AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Qu’aura à dire mon capitaine de cette honteuse chute ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 1883
J'ai : 37 ans
Je suis : Chevaucheur, instructeur à la Caserne de Flamme

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : ... Faërie... (Même si dans mon coeur c'est toujours Bartholomé d'Ansemer, malgré tout)
Mes autres visages:
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Qu’aura à dire mon capitaine de cette honteuse chute ?   Ven 22 Déc - 16:59


Livre III, Chapitre 1 • D'Accord et de Chaos
Rackham des Deux-Ancres et Bertin d’Ansemer

Qu’aura à dire mon capitaine de cette honteuse chute ?




• Date : 20 décembre 1002
• Météo : Tempêteux, au-dessus de Port-Liberté
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Rentrant du front, Bertin fait une mauvaise chute au-dessus des toits de Port-Liberté. Soigné par Quitterie, il reçoit ensuite la visite du capitaine Rackham venu prendre de ses nouvelles.
• Recensement :
Code:
• [b]20 décembre 1002[/b][url=http://arven.forumactif.org/t3155-quaura-a-dire-mon-capitaine-de-cette-honteuse-chute#115289] Qu’aura à dire mon capitaine de cette honteuse chute ? [/url] - [i] "> Rackham des Deux-Ancres et Bertin d’Ansemer [/i]
Rentrant du front, Bertin fait une mauvaise chute au-dessus des toits de Port-Liberté. Soigné par Quitterie, il reçoit ensuite la visite du capitaine Rackham venu prendre de ses nouvelles.


_________________






Dernière édition par Bertin d'Ansemer le Mer 10 Jan - 23:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 1883
J'ai : 37 ans
Je suis : Chevaucheur, instructeur à la Caserne de Flamme

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : ... Faërie... (Même si dans mon coeur c'est toujours Bartholomé d'Ansemer, malgré tout)
Mes autres visages:
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Qu’aura à dire mon capitaine de cette honteuse chute ?   Ven 22 Déc - 17:05

Allongé à la caserne, je songe aux derniers jours, aux dernières semaines, et je ne peux m’empêcher de soupirer. Lentement, je me redresse, refusant à mon corps le sommeil dont il a tant besoin. De toute façon, je sais que je n’arriverai pas à dormir tant que je n’aurai pas vu Jehanne et Bertille. Elles sont si près à présent. Je me maudis d’ailleurs de mon impatience qui a retardé nos retrouvailles. Un accident si bête. Quel exemple je fais pour les jeunes…

« Ambroisie, calmes-toi, je vais bien. »
« Peut-être mais tu es un idiot ! Si ça n’avait pas été de Quitterie, tu y serais passé ! »

Je sais ma dragonne rassurée malgré ses insultes, et je ne les relève pas. Nous savons tous les deux qu’elle a raison de toute façon. Je soupire légèrement. Je sais qu’elle est partie voler, survolant les côtes. Je lui souhaite de bonnes retrouvailles avec les siens, bien méritées. Elle n’a pas besoin de mes paroles pour savoir qu’il me faudra quelques jours – au moins – avant d’être suffisamment remis pour monter confortablement en selle. Avec la tempête qui s’annonce dehors, il n’y a aucune chance pour que je tente l’expérience en ce jour. L’idée même me fait rire légèrement, tellement elle paraît stupide, ce qui a le mérite d’éveiller mes muscles endoloris. Je grogne légèrement, à voix étouffée histoire de ne pas provoqué la colère de Quitterie davantage.

Les yeux fermés, je revois la scène d’un peu plus tôt, cette chute dont mes camarades se moqueront sans doute amicalement. Comment était-ce arrivé ? Je revois cette journée de vol, tâchant d’apprendre de mes erreurs, mais réfléchir demande un effort que je ne suis pas certain d’être prêt à fournir. D’ailleurs j’ai les temples qui se mettent à me marteler sourdement, et j’abandonne. Je m’appuie sur le lit d’une main pour m’aider à me redresser. Je suis incapable de rester là, immobile. À défaut de parvenir à réfléchir, je peux certainement commencer à me dénouer les muscles. Lentement, je traverse la pièce, évaluant ma convalescence à venir. Ç’aurait pu être fort pire, comme l’avais souligné Ambroisie, et je devrai m’assurer d’en remercier Quitterie une nouvelle fois.

Je finis par retourner vers le lit, m’y assoyant une nouvelle fois. J’ignore la douleur, à tout le moins je tente, mais j’entends néanmoins un grognement, celui d’Arthes, et son contact me fait plaisir.

« Hey petit, ne t’ai-je pas toujours dit que c’est dangereux de voler comme ça ? »

Elle semble amusée, ce qui m’allège un peu le cœur.

« Oui. Mais même aujourd’hui je ne peux être d’accord avec toi. Je ne saurais pas me contenter de garder les deux pieds sur terre, tu sais bien. »
« Oui, je sais. Malheureusement. Un jour ça nous tuera », déplore-t-elle.
« Allez, essaie de me dire que tu n’apprécies pas de pouvoir partager l’expérience avec moi et Ambroisie… »
« Je… »
« Je te taquine va. Je serai prudent. C’est promis. Et je passerai te voir prochainement, pendant mon congé. »
«  Quand tu auras vu ta femelle et ta petite. »
« Oui… »
« Je ne comprends pas pourquoi tu laisses ton frère s’occuper d’elle alors que tu ne demandes qu’à prendre sa place. »
« Parce qu’il le faut, nous en avons déjà discuté. »
« Oui, mais je ne comprends pas. »
« Je sais… et je ne te demande pas de comprendre. C’est ainsi que ce doit être, simplement. Mais n’en parlons pas maintenant, tu veux ? J’entends des pas dehors. »
« Tu ne peux pas fuir pour toujours petit. »
« Je sais. Mais plus tard. »

Je n’ai pas envie d’y penser maintenant. À cette fille qui n’est pas ma fille. Comme si je pouvais l’oublier, à toujours marcher sur des œufs pour éviter qu’on découvre notre secret, à Jehanne et moi. Les yeux rivés au sol, je ressasse ces pensées, une oreille tendue vers le reste de la caserne et l’activité bourdonnante de mes collègues.[/color]

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 410
J'ai : 31 ans
Je suis : Capitaine des chevaucheurs du vol d'Ansemer, mage de l'Hiver, chevaucheur de la dragonne Obsession

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'empire de Faërie et à son duc Bartholomé d'Ansemer
Mes autres visages: Denys du Lierre-Réal, Hiémain de Sylvamir, Anthim d'Erebor, Joséphine Siguardent et Shahryar Khamsin
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Qu’aura à dire mon capitaine de cette honteuse chute ?   Sam 6 Jan - 2:55

Allons donc, devait-il gérer au sein du vol d’Ansemer tous les grands maladroits de Faërie ? Il avait déjà fort à faire avec son épouse, le Rackham, ce n’était pas pour en rajouter une couche avec d’autres de ses Chevaucheurs qui avaient certainement la mauvaise manie de vouloir détruire des choses et/ou de se blesser aussi inutilement que bêtement. Il n’arrivait pas à croire que son ami (son prince, lui soufflait parfois la logique de son esprit) s’était cassé la figure de son dragon en rentrant sur la capitale et avait failli y passer. Par toutes les catins des ports ! Allait-il devoir le sermonner comme un enfant et le priver de vol pendant quelques jours pour s’être estropié de cette manière ? Et si Quitterie n’avait pu le soigner, hein ?! Qu’est-ce qu’il aurait pu dire à son duc pour expliquer la nouvelle infirmité de son frère, ou pire ! sa mort… Rien que d’y penser, il en frissonnait de colère. Bon sang ! Ce n’était pourtant pas difficile de s’arrêter et prendre du repos, plutôt que de rêvasser et laisser la fatigue vous envahir ! Bon, il pouvait bien parler, le Rackham, il n’était pas le dernier pour outrepasser les limites de son propre corps quand quelque chose le motivait. Mais quand même… Lui au moins pouvait se targuer de ne s’être jamais cassé la figure sur les toits de la ville depuis le dos d’Obsession.

Avoue que tu es surtout inquiet pour lui.

Le grognement mécontent qui fait office de réponse est bien suffisante pour donner raison à Calico qui, sur l’épaule de son mage échappe quelques cris qui ressemblent à de la moquerie. Mais en même temps, qui mieux qu’elle savait ce qu’il pensait ? Elle avait su bien avant l’îlien les sentiments qu’il entretenait pour Quitterie. Mais la mignonne et maligne Calico n’avait rien dit. Elle savait aussi que Rackham était prompt à réagir sur ce genre de révélation. Les sentiments, ce n’était pas son fort ! Tout du moins, sur leur compréhension.

Quittou a dit qu’il allait bien, même si ses blessures n’étaient pas anodines.

En mêm’ temps, il s’est frac’ssé sur les toits d’Port-Liberté. C’t’un miracle s’il s’pas brisé l’nuque.


Et ne serait-ce qu’imaginer cette possibilité, ça foutait l’îlien en rogne. Moins contre son ami que sur la perspective de le voir réellement blessé. Il l’appréciait vraiment le Bertin, c’était un camarade sur qui il pouvait compter et qui ne cherchait certainement pas à se donner des avantages par le nom et le titre qu’il portait. Cette simplicité était plus qu’appréciable et surtout, elle était naturelle. Tout ce qui pouvait plaire à l’îlien qui n’était pas homme à se prendre la tête ou à s’emmêler dans les titres pompeux de la noblesse. Certes, on pouvait dire aujourd’hui qu’il avait un titre, offert par Penny pour donner à lui et sa femme un petit pied à terre sympa en Ansemer. Mais tout seigneur était-il devenu que ça ne changeait rien à ses habitudes parfois rustres, parfois un peu bourrines qui faisait tout le charme des habitants de l’Archipel.

Et c’est avec tout ce charme d’ailleurs que Rackham se pointa à la chambre de Bertin, au sein de la caserne, dès que cet accident lui avait été rapporté et que les soins avaient été donnés. D’une assez bonne humeur malgré tout avec ce retour à la maison dû à la trêve hivernale, il ne frappa ceci dit pas à la porte et s’imposa avec son naturel envahissant ! Pas comme s’il s’attendait à trouver quelque chose de louche ou gênant. Quoique…

« Hé l'Bertin ! Ta p’tite m’ladresse à fait l’tour d’la caserne, j’spère qu’t’es pas d’venu ‘tropier. » Bon, l’humour est de mise dans ses paroles, et il ne manque pas d’adresser un petit sourire à son ami en refermant la porte derrière lui. Sur son épaule, Calico laissa échapper un petit couinement content, ainsi qu’un geste de la patte qui avait des airs de salut. Observant l’état de Bertin, le capitaine conclu avec un certain soulagement que celui-ci allait bien, comme le lui avait annoncé Quittou. Pourtant, c’est avec sincérité qu’il posa sa question, plus qu’évidente. « C’mment qu’tu t’sens l’ami ? C’pas une simple chute qu’t’as eu. »

_________________



Obsession : darkslateblue
Calico : #cc3399
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 1883
J'ai : 37 ans
Je suis : Chevaucheur, instructeur à la Caserne de Flamme

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : ... Faërie... (Même si dans mon coeur c'est toujours Bartholomé d'Ansemer, malgré tout)
Mes autres visages:
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Qu’aura à dire mon capitaine de cette honteuse chute ?   Mer 10 Jan - 4:36

J’ai dû me perdre dans mes pensées, parce que je sursaute quand la porte ouvre. Un bref coup d’œil et j’aperçois Rackham à la vue de qui je me lève lentement.

- Capitaine.

C’est une formalité, et je lui souris en voyant que sa visite semble, pour le moment, plus amicale qu’autre chose. Je m’étonne un peu qu’il ne m’engueule pas comme sa femme un peu plus tôt, mais son trait d’humour me détend. Je réussis même à rire un peu avant de réaliser qu’il vaudrait peut-être mieux que je m’assoie, en fait. Maintenant. Je retombe maladroitement sur mon lit du coup, fermant les yeux un instant, étourdi. C’est insultant d’être dans cet état devant mon capitaine. Surtout que je n’ai pas besoin de lui pour savoir qu’on en parlera partout.

- Dis-leur qu’ils ont intérêt à se moquer pendant que je ne peux pas leur botter les fesses. Après ce sera trop tard.

Je blague. À moitié, mais je blague, et je lui offre un grand sourire ensuite. Ma chambre, ce n’est pas le grand luxe, mais sa simplicité me plait. Un lit, deux fauteuils avec une petite table basse, tout juste de quoi poser deux verres et discuter tranquillement, et de quoi poser mon matériel – armure, arme, tout ça lorsque je reste à la caserne. Pas de grandes tentures, pas de grandes tapisseries, pas de panoplie d’habits. À peine plus que le stricte nécessaire pour le soldat que je suis quand je vis ici. Je me relève en prenant mon temps cette fois histoire d’éviter un étourdissement inattendu, et je me dirige vers un des fauteuils, l’invitant à prendre place sur le second. Je n’ai rien à offrir à boire, mais je ne vais quand même pas rester assis sur mon lit non plus. M’assoyant, je pousse un léger soupir. La question de Rackham demeure un instant sans réponse pendant que je sonde à quel point j’ai envie de parler de la honte qui me serre quand même un peu la gorge.

- Je suis épuisé et j’ai mal partout.

Je lève le regard vers lui, ajoutant avec un brin d’hésitation dans la voix.

- Je suis désolé Rackham. Je sais que j’aurais dû m’arrêter pour vérifier mon équipement. Ça m’aurait évité le pire. Et ça aurait évité de donner un très mauvais exemple aux jeunes recrues.

Je soupire en baissant le regard un moment, cherchant une position un peu plus confortable avant d’abandonner avec un petit grognement sourd, destiné à moi-même et à ma folie.

- Tu peux m’engueuler, si tu veux. Comme ça ça sera fait. Ne serait-ce que pour l’exemple et pour ne pas donner l’impression que ta femme grogne et mord plus fort que toi.

J’ai même un petit sourire à cette phrase pour mon capitaine – parce que c’est bien à lui que je m’adresse évidemment – alors que je le taquine un peu. Je prendrai l’engueulade sans sourciller. Je la mérite. Et en fait je préférerais me la prendre à la figure maintenant que de devoir l’attendre sans savoir quand elle viendra.

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 410
J'ai : 31 ans
Je suis : Capitaine des chevaucheurs du vol d'Ansemer, mage de l'Hiver, chevaucheur de la dragonne Obsession

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'empire de Faërie et à son duc Bartholomé d'Ansemer
Mes autres visages: Denys du Lierre-Réal, Hiémain de Sylvamir, Anthim d'Erebor, Joséphine Siguardent et Shahryar Khamsin
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Qu’aura à dire mon capitaine de cette honteuse chute ?   Mar 6 Fév - 19:52

La chute n’a visiblement pas l’air d’avoir fait perdre à Bertin son humour. Et même si la douleur est visible – voire palpable – dans son regard, la fierté du Chevaucheur reste présente. Mais pas dit qu’elle soit intacte. Avec un rictus malin sur les lèvres, l’îlien observe son prince tenter de se relever pour le saluer. Pas une bonne idée, songe Rackham en constatant l’effort qui venait d’être fournit. Et si Bertin n’avait pas vite retrouvé une place assise sur le lit, nuls doutes que le capitaine aurait vu les jambes de celui-ci flageoler et céder sous son poids. Peut-être même qu’il aurait eu à le rattraper.

« J’leur d’rais ah ! » La blague du Bertin l’amuse et il ne se prive pas de partir dans un grand rire avant de reprendre un peu son sérieux. Mais il était vrai que d’imaginer toute la caserne parler – avec humour toujours – de cette petite affaire avait de quoi être drôle. Pour sûr, il tirerait les oreilles de ceux crachant avec malveillance sur l’accident, mais il ne priverait pas les bienveillants de rire un peu. Son prince était véritablement un homme assez ouvert pour accepter cela avec un sourire, quand bien même l’égo pouvait être quelque peu malmené. Mais s’il n’y avait que lui, ça allait, car le corps, c’était une autre histoire.

S’intéressant alors à l’état du Chevaucheur, celui-ci lui confirma ce que Quittou lui avait dit un peu plus tôt, et il était bien heureux de constater que cette dangereuse chute n’impliquait désormais que douleur et fatigue. Des membres cassés, un choc à la tête, tout cela aurait été plus ennuyeux et plus long à soigner. Connaissant le bougre, s’il avait voulu rentrer vite jusqu’à prendre des risques, une longue hospitalisation l’aurait rendu fou. Mais ce n’était visiblement pas ça qui tracassait le plus Bertin, en jugea-t-il devant l’hésitation et l’angoisse perceptible dans toute la posture de son Chevaucheur. S’installant face à lui dans le fauteuil où il l’avait invité à s’asseoir, Rackham croisa les bras sur le torse et observa un instant silencieusement Bertin. Allons donc, était-il à ce point honteux de sa chute et de son accident pour exiger de son capitaine des réprimandes ? Il devait bien mal le connaître alors, car si l’îlien avait véritablement voulu l’engueuler, il ne serait pas venu ici avec calme. S’il avait réellement eu l’intention de lui passer un savon, il déjà en train d’hurler à cet instant. Mais plutôt que de crier, il se mit à rire de nouveau de bon cœur, à la dernière remarque de Bertin ! Elle était bien bonne celle là !

« J’aim’rais bien voir ça tient ! » Quittou grognait et rallait, elle tapait des pieds les poings posés sur les hanches, mais c’était certainement moins fort et moins bruyant que lui. Car il était champion, le Rackham, lorsqu’il s’agissait de gueuler le plus fort, et il n’y avait bien que cet imbécile de Louis pour l’égaler. « Si j’voulais t’engueuler l’Bertin, j’l’aurais fait d’puis lon’temps. T’as bien assez pris comme ça, t’rentiendras la l’çon maintenant. T’vise pas d’r’commencer c’la dit, car c’te fois j’te promet d’gueuler. » Il part d’un nouveau rire, mais la menace reste là. Une fois il veut bien l’accepter, une seconde fois c’était trop. Pour une erreur aussi bête, franchement ! « Tu d’vais être pressé d’rentrer pour faire une telle ‘rreur, c’la première fois qu’ça t’arrivait. »

_________________



Obsession : darkslateblue
Calico : #cc3399
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 1883
J'ai : 37 ans
Je suis : Chevaucheur, instructeur à la Caserne de Flamme

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : ... Faërie... (Même si dans mon coeur c'est toujours Bartholomé d'Ansemer, malgré tout)
Mes autres visages:
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Qu’aura à dire mon capitaine de cette honteuse chute ?   Mer 14 Fév - 6:24

- T’as intérêt ! lancé-je en joignant mon rire à celui de mon capitaine.

Un rire de bon cœur et qui pourtant sonne faux à mes oreilles, trop teinté qu’il est par les tensions qui m’habitent. Celles musculaires, déjà. Elles ont été grandement limitées par les excellents soins de Quitterie, Aura merci, mais elles me raidissent tout de même les côtes et le dos ce qui ne facilite en rien l’action de rire. Puis celles, moins évidentes, causées par la peur et la honte. Ces deux sentiments m’habitent, s’insinuant tous les deux à mesure que je prends conscience de la gravité des événements. Cela me serre autant les tripes que la gorge. J’ai trop de fierté pour le montrer ouvertement, mais ça s’entend dans mon rire, et sans doute Rackham en voit-il des éclats dans mes gestes, lui qui me connait bien à présent. Je n’ai jamais été particulièrement bon comédien auprès de ceux que j’apprécie. Le silence s’installe à nouveau et j’attends.

J’attends l’engueulade de mon capitaine qui ne vient pas. Plus surprenant encore, le voilà qui rit. Je sais qu’il a raison, que s’il avait voulu me faire des reproches il l’aurait fait il y a longtemps, mais je ne peux m’empêcher de figer à son rire. Quelques brèves secondes de silence interloqué avant que mon sourire ne s’étire légèrement et que je ne retrouve la parole.

- Tu ne t’adoucirais pas un peu, mon Rackham ? lui demandé-je avec le même petit sourire taquin, puis je retrouve soudain mon sérieux en soupirant. Nous savons tous les deux que je le mériterais amplement… Mais je t’en remercie. Sois assuré que je ne recommencerai pas. Contrairement aux apparences, je ne tiens pas à y passer ! Qui aurait cru que j’aurais frôlé la mort de plus près chez moi après un séjour au front…

Je nie légèrement de la tête avant de le fixer.

- Plus sérieusement, la tête de Quitterie, avec toute son inquiétude et sa peur aura suffit à tout me faire regretter. Et je ne te parle même pas de la colère d’Ambroisie.

J’ai été insulté par ma compagne dragonne. Elle, elle ne s’est pas gênée pour me marteler le cerveau de ses reproches. Je sens sa colère avec une distinction particulière. Elle n’a jamais été aussi froidement distante avec moi. La connaissant, elle s’est inquiétée, mais elle ne me l’avouera pas. La colère muette est parfois pire que les disputes mouvementées…

Un bref hochement de tête accueille le commentaire de Rackham sur ma presse de rentrer. Pressé ? Oui, certes, mais pour des raisons qu’il m’est difficile d’évoquer tellement elles sont risquées. Que puis-je me permettre d’énoncer devant mon capitaine ? Très peu. À mon ami cependant, un peu davantage, heureusement, même s’il y a des choses qu’il vaut mieux taire.

- Port-Liberté me manquait, aussi étrange que ça puisse paraître. Et l’appel d’un vrai lit était trop fort ! m’exclamé-je soudain avec un petit rire. Pour tout t’avouer – le sérieux s’empare soudain de nouveau de ma voix et je poursuis sur le ton de la confidence – je m’inquiétais pour mes proches, tant ici qu’au palais. Je savais que je ne trouverais le repos qu’après les avoir vus. J’aurais pu gagner deux ou trois heures de sommeil peut-être, avec de la chance. Mais au final ça ne m’aurait que propulsé au cœur de la tempête, tout aussi épuisé et éreinté que je l’étais… Même sans savoir qu’une tempête se levait sur la côte, il me semblait que pousser mes limites en sachant que j’arriverais avant la nuit tombée valait mieux qu’attendre une nuit de plus à ne pas trouver le sommeil. Ça me semblait être une meilleure option sur le moment.

J’explique sans chercher à justifier. Ce qui est fait est fait, j’ai pris une décision en fonction de mon état du moment, et de ce à quoi je m’attendais pour la fin du voyage. Était-ce la meilleure décision à prendre ? Nous le saurons jamais, reste que personne ne peut revenir en arrière pour changer le tout, et donc que de me justifier ne servirait à rien. Je ne compte même pas défendre mon point de vue si on tente de me reprocher mes actions. C’était stupide, oui… Mais tourner en rond en campant à la belle étoile dans une forêt ansemarienne n’est pas forcément une meilleure option ces derniers temps…

- Tu as envoyé une note au palais pour les prévenir que je vais bien ? J’aurais voulu rentrer ce soir, mais sachant que je tiens à peine debout, je crois qu’il vaut mieux que je dorme ici…

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 410
J'ai : 31 ans
Je suis : Capitaine des chevaucheurs du vol d'Ansemer, mage de l'Hiver, chevaucheur de la dragonne Obsession

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'empire de Faërie et à son duc Bartholomé d'Ansemer
Mes autres visages: Denys du Lierre-Réal, Hiémain de Sylvamir, Anthim d'Erebor, Joséphine Siguardent et Shahryar Khamsin
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Qu’aura à dire mon capitaine de cette honteuse chute ?   Jeu 8 Mar - 2:33

« P’t’être bien. »

Etait-il en train de s’adoucir vraiment ? D’aucun penserait que c’était une blague et c’était bien vrai. Rackham ne s’était pas particulièrement assagit sur son caractère tempétueux et sa tendance à pousser de mémorables gueulantes lorsqu’il était question de remettre des gars à leur place. Les Chevaucheurs du vol d’Ansemer étaient depuis longtemps habitués maintenant et cela faisait le charme du capitaine qui bien que rouspétant fort était un homme proche des siens et meneur aguerrit, fonçant au cœur de l’action plutôt que de la guider de loin. Mais s’il était passé maître dans l’art d’élever la voix, il savait aussi quand ne pas le faire et en l’instant, il ne jugeait pas nécessaire d’accabler un peu plus Bertin. Il avait parfaitement compris l’erreur et il n’était pas question de le réprimander comme un gosse que l’on prenait en flagrant délit de faute. Ici, le Chevaucheur avait pris conscience du danger et il en payait assez lourdement le prix. Et il suffisait à Rackham d’observer le visage un peu crispé du Bertin pour le deviner. Et que les autres n’aillent pas dire que parce qu’il était prince, leur capitaine faisait preuve de plus de douceur, car c’était bien mal connaître l’îlien qui depuis ses débuts dans le vol d’Ansemer n’avait jamais considéré son collègue comme un prince, mais bien comme un ami. Et même si celui-ci était désormais sous ces ordres, il n’échappait pas aux gueulantes, mais seulement lorsqu’elles étaient justifiées.

« M’remercie pas va, j’suis content qu’t’aille bien, et c’l’important f’nal’ment. C’la dit, j’te plains, la colère d’Ambroisie doit faire mal ! »

Il connaissait bien mal la dragonne de son ami, mais il la savait au moins assez jeune, d’un genre tout différent de son Obsession. Mais Rackham savait pertinemment que s’il avait eu un accident de la sorte avec sa partenaire, elle le lui aurait fait payé de bien des manières pour manifester son inquiétude et son affection.

Ah ! Alors c’était bien l’empressement qui avait poussé Bertin à faire pareille erreur ? C’était peut-être l’occasion de le taquiner un peu dessus, voire le morigéner, mais le capitaine se retint, remarquant dans l’attitude de son ami une certaine retenue qu’il ne sut trop comment identifier. La curiosité le pousserait certainement plus tard à en apprendre plus, mais sur l’instant, il se garda d’en faire un commentaire et écoutant plus attentivement le Chevaucheur donner ses raisons. Elles étaient tout à fait justifiées, et pour un gars comme lui revenant du front il ne pouvait que trop comprendre le désir de rentrer au plus vite et voir sa famille. Il s’était lui même profondément inquiété pour Quitterie tous ces longs mois, alors qu’en plus, elle était enceinte !

« Ouais, j’peux comprendre. Reste que c’tait très dang’reux d’faire ça. Même t’r'poser un peu c't’aurais fait d’bien j’pense. T’magine si ça avait été pire ? Ils auraient dit quoi t’proches ? »

Déjà que la situation n’était pas très glorieuse, alors il n’osait imaginer, Rackham, s’il avait du faire face à un Bertin dans le coma, couvert de blessure bien plus graves que celles qu’il avait actuellement… ou même pire. Ce n’était pas en prenant ce genre de risque que l’on rassurait ses proches, et cela, Rackham le savait pertinemment. Mais il n’avait pas dit ça pour culpabiliser son ami, évidemment. Et si cela y ressemblait, c’était bien contre sa volonté, lui qui n’était pas très doué avec les mots et l’expression de ses ressentis.

« T’me vois écrire un truc l’Bertin ? » C’était bien connu pourtant que le capitaine du vol d’Ansemer était un parfait illettré ! En général, il faisait appel à d’autres personnes pour lire et répondre aux courriers importants, mais il était lui même bien en peine d’écrire son propre prénom. Il rit à l’idée mais répondit bien vite à Bertin : « Nan j’fais envoyer quelqu’un pour les prév’nir. Par contre ouais, j’te conseille d’rester ici c’te nuit. T’es d’ja bien assez bousillé c’mme ça pour en rajouter. Sauf si qu’qu’chose t’presse d’aller l’bas ? » Qu’il demande, d’un léger sourire, sans penser à mal bien entendu. Il taquinait juste son ami, le pauvre bien fatigué.

_________________



Obsession : darkslateblue
Calico : #cc3399
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 1883
J'ai : 37 ans
Je suis : Chevaucheur, instructeur à la Caserne de Flamme

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : ... Faërie... (Même si dans mon coeur c'est toujours Bartholomé d'Ansemer, malgré tout)
Mes autres visages:
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Qu’aura à dire mon capitaine de cette honteuse chute ?   Lun 12 Mar - 5:08

Je ne peux m’empêcher de soupirer. La colère d’Ambroisie. Je sais que j’aurai à la gérer, tôt ou tard. Pour le moment, Ambroisie semble décidée à m’ignorer la plupart du temps, avec des explosions ici et là de colère teintée d’inquiétude. Je ne peux pas lui en vouloir. J’hoche la tête avec un peu d’inquiétude.

- À mon avis, ma convalescence sera passée à tenter de la calmer… Je ne l’ai jamais vue dans un état pareil. Elle me fera payer à sa façon. Elle sait qu’il n’y a pas grand-chose de pire que d’être cloué au sol.

Je nie de la tête, puis me masse les tempes d’une main. J’arrive à rester assi, à bouger un peu, à tenir debout même – pour quelques secondes – mais la chute m’a bien abimé, je m’en rends compte. C’est bien plus que de la fatigue.  C’est un peu comme… Enfin, mes pensées ne sont pas claires, et quelque chose me dis que ça n’a pas qu’à voir avec l’après-coup. Reste que j’ai l’impression d’avoir été sauvagement battu.

- … Tu ne comprends pas, Rackham. Je n’arrivais plus à dormir. Ç’aurait été mieux que je sois tué en pleine forêt, tout seul ? Avec la Chasse qui rôde, tu penses qu’ils auraient dit quoi mes proches si personne m’avait retrouvé ? Fallait que je rentre. Mais il aurait fallu que je me sangle correctement, c’est tout.

J’y ai pensé, à ces choses-là. Je ne me souviens pas des détails de mes arguments lorsqu’Ambroisie et moi nous en avons débattu, mais je sais que j’avais bien réfléchi à la chose. J’espérais un meilleur résultat, c’est vrai, je comptais arriver au palais et voir mes proches, comme il les appelle. Ils me manquent, c’est un peu normal. Enfin elles surtout. Elle. Le cœur me serre un peu de l’imaginer morte d’inquiétude suite au peu de nouvelles qui lui seront parvenues. C’est la voix de Rackham qui me rappelle à l’ordre.

- J’oubliais…

Comment avais-je pu oublier qu’il ne savait pas écrire ?  Je lui ai déjà filé un coup de main par le passé… Ma perplexité doit se voir sur mon visage. J’ai l’impression d’être perdu dans un océan de brume. On sait tous les deux, Rackham et moi, que l’océan je ne l’apprécie que vu du ciel. Enfin pas qu’il puisse savoir que c’est comme ça que ma tête se sent, dans l’immédiat. Je le fixe à sa question, puis je soupire, longuement, en regardant devant lui.

- Quitterie va m’envoyer là-bas quand elle peut. J’ai des gens à voir. Un domaine à gérer… Je ne peux pas me permettre d’être invalide, je sens que mon frère va bien se marrer quand il verra que je suis hors de danger. Faut que je voie ma… nièce. Et Jehanne…

J’ai failli dire autre chose, les mots s’emboitent mal et parfois je me rends compte d’une maladresse juste à temps pour la rattraper, je crois. J’espère, en tout cas.

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 410
J'ai : 31 ans
Je suis : Capitaine des chevaucheurs du vol d'Ansemer, mage de l'Hiver, chevaucheur de la dragonne Obsession

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'empire de Faërie et à son duc Bartholomé d'Ansemer
Mes autres visages: Denys du Lierre-Réal, Hiémain de Sylvamir, Anthim d'Erebor, Joséphine Siguardent et Shahryar Khamsin
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Qu’aura à dire mon capitaine de cette honteuse chute ?   Lun 26 Mar - 20:25

Peut-être qu’il ne comprenait pas ouais… Ou peut-être était-ce Bertin qui ne voulait pas comprendre ! S’il s’était octroyé un peu de temps pour dormir, quelle crainte pouvait-il avoir de la Chasse Sauvage ? Le capitaine des Chevaucheurs ne prétendait pas la connaître parfaitement bien mais il savait que celle-ci ne pouvait toucher les inconscients et les dormeurs. S’il avait voulu faire un peu d’efforts, il n’aurait craint aucun mal. Mais cela, Rackham se garda bien de le faire remarquer, même si une pointe d’irritation lui chatouilla le cœur.

« Tu t’trouves des excuses l’Bertin. T’avais plein d’solutions pour rentrer en pleine santé, t’as juste choisi l’moins bonne. » Ouais, finalement il le réprimandait un peu, mais l’insistance lui plaisait pas trop. Ce n’était pas la première fois que les Chevaucheurs faisaient de longs voyages, et s’il avait vraiment tenu à éviter la Chasse Sauvage ou trouver le sommeil, des auberges et potions existaient pour dormir au sec et bien sur ses deux oreilles ! Preuve en été, Bertin n’y avait pas songé une seule seconde et il s’était contenté de se presser. Chose qu’il pouvait comprendre, une fois encore, mais lui même ne l’avait pas fait… Quant-à cette histoire de sangle, c’était une parfaite erreur de débutant mais qui pouvait arriver même aux meilleurs dans les pires moments. Une erreur que le Bertin ne risquait pas de refaire, tout du moins, Rackham l’espérait. « Être trop pressé, c’jamais bon. » Même si les raisons parfois pouvaient surpasser la logique et effacer le danger. Et lui même n’était pas un modèle de patience, mais en tant que capitaine, il avait bien compris comment marchait les choses et quel exemple il devait donner à ses hommes. Qu’importe son propre caractère et son impatience notoire, il n’avait jamais failli sur ces choses là et il était de son devoir de mettre en garde les siens pour leur éviter la mort. Lui qui ne pouvait l’empêcher totalement sur le champ de bataille pouvait le faire sur ces voyages pourtant censés être tranquilles.

Mais tout capitaine était Rackham, il ne pouvait aller totalement à l’encontre des décisions de celui qui était prince d’Ansemer. Son prince. Et si celui-ci décidait de ne pas écouter son conseil de rester se reposer à la caserne, il ne pouvait l’y forcer, surtout avec ce genre… d’arguments ? Les deux derniers en tout cas soulevèrent bien des interrogations et l’air surpris de l’îlien ne dû pas lui échapper. Sourcils relevés, il se demanda pourquoi sa nièce et Jehanne pouvaient avoir tant d’importance, plus que son frère qu’il n’avait même pas évoqué (sauf au travers de quelques moqueries).

« J’te savais pas s’proche d’la duchesse. » Pas qu’il savait grand chose de ce qu’il se passait à la Cour cela dit, mais il y avait été invité un certain nombre de fois en tant que capitaine des Chevaucheurs, titre qui l’autorisait à se mêler un peu aux événements d’importance. Mais de ce qu’il savait des convenances, on appelait rarement une dame de si haute noblesse mariée par son prénom, à moins d’en être particulièrement proche. « Quoi, c’t’elle qui t’as poussé à rentré s’vite ? » Il rigolait, assurément ! Jamais il n’irait prétendre que son ami soit mêlé à quelques louches affaires avec la femme de son frère ! Mais il était un peu commère sur les bords, le Rackham, et surtout maladivement curieux, au point de frapper dans les secrets des gens sans se soucier du reste !

_________________



Obsession : darkslateblue
Calico : #cc3399
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 1883
J'ai : 37 ans
Je suis : Chevaucheur, instructeur à la Caserne de Flamme

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : ... Faërie... (Même si dans mon coeur c'est toujours Bartholomé d'Ansemer, malgré tout)
Mes autres visages:
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Qu’aura à dire mon capitaine de cette honteuse chute ?   Mer 4 Avr - 16:03

Je me tais et pousse un long soupir. Discuter ne sert à rien. Dans mon état, je n’arrive pas à trouver les bons mots, à les emboîter pour expliquer ma hâte de façon à être compris. À moins que la peur qu’ils ont ressentit les empêche simplement de me comprendre. Moi-même je dois avouer qu’une solution qui me semblait presque logique plus tôt ne l’est plus autant à présent. Du coup, à quoi bon argumenter avec mon capitaine, mon ami de surcroît ? C’est donc le silence qui accueille ses paroles. J’ai l’impression d’être un adolescent à nouveau, à faire la moue pendant qu’on me reproche une bêtise. L’idée fait naître une esquisse de sourire sur mes lèvres, ce qui aura sans doute l’effet d’adoucir mon expression. Je ne veux pas non plus fâcher Rackham, ou lui donner l’impression que je ne l’écoute pas, car ce serait faux. Je suis un peu buté, oui, mais pas irrespectueux non plus.

Par contre, rester muet au sujet de Jehanne est plus difficile. Je me suis mis dans de beaux draps avec ce commentaire, sans m’en rendre compte. Je hausse les épaules, tentant de minimiser ma relation avec elle. Si proche, c’est vite dit. En tout cas, j’espère que personne ne pense que nous sommes plus que bons amis. C’est sur cette base que je me concentre histoire d’éviter de dire une autre bêtise.

- La duchesse est une amie, Rackham. Tu me connais. Tu m’imagines lui donner du ma dame quand je passe la voir à l’occasion ? Surtout après 12 ans ? Voyons ! Elle est à la cour ici depuis que je chevauche en Ansemer, tu sais.

Je souris légèrement, puis je nie de la tête, tentant de m’installer plus confortablement sur mon fauteuil. Une tâche ardue encore pour le moment. Avec un peu de chance, j’arriverai à être confortable dans mon lit pour dormir cette nuit lorsque je m'y poserai enfin.

- Je m’inquiétais pour elle, bien sûr, mais ce n’est pas pour elle que je me suis pressé à ce point. J’ai pris une décision pendant que j’étais au front. Il y a une jeune femme dont je me suis rapproché au cours de l’année, et je désire lui faire officiellement la cour. J’ai cependant appris pendant mon séjour en Lagrance qu’un autre homme a pris sur lui de la faire sienne également. Je n’ai pas de temps à perdre, tu vois, si je veux pouvoir gagner son coeur. Même si je reconnais que tout ceci est un fâcheux contre-temps qui ne m’avance guère.

Je souris légèrement à Rackham. Voilà qui devrait réussir à les détourner de toute idée étrange avec Jehanne. Puis ma décision est réellement prise. J’aurais préféré en informer Jehanne d’abord, mais elle comprendra certainement qu’il faut parfois faire ce qu’on peut. Éviter les doutes sur notre relation est plus important que de lui annoncer la nouvelle en primeur. Je me doute que Rackham n’ira pas la répéter sur tous les toits. Je le sais curieux, mais je ne pense pas qu’il chercherait à étaler la nouvelle.

- Personne ne le sait encore, alors garde ça pour toi tu veux ? J’aimerais qu’elle l’apprenne avant que toute la caserne soit au courant…

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 410
J'ai : 31 ans
Je suis : Capitaine des chevaucheurs du vol d'Ansemer, mage de l'Hiver, chevaucheur de la dragonne Obsession

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'empire de Faërie et à son duc Bartholomé d'Ansemer
Mes autres visages: Denys du Lierre-Réal, Hiémain de Sylvamir, Anthim d'Erebor, Joséphine Siguardent et Shahryar Khamsin
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Qu’aura à dire mon capitaine de cette honteuse chute ?   Dim 8 Avr - 19:41

Ce n’est pas qu’il pensait un instant qu’il y avait quelque chose entre la duchesse d’Ansemer et le Bertin. C’est juste que la curiosité, chez Rackham, pouvait être un excellent défaut et, plus encore, cela l’amusait de titiller un peu son prince qui méritait bien cela. Une maigre punition pour s’être mis bêtement en danger ! Quand celui-ci resta muet pendant une poignée de secondes, cela dit, le capitaine eut le doute. Puis comme il estima que c’était impossible, il adressa un grand sourire moqueur au Chevaucheur, signe qu’il rigolait. Un geste suffisant pour détendre le Bertin qui répliqua, tout en se justifiant. Allons donc, manquait-il d’humour après s’être fracassé la figure sur les toits de la ville ? Cela pouvait se comprendre et Rackham avait l’habitude qu’on n’apprécie pas forcément sa curiosité un peu mal placée. Il s’en moquait bien souvent et cela ne l’empêchait pas de réitérer. Certains défauts ne pouvaient hélas être corrigés.

« Bah j’rigole, t’inquiète ! Faut bien qu’elle ait un peu d’compagnie, la pauvre ! » S’il avait su à quel point… mais il n’avait pas la moindre idée de la relation entre le Bertin et la duchesse Jehanne. Cela dit, s’il avait su, il en aurait sans doute rigolé. Pas comme si le duc Bartholomé ne trompait pas son épouse, non ? S’il lui était tout à fait fidèle et ne jugeait en aucune façon ses actes, il ne pouvait pas dire qu’il le plaindrait de le savoir cocu.

Ah mais c’est qu’il disait des trucs intéressants, le Bertin ! Des affaires de prince, évidemment. Et si la politique n’intéressait que peu l’îlien, les affaires de ses amis et les potins de mariage, ça lui plaisait bien ! Il savait comment nourrir la curiosité de son capitaine, le Chevaucheur. Le regard tout à fait intéressé, Rackham écouta attentivement les dires de Bertin, tout en étant surpris de n’avoir jamais rien remarqué jusqu’ici. C’est vrai, après tout, il disait s’être rapproché d’une dame de sa condition au cours de l’année, mais le capitaine n’y avait pas particulièrement fait attention. Mais connaissant son ami, il se dit qu’il avait fait les choses discrètement, ce qui lui ressemblait bien. Après tout, il pouvait plus ou moins comprendre que ce n’était pas une affaire à ébruiter. Mais bon sang ! Le Bertin, prévoyant de se fiancer, il y avait de quoi en être surpris ! Et en plus, en pleine bataille pour obtenir la main de la dame. Si ça ce n’était pas une affaire palpitante. Complètement absorbé par cette histoire, il oublia complètement les paroles précédentes de Bertin sur la duchesse d’Ansemer, pour mieux attiser sa curiosité vis-à-vis de la nouvelle prétendante de son ami.

« Aaaaah ben voilà, j’comprend mieux maintenant ! » Pas que ça excusait l’erreur de Bertin et son accident, mais bon, au moins il avait le fin mot de l’histoire. « T’inquiète donc pas, j’dirais rien aux gars, j’serais muet comme une carpe. » Il eut un sourire pour son ami, mais dans son regard, la curiosité n’était pas totalement assouvie. « Mais t’peux m’dire alors, c’est qui la demoiselle ? Et qui est l’autre gars qu’la courtise aussi ? »

_________________



Obsession : darkslateblue
Calico : #cc3399
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 1883
J'ai : 37 ans
Je suis : Chevaucheur, instructeur à la Caserne de Flamme

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : ... Faërie... (Même si dans mon coeur c'est toujours Bartholomé d'Ansemer, malgré tout)
Mes autres visages:
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Qu’aura à dire mon capitaine de cette honteuse chute ?   Dim 15 Avr - 20:05

Ah, cette curiosité. Si seulement j’avais pu y songer plus tôt. Ça m’arrange, aujourd’hui, et même s’il fourre son nez là où je préfèrerais ne rien dire, je vais volontiers me plier à son désir d’en apprendre davantage. Tout pour protéger le secret que j’ai été bien trop près de dévoiler… Je ne peux m’empêcher de sourire un peu à ses questions, à l’entrain que j’entends dans sa voix à ces nouvelles. Je n’ai pas voulu en parler au front où nous n’avions pas vraiment d’intimité. Vouloir d’abord en parler à Éléonore n’est qu’une raison secondaire : Rackham n’est guère proche des nobles, et je sais qu’il n’ébruitera pas un tel secret sans raison. Je n’avais même pas besoin de sa parole pour le croire.

- Je ne sais pas si tu l’as déjà vue… Il s’agit de dame Éléonore de Mascaret. Jeune, blonde, un peu plus petite que Quitterie. Elle un véritable plaisir pour les yeux, tu t’en souviendrais…

Je repense à la jeune femme et je ne peux pas m’empêcher de sourire. J’ai toujours aimé les femmes, et je ne m’en suis jamais caché auprès de mes camarades de caserne et surtout pas auprès de Rackham lorsque nous sommes devenus plus proches. J’aime bien pouvoir être franc sur mes impressions sans devoir craindre de froisser l’opinion de la personne en face de moi. Les nobles sont parfois si coincés dans leurs formalités que parler aussi franchement devient un risque que je suis rarement prêt à prendre.

- Mieux encore, elle est l’héritière de son domaine et donc éduquée pour y gouverner. Mon frère ne pourra rien trouver à redire sur ce choix d’épouse, elle sera parfaite pour gouverner Vivécume en mon absence et me permettre de me concentrer à la chevauche.

C’est le genre de détail qui n’importe probablement pas à Rackham, mais ça me fait une pratique avant de devoir tout expliquer à Bartholomé et, surtout, le convaincre. Je ressasse ce discours dans ma tête depuis longtemps déjà. Je ne l’imagine pas s’opposer à mon choix, mais j’ai préféré m’y préparer.

- Et mon rival est une connaissance que tu as peut-être croisé à la cours… le marquis Laurent de Brunante. La lutte sera difficile, je le sens. Il n’est pas un mauvais parti…

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 410
J'ai : 31 ans
Je suis : Capitaine des chevaucheurs du vol d'Ansemer, mage de l'Hiver, chevaucheur de la dragonne Obsession

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'empire de Faërie et à son duc Bartholomé d'Ansemer
Mes autres visages: Denys du Lierre-Réal, Hiémain de Sylvamir, Anthim d'Erebor, Joséphine Siguardent et Shahryar Khamsin
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Qu’aura à dire mon capitaine de cette honteuse chute ?   Dim 29 Avr - 15:38

Rien de plus facile que de détourner un sujet en poussant la curiosité de Rackham sur quelque chose d’autrement plus croustillant. Et lui qui aimait en savoir un peu plus sur ses amis, il était servi avec ce potin tout fraichement sorti des rangs de la noblesse. Il avait pourtant de la chance d’avoir le prince d’Ansemer comme ami, l’îlien, car celui-ci n’était en plus pas quelqu’un de prise de tête. Au contraire, c’était un gars sincère qu’il appréciait vraiment et qui préférait son travail de Chevaucheur à ses devoirs de noble. Parfois il le plaignait, le Bertin, malgré son air flegmatique et sa tendance à s’en foutre un peu. Il pouvait malgré tout compter sur lui sans problème, et ça, le capitaine le savait. Ce n’ était pas simplement parce que Bertin était un Chevaucheur compétant que Rackham s’était vraiment inquiété pour lui d’ailleurs, mais parce qu’il le considérait comme un vrai ami. Un vrai ami qui avait besoin de repos, mais qui néanmoins n’hésitait pas à lui partager ses futurs plans d’avenir. Avec une charmante demoiselle, selon les propos du prince ! L’îlien à un léger rire au commentaire amusé de Bertin sur la jeune femme.

« Nan en effet, j’la connais pas ! »

Ce n’était pas bien grave cela dit, il n’irait pas empêcher Bertin de faire ses affaires de la noblesse, même s’il pouvait bien donner son avis sur la prétendante ! Il l’avait bien fait avec Lionel, alors pourquoi pas avec son prince ? Mais il ne connaissait pas vraiment la demoiselle, donc difficile de juger. Mais il se disait connaître assez bien Bertin pour penser qu’il n’irait pas choisir n’importe qui, malgré toute la mauvaise volonté qu’il avait à s’intéresser à ses devoirs. Justement, s’il tombait sur la bonne, il aurait moins de raisons de se plonger plus en avant dans ses affaires de prince ! Ce que lui confirma son ami, lui expliquant les raisons de son choix.

« Avoue qu’ça t’arrange l’ami, j’te connais assez pour s’voir qu’tu préfères être ‘ci qu’au p’lais. »

Même si les raisons exactes du pourquoi ne le regardaient pas, il se permit d’en parler et même adresser un clin d’œil à son ami. Si se marier – donc sans plus d’affection que ça, il devinait – lui permettait de faire ce qu’il voulait, alors tant mieux. L’îlien savait qu’une telle situation ne lui aurait pas convenu de son côté, et il était bien heureux de s’être uni à Quitterie parce qu’il l’aimait profondément. Mais la noblesse… ah la noblesse. C’était si différent.

« Ah, Laurent d’Brunante… Oui, j’le connais un peu. J’l’ai rencontré lorsqu’j’ai arrêté son frère en juillet. Un bon gars. Mais t’as toutes tes chances aussi va ! »

Bien qu’il convenait que ledit Laurent n’était pas un parti inintéressant qu’il avait pour lui beaucoup de talent de charme et de bavardage. Pas que cela manquait à Bertin ceci dit. Rackham, Quittou veux te voir ! La voix d'Obsession résonne dans son esprit. Bien vite, elle lui explique dans un grognement que c’est à propos de Bertin justement, pour le laisser repartir au palais malgré ses blessures. Se levant du siège, l’îlien s’étira en soupirant, avant de retourner un regard à son ami.

« Bon, j’dois y aller. C’la dit, même si j’comprend un peu mieux ton empress’ment, ça excuse pas tout. Mais on en rest’ra là pour c’te fois. J’dois aller voir Quittou et d’nner l’autorisation pour t’laisser r’partir. Fais ‘ttention à toi quand même, d’accord ? »

Il lui faisait confiance là dessus. Même flegmatique, le Bertin était quelqu’un qui tenait à la vie. Et la leçon avait sans doute été bien comprise. En passant à côté de son ami, il lui octroya une tape amicale sur l’épaule, sans trop forcer bien sur et lui éviter plus de douleur, puis il quitta la pièce, rejoignant sa petite femme qui avait dû bien s’énerver sur le pauvre Bertin quelques heures plus tôt.

_________________



Obsession : darkslateblue
Calico : #cc3399
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Qu’aura à dire mon capitaine de cette honteuse chute ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Qu’aura à dire mon capitaine de cette honteuse chute ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Loronak du Rohan - Capitaine de Gil-Estel
» Mais qu'est-on allé faire dans cette galère ?
» Cette accalmie m'inquiète.
» quel est cette objet
» Il ne faut jamais dire adieu, cela porte malheur.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Faerie :: Ansemer :: Port-Liberté-
Sauter vers: