AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Les Mages
avatar

Messages : 937
J'ai : 26 ans
Je suis : Mage du Printemps (outrevision)
Fille cadette du comte d'Aurebois

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie et Lagrance
Mes autres visages: Astrid d'Evalkyr
Les Mages
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Ven 25 Aoû - 13:53

Du 13 au 20 août.

En ce jour de départ, discuter avec une personne connue était rassurant et plaisant, comme l’attestait le sourire qui éclairait le visage d’Agnès.

- Je comprends Melinda, cette maladie suscite beaucoup de questions… J’espère également que nous trouverons des réponses durant notre voyage. Légère pause. C’est vrai que tu aimes voir de nouvelles choses, souligna-t-elle en se remémorant certaines brides de leur rencontre à Lorgol, un nouveau duché à découvrir, peut-être que dans un autre contexte tu aurais pu profiter pleinement d’Erebor. Agnès hocha la tête lorsque Melinda s’enquit de sa santé. Pour l’instant, ça peut aller. Espérons que cela ne s’aggravera pas…  Quant à Mara, elle doit se trouver dans les environs, elle reviendra quand l’agitation sera calmée.

Bien qu’Agnès fasse preuve d’optimisme, elle préférait ne pas envisager l’issue fatale que pouvait emprunter ce fléau. Les deux femmes discutèrent encore un moment avant le départ effectif du convoi. Durant les jours qui suivirent, Agnès eut l’occasion de voir d’autres personnes connues, mais ce ne fut que le 20 août qu’elle s’approcha de Braham, l’Epine qui les avait accueillis avec Gabrielle. Elle voulait en apprendre un peu plus, or son attention fut attirée par un échange entre Braham et Gabrielle. Plus exactement, Mara lui transmit des brides d'information, discrète loutre qui s'était cachée à proximité des Epines.

- Bonjour, salua-t-elle en arrivant à proximité de son interlocuteur. Je venais pour en apprendre un peu plus par rapport à tout ce que vous nous avez expliqué. J'ai entendu la mention d'une clé et d'un insecte,  ont-ils un rôle à jouer dans notre expédition et les recherches sur cette maladie ?

Agnès se montrait directe, entrant dans le vif du sujet, extrêmement curieuse d’en savoir plus. Il était tout à fait possible que l’Epine le prenne mal de la voir s’incruster dans leurs affaires. Il pouvait très bien la rembarrer, mais elle espérait qu’il se montrerait conciliant, ainsi que Gabrielle qui s'était éloignée, et voudrait bien partager ses informations.

Spoiler:
 

_________________

Couleur d'écriture : #ff6600
Mara, Familier : #cc6600
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 3412
J'ai : 58 ans
Je suis : Maréchal de Serre, Voltigeur de la Griffonne Adamante & Cartographe. Jadis l'on m'a reconnu forgeron brillant à Val Griffon.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Augustus, Empereur d'Ibélène.
Mes autres visages: Tim l'Escampette
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Sam 26 Aoû - 3:49

Lorgol • Guerriers



Braham

Coupe-Fin



Chapitre II.5 ♦ la Mort dans les Veines

Présentation



Le 20 août 1002

Pas du genre à tailler une bavette ou à exhausser les vœux des trop curieux, il tira la gueule lorsqu'une mage de ce genre vint lui soustraire les vers du nez après qu'il ai répondu à sa salutation. Elle avait vu quelque chose qu'elle n'aurait pas dû. Et espérait entendre de sa part des explications sur l'abeille, ce à quoi il s'était mit à réfléchir grandement et à toute allure à ce qu'il pouvait dire ou au contraire taire. Penchant quelque peu le buste, les poings aux côtés, le visage sévère, il lui fit d'abord d'un ton moralisateur et accusateur.

« Ma bonne dame, espionner les gens ainsi vous apportera des ennuis un jour. » D'une bouche pincée, le rustre obliqua du regard pour voir la réaction de Gabrielle et hocher la tête pour lui signaler qu'il s’apprêtait à dire un bon morceau pour le bien du convoi, morceau réfléchi. Nul mal en ça au final, mais il ajouta ceci dit à la seule attention de la curieuse. « Pour notre bien à tous et pour une avancée sans accroche ou trouble, je me tairais sur la clé et j'espère que vous garderez ce point pour vous, mais pour le reste voici ce que je peux vous dire. »

De nouveau bien droit et une pointe plus fort, il s'adressa tant à la femme qu'aux carrioles alentours.

« La Rose Écarlate nous épaule dans cette traversée, elle a d'ailleurs mit en place un mécanisme nous permettant de nous rendre 'plus rapidement' à Roc-Épine ; mécanisme qui permet d'enclencher 'L'Abeille'. » D'un geste ample pour désigner le lointain il poursuivit clair et monotone. « L'Abeille est toujours en fonctionnement et ce depuis notre départ de Lorgol. Vous ne l'avez sûrement pas senti et le temps semble s'écouler normalement pour tous, mais son effet est pourtant bien là, omniprésent, et réside dans le fait qu'elle réduise de quart le temps qu'il nous faudrait pour atteindre Roc-Épine. Pour preuve, d'ici quelques jours nous passerons par Blé-des-Monts, en Cibella, et auront ainsi parcouru un tiers du chemin. » Bruits de surprise mêlés à ceux, moins sympathiques, de régurgitation. « Tout être vivant à proximité peut être happé par le mécanisme de l'Abeille. » Et comme s'il souhaitait conclure au mieux, il ajouta. « Vous avez fait le choix de croire en la Rose Écarlate, alors faites lui confiance sans restriction aucune pour trouver tous les moyens possibles pour vous venir en aide et faciliter ainsi notre avancée. Nous vous mènerons à Roc-Épine en un temps record. »

Reprenant sa respiration, n'aimant décidément pas parler autant, il se tourna vers la mage curieuse. « Satisfaite ma Dame ? » Demanda t-il sérieux avant de faire passer le mot aux autres épines pour que l'explication sur l'Abeille et son fonctionnement soit su de tous – exception de la clé à garder sous silence.



HRP:
 

_________________
MEN RULE THE WORLD
© FRIMELDA


Richard #B8860BTybalt #2F4F4F


Dernière édition par Richard le Harnois le Sam 26 Aoû - 15:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dragonnet du Chapitre • Version 2.5
avatar

Messages : 872
J'ai : 35 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Raygnar d'Ysgramor / Elliott Ross
Dragonnet du Chapitre • Version 2.5
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Sam 26 Aoû - 9:51

« - Melinda ! »

Serenus répondit à l’étreinte de la jeune femme, sans savoir s’il devait être content ou non de la voir ici. Elle avait l’air en bonne santé, comme elle le disait, mais Serenus avait remarqué sa faiblesse soudaine quand elle avait sauté de la cariole. Il pouvait mettre ça sur le fait qu’elle n’était pas très souple, mais la savoir mage et voir tous ceux-là malades ne faisait qu’amplifier son attitude. Lorsqu’elle s’écarta, il garda une main sur son bras, dans un geste protecteur. Tant qu’il serait là, elle ne craignait rien. Presque instinctivement, comme il l’aurait fait avec un enfant, il posa la main sur le front de Melinda. Etait-ce de la fièvre qu’il sentait sous sa paume ? Ou simplement le fait qu’il fasse affreusement chaud ? Serenus pencha la tête et soupira. Melinda ne lui dirait jamais en face qu’elle est malade, ou qu’elle a mal. Autant essayer de faire parler un chien, il avait plus de chances d’obtenir un résultat. Le guerrier la regarda de haut en bas, tout en essayant de se persuader que Melinda disait la vérité, qu’elle allait bien. Il finit par hocher la tête avant de répondre :

« - Me voilà rassuré. J’avais peur de te trouver ici, dans le même état que ces malheureux. »

Il avait réussi à donner à sa voix un ton sincère, même s’il était facile de lire l’inquiétude dans son regard. Le guerrier lâcha le bras de Melinda et attrapa la bride de sa jument. Maintenant qu’il l’avait trouvé, il ne comptait pas la laisser toute seule, au milieu de tous ces inconnus et ces malades. Il n’avait pas oublié la gêne ressentie lors de leur dernière rencontre, mais il devait faire en sorte que tout cela soit derrière eux, et ne plus y penser. Il regarda autour de lui et demanda

« - Tu es ici pour aider les malades ? »

Spoiler:
 

_________________










Hey:
 

Dragonnet 2.4:
 


Dernière édition par Serenus Dardalion le Dim 27 Aoû - 10:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Savants
avatar

Messages : 61
J'ai : 30 ans
Je suis : Un conteur Itinérant

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Marjolaine du Lierre-Réal
Mes autres visages:
Les Savants
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Sam 26 Aoû - 14:10

La jeunette c’était dressée entre lui et le sac, le bousculant au passage, faisant autant de bruit qu’une armée en marche. Autour d’eux, des têtes commençaient à se tourner, attirées par l’agitation. Sylvain se redressa, croisant les bras sur sa poitrine, se rendant bien compte qu’actuellement, il était un homme d’une trentaine d’années s’en prenant à une donzelle d’à peine quinze printemps. Il respira un grand coup, s’obligeant à se calmer et afficha sur son visage son plus beau sourire, celui dont il gratifiait les plus belles femmes qu’il pouvait croiser. Mais alors qu’il allait demander à la jeune fille d’au moins descendre de la cariole pour laisser un peu de place aux souffrants, une voix s’éleva dans les airs, aussi légère qu’une plume, aussi douce qu’une caresse.
 
Le conteur se figea un instant alors que, dans sa poitrine, son cœur ratait un battement. Il n’en laissa rien transparaitre et passant furtivement une main dans ses cheveux, lissant rapidement sa moustache, il se tourna vers la voix, feignant d’un seul coup la surprise. Une ravissante stupéfaction. Superbe, comme toujours. Le teint blanc qui, chez les autres, étaient laiteux, maladif, faisait, chez elle, ressortir son profil princier. 
« Mademoiselle De La Volte ! Quelle bonne surprise ! Sembla s’étonner Sylvain, ignorant désormais superbement la jeune fille avec qui il se disputait une minute avant, concentrant toute sa superbe sur la seule et unique Gabrielle. Je ne te savais pas avec nous dans le convoi ! »
 
Il lui adressa le plus charmeur de ses sourires, celui qui, il s’en souvenait bien, la faisait fondre à une époque et qui, à ne pas en douter, devaient encore la faire chavirer aujourd’hui. Lorsqu’elle demanda à la rouquine si elle pouvait « l’emprunter », il fut ravi de voir qu’effectivement son charme ravageur fonctionnait toujours sur la belle. Il sauta en bas de la carriole, profitant du fait que Gabrielle lui tourne l’espace d’un instant le dos pour pointer du doigt la demoiselle et lui glisser, sans lever la voix « On en a pas terminé tous les deux. ».
 
Ils s’éloignèrent de concert et Sylvain, tout en lissant son pourpoint de couleur vert pomme, ne put s’empêcher de remarquer que la belle, gardant pourtant sa stature princière, prenait appuie sur les éléments alentour pour avancer. Tout autant galant qu’intéressé, Sylvain lui proposa son bras pour qu’elle puisse s’y reposer.
 
« Je suis tout autant ravie que charmé de te voir ici Gabrielle, commença-t-il avant même qu’elle n’ait eu le temps de prononcer le moindre mot. Tu ne peux pas savoir comme je suis soulagé de voir que tu te portes bien… Je suis heureux de pouvoir te voir, m’assurer de ton état… Je n’ai cessé de penser à toi depuis que j’ai appris pour ce fléau ! » Souligna-t-il prenant un air particulièrement concerné… et il l’était.
Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 883
J'ai : 28 ans
Je suis : Princesse héritière de Cibella, mage du Printemps ; baronne du Ru-d'Argent

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Cibella et la Rose Écarlate
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe Martel
Les Mages
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Sam 26 Aoû - 18:26

20 août 1002

Ce sourire… Elle avait dix-sept ans à nouveau, devant ce sourire, devant ce petit air de celui qui était chez-lui partout où ses pieds foulaient le sol. De l’assurance, il en avait toujours eu pour eux deux et Gabrielle ne pouvait qu’être admirative de cette qualité qui lui manquait cruellement. Il se détachait de l’adolescente, à son grand bonheur, pour la complimenter et lui offrir son bras. Avait-elle rougit? Oh… Sûrement. Elle ne savait plus trop, la princesse, avec cette fièvre qui tombait peu à peu et laissait la chaleur erebienne toute proche lui réchauffer les joues. Un bras fort et solide pour s’y posée, Gabrielle accepta l’invitation silencieuse et entreprit de s’aventurer plus loin dans le convoi, de prendre un peu d’avance, alors qu’une pause s’imposait sous les paroles de Braham, non loin. Qu’elle chance elle avait, de pouvoir compter sur une Épine aussi expérimentée, alors que la maladie l’affaiblissait de jour en jour et l’éloignait de son devoir! Alors que Braham racontait l’abeille, ce secret bien gardé de leur réussite assurée, des exclamations et chuchotements fusaient. Les paroles charmeuses et charmantes de Sylvain se fondaient dans la masse avec mille discrétions.

- J’entends tes paroles, et elles me touchent bien plus que tu ne pourrais le croire..

Toute petite, la princesse avait levé son visage vers lui pour lui offrir un regard souriant et empreint de sincérité. Un peu brillant, aussi, de fièvre ou d’émotion. Ainsi, ses pensées lui étaient destinées dans ces temps sombres. Sylvain de la Lyre était un ami précieux. Sa démarche, toujours hésitante, se faisait plus lente de pas en pas. Elle souligna la bonne mine du conteur, tout en s’inquiétant pour les siens, puis expliqua la situation de Gabin, son puîné, de sa crainte qu’il ne soit arraché à son dragon, lui aussi. Elle tut Lionel de Rivepierre, le favori du moment dans cette course folle aux prétendants.

- Il ne s’agit que d’une requête bien informelle d’une amie, ou peut-être l’entendras-tu comme l’appel au calme d’une Épine… Mais aurais-tu cette délicatesse d’user de tes talents pour divertir les enfants apeurés et les mages affaiblis, cher Sylvain? Tes récits feraient du bien aux coeurs lourds et soulageraient les esprits échauffés.

Elle connaissait son coeur, elle en était certaine, Gabrielle. Il était généreux, doux et bon. Il l’avait été pour elle, en taisant bien des petits secrets, en lui offrant la fleur de l’amitié là où l’amour ne pouvait éclore. Ses contes, elle en avait entendu plusieurs, à l’Académie, et elle en avait lu plus encore dans leur correspondance longue de plusieurs années. Si la princesse était impressionnée par son talent, il ne faisait aucun doute que les enfants oublieraient leur peine, le temps d’un conte.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Dim 27 Aoû - 0:58

13 Août

J'ai un vague sourire en voyant arriver Lucas. « Salut et oui, moi aussi. Comme nous tous au fond. » Tous les chevaucheurs, tous les mages. « Disons qu'on fait allé et toi ? » Après tout, je ne peux rien dire de plus. Ce n'est pas tant que ça ne va pas, que le fait que ça ne pourrait plus aller dans peu de temps. J'angoisse forcément, même si je ne montre rien. Mon éducation a au moins du bon dans ce sens là. Je finis par poser ma main sur son épaule. « Ça va aller Lucas. » Mais son regard est déjà partit ailleurs. Un rapide sourire et je me re-concentre sur le groupe autour de nous.

20 Août

Les jours passent et rien ne s'arrange. Je me suis dis qu'un peu de fièvre et des courbatures ce ne serait pas un problème, mais malheureusement ce n'est pas tout. La nausée entache ma motivation, et surtout la part de mon éducation qui m'oblige à ne pas montrer ce que je ressens. Les crampes se sont fait plus nombreuses, plus désagréables, s'accompagnant de magnifique maux de tête ou l'impression d'avoir un troubadour s'amusant à vous marteler la tête de sa musique est omniprésente. Je crois que je préférerais encore m'entourer d'illusion pour pallier à tout ça. Mais là aussi ce n'est plus possible. Mais le pire dans tout ça c'est le vide. Avec la douleur je ne l'avais pas ressentit autant mais je le ressens à présent. Ma main vient se poser sur mon cœur alors que la douleur lancinante d'avoir perdu le lien avec Foudre est plus douloureuse encore que tout le reste. J'ai envie de me rouler en boule au sol et de laisser aller le temps. Si je n'ai plus Foudre qui suis-je réellement ? Il n'y a qu'avec elle que je suis entière, elle et Bandit qui est tout autant muet que l'est ma dragonne désormais. Pourtant malgré le vide, malgré la perte, malgré l'envie de tout lâcher, je tiens encore debout. Je tourne la tête vers Lucas. « Est-ce que ça va ? » Les mots sont un peu hachés, les phrases courtes et rapides. J'ai l'impression de perdre un peu pied, mais je n'ai pas le droit de me relâcher. J'ai fais une promesse et je compte bien la tenir. Je fais attention à Lucas à côté de moi, même si je ne serais pas foncièrement capable de l'aider si jamais quelque chose arrivait. Je réfléchis à ce qui se dit sur l'abeille. J'aimerais tellement que tout aille encore plus vite. J'ai peur de ne jamais retrouver mon lien avec ma dragonne et c'est la pire chose qui me soit arrivé au jour d'aujourd'hui. J'espère juste que le reste du chemin ne me fera pas perdre plus, je compte bien rester au service de mon Duc en tant que Chevaucheuse.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Savants
avatar

Messages : 61
J'ai : 30 ans
Je suis : Un conteur Itinérant

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Marjolaine du Lierre-Réal
Mes autres visages:
Les Savants
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Dim 27 Aoû - 1:25

Ce simple contact, aussi léger soit-il, emplissait le conteur d’un sentiment proche de l’extase. Ho, il s’en souvenait de ces promenades dans l’Académie entre « amis », elle lui tenant le bras, lui, profitant de cette douce intimité pour effleurer ses doigts. Comme il aurait aimé osé aujourd’hui reproduire ce geste qui à l’époque valait pour lui mille baisers passionnés.
 
Non loin d’eux, le convoi avait ralenti, et il entendait, au loin, la voix forte d’un homme expliquant bien des choses. Mais il n’en écoutait pas un mot. Aurait-il pu révéler à l’assemblé le secret pour chier de l’or et des rubis que Sylvain n’aurait pas tendu l’oreille. Car pour l’heure son être entier ne vibrait que par la présence de Gabrielle qui levait vers lui des yeux brillants de fièvre et d’autres choses encore.
La voix de Gabrielle était délicieuse, comme toujours, mais il la connaissait assez pour y relever des accents d’inquiétudes, pour elle, pour ses proches, pour les autres. Pour Gabin en particulier. Puis vint la requête qui arracha à l’homme un sourire.
 
Si jusqu’alors il n’avait pas osé conter, c’est qu’il ne voulait pas attirer l’attention de la demoiselle sur sa personne, trop honteux d’avoir osé l’oublier, terrifié à l’idée qu’elle puisse lui en vouloir. Le Destin, ironique comme à son habitude, avait envoyé à lui la source de son silence pour lui demander de parler. Facétieux Destin…
 
« Si je fais cela, commença Sylvain, plantant ses yeux sombres dans ceux si clairs de Gabrielle, cela sera à la fois pour une amie, mais aussi pour la plus belle dame de ce convoi. »
 
Ne la lâchant pas des yeux, audacieux comme il l’avait toujours été, d’une geste furtif, rapide, il lui caressa la main, laissant glisser ses doigts sur sa peau douce. Il ne lui sourit pas, ne lui adressa aucun clin d’œil, ce geste se suffisait à lui-même. Les années passaient, s’écoulaient et Sylvain se persuadait par les mots qu’ils échangeaient dans leurs lettres que son amour s’était apaisé, envolé, dissout dans les trames du temps. Mais il lui suffisait de la croiser pour savoir qu’il se jouait de lui-même…
 
« Peut-être pourrais-je conter, continua-t-il, réchauffant sa voix, la rendant plus grave, plus basse aussi, s’approchant d’elle, juste un peu, se penchant à la limite du raisonnable, l’histoire d’une princesse aux cheveux dorés et au cœur d’or, si belle qu’aucun homme ne peut lui résister…, murmura-t-il, se retenant de lui caresser les cheveux, de lui effleurer le visage. »

Il s’éloigna de nouveau d’elle, son cœur battant la chamade alors qu’il affichait sur son visage une assurance des plus feintes, feignant de réfléchir à l’histoire qu’il pourrait raconter.
 

« Oui, une belle histoire d’amour, en voilà une bonne idée… »

Spoiler:
 

_________________


Dernière édition par Sylvain Belle-Histoire le Dim 27 Aoû - 2:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 84
J'ai : 26 ans
Je suis : Roturier d'Ansemer - Chevaucheur Emeraude - Mage de Printemps doté du don d'entrave

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Rackham l'Îlien, capitaine du Vol d'Ansemer.
Mes autres visages: /
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Dim 27 Aoû - 1:36

13 août

Rêveuse me manque déjà. Mon estomac se tort alors que je pense à elle. Je me refuse d’établir le contact pour éviter de l’inquiéter ou même de la contaminer via notre lien magique. A vrai dire je ne sais pas vraiment comment tout ça fonctionne et ça me fait un peu peur. J’ai peur de mourir oui, aussi.  De plus, j’ai également laissé mon familier, ma chouette du nom de Nocturne. Elle me manque terriblement aussi.  Et nous ne sommes pas encore partis.

Voir mes amis dans cette pièce m’arrache un pincement au cœur et me fait serrer les poings. S’il leur arrivait quelque chose… Je préfère ne pas y penser, je secoue alors la tête et me focalise à nouveau sur ce que me dit Ayana. « Oui ça va, je n’ai aucun symptômes du moins. »

Puis le convoi s’élance sur la route. On dit qu’il sera moins long que prévu mais je vois déjà des mages malades, du moins ils semblent ne pas supporter les premiers symptômes. Arriverons-nous à temps ? Pourrons-nous être soignés ?

20 août

Ne plus entendre Rêveuse, ne plus la voir, la toucher et discuter avec elle créé un vide en moi. J’ai la sensation de n’être plus que la moitié de moi-même et mon humeur s’en ressent.  Je n’ai pas mangé depuis un moment aussi. Je n’ai pas envie, surtout avec les nausées qui n’aident pas. Et pour m’occuper l’esprit, j’essaye de prendre soin de mes camarades dans le convoi, plusieurs fois je suis allé voir Thomas ou Maelys à qui j’ai d’ailleurs souhaité bon anniversaire il y a déjà une semaine et avec peu de conviction au vue des événements.

Désormais aux côtés d’Ayana avec qui j’ai naturellement pris la route, nous nous épaulons et nous nous soutenons, parfois dans le silence, parfois en échangeant nos impressions.

« Ca va et toi ? »

Soudain, ma vision se trouble et j’ai un mur blanc devant mes yeux. J’ai chaud, incroyablement chaud, j’ai envie de vomir, terriblement envie,  tout mon corps tremble jusqu’à ce que mes jambes me lâchent et je finis au sol. C’est le noir total désormais. Je ne sais pas combien de temps je reste comme ça mais lorsque je rouvre les yeux, ma première pensée espère juste que je ne recommence pas à faire des malaises vagaux.  J’en faisais régulièrement lorsque j’étais petit.
Je finis par me redresser en secouant la tête pour remettre mes idées en place et je me hisse sur mes jambes. Je ne suis pas en pleine forme mais ça ira. Je ne montre rien à personne de toute façon.

Résumé:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Dim 27 Aoû - 4:33

20/8/1002

Lou est  déterminée à défendre le paquetage de sa sœur  ... elle a vu des regards se tourner vers eux et elle ravie c'est ce qu'elle cherchait, retourner le ridicule de la situation contre l'adulte et se faire passer pour une victime...

Quand la jeune femme s'approche elle la reconnaît, une princesse. Lou s'incline et  a presque envie de la remercier  lui répondant « j'vous en prie, il m'gênera moins et volera pas les affaires d'ma sœur comme ça » ; les yeux rieurs elle écoute discrètement ce que l'homme semble dire à la jeune femme, elle a presque envie de rire mais elle se contient, pas le moment de se faire rabrouer après tout.

Elle se ressaisit en entendant la voix de sa sœur s'en rapprochant, elle lui tend la poupée « Tiens L'na j'ai pris ça 'vant de partir, j'sais qu'tu y tiens et elle te consolait quand tu étais p'tite » bon sa sœur est toujours petite mais elle devrait apprécier le geste de son aînée. Lena lui sourit et après un petit merci retourne s'asseoir, laissant son aînée aller et venir à ses rencontres. Lou a une seule mission repartir protéger son baluchon, on sait jamais si l'autre vient à revenir à la charge une fois sa visible séduction terminée !

Lou s'éloigne mais garde un œil sur sa sœur et sur l'échange entre l'inconnu et la jeune femme qu'elle considère comme sa salvatrice. Elle est presque imprudente Lou au point qu'elle ne voit pas qu'un homme perd connaissance à côté d'elle et qui finit du coup par tomber sur elle. Lou se trouve écrasée sous le poids de l'adulte, la respiration coupée, grognant bien indistinctement « humpf s'vous plait » la tête contre le sol elle ne voit même plus ce qu'il se passe, elle sent juste le poids se  faire moins lourd au bout de quelques secondes  et elle relève la tête tenant ses vertèbres, tentant de se retourner mais la douleur reste...   elle se retourne comme elle peut s'adressant à celui qui vient de tomber et à jeune femme en face de lui « mais quand vous tombez vous p'riez faire attention où quand même » ; sa voix est forte cette fois-ci, son dos lui fait mal, prendre un homme adulte sur le dos d'une gamine certes pirates ça va pas sans laisser de séquelles ! Elle se relève en grimaçant elle est furieuse, comment elle va faire pour défendre sa sœur maintenant qu'elle est touchée au dos ? La main passe dans son dos, elle semble avoir un bleu, mais elle en a vu d'autres, elle est juste touchée dans sa fierté de pas avoir vu l'homme chuter !

spoiler:
 


Dernière édition par Lou-Ann Jedidiah le Dim 27 Aoû - 11:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 1719
J'ai : 26 ans
Je suis : Voleuse spécialisée dans l'escalade à la Cour des Miracles.
(Futur Roi Blanc et Fils des Ombres :sisi: )

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des ombres
Mes autres visages: Antonin de Faërie
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Dim 27 Aoû - 7:33

13 Aout

Nous partons enfin et j’ai l’impression que nous avançons d’ores et déjà avec difficulté. Flanqué de Merle qui m’agace comme toujours, je lève les yeux au ciel à outrance et lui flanque quelque coup de coude dans les côtes. Je garde Tara dans mon champ de vision.
Je suis plus surprise de voir Maëlys dans le convoi, elle nous avait approché plus tôt, elle n’avait pas l’air dans son assiette et pourtant plus que de l’inquiétude c’est le choc qui se dépeint sur mon visage. Là, ne serait-ce pas le collier qu’Octavius avait récupéré dans la tombe ? Et puis ces regards, et puis…ce bisou ? … Sérieusement ? La bouche m’en tomberait si son visage n’affichait pas si funeste sentiment.
Au moins cela m’occupait.

15 Aout :


Les mages affichent de plus en plus de signes de la maladie. Le convoi avance malgré tout, mais l’ambiance est de plus en plus morose. J’aime marcher, mais je préfère voyager seule, surtout quand les falaises escarpées qui peuvent se voir au loin semblent m’appeler avec insistance. J’ai besoin de me vider la tête.

17 Aout :

J’ai envie de voler l’abeille, juste pour me changer les idées en fait, tout plutôt que d’endurer ces visages et ses plaintes qui montent un peu plus chaque jour. Oui, c’est stupide, je n’ai aucun intérêt à voler la Rose, j’en fais partie…en enfin faisait… Devrais-je le faire ? Ca m’évitera de provoquer un esclandre pour des broutilles, parce que rien que de penser au fait qu’ils soient partis…ça m’énerve et me frustre prodigieusement.

18 Aout :

J’ai gagné 10 fleurons aujourd’hui, très honnêtement en plus, un pari pour savoir si Sylvain réussirait à s’attirer les faveurs d’une belle. Le mari de la belle est intervenu, j’ai gagné. (Je n’ai absolument rien à voir dans le fait d’avoir prévenu ledit mari)

20 Aout :

« Ne vous en faites pas, la Rose veille sur vous » Savent-ils au moins que les armes, leurs esprits et les montures qui les accompagnent fidèlement se sont mises à l’écart pour éviter la propagation de la maladie aux écrins ? Savent-ils que la Rose, à proprement parlé et ce tant que la maladie sévira, n’existe plus ?
Je suis…triste, maintenant que la colère est passée et que l’inquiétude pèse lourd sur mes épaules. Je vois les mages, des amis à moi, Maë, de plus en plus mal en point et je ne peux que compatir à cette douleur. Je sais que Sulfure, qu’Iseult, est parti pour me protéger, mais j’aurais aimé qu’ils arrêtent d’agir ainsi, n’aurais-je pas pu les protéger moi ? A mon tour ?
Et eux ? Qu’est ce que je peux faire ? Rien, encore une fois l’impuissance et mon inutilité me frappe douloureusement au creux du ventre.

Je souris lorsque je vois Sylvain s’avancer, bombant le torse et commençant à narrer une histoire, de mon côté, je vais aider ceux qui en ont besoin, à commencer par calmer les esprits échaudés et violents.



Spoiler:
 

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 437
J'ai : 37 ans
Je suis : Voleuse - Maitre Stratégie au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Le fils des Ombres
Mes autres visages: /
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Dim 27 Aoû - 8:58

26 août
Je lorgne sur le philtre de Mortessence, la mince sceptique, alors qu'il essaie de me faire croire que ça va arranger les choses. Que je me sentirais mieux, que je vais me remettre sur pied. Je n'y crois pas mais c'est tellement, tellement tentant de me dire qu'en un clin d'œil tout s'arrangera. Parce que ce n'est pas le cas, je le sens bien. J'ai de plus en plus de mal à maintenir mon illusion et cela devient douloureux. Vraiment. A chaque fois, je vois Archimède s'ébouriffer, comme pour m'inciter à arrêter. Et après tout, pourquoi pas ? Tyr n'est pas là, personne ne me reconnaitra. J'hésite, après avoir repoussé le vendeur et je cherche Merle des yeux. Que je rejoins, posant mon front sur son épaule sans rien dire quelques instants, avant de souffler d'un ton inquiet. "C'est le moment où tu dois m'insuffler ton optimisme et me dire que les choses vont bien se passer. Parce que je commence à avoir de plus en plus de mal à y croire."

Et d'un coup, je me rends compte qu'il y a des gens qui sanglotent autour de nous. Je fronce les sourcils et il me faut quelques minutes avant de comprendre. Le lien a été tranché avec leur dragon. Là, ce n'est plus de l'inquiétude qui m'étreint mais une terreur qui commence à me ronger l'estomac alors qu'Archimède, qui voletait au-dessus de nous, vient se réfugier dans mon cou. "Non, ça n'arrivera pas, tu n'es pas un dragon, c'est différent. N'aie pas peur. Je suis là." Je le caresse doucement sous le bec, réalisant que je ne crois pas complètement à ce que je dis alors que je sens mes jambes qui flagellent et mon cœur qui se serre. Je ne pourrais pas tenir à leur place, je ne sais pas comment ils vont faire. Et les choses ne font qu'empirer. Je regarde alors brièvement autour de moi, remarquant que tout le monde ou presque s'agite, essayer de consoler les Chevaucheurs sans succès.

Je lève alors les yeux vers Merle, soupirant alors que j'abandonne l'idée de maintenir une illusion sur mes traits. Peut-être que si je concentre toute ma magie sur mon lien avec Archimède, rien de tout cela n'arrivera. Et puis, les liens avec les Familiers sont différents. Je ne le perdrais pas. Et je souffle, d'un ton que j'aimerais léger mais qui ne l'est pas vraiment en direction de Merle. "Si tu racontes à que tu m'as vue de nouveau sans le moindre masque, je nierais tout. Mais c'est trop… fatiguant. Douloureux. Je ne sais pas vraiment comment le traduire à dire vrai." Et je soupire de plus belle, essayant d'ignorer cette fatigue qui commence de nouveau à prendre le pas sur tout le reste.

Spoiler:
 

_________________




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dragonnet du Chapitre • Version 2.5
avatar

Messages : 1438
J'ai : 23-24 ans
Je suis : Apicultrice

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages: /
Dragonnet du Chapitre • Version 2.5
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Dim 27 Aoû - 9:43

Le 20 août

Que Serenus pose sa main sur mon front était... irritant. Je haussai les yeux au ciel en repoussant son bras. Toute idée de me prendre ma température était ridicule. Je ne le laisserais pas agir comme si j’étais faible et malade. L’épidémie ne me toucherait pas. Je l’avais décidé. Pourtant, je devais l’avouer, la main que je l'avais laissé poser sur mon bras était... rassurante.

— Ne crains rien, je vais bien, comme je l’ai déjà dit, déclarai-je à Serenus en souriant. Tu as probablement plus important à faire que de te soucier d'une des seules mages de ce convoi qui est encore en bonne santé.

Cela dit, il n’avait pas répondu à ma question. Peut-être allait-il mal et refusait-il de me le dire ? Je le parcourus du regard, cherchant le moindre signe de malaise. Je ne décelai rien de notable, aussi répondis-je à sa propre question :

— Quand quelqu’un a besoin d’aide, j’essaye de faire ce que je peux.

Pour l’instant, j’essayais surtout d’éviter les esprits pessimistes – et dans de telles situations, il y en avait beaucoup. Je devais rester positive.

— Je suis surtout venue pour le voyage, en fait. J’adore l’idée de découvrir Arven. J’aurais préféré que ce soit dans d’autres circonstances, évidemment, mais… on ne choisit pas toujours ses compagnons de route, j’imagine.

Je lui lançai un clin d’œil moqueur.

— Et je ne parle pas de toi. Pour une fois, je suis contente que tu sois là.

S’il évitait de parler de mariage et de se montrer surprotecteur, j’étais persuadée que le guerrier pourrait même être très agréable.

Le 27 août

J’ouvris un œil hésitant, grommelant une remarque indistincte sur la lumière trop vive. Je me sentais maaaal. Mon coup de froid n’était pas encore passé. Il empirait. J’avais l’impression qu'on avait retourné mon estomac pendant la nuit pour le tordre violemment. Sans compter qu’on m’avait plongée dans un bassin d’eau glacée et brûlante à la fois, me donnant cette étrange impression d’avoir froid et chaud en même temps. Oh, et bien entendu, toutes ces opérations avaient dû m’empêcher de passer une bonne nuit, parce que je n’avais qu’une envie : me recoucher pour l’éternité. Et cela, depuis hier déjà, quand les chevaucheurs avaient perdu leur lien avec leurs dragons. Je me redressai, persuadée que si je bougeais, le malaise partirait. Grave erreur. Je vacillai, et dut me rattraper au mur pour ne pas tomber.

Avais-je mangé quelque chose de mauvais ? Mon état avait-il empiré parce que je ne m’étais pas suffisamment reposée ? Ou… ou… étais-je frappée par l’épidémie, moi aussi ? Je secouai lentement la tête. Je refusai d’envisager cette possibilité. C’était autre chose. Forcément. Cette maladie était trop effrayante. Peut-être même mortelle. Et je ne pouvais pas mourir ici.

Spoiler:
 

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 193
J'ai : 47 ans
Je suis : Voleur - Maître du Charme au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Fils de l'Ombre
Mes autres visages: /
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Dim 27 Aoû - 10:34

26 août
Je circule entre les malades et les gardiens, si l’on peut nous appeler comme ça, essayant de rassurer autant que possible ceux qui sont malades. Mais être malade est bien le moindre de leurs maux si j’écoute les conversations de certains. C’est mal oui, mais après tout, il faut bien que nous soyons au courant non ? Les chevaucheurs qui perdent leur lien avec leur monture, c’est encore plus inquiétant non ? Juste un nouveau symptôme oui… Mais même pour moi qui suis étranger et qui ne me rend pas forcément compte de l’importance de ce lien, c’est un signe plus que préoccupant. Ce sera quoi la prochaine étape ?... Non, je préfère ne pas avoir de réponse pour le moment.

Je stoppe alors que je vois Tara s’avancer vers moi et je camoufle mes inquiétudes derrière un sourire. Sourire qui vacille quand je l’entends, mais elle ne le voit pas, et il revient à sa place.

« Evidemment que les choses parfaitement iront. Jamais évidents les obstacles à franchir sont, mais plus forts que quelques difficultés nous sommes. Avec toi, je resterai, et bien tout ira. Une promesse je t’en fais. »

Je jette un coup d’œil autour de nous, alors que chaque chevaucheur commence bel et bien à paniquer. Panique qui se propage aux autres forcément, dont Tara qui tente de se rassurer, de rassurer Archimède. Mais je le vois dans ses yeux et dans son maintien incertain. Et si je suis tout autant inquiet, je suis également en colère et frustré. C’est plus qu’excédent de ne rien pouvoir faire et de se sentir si incapable et démuni. Je déteste tellement cela…
Je reporte mon attention sur Tara quand elle lève le visage vers moi et qu’il se modifie sensiblement. Une mâchoire un peu plus carré, un nez plus court, de petits détails ici et là. Je la dévisage un instant et ma main va se poser avec douceur sur sa joue, même si mon regard se fait indéniablement taquin.

« Encore plus jolie tu es, sais-tu ?... Un privilégié donc je suis. Quel malheur que me vanter d’être ainsi favorisé je ne puisse. Cruelle tu es. » Je grimace une seconde et relève son menton, me faisant plus sérieux. « Pas faire d’efforts tu ne dois. Plus grave ce sera sinon. Un remède ils trouveront et guéris vous serez. »

Je l’embrasse brièvement aux coins des lèvres, avant de saisir sa main et de l’entrainer dans un coin plus calme, où se trouve quelques couchettes.

« Te reposer tu dois Tara. Près de toi je resterai. Si tu le souhaites. »

Autant que je sois utile et présent pour au moins une personne n’est-ce pas ? D’autant plus pour une personne qui compte.
 

Spoiler:
 

_________________


Tous les enfants ont du génie, le tout est de le faire apparaître
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 535
J'ai : 32 ans
Je suis : mage de l'Automne et chevaucheur ; ainsi que fils du Comte de Sombreval.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages:
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Dim 27 Aoû - 11:07

Le 26 août :

Le soleil semblait être de plomb tandis que le convoi avançait lentement au rythme de la marche des malades. Une foule innombrable, comme vidée de son énergie. Difficile à croire, et pourtant. Aaron ne parvenait même plus à identifier clairement la chronologie des choses. Bien sur, comme tout le monde, il avait entendu les rumeurs, mais il n'aurait jamais pensé être atteint, lui qui se pensait solide et vaillant. Mais l'épidémie ne laissait personne de côté ; aucun mage n'avait été épargné. Bien sur, au début, il y avait eu la fatigue suivi d'une petite fièvre, mais à qui cela n'était-il jamais arrivé ? Le chevaucheur avait mis ça sur le compte des journées bien remplies, sans s'en préoccuper plus ; il n'était pas du genre à se plaindre. Et puis, il y avait eu les nausées plus entêtantes, rendant la fatigue plus grande encore. Et puis la découverte de l'épidémie, et l'appel à rejoindre Lorgol. Tout cela avait fait beaucoup de choses.

Au cœur du convoi, Aaron avait reconnu plus d'un visage ; des connaissances telles que Maëlys et Agnès, mais également des amis tel que Serenus. Lui n'était pas là parce qu'il souffrait de cette étrange maladie, mais bien pour protéger les mages du convoi, désormais incapables d'user de leur magie. Si les coïncidences existaient, nombreux étaient ceux qui soulignaient l'apparition de ce fléau alors même que Faërie se trouvait en bonne position dans la guerre contre Ibélène. Accompagné de Duncan, son frère - lui aussi mage - il s'était résigné. Les adieux à Héritage avaient été difficiles, comme pour n'importe quel autre chevaucheur, mais la rassurante possibilité de rester en communication avec son dragon avait atténué l'amertume de la séparation.

Jusqu'à ce matin du 26 août. Frappé par une immense sensation de vide en se réveillant, Aaron avait malheureusement vite pu comprendre son origine ; il n'entendait plus Héritage. Plus la moindre étincelle. Cela n'avait fait que lui rappeler ces douloureuses journées où il s'était cru banni de l'ordre des chevaucheurs, exilé sans dragon et sans familier. Les gémissements qui s'étaient répandus au sein du convoi avait rapidement confirmé cette incapacité à communiquer avec son dragon comme un symptôme de l'épidémie. Malheureusement, même s'il n'était pas le seul dans ce cas là cette fois-ci, le vide que laissait l'absence de son dragon restait insupportable à vivre. Duncan avait bien essayé de le réconforter et de lui changer les idées, mais rien n'y faisait. Epuisé, nauséeux et meurtri par l'absence de son dragon, le chevaucheur s'était enfermé dans une sorte de transe mutique. Les yeux rivés sur le sol, perdu dans ses pensées, Aaron finit par trébucher brusquement, bousculant la personne qui se trouvait devant lui. Malgré son mutisme et sa fatigue, il souffla une brève excuse en se redressant, aidé par Duncan :

─ Désolé.

Spoiler:
 

_________________
Relations ♦️ Évolution ♦️ Jeu d'Omen





Aaron darkred (haute voix)/gras (pensées) ; Héritage #6E6E6E ; Arietty #61210B


Dernière édition par Aaron de Sombreval le Dim 12 Nov - 7:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dragonnet du Chapitre • Version 2.5
avatar

Messages : 872
J'ai : 35 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Raygnar d'Ysgramor / Elliott Ross
Dragonnet du Chapitre • Version 2.5
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Dim 27 Aoû - 11:09

Melinda n’apprécia pas du tout son geste de vérification. Mais il s’en fichait royalement. Si elle lui cachait qu’elle était malade, il n’allait plus se montrer aussi gentil que d’habitude. Elle laissa cependant sa main sur son bras et lui dit en souriant qu’elle allait bien, et qu’il avait sans doute plus important à faire que de se soucier de la seule des mages qui était encore en bonne santé. Face à ces mots, Serenus leva un sourcil, dubitatif. C’était quand même étrange. Tous ces mages malades, et elle se portait comme un charme, mis à part sa soudaine faiblesse et sa légère pâleur. Le guerrier décida de ne pas la contredire. Il avait compris, depuis leur dernière rencontre, qu’il valait mieux donner raison à Melinda plutôt que de subir une avalanche d’arguments qui lui donneraient obligatoirement le dernier mot. Serenus répondit:

« - Tu es chanceuse, espérons que cela continue dans ce sens.

Il lui demanda alors la raison de sa présence ici, et Melinda lui répondit qu’elle essayait de faire ce qu’elle pouvait pour aider les gens, et qu’elle était surtout venue pour le voyage, pour découvrir Arven, même si elle aurait aimé que cela se fasse dans d’autres circonstances. Elle lui dit également qu’on ne pouvait pas toujours choisir ses compagnons de route. Tout en lui lançant un clin d’œil moqueur, elle précisa qu’elle ne parlait pas de lui, car elle était contente qu’il soit là, pour une fois. Serenus sourit et secoua la tête. Melinda n’avait pas changé. Il lui dit :

« - Très bien, tu ne verras donc aucun inconvénient à ce que je reste à tes côtés ? Je ne serais pas une gêne, je te le promets. »

Il s’approcha d’une des carioles, et aida Melinda à y grimper. Maintenant qu’il l’avait trouvé, il ne comptait pas s’en aller en la laissant seule, surtout avec cette épidémie. Il reprit :

« - Je suis content de te voir aussi Melinda. Ce voyage a quelque peu changé mon quotidien, et il m’éloigne des champs de bataille…

27 aout 1002

Les jours passaient, et l’état des mages empiraient. Melinda avait beau nier, elle n’allait pas bien. Serenus restait à ses côtés, essayant de se rendre utile tout en veillant à ne pas se montrer surprotecteur. C’était difficile, mais, pour le moment, il s’en sortait plutôt bien. Sa mission l’empêchait d’être constamment à ses côtés, mais elle lui laissait quelques périodes de temps libre pour veiller sur elle. Il évitait d’évoquer la possibilité qu’elle soit contaminée devant elle. Elle était peut-être mal en point, mais elle n’avait pas perdu sa langue. Serenus ne pouvait qu’espérer et prier pour qu’elle se rétablisse, et que le voyage se déroule sans encombre. Une attaque de bandits risquerait de faire des ravages dans leurs rangs… Serenus avait réfléchi, et s’était dit que, s’ils étaient encerclés, il serait facile de percer leurs défenses… Il se promit d’en parler à un supérieur, et se rapprocha de la cariole de Melinda.

Spoiler:
 

_________________










Hey:
 

Dragonnet 2.4:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 3412
J'ai : 58 ans
Je suis : Maréchal de Serre, Voltigeur de la Griffonne Adamante & Cartographe. Jadis l'on m'a reconnu forgeron brillant à Val Griffon.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Augustus, Empereur d'Ibélène.
Mes autres visages: Tim l'Escampette
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Dim 27 Aoû - 12:49

Lorgol • Guerriers



Braham

Coupe-Fin



Chapitre II.5 ♦ la Mort dans les Veines

Présentation



Le 26 août 1002

Les jours passèrent et la tension monta d'un cran quand les chevaucheurs s’alarmèrent de ne plus sentir leur lien avec leur dragon. La maladie avait avancée doucement, mais sûrement, comme les convois que les guerriers et épines guidaient. Gémissements intensifiés, nausées plus fréquentes, sanglots, il n'en fallait pas plus pour que la panique ne gagne aussi du terrain. Un gueux avait fini par se lever pour hurler de plus belle jusqu'à ce que Braham intervienne et parvienne à le calmer.

Son estomac s'était noué plus tard en observant les trois de Lys plus en arrière. Arrivé à leur niveau, il avait cru sortir de ses gongs, Ortie lui chuchotant bien des choses navrantes. La première était que sa femme  avait usé de sa magie jusqu'à ne plus la maîtriser. La seconde, que cette même personne tentait de cacher ses pleures et son angoisse depuis que son lien avec Lunard, son familier, s'était tût, ça reviendrait, disait-elle, quand ils auraient atteint Roc-Epine, elle l'entendrait de nouveau ! La troisième et non des moindres, Adonis, le plus jeune de Lys, âgé de 14 ans, toujours en quête de son propre familier, parlait de se procurer une fiole de Mortessence – oui il avait envie de trouver son familier, son âme-sœur, mais il avait surtout envie de vivre disait-il !

Loin d'être brusque avec les enfants, il avait ceci dit eu une envie folle de secouer comme un prunier sa femme et le jeune frère de cette dernière ! Seule la jeune Ortie, âgée de 16 ans, qui avait la nausée et tenait fermement Tournesol, son hamster, familier, repoussait les torts en ne faisant rien 'd'interdit'. Une nouvelle fois, il s'était fait patience et avait répété encore, et encore, que la Rose les soutenait, il avait reprit la description de l'Abeille, il avait récité les précautions à prendre et ce qui les attendaient à Roc-Epine, espérant adoucir l'angoisse.

Si sa façon de rassurer en bon guerrier épine faisait mouche pour certains, pour d'autres c'était loin de fonctionner et il avait été soulagé de l'approche de Gabrielle a faire appel à un conteur. Il se demanda d'ailleurs si son état avait aussi empiré, et si oui, à quel point, de même qu'il se demanda si elle avait toujours la clé ou si elle l'avait confié à une autre épine.

Un homme le percuta puis s'excusa, sa trogne indiquant clairement qu'il devait s'agir d'un mage, voir d'un chevaucheur ayant perdu son lien. Pas très causant, mais sympathisant, Braham lui tapota l'épaule sans faire de manière avant d'aider l'autre homme à le soutenir. « Ça va d'aller. Ça reviendra. » fit-il avant d'indiquer d'un signe de tête la carriole, fini la marche pour lui, le repos était nécessaire s'il souhaitait préserver ses forces.



HRP:
 

_________________
MEN RULE THE WORLD
© FRIMELDA


Richard #B8860BTybalt #2F4F4F
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 937
J'ai : 26 ans
Je suis : Mage du Printemps (outrevision)
Fille cadette du comte d'Aurebois

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie et Lagrance
Mes autres visages: Astrid d'Evalkyr
Les Mages
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Dim 27 Aoû - 13:34

20 août

Agnès adressa un regard entendu à son familier qui pointa le museau hors de sa cachette. Grâce à son indiscrétion, elle allait avoir des informations supplémentaires. La noble essuya les critiques de l’Epine. Elle aurait pu utiliser son outrevision pour les espionner et il n’en aurait rien su, mais depuis le départ du convoi, Agnès avait tendance à ne pas trop user de sa magie car elle fatiguait bien plus rapidement que d’ordinaire. Elle hocha la tête à l’intention de Braham pour lui signifier qu’elle avait compris et qu’elle se montrerait discrète sur cette clé mystérieuse. Agnès savait faire la part des choses. Elle écouta avec attention les explications de l’homme sur cette Abeille et ses impacts sur le voyage. Accélérer le temps… La jeune femme était intriguée car, comme le soulignait son interlocuteur, elle ne ressentait pas les effets de cet intriguant mécanisme. Fascinant. Lorsqu’il revint sur elle, Agnès lui adressa un petit sourire.

- En grande partie. Je ne doute pas que la Rose fasse son maximum pour nous aider de cette entreprise. Nous lui sommes redevables de bien des choses. Mais d’où vient cette Abeille ?

Agnès cherchait à en apprendre encore plus. Elle avait l’impression que d’étonnantes découvertes étaient faites pendant les périodes les plus troubles. Pendant un instant elle envisagea la possibilité de rejoindre les rangs des Epines, une manière de s’investir plus activement dans l’histoire d’Arven. A moins que cela ne soit un moyen d’échanger à ce que la trame alternative lui avait laissé entrevoir. Chevaucheuse et mariée au marquis d'Amar… Qu’elle avait tendance à éviter depuis. Elle préféra reléguer dans un coin de son esprit ses réflexions, laissant son regard parcourir les personnes présentes aux alentours qui murmuraient suite aux révélations de l’Epine. Elle se fit la remarque d’aller saluer Gabrielle après sa discussion avec son interlocuteur.

Les jours passèrent et Agnès se sentait de plus en plus faible. Elle avait utilisé l’outrevision pour prendre des nouvelles de sa famille quelques jours auparavant et avait fini par faire un malaise. Les températures lui semblaient plus mordantes et la luminosité plus vive.  Elle n’était pas la seule à subir les effets de la maladie et elle espérait qu’ils arriveraient rapidement à destination.

26 août.  

Agnès marchait, l’esprit vide, laissant son regard balayer le paysage alentour.  Mara trottinait à ses côtés. Elle essayait de faire abstraction des plaintes qui s’élevaient des chariots transportant les plus atteints d’entre eux. Elle fut ramener à l’instant présent lorsqu’elle aperçut une silhouette familière, Aaron, le chevaucheur outreventois, venant de trébucher sur Braham. Elle s'approcha des deux hommes et s'enquit de l'état de santé du jeune homme.

- Aaron ? Est-ce ça va ?

Il avait l’air en piteux état, mais qui ne l’était pas dans ce voyage ?

Spoiler:
 

_________________

Couleur d'écriture : #ff6600
Mara, Familier : #cc6600
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 883
J'ai : 28 ans
Je suis : Princesse héritière de Cibella, mage du Printemps ; baronne du Ru-d'Argent

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Cibella et la Rose Écarlate
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe Martel
Les Mages
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Lun 28 Aoû - 5:51

20 août 1002

Elle avait rougi en l’entendant vanter sa beauté. Elle rougissait toujours sous les compliments, mais il était vrai qu’en ce moment précis, entourée par le malheur et la maladie, elle voulait y croire, aux jolies paroles de Sylvain. La plus jolie dame du convoi. Le visage rivé vers le sol, elle s’était soustraite à son regard plein de charme et avait semblé ne rien sentir de cette main qui effleurait la sienne, alors que, pourtant, la princesse était dans tous ses états, déjà affaiblie par les symptômes persistants de cette petite mort qui la guettait. Qu’il conte, oh… Qu’il narre le plus jolis des récits! Qu’il vante l’amour d’une princesse au coeur pur, qu’il raconte comment les beaux sentiments venaient à bout de tout! Qu’il réécrive sa vie, pleine de liberté et de jolis sentiments, qu’il la fasse rêver, ainsi que les autres! La Cibellane l’avait laissé partir sans le retenir, accompagnant son départ d’un merci murmuré mais néanmoins audible. Lorsque le bras ne la soutenait plus, elle avait cherché à s’adosser contre l’une des carrioles afin de se reprendre.

Du coin de l’oeil, elle voyait une autre enfant du duché des jardins. Qu’elle était belle, sa douce Agnès, malgré l’inquiétude qui marquait son visage! La petite soeur d’Adélaïde vint la saluer et instinctivement, Gabrielle déposa ses mains brûlantes sur les siennes pour effacer le souvenir de celle de Sylvain, en cherchant son regard du sien. Elle l’avait vaguement entendue questionner Braham avant qu’elle ne s’éloigne tout à fait pour retrouver le conteur. Elle ne la comprenait que trop bien; tout ceci semblait être un tissu de secrets et de mystères. Le but n’était toutefois pas de tenir les siens à l’écart, mais bien de préserver l’instrument permettant leur survie. Jamais, jamais Gabrielle n’avait abordé son rôle d’Épine avec Agnès, ni avec quiconque d’ailleurs. Elle préservait ce secret depuis de longues années. Depuis l’Académie. La situation exceptionnelle dans laquelle elle se trouvait ainsi que son devoir d’escorter ce convoi l’avait amenée à se mettre dans une position fort inconfortable, celle de se mettre de l’avant.

- Noussemblons cacher des choses, et nous semblons avancer les yeux fermés et les mains tendues, je le sais, ma chère amie. Pardonne mes cachotteries, pardonne mes petits secrets, Agnès. Épine, abeille… Ce ne sont que des mots, que des instruments pour mieux aider les nôtres. Pour mieux te venir en aide. J’ôse espérer… J’ôse croire, ma douce amie, que la confiance que tu me portes n’en est pas ébranlée.

Peu lui importait qu’on la voit supplier Agnès, qu’on la voit lui sourire et lui serrer les mains. La situation dans laquelle elles se trouvaient dépassait toutes les bienséances guindées que sa vie lui imposait.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Savants • Admin
avatar

Messages : 694
J'ai : 18 ans
Je suis : Etudiante en Astronomie spécialisée dans l'étude des constellations

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : ma famille, Liam d'Outrevent
Mes autres visages: Tristan d'Amar, Grâce de Sombregemme, Meldred Vif-Ressac
Les Savants • Admin
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Lun 28 Aoû - 8:45

13 août

Astrée sourit d’un air peu convaincu, quand Melinda lui dit qu’elle allait bien et qu’elle ne tomberait pas malade. Elle aurait voulu la croire, voulait de tout son coeur que ce soit vrai, mais elle peinait à penser que c’était possible. D’autant plus alors qu’elle avait toute confiance en la Rose Écarlate pour ne pas alarmer inutilement les gens. Si les Épines avaient appelé les mages à se rassembler et les conduisaient maintenant à Roc-Épine, c’était que le danger était bien réel. Cela lui donnait tellement de sueurs froides, qu’elle se crut un instant malade. Qu’elle se demanda si elle n’était pas atteinte parce que du sang de mage coulait en elle - sinon Aurore ne serait pas mage, n’est-ce pas ? -, même si elle ne l’était pas. Elle se sentait fébrile mais elle ne devait pas, elle ne pouvait pas être malade. Elle devait veiller sur Aurore et Melinda. Même si elles n’étaient pas malades. Elle souhaitait de tout coeur que ce soit le cas, mais elle avait peu d’espoir.

27 août

L’angoisse d’Astrée avait augmenté en même temps que la maladie des mages s’était exacerbée, confrontée à la panique de sa jumelle, qui n’entendait, ne percevait plus Sucre. Elle avait tenté de la réconforter, comme durant cette réalité affreuse où cela était déjà arrivé. Dans laquelle Astrée soupçonnait avoir vu son père biologique, même si tout était fou. Et avoir eu un indice - maigre indice - sur l’identité de sa mère. Mais cela, Aurore ne s’en souvenait plus et sa jumelle avait failli gaffer en lui disant qu’elle l’avait perdue une fois puis retrouvée. Elle passa un long moment à ses côtés afin de l’apaiser, avant de chercher Mélodie pour s'enquérir de son état. Sauf qu’elle était en compagnie d’un homme et, aussi inquiète qu’Astrée soit pour la vertu de sa cousine, elle ne voulait pas lui enlever une distraction, quelque chose pour lui faire penser qu’elle n’était pas malade. Si elle l’était. Elle ne l’était probablement pas, comme elle le lui avait assuré, hein ?

S’éloignant donc, elle chercha une des Épines. Parce qu’une autre inquiétude l’avait prise. “Monsieur, princesse… Car elle avait reconnu la belle princesse de sa collection d’Omen, qui la faisait rêver par la gentillesse dont elle semblait dotée. Je veux vous aider. Pas seulement maintenant, même si maintenant aussi. Je veux vous aider et aider la Rose. Je peux être un commis, si vous en avez besoin. Scribe aussi - je suis astronome, en deuxième cycle d’études. Je suis assez disponible. Auriez-vous besoin d’aide ? D’aller chercher le ravitaillement prévu ? Car vous en avez prévu, n’est-ce pas ? Ou le relais de bêtes ?

Elle baissa le regard et la voix, hésitant. “Pourquoi les pièces sont pas là ? Elles sont malades, elles aussi ?

Spoiler:
 

_________________
On dit des Lunes qu’elles reflètent la lumière du Soleil. Mais je sais, moi, qu’elles reflètent celle des Étoiles.


Paroles : steelblue


Dernière édition par Astrée Aubétoile le Lun 28 Aoû - 8:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 906
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle
Mage Destructeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac & Gustave de Séverac
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Lun 28 Aoû - 8:46

Il avait espéré très fort que cette fatigue n'était que le contrecoup d'une nuit blanche. De l'anxiété. Mais il ne pouvait plus nier la réalité : il était malade lui aussi. Et les autres n'étaient pas en meilleure forme. Qu'importe l'âge, le sexe, la profession, tous ceux qui avaient de la magie dans les veines étaient dans le même état, avec des symptômes plus ou moins violents. Et cela faisait mal au cœur de voir des enfants malades et sans savoir si un remède les attendait vraiment au bout de la route... Et si tous y arriveraient vivants. Certains étaient dans un état alarmant. Mais si encore, il n'y avait eu que la maladie... ou du moins, les symptômes physiques, cela aurait été supportable...

Ce qui plongea Thomas dans un profond mutisme, ce fut la disparition de son lien avec Étincelle. Elle l'avait accompagnée pendant le début du voyage, présence rassurant nichée dans son âme et son esprit et un jour... Elle avait disparu. Laissant un vide immense. Et à cela, venait s'ajouter l'angoisse pour Cassie... Il s'était totalement fermé aux autres. Il n'y avait que Sereine qui avait encore une ouverture sur lui. Et il passait son temps à ruminer, la tête pulsant douloureusement au rythme de ses battements de cœur, la lumière lui blessant cruellement les yeux. Manger était presque un supplice, tant les haut-le-cœur le prenaient, comme les autres. Et parfois les vomissements, parce que c'était le seul moyen de se sentir un peu mieux... très temporairement. Et pourtant, ne pas boire ou manger, c'était s'affaiblir... Et permettre à la maladie de gagner du terrain, il le savait.

Les fiers Chevaucheurs étaient sombres, pâles, cernés, maladroits, alors qu'il trébuchaient, à cause de la faiblesse, de la douleur, hagards de ne plus sentir la force de leurs dragons. Il n'allait pas vers eux, tourné vers ses propres tourments intérieurs. Jusqu'à ce que Maelys ne l'approche. Il n'aurait pas supporté l'intrusion de beaucoup de personnes. D'ailleurs, personne ne l'approchait, comme si son allure sombre les dissuadait... ou parce que les autres étaient dans le même état d'esprit.

« Il faudra bien que ça aille, non ? »

Le ton était amer.

« Non, je n'en ai aucune. »

Il se rembrunit davantage si c'était possible. Elle était malade, il en était convaincu. Et s'il ne la revoyait pas ?

« Si on survit... Je l'épouserai. »

C'était une promesse. Faite à celle qu'il pouvait qualifier de meilleure amie.

« Malheureusement, oui. Mais certains semblent plus atteints que d'autres. »

La route semblait interminable, chaque journée étant un décompte sur la vie. On leur apprit que la Rose avait trouvé un moyen de les aider via une altération du temps. Cela suffirait-il ? Cela allait-il leur insuffler l'espoir qui semblait s'envoler ?

Spoiler:
 

_________________
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey —
Lion's tears
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
avatar

Messages : 705
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
PNJ
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Mar 29 Aoû - 11:46


Chroniques d'Arven

Intrigue 2.5

La Mort dans les Veines

Août et septembre 1002


Intrigue animée par Elnaië


Le voyage se fait de plus en plus laborieux. Les mages, les malades, ont une stricte interdiction de marcher. Les valides, chargés de leur protection, de leurs soins, y veillent. Ils sont tous assis dans les carrioles, soutenant les plus faibles, ceux dont la maladie est plus avancée. Aaron, dont les symptômes se sont manifestés avant l’appel des Épines, et Agnès, qui a utilisé sa magie malgré les mises en garde, semblent particulièrement atteints. En plus des symptômes qui atteignent les autres, ils saignent du nez, par intermittence, ils ont la sensation que les poumons les brûlent, particulièrement lorsque des quintes de toux les prennent. L’angoisse prégnante est là, forte, devant ces manifestations plus fortes, plus violentes.

Tous espéraient silencieusement que tout irait mieux. Priaient les Dieux, pour que tout aille mieux. Les entendraient-ils ? C’était incertain, plus qu’incertain… Encore plus, quand ils virent que la dame Coupe-Fin ne se levait pas, ne parlait plus. La nouvelle se répandit comme une traînée de poudre. Un coma… pour l’instant. La peur, sourde, puissante, gouvernait les pensées de chacun.

Il fallait avancer, pourtant. Le retard pris durant la première étape du trajet avait du être rattrapé, et que les malades soient confinés dans la carriole y aidait – ils ne ralentissaient pas le convoi, malgré les pauses qui devaient être prises. Malgré cet éboulement auquel ils furent confrontés, bloquant totalement leur cheminement au milieu des montagnes, le 7 septembre, qui les obligea à dévier de leur route, à prolonger le trajet.

Furent-ils inconscients, pas assez discrets ? Est-ce d’avoir quitté l’abri des montagnes, qui les fit être repérés, ce matin du 8 septembre, par des Voltigeurs bien décidés à reprendre le dessus dans cette guerre ? Ils hésitèrent, ces Voltigeurs, fidèles à leur patrie. Abandonner le combat, comme ils en avaient reçu l’ordre, et poursuivre les fugitifs, ou rester ? Décision fut prise que quatre d’entre eux iraient les traquer. Leur indécision fut suffisante pour vous permettre de trouver abri dans une caverne, suffisamment isolée pour qu’ils ne vous y suivent pas. Suffisamment vaste pour que vous vous y abritiez, et que vous puissiez allumer un feu. Mais la menace est là, dehors.

Au bout de quelques heures, deux, trois tout au plus, le silence pesant dans lequel vous vous étiez retranchés est brisé par un sanglot d’horreur. Une mage, qui balbutie, qui pleure en murmurant un nom, inlassablement. Son Familier, dont elle est coupée. Qu’elle ne ressent plus. Qui la laisse plus que démunie. Votre arrivée dans la grotte coïncide avec l’apparition du stade 3 de la maladie – et peut-être ne serez-vous pas en mesure de partir de sitôt. L’incertitude règne.






Tour 3

Consignes


IRL : du mardi 29 août au mercredi 6 septembre (18h).
IRP : du 28 août au 9 septembre 1002.

• Ce topic concerne les personnages suivants, inscrits à l’intrigue au préalable : Aaron, Abigaïl, Agnès, Astrée, Ayana, Braham (Richard), Gabrielle, Lou-Ann, Lucas, Maelys, Melinda, Mélodie, Merle, Serenus, Sylvain, Tara & Thomas. Si vous souhaitez rejoindre l’intrigue, envoyez un petit MP au Destin (en précisant dans l’objet que c’est pour l’intrigue).

• Ce tour dure du 28 août, date à laquelle vous repartez de Blé-des-Monts, en Cibella, pour poursuivre vers Lagrance puis Roc-Épine. Vous vous arrêtez le 8 septembre dans une grotte à la frontière entre Cibella et Erebor, poursuivis par des Voltigeurs qui ont quitté le front sur ordre de leurs supérieurs, pour vous retrouver. Soyez discrets !  La chronologie générale du chapitre est consultable ici.

• Mages, Chevaucheurs, n’oubliez pas que vous êtes sujets à la maladie, que vous êtes frappés par ses symptômes, et passés au stade 3. Il n'est plus question pour vous de marcher ! Votre magie se manifeste aléatoirement, mais très rarement - sans quoi vous serez plus malades que vous ne devriez l'être. Les conséquences peuvent être fatales. Aaron et Agnès sont plus atteints que les autres, ils ont tout intérêt à faire attention à eux. (La chronologie de la progression de l'épidémie est disponible ici.) Le trafic de philtre de Mortessence est plus présent encore.

• La femme de Braham est dans le coma, et le pessimisme vous gagne, quant à une possibilité de vous soigner.

• Des PNJ font partie du convoi, notamment des non-mages chargés d'assurer votre protection. Il y en a plusieurs, mais ça reste de grands convois.

• La trajectoire vous sera précisée au fur et à mesure, vous serez sur les routes, et donc indisponibles pour RP avec les gens ne se situant pas à proximité. Vous êtes à peu près à la moitié de Cibella.


• Coucou, la limite de mots est toujours là ! 500 mots maximum par message, pas un de plus, sinon je mords !  :laa: Pensez à dater vos messages, pour faciliter la compréhension.

• Pensez à indiquer votre nombre de mots en utilisant impérativement ce site et le résumé de vos actions sous balises spoiler.

Bonne chance à tous !  :jongle:



_________________
♦ Je suis le PNJ utilisé par les administratrices. ♦
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 3412
J'ai : 58 ans
Je suis : Maréchal de Serre, Voltigeur de la Griffonne Adamante & Cartographe. Jadis l'on m'a reconnu forgeron brillant à Val Griffon.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Augustus, Empereur d'Ibélène.
Mes autres visages: Tim l'Escampette
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Mer 30 Aoû - 5:22

Lorgol • Guerriers



Braham

Coupe-Fin



Chapitre II.5 ♦ la Mort dans les Veines

Présentation



Le 20 août 1002

La fouineuse était gourmande, trop, car loin de se satisfaire de ses explications, elle en demandait encore. Plaisant aurait été de lui tourner le dos en se rabattant dans son magnifique mutisme qu'il affectionnait tant, pourtant il lui répondit : « Des quêtes qu'elle ne cesse de mener. » C'était large, mais loin d'être un mensonge, pas ce qu'elle voulait entendre sûrement, mais il n'en dirait pas davantage. Et il s'éloigna d'une salutation guerrière.

Le 27 août 1002

Alors qu'il s'enquerrait de l'état de santé de Gabrielle et lui demandait si la clé avait été  transmise à une autre épine, sa conversation fut interrompu par l'arrivée d'une jeune femme. Salutation, regard en coin à la princesse ; se disant en lui-même qu'avec le temps il avait perdu de vu certains titres dont celui de Gabrielle ; il l'écouta. Elle voulait aider, c'était louable et compréhensif au vu des gémissements alentours – elle voulait plus. Ah ! Ces jeunes ! Pensa t-il, extérieurement impassible et froid, intérieurement touché. Alors qu'il secouait déjà la tête de façon négative pour lui-même, signifiant toujours pour lui-même que ce n'était ni le lieu ni l'instant pour prêter attention à des demandes de 'recrutement', il se limita à dire. « Toute aide sera la bienvenue. » et ensuite ? Non ? Oui ? Peut-être ? Ce n'était pas à lui d'en décider, ni même d'y songer durant sa mission. Parlant de mission, du grabuge non loin eu tôt fait d'attirer son attention, aussi décida t-il de laisser Gabrielle en charge de poursuivre. D'une lourde main posée doucement sur l'épaule de la belle épine, il lui fit, sourcils froncés, sérieux. « N'oublie pas de te reposer aussi. » Car elle était mage l'épine et qu'il ne l'oubliait pas, il s'éloigna après un poli « Veuillez m'excuser, le devoir m'appelle. »

Le 3 septembre 1002

Des plaintes plus poussées aux quelles on se force de s'habituer pour continuer d'avancer. Un malaise au fond et puis le cœur qui s'élance un jour – on interpella Braham pour lui signaler l'état de sa femme. Mains tremblantes, il sorti du rang et couru jusqu'à la carriole plus en arrière du convoi, y monta pour doucement relever sa moitié inconsciente. « Alysson, Alysson, Ortie appelle qu. » Ortie n'était pas en état lui criait ses yeux, pas plus que les autres, et elle pleurait tant pour sa sœur que pour Tournesol qu'elle tenait toujours, mais qu'elle n'entendait plus. Il regarda désemparé pour la première fois du voyage autour de lui avant qu'une main rassurante ne se pose sur son épaule.

Elle était dans le coma, il n'y avait rien à faire si ce n'était d'avancer. Autant qu'il s'en su capable, il rassura et se remit bien droit et à la tâche ; après plusieurs baisers volés à son épouse si proche de lui et pourtant si loin d'esprit.



HRP:
 

_________________
MEN RULE THE WORLD
© FRIMELDA


Richard #B8860BTybalt #2F4F4F
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 646
J'ai : 27 ans
Je suis : Chevaucheuse de la dragonne Royale, reine du vol de Rubis et mage de l'été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Rose Ecarlate et à la Caserne
Mes autres visages: Eponine Aubenacre & Vira Sabir
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Mer 30 Aoû - 6:20

Elle ne se souvient plus très bien comment tout ça a commencé. Une fièvre. Brûlante. Implacable. Elle s'est abattue sur elle sans lui laisser le moindre espoir de s'échapper. La fièvre a entraîné des hallucinations, des propos incohérents. Puis, il y a eu l'appel. La convocation de la Rose. La Rose. C'est peu après qu'elle a senti Astrée, sa Reine, s'échapper. Sa présence a quitté son esprit, la plongeant dans un désarroi total, accru par sa température excessive. Abigaïl a l'habitude d'avoir le sang chaud. Mais cette sensation brûlante enivrait ses sens d'une façon plus affreuse que cette drogue que lui a donné cette satanée Cielsombroise.
Puis la nouvelle de la maladie s'est propagée. C'est ainsi que Abi s'est retrouvée contrainte de se rendre à Lorgol pour participer à un convoi, répondant à l'appel de la Rose. Elle pourrait dire non. Mais les mois où son esprit a partagé celui de la Reine Noire l'a amené à partagé pour la Rose Écarlate, une loyauté infaillible. Et elle ne peut pas rester consigner à la Caserne sans rien faire. Elle sent Royale s'éloigner d'elle et le lien avec Titou s'atténuer peu à peu. Elle peut encore marcher, ma fière Outreventoise et elle ne faillira pas en montant dans les chariots. Mais elle reste touchée de constater que certaines personnes non mages participent au convoi. La maladie semble la sensibiliser un peu plus. Elle reconnaît quelques visages, notamment celui de Serenus, Lou-Ann et sa petite sœur, Mae, Aya. Si son cœur s'inquiète de leur état de santé, elle ne se sent pas la force de courir pour les rattraper. Son regard dérive sur Titou qui lui lance un regard brûlant d'angoisse. Elle ressent l'inquiétude de son familier. Mais le problème reste là... elle ne fait que le ressentir pour le moment.

13 août.

L'absence de Royale la plonge dans une profonde solitude, comme un abîme sans fin dont elle ne ressortira jamais. Le convoi avance. Lentement. Doucement. Mais sûrement. Aussi sûrement que la maladie évolue, emprisonnant ses sens, la rendant guère plus utile qu'une vieille chaise rongée par les mites. Son esprit se concentre sur le faible lien entre Titou et elle. Il perdure, infaillible. Mais il semble aussi fragile que la flamme d'une bougie confrontée aux vents d'Outrevent. Elle a échangé quelques mots avec ses amis. Mais parler devient de plus en plus difficile. Et le silence devient le seul compagnon de son âme.
Rhaps.

8 septembre.

Elle veille faiblement dans une torpeur presque quotidienne. La flamme de son cœur paraît sur le point de s'éteindre, submergé par la maladie. Marcher lui est devenu impossible et elle a passé les derniers jours dans une charrette, non loin d'Aya. Elle voit ses cheveux bruns et l'air fatigué qui doit être le parfait reflet du sien. Elle croise son regard et tente un sourire qui se veut rassurant. Ils ne peuvent faire de bruit, ainsi réfugié dans une grotte. Longeant les frontières, les Voltigeurs ne sont pas loin, prêts à leur fondre dessus. Parfois, il semble que quelques cris perçants ou des battements d'ailes viennent troubler le silence profond dans lequel ils sont plongés, parfois brisés par quelques chuchotements faibles. Abigaïl broie du noir. Plus jamais. Non plus jamais elle ne fera preuve d'une telle faiblesse.
La route est encore longue, jusqu'à Roc-Epine. Bientôt ils laisseront Cibella derrière eux pour atteindre Lagrance. Les Epines ne cessent de les encourager, leur répétant que leur salut se trouvent là-bas. Elle ne peut que les croire, Abi. Elle espère que c'est le cas. A ses côtés, alors qu'ils espèrent ne pas se faire trouver par les Voltigeurs, Titou tremble doucement. Abigaïl n'ose même pas engager la conversation. Sa main vient toucher sa carapace. Le tremblement s'apaise.
Le sien commence.
Elle est fatiguée.
Si fatiguée...

Spoiler:
 

_________________
Abi #ff6600  ; Royale #cc3300 ; Titou #666600











Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dragonnet du Chapitre • Version 2.5
avatar

Messages : 872
J'ai : 35 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Raygnar d'Ysgramor / Elliott Ross
Dragonnet du Chapitre • Version 2.5
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Mer 30 Aoû - 12:11

8 septembre 1002 :

Une éternité. Ce voyage semblait durer toute une éternité pour le guerrier, qui n'en finissait plus de se faire du souci pour Melinda. Il avait compris que, malgré ce qu'il s'était passé à Lorgol, quand il était chevaucheur, et elle mère d'une petite fille, il n'avait jamais cessé de l'aimer. Et il savait qu'il serait prêt à tout pour qu'elle s'en sorte vivante, et sans le moindre dommage. Elle avait beau nier, agir comme si tout allait bien, Serenus n’était pas idiot. Elle était malade, atteinte de cette même épidémie que les autres mages. Il veillait donc à être présent à ses côtés dès qu’il le pouvait. C’était difficile, et épuisant. Il passait ses journées à faire ses rondes, à surveiller les environs, à se montrer utile lorsqu’il s’agissait de monter le camp et de trouver de la viande fraiche, et à veiller sur Melinda. Le guerrier ne trouvait même plus le temps de se reposer convenablement, et cela commençait à se voir. Il avait perdu du poids, et de gros cernes étaient apparus sous ses yeux. Sa cicatrice, d’habitude pâle, paraissait plus imposante sur son visage épuisé.

Il s’était dit que la situation ne pouvait pas être pire, il s’était trompé. Ils avaient dû faire un détour, et voilà maintenant qu’ils étaient pourchassés par des Voltigeurs. Serenus avait pendant un moment espéré que Mayeul soit parmi eux, pour peut-être tourner le problème à leur avantage, puis il s’était rappelé que leur dernière rencontre avait failli finir par des coups. Serenus avait reçu l’ordre d’aider les mages à rejoindre une caverne, où ils seraient en sécurité. Celle-ci était assez grande pour qu’on puisse y mettre tout le monde, et pour y faire un feu. Serenus espérait cependant que les Voltigeurs n’iraient les trouver là, ou ils seraient piégés comme des rats.

Serenus avait déjà rempli une partie de sa mission quand il s’approcha de Melinda. La jeune femme était très affaiblie, et le guerrier doutait franchement qu’elle puisse marcher jusqu’à la caverne. Mais il la connaissait assez pour savoir qu’elle ne le laisserait pas la porter. Elle ne supportait déjà pas beaucoup le fait qu’il la surprotège constamment, alors le laisser la porter jusqu’à la grotte. Il devait donc avancer à tâtons, ne surtout pas la brusquer. Il arriva à sa hauteur, posa doucement sa main sur la sienne et lui dit :

« - - Melinda, les mages doivent aller dans cette caverne, le temps que la menace s’éloigne. Je vais t’aider, c’est un peu loin. »

Il ne lui avait pas demandé, mais il ne lui avait pas carrément imposé. Il restait maintenant à voir sa réaction.

Spoiler:
 

_________________










Hey:
 

Dragonnet 2.4:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 883
J'ai : 28 ans
Je suis : Princesse héritière de Cibella, mage du Printemps ; baronne du Ru-d'Argent

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Cibella et la Rose Écarlate
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe Martel
Les Mages
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Mer 30 Aoû - 12:39

27 août

Elle avait son âge, environ, lorsqu’on l’invita à rejoindre la Rose en tant qu’Épine. Une jeune femme en devenir, toute pleine d’espoir et de conviction. Elle était à son deuxième cycle d’études à l’Académie. elle aussi, et apprenait à déchirer la réalité de ses portails pour créer un peu de liberté. L’intérêt de la jeune astronome fit fleurir un sourire sur le visage de la princesse. Même si elle sombrait, il y aurait toujours une relève, quelque part, en Ibelène ou en Faërie. Que Braham les délaisse ne l’inquiéta pas, et déjà Gabrielle proposa à la jeune femme de s’assurer que les mages se reposent et ne soient pas tenté d’utiliser leur magie.

- Veillez sur les plus jeunes, Demoiselle. Peut-être seront-ils rassurés d’avoir l’aide d’un scribe pour écrire des mots à leurs proches?

Elle, elle le serait, Gabrielle, de confier à Gaëtane que devant la mort, si proche, elle trouvait bien vaines ses querelles qui créaient un fossé entre elles. D’encourager Gabin à chasser ses rêves de liberté draconienne, même s’ils semblaient loufoques et excentriques aux yeux du reste du monde. D’avouer à Lionel qu’il était bien le seul, dans la course, à son coeur, que la princesse réfléchie qu’elle était avait déjà tout calculé, mais que c’était la peur et cette incapacité à trancher qui la faisait attendre. De jolis mots qu’elle aurait aimé offrir, lancer et partager, avant qu’elle ne s’éteigne et s’efface d’Arven. Alors... Peut-être qu’ils se sentiraient plus en confiance, eux aussi, les plus petits du convoi, après avoir libéré leur conscience de jolies pensées à offrir à leurs proches. Juste au cas où…

La Cibellane fit la promesse de glisser mot sur sa volonté d’aider aux bonnes personnes. Son enseignant, celui qui l’avait lui-même recrutée, enseignait encore. Quant à l’absence des pièces… C’est d’une voix un peu ici, un peu ailleurs, le regard bas et songeur que l’Épine rappela que la maladie touchait vraisemblablement la magie. Toutes formes de magies.


7 septembre

Qu’est-ce qu’elle avait pleuré, Gabrielle, de douleur, de peur et d’impuissance, lorsque la nuit l’enveloppait et que les gémissements des autres malades couvraient son chagrin! Épuisée, si épuisée, si écorchée, brûlante de fièvre, elle contemplait la fiole de Mortessence sans oser la boire. Comment pourrait-on croire en elle, comment pourrait-on croire à ce que les Épines disaient si l’une d’entre elles n’avait pas assez foi et abandonnait sa magie? Le doute, ce vieil ami qui la caressait depuis tant d’années, revenait la taquiner sur sa volonté ou non d’être mage. Longtemps, elle avait vu son aisance à portailler comme une chaîne, une façade qui la dissimulait. À présent… Elle craignait de ne plus être mage et de perdre cette facette de ce qui faisait d’elle Gabrielle de la Volte.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Puisque dans nos veines coule le même sang [Pv Sophie Atlan]
» « Quelqu’un a dit un jour que la mort n’est pas la pire chose dans la vie : le pire, c’est ce qui meurt en nous quand on vit. »
» Haïti/Rép.Dominicaine : Retour sur le colloque « Sang, Sucre
» Hédi Anabi, patron de la Minustha serait-il mort dans les décombres à Montana?
» 1- Descriptif complet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Faërie :: Lagrance-
Sauter vers: