AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La joueuse de flûte de l'Audacia.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 56
J'ai : 14 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'Audacia
Mes autres visages: Richard le Harnois
Le Pavillon Noir
Message Sujet: La joueuse de flûte de l'Audacia.   Lun 17 Juil - 23:40




Livre II, Chapitre 4 • De Glace et de Sang
Tim l'Escampette & Lou-Ann Jedidiah

la joueuse de flûte de l'Audacia

son rat et ses chaussettes




• Date : 05 juillet 1001
• Météo (optionnel) : soleil et nuage
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Tim fait une pause en plein nettoyage du pont supérieur, de peur de craquer devant tous ces gens bottinant sur la surface fraîchement lavée. Il fini par parler avec Lou-Ann Jedidiah et espère ne pas être être rouspété pour son repos. Il remarquera plus tard un rat aux agissements étranges, très collant envers la jeune fille et en déduira bien des choses...
• Recensement :
Code:
• [b]05 juillet 1001 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t2440-la-joueuse-de-flute-de-l-audacia-fb#73787]La joueuse de flûte de l'Audacia[/url] - [i]Tim l'Escampette & Lou-Ann Jedidiah[/i]
Tim fait une pause en plein nettoyage du pont supérieur, de peur de craquer devant tous ces gens bottinant sur la surface fraîchement lavée. Il fini par parler avec Lou-Ann Jedidiah et espère ne pas être être rouspété pour son repos. Il remarquera plus tard un rat aux agissements étranges, très collant envers la jeune fille et en déduira bien des choses...



Dernière édition par Tim l'Escampette le Mer 6 Sep - 20:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 56
J'ai : 14 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'Audacia
Mes autres visages: Richard le Harnois
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: La joueuse de flûte de l'Audacia.   Mar 18 Juil - 0:03

J'étais devenu bon menteur avec les années, tisseur de bobards et d'histoires en tout genre. Si bon dans mon domaine qu'on aurait pu me penser privilégié par Syned. Si bon que j'aurais pu y faire carrière d'après grand-mère qui, un jour, m'avait dit 'Mon petit, si tu mets autant de passion plus tard à tenir l'affaire familiale que tu n'en mets pour raconter tes salades, nous sommes bons pour tenir au moins une centaine d'années de plus – bien qu'il m'attriste d'admettre que d'ici là je ne serais plus là pour voir ça arriver.' Et ma grand-mère ne se trompait jamais, elle s'était éteinte trois ans après ça ; et elle n'aurait certainement pas apprécié de savoir quel chemin j'avais choisi de prendre quelques semaines plus tôt. Mon oncle Arthur, je m'en souvenais bien, un bon bonhomme rondouillard, avait renchéri en indiquant que j'aurais fait un très bon barde si j'avais su chanter juste (c'est bien sûr sous-estimer le métier), mais je n'étais pas bon chanteur, je ne le serais sans doute jamais ; car, quand je pousse la chansonnette, l'on croirait davantage entendre un chant de corneilles devant une carcasse qu'une mélodie humaine.

En tout les cas, à supposer que je sache chanter, je ne l'aurais pas fait, car j'étais actuellement ÉPUISÉ ! Et pas qu'un peu. Moins que la première semaine, mais il me fallait encore m'habituer. N'allez  pas croire que je regrettais mon choix de m'engager comme mousse sur l'Audacia, non non, c'était vachement plus jouissif que de regarder mon boulier et d'écouter la voix chevrotante du professeur de comptabilité !

Je poussais un soupir en regardant mon ouvrage en cours ; affaissé contre la rambarde, le seau d'eau à mes pieds et la petite brosse non loin, on m'avait mit à charge de nettoyer le pont, malheureusement pour moi il n'était pas petit. Et, je commençais sincèrement à grincer des dents en voyant des pirates me passer sous le nez de leurs grosses bottes qui salissaient mon travail. À cette allure je n'en finirais jamais et j'allais probablement finir par faire un caprice... chose que je détestais faire, mais qui me dépassait complètement. C'était un peu comme le problème de la gente féminine, mon tuteur me disait que lorsqu'une femme était dans sa mauvaise phase, elle était affreusement susceptible et cela ne dépendait pas d'elle, mais de ce qu'il appelait les 'hormones'. On avait des conversations forts variées sur les femmes avec mon tuteur et il s'entendait très bien sur celles-ci avec mon père. J'en étais devenu franchement à l'aise et bien au courant de tout je me disais. J'étais certain de connaître tous leurs secrets. Enfin bref, d'après moi mes caprices devaient être hormonaux, cela ne dépendait pas de moi, j'étais leur victime.

Parlant de femme, une plutôt jeune venait de m'arracher un froncement de sourcils, elle aussi ne se privait visiblement pas pour rester sur le pont mouillé, pire encore j'avais l'impression qu'elle y restait collée ; parce que ses chaussures ne bougeaient pas d'une semelle. Je relevais la tête pour constater qu'elle me fixait ; à moins qu'elle n'ai vu une mouette me foncer dessus dans le dos, si c'était le cas j'étais mal barre ! D'un coup de tête rapide je jetais un œil en arrière avant de revenir à elle. Non. Pas de mouette en vue ou bien trop haute pour qu'elle puisse calculer qu'elle me lâcherait une fiente sur l'épaule sous peu.
Tilt.
Ah... c'était la fille du capitaine... était-elle en charge de la surveillance des dernières recrues ? J'étais mal si c'était le cas... je pouvais bien m'y remettre, naturellement, mais j'avais vraiment, vraiment, vraiment besoin d'une micro pause. Pour le bien de mes hormones, je devais évacuer et parler de n'importe quoi à n'importe qui ! En gros, elle tombait bien  la Jedidiah ! Une présentation dans ce cas, même si je savais déjà à qui j'avais à faire, je jouerais la carte de l'ignorance, j'étais doué pour porter un masque, presque autant que pour créer des histoires abracadabrantes.

« B'jour ! Moi c'est Tim, Tim Alcali et toi ? » J'avais encore un peu de mal a avaler des morceaux de mot, mais je m’entraînais petit à petit, déjà le 'bonjour' ainsi raccourci semblait plus naturel que le premier que j'avais sorti en mettant pieds à bord. Je ne désirais pas qu'on me soupçonne d'être de bonne famille (bien que plus tard cela ne me poserait plus tant de soucis que ça), qu'on s'étende dessus et qu'on finisse par trouver l'erreur en mes mensonges -ils auraient pu s'en moquer, mais j'avais peur quelque part qu'on me ramène par la peau des fesses à Lorgol, puis à l'Académie et enfin à mes parents... les roustes de Gregory n'était sans doute rien à côté de celles qui m'attendaient s'ils l'apprenaient !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 554
J'ai : 16 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'Audacia
Mes autres visages:
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: La joueuse de flûte de l'Audacia.   Mer 19 Juil - 10:08

Cela fait quelques jours maintenant qu’ils sont repartis de Lorgol ; l’Audacia vogue sur les rives de Bellifère et Lou reprend tout doucement pied depuis son enlèvement en compagnie notamment de sa sœur. Depuis cet instant, un changement profond s’opère en elle ; oh n’allez point croire qu’elle devient gentille, non elle est toujours cette enfant tumultueuse, moqueuse mais dorénavant encore plus qu’avant elle est à l’écoute, veut se battre et apprendre à se défendre. Ce n’est pas demain la veille qu’on la kidnappera alors ça c’est sûr !!

Par contre depuis le départ de Lorgol un phénomène étrange se déroule sous les yeux de la jeune mousse ; à chaque réveil, des chaussettes trônent sur son hamac ! Ce serait des chaussettes pour ainsi dire normales, passe encore mais non elles ne sont nullement de sa taille. Un brin perplexe elle ne s’inquiète pas outre mesure et s’obstine à les remettre sur le pont ; hélant un pirate « j’en ai ‘core trouvé si t’as plus d’chaussettes t’iras voir j’les ai posées là-bas » désignant du menton les quelques chaussettes éparpillées sur une caisse.

Ce jour, elle se réveille mais comme tous les autres jours ce n’est pas trois ou quatre chaussettes trônant à côté d’elle non c’est une vingtaine ; au bas mot, il doit y avoir non seulement toutes celles qu’elle avait laissées pour que les propriétaires les récupère plus dix autres nouvelles. Cette fois ci elles ne sont pas seules puisque assis sur le paquet un rat la fixe… vous voyez le rat dans votre imagination qui sourit quand vous ouvrez un œil ? c’est à peu de choses près cela ! « fous l’camp » dit Lou avec un geste de la main suffisamment compréhensif pour que l’animal s’en aille. Que nenni, l’animal semble n’avoir absolument rien à cirer de ce que la fille du capitaine lui demande de faire.

Elle se lève furieuse ; le petit rat commence à courir, se cachant sous le hamac ; la main dans ses cheveux Lou reste un moment perplexe devant les chaussettes traînant ; elle se met à quatre pattes cherchant à trouver le petit rat sans le trouver « ‘tant chercher une ‘guille dans une meule de foin ».

Furibonde Lou  sort sur le pont, prend les chaussettes de l’équipage et hèle à nouveau le premier pirate venu « j’crois que j’ai trouvé l’cause des chaussettes de l’équipage sur mon hamac » désignant du menton « un rat ‘tait ‘ssis d’ssus c’matin ».

Tranquillement Lou se dirige vers le pont, une journée comme une autre à nettoyer et astiquer. Depuis quelques jours, elle s’est rendue compte qu’elle avait une aide, un jeune homme monté à bord il y a peu ; d’ailleurs au vu de sa tête il doit pas être bien plus vieux qu’elle… pour l’heure, la jeune mousse n’a qu’un seul ami véritable Arsène et les garçons elle les fuit toute manière comme la peste… elle est trop jeune toute manière.

Elle commence à nettoyer quand elle se sent fixée, un demi-tour pour voir une petite queue qui file se cacher derrière une caisse ; se rapprochant de celle-ci elle la contourne et les mains sur les hanches, elle voit le petit visiteur qu’elle avait vu dans sa cabine le matin-même une chaussette dans les dents « mais t’fais quoi toi là ? » la réponse qu’elle obtient c’est une chaussette à ses pieds, celle qui était dans sa gueule 5 minutes auparavant.  Levant les yeux au ciel elle abandonne de comprendre et poursuit son lavage de pont jurant un peu, se questionnant sur cet animal qui semble s’être entiché d’elle sans même savoir pourquoi.

Elle lève les yeux absorbée dans son travail et c’est là qu’elle remarque le jeune homme nouvellement embarqué bien inactif pour l’heure d’ailleurs ? il sait pas que la pause n’est point tolérée ? elle va tout de même pas astiquer tout le pont toute seule non ? Posant seau et balai elle se rapproche du garçon les mains sur les hanches à distance plus ou moins correcte elle commence à taper du pied tout en lui jetant un œil furibond alors qu’il se présente « t’appelles Tim ? bien » puis fièrement « moi c’est Lou-Ann, mais t’peux m’app’ler Lou s’tu veux ».

Alors qu’elle va pour se diriger vers le balai pour lui remettre dans les mains, elle entend quelques petits pas discrets se retournant à nouveau, le petit rat lui fait face avec cette fois ci deux chaussettes de plus dans la gueule soupirant elle s’adresse à Tim « dis moi l’est à toi c’rat ? l’trouve pas mieux que d’me poser l’chaussettes d’léquipage tous les matins » puis désignant les pieds du jeune homme « s’ten a plus d’lleurs sont toutes là bas » puis enchaînant « t’es p’irate à la base, t’fais quoi sur l’Audacia  au fait ? t’es d’passage ou t’vas rester ? ».

Lou est curieuse on ne peut lui enlever ça et un jeune garçon de son âge sur l’Audacia ça n’arrive pas tous les jours… s’il pouvait rester ce serait sympa non ?

_________________







DarkGreen- Dialogues
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 56
J'ai : 14 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'Audacia
Mes autres visages: Richard le Harnois
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: La joueuse de flûte de l'Audacia.   Dim 23 Juil - 21:53

Visiblement je ne m'étais pas trompé, sur tous les points d'ailleurs, non seulement c'était la fille du capitaine dénommée Lou-Ann, mais de plus, elle semblait être là pour me passer un savon. Oh. Je pouvais en faire autant moi, en lui indiquant qu'elle saccageait mon travail actuellement avec ses vieilles godasses toutes moisies par exemple, mais si ça se trouve, c'était le genre à se plaindre pour un rien... comme mes sœurs. « Ah, Tim a encore troué sa braie, maman. » « Tim il n'a pas été attentif en cours, papa. » « Tim, je l'ai vu jouer plus loin au lieu de rentrer à la maison ! » Et blablabla. Les trois quarts des choses balancées étaient erronées bien entendu. Déjà parce que je ne m'amusais pas à trouer ma braie tout seul, mais en plus, je ne jouais pas, j'étais davantage préoccupé à sauver mes fesses de Gregory et Tom ! 'Les filles... je vous jure.'

Le regard furibond qu'elle affichait et ses claquements de pieds ne m'invitaient guère à faire copain-copain avec elle. Dans le genre bonne fille je sais tout, on fait difficilement mieux comme pire premier aperçu, mais je décidais de faire avec en souriant et en faisant abstraction du paraître. J'avais toutes les cartes en mains pour m'en tirer à bon compte selon moi.

« Enchanté mademoiselle. » Fis-je en m'inclinant forcé avec des gestes de bras larges dans le but de lui arracher un sourire – en vain. Outre le fait de la voir se détourner, un rat venait en effet de me voler la vedette sur le pont. Un rat. Je répète, un rat. Avec des chaussettes. Dont l'une était mienne. Regard crispé je m’apprêtais à faire une remarque, mais elle me devança en me demandant si c'était le mien... ce n'était pourtant pas moi qu'il semblait coller ni observer avec autant d'adoration dans les yeux, tel un cabot attendant son bout de viande. Elle poursuivit sur les chaussettes. Il était donc voleur de chaussettes. Ah bah elle était bonne celle là. Peut-être était-il en prime issu de la Cour des Miracles ? Je pouffais en imaginant davantage de recrues de ce genre et les chapardages qu'ils faisaient en groupe. Elle me demanda ensuite si je comptais rester ou si j'étais simplement de passage.

C'était une bonne question. Désirais-je rester ou n'était-ce qu'un sentiment de passage, une envie de liberté et de fuite à atteindre avant un retour précipité et inévitable ? C'était encore trop tôt pour que je sache vraiment, mais je ne me voyais clairement pas retourner à l'Académie – j'en avais eu l'opportunité quand l'Audacia était revenu à quai, et je ne l'avais pas saisie parce que je ne souhaitais pas revivre dans ce lieu carré, stricte, en compagnie d'un boulier dans le but d'avoir plus tard un avenir tout conçu, sans surprise, et somme tout, barbant. Les yeux baissés, méditant en moi-même en fixant le sol, ma bouche se tordant, je décidais d'être franc, ne voyant aucune menace découlant de cette réponse honnête.

« J'en sais encore rien. » J'haussais les épaules en plus tout en ayant reporté mes mirettes sur elle. « Des fois je me sens bien, des fois je me sens nostalgique d'ailleurs, mais c'est que le début au fond je me dis. En ce moment, je me sens bien et avant ça, quand j'étais ailleurs, je voulais être ici. Tu comprends ? » Je penchais la tête sur le côté. Pour moi c'était évident ce que je racontais, mais j'avais l'impression que certains sur l'Audacia ne comprenaient pas tout... ou alors je parlais trop bien ou trop vite... oui, c'était peut-être ça. Je décidais de reprendre en étant plus vorace sur les mots. « D'fois j'm'sens bien t'vois, d'fois j'm'sens 'stalgique d'ailleurs là, mais c'que l'd'but au fond j'm'dis. C'moment, j'm'sens bien et 'vant ça, quand j't'ais ailleurs, j'voulais être 'ci. Tcaptes ? Hein » Sérieux, je la regardais fixement, en moi-même certain d'avoir bien reprit la phrase.

Quant au rat, je ne l'oubliais pas, je repris même à son sujet, sans avaler mes mots cette fois. « C'est peut-être ton âme sœur ? » J'enviais les mages et le lien qu'ils partageaient avec un animal, un lien unique, profond, magique. N'étant pas mage, mais curieux, je m'étais renseigné un peu dans les bibliothèques de l'Académie, mais pas assez pour saisir toutes les nuances et subtilités à ce sujet. « Tu l'entends pas dans ta tête ? » d'après un livre, l'animal était comme le reflet de la personnalité à laquelle il s'attachait. Si c'était le cas, cela voulait dire que la personne que j'avais en face de moi était une mage chapardeuse rusée et destructrice. Youpie.

_________________
HISSE ET OH
Ready here we come, we always get our way.
It's a pirate's life, every single day !


Tim ~ #C44C51
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 554
J'ai : 16 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'Audacia
Mes autres visages:
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: La joueuse de flûte de l'Audacia.   Lun 24 Juil - 13:33

Lou restait plantée là devant Tim les bras croisés devant elle un regard noir à l’égard du rat qui commençait sérieusement à l’agacer. C’était à croire que tout le monde s’était donné le mot depuis quelques temps pour lui chercher des noises non mais sérieusement ? Cela n’allait pas bientôt se terminer ? Une blague de mauvais goût d’un des pirates ? Oui c’est forcément cela, elle paye des années de brimade de x et y mais bon toutes les bonnes choses ont une fin à un moment donné et rira bien qui rira le dernier…. Bref ; de plus le jeune homme semble nullement impressionné de sa position et s’amuse même à reformuler ses paroles.

C’est peut-être cela qui fait qu’elle se déride un peu, éclatant de rire même ; un rire profond qui fait se retourner les quelques pirates présents aux alentours ; le rat s’en trouve effrayé au point d’aller se cacher derrière une caisse un peu plus loin « c’est bon t’a f’ni ? j’suis pas bête non plus t’sais ; j’ai compris c’que t’mas dit avant, pas b’soin d’te f’cer » puis elle se calme entre deux rires lui arrachant des larmes ; elle en mal au ventre tellement  ils étaient profonds ceux-là… « l’vache j’crois qu’ça v’faire longtemps qu’jai pas ri ‘tant ».

Bon il est temps de redevenir sérieuse avant de perdre toute crédibilité vis-à-vis du nouveau et cela semble être le bon moment non ? Cela n’empêche pas qu’elle le connaisse pas plus ! Il lui parle d’un autre lieu. Alors non seulement il s’amuse à parler comme eux mais en plus il parle en énigmes ? Lou le dévisage et reformule une autre de ses questions « d’quel aut’ endroit t’parles toi ; vu ta f’çon d’parler t’es pas p’rate, t’es quoi à la base ? » oui le garçon aiguisait sa curiosité et au moins en parlant avec lui elle oubliait la bestiole qui à nouveau lui ramenait des chaussettes. Tiens si elle jetait le rat par-dessus bord peut-être qu’il disparaîtrait ? non elle est pas comme cela Lou, elle profitera plutôt une fois l’Audacia à quai pour lui rendre sa liberté… sauf si elle vient vraiment à sympathiser avec la bestiole en elle-même, ça pourrait être rigolo et elle pourrait amorcer un chantage envers les pirates avec la restitution des chaussettes.

Elle cache cette idée dans son cerveau un petit sourire en coin ; ouais ça peut être marrant cela et conforme à cette part de sa personnalité, taquine… mais intelligente dans la manière de faire ; c’est pas moi c’est lui je vous assure.  Le tout était qu’elle ne se fasse pas prendre… et peut-être que si elle en parlait à Tim ils pourraient collaborer ? Qui sait !

A ce sujet, Tim lui demande si ce ne serait pas son familier « mon âme sœur t’rigoles j’espère » ; affront ; comment pouvait-il penser de telles choses et l’entendre dans sa tête ? « non mais soit t’es complètement fou, soit  t’pas compris ! l’est ‘paru du jour au lend’main ; c’nest nul’ment mon f’miler mais s’tu veux j’te le donne hein ! ».

Lou se dirige vers les caisses un peu plus loin là où elle a stocké toutes les chaussettes jusque-là ramenées et se rapprochant de Tim « t’veux bien m’der à les rendre à l’équipage ? sauf si t’veux pas ! j'aurais bien une autre d’dée en tête mais faut voir si j’peux ‘voir confiance en toi ? » sournoise «  près j’te file coup d’main pour l’pont, t’es sympa toi j’sens bien » ; oui bon c’est pas tous les jours que Lou est sympathique et allier travail et échange ça peut être sympa ? surtout elle a hâte d’en savoir un peu plus sur le nouveau venu et en l’occupant il lui dira peut-être d’autres choses ? qu’a-t-il donc à cacher sur lui de mystérieux… mystère et associé, Lou enquête un petit sourire en coin rieuse et malicieuse.

_________________







DarkGreen- Dialogues
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 56
J'ai : 14 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'Audacia
Mes autres visages: Richard le Harnois
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: La joueuse de flûte de l'Audacia.   Lun 24 Juil - 16:03

Elle le prenait bien ! Nulle offense en ma façon de l'imiter pour m'expliquer, elle rigolait même aux éclats. Un joli son et un joli rire contagieux qui me fit étirer mes lèvres pour sourire également bon enfant. Reprenant son sérieux, j'avais fini par aiguiser sa curiosité et les questions fusèrent d'un coup, ce qui n'était pas pour me faire plaisir, mais je le cachais bien. Honnêtement, je pensais que ma phrase suffirait, mais loin de là... et ma façon de parler n'était pas celle d'un pirate ; bon je comprenais bien à ce niveau, j'étais loin de rivaliser avec son baragouinage, tant mieux dans un sens. Me tâtant pour répondre, réfléchissant à une histoire cohérente, je remerciais intérieurement l'existence du rat de me donner plus de temps de réflexion.

Elle prit mal mon idée qu'il s'agissait là, peut-être, de son âme sœur. J'étais complètement fou à l'entendre... pourtant je trouvais sa situation et son rat beaucoup plus fantasques que mes suppositions à son égard. « Je préfère les chats. » lâchais-je comme un cheveu sur la soupe à sa proposition de me donner le petit chapardeur. Elle s'éloigna un peu sous mon regard interloqué et suspicieux, puis revint avec une pile de chaussettes à... rendre. J'haussais un sourcil. Rendre des chaussettes était une corvée loin d'être amusante ou passionnante. J'haussais mon second. Elle venait d'indiquer avoir une idée, mais seulement si elle pouvait me faire confiance. Ma curiosité avait été attisée. C'était mon tour. Je hochais la tête bien décidé à que dire à présent. Sérieux.

« Je t'aide et je te dis, c'est pas long et tu sauras que tu peux me faire confiance. J'aime pas en parler, donc voit ça comme un privilège. »


Je ferais court, droit au but, sans ambages – enfin elle le percevrait comme ça, mais j'arriverais à faire de cette histoire une réalité frappante et émouvante.

« Et bien tu vois, mon père était marchand d’huître à Euphoria, mais c'était jusqu'à ce qu'il en tombe sur une pas bonne un matin. Je me grattais la nuque, embarrassé de la bêtise d'un faux parent et d'une triste mort honteuse inventée. Maman et moi on a vu sa tête changer de couleur un peu, il n'arrivait plus à respirer tu vois et on a rien su faire... soupir emprunt de tristesse et yeux baissés, j'estimais qu'elle était amène de deviner la suite concernant ce père. On avait pas grand chose et un jour je me suis retrouvé tout seul, j'ai jamais su où elle était partie ni pourquoi d'ailleurs. Puis une branche de ma famille m'a accueilli et j'ai fini par accompagner ma cousine à Lorgol, elle est à l'Académie maintenant et elle est super intelligente. Je regardais loin dans ses yeux puis détournais le regard pour le diriger vers l'océan en souriant léger. Et j'ai fini par m'engager, me disant que je voyagerais ainsi et que je finirais par recroiser la route de ma mère peut-être. Puis, je ne voulais pas parasiter la vie de ma tante et de mon oncle... donc plutôt que finir mendiant ou voleur à Lorgol, j'ai fini mousse sur l'Audacia. » Je trottais du pied sur le sol, un peu las, mi fier mi nauséeux, fier de mon histoire, nauséeux de parce que c'était un récit pas joyeux – mais c'était ce qu'il fallait pour paraître crédible.

Je relevais le menton, sérieux, d'un garçon qui se relève quand la vie ne lui fait pas de cadeaux. « Je préférerais que ça reste entre nous. Je ne tiens pas à ce qu'on me prenne en pitié, même si je ne sais pas si les pirates ont pitié des gens. » J'étais curieux de la réponse à vrai dire. En outre, je ne tenais pas à ce qu'elle répande mon mensonge, sait-on jamais si je devais rajouter des choses par la suite.

« Un secret contre un secret, dis-moi ton idée. » fis-je insistant et pressé de l'entendre. Un jour viendrait peut-être où elle saurait la vérité, ce jour là, sans doute prendrait-elle cette amitié naissante comme un tissu de mensonge et me détesterait, mais j'étais loin de penser que Vérité fasse surface un jour. J'en doutais même. Quant à cette amitié, peut-être existerait-elle le temps d'un voyage avant de disparaître au prochain quai.

_________________
HISSE ET OH
Ready here we come, we always get our way.
It's a pirate's life, every single day !


Tim ~ #C44C51
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 554
J'ai : 16 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'Audacia
Mes autres visages:
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: La joueuse de flûte de l'Audacia.   Mer 26 Juil - 18:58

Dire que Lou a une idée derrière dans la tête à cet instant précis de l'échange avec Tim c'est une ironie puisqu'elle en a pas une seule, mais une floppée d'intéressantes. Elle a rigolé certes quand il a voulu s'exprimer à sa manière mais il ne faut pas oublier qu'elle est un poil rancunière avec le temps. C'est un fait évident qu'en grandissant on développe certaines qualités supplémentaires mais aussi des défauts tout aussi compliqués à vivre les uns que les autres.

Quand il lui promet révélations, contre informations la jeune mousse lui tend la main « t'peux compter sur moi j'nai qu'une parole » ouais bon il verra bien avec le temps qu'il faut toujours se méfier de Lou. Se perchant sur une caisse attenante, elle l'écoute le jeune Tim conter son histoire ; arquant les sourcils, posant ses mains sur ses hanches elle a presque envie de l'interrompe et de lui demander quand est ce qu'il aura terminé son exposé dramaturge ? Lou elle s'y connaît en histoires ; elle en a entendu dans les rues de Lorgol et là le jeune homme au bas mot mentait. Mais elle l'aura sa vengeance, chaque chose en son temps. Alors elle le laisse continuer, mettant la main devant la bouche, masquant un oh qu'elle ne fait point. Il faut savoir se mettre les partenaires de futur crime dans la poche non ? Sur le point de la comédie, la jeune mousse s'y connaissait guère ; serait-il assez perspicace pour remarquer qu'elle se moque de lui ? Elle verra bien après tout. De toute manière s'il vient à se vexer elle lui dira simplement qu'elle ne croit pas un traître mot de ce qu'il lui a raconté ; un partout balle au centre !

Quelques instants plus tard, l'aînée de Philippe préfère adopter une attitude calme, hochant la tête et une fois qu'il a terminé elle répond simplement « mouais pas f'cile tout ça ; j'comprends t'peux compter sur moi, j'dira rien»... dans la limite du raisonnable tout de même il faut pas se foutre de la tête du monde trop longtemps. C'est à ce moment là qu'un silence pesant s'installe entre eux deux. Serait-ce à elle de parler ? Mais bon, vu le manque de confiance manifeste qu'il lui porte pourquoi elle révélerait tout son projet ? Lou elle veut apprendre des choses sur l'Audacia et elle veut profiter de cette présence incongrue du rat pour s'attirer l'attention de quelques adultes. Pour l'heure personne semble être dans le besoin mais si le manège du rat se poursuit, il y a fort à parier que l'équipage va se balader pieds nus sur le pont, à ce moment là, Lou pourra intervenir.

Reprenant contenance, croisant les bras devant elle tapant avec les talons contre la caisse elle regarde à gauche à droite avant de se rapprocher de l'oreille de Tim « t'verras la vie d'mousse sur l'Audacia c'est pas t'jours évident ; faut savoir rester à sa place ; t'sais c'est pas parce que j'suis la fille du capitaine qu'jai plus de privilèges » et elle poursuit un peu plus bas « pour l'heure j'ai b'soin d'endroits pour stocker les chaussettes qu'il me ramène » dit elle en désignant le rat. En parlant de ce dernier, celui ci venait de s'assoeir sur son séant comme intéressé par les paroles que les deux jeunes gens échangeaient « et on va profiter quand les adultes 'ront plus d'chaussettes pour leur faire du chantage ».

Elle réfléchissait encore au chantage potentiel qu'elle pourrait faire ; des leçons d'épée, de sabre, de cartographie, rentrer dans la cabine du capitaine. Bon il va pas falloir abuser non plus ! « c'est quoi qu'tu rêves d'faire sur l'Audacia toi Tim, s'tu m'aides à cacher l'chaussettes t'pourras devenir mon associé ».

Une idée lumineuse lui venait en tête, elle le fera accuser si on vient à trouver le stock de chaussettes, oui ce sera sa vengeance pour une révélation certainement uniquement partielle sur son histoire elle lui murmure à l'oreille une fois de plus « sur l'pont des femmes c'est trop 'viden, t'as pas meilleure cachette à m'donner ? J'suis sûre qu'tas une idée, les garçons vous êtes plus doués pour ça » on va poursuivre ainsi, flatter son ego pour qu'il voit pas venir l'évidence... le piéger à sa place... y'en a là dedans !!

_________________







DarkGreen- Dialogues
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 56
J'ai : 14 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'Audacia
Mes autres visages: Richard le Harnois
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: La joueuse de flûte de l'Audacia.   Lun 31 Juil - 23:51

Poignée de mains et échange de promesses furent passées. Superflues, les promesses, car au fond je ne dirais pas grand chose de vrai et elle ne serait pas aussi dupe qu'attendu. Alors que je narrais mon histoire tragique, mes yeux m'indiquèrent que mon public du moment, qui se limitait là à Lou-Ann,  ne buvait pas mes mots comme je l'aurais espéré, ce qui en moi-même me fit grimacer quelque peu. J'avais encore du progrès à faire fallait croire, une chance que j'observais bien et qu'elle ne savait pas autant cacher ses expressions que moi. Encore que, j'étais loin d'imaginer ce qu'elle avait en tête ni ce qu'elle projetterait de me faire porter le chapeau de ce coup bas.

Récit terminé, elle acquiesça et poursuivit comme si de rien était. Je cachais ma surprise, je la cachais bien, suffisamment pour cacher une autre touche de stupeur en la surprise elle-même, lorsqu'elle me fit par de son idée après avoir compatis, touchante, à ma vie de famille de pacotille. Je ne la savais pas rusée, la fille du capitaine, aussi pensais-je qu'elle était simplement trop bonne poire pour revenir sur les faits ou qu'elle était trop peu intéressée à démêler le vrai du faux ; cherchant juste après un partenaire de crime.

Je notais quelque part ses mots, à savoir ceux indiquant qu'elle n'avait pas de privilèges malgré que son père soit le capitaine. Était-elle sérieuse ? Oui. Au moins ça, je pouvais le voir dans son regard, mais le capitaine, son père, ne serait-il pas plus clément tout de même envers elle si ils se faisaient attraper ? Ça restait à voir et peut-être que je craignais un peu trop sur le coup ! J'étais curieux, mais pas suicidaire, aussi lui répondis-je un peu sceptique et froussard, mais loin d'être honteux de l'être.

« C'est pas un peu trop risqué ton plan ? Si ça se passe mal on fait quoi ? Tu feras quoi ? » J'accentuais l'attention sur le 'tu' étant certain de trouver une excuse pour m'en tirer, c'est qu'y en avait dans ma tête ! Je réfléchissais également à ses questions. Ce que je voulais être sur l'Audacia était au même titre que sa question me demandant si je comptais y rester sur le long terme, j'en savais fichtrement rien pour l'heure et lui répondre "j'veux être capitaine, moi" même pour rire m'aurait sûrement valu un coup de la part de sa fille... Quant à l'idée de la cache, j'y songeais actuellement. D'un doigt sur le menton et de mon regard vagabondant alentours du bateau ainsi que dans mes souvenirs, je cherchais la cachette idéale, mais je lui dirais après, après l'avoir entendu, après avoir été rassuré par ses propos.

Elle savait cacher ses intentions, pas ses mensonges selon moi, aussi l'observais-je avec insistance en indiquant cela dit d'un haussement d'épaule et d'un sourire en coin léger. « Au fait, cette chaussette là, c'est la mienne. » Je pointais du doigt ma possession, attendant verdict, je refuserais catégoriquement de l'aider si je risquais d'être jeté par dessus bord ! Vous pouvez penser que je suis un peu trop dramatique et tout sur les bords, il n’empêche que je respire toujours mieux que les macchabées. De plus, vu la tonne de chaussettes à venir, à l'entendre, je manquerais comme elle de mains à couper pour tout ces vols si on était prit la main dans le sac !

_________________
HISSE ET OH
Ready here we come, we always get our way.
It's a pirate's life, every single day !


Tim ~ #C44C51
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 554
J'ai : 16 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'Audacia
Mes autres visages:
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: La joueuse de flûte de l'Audacia.   Mar 1 Aoû - 8:15

Mais c’est qu’il n’est point dupe le Tim ; p’tit Tim qu’elle a envie de l’appeler Lou ; malin le pirate. Quoi un pirate ? oh voià qu’elle se mettait à lui attribuer un doux qualificatif qu’il espère probablement entendre dans les années à venir. De toute manière c’est bien pour cette raison qu’il s’est engagé sur la vivenef à moins qu’il ne lui ait délivrer d’autres délicieuses sornettes et que ce ne soit lui tout simplement qui se sert d’elle-même pour parvenir à ses fins. Tel est pris celui qui croyait prendre ou celle dans le cas actuel. Elle frotte ses deux doigts sur son menton et adopte une position à type de pensive face à la remarque pleine de bon sens de son futur partenaire de crime ou de dissimulation de chaussettes.

« vl’a une question qu’elle est bonne, j’y avais pas pensé t’vois bien trop pressée par la p’tite blague qu’je prépare à l’équipage » ; oui elle y avait pas songé. N’est-ce pas elle quelques minutes auparavant qui avait précisé qu’elle n’avait aucun traitement de faveur. Mais une chose qu’elle a remarqué dans son nouveau camarade c’est son aisance à conter des histoires tout comme elle, alors elle a une idée charmante, c’est sûr mais une idée « t’sais on est des enfants nous deux, et avec ton talent pour conter des histoires ptet que l'on pourrait en inventer une pour nous sortir des sales draps dans lesquels j'nous ai fourré » elle lui fait un clin d’œil histoire qu’il comprenne bien qu’elle n’a pas accordé le moindre crédit à son histoire aussi émouvante soit elle " mais t'sais j'suis pas dupe, j'sais bien que tu m'as raconté des histoires"

Elle est assise sur une caisse et regarde l’horizon « j’men fous s’tu veux pas me dire toute ton histoire mais c’qu’y a de sur c’est qu’t’es malin comme moi et t’façon on va tuer personne non en cachant ces chaussettes ? c’juste pour qu’ils nous accordent un peu plus d’intérêt » dit elle en désignant les adultes qui vaquent à leurs occupations de ci de là.

Car bon, Lou elle sait qu’elle doit rester à sa place, nettoyer le pont, astiquer, faire des tours de garde, surveiller mais elle veut aussi apprendre. Quand elle arrive vers l’un des pirates qu’elle ose poser une question et qu’on lui rétorque ; plus tard Lou bah elle est contrariée oui et vexée ! Comment peut on apprendre le métier si on ne prend pas le temps de vous l’enseigner « on a rien sans rien Tim et j’tassure si l’on se fait coincer, si j’me fais coincer je leur dirai qu’ils avaient qu'à m’accorder un peu plus d’attention quand je leur en demandais ; puis t'sais parler comme moi, t'maideras à leur expilquer, p'tet que toi ils t'écouteront »… ouais c’est bien ça qu’elle veut, juste qu’un pirate lui montre les cartes, qu’un pirate lui apprenne à se battre.. fille du capitaine, fille de la seconde, mais mousse avant tout qui doit se débrouiller par elle-même pour se faire entendre et pour cela tous les moyens sont permis.

Elle se rend compte de la confidence qu’elle vient de faire à Tim, pourrait le regretter mais le guettant du coin de l’œil alors que le rat semble pour l’heure n’avoir pas bougé ni décidé de ramener quelconque habit, elle se dit que le jeune homme pourrait être une bonne épaule et un bon soutien et peut être un ami qui sait ? A voir s’il le sera au même niveau qu’Arsène ça ? ah au moins ce qu’il y a de sûr c’est que vu qu’il est pirate sur l’Audacia, Lena lui piquera pas celui-là !! chacun le sien non mais oh !

_________________







DarkGreen- Dialogues
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 56
J'ai : 14 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'Audacia
Mes autres visages: Richard le Harnois
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: La joueuse de flûte de l'Audacia.   Mer 9 Aoû - 22:01

L’honnêteté de la fille du capitaine me saisi et me laissa sans voix, tout autant que sa naïveté ou sa crédulité je crois. Elle se riait de moi sinon quoi d'autre. J'observais son visage avec attention, non, visiblement non, elle n'avait pas songé à un plan pour se défaire de tout crime si ça tournait mal. « Mais c'est toujours ce à quoi il faut penser d'abord ! » Fis-je presque scandalisé dans un murmure grondant à son intention alors qu'elle poursuivait sur notre âge. Moi avant de faire une bêtise j'en mesurais les conséquences si j'étais pris la main dans le sac, enfin pas toutes les conséquences, mais elles avaient au moins le mérite de me faire angoisser assez – si pas à mort - que pour y réfléchir à deux fois.

Je la regardais donc médusé, bouche ouverte, tentant de suivre le fil fou et totalement libre de ses pensées. Elle disait qu'on était des enfants, mais mes yeux rivés sur sa poitrine d'un coup me disait qu'elle avait pas du tout raison et qu'elle avait oublié quelques années... était-elle amnésique ? Et je n'étais pas un enfant, moi, j'avais treize ans quand même, j'étais un adolescent voir un jeune homme de seize quand je mentais sur mon âge. L'enfant je l'étais uniquement quand cela m'arrangeait, mais si cela passait pour moi, elle et ses formes naissantes ne passeraient pas du tout. De plus, je n'étais pas si petit que ça pour qu'on me prenne en pitié et qu'on me trouve ne serait-ce qu'un peu de mignon dans ma silhouette grandissante à vu d’œil que pour passer l'éponge ou m'excuser. Quant à ma voix, n'en parlons pas, je n'avais déjà pas une voix merveilleuse avant, mais depuis que j'avais mué c'était pire – une chance c'était déjà passé. Je remontais mon regard sur son visage au moment où elle me fit un clin d’œil... elle était pas nette, mais elle avait le don pour me flatter et elle m'avouait par la même occasion ce que je soupçonnais déjà : elle n'était pas dupe à mes bobards. « Oui, je m'en doutais. Lui fis-je également franc. T'avais une tête bizarre en m'écoutant. » C'était loin d'être une insulte et pourtant cela pouvait sonner affreusement mal pour certaines filles.

J’acquiesçais ses propos sur notre côté malin, même si je trouvais peu malin de sa part de n'avoir pas pensé aux conséquences ; je gardais cette réflexion pour moi. J'étais du genre prudent, trop, elle, Lou-Ann, devait être une fonceuse. Elle risquait gros et moi pas assez. Elle était le lièvre et moi la tortue, et dans mes histoires comme dans celles des autres, étrangement la tortue s'en tirait contrairement au lièvre imprudent. Elle n'avait ceci dit pas tort, il n'y avait pas mort d'homme en vue et cela pourrait nous valoir par la suite des regards plus intéressés, plus avertis. Je pris place sur un baril à côté de sa caisse, assis en  indien, et me mit à réfléchir d'un doigt posé sur mon menton également. « Mais si on est pas prit, ils sauront jamais que c'est nous et donc ça changera pas. »

Je haussais les épaules prêt à ajouter une réflexion quand elle reprit qu'on avait rien sans rien suivi de suppositions et du fait qu'elle s'expliquerait, mais elle était décidé à prendre sur elle et sur ce point cela m'arrangeait et me soulageait de beaucoup ! Je jetais un regard en l'air, soupirais, laissais une minute ou deux passées faisant signe que je réfléchissais même si c'était déjà tout fait.

« D'accord. » annonçais-je hochant la tête avant de reporter mes mirettes sur elle et de quitter le baril d'un bond hissé des mains. Face à elle sur sa caisse je lui fis pourtant savoir. « Mais tu sais, ça marchera pas. Et avant qu'elle ne réplique je poursuivais. L'excuse qu'on est des gamins je veux dire. Je penchais la tête sur le côté et fit la moue, l'examinant. Et ça m'étonnerait pas que t'ai déjà saigné. Je hochais la tête pour moi-même les bras croisés, me rappelant une leçon de mon tuteur au sujet des femmes dont mes sœurs faisaient partie, rajoutant une couche à mon manque de tact. Et pas comme ton père, le capitaine, quand il doit planter son épée dans quelqu'un tu vois. » Et j'attendais sa réponse d'un œil fermé tandis que l'autre tentait de cibler son âge et que ma bouche se parait d'un sourire goguenard de parfait petit crétin qui croit tout savoir et qui a trop apprit pour son âge - et qui ne saisi pas les conséquences que peut avoir ses propos.

_________________
HISSE ET OH
Ready here we come, we always get our way.
It's a pirate's life, every single day !


Tim ~ #C44C51
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 554
J'ai : 16 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'Audacia
Mes autres visages:
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: La joueuse de flûte de l'Audacia.   Ven 11 Aoû - 9:17

Lou était complètement absorbée dans ses projets un peu trop même, probablement est-ce pour cette raison qu’elle n’a pas forcément penser à la prudence qui est de mise. Mais bon il est vrai que la présence du rat sur sa couche depuis des jours durant commençait sérieusement à l’agacer, à un point qu’elle oubliait les préceptes de base, penser à l’utile sans forcément réfléchir avant aux conséquences ni aux moyens d’y parvenir. Elle aurait pu y penser toute seule, se trouvant prise la main dans les sac d’un des adultes présents autour d’eux, mais voilà que le garçonnet, oui oui un garçonnet s’en chargeait pour elle en lui donnant des leçons, à type de remarques, il faut se l’avouer plus que judicieuses.

Mais bon, elle va pas reconnaître tout de suite qu’elle y est allée un peu vite non ? Il va la prendre pour qui si elle avoue que oui elle s’est laissée prendre par l’envie de semer la zizanie ? Elle le regarde de travers quand il s'exclama, elle allait tout de même pas reconnaître qu'il avait raison non ? Il fallait pas non plus exagérer « ouais 'va dire que j'mse suis p'tet un peu précipitée dans mon projet sans réfléchir aux conséquences » elle regarde autour d'elle aucun adulte ne semble suffisamment près pour écouter les paroles suivantes de Lou « estimes toi 'reux j'suis pas du genre à r'connaitre mes erreurs facilement mais toi j'sens qu't'es de la graine de p'rate même si t'es pas celui qu'tu prétends » ; oui ça fait peu de temps qu’il a rejoint le pont de la vivenef mais il en a dans la caboche ce môme ; il faudra qu’elle l’observe d’un peu plus près pour vraiment voir si elle peut compter sur lui à l’avenir. A ce jour, elle n’a qu’un seul ami Arsène mais l’arrivée de Tim semble augurer un profond changement.

D’ailleurs, c'est bien parce qu'elle le pense foncièrement menteur qu'elle lui a ouvertement dit ce qu'elle pensait ; Tim aurait très bien pu se vexer, il aurait très bien pu lui tenir tête mais... étrangement... bah il approuve. Elle hausse un sourcil sans vergogne surprise d'un tel revirement de situation. Contrairement à elle qui avoue un peu à contrecoeur son oubli, lui il le reconnait ouvertement. La faiblesse masculine, voilà ce qu’elle pense la mousse en cet instant précis. Mais bon vu qu’elle est prudente elle va éviter de le charrier sur ce point, on sait jamais…  Mais quoi qu’il en soit, Ils sont bien rapides ses aveux de culpabilité et Lou elle aimerait bien savoir la vérité vraie sur le garçonnet qui lui fait face. C'est pourquoi elle se remet debout face à lui, bras croisés attendant qu'il enchaîne mais non... rien ne vient... ok ; chaque chose en son temps on verra bien avec le temps ; peut-être que lui simplement il cherche à avoir confiance à elle pour lui révéler son histoire mais bon quelqu'un restant aussi mystérieux a forcément quelque chose à cacher non ? Elle réfléchit un instant à aller voir son père pour en savoir un peu plus sur ce nouveau mousse, ouais peut-être que lui pourra lui éclairer sa lanterne. Elle verra cela plus tard son aînée.

Prise dans ses pensées, elle entend toutefois Tim lui sortir une phrase pour le moins logique « ah ça c'est une 'vidence ; l'tout c'est qu'on s'fasse pas prendre » et elle l'écoute poursuivre, donner son accord et tenter de la persuader « t'es un peu déf'tiste toi non ? » Lou elle est toujours déterminée et volontaire mais plus l'échange avançait avec Tim, plus elle se dit que leur aventure commençait vraiment à sentir le poisson pourri... mais elle ne va pas s'avouer vaincue, qui ne tente rien n'a rien non ? Elle met au fond de sa poche cette pensée et ne manque pas de s'étouffer aux paroles suivantes de Tim ; elle en devient écarlate la mousse à tel point qu'elle a envie de lui foutre une claque en réponse à ses derniers mots. Elle lui jette un regard assassin et se regarde ; bon les formes commencent, oui elle a déjà saigné. Elle se rappelle s’être précipité dans la cabine de Marianne demandant de l’aide et se rappelle les mots de sa marraine. D’accord c’est donc ça devenir une femme… bon dieu ce que ça fait mal au ventre tout de même et l’autre-là qui se permet d’évoquer ce point, ça ne le regarde pas « ça t’regarde pas Tim » et elle se rapproche de lui donnant une claque cinglante « tu m’parles plus jamais d’ça d’accord ? » avant de lui donner cette petite claque, pas si forte que ça, elle s’est assurée qu’aucun adulte ne se trouvait à proximité « j’suis pas stupide à c’point mais t’sauras qu’les garçons bien él’vés ils évitent d’évoquer ça avec les jeunes filles » c'est assez compliqué comme ça à gérer donc bon, elle est contrariée que le nouveau lui évoque de plein fouet comme ça, directement, sans ambage, une véritable hérésie !

Elle lui tourne ostensiblement le dos, s’accroupissant pour récupérer le rat et le mettre dans sa main et repense aux paroles du garçon avant d’enchainer « ouais j’suis plus vraiment une enfant c’sûr » ; mais elle furieuse Lou que Tim lui ait parlé d’une telle chose, et y’a intérêt que lors de sa prochaine prise de parole il rectifie le tir « bon t’façon c’est couru d’avance notre entreprise, t’préfères pas qu’on laisse tomber et qu’on fasse comme si j’avais rien dit ? ça vaut mieux pour nous deux t’crois pas ? » ouais elle abandonne Lou, mais c’est pas tant à cause du risque encouru non sais surtout que collaborer avec un garçon qui se permet d’évoquer des choses aussi privées pour elle qui rentre tout doucement dans la féminité bah ça la refroidit un poil… confiance envolée, à  lui de s’excuser d’une telle évocation… elle ira dans la cabine de Marianne après, elle a besoin de se confier

_________________







DarkGreen- Dialogues
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 56
J'ai : 14 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'Audacia
Mes autres visages: Richard le Harnois
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: La joueuse de flûte de l'Audacia.   Mar 29 Aoû - 15:30

« Un peu ? » répétais-je plus pour moi même que pour faire écho à ses dires. Elle appelait ça être 'juste un peu précipitée' que de se lancer dans une aventure périlleuse sans réfléchir à deux fois ; oui oui, un homme privé de ses chaussettes peut être violent ! C'est donc bouche bée que je la regardais quand elle m'avoua ne pas reconnaître souvent ses erreurs et que je devais être une graine de pirate même avec mes mensonges, oui mais tout de même, elle était grosse celle là ; son erreur j'entends ! Gloussant presque malgré moi pour son compliment, le prenant comme tel, je chuchotais à mon tour. « Et toi, t'as plus l'air d'une fille du feu que d'une fille de l'eau, vu comment tu joues avec. » Et je serais sans doute le seau d'eau qui empêcherait qu'elle ne se brûle dans cette mésaventure.

La conversation se poursuivit, être prit ou ne pas être prit, telle était la question. Si l'on était prit la main dans les chaussettes, on aurait la reconnaissance de l'équipage selon la fille du capitaine, mais si on était prudent assez, on aurait de quoi s'amuser et vivre longtemps sur un trafic malodorant ; chers parents, je suis Tim Passechaussette à présent. Dans le cas premier, elle répondrait de nos actes pour deux et je m'en tirerais peut-être en passant pour le complice qui n'avait pas le choix. Dans le cas second, on s'amuserait un moment. L'affaire semblait donc prête à rouler du tonnerre, aussi avais-je donc acquiescé pour en être.

Elle me qualifia de défaitiste, ce à quoi je répliquai d'un pouce levé « Non, je suis réaliste moi, madame. » avant d'étaler mes connaissances en matière de croissance chez les filles avec tout le non tact et l'innocence que je possédais. Moi aussi, je jouais avec le feu, sauf que je ne le savais pas encore. Lou-Ann se para d'un fard pivoine à m'en faire sourciller un instant. Oh oh j'ai vu juste ! Me fis-je en moi-même. Je pouvais être fier de de mon sens de l'observation, de ma façon d'analyser et du jugement correcte que j'en tirais.

Et mes observations suivantes m'indiquèrent qu'elle m'en voulait mortellement au vu de son regard assassin. C'était naturel pourtant ! Autant que ma voix qui avait muée et autant que les poils qui me pousseraient partout avec le temps ! On appelait ça : l'adolescence ou la puberté, et j'étais prêt à le lui dire si besoin était, mais elle m'indiqua directement que ce n'était pas mes affaires... bah si ça l'était ! Si on était coéquipier, c'était mon rôle de lui ouvrir les mirettes sur certains points selon moi, elle m'en remercierait plus tard. Je m’apprêtais à lui expliquer cela quand elle me gifla, comme ça, pour rien du tout ! « Mais com » et une seconde plus légère ensuite qui me fit bouillonner en moi-même. « Il suffit ! » m'emportais-je quelque peu en serrant les poings avant de marmonner une plainte et me toucher la joue, l'eau salée me montant aux yeux.

Elle était aussi susceptible que mes sœurs ! Et je n'aimais pas recevoir de claques, ni avoir mal. Ou même des leçons de bonne conduite. Les garçons bien élevés, ça ne disait pas ça disait-elle, mais hey « On est dans la piraterie, bien sûr que ça se dit ! Aurait-elle oublié les eaux profondes qui nous entouraient également ? Et puis d'abord, c'est un phénomène naturel qu'on appelle la puberté, expliquais-je alors qu'elle me tournait le dos et qu'elle disait ne plus être une enfant, t'as pas à être gênée de saigner ou d'avoir des nichons qui poussent, moi aussi j'ai des trucs qui vont pousser tu sais, t'es pas la seule. » et je relevais la tête fièrement en croisant les bras. « Je te montrerais un jour si tu veux. » Oh que j'étais bon avec elle, ma coéquipière de choc si ça se faisait, comme j'étais loin d'être égoïste n'est-ce pas. « Mais plus tard. » poursuivis-je en voyant un matelot passer non loin, aussi grand que large ; pour l'heure j'étais une crevette en tout point à côté.

Puis je percutais sa phrase, sa question, elle me demandait si c'était pas mieux d'arrêter avant de ne commencer, ce à quoi je m'offusquais quelque peu. Tout ça pour rien ? Que de l’esbroufe ? J'avais été trop loin ? À quel niveau ? Elle avait peur ? N'avait-elle pas dit qu'elle prendrait sur elle, pour nous deux si ça tournait mal ? « Ah ! Tu as peur c'est ça ? C'est normal d'avoir peur tu sais, mais tu vas faire quoi de ton âme sœur, je fixais le rat comme s'il s'agissait bien de son familier qu'elle ne souhaitait pas reconnaître, et des chaussettes qu'il vole du coup ? » je n'étais nullement en tort de son repli stratégique. J'en profitais d'ailleurs pour récupérer ma propre chaussette dans le tas délaissé.

_________________
HISSE ET OH
Ready here we come, we always get our way.
It's a pirate's life, every single day !


Tim ~ #C44C51
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 554
J'ai : 16 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'Audacia
Mes autres visages:
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: La joueuse de flûte de l'Audacia.   Mar 29 Aoû - 17:24

Lou était quelque peu décontenancé de l'audace de Tim, décontenancée mais bluffée tout de même au final. Il ne manquait pas de culot faut se l'avouer et il faut rendre à Tim ce qui est à Tim. Et quand il lui rétorque un peu elle le regarde le sourire en coin « bah quoi j'vais quand même pas r'connaître touuuuuut mes torts tout d'suite quand même » quant à jouer avec le feu il a peut être raison « ouais j'suis impulsive un peu j'crois qu't'es tombé à pic pour m'empêcher d'faire une bêtise au final non ? »

Il en faut vraiment beaucoup à Lou pour qu'elle soit reconnaissante, vraiment beaucoup, de mémoire de Lou, il lui semble bien ne pas retrouver pareil aveu. Qui donc est-il ce jeune garçon pour la faire revirer de situation aussi vite ? Même Arsène il l'a jamais perturbée ainsi... ou bien c'est la puberté ? Ma foi encore un sujet sur lequel elle devra questionner Marianne... sa marraine commence à avoir l'habitude des questions de la jeune fille.

Mais Tim ne s'arrête pas là, une fierté globale même en se qualifiant de réaliste alors elle le regarde et fait une moue, entreprend de commencer à bouder avec ses yeux semi baissés pour apitoyer le garçon « ouais c'bon j'ai compris n'en fais pas trop hein »... faut pas non plus pousser maman dans les orties hein ; elle a échoué dans son projet, celui ci était trop instable mais lui remettre son bazar sous le nez ça commence à la fatiguer un peu et si Tim veut pas qu'elle s'en aille su le pont de l'Audacia en ronchonnant et bougonnant va falloir qu'il s'arrête et vite !

Par contre les mots suivants, Lou ne comprend toujours pas ce qu'il lui a pris par la tête ; il est sur la vivenef depuis peu quand même ! On dirait qu'il a déjà pris ses aises bien plus qu'elle ne les a prises déjà. Car bon elle les entend parler les pirates, elle est bien habituée à entendre des mots et des conversations qui ferait pâlir plus d'un noble mais de là à lui en parler directement à elle alors que c'est la première fois qu'ils s'entretiennent y'a des limites à l'abus tout de même. C'est pourquoi la gifle elle arrive naturellement et le « suffit » de Tim n'y change rien elle est furieuse et son regard jette des éclairs... aucun mot ne sort de sa bouche, le corps arqué, le regard furibond elle lui fait face osant le défier.

Il enchaîne en plus le mousse derrière et elle en blémit de la suite  « maiiiis.... » elle commence à bégayer « comment oses tu dire d'telles choses ? C'sûr on est des pirates mais... » oh puis au diable les quand dira-t-on elle se met à croiser ses bras « mon avis ton truc l'est pas plus gros qu'un oiseau toute manière en c'moment » ouais tu veux jouer à ça Tim, on verra bien qui y jouera le mieux à le ou la choquée à la fin En tout cas Lou tente de renverser la situation en rabaissant le jeune homme... elle laisse sortir peu à peu sa personnalité et reprend ses esprits.

C'est peut être pour cette raison aussi qu'elle tente de ramener le sujet sur le trafic évoquant un possible abandon pour le mener dans son piège qui se referme sur le pauvre Tim sans qu'il ne s'en rende compte « ouais s'tu veux j'ai peur ; s'tu crois qu'on peut s'en sortir on peut tenter ; j'tai dit que j'portais le chapeau mais bon t'sais ils m'ont à l'oeil tous, être fille du capitaine ça facilite pas forcément toujours les choses Tim au contraire »... et elle regarde son rat « lui j'sais pas quoi en faire, on l'donne au cuistot ? Ou tu l'veux » lui demande-t-elle le plus sérieusement du monde « si j'te le donne tu m'proposes quoi en échange, qu'est ce que tu peux m'apporter hormis ton talent d'conteur ? »

Elle lui tourne le dos va se mettre sur le bastingage et regarde l'horizon « ouais dis moi Tim t'veux m'offrir quoi ? Ton amitié ? Autre chose ? T'es un mousse prometteur et j'suis sûre qu'l'on pourrait devenir ami nous deux non ? »... elle sait pas trop Lou quoi demander, elle est trop jeune pour réfléchir mais en l'immédiat elle espère bien que Tim reparte avec son rat...



_________________







DarkGreen- Dialogues
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 56
J'ai : 14 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'Audacia
Mes autres visages: Richard le Harnois
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: La joueuse de flûte de l'Audacia.   Ven 1 Sep - 14:28

Je fit la moue en croisant les doigts, elle n'allait pas se mettre à tout reconnaître de si tôt et d'un côté c'était normal, bien qu'on pouvait risquer gros tout de même, jeune ou non. J’acquiesçais ensuite. « Je crois aussi, tu as de la chance. Je me jetais clairement des fleurs sans honte. Après un regard alentour ; le seau toujours là attendant que je m'y remette, la crasse du pont renouvelée ; j'ajoutais quand même. Mais j'ai de la chance aussi, tu me distrais de mon travail, c'est bien les gens comme toi ! C'est nécessaire. » Elle aurait pu me dire de reprendre mon nettoyage depuis un moment maintenant, mais elle ne l'avait pas fait, pas encore du moins.

Poursuivant notre discussion, je la vis perdre quelque peu patience après lui avoir indiqué que j'étais réaliste et non défaitiste. Les filles. Je n'en rajoutais pas une couche, mais j'avais espéré qu'elle n'abandonnerait pas et qu'elle me prouve par A plus B que je n'avais aucune raison d'être négatif – encore que c'était logique de penser au pire. Soit, je ne rajoutais pas du sel à une plaie, par contre j'aggravais mon cas quelques instants plus tard à ses yeux en parlant de la puberté et d'anatomie avec un détachement qui dû la surprendre puisque j'écopais non pas d'une baffe, mais de deux. Naturellement je me plaignis ! La douleur et moi ça faisait deux et je n'avais pas honte à être douillet. Elle se mit à parler noble éduqué. Pourquoi ? Aucune idée. Elle était fille de pirate, elle devait en entendre des choses à force - ou bien était-ce mon âge qui posait problème, je n'en savais strictement rien. Chose était sûr, j'avais rétorqué qu'on était sur l'Audacia et donc engagé à la piraterie, loin des nobles éduqués... en avait-elle rencontré ? J'étais curieux, mais je repoussais cette curiosité à plus tard, préférant revenir sur la croissance des choses. La Lou-Ann gênée et outrée de mes propos s'y habitua bien vite en me reprenant sur mon 'oiseau', mais loin de m'offusquer je repris spontané « Oh tu sais, il existe plein d'espèce d'oiseaux, de toutes tailles même. » Je m’arrêtais là, pas besoin de lui dire que vu la taille de l'oiseau de mon père, je n'avais rien à craindre pour plus tard à moins que ce ne soit cielsombrois et non un 'air' de famille.

Pour le trafic qu'elle proposait d'abandonner à présent, j'en avais été outré. C'est vrai quoi, elle était venu à moi pour ça et se retirait aussi vite sans expliquer véritablement la raison. Elle avait peur ? C'était normal, mais ou était donc passée sa confiance ardente de plutôt ? Elle souhaitait porter le chapeau, mais me disait à présent qu'elle était tenu à l’œil étant fille du capitaine... elle se foutait de moi ? Ou bien elle essayait de me la mettre à l'envers ? Elle essayait même de me refiler le rat voleur. « Ah non. Fis-je d'un coup, je ne serais pas la tête à abattre. Si son but était de me faire porter le chapeau pour elle et son rat, c'était mort. Je porte le chapeau pour personne moi. Je raconte, mais je mène pas et pour raconter faut être second, à l’abri derrière le premier. Et elle serait première, meneuse et moi second, derrière sinon rien. Je pense toujours au pire avant, donc si toi même, tu n'es pas sûr qu'il y ai un moyen de mener à bien ce trafic de chaussettes, j'abandonnerais plus vite que toi. Et lui, là, je fis un mouvement de tête en direction du rat qui visiblement ne pouvait se défaire de la fille du capitaine puis qu’à peine laissé derrière, il la collait derechef. Il est à toi, pas à moi. Et si il n'y a pas de trafic ou preuves de sécurité pour moi, bah je ne suis pas lié de près ou de loin à ton rat voleur. » Je ne serais pas jeté du bateau pour son âme-sœur ! Pour ce qui était d'un présent pour elle, comme je n'étais pas prêt à prendre son rat, il n'y avait pas d'échange possible, mais je ne pu m’empêcher d'être interloqué et de demander. « Autre chose ? Tu entends quoi par là ? » Non parce que cielsombrois et d'une famille libérée et donc bien cielsombroise dira t-on, quand une fille disait qu'elle désirait autre chose que de l'amitié c'était cette chose d'avis de mon tuteur. Sauf que la fille du capitaine avait prit une teinte pivoine plus tôt pour moins que ça, je la voyais mal proposer ça. Et puis ne lui avais-je pas dis ? « Si c'est ça, ce sera plus tard comme je te l'ai dis. » je me fit droit, mais j'avais prit des couleurs pour ce que je considérais d'un coup comme une proposition de chair. J'allais devoir étudier par coeur le Petit Mirta, à ce rythme.

_________________
HISSE ET OH
Ready here we come, we always get our way.
It's a pirate's life, every single day !


Tim ~ #C44C51
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 554
J'ai : 16 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'Audacia
Mes autres visages:
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: La joueuse de flûte de l'Audacia.   Ven 1 Sep - 19:54

Au delà de la décontenance dans laquelle Lou se trouve depuis toute à l'heure en compagnie de Tim c'est maintenant le trouble qui s'installe d'avoir reconnu que le garçon tombait bien cela lui avait coûté un effort qu'il ne s'imaginait même pas sans petite tête de gamin tout juste sorti de l'enfance. C'est pas parce qu'il a mué qu'il doit déjà avoir des attitudes d'adulte quand même non ? Et pourtant dans ses paroles, Lou entend limite les remontrances ou les conseils des vieux marins d'eau douce... vieux bon cela va sans dire comparé à son âge, il vaut mieux qu'elle taise ce qu'elle entend par vieux sinon elle sera bonne pour cirer le pont au lieu de courir l'aventure dès qu'ils auront accosté à Lorgol ou toute autre port, point de départ d'un avenir marqué sous le sceau du destin. Quand il lui évoque que lui aussi a de la chance elle arque tout de même un sourcil, tiens donc une parole censée ? Mais le reste de son discours la ramène sur une terre bien trop douloureuse « j'ten prie mais j'crois qu'on va f'nir par s'faire houspiller si on finit pas c'pont ; va falloir mettre les bouchées doubles pour qu'ils y voient qu'du feu t'sais plus les autres là bas, ils ont le don de tout s'lir c'qu'on vient d'laver toute manière, à croire qu'ils le font exprès, mais maintenant qu'on est deux ça ira plus vite n'est ce pas ? ».

Oui elle bonde Lou, et elle ronchonne après les pirates qui prennent un malin plaisir à détruire le travail tout juste terminé. Non mais franchement, ils verront quand elle sera plus grande et qu'elle aura le moyen de se venger, rira bien qui rira le dernier. La vengeance est toujours un plat qui se mange froid et avec Lou il se mange pour ainsi dire glacial. Elle bougonne car elle ne peut laisser passer sans houspiller mais ce n'est rien comparé à son attitude plus tard... une fois fini son bougonnage elle recommence non sans un regard assassin envers le pirate en question... passons là n'est pas la question se dit-elle en relevant la tête aux paroles suivantes de Tim.

Elles la font sourire par ailleurs, l'oiseau de plusieurs tailles et elle sourit ; sourire charmant qui se veut limite provocateur à l'égard du jeune homme « ah ouais car t'crois que j'sais pas ? » et elle poursuit se rapprochant de lui et murmurant à l'oreille « quand s'ront tous couchés, qu'un coup on s'ra de garde faudra si t'es un homme que j'vois ça » … provocatrice jusqu'au bout la mousse et elle s'en laisse pas conter faisant même un clin d'oeil à Tim. Non mais oh, là aussi rira bien qui rira le dernier, il lui a tendu la perche, elle s'en ai saisi... et quelle perche mes aiëux mais quelle perche... comme si elle avait besoin d'un tel coup de main pour s'en emparer. Tim ne sait pas où il a mis le pied sur ce point.


Quant à son idée d'abandon de trafic celle-ci ne semble pas plaire à Tim mais alors pas du tout.. pleutre ouais pas qu'un peu en fait ; pourtant elle est courageuse mais à force de paroles censées, celles-ci semblent avoir atteint leur but et avoir trouvé le cerveau de la jeune Lou et elle hoche la tête en regardant le rat qui s'obstine à la suivre « t'sais quoi, on va laisser faire c'con là et je vais laisser la pile augmenter et on va fonctionner au jour le jour selon la personne qu'est en face ; si c'est une bonne poire je lui dirai donnant donnant, si c'est un qu'est loin d'être stupide j'lui rendrai en disant que c'est la cause du rat et celui ci finira par dessus bord on part là dessus ? Ça peut être une bonne solution non ? »


Par la suite Lou lui propose son amitié mais lui semble avoir entendu autre chose « c'ment ça autre chose j'te propose mon amitié c'est d'jà ça » et elle se retourne se rapprochant de Tim et posant sa main sur la tête du jeune homme tapotant même doucement sans être brutale « y'a quoi dans c'te tête comme autre idée ? » ouais elle se demande bien comment le Tim il a pu interpréter encore une fois ses propos ? Qu'a t elle dit ou fait ou penser tout haut qu'elle n'aurait pas du ? Ma foi... le garçon a l'air franc et direct on verra bien...

_________________







DarkGreen- Dialogues
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 56
J'ai : 14 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'Audacia
Mes autres visages: Richard le Harnois
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: La joueuse de flûte de l'Audacia.   Sam 2 Sep - 17:45

Je me gardais de lui répondre directement au sujet de reprendre notre travail. Je n'avais pas envie de mettre les bouchées doubles déjà, cela me fatiguait rien que d'y penser, de même que je n'avais pas envie de me faire gronder, mais cela serait sûrement moins fatiguant en soit. Quant aux autres qui dégueulassaient le pont, je ne pouvais qu'être d'accord, même si elle-même avait sali ma tâche de ses godasses en venant me trouver avec son rat. Je soupirais puis hochais la tête. « Je pense. » Puis j'étirais mes lèvres, une idée en tête qui ne lui plairait absolument pas, mais je devais lui dire. « Tu es plus vive que moi, tu frotteras et moi, je te jetterais l'eau, comme ça ce sera parfait et efficace. » Une blague, une blague... quoique si elle acceptait ce serait génial et je ferais le moins d'efforts possibles. « Le travail d'équipe c'est important. » Acquiesçais-je avec plein de sérieux.

Mes leçons sur la puberté finirent par passer et la Lou-Ann reprit du poils de la bête ainsi que de l'assurance sur le sujet en me reprenant sur mon oiseau. Devais-je à mon tour jouer les vierges effarouchées et la frapper comme elle l'avait fait plus tôt ? Pas que j'étais scandalisé ou gêné ou quoique ce soit d'autre, mais ce serait un juste retour des choses non ? Mais frapper une fille... pire, la fille du capitaine même pour rire était risqué. Ses chuchotements me chatouillèrent bien vite l'oreille autant qu'ils me firent glousser, mais je n'y répondis que par un énième : « Non. Plus tard. » Fini la pudeur, voilà qu'elle était en chasse la fille du capitaine ! À croire qu'elle avait une double personnalité. J'étais flatté, mais il ne fallait pas attaquer un navire étranger sans avoir préparé les canons avant.

Elle avait reprit sur l'abandon du trafic, puis sur un don de 'rat' que je refusais catégoriquement pour ma propre sécurité, enfin elle m'avait proposé son amitié voir plus si affinité si j'avais bien compris la tournure de sa phrase. Je lâchais un simple « Mouais. » en fixant le rat. La solution proposée comportait le moins de risques, voir aucun risque du tout ! « Y a plus de gens flippants que de simplets, mais c'est préférable oui. » Moyen de se faire de l'oseille lentement, mais sûrement... jusqu'à ce que le chat du bateau l'attrape. Ou était-il d'ailleurs ? Pour l'amitié et plus, j'avais repris ce point, elle semblait véritablement désespérée d'en voir plus après tout, pas que je ne partageais pas sa curiosité, mais la sienne était vraiment 'trop bizarre' dans  le genre 'je veux, je veux pas, tu me vois, tu me vois plus'. Une vraie girouette. Je voulais donc être certain de la signification de sa nouvelle proposition... et je fus mi-surpris du retour. Elle avait vraiment une double personnalité. Ou alors elle était innocente. Ou alors se la jouait sainte nitouche. Je clignais des yeux lorsqu'elle me tapota la tête. Elle se fichait de moi et de mes idées d'apprentissage. Fallait-il le lui dire ? Comment pour qu'elle comprenne si ce n'était pas déjà assez clair ? Oh ! Trouvé ! Je dégageais sa main de ma tête, reposais mes yeux sur elle et marmonnais « Jouer de la flûte à un trou. » Là je serais fixé sur ce que j'avais cru sous-entendre ou non... enfin je l’espérais parce que j'en avais tout un stock pour qu'elle comprenne sinon, mon tuteur m'avait bien enseigné des manières d'expliquer le tout même sur son temps de pause.

HRP:
 

_________________
HISSE ET OH
Ready here we come, we always get our way.
It's a pirate's life, every single day !


Tim ~ #C44C51
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 554
J'ai : 16 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'Audacia
Mes autres visages:
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: La joueuse de flûte de l'Audacia.   Sam 2 Sep - 18:45

Lou avait repris ses esprits peu à peu et proposait même une collaboration en compagnie de Tim. C'est sûr que astiquer le pont n'est pas forcément très agréable donc si cette tâche peut se faire en bonne compagnie il n'y a pas de quoi se gêner non ? Souvent les adultes collaborent alors pourquoi pas les jeunes gens hein n'est ce pas ? Bien pour cette raison qu'elle lui a proposé au jeune homme et sa réponse la fait arquer un sourcil « tout ça pour m'voir le haut tout mouillé c'est ça, j'te vois venir comme un dragon dans une ruelle de Lorgol toi » ; il la cherche ça commence à devenir une évidence...

Bon à la base la conversation était partie sur une histoire de trafic de chaussette entre eux deux avec comme point d'orgue le rat qui semblait vouloir lui tenir compagnie. Mais à l'inverse des mages disposant d'un lien privilégié avec leur familier, Lou ne l'avait pas... quitte à avoir un emplâtre autant avoir des avantages non ? Mais là elle avait que les inconvénients... jusqu'à ce jour, cet instant où la glace était brisée à l'égard de Tim et cela commençait presque à devenir fort agréable d'ailleurs. Bien pour cette raison qu'elle demande à voir un peu plus et son refus enclenche une bouderie de Lou « voyons tu m'laisses sur ma faim là » et elle lui tourne le dos avant de repartir à parler de leur trafic qui dans sa tête n'a plus lieu d' être.

Ouais car pour l'instant la jeune boudeuse professionnelle elle commence à avoir une toute autre idée en tête et elle espère que le garçon suive le chemin qu'elle trace sans qu'il ne s'en rende compte. Laisser les ennuis de côtés et peut être s'en emparer d'autres car il ne faut pas oublier qu'ils sortent tous deux de l'enfance après tout... s'ils se font chiper à faire tout autre chose que le nettoyage du pont ça risque d'être leur fête. Elle se gratte la tête discrètement tout en parlant se disant que de toute manière quoiqu'elle fasse elle risque de passer un mauvais quart d'heure. Bon Lou si tu veux garder ta place sur l'Audacia il va falloir la jouer fine, très fine... il faudrait même voir à se calmer non ?

Le jeune homme d'ailleurs semble de son avis quant aux personnes présentes sur l'Audacia « ouais d'coup c'est plus dang'reux qu'autre chose... bon qui n'tente rien n'a rien on aura au moins eu l'mérite d'essayer banco » et elle se retourne se rapprochant de Tim posant sa main sur sa tête pour comprendre ce qu'il a dans la tête quant à ses derniers mots. Quand il la repousse et qu'il lui répond le plus sérieusement du monde elle hausse un sourcil et croise ses bras un sourire s'installant sur ses lèvres « t'es vraiment un m'lin toi » et elle poursuit ne le quittant pas du regard se rapprochant de lui voyant les caisses juste derrière, son but est qu'il soit coincé mais pas non plus trop pour éviter qu'il ne la prenne pour une jeune fille facile quand même « j'te vois venir entre l'coup ou t'veux me mouiller, l'coup ou tu veux me regarder à quatre pattes astiquer le pont t'veux rincer l'oeil c'est cela alors qu'moi j'ai même pas l'droit d'regarder » lui dit elle d'un ton impérieux en désignant le petit oiseau du menton avec un sourire toujours large «t'veux qu'on joue d'la musique ensemble ? En plus que j'ai un ouvrage qui d'vrait t'intéresser si t'veux, c'est mon livre de ch'vet » et elle lui fait un clin d'oeil « avant de courtiser une pirate faudrait apprendre à voir comment la satisfaire complètement j'crois que j'vais aller t'chercher l'ouvrage Tim s'tu veux non ».

Oui en plus de son rat elle a un exemplaire du petit Mirta en relief et qui sait le conteur qui semble lui conter de bien belles histoires pour eux deux semblent avoir besoin d'inspiration non sur ce point ? A moins que ce ne soit elle ? Après tout de mémoire de jeune fille il lui semble bien que c'est la première fois qu'un membre de la gent masculine ne titille une envie profondément enfouie en elle-même... ah ces ados, mais elle s'en fou elle est une pirate ado elle a le droit elle non ? Et elle poursuit tout en murmurant « dis moi l'conteur d'belles histoire t'voudrais pas écrire l'tienne d'histoire ou l'notre ce s'rait drole non ? Deux g'mins qui découvrent le monde d'la piraterie ensemble ça peut être sympa non ? mais qu'dis je l'monde d'la piraterie, l'monde tout court quoi en plus moi j'sais pas écrire jte raconterai s'tu veux et t'écriras  »

_________________







DarkGreen- Dialogues
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 56
J'ai : 14 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'Audacia
Mes autres visages: Richard le Harnois
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: La joueuse de flûte de l'Audacia.   Sam 2 Sep - 21:56

« Hein ? Marmonnais-je dans une légère grimace tandis que je saisissais la manière dont elle avait interprété mon idée. Mais pas du tout ! » bah oui, j'avais pas pensé à ça moi, j'avais les idées bien placées moi, madame. Moi j'me disais, elle est une fille du feu, elle s'active pour deux – n'avait-elle pas proposé de mettre les bouchées doubles ? - et moi je suis un gars de l'eau et je mouille le pont ! J'étais presque choqué de ce retournement autant que de mon innocence... oui oui j'étais un jeune innocent à la longue langue et au verbe déjà bien chatouillant, mais je n'en demandais pas encore plus ! Peut-être que mes yeux auraient pu réclamer, ainsi qu'une autre partie, mais dans ma tête j'étais aussi blanc que la neige de Valkyrion ; que je n'avais jamais vu encore.

La conversation reprit, trafic, rat, chaussettes, oiseau et j'en passe jusqu'à revenir sur la bête à plumes dégarnies que je lui interdisais de voir. Elle en restait sur sa faim et moi sur le cul. Je ne dis mots et je ne consentais pas à montrer mes bijoux de famille, mais un jour j'le ferais, quand elle ne s'y attendrait pas et quand à Lorgol ou dans un autre port, je me serais fait une petite expérience. Et le Petit Mirta ne serait plus un secret pour moi à ce moment là, et sa chevelure rousse serait consumée par le plaisir de ma chair, oui... ses cheveux... enfin soit, de toute façon je préférais les blondes, mais qu'importe, elle n'aurait pas le choix le moment venu. Exception fait si un guerrier belliférien la réclamait pour sienne sous mon pif ; auquel cas je la laisserais partir d'un signe de la main encourageant. Vous avez déjà vu un belliferien l'arme à la main réclamant une femme ? Moi pas. Mais ce que j'en ai entendu parler m'a convaincu de ne jamais m'y opposer. Je ne m'excuserais pas de ma lâcheté, je tiens avant tout à ma vie.

Le trafic revint à la charge et fini par être abandonné après quelques mots. Lou-Ann accepta mon point de vue ; ils étaient peu sur l'Audacia à ne penser qu'à se curer les fesses. Le Banco qui termina sa phrase me fit tout de même hausser un sourcil de par la signification qu'il portait ou devrait porter, mais je le demanderais plus tard à quelqu'un d'autre.

J'en vins à rebondir sur une demande d'amitié étrangement tournée dont sa réponse me laissa muet un instant. Mes pensées s'entrechoquèrent sur la manière de dire ou faire les choses et je finis par lui expliquer le fond de ma pensée en mettant l'accent sur une flûte, la mienne si elle venait à comprendre. J'attendis sa réponse et fini par l'obtenir. Elle comprenait me fis-je d'abord pour ensuite me dire que non. J'étais malin, disait-elle, c'était vrai et je ne pouvais qu'approuver silencieusement, même si je ne voyais pas le rapport entre la flûte, le trou et le fait d'être malin – faut pas être futé pour trouver le chemin de la grotte dit-on. Soit.

Elle s'approcha d'un pas puis de deux, et à ce rythme elle allait finir par me rentrer dedans... ou alors le bateau tanguait fort et elle était la seule brindille à se balancer à son rythme, quoiqu'il en était, j'avais fini par reculer d'un pas. Elle m'expliqua alors et ce que j'entendis me laissa franchement dubitatif ; ce n'était pas ce que je voulais et je lui avais même répété au moins trois quatre fois que ce serait plus tard - elle devait être un peu sourde sur les bords ou du genre à ne pas accepter qu'on se refuse à elle. Je reculais d'un autre pas. Je n'avais pas envie de lui montrer maintenant, ni même envie de me répéter et je regardais même autour voir si quelqu'un pouvait venir l'occuper. C'est pas que j'avais peur, j'en connaissais des choses, mais la pression c'était pas pour moi d'en haut comme d'en bas. Bas qu'elle observa, madame ! Et sous son regard je me mis à rougir. Et sur sa proposition de jouer de la musique ensemble, mes oreilles devinrent cramoisies. Et sur son livre de chevet dont je pensais connaître le nom, je gloussais. Et son clin d’œil me choqua alors que je reculais inconsciemment contre les barils. Ou était passé la fille gênée de plus tôt ? Qui était cette, cette... vorace ? Qui était ce serpent qui voulait gober les œufs ? Et là j'me fis que les rôles étaient quand même vachement inversé par rapport aux histoires de mon père, beaucoup trop en fait tandis qu'elle  continuait de me taquiner et que je me sentais cerné de chez cerné ; proie sous un rapace en plein jour.

Elle se mit à murmurer et à m’appeler 'conteur de belles histoires'. J'en étais flatté, très flatté, trop, je me mis à rougir encore tout en priant Messaion d'intervenir de ses embruns glacées sur nos visages, surtout le mien. Elle poursuivit sur son histoire, notre histoire et il n'en fallu pas plus pour que mon petit mât se dresse et que je la repousse d'un coup plus loin. « Hou » D'accord mes mots ne voulaient pas sortir. « Gh » huhu, prend une respiration mon gars ça va d'aller ! Je respirais profondément, la tenant à distance de mes bras tendu en avant. Rouge pivoine, je soufflais comme un bœuf et lui dit. « Je t'apprendrais. Ça comprenait l'écriture et la lecture. Tout. » Là ça m'échappait plus que je ne l'aurais voulu. Rouge, je pivotais et pressais le pas, la quittant sur le pont, la laissant avec mon seau en compagnie du rat.

Je ne reviendrais pas. Je ferais ma besogne plus tard. Parce que là j'ai une chose à vous dire, c'est que le petit oiseau doit sortir.

_________________
HISSE ET OH
Ready here we come, we always get our way.
It's a pirate's life, every single day !


Tim ~ #C44C51
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 554
J'ai : 16 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'Audacia
Mes autres visages:
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: La joueuse de flûte de l'Audacia.   Sam 2 Sep - 23:10

Elle est maligne Lou et ce qu'il y a de sûr c'est qu'elle est ravie de la tournure que les événements prennent. Elle sent qu'elle a orienté la discussion dans un sens où le jeune homme ne maîtrise plus rien. C'est l'expérience mon brave Tim, tu verras tu vas t'y faire ; c'est bien le signe qu'au final il est pas né pirate, ils ont ça dans le sang eux contrairement aux autres, la manipulation, l'orientation des sujets et le gain à la fin, non sans quelques éraflures au passage sinon la victoire n'est pas belle au final non ?

Quand il fait la moue à mes suppositions je rigole intérieurement, belle victoire Lou, tu as réussi à le faire douter de ce qu'il voulait lui-même. Et au fond que voulait il ? Il s'est emmêlé dans ses propres histoires et élucubrations au point qu'elle a peut être tout compris de travers. Ma foi le destin lui dira bien si elle s'était trompée lors d'une de leurs prochaines rencontres... la vivenef a beau être grande, quand on est mousse on a vite l'habitude de se recroiser rapidement de toute manière.

Mais Tim reste bien silencieux par la suite, comme l'observant, comme épiant le moindre de ses gestes. Cela la déstabilise un chouilla mais elle ne s'en laisse point conter enchaînant, parlant de ce trafic qui au final était le point de départ de leur échange. Elle souhaite qu'il comprenne qu'il sera peut être le pilier de leur aventure et malgré ce qu'il dit l'épaule sur laquelle elle pourra se reposer. Elle doit le reconnaître Lou que malgré le fait qu'elle soit forte, elle a besoin de soutien et d'aide... reconnaître avoir besoin d'aide c'est mieux que de s'aventurer sans savoir où on met les pieds ça évite d'avoir des ennuis bien plus énormes que l'on aurait pu rencontrer.

Toutefois elle continue à appuyer là où ça fait mal, comme elle a vu que le jeune Tim était déstabilisé elle poursuit et se rapproche se permettant même de le toucher avant d'envisager de le coincer tel un rapace sur sa proie. Un instant l'idée lui traverse l'esprit que si le capitaine son père ou toute autre personne adulte vient à les surprendre elle a pas fini de se faire rappeler à sa place mais bon maintenant qu'elle a commencé autant poursuivre... jusqu'à ce qu'il la repousse comme choqué. Elle sourit ne se laissant pas déstabilisée ; ravie de ce qu'elle a réussi à obtenir, elle le laisse bégayer comme réellement perturbé lui promettant de lui apprendre... tout, un mot résumant quelques petites choses futiles comme d'autres tellement plus importantes. Une promesse bien large qui laisse Lou pantoise avec le seau et le balai regardant le garçon s'éloigner alors que le rat l'observe. Elle passe sa main dans ses cheveux et se murmure pour elle même « bah ça alors, j'crois que j'lai réellement perturbé » elle hausse les épaules, s'empare du balai et poursuis le nettoyage débuté par Tim en sifflottant et regarde le rat en lui parlant tout comme elle parlerait à tout autre animal « toi j'crois qu't'as assisté à un truc mais j'sais même pas comment le d'finir ; si t'avais la parole tu m'aurais dit j'suis sûr et si tu parlais dans ma tête aussi mais t'es bon qu 'à me ramener des chaussettes toute manière » et elle secoue la tête tournant le dos au rat... il partira bien comme il est arrivé... un jour

RP TERMINE

_________________







DarkGreen- Dialogues
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La joueuse de flûte de l'Audacia.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Trop un gros Chest pour jouer au tennis
» Echanges de bons procédés [Terminé]
» Morgane - Barde itinérante et joueuse
» Skye présentation
» Combat de Zaccharie (joueuse Koryû) contre Oko

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Les Terres du Nord :: Au large :: L'Audacia-
Sauter vers: