AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Et c'est une bonne situation ça, Voltigeur ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 174
J'ai : 31 ans
Je suis : Voltigeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel ; Octave, empereur d’Ibélène
Mes autres visages: Tara Mille-Visages
Les Voltigeurs
Message Sujet: Et c'est une bonne situation ça, Voltigeur ?   Mar 5 Déc 2017 - 7:01


   
Livre III, Chapitre 1 • D'Accord et de Chaos
Meldred Vif-Ressac & Bastien Aigrépine

   
Et c'est une bonne situation ça, Voltigeur ?

   
Souvenirs de taverne

   


   
• Date : 29 novembre 1002
   • Météo (optionnel) : Il fait nuit, il fait froid, de quoi rester bien au chaud à boire !
   • Statut du RP : privé
   • Résumé : Bastien a besoin de se changer les idées suite à l'attaque de l'Académie. Ne sachant pas quoi faire, il se retrouve à vider des chopines et à taquiner la gueuse dans une taverne, jusqu'à l'arrivée inattendue d'un vieil ami qu'il ne pensait pas revoir de sitôt.
   • Recensement :
   
Code:
• [b]29 novembre 1002[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t3087-et-c-est-une-bonne-situation-ca-voltigeur]Et c'est une bonne situation ça, Voltigeur ?[/url] - [i]Meldred Vif-Ressac & Bastien Aigrépine[/i]
    Bastien a besoin de se changer les idées suite à l'attaque de l'Académie. Ne sachant pas quoi faire, il se retrouve à vider des chopines et à taquiner la gueuse dans une taverne, jusqu'à l'arrivée inattendue d'un vieil ami qu'il ne pensait pas revoir de sitôt.
   

   

_________________




Dernière édition par Bastien Aigrépine le Mar 5 Déc 2017 - 7:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 174
J'ai : 31 ans
Je suis : Voltigeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel ; Octave, empereur d’Ibélène
Mes autres visages: Tara Mille-Visages
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Et c'est une bonne situation ça, Voltigeur ?   Mar 5 Déc 2017 - 7:02

D’aussi loin que je me souvienne, et j’ai une très bonne mémoire, n’en déplaise à certains, je n’avais pas senti une telle tension dans toute la ville. Et pourtant, la guerre fait rage depuis plusieurs années déjà et il y a eu nombre d’évènements qui ont déjà touché la cité aux mille tours de bien des façons. Et pourtant, ce soir, les choses semblent bien différentes. L’attaque de l’Académie et ses conséquences sont en train de marquer les esprits. Même si tout le monde n’est pas passé par là, elle fait partie de Lorgol et j’ai le sentiment que ses habitants se sont tous sentis comme directement agressés. Est-ce que c’est également mon cas ? Je ne saurais le dire. J’ai aimé mes années d’études à l’Académie, j’y ai rencontré des camarades pour le moins intéressants mais je ne suis pas du genre à faire preuve de nostalgie ou à regarder en arrière. Pour ce que ça peut m’apporter de toute façon.

Mais tout de même, ça m’a fait quelque chose. Sans compter le fait que je n’ai pas encore retrouvé Maelys et que je ne sais pas comment elle va, je n’aime pas l’idée qu’une telle attaque ait pu être menée sans que nous ne puissions rien empêcher. J’en suis perturbé, bien plus que je ne veux bien l’avouer et, dans la mesure où j’ai encore quelques jours de liberté avant de repartir à la Caserne et de me faire houspiller d’une façon ou d’une autre par Ortie pour mon retard, je décide d’aller me vider la tête dans l’une des tavernes dont les bières coulant à flot et l’ambiance habituellement détendue me fera du bien. Certes, je pourrais aller voir de vieux amis ou, pire encore, mes parents. Mais je n’en suis pas encore là, les dieux en soient remerciés. Je préfère me fondre dans une ambiance festive, à défaut d’être joyeuse et oublier un peu les pensées pour le moins sombres qui ne manquent pas de m’habiter depuis que j’ai appris la nouvelle. Dire que j’étais là, que j’ai pu m’enfuir avant que les choses ne s’aggravent n’arrange en rien les choses, bien au contraire. Et là encore, c’est perturbant. Alors je bois. J’attaque ma deuxième pinte avec l’énergie de l’homme qui souhaite à tout prix oublier qu’il ne maitrise au fond, pas grand-chose de son existence, moins qu’il le voudrait en tout cas, alors que j’écoute distraitement ce qui se passe autour de moi. Les esprits semblent quelque peu échauffés, le ton monte mais je n’y prête pas vraiment attention, tout occupé que je suis à … discuter avec une charmante donzelle blonde qui n’était là au départ que pour déposer je ne sais plus quoi à l’aubergiste. J’avoue, je n’ai rien écouté du pourquoi ou du comment, peu importe dans le fond. J’essaie de mener un semblant de discussion, songeant que ce genre de distraction pourrait vraiment me changer les idées et je glisse, l’air de rien, que je suis Voltigeur. Autant dire que c’est quelque chose qui fonctionne à chaque fois ou presque. Je vois ses yeux pétiller et un sourire illuminer son visage alors qu’elle souffle, d’un ton un peu trop haut perché pour me plaire totalement. « Et c’est une bonne situation ça, Voltigeur ? C’est super dangereux par les temps qui courent non ? » Elle bat des cils, la mine tellement innocente que j’hésiterais presque entre rire et ou lui demander si elle fait semblant d’être stupide. Alors, à défaut, je louche sur ma chope avant de reporter mon attention sur la charmante jeune femme, ayant tout de même un peu de mal à regarder autre chose que son décolleté plongeant. « En réalité, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise situation. Moi, si je devais résumer ma vie aujourd’hui avec vous, je dirais que c’est d’abord des rencontres. » Et je lui décoche un clin d’œil alors qu’elle glousse et qu’elle finit par s’installer à ma table. Fort bien, voilà une affaire rondement menée et qui devrait se terminer comme je l’entends. Parce que, ne nous leurrons pas, je n’ai pas commencé à parler à la demoiselle pour son intellect. En tout cas, de loin, ce n’est pas ce qui m’a attiré l’œil en premier.

Et voilà que la porte claque de nouveau et que les regards se tournent vers l’entrée. Je fais de même, histoire de ne pas trop lorgner sur les attributs qu’un corset savamment serrés ne saurait cacher suffisamment et je me fige en reconnaissant une silhouette que je n’ai pas vue depuis bien longtemps. Je souffle alors, non sans un sourire un peu incrédule. « Par tous les dieux, si je m’attendais à ça… » Et bien, ma foi, une bonne bagarre avec un vieil ami que je n’ai pas revu depuis une éternité pourrait tout aussi bien me changer les idées.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir • Admin
avatar

Messages : 1365
J'ai : 31 ans
Je suis : Apprenti-canonnier sur l'Audacia

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : À Rhéa, et à l’Audacia. À la famille qui m'a recueilli dans l'Archipel.
Mes autres visages: Astrée Aubétoile, Grâce de Sombregemme, Tristan d'Amar
Le Pavillon Noir • Admin
Message Sujet: Re: Et c'est une bonne situation ça, Voltigeur ?   Ven 22 Déc 2017 - 4:27

Un lion en cage – c’était comme ça que Red se sentait, après ces semaines d’immobilisation forcée, bien qu’ils soient repartis à l’archipel entre temps. Il aurait peut-être dû y rester, en fin de compte. Mais il ne comptait pas perdre sa place sur l’Audacia, où il s’était engagé, et où il comptait bien remonter, à la saison prochaine. Il envisageait très sérieusement d’aller envahir Deux-Ancres, pour voir son frère et Quitterie, ou en tout cas ne pas se sentir oppressé par tout le monde qui gravitait à la taverne de la Rose, actuellement. Beaucoup de marins, plus ou moins honnêtes, avait subi les mêmes inconvénients qu’eux, contraints à rester à quai quand ils auraient du se trouver sur les eaux agitées, goûter en permanence au sel qui leur brûlait les lèvres et parfois les yeux, mais que tous aimaient plus que tout.

Bref. Red s’était levé, s’était retenu de lancer une chope à la tête d’un crétin qui lui cherchait des noises – il ne tenait pas à subir le courroux de Freyja – et il avait quitté la taverne de la Rose, non sans fracas. À vrai dire, ce n’était pas le monde constant qui le mettait sur les nerfs. C’était les gémissements, la peur ambiante, les pleurs parfois. L’inquiétude de chacun. Il aurait pu perdre Rackham et Quitterie, il le savait, et c’était plus pour s’assurer qu’ils allaient bien, qu’il voulait les suivre – que ça soit à Deux-Ancres ou ailleurs, il en avait le temps durant l’hivernage. Tous ces sentiments d’angoisse rejaillissaient sur lui, et le mettaient à fleur de peau. Il se sentait prêt à exploser, et surement l’aurait-il fait, s’il n’avait pas quitté les lieux. Et les insultes en îlien auraient fleuri, déplaisantes pour tous.

Il s’était laissé aller dans les rues, la mine suffisamment peu avenante pour que tous détournent le pas sur son passage – ou peut-être se plaisait-il à le croire – jusqu’à tomber sur une taverne dans laquelle des chants, des rires, résonnaient, comme si le lieu était hors du temps, intouchable. Poussant la porte, il fut assailli violemment par le bruit qu’il percevait dehors, claquant la porte suffisamment fort malgré lui pour que tous l’entendent. Et qu’il soit la cible de tous les regards. Plus longtemps que nécessaire peut-être, mais comment leur en vouloir, alors qu’ils contemplaient un si bel îlien ? Bien plus beau, à vrai dire, que les continentaux, si l’on demandait son avis à Red.

Mais ce n’est pas tous ces gens, qui attirèrent son attention, plutôt le petit gringalet, svelte et tout sec, qui s’adressait à lui, avec son sourire de crétin continental. Un ami… Ou du moins l’était-il avant. Maintenant ? Red n’en savait trop rien. Il fit signe à un homme dont le plateau était plein de chopes d’il ne savait quoi de lui en servir une – il se ferait le plaisir de la fracasser sur la tête de Bastien après – et s’approcha du petit groupe. Il était accompagné d’une belle jeune femme, qu’il n’avait visiblement pas choisie pour les échanges verbaux qu’il pourrait avoir avec elle. Passant un bras sur les épaules de la jeune femme, un sourire charmeur sur le visage, il fit mine qu’il ne voyait qu’elle. « J’espère que c’t’homme vous dérange pas, m’dame. On fait pas pire racaille, par ici. J’suis là, s’vous avez b’soin d’ma protection… »

Sa main quitta le corps chaud de la délicieuse demoiselle, s’approchant de Bastien, pour l’entraîner dans une étreinte virile, peut-être excessivement brutale alors qu’il posait fortement son bras dans son dos. « J’ai cru que t’étais mort. Voltigeur, alors ? » Depuis combien de temps ne s’étaient-ils pas vus ? Et surtout, qu’est-ce que cela changerait, dans leur amitié qui n’en était probablement plus une ? Bastien savait que Red n’était pas un honnête marin – il ne s’en était jamais caché, dans Lorgol. La Ville Basse était leur territoire, à eux aussi. « Je suis guerrier dans la marine, m’dame. J’défends les humbles gens, qui veulent voyager. Des fois qu’les pirates veuillent aborder leur navir’… Z’avez d’jà été sur l’eau ? » Il lui adressa un sourire resplendissant, accentué par la rougeur qui prenait ses joues, et le gloussement qu’elle laissait échapper.

_________________



Aucun bateau n'a été blessé pour réaliser ce gif (non conforme à la réalité d'Arven). :arrow:

Couleur : capucine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 174
J'ai : 31 ans
Je suis : Voltigeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel ; Octave, empereur d’Ibélène
Mes autres visages: Tara Mille-Visages
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Et c'est une bonne situation ça, Voltigeur ?   Mer 17 Jan 2018 - 10:52

Alors, si les choses se passaient comme je l’entends, la jeune damoiselle rougissante aux attributs qu’il est difficile de rater, finirait rapidement dans mon lit alors que je serais en train de lui promettre monts et merveilles tout en passant une fin de soirée sommes toutes parfaite. Si elle n’a guère de conversation, je ne m’en formalise pas outre mesure, tout occupé que je suis à regarder ce que j’ai sous les yeux. Et autant dire que j’apprécie le spectacle, ce que mon sourire en coin et mon regard pétillants doivent démontrer sans trop de difficultés. Je me demande vaguement combien de temps il me faudra pour parvenir par soulever ses jupons quand le hasard – ou la malchance – décide de mettre un vieux compagnon sur ma route. Enfin, je ne sais pas si je dois vraiment le qualifier de la sorte en réalité. Peu importe au fond, il fait partie des rares personnes dont j’ai eu le loisir d’apprécier réellement la compagnie.

Je plisse tout de même des yeux lorsque je vois qu’il pose la main sur MA gueuse. Qu’il aille donc s’en trouver une autre ! J’ai passé une partie de ma soirée à la séduire, ce n’est pas pour que ce soit lui qui la ramène dans son navire où je ne sais dans quel coin peu fréquentable il doit dormir en ce moment. Je me racle la gorge, comme pour lui rappeler mon existence, prêt à m’enhardir d’un monologue pour grappiller de nouveau les points qu’il vient de me faire perdre. Mais c’est sans compter sur l’étreinte des plus viriles à laquelle j’ai le droit. Et j’avoue, j’en reste quelque peu pantois mais je lui rends tout de même brièvement son étreinte avant de lui poser la main sur l’épaule – ou plutôt de la serrer un peu trop fortement pour être parfaitement honnête – et de souffler, en direction de la demoiselle. « J’parie que ma mine ne la dérange pas. Et puis, au pire, la sienne est suffisamment charmante pour nous deux. » Elle bat des cils et m’adresse un sourire éclatant avant que je ne reporte mon attention sur mon… ami donc. « Voltigeur ouais. J’parie que t’aurais préféré que j’sois mort en réalité. » Il est amusant de voir que je retrouve mes mimiques du temps où je passais ma vie dans des lieux peu recommandables, que ce soit verbalement ou au niveau de ma gestuelle. Mais je m’en moque, surtout en cet instant précis. Il n’y a pas grand-monde pour être témoin de cette autre facette de ma personnalité, pourtant guère glorieuse je veux bien l’admettre.

Je ne peux pas m’empêcher de ricaner quand Red reprend la parole et se fait passer pour un honnête homme. Avant de voir que ça a l’air de marcher sur la petite blonde. Là, évidemment, ça me plait un peu moins et je souffle, avec un sourire narquois. « J’ai pourtant souvenir que t’as fui la queue entre les jambes quand tu as croisé un pirate pour la première fois. » Je me penche vers la donzelle et je reprends, complice. « Voyez le grand gaillard là ? Il a pleuré en appelant sa mère après sa première rencontre avec des forbans. Le pire ? C’est que les humbles gens dont il parle, il les a même pas secourus je parie ! » Elle fronce les sourcils, un rien perplexe, mais ne fait rien pour dégager la main que j’ai négligemment posée sur son épaule. Non mais, si je ne dois pas l’avoir dans mon lit, il ne l’aura pas non plus. Et, ami ou pas, je ferais tout ce qu’il faut pour m’en assurer. « Au fait, mon ami ! C’est toi qui offre la prochaine tournée ? Tu pourras nous raconter si t’es toujours aussi malade sur une barque ! » Alors en réalité, ça, c’est moi. Je n’ai étonnamment aucun problème à me hisser sur Ortie et à faire toutes les acrobaties possibles et imaginables lorsque nous sommes dans les airs. Je me souviens même m’être jeté une fois dans le vide, assuré qu’elle me rattraperait au vol. Avant de me rappeler qu’il s’agissait d’Ortie et que j’avais peut-être un rien présumé de sa réaction. Elle m’a rattrapé au dernier moment, probablement pour me donner une leçon que j’ai retenue évidemment, non sans me venger par la suite. Mais Red a toujours eu le pied sacrément marin, d’aussi loin que je me souvienne. Alors, forcément, l’imaginer malade sur deux vulgaires planches de bois a quelque chose de vraiment hilarant. C’est probablement pour cela que je lui décoche mon plus beau sourire, aussi innocent qu’agaçant. Décidément, rien de plus agréable que les retrouvailles avec de vieux amis, n’est-ce pas ?

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir • Admin
avatar

Messages : 1365
J'ai : 31 ans
Je suis : Apprenti-canonnier sur l'Audacia

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : À Rhéa, et à l’Audacia. À la famille qui m'a recueilli dans l'Archipel.
Mes autres visages: Astrée Aubétoile, Grâce de Sombregemme, Tristan d'Amar
Le Pavillon Noir • Admin
Message Sujet: Re: Et c'est une bonne situation ça, Voltigeur ?   Jeu 22 Fév 2018 - 19:22

Il n’aurait certainement pas pensé tomber sur un vieil ami – peut-être ne pouvait-il plus réellement le qualifier de tel, mais Red s’embarrassait rarement des limites que se mettaient les gens, et jusqu’à preuve du contraire, ils l’étaient. Peut-être qu’ils se mettraient sur la gueule, encore une fois, mais quelle importance ? Ca n’empêchait pas vraiment leur entente. Y’avait qu’à voir, avec Eric – tout était bien mieux allé, entre eux, depuis qu’il lui avait lancé une choppe à la gueule. Ou son poing ? Ses souvenirs s’emmêlaient un peu, quand il repensait à ces soirées, qui finissaient vraisemblablement par des bagarres.

Mais cela n’importait pas. Ou bien moins, en tout cas, que Bastien dont il s’approchait. Et que la demoiselle qui discutait à bâtons rompus avec lui, sûrement charmée par sa belle gueule. Ou par son beau petit cul, mais il n’était pas sûr qu’elle ait déjà pu le voir. Souriant, il s’approcha d’elle en premier, persuadé de la charmer autant que Bastien, si elle lui en laissait le temps. Ou si Bastien lui-même lui en laissait le temps. Mais s’il était jaloux et qu’il voulait que Red se consacre uniquement à lui… Le pirate n’y verrait aucun inconvénient. Mais il se souvenait pas de lui comme vraiment ouvert. Une grande perte, si on lui demandait son avis.

Il lui sourit, pourtant, en le voyant plisser les yeux, alors que son bras se pose sur la jolie jeune femme à qui il faisait la conversation, bien qu’il ne le laisse pas réagir outre mesure, l’entraînant dans une étreinte bien masculine – ce à quoi il répond avec affront, en enserrant plus que nécessaire son épaule. Comme au bon vieux temps. « C’serait d’mmage, qu’ell’ s’content’ d’ta tête, quand elle peut avoir ça, dit-il, en se montrant de haut en bas, j’veux dir’, t’as une belle gueule, mais t’tiens pas l’comparaison, ‘rapport à moi. » Il la tenait, plutôt deux fois qu’une. Ils étaient tous les deux incroyablement beaux – en toute modestie.

Il haussa les épaules, quand il parla de le préférer mort. « J’sais pas. Mon frèr’ est Ch’vaucheur, t’sais, alors… Ici, c’est un territoire neutr’, d’paix. C’a pas vraiment d’importanc’. Mais bon, s’tu veux que j’te frapp’, tu m’dis. J’sais que tu veux l’impressionner par tes talents d’combattant. » Il lui fit un clin d’œil, avant de se tourner vers la femme plantureuse. « Mais quand j’gagn’rai, j’vous donn’rai un baiser, m’dame, si vous voulez. » Pourquoi ne voudrait-elle pas ? Il suffirait de nettoyer le sang, et elle pourrait lui mettre de la glace sur les endroits les plus enflés…

Il grimaça, en entendant Bastien faire de lui un couard, avant de retrouver le sourire. « J’vais douz’ans, et j’tais pas encore ‘ssez matur’ pour ça. T’veux qu’j’te rappell’ que tu buvais ‘core au sein d’ta mère, à c’t’âge là ? T’as arrêté quand d’jà, y’a deux ans ? » Le pirate ne connaissait rien de sa famille, mais le Voltigeur pas plus de la sienne. C’était de bonne guerre, en somme. Il se rapprocha malgré tout de la jeune femme, ignorant un instant Bastien. « Vous v’lez d’vin, ma dame ? Parc’qu’il aim’ bien s’entendr’ parler et parler, mais ça remplit pas l’gosier. » Il s’apprêtait à commander, quand Bastien surenchérit, le faisant froncer les sourcils. « P’t’êt’ qu’non, t’étais parti comme si t’avais Sithis aux trousses, j’d’vais t’retrouver. Être sûr qu’t’allais bien. Mais j’les ai r’vus que’qu jours après, z’allez bien. J’les aurai pas laissés s’ils p’vaient pas s’en sortir. » Des humbles gens imaginaires, donc.

Il lui adressa son sourire le plus ironique, quand Bastien lui demanda de payer la tournée, jetant quelques pièces sur la table. « T’peux commander un pichet d’bière et un d’rhum. Renvers’ pas tout, j’sais bien que t’es aussi maladroit avec la boisson qu’au lit, mais ça te r’quinquera p’têt, si quelqu’un veut passer sa nuit avec toi. Tout marchera, s’tu vois c’que je veux dire. » Il lui adressa un sourire narquois, le laissant faire signe à un serveur de la taverne.

_________________



Aucun bateau n'a été blessé pour réaliser ce gif (non conforme à la réalité d'Arven). :arrow:

Couleur : capucine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 174
J'ai : 31 ans
Je suis : Voltigeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel ; Octave, empereur d’Ibélène
Mes autres visages: Tara Mille-Visages
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Et c'est une bonne situation ça, Voltigeur ?   Lun 26 Fév 2018 - 7:35

Si l’on omet le paramètre de la donzelle qui aurait dû me tomber dans les bras dans un état proche de la pâmoison, ou quelque chose dans ce goût-là, je me demande à quel point je suis heureux de voir Red. Nous avons toujours eu relation pour le moins explosive, tout du moins dans les souvenirs que j’en garde, mais il faisait partie des rares personnes que je me plaisais à qualifier d’ami. Et je me demande si c’est toujours le cas. En tout cas, il semble heureux de me retrouver. Ou en tout cas, il joue remarquablement bien la comédie si ce n’est pas le cas. Et, on ne va pas se leurrer, c’est plutôt agréable de tomber enfin sur quelqu’un qui ne donne pas l’impression que vous polluez l’air qu’il respire. Mais voilà qu’il commence déjà jouer son petit numéro. Au moins quelque chose qui ne change pas, malgré tout ce qui peut se passer autour de nous. J’ai un ricanement à ses propos, le fixant un instant avant de me tourner vers la donzelle qui bat des cils, visiblement un peu perdue. « N’ayez pas peur d’lui faire d’la peine et d’lui dire lequel de nous est le plus beau. Peut-être que venant de vous, ça passera mieux. »

Je lui décoche un clin d’œil avant de me faire un brin plus sérieux. Point trop tout de même, il ne manquerait plus que Red, ou la jeune donzelle, pense que je ne me moque pas de tout. J’ai une image de marque à entretenir après tout. Et je le fixe quelques instants avant de hausser les épaules à mon tour. « J’savais pas que ton frère était chevaucheur. Mais ouais, comme tu dis, on est en terrain neutre, pas besoin de se mettre sur la gueule pour ça. Bon, on trouvera d’autres excuses, je m’inquiète pas pour ça en tout cas ! » Je me rends compte que je ne sais pas grand-chose de Red mais qu’au fond, ses paroles sonnent juste. C’est pour ça que j’aime autant Lorgol et que j’ai tout autant envie de le fuir dès que j’en ai l’occasion. Cette neutralité a quelque chose d’irréel, surtout quand on voit la façon dont le monde change ces derniers temps. Et j’en oublie parfois mes bonnes résolutions. « Toi ? Gagner contre moi ? Rêve pas marin d’eau douce, le baiser de la charmante demoiselle il sera pour moi. » Je lui accorde une petite révérence alors qu’elle continue de rire, que ce soit à mes propos ou à ceux de Red. Il faut dire que le spectacle que nous offrons doit être pour le moins distrayant. Et je lève les yeux au ciel quand il reprend de plus belle avant de souffler, en direction de la donzelle. « Vous aussi vous trouvez qu’il est impossible à comprendre ? Tu devrais ôter cette patate que tu as dans la bouche avant de parler aux demoiselles, ce serait quand même beaucoup plus poli. Même si effectivement, comme je crois le comprendre, tu viens de dire que tu étais bien plus vieux que nous. Un véritable ancêtre. » Je lève les yeux au ciel avant de chercher sans mal la complicité de la jeune fille. Et je ricane au reste de ses propos avant de le fixer, un rien sceptique. « Comme si t’étais vraiment intéressé par le fait de savoir si j’allais bien ou non. Essaie pas d’me faire croire le contraire va. Mais je note que tu te soucies des humbles gens. Ça te perdra tu sais. »

J’ai un bref regard en direction des pièces qu’il vient de jeter sur la table et je souffle, la mine narquoises. « Elles sont vraies au moins ? La dernière fois, il avait enroulé du papier doré autour de cailloux plats en espérant les faire passer pour des vrais fleurons. » Je lève les yeux au ciel alors que les piques continuent de plus belles et je finis quand même pas me figer un instant en le fixant. Avant de lui asséner une droite en plein sur le nez, là, comme ça, sans prévenir. Et je secoue la main, avant de continuer, comme si de rien était, passant commande à la serveuse qui nous regarde, partagée entre la surprise et l’habitude, surtout vu le bouge dans lequel nous sommes. « Voilà pour la maladresse. Et il est juste jaloux que je finisse jamais dans son lit, quels que soient les litres de rhum qu’il me paie, faut pas lui en vouloir. » C’est que je me serais presque fait mal à la main en le cognant en fait. Comme quoi, il a la tête plus dure que je le pensais.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir • Admin
avatar

Messages : 1365
J'ai : 31 ans
Je suis : Apprenti-canonnier sur l'Audacia

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : À Rhéa, et à l’Audacia. À la famille qui m'a recueilli dans l'Archipel.
Mes autres visages: Astrée Aubétoile, Grâce de Sombregemme, Tristan d'Amar
Le Pavillon Noir • Admin
Message Sujet: Re: Et c'est une bonne situation ça, Voltigeur ?   Jeu 5 Avr 2018 - 14:56

Il se laissa aller à rire, en l’entendant répondre à la demoiselle qu’ils se disputaient – plus ou moins fictivement. Red n’était pas en reste de demoiselles qui succombaient à ses charmes, et il n’aurait sûrement pas porté son attention sur celle que convoitait son ami, sinon pour le contrarier. « L’essaye d’vous embrouiller, d’vriez pas l’écouter. L’espèr’ qu’vous rentr’rez dans son jeu comm’ ça. Mais j’le sais, moi, qu’il est beau. Just’ qu’il peut pas rivaliser ‘vec moi. » Il avait jamais caché trouver Bastien à son goût, après tout, même si le Voltigeur semblait peu décidé à répondre à ses avances – ce que Red regrettait beaucoup, et qui ne l’empêchait pas de réessayer à chaque fois, avant qu’ils ne se perdent de vue.



« On peut just’ juger qui est l’meilleur, c’t’une excellente raison. Mêm’ si on sait qu’c’est moi. Mais bon, j’suis généreux, j’peux t’laisser une chance. » Il lui adressa un sourire narquois. Il n’avait pas forcément tort, mais pas vraiment raison non plus. Ça dépendait de beaucoup de choses et, surtout, de la quantité d’alcool que chacun avait ingurgitée. Bastien avait peut-être de l’avance sur lui, et il pouvait donc réussir plus facilement, peut-être. « Cette belle demoiselle pourra décider celui qui aura l’honneur de porter ses couleurs. » Il s’inclina, singeant les manières des gens bien nés, qui s’affrontaient en combat honorable pour les faveurs d’une dame. Même si tous trois savaient qu’il n’était pas un gentilhomme, et qu’elle n’était pas une dame honorable. « Prouv’ le ! » Il n’en fallut pas davantage pour la refaire rire, alors qu’ils poursuivaient.



Elle était suffisamment intimidée pour rire de tout, et eux suffisamment décidés à gagner ses faveurs qu’ils appréciaient ses réactions. « Que j’ai plus d’expérience, mon ami. Et que vous pourriez le découvrir, ma dame, en douceur. Et elle m’comprend très bien, mêm’ si j’ai pas l’éloquenc’ de c’lui qui sait juste utiliser sa langue pour dir’ d’jolis mots. » Il ricana, fronçant légèrement les sourcils aux propos de Bastien, avant de hausser les épaules. « Crois c’que t’veux. »



Sans insister davantage, il jeta quelques fleurons sur la table, pour payer de quoi boire. Ils parlaient, parlaient, parlaient, mais il était venu pour boire, et il avait soif. « Mords le pour voir, comme ça tu seras sûr de pouvoir boire ce soir. » Red continuait de parler, sans se douter un instant de ce qui l’attendait, totalement pris par surprise par le poing de Bastien. Il serra les poings un instant, se retenant de répliquer, avant de se rapprocher de lui, de saisir son petit cul bien ferme, et de l’embrasser à pleine bouche. « Fallait l’dire, si t’étais jaloux de l’attention que j’prêtais à la d’moiselle, chéri. »

_________________



Aucun bateau n'a été blessé pour réaliser ce gif (non conforme à la réalité d'Arven). :arrow:

Couleur : capucine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 174
J'ai : 31 ans
Je suis : Voltigeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel ; Octave, empereur d’Ibélène
Mes autres visages: Tara Mille-Visages
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Et c'est une bonne situation ça, Voltigeur ?   Jeu 19 Avr 2018 - 11:59

Je me rends compte, à mesure de mes échanges avec Red, que j’ai besoin de lâcher prise, d’oublier tout ce qui me tracasse ces derniers temps, que ce soit l’histoire à l’Académie ou mes retrouvailles avec Maelys. Et quoi de mieux qu’une soirée un peu arrosée avec un vieil ami ? Je suppose que j’ai de la chance, d’autant qu’il se prête plutôt bien au jeu, cherchant à attirer les faveurs d’une donzelle dont, au fond, je me moque totalement. Même si j’aurais bien aimé voir si ses atours sont tout aussi attirants et opulents une fois délestée de ce corsage. Sur lequel je louche, mon comportement me valant une tape sur l’épaule et un gloussement de la jeune femme qui ne fait même pas mine de me demander d’arrêter. « Rivaliser avec un marin d’eau douce ? J’avoue, c’est difficile de niveler par l’bas. » Je secoue la tête, non sans un sourire narquois, me rappelant toutes les fois où Red a tenté de me faire des avances, sans le moindre succès. Au moins, il n’essaie pas aujourd’hui, même si je ne suis guère ravi de le voir tenter de me casser mon coup avec la gueuse.

A sa répartie, j’ai un moulinet de la main et je mime une révérence avant de lâcher, d’un ton toujours aussi amusé. « Trop aimable de m’laisser une chance dis donc. Et Voltigeur c’est quand même carrément plus classieux que Chevaucheur. Je dis ça… » Un clin d’oeil en direction de la donzelle avant de tousser un rire. « C’est un autre honneur que j’aimerais obtenir de cette beauté, mais elle le sait déjà non ? » Voilà qu’elle rougit et qu’elle glousse quand Red lui fait une révérence. « Je prouve ce que j’veux mon gars. Tu crois que tu peux me donner des directives comme ça ? » En même temps, ce n’est pas comme si tout cela avait la moindre importance, quand bien même j’arrive de moins en moins à voir comment la soirée va bien finir par se terminer, alors que tout semblait tellement simple et évident avant que mon regard ne croise celui de mon vieil ami.

Et pourtant, je m’en amuse, tout comme la jeune femme et sa fausse pudeur. Il faut bien qu’elle se donne un genre et qu’on ne puisse pas déclarer victoire trop vite tout de même. Après tout, c’est le jeu qui importe presque autant que le reste. « Tout dépend de l’expérience mon ami ! Parfois trop ce n’est pas non plus ce qu’il faut. Surtout pour un charmant minois comme celui-là. Et je sais utiliser ma langue pour autre chose, t’en fais pas pour moi. » Je secoue la tête quand il se met à ricaner, songeant quand même que, plus nous parlons, moins j’ai de chance de monter à l’étage avec elle. Elle va finir par se lasser si je ne saisis pas le bon moment, quand bien même elle continue de rire avec nous, le regard brillant lorsque Red fait tinter les pièces sur la table.

Quant à moi, après lui avoir asséné un coup de poing en pleine figure, je secoue la main dans les airs, comme pour chasser la douleur et j’attends la réplique, me demandant où il va frapper à son tour. Mais autant dire que je ne m’attendais pas vraiment à cette réaction. A un point que j’en oublie de le cogner une nouvelle fois quand il me relâche, essayant de ne pas me focaliser sur le trouble que ce baiser, plus une façon de finir de détruire toutes les chances que je pouvais avoir avec la donzelle, a pu provoquer. Je bats des cils, essayant de me remettre les idées en place, avant de froncer les sourcils en toussotant. Quelques rares regards se sont posés sur nous avant de se détourner, les gens se moquant totalement de ce qui peut arriver dans un endroit comme ça. Mais le regard de la donzelle passe de Red à moi, alors qu’elle plisse les yeux. Et elle souffle, son sourire se faisant incertain. « C’quoi vot’ truc à tous les deux ? » Si elle sursaute quand la serveuse pose les verres sur la table, de mon côté, je l’attrape et je l’avale d’une traite. « La même chose. » Et éviter le regard de Red, voilà qui serait une bonne idée tiens.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir • Admin
avatar

Messages : 1365
J'ai : 31 ans
Je suis : Apprenti-canonnier sur l'Audacia

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : À Rhéa, et à l’Audacia. À la famille qui m'a recueilli dans l'Archipel.
Mes autres visages: Astrée Aubétoile, Grâce de Sombregemme, Tristan d'Amar
Le Pavillon Noir • Admin
Message Sujet: Re: Et c'est une bonne situation ça, Voltigeur ?   Sam 5 Mai 2018 - 19:31

Un marin d’eau douce ? Il en serait presque piqué au vif, de s’entendre appelé comme ça. S’il s’était pas vexé des provocations de Bastien, jusqu’à présent, se faire rabaisser à n’être qu’un vulgaire marin, sûrement bon à vider les seaux d’aisance uniquement, lui plaisait nettement moins. Mais il était bien décidé à pas laisser une idiotie comme ça lui gâcher la soirée, pas alors qu’il revoyait Bastien après une longue période, même s’il était toujours aussi con. « C’just’ pa’c’que t’es jaloux d’ma réussit’, alors qu’t’vas pas s’loin. Envieux qu’j’sois off’cier, et toi qu’un p’tit apprenti ! » N’était-il seulement que ça ? Red n’en avait aucune idée, mais il lui rendait simplement la monnaie de sa pièce, aussi se contenta-t-il de boire une gorgée provenant de la chope devant lui, sans savoir à qui elle était.

Un grand sourire vint orner ses lèvres, en entendant les paroles de Bastien. Il avait pas vraiment d’envie, c’était plutôt pareil pour lui. Chevaucheur, Voltigeur, il s’en foutait. Mais il avait un avantage sur Bastien. « Ouais, mais m’frère, l’est cap’taine ! Ça, c’pas rien ! » Il accentua son propos en tapant d’un poing sur la table, pour manifester toute la joie et la fierté qu’il ressentait à l’idée que son frère ait su se montrer meilleur que tous ces crétins du continent. Ça prouvait bien que tout le monde avait sa chance de faire de grandes choses. « T’pourras p’t’êt’ t’él’ver comme lui, un jour. » Peut-être. Le voulait-il seulement ?

Il lança une œillade appréciative et amusée, sur la donzelle, alors que Bastien affirmait vouloir autre chose d’elle, avant de s’incliner devant elle. Que le meilleur gagne ! « C’pas une directiv’, c’t’un défi ! Mais tu t’défil’ ? T’oses pas ? » Bien sûr, qu’il allait oser. C’était juste pour l’encourager, un peu. Et pour s’amuser. Parce que même s’il le mettait hors de lui, il passait un bon moment. Ils passaient, tous les deux, un bon moment, sans quoi Bastien l’aurait déjà foutu dehors, assommé, ou aurait peut-être bien amené la demoiselle à l’étage. Peut-être. Mais Bastien semblait surtout aimer s’entendre parler, à tenir des propos qui avait pas beaucoup de sens et que la belle devait pas bien comprendre non plus. Elle se mettait à rire bêtement, c’était un signe, pour le pirate ! Comme si elle n’avait pas agi ainsi depuis qu’il était arrivé.

Haussant les épaules, il s’apprêtait à boire une nouvelle gorgée, quand il se prit un poing dans la tête, qu’il avait pas vu venir. Quand il embrassa Bastien en retour à pleine bouche, persuadé que, là aussi, il le prendrait par surprise. Il aurait presque pu parier qu’il avait répondu à son baiser mais… il aurait tout le temps qu’il fallait pour réessayer, ce soir. Il en était persuadé. Un sourire narquois se plaça sur ses lèvres, en l’entendant toussoter. S’il était vraiment réfractaire, sûrement l’aurait-il encore frappé. « Simplement le plaisir, ma petite dame. Avec toi, avec lui, ou avec vous deux… » Si elle n’était pas très effarouchée, elle le serait sûrement maintenant, pourtant. Prenant exemple sur Bastien, plongeant ses yeux dans les siens et levant le verre, il l’avale cul sec. Et s’il a l’habitude du rhum, celui qu’on vient de lui servir est un véritable tord-boyau. « Pour nous tous. Deux fois. » Il jette un œil à la jeune femme, posant négligemment sa main sur sa cuisse, défiant Bastien du regard de lancer la prochaine offensive. Ou de se venger. Mais était-il prêt à ce que le jeu continue ?

_________________



Aucun bateau n'a été blessé pour réaliser ce gif (non conforme à la réalité d'Arven). :arrow:

Couleur : capucine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 174
J'ai : 31 ans
Je suis : Voltigeur

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel ; Octave, empereur d’Ibélène
Mes autres visages: Tara Mille-Visages
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Et c'est une bonne situation ça, Voltigeur ?   Mer 16 Mai 2018 - 16:12

Alors, je ne voudrais pas trop m’avancer mais j’ai comme le sentiment que cette soirée ne va pas du tout se passer comme je l’entends. Enfin, c’est déjà une certitude depuis que j’ai Red qui s’est planté devant moi, se rappelant à mon bon souvenir alors que je n’avais plus eu le moindre signe de sa part depuis des années. Certes, je n’avais pas particulièrement cherché à en avoir, pas du tout même, mais il est tout de même surprenant de voir à quel point il m’est facile de me sentir à mon aise avec lui. Comme si nous nous étions quittés la veille. Il faut dire que je n’ai jamais eu beaucoup d’amis, à croire que j’ai fini par réellement me prendre d’affection pour lui, même si nous ne sommes pas du tout du même monde. Et puis, ce petit jeu a quelque chose d’amusant. Et de tout aussi agaçant, ne nous leurrons pas. Je pourrais y mettre fin rapidement mais j’enchaîne, avec un rire. « Moi ? Jaloux de ta réussite ? Bin voyons. J’pourrais difficilement faire pire que toi pourtant. Et chuis plus un apprenti depuis longtemps… si j’l’ai jamais été en vérité. » Je ne sais pas trop ce qu’il fait dans la vie en réalité et, l’espace d’un instant, j’avoue que je suis curieux. Mais nous sommes tous les deux bien trop occupés à faire n’importe quoi pour espérer avoir un semblant de discussion sérieuse. Plus tard, peut-être, qui sait.

J’arque un sourcil au reste de ses propos, le toisant un instant avant de lâcher, sceptique. « D’puis quand t’as un frère ? Et Cap’taine de quoi ? Du ruisseau qui coule devant la taverne ? Me raconte pas n’importe quoi va... » Et voilà qu’il me parle de m’élever. La répartie me touche, plus qu’elle ne devrait. Mais nous sommes trop occupés à raconter n’importe quoi pour songer à avoir une pensée sérieuse plus d’un court instant. Alors je secoue la tête et je hausse les épaules, faisant comme si je n’avais rien entendu, me contentant de ricaner alors qu’il parle de me défier. Evidemment que je vais oser, reste juste à décider de la manière dont je vais m’y prendre. D’autant que je sens bien qu’elle est à deux doigts de me tomber dans les bras et que je vais pouvoir butiner de la gueuse autant qu’il me plaira cette nuit.

Sauf que, visiblement, Red n’en a pas décidé ainsi. Dire que je ne sais pas quoi penser de son attitude est un doux euphémisme. Il a tenté à de nombreuses reprises, à chaque fois même, de me faire des avances. Mais c’était il y a longtemps et il n’avait jamais poussé aussi loin. Sans compter que les choses ont peu changé de mon côté. J’essaie de chasser les pensées qui s’entrechoquent dans mon esprit, préférant avaler d’une traite le verre qu’on nous amène. Et, si je ne sais pas comment me comporter, le regard de défi de Red me sort de mon hésitation.

Je me penche alors, embrassant la jeune femme à pleine bouche et elle ne semble hésiter qu’un très court instant avant de me rendre la pareille, sa main se crispant sur mon bras avant que je ne finisse par m’éloigner. Elle est écarlate et éclate nerveusement de rire, essayant de remettre un peu d’ordre dans sa chevelure histoire de se donner une contenance. Je souffle alors, sur un ton que seuls Red et elle peuvent entendre. « Ma belle, si j’te propose de monter là, tout de suite, à l’étage pour continuer tous les deux, tu m’dis quoi ? » Elle devient écarlate et me fixe avant de hocher la tête, la mine indécise, son regard brillant déjà par avance. Et je me rassois correctement avant de fixer Red, les bras croisés. « J’ai gagné donc. » Avant de lancer un fleuron en direction de la donzelle. « Tire-toi maintenant. » Son regard s’écarquille et elle se lève pour me gifler mais je réagis à peine, me contentant d’attraper ma chope vide pour la poser sur ma joue un rien douloureuse. Personne n’a même levé les yeux vers nous et la donzelle se perd dans la foule.

Et je fixe Red quelques instants, avant de reprendre, d’un ton pensif. « C’était quoi ça ? » Evidemment, je ne vois pas que la jeune femme est en train de parler à son … frère ? Père ? Amant ? Difficile à dire et, en vérité, cela n’a pas la moindre espèce d’importance. D’autant qu’ils vont bientôt arriver pour discuter joyeusement avec moi de mon comportement. Mais chaque problème en son temps non ?

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Et c'est une bonne situation ça, Voltigeur ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Et c'est une bonne situation ça, Voltigeur ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Les Terres du Nord :: Lorgol aux Mille Tours :: Ville Basse :: Tavernes de la Ville Basse-
Sauter vers: