AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sylvain de Lalyre - Même pour vous ma belle, je ne puis cesser de conter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Les Savants
avatar

Messages : 65
J'ai : 30 ans
Je suis : Un conteur Itinérant

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Marjolaine du Lierre-Réal
Mes autres visages:
Les Savants
Message Sujet: Sylvain de Lalyre - Même pour vous ma belle, je ne puis cesser de conter   Mar 8 Aoû - 20:24



Helixis présente

Sylvain
Belle-Histoire

Ben Schnetzer

« Si cette assemblée était un bouquet vous seriez, sans doute aucun, la fleur qui attirerait tous les regards. »


Qualité : Fidèle en amitié (mais pas en amour), curieux, positif, intelligent, lucide, imaginatif, doux, gentil, généreux

Défaut : Volage, pleutre, menteur, dépensier, imbu de sa personne, narcissique, bavard, ne sait pas tenir sa langue.

Sylvain pourrait se résumer en deux mots « bons vivants ». S’il devait décrire une situation parfaite pour lui, il s’agirait d’une taverne, d’un bon feu, d’une bière et de beaucoup -beaucoup- de donzelles se pâmant devant son talent. Car, en effet, la première chose qu’il est facilement remarquable chez Sylvain c’est que celui-ci aime deux choses : sa personne et les femmes. Notez bien que notre conteur n’est pas addict aux plaisirs de la chair -bien que, soyons honnête, il ne crache pas dessus- ce sont bien les femmes, elles-même, qui le fascinent. Ils aiment à collectionner les conquêtes, les découvrir, les connaitre, les écouter, les explorer. Peut-être est-ce là une des nombreuses facettes de sa curiosité, car Sylvain aime à apprendre. Vous ne trouverez jamais personne plus passionnée par la connaissance. Connaisseur en tout, maître de rien, la culture du conteur est aussi chamarrée que ses conquêtes.  

Mais encore plus que d’écouter une belle femme lui compter sa vie et ses passions, il aime le son de sa propre voix. En réalité Sylvain aime tout chez lui. Si vous lui demandiez il n’aurait aucun mal à vous décrire, de longues minutes durant, tout ce qui fait de lui un être si doué et exceptionnel. Beau, talentueux, drôle, intelligent, imaginatif, il ne fait aucun doute que la liste des qualités qu’il s’attribue est loin d’être exhaustive. Oh oui, Sylvain est narcissique, imbue de sa personne, pédant, tout ce qu’il vous plaira. Incapable de ne pas être le centre de l’attention, il enjolive sa vie et ses souvenirs. Menteur comme tout bon Lagran, il lui sera toujours arrivé quelque chose de fou, il aura toujours fait une rencontre marquante ou dangereuse dans sa journée. Mais après tout, cette propension à l’invention et aux mensonges sont des qualités requises pour tout bon conteur, aussi est-il aisément pardonné.

Sylvain est d’une nature douce, gentille et généreuse. Ami fidèle, il répondra toujours présent si la situation ne met pas sa vie en danger. Car Sylvain refuse de mourir avant d’avoir pu offrir à ce monde tout ce que son auguste et majestueuse personne se trouve capable de lui proposer. Ainsi, il ne prendra jamais part, intentionnellement du moins, à une situation dangereuse. Mais, au-delà de cela, il sera toujours présent pour ses amis. Optimiste invétéré, il trouvera toujours du bon dans n’importe quelle situation.

Mais s’il trouvera toujours les mots pour vous remonter le moral, je vous conseille vivement de ne jamais -ho grand jamais- faire confiance à Sylvain pour garder un secret. Le conteur est incapable de tenir sa langue. Mais de ça, le poète ne s’en est jamais caché. Lui confier un secret n’est autre que votre responsabilité, lui n’a jamais demandé à les entendre et encore moins à les garder.



©️ Universal Pictures

Sylvain se mit à composer des poèmes et à écrire des histoires dès son plus jeune âge, portant, pour la plupart, sur les personnes de son entourage. Lors des banquets, fier du talent précoce de son fils, sa mère le laissait conter ses créations sous le regard admiratif de l’assemblée. Cependant cette tradition prit fin lorsqu’il conta, avec fougue et justesse, l’histoire du « Baron et des cuisinières » à la conclusion qui marqua les esprits : « Et fit cocu ma mère. ». Ai-je vraiment besoin de vous en détailler le contenu ?



©️ Inconnu
Âge : 30 ans
Date et lieu de naissance : 07 Aout 972 en Lagrance
Statut/profession : Conteur Itinérant connu sous le nom de « Sylvain Belle-Histoire ».
Allégeance : Denys du Lierre-Réal mais en coureur de jupon invétéré sa véritable allégeance va à Marjolaine du Lierre-Réal
Dieux tutélaires : Cerah de par sa naissance mais aussi Aïon, le Poète et Asma, l’Artiste
Groupe principal : Les Hérauts du Renouveau
Groupes secondaires : Noblesse, savant



On raconte que le jour de la naissance de Sylvain, un terrible orage s’abattit sur la demeure familiale. Le vent hurlait à travers le toit, faisait s’agiter les arbres, et la pluie tombait si drue qu’il était devenu quasiment impossible de voir à travers. Les éclairs illuminaient le ciel, le tonnerre faisait trembler la terre elle-même. Et pourtant cette cacophonie naturelle ne fut pas assez puissance pour couvrir les premiers cris du quatrième enfant de la famille de la Lyre. Couvrant le vacarme, se faisant plus fort que les éléments eux-même, le petit Sylvain clama au monde qu’il se ferait entendre.

Comme je vous l’ais dit, le petit Sylvain était le quatrième rejeton de la noble famille De la Lyre. Celui qui ne toucherait jamais du doigt la promesse de succéder à son père, Lyonel de la Lyre, un Outreventois perdu en Lagrance pour cause de mariage. A moins, bien sûr, que le Destin ne se montre que peu clément avec ses frères. Qu’importe, les questions politiques et les interminables discussion auxquelles devaient prendre part ses deux premiers frères ainés, Segéric et Severin, ne l’avaient jamais vraiment attirées. Il n’était pas non plus alléché, comme son dernier frère, Saule, par les jeux d’épées et de guerres. Lui préférait rester proche de sa mère au doux nom de Myosotis, alors qu’elle cousait au coin du feu. Qu’existait-il de mieux que de se plonger dans un recueil de poème alors que les flammes chauffaient votre dos ? La réponse lui vint rapidement : en composer. Son talent pour l’écriture se révéla très tôt et ses précepteurs ne tarissaient alors pas d’éloges sur ses créations.

Très vite Sylvain délaissa la poésie et se prit d’amour pour les contes et légendes du continent. Dévorant les livres relatant les épopées d’anciens héros, les relisant jusqu’à plus soif, il devint rapidement une encyclopédie vivante des fables d’Arven. L’envie de lui aussi conter les évènements qui l’entouraient le prit rapidement, de même que celle de conter d’autres épopées plus ou moins véridiques de son invention. Très vite, l’adresse de Sylvain à tisser des histoires fit de lui le centre de l’attention des dames occupées à coudre où à tisser.

Si Myosotis ne cessait de vanter le prodige qu’était son plus jeune fils, son père, un Outreventois -comme je l’ai déjà précisé, suivez un peu-, ne voyait pas d’un bon œil qu’un de ses garçons ne vive qu’entourer de femmes, loin des savoirs indispensables à une certaine virilité. Le mariage de la Lyre n’était pas un mariage d’amour, Lyonel ayant pris le nom de sa femme, dernière tenante de son titre. Il était d’ailleurs assez public que les deux époux vivaient dans une rivalité constante, l’entente cordiale qui semblait exister entre eux s’émoussant avec le temps. Aussi, n’était-il pas concevable pour Lyonel de laisser son plus jeune fils à l’unique coupe de sa femme.  
Aussi, alors que ses 9 ans approchaient, l’enfant doux et sensible vit sa vie basculer lorsqu’on le colla, pour la première fois, et de force, au milieu d’un entrainement à l’épée. Entrainement sommaire, certes, plus proches des jeux d’enfants, mais qui fut, pour lui, un véritable traumatisme. Malmené, maltraité, roué de coups et trainé dans la boue, il accueillit la fin de l’entrainement avec un soulagement comme il n’en avait jamais ressenti alors... soulagement de courte durée quand on lui annonça qu’il était attendu à l’aube afin de recommencer. Refusant de retourner mettre son si précieux popotin en danger, Sylvain fit ce pour quoi il avait toujours excellé : il mentit. Aux premières heures du jours on entendit un cri déchirant traverser le château et c’est un Sylvain sonné, confus et gémissant, balbutiant, tenant des propos incohérents. Pourtant, assuré son camarade, il avait à peine été touché par la lame de bois, même pas à la tête d’ailleurs ! Mais qu’importe, sa mère fut formelle : plus d’épée pour son petit dernier. Celui-ci grogna faiblement, appuyant vainement les suppliques de son père, feignant de regretter ces heures passées à manier le fer dans une franche camaraderie virile, mais Myosotis eu, comme toujours, le dernier mot.
Ainsi s’acheva la courte, très courte carrière, de soldat de son fils. Aperçu bref certes, mais assez parlant pour faire passer à l’enfant toute envie d’en découdre futur.

Dès lors la vie de Sylvain ne fut que balades à cheval inspirantes, contemplation enfiévrée des étoiles et lectures. Le garçon grandissait, s’embellissait et affinait son art. Et quand ses 12 ans sonnèrent il quitta la demeure familiale pour forger celui-ci à l’Académie.

Les années qu’il passa entre les murs du bâtiment seraient bien longues à conter. D’autant plus lorsque son frère Saule le rejoint afin de devenir mage de l’été. Mais il serait dommage de ne pas s’attarder sur le bonheur mêlé d’appréhension qu’il ressentit en passant les portes de l’Académie. Tout ici lui semblait à la fois étrange et familier, comme si son monde venait de basculer dans une réalité touchant du doigt la sienne mais s’en éloignant pourtant. Tout en ce lieu le faisait vibrer. Tout en ce lieu semblait lui parler. La magie, les arts, les discussions philosophiques, la camaraderie et surtout… surtout… ses premiers émois amoureux. Lui qui avait toujours côtoyé les femmes comme si elles étaient toutes en tout point semblable à sa mère découvraient qu’en réalité les femmes avaient bien plus à offrir que des paroles et des caresses maternelles. Apprenant des meilleurs, ses camarades Cielsombrois, il se forgea rapidement lui, et disons-le, sa belle gueule, une réputation de bourreau des cœurs. Pourtant, contrairement à bien d’autres, les jeunes femmes continuaient à l’entourer, flattée de l’attention toute particulière qu’il était capable de leur porter. Avoir l’attention de Sylvain de la Lyre c’était avoir le sentiment de devenir soudain une personne importante, douée et digne d’intérêt. Et mieux encore, contrairement à grand nombre de ses camarades masculins, l’intérêt qu’il vous portait ne disparaissait pas une fois sur l’oreiller. Oui, Sylvain ne savait pas vous offrir son cœur mais même si vous n’étiez qu’une parmi tant d’autres, vous aviez le sentiment d’être quelqu’un, et quelqu’un qui comptait.

Le conteur suivit les enseignements d’un premier cycle portant sur le langage puis se spécialisa dans la littérature traditionnelle et les contes et légendes, faisant montre d’une intelligence vive et affutée et d’un talent inné pour l’écriture de texte tantôt poignants, tantôt grivois. Il revient, triomphant, au domicile familial à l’aube de ses 19 ans. Il s’y installa, observant la dance effrénée de ses frères afin de plaire à leur père, le dédain à peine masqué que celui-ci vouait à sa mère et le ballet des visites. Lui-même attirait la jalousie de ses ainés car sa personne, bien faite et versée dans les arts et dans les belles paroles, finissait sans jamais s’en étonner, par séduire toutes les belles passant les portes de la Baronnerie. Ho bien sûr, il y eut des exceptions, mais il fallait se faire une raison, Sylvain était un coureur de jupon. A cela s’ajoutait ses frasques, ses blagues déplacées et ses mensonges qu’il aimait à nommer « embellissement de la réalité » si bien que l’idée fut avancée un soir d’hiver, alors que le printemps pointait déjà son nez.
Son père lui proposa de voir le monde, de voyager, qu’il trouvait cela dommage que son talent reste cloitré entre les murs de leur domaine. L’offre était séduisante, assez pour que Sylvain la considère réellement. Sa mère l’encouragea à son tour, soulignant qu’un grand destin lui était promis, qu’elle serait fière de lui quand elle entendra parler, cela ne fait aucun doute, du conteur de la Lyre, chantant pour une tablée royale. C’est en parcourant le monde, lui rappela Saule, qu’il serait témoin de faits à conter. Ce dernier argument finit de le convaincre.

Cependant la proposition fut mise à condition : certes Sylvain pourrait vivre la vie qu’il entendait, cependant il n’était pas question d’entacher le nom de « de la Lyre » aussi fut-il décidé qu’il se ferait connaitre sous le nom de « Sylvain Belle-Histoire » du moment qu’il vivrait sur la route. Si un jour sa renommée le permettait il pourrait reprendre le nom de la Lyre mais jusque-là était-il important d’oublier son identité de fils de.

Muni de livres, de nombreux vêtements et provisions, c’est ainsi que Sylvain Belle-Histoire se lança sur les routes à l’âge de 22 ans. Allant de rencontres en rencontres, de lit en lit, de taverne en taverne, il se forgea une nouvelle connaissance de son art : les gens aimaient les histoires oui, mais le conteur n’était pas là que pour les faire rêver. Devenant colporteur de nouvelles, il gagnait sa croute en propageant -et embellissant- les nouveautés des villages alentours, animant les soirées au coin de feu après une journée de labeur. Plusieurs fois, la manière dont il enjolivait la réalité lui valut une belle rossé, d’autres encore se fut d’avoir séduit la mauvaise femme au mauvais endroit qui l’obligea à prendre ses jambes à son cou. Mais toujours il sut se débrouiller, se mettant à accompagner les aventuriers vagabonds, les chevaliers errants et les riches amoureux prêt à tout pour gagner le cœur de leurs belles. Autant d’histoire qu’il contait le soir à qui voulait bien l’entendre.

Car il était Sylvain Belle-Histoire, conteur itinérant.

Pendant le livre II : Sylvain a surtout écumé les routes, croisant ça et là des visages connus. Cependant, deux événements se montrèrent marquants et vinrent grossir son catalogue d'histoires : le convoi auquel il participa durant l'épidémie magique et l'attaque que subit l'Académie.

Inquiet pour la santé de ses proches mages, et surtout de celle de son frère Saule, mage de l'été, Sylvain prit part à un convoi visant à se rendre à Roc-Épine pour y trouver un remède. Lors de ce périple, il retomba sous le charme de Gabrielle de la Volte pour qui ses sentiments d'adolescents ne perdirent jamais de leur ampleur. Il brilla aussi durant le convoi par son art, tentant du mieux qu'il pouvait, histoire après histoire de remonter le moral des troupes. Cela le mena à devenir porte parole du groupe devant le Patriarche. Il contracta durant ce convoi une dette importante (50 écus et il lui est redevable pour les 50 prochaines années) auprès de Mélodie Douxvelours afin de récupérer une fiole de Mortessence appartenant à Gabrielle.

Antidote en poche il se rendit ensuite en Lagrance pour soigner son frère. Lors de cette visite familiale, il obtint, sans problème, les 50 écus destinés à Mélodie auprès de ses parents, trop heureux de voir Saule se rétablir de la maladie. Son passage en Lagrance fut aussi marqué par un rendez-vous impromptu à la cour ducale (RP à venir).

Enfin, lors des réjouissances à l'Académie qui tournèrent au drame, Sylvain fut sévèrement blessé, le rendant inutile durant l'intrigue et l’alitant pour un certain temps. Il en ressort avec des cicatrices de belles tailles, l'une barrant son bras droit, l'autre son flan du même côté.




Spoiler:
 

La Chasse Sauvage est libérée et arpente librement le continent. Qu'est-ce que cela t'inspire ?
• C'est une perspective à la fois terrifiante et stimulante. Le côté pleutre de Sylvain est terrifié par les conséquences de cette libération, mais le conteur qu'il est, passionné d'histoires, de légendes et de tradition est excité et fasciné par l'événement. Etre témoin de la libération de la chasse sauvage est, pour lui, un privilège immense. Cependant il n'est pas stupide, les implications et les horreurs qui accompagnent cette libération ne lui sont pas étrangères et l'angoisse et font naître en lui un effroi certain.

Une trêve hivernale a été déclarée entre Ibélène et Faërie. Comment ton personnage voit-il la guerre entre les deux empires ?
• Il est difficile pour Sylvain de se prononcer sur le sujet étant émotionnellement très impliqué dans cette guerre. Lagrance étant un duché extrêmement exposé et l'un de ceux subissant le plus, à l'heure actuelle, les affres de la guerre, il n'est pas tranquille quant à ces combats. Cependant, n'ayant que peu était instruit dans ce domaine et n'y ayant jamais réellement prêté d'intérêt, il se rend peu compte des impacts que la guerre à réellement. Comme beaucoup il se contente de savoir que c'est un événement à craindre et redouter, mais n'y prenant pas part et ne se référant qu'aux rumeurs lointaines cela reste de l'ordre de l'idée. Peut-être serait-il une bonne idée qu'un jour il s'entretienne sérieusement avec Mayeul ou Saule à ce sujet pour se faire une idée plus précise de la situation.

Que penses-tu de Lorgol, la ville aux Mille Tours ? Est-ce que tu t'y promènes sereinement ou est-ce que la capitale des peuples libres t'oppresse ?
• Je suis un conteur, comment puis-je ne pas aimer Lorgol ? La ville aux Mille Tours est un endroit formidable pour trouver l’inspiration, rencontrer des confrères et se faire facilement de l’argent. Le lieu est propice aux rencontres et il suffit de se poser dans un coin de rue pour se faire une petite fortune pour peu que l’on soit un peu doué. De même ses nombreuses boutiques regorgent de livres et parchemins auxquels je ne peux résister. Bien sûr il y est aussi facile de s’y faire rouler mais, hé, n’est-ce pas là le jeu ma pauvre Lucette ? Comme certains oiseaux finissent toujours par reprendre la direction du Sud, Sylvain Belle-Histoire reprendra toujours la route de Lorgol.





Dans la vie, je m'appelle Helixis et j'ai 28 ans. J'ai découvert le forum via Melodie Douxvelours et voici ce que j'en pense : je le trouve très beau et très fourni au niveau du contexte. Ca me donne envie de m’y investir et d’y vivre de belles histoires.
Pour les inventés : Je vous autorise à faire de mon personnage un scénario si mon compte était supprimé.



Récapitulatif

Sylvain de la Lyre / Belle-Histoire

Mise à jour des registres et bottins



♦️ Ben Schnetzer
♦️ Compte principal : Oui

♦️ Noblesse : Baronnie / la Lyre / Lagrance
♦️ Savoir : La pensée / Le langage / littérature traditionnelle et les contes et légendes




Dernière édition par Sylvain Belle-Histoire le Jeu 7 Déc - 15:51, édité 19 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Savants
avatar

Messages : 65
J'ai : 30 ans
Je suis : Un conteur Itinérant

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Marjolaine du Lierre-Réal
Mes autres visages:
Les Savants
Message Sujet: Re: Sylvain de Lalyre - Même pour vous ma belle, je ne puis cesser de conter   Mar 8 Aoû - 20:27


Sylvain De Lalyre et Mélodie Douxvelours

Père Sylvain, raconte moi une histoire

03 Aout 1002



La petite tête brune courait à travers les rues de la Ville Basse, se dépêchant de suivre la rumeur. Ses cheveux, mi-longs, tressautaient sur ses maigres épaules alors qu’il se faufilait au milieu des passants, se joignant au reste des enfants qui courraient dans la même direction. Certains affirmaient qu’il était de retour après de longs mois d’absence, ramenant avec lui un tourbillon d’histoires et de chansons. « Peut-être nous racontera-t-il une histoire avec des combats et du sang. » espérait en son for intérieur le petit bagarreur à la peau tannée par le soleil. Lui, il voulait devenir un soldat, comme son père, parce que le sang ça ne lui faisait pas peur. Pas comme aux filles qui piaillaient dès qu’elles en voyaient un peu.
Il bifurqua à l’angle d’un canal, s’enfonça dans une rue, et soudain son visage s’éclaira lorsqu’il l’entendit. La voix était un étrange mélange, mêlant grave et aigu en une mélodie hypnotisante et si les mots ne lui parvenaient pas encore distinctement il ne faisait aucun doute que le timbre de voix annonçait une histoire.

Il déboucha sur une petite impasse, planquée sous de hauts bâtiments qui formaient comme un toit, et devant lui, s’amassant autour du conteur, des enfants se chamaillaient, s’exhortaient de se taire, alors qu’un homme aux allures plus que respectable élevait la voix pour couvrir le brouhahaha.

« Et c’est alors, messieurs, dames et enfants de tout poil, que le griffon se retourna pour me toiser de toutes ses plumes ! » Annonçait fièrement le conteur, ses habits couleur prune chatoyant dans les rares rayons de soleil qui arrivaient à frapper l’endroit. « Son Voltigeur gisait toujours, inconscient, à ses pieds alors que la monstrueuse bête qui l’avait désarçonné volait lentement vers moi, étendant ses doigts griffus, avide, assoiffée de mon sang… ».

Le silence se faisait, tous écoutaient le conteur, impatient de savoir si lui et le cavalier allaient s’en sortir. « C’est stupide. » Pensa un instant la petite tête brune « S’il est là aujourd’hui, c’est que la bête est morte. ». Pourtant, il poussa vigoureusement un de ses camarades pour s’installer au plus près du conteur, ne le quittant pas des yeux, ouvrant grand les oreilles.

« Comme vous le savez tous ici, car vous êtes des petits malins, les griffons, après avoir choisi leur Voltigeur, ne laisse personne d’autres approcher leur dos, où alors faut-il s’en montrer digne ! La situation se montrait désespérée, je n’avais à ma disposition qu’une pauvre épée rouillée, mon luth et mon courage alors que la bête s’approchait sans que je ne puisse l’atteindre, ses ailes monstrueuses masquant jusqu’à la lumière du soleil. »

La foule retenait son souffle. A côté du garçon, une jeune femme prit place, mais il ne lui préta pas une once d’attention. Il tenait ses genoux serraient contre sa poitrine, observant de ses grands yeux bleus emplis d’étoiles, la bouche ouverte, le conteur reprendre, se penchant vers l’assistance.

« Et l’impensable se produit… Alors que tout espoir m’avait quitté, que j’embrassais la mort avec un soupçon de regret, le griffon vint se placer devant moi et, effectuant la plus belle des révérences, à faire pâlir les nobles dames, il m’invita à le chevaucher et à reprendre ensemble le combat. »

Il effectua à son tour un salut, mimant le griffon, balayant de la plume d’aigrette qui trônait sur son chapeau le sol poussiéreux de la Ville Basse.

Sylvain savait qu’il avait capté son auditoire. Les enfants comme les adultes ne le quittaient pas des yeux. Lorsqu’ainsi, il se trouvait au centre de l’attention, imposant le silence par la simple force de ses paroles, le conteur ressentait un sentiment de puissance qui n’avait pas d’égal. Il avait l’impression d’imposer une volonté muette alors que l’air vibrait d’attente, attente qu’il était le seul à pouvoir combler. Se relevant de sa révérence qu’il avait travaillé mainte et mainte fois, il reprit, baissant volontairement la voix et, des yeux, il balaya l’auditoire. Son regard s’accrocha à une jeune femme qui s’était assise au premier rang, à côté d’un jeune pouilleux… pardon, d’un spectateur, qui buvait ses paroles comme le lait de sa mère. Un sourire se dessina sous sa moustache et il reprit, sans plus quitter la belle du regard :

« Je montais sur le dos de mon nouveau compagnon, enserrant l’épée dans ma main droite. Moi qui ne suis pas homme d’armes mais homme de lettres, j’étais prêt. S’il fallait mourir, je mourrai en combattant ! Et nous nous élançâmes, moi, m’agrippant aux plumes du griffon, lui, poussant un cri sauvage comme seul les puissantes bêtes savent le faire. Dans la bataille qui suivit, mon destrier ne fut pas en reste, griffant, mordant de son bec l’infâme créature, alors que je tailladais sa chair hurlant comme un damné pour me donner du courage. »

Tout en parlant, il s’était emparé d’un bâton et, effectuant des passes simples qu’on lui avait un jour enseigné pour impressionner les donzelles, il illustrait son combat.

« La monstruosité s’effondra sous nos assauts combinés, hurlant de rage. Et quand elle s’écrasa au sol, ses ailes tordues, le corps maculé de sang, elle poussa un long soupir, proche d’une plainte. Mais je le savais moi, je le savais… cette plainte n’était autre qu’une malédiction. »

Il ponctua sa phrase en pointant son bâton vers la jeune femme qu’il avait repéré dans la foule, qui lui souriait désormais. Un clin d’œil charmeur plus tard, il s’était retourné, la plèbe contemplant désormais son dos. Et d’une voix basse, chargée de gravité, il conclut son récit.

« Sur moi pesait désormais l’outrage de la création, la promesse d’une mort bien plus douloureuse que celle que je lui avais fait subir… Mais cela est une autre histoire ! »

L’assemblée ne sembla pas comprendre tout de suite que le récit était fini. Ils restèrent, un moment, à l’observer alors qu’il les gratifiait de sa plus belle face énigmatique : sourire en coin, sourcil relevé. Les enfants furent les plus rapides, s’agglutinant autour de lui, lui réclamant la suite : comment avait-il levé la malédiction, comment allait le chevaucheur, le cavalier allait-il pouvoir retrouver sa dame, allaient-ils se marier ? Il leur promit de raconter la suite le lendemain, s’extirpant de leurs petits doigts avides, heureux d’être le centre de l’attention comme il le méritait. Mais pour l’heure, il y avait bien plus important que les petits chenapans qui réclamaient une histoire, car maintenant, adossée contre un mur, se trouvait :
« Mélodie Douxvelours… lança-t-il à la cantonnade, s’approchant de la beauté. »

Il posa une main contre le mur, sincèrement heureux de la voir, de pouvoir la croiser.
« Tu n’as pas changé d’un pouce, ho ma douce voleuse, toujours aussi belle, toujours aussi mystérieuse. »

Farouche, comme toujours, sachant qu’il allait surement se faire taper sur les doigts, il s’empara d’une des mèches de la demoiselle pour lui replacer derrière l’oreille.

Ha, comme il était bon de revenir à Lorgol, la ville recelait vraiment de nombreux trésors.


Dernière édition par Sylvain de Lalyre le Sam 12 Aoû - 17:36, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse • Modo
avatar

Messages : 10776
J'ai : 31 ans
Je suis : demi-soeur du duc d'Erebor, médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel, mon futur époux ; Anthim, duc d'Erebor ; Ibélène
Mes autres visages: Ilse, Liselotte, Aurore, Victorine
La Noblesse • Modo
Message Sujet: Re: Sylvain de Lalyre - Même pour vous ma belle, je ne puis cesser de conter   Mar 8 Aoû - 21:26

Bienvenuuuue :haww: Ravie que tu aies cédé à notre chère Mélodie :hihi:

_________________
dialogues • mediumvioletred




To see a World in a Grain of Sand and a Heaven in a Wild Flower, Hold Infinity in the palm of your hand and Eternity in an hour.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Savants • Admin
avatar

Messages : 759
J'ai : 18 ans
Je suis : Etudiante en Astronomie spécialisée dans l'étude des constellations

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : ma famille, Liam d'Outrevent
Mes autres visages: Tristan d'Amar, Grâce de Sombregemme, Meldred Vif-Ressac
Les Savants • Admin
Message Sujet: Re: Sylvain de Lalyre - Même pour vous ma belle, je ne puis cesser de conter   Mar 8 Aoû - 21:38

Mélo est forte :hihi:

Bienvenue parmi nous !

_________________
On dit des Lunes qu’elles reflètent la lumière du Soleil. Mais je sais, moi, qu’elles reflètent celle des Étoiles.


Paroles : steelblue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
Message Sujet: Re: Sylvain de Lalyre - Même pour vous ma belle, je ne puis cesser de conter   Mar 8 Aoû - 21:39

bienvenue :pompom: bonne rédaction de fiche :)
Revenir en haut Aller en bas
La Noblesse
avatar

Messages : 872
J'ai : 32 ans
Je suis : Duc d'Outrevent, Seigneur des Marches d'Argent

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'Empereur Gustave de la Rive
Mes autres visages: Maelys Aigrépine, Tyr Parle-d'Or
La Noblesse
Message Sujet: Re: Sylvain de Lalyre - Même pour vous ma belle, je ne puis cesser de conter   Mar 8 Aoû - 21:47

Bienvenuuuue ! :hey:
On a si peu de bardes, c'est bon d'en voir joué ! :vv: Bon courage pour finaliser tout ça. :cute:

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Compagnes
avatar

Messages : 369
J'ai : 26 ans
Je suis : une Compagne basée en Lagrance, harpiste et mage de l'Automne (subjugation)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Guilde des Compagnes, au duc Denys du Lierre-Réal
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Lionel • Matvei • Hermine
Les Compagnes
Message Sujet: Re: Sylvain de Lalyre - Même pour vous ma belle, je ne puis cesser de conter   Mar 8 Aoû - 21:51

Bienvenue ici :haww: J'aime beaucoup le choix de profession et j'ai hâte de lire ton test RP !

_________________
Dialogues de Maelenn en mistyrose ◊ Dialogues de Gavriel en crimson

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages • Admin
avatar

Messages : 73
J'ai : 34 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'Académie
Mes autres visages: Mélusine ♦ Quitterie ♦ Freyja ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Shéhérazade
Les Mages • Admin
Message Sujet: Re: Sylvain de Lalyre - Même pour vous ma belle, je ne puis cesser de conter   Mar 8 Aoû - 21:55

Bienvenue !
Ma petite Faustine sera ravie de côtoyer un confrère musicien :cute:
(Par contre, pas touche à Marjolaine. :hum:)

Bon courage pour ta fiche ! :siwi:

_________________


© acidbrain



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs • Modo
avatar

Messages : 2838
J'ai : 31 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, Duc de Sombreciel Augustus, Empereur d'Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Les Voltigeurs • Modo
Message Sujet: Re: Sylvain de Lalyre - Même pour vous ma belle, je ne puis cesser de conter   Mar 8 Aoû - 22:01

Bienvenue à toi ! Je pense qu'on aura été de supers potes à l'Académie :red:.
Bon courage pour ta fiche !

_________________


** :
 
Paroles : indigo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Savants
avatar

Messages : 65
J'ai : 30 ans
Je suis : Un conteur Itinérant

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Marjolaine du Lierre-Réal
Mes autres visages:
Les Savants
Message Sujet: Re: Sylvain de Lalyre - Même pour vous ma belle, je ne puis cesser de conter   Mar 8 Aoû - 22:04

Merci à tous pour votre accueil ! :**:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Compagnes
avatar

Messages : 1014
J'ai : 27 ans
Je suis : Compagne en Cibella et Mage de l'Eté (prédiction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Compagnes et à Gaëtane de La Volte
Mes autres visages: Aubrée Martel
Les Compagnes
Message Sujet: Re: Sylvain de Lalyre - Même pour vous ma belle, je ne puis cesser de conter   Mar 8 Aoû - 22:18

Bienvenue :haww:

_________________

Is this the real life ?
Is this just fantasy ?
Caught in a landslide
No escape from reality
Open your eyes
Look up to the skies and see
  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dragonnet du Chapitre • Version 2.6
avatar

Messages : 4775
J'ai : 33 ans
Je suis : le duc de Lagrance, marquis du Lierre-Réal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lagrance avant tout, à l'Ordre du Jugement et dans une moindre mesure à l'empire de Faërie
Mes autres visages: Hiémain de Sylvamir, Anthim d'Erebor, Rackham des Deux-Ancres, Joséphine Siguardent et Shahryar Khamsin
Dragonnet du Chapitre • Version 2.6
Message Sujet: Re: Sylvain de Lalyre - Même pour vous ma belle, je ne puis cesser de conter   Mar 8 Aoû - 23:42

Je confirme les dires de Pénélope, pas touche à Marjolaine :hum:

Mais outre ça, je suis très content de voir débarquer un lagran, musicien de surcroit :haww: ton personnage m'a l'air bien sympa, j'ai hâte de le voir en rp :eheh: bon courage pour le reste de ta fiche et bienvenue parmi nous :mimi:

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dragonnet du Chapitre • Version 2.6
avatar

Messages : 4008
J'ai : 26 ans
Je suis : chirurgien à bord de l'Audacia et baron d'Orsang

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah et au Pavillon noir
Mes autres visages: Melbren de Séverac
Dragonnet du Chapitre • Version 2.6
Message Sujet: Re: Sylvain de Lalyre - Même pour vous ma belle, je ne puis cesser de conter   Mar 8 Aoû - 23:45

Bienvenue, ton personnage promet ! Bon courage :pompom:

_________________










#1870AB
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Peuple
avatar

Messages : 1490
J'ai : 24 ans
Je suis : Apicultrice

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent et à l'Ordre du Jugement
Mes autres visages: /
Peuple
Message Sujet: Re: Sylvain de Lalyre - Même pour vous ma belle, je ne puis cesser de conter   Mar 8 Aoû - 23:57

Bienvenue et bon amusement avec ce perso :leche:

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 1002
J'ai : 31 ans
Je suis : pirate sur l'Audacia, père de deux enfants

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Castiel • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: Sylvain de Lalyre - Même pour vous ma belle, je ne puis cesser de conter   Mer 9 Aoû - 0:05

Oh mais Denys, partage, un peu :red:

_________________
Dialogues en steelblue
Vogue et vit sous le nom Éric Voile-Ardente



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Savants • Admin
avatar

Messages : 759
J'ai : 18 ans
Je suis : Etudiante en Astronomie spécialisée dans l'étude des constellations

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : ma famille, Liam d'Outrevent
Mes autres visages: Tristan d'Amar, Grâce de Sombregemme, Meldred Vif-Ressac
Les Savants • Admin
Message Sujet: Re: Sylvain de Lalyre - Même pour vous ma belle, je ne puis cesser de conter   Mer 9 Aoû - 0:33

Laissez Marjolaine être séduite par ce charmant jeune homme si elle veut :red:

_________________
On dit des Lunes qu’elles reflètent la lumière du Soleil. Mais je sais, moi, qu’elles reflètent celle des Étoiles.


Paroles : steelblue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 451
J'ai : 28 ans
Je suis : duchesse de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Denys, mon époux
Mes autres visages: Séverine Belastre, Lancelot l'Adroit et Liry Mac Lir
La Noblesse
Message Sujet: Re: Sylvain de Lalyre - Même pour vous ma belle, je ne puis cesser de conter   Mer 9 Aoû - 5:23

Bienvenue charmant jeune homme :hihi:
Je suis contente de voir un Lagran musicien débarquer! J'ai hâte de voir ton personnage en jeu!
Un barde sera toujours le bienvenue à la cour, du moins de ma part.
Bon courage pour le reste de ta fiche et au plaisir de te croiser au détour d'un rp (;

(Mais fais attention, Denys est un peu jaloux et dans ses crises de jalousie, il peut faire des choses bien laides :sisi: )

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 1743
J'ai : 26 ans
Je suis : Voleuse spécialisée dans l'escalade à la Cour des Miracles.
(Futur Roi Blanc et Fils des Ombres :sisi: )

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des ombres
Mes autres visages: Antonin de Faërie
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Sylvain de Lalyre - Même pour vous ma belle, je ne puis cesser de conter   Mer 9 Aoû - 13:33

:fan: Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii :fan:

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 4042
J'ai : 58 ans
Je suis : Maréchal de Serre, Voltigeur de la Griffonne Adamante & Cartographe. Jadis l'on m'a reconnu forgeron brillant à Val Griffon.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'empire d'Ibélène et à la famille impériale, ainsi qu'aux Voltigeurs.
Mes autres visages: Tim l'Escampette
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Sylvain de Lalyre - Même pour vous ma belle, je ne puis cesser de conter   Mer 9 Aoû - 15:47

:miguel:

Bienvenue !

*Tim pousse Richard et prend la place*

Bardeeeeeeeeeeee et histoires géniales !!! A coup sûr il écoutera mon petiot ! Jalousera peut-être aussi, mais sera admiratif en l'écoutant. :mimi:

Hâte de te lire irp déjà ! Père Castor ! :vv:

_________________
Richard#B8860B
.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Les Savants
avatar

Messages : 65
J'ai : 30 ans
Je suis : Un conteur Itinérant

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Marjolaine du Lierre-Réal
Mes autres visages:
Les Savants
Message Sujet: Re: Sylvain de Lalyre - Même pour vous ma belle, je ne puis cesser de conter   Mer 9 Aoû - 16:43

Ho ma belle Marjolaine, laissez moi venir vous compter fleurette loin des yeux de votre époux :coeur:

Merci encore à tous pour ces mots gentils :mimi:

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dragonnet du Chapitre • Version 2.6
avatar

Messages : 4775
J'ai : 33 ans
Je suis : le duc de Lagrance, marquis du Lierre-Réal

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Lagrance avant tout, à l'Ordre du Jugement et dans une moindre mesure à l'empire de Faërie
Mes autres visages: Hiémain de Sylvamir, Anthim d'Erebor, Rackham des Deux-Ancres, Joséphine Siguardent et Shahryar Khamsin
Dragonnet du Chapitre • Version 2.6
Message Sujet: Re: Sylvain de Lalyre - Même pour vous ma belle, je ne puis cesser de conter   Mer 9 Aoû - 16:49

Mais c'est que tu joues avec le danger, mon petit :face:

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 891
J'ai : 35 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Raygnar d'Ysgramor / Elliott Ross
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Sylvain de Lalyre - Même pour vous ma belle, je ne puis cesser de conter   Mer 9 Aoû - 16:54

Un barde :siwi: Bienvenue à toi et bon courage pour ta fiche (enfin pour ce qu'il reste à faire :mdr:)

_________________







Hey:
 
Dragonnet 2.4:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse • Modo
avatar

Messages : 10776
J'ai : 31 ans
Je suis : demi-soeur du duc d'Erebor, médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel, mon futur époux ; Anthim, duc d'Erebor ; Ibélène
Mes autres visages: Ilse, Liselotte, Aurore, Victorine
La Noblesse • Modo
Message Sujet: Re: Sylvain de Lalyre - Même pour vous ma belle, je ne puis cesser de conter   Ven 11 Aoû - 16:29

Coucou, c'est moi qui vais m'occuper de ton personnage, avec une certaine Grâce sur mon épaule :cute:

Déjà, c'est un personnage intéressant que voilà, on a pris beaucoup de plaisir à le découvrir et on voit que t'as bien bûché tes annexes :sisi: Mais il y a encore quelques trucs qui posent souci, donc ne prends pas peur si ça paraît un peu long, on détaille bien et on propose des alternatives :sisi:


Informations :

Le nom : on écrira plutôt "de la Lyre"

L'icone : il faudrait mettre le bon copyright en dessous :oui:

Dieux tutélaires : il peut en avoir plusieurs en plus de son dieu de naissance :cute: (par exemple Aïda, pour la musique)

L'anecdote nous a fait beaucoup rire :mdr:


Histoire :

- Les noms des frères sont drôles mais ne sont pas très valorisants surtout pour des aînés. Ca posera problème si un jour tu décides d'en faire des scénarios par exemple. Il n'est pas obligatoire que le nom soit un nom de fleur, le duc de Lagrance s'appelle Denys après tout :cute:


Sylvain a écrit:
Il n’était pas non plus alléché, comme son dernier frère, Saule, par les jeux d’épées et de guerres.

Lagrance n'est pas un duché guerrier, il est peu probable qu'un jeune noble s'intéresse aux arts de la guerre. À la limite, il peut s'être révélé mage et s'intéresser à devenir mage de bataille, là il aurait un intérêt à en apprendre plus sur le sujet :sisi: Mais pas avant la puberté du coup, âge auquel la magie se déclenche :cute:

- Pourquoi son père est-il aussi réfractaire à l'idée que son fils fasse de la musique ? Lagrance est le duché des arts par excellence, c'est même plutôt bien vu. D'ailleurs, les autres membres de la famille sont versés dans l'art et leur nom est tout de même "de la Lyre", donc c'est que la famille est déjà liée à la musique certainement d'une manière. Peut-être que le père pourrait avoir épousé sa femme en prenant son nom parce qu'elle était la dernière tenante du titre ? Ce qui expliquerait qu'il n'est pas aussi enclin à voir son fils pratiquer la musique, qui est plus en lien avec sa mère ? :hm: Ou alors son père peut même venir d'un autre duché (par exemple Outrevent), ce qui expliquerait son intérêt pour les arts de la guerre (qui, comme je l'ai mentionné plus haut, n'est pas quelque chose de très répandu en Lagrance), et le fait qu'il colle une épée à la main de ses fils (mais dans ce cas-là, il faudrait abandonner l'idée qu'il soit également un artiste). Le fait qu'il adopte le nom de l'épouse expliquerait aussi le fait que la femme ait cette autorité qu'on ne voit normalement pas en Lagrance. Les femmes lagranes ont une certaine liberté mais c'est normalement les hommes qui gèrent les affaires de la famille :sisi:

- La musique ne fait pas partie des cours donnés à l'Académie. Lorsqu'on parle d'arts, c'est les arts visuels, la mosaïque, la sculpture, etc. Par contre, il peut avoir appris auprès de ménestrels de cour qui lui apprendraient leur métier. Des ménestrels qui ont donc un salaire et un statut, au contraire des bardes itinérants qui sont payés comme ça vient selon leurs prestations. Pour un noble, il serait donc plus logique qu'il soit ménestrel, à moins qu'il y'ait une bonne raison pour ça (bannissement de son domaine par exemple). Dans tous les cas, il y a une différence entre chanter pour des nobles ou dans des tavernes, et ses parents n'en seraient pas forcément fiers :geu: Sinon, il peut avoir commencé comme ménestrel de cour, avoir séduit la mauvaise femme et s'être fait une terrible réputation auprès de la noblesse qui ne l'accepte plus à leur table :sisi:

- Si tu veux réellement passer par l'Académie par contre, tu peux choisir un autre domaine, pourquoi pas dans les langues ? La poésie ? Au passage, le premier cycle n'est pas en pensée, la pensée est un domaine. Le premier cycle c'est par exemple l'architecture et la spécialisation sera dans la construction de murailles :geu: Tu vois la nuance ?

- Baronnie, et pas baronnerie :geu:

- Qui est Lupin ? Il débarque de nulle part, on ne sait pas de qui tu parles :hm:

- Attention, tu fais pas mal de petites fautes, d'accord notamment. Rien qu'une petite lecture ne pourra arranger :oui:



Questions :

- La deuxième question n'est pas assez développée, on aimerait ton avis un peu plus en profondeur. Surtout qu'en Lagrance, des mages c'est très courant, il doit en avoir dans son entourage direct, surtout en tant que fils de baron. Les domestiques du domaine, des jardins, sa famille même. Il a dû être confronté à des mages bien avant l'Académie. Puis en temps de guerre, ça a de grosses répercussions que les mages soient atteints. Ca ne l'inquiète pas ? Ou il s'en moque ?

- Pareil, il faudrait que tu développes un peu plus :cute:


Test RP :

- Chevaucheur et Voltigeur prennent une majuscule :sisi:

- Sylvain est-il barde ou conteur ? Sur le forum, on fait vraiment la différence entre les deux, ce sont deux métiers bien distincts. On ne trouvera pas de bardes qui font les deux, par souci pratique. Or, il raconte une histoire plus qu'il ne la chante dans ton RP :sisi:


Voilà, ce sera tout pour le moment :eheh: N'hésite pas à poster en demandes et questions si quelque chose n'est pas clair, on reste à disposition. Bon courage pour les corrections :keur:

_________________
dialogues • mediumvioletred




To see a World in a Grain of Sand and a Heaven in a Wild Flower, Hold Infinity in the palm of your hand and Eternity in an hour.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Savants
avatar

Messages : 65
J'ai : 30 ans
Je suis : Un conteur Itinérant

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Marjolaine du Lierre-Réal
Mes autres visages:
Les Savants
Message Sujet: Re: Sylvain de Lalyre - Même pour vous ma belle, je ne puis cesser de conter   Sam 12 Aoû - 17:42

Ma fiche a été modifiée.

En toute logique les changements devraient permettre à mon personnage d'être plus cohérent avec l'univers. En espérant que cela suffise !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse • Modo
avatar

Messages : 10776
J'ai : 31 ans
Je suis : demi-soeur du duc d'Erebor, médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel, mon futur époux ; Anthim, duc d'Erebor ; Ibélène
Mes autres visages: Ilse, Liselotte, Aurore, Victorine
La Noblesse • Modo
Message Sujet: Re: Sylvain de Lalyre - Même pour vous ma belle, je ne puis cesser de conter   Dim 13 Aoû - 23:07

C'est beaucoup mieux comme ça, t'as vraiment pris en compte nos remarques et les as très bien intégrées, c'est top :**: Il reste quelques petits détails à régler, mais tu y es presque :fan:


- Le copyright de l'icône n'a pas été modifié :coeur:

- C'est "de la Lyre" avec une minuscule à "la"

- Pour le surnom, on l'écrirait du coup plutôt "Belle-Histoire" (sans le "la" cette fois ^^) D'ailleurs, est-ce que tu préfères garder le nom "de la Lyre" ou changer en "Belle-Histoire" pour ton perso ? Les deux vont, c'est comme tu préfères.

- Il reste encore quelques fautes d'inattention, comme dans ces phrases :

Sylvain a écrit:
Qu’existait-il de mieux que de se plonger dans un recueil de poème alors que les flammes chauffez votre dos ?

Sylvain a écrit:
Lui-même attiré la jalousie de ses ainés car sa personne, bien faites et versées dans les arts et dans les belles paroles, finissait sans jamais s’en étonner, par séduire toutes les belles passant les portes de la Baronnerie.

- L'histoire n'est pas une spécialisation du langage. En fait, soit Sylvain fait une formation en histoire (et peut se spécialiser sur une période particulière ou l'histoire d'un duché par exemple), soit il étudie les langues et la littérature (et peut donc se spécialiser sur les contes et légendes). L'histoire sera basée sur le fond, la littérature sera basée sur la forme, à toi de voir quelle approche tu préfères :coeur:

- Pour la deuxième question, Sylvain peut effectivement se rendre à Lorgol pour en savoir plus, mais il ne peut pas aller dans une des bibliothèques de l'Académie comme ça. Comme il n'est plus étudiant, il ne peut aller qu'à l'étage des visiteurs et c'est une autre personne responsable du lieu qui ira chercher le livre qu'il demande. Sachant que la plupart des bouquins sur les épidémies doivent être empruntés par les étudiants en médecine sur place qui étudient le phénomène :sisi:



Pour certains ce sont des détails, mais ça évite toute incohérence de cette manière :cute: Je te laisse corriger tout ça du coup :keur:

_________________
dialogues • mediumvioletred




To see a World in a Grain of Sand and a Heaven in a Wild Flower, Hold Infinity in the palm of your hand and Eternity in an hour.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Sylvain de Lalyre - Même pour vous ma belle, je ne puis cesser de conter   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sylvain de Lalyre - Même pour vous ma belle, je ne puis cesser de conter
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Dark',pour vous servir...
» Pour vous remonter le moral
» Je suis de retour pour vous jouer un mauvais tour #SBAFF#
» Que puis-je faire pour vous aider....? [Pv Maximilien Shreck]
» Je suis de retour pour vous jouer un mauvais tour...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: À l'aventure ! :: Nos héros :: Capitales-
Sauter vers: