AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Si tu confonds la monarchie avec la tyrannie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Noblesse
avatar

Messages : 215
J'ai : 24 ans
Je suis : princesse d'Ibélène

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Abigaïl l'Embrasée - Eponine Aubenacre - Vira Sabir
La Noblesse
Message Sujet: Si tu confonds la monarchie avec la tyrannie   Dim 8 Avr - 15:09


Livre III, Chapitre 3 • Les Échos du Passé
Octave d'Ibélène & Sixtine d'Ibélène

Si tu confonds la monarchie avec la tyrannie

Je ferme la boutique



• Date : 10 avril 1003
• Météo (optionnel) : il fait nuit
• Statut du RP : privé
• Résumé : Octave et Sixtine se rencontrent pour discuter de l'avenir de l'empire
• Recensement :
Code:
• [b]10 avril 1003[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t3583-si-tu-confonds-la-monarchie-avec-la-tyrannie#133042]Si tu confonds la monarchie avec la tyrannie[/url] - [i]Octave d'Ibélène & Sixtine d'Ibélène[/i]
Octave et Sixtine se rencontrent pour discuter de l'avenir de l'empire


_________________





© Frimelda


Dernière édition par Sixtine d'Ibélène le Dim 8 Avr - 17:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 215
J'ai : 24 ans
Je suis : princesse d'Ibélène

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Abigaïl l'Embrasée - Eponine Aubenacre - Vira Sabir
La Noblesse
Message Sujet: Re: Si tu confonds la monarchie avec la tyrannie   Dim 8 Avr - 15:10

Il fait déjà nuit lorsque tu sors de tes appartements privés, ombre parmi les ombres. Tu arpentes ces couloirs que tu connais tant, faiblement éclairés par quelques chandeliers. Des couloirs que tu as déjà tant de fois mais que tu sembles redécouvrir ce soir. Derrière toi, tu devines la présence discrète d'un de tes gardes du corps. Depuis le couronnement et la tentative d'assassinat, la garde a été renforcée et tu as dû t’accommoder de cette nouvelle ombre qui te suit à distance, couvrant tes arrières. Tu préférerais de loin être seule. Même Hjördis ne t'a pas accompagné. Mais tu ne dis rien, acceptant sans mot dire ces nouvelles dispositions. Tu les comprends et tu ne vas pas chercher à leur mettre des bâtons dans les roues alors qu'une dizaine de jours à peine les séparent du couronnement. Ton frère a été assassiné, le frère de Castiel a failli subir le même sort et personne n'est à l'abri en ce moment. La Chasse, les assassins... l'équilibre d'Ibélène est tellement fragile que vous ne pouvez vous permettre de faire les fines bouches. Il s'agit de la sécurité intérieure, après tout.

Dix jours. Dix jours depuis que tu es revenue à la vie. Dix jours depuis que tu as ressuscité ton frère mort. Dix jours que le Maréchal a pris ta place, sacrifiant sa vie pour sauver la tienne. Un sacrifice qui t'a ébranlé, plaçant le Maréchal au summum de ton estime. Beaucoup diront qu'il n'a fait que son travail, mais seul une volonté sincère a pu l'envoyer guider la Chasse à ta place. Et pour l'avoir vécu, tu sais mieux que quiconque les conséquences auxquelles il s'est enchaîné. À tes yeux, son sacrifice n'en est que plus grand et s'il a fallu trouver un nouveau Maréchal rapidement, tu réfléchis au moyen de conserver un tel patriote à vos côtés, si jamais il revient de sa terrible épopée. Tu sais que Octave partage le même avis. Tu dois ta présence ici à Richard le Harnois, peut-être pas si misogyne qu'on le dit.

Le palais n'est que silence. Tu resserres ta cape autour de tes épaules, plus pour te rassurer que par réel froid. Les appartements de ton frère ne sont pas très loin et il t'attend. Vous avez pris l'habitude de vous retrouver en privé pour discuter de l'avenir d'Ibélène, bien avant que tu ne bascules dans un état second. Et plus que jamais vous avez besoin de perpétuer cette nouvelle tradition. Surtout que, dans ton cas, tu n'arrives plus à dormir. L'insomnie te guette chaque nuit. Chaque fois que le jour meurt, tu sens au fond de toi l'éveil de la Chasse. Tu entends l'écho lointain du cor. Ton cœur bat au rythme des sabots des ténébreux chevaux. Et tu frissonnes alors que l'horreur des souvenirs de ton passé très proche te submerge. Tu ne seras plus jamais la même. Tout comme ton frère. Une compréhension que vous partagez au milieu de vos sujets qui vous dévisageant et chuchotent sur votre passage. Tu ne leur en tiens pas rigueur. Tu comprends. Octave, l'empereur mort et revenu à la vie. Sixtine, la princesse impériale qui a défié la mort et guidé une Chasse terrible dans tout le continent. Toi-même ne pourrait parier sur de tels dirigeants. Soupçon, fascination, peur, respect. Ces surplus d'émotion ne sont bons pour personne et il faut maintenant faire ce qu'il faut pour l'avenir de l'empire. Tu as eu assez de temps pour te poser, pour te remettre de tes émotions, pour réfléchir. Maintenant que ton esprit est clair et a trié toutes les informations que tu as loupé, le temps décisions est venu. Beaucoup trop de faits nécessitent votre attention. Il faut renforcer l'alliance avec Bellifère, convaincre Valkyrion et retrouver petit à petit l'estime d'Erebor. Tu ne sais même pas quelle est la prioité ni ce qui sera le plus dur. Que soit Bellifère, Valkyrion ou Erebor, tous attendent les preuves de votre nouveau Ibélène. Tu ne blâmes pas ton frère de ce carnage. Le pauvre n'a jamais été au fait des politiques et des intrigues de la Cour. Il ne s'y est pas intéressé et en subit maintenant les frais mais tu ne peux lui jeter la pierre. La situation est trop grave pour créer une tension fraternelle. Tu as besoin de lui et il a besoin de toi. Tu approuves son marché avec Sombreciel. Il fallait s'assurer un soutien notable tout en démontrant clairement que Castiel sera seul juge de ce qu'il se passe dans son duché. Une nuance qui leur a assuré l'allégeance fragile de Valkyrion. Mais vaut mieux ça que rien du tout. Et tu sais, que c'est Astrid qui leur a surtout permis de ne pas perdre la face. Tu lui en es reconnaissante tout en déplorant cet éloignement. Non. Les principaux responsables de tout ceci, sont les conseillers. Et la première chose qui doit être faite, c'est les changer. Et, intérieurement, tu es presque frustrée de ne pas être celle qui l'annoncera, rien que pour te délecter de leurs visages outrés face à cette annonce. Ta colère contre eux est tellement intense que même la Chasse n'est rien en comparaison. Et tu attends avec impatience de les jeter hors du palais, de la façon la plus humiliante possible, tout en jouant avec les limites même de la politesse, afin de leur couper l'herbe sous les pieds si jamais ils décident de se venger. Et tu comptes bien leur prouver qu'ils ne peuvent se moquer de ton frère et toi. Ni se moquer d'Ibélène. C'est donc limite avec un sourire carnassier que tu toques à la porte de ton frère. Une longue nuit vous attend mais, ça tombe bien, tu n'as pas prévu de dormir.

_________________





© Frimelda
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 65
J'ai : 26 ans
Je suis : Prince impérial et héritier d'Ibélène

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Aubrée & Rhapsodie
La Noblesse
Message Sujet: Re: Si tu confonds la monarchie avec la tyrannie   Dim 22 Avr - 21:01

Assis sur un des confortables fauteuils de sa chambre, le regard perdu dans les flammes de la cheminée, Octave patiente, sans bouger, sans rien dire. Il attend que les heures passent, que le sommeil le prenne et qu’il puisse aller dormir. Il n’a pas sommeil. Il ne le trouve plus, depuis son court passage de l’autre côté du voile du Sans-Visage, le jour de son couronnement.

Il a été grandement déboussolé par tout ce qu’il a vécu – la sécession d’Erebor, son assassinat, son retour parmi les vivants. L’appui timide de Bellifère, et celui bien plus fragile de Valkyrion. La perte du Maréchal de Serre. Et surtout, les regards que l’on porte désormais sur sa sœur, enfin de retour, et lui-même. Il n’a pas eu d’autres choix que d’encaisser toutes ces nouvelles. Et surtout, il doit montrer à tous que son séjour parmi les morts n’a rien changé de son identité. Il est toujours Octave d’Ibélène, fils d’Augustus et de Catarine, frère de Sixtine. Mais on le suit à la trace, depuis, sans arrêt, pour que l’empire puisse s’assurer que c’est bien lui qui est revenu, et pas un autre. Il ne s’en est jamais plaint. Il sait que c’est une condition nécessaire à l’allégeance de Valkyrion. Il regrette tant le regard que Hjalden porte sur lui, désormais, mais il sait qu’il ne pourra regagner sa confiance pleine et entière qu’à force de temps et de patience. Comme seul le temps et la patience pourront lui amener, un jour, un Empire entier et soudé.

Il a changé, un peu. Sa sœur a ses côtés, il a retrouvé de l’énergie et de la motivation à prendre son rôle au sérieux. Maintenant qu’il a une couronne sur la tête. Maintenant qu’il possède un réel pouvoir. Maintenant qu’il est craint, il arrive à se faire entendre. Et il a l’impression que tant que Sixtine sera près de lui, à discuter avec lui des décisions et à gouverner dans l’ombre, tout ira pour le mieux. Il l’espère.

Quelques coups frappés à la porte se font entendre. Un hochement de tête de la part du prince – de l’empereur, et Viktor, alors occupé à raviver le feu de cheminée, va ouvrir, avant de s’effacer pour laisser entrer la princesse impériale.

- Bonsoir, Sixtine.

Un regard à Viktor, et celui-ci s’incline avant de les laisser seuls. Il a peur de lui, lui aussi, désormais. Il était son ami, avant tout cela, et maintenant… Quelque chose a changé. Octave est mort, entre temps. Et sûrement le kyréen n’accepte pas de voir un mort reprendre le cours de sa vie, comme si de rien n’était. Comme s’il avait le choix, tiens. Un léger rictus, avant que le jeune homme ne reporte son attention sur sa cadette et ne l’invite à prendre place sur le fauteuil d’en face.

- Ils sont loin, ce soir, reprend-il à mi-voix.

Elle sait de quoi il parle. Elle sent la même chose que lui. Encore un point qui les lie, qui leur montre qu’ils sont bien frère et sœur, et que même le Destin ne peut les séparer.

_________________





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 215
J'ai : 24 ans
Je suis : princesse d'Ibélène

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Abigaïl l'Embrasée - Eponine Aubenacre - Vira Sabir
La Noblesse
Message Sujet: Re: Si tu confonds la monarchie avec la tyrannie   Mer 16 Mai - 0:12

La porte s'ouvre et tu n'hésites pas plus d'une demie-seconde avant de pénétrer dans les appartements de ton frère. Tu restes là, immobile, un moment, contemplant ce visage que tu as maintes fois contempler mais qui, aujourd'hui, diffère de celui que tu as pu connaître. C'est toujours le visage d'Octave mais il est empreint d'une ombre certaine, tel le souvenir lointain d'un traumatisme bien ancré en lui. Un traumatisme qui n'a rien de lointain. Il y a plus de sévérité dans son regard, une grandeur nouvelle aussi, comme si, en mourant, un morceau de son insouciance s'était également estompée. Mais tu ne vas rien juger. S'il est ainsi, c'est à cause de toi. Et tu sais que ton propre reflet a bien changé lorsque tu te regardes maintenant dans le miroire. Même Hjördis, bien que heureuse d'être à nouveau à tes côtés, ne t'accorde plus le même regard qu'autrefois. Il y a maintenant, dans ses yeux, une certaine appréhension. Tu ne lui en veux pas. Elle est Kyréenne pure souche. Même si elle sort un peu des caractéristiques typiques des Kyréens, elle ne peut entièrement renier ses origines et ses croyances. Et pour les Kyréens, son acte a un goût d'hérésie. Tu le ressens toi-même ainsi. Tu as ramené ton frère du Royaume des Morts. Tu as pris cette décision. L'Innocente n'est pas responsable de cet acte, même si ton propre esprit n'était pas totalement éveillé lorsque tu as ainsi agi. Mais tu te rappelles de la douleur et du chagrin qui t'a submergé, te faisant basculer dans un instant de folie qui t'a conduit à une telle décision. Tu ne doutes pas que, plus tard, les Dieux te puniront pour ça. Tu as condamné ton âme en sauvant celle de ton frère.

Tu mets un moment avant de t'asseoir. Tu ressens ce que ton frère veut dire et tu restes immobile un instant, comme si tu étais à l'écoute de cors ou de pas d'aboiements assoiffés. Puis, lentement, tu prends possession d'un des fauteuils, toujours aussi droite et digne. Au ralenti tu hoches la tête.

-C'est vrai, murmures-tu d'un ton voilé.

Tu ne dois même pas avoir vraiment conscience d'avoir répondu. Mais peu importe. Oui, la Chasse est loin ce soir. Tu ne la sens pas à proximité. Tu perçois son éveil comme un rêve irréel. Pourtant il n'y a rien d'irréel là-dedans. Et tu sais que ton Maréchal est quelque part, chevauchant les cieux d'Arven, à la recherche d'une prochaine cible qui rejoindra sa Chasse Sauvage. Tu le sais car, quelques semaines plus tôt, c'est toi qui était à sa place et tu n'as guère oublié les terribles chevauchées nocturnes où tu fauchais une vie comme si tu étais Lida elle-même. Encore une hérésie. Un petit bruit de porte qui se ferme et tu sursautes, reprenant contact avec la réalité. Tu fermes un instant les yeux, poussant un profond soupir. Tu n'es pas venue ici pour tenter de percevoir l'Innocent et sa meute. Le Maréchal a fait en sorte que tu sois de nouveau unie à ton frère et tu comptes bien honorer son sacrifice. Et ce n'est pas en vivant dans une léthargie constante que tu le feras.

-Mais nous ne sommes pas là pour parler de ça, lances-tu d'une voix plus forte.

Tu n'as pas spécialement envie de détendre plus longuement sur ce sujet également. Certes, tu as été l'Innocente à la tête de la Chasse et oui tu as ramené ton frère du monde des morts mais il y a des choses plus urgentes. Des choses présentes qui vont influencer plus tard le futur et tu n'as pas envie de les dénigrer parce que des souvenirs passés ne cessent de te hanter.

-Nous sommes là pour parler d'Ibélène. Enfin, de ce qu'il en reste.

Tu grimaces. Ton ton est amer. Tu n'en tiens pas rigueur à ton frère. Il n'y est pour rien. Il t'a cru certainement morte et s'est retrouvé seul aux milieux de généraux qui ont largement et éhontément profité de sa faiblesse. C'est contre eux que ta colère est dirigée et tu comptes bien trouver un châtiment à la hauteur de leur gourmandise. Ils ont failli. Ils ont fauté. Ils ont conduit Ibélène sur la voie de la faiblesse. Tu ne peux tolérer de telles maladresses de leur part.

-Mon frère, l'heure est venue de réformer le Conseil, lances-tu fermement, levant ton regard vers lui.


_________________





© Frimelda
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 65
J'ai : 26 ans
Je suis : Prince impérial et héritier d'Ibélène

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Aubrée & Rhapsodie
La Noblesse
Message Sujet: Re: Si tu confonds la monarchie avec la tyrannie   Mar 22 Mai - 19:22

Octave suit sa soeur des yeux alors qu’elle se rapproche et s’installe lentement sur le fauteuil d’en face. Il la détaille rapidement du regard quand elle lui répond simplement. Il aimerait que tout reste ainsi, calme et silencieux, comme s’il n’était jamais mort, jamais devenu empereur. Mais il sait bien que ce n’est pas le cas, et que la réalité le rattrapera toujours. Et aujourd’hui, la vérité a l’apparence de Sixtine.

Il acquiesce sans un mot, d’abord, quand elle affirme qu’ils ne sont pas là pour parler de la Chasse. Et il sait ce qui va suivre. Il l’attend, même. A vrai dire, leurs réunions nocturnes, interrompues pendant si longtemps, lui ont manqué. Même s’il n’aime pas ça, même s’il préfèrerait mille fois être dans une taverne d’Ibelin à jouer pour quelques pièces qu’à devoir discuter politique, il apprécie ces moments en compagnie de sa cadette. Il s’est senti terriblement seul, pendant ces deux longs mois, et il est soulagé que la vie ait repris son cours.

Il ramène son regard vers elle, à l’évocation du Conseil et de sa réforme à venir. Il hésite quelques secondes, avant de lui répondre.

- Je sais.

Il ne ment pas. La première à lui avoir soufflé cette idée est la sultane Shéhérazade, lors du couronnement, et depuis, il la ressasse sans cesse. Réformer le Conseil. Il n’a pas l’impression d’en avoir réellement le droit, ni le pouvoir. Ils étaient les conseillers de son père, ils sont âgés et expérimentés. Il a appris, avec eux. Mais Octave est mort, et peut-être à cause d’eux – qui sait ? L’enquête n’a rien donné, pour l’instant. Et le nouvel empereur n’est pas son père, tout le monde le sait. Ibélène a déjà tant souffert, l’empire a besoin d’un nouveau souffle. D’une nouvelle tête pensante.

- Que doit-on faire d’eux ?

Il ignore encore ce qu’il adviendra d’eux. Il ne sait pas vraiment comment cela se passe, et sûrement Sixtine a déjà son avis tranché sur la question.

_________________





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 215
J'ai : 24 ans
Je suis : princesse d'Ibélène

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Abigaïl l'Embrasée - Eponine Aubenacre - Vira Sabir
La Noblesse
Message Sujet: Re: Si tu confonds la monarchie avec la tyrannie   Hier à 20:36

C'est l'heure des grandes décisions et tu as pu, ces derniers jours, en profiter pour bien réfléchir à tout ça. Tu t'es fait une petite liste, dans ta tête, sur des points à aborder. Certains évidents, d'autres plus délicats. Tu as aussi, avec Octave, envoyé des lettres de remerciements aux Ducs présents lors du couronnement. Des remerciements auxquels se sont ajoutés quelques cadeaux, des petites bricoles, mais qui font toujours plaisir. Mais l'un des points les plus délicats, reste le Conseil. Si tu n'écoutes que ta fureur, tu n'as qu'une envie : leur faire payer cette honte qu'ils vous ont causé. Ce sont, en partie, à cause d'eux si Erebor s'est détaché. Bien évidemment, tu n'es pas sotte. Tu sais très bien que ton père n'a pas eu une attitude exemplaire envers ce fier duché de roc et de sable. Tu sais que Octave n'a récolté que les conséquences de graines semées depuis des années déjà. Mais tu sais aussi que les Conseillers ont porté le coup de grâce et que tout ça aurait pu être évité. Mais tu es princesse. Tu réfléchis avec raison et non avec le cœur. Tu sais aussi que, malgré tout, il fût un temps où ils ont été loyaux et efficaces. Il fût un temps où ils ont partagé ce rêve qu'est Ibélène. La corruption, la soif de pouvoir ont eu raison d'eux aujourd'hui, mais il fût un temps où leurs conseils ont su guider honorablement ton grand-père et ton père. Pour ces jours passés, tu ne peux pas non plus faire exploser ta colère. De plus, se mettre des conseillers à dos n'est jamais bon. Tu peux toujours avoir besoin d'eux plus tard.

-J'y ai beaucoup réfléchi, avoues-tu, fronçant les sourcils. Je pense que le mieux c'est de les renvoyer en douceur. Après tout, ils ont eu leur temps de gloire autrefois. Pourquoi ne pas leur proposer d'autres postes ? Assignons-les à des tâches, éloignées du Conseil, certes, mais néanmoins importantes.

Tu marques un temps de pause, l'air un peu rêveur, puis ton visage s'éclaire d'un léger sourire.

-Ils n'oseront aller contre une lettre formelle et officielle de l'empereur. Faisons preuve de tact et de délicatesse, tenons-les à l'écart et confions donc leur poste à une nouvelle génération de conseillers. Qu'en penses-tu ?

Tu as même déjà quelques noms en tête mais tu ne feras rien sans l'accord de ton frère. De toute façon, ce n'est pas à toi de le gérer. Ton frère est l'empereur à présent. Ton frère est la Voix d'Ibélène. Une amère pensée qui étreint un moment ton cœur avant que tu ne te reprennes. Tu es là pour le guider. Pour le conseiller. En autant cas pour prendre les décisions à sa place. Quoiqu'il arrive, il aura toujours le dernier mot.

_________________





© Frimelda
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Si tu confonds la monarchie avec la tyrannie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Si tu confonds la monarchie avec la tyrannie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Ibélène :: Valkyrion :: Palais impérial d'Ibélène-
Sauter vers: