupe un battement. La dame a un bébé dans le ventre. Je m'agite un moment sur ma chaise puis me lève, le cœur battant et les joues rouges. Je ne suis pas de nature à aller vers l'autre. J'ai encore des réserves à me sociabiliser. Les habitudes de Riven sont dures à oublier. Mais maman et tonton Géralt m'ont inculqué des principes que je ne peux encore moins oublier. Maman me gronderait sûrement si elle me voyait rester assise au lieu d'aider une dame qui attend un bébé. Alors que je marche vers elle, mes oreilles bourdonnent de plus en plus. Oh non... voilà que je me mets à appréhender. Dans ces moments-là je suis encore plus muette qu'une de nos huîtres perlières. Mon cœur bat tellement fort que j'ai soudain peur de le voir sortir de ma poitrine. Il va s'échapper, s'en aller au loin et je vais être obligée de lui courir après. Qu'est-ce que je vais lui dire, qu'est-ce que je vais lui di...

-Vous aussi vous êtes une pirate ?

J'ouvre la bouche, effarée. Je ne voulais pas dire ça ! Mes joues sont tellement en feu que l'on pourrait faire griller des poissons dessus. Paniquée, je bredouille un son étrange qui finit par mourir dans ma gorge. Intérieurement, je prie pour que ma voix soit tellement timide qu'elle n'ait pas entendu ce que je viens de dire.

-Euuuh... Non, je voulais dire... vous avez besoin d'aide ? corrigé-je précipitamment.

C'est mieux déjà. Ma voix est moins tremblante et plus sûre d'elle. Mais j'ai encore un peu de mal à la regarder dans les yeux et je préfère me concentrer sur ses affaires et son futur bébé, espérant peut-être l'apercevoir sous ses vêtements et à travers son ventre. Chose impossible, je n'ai jamais pu avec maman.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir • Modo
avatar

Messages : 817
J'ai : 33 ans
Je suis : Pirate sur l'Audacia (canonnière) & Mage de l'Été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Alméïde, Liselotte, Aurore, Victorine
Le Pavillon Noir • Modo
Message Sujet: Re: Oyez le petit pirate [Ilse & Eponine]   Jeu 4 Mai - 1:22

La Taverne est plutôt calme, en cette fin de matinée. L'atmosphère est emplie des effluves de la bonne cuisine de Touillette et quelques voix s'élèvent ici et là, dans des discussions paisibles. Parmi les habitués de la Taverne, il y a néanmoins de nombreux pirates qui s'affairent, donnant au lieu une exaltation nouvelle, de celles qu'on ne ressent que lorsque l'hivernage prend fin. Les esprits s’illuminent et quelques éclats de rire retentissent, preuve de la bonne humeur revenue de ces marins coincés au sol pendant tout la saison froide – si l'on oublie leur petite escapade de janvier sur les terres de Rivepierre. Bonne humeur contagieuse, car Ilse arbore un large sourire depuis le réveil, heureuse de pouvoir enfin retourner en mer malgré sa grossesse avancée. Autrefois, à ce stade, Freyja était lâchement abandonnée à terre, mais toutes les deux ont su faire front commun pour se joindre au départ et ne pas rater le festival qui aura lieu à Bohémont. Il est pas né celui qui l'empêchera de remonter à bord de la vivenef, par tous les dieux !

Ilse a passé une partie de la matinée à rassembler ses affaires dans sa chambre à la Taverne. Elle prépare sacs et baluchons, faisant le tri dans les vêtements qui lui vont encore avec son ventre proéminent, grimaçant en voyant que certains sont définitivement devenus trop petits. Elle soupire, rejette une tunique dans un tiroir et emballe le reste avant de descendre dans la grande salle. Elle se fait alpaguer à mi-chemin par Touillette qui insiste pour qu'elle prenne un morceau de tarte alors qu'elle a déjà déjeuné, que c'est bientôt l'heure du repas, qu'elle n'a pas faim – tout ça sous prétexte qu'elle a l'air de n'avoir la peau sur les os alors qu'elle ne voit bientôt plus ses pieds ! Ce qu'elle lui fait remarquer, provoquant le rire tonitruant de la cuisinière qui lui colle le morceau de tarte dans la main avant de repartir terminer de préparer son repas. Ilse se renfrogne, emballe la part à l'odeur alléchante dans un mouchoir et entreprend de remettre en ordre son sac quand une voix l'interpelle.

« Vous aussi vous êtes une pirate ? » Elle baisse les yeux vers la petite qui a prononcé ces quelques mots, haussant les sourcils avec étonnement. Un instant, elle a cru voir une des petites Jedidiah ; même cheveux roux, à peu près la même taille, même bouille enfantine innocente à première vue. Mais il ne s'agit pas d'un des membres de la couvée pirate. Pourtant, il lui semble déjà l'avoir vue par ici.

« Euuuh... Non, je voulais dire... vous avez besoin d'aide ? » Le visage de la canonnière s'adoucit encore un peu face à ces grands yeux clairs et timides. Elle se rappelle alors où elle a déjà pu la voir. « T'es la p'tite arrivée avec notre nouveau chirurgien d'bord, c'est ça ? » qu'elle demande, sachant avoir tapé dans le mille. Un chirurgien de Bellifère, il lui tarde de savoir ce qu'il vaut. Qu'il se permette une remarque déplacée et il finira par dessus bord de toute manière. Ilse secoue la tête, lui adressant un sourire qui se veut rassurant. « Nan, ça va aller, j'vais m'en sortir. » répond-elle finalement. Mais voyant l'air un peu contrit de la gamine, elle se penche un peu vers elle, dans un air de confidence. « Par contre, s'tu veux m'aider, tu peux prendre ça. » Elle lui montre la part de tarte généreusement offerte par la cuisinière. « À condition que tu m'dises ton nom et qu'tu rapportes pas à Touillette que j'te l'ai donnée. » Sinon elle va se faire tirer les oreilles. Encore.

_________________
Le soleil vient danser sur la mer éternelle mais tous ignorent ses reflets d’or. Elle m’attend sous un tapis de lumière, la mer m’appelle. Moi, je veux voir derrière les nuages, de nouveaux rivages.






Ilse • mediumvioletred
Grim • darkslategrey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 248
J'ai : 11 ans
Je suis : aspirante mage de l'Hivers, Bellifèrienne enfuie de chez elle, vivant à la Taverne de la Rose

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : ma mère Désirée, ma tante Quittou, mon oncle Géralt
Mes autres visages: Abigaïl l'Embrasée & Vira Sabir
Les Mages
Message Sujet: Re: Oyez le petit pirate [Ilse & Eponine]   Mer 10 Mai - 23:00

La question sur mon identité me surprend. Tout le monde sait qui je suis ici ? A Riven aussi j'ai attiré l'attention. Mais ici les gens semblent plus gentils et paraissent vraiment intéressés par mon histoire. J'ai dû mal à le comprendre, d'ailleurs. Je n'ai pas la pré.. préhension ? Non... enfin je ne pense pas avoir une histoire intéressante à raconter. C'est une histoire pas très joyeuse mais pas non plus très malheureuse. Une petite histoire simple et banale. Mais c'est la mienne et, au final, je l'aime bien. Mais la pirate m'impressionne. Je la regarde les yeux écarquillés. C'est une vraie pirate ! Quand je raconterai ça à maman... Les Bellifèriens aiment pas trop les pirates mais moi je les trouve impressionnants. Eux aussi, comme tante Quittou, ils aiment la liberté. Tante Quittou vole et les pirates naviguent. L'un comme l'autre sont les maîtres de leur élément. Ils sont aventureux et font ce qu'ils veulent. Moi aussi parfois je m'aventure hors de l'exploitation perlière. Mais maman est toujours là pour me ramener à l'ordre. Alors je la regarde bouche bée, incapable de sortir le moindre son, dévisageant chacun de ses traits. Je sens une légère odeur de iode qui me rappelle la maison. Une sensation rassurante me remplit. Je finis par hocher la tête, timidement.

-Ui c'est moi ma Dame...

Mon regard finit par admirer le sol. Et j'entortille une mèche de cheveux sur mon doigt, habitude que j'ai prise il y a un bout de temps. Tonton m'a dit qu'il part sur l'Audacieuse pour pirater aussi. Sur le moment j'ai été forte. J'ai dit « d'accord, ramènes-moi des coquillages et fais attention ». Puis le soir, j'ai beaucoup pleuré dans mon oreiller. Tonton va partir et il ne m'emmène pas avec lui cette fois. Je comprends. Tonton aussi a besoin de se trouver. Tante Quittou va veiller sur moi et quand j'entrerai à l'Académie il sera tout seul. Tante Quittou travaille et je vais apprendre. Tonton n'aura rien pour lui alors il s'engage dans la piraterie.
La voix de la belle pirate me ramène à la réalité et j'efface cette tristesse de mes pensées. Comme à Riven, je surveillerai le large, guettant le retour de tonton.

-Une part de... tarte ?

Je la regarde les yeux ronds. Elle est tellement grosse qu'elle ne rentre même pas dans ma bouche. Je n'en ai jamais vu de comme ça de toute ma vie. A croire qu'il n'y en a pas de pareil en Bellifère. Je tends une main timide vers la part de tarte et regarde la dame pirate avec reconnaissance.

-Merci ma Dame.

Je remercie dans un souffle, mais je remercie tout de même. Maman m'a toujours expliqué qu'il faut être polie avec les gens.

-Je m'appelle Eponine. Je suis la nièce de tonton et de tante Quittou. Et je promets de rien dire.

J'explique avec sérieux, ma part de tarte toujours dans mes mains, tel un trésor. Je chéris les secrets et je les garde. J'en connais plusieurs. J'écoute. J'observe. J'apprends. Mais je ne dis rien. En tout cas, je suis plus confiante devant la dame pirate.

-Vous montez sur l'Audacieuse avec tonton ? Vous partez longtemps ? C'est pas dangereux avec le bébé ? C'est vrai qu'il y a une âme dans les vivenefs ? Maman m'a dit que les bateaux pirates étaient vivants. Ils vous racontent quoi ? Vous pourrez m'emmener un jour ? Sinon, le bébé il arrive quand ? Les parts de tarte sont toujours aussi grosses ici ?

Les questions se bousculent tellement dans ma tête que je n'arrive même pas à contrôler celles qui sortent. Lorsque je m'en rends compte, je m'arrête d'un coup et je sens mes joues me brûler très forts. Finalement, ne sachant pas vraiment quoi faire, je croque un morceau de tarte et le mâche lentement. C'est bon. Très bon. Meilleure que les huîtres. J'aime les huîtres mais la tarte c'est meilleure. Je vais la manger très lentement pour la savourer le plus longtemps possible. Elle me fera quelques jours comme ça. Et peut-être que je peux me débrouiller pour envoyer une partie à maman qui sait ?

_________________
#cc9900 Epo




Champs de blé, océan parfumé, perles nacrées


Dernière édition par Éponine Aubenacre le Jeu 1 Juin - 14:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir • Modo
avatar

Messages : 817
J'ai : 33 ans
Je suis : Pirate sur l'Audacia (canonnière) & Mage de l'Été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Alméïde, Liselotte, Aurore, Victorine
Le Pavillon Noir • Modo
Message Sujet: Re: Oyez le petit pirate [Ilse & Eponine]   Jeu 25 Mai - 1:46

« Ui c'est moi ma Dame... » C'est donc bien elle. Ilse esquisse un sourire qui se veut rassurant devant cette bouille intimidée. Elle est mignonne mais elle semble véritablement hors de son élément naturel, avec ses joues délicatement rougies et son regard légèrement fuyant. Si elle vient de Bellifère, comme elle l'a entendu, ce doit être un grand choc pour elle que de se retrouver à la Taverne de la Rose, tenue et visitée par des femmes qui n'ont pas à être accompagnées d'un quelconque mâle de leur famille ou d'un époux. Voir une femme enceinte hors de chez elle, et non cloîtrée, ça aussi, ce doit être perturbant pour cette petite aux grands yeux curieux. La canonnière pose sur elle un regard attendri, particulièrement devant l'air ébahi qu'elle arbore devant le présent qu'elle lui offre. « Une part de... tarte ? » Ilse acquiesce. « La meilleure. Savoure-la bien. » Oui, elles sont délicieuses les tartes de Touillette, mais la pirate en a largement eu assez lors de l'hivernage. À croire qu'une femme enceinte est synonyme de femme sur le point de mourir de famine dans le langage de la cuisinière.

« Merci ma Dame. » Ilse esquisse un geste bref, l'air de dire que ce n'est rien. « Je m'appelle Eponine. Je suis la nièce de tonton et de tante Quittou. Et je promets de rien dire. » L'amusement se peint sur ses traits, ainsi qu'une lueur de compréhension ; ainsi, leur chirurgien est de la famille de la petite Chevaucheuse venue leur prêter main forte lors de la deuxième épreuve du tournoi. Voilà une information qui lui avait échappée et elle la garde précieusement dans un coin de son esprit.

« Vous montez sur l'Audacieuse avec tonton ? Vous partez longtemps ? C'est pas dangereux avec le bébé ? C'est vrai qu'il y a une âme dans les vivenefs ? Maman m'a dit que les bateaux pirates étaient vivants. Ils vous racontent quoi ? Vous pourrez m'emmener un jour ? Sinon, le bébé il arrive quand ? Les parts de tarte sont toujours aussi grosses ici ? » Le flot de questions interrompt ses réflexions et Ilse ne peut s'empêcher de rire légèrement, brièvement, devant tant de curiosité innocente. « Les parts de tartes sont toujours aussi grosses, oui. » répond-elle, songeuse. La tête légèrement penchée sur le côté, elle semble en pleine réflexion puis elle demande avec douceur : « Est-ce que tu veux voir l'Audacia ? Je peux t'la montrer si tu veux, j'dois aller y déposer des affaires avant l'départ dans deux jours. » Puis, comme pour nuancer ses propos, pour la rassurer, elle ajoute : « Ca prendra pas long, j'te ramène ici après. Mais tu pourras voir par toi-même. » Ilse récupère ses affaires avant de lui faire signe de la suivre à l'extérieur de la taverne, si elle le désire. Puis ce serait une bonne occasion d'en apprendre un peu plus sur leur chirurgien en questionnant sa nièce, ne serait-ce qu'un peu. Ne serait-ce que pour s'assurer qu'il n'est pas comme le Belliférien moyen.

_________________
Le soleil vient danser sur la mer éternelle mais tous ignorent ses reflets d’or. Elle m’attend sous un tapis de lumière, la mer m’appelle. Moi, je veux voir derrière les nuages, de nouveaux rivages.






Ilse • mediumvioletred
Grim • darkslategrey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 248
J'ai : 11 ans
Je suis : aspirante mage de l'Hivers, Bellifèrienne enfuie de chez elle, vivant à la Taverne de la Rose

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : ma mère Désirée, ma tante Quittou, mon oncle Géralt
Mes autres visages: Abigaïl l'Embrasée & Vira Sabir
Les Mages
Message Sujet: Re: Oyez le petit pirate [Ilse & Eponine]   Jeu 1 Juin - 15:12

La part de tarte semble irradier dans mes mains. Pourtant ce n'est qu'une part de tarte. Même si d'après la Dame, c'est la meilleure part de tarte de Lorgol. Alors est-ce que je devrais vraiment la manger ? Elle est trop grosse pour mon estomac. Une part comme celle-là et je ne mange plus pendant plusieurs mois. Je finis par croquer un bout, timidement. Elle est sucrée. Très sucrée. Et fondante. Et douce. C'est une des meilleures choses que j'ai jamais mangé ! C'est vraiment bon !

-Hein ?

La bouche pleine, la tête remplie de saveurs sucrées, je n'ai pas compris ce que me dis Dame Pirate. Elle me fait alors signe de la suivre, embarquant ses affaires avec elle. Trottinant, la bouche pleine de tarte et les deux mains prises par celle-ci, je la suis à l'extérieur de la Taverne. Je ne suis arrivée que hier. Le souvenir de notre escapade est toujours très douloureux mais j'évite d'y penser. Je ne me suis pas encore aventurée hors de la Taverne mais l'extérieur de Lorgol m'attire encore plus que la grosse part de tarte dans mes mains. Comme des rues mystérieuses et nouvelles n'attendant que moi pour les découvrir. Je suis sûre qu'elles sont aussi alléchantes que la tarte de Touillette. J'aime le dire en tout cas.
Je suis Dame Pirate vers le port de Lorgol. L'odeur iodée remplit alors mon nez et l'animation portuaire me frappe de plein fouet. Les images de Riven se superposent soudainement. Les plages de sable, rongées par l'océan de l'est. Les effluves marines... Je sens mes yeux me piquer douloureusement et je mords ardemment dans ma tarte.

-Aie !

Je me suis mordue le doigt. Une petite douleur aiguë et soudaine qui me fait couler une petite larme. Rien de bien méchant mais en tout cas, ça me réveille. Je secoue la tête et regarde avec un intérêt grandissant la vie des marins, rythmés par les marées. Une ambiance que je reconnais mais qui est totalement différente de celle des ports de Bellifère. Finalement, nous arrivons devant un bateau immense, à l'allure fière et conquérante.
Une vivenef.
Je le reconnais de suite. Elle est belle, la Vivenef. Indépendante et indomptable, tel Messaïon, le maître des océans. Elle doit voguer sur lui, libre comme le vent, insaisissable comme le soleil qui se lève et rapide comme les dragons célèstes. Mes yeux s'écarquillent, d'admiration et de bonheur. Je suis sidérée par une telle présence, comme écrasée par son charisme. Il y a une noblesse qui surpasse de loin celle des plus riches rois.
Elle est belle et majestueuse.
Mon regard glisse sur la Dame Pirate qui m'a amené ici. Je sens que c'est elle, l'Audacia. Celle dont m'a parlé tonton. Et je comprends pourquoi il est parti. Il a dû sentir la même chose que moi. Il a décidé d'aller sauver les vies de ceux qu'Elle protège.

-Elle... s'appelle comment ? demandé-je d'une voix intimidée. Elle est... elle est belle.

La fin de ma phrase se perd dans un murmure. J'ai l'impression de plus avoir de voix et j'ai complètement oublié ma tarte. Il me reste un bout rescapé, superbement ignoré, dépassé par la majesté de la Vivenef. Je regarde de nouveau la Dame Pirate.

-Je... je... On... va monter dessus ?

J'ai l'impression que c'est ce qu'elle veut mais cette idée m'horrifie soudainement. Je ne suis qu'une pauvre petite paysanne, en quoi serais-je digne de monter dessus ? J'en ai très envie... mais est-ce que je peux vraiment ? Et j'ai les mains pleines de sucres et de tarte... je n'ai pas envie de la salir !

_________________
#cc9900 Epo




Champs de blé, océan parfumé, perles nacrées
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir • Modo
avatar

Messages : 817
J'ai : 33 ans
Je suis : Pirate sur l'Audacia (canonnière) & Mage de l'Été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Alméïde, Liselotte, Aurore, Victorine
Le Pavillon Noir • Modo
Message Sujet: Re: Oyez le petit pirate [Ilse & Eponine]   Mer 14 Juin - 18:26

Elle l'entraîne d'un pas tranquille, sans plus prononcer un mot. En baissant les yeux, elle a bien vu ceux de la gamine qui se posaient partout avec une curiosité et une gourmandise que seuls les enfants semblent encore posséder. Alors elle n'interrompt pas l'observation minutieuse de l'exploratrice en herbe, souriant pour elle-même de la voir tenir sa part de tarte avec tant de déférence sans même y goûter. Il y a tant d'innocence sur ces traits, tant de candeur. Ilse l'emmène jusqu'au port et elle s'arrête lorsqu'elles parviennent au quai de l'Audacia.

La vivenef est immsense, elle surplombe les lieux d'une magnificence qui la charmera toujours, faisant battre son coeur aventureux. L'appel de Messaïon se fait si fort, l'affection qu'elle porte à Rhéa également. Et toute l'activité sur le pont lui donne envie de grimper sur le navire et de prendre le large sur le champ, bercée par les vagues et par le vent. Par tous les dieux, que l'hivernage a semblé long et comme il lui tarde de descendre vers le sud pour quelque aventure avec sa grande famille.

« Elle... s'appelle comment ? Elle est... elle est belle. » Ilse suit le regard d'Éponine et aperçoit la figure de proue. Un sourire tendre fend ses lèvres. « Elle s'appelle Rhéa. » Et oui, elle est très belle. Le visage de bois se tourne vers elles et observe la petite visiteuse avec curiosité et amusement. « Je... je... On... va monter dessus ? » « Seulement si t'en as envie, j't'oblige à rien. » répond-elle avec légèreté. « Tu risques rien, j'vais juste déposer mes sacs. » qu'elle ajoute en montrant lesdits sacs qu'elle a emportés avec elle depuis la taverne. « Et si quelqu'un t'embête, dis-lui qu'Ilse va v'nir lui tirer les oreilles. » Un sourire en coin anime ses traits et elle lui fait signe de la suivre.

Monter sur le navire avec un ventre rond de presque six mois de grossesse n'est pas chose aisée, mais pas à un seul instant elle ne laisse échapper la moindre plainte, la canonnière. Elle est bien trop ravie d'être à nouveau sur la vivenef pour ça. Ilse lui montre le chemin pour entrer dans les entrailles du navire, la guidant en direction de sa cabine sans se presser, lui laissant le loisir d'observer les lieux éclairés par quelques cristaux. « Alors Éponine, est-ce que Lorgol te plaît ? Ca doit t'changer pas mal d'là où tu viens non ? » demande-t-elle, véritablement intéressée et attentive devant cette petite fille de Bellifère qui découvre un nouvel environnement. Elle lui fait penser à elle-même, plus petite, alors qu'elle venait à Lorgol pour la première fois afin de suivre son cursus à l'Académie. Elle avait alors la tête emplie de beaux idéaux et de principes contraignants, mais également une fille de l'Honneur qui n'a pas oublié d'où elle vient. C'était une autre vie, lui semble-t-il.

_________________
Le soleil vient danser sur la mer éternelle mais tous ignorent ses reflets d’or. Elle m’attend sous un tapis de lumière, la mer m’appelle. Moi, je veux voir derrière les nuages, de nouveaux rivages.






Ilse • mediumvioletred
Grim • darkslategrey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 248
J'ai : 11 ans
Je suis : aspirante mage de l'Hivers, Bellifèrienne enfuie de chez elle, vivant à la Taverne de la Rose

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : ma mère Désirée, ma tante Quittou, mon oncle Géralt
Mes autres visages: Abigaïl l'Embrasée & Vira Sabir
Les Mages
Message Sujet: Re: Oyez le petit pirate [Ilse & Eponine]   Jeu 15 Juin - 22:49

-Rhéa.

Je murmure son nom. J'en savoure la saveur. C'est un très joli nom à l'image d'elle. Impressionnée, je reste un moment devant, me perdant dans sa contemplation. Elle est magnifique. Et quand elle tourne la tête vers moi pour me regarder, je sursaute et me sens rougir. Je crois que je peux rester des heures ici à la contempler. Dame Pirate semble beaucoup l'aimer aussi. En même temps, on ne peut pas ne pas l'aimer. Elle est tellement... belle. Et paraît si sage. Elle semble avoir toujours traversé les océans. C'est comme si Messaïon lui-même l'a sculpté et qu'elle en est son messager depuis l'aube du monde.
Je sursaute encore quand Dame Pirate me répond. Oh oui, j'ai très envie de monter dessus mais très peur de la salir avec mes mains collantes et sucrées. Alors vite, je les frotte sur mes vêtements en espérant les nettoyer un peu. Maman dirait que c'est pas propre et très impoli mais elle est pas là et j'ai pas d'autres solutions. J'ai rien vu d'aussi beau de toute ma vie alors je peux pas monter dessus avec des mains aussi sales. Je souris en même temps que Ilse, un sourire timide, et je hoche la tête, la suivant respectueusement. Lorsque mes pas se posent pour la première fois sur Rhéa, je tressaille de la tête au pied. Intérieurement, j'ai l'envie soudaine de ne plus jamais la quitter. Comme si j'ai besoin d'elle. Un besoin tellement vital, comme l'air que je respire avec un peu de tarte.Les cristaux lui donnent un côté presque surréaliste. Je suis vraiment sûre que c'est Messaïon lui-même qui l'a construite. Elle est tellement... parfaite. J'ai dû mal à y croire. Que je marche sur elle. Que je foule son bois.

-Je... je sais pas. Je suis arrivée hier j'ai pas bien vu encore Lorgol, confié-je dans un murmure. Mais il y a beaucoup de choses à voir, j'ai l'impression. J'ai bien envie de la visiter. Et les Tours de loin sont si belles. Comme si elles touchent le ciel. Mais...

Je m'interromps, gênée. Je n'ose pas me plaindre. Je n'en ai pas le droit, après tout ce qu'il s'est passé dernièrement. J'hésite. Ouvre la bouche. La referme. Finalement, je me lance.

-La... la campagne me manque. Et il y a beaucoup de bruit.

Plus qu'à Riven, c'est sûr. Et certainement plus que dans les landes d'Aubenacre. Donc oui, Lorgol me plaît. Mais il me faudra encore un peu de temps pour m'y habituer.

-Et... et vous ? Ca fait longtemps que vous êtes pirate ?

Je me lance, osant lui poser des questions sur son mode de vie. Tonton m'a dit qu'il les avait rejoint mais je ne les ai jamais rencontré. Jusqu'à aujourd'hui. Et les questions se bousculent dans ma tête. Tellement que je ne sais même pas par quoi commencer. Ou par quoi enchaîner. Je sens que je vais m'éparpiller dans mes explications.

_________________
#cc9900 Epo




Champs de blé, océan parfumé, perles nacrées
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir • Modo
avatar

Messages : 817
J'ai : 33 ans
Je suis : Pirate sur l'Audacia (canonnière) & Mage de l'Été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Alméïde, Liselotte, Aurore, Victorine
Le Pavillon Noir • Modo
Message Sujet: Re: Oyez le petit pirate [Ilse & Eponine]   Dim 25 Juin - 13:42

« Je... je sais pas. Je suis arrivée hier j'ai pas bien vu encore Lorgol. Mais il y a beaucoup de choses à voir, j'ai l'impression. J'ai bien envie de la visiter. Et les Tours de loin sont si belles. Comme si elles touchent le ciel. Mais... » Mais ? Ilse garde le silence, patiente, la laissant s'exprimer comme elle le désire. Elle doit être un peu perdue, la petite Belliférienne, dans cette cité incroyable où tout semble possible. La canonnière se souvient bien du jour où elle y a mis les pieds pour la première fois, et pour sa part, il ne s'agissait que de la Ville Haute, pas aussi animée que la Ville Basse mais tout aussi impressionnante. Désormais, elle s'y sent chez elle, autant que sur l'Audacia.

« La... la campagne me manque. Et il y a beaucoup de bruit. » Elle esquisse un sourire indulgent. Se sentir ainsi dépaysé est compréhensible, elle-même avait beaucoup de mal à ne pas penser à ses falaises et aux landes de son enfance. Pour une jeune femme comme elle, à la nature solitaire, c'était un grand choc que de voir autant de monde réuni dans un même lieu. Encore maintenant, sur la vivenef, alors même qu'elle s'est faite à la vie de pirate, elle a parfois besoin d'isolement et de silence, loin des conversations bruyantes et enjouées de ses camarades ou des clients de la taverne. Éponine finira sûrement par s'y faire elle aussi.

« Et... et vous ? Ca fait longtemps que vous êtes pirate ? » La question l'amuse légèrement et elle répond sans détour. « Ca fait longtemps oui. J'avais quinze ans. » Elle ne détaille pas plus, ce n'est pas utile et elle n'en a pas envie. C'était un moment difficile de sa vie, c'était une fuite en avant sans personne pour la retenir, c'était un instant douloureux où l'appel de Messaïon s'est révélé comme un phare dans la nuit. Elle ne regrette aucunement sa décision, elle ne se voit pas ailleurs qu'ici.

« Lorgol est une cité fascinante tu sais, elle m'faisait aussi un peu peur quand j'avais ton âge. » avoue-t-elle avec douceur, pour la rassurer. Tout en discutant, elle parvient à sa cabine dont elle ouvre la porte avant d'y pénétrer pour y déposer ses affaires là où elles ne risquent pas de tomber malgré la houle pendant le voyage. Ses gestes sont rendus un peu plus difficiles à cause de sa grossesse, mais ils sont précis, habitués. Tout en s'affairant, elle continue sur le même ton. « Avec le temps tu t'sentiras aussi chez toi. C'pas facile, mais ça viendra. Puis, t'es pas toute seule, y'aura du monde pour s'occuper d'toi. » La jeune Félicie et ses histoires, cette chère Touillette qui va la gaver jusqu'à ce que son ventre explose, tous les pirates et autres camarades proches de l'Audacia qui veillent toujours sur les leurs. Éponine est la nièce de leur chirurgien, elle fait partie de cette grande et étrange famille désormais.

Ilse se tourne vers Éponine et s'assoit un instant sur son lit, afin de reprendre son souffle. Elle observe la gamine avec attention, le regard songeur. « T'as encore d'la famille là-bas ? Elle va pas t'manquer ? » demande-t-elle avec douceur. Façon légèrement détournée pour avoir quelques informations supplémentaires sur leur nouveau chirurgien et sur sa situation, bien qu'elle s'intéresse réellement à cette petite. Elle se rappelle très bien la difficulté qu'elle a eu à laisser sa grand-mère derrière elle en partant, peut-être ressent-elle la même chose.

_________________
Le soleil vient danser sur la mer éternelle mais tous ignorent ses reflets d’or. Elle m’attend sous un tapis de lumière, la mer m’appelle. Moi, je veux voir derrière les nuages, de nouveaux rivages.






Ilse • mediumvioletred
Grim • darkslategrey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 248
J'ai : 11 ans
Je suis : aspirante mage de l'Hivers, Bellifèrienne enfuie de chez elle, vivant à la Taverne de la Rose

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : ma mère Désirée, ma tante Quittou, mon oncle Géralt
Mes autres visages: Abigaïl l'Embrasée & Vira Sabir
Les Mages
Message Sujet: Re: Oyez le petit pirate [Ilse & Eponine]   Dim 2 Juil - 17:33

Quinze ans. Quinze ans de piraterie. C'est long. Très long. Il y a quinze ans, je n'étais même pas née ! Je la regarde avec des yeux ronds, impressionnée, la suivant toujours dans le dédale de la belle vivenef. Nous arrivons finalement à sa cabine alors qu'elle me parle de Lorgol et de ses fascinations. Je ne peux que hocher la tête, totalement en accord avec la Dame Pirate. Lorgol est magnifique, terrifiante et fascinante. On a tellement envie d'y découvrir tous ses trésors mais, en même temps, elle me fait peur, cette grande ville à l'animation perpétuelle. Le calme de la campagne ne peut que me manquer, moi qui n'ait toujours connu que ça. Sa cabine est simple mais agréable et paraît assez confortable. Aussi confortable que la cabane d'un navire peut donner. Elle paraît un peu gênée par sa grossesse mais Eponine constate l'habitude de la pirate. Ses gestes sont précis, machinaux, plein d'un mécanisme qui traverse le temps. Debout au seuil de la cabine, je l'écoute et ses paroles me remontent un peu le moral. Elle semble savoir de quoi elle parle. Elle doit venir de quelque part de lointain, elle aussi.

La pirate finit par s'asseoir sur son lit, pour reprendre son souffle et je reste à ma place, contemplant avec émerveillement ce qu'il y autour de moi. Sa question me pèse un instant sur la poitrine alors que je revois maman et tonton Gédéon. Je baisse les yeux, soudain triste.

-Si. Beaucoup.

La voix de maman, la douceur de ses mains lorsqu'elle me caresse les cheveux et les promenades avec tonton Gédéon. Ma main s'accroche machinalement à mon médaillon et mes doigts caresses la surface lisse et imparfaite de la perle de nacre. C'est le médaillon que maman m'a donné et que je ne quitterai jamais.

-Enfin, pas tous, je reprends en relevant la tête. J'ai une grande famille ! Mon grand-père et mes oncles ne vont pas trop me manquer. Je ne les voyais pas beaucoup et, de toute façon, ils ne m'aiment pas trop. La plupart du temps ils oublient que je suis là mais je dois faire attention à ne pas croiser grand-père ou oncle Gaston sinon ils me tapent dessus. Du coup j'ai appris à les éviter, donc ça ne m'arrive pas souvent. Eux, ils ne vont pas me manquer.

C'est sûre que me faire taper dessus ne va pas me manquer. Mais je ne peux m'empêcher de trembler. Je sais que grand-père n'a jamais supporté que tante Quitterie se sauve et qu'il ne faut jamais parler d'elle en face de lui. Il va finir par découvrir que je suis partie aussi et je sais que c'est maman qui va payer. Cette idée m'effraie vraiment et j'ai soudain peur pour elle. Je reprends d'une voix plus aiguë que d'ordinaire.

-Mais ma maman elle va me manquer. Elle est aveugle et pas assez riche alors elle n'a pas pu nous suivre, tonton Géralt et moi. Elle doit aussi rester pour s'occuper de tonton Gédéon. Mais je sais que grand-père va finir par l'apprendre alors il va encore lui taper dessus. Il est très méchant grand-père et il tape très souvent maman. Mais je vais étudier à l'Académie et je deviendrai forte comme tante Quitterie et j'irai sauver maman et tonton Gédéon ! Et on partira tous ensemble vivre dans un endroit rien que pour nous où personne ne nous tapera plus jamais.

Je termine mon long récit par en hochement de tête appuyé, le regard enflammé. Je ne pleurerai pas tant que je n'aurai pas délivré maman. C'est une promesse !

_________________
#cc9900 Epo




Champs de blé, océan parfumé, perles nacrées
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir • Modo
avatar

Messages : 817
J'ai : 33 ans
Je suis : Pirate sur l'Audacia (canonnière) & Mage de l'Été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Alméïde, Liselotte, Aurore, Victorine
Le Pavillon Noir • Modo
Message Sujet: Re: Oyez le petit pirate [Ilse & Eponine]   Dim 9 Juil - 0:30

Elle semble réfléchir à la question, la gamine, alors qu'elle observe la cabine de la canonnière. Cabine pas très spacieuse, mais assez pour contenir son lit, un coffre à vêtements bien accroché à la paroi pour ne pas glisser sur le sol lorsqu'ils sont au large et quelques affaires ici et là, comme son sabre ou son manteau, accroché près de la porte. C'est une vie simple que celle de pirate et ils ne s'encombrent pas de beaucoup, malgré les pillages effectués sur les cotes du continent. Ilse a bien gardé quelques souvenirs de ses nombreu voyages, quelques bibelots qui lui tiennent à coeur, mais pour le reste, elle se contente de peu. Ce n'est pas l'appât du gain qui l'a entraînée vers cette voie mais bel et bien l'appel du large et l'envie de liberté.

Ilse relève les yeux quand Éponine exprime finalement le fond de sa pensée. Oui, évidemment que ses proches lui manqueront, ça semble être une question stupide. Mais par son silence, la pirate l'invite à parler, à se confier. Elle observe les gestes de la rouquine, aperçoit le médaillon auquel elle porte sa main et garde sur ses traits un visage paisible, avenant.

« Enfin, pas tous. J'ai une grande famille ! Mon grand-père et mes oncles ne vont pas trop me manquer. Je ne les voyais pas beaucoup et, de toute façon, ils ne m'aiment pas trop. La plupart du temps ils oublient que je suis là mais je dois faire attention à ne pas croiser grand-père ou oncle Gaston sinon ils me tapent dessus. Du coup j'ai appris à les éviter, donc ça ne m'arrive pas souvent. Eux, ils ne vont pas me manquer. »

Son sang ne fait qu'un tour. Sa mâchoire se crispe. Ont-ils vraiment osé lever la main sur cette petite uniquement parce qu'elle croisait leur regard ? Elle sait combien les moeurs de Bellifère sont primitives, elle a pu souvent en discuter avec Freyja, Marianne ou encore Grâce, mais de là à frapper une enfant... L'envie d'aller leur arracher ce qu'ils pensent être un atout qui les rend supérieurs aux femmes la démange fortement, mais elle parvient à garder son calme, le visage impassible.

« Mais ma maman elle va me manquer. Elle est aveugle et pas assez riche alors elle n'a pas pu nous suivre, tonton Géralt et moi. Elle doit aussi rester pour s'occuper de tonton Gédéon. Mais je sais que grand-père va finir par l'apprendre alors il va encore lui taper dessus. Il est très méchant grand-père et il tape très souvent maman. Mais je vais étudier à l'Académie et je deviendrai forte comme tante Quitterie et j'irai sauver maman et tonton Gédéon ! Et on partira tous ensemble vivre dans un endroit rien que pour nous où personne ne nous tapera plus jamais. »

Ilse reste un instant silencieuse, voguant entre attendrissement et ahurissement face à la situation dépeinte de cette voix si naturelle et sincère. Comment peut-on seulement envisager de s'en prendre à une enfant aussi douce et sensible ? Et comment peut-on être assez lâche pour s'en prendre à une aveugle ? L'idée l'écoeure et pourtant, c'est le visage de la jeune fille qui parvient à l'apaiser.

Elle se redresse la canonnière, faisant l'effort malgré son ventre rond pour rejoindre Éponine en deux enjambées et poser une main sur son épaule. « T'es très courageuse gamine. » qu'elle lui dit avec un petit sourire qui se veut rassurant. « Un jour, si le Destin le veut, tu retrouveras ta mère et ton oncle, je l'espère. » Ce ne sont que des mots et elle aimerait lui promettre plus, mais elle sait combien la fatalité peut s'abattre sur certaines personnes qui n'ont rien demandé. « En attendant, tu craindras rien à la Taverne d'la Rose. On embête pas les enfants d'pirates sans en subir les conséquences. » Son regard est à la fois rassurant et mauvais. Elle songe à Aymeric qu'ils n'ont pas pu encore récupérer et elle songe à tout ce qu'elle pourrait faire si le duc d'Outrevent faisait preuve trop longtemps de mauvaise volonté. L'idée d'aller pilonner les cotes de Souffleciel pour aller le chercher lui a souvent traversé l'esprit mais ils ont donné leur parole. À ces deux crétins de tenir la leur désormais.

« Tu veux faire l'tour d'la vivenef ? Comme ça tu verras où habite ton oncle quand il est ici. » propose-t-elle avec douceur. Si ça peut rassurer la petite, ce sera déjà ça de pris.

_________________
Le soleil vient danser sur la mer éternelle mais tous ignorent ses reflets d’or. Elle m’attend sous un tapis de lumière, la mer m’appelle. Moi, je veux voir derrière les nuages, de nouveaux rivages.






Ilse • mediumvioletred
Grim • darkslategrey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 248
J'ai : 11 ans
Je suis : aspirante mage de l'Hivers, Bellifèrienne enfuie de chez elle, vivant à la Taverne de la Rose

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : ma mère Désirée, ma tante Quittou, mon oncle Géralt
Mes autres visages: Abigaïl l'Embrasée & Vira Sabir
Les Mages
Message Sujet: Re: Oyez le petit pirate [Ilse & Eponine]   Dim 16 Juil - 22:21

-Ce n'est pas du courage ça ! Protesté-je, les joues en feu. Maman elle est courageuse. C'est la plus courageuse ma maman. Elle est aveugle mais elle est très forte. Elle m'aime plus que tout mais elle a voulu que je la quitte pour une vie meilleure et elle préfère rester toute seule avec grand-père pour pouvoir protéger tonton Gédéon. Puis ma maman elle a aussi eu un autre bébé sans papa qui est mort quand elle tonton Géralt a voulu le sortir de son ventre et pourtant elle a pas pleuré. Elle a dit que c'était le Destin qui décidait et que Maari l'avait guidé. Ma maman c'est la plus forte de toute.

J’appuie mes dires par de grands geste, m'emballant dans mes paroles alors que je revois le sourire de maman lorsque je suis partie.

-Maman elle a tout fait alors que moi je suis un poids parce que tout le monde veut me protéger. Et je pleurniche comme une enfant. J'ai pas le droit de pleurer alors que tonton Géralt il a tout quitté pour me sauver et que maman s'est sacrifié pour moi.

Ma tête est baissée et je contemple mes pieds, les joues rouges de honte. Mes poings sont tellement serrés que je sens mes ongles dans la chair. Ça fait mal. Mais c'est rien comparé aux coups de grand-père.
Finalement je relève la tête vers la dame pirate et sourit timidement.

-Pour maman et tonton je vais travailler très dure et profiter de la vie qu'ils m'ont offerte.

Les paroles de Dame Pirate, en tout cas, me réchauffe le cœur. Moi aussi j'espère que le Destin me permettra de revoir maman. Et je vais tout faire pour qu'il estime que j'en suis digne. La proposition de la pirate me ramène le sourire pour de bon cette fois et je hoche vivement la tête, frappant dans mes mains.

-Oh oui ! Je veux voir, je veux voir. S'il vous plaît.

On se met donc en marche de nouveau dans les profondeurs de la vivenef. On s'y sent bien ici, et protégée. La Dame a sûrement raison. J'ai l'impression que personne ici ne viendra m'embêter et que si quelqu'un me frappe encore, il aura les pirates aux trousses. Si seulement ça peut être la même chose pour maman !
Alors qu'on marche, mes yeux se posent sur le ventre rond de la pirate et je rougis encore. Finalement, je me décide à poser la question qui brûle mes lèvres, trop curieuse pour me taire. Tant pis si maman désapprouve.

-Le bébé aussi vous l'avez faite toute seule ? Maman elle m'a faite toute seule, elle a pas eu besoin de papa.

Aussitôt posée, je rougis encore plus. Maman me tirerait les oreilles. Elles en chauffent même.

_________________
#cc9900 Epo




Champs de blé, océan parfumé, perles nacrées
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir • Modo
avatar

Messages : 817
J'ai : 33 ans
Je suis : Pirate sur l'Audacia (canonnière) & Mage de l'Été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Alméïde, Liselotte, Aurore, Victorine
Le Pavillon Noir • Modo
Message Sujet: Re: Oyez le petit pirate [Ilse & Eponine]   Mar 1 Aoû - 13:02

La petite s'enflamme en parlant de sa mère et de son courage extraordinaire. À vrai dire, rien qu'à l'entendre, il lui semble qu'en effet, cette femme a une force de caractère exceptionnelle étant donné la terrible situation dans laquelle elle se trouve. Ilse ressent l'envie sourde de faire payer leur impudence à ces êtres sans scrupules qui lui font du mal, mais elle ne connaît aucun d'entre eux et ce combat, elle le réalise, ne la regarde pas. Leur chirurgien fait désormais partie de l'Audacia, mais il doit encore faire ses preuves et il n'a rien demandé, ce n'est certainement pas elle qui ira lui parler de sa famille après tout ce qu'elle vient d'entendre. On ne devient pas pirate par hasard ; parfois on court après des rêves d'aventures et de liberté, d'autres fois on fuit un passé douloureux dont on ne veut plus parler. Parfois, c'est un savant mélange des deux qui mène les âmes égarées jusqu'au port. Il ne viendrait jamais à l'idée de quiconque d'aller poser des questions sur le passé de ses camarades, comme une règle tacite de respect sur cette vivenef qui rassemble des hommes et des femmes de tout le continent.

« Maman elle a tout fait alors que moi je suis un poids parce que tout le monde veut me protéger. Et je pleurniche comme une enfant. J'ai pas le droit de pleurer alors que tonton Géralt il a tout quitté pour me sauver et que maman s'est sacrifié pour moi. » Ilse observe sans un mot cette enfant qui veut se montrer forte pour sa famille, qui combat des horreurs qui la dépassent encore. Pourtant, elle n'est encore qu'une enfant, qu'elle le veuille ou non. Elle a le droit de pleurer si elle le veut, elle a le droit d'être faible et de vouloir revoir sa mère. Toutefois, la canonnière garde le silence devant cette petite au caractère affirmé et à la détermination sans failles, peu désireuse de la contredire alors qu'elle semble déjà si touchée par la situation.

« Pour maman et tonton je vais travailler très dure et profiter de la vie qu'ils m'ont offerte. » Ilse lui rend son sourire et hoche la tête. C'est une bonne façon de penser, elle ira loin cette petite. Puis, pour lui changer les idées plus que tout autre chose, elle lui propose de faire le tour de la vivenef, ce qui semble immédiatement illuminer ses traits.

« Oh oui ! Je veux voir, je veux voir. S'il vous plaît. » « Suis-moi. » Ilse lui fait signe et sort de sa cabine. Ses pas se font maladroits, elle se sent comme Grim lorsqu'il est à terre, à faire des mouvements grotesques. Elle n'a pas à aller loin pourtant, pour lui montrer ce qui l'intéresse. « Ca, ce sera la cabine de ton on... » « Le bébé aussi vous l'avez faite toute seule ? Maman elle m'a faite toute seule, elle a pas eu besoin de papa. » Prise au dépourvu, l'Outreventoise cligne des yeux en regardant la gamine au visage déjà rougi. Doit-elle vraiment lui expliquer... ça ? Ilse se sent soudain mal à l'aise et elle sent que son Familier ne perd pas une miette de ce qui va suivre. La pirate s'éclaircit la gorge. « Mh... non, je l'ai pas fait toute seule. Et je... je suis sûre que ta mère est exceptionnelle, mais normalement, les bébés, ça s'fait à deux. » Elle passe une main sur sa nuque, un peu embarrassée. « Mais tu sais, tu devrais... tu devrais poser la question à ton oncle, il t'expliquera mieux qu'moi. » Quelle belle façon de se défiler. C'est pas ma gosse, j'vais pas faire le boulot d'un autre. Et puis surtout, elle n'a vraiment pas envie d'entrer dans ce genre de détails avec une fillette de onze ans. Pas envie du tout...

_________________
Le soleil vient danser sur la mer éternelle mais tous ignorent ses reflets d’or. Elle m’attend sous un tapis de lumière, la mer m’appelle. Moi, je veux voir derrière les nuages, de nouveaux rivages.






Ilse • mediumvioletred
Grim • darkslategrey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Oyez le petit pirate [Ilse & Eponine]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petit pirate deviendra grand
» Journal d'un futur pirate petit mais puissant
» JOEL POURQUOI VOTRE PETIT INOSANG A SI PEUR DE LA PRISON ET DE L'EXIL ???
» Petit besoin (d'un Courant) d'air
» Un petit caniche ou bichon ? 3 ans maltraité (60) ADOPTE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Les Terres du Nord :: Lorgol aux Mille Tours :: Taverne de la Rose-
Sauter vers: