AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La joueuse de flûte de l'Audacia. [FB]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 22
J'ai : 14 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'Audacia
Mes autres visages: Richard le Harnois
Le Pavillon Noir
Message Sujet: La joueuse de flûte de l'Audacia. [FB]   Lun 17 Juil - 23:40




Livre II, Chapitre 4 • De Glace et de Sang
Tim l'Escampette & Lou-Ann Jedidiah

la joueuse de flûte de l'Audacia

son rat et ses chaussettes




• Date : 05 juillet 1001
• Météo (optionnel) : soleil et nuage
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Tim fait une pause en plein nettoyage du pont supérieur, de peur de craquer devant tous ces gens bottinant sur la surface fraîchement lavée. Il fini par parler avec Lou-Ann Jedidiah et espère ne pas être être rouspété pour son repos. Il remarquera plus tard un rat aux agissements étranges, très collant envers la jeune fille et en déduira bien des choses...
• Recensement :
Code:
• [b]05 juillet 1001 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t2440-la-joueuse-de-flute-de-l-audacia-fb#73787]La joueuse de flûte de l'Audacia[/url] - [i]Tim l'Escampette & Lou-Ann Jedidiah[/i]
Tim fait une pause en plein nettoyage du pont supérieur, de peur de craquer devant tous ces gens bottinant sur la surface fraîchement lavée. Il fini par parler avec Lou-Ann Jedidiah et espère ne pas être être rouspété pour son repos. Il remarquera plus tard un rat aux agissements étranges, très collant envers la jeune fille et en déduira bien des choses...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 22
J'ai : 14 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'Audacia
Mes autres visages: Richard le Harnois
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: La joueuse de flûte de l'Audacia. [FB]   Mar 18 Juil - 0:03

J'étais devenu bon menteur avec les années, tisseur de bobards et d'histoires en tout genre. Si bon dans mon domaine qu'on aurait pu me penser privilégié par Syned. Si bon que j'aurais pu y faire carrière d'après grand-mère qui, un jour, m'avait dit 'Mon petit, si tu mets autant de passion plus tard à tenir l'affaire familiale que tu n'en mets pour raconter tes salades, nous sommes bons pour tenir au moins une centaine d'années de plus – bien qu'il m'attriste d'admettre que d'ici là je ne serais plus là pour voir ça arriver.' Et ma grand-mère ne se trompait jamais, elle s'était éteinte trois ans après ça ; et elle n'aurait certainement pas apprécié de savoir quel chemin j'avais choisi de prendre quelques semaines plus tôt. Mon oncle Arthur, je m'en souvenais bien, un bon bonhomme rondouillard, avait renchéri en indiquant que j'aurais fait un très bon barde si j'avais su chanter juste (c'est bien sûr sous-estimer le métier), mais je n'étais pas bon chanteur, je ne le serais sans doute jamais ; car, quand je pousse la chansonnette, l'on croirait davantage entendre un chant de corneilles devant une carcasse qu'une mélodie humaine.

En tout les cas, à supposer que je sache chanter, je ne l'aurais pas fait, car j'étais actuellement ÉPUISÉ ! Et pas qu'un peu. Moins que la première semaine, mais il me fallait encore m'habituer. N'allez  pas croire que je regrettais mon choix de m'engager comme mousse sur l'Audacia, non non, c'était vachement plus jouissif que de regarder mon boulier et d'écouter la voix chevrotante du professeur de comptabilité !

Je poussais un soupir en regardant mon ouvrage en cours ; affaissé contre la rambarde, le seau d'eau à mes pieds et la petite brosse non loin, on m'avait mit à charge de nettoyer le pont, malheureusement pour moi il n'était pas petit. Et, je commençais sincèrement à grincer des dents en voyant des pirates me passer sous le nez de leurs grosses bottes qui salissaient mon travail. À cette allure je n'en finirais jamais et j'allais probablement finir par faire un caprice... chose que je détestais faire, mais qui me dépassait complètement. C'était un peu comme le problème de la gente féminine, mon tuteur me disait que lorsqu'une femme était dans sa mauvaise phase, elle était affreusement susceptible et cela ne dépendait pas d'elle, mais de ce qu'il appelait les 'hormones'. On avait des conversations forts variées sur les femmes avec mon tuteur et il s'entendait très bien sur celles-ci avec mon père. J'en étais devenu franchement à l'aise et bien au courant de tout je me disais. J'étais certain de connaître tous leurs secrets. Enfin bref, d'après moi mes caprices devaient être hormonaux, cela ne dépendait pas de moi, j'étais leur victime.

Parlant de femme, une plutôt jeune venait de m'arracher un froncement de sourcils, elle aussi ne se privait visiblement pas pour rester sur le pont mouillé, pire encore j'avais l'impression qu'elle y restait collée ; parce que ses chaussures ne bougeaient pas d'une semelle. Je relevais la tête pour constater qu'elle me fixait ; à moins qu'elle n'ai vu une mouette me foncer dessus dans le dos, si c'était le cas j'étais mal barre ! D'un coup de tête rapide je jetais un œil en arrière avant de revenir à elle. Non. Pas de mouette en vue ou bien trop haute pour qu'elle puisse calculer qu'elle me lâcherait une fiente sur l'épaule sous peu.
Tilt.
Ah... c'était la fille du capitaine... était-elle en charge de la surveillance des dernières recrues ? J'étais mal si c'était le cas... je pouvais bien m'y remettre, naturellement, mais j'avais vraiment, vraiment, vraiment besoin d'une micro pause. Pour le bien de mes hormones, je devais évacuer et parler de n'importe quoi à n'importe qui ! En gros, elle tombait bien  la Jedidiah ! Une présentation dans ce cas, même si je savais déjà à qui j'avais à faire, je jouerais la carte de l'ignorance, j'étais doué pour porter un masque, presque autant que pour créer des histoires abracadabrantes.

« B'jour ! Moi c'est Tim, Tim Alcali et toi ? » J'avais encore un peu de mal a avaler des morceaux de mot, mais je m’entraînais petit à petit, déjà le 'bonjour' ainsi raccourci semblait plus naturel que le premier que j'avais sorti en mettant pieds à bord. Je ne désirais pas qu'on me soupçonne d'être de bonne famille (bien que plus tard cela ne me poserait plus tant de soucis que ça), qu'on s'étende dessus et qu'on finisse par trouver l'erreur en mes mensonges -ils auraient pu s'en moquer, mais j'avais peur quelque part qu'on me ramène par la peau des fesses à Lorgol, puis à l'Académie et enfin à mes parents... les roustes de Gregory n'était sans doute rien à côté de celles qui m'attendaient s'ils l'apprenaient !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 454
J'ai : 15 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'Audacia
Mes autres visages:
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: La joueuse de flûte de l'Audacia. [FB]   Mer 19 Juil - 10:08

Cela fait quelques jours maintenant qu’ils sont repartis de Lorgol ; l’Audacia vogue sur les rives de Bellifère et Lou reprend tout doucement pied depuis son enlèvement en compagnie notamment de sa sœur. Depuis cet instant, un changement profond s’opère en elle ; oh n’allez point croire qu’elle devient gentille, non elle est toujours cette enfant tumultueuse, moqueuse mais dorénavant encore plus qu’avant elle est à l’écoute, veut se battre et apprendre à se défendre. Ce n’est pas demain la veille qu’on la kidnappera alors ça c’est sûr !!

Par contre depuis le départ de Lorgol un phénomène étrange se déroule sous les yeux de la jeune mousse ; à chaque réveil, des chaussettes trônent sur son hamac ! Ce serait des chaussettes pour ainsi dire normales, passe encore mais non elles ne sont nullement de sa taille. Un brin perplexe elle ne s’inquiète pas outre mesure et s’obstine à les remettre sur le pont ; hélant un pirate « j’en ai ‘core trouvé si t’as plus d’chaussettes t’iras voir j’les ai posées là-bas » désignant du menton les quelques chaussettes éparpillées sur une caisse.

Ce jour, elle se réveille mais comme tous les autres jours ce n’est pas trois ou quatre chaussettes trônant à côté d’elle non c’est une vingtaine ; au bas mot, il doit y avoir non seulement toutes celles qu’elle avait laissées pour que les propriétaires les récupère plus dix autres nouvelles. Cette fois ci elles ne sont pas seules puisque assis sur le paquet un rat la fixe… vous voyez le rat dans votre imagination qui sourit quand vous ouvrez un œil ? c’est à peu de choses près cela ! « fous l’camp » dit Lou avec un geste de la main suffisamment compréhensif pour que l’animal s’en aille. Que nenni, l’animal semble n’avoir absolument rien à cirer de ce que la fille du capitaine lui demande de faire.

Elle se lève furieuse ; le petit rat commence à courir, se cachant sous le hamac ; la main dans ses cheveux Lou reste un moment perplexe devant les chaussettes traînant ; elle se met à quatre pattes cherchant à trouver le petit rat sans le trouver « ‘tant chercher une ‘guille dans une meule de foin ».

Furibonde Lou  sort sur le pont, prend les chaussettes de l’équipage et hèle à nouveau le premier pirate venu « j’crois que j’ai trouvé l’cause des chaussettes de l’équipage sur mon hamac » désignant du menton « un rat ‘tait ‘ssis d’ssus c’matin ».

Tranquillement Lou se dirige vers le pont, une journée comme une autre à nettoyer et astiquer. Depuis quelques jours, elle s’est rendue compte qu’elle avait une aide, un jeune homme monté à bord il y a peu ; d’ailleurs au vu de sa tête il doit pas être bien plus vieux qu’elle… pour l’heure, la jeune mousse n’a qu’un seul ami véritable Arsène et les garçons elle les fuit toute manière comme la peste… elle est trop jeune toute manière.

Elle commence à nettoyer quand elle se sent fixée, un demi-tour pour voir une petite queue qui file se cacher derrière une caisse ; se rapprochant de celle-ci elle la contourne et les mains sur les hanches, elle voit le petit visiteur qu’elle avait vu dans sa cabine le matin-même une chaussette dans les dents « mais t’fais quoi toi là ? » la réponse qu’elle obtient c’est une chaussette à ses pieds, celle qui était dans sa gueule 5 minutes auparavant.  Levant les yeux au ciel elle abandonne de comprendre et poursuit son lavage de pont jurant un peu, se questionnant sur cet animal qui semble s’être entiché d’elle sans même savoir pourquoi.

Elle lève les yeux absorbée dans son travail et c’est là qu’elle remarque le jeune homme nouvellement embarqué bien inactif pour l’heure d’ailleurs ? il sait pas que la pause n’est point tolérée ? elle va tout de même pas astiquer tout le pont toute seule non ? Posant seau et balai elle se rapproche du garçon les mains sur les hanches à distance plus ou moins correcte elle commence à taper du pied tout en lui jetant un œil furibond alors qu’il se présente « t’appelles Tim ? bien » puis fièrement « moi c’est Lou-Ann, mais t’peux m’app’ler Lou s’tu veux ».

Alors qu’elle va pour se diriger vers le balai pour lui remettre dans les mains, elle entend quelques petits pas discrets se retournant à nouveau, le petit rat lui fait face avec cette fois ci deux chaussettes de plus dans la gueule soupirant elle s’adresse à Tim « dis moi l’est à toi c’rat ? l’trouve pas mieux que d’me poser l’chaussettes d’léquipage tous les matins » puis désignant les pieds du jeune homme « s’ten a plus d’lleurs sont toutes là bas » puis enchaînant « t’es p’irate à la base, t’fais quoi sur l’Audacia  au fait ? t’es d’passage ou t’vas rester ? ».

Lou est curieuse on ne peut lui enlever ça et un jeune garçon de son âge sur l’Audacia ça n’arrive pas tous les jours… s’il pouvait rester ce serait sympa non ?

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
La joueuse de flûte de l'Audacia. [FB]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Trop un gros Chest pour jouer au tennis
» Echanges de bons procédés [Terminé]
» Morgane - Barde itinérante et joueuse
» Skye présentation
» Combat de Zaccharie (joueuse Koryû) contre Oko

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Les Terres du Nord :: Au large :: L'Audacia-
Sauter vers: