AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 143
J'ai : 29 ans
Je suis : Mage de l'automne et Chevaucheuse dans le Vol d'Outrevent

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent mon duc, à la maréchale de flamme et à Lionel de Rivepierre mon capitaine
Mes autres visages: /
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Jeu 31 Aoû - 12:40

Je hoche la tête, c’est tout ce que je peux faire à l’heure actuelle. Dire que Foudre me manque n’arrangera pas le fait que j’ai perdue ce qui nous unissait et ça ne m’aidera pas à aller mieux. Autant ne rien montrer, je peux au moins prendre soin des autres. « Lucas ! » Je n’ai cependant pas le temps de le rattraper que le voilà tomber. Mince, mince, mince. Surtout qu’il a entraîné quelqu’un avec lui. Je hausse un sourcil à la réplique de la jeune femme alors que je soulève Lucas du mieux que je peux. « Allez Lucas, réveille toi, je t’en prie. » J’ai envie de grogner contre la gamine qui râle et de comprend pas. J’ai envie de tout envoyé paître et que les autres aillent au diable, alors quand la gamine reprend la parole, je ne peux m’empêcher de répondre, moi qui contrairement à Lucas ne suis pas aussi gentille. « Ce n’est pas comme si on pouvait décider de l’endroit où on allait tomber. Il est malade, comme nous tous et ce n’est pas en braillant que vous allez arranger les choses. » Fâchée, agacée, énervée. Un peu tout ça à la fois et tellement plus de chose. C’est l’angoisse qui parle, je le sais. Le lien avec Foudre maintenait un certains équilibre, mais il n’est plus, n’existe plus, comme effacé. Et une partie de moi est naufragée, perdue dans les flots d’une conscience qui ne sait pas quoi faire. Démunie, c’est ainsi que je me sens et si seule… J’avais déjà remarqué ces moments de solitude quand Foudre se coupe de moi, quand elle s’occupe d’autre chose. Mais là… J’ai l’impression que ma conscience ne tient plus qu’à un fil. Alors je m’échappe. « Je vais voir si un savant peut pas venir vous soigner. » Malgré tout, le but n’est pas de se mettre les autres à dos. Je m’éloigne un peu, chercher de l’aide, m’éloigner, fuir la peur qui me submerge.

8 Septembre

Il fallait que ça arrive. Que ces foutus voltigeur nous tombe dessus. À croire que le destin a décidé que laisser mourir les mages seraient plus intéressant que de les soigner. L’espoir n’est presque plus là. Il a disparu quand nous n’avons plus été en mesure de marcher. Quand le lien avec Bandit a fini par s’estompe et que la belette s’est resserré autour de mon cou en signe de désespoir. Vide, je me sens vide. J’ai souri à Abi comme si tout était normal. Mais je m’efface, inexorablement. Sans mes deux soutiens, je ne suis plus rien. Alors quand nous faisons halte dans cette caverne pour nous réfugier, je m’évade une fois de plus, m’éloigne et tombe sur Thomas. On ne peut pas dire que nous soyons amis tous les deux. Juste des connaissances d’amis. Trop silencieux, trop effacé tous les deux. Pourtant alors que je le vois préparer quelque chose, je ne peux pas m’empêcher de parler. « Tu vas quelque part ? »

Spoiler:
 

_________________




Ayana #006699 | Foudre #ff6633 | Bandit #006666
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 292
J'ai : 32 ans
Je suis : mage de l'Automne et chevaucheur ; ainsi que fils du Comte de Sombreval.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages:
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Jeu 31 Aoû - 13:30

Le 26 août :

Tandis qu'Aaron se relevait tant bien que mal, le guerrier qu'il avait bousculé lui tapota l'épaule en déclarant que ça allait passer. Le guerrier indiqua alors la carriole à Tomen pour qu'il aide son frère à s'y installer. En temps normal, ce dernier aurait rechigné, prétextant qu'il était tout à fait en état de marcher, mais la fièvre et la fatigue l'empêchait d'y voir clair et il se laissa faire. Bercé par le cahotement de la carriole, il se laissa peu à peu sombrer dans un état somnolent, jusqu'à ce qu'une voix l'interpelle :

─ Aaron ? Est-ce ça va ?

Lentement, il releva le regard jusqu'à une jeune femme blonde. Il la connaissait, c'était Agnès. Il bafouilla quelques mots pour tenter de répondre à sa question, sans savoir si elle parviendrait à les comprendre :

─ Foutue magie. Deux fois qu'elle me prend Héritage ...

Le 8 septembre :

De plus en plus nombreux dans les carrioles, les mages escortés de leur gardiens continuaient le long trajet vers Roc-Epine, dans un silence pesant. Aaron n'aurait su dire depuis combien de temps ils voyageaient, tant les jours se ressemblaient. Somnolent, il se laissait porter par les ballotements de la carriole, tiré de sa torpeur par quelques violentes quinte de toux qui lui brûlaient les poumons. Mais bientôt, le convoi s'agita ; des voltigeurs avaient été repérés, et il fallait s'abriter. Une caverne suffisamment grande permettrait d'abriter les mages en attendant que la menace passe. Malgré tout, l'inquiétude était palpable dans la grotte. Le convoi parviendrait-il à temps à Roc-Epine ? Et si tant est qu'il y arrivait, trouverait-on un remède ?

Affalé à côté de Tomen, Aaron laissait son regard dériver sur les mages assis les uns à côté des autres. Tous avaient l'air épuisés et le visage fiévreux. Lui-même saignait régulièrement du nez, et avait du plus en plus de mal à rester lucide. Au fil des jours, il avait remarqué qu'il était plus mal en point que certains mages, sans être capable de l'expliquer. La maladie était plus avancé chez quelques mages, notamment chez ceux qui avaient usé de leur magie. Lui-même n'était plus capable de le faire depuis longtemps.

Et puis, il y avait eu ce sanglot déchirant d'un mage qui ne percevait plus son familier. Aaron savait à quel point la disparition d'une moitié de soi-même était difficile à vivre, et il se demandait jusqu'à quand il serait épargné. Dans l'état où il était, déjà à moitié rendu fou par la fièvre et la disparition d'Héritage, il n'était pas certain d'être capable de rester lucide si Arietty venait à disparaître à son tour. Grommelant dans sa barbe, il déclara d'une voix résigné :

─ Ceux qui n'ont pas été rendu fous par la disparition de leur dragon le deviendront avec celle de leur familier. Cette épidémie va tous nous détruire.
Spoiler:
 

_________________
Relations ♦️ Évolution ♦️ Jeu d'Omen





Aaron darkred (haute voix)/gras (pensées) ; Héritage #6E6E6E ; Arietty #61210B
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 1482
J'ai : 26 ans
Je suis : Voleuse spécialisée dans l'escalade à la Cour des Miracles.
(Futur Roi Blanc et Fils des Ombres :sisi: )

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des ombres
Mes autres visages: Antonin de Faërie
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Jeu 31 Aoû - 21:40

8 Septembre:


Je ne savais littéralement plus où donner de la tête. Entre les mages malades, les Chevaucheurs désemparés et les enfants… C’était vraiment compliqué d’organiser tout ce beau monde, sans compter les Voltigeur. On les avait aperçus dans le ciel, un régiment, puis ils s’étaient évanouis, vain espoir d’être passé inaperçu alors que quelques-uns nous avaient pris en chasse. Nous obligeant à presser le pas, une charrette avait failli perdre une roue, et écraser des gamins.
Finalement, ce sont des épines, des éclaireurs qui ont trouvé la solution avant que cela ne dégénère réellement, nous conduisant à l’abri des regards.

La caverne était assez vaste pour abriter tout le monde, mais c’était tout, c’était un refuge, mais également une prison et si elle nous protégeait actuellement, nous n’avions aucun véritable chemin pour en sortir. Du moins à première vu. C’était pour ça que j’avais demandé aux gamins, ceux un peu débrouillards, de faire le tour de notre nouveau palais et de m’informer des différent tunnels qu’ils pourraient trouver, ceux en hauteur y compris. Avec de la chance, s’il y avait une sortie détournée, peut-être aurions-nous une chance de faire partir ces satanés Voltigeurs.
J’avais profité de cette accalmis pour demandé s’ils y avaient des herboristes dans le coins, s’ils connaissaient et avaient en leur possessions des herbes qui pouvaient attirer, repousser des griffons, ou encore avec la vertu d’endormir les gens.  Le mot avait été donné, mais aucune réponse ne m’était encore arrivée.

Si seulement Sulfure était là, si j’avais en ma possession Fulgurance et l’esprit d’Iseult me chuchotant ses comptines ridicules ainsi que ses idées si amusantes. Ainsi, j’aurais peut-être pu…Mais ressasser ne servait à rien, de même que laisser la colère m’embrasser.Ca aurais été si bien, me perdre dans ces flammes ravageuses…
C’est en faisant le tour des malades que je remarque Thomas, le Chevaucheur hautain, celui qui était également présent en Sombreciel pour la Samhain. Accompagné d’une jeune femme, ils parlaient à l’écart, fixant les murs sombres de la caverne ou les voix se réverbéraient en un écho difforme et incompréhensible.

C’est donc tout naturellement que je me rapprochais d’eux.

-Vous devriez aller vous reposer. Tous les deux, et laisser aux valides et non-mage la tache de s’occuper du reste.

Ils n’avaient pas l’air vraiment bien, le teint cireux, et les yeux qui trahissaient leurs inquiétudes, en même temps, comment ne pas l’être. Un des mages, une ? était déjà plongée dans un profond coma, surement à cause du surmenage, nous n’allions pas nous en sortir s’ils s’y mettaient tous. Le but n’était-il pas de les sauver, de les aider ? A quoi cela servirait d’amener des cadavres à Roc-Epine ? Rien, le comprenaient-ils au moins ?

Spoiler:
 

_________________



Spoiler:
 


Dernière édition par Mélodie Douxvelours le Dim 3 Sep - 20:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 926
J'ai : 26 ans
Je suis : Mage du Printemps (outrevision)
Fille cadette du comte d'Aurebois

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie et Lagrance
Mes autres visages: Astrid d'Evalkyr
Les Mages
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Ven 1 Sep - 10:50

20 août.

Agnès n’obtint guère plus de précisions, Braham restant vague. Ce dernier mit fin à leur discussion et la jeune femme ne chercha pas à le suivre. Elle préféra discuter avec Gabrielle qui chercha à atténuer les cachotteries faites. Agnès serra les mains de la baronne et lui adressa un sourire rassurant.

- N’aie crainte Gabrielle, certains secrets doivent être gardés pour conserver l’efficacité de leurs actions et je le comprends. Même si ce ne sont que mots, ils ont un impact sur notre vie. J’ai confiance en la Rose et ses Epines je sais qu’ils œuvrent pour le bien d’Arven. Et tant que cela restera le cas, je leur apporterai volontiers mon aide, même rejoindre leurs ranges si nécessaire. J’aurai aimé apprendre ta condition dans d’autres circonstances, mais si tu as besoin de moi n’hésite pas à me solliciter.

Agnès n’en tenait pas rigueur à Gabrielle, bien qu’elle fût surprise de découvrir le statut d’Epine de son amie. Les secrets demeuraient et préservaient la sécurité. Elle espérait simplement qu’ils parviendraient à leur but et à trouver une solution à ce mal étrange.

Du 20 août au 7 septembre

Au fil des jours, Agnès voyait son état se dégrader. Elle s’était montrée imprudente en usant de son outrevision et maintenant elle en ressentait le contrecoup. Les toux, les saignements de nez et autres désagréments mettaient son corps et son humeur à rude épreuve. Elle finit par être installée dans un des carrioles comme Aaron. D’ailleurs, quand elle avait abordé ce dernier le 26 août, elle ne comprit pas de suite la réponse qu’il lui fit. Privé deux fois de son dragon ? Elle comprenait que le mal actuel affectait le lien des chevaucheurs et peut-être celui des mages avec leurs familiers, mais pourquoi deux fois ? Mais elle ne creusa pas plus avant la question à cause des migraines. Agnès sentait également le lien avec Mara s’étioler. Cela affecta le moral de la jeune femme qui se mura dans le silence. Et apprendre que leur route était bloquée et qu’un détour s’imposait n’améliora pas cet état de fait.

8 septembre

Des voltigeurs.... La mauvaise nouvelle lui parvint à travers les brumes de la maladie. Se mettre à l’abri dans une caverne, soit, mais cela ralentissait leur voyage et donnait du temps à la maladie de progresser. Le cri déchirant d’une mage perdant son familier lui étreignit le cœur, car elle savait qu’elle encourait le même risque même son familier lui tenait souvent compagnie. Agnès se tourna vers Aaron et posa une main qu’elle voulait rassurante sur la sienne.

- Nous devons continuer à nous battre Aaron, en dépit de la douleur… Sa voix était faible et elle ne put retenir un sanglot quand elle sentit son lien avec Mara disparaître d’un coup. Elle ne se rendit pas compte que des larmes coulaient sur ses joues alors que son être ne savait comment réagir devant ce vide.

Spoiler:
 

_________________

Couleur d'écriture : #ff6600
Mara, Familier : #cc6600
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 826
J'ai : 58 ans
Je suis : Maréchal de Serre, Voltigeur de la Griffonne Adamante & Cartographe. Jadis l'on m'a reconnu forgeron brillant à Val Griffon.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Augustus, Empereur d'Ibélène.
Mes autres visages: Tim l'Escampette
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Ven 1 Sep - 12:11

Lorgol • Guerriers



Braham

Coupe-Fin



Chapitre II.5 ♦️ la Mort dans les Veines

Présentation



Le 08 septembret 1002

Il lui fallait continuer son devoir. Pour la Rose. Pour la vie. Un regard vers la carriole plus loin en retrait. Pour sa femme et sa famille. Tête baissée, chagriné et inquiet, il la releva bien droite, cracha sur le chemin et poursuivit l'escorte. Il marmonna un juron devant l'éboulement et fit part du léger détour à faire tout en continuant de rassurer et de compter sur Gabrielle pour en faire autant au plus près des malades, car elle l'était aussi, fortement affaibli la belle épine.

A peine quelques heures plus tard, une nuit passée, le jour d'après, qu'un cri le mit en alerte, celui d'un griffon... de plusieurs griffons. Donnant des ordres forts, ils se mirent à presser le pas et les roues autant qu'il le pouvait avant d'entendre sottise dans la carriole délirante près de laquelle il était. D'un regard furieux il s'adressa.

« Vous n'en ferez rien ! Si c'est la mort que vous souhaitez ma dame, il ne fallait pas prendre part à ce convoi ! Gronda t-il avant de reprendre. Et la magie ne semble déjà plus  répondre aux mages touchés, vous ne feriez que blesser ou tuer les gens autour de vous. Oh il ne savait pas si c'était à ce stade, mais pour Alysson ça avait été le cas, pour Ortie ça l'était à présent, ils n'y échapperaient pas et mourraient s'ils persistaient à vouloir faire usage de ce qui faisait d'eux des mages. Reposez-vous, tous les deux, ordonna t-il, à moins que vous ne souhaitiez ralentir davantage et être un fardeau pour le convoi en plus d'insulter les gens qui se sont dévoués pour vous escorter. » Au ravin les bonnes manières ! Il rejeta un pan de couverture davantage sur eux puis s'en retourna veiller avec les non mages les voltigeurs persistants – et il espérait, oh oui, il espérait, qu'aucun mages ne soient assez stupides pour intervenir.



HRP:
 

_________________
MEN RULE THE WORLD
© FRIMELDA


Richard #B8860BTybalt #2F4F4FBraham #5A3A25


Dernière édition par Richard le Harnois le Ven 1 Sep - 15:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 554
J'ai : 16 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'Audacia
Mes autres visages:
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Ven 1 Sep - 12:53

20 août  1002


Lou se masse le dos se relevant tout en grognant elle s'adresse à l'homme qui lui est tombé dessus et la réponse de la jeune femme lui faisant face la fait presque rougir. Bon c'est sûr elle a pas fait attention à ce qui s'est passé dans les menus détails mais bon la surprise était de taille quand même, de là à s'en prendre à l'homme il n'y a qu'un pas que du coup elle a franchi sans même se demander s'il était simplement victime d'un malaise et quand l'inconnue lui dit qu'elle va chercher un savant, elle lui répond sobrement « s'ra plus utile pour lui qu'pour moi ; vous inquiétez pas pour moi ; j'ai pas qu'ça à faire que d'me faire plaindre j'en ai bien vu d'aûtres » et elle passe son chemin sans un regard en arrière. Encore des mages qui commencent effectivement à être pris de malaise.
Un instant elle hésite à retourner vers ses affaires mais elle se dit que si les adultes sont victimes de malaise, sa sœur ne va pas tarder à l'être alors naturellement elle s'en rapproche.


8 septembre 1002


On leur a dit d'aller se cacher depuis que les voltigeurs les ont pris en chasse ; Lou elle aimerait bien se battre mais elle est encore bien trop jeune alors elle soutient Lena jusqu'à la grotte et l'allonge. Sa sœur commence à être grelottante de fièvre, un vrai brasier ambulant. Une fois à l'abri un regard circulaire lui permet de voir Abi un peu plus loin, les deux mages qui l'avaient abordée également lorsque l'homme lui est tombé dessus. Elle secoue la tête... et elle entend un guerrier un peu plus loin qui ordonne le repos à la majeure partie d'entre eux et elle sourit... ils sont quelques uns à encadrer le convoi, sain de corps bon d'esprit peut être moins alors elle se rapproche de l'un d'entre eux, celui qui a pris la parole « j'crois qu'ils acceptent par leur condition ; si toutefois j'peux vous aider hésitez pas j'sais me battre monsieur, vous fiez pas au fait que j'sois une fille hein »

Elle manie un peu du sabre ou de l'épée et elle sait bien que comparé à des voltigeurs surentraînés elle est bien inutile mais en l'immédiat la jeune mousse aimerait bien se sentir un peu plus utile que ce rôle de soutien pour sa sœur...

spoiler:
 

_________________







DarkGreen- Dialogues
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 926
J'ai : 26 ans
Je suis : Mage du Printemps (outrevision)
Fille cadette du comte d'Aurebois

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie et Lagrance
Mes autres visages: Astrid d'Evalkyr
Les Mages
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Ven 1 Sep - 13:45

La prenait-il pour une idiote ? Agnès fusilla du regard Braham suite à sa remontrance. Elle essuya ses larmes. Elle savait qu’ils n’étaient pas du tout aptes à combattre au sens premier du terme. Elle cherchait juste à rassurer le chevaucheur et à l’inciter à ne pas perdre espoir. Peut-être que les mots utilisés n’étaient pas suffisamment clairs pour l’Epine… Alors qu’il venait de rabattre le rabat de la carriole, Agnès passa la tête dehors et l’interpella.

- Je ne dis pas qu’on doit utiliser notre magie, ce serait suicidaire, juste que nous ne devons pas nous laisser abattre par cette maladie.

Plus facile à dire qu’à faire mais le ton mordant qu’elle employa à l’encontre de Braham démontrait qu’elle gardait encore un peu de combattivité.

- Et je n’ai pas pris part à ce convoi pour y laisser la vie, même si je me suis montrée imprudente voilà quelques jours en usant de mon pouvoir pour prendre des nouvelles de ma famille. Je ne souhaite pas que les participants à notre entreprise soient blessés par l’imprudence d’un mage ne contrôlant plus sa magie. Cessez de croire que je veuille mettre en péril ce convoi et que je ne respecte pas l’engagement de ses membres.

Qu’importe si d’autres entendaient leur échange houleux, elle n’en avait cure, mais elle n’aimait pas que ses paroles et ses actes soient compris de travers et qu’elle passe pour une irresponsable. Une quinte de toux ponctua ses paroles et elle retourna à l’intérieur sans attendre la réponse de Braham.


Spoiler:
 

_________________

Couleur d'écriture : #ff6600
Mara, Familier : #cc6600
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Gueux
avatar

Messages : 1307
J'ai : 23 ans
Je suis : Apicultrice

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages: /
Les Gueux
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Ven 1 Sep - 17:11

Le 8 septembre

Bien, j’avais compris, j’étais malade ! Bon, à présent que j’en avais conscience, est-ce qu’il était possible de trouver un remède rapidement ? Ou que la maladie parte toute seule, comme une grande ? Cette dernière semaine, j’avais peu à peu dû abandonner l’idée que j’allais bien. J'allais mal, c'était évident. J’avais vu passer les visages inquiets d'Astrée et de Serenus, plusieurs fois. Je m’efforçais aussi de rassurer Aurore, dès que je le pouvais. Ma cousine, ayant perdu son lien avec son dragon, était dans un état encore pire que le mien. Mais comment pouvais-je la réconforter efficacement, alors que moi-même je tremblais de peur et de colère à la pensée de cette injuste épidémie qui me tenait entre ses griffes ?

Je suivais tous les évènements qui nous arrivaient dans un état second. L’éboulement. Le détour. La maladie. La faiblesse. Rien de mortel. Normalement. Je frissonnai, priant pour qu’Aura ne laisse pas mourir tous ses protégés à cause d’une maladie aussi idiote. Mais cela n’arriverait pas, n’est-ce pas ? Ce serait... tellement injuste. J’avais encore des choses à faire, à vivre… Je frissonnai derechef, me demandant si les dieux étaient aussi impuissants que nous, humains, pour combattre cette maladie.

Peut-être nous ont-ils abandonnés, songeai-je en apprenant qu’il fallait nous cacher des voltigeurs. Je ne pus empêcher un sourire doux amer d’étirer mes lèvres. Quelques mois plus tôt, un ami m’offrait un cadeau et je lui promettais de me rendre à Svaljärd. A présent… à présent ce même ami se trouvait du côté ennemi, et mettre le pied en Ibélène serait pour moi une très mauvaise idée. Les dieux nous avaient sans doute bel et bien abandonnés. Je serrai rageusement les dents. Tant mieux. Parce qu’on avait pas besoin d’eux pour s’en sortir. D’ailleurs, je n’avais besoin de personne. Bercée par cette pensée, je répondis sèchement à Serenus, venu proposer son aide pour le trajet jusqu’à la grotte.

— Ca va aller, je peux le faire seule.

Mais mes jambes me semblaient faibles, vacillantes, et le vertige s’était abattu sur moi sitôt que je m’étais levée, faisant tourner mon monde. Si j’étais raisonnable, j’aurais pu songer que je n’irais pas loin comme ça. Mais je n’étais pas raisonnable.

— Mais tu peux m’accompagner, si tu veux, ajoutai-je à Serenus, en osant quelques pas en direction de la grotte. C’est toujours agréable d’avoir un bout de conversation avec un ami.

Accepter son soutien était hors-de-question. Je ne voulais pas paraitre faible et malade. Je valais mieux que ça. Je pouvais me débrouiller toute seule. Au moment où je formulai cette pensée je m’emmêlai dans mes pieds, et me retrouvai sans trop savoir comment à basculer vers le sol.

Les dieux m’avaient abandonnée. J’en étais sûre, à présent.

Spoiler:
 

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dragonnet du Chapitre • Version 2.4
avatar

Messages : 841
J'ai : 35 ans
Je suis : Guerrier a l'antenne de la Volte.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Raygnar d'Ysgramor
Dragonnet du Chapitre • Version 2.4
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Ven 1 Sep - 20:17

Toujours le 8 septembre

Comme il s'y était attendu, Melinda n'apprécia pas beaucoup sa proposition. Serenus se dit alors qu'il ferait mieux de s'abstenir de lui demander ou de lui proposer quoique ce soit à l'avenir, si c'était pour récolter un refus sec derrière. Il soupira, et regarda Melinda se relever. Ses jambes tremblaient, elle vacillait. Serenus savait qu'elle allait tomber d'une minute à l'autre. Il allait ouvrir la bouche pour protester quand Melinda reprit la parole pour lui dire qu'il pouvait l'accompagner, car c'était toujours agréable d'avoir un bout de conversation avec un ami. Le guerrier fit une petite moue. Un ami. Il avait tant bataillé pour se faire reconnaître comme tel par la jeune femme, et, maintenant que c'était fait, qu'elle le voyait comme un ami, il n'arrivait pas à s'en satisfaire. Il savait qu'il devrait s'en contenter, vu qu'elle avait refusé catégoriquement sa demande en mariage, mais cette pseudo victoire lui laissa un gout amer dans la bouche.

Melinda fit quelques pas, lui montrant ainsi qu'elle saurait se débrouiller seule, mais elle s'était trompée. Elle vacilla, s'emmêla dans ses propres pieds et bascula vers le sol. Serenus, heureusement assez proche pour intervenir, la rattrapa avant qu'elle puisse se faire mal. Elle était à bout de forces, et cette chute suffisait à Serenus pour qu'il passe outre les protestations de la jeune femme. Il passa une main sous ses cuisses, une autre derrière son dos, et il la souleva, comme il l'aurait fait avec un enfant. Il l'installa dans ses bras de telle sorte à ce qu'il puisse marcher sans problème et prit la direction de la grotte. Il se dit, bien amèrement, qu'il l'aurait porté exactement de la même manière s'ils s'étaient mariés. Pendant qu'il marchait, il lui souffla :

"- Ne dis rien. Tu es trop faible pour me résister Melinda. Tu auras tout le temps de te mettre en colère et de me passer un savon une fois en sécurité. "

Il entra dans la grotte et s’approcha d’une petite crevasse qu’il avait repéré quelques minutes plus tôt. Avec quelques couvertures, elle serait assez confortable pour qu’on puisse s’y allonger. Il s’approcha de l’endroit et se baissa pour déposer doucement Melinda sur le sol. Sans un mot, il alla chercher des couvertures, ainsi qu’un bol de soupe chaude et de l’eau. Un peu de nourriture ferait du bien à la jeune femme, quelle le veuille ou non. Quand il revint vers elle, il posa le tout, prépara les couvertures tout en se préparant à subir de plein fouet la tempête Melinda.

Spoiler:
 

_________________










Hey:
 

Dragonnet 2.4:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 826
J'ai : 58 ans
Je suis : Maréchal de Serre, Voltigeur de la Griffonne Adamante & Cartographe. Jadis l'on m'a reconnu forgeron brillant à Val Griffon.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Augustus, Empereur d'Ibélène.
Mes autres visages: Tim l'Escampette
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Ven 1 Sep - 20:54

Lorgol • Guerriers



Braham

Coupe-Fin



Chapitre II.5 ♦ la Mort dans les Veines

Présentation



Le 08 septembre 1002

Ah ce qu'il pouvait tout prendre à la lettre le guerrier et ce qu'il pouvait être grossier. 'Nous continuerons à nous battre' avait tonné dans sa tête au sens premier des mots, des corps qui s'affrontent plutôt qu'une lutte pour s'accrocher à la vie. La semeuse de ses mots et la récolteuse de ses remontrances, malgré son état de santé, ne perdit pas un instant pour le lui faire remarquer en repassant sa tête, dans l'agitation que provoquait l'apparition des voltigeurs au loin.

« Ah ! » ne trouva t-il d'autres... syllabes à prononcer sur le moment d'un regard rapide à son attention. Il l'avait prit pour une pure idiote, une fouineuse doublée d'une idiote, oui, mais elle était simplement fouineuse. Et idiote d'avoir usé de sa magie des jours plus tôt, autant que ne l'était sa femme. Il fronça les sourcils, écoutant d'une oreille, sa bouche donnant des instructions à d'autres, ses membres s'activant pour déplacer plus vite quelques gens. Quand elle eu fini, sa tête disparu, il marmonna. « Bah, prochain c'est cbah, dcah et ainsi de suite, je n'peux pas tout savoir, quand on ne sait pas on se tait tonna une voix en lui-même, certains ont dit les mêmes mots que vous et sont à présent debout, pas pour longtemps, à en attirer presque les voltigeurs. Et maintenant on s'excuse. Veuillez accepter mes plus plates excuses ma dame. » marmonna t-il en entendant la quinte de toux, avant de de rouspéter à l'attention de la carriole d'à côté jusqu'à prêter attention à une petite demoiselle qu'il examina plus qu'il ne l'écouta.

Petite. Toute légère. Rousse. Comme les cheveux d'Alysson... pour sûr qu'il ferait des bébés à sa femme quand tout serait terminé ! Mais il n'était pas question de faire des bébés là, la jeunette voulait aider. Sa grosse main s’abattit sur sa tête sans qu'il n'ai vraiment réfléchi à son geste. « Je serais sot de faire des distinctions en matière de combat, j'ai déjà eu mes fesses rossés par une femme, et ce n'était pas son aimée, il retira sa main, regarda au loin les voltigeurs semblables à des mouches dans le ciel pour l'heure, mais j'espère pour tous que nous n'aurons pas à les affronter, nous avons suffisamment prit du retard. » et l'épidémie ne cessait ne nous attendrait pas. « De la famille ? » demanda t-il tout en s'activant et en observant de loin. Sa mère était-elle atteinte ? Son père peut-être ?



HRP:
 

_________________
MEN RULE THE WORLD
© FRIMELDA


Richard #B8860BTybalt #2F4F4FBraham #5A3A25
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
avatar

Messages : 664
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
PNJ
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Ven 1 Sep - 21:16



Tour 3

Intervention du Destin


Le silence se fait, au fond de la grotte. Elle est vaste, le froid vous menace. Peut-être auriez-vous du emporter davantage de couvertures, de vêtements, présents dans les carrioles laissées à l'extérieur et dissimulées afin que l'on ne suive pas votre trace jusqu'à la grotte. Seules les montures, vous ont suivis.

Hélas, il est trop tard ! Vous êtes enfoncés dans la grotte, au loin, pour être sûrs que les Voltigeurs ne puissent pas vous voir, depuis les airs. Les plus téméraires, peut-être, voudront s'approcher de la sortie... à leurs risques et périls.

Le silence règne, hormis les sanglots désespérés des mages qui ont tous perdu le lien avec leur Familier.

|HJ| Sûrement le Destin avait-il fumé, en écrivant sa relance d'intrigue, et comme il n'y a pas de fumée sans feu, il vous a informé que vous pouviez allumer un feu, dans la grotte - en effet, c'est possible ; mais vous risquez d'asphyxier vos personnages. Ceci n'est pas à reproduire chez vous, merci de considérer qu'il n'y a pas de feu. :hihi:


_________________
♦ Je suis le PNJ utilisé par les administratrices. ♦
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 280
J'ai : 37 ans
Je suis : Voleuse - Maitre Stratégie au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Le fils des Ombres
Mes autres visages: /
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Ven 1 Sep - 22:36

8 septembre
Le vide.

C'est comme si quelqu'un avait éteint brusquement la lumière, comme si on avait ouvert violemment une porte et provoqué un courant d'air si froid que rien n'arrive à me réchauffer.

J'ai voulu me rassurer quand les premiers mages ont commencé à perdre le contact avec leur Familier. Mon lien avec Archimède était plus fort, c'était différent. Et d'un coup, ça a été comme un violent coup dans l'estomac. Cette chaleur qui m'alimentait depuis des années, qui me rassérénait, qui m'avait permis de tenir bon a disparu. Il est toujours là évidemment et reste lové contre moi la plupart du temps. Sans bouger ou presque. Je peux entendre son souffle régulier contre mon oreille, je peux sentir son cœur qui bat mais rien d'autre. Je ne sais plus ce qu'il pense, ce qu'il ressent alors, moi non plus je ne ressens plus rien. Comme avant que je le retrouve. Comme quand j'ai décidé de me jeter de cette falaise, avant qu'il ne pose les yeux sur moi.

Et je me rends compte qu'il fallait que ça arrive sur le chemin pour Roc-Epines. Est-ce que tout doit finir là-bas ? Comme cela aurait dû arriver il y a 20 ans déjà ? Est-ce que je vais perdre Archimède pour de bon ? J'essuie une larme que je n'ai pas réussi à retenir à cette pensée mais je me contente d'effleurer doucement son plumage. Il est encore là, encore en vie. Il a sa propre magie non ? Tout  n'est pas perdu. Tout ne peut pas être perdu.

Je ne fais même plus attention à ce qui se passe autour de moi. Aux gens qui s'agitent ou encore aux Voltigeurs qui nous ont suivi. Je me rends à peine compte du trajet que nous effectuons et je me contente de restée dans un chariot, les genoux repliés contre moi, le regard dans le vague. Je cille de temps en temps quand on me donne à manger ou qu'on essaie de voir comment je vais mais, le seul à me tirer une vraie réaction reste encore Merle. Je le vois arriver et j'essaie de lui sourire alors qu'il effleure ma joue et chasse cette larme mais j'en suis incapable. Et je me contente de sangloter, m'appuyant contre lui quelques instants, non sans grelotter à cause du froid. " Ils n'ont pas le droit de nous enlever ça… Qu'ils gardent la magie s'ils veulent, mais pas ça…" Je sais, c'est puéril et terriblement égoïste. Mais jusqu'à aujourd'hui, je n'avais jamais ressenti quelque chose d'aussi fort, cette sensation d'être complète, d'avoir enfin trouvé les pièces du puzzle qui me manquait pour me sentir en vie.

Et quelqu'un a éteint la lumière.

Spoiler:
 

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Savants
avatar

Messages : 46
J'ai : 30 ans
Je suis : Un conteur Itinérant

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Marjolaine du Lierre-Réal
Mes autres visages:
Les Savants
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Sam 2 Sep - 20:40

20 Aout au 7 septembre

Des contes, des histoires, des affabulations. Gabrielle l’avait prié d’occuper les esprits, de faire naitre dans le cœur de tous une graine de magie. De quoi s’échapper, pour un temps, de cette peur sordide qui s’insinuait jusqu’au plus profond des esprits.

Sylvain s’y était appliqué. Inlassablement. Contant le jour durant, lorsqu’il n’aidait pas du mieux qu’il pouvait sur le convoi, griffonnant à la lumière des flammes la nuit tombée. Chaque jour, il relevait le défi de redoubler d’ingéniosité pour ne pas tourner en rond de ses récits, pour insuffler l’espoir, usant de parabole, de chemin détourner pour décrire le renouveau d’une situation désespérée. Mais il sentait autour de lui les forces des uns les quitter, la volonté des autres faiblir. Et la peur, la peur qui s’insinuait partout, rendant poisseux jusqu’au moindre des mouvements du barde, engluant son cœur et ses idées.

Il entendait les mages gémir, pleurer, attendre la mort, le moment où même leur conscience les quitterait. Et lorsque cette idée lui traversait l’esprit, il posait ses yeux sur Gabrielle. Depuis leur échange, il n’avait osé revenir vers elle. Sa présence ravivait chez lui d’anciennes blessures qu’il n’avait jamais vraiment avoué à personne, même pas à lui, ne se risquant à regarder en face les sentiments qui l’animaient. Mais plus les jours passaient, plus la maladie avançait parmi leur rang et plus le conteur pouvait voir son visage se creuser : de peur, de douleur… Ho, comme il aurait voulu l’aider.

Même ses mots n’étaient plus d’aucune utilité. Les regards glissaient sur lui lorsqu’il se mettait à conter, l’ignorant presque, ne lui prêtant pas une oreille. Et au fond lui se disputait un tenace sentiment d’outrage, devant son art ainsi ignoré et une peur, une terreur qui ne faisait que grandir. Car si même lui, Sylvain Belle-Histoire, ne savait plus faire fleurir l’ombre d’un sourire sur ces visages malades, alors la situation semblait désespérée.

Et plus Lagrance approchait plus son cœur penchait vers son frère… mais il se refusait à imager le pire. Ne serait-ce qu’un instant.

Et alors qu’il écrivait au milieu des silhouettes endormies, cherchant ses mots, comment magnifier dans les esprits l’image des alchimistes dans le cœur du convoi, ses yeux se portèrent vers la silhouette allongée de Gabrielle. Qui n’aurait pas remarqué les sanglots réguliers qui agitaient les draps. Qui aurait pu les ignorer. Et se levant, silencieux, meurtri par l’image, par ses larmes muettes, il se glissa vers la belle et, hésitant, posa une main sur son corps allongé. Pressant son épaule il se tut, s’appuyant contre un tonneau, muet. Il n’y avait pas d’histoire assez belle pour la réconforter.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 148
J'ai : 28 ans
Je suis : Princesse héritière de Cibella, mage du Printemps ; baronne du Ru-d'Argent

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Cibella et la Rose Écarlate
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe Martel
Les Mages
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Dim 3 Sep - 2:13

7 septembre

Éreintée, elle n’avait pas pris soin d’essuyer le sang qui maculait ses joues et le bout de son nez. La princesse luttait pour garder les yeux ouverts, pour contempler un peu plus longtemps cette fiole qu’elle aurait tant aimé obtenir, quelques années plus tôt. Elle semblait se dédoubler légèrement, sous l’effort. Si seulement elle avait portaillé dès le début de cette pandémie afin de rejoindre rapidement Roc-Épine... Si elle avait usé de ses forces, une petite semaine plus tôt, pour se téléporter jusqu’à eux, afin de les aviser que la totalité du convoi était atteint... Si… ...si….

Elle allait sombrer, Gabrielle, à bout de force, lorsqu’une main sur son épaule la fit tressaillir en dépit de la douceur avec laquelle elle s’était posée sur elle. Rêvait-elle? Elle n’en était pas certaine, elle ne l’aurait pas juré. La douleur à sa tempe était toujours présente, tenace et lancinante, preuve irréfutable qu’aucun rêve ne la berçait encore. Il lui fallu quelques longues secondes avant de comprendre qu’on l’avait probablement entendu pleurer et qu’on désirait la réconforter. Oh… Elle n’était pas certaine, Gabrielle, de qui osait ainsi la toucher, mais il n’y avait que bien peu de possibilités. Ils étaient peu nombreux à la connaître suffisamment, et encore moins nombreux à avoir le courage de le faire. Alors elle se risqua à saisir cette main, s’attendant à sentir les doigts calleux de Braham sous sa peau.

….

Réveillée tout à fait, la princesse enserra la main du mystérieux inconnu entre ses doigts et l’attira tout contre sa joue brûlante. Le sang, encore poisseux, se mêlait à leurs doigts liés, comme une preuve indéniable de ce rapprochement clandestin et secret. Elle fixait devant elle sans bouger, feintant un sommeil qui ne viendrait plus, désormais. Demain… Demain, elle feindrait avoir dormi. Elle éviterait son regard. Elle ferait celle qui ne l’a jamais touché. Celle qui n’a pas la main blanche tacheté de sang. Demain était loin. Ce soir, elle avait encore besoin d’un peu de chaleur.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 2401
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheuse du dragon Mirage dans le Vol de Lagrance

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Duc de Lagrance, Denys du Lierre-Réal, et aux Chevaucheurs
Mes autres visages: Liam d'Outrevent
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Dim 3 Sep - 8:01

C’était aussi beau que terrible. Je ne m’attendais pas à ce que Thomas me confie son intention de demander Cassie en mariage. Je souris tristement, prête à le prendre dans mes bras, avant de réaliser qu’il ne l’accepterait sans doute pas. Je me contente d’une main posée sur son épaule, en soutien muet. « Il ne faut pas perdre espoir. Tout n’est pas encore terminé. »

Les jours qui suivent nous montrent ce que l’humanité est capable, de pire ou de meilleur, quand la mort avance son couperet au-dessus de nos têtes. Certains trouvent encore la force de se disputer, se réfugient dans la colère. D’autres se contentent du déni, ou d’un mutisme effrayant. Et… Des contes s’élèvent, comme une lueur d’espoir. Je reste recroquevillée au fond du chariot, à économiser mes forces, Vesper serré contre moi. Ca ne va pas mieux, loin de là, mais nous avançons vite comme le promettaient les Epines. Mirage me manque.

Et comme une prière muette formulée, c’est une ombre verte que je vois survoler le convoi quand je rouvre les yeux. « Mirage… ! » Je me demande si c’en est un, réellement, et si la fièvre a fini par avoir raison de moi… Mais le dragon d’Emeraude descend à notre hauteur, et ce vent puissant soulevé par ses ailes me rafraîchit assez les idées. Non, c’est bien réel. Mirage est parmi nous. Après presque une semaine écoulée, il a fini par nous retrouver.

Je ne peux pas retenir mes larmes, à bondir hors du convoi pour serrer ce museau froid et écailleux contre moi. « Tu m’as tellement manqué… Comment tu nous as retrouvés ? » Il ne me répond pas, à ancrer ce regard reptilien en le mien, comme une nouvelle connexion, mais muette. Il a dû nous chercher longtemps. Lagrance ne fait plus si loin à vol de dragon maintenant.

Il ne reste pas, l’Emeraude. Je le vois en ombre silencieuse au-dessus de nous, avant de totalement disparaître quand… D’autres se révèlent à l’horizon. Mon cœur fait un bond, et je crains pour sa vie autant que pour la nôtre désormais. Nous sommes obligés de fuir, nous réfugier dans une caverne… Et j’enrage. Ces Voltigeurs nous retardent. Certains vont mourir de la maladie, si nous prenons du retard. Et bientôt, c’est une mage qui s’effondre, inconsciente, une autre dont les sanglots déchirants nous annoncent que le lien peut aussi se rompre avec les Familiers.

Non… Non ! Ne me laisse pas toi aussi… Vesper… ! Il est si faible, dans mes bras tremblants. Je sens sa patte griffue contre ma joue, son regard d’obsidienne sur moi. C’en est trop que je puisse supporter.

Je dépose Vesper pour attraper ma lame et mon bouclier. Je n’ai peut-être plus la force d’user de ma magie, mais la guerrière que je suis ne se rendra pas sans se battre. Les premières lueurs percent à peine quand je me rue au dehors. Qu’ils viennent, ces maudits… Ils ne m’auront pas, ni Mirage !

Spoiler:
 

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 554
J'ai : 16 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'Audacia
Mes autres visages:
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Dim 3 Sep - 8:53

Lou les entend tous gémir, les voit tous aller au fond de la grotte sa sœur la première pour se protéger ; elle en voit même certains malgré la maladie s'emparer de leurs armes mais jusqu'à quel point seront-ils capable de se défendre. C'est cela qui l'a motivé à se rapprocher d'un des guerriers qui s'était adressé à une mage quelques minutes auparavant. Elle n'écoute que son envie de se battre de montrer que les pirates aussi savent se battre ; elle a adressé un regard  à Lena, elle même qui a secoué la tête en lui disant que cela était une mauvaise idée mais sa petite sœur sait très bien que quand Lou a une idée en tête, elle ne l'a pas ailleurs.

Quand l'homme lui adresse la parole elle sourit, soupire et répond simplement « ma sœur, elle est là bas ; mes p'rents sont restés à Lorgol » elle va pas lui dire qu'elle est pirate en plus... certains s'en chargeront pour elle à moins qu'ils ne ferment les yeux sur la volonté de la jeune Lou d'aider.

Ils sont à la limite de la sortie se dissimulant comme ils peuvent des voltigeurs surplombant la grotte et secoue la tête « j'crois qu'ils sont déterminés malheureusement pour eux » et elle voit les mages grelottants « on est p'tet leur seule chance, l'feu va les étouffer ; d'nez moi une arme s'il vous plait et j'combattrai à vos côtés » et elle se tourne vers l'homme « pour vo't femme, pour ma sœur, pour eux, j'veux les aider et j'crois qu'il est temps qu'lon sorte et qu'on affronte notre destin ».

Elle a parlé un peu fort au milieu des guerriers, manifestant peut être oralement les pensées des chevaucheurs les plus émérites mais elle Lou, elle est jeune et elle ne supportera pas de rien faire alors elle propose à eux de disposer, les adultes, les guerriers, les épines et désignant du doigt les ombres du ciel « il f'dra qu'ils me passent sur le corps s'ils veulent rentrer ici.. »

spoiler:
 

_________________







DarkGreen- Dialogues


Dernière édition par Lou-Ann Jedidiah le Dim 3 Sep - 13:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 826
J'ai : 58 ans
Je suis : Maréchal de Serre, Voltigeur de la Griffonne Adamante & Cartographe. Jadis l'on m'a reconnu forgeron brillant à Val Griffon.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Augustus, Empereur d'Ibélène.
Mes autres visages: Tim l'Escampette
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Dim 3 Sep - 13:15

Lorgol • Guerriers



Braham

Coupe-Fin



Chapitre II.5 ♦ la Mort dans les Veines

Présentation



Les excuses passent et les carrioles disparaissent progressivement, délaissées plus en arrière tandis que les malades sont amenés à se cacher dans une cavité. C'est tout en portant une jeune femme atteinte dans ses bras qu'il se dirige vers la grotte en écoutant la jeune. Sœur atteinte, parents à Lorgol, il poursuit même si au fond de lui quelque chose lui indique que la frimousse de la petite dame lui est loin d'être inconnu, il laisse l'interrogatoire de côté, pas le temps pour ça. Pas là pour ça. D'un mouvement de tête il l'encourage simplement à faire comme d'autres : aider les malades à se mettre à l'abri.

Dans la grotte il observe avant d'aller baiser le front de sa moitié glacée, il refoule les larmes de lui monter aux yeux, se disant que tout ira pour le mieux une fois que... les voltigeurs seront partis. Ils partiront. Son regard tombe ensuite sur Gabrielle et il se mord la lèvre, elle aussi... elle aussi. Il regarde encore autour, sentiment d'inutilité frappant au fond, ferme les yeux puis secoue la tête. Non, va t'en la fatalité !

A l'entrée avec d'autres non mage, il observe discrètement au loin les voltigeurs, ils ont pour eux la foret pour les couvrir, mais n'en faudrait de pas grand chose pour qu'ils soient repérés. Il prie les dieux qu'ils s'en aillent dans les minutes ou l'heure qui va suivre. Et malgré les mises en garde, malgré l'appel des épines les plus sages à rester au calme, cela ne suffit pas.

Une femme se rue hors de la grotte arme à la main. Puis la voix de la rouquine me parvint. Se rend-t-elle compte de ce qu'elle dit ? Se rend-t-elle compte que si les non-mages trépassent là, les mages pourriront dans cette grotte ? Se rend-t-elle compte que malgré sa détermination elle ne fera pas long feu face à un homme d’expérience et à son griffon ? Se rend-t-elle compte que les chevaucheurs dont elle anime le feu, ne sont presque plus que de la chair à canon pour les autres ?!Se rend-t-elle seulement compte qu'il se retient en tant qu'époux, mais pense avant tout à la protection de tous ? Sa femme le voudrait ! Est-ce que la sœur de la rouquine supporterait de la voir mettre sa vie en jeu ? Non.

Trop tard pourtant. Les appels au calme sont minoritaires et c'est une petite troupe qui se montre au-dehors. Il voit un guerrier tendre une arme à la petite et sent la rage lui monter aux joues. Il voit Adonis, affaibli, se joindre également alors qu'il n'a aucune expérience et est affaibli. Du suicide. Pas le temps de l’arrêter, il est déjà dehors. Il suit. Si seulement la voix de Gabrielle pouvait encore se faire entendre pour apaiser. Si seulement.



HRP:
 

_________________
MEN RULE THE WORLD
© FRIMELDA


Richard #B8860BTybalt #2F4F4FBraham #5A3A25
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 148
J'ai : 28 ans
Je suis : Princesse héritière de Cibella, mage du Printemps ; baronne du Ru-d'Argent

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Cibella et la Rose Écarlate
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe Martel
Les Mages
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Dim 3 Sep - 14:40

9 septembre

- Braham…

Elle avait appelé faiblement son vieil ami, lorsqu’elle prit conscience que certains membres du convoi, des mages affaiblis et quelques guerriers, se dressèrent contre la menace qui les avait repoussé dans les confins d’une grotte lugubre et plus froide que la mort. Elle les entendait argumenter, ici et là, tout comme elle entendait une adolescente proférer des menaces à l'encontre de potentiels agresseurs. C’était la guerre, là, dehors, et si elle avait été soigneusement épargnée au coeur de Cibella, Gabrielle n’en demeurait pas moins lucide. Erebor avait été touché par le feu des dragons; le convoi représentait une menace, de s’approcher aussi près. Ils n'avaient aucune chance.

- Braham.

Lorsqu’elle s’était redressée, la Cibellane avait empoigné le premier bâton à sa disposition afin d’y prendre appui. Il était noueux et écorchait un peu ses mains, mais il semblait adapté à sa petite taille. Il ne lui fallut pas longtemps pour repérer la vieille Épine un peu bourrue qu’était Braham Coupe-Fin, mais un peu plus pour le rejoindre de son pas mal assuré. On lui avait interdit de marcher, Gabrielle le savait bien. Ainsi, elle ne fut pas surprise de sentir des mains se refermer sur ses épaules pour la soutenir.

- Tu devrais… Tu devrais les faire ratrapper, leur dire que tu as un plan. C’est l’angoisse et la peur de la maladie qui les.. Qui les poussent à vouloir affronter la mort. Dis leur, Braham, que tu as un plan. Que nous resterons ici le temps qu’il faudra, mais que nous pourrions.. Nous pourrions envoyer régulièrement des éclaireurs pour valider notre position..?

Le monde tangua légèrement, et la princesse ferma les yeux pour retrouver son équilibre. Elle perdit le fil de son idée et dut se concentrer quelques interminables instants avant de reprendre, les sourcils froncés par la détermination. Des éclaireurs. Ils avaient dû y songer, et bien avant elle. Si Gabrielle savait administrer ses terres, si elle savait faire la révérence avec plus de délicatesse qu’une fleur lagrane, il fallait bien avouer que les affaires de la guerre lui échappaient tout à fait.

- Ou alors, envoyons une épine et un cheval, seule, pour alerter Roc-Épine de notre situation. Nous aurons besoin de l’abeille, si le convoi se remet en route. Peut-être arrivera-t-elle après nous? Mais nous aurons tenté. Fais-les rêver..

Ses idées étaient aussi faibles et maladives qu’elle. Un soupir fin s’échappa d’entre ses lèvres, trahissant toute l’impuissance de la princesse. Ils étaient traqués, ils étaient malades et mourants. Il ne leur restait plus qu’à tisser quelques jolis rêves pour faire naître un peu d’espoir, même si leur situation était déplorable.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 868
J'ai : 28 ans
Je suis : Chevaucheur de la dragonne Étincelle
Mage Destructeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : L'impératrice, la Maréchale de Flamme et Tristan d'Amar
Mes autres visages: Melsant de Séverac & Gustave de Séverac
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Dim 3 Sep - 18:03

Les jours passaient. La disparition d’Étincelle dans son esprit laissait un vide immense. Il n'avait pas eu conscience qu'il tirait beaucoup de sa force de la dragonne au caractère flamboyant. Son courage aussi. Et coincé dans cette foutue carriole, avec ses forces qui s'amenuisaient, ces nausées qui lui coupaient tout appétit, il broyait du noir, de plus en plus profondément et fréquemment. Il détestait être si totalement... vulnérable. Cela lui rappelait avec trop de précision des souvenirs d'un autre temps, quand il était enfant, faible, sans défenses, soumis à la vindicte paternelle, persuadé que personne ne voulait de lui. Il n'avait plus de force physique désormais. Et sa magie... Chercher à s'en servir ne faisait qu'aggraver les choses. S'ils étaient attaqués, ils seraient tués. Cette impuissance le rendait fou.

Ils mourraient...

Et les éléments cherchaient à les précipiter vers le trépas alors qu'un éboulement les obligeait à faire un détour. Comme s'ils savaient du temps à perdre... Et comme Thomas y avait songé, comme beaucoup y avaient pensé, ils furent finalement repérés. Ils durent se mettre à l'abri, pour échapper aux Voltigeurs, dans une caverne.

Ce qui le fit basculer, ce fut la disparition de Sereine dans son esprit. Brutalement. Il poussa un gémissement de désespoir et se recroquevilla, ramenant ses genoux vers lui et masquant son visage. Accablé, anéanti. L'animal, alarmé, affolé, cherchait le contact de son mage mais... ils ne pouvaient plus communiquer. Il ne pouvait qu'entourer son cou de ses bras et enfouir son visage dans sa fourrure. La solitude était écrasante. Et autour de lui, c'était le même désespoir. Et pourtant... Pourtant, il redressa la tête. Peut-être était-ce à cause de la fièvre... A cause du chagrin... Quoiqu'il en soit, il prit une décision folle.

Partir.

Sortir d'ici, de ce piège à rats, retrouver Cassie. Il n'y avait plus la voix sage de son Familier pour le tempérer et le raisonner. Affaibli, mais déterminé, il s'éloigna, trébuchant, rampant. Loin des autres malades qui se résignaient. Cassie... il devait la revoir, absolument. Une obsession. Et soudain, il se figea, en entendant une voix féminine. Il jeta un regard brillant de fièvre, un peu fou, mais déterminé.

« J'ai pas l'intention de crever comme un rat dans son trou. »

Il n'avait pas besoin d'elle... Et voilà que Mélodie approchait aussi. Il se ferma comme une huître.

« Les sanglots des autres n'est pas favorable aux repos, j'ai besoin d'un peu de distance. Il y a plus mal en point que nous, ils ont davantage besoin de tes conseils et de ton assistance. »

Déjà, les plus valides se ruent vers la sortir pour en découdre... Il pourrait partir vers le fond de la caverne, essayer de trouver une autre sortie, les autres sont bien trop occupés... ou faibles, pour faire attention à lui.

Spoiler:
 

_________________
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey —
Lion's tears
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 80
J'ai : 26 ans
Je suis : Roturier d'Ansemer - Chevaucheur Emeraude - Mage de Printemps doté du don d'entrave

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Rackham l'Îlien, capitaine du Vol d'Ansemer.
Mes autres visages: /
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Dim 3 Sep - 21:20

Le malaise vagal n’a pas arrangé mon état, mais alors que je me relève avec l’aide d’Ayana qui s’agace contre l’adolescente que j’ai aplati au sol, je fais un geste las de la main.

« Ce n’est rien Aya » lui dis-je tout simplement. J’ai terriblement soif. Mes jambes flageolent alors que je me tiens debout. Elle a parlé de savant qui pourrait m’aider. Malheureusement, personne ne peut m’aider, personne ne sait nous aider. Nous ne serions pas là sinon. Mais je laisse Ayana garder cet espoir.  Je la laisse prendre soin de moi.

Finalement, le savant qu’elle ramène m’ordonner de manger et de boire car je présente les symptômes évidents de déshydratation.  Lorsqu’il part, je dépose un baiser sur la joue d’Ayana en signe de remerciement. De toute façon, nous ne pouvons pas plus nous contaminer. Et puis je prends sa main pour lui donner du courage à elle et à moi également.

8 septembre.

Les voltigeurs. Il fallait s’en douter. Je ne sais pas comment nous allons faire. Par réflexe, j’appelle mentalement Rêveuse, mais rien. Le lien est rompu depuis un moment maintenant.  Il a aussi fini par s’estomper avec mon familier. Je me sens encore plus seul que d’habitude si cela est possible.
Nous nous sommes tous réfugiés dans une grotte. J’ai aidé certains à camoufler les carrioles. J’ai peur que nous devions rester longtemps ou que nous devions nous battre mais comment faire vu notre état de santé. Aucun chevaucheur n’est d’attaque. D’ailleurs, je vois Maelys qui se munie de son bouclier. Non ! Il est hors de question de la laisser se mettre en danger.

Je me lève de manière rapide (enfin aussi rapide que l’on peut l’être alors que l’on est harrassé par la fièvre, les courbatures et parfois même les hallucinations) et je me dirige vers elle, lui attrapant le bras pour la retenir.

« Non Maelys ! Ne fais pas ça ! S’il te plaît ! Au premier pas dehors tu risques d’être tuée ! »
Une larme roule sur ma joue, moulinée de tristesse, de peur et de douleur.

« Si tu veux te battre, faisons le de manière réfléchie Mae !S’il te plaît ! J’en appelle à ton bon sens …»

Résumé:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 150
J'ai : 47 ans
Je suis : Voleur - Maître du Charme au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Fils de l'Ombre
Mes autres visages: /
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Dim 3 Sep - 21:32

8 septembre
De mal en pis. On aurait pu s’en douter, mais pas à ce point, certainement pas à ce point. Je n’allais pas prétendre que j’étais triste pour cette femme, je ne la connaissais pas. Mais je connais suffisamment de malades pour que l’inquiétude croisse et m’empêche de réellement dormir. D’autant plus qu’après les dragons, c’est au tour des Familiers d’être… coupés des mages, ou inversement. L’un après l’autre, tous se mettent à sangloter et à s’horrifier en se rendant compte de leur perte. Le pire restant que nous, accompagnants, gardes-malades ou autres, ne pouvons rien faire. Les écouter et les rassurer ne fonctionnent plus réellement, d’autant plus que les symptômes s’accumulent et s’aggravent, d’autant plus que les premières victimes succombent. Et comment les convaincre que tout va s’arranger quand nous-mêmes commençons à en douter ?
Et il ne manquait plus que ça. Des voltigeurs… ne peuvent-ils pas arrêter leurs stupidités quelques instants ? Il ne faut pourtant pas être sot ou aveugle pour remarquer que c’est un convoi de blessés… N’ont-ils aucun sens de l’honneur ? Cela ne devrait pas m’étonner, mais c’est pourtant le cas. Et si je tente de sortir, aurais-je seulement le temps d’ouvrir la bouche pour parlementer ou serais-je une cible vivante toute désignée ?
Et puis… Je l’avise non loin et m’arrête. Elle a l’air perdu et… Forcément, il fallait bien que cela lui arrive n’est-ce pas ? Je ne vois pas Archimède, mais il doit toujours être niché dans ses cheveux malgré tout, enfin, je suppose. A défaut de pouvoir aider les autres, mêmes ceux que je connais bien, peut-être qu’elle… Je la dévisage et ma main frôle sa joue, essuyant une larme avec douceur. Je m’assoie à côté d’elle, et je ne réfléchis pas en la sentant poser sa tête contre moi, passant une main dans son dos, la berçant lentement sans rien dire alors qu’elle sanglote.
Je soupire et m’éloigne un peu, le temps d’attraper une couverture et de la placer sur ses épaules, avant de la reprendre contre moi.

« Toujours là il est, il restera. Et promis de t’aider je t’ai. Même si mal parti ça a l’air, que nous y arriverons je t’assure. Te calmer tu dois, besoin de toi j’ai. Vraiment. » Je passe une main sous ses cheveux, espérant qu’Archimède ne tente pas de me manger. Il me picore la main, mais sans conviction, et je l’aperçois, pauvre petite chose qui a l’air aussi malheureuse que sa moitié. Je passe doucement ma main sur sa tête. « Cette attitude ne te ressemble pas. La peur est le chemin vers le côté obscur : la peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine mène à la souffrance. Vous battre vous devez. Ne pas te laisser aller tu dois. De force tu as besoin. Aie confiance. D’accord ? »

Je lui souris et inspire lentement. Tout ira bien. Mais pour que ça aille, il ne faut pas qu’elle se laisse aller…
 

Spoiler:
 

_________________


Tous les enfants ont du génie, le tout est de le faire apparaître
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Gueux
avatar

Messages : 1307
J'ai : 23 ans
Je suis : Apicultrice

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent
Mes autres visages: /
Les Gueux
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Lun 4 Sep - 12:31

Le 8 septembre

Je ne touchai pas le sol, mais le choc n’en fut pas moins douloureux. Physiquement, j'étais indemne, grâce à Serenus. Mais c’était une véritable fêlure dans l’illusion de femme forte que j’avais tâché de tisser autour de moi. J’étais sur le point de remercier le guerrier à contrecœur, du bout des lèvres, un simple « merci » qui me demandait la force d’âme d’un géant et le courage de piétiner ma fierté. Néanmoins, avant que j’aie pu prononcer le moindre mot, Serenus se permit de me soulever du sol. Lorsque je compris ce qu'il tentait de faire, il était déjà trop tard pour fuir.

— Qu’est-ce que… Non ! Lâche-moi ! Je peux le faire tout seule ! protestai-je en me débattant pour échapper à sa prise.

Mais le guerrier était trop fort pour moi. Déjà dans mon état normal, j’aurais eu du mal à lui résister. Malade comme je l’étais, je ne pouvais rien faire, rien. Et pour couper court à toute protestation, pour m’enlever mon dernier secours, Serenus m’assena une remarque d’une justesse indiscutable. J’étais trop faible. Nous devions nous mettre en sécurité. Le reste viendrait après. Je ravalai mes mots, je ravalai mes larmes de rage. Les mots du guerrier cachaient une de ces vérités qui frappaient comme des lames, douloureusement aiguisées d’honnêteté. La maladie m’enlevait le droit de protester. Elle m’enlevait le droit de faire les choses par moi-même. Elle déchirait ma fierté et n’en laissait que des lambeaux. Elle me forçait à accepter de l’aide, quand bien même ladite aide était humiliante. Et j'étais totalement impuissante, contre la maladie elle-même.

Dans un état second, je regardai Serenus m’installer dans la grotte, m’apporter nourriture, couverture et eau. Je n’y prêtai pas grande attention. J’étais un poids. Un fardeau. Une chose faible et inutile. Le guerrier me l’avait bien fait comprendre. Maintenant, je n’avais plus qu’à attendre que cette maladie passe. Ou qu’elle me tue. Jusque-là, la meilleure chose que j’avais à faire était de laisser faire. Je gardai le silence, le regard perdu dans le vague, adossée à la paroi de la grotte. Je n'eus pas un seul reproche à l'égard du guerrier.

Il faisait froid. L’air était chargé de peur, d’inquiétude, et d’un courage bravache. Moi, je me laissais sombrer dans un désespoir morose. La maladie avait offert aux autres le droit d'outrepasser mes préférences. Et si mes mots étaient comme autant de flèches lancées dans le vide, si ma langue n’était plus capable d’atteindre sa cible, alors qui étais-je ? Et à quoi ça servirait, de poursuivre ma route, s’il suffisait d’une stupide épidémie pour me remettre en question mon identité même ? En fallait-il si peu pour ébranler les fondations de mon être ?

Spoiler:
 

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 826
J'ai : 58 ans
Je suis : Maréchal de Serre, Voltigeur de la Griffonne Adamante & Cartographe. Jadis l'on m'a reconnu forgeron brillant à Val Griffon.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Augustus, Empereur d'Ibélène.
Mes autres visages: Tim l'Escampette
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Lun 4 Sep - 13:37

Lorgol • Guerriers



Braham

Coupe-Fin



Chapitre II.5 ♦ la Mort dans les Veines

Présentation



Il l'avait fait se lever, Gabrielle, déjà si affaiblie qu'il aida bien à rester debout. Il l'avait fait user de ses forces alors qu'elle en était déjà bien à court. Oh qu'il avait honte ! Qu'il avait honte d'être dépassé ! Mais pouvait-on le lui reprocher vraiment ? Il n'était pas seul et sa femme ne répondait plus, il était le premier à savoir qu'il la perdrait en restant plus longtemps. Il avait envie de sortir autant qu'il avait envie de retenir. Écoutant la sage princesse, la douce princesse, il hocha la tête en se mordant la lèvre avant de ne la confier doucement à l'homme qu'il avait vu plus tôt auprès d'elle. Le conteur. Elle avait besoin de lui, lui disait ses sens. Autant qu'il avait besoin de garder la tête froide pour Alysson.

« Merci Gabrielle. »

Se retournant, il fut soulagé de voir que quelques personnes tentaient de ramener une jeune femme à la raison, lui, rattrapa le jeune Adonis par le col avant de s'entretenir avec les quelques guerriers et volontaires présents. S'ils sortaient tous maintenant, ils seraient repérés et la Fatalité seule les attendraient, ils compteraient davantage de blessés et une menace de plus. Il mentionna bien les éclaireurs, mais cela ne suffisait pas pour autant apaiser, aussi proposa t-il que les non-mages les plus discrets, ceux qui pourraient filer à travers le décor sans être vu, s'en aille chercher quelques couvertures de plus. Moins de risques d'attirer les regards qu'un groupe de gros balourds armés qui grognent. Y aurait-il eu des voleurs dans le convoi qu'ils auraient été plus que les bienvenues.

'Pas assez' marmonna quelqu'un qu'il rattrapa avant de n'indiquer dans un dernier effort qui lui coûta cher d'avouer. « Un jour. Attendons encore un jour. Ils ne pourront rester davantage... eux aussi doivent se reposer. » Et Il aurait bien demandé sur le coup à sa petite connaissance voltigeuse des informations sur les griffons, sauf qu'elle n'était pas là et qu'il s'était bien gardé de la tenir au courant, pour leurs biens à tous les deux.



HRP:
 

_________________
MEN RULE THE WORLD
© FRIMELDA


Richard #B8860BTybalt #2F4F4FBraham #5A3A25
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Savants • Admin
avatar

Messages : 574
J'ai : 17 ans
Je suis : Etudiante en Astronomie spécialisée dans l'étude des constellations

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : ma famille, Liam d'Outrevent
Mes autres visages: Tristan d'Amar, Grâce de Sombregemme, Meldred Vif-Ressac
Les Savants • Admin
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Mer 6 Sep - 0:07

27 août

Toute aide sera la bienvenue ? Il se moquait d’elle ? Elle se sentait froissée, dans son orgueil, la jeune femme, de cette remarque désinvolte, presque entendue. Comme si elle ne l’était pas, entendue. Elle grimaça, et la balaya bien vite, songeant à sa sœur malade, et au fait que ça n’était pas le moment de s’offusquer de cela. Elle ne voulait pas créer de conflit supplémentaire, dans une atmosphère déjà sur des charbons ardents. Fort heureusement, la princesse, la belle princesse, l’écouta davantage. Ne la prit pas pour une enfant inutile, incapable de faire quoi que ce soit. Elle sourit doucement, acquiesçant.

« Je ferai de mon mieux, pour les y aider. Pour rassembler le plus de lettres possibles, et pour trouver un oiseau afin de les amener à leurs destinataires. Je vous remercie, ma dame, de m’avoir écoutée. Voudriez-vous que j’écrire quelques lignes à votre famille de votre part ? Rien de… sensible ou privé, je me doute, mais simplement de quoi les informer de votre état. Je saurai être prudente, et ne pas trop en dire. Je m’inquiète grandement pour ma sœur, et j’ai envoyé quelques comptes rendus à mes parents, réaliste mais pas trop alarmants… » Elle se tut un instant, hésitant. « Pourriez-vous, princesse, converser avec ma sœur, si l’occasion se présente ? Elle… elle vous admire beaucoup, et elle en serait si enchantée. Si heureuse, d’enfin parler à une princesse. Je, je comprendrais que vous ayez autre chose à faire, mais je vous en serai très reconnaissante. » Oui, plus que reconnaissante, même.

Elle lui sourit, prenant dans une impulsion sa main dans la sienne et la serrant, quand elle lui affirma qu’elle parlerait d’elle à qui pourrait décider… Avant de grimacer, lorsqu’elle lui avoua à demi-mots que les pièces n’étaient pas préservées. « Alors je vous fais le serment de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour que nous arrivions à Roc-Épine, et que nous délivrions le remède dans tout Arven. Si je pouvais chevaucher le dragon de ma sœur pour m’y rendre et accélérer tout cela, je le ferai… Mais il n’est pas ici. »

Son serment, elle le faisait aux yeux de Levor. Ce n’était pas des paroles en l’air.

8-9 septembre

Le temps était passé bien vite, bien trop vite. Elle mourrait d’inquiétude pour Aurore. Elle craignait à chaque jour qui passait de la perdre, et était sûrement pâle comme un linge. Si elle avait été mage, elle aurait craint pour sa santé. Mais elle avait d’autres sources d’inquiétude. L’attroupement qui se créait, à l’entrée de la grotte. Ils allaient tous les faire repérer, et probablement tous les faire tuer.

« Arrêtez. Arrêtez-vous tout de suite. Si vous allez vous battre, si vous mettez un orteil dehors, en groupe aussi… grand, aussi peu discret, vous allez tous nous faire tuer, être repérés. On ne pourra pas fuir avec les malades. Ne sortez pas ainsi, pas tous d’un coup… »

Spoiler:
 

_________________
On dit des Lunes qu’elles reflètent la lumière du Soleil. Mais je sais, moi, qu’elles reflètent celle des Étoiles.


Paroles : steelblue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 143
J'ai : 29 ans
Je suis : Mage de l'automne et Chevaucheuse dans le Vol d'Outrevent

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Liam d'Outrevent mon duc, à la maréchale de flamme et à Lionel de Rivepierre mon capitaine
Mes autres visages: /
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois   Mer 6 Sep - 9:58

« Parce que tu t'imagines que j'ai envie de crever ici ? Si c'est le cas tu te goures. » Pas que je sois foncièrement aimable d'origine, mais avec la fièvre, Lucas pas en forme et la perte de mon familier plus de Foudre, je crois que je vais probablement dépasser les bornes quoi qu'il se passe. « Tu mens tellement mal Thomas que s'en est presque marrant. » Pas de tact, je le sais, pourtant, je me suis amélioré avec le temps et si je suis ici, ce n'est certainement pas pour le lâcher parce que Monsieur se dit qu'il pourra facilement se barrer puisque tout le monde est faible et regarde ailleurs, pas vrai ? Enfin c'est ce que j'aurais choisi perso, au fond, personne ne fait attention à nous. « Laisse tomber tout ce que tu as dans la tête et réfléchis un peu Thomas. Au conséquence que cela aura. On est pas réellement amis, mais je refuse de te voir te suicider en tentant de partir, juste parce que tu penses qu'on va tous mourir ici. » Certes, je n'ai pas de grand espoir non plus au fond. Les pertes successives, les autres qui vont de plus en plus mal. Sans parler de celle dans le coma et ceux qui sont couché. Franchement qu'est-ce qui pourrait être pire ? Ah oui, nous faire tuer comme des idiots parce que l'un de nous a décidé qu'il serait bon de s'en aller. « Regarde la vérité en face Thomas. On est loin de tout, l'abeille nous a fait voyager plus vite. Qu'est-ce que tu espères ? Arriver à une destination particulière avant de mourir ? Tenter une sortie au petit bonheur la chance, en espérant que ces fourbes de Voltigeur ne te tombe pas dessus et ne t'abatte pas juste pour être certains de gagner cette saloperie de guerre ? Notre seul espoir c'est de continuer, pas de nous disperser ou alors de laisser tomber les autres. » Après tout, chacun d'eux à besoin de nous. Chaque personne ici présente et si... « Tu sais, Foudre et Bandit me manque plus que tout. Je ne pensais pas que ce serait si douloureux, mais j'ai l'impression d'avoir perdu une partie de mon âme, une partie de ma conscience, une part de moi essentiel à ma survie. Et tu sais quoi, j'ai envie de la retrouver, j'ai envie d'aller mieux pour de nouveau les entendre tous les deux, même si c'est pour se chamailler, je veux de nouveau les entendre. » Une larme coule le long de ma joue. Ce n'est pas mon genre de pleurer, pourtant là, les pertes sont trop importantes et le masque parfait se craquelle pour révéler la fatigue, autant moral que physique. « J'ai envie de tout ça pour retrouver les miens. T'en aller ne résoudra pas le problème. Mais ensemble nous pouvons y arriver. Ensemble Thomas, nous allons y arriver. » C'est un mantra d'espoir que je récite et j'espère qu'il comprendra.

Spoiler:
 

_________________




Ayana #006699 | Foudre #ff6633 | Bandit #006666
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Intrigue 2.5 ♦ La Mort dans les Veines ♦ Faës & Lorgois
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Puisque dans nos veines coule le même sang [Pv Sophie Atlan]
» « Quelqu’un a dit un jour que la mort n’est pas la pire chose dans la vie : le pire, c’est ce qui meurt en nous quand on vit. »
» Haïti/Rép.Dominicaine : Retour sur le colloque « Sang, Sucre
» Hédi Anabi, patron de la Minustha serait-il mort dans les décombres à Montana?
» 1- Descriptif complet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Faërie :: Lagrance-
Sauter vers: