AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Leste main sur haute cambriole

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
PNJ • Admin
avatar

Messages : 951
J'ai : un âge au dessus de toute raison.
PNJ • Admin
Message Sujet: Leste main sur haute cambriole   Ven 6 Oct - 22:54




Chroniques d'Arven

Leste main sur haute cambriole

Les Voleurs sont de sortie


Une idée originale de Naolith



Le Jour des Anciens !
Festival traditionnel à l’Académie, il voit s’en ouvrir les portes chaque année, pour les anciens diplômés venus exhiber les trophées de leur carrière et se vanter de leur réussite.
Résolument fermé à tous ceux qui ne possèdent pas de diplôme, c’est néanmoins l’occasion rêvée pour une tentative d’infiltration – c’est du moins ce que s’est dit lors de la dernière édition le très rusé Second des Ombres, Tyr Parle-d’Or. Après avoir obtenu l’aval du Fils des Ombres et du Conseil, il a passé un an à planifier toute l’expédition…

Et voici venu le jour des opérations.

Nous sommes le 26 novembre 1002, le Jour des Anciens s’ouvrira demain – mais dès aujourd’hui, des caravanes entières de marchands investissent l’étage des commerces pour s’installer et tenter d’obtenir le meilleur emplacement, débordant jusque dans le hall pour attirer le chaland.
Le plan est simple – entrer parmi le flot, et fausser compagnie aux commerçants à la première occasion.
L’endroit visé ? La Galerie des Reliques, au quarante-septième étage de la Tour Sud ; là où sont exposés précieux artefacts et héritages onéreux…

Pour l’occasion, Tyr Parle-d’Or a convié à le suivre la belle Tara Mille-Visages dont la magie la rend facilement inaperçue ; la jolie Mélodie Douxvelours dont les talents d’effraction sont renommés ; le sagace Merle Consent dont l’aplomb culotté vient à bout de toutes les objections ; son ancienne apprentie Mélusine de Sylvamir prompte à enjôler, et sa jeune apprentie Agathe Martel avide de faire ses preuves ; et Hiémain de Sylvamir, dont le calme proverbial saura canaliser le groupe.

Sept fils et filles des Miracles, pour s’en aller dévaliser la place forte de l’enseignement depuis plus de mille ans…
Qu’Isil vous accompagne, enfants des Ombres !





Sujet groupé

Consignes



♦️ Ce sujet est sous la tutelle du Destin, qui vous surveillera de loin ; mais c'est Tyr qui mène la danse ! Soyez sages, et amusez-vous. NE BRÛLEZ RIEN. :hihi:

♦️ Vos réponses sont limitées à 700 mots maximum, et le Destin vous demande de placer un résumé de vos actions sous spoiler, comme pour les intrigues, afin de faciliter la dynamique du groupe.

♦️ Tyr va poster en premier, et les autres participants ensuite. Une fois que chacun aura posté une fois, le Destin vous demande de conserver le même ordre de passage.

♦️ Si c'est votre tour de poster et qu'une semaine passe sans que vous ne fassiez votre RP, vous passez votre tour et c'est au joueur suivant.

• Date : 26 novembre 1002
• Météo (optionnel) : Il fait fortement frisquet ; et il neigera peut-être ce soir.
• Statut du RP : Privé.
• Résumé : Une délégation de Voleurs s'en vient piller l'Académie.
• Recensement :
Code:
• [b]26 novembre 1002 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t2710-leste-main-sur-haute-cambriole#82897]Leste main sur haute cambriole[/url] - [i]Tyr Parle-d'Or, Tara Mille-Visages, Mélodie Douxvelours, Merle Consent, Mélusine de Sylvamir, Hiémain de Sylvamir, Agathe Martel[/i]
Une délégation de Voleurs s'en vient piller l'Académie.


_________________
♦ Je suis le PNJ utilisé par les administratrices. ♦
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 701
J'ai : 40 ans
Je suis : Second des Ombres

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Cour des Miracles
Mes autres visages: Maelys Aigrépine, Liam d'Outrevent
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Leste main sur haute cambriole   Sam 7 Oct - 23:06

Il est enfin venu, le grand jour… Le moment de vérité !
L’ambiance est à la fête, à l’Académie, et il est si facile de se laisser porter… Je me retrouve à sourire, à me prendre à ce jeu d’acteur, rien qu’un instant, alors que nous franchissons les barrières pour envahir l’étage des commerces. Il y en a partout, d’autres fiers marchands comme nous, venus par appât du gain. Ils sont si nombreux qu’ils débordent, à vomir dans la cour ou le grand hall, à arpenter les couloirs du rez-de-chaussée pour tenter de ramener quelques personnalités importantes qu’ils pourraient conquérir, de quoi faire fleurir leur marché pour les mois à venir. Il n’est pas bien difficile, dans des accoutrements simples, de se faire passer pour tel, et de profiter de la confusion et de l’effervescence pour s’éclipser discrètement de la cohue.

Un seul signe de tête, ou un regard entendu, suffisent aux autres voleurs pour converger vers moi. Avec Tara, nous avions étudiés les plans fort complexes de l’Académie. Et, fort heureusement, elle ne semble pas avoir tant changée depuis son départ, d’après ce que l’on a pu confirmer auprès d’autres espions. J’ai consigné dans un carnet entier durant plus d’un an, chaque plan d’étage, en prenant en compte, autant que possible, les changements de couloirs ou de passerelles si contraignants… Ce bâtiment vit et respire la magie, ce qui promet mille trésors, mais aussi bien de l’embarras, si nous nous perdons dans ce dédale.

Je le garde en main, me reposant davantage sur ce carnet de dessin, qui apparaît bien inoffensif, en comparaison de la dague que j’ai réussi à dissimuler. Si tout va bien, nous n’aurons aucune raison de recourir à la manière forte, bien au contraire. Nous avons avec nous assez de voleurs, spécialisés dans les domaines du Charme, pour tenir en respect les quelques curieux. Je me penche vers celui qui est devenu Maître en ce domaine. « Je compte sur toi, Merle, pour guider nos voleurs. Nous aurons besoin de Mélusine, Hiemain, et même Agathe ou toi, pour faire diversion. Tara doit avoir les mains libres pour s’occuper de problèmes d’ordre plus… « Magiques », et elle ne le pourra si elle doit se dépêtrer de situations gênantes par quelques illusions. » Il va protester. Il serait bien capable de le faire, même maintenant, devant le ton employé, ou n’importe, qui ne lui plairait pas assez. J’espère que non. L’heure est à la cohésion.

Mon rôle reste de les guider vers la victoire, vers la Galerie des Reliques. Quarante-sept étages ! Je me demande presque ce qui va nous tuer en premier et nous empêcher d’accomplir notre mission… Des escaliers peut-être ? Mais ça en vaut la peine. J’attrape Mélodie par les épaules, pour la ramener vers moi. « Je compte sur toi pour les serrures récalcitrantes, pendant qu’ils chercheront à détourner les regards. » Elle risque de prendre le plus de danger, à ouvrir la voie, mais Tara est présente pour lui éviter toutes déconvenues. Il n’arrivera rien à ma protégée. Je lance un regard plus critique sur Agathe. J’espère qu’elle prendra exemple sur Mélusine, ah ! Et surtout pas sur Merle, d’ailleurs. Il ne manquerait plus qu’il lui empoisonne l’esprit.

« Allons-y. »
A la faveur des ombres, des couloirs vides… Pour l’instant. Je suis le plan à la lettre. Gauche. Deuxième à droite. Escalier. Gauche. Gauche. Passerelle… Troisième à droite. Escalier. Le plan se dessine dans mon esprit, et je dois faire appel à toutes mes capacités de mémorisation et d’orientation. Je suis concentré, même si mon attitude paraît nonchalante, ne trahissant pas le stress qui m’envahit. Tout va bien se passer… Mais que serait un plan sans accroc ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 497
J'ai : 36 ans
Je suis : baron de Sylvamir, sénéchal et ambassadeur de la couronne kyréenne, voleur de la Cour des Miracles et ancien Fils des Ombres

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles et Astrid, duchesse de Valkyrion
Mes autres visages: Denys du Lierre-Réal, Anthim d'Erebor, Rackham des Deux-Ancres, Joséphine Siguardent et Shahryar Khamsin
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Leste main sur haute cambriole   Dim 8 Oct - 23:59

Voler l’Académie… Sérieusement Hiémain ?

La voix si familière d’Obéron, pleine de reproche et d’irritation, ne parvient pas à déconcentrer le baron de Sylvamir, le regard parcourant les centaines de marchands et affiliés venus s’installer le temps d’une journée entre les murs de l’Académie. Pourtant, dans la folle agitation de rires et de cris, de bavardages et négociations, il ne perd pas une miette des gestes de Tyr, meneur de leur actuelle mission.

Je te croyais devenu plus honnête en te mariant et en fondant une famille. Si j’avais su…
Allons, tu n’as pas eu tant d’état d’âme quand tu m’as choisi la première fois. Tu savais que j’étais le Fils des Ombres.


Vrai. Et le silence était en soi une réponse qui aurait sans doute bien fait rire Hiémain intérieurement s’il n’avait été aussi concentré. Si pour l’instant c’était une chose facile de s’infiltrer via la présence des marchands, la suite serait certainement plus complexe et il ne fallait pas commencer à se détendre. Au contraire. Pourtant, le retour du souverain millénaire et de Stellaire au cœur de son esprit trahissait un grand soulagement chez le baron, heureux d’avoir retrouvé ce qu’il considérait comme une part de lui même, quand bien même était-ce deux entité très différentes.

L’appel de Tyr via le Signe était parfaitement perceptible et bien vite, le groupe des sept fils et filles d’Isil virent à se rassembler pour mieux pénétrer les lieux. Lançant un regard à Mélusine, il n’était point trop inquiet pour elle, la connaissant douée et adroite dans son domaine. Il était plus réservé à l’intention d’Agathe, la mission n’étant pas la plus facile qui soit, mais l’attention de son maitre sur elle était suffisante pour rassurer ses doutes. Du reste, Tyr, Tara Merle et Mélodie étaient connus et réputés dans leurs domaines respectifs. Ecoutant les instructions du Second des Ombres, il n’eut rien à redire quant au déroulement du plan, lequel avait été expliqué à chacun des membres ici présent. La récompense à l’arrivée, si tout se passait comme prévu, promettait des trésors insoupçonnés. A ce qu’on disait, l’Académie recelait de mystérieux artefacts qui, s’ils n’étaient pas utilisés directement au profit de la Cour sauraient retrouver rapidement acheteurs.

Depuis quand ne penses-tu qu’au profit ?
Depuis que j’œuvre pour la Cour et sa réputation.


Et sur cette pensée, il poursuivit son chemin, suivant Tyr qui menait avec habilité et certitude le groupe.

Spoiler:
 

_________________

Cette âme est pleine d'ombre, le péché s'y commet. Le coupable n'est pas celui qui y fait le péché, mais celui qui y a fait l'ombre — Victor Hugo.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles • Admin
avatar

Messages : 5151
J'ai : 33 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Chasteté ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade
La Cour des Miracles • Admin
Message Sujet: Re: Leste main sur haute cambriole   Lun 9 Oct - 0:27

Il est ambitieux, ce plan !
Cela fait longtemps que tu n’as pas eu l’occasion de participer à un beau coup d’éclat de la Cour des Miracles, et l’invitation du Second des Ombres en personne t’a fortement étonnée. Même si la perspective que Tyr tienne à s’assurer des progrès de ton apprentie recrutée de manière si peu conventionnelle ne devrait pas t’étonner – il est méticuleux, cet homme-là, et tu te doutes bien que la jeune Agathe devra faire ses preuves, montrant qu’elle est tout autant fille des Miracles que toi. Tu lui as expliqué, à ta pupille encore si timide, que c’est sûrement tout autant un test qu’une leçon sur le terrain, et qu’elle aura tout à apprendre dans ce qu’il va se passer. Quel honneur, pour elle, d’être conviée à quelque opération si ambitieuse en si brillante compagnie ! Le précédent Fils des Ombres en personne – même si ce détail n’est vraisemblablement connu que de toi – le Second des Ombres, le Maître du Charme ! La si talentueuse Tara ! L’astucieuse Mélodie jamais à court d’idées.

Et toi, bien sûr.
Toi, avec Fantasme sur ton épaule droit, et Rhéa sur ton épaule gauche.

Tu en sautillerais presque d’allégresse, en entrant dans l’Académie au milieu d’un splendide tohu-bohu de marchands, de visiteurs, de touristes, de fournisseurs, d’élèves, de professeurs, de curieux, de perturbateurs. Tu te faufiles dans la mêlée dans une robe bien plus sage et terne que tes atours tapageurs habituels, déterminée à rester discrète et peu remarquable, vigilante à ce qui t’entoure, sans perdre du regard la silhouette de Tyr qui déambule faussement non loin. Le reste de ton attention est partagé entre Agathe, qui se penche d’un peu trop près sur les étals au risque d’éveiller la vigilance des marchands, et Hiémain qui se trouve à quelques pas derrière toi. Tu peux presque sentir son regard sur toi, et un rire bas te chatouille la gorge. Cette mission t’enchante positivement – tu te rappelles la dernière qui vous a réunis, il y a si longtemps lors de l’Ordalie, et le pillage en règle du trésor impérial de Faërie qui vous a valu une nette montée en renommée au sein de la Cour des Miracles. À vous de vous montrer à la hauteur, encore aujourd’hui !

Obéron est certainement en train de râler, te murmure Rhéa à la lisière de tes pensées. Son amusement est contagieux, et tu perçois l’hilarité de Fantasme en écho. Elle est en train de se mesurer à Stellaire dans une course vertigineuse entre les tours de la capitale, et son exaltation presque enfantine te fait chaud au cœur. Tu sais qu’ils sont prêts à faire diversion si le besoin s’en faisait sentir, vos deux dragons étincelants ; mais tu préfères qu’ils restent loin de l’Académie pour le moment. Que diraient ceux de l’Argent de voir leur refuge envahi au mépris de tous les accords ?

D’une tape impérieuse sur l’épaule d’Agathe, tu l’entraînes à ta suite dans la foule, en direction de la porte que l’on vous a ordonné d’emprunter. Vous avez tôt fait de retrouver Tyr et les autres ; et de vous mettre en route, le plus discrètement possible, le long des degrés du grand escalier. Tu as pleinement confiance dans le sens de l’orientation des autres, suivant docilement le Second de couloir en passerelle – lorsqu’un bruit de conversation au détour du couloir te fait stopper net.

Oho.
Vous allez bientôt avoir de la compagnie, semble-t-il.
« Tyr ? Une cachette à proximité ? » souffles-tu, à peine plus haut qu’un murmure.

Spoiler:
 


_________________








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 2863
J'ai : 19 ans
Je suis : Apprentie voleuse du Charme, sous la tutelle de Mélusine de Sylvamir

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la cour des Miracles et Mélusine de Sylvamir.
Mes autres visages: Astarté des Sables • Gabrielle de la Volte • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Leste main sur haute cambriole   Lun 9 Oct - 17:58

Cet homme la détestait. Elle en était certaine. Le regard qu’il posait sur elle était similaire à celui que son défunt père lui accordait : un prédateur guettant sa proie, à l’affût de la moindre erreur, de la moindre faiblesse, pour frapper cruellement. Devant lui, devant Tyr, elle redevenait plus souvent qu’autrement la Belliférienne qui ne connaissait rien au monde et qui tremblait comme une feuille de chêne. La jeune femme qui avait courageusement accompagné les Pièces de la Rose dans cette traque aux Sentinelles, il n’en restait que bien peu de choses… Mélusine l’avait préparée avec une joie qui l’enchantait autant qu’elle la faisait douter. En faisait-elle trop pour amoindrir ses craintes? C’était un grand honneur de participer à ce coup, elle en était bien consciente, la toute blonde, mais n’était-elle pas trop peu expérimentée pour les accompagner? Pour Agathe, l’affaire était simple : Tyr souhaitait la mettre à l’épreuve, un coup trop gros pour elle, afin de la prendre à défaut et la chasser de la cour des Miracles. Ses doutes, elle les avait gardé pour elle comme un présent précieux mais douloureux au fond de son coeur. Elle était faible, futile, jalouse, ignorante et tant de choses, encore, mais elle était loyale à la Cour des Miracles : Tyr était important, il était Second des Ombres, alors elle se tairait et irait dans ce piège, au risque qu’il se referme sur elle et la dévore toute entière. Pour Mélusine, elle avait redoublé d’efforts lors de ses leçons afin d’être fin prête. Si elle échouait, elle aurait au moins la certitude d’avoir tout donné pour réussir.

Les étals, à l’entrée, étaient fabuleux. Il y avait là toute une collection de figurines des personnages les plus illustres ayant parcouru les couloirs de l’Académie. Il y avait des dragons d’améthyste, de rubis et même d’onyx! Instinctivement, Agathe cherchait un griffon harfang semblable à Corail ou encore une licorne majestueuse. Elle en avait presque oublié les papillons dans son estomac lorsque Mélusine lui tapota l’épaule. La mignonne délaissa aussitôt les jolies figurines pour croiser les mains à son dos, sage enfant, et suivre sa tutrice en retrait où le groupe s’était rassemblé. Discrète, elle avait écouté très, très attentivement les explications. Le plan était clair. Agathe ne partageait pas l’euphorie à peine retenue de sa tutrice. Loin de là, elle avait peur. Peur de fauter, peur de faire honte, peur d’être la source de l’échec d’un coup si gros. Voler l’Académie. Par Isil…! Ne pouvait-elle pas faire ses preuves en volant un bourgeois ivre?

Quarante-sept étages. Quarante-six de trop. Habitée par le silence, elle se faufilait à la suite de Mélusine, juste assez loin pour ne pas la gêner, juste assez près pour lui empoigner la main, en cas de besoin. Le bruit, au bout du couloir, la fit s’arrêter tout à fait, en parfaite petite ombre de sa tutrice. Elle l’avait entendu, elle aussi! Les yeux grands à fouiller au-devant, elle s’était instinctivement rapprochée du mur dans une volonté inconsciente de prendre le moins d’espace possible, dans ce couloir. Elle patientait que quelque chose arrive ou déboule, qu’on lui murmure la meilleure cachette ou qu’on rebrousse chemin. À l’affût, l’apprentie n’attendait qu’un mot pour obéir.

La peur s’était muée en quelque chose d’autre. En fébrilité.

Spoiler:
 

_________________







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 332
J'ai : 47 ans
Je suis : Voleur - Maître du Charme au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Fils de l'Ombre
Mes autres visages: /
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Leste main sur haute cambriole   Mer 11 Oct - 22:08

L’idée est bonne, et le plan, forcément, bien conçu et préparé. Evidemment en même temps, comment aurait-il pu en être autrement avec un Maître de la Stratégie y œuvrant ? Et puis quel voleur ne serait pas excité à l’idée de pouvoir pénétrer et de voler l’Académie ? N’était-ce pas là, l’un des sanctuaires réputés inviolables et surprotégés ? Rien qu’à l’idée de dépouiller cette merveille, j’avais accepté sans une hésitation et je m’étais retrouvé à en étudier les plans. Je sais, ce n’est pas mon point fort, et si cela fait un an que ce plan est mis au point et travaillé, je ne devrais pas m’en faire. Si ce n’est que c’est justement le Second qui l’a réalisé. Ancien Maître de la Stratégie, et Maître de Tara, il est sans nul doute le mieux placé pour organiser tout cela. Mais… c’est Tyr.
Je regarde autour de moi et m’approche d’un étal avec un sourire. Je m’apprête à prendre une pomme, avant d’apercevoir des noisettes. Oh. Ça c’est une bonne idée.

« En auriez-vous des décortiquées ? » Mon sourire s’accentue face à la charmante demoiselle. « Si vous en avez, je vous en prendrais un demi… Non un kilo. Dans deux sacs, s’il vous plait. » Elle hoche la tête et commence à remplir les sacs. « Ça va vous semblez idiot, je vous ai vu de loin et je me suis dit que ce serait idiot de ne pas venir vous parler. Je dois aller travailler, mais… Vous êtes occupée ce soir ? Ou puis-je vous inviter à prendre un café ? »

Elle me sourit et murmure quelques mots, avant de me tendre les sacs en rougissant lorsque j’effleure ses mains. Je lui promets de la retrouver plus tard, avant de m’éloigner et de me perdre dans la foule, un énorme sac de noisettes dans chaque poche. Piochant dedans, m’assurant qu’elle ne me regarde plus, je finis par rejoindre Tyr. Croquant des noisettes, c’est fou ce qu’elles sont bonnes, je lui jette un regard nonchalant.

« Si tu as donc même besoin de moi pour faire diversion, je tâcherai de me montrer à la hauteur de tes espérances. Tara aura les mains aussi libres qu’elle le désire. » J’ai un sourire en coin en regardant ladite demoiselle. « Nous nous dépêtrerons des situations ou personnes trop encombrantes n’aie crainte. Il me suffit de sourire après tout. Tu es bien trop tendu pour avoir l’air naturel et serein sais-tu ? Tu veux des noisettes ? Tu as l’air fatigué. C’est plein de vitamines et c’est un excellent produit anti-âge, tu devrais en prendre. »

Mai non, mon sourire ne s’est pas fait moqueur. N’est-il pas plus jeune que moi ? Même si on ne le dirait pas, je sais bien. Je suis les autres, avançant silencieusement à leur côté. Je fais un clin d’œil à Agathe qui semble plus inquiète qu’autre chose. Normal après tout, c’était sa première vraie mission. Mais tout irait bien. Elle n’était pas seule, Mélusine resterait près d’elle, et j’étais là également au besoin. Même si… 47 étages. Je grimace, avant de secouer la tête. Chaque chose en son temps. Si nous n’avions que ce problème face à nous, ce serait parfait. Mais forcément, cela ne peut l’être, parfait. Je stoppe avec les autres en entendant les voix. Je tourne la tête vers le responsable en chef, faisant un signe pour savoir s’il désire que je m’en occupe ou pas encore. Oui, je suis sage et obéissant, j’attends de savoir ce qu’il désire faire. Comme quoi, tout est possible.

Spoiler:
 

_________________



Tous les enfants ont du génie, le tout est de le faire apparaître
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 645
J'ai : 37 ans
Je suis : Voleuse - Maitre Stratégie au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Le fils des Ombres
Mes autres visages: Bastien
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Leste main sur haute cambriole   Jeu 12 Oct - 9:17

Quarante-sept étages.

Je réalise, alors que je me remémore encore et encore, comme une ritournelle qui n’aurait de cesse de se répéter dans mon esprit, que j’avais déjà essayé, du temps où j’étais élève ici, de traverser ces étages sans me faire repérer. C’était un jeu, à celui qui arriverait le plus loin. Je ne me sentais pas trop mal mais je ne suis jamais arrivée jusqu’au bout. Archimède effleure mon oreille de son bec, me rappelant que, sans lui, je n’aurais même pas réussi à passer le premier garde lors de ma première tentative. A ce souvenir, j’ai un sourire, tandis que chacun se regroupe autour de Tyr. Je sens la fébrilité qui commence à gagner notre petite bande et mon sourire s’accroit. J’aime cette sensation grisante qui précède un cambriolage de haut vol. Et autant dire que là, nous allons faire fort.

Je pourrais avoir des scrupules au vu de mon passif avec l’Académie mais c’est tout le contraire. Après tout, ils seront bien capables de se remettre de la perte de ce que nous allons emprunter sur le long terme. En espérant que le jeu en vaut la chandelle. Pour avoir discuté longuement avec Tyr de cette petite aventure, je sais quel est son objectif. Et il est à la hauteur de ceux présents ici avec nous en ce jour. Je pioche dans le sachet de Merle, la mine pensive, alors que Tyr nous donne ses dernières instructions. Je lève les yeux au ciel à la répartie de Merle et je me contente de lui asséner une tape sur l’épaule. « Garde tes mots doux pour plus tard. » Les Maitres ne sont-ils pas supposés donner l’exemple ? Il faut dire qu’entre eux deux, dire que tout n’est pas rose est un euphémisme. Et j’effleure les plumes d’Archimède qui prend son envol au-dessus de nous. « Il connait encore mieux les lieux que moi, il pourra nous avertir si quelque chose cloche. Ou, en tout cas, si vous le voyez se réfugier contre mon cou, c’est que nous allons avoir un problème. » J’ai parlé d’un ton léger, même si ma mine reste sérieuse. Je continue de me rappeler de chaque couloir, chaque méandre de ce bâtiment que j’ai décrit à Tyr durant des heures ces derniers mois.

J’inspire alors que je dissipe autant que possible mon illusion, ne laissant qu’une aura légèrement trompeuse en direction de Tyr. Les autres ? Tant Merle que Mélodie m’ont vu des semaines durant sans la moindre magie. Il n’y a plus que lui que je cherche à duper. Et me concentrer sur une seule personne me prend beaucoup moins de magie et d’énergie que d’avoir à le faire constamment. Cette pensée me serre un peu le cœur mais je ne peux pas. Pas encore. Surtout après tout ce que nous avons pu vivre. Je chasse cette pensée, qui ne ferait que me troubler dans un moment pareil et je me concentre sur ce que j’ai à faire. L’exercice risque d’être fatiguant et je viens à peine de retrouver la pleine possession de ma magie mais j’en ai besoin. J’ai besoin de me rappeler de quoi je suis capable, de tester mes propres limites. Et surtout, de goûter un peu à l’interdit. Ca fait longtemps que ce n’est pas arrivé après tout. Autant en profiter un peu non ?

Alors je suis le groupe, sans hésiter, me glissant dans les ombres, tout comme eux. Avant de stopper, juste derrière Mélusine, quand nous entendons un bruit. Et j’ai un regard vers Tyr. Des cachettes, il y en a. Mais il y a d’autres possibilités aussi. A lui de voir de quelle façon il préfère nous voir procéder. Après tout, il n’y a que deux ou trois gardes. Rien d’insurmontable. J’entends Archimède souffler dans mon esprit qu’on peut aussi leur lancer des noisettes pour les distraire et, à cette suggestion, j’ai un sourire amusé que je suis incapable de retenir. Lui aussi est de bonne humeur semble-t-il.

Spoiler:
 

_________________

   

   
   
   
   
   
   
   
   


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
Message Sujet: Re: Leste main sur haute cambriole   Sam 14 Oct - 21:18

Un sifflement entêtant et joyeux sort d’entre mes lèvres, reliquat des musiques paillardes ayant égaillé ma soirée. Comment ne pas être en joie devant la perspective qui s’offrait à moi. Tout rentrait dans l’ordre et comble du bonheur un vol organisé d’ampleur faisait partie des festivités. En mon sein, Iseult ne s’en réjouis guère, bougonne et me traite de barbare, elle n’aimait pas l’idée que je puisse abimer les petites merveilles qui se cachaient dans l’Académie. Moi je pensais qu’elle ne faisait ça que pour la forme. Quant à Sulfure, il piaille d’impatience, goutant avec appétit l’impatience qui coule dans mes veines.
Sifflement qui se tarit pour ne subsister que dans mon esprit, à mesure que je m’éloigne pour me perdre dans les ombres et rejoindre mes compagnons.

Un voleur se devait de voler, pas d’accompagner des caravanes pour sauver le monde. Je ne regrettais pas d’avoir fait partie du convoi, mais ici, au milieu de mes confrères, était ma place. J’écoute avec attention les conseils de Tyr, cachée derrière mon air désinvolte et mon pas sautillant. Je le vois qui se rapproche tente de me canaliser. Ne savait-il pas que je vibrais, entièrement dévouée et attentive pour ce vol ?

-Ne t’en fais pas, il n'y en a pas qui nous refusera l'entrée si on me laisse faire tranquillement. Merle flatte les femmes, moi les portes, dans les deux cas, aucune ne peut résister bien longtemps.


Mon sourire est équivoque, mais je suis sérieuse. Dans mes cheveux, c’est toute une panoplie d’outils que je transporte, sans parler des habits que j’avais pris soin de demander à Liselotte auparavant, enfin…à son cousin, je l’évitais encore.
Son travail était comme toujours d’une qualité exemplaire. Un robe en toute simplicité, rehaussée d’un serre taille, mais dont quelque lanière invisible permettait de relever quelque peu les jupes de sortes à donner toute liberté de mouvement. Sans parler des nombreuses cachettes qu’offrait le vêtement. Rien de bien somptueux, mais passe partout ça oui, bref, parfait pour ce que nous allions faire dans la soirée.
Quelques fleurons s’entrechoquaient d’ailleurs joyeusement dans une poche intérieure près de mes hanches. Il avait bien fallu que je m’échauffe un peu non ?

J’avais hâte de sentir le métal jouer avec mes aiguilles, les encoches ronronner sous mes doigts. Oui, il n’y aura pas de porte que je ne saurais ouvrir, pour peu que la magie ne s’en mêle pas.

-Par contre il se pourrait que j’aie besoin de silence pour les plus difficiles, le plus total.

Compliqué, mais pas impossible à obtenir. Il me faudrait l’aide de tous mes sens si nous devions arriver sur l’une de ces pestes de création uniques, enfants maléfiques de quelques esprits tortueux et démoniaques. Un vrai calvaire, sans doute serait-ce la dernière à nous accueillir en nous refusant l’entrer à la salle qui nous visions précisément.
Pendant une terrible seconde, un doute s’immisce et je me demande si les traitres qui m’avaient dénoncé à l’Ordre étaient au courant de ce que nous faisions, est-ce que l’un d’eux était parmi nous ? Peu probable… Comme en réponse à mes craintes, un bruit se fait entendre, quelqu’un venait, ou quelque chose. J’aurais été tenté de me jeter sur le premier venu, faire semblant de m’être égaré, mais là n’était pas mon rôle et il y avait peu de chance pour que l’on me prenne au sérieux.

Les ombres étaient nos alliées, mais pour moi, il  avait également les hauteurs et je m’attendais à tout moment à devoir grimper au plafond pour tenter de ne pas me faire voir. Idiot ? Pas tant que ça, il y a peu de personnes qui se baladent avec le nez en l’air.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 701
J'ai : 40 ans
Je suis : Second des Ombres

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Cour des Miracles
Mes autres visages: Maelys Aigrépine, Liam d'Outrevent
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Leste main sur haute cambriole   Sam 21 Oct - 22:48

Quarante-sept étages, oui. Et déjà un premier incident en vue.
Je pouvais partir du constat, plus optimiste, que les couloirs des premiers étages étaient bien plus fréquentés que les autres. Oui, en effet. Nous risquions moins de croiser quelques professeurs ou étudiants, quand nous parviendrons au zone les plus sécurisées. Mais tout de même… C’était trop évident, de pouvoir continuer tout droit ?

J’essaie de me concentrer sur tous ces plans qui, avec tous les enchevêtrements imaginables d’escaliers et de couloirs mouvants, est un véritable calepin entier à décortiquer. Et Merle qui se sent d’humeur à me proposer des noisettes, en me reprochant d’être trop tendu. Il se moque de moi ? Combien de fois m’a-t-il reproché de ne pas prendre mon poste assez au sérieux ? J’aurais bien envie de lui faire avaler son énorme sac de noisettes, pour voir… Mille-Visages le gratifie d’une tape bien sentie, qui m’évite d’avoir à le reprendre, ou d’avoir une parole déplacée. Ce n’est pas le moment. « Archimède pourrait nous éviter quelques mauvaises rencontres, mais on dirait que celle-ci est inévitable… Demi-tour, et la prochaine à droite. »

Les voleurs partent tous dans un même mouvement, fluide et naturel. Nous débouchons sur un autre couloir qui n’a, à première vue, aucune issue. Je rends un sourire navré aux voleurs qui m’entourent, et me penchent vers la jeune Agathe, qui semble quelque peu indisposée. « Prête pour ton baptême de l’air ? Malheureusement, c’est le chemin le plus direct, si nous voulons éviter d’attirer l’attention. » La manœuvre devrait être facile, si les passerelles ne s’amusent pas non plus à se dérober sous nos pieds.

Je passe en premier, pour guider le mouvement. Le tout est de passer d’un balcon à un autre dans un mouvement souple et silencieux, en évitant d’attirer l’attention des dragons ou griffons qui se reposent à l’Académie, ni éveiller les soupçons des quelques résidents aux fenêtres desquels nous allons passer. J’en compte quelques uns à passer, avant d’atterrir sur la passerelle que nous étions censés emprunter. Bien… Je ne vois rien d’or ou d’argenté, pour le moment, à l’horizon. Je m’engage, et l’ordre s’établit de lui-même. Mélodie passera en dernière, plus apte à rattraper quelques incidents dans son domaine de prédilection, juste avant Tara qui saura jouer de ses illusions pour nous couvrir. « Dépêchons, avant qu’ils ne parviennent à l’intersection du couloir. Ce serait très embêtant… »

Je suis déjà deux balcons plus loin. L’envie me prend de me retourner pour vérifier que tout le monde suit bien, mais je suis plus occupé à vérifier rapidement aux fenêtres que nous ne dérangeons personne… Tout semble se passer sans le moindre heurt, jusqu’à ce que j’entende une expression de surprise, féminine, filtrer à travers le vent et les murs. Une résidente qui n'est pas allée à la fête, peut-être ? Je l'entends déverrouiller la fenêtre juste derrière moi, et me retourne soudainement, alors que je m'apprêtais à atteindre la passerelle. Je retiens un juron tout bas, et lance un regard d'avertissement à Hiemain juste derrière moi, secouant négativement la tête. Je me colle ensuite sur le côté, espérant passer inaperçu. Une diversion...? Il va falloir réagir vite, et en silence, pour ne pas éveiller malencontreusement une créature des cieux !

Spoiler:
 


Dernière édition par Tyr Parle-d'Or le Sam 21 Oct - 22:54, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
avatar

Messages : 5018

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à :
Mes autres visages:
PNJ
Message Sujet: Re: Leste main sur haute cambriole   Sam 21 Oct - 22:48

Le membre 'Tyr Parle-d'Or' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Mission Voleurs' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 497
J'ai : 36 ans
Je suis : baron de Sylvamir, sénéchal et ambassadeur de la couronne kyréenne, voleur de la Cour des Miracles et ancien Fils des Ombres

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles et Astrid, duchesse de Valkyrion
Mes autres visages: Denys du Lierre-Réal, Anthim d'Erebor, Rackham des Deux-Ancres, Joséphine Siguardent et Shahryar Khamsin
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Leste main sur haute cambriole   Lun 23 Oct - 12:15

S’imaginer que les choses seraient si simple dès le début, c’était un peu comme plonger tête baissée dans un piège. Pour un voleur spécialisé en stratégie, c’était une erreur qui ne se commettait plus, et il disposait toujours d’un plan B quand le plan A était momentanément retardé ou complètement échoué. Ainsi, la venue de quelqu’un dans les couloirs de l’Académie - même si chacun était en droit de penser que tout étudiant était à la fête - n’avait rien de surprenant. Faisant chacun demi tour, Tyr arrangea bien vite le problème en proposant ladite solution de secours qui n’était pas… disons que ce n’était pas la première chose à laquelle Hiémain s’attendait. Le baron eut un regard pour son ami, sourcil haussé lorsqu’il annonça très clairement que la suite des opérations se passerait dans les airs. Bien. Sauter de balcon en balcon. Enfin à dire vrai, c’était la seule solution qu’il leur restait vraiment compte tenue de la présence de personnes dans les couloirs et qui pouvaient, à tout moment, décider de s’approcher.

“Surtout, ne regarde pas en bas, ça t’évitera de paniquer.”
Glissa-t-il à l’intention d’Agathe avant de suivre Tyr, premier s’avancer sur les hauteurs, montrant l’exemple.

Le groupe n’était pas spécialisé dans l’escalade, c’était une chose clairement établie. Outre Mélodie qui se retrouvait parfaitement dans son élément (et elle devait apprécier ce passage dans les airs), le reste, et lui particulièrement, n’était pas forcément des plus à l’aise, même si ce n’était ni la première ni la dernière fois qu’il s’infiltrait de la sorte dans un lieu. En d’autres occasions, il chevauchait bien les airs grâce à Stellaire, et la sensation grisante de surplomber la terre ne l’avait alors jamais dépassé.

L’avancement se fait plutôt naturellement, jusqu’à ce qu’un mouvement de Tyr alerte rapidement son attention. S’il s’était plaqué de la sorte contre le mur, alors cela voulait dire que quelque chose était en train de les menacer. Une voix lui parvint, puis le bruit clair d’une fenêtre qui s’ouvre. Le voleur à un geste pour ceux qui suive, les intimant de s’arrêter alors que lui même terminait son mouvement pour aller sur le prochain balcon. Comme son ami, il se plaqua contre le mur, tentant de rester discret. Dans son esprit cependant, il appela à renfort de grande voix Stellaire.

Stellaire ! Vite !
Qu… ?
Je suis là, j’arrive !


Et au même instant, un immense corps projeta son ombre sur les hauts murs de la tourelle, des écailles d’ors brillantes du soleil couchant dans leur sillage. Derrière lui, une autre masse, vive, qui laissa échapper un cracha de feu puissant ! Fantasme et Stellaire savaient toujours préparer leurs entrées sur scène, et surtout jouer à la perfection. Un hurlement venu du fond de la gorge de Fantasme résonna dans les airs ! Un puissant “COMMENT AS TU OSÉ ?!” qui n’avait sans doute aucune raison d'être mais qu’importait, une nouvelle vague de flammes brûla dans les airs et toucha Stellaire qui était malgré tout immunisé.

Pas la barbe ! Pas la barbe on a dit !

Gondra la voix du vieux dragon, autant dans l’esprit de Hiémain que celui de la dragonne. Puis bien vite, ils disparurent comme ils étaient venus, s’engouffrant entre les immenses tours de l’Académie. Cette étrange scène avait imposé un long silence, mais le pourquoi de cette venue avait été accompli : l’importune personne prête à ouvrir sa fenêtre l’avait prestement refermé et avec elle, les rideaux.

Je rêve… tu les aides ?
Ca a l’air amusant.


Spoiler:
 

_________________

Cette âme est pleine d'ombre, le péché s'y commet. Le coupable n'est pas celui qui y fait le péché, mais celui qui y a fait l'ombre — Victor Hugo.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles • Admin
avatar

Messages : 5151
J'ai : 33 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Chasteté ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade
La Cour des Miracles • Admin
Message Sujet: Re: Leste main sur haute cambriole   Sam 28 Oct - 12:47

C’est toute guillerette que tu arpentes les couloirs de l’Académie, le nez en l’air pour ne rien rater des splendeurs du lieu, avide de graver dans ta mémoire le moindre détail. Ce n’est pas tous les jours que tu as l’opportunité de te faufiler dans un endroit d’ordinaire si bien gardé ! Chaque meuble, chaque porte, chaque moulure de plafond, chaque dalle de carrelage retient ton attention. Tu sens Rhéa observer par tes yeux, avec un zeste de nostalgie qui t’indique qu’au moins un de ses écrins passés l’a été pendant des études à l’Académie. D’un sourire, tournant la tête vers l’arrière un instant, tu tentes de calmer l’inquiétude d’Agathe qui progresse dans ton sillage.

Vous n’êtes pas vraiment habillées pour la grimpette, soit.
Tu es tout de même drôlement contente d’avoir quasiment obligé la mignonne à se délester de ses jupons pour enfiler des chausses ajustées lui permettant de se mouvoir plus confortablement d’un balcon à l’autre – même si tu as bien cru un instant, l’offensant vêtement en main, qu’elle allait fondre en larmes et te supplier à genoux de lui permettre de rester là pour ne pas commettre l’affront de porter cet habit d’homme sous les jupes de sa robe.

La petite phrase pleine de sous-entendus émise par Tyr a fait pâlir la jeunette, et tu la serres un instant contre toi pour la rassurer tandis que le Second des Ombres prend les devants, suivi de près par Hiémain qui prend lui aussi le temps d’apaiser les craintes d’Agathe. Un peu angoissée toi-même, mais affichant un air confiant destiné surtout à ton apprentie, tu t’aventures sur le balcon à la suite de ton mari, relevant d’une main tes jupes pour grimper plus aisément sur la balustrade, montrant à ta pupille comment les coincer dans sa ceinture pour garder les mains libres. Un pas, deux pas, trois pas – par-dessus le minois concentré de ta blondinette préférée, tu aperçois Merle qui a pris sa suite et surveille attentivement chacun de ses mouvements. D’un signe de tête discret, tu remercies ton ancien professeur – une part de toi est rassurée de savoir qu’il est prêt à rattraper la petite si elle venait à basculer. Derrière lui, tu devines Tara et ses gestes prudents, puis Mélodie dont tu connais déjà les remarquables compétences de grimpette.

Si tu n’avais pas été prévenue par le ronronnement d’allégresse de Fantasme au fond de ton esprit, tu aurais sûrement trébuché sous le choc de voir ces deux gros dragons tous dorés surgir entre deux tours sans crier gare et foncer droit vers vous dans un grand tourbillon de flammes. Pour la galerie, tu prends l’air inquiet – tu sais qu’Agathe comprend parfaitement ce qui se trame, et tu soupçonnes que ton cher Merle nourrisse quelques doutes quant à ton implication auprès des dragons de la Rose Écarlate. Un jour, vous en parlerez, peut-être ? Vous êtes saufs pour le moment, en tout cas – tu passes rapidement devant la fenêtre aux rideaux clos, poursuivant ta route de balcon en balcon, lorsqu’un pépiement familier attire ton attention.

C’est une toute petite chouette qui vient d’émerger d’une croisée entrouverte – stupéfaite, tu reconnais Ravageur, célèbre pour avoir semé un infâme désordre dans la tour de la Rose quelques semaines plus tôt – il avait fallu les efforts combinés de sept Épines pour l’évacuer, ce brave petit. Visiblement, il est ravi de voir des visages familiers, et se faufile entre Agathe et toi à grands coups de ses toutes petites ailes pour fondre sur Mélodie en couinant de bonheur.

Spoiler:
 


_________________








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 2863
J'ai : 19 ans
Je suis : Apprentie voleuse du Charme, sous la tutelle de Mélusine de Sylvamir

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la cour des Miracles et Mélusine de Sylvamir.
Mes autres visages: Astarté des Sables • Gabrielle de la Volte • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Leste main sur haute cambriole   Jeu 2 Nov - 13:49

Ils avaient évolué bien rapidement, depuis ces pas dans le couloir! Si elle avait ressenti de la fébrilité, cette pointe ténue de joie en espérant que quelque chose se produise, Agathe était désormais servie! Lorsque Tyr avait glissé quelques mots rien que pour elle, à son oreille, elle avait légèrement pâli. Elle sauterait donc de balcon en balcon..? L’étreinte de Mélusine la rassurait au moins un peu, mais surtout, elle lui rappelait qu’elle ne devait pas montrer son trouble à ce Second des Ombres. Elle avait donc soulevé ses jupons d’une main assurée, comme le lui avait montré Mélusine, et avait pressé le pas, légère en se distançant de la source du bruit.

Le plus difficile avait été de s’élancer pour la première fois. L’apprentie s’efforçait d’honorer les moindres conseils offerts, dont celui de ne pas regarder en bas. Si elle ne voyait pas, elle s’imaginait plutôt facilement la hauteur qui la séparait du sol. Pour peu, la blondinette entendait aussi le bruit de ses os heurtant le pavé. Mais elle s’était élancée malgré tout, engourdie par un coeur lourd de peur et des poumons écrasés par la nervosité. Les mains devant, à l’instar de sa tutrice, elle avait réussi à se cramponner au premier balcon. Puis au second. Puis… Le mouvement s’était arrêté, et le bruit, tout près d’elle, faisait trembler très légèrement la structure.

Des dragons d’or! Elle écarquillait elle-même les yeux devant ce spectacle remarquable, la mine radieuse et fraîche, soufflée par la majesté de la créature de légende. Elle se doutait bien, la jeune Épine, que la présence de ces deux entités ancestrale ne soit pas fortuite. Il y avait bien Hiemain et Mélusine parmi eux, ce qui expliquait très probablement cette solution exquise. Si la dame aux volets avait refermé brusquement la fenêtre pour s'enfermer, Agathe, elle, se permit plutôt quelques secondes d’admiration silencieuse. Les pieds sur le rebord du balcon, ses mains fines agrippées à la rambarde, la brise fouettant ses joues, l'adrénaline parcourant ses veines : elle était chanceuse. D’être toujours en vie, certes, mais de vivre pareille aventure.

Elle glissa un regard sur sa ceinture, s’assurant que son jupon y soit bien coincé, puis elle s'élança après que Mélusine soit suffisamment avancée. Il s’en était fallu de peu, pour lui assurer un saut respectable. Agathe avait appris à charmer par son minois candide et ses joues roses, elle avait appris à manier la dague et bientôt l’arc, elle avait travaillé à affermir ses muscles. Mais elle n’avait jamais appris à sauter d’une balustrade à une autre à autant de distance du sol. L’un de ses pieds manqua sa prise et le couinement de la Belliférienne fut bien faible, comme si elle préservait toute son énergie à retenir la rambarde. Un chaton. Un chaton en équilibre précaire sur le rebord d'une toiture. C'était elle, toute apeurée, à rapatrier son pied sur quelque chose de stable.

Environ rassurée, après quelques secondes d’immobilité, elle lança un regard à sa tutrice puis hocha la tête pour la rassurer à son tour et pour ne pas la décevoir devant les autres. C’était bon. Elle n’allait ni tomber, ni s’écrouler de peur, désormais qu’elle avait trouvé un appui. Elles pouvaient continuer leur parcours incroyable, désormais.

Spoiler:
 

_________________







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 332
J'ai : 47 ans
Je suis : Voleur - Maître du Charme au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Fils de l'Ombre
Mes autres visages: /
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Leste main sur haute cambriole   Dim 5 Nov - 17:13

Aucun sens de l’humour. Ne peuvent-ils plaisanter tout en écoutant et ourdissant leur complot ? Visiblement non. Les maitres de la Stratégie sont donc bien ennuyeux quand ils œuvrent. Si seulement ce prétentieux Second était aussi efficace qu’il semblait le croire, s’il mettait à profit de la Cour et des Enfants ne serait-ce que la moitié de ce qu’il pensait être capable de faire… Je retiens un soupire et les écoute malgré tout ce que je peux dire ou penser avec attention. Il allait falloir plus que de la chance pour s’en sortir sur autant d’étages, même en comptant sur les talents de chacun ici présent.

Et il n’y a qu’à voir comment ça débute. Sérieusement ? Il compte vraiment nous faire passer par là ? C’est à ce moment-là que je suis censé dire que je suis trop vieux pour ces conneries ?... Je vais éviter, non seulement je me ferais chambrer, mais ça resterait dans les mémoires pour les siècles à venir. Et puis surtout, je suis en excellente forme physique, je n’ai rien à envier aux jeunes hommes… et il n’y en a aucun avec nous, ça tombe bien. Toujours est-il que l’escalade et les sauts de cabris n’ont jamais été mon fort. Mais ça va, je ne me débrouille pas trop mal… Jusqu’à ce que des dragons fassent leur apparition devant nous, faisant claquer la fenêtre importune. Je lève les yeux au ciel, non sans avoir sursauté et manqué de lâcher la rambarde je l’avoue, mais ne le reconnaitrais nullement, et lance un regard réprobateur à ceux qui me précède. Oui, ils sont magnifiques, oui, ils ont aidé, mais… Faire intervenir des dragons tout de même…
A peine reparti, je me tends, mon bras partant déjà pour la rattraper, quand Agathe semble louper son saut… Mais elle se rattrape et se stabilise. Je grimace un sourire à son intention et reprends les sauts à mon tour, jetant des coups d’œil inquiets aux deux jeunes femmes qui m’entourent. Les autres, je ne pourrais guère les aider quoiqu’il arrive de toute façon, mais si je peux les aider elles, autant y prendre garde.

Et comme si tout cela ne suffisait pas, voilà que nous avons le droit à un nouvel invité, qui piaille et virevolte entre nous. En soi, il n’est pas gênant, mais ne va-t-il pas attirer l’attention plus que nécessaire ?... oui, bon, après les dragons, je reconnais qu’une chouette est bien inoffensive, mais elle demeure le familier de quelqu’un non ? Quelqu’un qui risque de la chercher non ? Je croque quelques noisettes, me demandant si une chouette aime ça. Bonne question tiens. Mais sans savoir, j’aime autant les garder pour moi. Tournant la tête, je croise les regards de Tara et d’Archimède, et je me penche vers eux en baissant la voix.

« Il pourrait aller faire diversion à l’intérieur ? Pour éviter que quelqu’un ne vienne à la fenêtre et donc un nouveau passage de ces si majestueux et discrets dragons ? »

Et je regarde de nouveau devant moi, essayant de distinguer jusqu’où Tyr souhaite aller ainsi.


Spoiler:
 

_________________



Tous les enfants ont du génie, le tout est de le faire apparaître
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 645
J'ai : 37 ans
Je suis : Voleuse - Maitre Stratégie au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Le fils des Ombres
Mes autres visages: Bastien
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Leste main sur haute cambriole   Mar 7 Nov - 19:22

Je ne suis pas vraiment une équilibriste, on ne va pas se mentir. Alors, quand Tyr parle de passer par les balcons, j'ai une grimace que fort heureusement, personne ne peut voir. Mais, pour évoluer à la Cour des Miracles, il faut être capable de tout. Alors je grimpe, bien contente de mes vêtements plutôt confortables, mes pieds touchant à peine les rebords des balustrades. Finalement, je m'en sors mieux que je le pensais. Je sens la présence d'Archimède, qui a pris de la hauteur, alors que nous évitons de nous faire repérer grâce à deux dragons. J'ai beau en avoir déjà vu à maintes reprises, je reste, une foi s de plus, bouche bée, surtout à les voir d'aussi près. Leur ballet est presque hypnotisant et j'en oublierais presque de continuer à grimper. Mais il faut s'y coller de nouveau et je retiens mon souffle quand je vois Agathe trébucher.

Pourtant, elle s'en sort particulièrement bien. Oh, pas aussi bien que Mélodie dont l'agilité me laisse rêveuse mais elle ira loin cette petite. Enfin, à moins que cette chouette ne nous en empêche. J'arque un sourcil et je fixe la bestiole, laissant filer un sourire aux propos de Merle. "Tu pourrais lui jeter tes noisettes au lieu de faire travailler Archimède." Pourtant, j'ai un bref hochement de tête et mon Familier pique dans la direction du trouble-fête, piaillant autour de lui pour attirer son attention. Ce qui a plutôt l'air de marcher. Et ils s'éloignent. Je m'apprête à reprendre ma grimpette, me demandant s'il compte vraiment nous faire passer chaque étage de la sorte et si nous arriverons vraiment sans encombre là-haut. Mais c'est sans compter sur le fait que les deux volatiles ont finalement attiré l'attention de quelqu'un. Je vois une porte s'ouvrir et je me concentre en direction du vieil homme qui l'ouvre, sourcils froncés.

Je laisse filer mon illusion, essayant d'occulter le fait qu'elle m'est encore un peu difficile, voire parfois douloureuse, depuis que j'ai été malade, mais peu importe. Cela ne risque en rien de poser problème, surtout lorsqu'il s'agit d'œuvrer pour la Cour. Et puis, surtout, j'ai besoin de la sentir couler en moi et de me rappeler à quel point c'est un plaisir de jouer de mes illusions. Je me concentre à peine et j'ai un sourire alors que je vois, ce qui semble être un professeur, si ma mémoire est bonne, se pencher pour grattouiller un chaton imaginaire. Et il a un sourire quand il le voit s'éloigner, avant de refermer la porte juste derrière lui. Je sais, je ne devrais pas m'amuser autant de voir les gens victimes de mes petits tours de passe-passe, mais, difficile de m'en empêcher. Je souffle alors sur une mèche de cheveux qui ne veut pas rester en place et j'ai un regard en direction des autres, avant de reprendre, d'un ton léger. "Tyr, tu comptes nous faire grimper jusqu'au sommet ou pas ? Non que je ne me sentes pas l'âme d'une acrobate mais je vais finir par être un peu essoufflée à force."Et j'ai un sourire malicieux. Je peux tout à fait continuer comme ça, mais nous savons tous les deux qu'au final, les deux chemins seront tout autant jalonnés de danger. Et puis, un peu d'acrobaties ne fait pas de mal à ce qu'il parait.

Et je vois Archimède revenir en hululant joyeusement. Visiblement, il est aussi peu inquiet que moi. Et il volète autour de nous avant de se poser sur mon épaule, le regard curieux de la suite des évènements. Le danger ? Quel danger ? Je me ris du danger. Ou quelque chose comme ça.

Spoiler:
 

_________________

   

   
   
   
   
   
   
   
   


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
Message Sujet: Re: Leste main sur haute cambriole   Sam 11 Nov - 10:32


Les ennuis s’amoncellent, je pourrais avoir peur, mais cela m’amuse follement. Iseult observe avec intérêt, trouvant dans le ballet des voleurs une certaine beauté qui à l’air de lui plaire. Tant mieux au moins je n’aurais pas à supporter ses remontrances sur notre soit disant barbarie tout du long.
Je les vois tous pâlir lorsque Tyr annonce la suite des festivités. J’en bat silencieusement des mains. Je ne comprends pas leur réticente, les vents et la vue sera superbe, quoi de mieux pour nous accompagner durant notre entreprise ? Pouvais-je demander à continuer seule en escaladant le reste de la bâtisse ? Sans doute pas, mais cela restait terriblement tentant. Je les observe les un après les autres sauter comme des cabris boiteux de balcon en balcon. L’effroi s’afficher quand la jeune Agathe rate son coup, le stresse faire tressauter les muscles de leurs mâchoires lorsque la fenêtre révèle des gens et la surprise lorsque deux énormes dragons d’or nous sauvent la mise in extrémiste.
Devais-je en être surprise ?
Je m’empêche de justesse de lancer un coup d’œil à Mélusine. Deux dragons, pas un, y avait-il un troisième membre de la Rose parmi les voleurs ? L’idée était séduisante, mais tout de même une coïncidence un peu trop énorme pour que je la prenne telle quelle.

Dommage que nous soyons en mission, le vent qui claque à mes oreilles m’appellent, j’aurais tant aimé sauter pour m’agripper au dos de Stellaire, sans doute m’aurait-il accepté, peut-être même pour me lancer à leur poursuite sur le dos d’un griffon d’ébène.
A la place je me retiens et ne laisse qu’échapper un gloussement joyeux, confident discret de mes pensées.

La pierre semble vibrer sous mes doigts, répondant en écho à ma bonne humeur, autant d’invitation à les toucher et à monter plus haut. Il n’y avait en ce moment pas de meilleur endroit. Comme pour confirmer ce que je me disais, une boule de plume furieuse file à travers nous, ululant avec force pour venir se loger au creux de mon cou.

Il m’a fallut un peu de temps pour la reconnaître, mais c’est des gratouilles qui accueil la calamité volante qui gonfle son plumage de contentement.

-Tu nous accompagne ? Je pense que nous aurons besoin de toi pour attirer l’attention en te laissant te déchaîner comme bon te semble.


Ho oui, j’avais hâte de la voir en action dans les couloirs de l’Académie, rameutant la totalité des gardes et des professeurs pour lui courir après et tenter d’arrêter cette tornade miniature. Comme si elle me comprenait, je la vois qui s’envole pour prendre ma tête comme perchoir. Pourquoi pas après tout.
Je les suis, saute d’un balcon à l’autre sans réel soucis. Je ne comprenais pas toute l’appréhension qui contractait leurs muscles, les rendant par la même beaucoup moins efficaces. Devais-je le leur dire ou me taire ?
Après tout la plupart était bien plus expérimenté que moi.

-Plus vous serez crispés et plus vous ferez des erreurs. Vous en faite pas, si vous tombez, je vous rattraperai.

Il y avait nombre de tapisserie qui pendait dans le vide pour égayer les murs extérieurs, nombre d’aspérité, sans compter que je portais sur moi des cordes et petits grappins pensés précisément pour ce genre de cas. La garanti n’était pas assuré, ce genre de manœuvre était toujours extrêmement délicate et dangereuse, risquant la mort de celui qui voulait sauver l’autre, mais pas impossible à faire.
Il n’y avait pas besoin de le leur dire.
D’autant que les habits de Liselotte étaient une merveille à porter, ils n’entravaient aucunement mes mouvements, les facilitant même. Je n’avais strictement aucune idée de comment elle en était venue à ce résultat, mais c’était un véritable plaisir, je pouvais bien le lui concéder.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 701
J'ai : 40 ans
Je suis : Second des Ombres

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Cour des Miracles
Mes autres visages: Maelys Aigrépine, Liam d'Outrevent
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Leste main sur haute cambriole   Jeu 16 Nov - 17:23

Je suis fier de notre petite troupe qui ne rechigne – presque – pas devant la difficulté de la tâche. Sauf que… Les choses se compliquent rapidement, dès que nous attirons à la fenêtre l’attention de quelques occupants. Je me plaque contre la pierre froide, ne pouvant m’empêcher de sourire à voir Hiemain en faire de même, en parfait miroir. Nous n’avons pas appris ensemble pour rien. Seulement… Ce n’est pas suffisant. Le mouvement a dû être repéré, mais bientôt un ballet draconique d’or et de flammes se joue sous nos yeux aussi ébahis que la personne attirée à sa fenêtre. J’ai le souffle coupé, à voir ces deux dragons qui crachent leur feu, mais qui ne paraissent pas s’inquiéter de notre présence. Je reste immobile un moment après que la fenêtre ait claquée, refermée à la hâte, avant qu’un rire nerveux ne m’échappe. Si ce n’était pas un coup du Destin… « Je crois qu’Isil est avec nous ce soir… Allons-y ! Nous y sommes presque. »

Je ne suis pas mécontent de mettre pied sur un support plus stable quand, enfin, nous atteignons la passerelle. J’observe la troupe en arrière, qui me rejoint avec plus ou moins de peine. J’ai un sourire d’encouragement à Agathe, qui n’a pas failli, même si elle est étonnement pâle. Je vois clairement Mélodie fermer la marche avec aisance et grâce, juste après que Tara est manifestement détournée l’attention d’une autre personne. Je lui souris, quand elle nous rejoint. « L’illusion était réussie… »

Je me retourne vers les autres. « C’est par ici. » Je suis plié en deux, à avancer à pas rapides, sous les barrières de la passerelle pour ne pas être vu en terrain dégagé. Je les arrête quand nous en apercevons l’issue. « Nous arrivons dans la zone sécurisée. Ne vous attendez pas à croiser des gardes, comme dans n’importe quel manoir qui vous prendrait l’envie de voler… L’Académie regorge de pièges, et se défend elle-même. » Je laisse chacun appliquer soigneusement ses connaissances. A Mille-Visages de désactiver toutes alarmes magiques, et à Mélodie de crocheter les serrures ensuite. Durant ces quelques minutes de battement, j’en profite pour revoir le chemin à prendre avec Hiemain, car deux cerveaux valent mieux qu’un, même parmi les stratèges des voleurs.

Nous nous engageons ensuite dans un couloir qui… Est plongé entièrement dans le noir, dès que la porte se referme derrière nous. « Si pas la moindre lumière à l’étage… » Difficile d’éviter les pièges. Ma voix se répercute en un écho qui m’avertit que nous risquons peu probablement de nous percuter à des meubles au moins. J’effleure le mur le plus proche d’une main : « Restez en contact les uns avec les autres et avançons prudemment. Pas de feu, on risquerait de déclencher immédiatement un mécanisme de défense. » Mille-Visages me l’a bien signifié. « Et on a mieux. » Je sors de ma bourse les petits globes luminescents récupérés au préalable, dans cette perspective. J’en cogne un à plusieurs reprises pour qu’il s’allume avant de le lancer à la prochaine intersection, et d’en faire le long de notre progression. Je me stoppe net, à entendre un « clic » sonore non loin derrière moi. Oh, ho. Je n’aime pas du tout ça. J’entends clairement un sifflement dans l’air, alors que du gaz semble se répandre. « Attention ! » Le temps de le dire a peut-être été suffisant pour en inhaler. Je me retourne derrière moi pour… « Qu’est-ce que… ?! » J’ai l’impression de voir Jamal, tel que je l’ai imaginé, comme si mes pensées les plus noires prenaient vie. Mon sang ne fait qu’un tour, et je lui envoie mon poing directement dans la figure, étonné de rencontrer de la résistance, comme s’il était réel, avant de me dépêcher pour me ruer vers la présumée sortie de la salle. Porte close… Un juron bien senti m’échappe. Je tente de chercher mes outils, quand mes doigts semblent… S’effriter, comme du simple papier. Je les secoue, et perd mon calme, à tenter de l’enfoncer pour aller plus vite. « Par ici ! Il faut qu’on sorte d’ici et vite ! » Mais combien me croiront vraiment, pris dans l’illusion ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
avatar

Messages : 5018

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à :
Mes autres visages:
PNJ
Message Sujet: Re: Leste main sur haute cambriole   Jeu 16 Nov - 17:23

Le membre 'Tyr Parle-d'Or' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Mission Voleurs' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 497
J'ai : 36 ans
Je suis : baron de Sylvamir, sénéchal et ambassadeur de la couronne kyréenne, voleur de la Cour des Miracles et ancien Fils des Ombres

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles et Astrid, duchesse de Valkyrion
Mes autres visages: Denys du Lierre-Réal, Anthim d'Erebor, Rackham des Deux-Ancres, Joséphine Siguardent et Shahryar Khamsin
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Leste main sur haute cambriole   Mar 21 Nov - 17:52

Ce ne fut pas une mince affaire de franchir le vide en sautant de balcon en balcon pour atteindre la passerelle. Paradoxalement, cette épreuve qui pouvait paraître bien difficile était certainement de loin la plus facile. Car une fois dans l’Académie, véritablement entre ses murs, nuls doutes que le danger se mettrait à rôder partout et sous toutes les formes. Impossible de savoir à quoi s’attendre exactement. Dès que la diversion de Stellaire et Fantasme fut passée et que les illusions de Tara  cachèrent le groupe à la vision d’un personnage de passage, ils purent tous poser le pied sur la passerelle, presque aussi inquiétante par son manque de balustrade que les sauts effectués plus tôt. Ils ne faut cependant pas qu’ils s’attardent là, et Hiémain, toujours juste derrière Tyr, lui emboîta le pas tout en prenant garde à rester discret. Une fois à l’abri des regards, ils purent se reposer pour une poignée de seconde, mais guère plus. Le véritable challenge commençait. Convenant avec son ami des prochaines manoeuvres à effectuer en fonction du plan établit, le baron de Sylvamir laissa le Second des Ombres prendre une nouvelle fois la tête de l’expédition, non sans prendre la main de sa Mélusine quand les ténèbres vinrent s’imposer à leurs yeux.

“Belle alternative.”


Chuchote-t-il à l’intention de Tyr dans un demi sourire, appréciant de voir les sphères de lumière glisser au sol et éclairer leur chemin. Dans le noir complet, il était certainement bien plus risqué d’avancer, et les pièges bien plus simples à déclencher…

Clic.

Le bruit alerte immédiatement Hiémain car il sait que c’est juste derrière lui qu’il se déclenche. Avait-il marché sur une dalle piégée ou poussée un interrupteur caché sur un pan de mur ? Non, ce n’était pas lui, et dans la pénombre, il regarde le visage de Mélusine, coupable d’avoir déclenchée le piège, avec un air inquiet. Qu’est-ce qui allait bien leur tomber sur la tête ? Rien de particulièrement solide, seul un gaz qui peu à peu se répand dans la pièce et semble s’en prendre aux perceptions de chacun. C’est la voix de Tyr, qui fait que Hiémain se retourne vers lui, mais le baron est loin de se douter de ce qui l’attend. Le coup de poing est fort, précis et fait arracher un grognement douloureux au kyréen qui sent sa joue flamber de douleur. Il aura certainement un beau bleu demain.

“Mais qu’est-ce qui…” te prend… ce sont les mots qu’il voudrait prononcer, incendier Tyr de l’avoir frappé comme ça, mais ce n’est pas son ami qui lui fait face. C’est le visage de quelqu’un mort depuis longtemps qui a remplacé celui du second des ombres. “Bon sang…” Murmure-t-il remplaçant sans mal ce visage d’un jeune garçon d’environ quinze ans, dont l’agressivité dans les yeux tend à lui rappeler des souvenirs enfouis et douloureux… S’il s’attendait à revoir Sigred… ce cousin qu’il avait tué plus de vingt ans auparavant… mais tout cela n’était qu’une illusion. Ce ne pouvait être que ça. Les morts ne revenaient pas.

“Ce gaz nous fait voir des illusions ! Ne vous y fiez pas !”

Peut être allait-il les étouffer, ceci dit… S’ils ne sortaient pas bien vite de ce piège, ils finiraient peut être même pas s’entretuer… Peut-être ne s’entendent déjà-t-il plus et que les illusions se sont emparées de tous leurs sens. Et le baron n’a guère le temps d’y songer qu’il à l’impression qu’une furie vient de lui tomber dessus, tentant à nouveau de le frapper. Illusion ou vérité, les coups en tout cas semblaient bien réels…

Spoiler:
 

_________________

Cette âme est pleine d'ombre, le péché s'y commet. Le coupable n'est pas celui qui y fait le péché, mais celui qui y a fait l'ombre — Victor Hugo.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles • Admin
avatar

Messages : 5151
J'ai : 33 ans
Je suis : baronne de Sylvamir, marquise de Sinsarelle, dame de Séverac, Voleuse de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles
Mes autres visages: Quitterie ♦ Chasteté ♦ Ljöta ♦ Rejwaïde ♦ Faustine ♦ Pénélope ♦ Shéhérazade
La Cour des Miracles • Admin
Message Sujet: Re: Leste main sur haute cambriole   Jeu 23 Nov - 0:19

Vous voilà enfin de retour sur une surface faite pour marcher dessus ! C’est avec un soupir de soulagement que tu poses les pieds sur le sol du couloir, aidée du bras de Hiémain qui récupère ensuite Agathe. Tu n’en mènes pas large, sur cette passerelle qui enjambe le vide avec une vertigineuse impertinence, mais l’appel du vide t’a toujours fascinée et tu coules un regard prudent en contrebas. C’est haut. Nerveuse, tu attrapes la main de ton mari, entourant les frêles épaules d’Agathe de l’autre bras ; l’idée de la voir chuter si loin t’inquiète, et tu cramponnes fermement ta pupille jusqu’à votre arrivée dans un couloir muni de la quantité réglementaire de murs et plafond.

Et dans le noir, bon. Tu n’apprécies pas spécialement de te retrouver plongée dans l’obscurité : qui sait ce qui pourrait bien se dissimuler dans les ténèbres, se préparant à vous avaler tous crus ? Un frisson court le long de tes avant-bras, et tu accueilles avec soulagement l’arrivée des globes lumineux dont se sert le Second pour éclairer votre chemin. Vous avancez prudemment – un mauvais pressentiment t’étreint l’échine, et tu ne peux t’empêcher de ressentir de bien curieuses vibrations. Tu devrais être euphorique, pourtant, de fouler le sol de l’Académie où tu n’as jamais eu le privilège de te rendre pour autre chose qu’acheter les services d’une Outrevoyeuse à l’étage des commerces afin d’espionner ta famille. Et tu l’étais, toute guillerette et joyeuse ; mais là, d’un coup, tu éprouves une angoisse sourde dont tu peines à définir l’origine.

Bon, le clic sec sous ton talon tandis que la dalle s’enfonce y est certainement pour quelque chose.

Le sifflement dans l’air, la démangeaison qui te chatouille le nez et la gorge… et la peur, glaciale, terrible, qui s’insinue traîtreusement dans tes veines. Tu ne te sens plus en sécurité. Danger. Fébrile, tu te tournes vers Hiémain, quémandant son appui et son soutien comme tu en as pris l’habitude depuis vos épousailles, depuis qu’il t’a sauvée dans cette horrible autre réalité – mais à sa place, c’est le visage haï de Denys que tu aperçois. L’ennemi ! L’ennemi est là ! « Un piège ! C’est un piège, nous sommes trahis ! » Un instant, tu es restée bien gourde, abasourdie de voir soudain l’engeance honnie des vergers de Lagrance remplacer ton mari tendrement aimé – puis plus rien n’importe, que de te venger. Tu as à peine conscience d'avoir violemment poussé Agathe pour la mettre hors de danger : c’est avec un cri de rage que tu sautes au visage de l'illusion, toutes griffes dehors, tes ongles égratignant sa joue au passage. Et tu le roues de coup, ce monstre couronné – tu tapes du pied, tu tapes du poing, et tu lui mettrais sûrement un bon coup de tête s’il arrêtait de bouger deux minutes.

Spoiler:
 


_________________








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 2863
J'ai : 19 ans
Je suis : Apprentie voleuse du Charme, sous la tutelle de Mélusine de Sylvamir

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la cour des Miracles et Mélusine de Sylvamir.
Mes autres visages: Astarté des Sables • Gabrielle de la Volte • Sifaï Sinhaj • Tancélie le Sustain
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Leste main sur haute cambriole   Dim 26 Nov - 4:55

Agathe ne s’était pas faite prier pour rejoindre la passerelle à son tour. Malgré le bras protecteur de Hiémain sur elle, l’apprentie jeta un regard derrière elle pour voir combien haut elle était et contempler le chemin parcouru. Elle y était arrivée! Presque toute seule. En tournant son petit museau vers le reste du groupe, le sourire de Tyr Parle-d’Or semblait lui être dédié, et après une seconde d’hésitation, la blondinette décida de le lui rendre. Il.. ne la détestait peut-être pas? Ou bien… Ou bien il n’était pas mécontent de ce qu’elle avait fait jusqu’à présent. Du fond du coeur, elle espérait que Mélusine l’ait vu, elle aussi.

Les épaules serrées par le bras de Mélusine, Agathe s’était laissée entraîner jusqu’au couloir sans la moindre résistance. L’obscurité la rendait nerveuse, au moins un peu, mais à présent, il lui semblait que la pénombre était moins pénible que les sauts en hauteur. Ça brillait soudainement entre les mains du Second des Ombres. Des pierres brillantes, plus petites qu’un oeuf, furent lancées plus loin, en avant. La Belliférienne les suivait, du bout des yeux, se tenant sagement derrière Mélusine si ce n’était de sa petite frimousse qui dépassait. Elle avait bien entendu les commentaires de Tyr. C’était dangereux, par ici. L’Académie se défendait d’elle-même, ce qui sous-entendait non seulement des pièges, mais aussi de cette magie étrange et dangereuse qu’elle connaissait si peu. Il n’y avait aucune chance pour qu’Agathe soit ailleurs que dans l’ombre de sa tutrice.

Clic.

Elle s’était arrêtée en entendant le piège s’activer. C’était sous le talon droit de Mélusine, elle en était presque convaincue. Une fumée étrange qui prenait à la gorge s’élevait instantanément. Et presque aussi brusquement, la jeune voleuse heurté le sol durement. Elle avait couiné de douleur en sentant son épaule élancer, brusquement, tout comme sa pommette. L’impression que son coeur battait à travers sa joue la gagnait peu à peu. Un peu hébétée par la douleur, étourdie par les recommandations qui fusaient de toute part, Agathe demeurait immobile. Devant elle, celui qui l’avait poussé, était mort depuis un moment.

- Papa…?

Il se dégageait d’elle, furibond, pour s’en prendre à une silhouette vague qu’Agathe désigna naturellement comme étant Arnaut. Il venait la défendre. Encore. Son pauvre jumeau tentait d’esquiver tant bien que mal les coups de poings alors qu’il encaissait un ou deux coups de pieds. C’était la folie. C’était le chaos. C’était son pire cauchemar, de devoir revivre cette scène. Il y avait si longtemps… Si longtemps! Elle n’était plus préparée pour cette vie, pas si drastiquement. Au fond de son esprit, la situation n’était pas régulière. C’était… C’était impossible. Pourquoi donc?

La blondinette chercha à rejoindre le mur pour s’y recroqueviller. Tout à coup, elle redevenait cette souris de Bellifère, tout juste bonne à se cacher et épier. Elle devait réfléchir, mais avant tout, elle devait se protéger.

- Par ici ! Il faut qu’on sorte d’ici et vite !
- Anthelme! Attend-moi !

Elle s’était redressée d’un bond, ignorant de son mieux son épaule toujours douloureuse. Sans crier gare, Agathe avait lié sa main à la sienne pour s’enfuir avec lui.

Spoiler:
 

_________________







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 332
J'ai : 47 ans
Je suis : Voleur - Maître du Charme au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Fils de l'Ombre
Mes autres visages: /
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Leste main sur haute cambriole   Jeu 7 Déc - 9:07

Le bon côté, c’est qu’en nous connaissant tous, plus ou moins bien certes, on parvient à garder une atmosphère somme toute assez légère. Enfin, de mon côté du moins, tout le monde n’est pas aussi doué que moi. Non pas que je ne prenne pas tout cela au sérieux, loin de là, mais certains sont tellement trop… rigides. Nous poursuivons pourtant notre route, tant bien que mal, de balcon en balcon, alors que je prie distraitement Isil de mon côté de ne pas chuter. Par orgueil principalement effectivement, nul n’est parfait. Et si je lance une noisette à Tara quand elle se moque, je prends tout de même garde et me concentre sur ce que je fais. J’ai un sourire distrait quand elle use de magie pour distraire un énième visiteur, avant de grimacer en entendant Mélodie. Facile à dire pour elle, qui saute aussi aisément qu’un cabri.

« Ai-je l’air crispé ? C’est une promenade de santé pour les anciens que nous sommes, tu devrais le savoir. Tu n’auras pas à sauter dans le vide pour nous rattraper, n’aies crainte. »

Je l’espère en tout cas. Et fort heureusement, nous finissons par arriver, ou du moins, par rentrer à nouveau dans l’Académie, sur un sol stable et droit. Je soupire, ralentissant pour laisser mes yeux s’habituer à l’obscurité, malgré les petits globes lancés par Tyr. J’aurais préféré les gardes, il est toujours plus évident d’endormir et de manipuler des hommes que des sorts, n’est-ce pas ? Et comme pour appuyer mes paroles, j’entends distinctement un clic s’enclencher devant moi. Avant le chaos, avant que tout ne parte en vrille et que chacun n’aille dans tous les sens. Je les entends distinctement se battre contre je ne sais qui, je les entends tour à tour hurler au piège, à l’illusion, que sais-je encore. Mais ça je m’en serai bien rendu compte tout seul. Parce que j’ai beau avoir certains problèmes, je ne me suis encore jamais dédoublé. Et bien que cela pourrait être amusant, ça ne l’est aucunement. Pas alors que je vois ce regard et cet air dédaigneux, et cet enfant au sol à l’air effrayé. Et évidemment, j’ai beau savoir que ce n’est pas réel, que je ne peux pas me regarder moi-même, la seule chose que je parviens à faire, c’est d’en être horrifié… et de me mettre en colère. Ma mâchoire se crispe et je le rejoins en quelques pas, mon poing atteignant son menton avant même que j’y songe. Et pourtant ce n’est pas le vide qui accueille mon coup, mais bel et bien un visage réel. Ce qui est pire que tout. C’est pas une illusion ça, enfin si, mais une illusion réelle, comme pourrait le faire Tara. Mais c’est qui alors ? Une seconde, je me mets à souhaiter que ce soit Tyr et je grimace un sourire. Je sais, je sais. Mais je peux bien souhaiter que ce soit lui et pas un des autres non ?

« Une illusion genre celles de Tara ?... Trouver une sortie, facile à dire… Là, c’est une vraie porte ? »

Je désigne ladite porte à qui peut bien se trouver autour de moi. Sortir. Je pousse le gamin qui tenait la main de mon autre moi et je me tourne pour essayer de faire avancer les autres, de les déjà… Malgré l’illusion. Et même Tyr ouais…

Spoiler:
 

_________________



Tous les enfants ont du génie, le tout est de le faire apparaître
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 645
J'ai : 37 ans
Je suis : Voleuse - Maitre Stratégie au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Le fils des Ombres
Mes autres visages: Bastien
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Leste main sur haute cambriole   Jeu 7 Déc - 10:11

Tout se passe étonnamment bien. Nous avançons rapidement, en silence et les quelques petits désaccords de cette partition particulièrement bien jouée sont réglés avec facilité. A croire que oui, Tyr a raison et qu’Isil est bien avec nous aujourd’hui. J’espère que cela va durer et je commence à retrouver cette confiance que je pensais avoir perdu. Jouer de mes illusions est facile et chacun semble trouver son rôle à jouer sans difficulté. Je souris, confiante, soufflant, avec malice. "Merci, je ne suis pas aussi rouillée que je le croyais." Mais je me fais plus sérieuse alors que Tyr indique que nous entrons dans une zone sécurisée. J’effleure un mur, la mine songeuse, essayant de me rappeler tout ce que j’ai pu entendre à propos de ces étages. Bien des choses pour être honnête. Sur des pièges déclenchés sans que l’on sache comment, aux effets des plus indésirables. Jamais mortels, pas à ce niveau en tout cas. Il faut toujours pouvoir mettre la main sur les impudents qui seraient arrivés ici. Car ils ne sont jamais là par accident. Alors, je redouble d’attention.

Jusqu’au clic qui chamboule tout.

L’illusion a toujours été de mon côté. J’en joue, parfois trop, je l’utilise au point que, parfois, elle se mêle tellement à la réalité que j’en oublie de faire la différence. Mais je ne suis pas habituée à en être la victime. C’est arrivé une fois, dans cette réalité alternée et je ne m’en suis toujours pas remise. Alors, quand je vois Jamal se dresser devant moi, tenant entre ses mains un nouveau-né recouvert de sang, je me sens vaciller, le visage pâle et les yeux écarquillés. Je m’appuie sur le mur en tremblant et je souffle, avec une terreur que je n’arrive pas à retenir "… pas Jamal, pas lui. Non, non…" Et je baisse les yeux pour voir mes propres mains recouvertes de sang, sans faire attention le moins du monde au désordre qui m’entoure.

Je ne sais pas combien de temps je mets à réaliser ce qui se passe mais je sens le bec d’Archimède qui me tire l’oreille à un point tel que c’en est douloureux. Je cille, alors que j’entends enfin ce qui se dit autour de moi. "… une illusion oui." Et je ferme les yeux, inspirant aussi calmement que possible, même si je continue de me frotter nerveusement les mains sur mes cuisses pour faire disparaitre du sang qui n’existe pas. "Il… faut… se concentrer. Oublier que ce n’est pas réel. Rien n’est réel. Rien du tout." Plus facile à dire qu’à faire, surtout pour quelqu’un qui, comme moi, se baigne dans l’illusion depuis tellement longtemps. Archimède a fini par me lâcher et s’est envolé pour picorer je ne sais qui, pour tenter de le ramener à la réalité. Je plisse des yeux alors que je vois qu’il est perché sur l’épaule de Tyr et qu’il bat des ailes, agité.

Et je me dirige vers la porte, que je secoue sans le moindre succès. "Mélodie ?" J’espère qu’elle pourra nous entendre, qu’elle pourra venir jusque-là pour forcer la serrure. Et, soudain, je tique que je peux peut-être faire quelque chose. J’inspire longuement et j’essaie de me concentrer sur les gens présents, sans savoir quels sont les monstres qu’ils essaient de combattre ou qu’ils doivent affronter. Et j’essaie de les englober dans ma propre illusion, pour leur rappeler, paradoxalement, la réalité. Qu’ils ne sont pas seuls. Que nous sommes ensemble. Et pour ça, je leur envoie des images des autres membres de la Cour, nos amis, notre famille. En espérant que ça fonctionnera pour les détacher de ce qui les hante.


Spoiler:
 

_________________

   

   
   
   
   
   
   
   
   


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
Message Sujet: Re: Leste main sur haute cambriole   Sam 9 Déc - 21:22

On aurait presque pu croire à une sortie entre amis, ça se chamaillait, faisait les fiers. Ce n’était qu’une façade, mais il était bon d’exorciser l’angoisse de la sorte, pour éviter qu’elle ne prenne le dessus et nous fasse faire des gestes malheureux. Enfin le vide laisse place à un couloir, je le regrette, mais je ne peux que suivre, désormais inutile et devant laisser mon sort entre les mains des mes confrères et consœurs.
Le clic fatidique résonne et j’ai à peine le temps d’entendre les mots de Tyr que la réalité se déforme. Devant moi un monstre aux multiples visages, prenant tour à tour l’aspect d’un marchand, celui ayant attrapé ma mère pour vole, celui de Liselotte ou encore de ces gamins qui avaient voulu me coincer dans une ruelle avant que je ne sois de la Cour pour me punir de ne pas rejoindre leur bande et de les écouter aveuglément.
Le tout se mélangeant atrocement dans une danse macabre, les silhouette se détachant les unes des autres et fusionnant à mesure que des bruits de lutte se faisaient entendre. Le monde avait perdu de sa cohérence et j’aurais pu croire à un mauvais rêve si ce n’était ce rappel incessant que nous étions en mission, à l’Académie. Le mot illusion fut hurlé par une voix déformée par la magie.

Moi j’étais là, regardant, tétanisée, le ballet immonde qui se riait de mon inutilité.

Une porte, oui, je devais ouvrir une porte. Alors je m’avance, le pas chancelant, fermant à moitié les yeux pour ne pas voir cette vision ricanante et douloureuse, pour ne pas céder à la panique du regard satisfait d’une Liselotte couverte de mon sang. Je les entre-ouvre, les ferme, je cligne. Des visages amis se superposent au cauchemar, se dilatent, éclatent, reviennent, sont remplacés par les cauchemars.
C’était déroutant. Je m’avance et cette porte semble s’éloigner à mesure que j’approche. J’ai envie de me rouler en boule, alors que des mots sont susurrés à mon oreille. Illusion, illusion ce n’était que ça, mais mon esprit était en train de s’emballer, je le sentais au gout de rouille qui envahissait mon palais, j’avais envie de vomir.

Je trébuche sur quelqu’un. Hiémain ? Son visage est remplacé par celui d’un gamin crasseux. Putain de magie. Tara devait y être pour quelque chose, mais ses capacités n’arrivaient pas à chasser celle du piège. Finalement c’est un mur que je me prends, et les pierres ont la texture du bois. La porte ! Je ne peux pas la voir, mais je peux la sentir, merci Tara, pas sûre que j’aurais pu ne serait-ce que reconnaitre le bois sans elle. Je me laisse glisser sur le sol, ferme les yeux, laisse mes doigts faire le reste. Les connards, la serrure n’était pas de simple facture. Je lutte, je grogne, je charme. Après une éternité, peut-être moins, j’entends un autre « Clic », différent du premier, salutaire celui-ci et la porte s’ouvre pour nous laisser passer.

Problème…. J’étais présentement en pleine crise d’angoisse. La Liselotte avait eu raison de moi, la magie ou les narcotiques ou peu importe ce que ce pouvait être, jouait sans doute sur la fébrilité qui m’agitait désormais. Je me sentais incapable de bouger, sous peine de mourir si je devais faire un pas de plus.

-Peux pas bouger.


Je me sens ridicule, à ainsi crisper les mâchoires, incapable d’expliquer quoi que ce soit d’autre. Les illusions étaient-elles parties ? Aucune idée, mon corps se rebellait contre moi et voulait y chasser mon âme en la compressant douloureusement.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 701
J'ai : 40 ans
Je suis : Second des Ombres

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Cour des Miracles
Mes autres visages: Maelys Aigrépine, Liam d'Outrevent
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Leste main sur haute cambriole   Sam 16 Déc - 17:44

Une main se glisse dans la mienne, et me fige de stupeur. Je me retourne vers une fille blonde, qui n’a pas encore atteint pleinement sa maturité. « Tara… ? » Mais il est déjà là, sur nous. Je pensais revoir Jamal, mais c’est réellement cet idiot de Merle qui me met un coup de poing bien senti. Je titube avant de me rattraper au mur, me tenant la mâchoire d’une main, et il en profite pour me l’arracher de la main. J’ai vraiment envie de le tuer, avant de réaliser qu’il est peut-être bien la seule personne réelle qui se dessine dans la pénombre. « Merle, c’est bien toi ? » Quelle ironie. Si ce ne sont que des ennemis imaginaires qui me cernent, Merle doit bien en faire partie non ? Même si lui reste bien réel.

Et ce mur, derrière moi, l’est aussi. Je me sens vaciller, entre réalité et illusion. C’est peut-être bien l’œuvre de Mille-Visages, si tout se juxtapose étrangement, dans un mélange confus qui nous rend néanmoins un peu de lucidité. Je croyais avoir atteint la porte, mais c’est Mélodie qui est face à sa serrure, déjà à s’affairer. J’ai une bouffée de fierté, à songer que je peux entièrement me reposer sur les uns les autres de cette expédition pour déjouer les pièges de l’Académie. Le clic caractéristique me permet un peu de me détendre.

J’ouvre la porte, mais Mélodie ne bouge pas. Je l’entends à peine souffler avec une terreur sourde dans la voix… Pauvre gamine. Je ne sais ce qu’elle a vu, mais ses derniers mois se sont révélés suffisamment fastidieux pour elle pour que l’illusion ait de la matière. Je pose un genou à terre pour glisser un bras sous ses épaules et ses genoux, à me redresser avec Mélodie dans les bras. « Dépêchez-vous, allez ! La sortie est par là ! Ne laissez personne derrière ! »

Je pousse du pied quelques globes luminescents, comme des lueurs d’espoir dans cette nuit profonde, pour les aider à les guider. Je compte mentalement un, deux, trois… Six voleurs, avant de refermer la porte pour éviter que le gaz ne se répande plus loin. Je reprends mon souffle, adossé à la porte, encore quelque peu perturbé par ces visions. Mon regard s’attarde, confus, sur la blonde qui a le même âge que ma sœur défunt, quand elle s’est donnée la mort. C’était… Agathe, qui a pris ma main ? Je secoue lentement la tête, chassant ces idées pour le moment. « Vous allez bien ? » La question est sincère. « C’est plus calme, ici. »

J’observe rapidement la pièce, qui ressemble à un bureau d’étude. La bibliothèque regorge de lourds ouvrages à la reliure colorée, et des tableaux décrivant des scènes de chasse ou de guerre égayent la pièce. Le bureau de bois, imposant, regorge de notes. J’aperçois un échiquier, avec une partie arrêtée en cours, à une autre petite table, ainsi qu’un fauteuil imposant et, plus étrange, un grand miroir. « C’est curieux. »

Je m’approche du fauteuil pour déposer Mélodie, le temps qu’elle retrouve ses esprits. Je lui adresse un mince sourire, à poser une main sur sa tête avant de me relever. « Bien joué. » Je me demande si une pause ne serait pas judicieuse, quand je retourne vers mes camarades… Juste à temps pour apercevoir un détail qui me fige d’horreur. « La porte ? Où est-elle ? » Je me précipite sur le mur vierge, qui ne comporte plus une seule échappatoire, avant de jurer tout bas. « Un autre maléfice ? » Encore ? J’essaie de garder mon calme, face à mes compagnons d’infortune. Je continue de fouiller le mur, à en suivre les interstices pour retrouver la porte qui s’est dérobée, avant de souffler d’un air agacé. « Nous devrions fouiller toute la pièce. Il doit bien exister une sortie… »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Leste main sur haute cambriole   

Revenir en haut Aller en bas
 
Leste main sur haute cambriole
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» La main invisible
» VOTE DE CENSURE POUR JEA !HAUTE COUR DE JUSTICE POUR RENE PREVAL !
» Prise la main dans le sac...[PV Sacha]
» ATTENTION ,HAUTE TENSION...
» Le groupe T-vice victime d'un vol à main armé à Saint Domingue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Les Terres du Nord :: L'Académie de Magie et du Savoir :: Passerelles et couloirs-
Sauter vers: