AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand on crie à Lou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 341
J'ai : 32 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Hjalden d’Evalkyr et au capitaine de l'Audacia
Mes autres visages: /
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Quand on crie à Lou   Jeu 6 Juil - 4:09


Livre II, Chapitre 4 • De Glace et de Sang
Solveig de Sovnheim, Vira Sabir & Lou-Ann Jedidiah

Quand on crie à Lou

Quand on crie au loup, ces idiotes de brebis bêlent



• Date : 21 juin 1002
• Météo (optionnel) : Superbe temps, le soleil frappe.
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Solveig et Vira sont rejointes par Lou-Ann qui meurt d'envie qu'on lui apprenne à se battre. Mais d'humeur joueuse les deux adultes décident de faire tourner en bourrique la jeune pirate pour lui rendre la monnaie de sa pièce en remettant en doute chacun de ses mots.
• Recensement :
Code:
• [b]21 juin 1002 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t2402-quand-on-crie-a-lou#72598]Quand on crie à Lou[/url] - [i]Solveig de Sovnheim, Vira Sabir & Lou-Ann Jedidiah[/i]
Solveig et Vira sont rejointes par Lou-Ann qui meurt d'envie qu'on lui apprenne à se battre. Mais d'humeur joueuse les deux adultes décident de faire tourner en bourrique la jeune pirate pour lui rendre la monnaie de sa pièce en remettant en doute chacun de ses mots.


_________________

#6666cc

   
Il était un petit navire
Qui n'avait ja-ja-jamais navigué
Qui n'avait ja-ja-jamais navigué


Dernière édition par Solveig de Sovnheim le Mar 11 Juil - 9:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 341
J'ai : 32 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Hjalden d’Evalkyr et au capitaine de l'Audacia
Mes autres visages: /
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: Quand on crie à Lou   Jeu 6 Juil - 4:10

D'une parade puissante, le bouclier de la kyréenne s'arrêta à un cheveux de la bouche de Vira. En des circonstances autres, dents, gencives et sang auraient volé en une myriade de petits bouts rougeâtres. Mais ici le but n'était pas d'édenter son amie mais de garder un entraînement régulier et de s'habituer au combat en mer.
La pirate avait tout de suite accepté de se joindre à elle pour ne pas la laisser seule s’entraîner sur de malheureux tonneaux n'ayant rien demandé mais surtout beaucoup trop stoïques. Elle avait bien pensé demander l'autorisation de suspendre des mannequins au mât grâce a une corde mais ce volontariat avait stoppé ses élans créatifs.

D'un sourire un peu fou, Solveig rencontra le regard de Vira qui n'avait pas une meilleure tête qu'elle. Si des ennemis s'étaient retrouvés sur le pont, la boucherie aurait été totale.
La guerrière décidant que c'était suffisant pour le bouclier et l'épée se sépara du premier en le jetant doucement derrière elle et retira sa ceinture pour y ranger l'épée qu'elle déposa contre le bastingage.

« Je te propose de passer au corps a corps à main nues mon amie ».

Les derniers mots avaient été prononcés dans sa langue natale. Sa façon à elle de communiquer avec l’îlienne qui adorait baragouiner dans sa langue. A force de la côtoyer Solveig avait finis par décrypter certains mots et se faisait un plaisir de participer au joyeux bordel chanteur avec des consonances gutturales.
Pour en revenir à cette séance d’entraînement musclée, la pirate savait faire plaisir à sa partenaire en choisissant ce style. Vira était d'une agilité et précision à couper le souffle, optant pour un style radicalement différent de la guerrière qui avait choisi la force et une économie de mouvement mortellement efficace. A eux deux, elles avaient une précision quasi chirurgicale.

Se mettant de profil, le bras le long du corps, Solveig plia simplement ses coudes et ses genoux, attendant que Vira se mette elle aussi en garde.
Ce choix de combat n'avait pas que vocation à faire plaisir à l’îlienne. Il était aussi extrêmement formateur pour s'habituer aux vagues sans pitiés qui heurtaient l'Audacia et qui provoquaient une nausée irrésistible à Sol quand l'emprise de Rhéa se faisait moins forte.
Apprendre a avoir le pied marin était une chose, combattre avec en était une autre.

Brusquement les deux femmes se jetèrent l'une sur l'autre sous le regard des autres pirates qui étaient tout à leur taches ou à leur pause détente.
La main de Solveig se tendit vers le cou de Vira mais cette dernière se baissa avec une souplesse de chat et lui envoya un coup dans l'estomac.
Leur manège dura ainsi un certain temps, les coups pleuvant sans pitié mais un regard plus insistant que les autres fit reculer la guerrière qui jeta un regard à une spectatrice qui était plus discrète qu'a son naturel.
L'heure de la pause avait sonné.

Donnant un coup de coude à celui de Vira, équivalent d'un serrage de main mais en moins collant, la nouvelle recrue qu'elle était adressa un franc sourire à Lou-Ann, l'un des rejetons de leur capitaine et seconde.

« Lou-Ann ! Tu nous attrapes les gourdes qui sont proches de toi ? »

Récupérant l'eau qu'elle avala avec reconnaissance, elle fit un clin d’œil à son amie avant de reprendre toujours avec le souffle un peu court.

« Alors quoi de neuf demie portion. »

Le terme était plus affectueux que réaliste, la fille devait certainement approcher de sa taille adulte définitive vu son age.
S'essuyant le visage en soulevant sa tunique de coton, Solveig récupéra son arme qu'elle accrocha derrière ses épaules. Elle ne pouvait pas s'en empêcher, sans elle s'était presque se retrouver à poile.

_________________

#6666cc

   
Il était un petit navire
Qui n'avait ja-ja-jamais navigué
Qui n'avait ja-ja-jamais navigué
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 86
J'ai : 35 ans
Je suis : pirate à bord de l'Audacia

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Rhéa et Philippe Jedidiah
Mes autres visages: AbigaÏl l'Embrasée ; Eponine Aubenacre
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: Quand on crie à Lou   Jeu 6 Juil - 17:47

Le bouclier s'arrêta net. Il était tellement proche que Vira pouvait presque y compter les quelques ébréchures dessus. Une goutte de sueur perlait sur son front. L'Îlienne la sentait caresser sournoisement sa peau. Mais ce n'était pas la sueur de sa peur. Celle de son excitation et de la chaleur que provoquait le mélange du temps chaud et d'un entraînement intensif. Le genre d'entraînement que Solveig et elle avaient décidé de faire pour ne pas s'affaiblir pendant les périodes sans combat. Un entraînement presque devenu quotidien qui attirait sa foule de curieux et de spectateurs.

Sur le plan du jeu bouclier/armes Solveig avait une réputation devenue bien ancrée. Peu de monde se risquait à provoquer Vira Sabir, la femme bonhomme aux lames acérés et au langage bien grossier de l'Audacia. Solveig semblait y éprouver un grand plaisir qu'elle partageait avec la pirate. Et Vira appréciait ses intermèdes musclés. En réalité, les deux étaient à armes égales. La force et l'agilité de Vira lui permettait de danser sur un pied d'égalité face à Solveig et sa maîtrise des armes. Sur un terrain plat peut-être que Sol gagnerait, ou bien elles se retrouveraient à armes égales. Mais ici, sur une vivenef que Vira foulait depuis près de vingt ans, sans compter les précédentes vivenefs qu'elle avait connu, l'Îlienne possédait un avantage non négligeable. Son amie Sol était aussi réputée pour son mal de mer, ce qui faisait souvent beaucoup rire Vira, comme cette fois où elle avait rendu son déjeuné alors qu'elle avait grimpé au mât, entraînant de ce fait un rude savon de la part du vigile. Auquel Vira avait répondu par de grands éclats de rire, comme à son habitude.

Un sourire carnassier éclaira le visage de l'Îlienne lorsque Sol lui proposa de passer à main nue. Une certaine fierté dansait dans ses yeux, heureuse de voir que son amie s'appliquait à mettre en pratique quelques mots dans sa langue tropicale. Elle regarda son adversaire se mettre en position, sur ses gardes, un sourire, parfait reflet du sien, sur les lèvres. S'il n'y avait pas la petite différence d'âge et leurs origines radicalement différentes, il aurait été facile de les prendre pour des sœurs. Enfin, pour Vira, Sol l'était, maintenant. Une sœur d'arme, pirate comme elle sur l'Audacia, appartenant à la grande famille de Rhéa. Dans un élan puissant, elle s'élance, en parfaite synchronisation avec Solveig. Les deux se heurtèrent, leurs mains puissantes se tendant vers l'autre. Un coup tranchant manqua de justesse sa gorge mais Vira esquiva dans un bond souple et agile, alors que son propre coup s'élançait déjà en direction de l'abdomen de son adversaire. Puissante. Agilité. Rapidité. Et surtout, prendre en considération son espace. Et Vira n'était à l'aise que sur les vivenfs car c'était là qu'elle avait grandi toute sa vie. Enfin, si l'on mettait de côté les quelques années qu'elle avait passé sur l'Archipel à écumer les tavernes pour écouter les récits des matelots et contempler les vivenefs qui barbotaient au port. Jusqu'au jour où elle s'était retrouvée à bord de l'Orichalque, bien évidemment.

Le combat dura encore quelques instants, sous le regard de ses spectateurs. Vira savait que leurs entraînements quotidiens étaient déjà soumis à des petits paris ici et là. Tant que ça restait maîtrisé et bon enfant, elle ne dirait rien. Mais Omen lui était témoin, aucun jeu, aucun pari ne se faisait sans qu'elle ne le sût. Elle ne parlait peut-être pas bien le dialecte d'Arven mais le langage des jeux était universel. Au bout d'un moment, Solveig décida de faire une pause. Vira ne comprit pas de suite les raisons, même si elle était déjà trempée de sueurs et qu'elle se serait bien hydrater avec une bonne bière. Vira s'était ruée sur une Sol qui avait arrêté au dernier moment et ce fut une Vira emportée par son élan qui manqua de peu de tomber lourdement sur la fille aînée du capitaine. Elle se rattrapa de justesse et avec un petit tour sur elle-même au dernier moment, parvint à garder l'équilibre et éviter ainsi de tuer par étouffement la petite mousse. D'un geste de la main suivi d'un grand rire, elle ébouriffa les cheveux de la p'tiote avant de rendre un coup de coude à Solveig qui demandait déjà à Lou d'aller chercher de l'eau. Elle l'aimait bien ce drôle, Vira. Au fond, elle aimait beaucoup les enfants, surtout les enfants de pirates qui ne chouinaient pas pour une poupée cassée ou un bleu sur le genou.

-L'prochaine', j'vais lui mettt'e la rousse d'sa vie ! rit-elle à l'adresse de Lou-Ann avec un clin d’œil. T'veux que'que chose, ptite mousse ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 454
J'ai : 15 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'Audacia
Mes autres visages:
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: Quand on crie à Lou   Ven 7 Juil - 12:01

Cela fait quelques jours que Lou s’entraîne en compagnie de Solveig au maniement de l’épée ; elle a trouvé dans cette pratique un défouloir non feint. Il faut dire qu’elle est un brin perturbée depuis cette réalité d’où elle s’est réchappée. Pour l’heure, elle n’a même pas daigné évoquer cette vie avec la jeune femme. C’est comme ça avec Lou, quand elle fait les choses, elle les fait toujours à fond ! Pour ce qui est de l’apprentissage de la lecture et écriture on repassera mais en revanche toutes les tâches dédiées à l’Audacia, elle est  la première sur le pont à participer et à apprendre.

Les échanges avec Sicq sur la cartographie, avec les autres pour le combat et avec la toute nouvelle pour le maniement des armes, autant d’informations qu’elle ingurgite avec plaisir.

Ce jour, le soleil darde ;  elle sort de sa cabine quand des bruits de lames, oh doux chant mélodieux, se font percevoir à son oreille. Un abordage ? ah non pas d’autres vivenefs à l’horizon.. probablement un entraînement.

Le soleil semble tout doucement monter, peut-être serait-il de bon ton qu’elle se rapproche des échanges, juste par curiosité. Le nettoyage du pont attendra, on ne fait pas attendre Solveig… jamais. Quand elle se rapproche, silencieusement, elle remarque effectivement Solveig aux prises avec Vira. Discrètement elle se dissimule derrière une caisse comme absorbée… un jour elle se battra comme elle, avec autant de flegme et d’aisance…. Elle l’a promis à Arsène, il y a quelques temps, future championne de Bellifère, oui ça lui collerait bien à la peau ce titre non ? Ambition démesurée bien pour cela qu’elle s’entraîne jusqu’à en perdre le moindre souffle ; même à terre elle continue…

Lou se souvient, un flash alors qu’elle pose la main sur le bastingage de elle en robe, Lena en pirate et surtout elle engoncée dans des habits trop serrés pour son ventre proéminent avec l’être l’habitant… fichus souvenirs ; elle aimerait tant les oublier mais ils semblent comme ancrés dans sa chair destinés à lui rappeler encore et toujours le chemin qu’elle a choisi, la piraterie… comme s’il y avait un doute à cela.

Elle est tellement absorbée qu’elle n’entend que la fin de la phrase de Solveig puis celle de Vira ; fronçant les sourcils à l’évocation de « demi portion » ; elle regarde la première ; ce qualificatif semble cordial dans sa bouche, mais elle préfère que tout doute soit balayé raison pour laquelle de manière peut être un peu trop courtoise elle lui dit « d’mi portion ? vraiment ? j’vous permets pas m’dame » ; elle lui tend tout de même les gourdes demandées et écoute Vira ; ouais p’tit mousse ça va mieux, elle hoche la tête « vl’a un qualificatif qu’jaime bien, pour la peine j’vais changer d’prof j’crois » dit elle en riant.

Puis les mains sur les hanches elle leur dit « z'êtes dispo pour me r'donner un cours ? ou z'êtes trop fatiguées ? » puis plantant son regard dans les leurs elle poursuit « y’a bien b’soin d’ça pour s’rappeler de c’qu’on est vraiment n’est ce pas ? vu c’que le destin nous a imposé le mois dernier ! ».

Elle les défie la jeune mousse une étincelle dans le regard prête à en découdre…  la seule chose qu’elle attend c’est savoir laquelle d'entre elle s'y collera aujourd'hui.

spoiler:
 

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
Quand on crie à Lou
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lapangel. Le lapin pas crétin [ Fini, à valider)
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» A QUAND UN NOUVEAU DEPART POUR EVITER UN AUTRE 29 FEVRIER ?
» Quand les dès sont jetés .....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Les Terres du Nord :: Au large :: L'Audacia-
Sauter vers: