AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Oui, mais pourquoi?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 211
J'ai : 27 ans
Je suis : fabricants d'automate et mage de l'invocation au service de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Séverine Belastre et Marjolaine du Lierre-Réal
La Cour des Miracles
Message Sujet: Oui, mais pourquoi?   Jeu 22 Juin - 16:02


Livre II, Chapitre 4 • De Glace et de Sang
Solveig de Sovnheim & Lancelot l'Adroit

Oui, mais pourquoi?

Quand il faut remettre une épée double à quelqu'un, mais qu'il y a contretemps



• Date : 23 juillet 1002
• Météo : Il fait un temps clair et agréable
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Solveig vient à la boutique de Lancelot pour récupérer son épée, à laquelle elle lui a demandé un pommeau spécial.  Or, le pauvre Lancelot est un peu pris au dépourvu devant un jeune enfant un peu trop curieux.
• Recensement :
Code:
• [b]23 juillet 1002 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t2343-oui-mais-pourquoi]Oui,
 mais pourquoi?[/url] - [i]Solveig de Sovnheim & Lancelot l'Adroit[/i]
Solveig vient à la boutique de Lancelot pour récupérer son épée, à laquelle elle lui a demandé un pommeau spécial.  Or, le pauvre Lancelot est un peu pris au dépourvu devant un jeune enfant un peu trop curieux.


_________________


Dernière édition par Lancelot l'Adroit le Jeu 22 Juin - 16:38, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 211
J'ai : 27 ans
Je suis : fabricants d'automate et mage de l'invocation au service de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Séverine Belastre et Marjolaine du Lierre-Réal
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Oui, mais pourquoi?   Jeu 22 Juin - 16:03

« Pourquoi le jambon est salé? » demanda-t-il avec un air tout à faire sérieux.  C'était la millième question au moins de la journée.  J'avais hérité de ce petit gamin curieux pendant ma sortie au marché ce matin-là, pour quelques commissions nécessaires.  Dont justement l'achat de ce jambon que nous mangions ensemble sur une tranche de pain.  Un repas bien frugal, mais cela se mangeait rapidement, ce qui était parfait pour moi comme je préférais retourner rapidement à mon travail.  Si j'avais mon côté gourmand, je préférais le garder pour quelques rares occasions, mon œuvre étant l'unique régulateur de mon existence.  Si je partageais ma pitance avec cet enfant, ce n'était pas par invitation, mais plutôt par dépit.  Il m'avait suivi du marché, ponctuant le trajet jusqu'à ma boutique de questions sans fin, et avait passé le reste du temps à m'interrompre dans mon ouvrage, me posant des questions sur tout ce que je faisais.  Ce qui était fort embarrassant car je devais finir les derniers réglages pour l'épée de Solveig de Sovnheim.  J'avais reçu des nouvelles de sa part prévenant de sa venue pour venir chercher l'épée, elle m'avait demandé de rajouter un détail supplémentaire, un nouveau symbole d'appartenance dont elle t'avait joint le croquis à la lettre.  Mais toutes ces questions me retardaient dans l'avancée des dernières finitions.

« Pour préserver la viande plus longtemps.  Sinon elle devient avariée, » soupirai-je.  Je n'aimais pas parler autant, ce n'était pas dans ma nature.  Et dès que j'avais répondu à une question, une autre arrivait.  « Pourquoi elle devient avariée si on ne met pas de sel? »  « Ben parce qu'elle sera plus fraîche. »

Il se tut un instant pour prendre une nouvelle bouchée qu'il mastiqua longuement.  De mon côté, j'avalai rapidement les dernières bouchées de ce sandwich improvisé et secouai les miettes de pain qui avaient élues domicile sur ma chemise pour me remettre enfin au travail.  Tout devait être parfait pour la livraison de l'objet, tel qu'on me l'avait demandé.  Et ce n'était pas à ce rythme que j'y arriverais.

« Pourquoi tu manges si vite? »

Ce n'était pas possible.  J'allais finir par lui arracher la tête à ce petit garçon s'il continuait comme cela.  Ou alors à lui couper la langue.  Mais il m'avait semblé l'avoir vu dans courir à la Cour des Miracles et je songeai qu'il valait peut-être mieux pour moi d'éviter de lui faire du mal, on ne savait jamais.

« Parce que j'ai beaucoup de travail à faire et si tu pouvais bien arrêter de m'assommer de tes questions, cela m'arrangerait bien… » répondis-je avec lassitude.

« Pourquoi? »

Pour un peu, je me serais vraiment fâché, mais je me contins et poussai un long soupir exaspéré avant de répondre : « Parce que tu m'empêches de travailler et que si ça continue comme ça, je ne finirai jamais à temps ma commande et ça sera catastrophique, tu comprends? »

« Mais pourquoi? »

« Mais parce que c'est comme ça et maintenant tu te tais! » m'exclamai-je avec brusquerie, ce qui sembla effrayé un peu le petit mousse, âgé de tout au plus sept ou huit ans.  Je me sentis un peu mal de lui avoir causé cette frayeur et je passai une main sur mon visage, tâchant de reprendre mes esprits un peu.  Je ne pouvais pas continuer comme ça, j'étais en train de devenir complètement fou.  Et des larmes commençaient à apparaître dans les yeux du petit bonhomme et elles se mettraient rapidement à couler et inonder ses joues.

« Allons ne pleure pas, je voulais pas te faire peur, mais je suis un peu occupé.  Tu ne veux pas aller jouer avec tes petits copains? »

Ça ne sembla pas exactement le consoler, l'inondation menaçait toujours d'envahir son petit visage d'ange sous ses cheveux blonds d'or.  Peut-être était-ce la mer qui se reflétait dans le bleu de ses yeux?  Au même moment, j'entendis le bruit de la clochette de la porte avant de la boutique retentir.  Quelqu'un était arrivé.  Quel embarras!  J'étais seul avec un enfant en pleurs.  Et si on croyait que je l'avais malmené ce petit?  Alors qu'au contraire, c'était moi qui se faisait torturer.  Et quand je vis qui était entré, je me dis que je venais peut-être de mettre le pied dans ma tombe.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 341
J'ai : 32 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Hjalden d’Evalkyr et au capitaine de l'Audacia
Mes autres visages: /
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: Oui, mais pourquoi?   Ven 23 Juin - 10:46

Aujourd'hui était un jour particulier. Aujourd'hui l'Audacia ramenait certains d'entre eux au port de Lorgol pour les laisser prendre un portail droit sur Svaljärd.
Solveig faisait parti de ceux là.
Avec une reconnaissance toute relative, son premier pied a terre fut un émerveillement. Un sol qui ne bougeait pas, tout dure et tout fixe.
La pirate resta ainsi à contempler ses pieds pendant un moment, faisant appelle à ses souvenirs pour ne pas tanguer stupidement là ou ses jambes n'avaient pas à s'adapter à la houle.
Si Solveig apprenait à aimer la mer, elle continuait sincèrement d'aimer la terre. Malheureusement elle n'avait pas tout son temps devant elle, elle avait rendez vous avec un achat bien particulier et particulièrement onéreux.
S'assurant que l'argent économisé avec précaution depuis ses débuts sur l'Audacia se trouvait bien à l'intérieur de ses habits, elle se risqua a un premier pas, puis un second, jusqu'à ce qu'elle soit lancée sur le chemin de la Ville Haute.

Elle avait du temps avant que le portail ne soit réalisé puis payé, elle le mettait donc a profit en utilisant des chemins peux utilisés, cherchant à ne pas croiser un ancien collègue.
S'assurant de l'adresse qu'elle avait griffonné sur un bout de papier, Solveig souffla de soulagement quand elle reconnu la boutique où on l'attendait.
D'un pas décidé et pressé, elle poussa la porte avant de la refermer prestement derrière elle.
La boutique était un peu sombre, modeste mais sa réputation la précédait. À sa tête, Lancelot l'Adroit. Solveig n'avait pas fais appelle au premier débutant venu pour l'idée qu'elle s'était faite de sa petite commission.

D'un sourire éblouissant elle chercha l'homme à la tête du commerce pour le saluer. Ce qu'elle trouva sans trop de mal mais avec la surprise de le voir accompagner d'un jeune garçon qui était certainement prêt à éclater en sanglots.
Son sourire s'effaça pour regarder avec sérieux ce Lancelot qui se décomposait a sa vue. L'un prêt a pleurer, l'autre pas loin d'atteindre le désespoir, manquait plus que ça.
Ni une ni deux, la guerrière attrapa l'enfant sous son bras avec un « humpf » bien senti. Il pesait son poids le bestiaux.
De ses doigts fin, elle pinça doucement le nez du garçonnet.

« Ba alors, qu'est ce qui se passe ici. »

Oh elle n'attendait pas vraiment de réponse, elle essayait tout simplement grâce a une technique ancestrale d'empêcher cris et larmes. Choses dont elle se serait bien passé avec une journée qui promettait d'être longue.
Reportant son attention sur le fabricant de génie dont on lui avait tant parlé, elle déposa le gamin a bout de bras sur une table plus ou moins libre faute de pouvoir lui proposer une poignée de main.

« Solveig de Sovnheim, j'ai passé commande pour une épée à pommeau ciselé et lame double, ma commande est elle prête? »

L'enfant la regarda avant de demander avec innocence à l’artisan « pourquoi ? »
Qu'allait il répondre à ça ! Parce que ! Parce qu'elle avait envie d'une arme avec une histoire et avec une petite particularité qu'elle allait devoir apprendre à maîtriser.
D'une épée simple à une main pouvant se scinder en deux si elle décidait d'apprendre a en manier deux en même temps.

Les yeux brillants, elle ne put s’empêcher de chercher les yeux l'ouvrage.

« Elle est prête n'est ce pas ? »

Elle insistait, cette commande elle l'avait passé avant même de rejoindre la piraterie, c'était avec une lettre qu'elle avait demandé de rajouter un symbole représentant l'Audacia, plus prépondérant sur les deux autres , l'un étant pour la guilde des guerriers, l'autre pour les Skjaldmös..
Elle avait si hate de la montrer à Vira.

_________________

#6666cc

   
Il était un petit navire
Qui n'avait ja-ja-jamais navigué
Qui n'avait ja-ja-jamais navigué
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 211
J'ai : 27 ans
Je suis : fabricants d'automate et mage de l'invocation au service de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Séverine Belastre et Marjolaine du Lierre-Réal
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Oui, mais pourquoi?   Dim 25 Juin - 15:03

Lorsque la femme attrapa le gamin, elle qui avait l'air si sévère, j'eus un peu peur pour lui, en même temps d'être soulagé qu'elle ne m'attrape pas moi.   Mais finalement, elle ne se contenta que de pincer le nez du petit ce qui eut le bon effet de bien vouloir le faire arrêter de pleurer. Enfin, il n'avait pas encore pleuré, mais cela n'aurait su tarder sans l'intervention de la jeune femme.  Lorsqu'il sembla bien certain qu'aucune crise de pleurs n'allait recommencer, elle reposa le petit monstre sur une table, pour me proposer une poignée de main que j'acceptai timidement.  C'était qu'elle m'en imposait, cette femme qui en un tour de main avait su maîtrisé l'enfant qui m'avait importuné toute la journée : il ne fallait pas l'embêter celle-là songeais-je avec appréhension.  Car l'épée n'était pas prête.  Enfin, si elle l'était, mais en même temps non.  Un œil expert remarquerait le manque de finition.  Le travail qui aurait pu être fait en plus sur l'association des différents symboles.  D'ailleurs, il m'avait fallu ajuster le tir lorsqu'elle m'avait demandé d'en ajouter un nouveau qui n'était pas prévu en premier lieu.  J'avais été un peu embêté par la question, j'avais déjà pratiquement fini, et j'avais un peu de mal avec les clients qui changeaient d'avis en plein cours de route. Néanmoins, il y avait une essence derrière tout cela qui m'avait fait simplement attaquer le travail en silence.  Oui, c'était fini, mais l'oeuvre d'un artiste ne sera jamais terminée, même à sa mort.  On peut toujours faire mieux.

Et lorsque la question fatale tomba, je me demandai si elle me pincerait le nez à moi aussi si je répondais que non.

Heureusement, il y avait ce petit bout d'homme qui trouvait que le moment était approprié pour poser une nouvelle fois sa fabuleuse question magique.  En espérant que la dame ne le prendrait pas pour mon fils.  Enfin, de façon générale, on me croyait souvent trop jeune pour être moi-même.  Alors être père, on ne devait pas penser cela de mois très souvent.

« Parce que c'est une cliente et on ne contrarie pas les dames… » tentai-je d'expliquer pour gagner du temps.  Mais il n'y avait en fait absolument rien à expliquer, aucun raison outre que c'était comme ça que ça fonctionnait dans le commerce, depuis tellement longtemps qu'il ne servait à rien de me poser la question, car je ne trouverais pas la réponse.  J'étais mage fabriquant d'automates, pas historien.

Et la dame reposa la question.  Je ne pouvais plus l'éviter.  J'haussai les épaules avant de lui annoncer sur un ton las : « Attendez un instant, je vais aller la chercher. »  « Mais pourquoi? » s'égosilla l'enfant, toujours perché sur sa table.  Je l'ignorai.  Parce que je l'avais dit, voilà tout.

Je revins rapidement, l'arme entre les mains.  Elle était solide et légère.  N'étant pas forgeron, encore moins apte à fabriquer des armes, j'avais fait faire les lames par l'un des forgerons avec qui je collaborais souvent.  Ma commande l'avait surpris, mais il s'était exécuté avec la compétence que j'attendais de lui.  L'épée était souple, maniable, pas trop lourde.  Elle serait confortable en main pour la jeune femme, j'en était certain.  J'avais monté le pommeau de mon côté et il s'était chargé de lier les lames à celui-ci.  D'apparence, il ne s'agissait qu'une arme ordinaire, mais lorsque l'on activait le mécanisme, se révélait une seconde lame.  Oui, c'était un travail délicat et expert qui avait demandé beaucoup de minutie.  Une fois le tout allié, il n'avait plus rester qu'à ajouter les finitions.  Et c'était là que je n'étais pas satisfait.  On pouvait se servir de l'arme, mais elle n'était pas encore assez belle pour moi.  Enfin, ce n'était pas à moi de juger.

« Voici, fis-je en la présentant à la jeune femme pour qu'elle la prenne, Comme demandé, une deuxième lame est cachée et les différents symboles que vous m'avez demandé servent à en activer les différents mécanismes.  Il y a en tout trois entités dans le pommeau, lesquelles s'assureront de maintenir les mouvements de la supplémentaires.  En activant ce côté, elle sort et vous avez votre épée double, de l'autre, elle se remet en place et vous avez votre épée simple.  Et celui-ci, je n'en suis pas peu fier, permet à la lame de faire une habile rotation complète à une vitesse rapide.  Vous ne me l'aviez pas demandé, mais je l'ai ajouté avec le dernier symbole.  La lame est enchantée pour vous éviter, mais à votre place j'essaierais de me tenir hors de son chemin.  Je n'ai jamais réalisé quoi que ce soit en ce genre et je ne suis pas guerrier.  »

J'haussai les épaules : j'avais quelques doutes sur les réussites de cette entreprise, mais l'ajout du troisième symbole m'avait donner une idée et je m'y étais laissé aller.  J'avais expliqué de façon générale les fonctions de l'épée à la dame, maintenant il fallait lui apprendre que le chef d'oeuvre n'était pas prêt.

« Personne ne remarquera la seconde lame, c'est le travail subtile d'un excellent forgeron, cependant… »

« Pourquoi tu dis deux lames? »

Il choisissait bien son moment pour m'interrompre celui-là…  Pourtant il avait su tenir sa langue tout à l'heure quand j'expliquais dans le détail ce qui n'était pas important.

« Eh bien parce qu'il y en a deux, seulement on n'en voit qu'une seule, c'est fait exprès, tu vois. »

J'espérais qu'elle attendrait la suite de mes explications avant d'essayer son nouveau joujou.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 341
J'ai : 32 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Hjalden d’Evalkyr et au capitaine de l'Audacia
Mes autres visages: /
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: Oui, mais pourquoi?   Dim 2 Juil - 16:42

Il semblait tout de même un peu jeune cet artisan miraculeux. Bien qu'habituée à ne pas juger le taureau sur ses cornes, après tout, elle s'était déjà mangée des raclées en sous-estimant des adversaires, Solveig ne pouvait s'empêcher de noter une certaine timidité et malaise.
Le travail était il trop compliqué ? Avait il rencontré des difficultés ?
Cet air juvénile ne cachait pas les doutes qui habitaient son regard. La jeune femme absorbait ses incertitudes comme une éponge, commençant à craindre le pire.
Il ne répondait pas à ses questions et ce fut avec résignation qu'il s'en alla chercher son ouvrage alors que l'enfant continuait sa litanie de pourquoi.

Solveig bien que beaucoup moins confiante qu'avant en entrant dans cette boutique, ne put s’empêcher de faire les gros yeux au gosse qui semblait déterminer à rendre fou L'Adroit.
Lorsque ce dernier revint, Solveig nota avec soulagement que ses pires craintes n'avaient pas lieu d'être. L'arme était belle et bien là et avait l'air plus ou moins complète. Au moins ressemblait elle a une épée.

L'homme lui présenta l'arme avec une certaine solennité, poussant la kyréenne à se pencher plus en avant pour détailler l'épée. Il expliquait les mécanismes avec une certaine décontraction qui dénotait une habitude, une capacité certaine de réaliser ce type de mécanismes.

« Reconstituer la lame sera t-il compliqué ? Est ce possible de le faire en plein combat ou cela nécessite t-il quelques minutes pour la remettre en place ? »

Oui c'était important, elle devait savoir si défaire les lames dans combat était un choix définitif. Le luxe du choix n'était en soit pas une règle obligatoire pour cet achat mais serait indéniablement un plus.

«Je ne suis pas certaine de comprendre ce que vous voulez dire par une rotation complète à vitesse rapide.Vous voulez dire que pour cette manœuvre, l'épée n'aura pas besoin de … moi ? »

Kyréenne ratée mais kyréenne quand même. La magie et elle ça faisait deux, elle n'avait jamais rêvé  de pouvoirs, se contentant très bien de ses propres capacités acquises avec naturel et sueur. Elle n'avait pour autant aucun problème avec les mages contrairement à beaucoup de ses paires mais elle ne pouvait pas pour autant dire qu'elle était parfaitement à l'aise à leur contact. Ils étaient très différents d'elle. Pour autant, elle ne les craignait pas, il suffisait d'un bon coup d'épée pour se rendre compte qu'ils saignaient comme les autres. Elle ne savait pourtant pas dire si ce rajout la ravissait ou non. Si elle comprenait ce qu'il lui racontait c'était un gros avantage mais elle allait devoir apprendre à composer pour la première fois de sa vie avec un sortilège intégré à sa panoplie de pirate guerrière.

« Va quand même falloir que je tente ça avant que je n'appuie dessus en plein combat »

Attentive, elle l'écouta parler des finitions mais fut agacée par l'interruption du monologue qui lui apportait l'explication du malaise qu'elle avait ressenti.
Posant une main sur le crane du gosse, elle exerça une certaine pression pour l'empêcher d'en placer une après l'explication sommaire de l'artisan. Chacun son tour et elle d'abord, elle voulait l'entendre finir sa phrase.

« Cependant ? ... »

Cependant elle était certaine que l'arme n'était pas terminée. Pourquoi un tel regard sinon. Ou alors il s'agissait du prix, peut être était il devenu très fluctuant après tous ces ajouts. D'un œil critique elle jaugea l'épée. La lame était un superbe ouvrage digne d'un grand forgeron possédant un fil parfait. L'agacement de son interlocuteur devait résider dans les détails, il était plus un orfèvre qu'un simple artisan. La guerrière pouvait respecter cela même si pour elle le travail était déjà exceptionnel. Elle osa pourtant demander la question qui lui brûlait les lèvres, honteuse de paraître telle une gamine impatiente.

« Je pourrais l'essayer quand même. »

Elle détestait que l'on interfère dans son propre "travail". Il était donc normal que ce soit lui qui lui donne le dernier mot.

_________________

#6666cc

   
Il était un petit navire
Qui n'avait ja-ja-jamais navigué
Qui n'avait ja-ja-jamais navigué
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 211
J'ai : 27 ans
Je suis : fabricants d'automate et mage de l'invocation au service de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Séverine Belastre et Marjolaine du Lierre-Réal
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Oui, mais pourquoi?   Jeu 6 Juil - 10:00

Les questions volaient vers moi telle une nuée d'oiseaux.  Il faudrait y répondre, ce que je décide de faire en un seul bloc, ce sera plus simple, certaines réponses pourraient s'entrecouper et se compléter.  Si seulement j'arrivais d'abord à me débarrasser de celles du petit garçon qui n'était pas en manque lui non plus d'interrogation, sur à peu près tout ce qui pouvait lui passer par la tête.

« Alors non, la lame a absolument besoin de vous pour être maniée, ma magie ne permet pas aux objets de flotter d'eux même dans les airs.  L'idée est celle d'un système de rotation intégré au pommeau et permet à la lame d'entreprendre un mouvement circulaire.  Il s'agit de l'espace de quelques secondes.  Le mécanisme ne peut s'enclencher que lorsque la deuxième lame est sortie puisque qu'elle cachée dans la première lame.  Ce qui n'amenuise en aucun cas la solidité de l'une comme de l'autre. »

« Pourquoi il y a des dessins bizarres sur l'épée? »

« Parce que c'est ce que la dame m'a demandé.  J'allais donc poursuivre en expliquant le fonctionnement des… »

« Pourquoi elle veut des dessins sur l'épée? » renchérit-il me coupant dans mon élan.  Je n'arriverais jamais à tout expliquer correctement s'il ne voulait pas se taire.  Je pris le parti de ne pas répondre à sa question et de l'ignorer tout simplement.

« Donc, lorsque vous activez le mécanisme désigné tout à l'heure, un orifice s'ouvre dans le pommeau pour laisser sortir la lame cachée.  Vous noterez que pour des raisons pratiques elle est… »

« Pourquoi elle veut des dessins sur l'épée? » répéta le gamin.  L'idée de tester l'arme sur son coup me traversa l'esprit l'espace d'un moment.

« Ce n'est pas à moi qu'il faut le demander.  Maintenant chut!  Laisse parler les grands!  Je disais donc que la seconde lame est plus courte et plus mince que la première.  Les poids sont toutefois équilibré, une suggestion du forgeron avec qui j'ai fait affaire.  Libérer la lame comme la remettre en place ne demande encore une fois que quelques secondes.  J'ose me flatter qu'elle sera facile à manier et fluide en main. »

« Pourquoi elle est facile à manier? »

J'ignorai la question, ne pouvant décidément lui dire que c'était parce que j'étais un artisan infaillible.  Surtout quand je savais qu'il manquait un peu de travail d’orfèvrerie sur l'oeuvre.  Il était un peu honteux de présenter une arme inachevée à ma cliente, mais je n'avais que très peu d'autres options puisqu'elle était déjà là.  Et elle avait bien remarqué mon trouble un peu plus tôt.

« Vous pourriez bien l'essayer, elle est parfaitement fonctionnelle.  Néanmoins, il manque quelques ajustement au niveau du pommeau.  Ça manque un peu de finesse et ne me ressemble que très peu, j'ai été ralenti par un petit contretemps… » m'excusai-je avec beaucoup d'humilité.  Je jetai un regard à l'enfant, celui qui m'avait empêché de terminer les derniers détails, de peaufiner le travail déjà accompli.  Il ne m'aurait fallu qu'une heure ou deux de plus, mais être constamment interrompu m'avait cruellement retardé.

« Pourquoi elle est pas finie l'épée? »

Je le regardai, brûlant de lui dire que c'était entièrement de sa faute et que s'il ne m'avait pas enquiquiner avec tous ses pourquoi, je n'aurais pas manqué de temps pour faire tout ce que j'aurais voulu entreprendre.  J'étais un travailleur rapide bien que minutieux, mais je ne pouvais pas non plus faire de miracles, c'était impossible.

« Vous me voyez navré pour les inconvénients que cela pourrait vous engendrer.  Mais essayez-la et dites moi un peu si cela répond à vos attentes, » invitai-je la jeune femme, y joignant un geste de la main engageant.  J'étais confiant quant à la qualité du travail fourni sur le mécanisme, j'aurais seulement voulu enjoliver un peu plus le pommeau et ajouter un peu plus de finesse et d'élégance : une arme n'avait pas perdu le droit d'être délicate et belle seulement parce que sa fonction première était de blesser, voir tuer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Oui, mais pourquoi?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mais pourquoi tout le monde s'endort ?
» Heu... J'ai jamais bu de bière, mais pourquoi pas ! [PV Silver]
» hein ? Oh vous me cherchiez ! Mais pourquoi ?...
» Tu m'évites, maintenant? |Ft. Maël
» Mais pourquoi ? Je ne comprend pas. - Feat Cerfy [END]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Les Terres du Nord :: Lorgol aux Mille Tours :: Ville Haute-
Sauter vers: