AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dessiner pour se trouver

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Noblesse
avatar

Messages : 1925
J'ai : 25 ans
Je suis : duc décadent de Sombreciel et mage de l'Été amateur d'explosions

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'empire d'Ibélène.
Mes autres visages: Louis • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
La Noblesse
Message Sujet: Dessiner pour se trouver   Lun 2 Avr - 23:20


Livre III, Chapitre 3 • Les Échos du Passé
Alméïde de Sombreflamme & Castiel de Sombreflamme

Dessiner pour se trouver

Ou quand les dessins se font macabres



• Date : Le 19 avril 1003.
• Météo (optionnel) : Humide, froide et brumeuse, on ne voit pas à deux mètres, par les fenêtres du palais.
• Statut du RP : Privé.
• Résumé : Castiel a trouvé - par pur hasard - quelques croquis troublants, dans les affaires de sa seconde. Il désire la confronter à ce sujet.
• Recensement :
Code:
• [b]19 avril 1003 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t3560-dessiner-pour-se-trouver]Dessiner pour se trouver[/url] - [i]Alméïde de Sombreflamme & Castiel de Sombreflamme[/i]
Castiel a trouvé - par pur hasard - quelques croquis troublants, dans les affaires de sa seconde. Il désire la confronter à ce sujet.


_________________
Dialogues de Castiel en darkred ◊ Dialogues de Mirat (chat persan ou panthère) en indigo






Dernière édition par Castiel de Sombreflamme le Mer 4 Avr - 14:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 1925
J'ai : 25 ans
Je suis : duc décadent de Sombreciel et mage de l'Été amateur d'explosions

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'empire d'Ibélène.
Mes autres visages: Louis • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
La Noblesse
Message Sujet: Re: Dessiner pour se trouver   Lun 2 Avr - 23:20

Tu dors mal, depuis votre retour d’Ibelin. Ton sommeil n’a jamais été régulier, toujours trop court, toujours angoissant, et tes cauchemars se peuplent de morts revenus à la vie. Se peuplent de tes parents, se relevant de leur lit de mort. Tu dors mal, mais tu n’as pas le luxe de laisser ton cruel manque de sommeil entraver tes responsabilités. Tu es donc debout dès l’aurore, actif comme si tout allait bien.

La matinée est occupée. Comme à chaque jour, certainement, mais d’autant plus depuis votre retour à tous de la capitale de l’empire. Toute l’antenne de la Guilde des Mages à Euphoria est à remettre en fonction, et les nouveaux décrets destinés à favoriser l’accueil et la protection des enfants d’Aura sur ton territoire doivent être expédiés aux quatre coins de Sombreciel. Sans compter une milice supplémentaire afin de protéger la frontière avec Erebor, devenue non plus une frontière avec un duché du même empire, mais bien avec un sultanat indépendant. La tâche n’est pas mince et tu t’y consacres avec application, épaulé d’Yvain et de tes conseillers ducaux présents. L’après-midi promet d’être aussi chargé, mais tu t’es promis un moment de détente, avant de te lancer à nouveau dans tes tâches ducales.

Tu as laissé un message à Alméïde. Une fleur de papier sur son oreiller, afin qu’elle te rejoigne dans la verrière d’hiver du palais. Tu as besoin de lumière, malgré la brume et le printemps qui tarde encore à s’installer sur ta capitale. Tu tiens à passer à chaque jour un instant privilégié avec chacune de tes épouses, afin de les gratifier de ton affection, de t’informer de leur bien-être, d’approfondir ces tendres liens qui vous unissent. Tu es déjà installé dans un fauteuil de la verrière, un livre à la main, à attendre ta fleur du désert. Sur le guéridon, un ensemble de feuillets, auxquels tu feras appel lorsque le moment sera venu. Ton Familier repose sur tes genoux et ronronne sous ta main, avant de relever la tête et de remuer les oreilles. Entends-tu quelque chose ? Elle arrive. Tu refermes ton livre juste à temps, alors que la porte s’ouvre sur ton épouse. Tu te lèves pour l’accueillir dans tes bras, déposer un baiser sur ses lèvres : « Mon amour, souffles-tu, ravi de sa présence. J’espère ne pas avoir dérangé tes plans du jour. » Tu n’en es pas vraiment désolé, en vérité. Tu la veux toute à toi, pour une heure ou deux, et tous ses autres plans t’importent bien peu. Même… pas du tout.

_________________
Dialogues de Castiel en darkred ◊ Dialogues de Mirat (chat persan ou panthère) en indigo






Dernière édition par Castiel de Sombreflamme le Sam 7 Avr - 22:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse • Modo
avatar

Messages : 13520
J'ai : 32 ans
Je suis : dame de Sombreciel et médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel, mon époux ; Octave d'Ibélène
Mes autres visages: Ilse, Liselotte, Aurore, Victorine, Teagan
La Noblesse • Modo
Message Sujet: Re: Dessiner pour se trouver   Mar 3 Avr - 0:45

Le chemin de retour pour Euphoria s'est fait sans encombres, Volga soit louée. Mais le travail colossal qui les attend à la capitale promet de nombreuses semaines agitées, synonymes de peu d'heures de sommeil et d'inquiétudes exacerbées. Alméïde n'a guère le loisir de prendre son temps pour se mettre dans le bain, au sein du palais. Dès son arrivée suite au couronnement, elle s'est fait souvent l'ombre de Madeleine, soutien certain de la duchesse dans les tâches quotidiennes multipliées par les événements récents. Elle a également mis un point d'honneur à soutenir son époux, dans ces moments difficiles. Fière de son attitude à Ibelin, fière des décisions qu'il a prises et de son comportement face à un jeune empereur qui a encore tout à apprendre, elle voit son amour grandir un peu plus pour cet homme qui partage enfin sa vie. Le voir travailler sérieusement, du matin au soir, nourrit cette fierté et Alméïde n'hésite pas à le décharger des tâches qui sont à sa portée, bien consciente de ne pas pouvoir faire grand chose pour le moment car elle a encore tant à découvrir de ce duché qu'elle appréhende à peine.

Ce jour-là, elle tient compagnie à Madeleine. Odette appuyée contre la poitrine de cette dernière, maintenue par cette invention fort pratique du jeune baron de Vivessence, elle reçoit des familles dont certains membres sont des enfants d'Aura, des familles inquiètes qui désirent être rassurées quant à la décision prise par leur duc qui déjà, fait le tour des terre de l'Esprit. La duchesse et sa consort s'appuient dans ces rencontres avec leurs sujets, elles mettent tout en oeuvre pour taire leurs inquiétudes. Et quand enfin elles prennent congé pour vaquer à leurs occupations, Alméïde laisse à Madeleine un moment de tranquillité en compagnie de sa fille. Elle-même se rend dans ses appartements, où elle trouve bien vite le message laissé à son intention. Elle le recueille et un sourire fleurit sur ses lèvres. Elle replace convenablement le voile qu'elle s'apprêtait à retirer un instant plus tôt, repart en sens inverse à travers les couloirs du palais et parvient à la verrière où l'attend son époux.

À la simple vue de son visage, ses traits s'illuminent et son coeur bat plus fort ; le bonheur qu'elle connaît à ses côtés depuis leur union ne se fane pas, il semble au contraire croître un peu plus chaque jour. Elle a à peine le temps de refermer la porte qu'il est déjà à ses côtés et l'embrasse tendrement. « Mon amour. J’espère ne pas avoir dérangé tes plans du jour. » Blottie dans ses bras, elle lui adresse un sourire empli de chaleur. « Ca n'a pas d'importance. » susurre-t-elle, avant de lui voler un nouveau baiser, bref mais ardent, comme si elle ne l'avait pas revu depuis plusieurs jours. Et c'est vrai, ça n'a plus la moindre importance.

Alméïde se détache juste assez de son étreinte pour l'observer, ses doigts glissent sur ses joues et son regard papillonne sur les traits fatigués du Cielsombrois. « Et toi, comment te portes-tu ? As-tu pris le temps de te reposer un peu ? » La voix est pleine de sollicitude et d'affection. Elle sait qu'il dort peu, depuis toujours, il le lui a confié dès leurs premières rencontres. Mais tout de même, elle a à coeur de prendre soin de lui.

_________________
dialogues • mediumvioletred




To see a World in a Grain of Sand and a Heaven in a Wild Flower, Hold Infinity in the palm of your hand and Eternity in an hour.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 1925
J'ai : 25 ans
Je suis : duc décadent de Sombreciel et mage de l'Été amateur d'explosions

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'empire d'Ibélène.
Mes autres visages: Louis • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
La Noblesse
Message Sujet: Re: Dessiner pour se trouver   Sam 7 Avr - 23:54

« Ca n'a pas d'importance » qu’elle susurre. Réponse appréciable et appréciée, de ton esprit égoïste et prossessif. Tu lui rends volontiers le second baiser qu’elle initie, avec le même enthousiasme qu’elle y met. Cela ne fait que quelques heures depuis vos derniers échanges, derniers baisers, mais il te semble toujours qu’en l’absence d’Alméïde, le temps s’étire. Les couleurs elles-mêmes se font moins vives, l’eau moins fraîche, les mets moins savoureux, du moment où elle n’est pas à tes côtés. Chaque jour qui passe fait battre davantage ton coeur pour ta princesse du désert, si belle sous son voile à la cielsombroise, et tu remercies les dieux de vous accorder ce bonheur.

Ses doigts laissent quelques étincelles de chaleur sur ta joue, rapidement dissipées. « Et toi, comment te portes-tu ? As-tu pris le temps de te reposer un peu ? J’essaie. » Tu l’entraînes vers les fauteuils et le canapé de la verrière, sans tout à fait lui répondre. Pas de façon satisfaisante, certainement. J’essaie. Tu supposes que c’est mieux que rien, essayer. Essayer de te reposer. Essayer de bien aller. Tu es loin de réussir, mais tu essaies.

Mirat se réfugie sous l’un des fauteuils, sans vous quitter des yeux. Tu prends place dans le canapé et fais signe à ton épouse de te rejoindre. Dans la pièce fraîche, aucun paysage à regarder par les larges fenêtres qui composent chaque mur, jusqu’au plafond. Que la brume laiteuse, épaisse, qui enveloppe chaque chose et chaque être de ta capitale. Une lueur blanche berce les lieux et adoucit encore un peu plus tes traits attendris par sa présence. « Il y a beaucoup de choses à faire. Tu ne lui apprends rien. C’est ta tâche, en tant que duc, et si tu ne l’as jamais choisie, tu t’y astreins de bonne grâce. Tout ceci est bien plus grand que toi. Madeleine et toi êtes parfaites. Chaque Cielsombrois qui quitte mon palais le fait avec un sourire, et pas uniquement parce qu’il a la grâce de poser l’oeil sur trois des plus parfaites créatures qui aient foulé le continent. » Tes deux épouses et ta fille, respectivement. Trio féminin de merveilles, que tu aimes chacune à sa façon, et qui représente à la perfection ton duché et sa complexité. Son ouverture. Sa beauté. « Votre soutien est précieux, d’autant plus en ce moment, avec tous ces changements. Ici, et ailleurs… à Ibelin. » Frisson mauvais sur ta nuque. Un revenant à la tête de votre empire. Les dieux soient priés, pour que vous ne ne faites pas d’erreur en accordant votre confiance à Octave. Tu repenses à son corps mort, paré pour la veillée funéraire, et ton esprit revient au carnet, caché sous les parchemin, qui repose sur le guéridon. Des images qui se mêlent à celles de tes cauchemars. De tes multiples incompréhensions.

_________________
Dialogues de Castiel en darkred ◊ Dialogues de Mirat (chat persan ou panthère) en indigo




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse • Modo
avatar

Messages : 13520
J'ai : 32 ans
Je suis : dame de Sombreciel et médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel, mon époux ; Octave d'Ibélène
Mes autres visages: Ilse, Liselotte, Aurore, Victorine, Teagan
La Noblesse • Modo
Message Sujet: Re: Dessiner pour se trouver   Dim 8 Avr - 1:34

« J’essaie. » Il essaie. C'est plus qu'elle ne peut l'espérer, en ces temps troublés. Elle le sait si sensible, elle le sait facilement à fleur de peau ; ils sont nombreux les tourments qui préoccupent l'esprit de son époux et elle ne peut que tenter de les apaiser du mieux qu'elle peut. Elle y arrive, parfois. Du moins, elle en a l'impression. Elle s'efforce de lui changer les idées et de le soutenir, elle apprend à assumer son rôle de seconde épouse et à l'aider au quotidien, ne serait-ce que par un conseil ou quelques mots rassurants. Pour le moment, ça lui semble bien dérisoire, mais elle apprendra encore, avec le temps. Madeleine l'aide beaucoup à ce sujet, elles ont eu le temps de parler durant le trajet du retour et c'est un réel soulagement pour toutes les deux que de parvenir à s'entendre et à se mettre d'accord. Alméïde craignait que sa relation avec sa consort soit difficile, que le fait de partager un époux ne les empêche de réellement s'entraider et se faire confiance, mais ses craintes n'étaient pas justifiées. Oh, il y a toujours ce léger pincement au coeur quand Castiel l'embrasse sous ses yeux ou quand ils s'occupent ensemble de la petite Odette. Mais ce sentiment s'estompe bien vite, et de plus en plus vite. C'est une habitude à prendre pas vrai ?

Il s'assoit et elle le rejoint rapidement, prenant place sur ses genoux, le coeur apaisé de sa présence. Qu'importent ses craintes, elle sait qu'il l'aime et que rien ne pourra changer cela. En s'installant, elle aperçoit à peine un éclair blanc qui se faufile sous un fauteuil et la fait doucement sourire. « Il y a beaucoup de choses à faire. » Alméïde reporte toute son attention sur Castiel, son bras passé autour de son cou, ses doigts glissant dans ses cheveux par habitude, par affection. Elle se fait attentive. « Madeleine et toi êtes parfaites. Chaque Cielsombrois qui quitte mon palais le fait avec un sourire, et pas uniquement parce qu’il a la grâce de poser l’oeil sur trois des plus parfaites créatures qui aient foulé le continent. » Un petit rire lui échappe, discret, timide. Comme son regard qui fuit un instant, avant de retrouver le sien. « Votre soutien est précieux, d’autant plus en ce moment, avec tous ces changements. Ici, et ailleurs… à Ibelin. » Le ton lui semble plus sérieux et elle hoche la tête, doucement. « C'est normal Castiel, on est là pour ça, quoi qu'il arrive. » Le ton de sa voix est affirmé, se veut rassurant. Qu'il ne s'inquiète pas, il n'est plus seul désormais. Il a toujours eu des conseillers bien sûr, des conseillers très doués, mais ce n'est sûrement pas la même chose.

Mais Alméïde a bien perçu quelque chose d'autre dans son inquiétude. Quelque chose qui sommeille sous la surface. « Tu as pris la bonne décision. » souffle-t-elle, un demi sourire sur ses lèvres. Sa main repose sur sa nuque sans plus bouger et son regard se fait alors plus sérieux. « Notre empereur doit encore apprendre, il est sûrement juste un peu... perdu, encore. Comme tu as pu l'être autrefois. Et regarde où tu en es, à présent. » Il y a de la fierté, dans le ton utilisé. De la fierté et de la tendresse. Elle ne peut d'ailleurs s'empêcher de lui voler un nouveau baiser, léger, bref. « J'espère tout de même que sa soeur et lui vont bien. Crois-tu qu'ils, qu'ils auront des séquelles de ce qu'il leur est arrivé ? » C'est une inquiétude sincère qu'elle ressent pour leurs souverains, inquiétude sous laquelle se trouve également une légère curiosité pour la savante qu'elle est. Ce n'est pas tous les jours que l'on entend parler de morts revenus à la vie...

_________________
dialogues • mediumvioletred




To see a World in a Grain of Sand and a Heaven in a Wild Flower, Hold Infinity in the palm of your hand and Eternity in an hour.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 1925
J'ai : 25 ans
Je suis : duc décadent de Sombreciel et mage de l'Été amateur d'explosions

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'empire d'Ibélène.
Mes autres visages: Louis • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
La Noblesse
Message Sujet: Re: Dessiner pour se trouver   Ven 13 Avr - 1:13

Savoir tes épouses présentes à tes côtés, impliquées dans la gestion du duché, est précieux. Pourtant, cela ne suffit pas à dissiper toutes tes inquiétudes, et ta princesse le devine dans tes mots. « Tu as pris la bonne décision. » Tu supposes. Tu soutiens son regard sombre et sérieux, afin d’y puiser un peu plus de conviction. Tu as pris la bonne décision. N’est-ce pas ? « Notre empereur doit encore apprendre, il est sûrement juste un peu... perdu, encore. Comme tu as pu l'être autrefois. Et regarde où tu en es, à présent. » Tu ne sais pas si tu dois être considéré comme un modèle. Cette perspective, en vérité, t’effraie. Tu as été couronné duc bien plus jeune qu’Octave, il y a bientôt dix ans, et tu as chuté. Vous ne pouvez pas vous permettre que votre empereur subisse le même genre d’épreuves. Pas maintenant, ni jamais. Ces inquiétudes-là, ni les baisers d’Alméïde, ni ceux de Madeleine, ni les gazouillis d’Odette, ne les chasse tout à fait.

« J'espère tout de même que sa soeur et lui vont bien. Crois-tu qu'ils, qu'ils auront des séquelles de ce qu'il leur est arrivé ? » La question n’est pas anodine et mérite réflexion. Ou plutôt, elle mérite que tu poses enfin des mots sur tes impressions, sur ce qui te tenaille depuis des jours. Ton regard quitte le sien et observe les larges fenêtres, comme pour trouver des réponses dans la brume d’Euphoria. Ta voix est emplie d’un sérieux posé, grave, lorsque tu reprends la parole : « Nous croyons à la persistance de l’âme. À sa force, par-delà la mort. Le corps n’est qu’un vaisseau qui doit être abandonné, aussi imparfait et fragile que peut l’être notre esprit. Nos bûchers funéraires sont une célébration de cette seconde vie, alors qu’enfin, l’âme est libérée. Certaines ne peuvent tout à fait rejoindre Sithis, dans son royaume, ni se mêler aux astres de Valda, et marchent donc encore en Arven. Lors de la Samhain, leurs murmures et leurs plaintes peuvent être entendus. Parfois éternellement. » Les Murmures, comme ceux qui règnent sur ton domaine. Les Murmures, où ton bûcher funéraire s’élèvera, un jour. Une nuit. Les Murmures, où tu te déplaces toujours avec malaise, entouré des voix de tes ancêtres. « Si leurs corps ne sont pas marqués, leurs âmes le seront forcément. »

C’est ce qui t’effraie le plus.
C’est ce que tu tais, par loyauté envers un homme qui n’a rien demandé. Ni de mourir, ni de revivre, et pas même cette couronne qu’il doit porter encore trop tôt. C’est ce que tu gardes pour toi et qui s’anime au cours de tes nuits, ce qui te hante.

Tu regardes à nouveau Alméïde, au moment de ta prochaine question : « Comment… comment considérez-vous la mort, en Erebor ? Y a-t-il une façon particulière de traiter les corps des défunts ? » Tu sais qu’il existe des vallées funéraires, mais ce ne sont pas des lieux de villégiature. Même si on t’y invitait (ce qui, admettons-le, serait improbable), tu n’y mettrais pas les pieds. Tu tentes surtout de relier ce que tu as vu dans les carnets, dans ces dessins impies, à quelques coutumes qui te sont probablement inconnues. Ou est-ce vraiment une facette nouvelle, inquiétante, de ton épouse, que tu as découvert ?

_________________
Dialogues de Castiel en darkred ◊ Dialogues de Mirat (chat persan ou panthère) en indigo




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse • Modo
avatar

Messages : 13520
J'ai : 32 ans
Je suis : dame de Sombreciel et médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel, mon époux ; Octave d'Ibélène
Mes autres visages: Ilse, Liselotte, Aurore, Victorine, Teagan
La Noblesse • Modo
Message Sujet: Re: Dessiner pour se trouver   Jeu 26 Avr - 0:22

Il est inquiet, son époux. Elle le voit à son regard troublé, elle le sent dans ses gestes hésitants. Tout ce qu'elle pourra dire ou faire ne saura pas le convaincre du bien fondé de ses décisions, seul le temps saura lui montrer s'il a eu raison ou tort. En attendant, il ne peut qu'espérer, tenter d'écouter les paroles qu'elle prononce avec la conviction de ceux qui ne désirent que le meilleur pour l'avenir. Elle observe sa mine pensive, elle détaille les traits de son visage de ses yeux attentifs. Castiel a sûrement bien des sujets d'inquiétude depuis le couronnement, elle ne peut que se faire un soutien, en espérant qu'il saura se reposer sur elle lorsque c'est nécessaire.

« Nous croyons à la persistance de l’âme. À sa force, par-delà la mort. Le corps n’est qu’un vaisseau qui doit être abandonné, aussi imparfait et fragile que peut l’être notre esprit. Nos bûchers funéraires sont une célébration de cette seconde vie, alors qu’enfin, l’âme est libérée. Certaines ne peuvent tout à fait rejoindre Sithis, dans son royaume, ni se mêler aux astres de Valda, et marchent donc encore en Arven. Lors de la Samhain, leurs murmures et leurs plaintes peuvent être entendus. Parfois éternellement. » Un frisson parcourt sa nuque. Alméïde reste silencieuse, face à la portée de ses mots. On lui avait déjà expliqué, un peu, ce que l'on faisait des morts en Sombreciel et combien la Samhain était importante pour le duché de l'Esprit. Elle comprend désormais à quel point. « Si leurs corps ne sont pas marqués, leurs âmes le seront forcément. » Elle lève les yeux, les plonge dans les siens, plus sérieuse tout à coup, durant cet instant presque solennel. Les conséquences qui pèsent sur leur jeune empereur sont encore inconnues de tous, et c'est certainement ça le plus terrifiant. Pourtant, Alméïde ne peut s'empêcher de se demander comment, et pourquoi. Elle voudrait comprendre, elle voudrait être là si un jour tout lui est révélé. Mais elle sait que c'est un désir hors de sa portée, que les raisons qui poussent les dieux à agir ne sont guère connues des mortels. Elle ne peut que se fier à leur jugement, comme tous les autres.

« Comment… comment considérez-vous la mort, en Erebor ? Y a-t-il une façon particulière de traiter les corps des défunts ? » Pas un instant, elle n'imagine qu'il fait directement référence à sa façon de traiter certains défunts. Alors elle répond d'une voix calme, grave. « Notre corps est l'oeuvre de Joseï. Quand l'un des nôtres meurt, nous le préservons, nous le conservons, parfois avec les effets de valeur auxquels il tenait le plus. Chez nous, la mort est... sacrée. » Et pourtant... Combien seraient outrés de savoir ce qu'elle fait ? Combien seraient choqués ? Il n'est pas étonnant que la délégation erebienne soit partie aussi vite d'Ibelin, après le couronnement de leur empereur, et elle sait combien les terres du Sable et du Roc doivent être en émoi devant un événement aussi... contre nature.

Alméïde ne voit pourtant en ses gestes rien d'irrespectueux. Le corps est l'oeuvre de Joseï, il n'y a aucun doute là-dessus. C'est un chef d'oeuvre de l'Artisan, en dehors, comme en dedans. Une merveille qu'elle veut observer, qu'elle veut comprendre, qu'elle admire et respecte dans chacun de ses gestes, dans chacune de ses observations. Pour n'insulter aucun Erebien cependant, en demandant son aide à la Confrérie Noire, Anthim a tenu à ce qu'aucun enfant du peuple des dunes ne devienne objet de ses recherches. Ce qu'elle a approuvé, sans la moindre hésitation. Son regard soutient celui de son époux, et un sourire un peu triste orne ses lèvres. « Ce qu'il s'est passé à Ibelin, pour Erebor, c'est un blasphème. S'ils n'avaient pas décidé de quitter l'empire avant qu'Octave revienne à la vie, ils l'auraient sûrement fait après. » C'est même pratiquement certain, Alméïde connaît bien son frère. Elle pousse un soupir discret, sa main libre retirant une poussière de la chemise de son époux, l'esprit ailleurs. « Ce qui lui est arrivé nous dépasse tous, de toute manière. Lui le premier. » Oui, lui le premier.

_________________
dialogues • mediumvioletred




To see a World in a Grain of Sand and a Heaven in a Wild Flower, Hold Infinity in the palm of your hand and Eternity in an hour.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 1925
J'ai : 25 ans
Je suis : duc décadent de Sombreciel et mage de l'Été amateur d'explosions

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'empire d'Ibélène.
Mes autres visages: Louis • Octavius • Maelenn • Lionel • Matvei • Hermine
La Noblesse
Message Sujet: Re: Dessiner pour se trouver   Ven 11 Mai - 23:14

Tu te demandes si elle devine le trouble dans ta voix, l’hésitation dans tes mots, sur ton visage. Si elle pense, une seule seconde, que si tu t’intéresses si soudainement aux rites funéraires du duché ennemi, ce n’est pas par simple curiosité. Alméïde te répond avec le même calme grave que tu as précédemment affecté : « Notre corps est l'oeuvre de Joseï. Quand l'un des nôtres meurt, nous le préservons, nous le conservons, parfois avec les effets de valeur auxquels il tenait le plus. Chez nous, la mort est... sacrée. » Conservé. Préservé. Des nécropoles funéraires emplies de milliers de corps intacts, entourés de leurs possessions les plus chères. Il y a quelque chose de définitivement glauque, dans cette perspective, qui te rend infiniment mal à l’aise. Tu as une pensée insidieuse pour les possessions de ta mère, qui n’ont pas été brûlées avec son corps. Quelques-unes seulement, considérées (peut-être à tort) comme ses plus précieuses. Toutes les autres sont enfermées dans une pièce abandonnée du palais, fermée à clef depuis deux dizaines d’années, mêlées aux rares effets personnels de ton père encore intacts. Tu n’as jamais osé les parcourir. Tu n’es jamais prêt.

Les mots d’Alméïde confirment ton pressentiment, à propos des croquis anatomiques plus que fidèles trouvés dans ce carnet. Tu es chimiste, pas médecin, mais tu sais certaines choses, à propos du corps humain. Autant que tu sais que profaner le corps des morts, partout en Arven, est tabou. « Ce qu'il s'est passé à Ibelin, pour Erebor, c'est un blasphème. S'ils n'avaient pas décidé de quitter l'empire avant qu'Octave revienne à la vie, ils l'auraient sûrement fait après. » Il est difficile, en ces circonstances, de ne pas comprendre la décision d’Anthim. Jamais tu ne l’admettras à haute voix, plutôt mourir qu’avouer que cet imbécile de mangeur de sable puisse avoir un tant soit peu raison, mais… tout ceci est en effet inquiétant, et un duc se doit de protéger son peuple. Même si cela implique des changements drastiques et des décisions difficiles. Dans quelle détresse sommes-nous, à quelles extrémités sommes-nous rendus, si nous devons reconnaître la justesse des décisions d’Anthim ? Je suppose qu’en tant qu’époux, je puis seulement le comprendre. Il y a un peu d’humour, dans le commentaire destiné à Mirat, et cette conversation secrète donne à ton regard une seconde d’absence. Tu reviens dans la réalité, lorsque l’Erebienne frôle ta chemise. « Ce qui lui est arrivé nous dépasse tous, de toute manière. Lui le premier. Lui le premier », répètes-tu faiblement.

C’est à ton tour de soupirer. Il n’y a plus de détours à faire, autour de la question qui te tracasse. Tu t’étires, jusqu’à attraper le carnet dissimulé sous les autres feuillets. Tu tends l’objet à Alméïde, sans l’ouvrir. Elle le reconnaîtra. « Je ne sais quels loisirs sont les tiens, mon épouse, mais celui-ci m’inquiète. » Tu ne te fais pas accusateur. Ni larmoyant. Le ton neutre, curieux, comme celui d’un constant. Tu es fatigué, Castiel, et tu n’as pas besoin d’embêter ton esprit avec de nouvelles choses. Pour une fois, tu veux régler un problème. Convenablement. « Le retour d’Ibelin a été chaotique. Il s’est retrouvé dans mes affaires. »

_________________
Dialogues de Castiel en darkred ◊ Dialogues de Mirat (chat persan ou panthère) en indigo




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse • Modo
avatar

Messages : 13520
J'ai : 32 ans
Je suis : dame de Sombreciel et médecin

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Castiel, duc de Sombreciel, mon époux ; Octave d'Ibélène
Mes autres visages: Ilse, Liselotte, Aurore, Victorine, Teagan
La Noblesse • Modo
Message Sujet: Re: Dessiner pour se trouver   Mer 16 Mai - 2:32

« Lui le premier. » Il semble songeur. Son esprit semble bien loin, comme préoccupé par autre chose, quelque chose de plus grave que de simples rites funéraires. Il n'éprouve d'ordinaire que peu de curiosité face aux moeurs erebiennes et Alméïde, bien que surprise, n'est pas mécontente qu'il s'y intéresse. Elle décèle toutefois autre chose dans le regard absent de son époux. Et le soupir qu'il laisse échapper en dit long sur son état d'esprit.

Son regard suit ses mouvements. Tout son corps se fige, lui, quand elle aperçoit le carnet dont il s'empare pour le lui donner. Troublée, elle le récupère, les yeux inexorablement fixés sur le cuir usé qu'elle reconnaît parfaitement sans même avoir à l'ouvrir. « Je ne sais quels loisirs sont les tiens, mon épouse, mais celui-ci m’inquiète. » Lentement, elle relève la tête, son regard cherchant le sien pour tenter d'y déceler quelque chose. Elle se fait soudain silencieuse, soudain réservée. Qu'a-t-il dû penser en posant les yeux sur ses dessins ? « Le retour d’Ibelin a été chaotique. Il s’est retrouvé dans mes affaires. » C'est à peine si elle hoche la tête, encore hésitante sur la façon d'aborder le sujet. Ce n'est pas quelque chose qui se dit ou qui se fait, qu'importe le duché ou l'empire. Elle ne peut pas lui dire que sa soeur est concernée, qu'elle est celle qui lui offrait sur un plateau ses plus précieux sujets d'étude. Le sait-il seulement, ce qu'elle fait de son quotidien ? Connaît-il sa profession de l'ombre ? Voilà un terrain bien trop glissant qu'elle préfère éviter.

Alméïde s'éclaircit doucement la gorge, serrant son carnet entre ses doigts. Elle appréhende terriblement le jugement de celui qu'elle aime ; elle a peur que son avis ne soit définitivement différent à son sujet, à présent qu'il sait. Elle n'a pas honte, mais elle craint, oui elle craint de perdre un peu de son amour, de son respect. L'Erebienne pousse un soupir discret ; il ne sert à rien d'y aller par quatre chemins. « J'ai parfois eu l'occasion de travailler sur des corps, pour approfondir mes connaissances, pour comprendre... » Sa voix est à peine plus élevée qu'un murmure, elle n'a guère envie d'ébruiter ses activités. « Je n'en parle jamais parce que je sais que les gens ne comprendraient pas pourquoi, pourquoi je le fais. » Elle sonde son regard, avec une nouvelle intensité. « Tu dois avoir beaucoup de questions. Je ne pourrai peut-être pas tout te dire, mais j'y répondrai avec honnêteté. » Elle est franche, Alméïde. Il ne sert à rien de nier ce qu'elle a fait, de prétendre que les dessins sur ces feuillets ne sont que le fruit de son imagination ou des oeuvres trouvées dans des livres de médecine poussiéreux, ça non. Et elle ne veut pas lui mentir, pas à lui.

_________________
dialogues • mediumvioletred




To see a World in a Grain of Sand and a Heaven in a Wild Flower, Hold Infinity in the palm of your hand and Eternity in an hour.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Dessiner pour se trouver   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dessiner pour se trouver
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Ibélène :: Sombreciel :: Palais ducal de Sombreciel-
Sauter vers: