AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Belle et Rebelle [PV Aubrée & Eponine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Mages
avatar

Messages : 248
J'ai : 11 ans
Je suis : aspirante mage de l'Hivers, Bellifèrienne enfuie de chez elle, vivant à la Taverne de la Rose

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : ma mère Désirée, ma tante Quittou, mon oncle Géralt
Mes autres visages: Abigaïl l'Embrasée & Vira Sabir
Les Mages
Message Sujet: Belle et Rebelle [PV Aubrée & Eponine]   Ven 5 Mai - 13:47


Livre II, Chapitre 3 • La Roue Brisée
Aubrée Martel & Eponine Aubenacre

Belle et rebelle

Retrouvailles des Bellifèriennes



• Date : 16 mars de l'an 1002
• Météo : nuageux, sec et un peu frais
• Statut du RP : privée
• Résumé : Eponine retrouve Aubrée à la Taverne de la Rose, qu'elle pensait disparue depuis un an.
• Recensement :
Code:
• [b]16 mars de l'an 1002[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t2119-belle-et-rebelle-pv-aubree-eponine#63807]Belle et Rebelle[/url] - [i]Aubrée Martel et Eponine Aubenacre[/i]
Eponine retrouve Aubrée à la Taverne de la Rose, qu'elle pensait disparue depuis un an.


_________________
#cc9900 Epo




Champs de blé, océan parfumé, perles nacrées
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 248
J'ai : 11 ans
Je suis : aspirante mage de l'Hivers, Bellifèrienne enfuie de chez elle, vivant à la Taverne de la Rose

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : ma mère Désirée, ma tante Quittou, mon oncle Géralt
Mes autres visages: Abigaïl l'Embrasée & Vira Sabir
Les Mages
Message Sujet: Re: Belle et Rebelle [PV Aubrée & Eponine]   Ven 5 Mai - 13:55

J'aime le chant des oiseaux et le bruit du vent. J'aime la nature, la couleur du ciel quand le soleil se lève. C'est le plus beau. La couleur que je préfère sûrement. Un orange pâle, timide, à peine lumineux. La couleur encore endormie d'un astre lumineux. Je trouve ça attendrissant. Maman dit que c'est un peu comme ma couleur de cheveux. Je ne trouve pas. La mienne est plus agressive. Ce levé de soleil me manque. Les premiers rayons viennent chatouiller l'océan, s'étendant à perte de vue. J'aime ce spectacle. Il y a eu des matins où je me suis levée en avance pour y assister. Un calme irréel comme venant d'ailleurs, juste ponctué par le bruit des vagues. La légère brise du vent qui vient jouer avec les grains de sable. Et ce parfum iodé. Heureusement que la mer est là, à Lorgol, sinon je pense que je serais encore plus déboussolée. Cela fait deux semaines que je suis là. J'ai pris l'habitude de me lever le matin tôt et d'aller regarder l'océan. Je ferme les yeux et je respire cette odeur salée, m'imaginant sur les plages de Riven. Je reste là, une dizaine de minutes, sans bouger, guettant la voix de maman. Mais elle ne vient pas. Et lorsque j'ouvre les yeux, l'océan est là, s'étendant à perte de vue, mais le décor autour de moi est loin des paysages de la côté Est de Bellifère. Et maman n'est pas là. Alors, je me lève et retourne à la Taverne.

Le climat, ici, est plus rude. Plus frais. Je n'ai pas l'habitude d'être aussi loin dans le nord. J'ai rarement bougé. J'ai rarement parcouru les paysages d'Ibélène. Mon plus long voyage a été celui qui m'a conduit ici. Cela fait que deux semaines mais j'ai l'impression d'être arrivée hier. Tonton Géralt est parti et jamais il ne m'a autant manqué. A la maison, au moins, j'avais maman. Tante Quittou n'est pas forcément là tout le temps. Elle travaille et je ne veux pas la déranger. Mais j'aime nos entrevues. J'adore sa voix, son tempérament. Elle est forte, tante Quittou. Elle a un dragon, elle m'a promis de m'emmener voler. Et elle a une cigogne. Elle est belle comme tout aussi. Bref, ils sont merveilleux.
Le temps a été clément ces dernières semaines. Il n'a pas tellement plu et la température est plutôt douce. Il fait plus froid qu'à Riven mais plus doux que ce que je pensais. En tout cas, pour le nord.

Assise à une table de la Taverne, je touille ma culière dans mon bol de soupe. Il est midi, j'ai faim. J'ai passé la matinée à traîner au port, m'enivrant de cette ambiance énergique, marquée par l'odeur du poissons et des marins. Il est plus grand que le port de Riven et ici, au moins, personne ne me connaît comme la « petite Aubenacre à la naissance douteuse ». Certains me reconnaissent, m'ayant croiser à la Taverne. De ce que j'ai compris, la Taverne de la Rose est un endroit respecté et protégé. Ceux qui y vivent bénéficie d'une certaine protection. On m'a clairement expliqué que personne ne me ferait de mal si je dis d'où je viens. Je n'ai eu aucun soucis majeur depuis mon arrivée. En même temps, j'ai appris à éviter les ennuis à la maison. J'ai passé mon temps à fuir Grand-Père et mes oncles. Serpenter dans les rues de Lorgol est vite devenu un amusement. J'observe, j'écoute, j'apprends. Je laisse traîner mes oreilles, glane des rumeurs par-ci, par-là. Personne ne fait attention à moi. J'ai toujours appris à être discrète. Et j'aime écouter les ragots du port. Petite habitude qui est devenue un véritable passe-temps. C'est fou le nombre de personne qui n'arrive pas à dissimuler leurs secrets. Un secret en est un dès l'instant où il reste enfoui en nous. Une fois partagé, il n'est plus un secret et augmente le risque d'être révélé au grand jour. Mais je ne suis pas quelqu'un qui partage les secrets des autres. J'aime les entendre, les découvrir, mais ils restent enfouis en moi, bien gardés. Scellés par mon silence.

La porte de la Taverne s'ouvre et mon regard se dirige instinctivement vers celle-ci, cherchant toujours à retrouver un regard connu. Ma cuillère tombe à grand bruit dans mon bol alors que le visage doux à la chevelure blonde s'avance dans la pièce principale.
Aubrée Martel.
Abasourdie, je reste là, la bouche ouverte. Je connais Aubrée parce que nombreuses sont les filles Martel enlevées par les descendants Aubenacre. Et j'ai déjà croisé Aubrée lors de quelques réunions auxquelles Grand-Père voulait que je participe lorsqu'il s'est aperçu que j'approchais de mes dizaines. J'ai appris, en laissant traîner mes oreilles dans la lande d'Aubenacre, que Aubrée a disparu. Grand-Père diffamait contre ces « petites garces, traîtresses et traînées qui allaient écarter les jambes au premier venu ». Je n'ai pas très bien ce que « écarter les jambes » veut dire, mais le ton de grand-père signifiait clairement que ce n'était pas positif. Mais c'est chouette de revoir Aubrée ! Elle a toujours été gentille avec moi. Douce et avenante, toujours une parole agréable. Et un visage connu, cela fait du bien. Je me lève aussitôt et commence à trottiner vers elle.

-Aubrée ! Aubrée !

J'appelle d'une voix excitée, toute heureuse de la revoir. Sans trop comprendre pourquoi ou comment, je me jette dans ses bras, l'esprit enivré du bonheur de voir une tête que je connais et que j'apprécie. Je ne sais pas comment elle a atterri ici. Je ne sais pas ce qu'elle est devenue ces derniers mois. Je suis juste heureuse de la revoir et heureuse de voir que, elle est saine et sauve. Et toujours aussi belle. Elle a échappé à Bellifère. Belle et rebelle.

_________________
#cc9900 Epo




Champs de blé, océan parfumé, perles nacrées
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Confrérie Noire
avatar

Messages : 679
J'ai : 20 ans
Je suis : Apprentie Assassin au sein de la Confrérie Noire

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Grâce de Sombregemme et à la Confrérie Noire
Mes autres visages: Rhapsodie Epi-d'Or
La Confrérie Noire
Message Sujet: Re: Belle et Rebelle [PV Aubrée & Eponine]   Lun 8 Mai - 20:38

Encore ensommeillée, Aubrée chemine dans Lorgol, en direction de la taverne. Elle s’est levée tard ce matin. Hier soir, elle a accompagné Lia en mission. Elles ont veillé tard, très tard, pour attendre que leur victime ne sorte enfin de sa taverne, où il a passé sa soirée. Et après, il a fallu le suivre, jusqu’à ce qu’ils soient tous les trois seuls. Enfin, sur consigne de Lia, Aubrée s’est jetée sur lui et lui a planté la lame dans la poitrine. L’homme, totalement saoul, n’a pas compris de suite ce qui se passait, jusqu’à ce qu’il sente sa vie lui échapper. Là, il a crié et s’est débattu, mais Lia est à son tour sortie de l’ombre a mis fin à ses jours d’un deuxième coup de poignard, avant de le laisser retomber au sol. L’Ecoutante lui a ensuite expliqué ses erreurs, qu’avec plus de précision, il n’aurait pas eu le temps de réaliser, ainsi que des tas d’autres consignes et remarques. Aubrée ne l’a écoutée que d’une oreille. Elle fixait le corps inerte en silence, sans bouger. C’était son tout premier. Son tout premier meurtre. Et cette sensation inexplicable de puissance… C’était grisant.
 
Cet assassinat était l’aboutissement d’un mois d’exercices et de travail acharné. Un mois, durant lequel Aubrée s’est entraînée dur, était sortie peu. Un mois, durant lequel elle a accompagné Lia dans chacune de ses missions, l’a observée tuer, puis a tranché les chairs des cadavres frais, dans le but de trouver le chemin le plus rapide vers le cœur, les artères les plus grosses, les endroits stratégiques à faire saigner, pour assurer à la victime une mort plus ou moins prompte. La veille, Lia avait jugé qu’elle était prête. Et comme sa victime ne risquait pas de causer de grandes difficultés, elle l’avait confiée à la jeune femme, qui ne s’en était pas si mal sortie.
 
Hier soir, Aubrée a eu du mal à trouver le sommeil. Pas parce qu’elle venait de se rendre compte de l’atrocité de son geste ; non, ça, elle l’avait compris dès qu’elle avait accepté la proposition de Lia, neuf mois plus tôt. C’était parce que l’adrénaline était forte, si forte, et qu’elle n’avait qu’une envie : de recommencer, et de se perfectionner davantage. Ce serait sans doute une constatation horrible pour quelqu’un d’autre. Mais pas pour elle. L’assassinat est une voie qu’elle a choisie, plus ou moins sous contrainte ; et elle sait à présent que c’est sa voie, son chemin. Elle a trouvé sa place dans ce monde ; mine de rien, ça a quelque chose de rassurant.
 
Lia l’a laissée dormir tard, ce matin. Elle sait sans doute tout cela. Elle laisse à Aubrée le temps de l’assimiler, d’intégrer entièrement son geste. Elle lui a laissé sa journée, pour qu’elle puisse se remettre de ses émotions, en lui promettant un entraînement tout aussi intensif par la suite. C’est donc tout naturellement qu’Aubrée est sortie se rendre à la Taverne de la Rose, pour essayer de retrouver un semblant de vie sociale.
 
Par contre, Aubrée ne s’attend pas à trouver la petite Eponine derrière la porte. Elle ne sait même pas qu’elle n’est plus en Bellifère, et qu’elle a fui, comme elle un an auparavant. Non. Elle n’envisage même pas cette possibilité. Elle y pense, parfois, à cette petite fille dont elle appréciait s’occuper à chaque réunion familiale, auxquelles Aubrée aimait bien retrouver ses cousins et cousines, ainsi qu’Eponine, sa presque-cousine. Elle les voyait peu souvent, mais au moins, elle s’amusait avec eux, bien plus qu’avec ses frères et sœur. Eponine faisait partie des plus jeunes. Aubrée avait tout de suite sympathisé avec la petite tornade rousse, de huit ans sa cadette. Et même si elle n’y pense pas souvent, elle se demande comment elle va, si elle survit, au milieu de tous ces bellifériens. Elle sait que son grand-père (et même père, d’après Agathe) n’est pas tendre, et que la vie avec lui n’est pas toujours rose. Un peu comme elle avec Alban, en somme, peut-être même pire. Mais elle n’aurait jamais pu imaginer qu’elle soit partie de Bellifère.
 
La jeune femme entre dans la pièce. Elle regarde autour d’elle, cherchant un endroit où s’installer, quand elle entend quelqu’un l’appeler d’une voix joyeuse. Le temps qu’elle tourne la tête en direction de la voix et qu’elle repère sa propriétaire, une tornade rousse se jette sur elle, pour la serrer de toutes ses forces. Surprise, Aubrée se fige, avant de reconnaître la chevelure de feu, si caractéristique. La blondine écarquille les yeux. « Mais… Eponine ? » Non, c’est impossible. Pour en être certaine, elle se sépare délicatement d’elle, afin de pouvoir mieux l’observer, dans l’espoir de reconnaître le visage de l’enfant. Le doute n’est plus permis. C’est bien elle, avec son visage fin et ses yeux clairs. Elle a grandi, depuis la dernière fois qu’elles se sont vues, il y a plus d’un an. « Eponine ? Mais qu’est-ce que… Pourquoi ? Qu'est-ce que tu fais à Lorgol ? » Aubrée ne comprend pas. Enfin, elle est très contente que la rouquine ne soit plus à Riven, mais il lui manque une information. La surprise de ses retrouvailles a d’ailleurs totalement effacé de sa mémoire la veille au soir. Les meurtres n’ont plus d’importance. Ce qui compte, c’est Eponine.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 248
J'ai : 11 ans
Je suis : aspirante mage de l'Hivers, Bellifèrienne enfuie de chez elle, vivant à la Taverne de la Rose

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : ma mère Désirée, ma tante Quittou, mon oncle Géralt
Mes autres visages: Abigaïl l'Embrasée & Vira Sabir
Les Mages
Message Sujet: Re: Belle et Rebelle [PV Aubrée & Eponine]   Jeu 11 Mai - 13:44

Aubrée est tout aussi étonnée de me voir que moi je le suis de la voir. Ni elle ni moi nous nous sommes attendues à nous revoir ici. Elle est toujours aussi belle et en bonne santé. Elle sent bon, elle est habillée élégamment... elle ne semble pas mendier dans les rues où « écarter les cuisses » quoique cette expression puisse vouloir dire. Elle me regarde comme si elle me voit pour la première fois et je crois que c'est réciproque. Mais je me souviens de la première fois que j'ai vu Aubrée. J'ai assisté à moins de rencontres qu'elle mais il y a un jour où grand-père a décidé que moi aussi je devais me montrer en société. Ces réunions ont été longues et ennuyeuses. J'ai été entouré par mes oncles. Les familles Aubenacre et Martel réunies dans une même pièce pour discuter de leur avenir mutuel. Pour ma part, j'étais trop jeune pour véritablement en faire partie, contrairement aux sœurs Martel. Aubrée avait plus de chances de se faire enlever que moi. Mais Grand-Père disait qu'il fallait me montrer pour plus tard. Maman n'a pu rien faire. Si grand-père voulait m'emmener, il m'amenait. Je pense que c'est pour ça aussi que maman a tenu à ce que tonton m'emmène loin de Bellifère. Et je peux comprendre aussi pourquoi Aubrée est partie. Cette tradition est un peu sauvage. Même si je ne connais pas les autres. Mais, les semaines passées ici m'ont montré que personne n'a enlevé personne pour l'épouser ensuite. Il y a même une dame qui fait plein de bisous à plein de monsieurs. Et je ne pense pas que tout ces messieurs l'ont enlevée. Il y en a que j'ai même jamais revu. Elle parle fort, rit beaucoup et dit beaucoup de mots que j'ai entendu dans la bouche de grand-père. Cette dame me fascine totalement. Parfois elle me fait des clins d’œil et me donne un gâteau. Puis elle disparaît et je la revois des jours plus tard.

-C'est tonton Géralt qui m'a amené ici, commencé-je à expliquer très vite. C'est maman qui a voulu. Parce que je fais des trucs magiques avec l'eau donc elle a demandé à tonton de m'emmener ici voir tante Quittou pour me protéger. Et tonton Géralt est parti avec les pirates sur l'Audacia. Et toi ?

Parler très vite rend les choses moins difficiles. Plus vite c'est dit, moins j'évite d'y penser. C'est comme la foi où j'ai fait la bêtise de manger toute la brioche de maman et moi. Je lui ai tout expliqué très vite et ça m'a semblé moins grave. Même si, au final, je sais que c'est parce qu'elle a dû beaucoup économiser pour l'acheter et que ça devait être mon gâteau d'anniversaire. Au final, ce n'était pas très grave puisque c'était pour moi. Mais maman n'a pas eu le temps d'en manger et même tonton Géralt et oncle Gédéon n'en ont pas eu. Donc toute cette petite réunion pour rien. Mais la brioche était tellement bonne que j'ai encore du mal à me sentir coupable.

-Toi aussi tu t'es enfuie de Bellifère ? Tout le monde dit que tu as disparu et que t'es devenue une mendiante quelque part. Et il y en a même qui dise que t'es morte.

Je préfère garder le fait que grand-père parle d'elle en terme peu élogieux mais, de toute façon, je ne pense pas qu'elle aime grand-père. Personne ne l'aime réellement. Même maman et moi on ne l'aime pas. Il crie tout le temps, insulte tout le monde et tape tout ce qui bouge. Puis il boit et après il ne sent pas bon. Ce n'est pas un gentil monsieur. Je me demande comment font les femmes de mes oncles. Pour en être une, je n'aurais pas aimé me faire enlever par un tel bellifèrien. Je rêve encore du brave fils de Kern qui viendra m'enlever pour se marier avec moi. Dans mes rêves, je suis une grande mage guérisseuse qui vogue avec les pirates et chevauche des dragons. Et mon mari est un pirate bellifèrien qui m'a enlevé pour m'emmener sur son bateau. Et j'amènerai maman avec moi et tonton Géralt et tonton Gédéon. Et tante Quittou sera là. Et on appellera notre bateau « Perle blanche ». En souvenir de là où nous avons vécu. Ce sera un bateau de gentils pirates qui ne penseront qu'à vivre tous ensembles loin de tout. Mais ce n'est qu'un rêve. Réunir tout le monde sur la Perle Blanche me paraît impossible. En tout cas, si un jour cela se réalise, j'y inviterai Aubrée avec un grand plaisir. Tout comme sa sœur. Et elle aussi, ça fait longtemps que je ne l'ai pas vue.

_________________
#cc9900 Epo




Champs de blé, océan parfumé, perles nacrées


Dernière édition par Éponine Aubenacre le Mer 24 Mai - 17:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Confrérie Noire
avatar

Messages : 679
J'ai : 20 ans
Je suis : Apprentie Assassin au sein de la Confrérie Noire

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Grâce de Sombregemme et à la Confrérie Noire
Mes autres visages: Rhapsodie Epi-d'Or
La Confrérie Noire
Message Sujet: Re: Belle et Rebelle [PV Aubrée & Eponine]   Mer 24 Mai - 16:29

Aubrée sourit. Eponine parle vite, comme si elle était pressée de terminer ses explications. A chaque nom évoqué, la jeune femme a à peine le temps de faire remonter de sa mémoire un visage, un souvenir que la rouquine ajoute une information supplémentaire. Elle apprend donc avec une légère surprise que Géralt a quitté Bellifère. Et ce doit être le seul homme belliférien qu’elle veut bien revoir. Et s’il a rejoint les pirates, il ne fait que grimper dans son estime. Mais au fur et à mesure des explications de la petite fille, le visage d’Aubrée se change peu à peu, jusqu’à ce que le sourire franc qu’elle arborait jusqu’à présent se transforme en une petite moue. Alors, elle s’est enfuie de chez elle car elle est mage ? Elle se doutait bien qu’elle n’était pas venue à Lorgol pour faire du tourisme, mais elle ne s’attendait pas non plus à ça. Finalement, Eponine conclut son explication par un « et toi ? » qui ravive le sourire de la jeune femme. Son « et toi » sonne aussi naturel que si elle lui avait demandé comment elle allait. Après tout, sa question est légitime. Cependant, Aubrée n’y répond pas vraiment. Pas tout de suite. « Ils ont bien fait, crois-moi. La vie est beaucoup plus facile, ici. » Et elle parle en connaissance de cause.

Elle acquiesce à sa question suivante, et ne peut s’empêcher de sourire à ses derniers mots. S’ils savaient…  Elle ne s’est jamais sentie aussi vivante depuis qu’elle a posé un pied sur l’Audacia pour la première fois. « Oui, je me suis enfuie. Mais je ne suis pas devenue une mendiante, ne t’en fais pas. » Une mendiante, ou autre chose. Elle suppose que insultes doivent fuser en Bellifère à son propos et à celui de sa sœur. Il faut dire que les sœurs Martel auraient pu constituer des dots intéressantes pour la famille Aubenacre, et les voir s’enfuir la veille du mariage de l’aînée n’a pas dû plaire à tout le monde. « Par contre, je suis maintenant demoiselle de compagnie. Et Agathe aussi. » Cependant, hors de question de lui parler de son apprentissage d’assassin. Elle le lui confiera peut-être plus tard. Mais pas maintenant, encore moins dans une taverne bondée, comme le lui rappelle le charmant monsieur qui grogne qu’il veut passer et qu’il n’a pas que ça à faire, d’attendre que ces deux damoiselles se décident à bouger leur postérieur du passage. Le regard noir que lui décoche Aubrée a au moins le mérite de le faire taire. Mais la blondine a compris le message. Alors, elle se tourne vers la rouquine. « Je crois qu’on gène. Tu étais assise où ? »

La blonde se laisse guider jusqu’à la table, puis s’installe en face d’Eponine. Elle était en train de manger, visiblement.  Et il n’y a aucun adulte cité par Eponine à proximité. Evidemment : si Géralt a rejoint l’Audacia, il est en mer. Et Aubrée sait que Quitterie est Chevaucheuse. Et comme les Voltigeurs, ils ne doivent pas avoir énormément de temps libre, surtout en ce moment. Elle en déduit donc qu’Eponine loge à la Taverne, ce qui n’est pas étonnant. « Tu veux que je te racontes ce que je fais ici, alors ? » Elle connaît la réponse d’avance, mais préfère lui demander, pour avoir le temps de réfléchir à l’ordre dans lequel annoncer les choses.

_________________



Dernière édition par Aubrée Martel le Mar 6 Juin - 22:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 248
J'ai : 11 ans
Je suis : aspirante mage de l'Hivers, Bellifèrienne enfuie de chez elle, vivant à la Taverne de la Rose

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : ma mère Désirée, ma tante Quittou, mon oncle Géralt
Mes autres visages: Abigaïl l'Embrasée & Vira Sabir
Les Mages
Message Sujet: Re: Belle et Rebelle [PV Aubrée & Eponine]   Jeu 1 Juin - 14:34

Alors que je parle, je pense à sa sœur, Agathe Martel. Elle aussi a disparu et, l'espace d'un instant, je suis sur le point d'en parler. Mais je ne sais pas ce qu'elle est devenue et, si ça se trouve, je vais éveiller des mauvais souvenirs. Je n'ai pas envie de ça alors que je viens de la retrouver. Je pense aussi que je parle très vite mais son visage me dit qu'elle m'écoute. Je ne manque pas de remarquer la légère crispation de ses traits lorsque j'évoque l'apparition de mes pouvoirs. Je ne peux que la comprendre, c'est la raison pour laquelle j'ai dû fuir Bellifère. La magie est très mal vue en Ibélène, surtout dans en ces temps mouvementés. Mais c'est pas de ma faute... Qu'est-ce que j'y peux... je n'ai pas choisi. Moi aussi j'aurais aimé être normal et continuer d'être avec maman. Je sais bien que je n'ai pas le droit de me plaindre. Maman aussi a été bouleversée de me laisser partir. Elle aurait pu venir aussi mais elle ne pouvait pas laisser tonton Gédéon tout seul. Et tonton Géralt a tout quitté pour me faire partir. Tout le monde s'est sacrifié pour moi alors je n'ai pas le droit de me plaindre. Les paroles d'Aubrée finissent par me réchauffer un peu le cœur. C'était le bon choix. Le choix à faire. Même si l'image de maman seule en Bellifère, battue par grand-père et oncle Gaston me donne la nausée. Je la voie s'interposer entre lui et tonton Gédéon comme elle l'a toujours fait. Sauf que tonton Géralt n'est plus là pour parer les coups. J'ai la nausée. Heureusement, Aubrée m'arrache de mes sombres souvenirs. Ainsi elle n'est pas devenue mendiante. Je m'en doutais.... de toute façon elle est trop belle et bien vêtue pour en être une. Elle ressemble à une noble dame. Elle en a toujours eu l'âme, en tout cas.

-Une dame de compagnie ?

Je répète avec des grands yeux ronds. Oh ! Mais c'est un honneur ! La dame de compagnie d'une noble dame. Et Agathe aussi !

-Agathe va bien ! m'exclamé-je en tapant des mains.

Je suis heureuse pour elles. Ce sont des rôles qui leur conviennent très bien et les mettent en valeur. Je vais poursuivre mais je suis alors interrompue par quelques grognements et mes yeux rencontrent ceux d'un client à l'air bourru et mal en point qui souhaite passer. L'homme me donne une désagréable impression de déjà vu. Il me fait tristement penser à grand-père. Mais Aubrée me distrait aussitôt encore une fois et je hoche la tête, l'amenant à la table où je mangeais quelques minutes plus tôt. Je me rassoie face à ma soupe et la contemple avec admiration. Je suis vraiment heureuse de retrouver une personne que je connais. Qui, en plus, a fui Bellifère comme moi. J'ai le sentiment d'être moins seule et que quelqu'un me comprend. J'espère pouvoir croiser Agathe en tout cas. Et que Aubrée voudra bien venir me rendre visite de temps en temps. Même si, je suppose, ce ne sera pas facile d'avoir quelques heures de repos si elle est dame de compagnie. Je sautille sur ma chaise. J'ai la sensation que son histoire est passionnante et j'ai hâte de l'entendre. Pour la première fois depuis longtemps, j'ai l'impression d'oublier ce qui m'entoure et les raisons de ma venue ici. Je pousse mon bol de soupe. De toute façon, je n'ai plus faim. Je suis trop excitée pour manger.

-Oh oui racontes moi, s'il te plaît ! Et des nouvelles d'Agathe aussi...

Je me demande si tonton Géralt sait que Aubrée est ici. Je lui dirais quand il rentrera. Je sais qu'il l'apprécie aussi. Enfin s'il le savait, il me l'aurait dit. Après il a peut-être oublié, il s'est passé tellement de choses que ça ne m'étonnerait pas. Même si je ne vois pas comment il a pu rencontrer Aubrée en l'espace de trois jours. Enfin bon... au moins, je ne suis pas toute seule. Après tout, nous sommes cousines par le mariage. En quelque sorte.

_________________
#cc9900 Epo




Champs de blé, océan parfumé, perles nacrées
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Confrérie Noire
avatar

Messages : 679
J'ai : 20 ans
Je suis : Apprentie Assassin au sein de la Confrérie Noire

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Grâce de Sombregemme et à la Confrérie Noire
Mes autres visages: Rhapsodie Epi-d'Or
La Confrérie Noire
Message Sujet: Re: Belle et Rebelle [PV Aubrée & Eponine]   Mar 6 Juin - 22:32

L'enthousiasme d'Eponine, visible dans ses yeux, ses gestes et ses paroles, fait sourire la jeune blonde. Elle est si adorable, cette petite. « Oui. Ça change un peu de la vie en Bellifère. » plaisante Aubrée. Elle omet de préciser que ce n’est peut-être pas le changement le plus important de sa vie, par crainte d’attiser les questions de l’enfant, qu’elle sait curieuse. « Agathe va très bien. Je lui dirai que tu es ici, si tu veux. » Un prétexte parfait pour pouvoir parler un peu avec sa sœur, qu’elle n’a pas revu depuis un moment. Elle sera sûrement contente de savoir leur cousine par alliance dans les parages, en plus.

Quand arrive l’homme aux manières peu recommandables, Eponine guide Aubrée à travers la taverne, jusqu’à une table vide où est posé un bol de soupe. A cet instant, la jeune femme se rappelle avoir faim. Elle lorgne rapidement le plat, avant de se reconcentrer sur Epo. La rouquine a l’air ravie de pouvoir écouter son histoire. Et Aubrée veut bien se plier à l’exercice, même si elle ne possède pas les talents de conteuse de Lou-Ann. « Bon, j’espère que tu aimes les longues histoires. » Elle ne sait simplement pas réellement par quoi commencer. Alors, elle prend son temps, avant de décider d’attaquer par le commencement. « Et bien… En fait, l’année dernière, j’ai appris que j’allais très bientôt me marier. Seulement, j’en avais pas vraiment envie, tu vois ? Alors, j’ai fait une lettre, que j’ai envoyé à ma mère. Tu vois qui est ma mère ? Tu sais, Grâce, la Voltigeuse ? Bon. Et dans cette lettre, je lui ai dit de venir me chercher, avec Agathe. Enfin, Agathe n’était pas vraiment au courant. Elle n’était sans doute même pas d’accord. Mais je ne pouvais pas la laisser aussi. Je ne voulais pas qu’elle se marie, en tout cas, pas comme ça. Enfin bref. Ma mère est venue nous chercher. Et on a pris le bateau, l’Audacia, jusqu’en Sombreciel. Et tu sais quoi ? On a été accueillies par Castiel de Sombreflamme, le Duc lui-même ! Et... » 

Et elle continue de parler, Aubrée, en laissant quelques pauses de temps en temps, pour être sûre qu’Eponine assimile bien toutes les informations, telle une Agathe heureuse de raconter sa vie. Pas toute, bien sûr. Elle met de côté toutes les histoires de Confrérie et d’assassinat. Par contre, elle ne cache pas sa fierté d’être devenue la suivante de Ljöta d’Evalkyr, et explique à l’enfant à quel point cette femme est belle, et gentille, malgré sa froide apparence. Finalement, elle se tait, et conclut par un petit sourire. « Et voilà. » Puis, se rendant compte qu’Eponine n’a pas touché à sa soupe, et entendant bien son ventre gargouiller, elle demande, tout à fait innocemment. « Tu ne veux plus de ta soupe ? Je peux la prendre ? » C’est pur éviter de gaspiller. Ou pour calmer le ventre d’une jeune femme affamée – et gratuitement en plus.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 248
J'ai : 11 ans
Je suis : aspirante mage de l'Hivers, Bellifèrienne enfuie de chez elle, vivant à la Taverne de la Rose

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : ma mère Désirée, ma tante Quittou, mon oncle Géralt
Mes autres visages: Abigaïl l'Embrasée & Vira Sabir
Les Mages
Message Sujet: Re: Belle et Rebelle [PV Aubrée & Eponine]   Ven 9 Juin - 23:04

Je hoche la tête dans un geste frénétique. Je veux bien voir Agathe aussi. Je ne l'ai pas vue depuis longtemps. Comme Aubrée, elle a disparu. Et comme elle, les ragots vont très vite en Bellifère. Grand-père dit que les sœurs Martel sont la pire des mauvaises herbes, qu'il n'y en a pas l'une pour rattraper l'autre. Mais bon, grand-père a toujours dit ce genre de choses méchantes. Homme méchant tient des propos méchants. Son introduction fait pétiller mes yeux et je prends une goulée d'air avant de la fixer intensément. J'aime les longues histoires. Celles qui n'ont pas de fins. Qui s'enchaînent, se confondent et finissent par se perdre dans les légendes d'Arven. J'aime ce genre d'histoire car j'oublie tout. Et si je savais lire, je ne ferai que ça. Lire les histoires d'Arven. Celles qui traversent le continent et celles qui sont moins connus. Je lirai tellement, jusqu'à tout connaître par cœur.
Et Aubrée commence son histoire. Une histoire passionnante, digne des plus beaux romans, bercée par des aventures incroyables. Aubrée m'explique comment elle a échappé à son mariage, entraînant Agathe avec elle, pour rejoindre leur mère dont j'ai vaguement entendu parler quelques fois sans connaître plus de détail, où elles ont été accueillies par un duc... Un duc ! Wahou... avant de devenir dame de compagnie... de la princesse de Valkyrion en personne ! Une princesse belle et royale, très gentille et douce qui me donne presque envie de devenir demoiselle de compagnie moi aussi. J'ai mal aux yeux à force de la fixer, je suis presque sûre que je n'ai pas cillé une fois. Lorsqu'elle termine, je suis toujours plongée dans le silence et je ne m'en rends pas compte de suite, la tête pleine d'images de bateau, de duc et de princesse sur un trône de glace dans des montagnes enneigées. Une sensation de liberté, de délivrance... Finalement, je sors de mes pensées, la contemplant avec émerveillement. C'est incroyable tout ce qu'elles ont pu vivre. Elles ont fui Bellifère et ont construit leur propre vie. Toutes seules. Elles ont pris leur Destin en main.
Fuir Bellifère.

-Wahou, murmuré-je, admirative.

Moi aussi j'ai fui Bellifère, mais pas de mon plein gré. C'est tonton et maman qui ont voulu. Est-ce que je serai encore là-bas si rien de tout ça n'était arrivé ? Peut-être. Je me suis imaginée partir avec maman et tonton Gédéon, mais jamais comme ça. Je serais sûrement mariée, enlevée par un Belliférien. Grand-père se serait débarrassé de moi, je pense.
La demande d'Aubrée m'arrache un grand éclat de rire.

-Mais ui ! Prends ! dis-je en poussant le bol vers elle.

Puis je me baisse un peu et lui confie dans un murmure :

-Tu sais, ici je peux manger gratuit. Si tu as encore faim, je demande.

Avec toutes ces histoires j'en ai oublié mon propre repas. Mais, de toute façon, je n'ai plus faim. Ces retrouvailles, ces émotions et cette histoire m'ont coupé l'appétit. Je la regarde donc terminer mon bol avec un sourire. Je n'en reviens toujours pas qu'elle soit là. Je me sens moins seule. Comme si une porte s'est ouverte au fond de moi et que j'ai pu repassé hors de cette pièce un peu obscure où l'ombre de grand-père continue d'habiter. Comme si je comprends enfin que je ne suis plus à Riven et que je peux vivre. Respirer. Courir sans que personne ne m'arrête.

-Tu sais... je vais devoir aller à l'Académie. Mais je ne sais toujours pas lire. J'ai peur de tout rater.

C'est une peur qui me prend le ventre. Je serai sûrement la plus mauvaise élève de l'Académie !

_________________
#cc9900 Epo




Champs de blé, océan parfumé, perles nacrées
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Confrérie Noire
avatar

Messages : 679
J'ai : 20 ans
Je suis : Apprentie Assassin au sein de la Confrérie Noire

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Grâce de Sombregemme et à la Confrérie Noire
Mes autres visages: Rhapsodie Epi-d'Or
La Confrérie Noire
Message Sujet: Re: Belle et Rebelle [PV Aubrée & Eponine]   Mar 13 Juin - 18:02

L’admiration se voit dans les yeux de la petite rouquine, au fur et à mesure que la jeune femme avance dans son récit. Et ça la fait sourire, à Aubrée. Par amusement, mais aussi par fierté. Après tout, tout ça, elle l’a accompli. Avec l’aide de sa mère, mais de sa propre initiative. Mine de rien, c’est grisant de voir que quelqu’un reconnaît cela. Même s’il s’agit d’une petite fille, et au point de vu pas forcément objectif. Mais elle aussi, a fui Bellifère. Elle aussi, a accompli et accomplira de grandes choses plus tard, c’est certain. Une belliférienne émancipée, c’est toujours quelque chose de formidable.  

Aubrée sourit encore, quand Eponine éclate de rire suite à sa demande un peu incongrue. Elle hoche simplement la tête avant de tirer le bol vers elle. « Merci, c’est gentil. »  Et quand Eponine lui murmure qu’elle peut avoir d’autres choses gratuites, c’est au tour d’Aubrée d’éclater de rire. « Ne t’en fais pas, je peux encore payer. Et puis, je ne veux pas abuser non plus. »  C’est vrai ; ce n’est pas son genre, de profiter des autres pour ce qu’ils peuvent lui apporter. Non, elle est bien trop honnête pour ça. Sauf pour la soupe. Mais Eponine n’y touchait plus, il y a des circonstances atténuantes.

Aubrée commence à manger en silence. La soupe est tiède, mais ce n’est pas grave. Elle ne va pas demander à ce qu’on la réchauffe tout de même, cela ne se fait pas ; et puis, elle a déjà connu pire, même si ces souvenirs semblent bien loin maintenant ; bien souvent, elle a été privée de repas. Ou alors, obligée de manger le plat qu’elle avait raté. « Pour pas gaspiller. Tu l’as fait tu le manges. » Parce que même si son petit frère lui reconnaît des talents de cuisinière, elle a bien dû passer par des échecs cuisants. Enfin, là n’est pas le sujet.

La blondine pose sa cuillère quand la plus jeune lui fait part de ses inquiétudes vis-à-vis de l’Académie. Elle hoche la tête, pensive. C’est vrai que cela peut poser problème. Surtout que l’enfant n’a pas dû avoir, comme Aubrée, une gentille voisine telle que Cendrine pour lui apprendre à lire et écrire.  « C’est vrai que ça va être un peu compliqué, je pense. Mais tu es très forte, je suis sûre que tu pourras y rentrer quand même. » En fait, Aubrée ne sait pas grand-chose de l’Académie, et c’est un peu au hasard qu’elle s’avance. Elle reprend une gorgée de soupe, avant d’avoir une idée. Pourquoi n’y a-t-elle pas pensé plus tôt ? « Je peux… Je peux essayer de t’apprendre un peu. Si tu veux bien de moi en professeur, bien sûr. » Professeur. Elle ne s’est encore jamais imaginée l’être. Elle est encore élève, elle. Pas dans la même discipline, certes, mais elle ne s’est jamais positionnée dans le rôle de professeur. Enfin, pour Eponine, on peut faire une exception, non ?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 248
J'ai : 11 ans
Je suis : aspirante mage de l'Hivers, Bellifèrienne enfuie de chez elle, vivant à la Taverne de la Rose

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : ma mère Désirée, ma tante Quittou, mon oncle Géralt
Mes autres visages: Abigaïl l'Embrasée & Vira Sabir
Les Mages
Message Sujet: Re: Belle et Rebelle [PV Aubrée & Eponine]   Jeu 15 Juin - 22:29

Je suis prête à insister, à lui dire qu'il n'y a pas de soucis, que je peux lui chercher d'autre chose si elle veut mais je décide de laisser tomber. Ca semble lui convenir comme ça, j'ai pas très envie de la vexer en insistant. Je pousse un soupir. J'espère qu'elle a raison. Mais j'ai peur. Tonton Géralt m'a emmené la voir et... elle m'impressionne. L'Académie. Elle est impressionnante. Et pourtant, j'ai eu la sensation qu'elle m'a comprise. Que mon cœur n'a fait qu'un avec elle. J'ai senti ses palpitations et j'ai senti les miennes se caler sur les siennes. C'était tellement.... bizarre. Et effrayant. Terriblement excitant et terriblement effrayant. Je suis aussi impatiente que terrifiée à l'idée d'y aller. C'est très étrange.

-C'est vrai ?

Je crie plus fort que je ne l'ai pensé et des têtes se tournent vers nous, intriguées. Je bondis de ma chaise et frappe des mains, les yeux grands ouverts, ne croyant pas ma chance.

-Tu... tu veux bien m'apprendre ?

Je répète, n'y croyant pas. Je n'ai jamais appris. Tonton n'avait pas le temps. Maman ne pouvait pas. Je n'ai pas non plus spécialement manifesté l'envie. Et puis elle a dû se dire que j'avais le temps. Moi qui pensais rentrer à l'Académie sans avoir appris à lire... et voilà que Aubrée se propose ! Non seulement je vais apprendre à lire, mais en plus c'est une excuse pour la voir plus souvent. J'en reviens pas, c'est tellement gentil.
Mais ? Et son travail.... Mon sourire retombe aussitôt. Je ne veux surtout pas l'embêter. Être dame de compagnie n'est pas de tout repos, sa Dame ne doit pas lui laisser trop de temps libre non plus et je ne veux pas la contraindre lors de ses quelques jours de repos.

-Je ne veux pas t'embêter avec ça, marmonné-je, tout de même déçue. Tu es occupée.

Mais l'idée m'a plu. Et le fait qu'elle s'est proposée m'a énormément fait plaisir. Aubrée s'est toujours bien occupée de moi, quand elle pouvait. Elle est très gentille. Elle m'a manqué. Sa sœur aussi. Tant mieux qu'elles aillent bien et qu'elles aient échappé à leur vie belliférienne.

-Mais merci d'avoir proposé, ça me fait très plaisir.

Peut-être que quelqu'un d'autre peut se proposer ? Je peux toujours demander à Lena de m'apprendre un peu ? Ou bien à quelqu'un d'autre ? Il y en a bien qui savent lire ici, je peux peut-être me débrouiller ainsi ? Même si je préférerai que ce soit Aubrée... Mais maman m'a toujours dit de ne pas imposer mes soucis aux autres. Je ne veux surtout pas que ça interfère avec la vie de qui que ce soit.
Tant pis. Je me débrouillerai. Je l'ai toujours fait.

_________________
#cc9900 Epo




Champs de blé, océan parfumé, perles nacrées
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Confrérie Noire
avatar

Messages : 679
J'ai : 20 ans
Je suis : Apprentie Assassin au sein de la Confrérie Noire

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Grâce de Sombregemme et à la Confrérie Noire
Mes autres visages: Rhapsodie Epi-d'Or
La Confrérie Noire
Message Sujet: Re: Belle et Rebelle [PV Aubrée & Eponine]   Sam 17 Juin - 10:14

La blondine hoche la tête, amusée par l’enthousiasme de l’enfant. Elle a peut-être réagi de la même manière, quand Cendrine lui a proposé de lui apprendre à lire, sans savoir que cela lui servirait autant quand elle serait grande. « Oui, je veux bien. »
 
L’enfant a l’air enchantée de la proposition. Mais soudain, le sourire disparaît, la petite fille se renfrogne, et dit qu’elle ne veut pas l’embêter avec ça. Mais que ça lui fait plaisir qu’elle ait proposé. Aubrée hausse les sourcils, un brin surprise. « Mais… Eponine, si je te propose, c’est que ça ne m’embête pas du tout. Tu sais, je passe pas mal de temps ici, je peux très bien t’apprendre un peu. Je te promets que ça ne me gêne pas. D’accord ? » Elle lui sourit gentiment. C’est vrai. Quand elle a une idée en tête, elle veut la tenir coûte que coûte. Et si elle veut apprendre à lire à Eponine, alors elle lui apprendra à lire. Et ses obligations de suivante, et surtout d’apprentie, ne viendront pas gêner son projet, elle s’en fait la promesse.
 
Mais il y a quelques petites conditions, si Eponine veut savoir lire à sa rentrée. « Mais par contre, il faut que tu sois prête à apprendre aussi un peu toute seule, parce que c’est vrai que je ne serai pas là tout le temps. Mais bon, si tu veux apprendre vite, c’est vrai que c’est le meilleur moyen. » C’est ce que lui disait Cendrine. Aubrée se souvient des longues heures passées au-dessus de son petit bureau, éclairée par une petite chandelle, à essayer de recopier les symboles qui ne signifiaient pas encore grand-chose pour elle à l’époque. Il ne fallait surtout pas qu’elle se fasse prendre. Si son père savait ce qu’elle faisait la nuit au lieu de dormir, il lui aurait sûrement  interdit de revoir Cendrine, et aurait brûlé tous ses feuillets sans états d’âme.
 
Elle pousse le bol de soupe maintenant vide en avant pour faire un peu de place. « Bon ! On peut commencer maintenant. Ça te dit ? » Anticipant une réponse positive, Aubrée commence à réfléchir à voix haute de ses méthodes. « Voyons. Il faudrait que tu apprennes l’alphabet. Il faut que tu le voies. Il me faut du parchemin, de l’encre et une… non, même deux plumes. Est-ce que tu crois que tu peux trouver ça ici ? » Elle peut aller en chercher ; elle en a dans sa chambre. Mais c’est loin. Et si Epo a possibilité d’en récupérer ici, elle ne serait pas contre. « Je vais t’apprendre à lire les lettres. Et à les écrire. Comme ça, tu pourras lire ton prénom ! Et l’écrire ! Et plein de mots ! » Aubrée aussi est enchantée qu’Eponine à l’idée de lui apprendre à lire. A croire que les rôles sont inversés, et qu’elle n’a plus presque vingt ans, mais à peine onze. Et qu’elle attend la permission d’Eponine pour pouvoir jouer.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 248
J'ai : 11 ans
Je suis : aspirante mage de l'Hivers, Bellifèrienne enfuie de chez elle, vivant à la Taverne de la Rose

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : ma mère Désirée, ma tante Quittou, mon oncle Géralt
Mes autres visages: Abigaïl l'Embrasée & Vira Sabir
Les Mages
Message Sujet: Re: Belle et Rebelle [PV Aubrée & Eponine]   Dim 2 Juil - 13:09

L'enthousiaste a laissé place à la déception mais je ne peux pas me montrer aussi égoïste. Aubrée doit avoir beaucoup de travail à faire déjà, je ne veux pas lui en imposer plus que nécessaire. Je me débrouillerai autrement. Quelqu'un ici doit bien savoir lire.
Mais Aubrée en décide autrement et sa réponse illumine à nouveau mon visage. C'est incontrôlé. Je suis heureuse et j'y peux rien. Dans un élan, je la serre dans mes bras, renversant au passage mon verre vide qui vient heurter le sol dans un beau petit fracas.

-Merci Aubrée ! Merci beaucoup. Je suis si contente ! Tu es tellement gentille. Merci, merci, merci.

Je reste là un moment. Ca fait du bien. De juste être là. Contre quelqu'un. Puis, d'un autre coup, je me dégage, gênée et ramasse mon verre. J'ai les joues rouges, je les sens brûler, maman disait qu'on peut limite me faire cuire à manger dessus dans ces moments-là. Mais Aubrée poursuit et je n'ai pas le temps de continuer à être gênée, absorbée par ses propos.

-Oui, oui, oui ! J'apprendrai seule aussi, je serai très appliquée et je te promets d'apprendre vite. Peut-être que je peux juste apprendre à lire ? Ca ferait moins de choses à apprendre, tu seras moins prise et je n'ai peut-être pas spécialement besoin de savoir écrire ?

En fait je ne sais pas, je ne me suis jamais vraiment posée la question. J'ai toujours été déçue de ne pas savoir lire mais écrire est-ce que c'est aussi important ? Mais Aubrée répond aussitôt à mes interrogations. Il semble que lire et écrire sont deux choses très semblables en fait. Bon... au moins comme ça je saurai l'un et l'autre. A peine parle-t-elle de plumes et de parchemins, que je hoche la tête et me rue à travers la salle pour retrouver Félicie lui expliquant d'un ton surexcité et avec de grands gestes que j'ai besoin de papier et de plume parce qu'on va m'apprendre « l'albet ». Félicie explose de rire mais paraît très impressionnée et va me chercher ce qu'il me faut. Elle est très gentille Félicie. Je l'aime beaucoup. Je reviens vers Aubrée, tenant le nécessaire comme un trésor entre mes mains avant d'étaler soigneusement le tout sur la table d'un air très fier. Puis je me rassois.

-Et maintenant ? On apprend l'albet ?

Je ne peux empêcher mon cœur de battre à toute vitesse. Je vais apprendre à lire ! Et à écrire ! Je vais devenir intelligente ! Si je m'applique, je ne serai pas l'élève la plus nulle de l'Académie ! En tout cas, je vais tout faire pour ! Il me tarde de revoir maman et tonton Géralt pour lui dire. Je lui ferais la surprise quand il reviendra et je pourrai lire des histoires à maman à mon tour. Elle sera tellement heureuse, je le sais.

_________________
#cc9900 Epo




Champs de blé, océan parfumé, perles nacrées
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Confrérie Noire
avatar

Messages : 679
J'ai : 20 ans
Je suis : Apprentie Assassin au sein de la Confrérie Noire

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Grâce de Sombregemme et à la Confrérie Noire
Mes autres visages: Rhapsodie Epi-d'Or
La Confrérie Noire
Message Sujet: Re: Belle et Rebelle [PV Aubrée & Eponine]   Mer 5 Juil - 22:21

Quand Eponine se jette sur elle pour la serrer dans les bras, Aubrée a d’abord un très léger mouvement de recul, presque imperceptible. L’instinct, et la surprise, ajoutée au sursaut causé par le bruit du verre qui tombe au sol. Mais elle se ressaisit bien vite pour prendre aussi la petite fille dans ses bras. Et elles restent là un moment, les deux bellifériennes, l’une contre l’autre. C’est Eponine qui finit par se dégager, gênée de cette étreinte, comme le montre le rouge de ses joues. Aubrée ne fait aucun commentaire. Elle était sûrement comme ça, elle aussi, à réagir si fortement à une simple marque d’affection. Et même à un simple regard, de certaines personnes, aussi, avant. Elle rosit un peu aussi, se rappelant de ses réactions disproportionnées quand Géralt lui parlait, ou qu’il frôlait sa main ou son bras sans le vouloir. Détournant ses pensées, elle se reconcentre sur Eponine, et ce qu’elle lui a proposé.
 
Eponine lui promet d’apprendre seule aussi. La blondine sourit devant tant d’enthousiasme. Et secoue la tête quand elle propose de n’apprendre qu’à lire. Forcément. Elle a appris à ne jamais s’imposer, et à toujours faire en fonction de ce que les autres veulent. De l’altruisme, poussé à l’extrême. Il faut maintenant qu’Epo apprenne qu’elle aussi, a le droit de vouloir des choses. Qu’elle aussi peut avoir envie, même si ça ne plait pas à tout le monde, et qu’elle a le droit d’avoir un avis. Et de se battre pour ce qu’elle veut. Enfin, peut-être qu’en lui apprenant à lire et à écrire, en répondant à une de ses envies – de ses besoins, elle s’en rendra compte. « Non. A lire et à écrire. Tu verras, c’est facile. Quand tu sais lire, tu sais écrire ! » Ou presque.
 
Dès qu’Aubrée donne ses directives pour le parchemin et de quoi écrire, Eponine file à travers la taverne retrouver la jeune femme brune qui sert de nourrice à tous les bambins du coin. Elle est belliférienne, elle aussi, d’ailleurs. Elle n’a jamais eu vraiment l’occasion de discuter avec elle, mais c’est toujours dans les projets d’Aubrée que d’aller parler avec Félicie, un jour où l’autre.
 
Eponine revient rapidement, chargée de tout le matériel dont elles ont besoin. Organisant un peu le tout, Aubrée éclate de rire en entendant la rouquine. « C’est alphabet, Epo ! L’alphabet, c’est comme ça qu’on appelle toutes les lettres. Et les lettres, c’est ce qui fait les mots. Par exemple, le A. » S’appliquant, la blondine trempe sa plume dans l’encre, et trace un grand A, en haut de la feuille. « Le A, tu vois, c’est ce qui fait le son A. C’est la première lettre de Aubrée. Heu, non, mauvais exemple. De Agathe. A-gathe. On l'entend au début. » Elle se redresse, et sourit à l’enfant. « Tu vois ? C’est facile. Il suffit d’apprendre toutes les lettres, et l’alphabet, et le son que font les lettres, et tu peux tout lire ou presque. En tout cas les mots faciles. Je vais te les écrire toutes, d’accord ? Et après on apprendra ton prénom, parce que c’est quand même très important. » Et elle s’exécute, traçant toutes les lettres, en les commentant à chaque fois, sur le son qu’elles font, dans quel mot elles sont, et comment elle peut s’en souvenir. Finalement, les vingt-six lettres de l’alphabet sont là, sous les yeux des deux presque-cousines, en majuscules. La plus grande jette un regard à Eponine. « Ça va ? Tu me dis si j’explique mal, j’essaierai de te le redire mieux. »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 248
J'ai : 11 ans
Je suis : aspirante mage de l'Hivers, Bellifèrienne enfuie de chez elle, vivant à la Taverne de la Rose

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : ma mère Désirée, ma tante Quittou, mon oncle Géralt
Mes autres visages: Abigaïl l'Embrasée & Vira Sabir
Les Mages
Message Sujet: Re: Belle et Rebelle [PV Aubrée & Eponine]   Jeu 6 Juil - 22:39

Alors lire et écrire c'est un peu la même chose, donc. Je m'en doutais mais j'ai eu un petit doute. Enfin quand on a pas l'habitude en même temps... je peux pas deviner si personne ne me l'explique.

-Al-pha-bet, répété-je en articulant bien cette fois.

J'ai tendance à raccourcir les mots que j'entends pour la première fois. J'ai déjà entendu parlé de l'alphabet je crois, mais je savais pas que ça avait un rapport avec la lecture et l'écriture. Mais en fait c'est comme ça qu'on appelle les lettres des mots ! Les lettres de l'al-pha-bet. Je viens de commencer à apprendre et c'est déjà très intéressant ! Aubrée est tellement gentille de m'expliquer tout ça. Avec intérêt et fascination, je scrute sa main reproduire un petit dessin qui doit représenter la lettre A.

-A comme Académie ! je réponds, excitée. En plus il y a un autre A ! C'est trop bien Aubrée, je sais qu'il y a deux A à Académie !!

Je suis tellement passionnée par ce que je viens d'apprendre que je me mets à réciter tous les mots que je connais qui peuvent comporter la lettre A. Il n'y en a pas dans mon prénom. Mais dans celui de tonton Géralt il y en a un ! Pas dans le prénom de maman mais il y en a un dans maman ! Je me mets à en énumérer certains à voix hautes, toute excitée à l'idée de savoir que je pourrais lire le petit « a » dedans. Dommage que mon nom et mon prénom n'en contiennent aucun. Comme Aubrée... pourquoi elle a dit qu'il y a un A dans Aubrée ? C'est un A avec un autre son ?
Mais déjà, elle poursuit son cours, inscrivant les autres lettres que je découvre avec ravissement. Aubrée écrit très bien, les lettres forment de belles boucles et de jolis dessins. Je me concentre essayant de retenir le son de chacune d'entre elles mais déjà il y en a qui commence à se mélanger dans ma tête. Les A, E, I, O et U sont les plus simples et je retiens bien le D et le F. Mais déjà je sens que j'ai dû mal avec M et N et P, B et T. Bref, en fait plus j'y réfléchis, plus ça se mélange et j'ai l'impression que grand-père est revenu me taper dessus parce que je vois flous. En fait c'est super plus compliqué que ce que je croyais ! Je finis par lever un visage coupable vers Aubrée. Elle prend le temps de m'expliquer et je ne comprends pas grand chose. Je suis un peu inutile.

-Je... c'est un peu compliqué, avoué-je d'une petite voix. Il y en a que je mélange. On peut répéter plus doucement ?

Pourtant il me tarde d'apprendre à écrire mon prénom ! Mais dans tout ce qu'elle m'a dit, je n'ai pas entendu le son du début de mon prénom ? C'est une lettre aussi ou c'est autre chose ? Je finis par poser la question d'une voix un peu incertaine.

-Aubrée... Aubrée ça termine par la même chose que le début d'Eponine mais j'ai pas entendu le même son quand tu as dis l'alphabet... c'est une lettre rare ?

Je sais pas trop comment l'expliquer alors ça me paraît plus facile de me dire que c'est une lettre qu'on voit peut-être pas souvent, un peu comme les cartes rares du jeu d'Omen. Mais je sais ce que je vais faire ! Je vais composer un poème avec les lettres pour les retenir ! Une petite comptine ! Je sais peut-être pas lire et écrire, mais je sais faire des poèmes ! Même si c'est un secret entre maman et moi. Comme ça, quand Aubrée ne sera pas là, je me réciterai le poème dans ma tête et je pourrais retenir l'alphabet ! Enchantée par cette idée, je tape dans mes mains dans un mouvement incontrôlé. C'est génial !

_________________
#cc9900 Epo




Champs de blé, océan parfumé, perles nacrées
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Confrérie Noire
avatar

Messages : 679
J'ai : 20 ans
Je suis : Apprentie Assassin au sein de la Confrérie Noire

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Grâce de Sombregemme et à la Confrérie Noire
Mes autres visages: Rhapsodie Epi-d'Or
La Confrérie Noire
Message Sujet: Re: Belle et Rebelle [PV Aubrée & Eponine]   Sam 8 Juil - 15:10

La petite Eponine comprend vite. Beaucoup plus vite qu’Aubrée au même âge. Faisant taire la très légère rancœur totalement injustifiée et déméritée qui point, Aubrée sourit. « Oui, c’est vrai. Bravo, tu as très bien compris. » Seulement, elle paraît un brin dubitative quant à la présence du A dans son prénom. Enfin, elle lui expliquera plus tard, pour ne pas trop l’embrouiller dès le début.
 
Aubrée explique les lettres de son mieux, peut-être un peu trop rapidement au vu de leur nombre, puisque Eponine semble perdre un peu de son enthousiasme au fur et à mesure. Et l’enfant lui avoue qu’elle trouve ça un peu compliqué, et qu’elle en mélange certaines. Si ça avait été n’importe qui d’autre, Aubrée se serait vexée si on lui avait fait comprendre qu’elle expliquait mal. Mais c’est Eponine, et c’est normal, elle ne cherche pas à la vexer. Toujours sans se laisser abattre, elle hoche la tête. « C’est normal que tu en mélanges, on vient juste de les voir pour la première fois. Il faudrait que tu apprennes le son que fait chaque lettre fait, et à quoi ressemble chaque lettre. Mais ça peut prendre un peu de temps, et c’est normal. » Remettant distraitement son bracelet de métal en place, l’air pensif, elle réfléchit. Comment avait fait Cendrine, déjà, pour qu’elle puisse les mémoriser facilement ? Avec des petits dessins, peut-être. Oui, c’est cela. Un petit dessin, qui commence par le son de la lettre, gribouillé à côté. Elle s’apprête à soumettre son idée à la rouquine, quand elle lui pose une question.

L’appellation « lettre rare » la fait sourire jusqu’aux oreilles. C’est trop mignon. « Oui, alors, ça, c’est un peu particulier. En fait… » Comment expliquer ça, sans que cela ne soit trop compliqué ? Elle tire à elle une feuille vierge, pour tracer un E au milieu, avant de reprendre. « En fait, il y a des lettres auxquelles on peut rajouter un petit quelque-chose, pour en changer le son. Par exemple, la lettre E, toute seule, fait le son « euh ». Mais si tu rajoutes un petit trait au-dessus – un accent, elle se transforme, et le son devient « é ». Tu vois ? » Elle se redresse légèrement et sourit. «  C’est ce qu’il y a au début d’Eponine, et à la fin d’Aubrée. Un E, avec un accent. » Elle se tait, les yeux courant sur le parchemin, avant d’avoir une idée. « Tu sais quoi ? Je vais répéter les lettres, doucement, une par une, et tu vas essayer de retrouver celles qu’il y a dans Eponine. Et après, on va essayer d’écrire ton prénom ensemble. D’accord ? »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 248
J'ai : 11 ans
Je suis : aspirante mage de l'Hivers, Bellifèrienne enfuie de chez elle, vivant à la Taverne de la Rose

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : ma mère Désirée, ma tante Quittou, mon oncle Géralt
Mes autres visages: Abigaïl l'Embrasée & Vira Sabir
Les Mages
Message Sujet: Re: Belle et Rebelle [PV Aubrée & Eponine]   Dim 16 Juil - 22:00

Aubrée elle est trop gentille. Elle est patiente et me réexplique tout comme il faut. Je hoche la tête, les sourcils froncés, montrant ma concentration. Il faut que je me concentre pour pouvoir apprendre toute seule ensuite. Je dois bien apprendre comment se prononce chaque lettre et pouvoir les répéter par la suite. Il faut vraiment que j'en fasse un petit poème. C'est comme ça que j'ai appris à compter aussi.

« 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, deux petits lézards dans mes chaussettes... »

L'histoire d'un petit trait qu'on rajoute au-dessus du « E » pour faire « Eponine » me fait ouvrir de grands yeux et je contemple cette petite ligne, impressionnée. Elle a le pouvoir de faire changer le son des lettres ! C'est quelque chose de vraiment incroyable alors que c'est tout petit. Si une si petite chose peut être aussi puissante alors moi aussi je peux faire de grandes choses ? Comme sauver maman. Entrer à l'Académie. Devenir une Chevaucheuse-Guerrière-Pirate ?
La voix de Aubrée me ramène à ma première leçon. Je dois rester concentrée ! Je hoche la tête et sourit grandement, enchantée à l'idée d'apprendre à écrire mon prénom. Je le montrerai à tonton Géralt et tata Quittou. Ils verront à quel point j'écris bien !

Aubrée me relit les lettres, une par une et, doucement, derrière elle, je les répètes, essayant d'associer chacune d'elle à un mot. Un mot qui devient un ver qui devient un poème. C'est très compliqué et long et je pense devoir refaire l'exercice plusieurs fois mais je connais au moins le début de l'alphabet.

« A, B, C, lancent les Dés !
Quand, E et F suivent le G,
H, I, J Al-pha-bet !
K... »


Après K, il y a quoi... M ? Non... M et N sont à côtés... maman m'a toujours dit qu'entre l'amour et la haine il n'y a qu'un pas. Je ne sais pas trop ce qu'elle veut dire par là. Moi je déteste personne alors bon.
Aubrée commence déjà à tracer les lettres de mon prénom et je regarde les petits traits noirs qui brillent tout juste de leur encre avec admiration. Alors c'est ça mon prénom. Il est joli. Il y a un beau tracé qui descend vers le bas alors que les autres lettres restent à la même hauteur. Je sens que ça me fait tout bizarre dans le ventre de voir ça. Je regarde Aubrée et lui sourit alors que mes yeux brillent et que ma voix tremble un peu.

-Merci, vraiment Aubrée. C'est... merci.

En fait je sais pas trop ce que je veux dire. Parce que, au final, ça représente plus que ce que je pensais. Maman est pas là, tonton Géralt non plus et tante Quittou travaille beaucoup. Alors que Aubrée prenne le temps de m'apprendre à lire. Et ben je me sens moins seule.

_________________
#cc9900 Epo




Champs de blé, océan parfumé, perles nacrées
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Belle et Rebelle [PV Aubrée & Eponine]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Belle et rebelle(s) [PV:Lilou]
» MEGARA ∞ Vaut mieux être belle et rebelle que moche et remoche.
» La jalousie est la seconde plus belle preuve d'amour, après le don de soi. (Eponine et Hélio)
» BELLE TAPISSERIE
» Une très belle peinture

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Les Terres du Nord :: Lorgol aux Mille Tours :: Taverne de la Rose-
Sauter vers: