AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Boum, badaboum, badabigboum [Serenus & Abigaïl]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 435
J'ai : 26 ans
Je suis : Chevaucheuse de la dragonne Royale, reine du vol de Rubis et mage de l'été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Dame Chimène d'Outrevent et à la Caserne
Mes autres visages: Eponine Aubenacre & Vira Sabir
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Boum, badaboum, badabigboum [Serenus & Abigaïl]   Jeu 11 Mai - 11:48


Livre II, Chapitre 3 • La Roue Brisée
Serenus Dardalion & Abigaïl l'Embrasée

Boum, badaboum, badabigboum

On aime quand ça fait boum



• Date : 7 octobre de l'an 999
• Météo : temps ensoleillé, température douce
• Statut du RP : privée
• Résumé : Abigaïl poursuit un voleur qui sévit en Cibella. Le hasard fait qu'elle se trouve nez à dragon avec Serenus et un gros quiproquo prend alors forme.
• Recensement :
Code:
• [b]7 octobre 1001[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t2134-boum-badaboum-badabigboum-serenus-abigail#64571]Boum, badaboum, badabigboum[/url] - [i]Serenus Dardalion & Abigaïl l'Embrasée[/i]
Abigaïl poursuit un voleur qui sévit en Cibella. Le hasard fait qu'elle se trouve nez à dragon avec Serenus et un gros quiproquo prend alors forme.


_________________
Abi #ff6600  ; Royale #cc3300 ; Titou #666600












Dernière édition par Abigaïl l'Embrasée le Mar 6 Juin - 10:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 435
J'ai : 26 ans
Je suis : Chevaucheuse de la dragonne Royale, reine du vol de Rubis et mage de l'été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Dame Chimène d'Outrevent et à la Caserne
Mes autres visages: Eponine Aubenacre & Vira Sabir
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Boum, badaboum, badabigboum [Serenus & Abigaïl]   Jeu 11 Mai - 12:00

Le vent fouette son visage, cinglant et tourbillonnant. Ses cheveux dansent follement, rougeoyant dans le ciel lumineux. Filant comme le vent, majestueuse et gracieuse sur le dos de Royale, Abigaïl se laisse enivrer par le plaisir d'être dans le ciel. Voler. Encore et toujours. Un sentiment de liberté total, incommensurable. Un sentiment qu'elle ne pourra jamais abandonner car il brûle en elle d'un feu ardent. Cette liberté, cette sensation de pouvoir aller partout, n'importe quand. La chavaucheuse sait que rien ni personne ne peut la retenir. Elle est libre. Totalement. Abigaïl je vois l'homme. La voix de Royale raisonne dans sa tête. Cette voix douce et gronde, qui retentit dans son esprit. Un ronronnement puissant qui martèle chaque parois de sa cervelle. Abi adore la voix de Royale. Cette tonalité grave, apaisante. Cela fait à peine cinq ans maintenant qu'elles volent ensembles. Cinq années de pur bonheur. Depuis qu'elle a quitté ce mariage arrangé... Abi, il est temps que tu arrêtes de ressasser cette histoire de mariage arrangée. Les humains s'attardent décidément sur des choses bien futiles.

-Royale, soupire la jeune chevaucheuse.

La mission Abi, la mission. Une reine ne faillit jamais devant sa mission. La voix de la dragonne monte d'un octave et Abi ressent son orgueil. Une reine ne perd jamais. Royale, puissante et reine de son vol, ne permettra pas un échec de leur mission. Elles vont attraper ce voleur qui sévit depuis plusieurs semaines sur le territoire de Cibella. Abi sait qu'il est en fuite, espérant franchir la frontière. Dépêchée par Diane, son Capitaine de Vol, Abi compte bien prouver qu'elle est à la hauteur de Cibella. N'est crainte, petite humaine, nous allons attraper ce voleur. La dragonne entame une descente en piqué. Le ciel est clair, dépourvu de nuage mais la température reste glaciale là-haut. Les cinq années d'entraînements ne sont pas là pour rien. Apprendre à devenir Chevaucheur requiert certaines capacités, notamment savoir garder une tête claire à une hauteur inhabituelle et soumise aux aléas climatiques. Royale fend l'air avec toute sa grâce et sa majesté, rubis éclatant sous un soleil qui reflète ses écailles. Pour l'avoir déjà vu voler dans le ciel, Abigaïl sait que c'est l'un des spectacle les plus magnifiques au monde. Tu me flattes, petite humaine. Tu as raison. Tu n'es pas mal non plus tu sais. Abi sourit. La terre se rapproche lorsque Royale redresse son vol, volant ainsi à ras du paysage. Abi voit la terre filer sous ses yeux à la vitesse de la lumière, devant un océan de verdure. Soudain, elle le voit. Une frêle silhouette se faufilant vers le couvert des arbres. La vision de Royale surpasse de loin la sienne.

-Il est là ! s'écrit-elle, impatiente.

Je le vois bien, Abi. La dragonne émet un rugissement et accélère, si c'est encore plus possible. Un rugissement à en faire trembler la terre. La silhouette se retrouve bientôt à l'abri, dans une petite forêt. Assez grande pour pouvoir s'y perdre si elle s'y enfonce à pied.

-Maintenant !

Mais Royale, dont le lien s'étend à travers Abi, a perçu ses intentions bien avant et sa gueule s'ouvre pour laisser passer une gerbe de flammes mortelles, filant droit vers les pauvres arbres innocents. Un brasier ardent transforme bientôt la première partie de la forêt, bientôt suivi par des explosions retentissantes, dont l'enjouée propriétaire se trouve être la cavalière de la reine du vol de Rubis. Des voûtes de fumée finissent par s'élever, des morceaux d'arbre et de terre volant de part et d'autres. De ses yeux perçants, Royale le localise alors qu'il se faufile entre les troncs rescapés. Une clairière Abi, on va lui couper la route. D'un coup d'ailes puissant, la dragonne s'élance vers une petite clairière, assez large pour qu'elle puisse s'y poser, coupant ainsi la route au voleur coupable.

-Rends-toi ! rugit la voix de la Chevaucheuse. Par ordre du Maréchal, tu es hors-la-loi en Cibella et je n'hésiterai pas à te ramener en petits morceaux.

Comme pour donner du poids à ses paroles, deux grandes explosions se font entendre derrière le dos du voleur, signifiant clairement que certains végétaux sont redevenus poussières. Les sourcils froncés, perchée sur sa dragonne, Abi attend qu'il ne se rende. Elle ne le tuera pas, sauf s'il ne lui laisse pas le choix. Et jamais il ne passera au travers de Royale.

_________________
Abi #ff6600  ; Royale #cc3300 ; Titou #666600










Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 736
J'ai : 35 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Raygnar d'Ysgramor
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Boum, badaboum, badabigboum [Serenus & Abigaïl]   Dim 14 Mai - 22:16

Un peu de repos ! Enfin. Il avait pu obtenir quelques temps de repos après une longue et périlleuse mission. Mais cela en valait la peine. Le client était content, et il avait même versé une généreuse prime à son antenne. Serenus était reparti avec pas mal de fleurons en plus dans sa bourse, et il comptait bien en profiter. Sa femme était heureuse de le voir autrement qu'en coup de vent, et ils avaient profité de cette première soirée de congé pour renouer leurs liens sur l'oreiller. Même sa mère semblait contente de le voir, elle avait fait pour l'occasion son plat préféré. Tout allait pour le mieux chez les Dardalion, et Serenus souhaitait que cela continue.

Le voilà maintenant  à quelques heures de chez lui, dans une forêt qu’il connaissait par cœur tant il l’avait parcouru. Il chevauchait un jeune étalon fougueux qu’il avait emprunté à la Guilde et qu’il ne connaissait pas. L’animal appréciait la sortie même s’il se montrait peu disposé à lui obéir. Sa pauvre jument était condamnée à un repos forcée suite à une infection à son sabot avant droit. Le maitre d'écurie avait catégoriquement refusé de la laisser sortir, et avait proposé cette autre monture à Serenus, qui l'avait accepté à contrecœur. Le Guerrier s’était lassé du repos et avait décidé d’aller chasser. Quelques lapins ou faisans, voire même un daim, lui procureraient assez de viande jusqu’à son retour à Edenia. Serenus était partit tôt le matin, avant l’aube, et comptait arpenter la forêt jusqu’à la fin de l’après-midi. Le seul inconvénient à cette journée si parfaite était sa blessure, et le cheval qui ne pensait qu’à galoper.

Quelques heures après son arrivée dans la forêt, il tua un gros lièvre qui avait eu la malchance de se trouver sur sa route. Le Guerrier était descendu de sa selle, et était occupé à extraire la flèche du dos de l’animal, quand l’étalon poussa un hennissement apeuré. Serenus n’eut pas le temps d’attraper la bride que le cheval partit en courant, en direction du sous-bois. Mais quelle mouche l’avait piqué ? Serenus partit en courant pour le rattraper, lièvre accroché à la ceinture quand la réponse à a question arriva sous la forme d’un dragon, qui plongeait vers lui. Mais qu’est ce qu’il avait ce Chevaucheur à s’amuser à effrayer les chevaux ? Serenus soupira et reprit sa course. S’il perdait l’étalon, le Capitaine de son antenne n’allait pas être ravi. C’était un animal magnifique, de bonne race, et prometteur.

Serenus était en train de maudire ce Chevaucheur quand il entendit une voix de femme hurler « Maintenant ! ». Serenus se retourna et aperçu le dragon cracher ses flammes mortelles. Les premiers arbres s’enflammèrent immédiatement et transformèrent la première partie de la forêt en brasier. Mais il était complètement fou ! Serenus, oubliant complètement le cheval, prit les jambes à son cou. Mais qu’est ce qu’il avait ce Chevaucheur pour s’en prendre à lui comme ça ? Tuer un lièvre n’était pas un crime ! Aux flammes se succédèrent des explosions, et des morceaux d’arbres volaient de partout. Le pauvre Guerrier tenta désespérément de s’échapper en se faufilant entre les troncs rescapés. Une clairière ! Il pourrait échapper à l’incendie s’il coupait par-là ! Serenus accéléra et, malgré le souffle qui commençait à lui manquer, réussit à rejoindre la clairière. Un morceau de bois volant, pendant qu’il courait, lui ouvrit l’arcade, et un généreux flot de sang coulait sur son visage et sur sa tunique qui ne demandait qu’à rester propre.

Malheureusement pour lui, le dragon le rattrapa. La majestueuse créature le dépassa et lui coupa la route en se posant devant lui. Sa cavalière, une femme rousse plutôt séduisante, lui hurla de se rendre car il était un hors la loi et qu’elle n’hésiterait pas à le ramener devant le Maréchal en petits morceaux. C’était donc ça ! Elle le prenait pour un criminel ! Serenus éclata de rire, malgré la course qui l’avait laissé sans le souffle. Il se reprit bien vite quand deux explosions se firent entendre dans son dos. Serenus fit un grand sourire et posa la main sur son épée. Il lui dit d’une voix forte, pour couvrir le rugissement des flammes :

« - Vous devez faire erreur ! A moins que tuer un lièvre soit devenu un crime. Je ne suis pas un criminel ! Je suis un Guerrier de la Guilde. Serenus Dardalion. Demandez à l’antenne de la Volte, ou même à n’importe quelle personne habitant dans le quartier du marché, ils me connaissent tous. »

Serenus soupira et chercha son étalon du regard. L’animal devait être loin. Il ferait mieux de se lancer à sa recherche, et tant pis pour la chasse. Il laissa échapper un grommellement et lâcha sur un ton exaspéré à la jeune femme :

« - En tout cas, votre petit jeu a faire fuir ma monture. J’ai intérêt à la retrouver vite fait. La prochaine fois, prenez une loupe ou je ne sais quoi, ça vous évitera de perdre du temps à pourchasser la mauvaise personne. »

Il dépassa le dragon tout en montrant la forêt qui partait en fumée, il reprit sur le même ton :

« - Et puis regardez-moi ça ! Cette forêt je la connais depuis l’enfance ! Si c’est pas malheureux ! Ça vous arrive de penser aux bêtes qui vivent là et aux chasseurs qui veulent en faire leur déjeuner ?! »

_________________





Spoiler:
 


Dernière édition par Serenus Dardalion le Mar 6 Juin - 22:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 435
J'ai : 26 ans
Je suis : Chevaucheuse de la dragonne Royale, reine du vol de Rubis et mage de l'été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Dame Chimène d'Outrevent et à la Caserne
Mes autres visages: Eponine Aubenacre & Vira Sabir
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Boum, badaboum, badabigboum [Serenus & Abigaïl]   Jeu 18 Mai - 23:03

Cela ne fait quelques semaines que Abigaïl est ressortie de la Caserne en tant que fière Chevaucheuse de sa dragonne Royale. Si sa vie a été tumultueuse, ses talents de mage sont reconnus par tous et elle n'a guère éprouvé de difficulté à suivre sa formation de chevaucheur. Beaucoup reconnaissent son sérieux, sa rigueur et son talent. Elle n'a rien à prouver. Sauf à elle-même.
Peu le savent, mais Abi souffre d'un cruel manque de confiance en elle, sûrement liée à ses parents adoptifs et l'absence de reconnaissance qu'ils lui ont toujours témoigné. La jeune rouquine n'a toujours dû compter que sur elle-même pour se satisfaire de ce qu'elle effectuait. Si le fait d'avoir terminé ses études en un temps record et de chevaucher la reine d'un vol est une bonne façon d'être fière d'elle et de lui octroyer quelques brins d'arrogance, la nouvelle recrue reste fragile. Royale la ressent bien, cette sensibilité que sa Chevaucheuse tente de reléguer au plus profond d'elle-même. Cette sensibilité, elle l'a perçu dès le début. Elle l'a touché. Profondément. Elle a su voir le potentiel de la mage de feu. A vu ce brasier ardent brûler en elle, cherchant à la consumer de partout, jusqu'à exploser, emportant tout autour d'elle. Un sentiment qui l'habite chaque jour depuis sa naissance et qui n'a de cesse de grandir. Sur le dos de Royale, Abi peut enfin l'extérioriser. Et c'est avec entrain, qu'il éclate de part et d'autre, autour de la silhouette pourchassée. La voix qui lui répond néanmoins, avec un aplomb qui la caractérise également, manque de la faire faillir. Mais sa ténacité fait le reste.

-Ne me ment pas, scélérat ! argue-t-elle avec suffisance. Si tu crois m'avoir comme ça. Facile lorsque l'on ne peut pas prouver immédiatement ses dires.

Bien envoyé, petite. Royale l'approuve. Elle sent son appui alimenter le foyer de ses flammes. Elle sait que, quoiqu'il se passe, elle pourra toujours compter sur l'appui de la dragonne, forte de sa propre sagacité et de sa puissance. Leurs flammes consumeront tout sur leur passage. Le mécréant ment plutôt bien pour un voleur, il faut le reconnaître. Il finit par les dépasser, peu regardant sur la présence des deux « reines » à ses côtés. Ce manque d'attention semble particulièrement froisser Royale qui, en véritable reine, n'a pas l'habitude d'être ignorée. Encore moins par des petits humains pouvant servir d'amuse-bouche. Sa gueule s'ouvre et un jet de flamme en surgit, filant droit barrer la route au malheureux. Joli coup. Royale émet un grognement de satisfaction. Abi en profite pour abandonner sa monture et mettre pied à terre. Faits attention, petite. La jolie rousse balaye ses inquiétudes d'une caresse mentale. Tu es là pour me protéger si besoin. Mais Abigaïl peut se défendre seule. Un faux geste. Un seul. Et il dit adieu à jamais à une partie de son anatomie qu'elle se fera une joie de réduire en cendre d'une petite explosion bien placée.

-Tu vas me suivre, maintenant pour faire face à ton jugement. Je te déconseille de fortement de résister mais si l'envie t'en prend, sache que tu risques ta vie.

Ses yeux ne lâchent pas sa cible un instant, même si son esprit fonctionne à toute vitesse, analysant la situation et ressassant ce qu'elle a vu en cours. Elle n'a encore jamais tué quelqu'un, certainement pas de sang-froid, mais si jamais il refuse de la suivre, elle n'aura pas le choix. Elle ne peut pas laisser sa proie s'enfuir alors qu'il est recherché dans Cibella. Ce serait une honte. Ne t'inquiète pas, petite, s'il le faut, j'en ferai mon quatre heure. Ce vol m'a ouvert l'appétit. Abi retient difficilement un petit sourire. Royale a toujours su détendre l'atmosphère et la dérider un temps soit peu.

-Pressons, reprend Abi, agacée. Je n'ai guère de temps. Viens, maintenant.

Le ton se fait plus pressant, plus menaçant. Elle ne lui laisse pas vraiment le choix.

_________________
Abi #ff6600  ; Royale #cc3300 ; Titou #666600










Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 736
J'ai : 35 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Raygnar d'Ysgramor
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Boum, badaboum, badabigboum [Serenus & Abigaïl]   Sam 20 Mai - 22:00

Il avait rien volé, du moins, il ne l’avait pas fait volontairement si c’était le cas. Serenus palpa ses poches et se rassura tout de suite. Il n’avait sur lui que des objets dont il était le juste propriétaire. Confiant, il passa à côté du dragon, tout en fouillant la clairière du regard. Où a pu donc bien aller cet étalon. Vu le caractère fougueux de l’animal, il s’était attendu à ce que celui-ci se montre… Plus courageux. Sa jument, elle, n’aurait pas fui. Elle avait assez vu de dragons pour savoir à quoi s’en tenir. Mais elle aurait manifesté quand même fait comprendre à Serenus qu’elle n’était pas rassurée.
Le Guerrier sortit de ses pensées quand la chevaucheuse lui ordonna de ne pas mentir, car il était facile de le faire quand on ne pouvait prouver ses dires. Sur ces mots le dragon cracha un mur de flammes qui barra le passage de Serenus. Surpris, celui-ci fit un bon en arrière et tomba sur le derrière. Sur le coup de la frayeur, il hurla :

« - Mais vous êtes folle ?! Ça va pas de faire ça ? Je vous dis que je suis de la Guilde des Guerriers, je suis juste venu ici pour chasser ! Le lièvre est encore chaud bordel ! »

Serenus se releva et passa les mains sur ses vêtements qui commençaient à sentir le roussi. Sa mère, même si elle était âgée, allait se demander pourquoi son fils sentait le cramé alors qu’il était censé sentir la sueur et la bête. La Chevaucheuse quitta sa monture et se dirigea vers lui à grands pas. Serenus, instinctivement devant un tel comportement, mis la main sur son épée. Il n’hésiterait pas à s’en servir pour faire comprendre à cette jolie rousse que, lui aussi, ne plaisantait pas. Oh, rien de bien méchant, quelques échanges et quelques coups bien placés. Il ne ferait pas couler le sang, sauf si la Chevaucheuse l’y forçait. Elle lui ordonna de la suivre, pour faire face à son jugement, et qu’elle lui conseillait de ne pas résister. Serenus fronça les sourcils. Non mais elle y croyait vraiment en plus ! Elle ne devait pas être du coin, sinon elle connaitrait au moins son nom. Dans son quartier de la Volte, quand les gens pensent à Dardalion, ils pensent pain. Dans les deux sens du terme. Pain à manger et pain dans ta gueule. Serenus n’était pas du genre à se laisser faire. La seule qu’il laisse parler à sa guise, c’est Melinda. Serenus ne bougea pas, bien campé sur ses jambes et il lui dit :

« - Pourquoi je vous suivrais alors que je suis innocent ? Vous êtes ravissante, et dans une autre circonstance, je vous aurais suivi, mais là, j’ai un canasson en cavale et mon Capitaine va pas vraiment apprécier si je le ramène pas. »

Il croisa les bras tandis qu’elle lui ordonna de se dépêcher, tout en continuant de le tutoyer, Serenus décida de faire de même. Il n’allait pas vouvoyer une femme qui brulait tout sur son passage ! Le Guerrier demanda :

« - Y ressemble à quoi votre voleur ? Et il a volé quoi ? Je l’ai peut-être croisé en venant ici. J’ai le souvenir d’avoir vu un type avec une sale gueule se diriger vers la grande route, celle qui va vers la capitale. Moi aussi je suis pressé, allez donc le voir lui. »

Son ton se fait plus ferme, moins hilare qu’il y a quelques instants. Il savait rire, mais sa patience avait des limites. Serenus jeta un œil au dragon. Il respectait ces créatures, mais celle-ci était allée trop loin en mettant le feu à la forêt. Le Capitaine de Vol en entendrait parler, ça c’est sûr. La Chevaucheuse et son dragon allaient apprendre à savoir quand il faut cracher les flammes et quand il le fallait pas !

_________________





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 435
J'ai : 26 ans
Je suis : Chevaucheuse de la dragonne Royale, reine du vol de Rubis et mage de l'été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Dame Chimène d'Outrevent et à la Caserne
Mes autres visages: Eponine Aubenacre & Vira Sabir
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Boum, badaboum, badabigboum [Serenus & Abigaïl]   Mer 24 Mai - 1:38

Sa certitude faiblit un court instant. Cet homme semble vraiment très honnête, pour le coup. Mais les meilleurs voleurs le sont également. Il ne faut pas se fier aux apparences, petite. Je sais bien... Mais il a l'air vraiment... Un maître du déguisement peut revêtir n'importe quelle forme.
Abigaïl commence à le détailler de la tête au pied, hésitante. C'est vrai qu'il a la carrure parfaite d'un véritable guerrier. Il est plutôt grand, costaud et porte une arme. Une description qui peut convenir à beaucoup d'hommes. Et son langage... rustre et grossier, propre à beaucoup de messieurs. Les joues rouges, offusquée, Abigaïl fronce les sourcils. Ravissante ? Rien que ça ! Cet homme n'a donc aucune manière ? Un voleur rustre. Il n'en faut pas plus à la Chevaucheuse pour affirmer sa position. Elle redresse la tête, sentant avec elle la colère de Royale, tout aussi indignée qu'elle que quelqu'un s'adresse à une Chevaucheuse de cette façon. Brûles-lui la langue, petite. Il va apprendre à ravaler ses mauvaises flatteries. En tout cas, si Abi a eu des doutes au début, le reste de ses propos la conforte dans son choix. Voilà le malin qui essaye de l'amener vers une autre direction. Brouiller les pistes. Elle ne se laissera pas faire et reviendra digne et fière, satisfaite d'une autre mission réussie. Il faut dire que la Chevaucheuse a été irréprochable tout son parcours et elle compte bien rester sur un sans faute. La défaite est une chose qu'elle ne connaît pas. Et qui ne convient pas à un dragon de la trempe de Royale.

-Tu penses pouvoir me tromper, voleur ? gronde-t-elle, rejetant sa chevelure de braise d'un geste farouche. M'envoyer sur une autre piste ? Tu es ici, devant moi, incapable de me prouver tes dires, m'envoyant des flatteries déplacées et tu espères que je vais croire un mot de ce que tu dis ? Que je vais te laisser poursuivre ta route pour aller dérober quelques autres larcins ? Et bien tu te trompes. Tu es fait comme un rat alors rends-toi sinon...

Royale ponctue ses dires par un nouveau jet de flammes, tel un volcan en furie. Comme chaque fois qu'elles sont en mission face à l'ennemi, Abi la trouve effrayante. Belle et rougeoyante, étincelante sous le soleil, elle est plus qu'intimidante. Ses pics hérissés lui confèrent une apparence de dragon enragé. Ses écailles luisent telle une cuirasse réalisée par les meilleurs forgerons. Elle est belle et majestueuse.
Royale.
Les flammes embrasent la forêt, léchant les troncs et les feuilles avec gourmandises, se propageant de plus en plus vite et formant un arc de cercle autour d'eux dont ils ne peuvent bientôt plus sortir. L'unique façon de le faire c'est par le vol... donc monter sur Royale. Mais la chaleur et le feu sont les meilleurs alliés d'Abigaïl. Elle ne les craint pas. Ils sont sa force. Elle est en terrain privilégié. Ce n'est pas le cas du voleur. Abi sait qu'elle a gagné. Elle va le ramener à la Caserne et sera saluée pour une victoire sans mort. L'incendie d'une petite forêt quelconque n'est qu'un dommage collatéral mineur. Personne ne lui en tiendra rigueur. De toute façon, dans le doute, mieux vaut déclencher l'étincelle que de noyer la flamme. Et comme lui a déjà dit Mae « dans le doute, fous le feu ». Sage petite. Abi hoche la tête. Elle aussi approuve cette philosophie.
Mais s'il dit la vérité... non. Il n'y a aucune preuve. Et mieux vaut ne pas penser à ce que dira Anaëlle si elle se trompe. Parce que mettre le feu à une forêt pour attraper un voleur qui est au final, un membre de la Guilde des Guerriers, c'est une autre histoire. Une histoire dont elle préfère ne pas connaître la fin. Même si elle assumera pleinement son choix. Mais, entre autre, cela voudra dire qu'elle a perdu la trace du véritable voleur et ce serait un drame. Et inadmissible, intolérable de sa part. Si jamais c'est le cas, alors nous le pourchasserons dans tout Arven, quitte à ne pas prendre de repos tant que nous ne l'avons pas trouvé. Tu as parfaitement raison. Une fois encore, elles sont en symbioses. L'humaine et le dragon. Alliées par le feu.
Le feu consumant la forêt.

_________________
Abi #ff6600  ; Royale #cc3300 ; Titou #666600










Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 736
J'ai : 35 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Raygnar d'Ysgramor
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Boum, badaboum, badabigboum [Serenus & Abigaïl]   Mar 30 Mai - 21:45

Non mais elle était sourde ou quoi ? Il lui avait dit qu’il était un Guerrier, pourquoi s’obstine t’elle ainsi ? Alors que cela ne sert strictement à rien et qu’elle ne fait que perdre du temps. Son voleur devait être déjà loin d’ici, en train de rire de la stupidité de ses poursuivants qui se laissaient avoir par une fausse piste. Cette jeune femme devait encore être une novice. Si cela avait été Aaron ou Neve, ça aurait été une autre histoire. Le voleur serait déjà aux cachots, les sourcils cramés.
Serenus croisa les bras. Il avait tenté la séduction, la persuasion, et proposa même son aide pour lui indiquer le droit chemin. Mais rien n’y fait. Elle et son dragon étaient aussi têtu qu’un âne. Elle rejeta sa superbe chevelure en arrière et lui dit qu’elle ne le croyait pas. Elle lui ordonna de se rendre ou sinon…

« - Sinon quoi ? Tu vas me cramer ? Très bien. Fais-le, et tu seras mise à la porte pour avoir fait du mal à un membre de la Guilde des Guerriers. »

Il essayait la menace maintenant. Cela ne servirait sans doute pas à grand-chose, mais le comportement de cette novice le rendait furieux. Il perdait un temps fou à cause d’elle. Le dragon, quant à lui, ne devait savoir que cracher des flammes puisqu’il ne cessait de le faire. Il ressemblait à un chien de chasse excité par l’odeur de sa proie. Si Inespéré lui inspirait le respect tant il dégageait de noblesse, avec celui-ci, il se dit qu’il aurait besoin d’un bon dressage à la baguette, comme on le ferait avec un animal indiscipliné. Le Guerrier soupira et regarda la forêt de son enfance partir en fumée. S’il n’était pas aussi furieux, il aurait surement lâché une petite larme. Il vit un magnifique cerf s’enfuir en bondissant à travers la clairière, et pria pour que son cheval soit à l’abri des flammes. Il se tourna à nouveau vers la Chevaucheuse et posa la main sur son épée. Il lui dit, tout en la dégainant :

« - Je n’ai plus le temps de jouer, la novice. Je te propose deux solutions. Soit tu m’aides à retrouver mon cheval et je te suis bien tranquillement, je prouve mon innocence, et tu te prends une solide dérouillée par tes supérieurs. Soit tu continues à faire ton entêtée, alors je te mets moi-même une dérouillée et, une fois que j’aurais fini cramé par ton dragon et que mon cheval se sera évaporé dans la nature, tu t’en reprendras une à la caserne et tu finiras à la rue. Dans tous les cas, tu es dans la merde, donc je te conseille de bien réfléchir ! »

Le Guerrier leva son arme pour appuyer ses propos et planta son regard furieux dans celui de la Chevaucheuse. Il n’avait rien à craindre. De toute façon, il était innocent. C’était elle qui ne faisait qu’aggraver son cas en s’obstinant ainsi.

_________________





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 435
J'ai : 26 ans
Je suis : Chevaucheuse de la dragonne Royale, reine du vol de Rubis et mage de l'été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Dame Chimène d'Outrevent et à la Caserne
Mes autres visages: Eponine Aubenacre & Vira Sabir
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Boum, badaboum, badabigboum [Serenus & Abigaïl]   Mar 6 Juin - 10:11

Abi hésite. Elle se sent reculer, cette fois. Les paroles du voleur la frappe en plein cœur et fait flancher ses certitudes. Est-elle en tord ? Ne t'inquiètes, petite. Je vais le manger si tu veux, comme ça il ne dira rien à personne, si jamais il dit la vérité. Abi sent ses muscles se détendre légèrement et un sourire se meut imperceptiblement sur ses lèvres. La proposition de sa reine est tentante... Il n'y a aucun problème ici-bas qui ne peut pas se régler dans mon estomac. Cette fois Abi éclate franchement de rire. Royale serait-elle née sous Rya ? Une idée qui lui paraît de plus en plus réaliste au vue de la gourmandise de sa dragonne. Ce n'est pas de la gourmandise, petite. C'est du sens pratique. Du sens pratique comestible ? Exactement. Sa proposition n'est pas si mal... il me met le doute. Je te suis petite, tu le sais bien. Mais c'est vrai qu'il se maintient très bien pour un voleur de bas étage. Mais les voleurs sont maîtres en comédie, en général. Je ne sais pas Royale... honnêtement je doute. Elle sent une douce chaleur se répandre dans son esprit alors que la dragonne lui insuffle un peu de son réconfort. Une chaleur qui la revigore. Elle va accepter son défi et, si elle est en tord, assumera le premier échec de sa vie. Elle ne doute en aucun cas de ses capacités. Elle est trop talentueuse pour qu'elle soit virée et trop douée pour recommencer pareille erreur. La jeune Chevaucheuse n'a pas peur. Elle sait qu'elle trouvera bien maintes et maintes façons de prouver sa valeur. Et puis, elle a trop l'habitude des ragots sur son compte pour y prêter attention. C'est ça l'esprit, petite.

-Je vais t'accompagner, nous allons trouver ce cheval. S'il s'avère que tu dis la vérité, nous irons ensemble à ta Guilde pour que tu me prouves ton identité. Si jamais j'ai raison, tu viens avec moi. Si  j'ai tord, je te présenterai des excuses et assumerai mes erreurs.

Ne te fais pas d'idée, jeune homme. Je suis Royale, la reine du vol de Rubis et une reine de vol ne laissera jamais personne virer sa Chevaucheuse. Fais un peu attention à ce que tu dis. Abigaïl est témoin de ses paroles prononcées dans l'esprit du voleur. Elle se détourne d'un mouvement brusque, ses cheveux enflammés suivant avec perfection son mouvement. Elles sont belles, Abigaïl et Royale, toutes de braises, faisant face au brasier de leur monumentale erreur qui consume peu à peu une des petites forêts de Cibella. Abi pose sa tête contre celle de la dragonne qui gronde de plaisir. Elle n'a guère besoin d'exprimer ses pensées pour qu'elles soient perçues par la dragonne. Je veillerai sur toi de là-haut. S'il y a un soucis, j'écrase tout et je le mange. Mais ne t'inquiètes pas petite, les arbres ne manquent pas ici. Abi sourit et la regarde s'envoler le cœur lourd. Le cœur lourd de ne pas se savoir sur elle, fendant l'air tels des seigneurs des cieux. Elle pousse un petit soupir puis se dirige d'une démarche assurée vers le voleur et se campa devant lui, l'air fier et digne.

-Bien, trouvons ce « cheval ».

Elle attend qu'il passe devant. Si jamais erreur sur la personne il y a, Abi fera ce que tout bon chevaucheur fera. Elle ravalera sa dignité, exprimera ses excuses au guerrier, à sa guilde et à sa Caserne. Puis, elle acceptera dignement le châtiment qui lui sera imposé. Et dans quelques années, ses exploits seront tels que ce malheureux incident ne sera qu'une poussière dans l'infinité de la terre.

_________________
Abi #ff6600  ; Royale #cc3300 ; Titou #666600










Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 736
J'ai : 35 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Raygnar d'Ysgramor
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Boum, badaboum, badabigboum [Serenus & Abigaïl]   Mer 7 Juin - 21:01

Il commençait à y arriver. Il avait joué à un jeu dangereux mais cela avait porté ses fruits. La jeune femme paraissait de plus en plus indécise. De toute évidence, les paroles du guerrier l’avaient touché en plein cœur. Elle était jeune et encore bien naïve, sensible. Elena aurait réagi bien différemment. Elle lui aurait lancé son plus beau regard noir avant de lui enfoncer son aiguille dans la cuisse. Elle ne l'avait jamais fait mais Serenus savait qu'elle en était capable. C'est qu'elle avait l'air toute douce et toute gentille, mais elle pouvait être aussi sauvage qu'une louve. Heureusement que cette jeune fille n'avait pas le tempérament de sa femme. Mais elle avait quelque chose qui compensait largement cet écart. Elle avait un dragon. Un dragon qui n’hésitait pas à incendier une forêt pour retrouver un simple voleur. Serenus, brandissant son épée, observa les deux compagnes qui semblaient débattre de la situation actuelle, et de la proposition du guerrier. Il leva un sourcil quand elle éclata de rire et se détendit. Il rangea son arme et toucha la plaie à son arcade qui continuait de saigner. Il regretta vite ce geste car une douleur fulgurante lui fit comprendre qu’il ferait mieux de mettre ses doigts ailleurs.

Puis, enfin, la chevaucheuse prit une décision. Elle accepta de l’accompagner pour retrouver son cheval, puis elle assumerait son erreur une fois revenus à la Volte. Serenus hocha la tête et se permit même un petit sourire satisfait. Il avait gagné la première manche, et il savait qu’il gagnerait les suivantes haut la main. Il sursauta quand une voix résonna dans son esprit. Cette voix venait du dragon, ou plutôt, de la dragonne, qui lui dit sur un ton froid qu’elle s’appelait Royale, et qu’elle était la Reine de Vol de Rubis. Elle lui dit également qu’elle ne laisserait personne virer sa cavalière et que, par conséquent, il devait mesurer ses paroles. Serenus ne se laissa pas impressionner, même si, par habitude, il respectait les dragons. Il lui dit à voix haute :

« - A la bonne heure Royale. Mais une Reine de Vol doit savoir aussi contrôler ses jets de flammes. »

Il n’en dit pas plus, car il savait que, s’il continuait, il risquait de se montrer grossier. De nombreuses vies, aussi bien animales que humaines, souffriraient de la perte de cette forêt. Le guerrier regarda la dragonne s’envoler d’un puissant coup d’ailes avant de se tourner vers sa cavalière. La jeune femme lui faisait face, fière et digne. Elle et sa dragonne ne faisaient qu’un, et leurs deux caractères combinés avaient causé la destruction et le chaos. Voilà qui n’était pas très réjouissant. Serenus savait que, même s’il menait la danse pour le moment, il pouvait à tout moment se retrouver dans l’estomac de Royale. Même s’il admirait les dragons, pour leur noblesse et leur force, il n’avait aucune envie de le faire de l’intérieur. La jeune femme lui dit qu’ils pouvaient y aller. Le Guerrier ne répondit pas et ouvrit le chemin. Il marchait d’un pas décidé, même si l’odeur de la fumée lui donnait le tournis, et la nausée. Le lièvre se balançait et tapait contre sa cuisse au rythme de ses pas, et son arcade le piquait. Pendant qu’il sortait un mouchoir de sa tunique, il dit juste :

« - T’es pas de Cibella. »

Ce n'était pas une question, mais une affirmation. Une native des lieux aurait eu plus de respect pour la nature, et pour ses habitants. Serenus commença à éponger son front et, tout en grimaçant, il demanda :

« - C’est quoi ton nom ? Vu que tu connais le mien, et que je connais celui de ta dragonne, y vaudrait mieux que tu dises le tien tu crois pas ? Je pense pas que « la novice » ou la « folle aux flammes » te plaise comme surnom. »

Il fit un sourire sincère et continua à marcher. Son mouchoir fut vite rouge de sang et, dépité, il le rangea dans sa poche. Elena n’allait pas être contente. Elle allait encore devoir le recoudre. A force, elle était devenue aussi douée pour recoudre aussi bien les vêtements que les gens. Le Guerrier laissa échapper un sourire amer et, quand ils furent assez éloignés du brasier, il mit quatre doigts dans sa bouche et siffla. Le maitre d’écurie lui avait dit que, si le cheval était impulsif et peu enclin à obéir à son cavalier, il répondait aux sifflements, car, pour lui, ce son signifiait manger. Le Guerrier fit quelques pas, siffla de nouveau et répéta l’opération plusieurs fois, tout en regardant autour de lui. L’animal ne se montrait pas. Soit il était trop loin pour l’entendre, soit il avait trop peur pour venir, soit il n’avait pas pu échapper au brasier, dans ce cas, il n’y aurait plus rien à faire. Le Guerrier soupira et se tourna vers la Chevaucheuse. Il lui demanda :

« - Est ce que Royale a vu quelque chose ? Mon cheval a une robe bai-brun. Si elle le trouve, qu’elle ne l’effraye pas, il n’est pas habitué aux dragons. »

_________________





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 435
J'ai : 26 ans
Je suis : Chevaucheuse de la dragonne Royale, reine du vol de Rubis et mage de l'été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Dame Chimène d'Outrevent et à la Caserne
Mes autres visages: Eponine Aubenacre & Vira Sabir
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Boum, badaboum, badabigboum [Serenus & Abigaïl]   Sam 10 Juin - 9:17

Abigaïl hausse un sourcil, étonnée de voir que Royale préfère ne pas répliquer. Au fond d'elle, elle se sent bouillir. Contrôler ses flammes... Royale contrôle toujours ses flammes. Ses flammes vont là où elle leur dit d'aller. Si elle a décidé de brûler la forêt de Cibella, elle brûlera la forêt de Cibella. Et si elle décide de manger un petit guerrier/voleur pour son quatre heure, elle le mangera. Un rugissement lui remplit l'esprit, signe que l'idée semble la faire beaucoup rire. Abi sourit. Même si haut dans le ciel, Royale n'est jamais loin et veille sur elle. Toujours, petite. Toujours. Rassurée elle lui envoie une caresse mentale. Elle se met alors en marche avec le guerrier qui décide d'entamer une petite discussion. Abi lui jette un regard enflammé. S'il croit pouvoir la faire baisser sa garde ainsi, il a tout faux. La jeune chevaucheuse ne sera vraiment au clair qu'une fois à la Guilde des Guerriers, avec la certitude qu'il n'est pas le voleur qu'elle cherche. Mais, après tout, s'il est bel et bien le voleur, discuter avec lui ne lui apportera rien de plus, et si c'est bien un guerrier, le résultat est le même.

-Non, réplique-t-elle d'une voix sèche.

Sujet délicat dont elle préfère éviter de parler. Ses origines outreventoises représentent une certaine honte pour elle. C'est le souvenir de l'époque où elle s'est laissée faire, où elle a vécu sous les ordres de parents dont elle a cherché à tout pris la fierté alors qu'ils ne l'ont jamais aimé. C'est revoir les racontars des Outreventois, le mépris et le dédain dans leurs yeux, leurs rires moqueurs. Bref, que des choses dont elle n'a pas envie de se souvenir. Pourtant, elle les aime, ces plaines d'Outrevent balayées par les vents. Elles sont belles, se dressant face à l'adversité avec dignité et aplomb. Elles ont fait du vent leur allié et ont ravi bien des cœurs. Mais cela s'arrête ici. A cause des vents et des falaises, son père est mort. Parce que sa mère n'a pas pu imaginer une vie sans lui, elle l'a rejoint en lui donnant naissance. Mais si tout ceci n'était pas arrivé, peut-être que Abi ne serait pas là où elle est aujourd'hui. Curieux comme le Destin peut être subtile. Abigaïl l'a toujours su et sait que c'est Lui qui a tracé sa vie.

Étonnamment, les surnoms improvisés de ce Serenus réussissent à lui faire dégainer un petit sourire. Il n'est pas si loin du compte. Plutôt rusé. Novice elle est, folle aux flammes plus encore. Elle hésite à le laisser l'appeler ainsi puis finalement se ravise.

-Je suis Abigaïl l'Embrasée.

Elle ne lui accorde pas un regard, remarquant à peine le flot de sang qui s'écoule de sa blessure. Qui joue avec le feu s'y brûle. Il se débrouille lui-même avec ses ennuis. Déjà qu'elle est bien gentille de courir après un cheval possiblement inexistant.
Royale ? Effrayante ? Il me flatte, ce bonhomme. Le sourire de la jolie rousse s'agrandit. Oh oui elle est effrayante. Et le cheval est un met fameux, à l'en croire. Je t'en garderai un bout si tu... là ! Je le vois. Un peu plus à l'ouest, en dix minutes. Il broute.
Donc l'histoire du cheval est bien vraie. Son voleur est à pied.
Merde.

-Ton cheval est à une dizaine de minutes un peu plus à l'ouest, explique-t-elle. Enfin... il y en a un, après de là à dire que c'est le tien...

Elle reste encore septique, la jeune chevaucheuse. Tant qu'elle n'aura pas la confirmation par la Guilde, Abigaïl le considérera comme son potentiel voleur. Même si son doute ne cesse de grandir. Ils tournent donc plus à l'ouest et poursuivent leur route pendant une dizaine de minutes jusqu'à une autre clairière où un cheval broute. Royale est beaucoup trop haut, flânant dans le ciel, pour l'effrayer. Mais la bête redresse la tête en les voyant et Abi s'arrête. Sa dernière expérience avec un cheval remonte à cette fameuse fois où elle a quitté son mariage et son derrière s'en souvient encore.

-C'est le tien alors ?

_________________
Abi #ff6600  ; Royale #cc3300 ; Titou #666600










Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 736
J'ai : 35 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Raygnar d'Ysgramor
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Boum, badaboum, badabigboum [Serenus & Abigaïl]   Mar 20 Juin - 18:35

Il avait tellement hâte de voir sa tête quand elle comprendrait qu'elle avait tort ! Il aurait alors non seulement gagné une nouvelle bataille mais aussi la satisfaction de ne pas avoir cédé face à un Chevaucheur avide de gloire. Il marchait d'un pas assuré, satisfait, malgré le sang qui salissait sa tunique. Il fit une remarque sur le fait que la jeune femme n'était pas née à Cibella, qu'elle confirma par un "non" sec et expéditif. Voilà qui était clair. Elle allait droit au but et ne cherchait pas à raconter sa vie. De toute façon, Serenus n'avait pas envie de l'entendre, pas pour le moment. Un petit silence s’installa, durant lesquelles le Guerrier essayait de deviner l’endroit où avait pu voir le jour une telle furie. Bellifère ? Non. Ils ont pas de mage là-bas. Pas Lagrance, ça c’est sûr, ils supportaient pas qu’on fasse du mal aux plantes. Un tel sens du devoir et une telle détermination, cela lui faisait plutôt penser à Outrevent. Elle était têtue et n’avait pas apprécié ses remarques qui avaient dû porter un coup à son ego et à son sens de l’honneur. Oui, il la verrait bien Outreventoise cette gamine.

Il rompit le silence (façon de parler, vu le boucan que faisait le rugissement des flammes dévorants la forêt de son enfance) en lui demandant son prénom. Après tout, il connaissait celui de son dragon, et elle connaissait le sien. Il était normal d’équilibrer les choses entre eux deux. Elle lui répondit qu’elle s’appelait Abigaël l’Embrasée. A ces mots, Serenus retint un éclat de rire. Ce nom lui allait si bien, vu sa profession et sa tendance à tout réduire en cendre. Serenus se tourna vers elle et lui dit sur un ton moqueur :

« - Abigaël l’Embrasée, la Chevaucheuse. Pourquoi cela ne m’étonne-t-il pas ? Remarque, t’a le nom qui colle parfaitement à ce que tu fais. Ça aurait été bizarre si t’avais été autre chose. » Il leva les bras et reprit en imitant la voix et le ton de la jeune femme « J’suis Abigaël l’Embrasée, la cuisinière ! » Il les baissa et lâcha un petit rire. Il dit en riant : « Vaut mieux que tu restes Chevaucheur, sinon t’es mal. »

Il s’arrêta de rire et observa les alentours. Il siffla encore une fois son cheval et soupira. Ou était donc cette satanée bête ! Il espérait qu’elle n’ait pas fini grillée dans les flammes. Mais, heureusement il avait de la chance. La dragonne avait repéré un cheval à une dizaine de minutes de marche à l’ouest. C’était peut-être le sien. Il hocha la tpete et la suivit à travers les bois jusqu’à une autre clairière. Serenus siffla par réflexe et, quand l’animal leva la tête pour les regarder, il soupira de soulagement. C’était bien le sien, et il n’avait pas été blessé. Il s’engagea dans la clairière, ignorant le dragon qui les survolait et la jeune femme pour s’approcher prudemment de sa monture. Si elle était encore sous l’emprise de la peur, il pourrait finir par se prendre un coup de sabot dans la figure. Le cheval cessa de manger et le regarda arriver. Il était encore nerveux, vu les coups d’œil qu’il jetait à la fumée de l’incendie. Le Guerrier arriva à sa hauteur et caressa doucement son cou tout en murmurant des mots rassurants. Il passa la main sur son museau et attrapa une pomme dans un des sacs de la selle pour l’offrir à l’animal. L’étalon l’accepta et se détendit.

Serenus rangea le lièvre mort dans le sac quand il entendit la voix de la Chevaucheuse qui lui demandait si ce cheval était le sien. Serenus se tourna vers elle, remarqua qu’elle restait à une certaine distance de l’étalon, puis il lui répondit en souriant :

« - Oui, c’est mon cheval, ou, du moins, celui de la Guilde. Tu peux remercier Royale de l’avoir retrouvé pour moi s’te plait ? »

Serenus attrapa la bride du cheval et lui donna le dernier morceau de la pomme. Il reprit avec un sourire :

« - Je vais tenir ma promesse à présent. Je vais t'suivre et prouver mon innocence à tes supérieurs. »

_________________





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Boum, badaboum, badabigboum [Serenus & Abigaïl]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Konkour Gros Boum" fin d'année Apocalypse
» *Boum* *crack* *poui poui*
» BOUM
» [UPTOBOX] La Boum [DVDRiP]
» [UPTOBOX] La Boum 2 [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Faërie :: Cibella-
Sauter vers: