AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A gauche, deuxième à droite, puis tout droit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 460
J'ai : 14 ans
Je suis : Un enfant élevé à la Cour des Miracles
Un voleur, un brigand, un petit menteur que personne ne peut détester.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Mélusine et Hiémain de Sylvamir. A la Cour des Miracles, aussi.
Mes autres visages: Mayeul de Vifesprit - Maximilien de Séverac
La Cour des Miracles
Message Sujet: A gauche, deuxième à droite, puis tout droit   Mar 10 Avr - 22:25


Livre III, Chapitre 3 • Les Échos du Passé
Eponine Aubenacre & Arsène de Sylvamir

A gauche, deuxième à droite, puis tout droit

C'est pas si compliqué pourtant !




• Date : 24 novembre 1002
• Météo (optionnel) : Froide, il a neigé dans la matinée
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Arsène rencontre Eponine par hasard et ne veux que l'aider à rentrer saine et sauve. Parce qu'il est un bon garçon, un ami dévoué, et qu'il n'est pas du tout jaloux de la relation éventuelle que la jeune fille pourrait avoir avec Lena.
• Recensement :
Code:
• [b]24 novembre 1002[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t3590-a-gauche-deuxieme-a-droite-puis-tout-droit]A gauche, deuxième à droite, puis tout droit[/url] - [i]Eponine Aubenacre & Arsène de Sylvamir[/i]
Arsène rencontre Eponine par hasard et ne veux que l'aider à rentrer saine et sauve. Parce qu'il est un bon garçon, un ami dévoué, et qu'il n'est pas du tout jaloux de la relation éventuelle que la jeune fille pourrait avoir avec Lena.


_________________
Paroles: teal


Dernière édition par Arsène de Sylvamir le Mar 10 Avr - 22:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 460
J'ai : 14 ans
Je suis : Un enfant élevé à la Cour des Miracles
Un voleur, un brigand, un petit menteur que personne ne peut détester.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Mélusine et Hiémain de Sylvamir. A la Cour des Miracles, aussi.
Mes autres visages: Mayeul de Vifesprit - Maximilien de Séverac
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: A gauche, deuxième à droite, puis tout droit   Mar 10 Avr - 22:27

Arsène de Sylvamir. Il avait encore bien du mal à croire le gamin des rues, qui venait de gagner d'un seul coup une mère, un père, un petit frère, une grande sœur mais aussi un domaine à lui. Cela faisait beaucoup, énormément même, pour l'adolescent qu'il était. Mélusine et Hiémain tenaient beaucoup à lui, il l'avait toujours su, mais lui donner autant… C'était trop, et Arsène ne pouvait s'empêcher de craindre, au fond de lui, que quelque chose ne se passe et qu'on finisse par lui refuser tout ça.

Mais jusqu'à présent, ce n'est pas le cas. Pour éviter de trop tergiverser, le petit Arsène a décidé de passer la journée dehors, parce qu'il sait bien que penser aux malheurs qui risquent d'arriver n'est pas une solution viable. Chaudement emmitouflé, l'ancien enfant de Lorgol est parti explorer la ville, retrouver ses anciens amis. Il a changé, Arsène, il le sait. Il a grandi, mais pas seulement. Et pourtant, Lorgol, ça reste chez lui. L'endroit où il a grandi, les ruelles dont il a fait son domaine, les canaux qui ont emporté ses premiers bateaux en rondins de bois. Les pas de l'adolescent l'emmènent vers des endroits qu'il connait bien, des endroits familiers où il retrouve des têtes connus. Le port, la taverne de la Rose, les chemins dissimulés aux yeux des non-initiés.

Il finit par croiser une tête rouquine qui, si elle ne lui est pas extrêmement familière, lui est néanmoins connue. Eponine, la nouvelle grande copine de Lena – ces derniers mots étant évidemment dépourvus de sarcasme et de jalousie. Elle est mage, elle est à l'Académie, elle est une fille, autant de choses qui font que forcément, Lena et elle passent du temps ensemble. Au détriment d'Arsène, bien évidemment, même s'il n'est pas vraiment là en ce moment. Mais il n'est pas jaloux, l'adolescent, et croiser Eponine ne lui fait ni chaud ni froid. Ou presque. Parce qu'il n'est pas sûr qu'elle en ait réellement conscience, mais elle n'a strictement rien à faire dans les environs.

La Ville Basse n'est pas sûre, pour ceux qui ne sont pas affiliés à la Cour, ou qui n'ont pas grandis dans ses rues tortueuses. Il est facile de s'y perdre, ou de s'y faire arnaquer. Ou les deux, Arsène y contribuant lui-même parfois. Quoi qu'il en soit, la petite n'a rien à faire ici et il est bien décidé à la ramener sur le droit chemin, animé évidement de nobles intentions. Il est le Chevaucheur de Lena, non ? Même s'il n'a ni magie, ni dragon. "T'as rien à faire là, la rouquine." Déclare-t-il en se glissant devant la petite, les bras croisés et l'attitude supérieure. Il n'est pas là pour lui soutirer des fleurons – qu'elle n'a probablement pas – alors il n'est sans doute pas utile qu'il se montre courtois. Il la sauve peut-être, mais rien n'indique qu'il doit être gentil, après tout. "T'es perdue, c'est ça ? Vous les gens de la campagne, décidément, se repérer n'est pas votre fort." Fanfaronne-t-il, indiquant bien par là qu'il lui est hautement supérieur. "L'Académie, c'est là-haut" Indique-t-il tout de même dans un élan de générosité, avec un vague geste du bras.

_________________
Paroles: teal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 855
J'ai : 12 ans
Je suis : aspirante mage de l'Hiver en Magie Elémentaire, en 2ème année à l'Académie

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : ma mère Désirée, ma tante Quittou, mon oncle Géralt et l'Académie
Mes autres visages: Abigaïl l'Embrasée & Sixtine d'Ibélène
Les Mages
Message Sujet: Re: A gauche, deuxième à droite, puis tout droit   Jeu 19 Avr - 22:23

Les cours ont commencé. Je suis allée rendre visite à maman entre temps. En fait je vais la voir dès que j'ai un instant de libre. Pour tout lui raconter. Il n'y a pas longtemps, Lena et moi on a découvert un passage secret alors j'ai à tout pris voulu le raconter à maman. Et lui parler des cours aussi. Les cours sont difficiles. Ils nous apprennent beaucoup de choses que l'on doit retenir et savoir pour les examens. Je m'y perd un peu, il y a tellement de choses. Sans parler de mon écriture encore un peu fragile et des difficultés que j'ai à me relire. Heureusement, Aubrée elle m'aide autant qu'elle le peut. Et puis j'ai fait des progrès. C'est ce que je me dis tous les jours. Chaque jour j'apprends et demain sera meilleur qu'aujourd'hui. Et petit à petit, je vais y arriver. C'est aussi ce que je répète à maman pour la rassurer et je crois que ça marche aussi sur moi du coup.

-'tion, grommele une voix désagréable.

Je me colle au mur pour laisser passer une charrette. La voix vient du conducteur. La ruelle est assez étroite et je suis obligée de me fondre pratiquement dans le mur pour qu'il puisse passer sans me rouler dessus. Au moins, ça a eu le mérite de me sortir de mes pensées. Et... je suis où exactement. Revenue à la réalité, je regarde autour de moi, cherchant un point de repère. Malheureusement, il n'y a rien. Voilà neuf mois que je réside à Lorgol et que je fréquente la Ville Basse. Neuf mois pendant lesquels je me suis promenée dans la ville, où j'ai découvert des lieux et des endroits, souvent aidée par Lena ou Mélinda. Et pourtant je suis bien incapable de dire où je suis en cet instant précis. Je ne reconnais pas du tout l'endroit. Je n'ai pas la prétention de dire que je connais Lorgol comme ma poche, ce n'est pas vrai du tout. Je sais bien qu'il y a plein de coins et de ruelles qui me sont inconnues. Je dois être dans l'une d'entre elle. Mon premier réflexe, revenir sur mes pas. Je me retourne et commence à prendre le chemin inverse. Et c'est à ce moment que je prends conscience que je suis aussi incapable de me souvenir comme j'ai atterri ici. Par où je suis passée ? Quelle rue j'ai emprunté ? Plongée dans mes pensées, je n'ai pas du tout fait attention à mon environnement et c'est comme ça que je me retrouve... ici. Je sais pas où. Mon deuxième réflexe, alors, c'est demander mon chemin. Mais les gens qui me croisent ne prêtent pas attention à moi, ignorent mes pauvres tentatives et, certains, m'inspirent plus de terreur que de confiance. Je finis donc pas abandonner cette idée. Je vais devoir me débrouiller toute seule. Levant la tête, je tente de me repérer avec la lumière du soleil mais ce dernier reste timidement caché derrière les nuages. Je frotte mes mains l'une contre l'autre. Il fait froid. Sur les côtés, des restes de la neige tombée dans la matinée. J'adore la neige. Mais elle ne va pas m'aider à retrouver mon chemin. Malheureusement, elle a fondu. Sinon je suivrais mes traces.

Alors que je me dis que je vais suivre la ruelle qui va peut-être déboucher sur une autre que je connais, une voix m'arrête à nouveau dans mon élan et je me tourne vers son possesseur. Une tête brune, des yeux d'un bleu presque aussi clair que le ciel. Un visage aussi juvénile que le mien. Arsène. Je mets pas longtemps à l'identifier. C'est le meilleur ami de Lena, c'est elle qui me l'a dit. Moi, je sais pas. Il m'intimide. Je sais pas trop comment réagir avec lui mais, ce qui est sûr, c'est que je suis contente de le voir en cet instant. Ses mots sont aussi tranchants que sarcastiques et je peux pas m'empêcher de rougir presque aussitôt.

-Désolée, je lance précipitamment, sans même savoir pourquoi.

Désolée parce que je me suis perdue ? Parce que je suis de la campagne ? Parce que je n'ai rien à faire là ? J'en sais rien, mais je suis désolée. Je tente de déterminer un point précis à son indication mais je suis obligée de laisser tomber. Son geste est trop imprécis pour que j'y entrevois une quelconque direction et je me retrouve embêtée, ne sachant comment lui demander de m'aider à sortir de ce pétrin.

-Oh euh... merci. Mais je... enfin, tu peux être plus précis ? je demande dans un murmure presque affolé.

_________________






Champs de blé, océan parfumé, perles nacrées.
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 460
J'ai : 14 ans
Je suis : Un enfant élevé à la Cour des Miracles
Un voleur, un brigand, un petit menteur que personne ne peut détester.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Mélusine et Hiémain de Sylvamir. A la Cour des Miracles, aussi.
Mes autres visages: Mayeul de Vifesprit - Maximilien de Séverac
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: A gauche, deuxième à droite, puis tout droit   Jeu 26 Avr - 23:08

Elle s'excuse la rouquine, d'il ne sait trop quoi Arsène. De s'être perdue ? D'être l'amie de Lena ? Il la regarde d'un air pas vraiment convaincu le petit voleur, persuadé qu'elle ne fera pas long feu dans les ruelles de la Ville Basse s'il la laisse toute seule. Il y a une sacrée différence entre la Taverne de la Rose et les bas quartiers de Lorgol, et il ne vaut mieux pas que la petite l'apprenne toute seule. Il a beau faire semblant d'être hautain et pas très gentil, il a un cœur d'or Arsène, et ne laissera pas tomber la rouquine. Mais lui faire peur sera sans doute salutaire, il faut être stupide pour s'aventurer quelque part sans savoir comment on a fait pour y arriver ! C'est tout de même l'une des premières leçons des Voleurs, de connaître ses options de sortie et de fuite.

Elle lui demande de l'aide à mi-voix, et Arsène lève les yeux au ciel. "Je vais pas te manger tu sais." Annonce-t-il avec un certain agacement. Elle lui parait tellement frêle, tellement fragile face à tous ceux qu'il connaît ! Etre mage ne nécessite pas beaucoup de force visiblement. "Mais j'connais une ou deux personnes qui le feraient." Annonce-t-il, l'air tout à fait sérieux. Il laisse le soin à Eponine de déterminer s'il ment ou pas, avant d elui indiquer une rue à sa gauche. "Première règle, rester sur les plus grandes rues, là où tu as plus de chance de trouver un point de repère. Viens." Ordonne-t-il en passant devant la jeune fille, la guidant d'un pas sûr vers une avenue plus large que celle où elle s'est engagée. "Normalement, je fais payer mes visites." Précise-t-il d'un air un peu plus guilleret, laissant son esprit s'aventurer vers une autre vie que celle qui est la sienne désormais. Celle où il n'était qu'un petit voleur crasseux des rues de Lorgol, qui ne savait pas où il dormirait le soir, et qui arnaquait les gens en leur soutirant de l'argent contre ses prétendus bons conseils. Une autre vie, oui. Une qui ne lui manque pas, mais qui est un souvenir très fort encore. Malgré ses grands airs, il n'est pas si vieux qu'il voudrait le faire croire Arsène.

Il ne va probablement pas soutirer de l'argent à Eponine, elle n'a certainement rien de valeur sur elle. Même s'il existe une façon de tirer profit de la situation, Arsène n'en doute pas. Il faut juste qu'il la trouve. En attendant, guider la fillette dans les rues de Lorgol n'a rien de bien sorcier pour lui, et son pas est sûr quand il se fait guide touristique. Elle ne connaît rien la petite, et il l'entraînera là où il le veux, après tout. Il ne compte pas lui faire de mal, ce n'est pas son genre. Seulement l'effrayer un peu, qu'elle comprenne à quel point Lorgol est dangereuse. Si, par la même occasion, elle décide de se cloîtrer à l'Académie ou de retourner en Bellifère, il n'aura certainement rien à voir dans sa décision ! "T'sais qu'y-a des crocodiles dans les canaux ?" Demande-t-il d'un air nonchalant, alors que la rue dans laquelle il l'a entrainé semble suspicieusement border lesdits canaux.

_________________
Paroles: teal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 855
J'ai : 12 ans
Je suis : aspirante mage de l'Hiver en Magie Elémentaire, en 2ème année à l'Académie

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : ma mère Désirée, ma tante Quittou, mon oncle Géralt et l'Académie
Mes autres visages: Abigaïl l'Embrasée & Sixtine d'Ibélène
Les Mages
Message Sujet: Re: A gauche, deuxième à droite, puis tout droit   Jeu 17 Mai - 21:41

Oh je l'agace. Je le sens dans sa voix. J'ose même pas vraiment le regarder. En même temps, il me déstabilise Arsène. J'ai l'impression qu'il ne m'aime pas et je ne sais pas pourquoi. Ou que je l'agace constamment. J'ai dû vraiment faire quelque chose de mal pour qu'il m'en veuille ainsi mais, le soucis, c'est que je ne sais pas quoi. Et il m'intimide beaucoup. Pourtant il n'est pas beaucoup plus âgé que moi. Et Lena ne me dit que du bien de lui. Déjà je vois qu'il n'est pas pareil lorsqu'il discute avec Lena. J'ai dû dire quelque chose qui l'a vexé. Enfin je sais qu'il ne va pas me manger mais... un peu inquiète je regarde autour de moi comme si je m'attends à voir quelqu'un prêt à me dévorer. Ça ne fait pas un an que j'arpente les rues de Lorgol et si je commence à vraiment m'y habituer, je sais que je ne suis pas au courant des nombreux secrets qui habitent la Ville Basse. Et, si ça se trouve, il y a vraiment des grandes gens qui mangent les enfants. Il ne me donne pas plus d'explications que cela, en tout cas, et passe devant moi. J'hésite à lui demander si c'est vrai mais je me ravise. Je n'ai pas envie de l'embêter encore plus avec mes questions. Je le suis donc docilement, notant cette précieuse information dans un coin de ma tête, bien décidée à la respecter. Pourtant, le trajet ne m'est pas inconnu mais mon esprit a pas mal dérivé et j'ai fini par me perdre parce que je n'ai pas regardé où j'allais. La deuxième règle doit être celle-ci : toujours veiller à rester concentrer.

-Oh ! je bredouille maladroitement.

C'est vrai. Je l'embête ainsi c'est bien normal. Après tout, on dit que tout travail mérite salaire. Si ça se trouve, j'empiète sur son temps précieux qu'il peut passer à faire quelque chose de plus important. Ou je l'empêche de faire un travail qui peut lui rapporter des sous.

-Je... je n'ai pas grand chose, j'avoue piteusement.

Même pas de quoi m'acheter un beignet. J'ai tout laissé à l'Académie. Ma main plonge dans ma poche et en ressort trois pauvres pièces misérables qui me font rougir de honte. Je les lui tends cependant avec un regard d'excuse.

-Mais... merci à toi hein.

Quoiqu'il en soit c'est vraiment très gentil de sa part de me reconduire sur ma route. Il ne réfléchit même pas aux directions qu'il prend. Il connaît vraiment la ville par cœur et je le regarde avec un air assez admiratif. Admiration qui se mue bientôt en terreur alors que je louche avec une réelle angoisse l'eau barbote avec une tranquillité sournoise dans un canal qu'ils longent.

-Mais... mais Tim m'a dit qu'ils n'étaient que vers l'Archipel, je bafouille, apeurée.

Je n'arrive pas à détacher mes yeux du canal et me déporte plus sur le côté, terrifiée à l'idée d'y voir un crocodile surgir. C'est ça qu'il a essayé de me dire en disant qu'il en connaît qui n'hésiteront pas à me manger ? Puis tout va très vite. Dans ma fuite précipitée sur le côté, je me heurte violemment à quelqu'un, trébuche et manque de perdre l'équilibre. Je pousse un cri de surprise, où perce une pointe de terreur. Mais ce n'est pas un crocodile que j'ai heurté. Ce n'est même pas un inconnu. C'est simplement Arsène, étalé au sol qui baigne dans un grand sac de farine alors qu'une boulangère mécontente nous toise de la tête au pied.

-Dis don' l'gamins ! Vous p'vez pas faire attention quoi ?!

-Oh ! je suis désolée vraiment. Arsène ça va ? Tu n'as rien ? T'es pas blessé ? je lance en tentant de l'aider à se relever. Je suis désolée madame, je... vraiment excusez-moi.

Rouge de honte, effarée, je gigote un peu partout, me tordant les mains, essayant d'aider Arsène tout en présentant mes plus plates excuses à la boulangère, ne sachant quoi faire en premier, et jetant de fréquent coup d’œil derrière moi pour vérifier que l'agitation n'attire pas les crocodiles.

_________________






Champs de blé, océan parfumé, perles nacrées.
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 460
J'ai : 14 ans
Je suis : Un enfant élevé à la Cour des Miracles
Un voleur, un brigand, un petit menteur que personne ne peut détester.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Mélusine et Hiémain de Sylvamir. A la Cour des Miracles, aussi.
Mes autres visages: Mayeul de Vifesprit - Maximilien de Séverac
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: A gauche, deuxième à droite, puis tout droit   Lun 28 Mai - 23:21

Elle est bien silencieuse Éponine alors qu'elle le suit dans les rues de la ville. Sans doute réfléchit-elle à ce qu'il vient de dire, et Arsène s'autorise un sourire plein de malice. Protégé des Sylvamir ou pas, il n'a rien perdu de son talent de bonimenteur visiblement. C'est plutôt rassurant car après tout, même s'il fait le malin, Lorgol n'est plus exactement son terrain de jeu en ce moment. La ville est dangereuse, réellement, il le sait pour y avoir grandi. La petite devrait vraiment faire attention.

Il entend d'ailleurs la voix de la camarade de jeu de Lena s'élever derrière lui, et il s'arrête pour la regarder avant de lever les yeux au ciel. Vraiment ? "Range-ça !" Siffle-t-il avec véhémence. Elle est une proie facile la gamine pour les gamins des rues, et il n'a pas envie qu'on lui soutire ses quelques pièces quand même ! Et puis Arsène a un cœur, il n'arnaque pas les pauvres enfants. Arnaquer le reste du monde, cela ne lui pose pas réellement de souci, mais soutirer de l'argent à la copine pauvre de Lena, non, quand même pas. Qu'est-ce qu'il pourrait faire avec ça de toute façon ?

Elle a avalé sa blague sur les crocodiles en tout cas. Blague, ou véritable légende, Arsène ne sait pas réellement. On lui a dit qu'il y avait des crocodiles, il connaît même quelqu'un qui connaît quelqu'un qui en a vu. Mais de là à en faire une certitude… Eponine semble réellement avoir peur, et Arsène prend un malin plaisir à ne pas la réconforter. "Il y connaît rien." Qu'est-ce qu'un pirate connaît vraiment de Lorgol de toute façon ? Mais il n'a pas réellement le temps de continuer à la taquiner que la petite le bouscule et qu'il perd l'équilibre précaire qu'il possédait, monté sur un petit muret. Pas si agile que ça Arsène, puisqu'il bascule aussitôt tête la première dans un sac de farine posé là par une boulangère mécontente. Le voici tout aussi blanc que la neige qui recouvre Sylvamir, et l'idée qu'on ne peut pas réellement échapper à qui on est lui traverse vaguement l'esprit. Vaguement, car la boulangère les houspille déjà, et Eponine bafouille ses plus plates excuses. Décidément, la gamine ne comprend rien à la vie d'ici !

"On f'ra attention promis !"
Répond Arsène qui prend à peine le temps d'épousseter le plus gros avant d'entraîner Eponine par la main. Attirer l'attention, c'est mauvais. Et la boulangère ne va pas les poursuivre au risque d'abandonner sa farine, surement pas ! Il faut juste espérer qu'elle n'enverra pas un quelconque apprenti leur tirer les oreilles. La petite ne sait pas à quel point les un peu plus grand qu'eux peuvent être cruels parfois. "Viens." Insiste-t-il en tirant la main de sa compagne d'infortune, tournant et tournant encore dans les ruelles jusqu'à être sûr qu'on ne puisse pas les retrouver. Alors seulement il s'arrête, tel un épouvantail blanc, et toise la petite du regard. Elle l'a fait exprès, forcément. "Il fait trop froid pour les crocodiles." Lui explique Arsène d'un air blasé quand il la voit regarder autour d'eux. Secouant de son mieux la farine de ses cheveux, il éternue deux ou trois fois avant de soupirer. "Tu sais vraiment rien faire hein ?" Ce n'est même pas une accusation, juste un étonnement qu'elle ait survécu ici aussi longtemps.

_________________
Paroles: teal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 855
J'ai : 12 ans
Je suis : aspirante mage de l'Hiver en Magie Elémentaire, en 2ème année à l'Académie

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : ma mère Désirée, ma tante Quittou, mon oncle Géralt et l'Académie
Mes autres visages: Abigaïl l'Embrasée & Sixtine d'Ibélène
Les Mages
Message Sujet: Re: A gauche, deuxième à droite, puis tout droit   Ven 20 Juil - 18:35

Je passe d'un pied à l'autre ne sachant que faire, tiraillée entre ma volonté d'aider cette pauvre boulangère et Arsène. Après tout, tout ça c'est de ma faute ! Non seulement j'ai ennuyé cette dame dans son travail mais en plus j'ai fait tombé Arsène ! Il va être furieux ! La dame l'est déjà. Mais Arsène est couvert de farine ! Mais la boulangère c'est son travail. Mais je ne peux pas ramasser la farine à la main ! Puis elle est tombée par terre maintenant c'est fichu ! Mais non je n'ai même pas d'argent ! Je vais devoir le dire à maman. Mais quelle idiote je fais... je n'ai même pas le temps de dire quoique ce soit que je sens la main d'Arsène glisser dans la mienne pour m'emmener loin de là.

-Mais... mais... la boulan...

Je balbutie sans finir ma phrase. Je compte faire quoi ? Je culpabilise. Pour Arsène, pour elle. Mais qu'est-ce que je peux faire ? Je n'ai pas d'argent. Travailler gratuitement pour la rembourser ? Oui, à la limite. Les week-end au lieu d'aller voir ma famille. Maman comprendra. Tout ça à cause de crocodiles qui ne sont même pas là à cause du froid. Je baisse les yeux, honteuse.

-Tu as raison.

Il a raison Arsène. Je ne sais rien. Je ne sais rien faire non plus. J'ai été un poids pour tout le monde. Pour maman, pour tonton Géral, pour Aubrée qui a passé du temps à m'apprendre à lire et à écrire... même pour Tim et Lena.

-Mais tu sais, j'essaye vraiment de savoir ! Je travaille dur et je m'applique pour être celle qui aidera les gens !

Ma voix se fait plus forte. J'y crois. Un jour, c'est moi qui saura faire plein de choses et qui aidera les gens. Un jour je ne serai plus un poids pour personne. Je me le suis promis lorsque je suis partie de la maison. En attendant, je fouille dans ma besace et en tire un mouchoir que je lui tends.

-Je suis vraiment désolée Arsène. Toi tu m'aides et moi je panique comme une idiote et je t'attire des ennuis.

Je grimace alors et regarde derrière moi, de peur de voir la boulangère arriver. Il m'a fait passé par des tas de ruelles et je suis absolument incapable de retrouver le chemin jusqu'à elle. Au pire, je peux toujours lui demander un dessin avec les indications à suivre pour y retourner mais il m'a déjà tant aidé que je n'ose demander plus. Pourtant, je dois bien y retourner pour payer ma dette. Ce que j'ai fait n'est pas du tout correct.

-Je devrais y retourner pour payer ma dette, non ?
lancé-je d'un ton un peu désespéré.

_________________






Champs de blé, océan parfumé, perles nacrées.
by wiise


Dernière édition par Éponine Aubenacre le Mer 1 Aoû - 1:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 460
J'ai : 14 ans
Je suis : Un enfant élevé à la Cour des Miracles
Un voleur, un brigand, un petit menteur que personne ne peut détester.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Mélusine et Hiémain de Sylvamir. A la Cour des Miracles, aussi.
Mes autres visages: Mayeul de Vifesprit - Maximilien de Séverac
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: A gauche, deuxième à droite, puis tout droit   Mer 1 Aoû - 1:01

Elle cherche bien à protester, un peu, mais Arsène ne lui laisse pas vraiment le choix en l'entraînant au pas de course dans les ruelles de Lorgol.  Il laisse bien un peu de farine de çi de là, une piste facile à suivre assurément, et ce n'est pas comme s'il pouvait se cacher ! Il lui faudrait un bain mais honnêtement, Arsène répugne de se tremper dans les canaux de la ville. Malgré ce qu'il a dit à Eponine, il n'y a pas de crocodiles, il le sait. Il en est presque sûr. Mais quand même, il ne sait pas bien nager, et l'eau est froide, et il sera tout mouillé, et et et… Il n'a absolument pas peur, mais il ne faut mieux pas ! Le mieux serait de trouver un endroit où se cacher, où être à l'abri, mais Arsène n'a pas beaucoup d'idées. La tour de Sylvamir, ou celle des Séverac ? Elles sont loin, et y traîner la petite ne lui fait guère envie. La ramener à l'Académie ? Peut-être, mais dans ce cas, lui ? Enfin, ce serait sans doute plus simple d'échapper à de quelconques remontrances sans elle.

Parce qu'elle ne sait absolument pas se défendre, la copine de Lena. Mais vraiment, absolument pas. Face à ses accusations – qui n'en sont même pas réellement, tant c'est un fait – elle se contente de balbutier qu'il a raison et qu'elle fait de son mieux. Arsène soupire : il a beau être taquin, se montrer froid et être un tout petit peu jaloux, il n'est pourtant pas cruel. Eponine finit par lui tendre un mouchoir, petit carré ridicule face à l'ampleur des dégâts, mais Arsène le prend tout de même. Elle essaye, il ne peut le lui reprocher. Elle essaye mal, et elle n'arrive à rien, mais elle fait des efforts, très certainement.

Et soudain, la petite lui assène le coup de grâce. "Y retourner ? Mais t'es folle ! Tu veux goûter au fouet, ou même à pire ?" Il est estomaqué Arsène, réellement. Il comprend sa volonté de réparer, mais c'est juste inutile, et ça ne leur apportera que davantage d'ennui. Lorgol, et surtout la ville basse, n'est pas faite pour ce qui est juste et ceux qui ont bon cœur. C'est peut-être ça, qu'Eponine n'a pas compris. "T'es peut-être une grande dame dans ton Académie mais ici, nous ne sommes que des gamins des rues. Personne n'hésitera à nous taper dessus pour nous punir, personne n'y verra rien à redire d'ailleurs. On est les plus petits, et les plus grands font ce qu'ils veulent de nous." C'est une règle universelle, mais visiblement Eponine ne la connait pas.

Mélusine l'a recueilli, et Arsène a découvert un tout autre mode de vie. Un endroit où les gens s'inquiètent pour lui, réellement, où on lui donne une éducation au lieu de lui hurler dessus quand il est dans les jambes de quelqu'un. Il ne sait pas la vie qu'a eu Eponine mais ici, à Lorgol, faire preuve de faiblesse est dangereux. Retourner s'excuser, c'est s'exposer à bien trop de problèmes. "Bien sûr que non on y retourne pas." Tranche Arsène, avant de se décider. "Je te ramène, viens !" Décide l'adolescent sans lui laisser voix au chapitre. Là-haut, si elle fait une bêtise, elle ne risque au moins pas sa vie. Il l'espère. Il décide d'être un peu compatissant pourtant Arsène, se rendant bien compte qu'elle ne doit pas tout comprendre. "T'en fais pas pour la boulangère, c'est pas grave." Et même si ça l'est, ils ne la reverront plus jamais, de toute façon !

_________________
Paroles: teal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 855
J'ai : 12 ans
Je suis : aspirante mage de l'Hiver en Magie Elémentaire, en 2ème année à l'Académie

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : ma mère Désirée, ma tante Quittou, mon oncle Géralt et l'Académie
Mes autres visages: Abigaïl l'Embrasée & Sixtine d'Ibélène
Les Mages
Message Sujet: Re: A gauche, deuxième à droite, puis tout droit   Dim 19 Aoû - 21:19

Je l'ai mis en colère. J'en suis sûre maintenant. Quelle idiote je fais. Il n'y a qu'à voir sa tête. Mais il a raison. Rien que d'imaginer le fouet, je tremble. Je peux pas dire que je le connais pas, en plus. Maman m'a jamais fouetté mais grand-père si. Pas très longtemps, maman est arrivée à ce moment. Pas beaucoup non plus parce que ma famille a toujours fait en sorte que je ne sois pas celle qui les reçois. Mais bon, il y a des fois où elle n'était pas là et grand-père si alors... enfin tout ça c'est du passé. Et puis ça n'a jamais été aussi fort que le jour où mon pouvoir s'est déclenché. Je suis même sûre que la boulangère ne tape pas aussi fort. Mais j'ai pas du tout envie d'essayer alors je me contente de rester immobile, même si la culpabilité continue de me ronger. La suite de sa tirade augmente les battements de mon cœur alors que j'ai la sensation que toutes couleurs s'estompent de mon visage. Blême, tremblante, je subis des souvenirs que je reléguais au plus profond de moi. Qu'est-ce que je peux être stupide. Comme si je le sais pas. Comment je peux l'oublier. Le fait que je sois à Lorgol n'empêche pas qu'il y ait d'autres gens comme grand-père. Qu'il y ait des gens mauvais qui pensent régler tous les conflits par les coups. Non, je suis pas une grande dame. Même à l'Académie. Je suis qu'une petite Belliférienne qui veut bien apprendre pour ne plus jamais gêner personne. Je suis loin des fioritures d'une vie de luxe. La vie à Lorgol est si donc semblable à celle d'Aubenacre ? C'est ça, être un enfant ? Les adultes sont-ils tous aussi méchants que grand-père ou mes oncles ? Faire ce qu'ils veulent de nous, nous taper juste pour le plaisir sans que jamais personne n'y voit d'inconvénient ? C'est donc comme ça ici ?

Non, je ne peux pas le croire. C'est impossible. Tout le monde n'est pas comme ça. Les gens ont été gentils avec moi ici. Une ou deux personnes m'ont certes embêtés mais c'est tout. Et, en plus, une fois une dame est venue m'aider. Solveig. Je m'en souviens bien. De ses conseils et de son cadeau. Les adultes ne laissent pas tout le temps leurs semblables faire ce qu'ils veulent. Et beaucoup d'entre eux ont des sentiments positifs envers les plus petits. Maintenant, cette boulangère a toute les raison d'être en colère. Par ma faute, je l'ai gênée dans son travail. Elle a dû payer pour cette farine. Voilà un sac de perdu. Voilà de l'argent gaspillé. C'est un accident, certes, mais ça n'excuse pas mon geste. Je ne sais pas ce qu'à vécu Arsène pour mettre tout le monde dans le même sac, mais je refuse que mes mauvaises rencontrent conduisent à mettre tout le monde au même niveau. Je me laisse donc faire, suivant docilement Arsène. Maintenant que je sais écrire, j'essaierai de la retrouver un jour prochain et je lui laisserai un mot d'excuse. C'est en continuant sur une voie négative que les gens finissent par perdre confiance en les autres. Si nous agissons tous pour le mieux, alors tout le monde serait plus heureux. J'y crois vraiment dur comme fer.

-Y a juste besoin d'aller à la limite de la Ville Haute et après y a un camarade de l'Académie qui m'a proposé de portailler avec lui, précisé-je.

Il est dans son année de spécialisation et je le croise souvent dans l'une des pièces où j'aime bien étudier. C'est une petite pièce que j'ai découvert par hasard lorsque je cherchais un endroit tranquille où réviser. Elle est apparue comme ça. Elle est confortable, très calme. Même lorsque l'on parle, il n'y a aucun écho. Elle est hermétique à tout bruit. D'ailleurs, on y murmure. Bizarrement, on ne peut y parler à haute voix. Et même si deux personnes discutent à la table voisine, on ne les entend absolument pas. Bref, l'endroit parfait. Si l'on respecte le lieu. Une fois j'ai vu une fille tenter de provoquer un chahut et bien, elle a totalement disparu de la pièce. Comme ça, pouf ! Je suis sûre que c'est la salle qui l'a sortie ! Enfin, du coup c'est là que j'ai rencontré Antoine. On est toujours assis à la même table, on a un peu discuté et comme lui aussi va voir sa famille à la jonction de la Ville Haute et de la Ville Basse, il m'a proposé de m'amener et me ramener lorsque nos visites concordaient. Comme aujourd'hui.

-C'est très gentil à toi, en tout cas. Désolée encore pour tout ce dérangement.

Il est gentil Arsène. Je comprends qu'il soit de mauvaise humeur avec tous les désagréments que je lui fais subir. Il faudra que je trouve quelque chose à lui offrir pour le remercier de sa générosité.

_________________






Champs de blé, océan parfumé, perles nacrées.
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 460
J'ai : 14 ans
Je suis : Un enfant élevé à la Cour des Miracles
Un voleur, un brigand, un petit menteur que personne ne peut détester.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Mélusine et Hiémain de Sylvamir. A la Cour des Miracles, aussi.
Mes autres visages: Mayeul de Vifesprit - Maximilien de Séverac
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: A gauche, deuxième à droite, puis tout droit   Ven 21 Sep - 21:34

Il est parfaitement conscient, le petit Arsène, d’avoir terrifié Eponine mais pour autant, il ne culpabilise pas réellement. Il fait ça pour son bien, pour qu’elle comprenne que retourner en arrière n’est pas une bonne idée. Certes, c’est bien, et juste, de vouloir s’excuser. Mais c’est aussi complètement stupide et franchement, la Ville Basse n’est pas un endroit pour les gens justes et stupides. Pas un endroit pour la petite Eponine. Il la regarde se décomposer au fur et à mesure de ses paroles, blêmissant encore davantage lorsqu’il lui expose que la violence gouverne ces rues, où les plus forts peuvent écraser les plus faibles si ceux-ci ne sont pas habiles à se dissimuler.

Il hésite un peu à la rassurer quand même, mais finit par songer qu’il ne faut mieux pas :  plus elle évitera ces rues, mieux ce sera pour elle. Elle deviendra une mage, un jour, et saura se défendre à ce moment là, mais pas maintenant. Et Lena serait triste si quelque chose arrive à sa copine de l’Académie, alors Arsène préfère la savoir en sécurité. Il serait triste de savoir que Lena est malheureuse. La petite reprend la parole, et Arsène a l’impression qu’elle lui ôte un poids considérable des épaules : lui qui ne savait quoi faire d’elle, voilà le problème presque résolu !

La petite s’excuse et Arsène fait un geste de la main, pour lui indiquer qu’elle ne doit pas s’en faire. "On va retrouver ton ami, et ensuite tu pourras rentrer. Moi aussi. Je crois que j’ai besoin de prendre un bain." Plaisante Arsène avec un petit sourire, espérant lui faire comprendre par là qu’il n’est plus réellement fâché contre elle. Il ignore comment il va être accueilli, surtout dans un tel état, mais il sait Arsène qu’il n’a pas vraiment à s’en inquiéter. Pour la première fois depuis la mort de sa mère adoptive, il est désiré. Aimé. Protégé, aussi, même s’il s’inquiète encore vaguement qu’on lui retire cet amour qu’il a appris à rechercher. "Au moins, je ne me suis pas ennuyé." La rassure Arsène, sans savoir si cela va vraiment rassurer la petite. "Et la prochaine fois que tu veux chercher l’aventure, je pense que tu devrais grandir d’abord un peu. Ou devenir une mage bien plus forte." Annonce Arsène d’un ton qui n’admet pas de polémique. Jetant pourtant un coup d’oeil sur la petite, il demande sans pouvoir totalement cacher la curiosité de sa voix. "Tu sais faire des trucs ?"

Il ne connaît pas beaucoup de mages, même s’il en connaît quelques uns, et ils savent tous faire des trucs supers. Mais Eponine est toute petite encore, alors sans doute ne sait-elle rien faire de spectaculaire. "C’est très dur, d’apprendre à être mage ?" Demande-t-il encore, curieux. Ils ont encore quelques kilomètres de marche pour rejoindre le point de rendez-vous de la petite avec son ami, alors Arsène a bien le droit d’engager la conversation !

_________________
Paroles: teal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: A gauche, deuxième à droite, puis tout droit   

Revenir en haut Aller en bas
 
A gauche, deuxième à droite, puis tout droit
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» C'est la deuxième étoile à droite, et tout droit jusqu'au matin !
» Tinker Bell ✖ Deuxième étoile à droite et tout droit jusqu’au matin.
» La deuxième étoile à droite, et tout droit jusqu'au matin ! Ethan & Charlie - Mai 2025
» Trish ⊹ Deuxième étoile à droite et tout droit jusqu'au matin.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Les Terres du Nord :: Lorgol aux Mille Tours :: Ville Basse-
Sauter vers: