AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un songe aigre-doux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 280
J'ai : 37 ans
Je suis : Voleuse - Maitre Stratégie au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Le fils des Ombres
Mes autres visages: /
La Cour des Miracles
Message Sujet: Un songe aigre-doux   Mer 28 Juin - 19:49


   
Livre II, Chapitre 4 • De Glace et de Sang
Tyr Parle d'Or & Tara Mille-Visages

   
Un songe aigre-doux

   
Quand l'illusion et la réalité s'entremêlent...

   


   
• Date : 29 mai 1002
   • Météo : le temps est clément
   • Statut du RP : privé
   • Résumé : Dans cette trame alternée, Tara déambule dans les rues de Lorgol, perdue dans ses pensées. Avant de tomber sur Tyr, son frère, persuadé qu'elle est morte depuis près de 20 ans. Est-ce toujours le cas dans cette réalité ? Est-il le frère qu'elle a toujours connu ?
   • Recensement :
   
Code:
• [b]29 mai 1002[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t2378-un-songe-aigre-doux]Un songe aigre-doux[/url] - [i]Tyr Parle d'Or & Tara Mille-Visages[/i]
    Dans cette trame alternée, Tara déambule dans les rues de Lorgol, perdue dans ses pensées. Avant de tomber sur Tyr, son frère, persuadé qu'elle est morte depuis près de 20 ans. Est-ce toujours le cas dans cette réalité ? Est-il le frère qu'elle a toujours connu ?
   

   

_________________



Spoiler:
 


Dernière édition par Tara Mille-Visages le Jeu 29 Juin - 12:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 280
J'ai : 37 ans
Je suis : Voleuse - Maitre Stratégie au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Le fils des Ombres
Mes autres visages: /
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Un songe aigre-doux   Mer 28 Juin - 19:50

Comment les choses peuvent être aussi familières et aussi différentes ? Comment le soleil peut-il briller au-dessus des tours de Lorgol alors que tout semble sans dessus dessous ? Si nous sommes arrivées à bon port avec Marjolaine, je ne saurais dire par quel miracle, ce n'est pas pour autant que les choses semblent enfin se résoudre et revenir à la normale. C'est même tout le contraire. Je sens toujours cette vie grandir en moi et je commence à dangereusement m'y habituer, qui que puissent être les véritables parents de ce bébé. Je me surprends à effleurer mon ventre rond, à sourire quand le bébé s'agite à, pire encore, à me dire que finalement, cette illusion en vaut bien une autre non ? Après tout, je n'ai même pas recroisé Jamal et je n'ai pas à me demander si tout ce que j'ai pu deviner nous concernant est réel. Je me contente de profiter d'un moment que je sais ne pas coller avec cette réalité qui est la mienne, sans savoir quand tout s'arrêtera, si cela s'arrêtera vraiment et surtout, sans arriver à deviner ce qui pourra bien se passer après. Tout est si irréel, tout est si flou que je n'arrive à me concentrer sur rien. Comme si mon don à saisir les subtilités, à distinguer le vrai du faux avait disparu avec ma magie. Non pas que je n'ai pas de capacités magiques, elles étaient apparues avant ma rencontre avec Jamal. Mais je n'ai jamais eu besoin de les développer et de me draper dans l'illusion pour avancer. Dans cette vie-là en tout cas.

Je suis tout de même rassurée de voir Archimède voler non loin. Il ne s'est encore jamais vraiment approché de moi mais je suis sûre que c'est lui. En tout cas, j'essaie de m'en persuader. Parce qu'il est le seul point de repère qu'il me reste de mon ancienne vie. J'ai tenté de me rapprocher de la Cour des Miracles mais tout est trop différent. Je n'ai vu ni Merle, ni Tyr, ni les autres. Comme si tout n'avait existé que dans mon esprit. Mes pas battent le pavé alors que je regarde distraitement autour de moi. Je suis allée voir notre monture qui se repose dans l'un des canaux non loin de la Cour. Je ne savais pas vraiment où l'installer mais là, elle patauge joyeusement, ne ressentant visiblement pas le besoin de charger qui que ce soit. Je ne sais pas où est passée Marjolaine mais j'espère que ses recherches sont plus fructueuses que les miennes. Et mes pensées s'égarent encore un peu plus, alors que je ne me rends même pas compte que je me perds dans les ruelles de la ville. Au moins, c'est bien la seule chose qui semble immuable et que mon cœur comme mon esprit reconnaissent sans la moindre hésitation. J'inspire doucement alors que mes doigts effleurent les pierres et qu'il fait un peu plus sombre. Il faut dire que les tours de Lorgol font de l'ombre et que le jour commence à décliner. Il faudrait que je rentre au campement. Les ruelles ne sont plus sures depuis que je ne connais plus les garnements qui hantent les lieux. Et j'ai de nouveau une pensée pour Merle, me demandant ce qu'il a pu devenir dans ce monde. J'étais tellement persuadée qu'il serait toujours là, fidèle au poste, comme tous les autres. Comme s'il n'y avait que moi qui avait changé. Et j'espérais que Tyr saurait trouver des réponses, me guider pour me sortir de là, tout en sachant que j'aurais été incapable de cacher mon identité. Les mêmes pensées se bousculent encore et toujours alors que je me dirige tranquillement vers le campement, m'arrêtant un instant vers les canaux, le regard posé sur Gertrude. J'inspire doucement avant de me figer, quand mon cœur a un raté devant la silhouette qui se dessine à quelques mètres de moi à peine.

Tyr.

Je déglutis alors que je sens les larmes qui brouillent déjà ma vue, incapable de savoir quoi faire ou quoi dire. Il est là. Il est en vie. Et si je me suis mariée à Jamal, il doit savoir que je suis en vie moi aussi non ? Sans bien savoir pourquoi, je me raccroche à cette idée et à celle, encore plus stupide, qu'il est identique à celui que j'ai connu. Et je me précipite dans ses bras sans même y réfléchir, le serrant contre moi et murmurant, d'une voix tremblante. "Tyr, tu es en vie, tu es là, tu vas bien." Faites qu'il soit le même, qu'il y ait au moins une chose qui n'ait pas changé. Pas un instant j'en viens à me dire qu'il peut lui aussi se rappeler de cette autre vie dans laquelle je suis morte, pas un instant je me dis qu'il ne me reconnaitra pas. J'ai juste envie, pour la première fois depuis presque vingt ans, de serrer mon frère dans mes bras. Peu importe ce qui arrivera après.  

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 163
J'ai : 40
Je suis : Second des Ombres

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Cour des Miracles
Mes autres visages: Maelys Aigrépine, Liam d'Outrevent
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Un songe aigre-doux   Ven 4 Aoû - 23:44

Lorgol. La Cité aux milles possibilités.
J’aurais dû me douter que la merveilleuse Lorgol, celle où je me suis installé il y a bientôt une vingtaine d’années, serait la plus touchée par ce fléau… Précisément parce que tout est possible ici bas. J’ai au moins obtenu la confirmation que j’attendais, après avoir retourné le problème en tout sens. C’est bien ce que nous craignions, Mille-Visages et moi, ce que nous avions longuement évoqué dans cette tour qui m’est désormais inaccessible. L’Ordre aura fini par réussir son coup, et à altérer le temps. Les éléments se recoupent pour tisser cette vérité, ou devrais-je plutôt dire ce mensonge ? Disons alors, cette vérité qui n’est pas la mienne.

Je me sens quelque peu déboussolé, privé de mes repères. J’aurais passé toute ma vie à apprendre, à m’enrichir de tant de connaissances… Pour que quelques fanatiques les réduisent à néant, en utilisant un savoir qui les dépasse. Cherchaient-ils vraiment à altérer le temps ainsi ? L’Ordre a, certes, repris le dessus, mais à quel prix… Au moins, mes yeux cerclés de rouge n’ont surpris personne, et je n’ai pas eu à me dissimuler comme mon père autrefois. Je n’aurais certainement pas pu quitter Erebor sur mes deux pieds, et encore moins rejoindre Lorgol avec un portail. La magie est partout, débridée. C’est le point positif.

Le négatif… C’est de voir cette Lorgol sous un autre visage, plus sombre et plus cruel. J’ai eu la chance, ou le malheur, de croiser ces quelques Ombres de la Cour des Miracles. Elle existe bien, mais personne ne me reconnaît, et moi non plus je ne reconnais personne parmi ces voleurs que j’ai alpagué. Je me suis éclipsé bien vite avant de m’attirer bien des ennuis, conscient qu’il me faudrait tourner la page. Je suis amer. Je devrais peut-être retourner en Lagrance ? Je ne sais pas ce que je pourrais découvrir là-bas, mais ça vaudrait le coup d’essayer. Qu’est-ce qui me retient encore ici ? Je n’en ai pas la moindre idée, et pourtant… Je me sens incapable de partir.

Je suis resté assis sur ce muret, qui surplombe le campement des réfugiés et les quais, de longues heures durant, à observer ce qui se passait en contrebas. Là, juste sous mes yeux, s’agitent un beau monde qui ne rêve que de retrouver son ancienne existence… Des personnes venues de tout horizon, qui se sont « éveillées » tout comme moi. Je ne suis pas le seul à me souvenir de notre réalité, comme si cette trame commençait lentement mais sûrement à se déchirer. Est-ce que cela signifie que nous retrouverons nos anciennes existences ? Je ne sais pas. Est-ce que je le voudrais ? La Cour des Miracles me manque, affreusement, mais cette magie unique, si grisante… Je risquerais de la perdre aussi. Me voilà face à un dilemme cornélien, devant lequel bien des personnes se sont déjà retrouvées. La connaissance, ou la magie ? Je secoue lentement la tête, avec un sourire. Comme si cela dépendait vraiment de moi !

Je devrais peut-être me réfugier à nouveau sous une de ces tentes, en l’échange de quelques services, car le jour commence déjà à décliner… Et les enfants de la nuit sont bien plus agressifs et entrepreneurs qu’ils ne l’ont été de mon époque. Je ne sais pas qui tient les rênes, mais il se débrouille bien plus mal que moi, ce qui me gargarise. Je sais survivre, pourtant, dans ce monde de la nuit. Je me suis rendu compte que personne ne me manquait vraiment, ce qui est autant un soulagement qu’une triste constatation. J’en ai vu tellement pleurer leurs proches, les chercher partout… J’ai uniquement voulu savoir si la Cour des Miracles m’accueillerait encore. Que dire de Mille-Visages ? Elle avait ma confiance, mais nous n’étions pas proches. Ses illusions mettaient toujours de la distance. De Liselotte, de Mélodie, des autres Ombres qui évoluaient à mes côtés ? Je me sentais l’obligation de les protéger, de leur donner les moyens de prétendre à leurs ambitions… Mais n’étais-je pas seulement tenu par le devoir ? Et de Merle ? Ah, ça… Bon débarras.

Non, la seule qui me manque, reste toujours celle qui m’a été arrachée trop tôt. Depuis dix ans, vingt ans… Le temps passe, mais rien ne change. Le temps s’altère, mais rien ne change. Mes mains se crispent, jusqu’à faire blanchir mes phalanges. Je les fixe, ailleurs. Et si… J’avais tort ? Je relève la tête. Je croirais presque la voir, là, parmi ceux qui passent sans s’arrêter sur les quais. Je croirais presque la voir comme elle serait sans doute maintenant, si elle était restée en vie. Quel âge aurait-elle alors ? Trente-sept années. Tellement qui lui ont été arrachées… Je suis certain qu’elle serait restée une belle femme, toujours aussi fière et courageuse, têtue mais si rieuse.

Cet élan de nostalgie me surprend, assez pour que j’oublie à nouveau ce qui m’entoure… Et celle que je pensais être une parfaite inconnue, qui aurait déjà tracé son chemin, se jette subitement dans mes bras. J’en ai le souffle coupé, à me retenir au muret pour ne pas tomber en arrière. J’entends cette voix, qui m’arrache des frissons, comme un souvenir qui cherche à percer, qui s’éveille pleinement… Ca ne peut pas être elle. Ca ne peut pas.

Je l’entends m’appeler par mon prénom, comme si nous nous connaissons. Je reste paralysé, avant de la repousser avec douceur d’une main pour mieux la regarder.

« C’est impossible. »

Si je suis en vie ? Si je suis là ? Si je vais bien ? Je ris subitement aux éclats, jusqu’à ce que les larmes m’en coulent. C’est elle, qui est morte, qui n’est pas là, qui s’est suicidée. Pourquoi est-elle… Devant moi ? Non, c’est impossible. Alors qui d’autres ? Comment l’expliquer ? Le Destin me joue un tour bien cruel, à me rendre cette sœur volée, dans un temps alterné et déchiré. Je la serre contre moi cette fois, avec force. Je sens tout mon corps trembler, incapable de choisir entre rire ou pleurer. Je fais les deux à la fois, à la toucher comme pour m’assurer qu’elle est bien réelle… Jusqu’à ce ventre rebondi de femme enceinte. Je me crispe, et décide de finalement m’en occuper plus tard.

Je suis trop heureux de la retrouver. Ma voix tremble, se meurt dans un murmure : « Tara… Tara, c’est bien toi ? »

Faites que le temps s’arrête. Qu’importe, la Cour des Miracles !
Je perds une famille, pour en retrouver une autre, plus chère encore. Je refuse qu’on me l’arrache à nouveau.

Faites que le temps s’arrête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 280
J'ai : 37 ans
Je suis : Voleuse - Maitre Stratégie au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Le fils des Ombres
Mes autres visages: /
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Un songe aigre-doux   Mer 16 Aoû - 19:30

Je n'ose pas me l'avouer mais j'ai peur. Pour la première fois depuis longtemps, je suis vraiment terrorisée. Je me sens démunie dans ce nouvel univers qui n'est pas le mien, qui est à la fois si différent et si familier. Tous mes points de repères ont été effacés, gommés de la surface de la terre sans que je ne puisse rien y faire, que ce soit Archimède, ma magie ou encore les gens qui me sont proches. Et c'est sans parler de cet enfant qui continue de grandir en moi, sans aucune explication rationnelle. Il donne des coups parfois et je me surprends à sourire en effleurant ce ventre rebondi, ce qui est probablement la pire des choses qui pourrait m'arriver. Car cela ne va pas durer non ? Le monde va redevenir celui qu'il était, cette Tara disparaitra avec le reste, tout comme cet enfant. Et je ne sais si je dois en être soulagée ou attristée.

Surtout quand mon regard croise celui de Tyr. C'est lui, ça ne peut être que lui. Ces yeux bleus, ce regard un peu perdu, triste aussi. Il n'a pas changé. Je ne réalise que maintenant à quel point je peux connaitre ses traits par cœur, à quel point j'ai passé du temps à l'observer sans qu'il ne s'en rende compte lorsque nous étions tous les deux à la Cour. Si je savais dessiner, je pourrais le représenter sans la moindre hésitation. Mon regard s'embue, le mur que je me suis construis toutes ces années se fissure à une rapidité presque effrayante alors que sa voix résonne.

C'est impossible.

Non, c'est juste ma faute. Tout est de ma faute Tyr, toute cette souffrance que je peux lire dans ses yeux depuis des années. Cette honte qui a assombri le nom de notre famille, qui a tout détruit. Je devrais fuir, éviter de lui donner de faux espoirs pour disparaitre dans quelques jours. Parce que je ne peux pas rester auprès de lui, pas comme ça. Surtout pas en portant un enfant. Et pourtant, quand je l'entends prononcer mon nom, tous les bonnes résolutions que je pourrais avoir s'envolent. Il ne m'appelle jamais Tara et maintenant, je crois que je commence enfin à comprendre pourquoi. Alors, au lieu de fuir, je hoche la tête, souriant alors que les larmes commencent à déborder sans que j'arrive à ne les retenir. "C'est moi oui. Ca fait tellement… tellement longtemps. Je pensais que tu m'aurais oubliée. Ou que tu n'aurais pas envie de me voir, qui sait ?" Comme si moi, j'aurais pu l'oublier si la situation avait été inversée. Comme si je n'aurais pas pu passer une journée sans penser à lui, sans me rappeler son rire, son regard malicieux, cette sensation d'être protégée en étant à ses côtés.

Et brusquement, je me demande si je n'ai pas commis une erreur en l'interpelant de la sorte. Que vais-je lui dire ? Quel mensonge vais-je encore bien pouvoir lui servir pour justifier ma présence ou encore le fait que cette réalité ne semble pas être la mienne non plus ? Mais je ne veux pas le perdre une fois de plus. Pas maintenant alors que mon cœur bat un peu plus vite, que je peux enfin l'appeler mon frère, le traiter comme tel. Peu m'importe mes autres repères, peu m'importe ce qui peut arriver demain. Et pourtant, je me recule d'un pas, le regard hésitant, la main tremblante, alors que je ne peux m'empêcher de la poser sur sa joue, pour l'effleurer, pour garder un contact avec lui, si ténu soit-il. "Comment es-tu arrivé ici ? Que s'est-il passé ?" Et pourquoi as-tu l'air si différent du Tyr que je côtoie depuis des années à la Cour des Miracles ? Et, l'espace d'une seconde, mon esprit me souffle que c'est parce que, pour la première depuis que je le connais à la Cour des Miracles, il a l'air heureux. Choqué, mais heureux. Et c'est peut-être pire que tout. Parce que, dans le fond, je n'ai peut-être plus envie de retrouver cet autre monde qui est le notre.

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 163
J'ai : 40
Je suis : Second des Ombres

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Cour des Miracles
Mes autres visages: Maelys Aigrépine, Liam d'Outrevent
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Un songe aigre-doux   Dim 3 Sep - 9:23

J’effleure son visage d’un contact doux, à passer mon pouce sur ses joues pour essuyer ses larmes naissantes. J’enferme finalement sa mâchoire dans ma main pour mieux la regarder, pour ancrer ce regard ancien en le mien, dont le voile brillant altère le souvenir. Tara… Vingt ans plus tard. De très longues années qui ont fait, dans cette réalité, d’une jeune fille à l’intelligence si tourmentée, une femme mûre et resplendissante. J’en ai le souffle coupé, à redécouvrir ses traits si semblables, et pourtant si différents. La même Tara que j’ai perdu, que l’on me rend, bien des années après… Dire que mon coup de crayon avait fini par ne plus réussir à la reproduire fidèlement. Je veux graver ce visage au plus profond de ma mémoire, pour ne plus jamais l’oublier. Je veux me souvenir de cette voix, rendue plus poignante par l’émotion. Je veux… Que l’on me rende ma sœur.

Je sens cette pointe coupable, qui me transperce, alors que ses premiers mots me jettent dans la plus grande confusion. Je l’étreins à nouveau, à enfouir mon visage dans ces boucles claires. « Ne sois pas idiote, Tara… Comment aurais-je pu ? Tu étais ce que j’avais de plus précieux en ce monde. » Tu… Etais. La formulation est sans doute un peu cruelle, mais pouvoir maintenant la tenir dans mes bras, sans savoir si cette réalité se poursuivra, l’est bien davantage. Je n’ai jamais vraiment réussi à faire mon deuil en sachant son meurtrier toujours en cavale, toujours à échapper à ma vigilance. La revoir est comme rouvrir de vieilles blessures, dont je sous-estimais grandement la souffrance qu’elles pourraient à nouveau me causer.

Je tremble contre elle, mais reste peu décidé à la lâcher. J’ai peur d’être face à une illusion, qui bientôt se dissipera, me laissant seul aux prises avec moi-même. Désespérément seul, encore. « Ne me laisse pas. Je t’en prie. » Ce n’est rien qu’un murmure, un aveu de faiblesse… Je me maudirais plus tard de l’avoir eu. Pour l’instant, elle a réussi en un regard à faire fondre toutes mes barrières, à me briser aussi bien que m’emplir d’espoir.

Quand elle se recule d’un pas, à me questionner subitement, c’est comme un coup de fouet. Je l’entends, au bord de ma conscience, cette voix qui me souffle : Réveille-toi. Réveille-toi, Tyr… Ce n’est qu’un rêve. La réalité, elle, sera infiniment plus douloureuse quand mes yeux seront ouverts, grands ouverts. Je les frotte d’une main, ces yeux, comme pour me raisonner… Mais sa main chaude contre ma joue me ramène une nouvelle fois à elle. Se connait-on, dans cette réalité, vingt ans plus tard encore ? Son soulagement n’est peut-être dû qu’à mon absence prolongée. Ne suis-je pas parti depuis de longues années en Erebor ? Nous ne devons pas nous voir si souvent. Ce Tyr-là n’en éprouve peut-être pas le besoin, parce qu’il n’a pas vécu cette même tragédie, parce qu’il doit penser sa sœur heureuse avec… Avec qui au juste ? Ce ventre arrondi me glace les sangs. J’imagine, moi, ce Tyr lointain, ce corps brisé par le roc, disparu dans les abysses, si loin que nous n’avons pas pu le retrouver pour le ramener. Si loin, qu’il m’a fallu fleurir une tombe vide.

Ma mâchoire se crispe. Je cherche à me détendre, mais un éclat de rage a dû me trahir. Je pose une main fébrile sur la sienne et ferme les yeux, ceux-là même cerclés de rouge, qui ne me disent rien. « Je suis… » Quel mensonge pourrais-je bien inventé ? Tout s’entrechoque, et les mots me manquent. « J’avais seulement envie de te voir. » Le Tyr d’ici n’aurait certainement pas réagi si vivement, à la seule vue de sa sœur. « Ce n’est rien… J’ai quitté précipitamment le palais ducal en Erebor. J’ai peut-être été trop loin cette fois et tu… Tu me manquais. Comment… Comment se passe ta grossesse ? » Je bute sur les mots, c’est effroyable. Je n’essaie même pas de sourire. Je crois que ce masque se fissurait aussitôt, sous une joie éclatante ou une infinie tristesse, mais il ne tiendrait pas.

Je me fiche au fond de ce qu’elle peut me dire. Si seulement je peux profiter encore quelques heures d’elle, de pouvoir la retrouver… Je serais heureux. L’espace d’un instant, plus rien d’autres n’aura d’importance. J’oublierais tout de cet autre Tyr, rongé par la mort, par la haine. Je veux bien me mentir encore un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 280
J'ai : 37 ans
Je suis : Voleuse - Maitre Stratégie au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Le fils des Ombres
Mes autres visages: /
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Un songe aigre-doux   Jeu 21 Sep - 18:34

Mon cœur bat la chamade et je souris alors qu'il essuie les larmes qui perlent au coin de mes yeux. Et pourtant, que tous les dieux m'en soient témoin, je ne mérite pas tant de sollicitude. Pas maintenant, pas comme ça. Et la réalité de mes décisions, de tout le mal que j'ai pu lui faire, me revient en pleine figure. Alors que le monde autour de nous n'est qu'illusion. J'aimerais tellement pouvoir tout lui dire mais, au fond à quoi cela pourrait-il bien servir ? De quoi se rappelle-t-il ? Est-ce le Tyr que j'ai connu toutes ces années ou fait-il partie de cette illusion lui aussi ? Comme cet enfant, ce soi-disant mariage et j'en passe. Je ne sais pas ce que je préfère à dire vrai, même si j'aimerais qu'il ne soit pas celui à qui j'ai brisé le cœur, qu'il soit juste un frère un peu distant, que les années se sont contentées de creuser un gouffre entre nous. Et pourtant, si c'est bien le cas, j'aimerais comprendre cette Tara que je suis supposée être. Comment a-t-elle pu vivre loin de lui ? Loin de sa sagesse, de sa protection, loin de tout ce qui fait que, même si je n'avais pas le droit, je me suis rapprochée de lui. Je laisse filer un silence, me laissant aller à cette proximité que je m'interdis depuis tellement longtemps. Respirant dans son cou, je ferme les yeux et j'essaie de ne pas trembler, sans grand succès avant que je ne cille, quand il finit par me répondre. "Peut-être parce que les années ont passé et que tu… enfin que tu as mieux à faire que de te préoccuper de ton encombrante petite sœur." J'ai un rire un peu triste en désignant mon ventre rebondi, me demandant ce que le vrai Tyr pourrait bien penser. Parce que celui-là ne peut pas être réel.

Et je ne sais pas comment réagir. Est-ce que je ne lui dois pas la vérité ? La mienne en tout cas ? Ne devrais-je pas lui dire que ce monde n'est pas le mien ? Et qu'il n'est pas mon Tyr. Et que je m'en veux. Tellement. Je sens qu'il tremble lui aussi contre moi et je le serre un peu plus fort, ne sachant pas si c'est pour le soutenir ou pour me retenir à lui. Je me fige à ses paroles mais je serre ses doigts entre les miens en secouant la tête. "Je ne te laisserais pas. Jamais." Même si tu ne le sais pas. Même si tu penses que je t'ai abandonné depuis toutes ces années. Je suis là, je veille sur toi, malgré toi. Est-ce que c'est suffisant ? Bien sûr que non. Je sens alors son regard peser sur moi et, l'espace d'un instant, je suis de nouveau terrorisée. J'ai peur qu'il se rende compte que je ne suis pas sa Tara et qu'il va me repousser ou, pire encore, me poser des questions. Alors j'hésite à dire quelque chose, mais j'en suis incapable alors que mon regard accroche le sien et que je me demande si la détresse que j'ai l'impression de voir dans les yeux n'est que le reflet de la mienne ou pas. Mon regard se brouille de nouveau de larmes alors qu'il reprend. Il avait juste envie de me voir, il a quitté le palais. Ce n'est pas mon Tyr. Enfin, ce ne devrait pas l'être et pourtant, il n'a pas l'air convaincu par ce qu'il raconte. Et je fronce les sourcils, hésitant une seconde avant de souffler, dans un murmure. "Tu me manquais aussi Tyr." Tous les jours. Tout le temps. A chaque inspiration que je prends, à chaque fois que je te croise et que je ne peux pas te dire qui je suis. J'ai envie de lui demander ce qu'il fait en Erebor et je me mordille la lèvre un instant avant d'inspirer. "Aller trop loin ? Comment cela ? Et… tu… enfin, est-ce que tu as entendu parler de ce qui se passe ?" Je n'ai pas envie de parler de ma grossesse parce que ce n'est pas la mienne, que je refuse d'imaginer que Jamal ait pu concevoir cet enfant avec moi. Je retiens difficilement un frisson à cette pensée et je la chasse, essayant de deviner, sans trop y croire, si ce Tyr est si différent du mien. Et, si c'est le cas, est-ce que j'ai quand même le droit de profiter un peu de lui ? Juste un peu. De me blottir dans cet amour fraternel que j'ai condamné il y a tant d'années.

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Un songe aigre-doux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cheveux doux et brillants
» Songe d'une Nudité...
» Doux moment en forêt (PV Yuko) [Hentaï] [Terminé]
» Sentir son corps se détachait du sol .PV Doux Cauchemar.
» Le doux calme de la pluie torrentielle [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Les Terres du Nord :: Lorgol aux Mille Tours :: Ville Basse-
Sauter vers: