AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Raconte moi tes rêves

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 44
J'ai : 34 ans
Je suis : Pirate sur l'Audacia, Violoniste

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Serenus Dardalion, Raygnar d'Ysgramor
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Raconte moi tes rêves   Mar 13 Fév - 16:19


Livre III, Chapitre 2 • De Plume et de Serre
Elliott Ross et Tim l'Escampette

Raconte moi tes rêves

Et j'en ferais de même avec les miens



• Date : 7 mars 1003
• Météo (optionnel) : Beau temps
• Statut du RP : Privé
• Résumé : L'Audacia est en mer depuis déjà quelques jours, et Elliott vaque à ses occupations. La routine reprends petit à petit. Il croise le chemin de Tim et décide d'aller lui parler de ce qu'ils ont vécu.
• Recensement :
Code:
• [b]Mettre la date ici :7 mars 1003[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t3382-raconte-moi-tes-reves#125131]Raconte moi tes rêves[/url] - [i]Elliott Ross et Tim l'Escampette[/i]
L'Audacia est en mer depuis déjà quelques jours, et Elliott vaque à ses occupations. La routine reprends petit à petit. Il croise le chemin de Tim et décide d'aller lui parler de ce qu'ils ont vécu.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 44
J'ai : 34 ans
Je suis : Pirate sur l'Audacia, Violoniste

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Serenus Dardalion, Raygnar d'Ysgramor
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: Raconte moi tes rêves   Mar 13 Fév - 16:51

Frotter, frotter, et encore frotter. Elliott n'en voyait pas le bout. Il avait décidé d'aider les mousses à nettoyer le pont, et le soleil avait déjà parcouru la moitié du chemin dans le ciel qu'il y était encore. Mais comment faisaient-ils pour mettre autant de crasse ? Le pirate se gratta la joue. Ca, c'était surement Ilse qui se vengeait de son attitude de l'avant veille. Un seau d'eau sale, un peu de poussière, de cheveux, et le tour était joué. Mais il voyait mal Ilse faire ça. Non, la raison la plus probable pour une telle saleté, c'était que les mouettes s'étaient fait plaisir, et que le temps n'avait pas été très clément. Un peu de vent, et hop, toute la poussière de Lorgol sur le pont. Le pirate lança un regard vers un des mousses qui semblait frotter la même planche depuis une demi-heure. Il soupira et se leva. Il posa son seau à côté du gamin et lui dit qu'il allait chercher de quoi becqueter. Son estomac criait famine, et il aurait également besoin d'un petit remontant. Le soleil, c'était bon pour les bouclettes, mais, à la longue, ça donnait la migraine.

Elliott se dirigea d'un bon pas vers les cuisines, et chipa deux morceaux de pain, ainsi qu'une saucisse. Voilà de quoi calmer sa faim pour quelques heures. Où pourrait-il manger ça en paix ? En haut du mat ? Si c'était pour se faire arracher la nourriture des mains par une mouette, mieux valait rester sur le pont. Les mouettes... Elliott n'aimait pas vraiment ces oiseaux, ou plutôt, ces fichues volailles, comme il aimait à les appeler. C'était gros, ça faisait des fientes énormes et ça avait le caractère d'un chien sauvage. L'un des jeux préféré d'Elliott consistait à attirer un de ces oiseaux dans une sorte de collet, avec un morceau de poisson et, quand la bête se retrouvait en "laisse" il s'amusait à jouer au cerf-volant avant de la relâcher. Il lui disait toujours "tu diras à tes copines de s'abstenir de chier sur le pont". Mais bien sur, elles ne les écoutaient pas. Ce petit jeu là, il évitait bien sur de le faire quand Ilse était dans les parages, même s'il se doutait que son albatros devait bien raconter ce que ce méchant pirate bouclé faisait à ses congénères. Mais jamais, oh ça non, jamais, il se permettrait de le faire avec le Familier d'Ilse. Même s'il aimait taquiner sa collègue, il avait trop de respect pour elle pour faire ce genre de choses.

Elliott décida donc de se réfugier dans un coin, adossé à un tonneau, pour manger. Il croqua dans le morceau de pain, et lâcha un soupir de satisfaction. Qu'est ce que c'était bon ! Comment une chose aussi simple, aussi banale qu'un morceau de pain pouvait être aussi délicieux quand on avait faim ? Elliott continua de manger, quand un bruit attira son attention. Une ombre passa devant lui. C'était Tim. Elliott fit un grand sourire. Le petit Tim. Il n'avait pas oublié tout ce que le jeune pirate avait fait lorsqu'il rêvait, et s'était toujours demandé s'il avait vraiment rêvé, si cela avait été réel, ou si c'était une sorte de rêve partagé entre plusieurs individus. De peur de passer pour un ridicule, il ne lui en avait jamais parlé. Mais, maintenant qu'ils étaient seuls, Elliott pourrait peut-être se permettre de lui poser la question. Il leva la main, montrant son deuxième bout de pain, et l'autre moitié de la saucisse puis lança :

"- Ptit Tim ! T'a un petit creux ?"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 1143
J'ai : 15 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'Audacia
Mes autres visages: Richard le Harnois
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: Raconte moi tes rêves   Jeu 15 Fév - 11:52

Garde ça pour toi, n'en parle pas, fais attention et tu survivras. C'était ce que mon cousin m'avait dit quelques jours après lui avoir raconté les cauchemars que j'avais fait la dernière nuit de janvier. Enfin, il m'avait fait une mise en garde dans le même genre pour être plus exacte. De toute façon je me voyais mal en parler à droite et à gauche... une partie était trop réelle à accepter et une autre beaucoup trop tiré par les cheveux, tout comme l'était la disparition de certaines personnes présentes dans ce même rêve, ça excluait bien sûr Géralt qui n'y figurait pas. J'en avais bien sûr discuter à quelqu'un, mais c'était tout. J'étais resté assez discret au final à ce niveau et la seule personne qui m'avait reconnu dans ce dit rêve était présentement à bord de l'Audacia comme moi ; Elliott Ross. Je n'avais pourtant pas parler au musicien depuis.

Lorsqu'on mentionnait l'espèce de vibration je préférais changer de sujet, sans compter la présence de Symphonie sur les quais que j'avais voulu visiter qui me perturbait grandement. Bref, tout cela était étrange, tout était anormal, il n'y avait que moi pour savoir ce que c'était : un monstrueux sablier cauchemardesque à l’œuvre complètement détraqué. J'en mettais ma main au feu, et pour avoir brûlé vif dans ma tête, je savais de quoi je parlais.

Un frisson me parcouru à ce souvenir alors que je frottais le pont, puis un autre quand Elliott passa à côté de moi en indiquant qu'il allait chercher de quoi manger. Et je le regardais filer les yeux rond et j’échangeais même un regard surpris à mon voisin ; ce n'était pas moi qui avait prit la poudre d'escampette le premier. Elliott Ross n'était pas aussi agile que moi et j'avais vite fait de parier en ricanant qu'il se ferait prendre par la Tambouille ! Sauf qu'à peine le pari prit que je me rendais compte que la Tambouille se trouvait plus loin sur le pont et non dans les cuisines - miséricorde. Cinq fichus pistoles de perdu. Et Elliot mangeait plus loin à son aise à présent, le monde ne tournait vraiment pas rond. Ayant vu sa silhouette se mouvoir puis se mettre dans un coin en toute discrétion, j'avais décidé de l'y rejoindre – on ne me volait pas mon surnom impunément.

À présent face à lui et mains aux hanches, lui faisant de l'ombre par ma silhouette, je réceptionnais la moitié de la nourriture chapardée tout en indiquant convaincu, têtu et râleur voir presque railleur mais aussi vexé à la fois.

« J'ai quinze ans et je te rattraperai bientôt en taille. »

Et d'un claquement de mâchoire, je déchirais un bout de saucisse. Je n'étais pas petit, avec ma silhouette fine et élancée, je dépassais de loin les camarades de mon âge Et en pleine croissance il me faudrait surement peu de temps pour rattraper et dépasser bon nombre de tête.

« Tu évites les corvées et tu chapardes, c'est plus bouclettes qu'on va t’appeler, mais Voleur ou Chapardeur bientôt. M'installant à ses côtés j'ajoutais. Je me garde l'Escampette. »

_________________

Tim ~ #C44C51
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 44
J'ai : 34 ans
Je suis : Pirate sur l'Audacia, Violoniste

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Serenus Dardalion, Raygnar d'Ysgramor
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: Raconte moi tes rêves   Jeu 15 Fév - 19:52

Elliott sourit à la remarque de Tim et il lui donna la moitié de la nourriture qu’il avait réussi à chaparder. La Tambouille n’était pas dans les parages, et c’était tant mieux, sinon il n’aurait pas hésité à passer un savon au pauvre Elliott qui aurait sans doute du nettoyer ses énormes marmites pendant plusieurs nuits d’affilées. Il l’avait déjà fait, et il savait que ça n’avait rien d’agréable, surtout que la Tambouille avait son caractère. Mais cela n’avait jamais dissuadé le pirate d’aller chaparder un ou deux morceaux de temps en temps. Elliott croqua dans son pain, et prit le temps de le macher et de le savourer avant de répondre à Tim. Il se tourna d’abord vers lui, lui ébouriffa les cheveux d’une main, et lui répondit avec un grand sourire taquin :

« -T’sais bien que c’est pas une question de taille. Même à 40 ans tu seras toujours mon p’tit Tim. »

Il finit son pain, et la saucisse ne tarda pas à rejoindre celui-ci dans l’estomac d’Elliott. Satisfait, le pirate laissa échapper un soupir de soulagement. Tim s’était installé à ses côtés, et lui disait que, bientôt, on ne l’appellerait plus Bouclettes mais Voleur ou Chapardeur. Lui, en revanche, garderait l’Escampette. Elliott laissa échapper un petit rire. Bouclettes. Ce surnom ne l’avait jamais quitté. Depuis son arrivée sur la vivenef, on l’avait appelé par ce surnom, en raison de ses cheveux frisés en de magnifiques boucles dont il en prenait particulièrement soin. Cela attisait les moqueries des autres pirates, mais Elliott s’en fichait. Il doutait franchement qu’on change ce surnom pour Voleur ou Chapardeur. Elliott chapardait quelques fois de la nourriture, et il s’était fait attraper une ou deux fois, mais jamais on ne l’avait appelé autrement que Bouclettes. Il tourna la tête vers Tim et lui dit :

« - Oh, tu sais, j’suis plus un mousse, j’peux bien m’autoriser une petite pause de temps en temps. Promis, j’y retourne dans cinq minutes… . » Il se tut, glissa ses mains derrière sa tête, et reprit : « Ou alors dans dix, j’sais pas… »

Les mousses continuaient à frotter le pont. A part eux, et quelques éclats de voix venant des autres pirates, tout n’était que silence. Qu’est ce qu’on dormait bien en mer. Il n’y avait quasiment aucun bruit parasite, rien pour troubler le sommeil de celui qui avait bien travaillé pendant la journée. A Lorgol, c’était une autre histoire. Il y avait toujours quelque chose, un ivrogne qui chantait, un cheval qui passait… Toujours quelque chose pour troubler son sommeil et ses rêves. Tiens… En parlant de rêve… Elliott n’avait jamais parlé de ses rêves à qui que ce soit. Il n’y avait que Tim qui, s’il y avait quelque chose de magique là-dedans ; aurait pu partager la même expérience que lui. Il se rappelait encore de ce que le pauvre gamin avait subi. Bruler vivant… Il n’y avait rien de plus horrible… Elliott soupira et lui souffla :

« - T’sais, l’autre fois, j’ai passé une drôle de nuit. Et, tu vas sans doute te moquer de moi, mais j’t’ai vu dans mon rêve… »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 1143
J'ai : 15 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'Audacia
Mes autres visages: Richard le Harnois
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: Raconte moi tes rêves   Ven 16 Fév - 15:11

« Oui bah le jour où je deviens capitaine d'une Vivenef prends garde à toi, Bouclettes ou non, je te coule directement moi si tu m'appelles ainsi. »

Lançais-je léger avec une pointe de défi, de mise en garde souriante et de douce arrogance. Je visais haut et sans doute très loin, on n'était pas à l'abri d'une tragédie sur l'Audacia après tout, mais cela ne pouvait m’empêcher de rêver. J'entendais par là un doux rêve, pas un cauchemar qui me réveillerait en sursaut et en sueur.

Comme avec ma cousine Liselotte, j'eus tôt fait de repousser son affection glissée dans mes cheveux. Je ne désirais pas qu'on me prenne pour un bébé alors que j'étais homme en tout point voyons. Je m'installais rapidement cela étant et malgré tout à ses côtés, prenant ce qu'il me donnait avant de lui faire part de mes soupçons quant à son futur surnom à bord s'il continuait de chiper et surtout s'il se faisait prendre. Est-ce qu'Elliott avait déjà eu les fesses douloureuses une semaine par un coup de poile savamment placé par la Tambouille ? De mes petits yeux, j'observais son aisance persuadé qu'il n'avait pas eu droit à ce 'privilège' encore, mais j'aiderais à arranger ça s'il le souhaitait. Et ainsi, moi aussi, je pourrais rire et lancer des sous entendus comme ce que j'avais eu droit et de ce que je m'attendais au final en marmonnant grimaçant des 'Mal au cul, la Tambouille y a été fort pour sûr'.

Je terminais la saucisse rapidement, l'observant, perdu dans mes souvenirs de la Tambouille. Si on nous surprenait ainsi à traînasser, mousse ou non, cinq ou dix minutes, je trouverais de quoi me défendre et le faire plonger. N'allez pas croire que je n'aimais pas Elliott, bien au contraire, mais je détestais plus que tout les punitions, corrections et de devoir travailler plus encore. De toute manière, à l’affût et agile, j'aurais tôt fait de décamper illico et sans crier gare si l'ombre d'une silhouette menaçante se pointait !

J'allais pour finir d’engloutir mon pain quand je m’arrêtais brusquement devant ses murmures et fini par m'étouffer ensuite, recrachant de la mie bouillie sur le sol. Rho si je n'avais pas rêver de lui et des autres, je me serais directement bidonné en ajoutant de gros gloussements exagérés et finalement c'est ce que je fis.

« Rêver de moi ? Comment ? Non. Ne me dis pas que... Et exagéré et moqueur je portais une main sur mon torse et une autre sur mon entre jambe. Le timbre plus aigu encore, je continuais en regardant la mie recrachée par terre. La saucisse et le pain. Puis d'un regard mi moqueur mi accusateur. Et dans un coin à l'écart en plus. Vil coquin. » Et de la main sur mon torse relâché, je lui fit une tapette sur l'épaule tout en pouffant.

« Bien sûr que je vais me moquer. » Fis-je enfin en arrêtant ma scène avant de reprendre souriant toujours. « Et il se passait quoi dans ce rêve ? Je te lissais les cheveux ? »

_________________

Tim ~ #C44C51
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Pavillon Noir
avatar

Messages : 44
J'ai : 34 ans
Je suis : Pirate sur l'Audacia, Violoniste

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Philippe Jedidiah
Mes autres visages: Serenus Dardalion, Raygnar d'Ysgramor
Le Pavillon Noir
Message Sujet: Re: Raconte moi tes rêves   Ven 16 Fév - 21:36

Ce Tim. L’adolescence le rendait plutôt téméraire. Elliott se rappelait que, quand il avait quinze ans, il agissait à peu prêt de la même façon. Il n’hésitait pas à faire le mur, à faire les yeux doux aux demoiselles avec son violon, ou alors répondre à ses parents. Aujourd’hui, quand il y repensait, il trouvait qu’il avait eu un comportement exécrable. Tim, en plein dans cette période ingrate, lui dit que, le jour où il sera capitaine d’une Vivenef, il le coulerait directement si Elliott l’appelait « P’tit Tim ». Elliott laissa échapper un éclat de rire. Devenir capitaine d’un navire, c’était déjà bien, mais diriger une Vivenef, cela relevait carrément du rêve un peu fou. Elliott n’avait pas ce genre d’ambitions. La place qu’il occupait actuellement lui allait très bien. Il se voyait mal diriger toute un équipage. Les responsabilités, ce n’était que des nids à problèmes. Dés qu’on devenait chef, il fallait gérer la nourriture, les tâches de chacun, régler les conflits…. Bred, que des ennuis à longueur de journée. Non, être un simple pirate, cela lui plaisait. Il se tourna vers Tim et lui répondit :

« - Le temps que tu deviennes capitaine d’une Vivenef, j’aurais eu le temps de vieillir et de mourir. » Il se tut, et rajouta avec un sourire taquin : « Deux fois ».

Le gamin finit sa saucisse, et Elliott repensa à ses premières années sur un bateau. Ce n’était pas l’Audacia, c’était un navire marchand. Il avait travaillé dur, très dur. Il se levait aux aurores le matin et s’écroulait sur son lit tard le soir. Il avait à peine le temps de poser les yeux sur son violon. Quand il gagna un peu en expérience, il apprit à apprécier le dur métier de marin. Etre marin, ce n’était pas seulement un métier, c’était une passion, un mode de vie. L’équipage devenait une gigantesque famille très soudée face aux difficultés, le navire devenait un foyer. Et il y avait toujours un gars comme la Tambouille pour botter les fesses des petits malins qui venaient chiper de la nourriture. Certes, être marin avait ses inconvénients, comme le fait que l’on ne voyait pas sa famille pendant de longues périodes, mais on s’y faisait.

Tim vivait sans doute les meilleures années de sa vie, même s’il ne s’en rendait pas encore compte. Elliott, nostalgique, soupira. Il décida d’entrer dans le vif du sujet et aborda le rêve qu’il avait fait il y a quelques temps. Comme prévu, Tim réagit en se moquant de lui. Il mit une main sur son torse, l’autre sur son entrejambe, et il se mit à insinuer qu’Elliott aurait des sentiments pour lui. Elliott, loin d’être vexé, laissa échapper un rire franc. Il ria de bon cœur avec le mousse tandis que celui-ci lui assenna une petite tapette sur l’épaule. Cependant, Elliott avait remarqué une chose qui l’avait quelque peu troublé. Tim avait manqué de s’étouffer avec son pain, et il en avait recraché une bonne partie, avant de se mettre à rire. Il avait été surpris par les propos du pirate, tellement qu’il avait avalé sa nourriture de travers. C’était troublant. Il fallait continuer, voir ses réactions. Mais, tout d’abord il lui dit, tout en riant :

« - Rassure toi, t’es pas mon genre de mec . »

Tim lui dit qu’il allait bien entendu se moquer de lui, et il lui demanda si Elliott avait rêvé qu’il lui lissait les cheveux. Elliott sourit et reprit finalement son sérieux. Il regarda droit devant lui et répondit dans un souffle :

« - Non… C’était plus complexe… Y’avait un moment où on devait échapper à un incendie, un autre où ou devait fuir la Chasse Sauvage à dos de griffons…. C’était étrange comme rêve.»

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Raconte moi tes rêves   

Revenir en haut Aller en bas
 
Raconte moi tes rêves
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Maman raconte moi une préhistoire !!!"
» Père Castor, raconte nous une histoire! - Neal
» [Libre] Raconte moi une histoire s'il te plaît
» Raconte tes rêves !
» Hank et Angy:On raconte quoi dans le journal?!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Les Terres du Nord :: Au large :: L'Audacia-
Sauter vers: