AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un songe aigre-doux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 554
J'ai : 37 ans
Je suis : Voleuse - Maitre Stratégie au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Le fils des Ombres
Mes autres visages: Bastien
La Cour des Miracles
Message Sujet: Un songe aigre-doux   Mer 28 Juin - 19:49


   
Livre II, Chapitre 4 • De Glace et de Sang
Tyr Parle d'Or & Tara Mille-Visages

   
Un songe aigre-doux

   
Quand l'illusion et la réalité s'entremêlent...

   


   
• Date : 29 mai 1002
   • Météo : le temps est clément
   • Statut du RP : privé
   • Résumé : Dans cette trame alternée, Tara déambule dans les rues de Lorgol, perdue dans ses pensées. Avant de tomber sur Tyr, son frère, persuadé qu'elle est morte depuis près de 20 ans. Est-ce toujours le cas dans cette réalité ? Est-il le frère qu'elle a toujours connu ?
   • Recensement :
   
Code:
• [b]29 mai 1002[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t2378-un-songe-aigre-doux]Un songe aigre-doux[/url] - [i]Tyr Parle d'Or & Tara Mille-Visages[/i]
    Dans cette trame alternée, Tara déambule dans les rues de Lorgol, perdue dans ses pensées. Avant de tomber sur Tyr, son frère, persuadé qu'elle est morte depuis près de 20 ans. Est-ce toujours le cas dans cette réalité ? Est-il le frère qu'elle a toujours connu ?
   

   

_________________

   

   
   
   
   
   
   
   
   




Dernière édition par Tara Mille-Visages le Jeu 29 Juin - 12:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 554
J'ai : 37 ans
Je suis : Voleuse - Maitre Stratégie au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Le fils des Ombres
Mes autres visages: Bastien
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Un songe aigre-doux   Mer 28 Juin - 19:50

Comment les choses peuvent être aussi familières et aussi différentes ? Comment le soleil peut-il briller au-dessus des tours de Lorgol alors que tout semble sans dessus dessous ? Si nous sommes arrivées à bon port avec Marjolaine, je ne saurais dire par quel miracle, ce n'est pas pour autant que les choses semblent enfin se résoudre et revenir à la normale. C'est même tout le contraire. Je sens toujours cette vie grandir en moi et je commence à dangereusement m'y habituer, qui que puissent être les véritables parents de ce bébé. Je me surprends à effleurer mon ventre rond, à sourire quand le bébé s'agite à, pire encore, à me dire que finalement, cette illusion en vaut bien une autre non ? Après tout, je n'ai même pas recroisé Jamal et je n'ai pas à me demander si tout ce que j'ai pu deviner nous concernant est réel. Je me contente de profiter d'un moment que je sais ne pas coller avec cette réalité qui est la mienne, sans savoir quand tout s'arrêtera, si cela s'arrêtera vraiment et surtout, sans arriver à deviner ce qui pourra bien se passer après. Tout est si irréel, tout est si flou que je n'arrive à me concentrer sur rien. Comme si mon don à saisir les subtilités, à distinguer le vrai du faux avait disparu avec ma magie. Non pas que je n'ai pas de capacités magiques, elles étaient apparues avant ma rencontre avec Jamal. Mais je n'ai jamais eu besoin de les développer et de me draper dans l'illusion pour avancer. Dans cette vie-là en tout cas.

Je suis tout de même rassurée de voir Archimède voler non loin. Il ne s'est encore jamais vraiment approché de moi mais je suis sûre que c'est lui. En tout cas, j'essaie de m'en persuader. Parce qu'il est le seul point de repère qu'il me reste de mon ancienne vie. J'ai tenté de me rapprocher de la Cour des Miracles mais tout est trop différent. Je n'ai vu ni Merle, ni Tyr, ni les autres. Comme si tout n'avait existé que dans mon esprit. Mes pas battent le pavé alors que je regarde distraitement autour de moi. Je suis allée voir notre monture qui se repose dans l'un des canaux non loin de la Cour. Je ne savais pas vraiment où l'installer mais là, elle patauge joyeusement, ne ressentant visiblement pas le besoin de charger qui que ce soit. Je ne sais pas où est passée Marjolaine mais j'espère que ses recherches sont plus fructueuses que les miennes. Et mes pensées s'égarent encore un peu plus, alors que je ne me rends même pas compte que je me perds dans les ruelles de la ville. Au moins, c'est bien la seule chose qui semble immuable et que mon cœur comme mon esprit reconnaissent sans la moindre hésitation. J'inspire doucement alors que mes doigts effleurent les pierres et qu'il fait un peu plus sombre. Il faut dire que les tours de Lorgol font de l'ombre et que le jour commence à décliner. Il faudrait que je rentre au campement. Les ruelles ne sont plus sures depuis que je ne connais plus les garnements qui hantent les lieux. Et j'ai de nouveau une pensée pour Merle, me demandant ce qu'il a pu devenir dans ce monde. J'étais tellement persuadée qu'il serait toujours là, fidèle au poste, comme tous les autres. Comme s'il n'y avait que moi qui avait changé. Et j'espérais que Tyr saurait trouver des réponses, me guider pour me sortir de là, tout en sachant que j'aurais été incapable de cacher mon identité. Les mêmes pensées se bousculent encore et toujours alors que je me dirige tranquillement vers le campement, m'arrêtant un instant vers les canaux, le regard posé sur Gertrude. J'inspire doucement avant de me figer, quand mon cœur a un raté devant la silhouette qui se dessine à quelques mètres de moi à peine.

Tyr.

Je déglutis alors que je sens les larmes qui brouillent déjà ma vue, incapable de savoir quoi faire ou quoi dire. Il est là. Il est en vie. Et si je me suis mariée à Jamal, il doit savoir que je suis en vie moi aussi non ? Sans bien savoir pourquoi, je me raccroche à cette idée et à celle, encore plus stupide, qu'il est identique à celui que j'ai connu. Et je me précipite dans ses bras sans même y réfléchir, le serrant contre moi et murmurant, d'une voix tremblante. "Tyr, tu es en vie, tu es là, tu vas bien." Faites qu'il soit le même, qu'il y ait au moins une chose qui n'ait pas changé. Pas un instant j'en viens à me dire qu'il peut lui aussi se rappeler de cette autre vie dans laquelle je suis morte, pas un instant je me dis qu'il ne me reconnaitra pas. J'ai juste envie, pour la première fois depuis presque vingt ans, de serrer mon frère dans mes bras. Peu importe ce qui arrivera après.  

_________________

   

   
   
   
   
   
   
   
   


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 553
J'ai : 40 ans
Je suis : Second des Ombres

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Cour des Miracles
Mes autres visages: Maelys Aigrépine, Liam d'Outrevent
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Un songe aigre-doux   Ven 4 Aoû - 23:44

Lorgol. La Cité aux milles possibilités.
J’aurais dû me douter que la merveilleuse Lorgol, celle où je me suis installé il y a bientôt une vingtaine d’années, serait la plus touchée par ce fléau… Précisément parce que tout est possible ici bas. J’ai au moins obtenu la confirmation que j’attendais, après avoir retourné le problème en tout sens. C’est bien ce que nous craignions, Mille-Visages et moi, ce que nous avions longuement évoqué dans cette tour qui m’est désormais inaccessible. L’Ordre aura fini par réussir son coup, et à altérer le temps. Les éléments se recoupent pour tisser cette vérité, ou devrais-je plutôt dire ce mensonge ? Disons alors, cette vérité qui n’est pas la mienne.

Je me sens quelque peu déboussolé, privé de mes repères. J’aurais passé toute ma vie à apprendre, à m’enrichir de tant de connaissances… Pour que quelques fanatiques les réduisent à néant, en utilisant un savoir qui les dépasse. Cherchaient-ils vraiment à altérer le temps ainsi ? L’Ordre a, certes, repris le dessus, mais à quel prix… Au moins, mes yeux cerclés de rouge n’ont surpris personne, et je n’ai pas eu à me dissimuler comme mon père autrefois. Je n’aurais certainement pas pu quitter Erebor sur mes deux pieds, et encore moins rejoindre Lorgol avec un portail. La magie est partout, débridée. C’est le point positif.

Le négatif… C’est de voir cette Lorgol sous un autre visage, plus sombre et plus cruel. J’ai eu la chance, ou le malheur, de croiser ces quelques Ombres de la Cour des Miracles. Elle existe bien, mais personne ne me reconnaît, et moi non plus je ne reconnais personne parmi ces voleurs que j’ai alpagué. Je me suis éclipsé bien vite avant de m’attirer bien des ennuis, conscient qu’il me faudrait tourner la page. Je suis amer. Je devrais peut-être retourner en Lagrance ? Je ne sais pas ce que je pourrais découvrir là-bas, mais ça vaudrait le coup d’essayer. Qu’est-ce qui me retient encore ici ? Je n’en ai pas la moindre idée, et pourtant… Je me sens incapable de partir.

Je suis resté assis sur ce muret, qui surplombe le campement des réfugiés et les quais, de longues heures durant, à observer ce qui se passait en contrebas. Là, juste sous mes yeux, s’agitent un beau monde qui ne rêve que de retrouver son ancienne existence… Des personnes venues de tout horizon, qui se sont « éveillées » tout comme moi. Je ne suis pas le seul à me souvenir de notre réalité, comme si cette trame commençait lentement mais sûrement à se déchirer. Est-ce que cela signifie que nous retrouverons nos anciennes existences ? Je ne sais pas. Est-ce que je le voudrais ? La Cour des Miracles me manque, affreusement, mais cette magie unique, si grisante… Je risquerais de la perdre aussi. Me voilà face à un dilemme cornélien, devant lequel bien des personnes se sont déjà retrouvées. La connaissance, ou la magie ? Je secoue lentement la tête, avec un sourire. Comme si cela dépendait vraiment de moi !

Je devrais peut-être me réfugier à nouveau sous une de ces tentes, en l’échange de quelques services, car le jour commence déjà à décliner… Et les enfants de la nuit sont bien plus agressifs et entrepreneurs qu’ils ne l’ont été de mon époque. Je ne sais pas qui tient les rênes, mais il se débrouille bien plus mal que moi, ce qui me gargarise. Je sais survivre, pourtant, dans ce monde de la nuit. Je me suis rendu compte que personne ne me manquait vraiment, ce qui est autant un soulagement qu’une triste constatation. J’en ai vu tellement pleurer leurs proches, les chercher partout… J’ai uniquement voulu savoir si la Cour des Miracles m’accueillerait encore. Que dire de Mille-Visages ? Elle avait ma confiance, mais nous n’étions pas proches. Ses illusions mettaient toujours de la distance. De Liselotte, de Mélodie, des autres Ombres qui évoluaient à mes côtés ? Je me sentais l’obligation de les protéger, de leur donner les moyens de prétendre à leurs ambitions… Mais n’étais-je pas seulement tenu par le devoir ? Et de Merle ? Ah, ça… Bon débarras.

Non, la seule qui me manque, reste toujours celle qui m’a été arrachée trop tôt. Depuis dix ans, vingt ans… Le temps passe, mais rien ne change. Le temps s’altère, mais rien ne change. Mes mains se crispent, jusqu’à faire blanchir mes phalanges. Je les fixe, ailleurs. Et si… J’avais tort ? Je relève la tête. Je croirais presque la voir, là, parmi ceux qui passent sans s’arrêter sur les quais. Je croirais presque la voir comme elle serait sans doute maintenant, si elle était restée en vie. Quel âge aurait-elle alors ? Trente-sept années. Tellement qui lui ont été arrachées… Je suis certain qu’elle serait restée une belle femme, toujours aussi fière et courageuse, têtue mais si rieuse.

Cet élan de nostalgie me surprend, assez pour que j’oublie à nouveau ce qui m’entoure… Et celle que je pensais être une parfaite inconnue, qui aurait déjà tracé son chemin, se jette subitement dans mes bras. J’en ai le souffle coupé, à me retenir au muret pour ne pas tomber en arrière. J’entends cette voix, qui m’arrache des frissons, comme un souvenir qui cherche à percer, qui s’éveille pleinement… Ca ne peut pas être elle. Ca ne peut pas.

Je l’entends m’appeler par mon prénom, comme si nous nous connaissons. Je reste paralysé, avant de la repousser avec douceur d’une main pour mieux la regarder.

« C’est impossible. »

Si je suis en vie ? Si je suis là ? Si je vais bien ? Je ris subitement aux éclats, jusqu’à ce que les larmes m’en coulent. C’est elle, qui est morte, qui n’est pas là, qui s’est suicidée. Pourquoi est-elle… Devant moi ? Non, c’est impossible. Alors qui d’autres ? Comment l’expliquer ? Le Destin me joue un tour bien cruel, à me rendre cette sœur volée, dans un temps alterné et déchiré. Je la serre contre moi cette fois, avec force. Je sens tout mon corps trembler, incapable de choisir entre rire ou pleurer. Je fais les deux à la fois, à la toucher comme pour m’assurer qu’elle est bien réelle… Jusqu’à ce ventre rebondi de femme enceinte. Je me crispe, et décide de finalement m’en occuper plus tard.

Je suis trop heureux de la retrouver. Ma voix tremble, se meurt dans un murmure : « Tara… Tara, c’est bien toi ? »

Faites que le temps s’arrête. Qu’importe, la Cour des Miracles !
Je perds une famille, pour en retrouver une autre, plus chère encore. Je refuse qu’on me l’arrache à nouveau.

Faites que le temps s’arrête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 554
J'ai : 37 ans
Je suis : Voleuse - Maitre Stratégie au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Le fils des Ombres
Mes autres visages: Bastien
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Un songe aigre-doux   Mer 16 Aoû - 19:30

Je n'ose pas me l'avouer mais j'ai peur. Pour la première fois depuis longtemps, je suis vraiment terrorisée. Je me sens démunie dans ce nouvel univers qui n'est pas le mien, qui est à la fois si différent et si familier. Tous mes points de repères ont été effacés, gommés de la surface de la terre sans que je ne puisse rien y faire, que ce soit Archimède, ma magie ou encore les gens qui me sont proches. Et c'est sans parler de cet enfant qui continue de grandir en moi, sans aucune explication rationnelle. Il donne des coups parfois et je me surprends à sourire en effleurant ce ventre rebondi, ce qui est probablement la pire des choses qui pourrait m'arriver. Car cela ne va pas durer non ? Le monde va redevenir celui qu'il était, cette Tara disparaitra avec le reste, tout comme cet enfant. Et je ne sais si je dois en être soulagée ou attristée.

Surtout quand mon regard croise celui de Tyr. C'est lui, ça ne peut être que lui. Ces yeux bleus, ce regard un peu perdu, triste aussi. Il n'a pas changé. Je ne réalise que maintenant à quel point je peux connaitre ses traits par cœur, à quel point j'ai passé du temps à l'observer sans qu'il ne s'en rende compte lorsque nous étions tous les deux à la Cour. Si je savais dessiner, je pourrais le représenter sans la moindre hésitation. Mon regard s'embue, le mur que je me suis construis toutes ces années se fissure à une rapidité presque effrayante alors que sa voix résonne.

C'est impossible.

Non, c'est juste ma faute. Tout est de ma faute Tyr, toute cette souffrance que je peux lire dans ses yeux depuis des années. Cette honte qui a assombri le nom de notre famille, qui a tout détruit. Je devrais fuir, éviter de lui donner de faux espoirs pour disparaitre dans quelques jours. Parce que je ne peux pas rester auprès de lui, pas comme ça. Surtout pas en portant un enfant. Et pourtant, quand je l'entends prononcer mon nom, tous les bonnes résolutions que je pourrais avoir s'envolent. Il ne m'appelle jamais Tara et maintenant, je crois que je commence enfin à comprendre pourquoi. Alors, au lieu de fuir, je hoche la tête, souriant alors que les larmes commencent à déborder sans que j'arrive à ne les retenir. "C'est moi oui. Ca fait tellement… tellement longtemps. Je pensais que tu m'aurais oubliée. Ou que tu n'aurais pas envie de me voir, qui sait ?" Comme si moi, j'aurais pu l'oublier si la situation avait été inversée. Comme si je n'aurais pas pu passer une journée sans penser à lui, sans me rappeler son rire, son regard malicieux, cette sensation d'être protégée en étant à ses côtés.

Et brusquement, je me demande si je n'ai pas commis une erreur en l'interpelant de la sorte. Que vais-je lui dire ? Quel mensonge vais-je encore bien pouvoir lui servir pour justifier ma présence ou encore le fait que cette réalité ne semble pas être la mienne non plus ? Mais je ne veux pas le perdre une fois de plus. Pas maintenant alors que mon cœur bat un peu plus vite, que je peux enfin l'appeler mon frère, le traiter comme tel. Peu m'importe mes autres repères, peu m'importe ce qui peut arriver demain. Et pourtant, je me recule d'un pas, le regard hésitant, la main tremblante, alors que je ne peux m'empêcher de la poser sur sa joue, pour l'effleurer, pour garder un contact avec lui, si ténu soit-il. "Comment es-tu arrivé ici ? Que s'est-il passé ?" Et pourquoi as-tu l'air si différent du Tyr que je côtoie depuis des années à la Cour des Miracles ? Et, l'espace d'une seconde, mon esprit me souffle que c'est parce que, pour la première depuis que je le connais à la Cour des Miracles, il a l'air heureux. Choqué, mais heureux. Et c'est peut-être pire que tout. Parce que, dans le fond, je n'ai peut-être plus envie de retrouver cet autre monde qui est le notre.

_________________

   

   
   
   
   
   
   
   
   


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 553
J'ai : 40 ans
Je suis : Second des Ombres

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Cour des Miracles
Mes autres visages: Maelys Aigrépine, Liam d'Outrevent
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Un songe aigre-doux   Dim 3 Sep - 9:23

J’effleure son visage d’un contact doux, à passer mon pouce sur ses joues pour essuyer ses larmes naissantes. J’enferme finalement sa mâchoire dans ma main pour mieux la regarder, pour ancrer ce regard ancien en le mien, dont le voile brillant altère le souvenir. Tara… Vingt ans plus tard. De très longues années qui ont fait, dans cette réalité, d’une jeune fille à l’intelligence si tourmentée, une femme mûre et resplendissante. J’en ai le souffle coupé, à redécouvrir ses traits si semblables, et pourtant si différents. La même Tara que j’ai perdu, que l’on me rend, bien des années après… Dire que mon coup de crayon avait fini par ne plus réussir à la reproduire fidèlement. Je veux graver ce visage au plus profond de ma mémoire, pour ne plus jamais l’oublier. Je veux me souvenir de cette voix, rendue plus poignante par l’émotion. Je veux… Que l’on me rende ma sœur.

Je sens cette pointe coupable, qui me transperce, alors que ses premiers mots me jettent dans la plus grande confusion. Je l’étreins à nouveau, à enfouir mon visage dans ces boucles claires. « Ne sois pas idiote, Tara… Comment aurais-je pu ? Tu étais ce que j’avais de plus précieux en ce monde. » Tu… Etais. La formulation est sans doute un peu cruelle, mais pouvoir maintenant la tenir dans mes bras, sans savoir si cette réalité se poursuivra, l’est bien davantage. Je n’ai jamais vraiment réussi à faire mon deuil en sachant son meurtrier toujours en cavale, toujours à échapper à ma vigilance. La revoir est comme rouvrir de vieilles blessures, dont je sous-estimais grandement la souffrance qu’elles pourraient à nouveau me causer.

Je tremble contre elle, mais reste peu décidé à la lâcher. J’ai peur d’être face à une illusion, qui bientôt se dissipera, me laissant seul aux prises avec moi-même. Désespérément seul, encore. « Ne me laisse pas. Je t’en prie. » Ce n’est rien qu’un murmure, un aveu de faiblesse… Je me maudirais plus tard de l’avoir eu. Pour l’instant, elle a réussi en un regard à faire fondre toutes mes barrières, à me briser aussi bien que m’emplir d’espoir.

Quand elle se recule d’un pas, à me questionner subitement, c’est comme un coup de fouet. Je l’entends, au bord de ma conscience, cette voix qui me souffle : Réveille-toi. Réveille-toi, Tyr… Ce n’est qu’un rêve. La réalité, elle, sera infiniment plus douloureuse quand mes yeux seront ouverts, grands ouverts. Je les frotte d’une main, ces yeux, comme pour me raisonner… Mais sa main chaude contre ma joue me ramène une nouvelle fois à elle. Se connait-on, dans cette réalité, vingt ans plus tard encore ? Son soulagement n’est peut-être dû qu’à mon absence prolongée. Ne suis-je pas parti depuis de longues années en Erebor ? Nous ne devons pas nous voir si souvent. Ce Tyr-là n’en éprouve peut-être pas le besoin, parce qu’il n’a pas vécu cette même tragédie, parce qu’il doit penser sa sœur heureuse avec… Avec qui au juste ? Ce ventre arrondi me glace les sangs. J’imagine, moi, ce Tyr lointain, ce corps brisé par le roc, disparu dans les abysses, si loin que nous n’avons pas pu le retrouver pour le ramener. Si loin, qu’il m’a fallu fleurir une tombe vide.

Ma mâchoire se crispe. Je cherche à me détendre, mais un éclat de rage a dû me trahir. Je pose une main fébrile sur la sienne et ferme les yeux, ceux-là même cerclés de rouge, qui ne me disent rien. « Je suis… » Quel mensonge pourrais-je bien inventé ? Tout s’entrechoque, et les mots me manquent. « J’avais seulement envie de te voir. » Le Tyr d’ici n’aurait certainement pas réagi si vivement, à la seule vue de sa sœur. « Ce n’est rien… J’ai quitté précipitamment le palais ducal en Erebor. J’ai peut-être été trop loin cette fois et tu… Tu me manquais. Comment… Comment se passe ta grossesse ? » Je bute sur les mots, c’est effroyable. Je n’essaie même pas de sourire. Je crois que ce masque se fissurait aussitôt, sous une joie éclatante ou une infinie tristesse, mais il ne tiendrait pas.

Je me fiche au fond de ce qu’elle peut me dire. Si seulement je peux profiter encore quelques heures d’elle, de pouvoir la retrouver… Je serais heureux. L’espace d’un instant, plus rien d’autres n’aura d’importance. J’oublierais tout de cet autre Tyr, rongé par la mort, par la haine. Je veux bien me mentir encore un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 554
J'ai : 37 ans
Je suis : Voleuse - Maitre Stratégie au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Le fils des Ombres
Mes autres visages: Bastien
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Un songe aigre-doux   Jeu 21 Sep - 18:34

Mon cœur bat la chamade et je souris alors qu'il essuie les larmes qui perlent au coin de mes yeux. Et pourtant, que tous les dieux m'en soient témoin, je ne mérite pas tant de sollicitude. Pas maintenant, pas comme ça. Et la réalité de mes décisions, de tout le mal que j'ai pu lui faire, me revient en pleine figure. Alors que le monde autour de nous n'est qu'illusion. J'aimerais tellement pouvoir tout lui dire mais, au fond à quoi cela pourrait-il bien servir ? De quoi se rappelle-t-il ? Est-ce le Tyr que j'ai connu toutes ces années ou fait-il partie de cette illusion lui aussi ? Comme cet enfant, ce soi-disant mariage et j'en passe. Je ne sais pas ce que je préfère à dire vrai, même si j'aimerais qu'il ne soit pas celui à qui j'ai brisé le cœur, qu'il soit juste un frère un peu distant, que les années se sont contentées de creuser un gouffre entre nous. Et pourtant, si c'est bien le cas, j'aimerais comprendre cette Tara que je suis supposée être. Comment a-t-elle pu vivre loin de lui ? Loin de sa sagesse, de sa protection, loin de tout ce qui fait que, même si je n'avais pas le droit, je me suis rapprochée de lui. Je laisse filer un silence, me laissant aller à cette proximité que je m'interdis depuis tellement longtemps. Respirant dans son cou, je ferme les yeux et j'essaie de ne pas trembler, sans grand succès avant que je ne cille, quand il finit par me répondre. "Peut-être parce que les années ont passé et que tu… enfin que tu as mieux à faire que de te préoccuper de ton encombrante petite sœur." J'ai un rire un peu triste en désignant mon ventre rebondi, me demandant ce que le vrai Tyr pourrait bien penser. Parce que celui-là ne peut pas être réel.

Et je ne sais pas comment réagir. Est-ce que je ne lui dois pas la vérité ? La mienne en tout cas ? Ne devrais-je pas lui dire que ce monde n'est pas le mien ? Et qu'il n'est pas mon Tyr. Et que je m'en veux. Tellement. Je sens qu'il tremble lui aussi contre moi et je le serre un peu plus fort, ne sachant pas si c'est pour le soutenir ou pour me retenir à lui. Je me fige à ses paroles mais je serre ses doigts entre les miens en secouant la tête. "Je ne te laisserais pas. Jamais." Même si tu ne le sais pas. Même si tu penses que je t'ai abandonné depuis toutes ces années. Je suis là, je veille sur toi, malgré toi. Est-ce que c'est suffisant ? Bien sûr que non. Je sens alors son regard peser sur moi et, l'espace d'un instant, je suis de nouveau terrorisée. J'ai peur qu'il se rende compte que je ne suis pas sa Tara et qu'il va me repousser ou, pire encore, me poser des questions. Alors j'hésite à dire quelque chose, mais j'en suis incapable alors que mon regard accroche le sien et que je me demande si la détresse que j'ai l'impression de voir dans les yeux n'est que le reflet de la mienne ou pas. Mon regard se brouille de nouveau de larmes alors qu'il reprend. Il avait juste envie de me voir, il a quitté le palais. Ce n'est pas mon Tyr. Enfin, ce ne devrait pas l'être et pourtant, il n'a pas l'air convaincu par ce qu'il raconte. Et je fronce les sourcils, hésitant une seconde avant de souffler, dans un murmure. "Tu me manquais aussi Tyr." Tous les jours. Tout le temps. A chaque inspiration que je prends, à chaque fois que je te croise et que je ne peux pas te dire qui je suis. J'ai envie de lui demander ce qu'il fait en Erebor et je me mordille la lèvre un instant avant d'inspirer. "Aller trop loin ? Comment cela ? Et… tu… enfin, est-ce que tu as entendu parler de ce qui se passe ?" Je n'ai pas envie de parler de ma grossesse parce que ce n'est pas la mienne, que je refuse d'imaginer que Jamal ait pu concevoir cet enfant avec moi. Je retiens difficilement un frisson à cette pensée et je la chasse, essayant de deviner, sans trop y croire, si ce Tyr est si différent du mien. Et, si c'est le cas, est-ce que j'ai quand même le droit de profiter un peu de lui ? Juste un peu. De me blottir dans cet amour fraternel que j'ai condamné il y a tant d'années.

_________________

   

   
   
   
   
   
   
   
   


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 553
J'ai : 40 ans
Je suis : Second des Ombres

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Cour des Miracles
Mes autres visages: Maelys Aigrépine, Liam d'Outrevent
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Un songe aigre-doux   Dim 1 Oct - 19:04

Comment peut-elle dire de pareilles stupidités ? J’aurais brûlé tout Roc-Epine, et tout ceux qui résidaient ces lieux avec, si seulement ça avait pu me la rendre. Elle n’a jamais été… Encombrante. Est-ce ce qu’elle avait pu penser, avant de se jeter dans le gouffre, plongée dans le plus profond des désespoirs ? « Tu comptes toujours beaucoup pour moi, Tara. C’est quelque chose qui ne pourra pas changer, malgré les années, la distance. »  Oh, Tara… Elle est si fragile, encore maintenant. J’aurais voulu ne jamais partir pour Lorgol, pour toujours veiller sur elle. J’aurais dû la protéger, et ne pas la laisser s’éloigner pour ne plus jamais nous revenir, à cause d’un homme qui a su comment la briser. J’hésite, à réfléchir à toute vitesse, avant de lui confier : « Je pourrais revenir habiter en Lagrance. La concurrence est peut-être plus rude là-bas, mais au moins… Nous serions voisins. Je pourrais te voir plus souvent. » Je me berce d’illusions. Je ne sais pas si cette réalité va tenir, mais si c’est le cas, c’est bien le choix que je ferais, sans détour. Rester ici serait un doux rêve. Je ne me serais pas tourné vers la Cour des Miracles, si Tara était encore en vie. Je souris tristement, et lui confie avec sincérité : « Je veux prendre le temps de rattraper tout ce temps perdu. »

Ah ! Elle va sans doute songer que son frère est bien sentimental, aujourd’hui. Ses doigts s’entrelacent avec les miens, et mon envie de rire de moi-même s’estompe, à l’entendre me confier… Je ne te laisserais pas. Jamais. Je détourne le regard, l’expression attristée. Je n’arrive décidément pas à faire semblant. « Ne l’as-tu pas déjà fait… ? » Ce n’est qu’un murmure, lancé au vent. Je ne m’adressais même pas vraiment à la Tara qui me fait face, qui n’est pas celle qui a décidé de mettre fin à ses jours, en me laissant derrière avec ma rancœur et ma haine, mon impuissance. Celle-ci a une belle vie, épanouie, avec… Va savoir qui.

Je crois qu’elle tâtonne autant que moi. Je n’ai pas l’esprit aussi aiguisé, observateur, à guetter les moindres variations chez mon interlocuteur comme à l’accoutumée. Et pourtant… Elle ne parvient pas à dissimuler une certaine frayeur. Elle déborde aussi de sentiments difficiles à contenir, et plutôt étranges entre un frère et une sœur qui ne se seraient juste pas vus depuis longtemps. J’aimerais tellement pouvoir lui parler, à cette Tara de ma réalité, et pas à cette illusion à laquelle je me raccroche. J’aimerais pouvoir lui dire à quel point elle est importante pour moi, à quel point elle me manque. Je ne peux que le dire à ce pâle reflet. Je souris tristement, quand elle me témoigne le même sentiment en retour. C’est autant de lames acérées à mon cœur, une douce souffrance à laquelle on ne peut s’habituer.

Elle me questionne sur mes activités, et ça risque de devenir rapidement un peu plus gênant. Je n’ai pas envie qu’elle se pose des questions sur moi, parce que le manque d’informations me fera dire une parole de travers. Je ferais mieux de rester vague. « Oh… J’ai diapré un cactus, pour le prince. La concubine avait des réactions assez étranges, et voulait me tenir au secret. J’ai peur d’avoir mis les pieds où il ne fallait pas alors… Il vaudrait mieux que je me fasse oublier quelques temps. » Elle ne me dit rien, sur cet enfant qu’elle porte. Je dois visiblement être déjà informé, et vu à quel point elle est avancée, j’imagine bien que oui. C’est tout de même étrange qu’elle ne souhaite pas s’épancher dessus, non ? Ca me plairait assez, peu importe de qui est cet enfant, de l’entendre me parler d’à quel point elle doit être heureuse. Oh mais le problème est peut-être là… Ce Tyr peut ne pas s’entendre avec son beau-frère, ce qui expliquerait qu’elle évite scrupuleusement le sujet pour songer à un autre.

J’observe derrière nous, encore un peu sceptique, face à ce rassemblement. Je n’ai pas réussi à avoir assez d’informations, c’est tellement plus compliqué d’en obtenir sans l’appui de la Cour des Miracles… J’ai l’impression de revenir à mes débuts, de jeune voleur, quand on vous lâche dans la nature pour voir comment vous vous débrouillez par vous-mêmes pour récolter quelques informations précieuses. « Le monde qui devient fou, apparemment. Ils parlent d’une réalité qui se déchire… Certains ont des souvenirs d’autres existences, qui ne sont pas les siennes, et ils se regroupent dans ce campement à Lorgol, parce qu’ils ressentent un… Appel. Tu en fais partie aussi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 554
J'ai : 37 ans
Je suis : Voleuse - Maitre Stratégie au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Le fils des Ombres
Mes autres visages: Bastien
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Un songe aigre-doux   Jeu 12 Oct - 21:54

Il parait parfois que le temps est comme suspendu. Que chaque seconde s'égraine avec lenteur, comme pour que l'on puisse savourer chacune d'elle et ne jamais l'oublier. Et j'aimerais que ce soit le cas là, maintenant. J'aimerais que cet instant ne cesse jamais, que je puisse continuer encore et encore à contempler ce visage si souriant. Je ne connais pas cet homme, ce frère qui est mort avec moi. Je n'ai jamais vu ces yeux brillants, cette façon qu'il a de me couver. Et surtout, je retrouve un sentiment que je pensais oublié depuis longtemps. Celui que, tant que ces yeux veillent sur moi, rien ne peut m'arriver. Mon Tyr, celui du monde que je connais, nous protège tous, sans la moindre distinction. Mais l'homme face à moi veille sur sa petite sœur et l'a toujours fait. Et ça, rien ne me le rendra jamais. Je fronce légèrement les sourcils à ses propos, effleurant son front pour y chasser une mèche de cheveux, dans un geste que je n'ai pas osé faire depuis des années. "Les choses changent Tyr et les années ne nous épargnent pas. Jamais." J'ai pourtant un doux sourire même si, en cet instant, je n'ai qu'une envie, c'est de pleurer. Mais ça ne servirait à rien alors que mes larmes ne sont déjà même pas sèches. "Tu crois qu'on peut vraiment rattraper le temps perdu ? Que ce n'est pas qu'une illusion derrière laquelle on se cache pour croire qu'on ne fait pas les mauvais choix ?"

Serrer ses doigts entre les miens me donne l'impression que tout ça est bien plus réel que tout ce que j'ai pu vivre jusque là. Les cauchemars s'envolent en un battement de cils et plus rien n'a d'importance. Sauf ce regard attristé alors qu'il se détourne de moi, dans un murmure. Qu'ai-je bien pu faire dans cette vie pour qu'il pense que je l'ai abandonné là aussi ? Comment puis-je être une sœur si lamentable, que j'arrive à le blesser dans toutes les existences que nous pourrions connaitre ? Et je murmure à mon tour, essayant de capter son regard, sans succès. "… je suis désolée si je l'ai fait." De l'avoir fait. Et le pire, dans tout cela, c'est que je peux pas vraiment lui dire ce que j'ai sur le cœur, que je ne sais pas vraiment quoi raconter pour ne pas me trahir. Il ne comprendrait pas, personne ne pourrait le faire. Pourtant, cette souffrance qui flotte entre nous est presque palpable. Comme si nous avions réussi à nous perdre dans cette vie comme dans l'autre.

Et, malgré mes peurs, malgré cette angoisse qui noue mes entrailles, je ne peux m'empêcher de sourire à ses propos. Mon frère, un mage ? Voilà quelque chose que Tyr aurait aimé. Mon Tyr en tout cas. Je suppose. "On dirait que tu aimes jouer avec le danger. Mais je suis heureuse que tu te fasses oublier ici, près de moi." Peut-être qu'avec un peu de chance, ces quelques instants volés à une réalité que je n'ai plus la moindre envie de retrouver, pourront lui faire autant de bien qu'à moi. Mais, à dire vrai, je suis incapable de savoir si cet instant me rend plus triste qu'heureuse et je ne suis pas sûre d'avoir envie de le savoir. Et je le suis des yeux, grimaçant alors que mon regard s'attarde sur cette foule, me demandant vaguement où est notre hippopotame. Je secoue la tête à cette pensée qui n'est pas des plus judicieuses en cet instant précis avant de me mordiller la lèvre, avec une moue pensive. "J'ai entendu cela également et j'ai croisé bien des gens qui parlent d'une autre vie. Tu … tu crois que cette existence pourrait ne pas être la vraie ? Et j'ai l'impression d'avoir des souvenirs qui ne sont pas les miens." A moins que ce ne soit cette vie qui n'est pas la mienne, je finis par ne plus savoir. Ou par ne plus avoir envie de savoir en réalité.

_________________

   

   
   
   
   
   
   
   
   


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 553
J'ai : 40 ans
Je suis : Second des Ombres

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Cour des Miracles
Mes autres visages: Maelys Aigrépine, Liam d'Outrevent
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Un songe aigre-doux   Sam 21 Oct - 1:24

C’est une lente agonie. C’est une plaie rouverte. C’est aussi un bonheur inespéré, que de la revoir. Elle m’a tellement manqué, qu’il est infiniment pénible de feinter, de me faire passer pour un autre Tyr qui n’a pas eu à vivre la douleur de sa perte. J’ai rêvé ce moment, tant de fois. Jusqu’à oublier son visage, et cesser d’en rêver. Maintenant, ce n’est plus seulement son souvenir qui me revient, mais une version grandie et mûre, comme si elle avait toujours vécu à mes côtés. Je peux le toucher, du bout des doigts. Je saurais certainement en capturer les subtilités à nouveau sur quelques pages, que je m’empresserais de griser.

Je reconnais ces expressions, qu’elle avait déjà à cette époque qui me paraît maintenant si reculée. Ce froncement de sourcils, ce doux sourire qu’elle m’adresse. Les choses changent, oui, mais parfois elles transcendent le temps. Mais c’est à mon tour de froncer les sourcils, de la même façon qu’elle le fait, car c’est de famille. Ses propos m’interpellent, à parler d’illusions derrière lesquelles se cacher. Les… Mauvais choix ? Est-ce que la Tara de cette réalité aussi nourrit bon nombre de regrets, qui la pousserait à commettre l’irréparable ? Pourtant, elle ne l’a pas fait. Elle est bien devant moi. J’ai l’impression de lui parler, à cette même Tara perdue, assassinée, suicidée. « Je le pense, oui. Je voudrais pouvoir le faire. Je voudrais qu’on me laisse une seconde chance… » J’effleure sa joue, du bout des doigts, à essuyer à nouveau du pouce le sillage de ses larmes. Je rajoute, avec douceur, comme craignant de la faire fuir : « Regrettes-tu les choix que tu as fait, Tara ? »

Je sens ensuite sa main chaude contre la mienne, comme pour me rappeler à elle, alors que mon regard s’évade. J’entends ses excuses, mais ce n’est pas à elle de les donner. Je me retiens de parler, de peur de perdre définitivement ma réserve. Je prends le temps de respirer posément, comme avant de devoir accomplir un saut difficile. J’essaie de lui sourire, même si c’est tristement. Oui, le Tyr de cette réalité doit être aussi joueur que je puis l’être, pour se retrouver en plein harem, embarqué dans des affaires politiques en Erebor. Nous revenons aux événements qui préoccupent tout le monde à Lorgol, et c’est ce qui est le plus évident à parler, pour nous deux. « Ils s’éveillent, avec les souvenirs d’une autre vie, d’une autre réalité. C’est… Une distorsion du temps. » Est-ce que je crois, sincèrement, que cette existence ne serait pas la vraie ? Question délicate. J’en suis presque persuadé, à la voir seulement en vie, devant moi. « C’est possible, oui. » J’étais prêt à lui confier, faire partie de ces mêmes gens qui doutent, qui ne font pas partie de ce plan d’existence… Mais sa confidence me laisse interdit. « Tu as des souvenirs d’une autre vie ? Tara… C’est impossible. » Cette situation est déjà improbable en soi, mais elle a un minimum de logique. Comment pourrait-elle se souvenir d’une existence qu’elle n’a pas pu vivre ? J’hésite. Je bute sur les mots, et lâche avec douleur : « Tara, c’est impossible parce que… Dans cette autre réalité, tu es morte. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 554
J'ai : 37 ans
Je suis : Voleuse - Maitre Stratégie au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Le fils des Ombres
Mes autres visages: Bastien
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Un songe aigre-doux   Sam 4 Nov - 18:58

Pourquoi nous infliger autant de mal ? Parce que ça fait mal non ? C'est ce que je devrais penser en réalité et non pas me raccrocher à cet espoir infime, stupide, que notre existence pourrait changer, que nous pourrions nous retrouver réellement, dans cette vie ou dans une autre. Je dois me rappeler que la Tara qu'il a perdue n'est plus depuis longtemps et que rien ne pourra changer cet état de fait. Je sois aussi me rappeler que l'homme qui me fait face n'est pas "mon" Tyr, qu'il n'est pas celui qui m'a été arraché par la force des choses, qui a laissé un vide que rien n'est jamais venu combler. Et que cette torture quotidienne de le voir tous les jours, de croiser son regard sans y lire le moindre signe de reconnaissance est pire que tout. Je pensais m'y être habituée, j'avais même réussi à m'en convaincre mais, en voyant le regard heureux de ce nouveau frère que je n'ai jamais perdu, je réalise que cette douleur ne cessera jamais.

Et pourtant, je ne peux me défaire de ce sentiment de le connaitre par cœur, de cette impression de saisir ses pensées sans qu'il n'ait à les énoncer à haute voix. Ce qui n'est pas le cas, évidemment, l'homme qui me fait face n'a pas été blessé comme a pu l'être celui que je côtoie depuis des années. Par ma faute. Ces quelques mots ne cessent de résonner dans mon esprit alors que nous arrivons tout de même à converser, que mes larmes se tarissent pour mieux reprendre quelques instants plus tard. Avec un peu de chance, il mettra ça sur le compte de la grossesse, il parait que cela peut influer sur l'humeur des femmes. Peut-être aurais-je été de celles qui pleurent sans cesse. Voilà encore autre chose que je ne saurais jamais vraiment. "Avoir une deuxième chance ? Voilà qui serait vraiment merveilleux. Mais j'espère que ce ne sera pas trop tard pour toi en tout cas. Je suis sûre que tu sauras te rattraper si c'est possible." Je me mordille la lèvre quand il m'interroge, haussant les épaules comme si la question n'était pas si importante que cela. "… c'est possible. Mais on ne peut pas vraiment changer le passé."

Même s'il semblerait que l'on puisse changer le cours du temps. Et du présent. De la réalité. Je ne sais qui a osé faire cela mais une part de moi rêve de le voir payer le prix fort. Personne n'a le droit de nous faire espérer de la sorte. Personne n'a le droit de pouvoir jouer avec les vies, de faire croire aux gens qu'ils peuvent enfin toucher du bout des doigts ce qu'ils ont perdu depuis longtemps, ce dont ils rêvent, sans savoir si cela pourra s'avérer possible ou pas. Et pire encore, personne ne peut vous laisser conscient de cela, de ce que vous avez perdu et de ce qui n'est, au fond, pas réel. J'ai une grimace à ses propos, inspirant doucement avant de souffler à mi-voix. "Une distorsion du temps. Tu m'as l'air sûr de toi Tyr." Et je n'aime pas cela. Parce que cela veut dire qu'il se rappelle de cette autre vie, de cette existence que nous avons mené ensemble et pourtant tellement séparés. Et que je ne sais pas comment gérer cette nouvelle. Je déglutis alors que je fronce les sourcils à ses propos. "Et pourquoi ce serait impossible que … ? Oh…"

Nous y sommes. Je suis morte donc. Je me sens un peu pâlir alors que je tremble. Je connais pourtant cette réalité, mais la douleur qui se dégage de Tyr alors qu'il prononce ses mots à haute voix est bien différente. Il n'a jamais parlé de moi, il n'a jamais évoqué cette sœur qu'il a perdue et je ne l'ai jamais vu porter son deuil. Mais maintenant, tout ce qu'il a pu ressentir me revient en pleine figure et le coup est violent. Bien plus que je l'aurai cru possible. Je sens les larmes remonter et je me rends bien compte que c'est le moment de choisir. De jouer l'innocente, de travestir la réalité ou de tenter autre chose. Quelque chose de dangereux qui pourrait nous porter préjudice à tous les deux. Mais, si cela peut me permettre de voir de nouveau son regard briller de bonheur comme il a pu le faire, le jeu n'en vaudrait-il pas la chandelle ? Alors je réponds, dans un murmure. "Tu m'as … perdue donc… mais tu es sûr que je suis morte ?" A dire vrai, c'est plus une supplique qu'une vraie question. Et sa réponse m'effraie. Sa certitude pourrait me faire encore plus de mal que je ne pourrais le supporter.

_________________

   

   
   
   
   
   
   
   
   


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 553
J'ai : 40 ans
Je suis : Second des Ombres

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Cour des Miracles
Mes autres visages: Maelys Aigrépine, Liam d'Outrevent
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Un songe aigre-doux   Lun 6 Nov - 15:33

Elle ne pense pas ce qu’elle dit, cette Tara illusionnée. Elle est résignée, même, derrière cette triste joie, comme si elle avait ressenti cette douleur jumelle. Ce ne sont pas des mensonges, non… Mais ce voile dans son regard en dit plus long que ses paroles. Elle a sans doute pu entrevoir un peu de cette existence déchirée, à travers un temps qui l’est tout autant. J’espère pour elle qu’elle n’en a pas vu la chute, alors même qu’elle est enceinte dans cette réalité. De qui ? Je brûle de lui poser la question, à espérer que ce ne soit pas de son meurtrier, de ce Jamal que je n’ai eu de cesse de chercher. Je peux tout supporter, mais pas venant d’elle.

J’ai un sourire triste, à son attention. Non c’est vrai, on ne peut pas changer le passé. Mais la voir ici, à nouveau à mes côtés, comme si elle avait seulement vécu sa vie de son côté… C’est une douce illusion qui me fait croire que c’est possible. « Pourquoi ce serait trop tard, Tara ? Je pourrais t’attendre… Vingt ans s’il le faut, ou plus. » Parce que je l’ai déjà fait, précisément. Vingt longues années où je n’ai cessé de penser à elle, où sa perte a finalement guidé toute mon existence. J’étais promis à une brillante carrière de stratège, gradé de l’armée lagrane, mais rien n’avait plus la moindre importance quand elle est morte. La Cour des Miracles a su me donner un second souffle, me faire oublier un temps cette tragédie qui a détruit ma famille, au profit d’une autre bien plus étendue, et si singulière. Mais maintenant ? J’ai bien l’impression que si je réintègre la réalité qui est mienne, je ne serais pas me relever deux fois de la même perte.

Je voudrais pouvoir l’arracher à cette existence, égoïstement. Je me fiche de savoir qui est son mari, au fond, où si elle aura eu d’autres enfants qui l’attendent. J’ai ce besoin viscéral de retrouver ma sœur. Je pourrais l’aider, pour celui qui grandit encore en son sein. Je pourrais lui trouver une place de choix à la Cour des Miracles, qu’elle ait développé des talents magiques ou non. Peu importe… Parce que, oui, je voudrais pouvoir toucher du bout des doigts cette seconde chance que l’on m’offre, cet espoir qui menace de me détruire.

« Le Tyr de cette autre vie… Il avait pris le temps d’étudier la question. » Pas assez, cependant, pour savoir comment il était possible d’en sortir, ou mieux, de rester ancré à cette autre réalité. J’aurais voulu le savoir, pour être à nouveau maître de notre destinée. J’ai peur, qu’à chaque instant, on me l’arrache pour me faire regagner une existence qui me paraîtra froide et désolée maintenant.

Je reste le regard dans le vide, quand elle prend la pleine-mesure de mes paroles. Elle est morte. Je ne pensais pas que ce serait aussi douloureux de le dire, après tout ce temps. Je devrais avoir fait mon deuil depuis de longues années, mais c’est comme si son spectre me hantait en permanence. Je me suis contenté de me cacher derrière des façades, des sourires. J’écarquille les yeux, sous le coup de la surprise, quand elle me demande avec cette innocence authentique si elle est bien morte, dans cette autre réalité, dans ma réalité. Je ne peux pas avoir rêvé et inventé cette douleur, toute cette existence passée sans elle. « Tu… Tu t’es jetée, dans le gouffre de Roc-Epine. » Ma voix tremble. J’ai le regard brillant, avec cette expression de vive douleur à me rappeler ces événements funestes, à les faire ressurgir du néant. « Tu nous avais même laissé une lettre, pour nous expliquer ton geste. Que tu n’as pas pu… Que tu n’arrivais pas à… A continuer de vivre. » Je secoue lentement la tête, et me frotte les yeux d’une main, avant de risquer un sourire peu convaincant. Je ne devrais pas lui dire que c’est à cause de lui, selon ce qui a pu se passer dans cette réalité… Je ne sais pas. Je ramène sa tête contre mon épaule, incapable d’affronter son regard, et reprends d’une voix chuchotante : « Je n’ai pas pu retrouver le corps… Mais de nombreux témoins m’ont confirmé, choqués, que tu avais sombré dans le vide. Je… On a dû fleurir une tombe vide. » Je prends une inspiration tremblante. « Tara… Je ne peux pas te perdre une seconde fois. Je ne pourrais pas le supporter. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 554
J'ai : 37 ans
Je suis : Voleuse - Maitre Stratégie au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Le fils des Ombres
Mes autres visages: Bastien
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Un songe aigre-doux   Jeu 30 Nov - 15:31

J’aimerais tellement pouvoir tout lui dire, tout lui raconter. Pouvoir parler à ce frère qui me manque depuis plus de vingt ans. Je pourrais lui dire des choses que je ne confiais qu’à lui lorsque nous étions enfants, je pourrais entendre de nouveau ce rire qui me réchauffait le cœur et auquel je ne peux plus me raccrocher depuis si longtemps. Et puis, j’aimerais qu’il comprenne les raisons de mon geste, de ce choix qui m’a semblé une évidence lorsque j’avais 17 ans mais qui, aujourd’hui me parait un moins clair. Pour qu’enfin, il me serre dans ses bras et me pardonne, en oubliant tout le mal que je lui ai fait, malgré moi. Mais c’est impossible. Peut-être parce que je n’arrive pas à me pardonner moi-même, que je suis tellement ancrée dans cette idée que si je brise le secret, plus rien ne sera comme avant, que je n’arrive pas à voir au-delà. Et ce, malgré le fait que mon illusion ait volé en éclats dans cette réalité qui n’est pas la mienne et que, pourtant, à mesure que passent les jours, je commence à vouloir considérer comme telle.

Alors je souffle, dans un rire mêlé de larmes, la seule chose qu’il convient de dire en cet instant, à ce frère que je chéris toujours autant, même si je n’ai plus le droit de l’appeler de la sorte, même des années plus tard, même sans avoir pu lui dire à quel point il m’a toujours été précieux, même en n’étant qu’un mentor parmi d’autres à la Cour des Miracles. "Tu ne devrais pas m’attendre Tyr. Rien ni personne ne vaut la peine qu’on l’attende aussi longtemps." Je ne devrais pas lui dire ça. Je devrais plutôt le supplier de m’attendre, de croire que je lui reviendrais, d’une façon ou d’une autre. Mais ce serait cruel non ? Et pourtant, cette part de moi, profondément égoïste a envie de prendre le pas sur l’autre. Pour être sûre qu’il sera toujours là pour moi. Je fronce les sourcils à ses propos, effleurant de nouveau sa joue, comme pour m’assurer qu’il est toujours là, que ce Tyr-là est bien mon frère et pas le Second qui ma fidélité la plus totale. "… et qu’en avait-il conclu ? Cette… réalité n’est pas la vraie alors ? Que va-t-il se passer ?" Quand est-ce que je vais te perdre de nouveau ? Voilà la question que je n’ai pas envie de formuler à haute voix. Mais qu’il peut lire sans peine sur mon visage, surtout s’il pense que je disparaitrais avec cette réalité.

Pourtant, même si je le sais, même si je suis probablement la mieux placée pour comprendre que je suis morte, l’entendre le dire à haute voix a quelque chose de si définitif, de si blessant que j’ai du mal à accuser le coup. La douleur avec laquelle il me dit que je me suis jetée dans le gouffre me fait de nouveau verser des larmes et je suis incapable de dire quoi que ce soit durant quelques secondes. Pourtant, je finis par souffler, dans un murmure. "Je suis tellement désolée Tyr." Et, quand il me serre contre lui je reste comme ça sans bouger, inspirant doucement et profitant de cette proximité que je n’aurais peut-être plus jamais l’occasion d’avoir avec lui. C’est peut-être ça qui donne la force de parler, de souffler ces quelques mots. Ou peut-être est-ce le fait qu’ils aient fleuri une tombe vide, qu’ils aient du pleurer quelqu’un qu’ils auraient plutôt dû détester voire mépriser. "… et si ta sœur… celle de cette autre vie. Si elle n’était pas morte ? Si elle… enfin, peut-être que la honte l’a empêchée de revenir à vous. Qu’elle n’a pas eu tout ce que j’ai eu moi et qui m’a permis d’avoir envie de vivre, qu’elle n’a pas pu avoir cette vie qui grandit en son sein et qu’elle s’est dit qu’elle ne pouvait pas vous affronter. Si tu ne l’avais pas vraiment perdue ?" Et si tu pouvais me retrouver Tyr, ouvrir les yeux et me reconnaitre. Si seulement tu pouvais le faire. Parce que je suis tellement incapable de me dévoiler et d’affronter cette peine qui est la sienne.

_________________

   

   
   
   
   
   
   
   
   


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 553
J'ai : 40 ans
Je suis : Second des Ombres

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Cour des Miracles
Mes autres visages: Maelys Aigrépine, Liam d'Outrevent
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Un songe aigre-doux   Jeu 28 Déc - 22:38

Est-ce son fantôme, son esprit ? Est-ce… Une illusion ?
Je la sens dans mes bras, tangible et réelle. Et pourtant, mes pensées me soufflent que tout va bientôt voler en éclat, que ces fragments de souvenirs qui s’échappent le révèlent déjà. Non, je ne peux pas la perdre à nouveau, pas encore. Je me sens incapable de le supporter, même s’il m’est enfin donné l’occasion unique de pouvoir lui parler à nouveau, comme dans un rêve éveillé. Je voudrais que ce cauchemar prenne fin, mais il perdure depuis de si longues années maintenant… Et ce qu’elle m’inflige est plus terrible encore.

Le désespoir. L’espoir.
Les deux s’entremêlent, dans ses suppliques.

Je ne veux pas la tourmenter de même. Je devrais lui dire que c’est impossible, encore moins maintenant que les Dieux m’ont accordé de la revoir. C’est comme une vielle blessure ravivée, qui n’avait déjà pu guérir correctement par le passé. Comment pourrais-je l’oublier, cesser d’espérer ? Ses traits sont à nouveau gravés dans ma mémoire. Et sa voix… Il paraît que c’est ce qui s’efface en premier, quand la mort vous prive d’un être cher. Ma gorge est tellement serrée que je ne parviens qu’à lui sourire, de ce masque qui se fissure. Mes yeux luisent, comme de l’eau trouble, rivés sur elle. Je ne l’ai pas abandonné après vingt longues années, toujours à chercher son meurtrier pour lui faire payer. « Si cette réalité se brise… Je trouverais un moyen de te ramener, Tara. » Et braver l’espace, le temps. Défier les Dieux eux-mêmes. Qu’importe !

Je secoue lentement la tête, dépassé. Je ne parviens plus à savoir ce qui est réel ou non, mais ce contact, de ces doigts qui effleurent ma joue, l’est certainement. « Ca n’a aucune importance, cette réalité ou une autre, tant que tu en fais partie. » C’est comme un poignard que l’on me retourne dans une plaie à nouveau à vif. Elle est cette douleur, mais infiniment plus aussi. Je commence seulement à la dépasser, pour me rattacher à cette résolution plus encore qu’à la moindre notion des réalités. Elles sont brisées, éclatées. Et ces fragments, s’il m’était seulement possible de les rassembler comme il le faudrait…

Rendre sa mort tangible en est presque insupportable. La serrer dans mes bras me le fait oublier un temps, avant que ses paroles murmurées me délaissent dans un profond doute. « Elle a… Elle attendait aussi un enfant. » Ma voix se brise. Je prends le temps d’inspirer calmement. « Personne ne survivrait à une telle chute, Tara. Je… » Non. C’est cruel. Pourquoi me dit-elle des choses pareilles ? Je la prends par les épaules, à mettre fin à notre étreinte pour l’observer plus longuement. C’est ce même tourment que retranscrit mon regard, alors que ses paroles paraissaient si… Limpides, comme si elle savait quelque chose que j’ignorais. Comme si…

Ma prise se resserre, fermement. Mon regard luit toujours, mais plus intense. « Tara, si tu as quelque chose à me dire sur cette autre réalité… Fais-le. Tu te souviens de quelque chose ? Tu as pu la… La voir, alors qu’elle devrait être morte ? Qu’est-ce… Qu’est-ce que tu as vu ? Tu dois me répondre, et cesser de me tourmenter. J’ai vraiment besoin de savoir, Tara. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 554
J'ai : 37 ans
Je suis : Voleuse - Maitre Stratégie au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Le fils des Ombres
Mes autres visages: Bastien
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Un songe aigre-doux   Lun 8 Jan - 13:27

Et que va-t-il se passer maintenant ? Est-ce que nous allons tous les deux continuer notre chemin, faire comme si rien de tout cela n’était arrivé en craignant le jour où l’illusion finira par laisser de nouveau place à la réalité ? Je sais bien que c’est impossible, encore moins quand je vois le regard de Tyr qui n’a jamais été aussi perdu et heureux à la fois d’aussi loin que je me souvienne. Je n’ai pas le droit de le faire espérer autant alors que tout finira par rentrer dans l’ordre. Un jour.

Mais si ce n’est pas le cas ? Si je ne faisais que creuser un peu plus ce trou béant que j’ai le sentiment d’avoir créé chez lui ? Que lui arrivera-t-il ? Mon sort à moi, je m’en moque totalement. Je veux juste qu’il soit heureux, apaisé, que ces ombres qui hantent son regard finissent enfin par disparaitre. Même si, pour ça, je dois le perdre pour de bon. Je bats des cils en voyant la façon dont il me couve du regard, comme s’il avait peur que je disparaisse s’il arrête de me fixer trop longtemps. Je le comprends, d’une certaine façon. Je sais que je ne retrouverais probablement jamais plus le frère que j’ai réussi à apercevoir en cet instant. Et qui me manque plus que je ne pourrais jamais le dire. Il n’y aurait de toute façon pas de mots pour lui dire ce que je ressens. Pourtant, je fronce les sourcils à ses propos et je soupire doucement. « Ne dis pas cela Tyr. Tu pourrais t’attirer les foudres des Dieux à vouloir… faire des choses contre nature. » Il m’inquiète, tant par ses paroles que par la conviction avec laquelle il les prononce.

Et je laisse filer un silence avant de secouer brièvement la tête. « Tu sais que les choses ne sont pas aussi simples. Même si on le souhaite ardemment. » J’ai essayé de parler d’une voix douce, comme si je m’adressais à un animal blessé. Parce qu’il ne peut pas se raccrocher à cela, quand bien même je le voudrais tout autant que lui, quand bien même cette réalité qui est supposée être la nôtre me semble de plus en plus loin à chaque parole que nous prononçons tous les deux, à chaque seconde que je passe avec lui. Je sais, je suis en train de me piéger moi-même dans une illusion mais j’ai envie d’y sauter à pieds joints et de ne plus jamais en sortir.

Je déglutis doucement avant de hocher la tête et de murmurer, aussi calmement que possible. « …elle ne voulait pas jeter le déshonneur sur la famille. Elle … elle a dû penser que c’était le mieux. Pour vous. » Le ton de sa voix me serre tellement le cœur que je suis incapable de répondre à son affirmation. Parce que si, on peut survivre à une telle chute. Par quel miracle ? Je n’en ai pas la moindre idée. J’ai souvent cru à une punition divine, avant de me dire que les Dieux avaient bien mieux à faire que de se soucier de moi. Alors c’était peut-être le fruit du hasard, le Destin, que sais-je encore. En tout cas, je suis toujours en vie. Malgré tout et malgré moi.

Mais, quand resserre son emprise sur moi, je sens comme une panique qui m’étreint. Et je secoue de nouveau la tête, les larmes montant de nouveau alors que je bafouille, sans vraiment m’en rendre compte. « Je … je…ne sais pas Tyr. Je ne sais plus. Tout semble si réel là, tout de suite, que je me demande si les souvenirs que je crois avoir ne sont pas que des illusions, des fragments de rêves qui s’obstinent à vouloir se faire plus réels qu’ils ne le sont. Et je… ne me souviens pas de tout. » Mensonges, évidemment. Mais je ne peux pas tout lui dévoiler. Pas maintenant. Pas comme ça. Je ne veux pas le perdre pour de bon, je ne suis pas encore prête en réalité, malgré tous les bons sentiments dont je crois être habitée. « … je… t’ai vu… à la Cour des Miracles… Tu es un brigand… et je…suis toujours en vie. Je crois. Mais… ça ne peut pas être réel… tu l’as dit toi-même. » Difficile de faire mieux et, s’il ne me retenait pas, je crois que je me serais enfuie sans demander mon reste. C’est trop. Beaucoup trop. Et j’ai envie que cela cesse. Tout comme j’aimerais ne plus jamais quitter cette réalité pour le garder à mes côtés.

_________________

   

   
   
   
   
   
   
   
   


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 553
J'ai : 40 ans
Je suis : Second des Ombres

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Cour des Miracles
Mes autres visages: Maelys Aigrépine, Liam d'Outrevent
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Un songe aigre-doux   Lun 5 Fév - 23:05

J’ouvre la bouche, sans qu’aucun son ne filtre, sous les réprimandes de Tara. Comment peut-elle le prendre avec autant de calme, à s’inquiéter de mon sort, alors même que nous parlons de sa propre mort ? Qu’importe, les Dieux. Isil me reprochait-elle réellement de vouloir réaliser l’impossible ? N’est-ce pas l’essence même qui définit les voleurs talentueux ? S’il m’est donné la possibilité de la toucher, de la sentir, de lui parler… Ne peut-elle rester avec moi ? Nous sommes dans l’Entre-Deux. Et même si je ne devrais pas me rattacher à cet espoir infime qu’elle pourra rester à mes côtés… Je ne peux pas m’en empêcher. Tara est là, devant moi. Là, comme elle aurait dû l’être, non comme cette petite sœur insouciante, mais en femme accomplie qui a su tracer sa propre destinée.

Je lui souris, d’un air factice. Je ne réponds rien. Qu’elle croit m’avoir convaincu, si elle veut apaiser ses craintes. « J’ai surtout appris que, quand on veut, on peut. » Non, rien n’est simple, et rien ne le sera jamais, surtout la concernant. Je sais seulement qu’elle ne peut pas me serrer dans ses bras que pour mieux m’arracher cette joie. Je refuse qu’on me la rende, l’espace d’un instant, pour me lancer à nouveau sa mort au visage. Quand elle a décidé d’en finir avec cette existence, il en a été de même pour moi, d’une certaine manière. Je me suis brisé, pour mieux renaître sous d’autres traits, ceux d’un scélérat qui excelle davantage dans les larcins que les stratégies militaires. J’étais un gardien, un protecteur. Je le suis toujours, quelque part, mais tapi dans l’ombre. « Ne t’inquiètes pas pour moi, Tara. Peu importe ce qu’il va se passer ensuite. » Ma voix est aussi douce qu’assurée, même si c’est un pieux mensonge. Elle aurait sans doute des raisons de s’inquiéter, mais pas maintenant, pas maintenant…

Je marque un silence, à la fixer longuement, alors que cette Tara d’une réalité déformée, reprend les mêmes mots que ma sœur défunte. Je suppose que nous ne changeons pas suffisamment pour ne plus se reconnaître soi-même. Elle doit très exactement savoir ce qui a pu lui traverser l’esprit, avec ces souvenirs, alors même que son acte s’est révélé aussi violent qu’inattendu à mes yeux. « Des inepties. Le déshonneur est préférable à l’abandon, au rejet. C’est ce qu’elle a fait, égoïstement. Elle nous a laissé derrière, sans se soucier de nos propres sentiments, de la douleur que nous infligerait sa perte. Ce n’était qu’une enfant, et elle n’a pas réfléchie. Elle… Elle a choisi la voie de la facilité. » Même maintenant, son geste me paraît toujours aussi incompréhensible, même à la lumière des paroles de cette autre Tara, qui ne va sans doute bientôt plus savoir qui elle a en face d’elle. J’ai beau avoir la peau tannée et les cheveux éclaircis par le soleil, ces étranges yeux cerclés de rouge… Ces souvenirs douloureux sont bien trop profondément ancrés en moi pour réussir à feinter, à me faire passer pour quelqu’un d’autres. Ma voix est chargée d’amertume et de colère, autant de tristesse et de regrets. « Et si seulement j’avais été là pour elle… Nous aurions pu l’aider à surmonter cette épreuve, ensemble. »

J’ai sans doute été trop loin, à oublier toute retenue. Je lis l’incompréhension dans son regard, alors que Tara se fait plus confuse. Elle ne me laisse qu’une profonde déception, à se rétracter après avoir laissé sous-entendre quelque chose d’impossible, d’improbable. Durant un court laps de temps, j’avais cru avoir une conversation avec ma Tara, celle qui a décidé d’en finir avec la vie. Un espoir idiot, étouffé dans l’œuf par ses paroles.

Je n’ai pas osé lui dire, comme honteux devant elle. Je tire une grande fierté de mon parcours au sein de la Cour des Miracles, mais est-ce que celle qui fut ma sœur le comprendrait ? Seulement… Elle ne pouvait pas savoir sans lui avoir soufflé. Je me fige, quand elle en dit finalement davantage. Tara… En vie ? Comment le croire ? Comment l’espérer, même dans mes rêves les plus fous ? Elle revient à nouveau sur ses paroles, à me rendre cet espoir pour mieux me le retirer. L’envie me prendrait presque de la secouer, parce qu’elle va me rendre fou. Totalement fou. « Tu es sûre ? Tara… Tu m’as vu à la Cour des Miracles ? Elle… Elle m’a vu ? C’est arrivé, après. Alors elle… » Non. C’est trop pour moi, trop d’un coup. Je relâche la pression sur ses épaules, le regard interdit, brillant. Dois-je seulement me fier à ce qu’elle me confie ? Elle est si hésitante. Je cherche peut-être seulement à lui faire dire ce que j’aimerais entendre de sa propre bouche. Mais elle ne peut pas le savoir autrement, si ? Un autre voleur a pu s’éveiller et me reconnaître, dans ce camp.

Tout est possible.
Rien n’est vraiment réel.

Je prends ma tête à deux mains, à pousser un profond soupir. « C’est… C’est tout ce que tu avais à me dire ? Tu n’as… Rien oublié ? » Comme ce ventre proéminant dont elle ne me dit rien. Et ma petite sœur suicidée. Fou, je vais vraiment le devenir. Je le suis peut-être déjà.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 554
J'ai : 37 ans
Je suis : Voleuse - Maitre Stratégie au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Le fils des Ombres
Mes autres visages: Bastien
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Un songe aigre-doux   Jeu 8 Fév - 14:02

Qu'ai-je donc fait en l'abordant de la sorte ? J'aurais dû fuir, à la seconde même où je l'ai reconnu. Il aurait cru à une illusion et aurait pu se dire qu'au vu des circonstances, c'était normal qu'il s'imagine des choses. Mais là, impossible de faire marche arrière, impossible de lui faire croire que notre rencontre n'a rien de réel. Si ce mot a encore un sens en cet instant précis. Et, quand je vois la flamme qui est en train de naitre dans ses yeux, quand je l'écoute, j'ai peur. Peur qu'il décide de faire quelque chose de stupide une fois que nous aurons tous retrouvé la place qui est la notre, si cela arrive un jour. Et j'ai envie de disparaitre pour de bon, que ce soit dans cette réalité ou dans l'autre. Pour qu'il ne lui arrive rien de mal, qu'il ne fasse rien qui ne mette sa vie en danger. J'aimerais qu'il m'oublie, qu'il ne souvienne pas avoir jamais eu une sœur qui a gâché sa vie.

Et je secoue la tête, les yeux brillants de larmes contenues, en réponse à son sourire qui n'a rien de naturel. "On ne peut pas tout faire Tyr. Pas sans avoir à en payer de lourdes conséquences." Pourtant, je me rends compte qu'une part de moi le comprends, bien plus que je ne voudrais l'admettre. Le pire dans tout ça ? C'est que je voudrais qu'il me retrouve dans cette autre vie. Et qu'il me serre dans ses bras sans m'en vouloir, sans se laisser envahir par la colère. Je sais que c'est impossible, que personne ne peut pardonner tant d'années de mensonges. Alors, je me contente de souffler, dans un murmure à peine audible. "Bien sûr que si je m'inquiète. Et sur ce qui va arriver maintenant. Je ne veux pas que tu agisses sans réfléchir, sans penser à toutes les conséquences possibles."

Son regard accroche le mien alors que j'essaie de justifier mon acte. Celui de sa sœur défunte. Difficile de mettre des mots sur quelque chose de si personnel, de si évident sur le moment et qui, au final, semble tellement stupide à l'entendre. Je me crispe tout de même un peu et je secoue la tête. "Il n'y a rien de… facile à décider de quitter tout ceux que l'on aime. Je suis persuadée qu'elle pensait que c'était pour vous, que le déshonneur aurait pire que tout. Et tu ne sais pas ce qu'il a pu lui dire, ce qu'elle a pu penser en cet instant." Et je laisse filer un silence, incapable de lui répondre quand il dit que les choses auraient différentes s'il avait été là. Peut-être. Surement même. Il aurait su me faire parler, me pousser à tout lui confier. Et nous aurions trouvé une solution ensemble. Mais ça, je ne peux pas lui dire. Parce qu'il n'a pas à porter encore plus de culpabilité qu'il ne le fait déjà. D'autant qu'à cette époque, je n'avais pas réfléchi ainsi. C'est avec les années que je l'ai réalisé. Malheureusement. Et je murmure, le regard un peu perdu dans le vide. "Elle était jeune. Et naïve. Ne t'en veux pas pour quelque chose qu'elle n'a pas réussi à comprendre lorsqu'il le fallait."

Je ne me rends compte que trop tard, quand je vois sa réaction, que je n'aurais jamais dû dire ça. Ou pas de cette façon en tout cas. Mais je ne vois pas vraiment comment revenir en arrière, comment  relativiser mes propos. Je me mordille la lèvre inférieure, hésitante, avant d'écarquiller les yeux quand il me relâche. "Je ne sais pas Tyr… je ne sais plus ce qui est réel, ce qui ne l'est pas. Il y a tellement de choses qui se bousculent que je ne comprends plus rien." Au moins, ce n'est pas du tout un mensonge. Parce que je commence vraiment à être tellement perdue que je me dis que tout cela n'était peut-être qu'un mauvais rêve, que notre vraie vie est là. Je me rapproche et pose mes deux mains sur les siennes avant de soupirer doucement. "… oublié ? Tu veux que je te parle de ces fragments de vie que j'ai eu l'impression de découvrir comme si c'était un rêve ? Comme si on me faisait une mauvaise blague…" Je finis par le relâcher et par souffler, essuyant distraitement une énième larme qui roule sur mes joues. "… je suis tellement désolée Tyr."

_________________

   

   
   
   
   
   
   
   
   


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 553
J'ai : 40 ans
Je suis : Second des Ombres

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Cour des Miracles
Mes autres visages: Maelys Aigrépine, Liam d'Outrevent
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Un songe aigre-doux   Dim 18 Fév - 23:33

C’est elle, la passionnée, l’aventurière. Elle qui a toujours voulu voir ce qui se trouvait derrière ces montagnes, de les gravir pour contempler cet océan doré. Ce qui m’intéressait était plus à portée de main, dans les livres et les enseignements qu’on me prodiguait. Je trouvais plus de richesses dans ces lignes que dans le paysage. Je suis parti, pour étudier la stratégie, pour obtenir un savoir prestigieux qui me distinguerait dans l’armée lagrane. Je n’ai pas réalisé une seule fois ce que je laissais derrière moi, avant de le perdre définitivement. Je n’ai même pas eu la chance de la revoir, avant qu’on me prive de ma sœur. Suicidée, massacrée, tuée. C’est cette amertume qui a guidé le restant de ma vie, mais pas seulement. C’est comme si elle avait toujours été là, dans mon sillage… Et cette présence constamment rappelée ne nourrissait que davantage mon désir de vengeance.

Je me fiche bien des conséquences, quand ça la concerne directement. Je peux la toucher, ce n’est pas une illusion, un rêve ou une création de mon esprit. Je peux la ramener. Elle ne veut rien entendre, et m’implore, le regard brillant, de réfléchir à mes actes. J’ouvre la bouche pour protester, mais me ravise bien vite. Je n’ai pas besoin de la convaincre. Il me faudrait trouver le moyen d’arrêter le temps, de perdurer dans cette réalité alternative, ou de l’amener dans la mienne. Je n’ai pas besoin de son consentement, et mes pensées sont déjà entièrement tournées vers l’élaboration d’une solution satisfaisante.

Elle a ses pensées, ancrées en elle… Celle de ma sœur suicidée. Elle la défend, comme si c’était son propre point de vue. Ca l’est sans doute un peu devenu. « Je sais qu’elle nous a abandonné, à cause de lui. » Ou c’est peut-être moi qui l’ai abandonné en premier, à partir au loin, comme si mes études auraient pu importer plus qu’elle. Tara ne m’a jamais rien dit, et c’était sans doute le pire. Nous étions si proches autrefois. Je n’ai pas su à quel point il l’avait jeté dans le plus cruel des désespoirs, presque poussé lui-même dans le vide. Je ne l’ai appris qu’au travers de son écriture tremblante, de cette ultime lettre d’adieu. Les paroles de cette autre Tara ne font que me le certifier, Jamal a été son bourreau.

Je passe une main tremblante sur mon visage, éprouvé. Ce silence… Il est pire que tout. Elle consent, sans un mot. Il lui suffit de fouiller dans ses souvenirs. J’aurais pu l’aider, mais je n’étais pas à ses côtés. Les larmes coulent à nouveau, sans qu’il me soit possible de les retenir, alors que les anciennes blessures se rouvrent. Elle essaie de me rassurer, de cette même voix, ce qui ne fait que me rappeler le poids de ma culpabilité.

Ses mains chaudes contre les miennes me sortent de ma torpeur. Je relève le regard pour lire la confusion dans son regard, tandis que le désarroi le plus total doit se voir en moi. Elle est Tara sans l’être… Mais elle ne peut pas me parler de la Cour des Miracles, d’un événement après sa propre mort, et me laisser ensuite sans réponse. J’attrape sa main plus fermement, comme un rescapé qui s’accrocherait au dernier bout de bois lui permettant de garder la tête hors de l’eau. « Oui, parle-moi encore de ces fragments de vie, je dois savoir… Tu comprends ? Tara, tu ne peux pas… Tu ne peux pas le savoir. C’est… Je n’ai rejoint la Cour des Miracles qu’après ta mort, que parce que je n’avais plus rien à perdre, parce que tu n’étais plus de ce monde. Qui a pu t’en parler ? Comment as-tu su… ? » Ma main se crispe contre la sienne, lâchant dans un éclat de voix brisée : « Je t’en prie… Dis-le moi ! »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 554
J'ai : 37 ans
Je suis : Voleuse - Maitre Stratégie au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Le fils des Ombres
Mes autres visages: Bastien
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Un songe aigre-doux   Sam 3 Mar - 18:54

Il faut que j’écoute mon bon sens, tout du moins, le peu qu’il me reste. Il faut que je laisse Tyr, ce frère que j’ai perdu il y a si longtemps et que je ne mérite en rien de retrouver, quand bien même ce n’est pas tout à fait lui. Mais avant, il faut que j’arrive à le convaincre d’éteindre cette étincelle d’espoir que j’ai fait naître dans ses yeux bien malgré moi. Enfin, pour ça, il faudrait que j’en ai vraiment envie. Et cette part de moi, celle qui regrette chaque jour d’avoir pris cette décision, d’avoir suivi cette voie, ne l’entend pas vraiment de cette oreille. J’essaie de l’ignorer, tout comme je m’efforce d’ignorer cette conviction qui émane de lui alors que je tente, visiblement en vain, de le raisonner. Il a choisi sa voie depuis longtemps déjà et je le connais en vérité. Bien mieux que je ne veux le reconnaître en cet instant précis.

Je soupire doucement à sa répartie, secouant la tête, même si je me rends compte que c’est en vain, qu’il ne changera pas d’avis à ce sujet. Et je finis par souffler, dans un murmure hésitant. « Elle ne voulait pas vous abandonner. Elle voulait vous épargner. Je… je sais que ça n’a pas marché, je le vois bien dans tes yeux mais elle ne voyait pas d’autres choix. » Oh j’aurais pu réfléchir. J’aurais dû le faire. Et j’aurais compris que je pouvais me réfugier auprès de mon grand frère, qu’il pourrait régler la situation. Il aurait trouvé une solution pour cet enfant et peut-être aurions-nous pu être heureux ensemble. Je finis alors par reprendre, toujours sur le même ton. « Voilà ce que nous montre cette réalité. Ce qui aurait pu être. Peut-être pour nous rappeler ce qui ne sera jamais. » Je ne sais même pas si je lui parle vraiment ou si je ne fais que penser à haute voix. Dans le fond, cela ne changera pas grand-chose, cela ne fera que le conforter dans sa haine envers Jamal. Je ne sais même plus si je lui en veux en vérité. Je m’en veux plus à moi-même et je ne pense pas qu’il pourrait vraiment le comprendre.

Et je ne me rends compte que trop tard que je ne fais qu’aggraver la situation en lui parlant de la Cour des Miracles. De cette vie qui est la notre alors qu’il n’en a même pas conscience. Je ne sais pas quoi lui répondre en réalité, comment stopper ce qui ne doit surtout pas devenir une révélation de ce qu’a pu devenir « sa » Tara. Est-ce que je parle vraiment de moi ? Laquelle est la plus réelle des deux ? Celle qui a tout perdu probablement. Certainement même. Après tout, ce sont ses souvenirs qui ne cessent de se bousculer dans mon esprit. Et sa douleur. Cette douleur incessante avec laquelle j’ai appris à vivre, que j’oublie parfois, mais qui reste toujours là. Je finir par souffler, à contre-coeur. « Pourquoi est-ce que tu dois savoir Tyr ? Ne peux-tu pas… oublier ? Tu dois vivre pour toi, tu dois… je t’ai fait tellement de mal déjà. Tu pourrais être heureux, tu pourrais… je ne sais pas... » Et je soupire longuement, me demandant à quel point le regard que je lui lance est en contradiction avec mes propos. « Quelle importance de savoir comment je sais celui que tu es devenu ? Qu’est-ce que ça changera ? » Et, pire encore, que fera-t-il s’il sait vraiment ?

_________________

   

   
   
   
   
   
   
   
   


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 553
J'ai : 40 ans
Je suis : Second des Ombres

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Cour des Miracles
Mes autres visages: Maelys Aigrépine, Liam d'Outrevent
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Un songe aigre-doux   Dim 4 Mar - 20:49

Mon poing se serre alors que, de sa voix hésitante, la Tara de ce monde tente de me convaincre du bien-fondé de la démarche de ma Tara suicidée, sacrifiée. J’ai nourri tellement de ressentiments envers Jamal toutes ces années, et pourtant, la surprise est de taille maintenant que son propre reflet s’adresse à moi. Je lui en veux sans doute autant qu’à moi, d’avoir fait ce choix. Je n’ai pas été là pour elle, comme j’aurais dû l’être, mais Tara… Elle n’a pas cherché à me retrouver non plus. Aucune excuse ne saura justifier son choix, celui de la facilité à mes yeux. Il m’a fallu longuement me reconstruire après son départ, vivre avec cette douleur, car il m’était impossible de couper entièrement avec. J’avais l’impression de voir son fantôme partout, à mes côtés. Je la cherchais certainement parmi le visage de mes proches, dans le regard d’une autre, ou quelques expressions qui reflétaient sa personnalité. Elle ne m’a jamais vraiment quittée, et cette douleur lancinante était pire que tout, comme un rappel constant de ce qui m’avait été privé.

Je ne dis rien, muré dans un silence douloureux. Même avec ses souvenirs, elle est convaincue de faire partie de ce monde. « Je… Je ne sais pas, Tara. » Tout est bien trop net, trop vivace pour moi. Le choc a été si rude, quand ces souvenirs me sont venus, face à Sitara d’Erebor… Il était plus facile de se convaincre devant la duchesse – ou devrais-je dire la concubine – que ces souvenirs implantés n’étaient qu’un mensonge. Je n’avais pas ressenti pleinement la douleur de sa perte avant de l’apercevoir. « Il y a des éléments, dans mes souvenirs, qui me laissent à penser que cette réalité a été ou est quelque part. Nous avions pris connaissance d’un savoir ancien et oublié, capable de remonter le temps, alors pourquoi pas le modifier ? Je ne sais pas combien de temps nous serons encore ici, dans ce monde-là, mais j’espère ne pas avoir à le quitter, à te quitter, maintenant que je t’ai retrouvé. » Elle est si fataliste… ! Cet aspect de sa personnalité est bien le même, chez celle qui a fait le choix d’en finir avec la vie. Je ne veux pas la brusquer davantage, mais elle se borne à refuser de me répondre ouvertement. L’envie me prendrait presque de la secouer et de lui hurler dessus, mais si elle prend la fuite, n’aurais-je pas tout perdu ? Je pourrais bien rester ici, à vivre dans ce mensonge. A l’entendre, c’est moi qui suis dans le faux. J’en viens à douter de ce qui est réel ou non. Je n’ai aucun souvenir de mon existence en Erebor, et elle… On dirait qu’elle se souvient de tout. Comment est-ce possible ? Ceux qui hantent ce camp sont désorientés, ne comprennent pas non plus d’où ils viennent, ce qui a pu se produire avant leur « éveil »…

Je lâche un rire sans joie, alors qu’elle me demande tout simplement d’oublier ce qu’elle vient de dire. Est-elle vraiment sérieuse ? Je lui rends un regard sévère cette fois. « De qui est cet enfant, Tara ? » Le sait-elle seulement ? Et elle a l’audace de me demander l’importance que pourrait avoir ces informations pour moi. Mes épaules s’affaissent sous un poids invisible. Soit elle est idiote, confuse ou… Ou elle ment très mal. A chaque fois qu’elle tente de se dérober, les doutes s’immiscent davantage, et deviennent progressivement des certitudes. « Ca aurait tout changé. Ca signifierait, Tara, que dans ce monde ou dans l’autre… Tu existes. Tu ne serais pas morte, suicidée. Non… Ca peut tout changer. » J’ai encore du mal à croire que le Destin pourrait réellement me la rendre. Nourrir cet espoir infime est une cruelle et douce torture. J’ai presque l’impression que ça pourrait me tuer, me rendre fou. Et dans cette folie, un éclat de lucidité me surprend. Je me fige, sous le choc de la révélation. « Tu ne veux pas me le dire. » Je la fixe intensément. Je me suis reculé pour mieux la regarder. Mes pensées s’agitent, sous ébullition, alors que les théories s’amoncellent. Ma voix, elle, souffle la glace. « Tu ne m’as pas seulement hanté, toutes ces années. Tu m’as aussi regardé évoluer sans toi. Tu es venue à Lorgol pour t’assurer de ce que j’étais devenu, puis tu es repartie. Tara… As-tu simulé ta mort pour ne pas avoir à affronter la honte de ta condition ? Personne dans ce camp n’a le souvenir de ces deux existences. Quand es-tu devenue une si piètre menteuse ? »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 554
J'ai : 37 ans
Je suis : Voleuse - Maitre Stratégie au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Le fils des Ombres
Mes autres visages: Bastien
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Un songe aigre-doux   Mar 6 Mar - 14:51

J’aimerais tellement l’aider à faire disparaitre cette douleur que je vois dans ses yeux. Je ne me rends compte que maintenant à quel point il l’a enfouie sans jamais l’oublier, à quel point j’ai été un poids sur ses épaules alors que j’avais fait ça pour l’éviter justement. Je n’ai réussi à qu’à le blesser d’avantage alors que je voulais juste qu’il puisse vivre sans avoir à porter la honte de la faute commise par sa sœur. Et je ne sais pas comment trouver les mots pour lui faire comprendre que je n’ai jamais voulu tout ça. Je fronce les sourcils, déglutissant avant de hausser les épaules. Je ne sais pas non plus. A dire vrai, je ne sais plus rien. Si ce n’est que ça fait mal de le voir comme ça, que j’ai l’impression de répandre du sel sur cette plaie béante alors que j’ai tout fait pour l’ignorer et que c’est encore pire pour lui. Le pire dans tout ça ? C’est que je ne peux rien faire.

Je soupire doucement, essayant de comprendre ce qu’il me dit avant de murmurer, d’un ton incrédule. « Tu veux dire que ce que nous vivons est aussi réel que cette autre vie ? Que c’est juste… autre chose, ailleurs ? Et… tu dois retrouver ta véritable existence Tyr, ta vie n’est pas ici. » Pas avec moi. C’est ma faute, je le sais bien et j’ai juste envie d’oublier tout ça pour de bon. De ne jamais me réveiller dans cette autre vie où j’ai tout gâché ou, si c’est le cas, de ne pas réaliser quel mal j’ai pu lui faire. A sa question, sur le père de l’enfant, je fronce les sourcils avant de hausser une épaule. « Je ne sais pas. J’ai… enfin la femme avec qui j’étais portait un enfant dans son autre vie. Je me dis que c’est peut-être le sien. Je n’ai pas souvenir d’avoir jamais porté un enfant. » Ou si, plusieurs même. Et leur père est Jamal. Est-ce que tu veux vraiment savoir ça grand frère ? Je me mordille la lèvre pour m’empêcher de dire tout ça et je soupire longuement pour reprendre mes esprits. « … c’est de la magie, je n’y comprends rien. Rien du tout. »

Et là, c’est encore pire. Je ne pensais même pas que ce que je pourrais dire aggraverait les choses, mais en fait si. Je le vois dans son regard qu’il est en train d’atteindre un point de rupture et que je peux le pousser ou essayer de le sauver. Sauf que j’ai la sensation de perdre tout contrôle, si tant est j’en ai eu un jour. Alors je rétorque, dans un murmure à peine audible. « … et ça change quoi si j’existe ? » Je sens mes mâchoires se contracter alors qu’il comprend enfin. J’aurais préféré qu’il ne fasse pas le rapprochement. Ou peut-être que si en fait, que je voulais qu’il sache. Je ne sais pas en vérité. Et, quand sa voix se fait de glace, je bats des cils avant de le repousser, les deux mains à plat sur son torse. « Tara est MORTE tu ne comprends pas ? Elle a mérité ce qu’il lui arrive ! Elle a mérité de tout perdre, de TE perdre ! Parce qu’elle était trop idiote pour comprendre les conséquences de ses actes ! » Je me recule d’un pas, essayant d’un geste rageur les larmes qui débordent alors que je reprends, d’un ton aigu qui frise l’hystérie « Je ne suis PAS partie. Je n’ai pas pu ! J’avais besoin de savoir que tu vivais ta vie ! Que tu… tu… » Et ma voix s’éteint toute seule alors que je baisse la tête, secouée par les sanglots. « … tu dois vivre sans moi. Je ne mérite pas de te retrouver. Pas après tout le mal que je t’ai fait. Et tu mérites une sœur qui ne t’a pas abandonné. » Et moi ? A quel point les dieux pourront me châtier cette fois ? De l’avoir autant blessé, d’avoir fait autant de mal à la personne la plus importante pour moi, celle que j’ai toujours chérie plus que tout.

_________________

   

   
   
   
   
   
   
   
   


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 553
J'ai : 40 ans
Je suis : Second des Ombres

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Cour des Miracles
Mes autres visages: Maelys Aigrépine, Liam d'Outrevent
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Un songe aigre-doux   Mar 24 Avr - 14:21

La surprise. Une fausse surprise, qui se grave sur ses traits, d’une Tara plus âgée, idéalisée, miraculée. Cette vie, aussi réelle qu’une autre ? Je ne savais pas ce qui était réel. Je ne savais plus. J’avais cru, pendant des dizaines d’année, qu’elle était morte. J’avais pris longtemps à m’en convaincre, sans jamais parvenir réellement à faire mon deuil. Ma vie était-elle ici, ou ailleurs, comme elle le prétendait ? Qu’en savait-elle au fond ? Est-ce que le Tyr non-mage valait mieux que le Tyr mage du Sang ? Je ne pensais pas. Cruelle ironie. Moi qui avais tellement rêvé de posséder également une once de magie, je m’étais davantage illustré dans une vie où Aura m’avait ignoré. Mais mage a diapré, ou voleur a secondé les ombres, ce n’était pas le plus important. Le choix ne me serait pas laissé.

Comme Tara ne m’avait pas donné le choix. Je l’écoutai, sans mot dire, m’inventer de nouveaux mensonges, se dissimuler derrière de nouveaux masques. Un transfert d’enfant, d’une vie à l’autre ? Je ris. Un rire mauvais, dément. Jamal… La lettre de Tara. Enceinte, abandonnée, souillée. Le monde commençait à tourner, tout autour de moi. Quelle importance ? Il n’avait plus de sens propre. Impossible de démêler le vrai du faux. Peut-être n’en avais-je plus l’envie, plus la volonté. Et ça change quoi si j’existe ? Ce murmure, à peine audible.  « Ca aurait tout changé. Tout. »

Car cette réalité n’était pas la seule à être un mensonge maintenant. Toute mon existence l’avait été. On m’avait menti, depuis bien vingt ans, et le réaliser aussi brutalement me coupa le souffle… Autant que les mains de Tara sur mon torse, qui me repoussaient avec violence. Je la fixai, interdit. Elle m’assénait ces mots, qu’on m’avait obligé à accepter, bien des années auparavant. Tara morte, suicidée. Tara, qui ne reviendra pas. Tara seule. Tara suicidée. Un hoquet douloureux passa mes lèvres, mais les larmes refusèrent de couler à nouveau. Elles furent remplacées par une colère sourde qui me prit au dépourvu, alors que je me relevai, que la gifle partait sans prévenir. Le coup claqua dans l’air. Le silence, salvateur.

J’aurais voulu me détourner d’elle. J’aurais voulu la prendre à nouveau dans mes bras.
Je l’aimais tellement. Je la haïssais tellement en cet instant.

Je me contentai de rester planté là, alors que mon souffle me revenait, saccadé. « Et moi, qu’est-ce que je mérite peut-être ? J’aurais aussi eu besoin de savoir que tu vivais ta vie. Tu es si égoïste… Et maintenant, tu vas à nouveau disparaître bien sûr. » Je secouai la tête, avant de me l’attraper des deux mains, me laissant retomber lourdement sur le muret de pierre. « Laisse-moi. Après tout, tu ne sais faire que ça : Fuir. » Un murmure, une supplique. C’en était bien plus que je ne pouvais en supporter. J’hurlai, la voix brisée : « VA-T’EN ! »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 554
J'ai : 37 ans
Je suis : Voleuse - Maitre Stratégie au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Le fils des Ombres
Mes autres visages: Bastien
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Un songe aigre-doux   Lun 30 Avr - 13:03

Je pourrais lui dire tellement de choses. Je devrais tout lui dire en vérité. Pour qu’il comprenne vraiment. Pas ces demi-vérités qui auraient le don de rendre fou n’importe qui. Mais j’en suis incapable, parce que ce serait réaliser à quel point je me suis fourvoyée dans mes actions, à quel point j’ai tout perdu en agissant de la sorte. Enfin que j’ai perdu encore plus de choses que je le croyais. Et ça fait mal, tellement mal de le voir comme ça, d’entendre ce rire mauvais qui s’échappe de ses lèvres. Pourtant, je l’ai mérité non ? Qu’il m’en veuille, qu’il me déteste même, après tout ce que je viens de lui dire. Malgré mon âge, j’ai de nouveau l’impression d’être cette jouvencelle de 17 printemps totalement perdue, prête aux pires erreurs.

Et je baisse les yeux à sa réponse, incapable de répondre. Tout changé… A quel point ma décision a affecté son existence ? Au point qu’il choisisse une autre voie ? Et pourtant, je n’arrive pas à imaginer Tyr autrement que dans le rôle qu’il a aujourd’hui. Mais il serait peut-être plus heureux, plus souriant. Il aurait peut-être une famille à lui, il aurait peut-être accepté de s’attacher vraiment. Et tout ça, c’est de ma faute. Je sens cette boule grandir dans ma gorge, ce mélange d’horreur face à l’immensité des conséquences de mon geste, mais des autres qui ont suivi également, de peine face à l’homme qu’il est devenu et celui qu’il aurait pu être. Tant de mélanges qui me donnent le vertige et me donnent envie de disparaître pour de bon cette fois. Pour que l’équilibre soit de nouveau rétabli et que le mensonge n’en soit plus un.

Je me fige quand je sens ses doigts claquer vivement sur ma joue et je lève la main pour l’effleurer, distraitement, sans même m’en rendre compte. Je l’ai perdu. Pour de bon, je le sais bien. Jamais Tyr n’aurait levé la main sur moi, même celui de cette réalité, j’en suis persuadée. Et il ne comprend pas. Il ne veux pas comprendre pourquoi j’ai fait ça, pourquoi je me déteste autant. Parce qu’il ne pourra jamais me haïr autant que moi, surtout en cet instant précis. J’essuie mes larmes en tremblant, grimaçant alors que ma joue commence à rougir. Et je murmure, sans même savoir s’il m’entend. « … je ne veux pas. Pas encore. Je ne voulais pas être égoïste, c’était… pour vous que j’ai fait ça. » Mais s’il avait raison ? Si je n’avais fait ça que pour moi ? Pour m’éviter de subir la honte, pour éviter d’avoir à vivre avec les conséquences de mon acte ? Je pose une main tremblante sur mon ventre qui s’agite et je déglutis tant bien que mal, sursautant lorsqu’il me hurle de partir. Et je le fixe, indécise. Je voudrais rester, le convaincre que je l’aime, qu’il a toujours été la personne la plus importante de mon existence, même s’il ne le savait pas, que j’ai suivi ses pas, parce que je ne savais pas faire autrement, que je ne me voyais pas faire autrement. Que j’ai besoin de lui, encore plus maintenant que jamais. Que je ne veux pas le perdre. Pire encore, que je veux le retrouver.

Mais il a raison. Je ne sais faire que ça. Fuir. Je ferme les yeux un instant et j’inspire longuement avant de souffler, toujours sur le même ton. « … alors retrouve-moi cette fois. Je t’en prie... » Parce que moi, je ne serais probablement pas capable de le faire, j’aurais trop peur. Parce que j’ai besoin qu’il le fasse, qu’il essaie de savoir où je suis, qui je suis. Quand bien même tout cela n’est peut-être que le pire des cauchemars que j’ai jamais pu vivre de toute mon existence. Et les dieux savent pertinemment que des cauchemars, j’en ai eu mon compte et davantage. « … pardon... » Et je me recule d’un pas. Puis d’un autre.

Avant de fuir dans les dédales de la ville et de m’écrouler quelques rues plus loin, les larmes coulant à un point tel que j’ai du mal à respirer. J’essaie pourtant, de reprendre mon souffle, de me contrôler, de me persuader que tout cela n’est pas réel. Mais c’est sans compter sur ce bébé, dont j’ignore tout, qui se met à cogner. J’ai même l’impression de voir sa main appuyer son ventre.  Et je pose mes doigts dessus, comme pour l’apaiser, ou m’apaiser moi-même. Et si cela ne fonctionne pas vraiment, cela me permet de réaliser à quel point tout cela est impossible. Rien de tout cela n’est réel. Et je n’ai pas fait de mal à Tyr. Pas autant. Pas comme ça. Il ne sait rien en vérité. Rien du tout. Et si je sors de ce cauchemar, il ne saura jamais. Jamais.

_________________

   

   
   
   
   
   
   
   
   


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Un songe aigre-doux   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un songe aigre-doux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cheveux doux et brillants
» Songe d'une Nudité...
» Doux moment en forêt (PV Yuko) [Hentaï] [Terminé]
» Sentir son corps se détachait du sol .PV Doux Cauchemar.
» Le doux calme de la pluie torrentielle [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Les Terres du Nord :: Lorgol aux Mille Tours :: Ville Basse-
Sauter vers: