AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Je peux le garder, dis ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Rose Écarlate
avatar

Messages : 343
J'ai : plus de 1000 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à :
Mes autres visages:
La Rose Écarlate
Message Sujet: Je peux le garder, dis ?   Ven 11 Aoû - 22:31


Livre II, Chapitre 5 • La Mort dans les Veines
Le Fou Noir & La Tour Noire
& Matvei de Hvergelmir (à l'insu de son plein gré)

Je peux le garder, dis ?

je lui prêterai même mes grelots !



• Date : 3 août 1002
• Météo (optionnel) : On s'en fiche :geu:
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Le Fou Noir et la Tour Noire négocient avec une recrue potentielle. Ou plutôt, Simon tente d'empêcher Rhéa de lui faire peur...
• Recensement :
Code:
• [b]3 août 1002 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t2523-je-peux-le-garder-dis#76568]Je peux le garder, dis ?[/url] - [i]Le Fou Noir & La Tour Noire
& Matvei de Hvergelmir[/i]
Le Fou Noir et la Tour Noire négocient avec une recrue potentielle. Ou plutôt, Simon tente d'empêcher Rhéa de lui faire peur...



Dernière édition par La Rose Écarlate le Ven 11 Aoû - 22:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Rose Écarlate
avatar

Messages : 343
J'ai : plus de 1000 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à :
Mes autres visages:
La Rose Écarlate
Message Sujet: Re: Je peux le garder, dis ?   Ven 11 Aoû - 22:33


Le Fou

La Rose Noire





La discussion a été rapide, le Cavalier a très rapidement consenti à ta demande, toujours prêt à chevaucher les ombres lorsque l’opportunité lui en est donnée, mais il y a une deuxième pièce à convaincre, et celle-là est bien plus dure en affaire… Simon, ta chère Tour si sérieuse, qui argumente sans fin lorsqu’il s’agit d’exaucer l’une de tes demandes. Bien sûr, tu dois bien admettre que la plupart de tes requêtes sont un peu… excessives ; mais parfois tu soupçonnes ton si digne homologue de refuser simplement pour le plaisir de te voir supplier et quémander comme un chaton en manque d’affection. Il faut bien te reconnaître un talent certain pour les supplications – ainsi que des tentatives de corruption tout autant déloyales que redoutables. Simon serait-il un vil petit profiteur ? Peut-être. En tout cas, tu as remarqué que tes caprices sont reçus avec plus de bienveillance lorsque tu les assortis d’une étreinte possessive, ou d’un baiser déposé au creux de son cou à travers vos voiles. Il en rit, le digne seigneur de la Tour, et tu ris entre deux pirouettes de Fou.

Ce soir ne fait pas exception à la règle.
Tu surgis dans le dos de ton homologue à l’improviste, et comme vous êtes seuls dans la pièce, tu t’autorises à exaucer la requête de ton écrin : soulevant d’une main l’arrière du voile sombre de la Tour, tu écartes le tien de l’autre, et poses un baiser câlin sur la peau mate de son cou, avant de laisser retomber les deux pans de tissu pour sautiller autour de la pièce, finissant par l’enlacer pour poser la tête sur son épaule.

« Je le veux, dis, Simon. Dis oui. Tu veux bien, hein ? »

La Tour sait de qui tu parles. Vous avez déjà évoqué son cas. Consentira-t-elle à envoyer le Cavalier en mission ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Rose Écarlate
avatar

Messages : 343
J'ai : plus de 1000 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à :
Mes autres visages:
La Rose Écarlate
Message Sujet: Re: Je peux le garder, dis ?   Ven 11 Aoû - 22:33


La Tour

La Rose Noire





Il n'en est pas à sa première demande, ton Fou si facétieux. Et toi, Tour si sérieuse, tu balances entre amusement et exaspération. Tu souris sous tes voiles, de voir Rhéa sautiller sous tes yeux alors que tu tentes vainement de te concentrer sur les ouvrages à votre disposition dans la bibliothèque, à la recherche d'une information ou l'autre. Tu as même du mal à ne pas vouloir entrer dans son jeu alors qu'elle se glisse derrière toi pour ce qui semble être un énième baiser après une énième supplique. Et tu soupires, cherchant à ne pas paraître trop satisfaite de ces attentions à ton égard, bien qu'il ne s'agisse que d’un moyen très fourbe pour te soudoyer. « Ca ne t'a jamais vraiment dérangé. » ronchonne un vieux dragon, d'une voix ensommeillée, et tu souris pour toi-même en songeant à ces centaines d'années à parcourir le continent aux côtés de ta sulfureuse camarade. Oh, tu en as des souvenirs partagés avec elle.

« Dois-je te rappeler comment ta dernière idée a terminé, ma douce ? »

L'éclat de rire de Rhéa se mêle au tintement de ses grelots alors que vous vous remémorez tous les deux le désastreux incident de la sentinelle. N'est-ce pas ainsi que la plupart de ses plans se terminent ? De manière catastrophique ? Pourtant, son insistance t'amuse et allège ton esprit du poids qui l'habite. Et il tournoie devant toi, ton Fou malicieux, et il cherche à te faire céder d'une nouvelle étreinte. Le guerrier n'est pas le seul à frissonner, sous les voiles, et tu finis par consentir à sa demande. Consentement suivi de sautillements légers et carillonnants tandis que Rhéa s'en va prévenir votre Cavalier.

Tu te lèves et reposes ton livre, marqué à la page à laquelle tu t'es arrêtée. Puis tu patientes au coeur de la bibliothèque, droite et digne, toi la Tour si noble. Rhéa revient et tu serres la main qu'elle te tend, puis vous sentez les ombres autour de vous qui se meuvent alors que le Cavalier revient en tenant celui que vous attendiez, avant de se faufiler dans un autre recoin de la tour.

« Messire de Hvergelmir, je vous souhaite le bonsoir. » déclares-tu avec respect, t'inclinant devant lui poliment.
Et dans un tourbillon de carillon, ton Fou se jette sur votre visiteur, saisissant son bras fermement. « Simon, je peux le garder, maintenant ? Dis ! » Et tintinnabule gaiement Rhéa, ravie de ce kidnapping improvisé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Savants
avatar

Messages : 145
J'ai : 38 ans
Je suis : professeur d'architecture, sénéchal de la couronne kyréenne

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Hjalden d'Evalkyr, à l'empire d'Ibélène et aux Épines de la Rose Écarlate
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Maelenn • Lionel • Hermine
Les Savants
Message Sujet: Re: Je peux le garder, dis ?   Ven 11 Aoû - 23:22

Dire qu’il ne s’attendait pas être enlevé est faible. Et vrai, car en aucun cas, il ne s’y serait attendu.
En auquel cas, il aurait pris la peine de s’habiller.
Car il est de bon ton de préciser que Matvei sort du bain, à cet instant, et que seulement vêtu d’un pantalon de nuit, il s’apprêtait à jeter un dernier coup d’oeil aux nouveaux plans esquissés pour la réfection des ailes du palais endommagées par le feu et les explosions quand quelque chose est sorti de quelque part et l’a agrippé pour l’emmener ailleurs.

Ailleurs étant une bibliothèque, dans laquelle se trouve deux autres quelque chose. Qui sont en fait deux quelqu’uns, le troisième disparaissant dans… dans une ombre.
Bien. Bien bien bien. Très bien.

Il a les joues rouges, le Kyréen, alors qu’il reconnaît les deux êtres qui se tiennent devant lui, et s’il se redresse avec fierté, affectant la posture rigide qui est toujours sienne, c’est en regrettant de ne pas pouvoir se recroqueviller pour cacher sa demi-nudité. Il reste donc digne, autant qu’il est possible de le faire dans la tenue indécente qui est la sienne, et s’incline respectueusement devant les deux Pièces Noires devant lui. Enfin, il essaie, car au milieu de sa révérence, un corps vient le percuter et s’accrocher furieusement à son bras, sautillant pratiquement sur ses pieds en demandant si on peut, euh, le garder. « Bien le bonsoir, sire et dame de la Rose, qu’il articule, ne sachant comment s’adresser aux deux Pièces. Il sait quels visages se sont tenus initialement sous ces voiles, il sait lequel se cache sous celui du Fou, mais il ne veut pas présumer de plus. C’est un honneur de vous rencontrer et je vous suis grée de me recevoir, qu’importe votre requête. » On ne l’a certainement pas enlevé sans dessein. Et certainement pas uniquement pour lui tâter le - mais est-ce que ce Fou vient bien de lui tâter une fesse ? Impassible Matvei, dont la rougeur s’étend désormais jusqu’à son cou, et qui se force à ne pas bouger. Ce serait malpoli.

_________________
Dialogues en seagreen

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Rose Écarlate
avatar

Messages : 343
J'ai : plus de 1000 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à :
Mes autres visages:
La Rose Écarlate
Message Sujet: Re: Je peux le garder, dis ?   Sam 12 Aoû - 14:46


Le Fou

La Rose Noire





Il rougit, le Kyréen si sérieux, et tu ne peux t’empêcher d’émettre un petit rire tenant vaguement du ronronnement. Tu as apprécié le temps passé à ses côtés, pendant cette nuit de chaos qui a bien failli te priver de ton écrin. Certes, vous êtes bien différents  et tu ne saurais t’accommoder du si sévère Matvei comme écrin à demeure, mais sa droiture et sa rigueur parlent en sa faveur – ce sont d’ailleurs les critères qui ont certainement décroché l’accord de ta Tour. Tu ne peux résister à la tentation de palper sa fesse, avant de pincer amicalement son flanc, dans un tourbillon de carillon réjoui. Si grand, il est si grand ! Tu te rappelles avoir vu le monde d’en haut, l’espace de quelques heures, culminant au-dessus des autres pièces, et tu as adoré l’expérience. Tu voudrais bien monter sur ses épaules. Juste pour voir. Il a l’air si solide !

Battant des mains comme une enfant, tu sens sur toi le regard sérieux de Simon qui devine certainement chacune des lubies qui traversent tes pensées. Tu n’as pas très envie de te faire gronder par ta Tour bien-aimée, alors tu laisses sagement Mélusine reprendre les commandes, te tapissant à la lisière de sa conscience avec une taquinerie malicieuse. C’était amusant de faire rougir un Kyréen si pudique, mais ton écrin connaît bien le sujet et une vague de compassion la traverse, lorsqu’elle pense à son Kyréen à elle.

Tranquille tout à coup, tu viens te placer aux côtés de la Tour, glissant sagement ta main dans la sienne, modèle de bonne conduite. « Merci d’être venu si rapidement, sénéchal. » Quand bien même vous ne lui avez pas vraiment laissé le choix, il n’a pas résisté ! Une part de toi te souffle qu’il était peut-être trop préoccupé à cramponner son peu de vêtements pour tenter de se débattre, mais tu écartes cet argument sur un couinement ravi de Rhéa qui profite du spectacle. « Le Cavalier Noir vous ramènera là où il vous a trouvé dès la fin de notre entretien. » Et tu opines vigoureusement du chef pour appuyer cette promesse, tintant de plus belle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Rose Écarlate
avatar

Messages : 343
J'ai : plus de 1000 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à :
Mes autres visages:
La Rose Écarlate
Message Sujet: Re: Je peux le garder, dis ?   Sam 12 Aoû - 15:32


La Tour

La Rose Noire





La main de Rhéa t'échappe avant même que tu n'aies le temps de la retenir. Elle s'accroche à votre invité avec un enthousiasme débordant et celui-ci, déjà bien rouge, semble prendre quelques couleurs supplémentaires. Simon comme l'écrin compatissent grandement avec ce géant kyréen qui se retrouve transporté malgré lui dans une situation somme toute inconfortable. Ton Fou ne fait rien pour améliorer la situation et ses petits sauts carillonnants semblent le laisser perplexe quant à la raison de sa venue ici. Pour ta part, tu notes de dire deux mots à ton Cavalier plus tard ; il aurait tout de même puis lui laisser le temps d'enfiler une chemise et une pair de chaussures. Tu soupires, malgré le sourire qui se dessine sous tes voiles puis récupères la main de Rhéa qui sent bien qu'elle en fait peut-être un peu trop. Ou n'est-ce que qu'une simple accalmie avant que l'ouragan qu'elle est ne s'abatte sur leur invité ?

« Installez-vous messire, nous n'en aurons pas pour très longtemps. » D'un geste, tu lui indiques un fauteuil devant une table basse fournie de quelques gourmandises sucrées dont ton Fou raffole. Toi-même, tu relâches un moment sa main pour t'emparer du plaid déposé sur un fauteuil afin de le tendre au sénéchal. Puis tu prends place sur le canapé en face de lui, très rapidement suivie de ton Fou qui vient se blottir contre toi dans un tintement de grelots significatif et que tu t'empresses d'entourer d'un bras affectueux. Tu remarques le regard de votre invité, posé sur Rhéa, et tu lui annonces d'une voix calme et terriblement sérieuse. « N'ayez crainte, elle ne vous fera aucun mal. Sa vision est basée sur le mouvement, si vous ne faites pas un geste tout se passera bien. » Tu souris sous tes voiles. « Avez-vous une idée de la raison pour laquelle nous vous avons fait venir, sénéchal ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Savants
avatar

Messages : 145
J'ai : 38 ans
Je suis : professeur d'architecture, sénéchal de la couronne kyréenne

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Hjalden d'Evalkyr, à l'empire d'Ibélène et aux Épines de la Rose Écarlate
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Maelenn • Lionel • Hermine
Les Savants
Message Sujet: Re: Je peux le garder, dis ?   Sam 12 Aoû - 16:47

Et voilà qu’après le pincement de sa fesse, on lui tâte le flanc avec la même curiosité, comme on inspecterait un cheval avant son acquisition. Ces attentions le gênent d’autant plus qu’il ne cherche pas à s’en défendre, espérant qu’ainsi, on se désintéressera de lui. À croire qu’il a bien vu, car le Fou Noir consent enfin à relâcher son bras. « Merci d’être venu si rapidement, sénéchal. L’esquisse d’un sourire ourle ses lèvres, amusé face à l’idée qu’il ait eu serait-ce que le choix de venir. Le Cavalier Noir vous ramènera là où il vous a trouvé dès la fin de notre entretien. Je le remercierai de sa merveilleuse célérité », qu’il commente, dans une inclinaison de la tête, salutation envers ce Cavalier qui a disparu aussi subitement qu’il est apparu. Chevaucheur des ombres, il pourrait surgir de n’importe où, et il est important de se préparer à cette éventualité.

Le Fou laisse la parole à la Tour Noire, qui l’invite à prendre place dans l’un des fauteuils de la bibliothèque, et il bénit intérieurement la Pièce lorsque celle-ci lui tend un plaid. Il s’y enroule confortablement, puis à l’aise désormais que tout un chacun n’a plus vue détaillée sur son torse. Il détaille rapidement les gourmandises étalées sur la table basse, assortiment de tartelettes au sucre sombre et de pâtisseries feuilletées, dont le miel luit dans la douce lueur des globes et des cristaux de la pièce, puis laisse son regard revenir aux deux Pièces. Enlacées, presque amoureuses.
Serait-ce le sire de Sylvamir, sous ces vêtements brodés d’étincelles ?
La question reste en suspend, dans son esprit, alors qu’il regarde à nouveau le Fou Noir, craignant un nouveau débordement d’affections, et il acquiesce timidement aux conseils de la Tour Noire à propos de son compagnon Fou. Le mouvement. Bien compris. « Avez-vous une idée de la raison pour laquelle nous vous avons fait venir, sénéchal ? Je suppose que cela concerne les événements qui se sont déroulés à Svaljärd », dit l’intelligent sénéchal, qui n’a pas spécialement besoin de réfléchir pour deviner la raison de sa venue. Il a porté les voiles du Fou Noir, le temps d’une mission, d’un battement de coeur, afin de préserver les serments de celle qui les porte en cet instant. « Si vous désirez vous assurer de mon silence, sachez qu’il sera total, monseigneur, madame. »

_________________
Dialogues en seagreen

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Rose Écarlate
avatar

Messages : 343
J'ai : plus de 1000 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à :
Mes autres visages:
La Rose Écarlate
Message Sujet: Re: Je peux le garder, dis ?   Sam 12 Aoû - 20:45


Le Fou

La Rose Noire





Ta Tour soupire, mais elle garde ta main dans la sienne ; et lorsque que tu te blottis contre elle sur le canapé, elle t’enlace d’elle-même, te serrant contre elle. Un ronronnement ravi échappe de concert à Mélusine et Rhéa, totalement unies dans le ravissement que tu éprouves à te faire câliner par ta Tour adorée, tout à la fois Alméïde et Simon. Tu frottes affectueusement ta joue voilée contre son épaule, dans la plus parfaite imitation d’un chaton câlin quémandant de l’attention, avant de tourner le regard vers le sire de Hvergelmir, drapé dans son plaid comme si c’était la toge de Cyselle en personne, et qui vous observe avec l’air méfiant d’une biche traquée au fond des bois.

Une très grande biche, bon.

Un brin de sérieux revient calmer tes tintinnabulements, et tu écoutes gravement les hypothèses de Matvei quant aux raisons de sa présence dans la bibliothèque privée de la Tour Noire ce soir. « Nous avons foi en votre discrétion, messire. » C’est Mélusine qui a parlé, et c’est elle qui relève tes voiles, découvrant son visage et libérant sa chevelure. Son sourire étire tes lèvres, et c’est avec chaleur qu’elle poursuit. « Rhéa est parfois excessive dans le débordement de sa gratitude, pardonnez-lui – elle a fort apprécié les quelques heures passées en votre compagnie, et se faisait une joie de vous revoir. Pour ma part, je tenais à vous exprimer ma reconnaissance face à face ; notre reconnaissance, en fait. La mienne, de m’avoir permis le repos qui a sauvé ma vie, et la sienne de lui avoir fourni le moyen de poursuivre sa mission. N’eussiez-vous pas présent sous nos voiles cette nuit-là, d’autres vies auraient été perdues – dont la mienne, certainement. »

Presque à coup sûr, oui. L’état d’épuisement dans lequel tu étais, et la perte de sang… Sans ton transfert rapide à Lorgol et l’intervention d’un bataillon de mages, tu trépassais, c’est certain. Même à présent, quelques jours après, tu restes encore un peu faible – seule la flamme tumultueuse de Rhéa lovée au plus profond de toi te procure l’énergie d’être le Fou. Gaiement, tu chasses ces sombres pensées d’un revers de la main, tapotant la cuisse de ta Tour dont tu perçois l’inquiétude rétrospective, enchaînant derechef. « Si nous vous avons mandé ce soir, sire, c’est pour savoir si vous seriez prêt à vous dévouer encore pour notre cause, et joindre votre bras au nôtre. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Rose Écarlate
avatar

Messages : 343
J'ai : plus de 1000 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à :
Mes autres visages:
La Rose Écarlate
Message Sujet: Re: Je peux le garder, dis ?   Sam 12 Aoû - 22:51


La Tour

La Rose Noire





Tu câlines ton Fou distraitement, blotti tout contre toi. Pour peu, tu pourrais presque l'entendre ronronner et tu souris pour toi-même sans quitter des yeux votre invité. Ta question n'est pas anodine et tu es heureuse de l'entendre assurer son silence vis à vis de ton Fou. Tu n'aurais pas beaucoup apprécié que l'identité de son écrin soit éventée et tu restes toujours très méfiante, toi la Tour si sérieuse. Tu as pourtant cru comprendre que le sénéchal était lui aussi un homme sérieux et respectable, qui a su se montrer digne de la mission qui lui a été confiée. C'est d'ailleurs ce qui a fini de te convaincre de le rencontrer. Alors tu écoutes patiemment et tu tournes légèrement la tête lorsque Mélusine se défait de ses voiles sombres. Ses paroles réveillent ton inquiétude, celle de ton écrin précisément, et seul le geste de ton Fou te rassure quelque peu.

Ce n'est pas la première fois que tu manques de la perdre et tu ne le supportes pas.

Quand tu reprends la parole, c'est Alméïde qui reprend un instant le contrôle, très touchée par l'état de son amie que tu entoures toujours d'un bras protecteur. « Nous gagnerions à vous avoir parmi nos alliés. Ce que vous avez fait pour Rhéa et la dame de Sylvamir était très noble, nous vous en sommes tous très reconnaissants. » déclares-tu dans un écho des paroles de ton Fou. Tu lui en es reconnaissant oui, ton écrin comme ton esprit, tous deux sur la même longueur d'ondes. « Rejoindre les rangs de nos estimées Épines vous intéresserait-il, messire ? » Tu ne tournes pas autour du pot cette fois, tu veux connaître son avis sur la question.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Savants
avatar

Messages : 145
J'ai : 38 ans
Je suis : professeur d'architecture, sénéchal de la couronne kyréenne

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Hjalden d'Evalkyr, à l'empire d'Ibélène et aux Épines de la Rose Écarlate
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Maelenn • Lionel • Hermine
Les Savants
Message Sujet: Re: Je peux le garder, dis ?   Mer 16 Aoû - 2:56

L’homme se retrouve gêné, d’être témoin de toutes ces affections impromptues entre les deux Pièces de la Rose, témoin gênant de choses qu’il ne ferait pas lui-même devant public. Il veut bien admettre de la dame de Sylvamir est Cielsombroise, et Rhéa de Sombreflamme tout autant, mais… ça ne l’empêche pas d’être inconfortable, et à ses yeux pâles de vouloir fuir. Il se force à fixer les voiles noirs qui cachent les visages de ces êtres, quasi sans ciller.

Le Fou soulève les siens, de voiles, et il est apaisé de voir ce visage connu, à défaut de le qualifier d’ami. La marquise et lui se connaissent bien peu et s’il ne l’associait auparavant qu’à cette personne excentrique et tapageuse qui semblait si mal convenir au calme Hiémain, il découvre une facette inédite de cette femme. Les Cielsombrois sont ainsi, n’est-ce pas ? Surprenants, toujours présents où on ne les y attend pas. Ses remerciements vont droit au coeur de Matvei. « Je suis heureux de vous voir bien portante, dame », qu’il répond à ses louanges, réellement soulagé. La dame de Sylvamir a été gravement blessée et il comprend que sa présence à Lorgol n’est pas anodine, car seuls des mages ont pu lui redonner santé aussi resplendissante en si peu de temps.
La suite, cela dit, l’intrigue. Joindre son bras aux leurs ? Il revoit l’arc, un instant, Vespérel, tendu devant le Fou Noir, et tout ce qu’il contient, révélé dans un simple toucher. Il a vécu l’impossible, l’inimitable, mais il n’a certainement pas le coeur de se battre ainsi. En dernier recours, sans doute, dans l’ombre des vérités, peut-être, mais… pas plus. « Rejoindre les rangs de nos estimées Épines vous intéresserait-il, messire ? »

Comme si ces Pièces lisaient dans ses pensées incertaines, déjà prêtes à lui faire prononcer un refus déchirant.
(toi, une Pièce ? tu te surestimes, mon frère, tu n’es bon qu’en larbin)

« Ou-oui. Il a bégayé et il craint que ce bégaiement passe pour une quelconque hésitation, alors il s’empresse d’ajouter : Oui. Oui, bien sûr, c’est… ce serait le plus grand des honneurs, que de joindre les rangs de vos Épines. Vous… pensez vraiment que je pourrais être utile ? » Il se fait quasi timide, dans ce doute qu’il verbalise presque malgré lui, incapable de contenir la peur nouvelle qui le ronge. Pourtant, aucun questionnement n’est vraiment nécessaire : ses diverses positions, en Valkyrion comme à l’Académie dans bien peu de temps, sont un gage de son utilité ultérieure.
Il a déjà peur de les décevoir.

_________________
Dialogues en seagreen

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Rose Écarlate
avatar

Messages : 343
J'ai : plus de 1000 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à :
Mes autres visages:
La Rose Écarlate
Message Sujet: Re: Je peux le garder, dis ?   Jeu 17 Aoû - 23:06


Le Fou

La Rose Noire





La gêne semble s’être dissipée quelque peu, ces dernières minutes. Il avait l’air si mal à l’aise, le digne Kyréen, devant les démonstrations d’affection de Rhéa envers Simon ! On y retrouverait presque un peu de la pudeur réservée de Hiémain, et le cœur de Mélusine hurle trop de son absence pour que tu t’attardes sur cette pensée. Dégrisée, c’est bien plus calme que tu écoutes ta Tour expliquer à Matvei ce que vous attendez de lui. Il semble étonné ! Tu hausses un sourcil perplexe – tu as partagé son âme, brièvement certes, mais bien plus intimement qu’aucun autre humain ne le pourra jamais, et tu sais – tu sais, sans nul doute possible, sans conteste, sans objection, qu’il est tout entier bâti du bois dont on fait les héros.

Tu l’as dit, à ta Tour : tu lui as décrit les qualités morales de ce fils des glaces pendant des heures, insistant sur sa droiture, sa loyauté, et ses idéaux qui ressemblent tellement aux vôtres. Il sera bientôt en poste à l’Académie et pourra y aider votre Épine enchanteresse – cette femme dont le souvenir est verrouillé dans un coin de sa mémoire depuis plus de quinze ans. Il est sénéchal de sa couronne et a l’oreille et la confiance du duc Hjalden. Et sa promise… Sa promise est Écoutante de la Confrérie Noire. Tu ne t’es ouvert de ce dernier élément à personne, petit Fou danseur, ne voyant pas l’intérêt de briser le secret de la princesse de Valkyrion. Sait-il, ce sire de Hvergelmir, à quel point tu as connaissance de la moindre de ses pensées d’avant cette nuit-là ? Un sourire navré éclaire le coin des lèvres de Mélusine, lorsque tu entends cet homme remarquable douter de lui.

Serrant doucement la main de Simon – je suis sage, ma Tour, c’est promis – tu te lèves et traverses l’espace qui vous sépare, pour t’installer paisiblement sur l’accoudoir de son siège. Penché sur lui, tu saisis délicatement son menton entre deux doigts pour lever son visage vers toi – à peine, mais qu’il est grand, cet homme-là, décidément ! Serein, tu plonges le regard au fond du sien, évaluant les émotions conflictuelles que tu y lis. « Vous n’avez aucune idée de l’homme que vous êtes, n’est-ce pas ? Matvei. » Tu as murmuré son prénom d’un ton pensif, comme si tu cherchais à te souvenir de quelque chose. « Cessez de vivre dans l’ombre de votre frère. Vous êtes une âme de lumière dans le cœur d’un champion. » Tu lâches son menton, caresses doucement l’angle de sa mâchoire – comme une mère devant un fils prometteur, avant de laisser retomber ta main dans ton giron. « Vous êtes exactement l’homme dont nous avons besoin. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Rose Écarlate
avatar

Messages : 343
J'ai : plus de 1000 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à :
Mes autres visages:
La Rose Écarlate
Message Sujet: Re: Je peux le garder, dis ?   Sam 19 Aoû - 13:35


La Tour

La Rose Noire





Tu perçois son hésitation, tu vois le doute se peindre sur ses traits autant que dans ses paroles. Pensez-vous qu'il pourra réellement être utile ? Ô dieux, s'il avait la moindre idée de ce qu'il peut vous apporter et de ce que vous comptez lui demander, dès ce soir. Tu sens la pression de la main de ton Fou avant qu'il se lève pour rejoindre votre invité. Tu les observes, silencieuse, laissant à Rhéa le loisir de s'exprimer comme elle le désire ; elle a habité un instant cet écrin, elle en sait plus sur lui que n'importe lequel d'entre vous et tu sais qu'elle n'a pas proposé cet homme à la légère. Il t'a fallu du temps pour te décider, comme c'est souvent le cas, toi qui aimes savoir dans quoi tu t'engages avant de foncer tête baissée, mais tu sais qu'elle a vu juste sur la valeur de cet homme.

Les mots de Rhéa sont doux, loin de son exubérance habituelle, et ses gestes le sont tout autant. Tu souris un instant sous tes voiles, à la vue de cette souveraine millénaire qui sait se montrer si sérieuse lorsque la situation l'exige alors que le reste du temps, elle parvient à illuminer la pièce de ses facéties. Comme vous tous, elle porte cette part d'ombre qui pèse sur la Rose, celle qui suit tous les sacrifices auxquels vous avez consentis pour la paix, pour le prix de votre seule existence.

« Rhéa a vu ce dont vous étiez capable. Elle a vu qui vous étiez. » Tu brises le silence d'une voix sereine et sérieuse, le visage tourné vers votre invité. « J'ai confiance en son jugement, et si elle place sa confiance en vous, j'en fais donc de même, sans la moindre hésitation. » Tu ne désires pourtant aucunement lui mettre la pression quant à ce rôle qu'il accepte de revêtir pour vous. C'est pourquoi tu continues sur ta lancée. « Vous ne serez pas seul messire, nos Épines sont nombreuses. Et je n'ai aucun doute quant au fait que vous mettrez tout votre coeur à la tâche, lorsque le moment sera venu. » Et celui-ci pourrait survenir bien plus tôt qu'il ne le pense. Tu ne veux pourtant pas précipiter sa décision avec l'urgence de la situation, tu veux qu'il décide de son propre chef, sans sentir de poids peser sur ses épaules.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Savants
avatar

Messages : 145
J'ai : 38 ans
Je suis : professeur d'architecture, sénéchal de la couronne kyréenne

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Hjalden d'Evalkyr, à l'empire d'Ibélène et aux Épines de la Rose Écarlate
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Maelenn • Lionel • Hermine
Les Savants
Message Sujet: Re: Je peux le garder, dis ?   Lun 21 Aoû - 2:40

Il craint, le Kyréen, d’avoir froissé les dignes Pièces, avec ses questionnements, ses doutes, remettant en question la clarté de leur réflexion et de leur décision. De la même façon qu’il a douté à chaque étape de sa vie. Lui, vraiment ? La baronne de Sylvamir le rejoint à son fauteuol et d’une main chaude, relève son visage vers le sien. Toucher inattendu, dont il ne s’écarte pas. De ces yeux bleu profond qui lisent dans les siens. « Vous n’avez aucune idée de l’homme que vous êtes, n’est-ce pas ? Matvei. Un frisson. Inattendu. Cessez de vivre dans l’ombre de votre frère. Vous êtes une âme de lumière dans le cœur d’un champion. » Matvei baisse les yeux, à la caresse sur son visage. La voix de son frère s’éloigne, chassée par cette voix de femme, par cette personne qui porte en elle un être millénaire qui sait tout de lui. Elle sait, et elle a raison, et les mots qu’elle a prononcé se font talisman.

Tour et Fou l’assurent qu’il est celui qu’il leur faut, qu’ils ont confiance en ses capacités. Et surtout, les Pièces l’assurent qu’il ne sera pas seul. « Vous ne serez pas seul messire, nos Épines sont nombreuses. Et je n'ai aucun doute quant au fait que vous mettrez tout votre coeur à la tâche, lorsque le moment sera venu. » Il s’en doutait bien, le sénéchal, mais il se retrouve rassuré, lorsqu’on lui confirme bien que peu importe les missions à accomplir, il ne sera jamais seul. Depuis un millénaire, la Rose Écarlate est portée par ces hommes et ces femmes qui croient en sa mission ; c’est à son tour, d’y participer.

Le blond inspire, doucement, remplit ses poumons de cet air qui lui a bien trop manqué depuis le moment où il a été enlevé à même sa chambre à Svaljärd. Il s’est décidé, déjà, de ce précédent oui bégayant, et son avis n’a pas changé. Il s’est décidé depuis le moment où il a effleuré Vespéral du bout des doigts. Sa voix porte des accents plus calmes, cette fois, plus décidés : « Quand puis-je… débuter ? Je me doute qu’avec les événements récents à Svaljärd et ceux qui secouent le continent en permanence, vos Épines ne manquent pas d’occupation. » Déjà prêt à mettre son coeur et ses bras à la tâche, vaillant soldat à peine embrigadé. Ah, s’il savait ce qui se présente déjà à lui !

_________________
Dialogues en seagreen

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Rose Écarlate
avatar

Messages : 343
J'ai : plus de 1000 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à :
Mes autres visages:
La Rose Écarlate
Message Sujet: Re: Je peux le garder, dis ?   Lun 21 Aoû - 2:52


Le Fou

La Rose Noire





A-t-il vraiment compris ? Tu n’en es pas certain. Matvei de Hvergelmir porte en lui le doute chevillé au corps comme une écharde lovée dans sa chair, et tu maudis son frère de l’avoir rendu si dubitatif à l’endroit de ses propres qualités. Cet homme-là, cette nouvelle Épine fraîchement arrivée, a le potentiel nécessaire pour vous emmener fort convenablement vers un avenir meilleur, bien qu’encore incertain. Ah, si seulement le poids de vos convictions pouvait contrebalancer l’ampleur de son indécision ! Si seulement la sincérité de vos louanges avait le pouvoir d’effacer la mesquinerie des blessures du passé… Tu te promets, plus tard, de pousser les recherches au sujet de Maksim de Hvergelmir, pour t’assurer que la cruauté de cet homme n’a pas engendré quelque crime odieux contre le continent. On ne sait jamais !

Matvei en tout cas semble déterminé à se montrer digne de votre confiance, et tu souris de le voir si coopératif. Il sera réellement une force de motivation au sein des Épines, une influence puissante et positive, et tu te réjouis de le savoir à vos côtés – vous manquez d’hommes et de femmes aussi vaillants, et vous aurez besoin de bien d’autres comme lui pour parvenir à vaincre l’Ordre un jour et restaurer la paix sur le continent. Délicatement, tu tapotes sa cuisse en signe d’approbation.

« Nous avons en effet une mission à vous confier, une mission cruciale et importante, car la vie de bien des innocents en dépend. » Est-ce pertinent de déposer ce fardeau sur les épaules d’une nouvelle recrue ? Tu ne sais guère, mais tu as habité la chair de cet homme, tu t’es baigné dans son esprit – tu as foi en lui. Aveuglément. Pensif, tu tournes le regard vers ta Tour – à toi les démonstrations de sentiment, à elle les explications claires et précises.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Rose Écarlate
avatar

Messages : 343
J'ai : plus de 1000 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à :
Mes autres visages:
La Rose Écarlate
Message Sujet: Re: Je peux le garder, dis ?   Mer 23 Aoû - 18:17


La Tour

La Rose Noire





Vos paroles paraissent enfin avoir un effet sur le noble kyréen, si digne et si peu assuré. Il affirme à nouveau vouloir vous être utile et sa question te fait doucement sourire – un sourire amer qui reflète tes pensées. Rhéa répond à ta place pour communiquer l'urgence de la situation et se tourne vers toi, te laissant le loisir d'expliquer ce que vous attendez du sénéchal. Un nouveau poids s'ajoute sur les épaules de ce grand homme aux responsabilités déjà si nombreuses, mais vous n'avez pas le choix, vous avez besoin d'aide supplémentaire. C'est donc d'un ton grave que tu lui dévoiles ce qui vous tracasse tant depuis quelques jours.

« Une maladie se répand en Arven, une maladie qui cible la magie chez les hommes. Nous n'avons encore aucune idée de son ampleur ou de ses conséquences, mais nous nous devons de prendre les devants. » Tu te lèves de ton fauteuil, fais quelques pas pour te rapprocher, gardant pourtant une distance raisonnable avec votre invité. Parler de ce cette maladie éveille ton inquiétude et tu tournes un instant ton regard vers Rhéa qui sait très bien ce que vous devrez bientôt faire. L'idée ne t'enchante guère.

« Nous aurons besoin de vous à Ibelin, pour accueillir les mages encore dissimulés en Ibélène et diriger le convoi qui se dirigera alors vers Roc-Épine, où nous espérons obtenir un remède. D'autres Épines se trouvent déjà dans la capitale, mais nous avons besoin de toute l'aide nécessaire, car nous ne pourrons nous en charger. » Ces quelques mots te peinent, mais tu sais que c'est nécessaire. Tu ne veux pas mettre en danger ton écrin, pas plus que tes autres camarades de la Rose. Oh, tu sais bien que la princesse d'Erebor serait prête à courir ce risque, mais pas toi. Ta main se pose alors sur l'épaule de ton Fou, la serrant doucement dans un geste affectueux. « Êtes-vous prêt à vous charger de cette mission, messire ? » demandes-tu, toujours aussi grave. Maintenant qu'il connaît les enjeux, voudra-t-il toujours aider ? Tu connais l'avis de Valkyrion sur les mages, tu sais qu'il est proche du duc Hjalden et tu crains d'en avoir trop dit.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Savants
avatar

Messages : 145
J'ai : 38 ans
Je suis : professeur d'architecture, sénéchal de la couronne kyréenne

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Hjalden d'Evalkyr, à l'empire d'Ibélène et aux Épines de la Rose Écarlate
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Maelenn • Lionel • Hermine
Les Savants
Message Sujet: Re: Je peux le garder, dis ?   Jeu 24 Aoû - 17:19

Il a visé juste : c’est bien pour une mission, qu’on le recrute à ce moment, et s’il était précédemment envahi de doutes à l’idée qu’on veuille de lui, il s'enorgueillit désormais quelque peu de ce recrutement en urgence. Il ne sait pas encore ce qui se présente, non, et il regrettera certainement un peu, plus tard, cet éclat de fierté qu’il garde bien pour lui, car la mission qu’on lui annonce est cruciale. La vie de bien des innocents en dépend, a dit le Fou Noir, et c’est un peu inquiet que Matvei tourne le regard vers la Tour Noire, qui complète ces informations.

« Nous aurons besoin de vous à Ibelin, pour accueillir les mages encore dissimulés en Ibélène et diriger le convoi qui se dirigera alors vers Roc-Épine, où nous espérons obtenir un remède. D'autres Épines se trouvent déjà dans la capitale, mais nous avons besoin de toute l'aide nécessaire, car nous ne pourrons nous en charger. » La nouvelle tombe comme une roche, dans son estomac, poids non pas sur ses épaules, mais sur sa cage thoracique, comme un haut-le-coeur soudain. Il pense à Hjalden, qui sera plus qu’heureux de cette nouvelle - une extinction de mages, comme une sélection naturelle que leurs troupes armées se feront un plaisir d’accélérer. Pareillement pour le prince Martial, qui est si près de sa couronne de duc qu’il l’effleure du bout des doigts. Tout cet empire qui se fera un plaisir de venger la mort de son impératrice et les blessures de son empereur dans une charge guerrière sanglante.
Il a toujours eu horreur de la guerre.
Matvei écoute la Tour Noire d’une oreille, comprenant qu’il devra aller à Ibelin rejoindre d’autres Épines, pour ensuite entreprendre un long trajet vers Roc-Épine. Son esprit vogue plutôt, encore, sur les mages. Il pense à Ljära, sa petite Ljära, morte bien avant son temps et bien avant de telles horreurs. Il pense à Pennia, le coeur serré de l’imaginer malade. elle et Elsir.

« Êtes-vous prêt à vous charger de cette mission, messire ? » Le silence bourdonne, mais il le brise bien rapidement, alors qu’il se lève du fauteuil, toujours drapé dans le plaid. « Si… si vous me laissez le temps d’aller passer quelques vêtements, à ma tour… bien sûr. » Sa demande, trait d’humour subtil, fait rire le Fou Noir, dans un rire carillonnant, et on le laisse volontiers aller quérir des habits décents, car c’est directement à Ibelin que le Cavalier Noir l’emportera. Il le mandatera également, si possible, de déposer une missive à l’intention de Hjalden, afin qu’il ne s’inquiète pas de son absence soudaine. Un voyage vers la capitale dès le lever du jour afin de négocier matériaux et autres effets nécessaires à la reconstruction du palais, qu’il prétextera dans cette lettre. Il n’aime pas mentir, il y est même scandaleusement mauvais, mais il le doit.

Lorsqu’il reviendra à la tour de la Rose Écarlate, deux présents l’attendront.
Une épine de rose, qu’il épinglera juste à l’intérieur de sa veste où d’un geste, elle pourra être révélée aux sceptiques.
Un grelot, qu’on lui dira qu’il n’a pas besoin de porter, mais qu’il prendra tout de même. Pour appeler la chance, pour se souvenir, pour écouter tinter, dans ses moments de réflexion.
Il a besoin de tous les talismans.

_________________
Dialogues en seagreen

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Je peux le garder, dis ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Je peux le garder, dis ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je suis égoiste de vouloir te garder. Mais je ne peux te laisser à un autre. # Heather
» Une invitation que,malheureusement je ne peux refuser(PV HC)
» croque-moi si tu peux - jeudi 24 mai, 14h17
» Comment apprendre à garder son sang froid en cours de maths
» Je peux manger avec toi ? { FT Fox}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Les Terres du Nord :: Lorgol aux Mille Tours :: Ville Haute :: Tour de la Rose Écarlate-
Sauter vers: