AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Comprendre l'incompréhensible

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Confrérie Noire
avatar

Messages : 304
J'ai : 38 ans
Je suis : Écoutante du Poison

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Confrérie Noire, au duc Castiel, à la dame Mélusine de Sylvamir
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei
La Confrérie Noire
Message Sujet: Comprendre l'incompréhensible   Mer 14 Mar 2018 - 15:00


Livre III, Chapitre 2 • De Plume et de Serre
Astarté des Sables & Hermine Chantelune

Comprendre l'incompréhensible

Ou quand on essaie de démêler une histoire impossible



• Date : Le 28 novembre 1002.
• Météo (optionnel) : Frais, le vent souffle ; dans la Ville Basse, l'humidité du port donne un fumet lourd aux quartiers mal-famés.
• Statut du RP : Privé.
• Résumé : Astarté a cherché Solal, dans la Ville Basse, sans le trouver, et se retrouve à la fois perdue et désoeuvrée dans le quartier mal-famé où règne la Tour Sombre. Hermine lui tombe dessus au hasard, elle-même en quête de réponses.
• Recensement :
Code:
• [b]28 novembre 1002 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t3508-comprendre-l-incomprehensible]Comprendre l'incompréhensible[/url] - [i]Astarté des Sables & Hermine Chantelune[/i]
Astarté a cherché Solal, dans la Ville Basse, sans le trouver, et se retrouve à la fois perdue et désoeuvrée dans le quartier mal-famé où règne la Tour Sombre. Hermine lui tombe dessus au hasard, elle-même en quête de réponses.


_________________
Dialogues en darkslateblue



Dernière édition par Hermine Chantelune le Mer 14 Mar 2018 - 15:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Confrérie Noire
avatar

Messages : 304
J'ai : 38 ans
Je suis : Écoutante du Poison

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Confrérie Noire, au duc Castiel, à la dame Mélusine de Sylvamir
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei
La Confrérie Noire
Message Sujet: Re: Comprendre l'incompréhensible   Mer 14 Mar 2018 - 15:01

Les rumeurs qui vous sont venues au cours de la matinée, à la Tour Sombre, sont inhabituelles. On parle de chiens hurlants, de Cavaliers fantômatiques, de la destruction de la Rose Écarlate, de celle de l’Académie. Vos jeunes recrues s’inquiètent et bien que vous, Écoutants, Adeptes et Assassins d’expérience, gardez une apparence de calme et de confiance… tout ceci vous trouble.
Enfin, tu es troublée, certainement.
Tu es donc partie en quête de réponses. Le sommeil attendra que tu reviennes avec des informations à donner à tes camarades, glanées dans les tavernes aux alentours, échangées contre quelques fleurons aux mendiants que tu trouveras sur ton chemin. Vêtue des cuirs tant aimés des ouailles de Lida et Sithis, les cheveux et une partie du visage dissimulés sous un voile brodé d’étoiles, une lame lovée au creux de ton corset, tu rases les murs comme une ombre, peu désireuse qu’on te remarque. Tu as pour but le Poney qui Tousse, où tu trouveras certainement un enfant des Miracles plus informé que tu l’es, mais ta route s’arrête au détour d’une ruelle.

Une Erebienne.

Tu restes saisie, quelques instants, devant la vision inattendue. Tu observes la demoiselle à la dérobée, sans comprendre ce qu’elle peut bien faire dans ce quartier, seule, ainsi vêtue. Tu ne trouves rien à redire de son joli sari au curieux motif écarlare, ou des bras nus à la peau dorée qui semble si douce, mais… n’a-t-elle pas un peu froid ? Tu as appris à les connaître, les Erebiens de la Confrérie Noire qui empilent les vêtements chauds à l’approche de la saison froide, et regardent avec un air parfois dubitatif, parfois craintif, la neige qui recouvre la Ville Libre à l’approche du solstice d’hiver. Cette Erebienne-ci n’a pas de sari épais, ou de voile presque laineux… et surtout, ses vêtements sont recouverts de sang. Le motif qui t’intriguait n’est pas un jeu de tissu, mais bien du sang, que tu vois désormais partout sur elle. Sur ses mains, ses bras, son visage. Tu sors de ta cachette sans plus attendre, afin de venir à sa rencontre, tout à fait alarmée. « Avez-vous besoin d’aide, demoiselle ? Êtes-vous blessée ? » Tu essaies de te faire calme, gentille, pour ne pas effaroucher cette ennemie séculaire de ton duché, mais ton inquiétude se lit dans tes yeux, s’entend dans ta voix.

_________________
Dialogues en darkslateblue



Dernière édition par Hermine Chantelune le Mer 9 Mai 2018 - 4:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Peuple
avatar

Messages : 2112
J'ai : 26 ans
Je suis : gitane et joaillière

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Mélusine, marquise de Sinsarelle, et Anthim, Roi des Gitans et duc d’Erebor
Mes autres visages: Agathe de Vigdir • Gabrielle de la Volte • Sifaï Sinhaj
Peuple
Message Sujet: Re: Comprendre l'incompréhensible   Ven 16 Mar 2018 - 14:07

Solal n’était pas là. Elle l’avait visité à maintes reprises, depuis sa jeunesse, depuis qu’elle était en âge de suivre son maître jusqu’à Lorgol. Lorsque la guilde des gemmes mandatait le maître orfèvre, l’apprentie suivait, des boucles soyeuses plein la tête, de la méfiance plein le coeur. Elle, l’enfant timide, se permettait une ribambelle de mots afin de lui narrer sa vie, depuis Erebor. Combien de fois l’avait-il écouté avec une certaine fierté au fond des yeux? Les souvenirs semblaient bien loin, désormais. Le maître devait la chercher et alerter ses enfants de sa disparition soudaine sous un tourbillon de voiles immaculés. Le combat avait cessé dans un chœur de hurlements et d’aboiements. L’écrin abandonnée avait quitté l'académie encore abasourdie de ce qu’elle avait entendu des paroles de Titania, des pensées de Dévouée, de ce qu'elle avait vu de la Chasse libérée et des molosses exécutés. Le sang avait séché sur sa peau. Sur Égérie, aussi. Ses vêtements avaient absorbé une grande quantité de sang et, détrempés, laissaient le froid s’insinuer jusqu’à ses os.

Elle avait erré un moment, de plus en plus engourdie par le froid. La triste réalité s’imposait à Astarté : Solal n’était pas là. Ou elle avait oublié où il se trouvait, car toutes ces ruelles, toutes ces devantures oppressantes et lugubres se confondaient devant ses yeux. La chaire de poule avait fait place à des tremblements légers et réguliers. C’était le moyen que son corps avait trouvé pour préserver un peu de chaleur.

Tapie dans un coin qu’elle croyait discret, la gitane faisait l’inventaire de ses maigres possessions et encore plus maigres alternatives. Une bague sertie d’une ambre désormais ensanglantée. Un bracelet endommagé par le combat. Elle avait perdu le pendentif d’or qui ornait sa poitrine. Avait-elle assez pour un gîte, un bain, et l'assurance qu’on ne la questionne pas? Il était hors de question qu’elle approche la Ville Haute ainsi accoutrée, et l'accès à l’atelier de Lancelot l’Adroit lui semblait soudainement impossible. Une taverne, même miteuse, ferait l’affaire, ce matin. Son âme pour un bouillon fumant.

À la voix féminine, Astarté avait redressé l’échine pour faire face à une possible menace. Tendue, elle trahissait sans même le savoir son état de détresse. La gitane évalua la femme en approche. Voilée. Voleuse..? Sa poigne se resserra sur Égérie, dernier souvenir de sa Reine. Lui offrir déjà ses ornements en échange de quiétude? Ne rien laisser paraître? Puis ses tremblements, réguliers, et la douloureuse morsure du froid sur ses doigts, sur ses pieds.

- J’ai peu à vous offrir.

Lentement, comme par crainte que la silhouette en approche ne fonde sur elle, la joaillière retira sa bague et la lui offrit, dans le coeur de sa paume tachée de rouge. La gemme, finement taillée, brillait légèrement même ici, au coeur de la Ville Basse Si la femme ne lui inspirait pas de peur aux premiers abords, Astarté se faisait méfiante, main tendue et corps arqué.

- Mon père vous en offrira plus encore si vous m’escortez en sécurité. Au chaud. ..S’il vous plaît.

Ses yeux clairs ne finissaient pas de la détailler, elle et son voile sertie d’étoiles. Amie ou ennemie?

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Confrérie Noire
avatar

Messages : 304
J'ai : 38 ans
Je suis : Écoutante du Poison

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Confrérie Noire, au duc Castiel, à la dame Mélusine de Sylvamir
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei
La Confrérie Noire
Message Sujet: Re: Comprendre l'incompréhensible   Mer 28 Mar 2018 - 17:01

Telle une bête craintive, aussi effrayée que potentiellement dangereuse, l’Erebienne se fige à ton approche. La douceur de ta voix est peut-être tout ce qui l’empêche de détaler comme un lapin. Ou est-ce le froid qui semble transir ses membres découverts ? Tu te demandes si elle a été jetée à la rue. Battue, sinon. Victime d’un immonde trafic de femmes du désert. Quelle injustice devras-tu réparer, belle Hermine qui sait se fait si cruelle ? « J’ai peu à vous offrir. Une main se tend devant elle et tes prunelles captent l’éclat brillant d’une gemme. Mon père vous en offrira plus encore si vous m’escortez en sécurité. Au chaud… S’il vous plaît. »

Tu t’approches encore un peu plus, jusqu’à être tout à fait devant l’inconnue. Une seconde supplémentaire d’intrigue, de fascination, nuance l’inquiétude prudente qui : elle est pratiquement aussi grande que toi. Les Erebiennes sont plus râblées, à l’image de ta Célestine et de ses jolies courbes, mais celle-ci est grande et déliée, telle une chatte. Les mêmes yeux clairs, d’ailleurs, que ceux des félins tant aimés de ton duché. Tes yeux à toi, sombres et doux, descendent sur la main qu’elle te tend, sur l’offrande au coeur de sa paume. Ta main vient se placer juste dessous la sienne, et tes doigts referment les siens sur la bague brillante. Le bijou est joli, mais il n’est pas tien. Tu n’es pas une voleuse. Tu as bien peu d’intérêt pour ce que tu n’as pas acquis par tes propres fleurons, qu’importe qu’ils soient tachés de sang. Qu’importe qu’ils fleurent la mort, autant que dans ton esprit fanatique, ils ont le parfum de la justice. Sa peau est glacée, sous tes doigts eux-même frais, et tu desserres ta prise afin de ne pas l’inquiéter. Quelques taches de sang s’impriment sur ta chair pâle, l’humidité lourde de la Ville Basse rendant impossible à l’hémoglobine de sécher tout à fait. « Gardez votre bijou, je vous prie. Puis, quelle utilité aurais-tu d’un bijou dont la pierre ne serait que peu seyante, sur ta peau pâle ? L’ambre doit être d’une beauté, sur sa main... Je puis vous escorter au chaud. Il y a une taverne, non loin, nous y serons en sécurité. » Hors de question de l’emmener à la Loge du Canal ! Les clients des lieux n’auront aucun scrupule, eux, à la dépouiller de ses derniers jolis atours, jusqu’à son sari imbibé de sang, et même si tu sais te défendre, même si la Main Noire est respectée… tu ne veux courir aucun risque. « Connaissez-vous la Belle Manchote ? C’est un peu miteux, mais la tavernière y fait de délicieuses crêpes. Je vous les offre. » Tu espères que la gastronomie ansemarienne sera au goût de l’Erebienne. Puis, c’est le matin : normalement, tout sera de la plus grande fraîcheur.

_________________
Dialogues en darkslateblue

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Peuple
avatar

Messages : 2112
J'ai : 26 ans
Je suis : gitane et joaillière

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Mélusine, marquise de Sinsarelle, et Anthim, Roi des Gitans et duc d’Erebor
Mes autres visages: Agathe de Vigdir • Gabrielle de la Volte • Sifaï Sinhaj
Peuple
Message Sujet: Re: Comprendre l'incompréhensible   Dim 1 Avr 2018 - 2:11

Il y avait de ces moments où les décisions, même les plus grandes, devaient se prendre les yeux fermés et le coeur ouvert. Faire confiance à la vie. Croire à ce Destin qui recevait tant de prières et espérer qu’Il entende. Astarté, lors des quelques secondes de réflexion à sa disposition avant que l’étrangère ne l’approche tout à fait, avait choisi la confiance plutôt que le doute. L’assurance d’un peu d’aide plutôt que la crainte des coups. Les doigts qui se refermèrent sur les siens, renonçant au bijou étincelant, confortèrent la joaillière quant à sa décision. Devant l’oasis d’une taverne douillette, la gitane avait pressé le pas en se cantonnant à un silence fort discourtois. Elle avait dénié du chef, simplement, alors que ses pensées étaient destinées à ses taches de sang devant les yeux de la clientèle de la fameuse taverne.

Belle Manchote. Fenêtres crasseuses et étroites. Astarté sentait une tension brûlante se libérer d’entre ses épaules. Comme la devanture douteuse le promettait, la lumière peinait à pénétrer l’endroit malgré la matinée avancée. La gitane laissa sa compagne d’un jour ouvrir la porte et investir les lieux la première, elle-même affairée à soutenir Égérie… Ou du moins, ce qu’il restait de la baguette de légende. Rien. Plus rien. Du rêve fou et des murmures plein de promesses de la Reine Blanche, il ne restait désormais plus rien. Une vaste blague, tout au plus, en considérant les molosses ayant coursé dans les couloirs de l’Académie.

Astarté se crispa lorsque la Cielsombroise revint auprès d’elle, prenant place sur le siège lui faisant face. Elle avait pris soin de choisir une table près de la sortie, même si la chaleur de l’âtre se ressentait moins ici qu’ailleurs. Prête à détaler. Prête à s’enfuir, si les chiens revenaient, même ici. Même à la Belle Manchotte. La baguette sur ses cuisses, les mains jointes pour plus de chaleur, elle avisa l’inconnue d’un mouvement de tête.

- Le sang ne dérange pas la tenancière.

Entre la question et l’affirmation, la gitane coula sur la tavernière un regard incertain. Elle ne semblait pas lui porter attention, affairée qu’elle était à s’assurer de la commande de crêpes. Peut-être était-ce grâce au paiement de sa nouvelle amie, après tout..? Elle hésita, encore et encore, avant de hasarder quelques mots.

- Ce n’est pas le mien… Le sang. C’est celui des mâtins qui ont assiégé l’Académie. Vous refusez mes ornements, mais je peux vous offrir des explications. L’Erebienne s’inclina sur la table, son regard cherchant celui de la Cielsombroise en un tableau quelque peu surréaliste. Je suis Astarté des Sables. Qui dois-je remercier?

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Confrérie Noire
avatar

Messages : 304
J'ai : 38 ans
Je suis : Écoutante du Poison

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Confrérie Noire, au duc Castiel, à la dame Mélusine de Sylvamir
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei
La Confrérie Noire
Message Sujet: Re: Comprendre l'incompréhensible   Sam 7 Avr 2018 - 20:57

Quelques clients sont attablés et leur jettent à peine un regard où l’intérêt perce momentanément, avant de s’évanouir rapidement de passer à autre chose. Ils savent ce qu’il en est, des hommes et des femmes vêtus de cuir qui se déplacent dans les rues et ruelles du quartier, et il vaut mieux, dans le doute, ne pas les agacer. Surtout lorsque l’une d’entre elles a comme invitée une demoiselle recouverte de sang. Tu te diriges aussitôt vers le comptoir, afin de vous commander chacune une assiette de crêpes. Dont une assiette avec un petit bol de miel, où ta compagne du jour pourra tremper chaque bouchée si elle le désire. Afin de t’assurer de la rapidité de la commande, ainsi que de la discrétion qu’on vous laissera, tu laisses un paiement grassement augmenté à la tavernière. Tu vois ses yeux briller et sa seule main aussitôt grappiller les précieux fleurons.

Tu rejoins l’Erebienne, dont la tension ne faiblit pas, dans chacun de ses muscles. Tu aurais voulu lui suggérer de se placer plus près de l’âtre brûlante de la taverne, mais les regards nerveux de l’Erebienne t’ont plutôt convaincu qu’elle avait besoin d’être non loin de la porte. Des fenêtres encrassées. Enfant avide d’air et d’horizon, sans doute. « Le sang ne dérange pas la tenancière. C’est la Ville Basse », dis-tu simplement. Il n’y a aucune autre explication, tant celle-ci est simple et véritable. Tu détaches les épingles qui retiennent ton voile sur ton front et révèle tout à fait ton visage, tes cheveux. Perle blanche contre perle d’or. « Ce n’est pas le mien… Le sang. C’est celui des mâtins qui ont assiégé l’Académie. Vous refusez mes ornements, mais je peux vous offrir des explications. » À croire qu’elle a lu dans tes pensées, plus tôt. Dans les recherches que tu étais partie mener, avant de croiser son chemin. Tu es un peu surprise de cette confidence, dite avec tant d’hésitation, mais tu ne la repousses pas. « Je suis Astarté des Sables. Qui dois-je remercier ? Hermine Chantelune. » Tu révèles peu ton nom de famille, par habitude. Afin de préserver ta soeur d’éventuels tracas que tu risquerais d’y associer. Tu n’es pas un être méfiant. À la belle Astarté, tu le lui accordes volontiers, alors qu’elle te fait cadeau de son identité et d’informations dont tu as bien besoin. Toi, ainsi que toute la Confrérie Noire.

La tavernière vient déposer une carafe d’eau, puis deux verres à la propreté suffisante, sur votre table. En deux voyages, évidemment, pour cause d’une seule main. Tu attends qu’elle soit repartie à la cuisine pour inspecter vos verres, y verser de l’eau, puis prendre à nouveau la parole : « J’étais justement en recherche d’informations. Les rumeurs ne cessent pas de courir depuis cette nuit, mais personne pour confirmer quoi que ce soit. Vous y étiez donc présente ? » Forcément, même si l’étrangeté de ses vêtements, à cette saison, ne s’explique pas.

_________________
Dialogues en darkslateblue

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Peuple
avatar

Messages : 2112
J'ai : 26 ans
Je suis : gitane et joaillière

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Mélusine, marquise de Sinsarelle, et Anthim, Roi des Gitans et duc d’Erebor
Mes autres visages: Agathe de Vigdir • Gabrielle de la Volte • Sifaï Sinhaj
Peuple
Message Sujet: Re: Comprendre l'incompréhensible   Ven 13 Avr 2018 - 17:26

Toutes ces informations qu’elle s’apprêtait à lui offrir, Astarté les savaient d’importance mais non pas secrètes. Les murs de l’Académie avaient tremblé sous les coups des dragons, les chiens hurlaient à la mort en pleine nuit, les nombreux invités avaient vu des choses et la rumeur s’élèverait d’un jour à l’autre. Bientôt, tout Lorgol saurait les écrins, la Chasse libérée, les banshees et autres légendes désormais réelles. La gitane ne lui offrait pas des éléments privilégiés. Elle lui offrait du temps, à cette Hermine à la beauté certaine. Cielsombroise. Et malgré l’animosité de l’Erebienne pour ce qui n’était pas de son duché d’origine, elle lui reconnaissait un regard doux et paisible. Il y avait assurément quelque chose d’apaisant, à regarder Hermine Chantelune.

- J’étais là. Je ne sais pas... Par où débuter.

Elle avait cercler le verre de ses mains tremblantes, cherchant précisément à se ressaisir par de petits gestes anodins. Les tremblements de froid la tenaillaient encore et toujours, mais également la peur qu’elle avait eu devant la Chasse Sauvage. Le danger était toujours là, surtout en Ville Basse, mais la frayeur avait retombé en ne laissant qu’une Erebienne éreintée et dépassée. Une gorgée d’eau plus tard, la gitane s’éclaircit la voix et murmura quelques. Malgré la clientèle rare, elle s’efforçait de ne pas élever la voix. Ne pas prendre de place.

- Les écrins se sont dévoilés, car la Rose les a appelés à elle. Comme votre Duc. Son épouse.

La baguette d’aciel semblait brûler, sur ses cuisses, alors qu’elle vendait ce que la veille même était inviolable, le secret bien gardé des écrins. Combien survivrait, parmi eux? La noblesse se protégerait, entourée de gardes et protecteurs, les Voltigeurs et Chevaucheurs se battraient pour leur survie. Mais qu’en était-il des petites gens? Qu’en était-il d’elle, précisément? Elle eut une pensée pour Solal Aluddin. Elle devait lui parler. Elle devait implorer son aide, sa protection. Le réconfort de son sauveur lui manquait atrocement, ce matin plus qu’un autre. Avec de la chance, on parlerait d’elle comme étant l’Erebienne inconnue. Sa renommée en tant que joaillière ne lui nuirait peut-être pas.

- La Rose semble s’être brisée, demoiselle Chantelune. Elle ne reviendra pas. Pas sous cette forme.

La gitane oeilla par-dessus son épaule, vers la sortie. Calme plat dans la rue étroite. Lorgol se remettait de sa nuit d’horreur ; aucun grondement ou hurlement inquiétant ne lui parvenait. D’un geste lent, elle entreprit de badigeonner sa crêpe d’une couche plus que suffisante de miel. Elle avait faim, elle ne le remarquait que maintenant. Ce n’est qu’après quelques bouchées qu’elle rapatria son regard clair sur Hermine, appréhendant ses possibles questions. Entre autre, sur la destruction de la Rose Écarlate.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Confrérie Noire
avatar

Messages : 304
J'ai : 38 ans
Je suis : Écoutante du Poison

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Confrérie Noire, au duc Castiel, à la dame Mélusine de Sylvamir
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei
La Confrérie Noire
Message Sujet: Re: Comprendre l'incompréhensible   Mer 9 Mai 2018 - 5:04

La voix d’Astarté est petite, lorsqu’elle te confirme ce que tu as d’ores et déjà affirmé : « J’étais là. Je ne sais pas... Par où débuter. Ne vous pressez pas. Nous avons notre temps. » Elle te fait l’impression d’un animal apeuré, et selon les rumeurs qui ont couru dans toute la Ville Basse de bon matin, si la moitié de celles-ci s’avèrent vraies… il y a de quoi avoir peur. Toi qui ne crains pas la mort, toi qui es maîtresse des poisons, toi-même, tu aurais certainement peur. On vient vous porter vos assiettes, toutes deux recouvertes de crêpes fumantes. Un bon nombre, d’ailleurs, et au clin d’oeil que t’adresse la tavernière, tu comprends que ton extra n’a pas été en vain. Tu n’entames pourtant pas ton repas, préférant attendre que ta compagne du matin ait elle-même porté la première bouchée à ses lèvres. « Les écrins se sont dévoilés, car la Rose les a appelés à elle. Comme votre Duc. Son épouse. » Il y a de la surprise, certes, dans l’accueil de cette information, mais également, du respect. Ton duc, Pièce de la Rose Écarlate. Tu l’imagines vêtu des voiles noirs, ou blancs, noirs, si typiques de ces héros de légende, et tu as pour ton souverain une nouvelle déférence. Qui osera remettre en question la grandeur du duc Castiel, désormais ? « La Rose semble s’être brisée, demoiselle Chantelune. Elle ne reviendra pas. Pas sous cette forme. »

L’Erebienne se met à son plat et tu l’imites, les gestes précis. Bonnes manières très rigoureuses, quasi hautaines, comme si tu mangeais à la table des plus grands rois. Puis… n’est-ce pas le cas ? Il y a quelque chose, dans son discours, qui te reste en tête. Un détail sur lequel tu ne mets pas immédiatement le doigt et que tu essaies de capter, te ressassant votre rencontre. Tu te souviens de l’étrange baguette tenue dans la main basanée de l’Erebienne, sans que tu comprennes d’abord ce que pouvait bien être l’objet. Il doit encore être en sa possession, caché sur ses genoux, ou sous ses jupes, loin des regards. L’évidence te frappe. Tes yeux sombres s’agrandissent de surprise, en rencontrant à nouveau les siens. « Vous êtes l’un d’entre eux. » Juste un murmure, pour qu’on ne t’entende pas. Tu n’oses pas formuler le nom qui te vient en tête. Tu ne veux pas tenter le diable, au coeur de cet endroit, et attirer sur cette dame plus de malheur que nécessaire.
Comme tous les enfants d’Arvent, tu connais les histoires de la Rose Écarlate, et tu t’es imaginée manier une des armes légendaires de ces personnages singuliers. Une arme comme celle que tenait Astarté. Une Égérie qui n’a plus l’Éclat des Cieux qui a fait son nom.

Ton appétit, précédemment bien ouvert, semble s’être brusquement coupé. La bouchée que tu portes à ta bouche est bien savoureuse, mais elle te fait autant envie qu’un galet. « J’ai entendu parler de chiens. De Cavaliers. D’une magie… destructrice, ancienne, qui ne peut être arrêtée. Est-ce cela, qui a détruit la Rose Écarlate ? Celle-ci… êtes-vous tous sains et saufs ? De corps, si ce n’est d’esprit ? » Tu t’inquiètes encore plus, maintenant, pour la jolie femme devant toi. Combien de personnes savent qui elle est vraiment ? Combien voudront lui extorquer des secrets, quitte à la tuer ? Tu es sans doute bien trop sensible aux possibles injustices à venir.

_________________
Dialogues en darkslateblue

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Peuple
avatar

Messages : 2112
J'ai : 26 ans
Je suis : gitane et joaillière

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Mélusine, marquise de Sinsarelle, et Anthim, Roi des Gitans et duc d’Erebor
Mes autres visages: Agathe de Vigdir • Gabrielle de la Volte • Sifaï Sinhaj
Peuple
Message Sujet: Re: Comprendre l'incompréhensible   Lun 21 Mai 2018 - 3:02

- Vous êtes l’un d’entre eux.

Sa sauveuse avait compris. Elle y songeait, la gitane, à partir. À foutre le camp, comme disaient les plus jeunes. Son regard perçant quitta la jolie Hermine dévoilée pour scruter la porte et sa distance, l’analysant comme elle analysait un éclat d'améthyste. Elle pouvait encore se lever, empoigner l’Éclat des Cieux, et rejoindre la sortie en trois foulées. Quatre, si son sari limitait son mouvement. Étudier les sorties, Astarté s’y connaissait, n’étant réellement à l’aise que lorsque rassurée de sa liberté la plus complète. ...Mais la Cielsombroise avait murmuré ce fait, à peine audible, comme pour mieux préserver son secret dangereux. Elle hésitait, désormais, jusqu’à ce que sa voisine de tablée ne reprenne.

- J’ai entendu parler de chiens. De Cavaliers. D’une magie… destructrice, ancienne, qui ne peut être arrêtée. Est-ce cela, qui a détruit la Rose Écarlate ? Celle-ci… êtes-vous tous sains et saufs ? De corps, si ce n’est d’esprit ?

Un frisson, comme un rappel cruel aux récents événements, la traversa douloureusement. Son regard de chat désormais fixé au sien, Astarté pesait ses mots avec soin avant de se prononcer. Il y avait bien quelqu’un qui n’était pas en sécurité, retenu captif d’une pièce amère mais loyale à ses idéaux. La tristesse de Titania semblait encore bercer son esprit, alors que la mélancolie la prenait. Ils avaient échoué dans leur promesse de paix. Ils avaient échoué dans leur volonté de se sacrifier pour la Chasse Sauvage. Elle avait échoué, elle aussi, simple écrin d’une entité plus grande qu’elle.

- Le pion blanc retient son écrin. Du sacrifice de la Rose, il ne reste qu’un vague échec… La Chasse court toujours, par sa faute.

Sa main se crispait sur Égérie, inerte, alors que la gitane murmurait à son tour. Retrouver Johan. Interroger les Épines. Retrouver le musée perdues et ses artefacts abandonnés. Questionner les Écrins qu’elle avait reconnu. Les possibilités étaient sans fin, pour comprendre un peu mieux l’ampleur de la situation. Sa Reine Blanche s’était faite mystérieuse, dans ses adieux et la gitane, l’esprit encore embrouillé, peinait à bien saisir la densité de ses trop brèves paroles. Elle s’efforcerait de retrouver la Tour de la Rose, dès les prochains jours. Dès qu’elle aurait retrouvé Solal, qu’elle se sentirait en sécurité, sous sa protection infaillible.

- Nous avons échoué… L’Ordre a gagné. La Chasse est le chaos destructeur. La Rose était la paix millénaire. Un équilibre soigneusement gardé. L’Ordre libérée et notre sacrifice ne fut pas entier.

Le simple fait de dire tout haut ce qu’elle craignait tout bas rendait la situation pire encore. Désemparée, la gitane porta une main à ses lèvres charnues pour faire taire son flot de confidences. Elle en avait besoin, peut-être bien, après ces mois de silence, de secret, de solitude, aussi. D’un mouvement, Astarté glissa sa main devant ses yeux pour se soustraire au regard stupéfait de la Cielsombroise.

- À qui en parlerez-vous?

Avec lenteur et méfiance, l'Erebienne ouvrit la main pour regarder l'Hermine entre ses doigts. Pauvre femme. Prise avec les confidences d'une inconnue. Elle devait retrouver Solal.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Confrérie Noire
avatar

Messages : 304
J'ai : 38 ans
Je suis : Écoutante du Poison

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Confrérie Noire, au duc Castiel, à la dame Mélusine de Sylvamir
Mes autres visages: Castiel • Louis • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei
La Confrérie Noire
Message Sujet: Re: Comprendre l'incompréhensible   Mar 31 Juil 2018 - 2:33

Le regard félin a cessé de fuir le tien et s’y ancre, comme pour y puiser le courage de répondre à ses questions. Cette femme a vécu de grandes horreurs, certainement, et se passerait certainement de ta curiosité. De cette délicate inquisition que tu mènes, à peine votre repas entamé. Elle ne se défile pourtant pas, Astarté des Sables, forte de la fierté farouche des enfants des dunes et du roc : « Le pion blanc retient son écrin. Du sacrifice de la Rose, il ne reste qu’un vague échec… La Chasse court toujours, par sa faute. » Le Pion Blanc. Tu te souviens de l’été où cette Pièce est venue à votre tour, en plus de celle du Roi Noir. Tu étais Écoutante depuis bien peu, pas même un mois. Tu te demandes avec encore plus de curiosité qui était caché sous ces voiles, à ce moment, qui est venu parler afin de plaider une alliance avec vous. Vous n’avez réussi à leur promettre que la justice, qu’importe de quelle côté celle-ci serait : votre dessein est bien plus grand.

Tu réfléchis à ce Pion emporté, sacrifié bien malgré lui, instrument de forces plus grandes que lui. De cette Chasse mystérieuse qui court sur le continent.
Tu ne comprends pas tout, pas encore.

L’Erebienne est pâle, devant toi. Tu peux voir les frissons sur sa peau, sans que tu saches s’ils sont de froid, ou d’autre chose. « Nous avons échoué… L’Ordre a gagné. La Chasse est le chaos destructeur. La Rose était la paix millénaire. Un équilibre soigneusement gardé. L’Ordre libérée et notre sacrifice ne fut pas entier. » La main brune, posée sur les lèvres pulpeuses d’Astarté, remonte jusqu’à ses yeux. Comme si ne pas te voir pouvait enlever la surprise de ton regard. La réflexion de tes traits. Une angoisse te serre le ventre, à l’idée de ce chaos libéré. Quels dieux veillent sur cette Chasse mystérieuse ? Le Sans-Visage protège-t-il ceux qui cavalent dans les cieux, ceux qui dévoreront vos nuits et les innocents ? Tes ustensiles sont immobiles, contre les crêpes. Tu n’oses même plus manger. « À qui en parlerez-vous? » Un oeil de chat, méfiant, entre les doigts élégants. « À des ombres », dis-tu simplement. Tu ne peux avouer ta nature secrète, alors que l’Erebienne voit ton visage et peut se rappeler de tes traits, alors qu’elle a ton nom complet. Tu ne veux pas la craindre, mais tu sais que sur le continent, les âmes corruptibles sont partout. Dois-tu vraiment craindre cette femme qui a porté l’espoir d’un avenir meilleur, qui a elle aussi embrassé la justice, à sa façon ? Tu te fais poète sibylline, à quelque part entre l’ombre et la lumière, entre la vérité et ce qui est dissimulé : « Je partage votre désir de protection des innocents, Astarté. Vous avez été la justice faite dans la lumière, je suis celle faite dans les ombres. Tout ceci m’inquiète grandement. Ce qui est imprévisible… peut être destructeur et libérateur à la fois, et je ne sais encore de ce dont est faite cette Chasse. » Tu recommences à couper tes crêpes, en porte une bouchée pensive à tes lèvres, sans pouvoir encore en savourer pleinement le goût que tu sais pourtant délicieux. Tes papilles anesthésiées de Cielsombroise ne sont même pas en cause, ce matin.

_________________
Dialogues en darkslateblue

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Peuple
avatar

Messages : 2112
J'ai : 26 ans
Je suis : gitane et joaillière

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Mélusine, marquise de Sinsarelle, et Anthim, Roi des Gitans et duc d’Erebor
Mes autres visages: Agathe de Vigdir • Gabrielle de la Volte • Sifaï Sinhaj
Peuple
Message Sujet: Re: Comprendre l'incompréhensible   Dim 12 Aoû 2018 - 22:33

Malgré sa surprise, malgré les interrogations qui bousculaient visiblement son esprit, l’étrange Hermine ne l’envahissait pas de ses inquiétudes et ne la pressait pas trop de ses questions. Astarté lui en était reconnaissante. Comme si ne pas paniquer et poursuivre le repas, entretenir ces gestes du quotidien, imposait un calme souverain. Chaque bouchée que prenait cette femme semblait rappeler à l’Erebienne que peu importe ce qui s’était produit au sein de l’Académie, peu importe ce qui courrait désormais les rues, la vie, elle, se poursuivait. La gitane abaissa sa main, dévoilant tout à fait son regard las mais encore marqué par les horreurs de la nuit précédente. Cette même main, elle l’inspecta un moment, suivant les gouttelettes de sang désormais séchées. Paisible gitane. Joaillière sertie de merveilles. Elle n’était pas une combattante.

- Je ne souhaitais que protéger Erebor…  

Les mots filèrent péniblement d’entre ses lèvres, alors qu’elle se confiait, le regard bas et songeur. Jamais la Reine Blanche ne l’aurait flouée volontairement, et les promesses de paix de la Rose Écarlate avaient grandement séduit l’enfant des dunes impuissante devant le massacre des siens, lors de cette guerre. Alors qu’elle s’était donnée entièrement à la Rose, alors qu’elle avait soulevé l’Éclat des Cieux pour protéger les siens, lors de cette expédition au musée, Astarté avait pris des risques. Pour son désert. Et voilà que la Reine Blanche n’existait plus, que Dévouée ne murmurait plus à son esprit, que la Chasse Sauvage était libérée et pouvait créer bien des ravages. Elle avait échoué. En tant qu’écrin de Titania. En tant que gitane.

- Cette chasse est le pendant inversé de la Rose Écarlate. J’ignore à quelles lois elle répond, j’ignore à qui elle se soumet, mais elle n’est pas guidée par la justice, soit-elle celle des ombres ou de la lumière.

Elle hésita un moment, encore, ses lèvres s’ouvrant puis se fermant à quelques reprises, alors que les mots restaient coincés dans sa gorge. Astarté, après un fin soupir, s’inclina vers la femme, devant elle. Peut-être se trompait-elle d’oser se confier pleinement à elle : ça ne serait pas sa première erreur, après la Rose Écarlate.

- La Reine Blanche m’a envelée de Vivedune pour se manifester à l’Académie. D’un battement de coeur. Jamais elle n’avait osé agir dans l’urgence, Pièce de sagesse. L’affaire est d’une gravité incroyable, Hermine.

Astarté ne l’avait pas dit directement, mais ses mots chantants lui intimaient très certainement la prudence. Ne lui devait-elle pas un conseil pour survivre, alors qu’elle l’avait entraînée dans un endroit chaud et la nourrissait, même, malgré les rivalités de leur duché? Malgré le sang qui la couvrait? Le silence retomba un bref moment, entre elles. La gitane laissait sa sauveuse absorber les informations qui l’écorchaient encore et se permit quelques bouchées avant de reprendre d’une voix un peu plus assurée.

- Je ne suis rien. Mais si vous acceptez de m’aider une dernière fois… Il vous récompensera à sa manière. Il loge ici, en Basse Ville, et saura trouver un moyen de récompenser votre générosité. Solal. Solal Aluddin, sauriez-vous me mener à lui?

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Comprendre l'incompréhensible   

Revenir en haut Aller en bas
 
Comprendre l'incompréhensible
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pour mieux comprendre la crise alimentaire.
» COMPRENDRE LE DROIT
» Haiti: Un chaos interminable (pour mieux comprendre)
» Comprendre la lune
» Ni rire, ni pleurer, il faut comprendre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Les Terres du Nord :: Lorgol aux Mille Tours :: Ville Basse-
Sauter vers: