AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Boucles d'Or et l'Ours

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Guerriers
avatar

Messages : 771
J'ai : 37 ans
Je suis : garde à l'antenne de la Guilde des Compagnes en Ansemer

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Guilde des Guerriers et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Castiel • Louis • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Les Guerriers
Message Sujet: Boucles d'Or et l'Ours   Lun 26 Fév - 17:52


Livre III, Chapitre 2 • De Plume et de Serre
Agnès d'Aurebois & Octavius le Rouge

Boucles d'Or et l'Ours

Ou quand on cherche un peu de légèreté



• Date : Le 27 août 1002.
• Météo (optionnel) : De plus en plus chaud, alors que les caravanes longent les montagnes et se rapprochent de Roc-Épine. Le soir approche, heureusement.
• Statut du RP : Privé.
• Résumé : Le chemin jusqu'à Roc-Épine, afin de trouver un remède pour tous les mages malades, est ardu, autant pour les malades que pour ceux qui accompagnent. Agnès vient demander à Octavius, qui accompagne le convoi, des nouvelles de Maelys.
• Recensement :
Code:
• [b]27 août 1002 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t3436-boucles-d-or-et-l-ours]Boucles d'Or et l'Ours[/url] - [i]Agnès d'Aurebois & Octavius le Rouge[/i]
Le chemin jusqu'à Roc-Épine, afin de trouver un remède pour tous les mages malades, est ardu, autant pour les malades que pour ceux qui accompagnent. Agnès vient demander à Octavius, qui accompagne le convoi, des nouvelles de Maelys.


_________________
Dialogues en sienna





Dernière édition par Octavius le Rouge le Lun 26 Fév - 17:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 771
J'ai : 37 ans
Je suis : garde à l'antenne de la Guilde des Compagnes en Ansemer

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Guilde des Guerriers et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Castiel • Louis • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Boucles d'Or et l'Ours   Lun 26 Fév - 17:53

À la différence d’une majorité d’autres voyageurs, la chaleur de plus en plus écrasante ne dérange pas Octavius.

Il a l’habitude et même, il s’y sent confortable. Ça lui rappelle le Val. Il ne savait pas que Cibella pouvait héberger un climat aussi aride, à l’intérieur de ses terres, et il se dit que c’est peut-être la seule chose de bien qui vienne de ce duché. L’abri sommaire des montagnes, cela dit, est bien peu contre ce qui peut les attendre au tournant. Voltigeurs belliqueux comme animaux dangereux, prêts à se repaître des corps affaiblis de leurs camarades malades.

Escorter les caravanes de mages, au début, lui rappelait son temps à la Caravane des Plaisirs. Il a reconnu quelques enfants des Miracles, auxquels il n’a même pas osé adresser le fameux Signe. Il se sentirait ridicule, de l’esquisser ici, ou tout simplement de l’esquisser tout court. Il n’est pas vraiment un des leurs, n’est-ce pas ? Il n’y a qu’avec Mélodie, qu’il a échangé quelques mots et quelques histoires afin de détendre un peu l’atmosphère tendue, et avec le maître du Charme et la maîtresse de Stratégie, à peine quelques regards un peu curieux.

Ça, c’était il y a des jours, il a l’impression.

Car dans ce convoi-ci, il n’y a aucun plaisir. Aucune joie. Et la sienne, d’humeur, toujours plus ou moins maussade, s’est rembrunie au fur et à mesure des jours. Au fur et à mesure que ceux qu’il escorte, lui et d’autres guerriers bien portant, voient leur condition s’aggraver. Au fur et à mesure que l’état Maelys, surtout, se dégrade. La perte de lien avec son dragon est affreusement difficile et l’ancien Voltigeur peut seulement comprendre cette douleur, qu’il portera en lui jusqu’à sa propre mort. Seule la perspective que la Chevaucheuse et l’Émeraude retrouvent leur précieux lien est heureuse, et encore… ça ne suffit certainement pas à donner à l’expression du guerrier autre chose qu’une allure de gargouille haineuse.

Un coup d’oeil vers le ciel, où le soleil décroît. Une bonne chose. S’ils voyagent une partie de la nuit, ce sera plus confortable pour tout le monde, même si risqué. Octavius fait avancer son cheval jusqu’aux côtés de celui d’un autre guerrier - d’Ansemer celui-là, qui le salue d’un simple signe de tête. « Est-ce qu’on s’arrête, ce soir ? Pense pas… l’a du retard à rattraper, le convoi. On va sûrement s’arrêter bientôt, puis repartir. » Les deux guerriers échangent un regard équivoque et l’Ibéen revient non loin de la carriole où sont Maelys et Vesper. Son camarade a bien vu, car quelques minutes plus tard, l’ordre est donné de prendre quelques minutes de repos. Le temps que les montures se rafraîchissent et qu’un roulement se fasse dans ceux qui accompagnent le convoi. Quelques bienvenues minutes pour que l’homme se dégourdisse les jambes, aussi… sans jamais vraiment quitter le côté de la caravane de Maelys, qu’il veille avec hargne.

_________________
Dialogues en sienna



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 1017
J'ai : 26 ans
Je suis : Mage du Printemps (outrevision)
Fille cadette du comte d'Aurebois

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Faërie et Lagrance
Mes autres visages: /
Les Mages
Message Sujet: Re: Boucles d'Or et l'Ours   Dim 22 Avr - 17:30

La tension était palpable au sein de la caravane tandis qu’ils poursuivaient leur route en direction de Roc-Epine. Outre la menace des voltigeurs ibéens, il fallait également composer avec cette maladie qui frappait les mages. Agnès n’était pas épargnée et son imprudence à vouloir utiliser sa magie n’avait fait qu’accélérer les choses. Elle s’affaiblissait, elle le sentait et tout comme elle percevait que le lien avec Mara s’étiolait. Dorénavant, elle voyageait dans les carrioles, alors qu’elle pouvait marcher au début du voyage. Les cahots de la route ne l’aidaient pas à se sentir mieux, alors quand elle constata que leur véhicule s’était arrêté, elle descendit pour se dégourdir un peu, vu que les migraines s’étaient un peu calmées.

Le soir tombait et la perspective d’un peu de fraicheur fit sourire la jeune femme. Alors que son regard parcourait le convoi, son attention se porta sur les personnes qu’elle connaissait, en particulier Maëlys. D’un pas incertain, elle commença à s’avancer avant d’intercepter une des personnes qui s’occupaient des malades. Elle lui demanda où se trouvait la chevaucheuse et une fois la réponse obtenue, elle se dirigea vers la carriole indiquée. Mara atteignit leur destination avant sa maitresse et entreprit de sauter sur le marchepied pour pénétrer à l’intérieur, faisant fi de l’homme qui veillait. La lagrane arriva à proximité de l’ouverture et siffla la petite loutre, qui pointa une tête innocente vers la mage. Or, cette manœuvre ne passa pas inaperçue du guerrier se tenant à proximité. Agnès porta son attention sur celui-ci et finit par lui parler.

- Est-il possible de voir Maëlys ? J’aimerai prendre de ses nouvelles…

Elle ne savait s’il était affecté spécifiquement à la protection de cette carriole ou s’il avait des connaissances se trouvant à l’intérieur. Alors, elle lui demanda la permission de voir son amie. Elle pencha légèrement la tête, son regard glissant sur le guerrier car il semblait qu’elle l’avait déjà aperçu en compagnie de la chevaucheuse, mais elle n’avait pas prit le temps de converser avec cette dernière depuis plusieurs jours. Elle s’enquerrait un peu plus avant sur cette relation suivant les réponses fournies par son interlocuteur.

Spoiler:
 

_________________

Couleur d'écriture : #ff6600
Mara, Familier : #cc6600
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 771
J'ai : 37 ans
Je suis : garde à l'antenne de la Guilde des Compagnes en Ansemer

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Guilde des Guerriers et au Fils des Ombres
Mes autres visages: Castiel • Louis • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Boucles d'Or et l'Ours   Mer 16 Mai - 16:34

Sans magie de l’Hiver pour endormir ses anciennes blessures aux hanches et aux genoux, la douleur persistante de ses membres est revenue au galop. Plus intense, même, il lui semble, qu’auparavant. Vague inquiétude que l’ancien Voltigeur balaie du revers de la main, comme si ce n’était pas important, alors qu’il fait les cent pas autour de la caravane. Il revient tout juste à son côté, avec comme plan d’étirer un peu plus ses muscles, lorsqu’une loutre bondit sur le marche-pied, avec l’intention nette d’y entrer. « Non... loutre, tu rentres pas », assène-t-il fermement à l’animal, qui lève sa tête curieuse un peu plus haut afin de le regarder. Il se doute bien que l’animal est un Familier et donc parfaitement capable de le comprendre. À défaut d’un nom, autant l’appeler par ce qu’elle est. Ou il.

Une voix féminine l’interpelle, tout près, et ses yeux clairs passent du Familier curieux à celle qui est vraisemblablement sa mage. « Est-il possible de voir Maelys ? J’aimerai prendre de ses nouvelles… » Blondinette. Lui se souvient d’elle, mais il ne croit pas que la réciproque soit vraie. À quoi bon demander aux nobles de se soucier du petit peuple, d’autant plus à une Lagrane ? Puis, leur aventure n’avait pas été de tout repos, enlevés et laissés à eux-mêmes dans les souterrains de Lorgol. Il ne sait même pas son prénom. Instinctivement, il se détend un peu. Que peut une mage malade, grosse comme une brindille, contre un guerrier en pleine possession de tous ses moyens ? S’évanouir sur lui ? Vomir sur ses bottes ? Rien qui ne lui fasse peur. « Non. Un seul mot, bourru, qu’il sent tout de même qu’il devrait accompagner d’un tant soit peu de justification. Elle dort. » La maladie est difficile sur tous les mages. Elle les affaiblit, tout en les empêchant de dormir convenablement et de prendre un repos bienfaiteur. Et ce sommeil, pénible, est constamment interrompu par les nausées, les sueurs, les délires, les pleurs et les cauchemars.
Il ne veut pas que Blondinette voit sa petite guerrière, si forte et farouche, dans cette position de faiblesse qui fait naître en lui des inquiétudes amoureuses elles-mêmes inquiétantes (il entend ses oncles le railler sur sa mollesse, sur ces sentiments tendres qui certainement affectent son jugement). Il ne veut pas qu’elle imagine Maelys autrement que belle et victorieuse. « Mais j’peux vous en donner, mad’moiselle. Z’êtes son amie ? Vous l’avez connue à l’Académie ? » Octavius ne peut retenir ce petit instant de curiosité. Il connaît Thomas et Cassiopée, qui lui semblent bien convenir à Maelys, comme amis, mais Blondinette... c'est loin de sa Bassoise de compagne.

_________________
Dialogues en sienna



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Boucles d'Or et l'Ours   

Revenir en haut Aller en bas
 
Boucles d'Or et l'Ours
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Faërie :: Cibella-
Sauter vers: