AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'expédition sauvage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Guerriers
avatar

Messages : 976
J'ai : 28 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Adonis le Lys
Les Guerriers
Message Sujet: L'expédition sauvage   Mer 11 Avr - 18:12




Livre III, Chapitre 3 • Les Échos du Passé
Anaïs Belécu & Rhapsodie Epi d'Or & Amaryllis la Futaie & Abigaïl l'Embrasée & Manaël l'Ardence

L'expédition sauvage

Des rencontres à tout va





• Date : 20 janvier 1003
• Météo (optionnel) : ensoleillé
• Statut du RP : privé
• Résumé : Anaïs a accepté d'escorter deux Compagnes lors de l'anniversaire du comte du  Val-d'Or un peu à l'Ouest de la Volte. Avant même de prendre le portail des rencontres ont lieu conduisant à un échange courtois.
• Recensement :
Code:
• [b]20 janvier 1003[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t3592-l-expedition-sauvage#133653]L'expédition sauvage[/url] - [i]Anaïs Belécu & Rhapsodie Epi d'Or & Amaryllis la Futaie & Abigaïl l'Embrasée & Manaël l'Ardence[/i]
Anaïs a accepté une mission d'escorte de deux Compagnes pour le Comté des Faucilles un peu à l'Ouest de la Volte. Pourtant à peine le trajet entamé que déjà d'autres compagnons se joignent à elles.


_________________









Dernière édition par Anaïs Belécu le Mar 17 Avr - 20:53, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 976
J'ai : 28 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Adonis le Lys
Les Guerriers
Message Sujet: Re: L'expédition sauvage   Mer 11 Avr - 18:17

Anaïs se prépare en sifflotant. Cela fait une semaine qu’elle a accepté une mission d’escorte. Le comte du Val-d'Or fête ses 50 ans et a décidé à cette occasion de convier quelques compagnes entre autre de la Volte.  La jeune guerrière a donné rendez-vous à ses dernières aux portes de la ville de bonne heure. Elle aime la ponctualité et elle préfère que le petit groupe utilise le portail avant que la Volte ne s'éveille complètement.

Elle sort de sa demeure le sourire aux lèvres et part sur un rythme pour le moins rapide. L’arme sur le flanc, vêtue de son armure, la journée ne fait que commencer alors qu’un soleil radieux illumine le ciel. A l’orée de la ville, elle la voit, la caravane l’attend. Aux côtés de cette dernière son cheval est déjà préparé. Il est le premier qu’elle va voir en caressant son encolure. Un bon entretien de sa monture est essentiel pour garantir une coopération de chaque instant.

L’animal d’un noir de geai piaffe d’impatience, elle l’a appelé Constant. Il est ainsi tant dans son rythme que dans son humeur, un peu à son image si l’on se donne la peine de connaître la jeune femme.

Un bruit derrière elle la fait se retourner et elle sourit en remarquant les deux compagnes arriver. Il s’agit des deux à qui elle s’est adressée dernièrement : Rhapsodie et Amaryllis si sa mémoire ne fait pas des siennes. Elle leur adresse un hochement de tête agrémenté d’un sourire tout en gardant en main les rennes de son cheval.

« Mesdames, je me présente Anaïs Belécu, guerrière de la Guilde c’est un plaisir pour moi de vous accompagner au comté du Val-d'Or ».

Présentement, elle ne doit en assurer que la sécurité mais la politesse est son fort tout comme le soin apporté aux marchandises quelles qu’elles soient humaines ou matérielles. Dans le cas actuel ce sont des humaines, d’où un dialogue possible ce qui rendra la mission on ne peut plus agréable. Elle désigne du menton la caravane.

« Le portail se trouve à peine plus loin, désirez-vous savoir toute autre chose avant que nous partions ?».

Elle est polie, la jeune femme alors qu'elle détaille les deux compagnes. Il lui semble bien que celles-ci ont à peu de choses près son âge. Pourraient-elles être amies au delà de ces rapports de guerrière, compagne ? Elle se le demande vite ramenée à la réalité par Constant qui piaffe d'impatience à ses côtés.

spoiler:
 

_________________









Dernière édition par Anaïs Belécu le Mar 17 Avr - 21:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 1022
J'ai : 43 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à :
Mes autres visages: Richard le Harnois - Tim l'Escampette
Les Mages
Message Sujet: Re: L'expédition sauvage   Lun 16 Avr - 0:32

Les bénédictions ne viennent pas que des dieux.

Car il était question ici de Gabrielle de la Volte. Princesse qu'il protégeait et à qui il avait enfin confié le souhait de prendre au moins une semaine pour venir en aide à sa famille et faire le deuil de son frère. Et cela lui avait été accepté. Lui qui n'avait pas désiré s'absenter depuis la libération de la Chasse, n'avait pu faire cette fois abstraction de la détresse croissante de sa parenté.

Parents décédés, toutes les affaires et le commerce étaient revenus à Gaëlle, sa sœur aînée, qui gérait d'une poigne de fer depuis. Quant à son grand frère, Olivier, hélas, il ne s'en était pas tiré aussi bien. Secoué par la perte de sa femme des suites de l'épidémie, il avait eu du mal à se remettre en forme. Et finalement, malgré ses nombreuses tentatives pour ne pas y songer, à se concentrer sur ses enfants et sur son travail, à la reconstruction des moulins et de beaucoup de chose, il s'en était allé rejoindre le royaume de Sithis lui aussi. L'une de ses filles, Maëva, étudiante à l'Académie, en dernière année avant de passer à la spécialisation, devait revenir par portail à La Volte afin de faire ensuite route comme son oncle vers Labour. Labour pourtant loin nécessiterait qu'ils usent tous les deux d'un autre portail, mais elle avait tenu, Maëva, par ses moyens, à discuter avec Manaël en privé. Le moment était mal choisi, elle le savait, mais elle tenait à lui parler, à lui, à personne d'autres avant de se confronter au reste de la famille. Des choses, des envies, des besoins devaient être dit. Alors il avait accepté de l'attendre dans la capitale de Cibella.

Rendez-vous aux portes de la ville, avait-il désigné. Et c'est donc à l'entrée qu'il patientait, profitant du bruit des voyageurs entrant et ressortant pour repenser à ces moments de félicités de jeunes garçons se disputant pour des noyaux d'olives. Il en riait à se rappeler, il préférait de loin sourire aux souvenirs et les chérir que pleurer ces derniers. Soudain, une étoffe lui voila quelques secondes la vue qu'il avait sur les maisonnettes, étoffe colorée d'un bleu outremer, superbe, qu'il attrapa au gré du vent avant de ne la voir filer bien plus loin. Son regard plongea ensuite dans la direction opposée, contraire au vent, et y découvrit certainement sa propriétaire. Il avait songé un instant à la garder et à l'offrir à sa nièce, vrai, mais le regard d'une des dames de la caravane croisant le sien avait vite balayé ce faible projet.

D'un soupire comme d'un sourire amenant à craindre une blague tout en étant charmant, l'homme s'approcha donc du léger groupe, offrant, une fois à proximité un :

« Merci pour le cadeau, mais je n'peux l'accepter, ma dame. Il vous ira bien mieux qu'à moi. Lança t-il à la rousse élégante en lui tendant l’étoffe avant d'ajouter en voyant une belle blonde gracieuse non loin. Tout comme il vous ira à ravir également. »

Ce n'était nullement un présent, mais il se plaisait à le présenter ainsi, cette belle étoffe venu à lui. Par contre, il avait clairement pour présent le plaisir des yeux en mirant les Compagnes. Et puis, quelques pas plus loin, il reconnu Anaïs et sa voix, Anaïs la guerrière. Qui paraissait bien fade et ôté de tout charme féminin à côté des deux autres. Vilaine armure.

« Ola ola, qu'est-ce que nous avons là. » Et prenant ses aises, limite à se pencher sur le véhicule, reprit. « Si ce n'est pas l'acrobate de La Cruche Percée, besoin d'un coup de mains pour queq'chose mesdames, monsieur. » Fit-il bien poli d'une courbette toute destinée aux Compagnes et d'un sourire taquin à la guerrière, l'homme donc, à côté des beautés.


Spoiler:
 

_________________



Manaël : seagreen & Creska : #CC6666
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 899
J'ai : 27 ans
Je suis : Chevaucheuse de la dragonne Royale, reine du vol de Rubis et mage de l'été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Caserne et à Cibella
Mes autres visages: Eponine Aubenacre & Sixtine d'Ibélène
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: L'expédition sauvage   Jeu 19 Avr - 22:46

Sa missive dans son sac, Titou marchant à sa droite et Royale se frayant un chemin plus difficile à sa gauche, Abigaïl traverse les rues étincelantes de La Volte. Elle ignore totalement les regards des quelques curieux qui s'arrêtent pour admirer sa dragonne aux écailles vermeilles. Mais si Abi n'y prête pas garde, Royale, elle, marche la tête haute et le pas altier, très sensible à l'admiration de ses spectateurs. La Chevaucheuse sait depuis longtemps maintenant que rien ne vaut la flatterie pour se mettre une dragonne dans la poche. En tout cas, la sienne. Abigaïl part pour Alfaë où elle doit conduire apporter un message de la part de son Capitaine de Vol. Il n'y a pas de caractère urgent mais Abi préfère faire ça rapidement, aussi a-t-elle choisi de partir immédiatement. Comme tout Chevaucheur, elle a toujours un sac de prêt, en cas de départ précipité, comme celui-ci. Ne pas se laisser prendre par la surprise. Une maxime essentielle lorsque l'on est dans le métier. Ses pas la conduisent donc rapidement aux abords de la ville, qu'elle compte quitter pour prendre son envol plus confortablement. La Chevaucheuse aime marcher un peu avant de gagner les cieux et Royale préfère avoir les grandes étendues cibellanes rien que pour elle pour déployer ses ailes.

Son attention toute à sa mission, elle ne prête pas attention au petit groupement qui se forme alors qu'elle s'approche de la sortie. Plongée dans ses pensées, alors qu'elle réfléchit au trajet, aux conditions météos et aux autres composants de son voyage, rien d'autre n'existe pour elle. Et c'est la voix de Titou qui finit par la sortir de sa rêverie. Abi... Hm ? Rhaps est là. L'Outreventoise ne réagit pas de suite. Elle poursuit son avancée avant de s'arrêter brusquement. Hein ? Rhaps... Tournant la tête, la Chevaucheuse finit par l’apercevoir. Elle se trouve avec une autre Compagne, que la rouquine connaît également, Anaïs, une guerrière et Manaël, un ancien chevaucheur. Intriguée par cette troupe originale composée de personnes qu'elle connaît, la Chevaucheuse s'approche, un large sourire aux lèvres, destinée plus à Rhaps qu'aux autres. Non pas qu'elle n'est pas heureuse de les voir mais... Abi a toujours été d'une nature très réservée et se confie peu. L'unique personne avec qui elle se lâche totalement, c'est Rhaps.

-Rhaps, souffle-t-elle, le regard illuminé.

Elle marque une pause puis semble se souvenir de l'existence des autres.

-Que faites-vous tous ici ? demande-t-elle intriguée en les regardant tour à tour.

Titou n'est déjà plus avec elle, totalement occupée dans une conversation entre Familiers. Contrairement à elle, il a toujours été très bavard.

Spoiler:
 

_________________
Abi #666600  ; Royale #cc3300 ; Titou #666666













Dernière édition par Abigaïl l'Embrasée le Ven 4 Mai - 14:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Compagnes
avatar

Messages : 1182
J'ai : 27 ans
Je suis : Compagne en Cibella et Mage de l'Eté (prédiction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Compagnes et à Gaëtane de La Volte
Mes autres visages: Aubrée & Octave
Les Compagnes
Message Sujet: Re: L'expédition sauvage   Dim 29 Avr - 19:34

Il est tôt, et pourtant Rhapsodie est déjà levée, avançant dans les rues de La Volte accrochée au bras d’Amaryllis. La ville s’éveille à peine, et la Compagne apprécie la vue des échoppes en train d’ouvrir, du soleil naissant rasant les toits des bâtisses et des rues presque désertes mais qui se remplissaient peu à peu de monde. Ce n’est pas souvent qu’elle se lève si tôt, habituée à travailler l’après-midi ou en soirée. Mais aujourd’hui, le comte du Val-d’Or a réquisitionné les services de quelques Compagnes durant quelques jours, en l’honneur de son anniversaire. Les festivités commencent dans la journée et il voulait rencontrer ses invitées avant que tout ne commence. Elle est ravie d’avoir été choisie, et avec Amaryllis, qui plus est ! Ces quelques jours se promettent d’être agréables, et ils lui permettront d’oublier un peu les histoires de la Chasse Sauvage.

Les deux Compagnes arrivent rapidement aux portes de la ville. Rhapsodie repère sans mal la guerrière chargée de leur protection pour ces quelques jours, près de son cheval. Un regard échangé, et elles se dirigent vers la jeune femme, le sourire aux lèvres. La Cibellane la salue d’un petit hochement de tête et s’empresse de libérer le bras de son amie pour venir prendre son petit carnet dans son sac. Celui-ci est encore vierge de toute conversation, acheté spécialement pour ces quelques jours passés loin de La Volte. Elle sort également de quoi écrire, mais avant qu’elle n’ait pu tracer la première lettre de son prénom, une voix d’homme se fait entendre. Relevant la tête, surprise, elle se rend compte qu’il ramenait simplement l’étoffe d’Amaryllis, qui avait dû glisser et voler loin d’elles. Rhapsodie lui sourit aussi et accepte son compliment d’un petit hochement de tête. Elle plisse néanmoins légèrement les yeux en l’entendant appeler la guerrière – Anaïs, donc – monsieur, mais comprend qu’ils se connaissent déjà. Elle regarde autour d’elle et secoue négativement la tête, ne trouvant aucune question pour la guerrière ni chose à faire pour l’homme.

Elle tente de terminer d’écrire sa phrase de présentation, mais une voix, encore, l’interrompt. Cette fois, elle la connaît parfaitement, et c’est sans surprise que son regard croise celui d’Abigaïl. Elle referme son carnet et se le coince sous le coude pour venir prendre les mains de la Chevaucheuse en guise de salut, un sourire sincère aux lèvres. Elle est heureuse de la voir avant de partir, n’ayant pas eu l’occasion de la prévenir plus tôt de son départ, et répond à son interrogation par un premier regard en arrière pour observer leur petit groupe hétéroclite avant de reprendre son carnet et d’y tracer, enfin, des phrases complètes.

Je suis contente de te voir, Abi.
Ama et moi avons été engagées pour quelques jours, nous nous apprêtions à partir.
Et toi, alors ?

Elle lui tend les mots dans un sourire, et se retourne vers le groupe, l’air un brin désolé, son regard s’excusant pour elle de la conversation involontairement privée entre Abigaïl et elle. Les conversations en groupe sont toujours passablement complexes, pour elle, et si elle sait écouter tout le monde, s’exprimer et se faire entendre de tous est déjà un exercice plus difficile.

_________________


Comme on voit sur la branche, au mois de Mai, la Rose...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
Message Sujet: Re: L'expédition sauvage   Ven 4 Mai - 13:30

Ça y est, c’était finalement le jour J. L’heure du départ approchait tandis que Rhapsodie et Amaryllis marchaient dans les ruelles de La Volte. Toutes deux avaient été choisies pour participer à la fête du Comte du Val d’Or, à l’occasion de ses 50 ans. Nos compagnes se réjouissaient à cette idée, surtout qu’elles s’entendaient à merveille. Amaryllis avait vraiment hâte que les festivités commencent ! C’est donc le sourire aux lèvres que notre Lagranne se dirigeait vers la caravane, où se tenait la guerrière chargée de leur protection. Cette dernière les salua et se présenta sous le nom d’Anaïs Bélécu.

- Bonjour Anaïs, enchantée de faire votre connaissance ! Je me nomme Amaryllis la Futaie et voici mon amie Rhapsodie Epi-d’Or. Dit-elle en posant délicatement sa main sur l’épaule de la jolie blonde qui venait de sortir son carnet d’écriture. Je pense que nous pouvons y all… reprit notre rouquine avant de sentir son étoffe s’envoler.

Ama se retourna aussitôt, cherchant des yeux son foulard bleu outremer, un de ses préférés. Celui-ci avait finit dans les mains d’un homme, qui s’approchait lentement du petit groupe pour finalement le lui rendre. Amaryllis détailla cet inconnu de la tête aux pieds, avant de lui adresser un sourire courtois.

- Je vous remercie… répondit-elle simplement.

Les deux compagnes étaient habituées à se faire épier par la gente masculine, mais celui-ci semblait quelque peu grossier… ce qui n’était pas trop le genre d’hommes que fréquentait Ama d’ordinaire. A vrai dire, elle ne savait pas trop comment se comporter en leur présence… elle jeta un coup d’œil à son amie, amusée de la situation. Et puis, contre toute attente, il ne reprit par sa route mais se rapprocha d’Anaïs pour discuter.  Amaryllis fronça les sourcils en constatant ces manières… il osa appeler Anaïs Bélécu « monsieur », ce qui n’était guère approprié, voire insultant. Cela fit tiquer aussi Rhaps, mais visiblement ils se connaissaient… et notre fleur ne doutait pas qu’une guerrière puisse remettre à sa place toute seule un homme de sa trempe. Il proposa son aide aux trois jeunes femmes, mais Amaryllis laissa la guerrière s'occuper de cette montagne de muscles avec un certain soulagement.

Nouant son étoffe autour de son cou, Amaryllis rejeta sa crinière flamboyante dans son dos. Cette fois, il ne s’envolerait pas ! Attendant patiemment qu’Anaïs termine sa discussion pour prendre la route, elle fut sortie de ses pensées par une voix familière… celle d’Abigaïl ! La chevaucheuse venait tout juste de rejoindre le groupe, se ruant sans surprise vers Rhapsodie, qui était sa meilleure amie. Amaryllis préféra laisser sa collègue répondre à sa question, sachant que ça lui faisait plaisir. La pauvre n’avait pas encore pu utiliser son carnet ! Cela ne devait pas être facile de se faire entendre pour elle, surtout avec autant de monde... Observant la jolie blonde écrire et montrer ses notes à Abigaïl, notre compagne décida de les rejoindre.

- Bonjour Abigaïl, cela fait longtemps que l’on ne s’était pas vue ! J’espère que tu vas bien. Lui dit-elle accompagné d’un sourire sincère. Comme c’est étonnant de tous se retrouver ici !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Guerriers
avatar

Messages : 976
J'ai : 28 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Adonis le Lys
Les Guerriers
Message Sujet: Re: L'expédition sauvage   Dim 6 Mai - 12:17

Anaïs reste vigilante quant à ce qu’il se passe. Il serait bien malvenu qu’il arrive quelque ennui aux deux Compagnes qu’elle protège. Sa mission débute dès qu’elles l’ont rejointe. Lorsqu’Amaryllis décline leurs identités elle sourit, hochant la tête. Les noms imprimés des deux jeunes femmes lui permettent de savoir avec qui elle s’entretiendra ces prochains jours.

Elle n’est pas rapide pour rattraper l’étoffe et s’excuse fort maladroitement « Désolée de ma… », elle en rougit même honteuse. La guerrière n’a pas le temps de compléter ses propos puisque déjà une voix masculine se rapprochent d’elles trois. Cet homme elle n’a même pas besoin de se retourner pour en connaître le nom. Ses lèvres s’élargissent dans un sourire connaisseur quand elle l’entend flatter les deux compagnes. Rhapsodie semble avoir du mal à en placer une avec son cahier. Quand le moment se présentera elle s’approchera d’elle et invitera son amie à lire les quelques mots griffonnés. Anaïs n’accepte pas que des personnes soient mises de côté et la jeune femme a elle aussi le droit de s’exprimer par ailleurs.

La guerrière croise ses bras attendant que le mage finisse ses courbettes et lorsque ce dernier s’exprime d’une manière fort peu orthodoxe à son égard la qualifiant de Monsieur elle hausse un sourcil de surprise et de colère complètement retenue. Elle se contient et l’arrivée d’Abigaïl à cet instant saluant son ami la détend quelque peu.

« Et bien on dirait que notre départ pour le Comté du Val-d’Or va être retardé ; prenez le temps qu’il vous faut mesdames pour vous entretenir surtout vous Rhapsodie avec Abigaïl vous semblez être vraisemblablement amies je me trompe ? » dit-elle en s’adressant à son élève de combat d’épée « Par contre » en se retournant face à Manaël « Il semblerait que vous ayez du mal à différencier la gent masculine de la gent féminine ; le petite aperçu que j’ai eu de votre personnalité à la Cruche Percée semblait augurer le contraire ? Ou bien la serveuse était un serveur non mais les formes qu'elle présentait ma foi m'orientait pour une de vos conquêtes non ? » elle se rapproche du mage plongeant son regard acéré dans le sien, provocatrice.

Ses paroles sont un peu osées mais il l’a poussée dans ses retranchements et elle hausse un sourcil un brin vexée. La guerrière se détourne vers les deux compagnes mais aussi d'Abigaïl « Au pire des cas, vous savez quoi Manaël ici présent et Abigaïl étant tous deux armés l’on peut commencer à rejoindre le portail qui nous attend un peu plus loin cela nous évitera de perdre un temps précieux sur notre voyage ».

Anaïs aime quand un plan se déroule sans accroc et pour l'heure la seule chose qu'elle comprend c'est que l'heure tourne...

spoiler:
 

_________________







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 1022
J'ai : 43 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à :
Mes autres visages: Richard le Harnois - Tim l'Escampette
Les Mages
Message Sujet: Re: L'expédition sauvage   Sam 19 Mai - 0:13

-Que faites-vous tous ici ? 

Il avait reconnu la lubrique et avait lâché un léger « Hé » en guise de première réponse. Puis s'était  décidé par poursuivre par un « Une étoffe envolée. » pour expliquer sa présence. Du vrai comme du faux, du combiné dont il était certain qu'elle ne se soucierait pas. Il avait bien vu, Manaël, que sa pleine attention allait à la blonde et cela ne l'offusquait en rien. Creska, son Familier, profitait qu'il soit occupé pour allé chasser. Elle n'aimait guère discuter à d'autre et préférait, si ce n'est chasser, avoir toute l'attention sur elle, celle de Manaël avant tout. Il salua la blonde, prénommé Rhaps par la flamboyante débauchée, d'un clin d’œil. Qu'elle communiqua par écrit avec celle ou celui de son choix ne l'offensait en rien, d'ailleurs, ce n'était que le fruit du hasard qui le portait ici, se disait-il.  Le fruit d'une étoffe bleu outremer. Un sourire charmeur, un regard aguicheur et puis qui bifurqua dans une autre direction, beaucoup plus railleur cette fois face à celle qu'il avait reconnu. Quelques mots seulement, quelques mots moqueurs autant que familier et amitieux.

Plus que quatre mots , c'était d''autant de trop, il savait compter.

Et Anaïs trouva à le retourner, à son plus grand plaisir de la matinée comme du jour sans doute. Il y voyait une occupation à sa concentration sur l'enterrement à venir et à la conversation avec sa nièce. Une occupation des plus agréables, pour la langue comme pour l’œil. C'est qu'elle était bougonne, la guerrière, plus qu'à La Cruche Percée.

« Oh voyons Anais, ma chère, t'en oublies le contexte et la façon dont on s'est quitté. Et le choc de notre belle serveuse commune. Bien évidemment, comment l'oublier. Masculin, féminin, en te regardant avec ton armure, il m'est difficile d'en différencier les contours. Et un clin d’œil moqueur, un. Tu n'en reste pas moins agile comme charmante, avec ou sans barbe. » Raël en aurait hurlé de rire. Ou bien il t'aurait sauté dessus. Aussi. Il était difficile de prévoir le comportement d'un Cielsombrois, surtout après avoir goûté à ce dernier dans une trame alternée.

Il écouta Anaïs, déjà bien décidé à s'atteler à son travail, et roula des yeux. Tellement carré. Il aimait l'efficacité, l'organisation, quant il était au devoir, mais quand il était au repos, il aimait les rondeurs et la légèreté.
«  Oh allez, cela ne dur'ra pas une matinée, laisse profiter. Elles ne vont pas s'envoler. Surtout dans cette capitale. La seule risquant de s'envoler était la lubrique. Sauf peut-être l'Embrasée. » Il lorgna sur la provocante Chevaucheuse du convoi avant de s'en retourner couver à distance les Compagnes. « Quel dommage que je n'me rende pas à Val-d'Or, j'aurais apprécié vous connaitre davantage, belles demoiselles. »

Spoiler:
 

_________________



Manaël : seagreen & Creska : #CC6666
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 899
J'ai : 27 ans
Je suis : Chevaucheuse de la dragonne Royale, reine du vol de Rubis et mage de l'été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Caserne et à Cibella
Mes autres visages: Eponine Aubenacre & Sixtine d'Ibélène
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: L'expédition sauvage   Sam 19 Mai - 11:32

Elle est toujours heureuse de voir Rhapsodie, Abigaïl. Ses yeux glissent avec habitude sur l'écriture soignée de son amie et elle hoche la tête. Si, au début, elle a pu paraître assez mal à l'aise avec la profession de son amie, Abigaïl s'est faite à l'idée. Cibella est bien différent d'Outrevent et elle a beau renier ses origines, certaines habitudes ne trompent pas. Notamment sa gêne sur les domaines qui touchent plus la chair et les plaisirs sensuels. Une gêne que la douce Rhapsodie ne partage pas, à la plus grande sidération de son amie. Néanmoins elle ne fait aucun commentaire. Elle salue Amaryllis d'un signe de la main

-J'ai été pas mal occupée ces derniers temps, répond-t-elle d'une voix neutre à la Compagne.

Entre ses missions et les entraînements d'Anaïs, elle n'a guère eu le temps de venir rendre visite à Rhapsodie. La proposition de la Guerrière ne lui donne pas à réfléchir trop longtemps. Elle peut bien les accompagner jusqu'à leur portail avant de prendre son envol. Ça ne me dérange pas du tout, fait la voix de Royale dans son esprit. Et moi non plus. Titou est déjà tout accaparé par Noisette.

-Je vous accompagnerai avec plaisir. Mon envol peut attendre quelques minutes, l'Ardence, explique-t-elle avec plaisir, jetant un regard presque dédaigneux à Manaël.

Elle connaît assez bien l'ex Chevaucheur et son histoire reflète sa plus grande crainte. Être séparée à vie de son dragon... elle l'admire d'avoir survécu à cette épreuve douloureuse, elle-même en étant sûrement incapable. Cependant, ces manières un peu sarcastiques la gênent souvent. Il faut dire que le Phénix ne brille pas pour son esprit malicieux.

-Calme tes ardeurs, l'Ardence, ajoute-t-elle, le lorgnant avec sérieux. Tu es tout feu, tout flamme...

Un grondement sourd retentit derrière elle. C'est le ricanement de Royale, toujours appréciative d'une pique enflammée.

Spoiler:
 

_________________
Abi #666600  ; Royale #cc3300 ; Titou #666666











Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Compagnes
avatar

Messages : 1182
J'ai : 27 ans
Je suis : Compagne en Cibella et Mage de l'Eté (prédiction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Compagnes et à Gaëtane de La Volte
Mes autres visages: Aubrée & Octave
Les Compagnes
Message Sujet: Re: L'expédition sauvage   Ven 8 Juin - 23:18

Amaryllis se charge des présentations pour elles deux, au grand soulagement de la Cibellane. Elle n’a pas encore trouvé d’astuce pour pouvoir se faire comprendre par tout un groupe de personne en même temps, ne pouvant se faire entendre plus fort. Enfin, elle pourrait mimer, comme lorsqu’elle était enfant, mais maintenant qu’elle a grandi et qu’elle est Compagne, elle préfère de loin écrire, au détriment de ce moyen de communication pourtant fort pratique lorsque son interlocuteur a l’esprit assez ouvert pour comprendre ce qu’elle cherche à dire. Enfin, elle pourrait passer par Noisette, mais son Familier n’est pas un porte-voix, et elle refuse de l’utiliser ainsi plus que de nécessaire. Ce n’est pas son rôle.

En tout cas, revoir Abigaïl lui fait plaisir, comme à chaque fois qu’elle aperçoit la chevelure rousse de la Chevaucheuse. Son amie, sa sœur, la seule à laquelle elle parvient à glisser quelques mots. Et à la proposition d’Anaïs, elle sourit, sourire qui s’agrandit davantage lorsque son amie répond par l’affirmative. Elle s’approche davantage d’elle et vient lui prendre la main, lui communiquant sa joie d’un geste accompagné d’un regard. Son attention revient toutefois rapidement sur l’homme et la guerrière, visiblement décidés à se moquer tranquillement l’un de l’autre le plus naturellement du monde, comme si les deux Compagnes à escorter n’existaient plus vraiment. Enfin, Rhapsodie n’est pas du genre à créer un esclandre parce qu’on ne lui prête pas attention. Et puis, tant mieux, comme ça, elle peut rester un peu plus longtemps avec Abigaïl.

L’homme – Manaël, comme l’a nommé Anaïs quelques instants plus tôt, il lui semble – adresse aux deux Compagnes un compliment facile et flatteur, mais qui lui tire un sourire. Plus encore lorsqu’Abigaïl rétorque aussitôt en lui demandant de se calmer. Elle sait bien, Rhapsodie, que c’est parce qu’il s’est adressé ainsi à elle que la rouquine lui répond ainsi. Sa main presse un peu celle de son amie, lui indiquant que tout va bien, avant de la lâcher pour venir écrire quelques mots dans le carnet à l’attention de Manaël.

Passez à la Maison des Compagnes un de ces jours, vous nous y trouverez peut-être.

La proposition, accompagnée d’un sourire malicieux, n’est qu’à demi-sérieuse. Elle sait que les Compagnes sont chères, et que certainement un guerrier ne peut se permettre de recourir aux services de la Guilde. Maintenant, si elle se trompe sur son compte, la Guilde pourrait compter un client de plus, grâce à elle. Cela fait aussi partie de son travail, de promouvoir la Guilde et ses membres autour d’elle, sinon les clients se feraient rares et elle n’aurait plus rien à faire pour gagner sa vie.

Spoiler:
 

_________________


Comme on voit sur la branche, au mois de Mai, la Rose...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
Message Sujet: Re: L'expédition sauvage   Dim 10 Juin - 17:00

Avec tous ces arrivants, Amaryllis ne savait trop où donner de la tête. Elle avait préféré rejoindre Rhaps et Abigaïl, laissant ainsi Anaïs et le dénommé Manaël s’expliquer. La chevaucheuse la salua d’un signe de main, lui expliquant qu’elle était plutôt occupée en ce moment. Bon, ce n’était certes pas des retrouvailles très enjouées mais Ama connaissait assez le caractère d’Abigaïl pour s’en satisfaire. Elle lui adressa un sourire cordial avant de reporter son attention sur les autres.

Anaïs proposa de se rendre au portail tous ensembles, probablement pour éviter de perdre plus de temps encore. Notre rouquine n’était pas contre cette idée, elle était plutôt du genre pointilleuse et ne voulait pas arriver en retard pour les festivités. En tant qu’invités, ce ne serait pas correct de leur part.

- Quel dommage que je n'me rende pas à Val-d'Or, j'aurais apprécié vous connaitre davantage, belles demoiselles.  dit Manaël en se tournant vers Rhapsodie et Amaryllis.

La chevaucheuse quant à elle, ne tarda pas à lui lancer une pique enflammée, comme à son habitude. Amaryllis baissa la tête, retenant un petit rire. Elle reconnaissait bien là la meilleure amie de Rhapsodie, toujours à vouloir la protéger. C’était tout à fait honorable de sa part, même si en l’occurrence, il n’y avait pas de danger. Rhaps avait beau être muette, elle était tout à fait en mesure de répondre à un homme tel que Manaël. C’est d’ailleurs ce qu’elle fit, en lui proposant de venir leur rendre visite à la Maison des compagnes.

C’était là une idée bien malicieuse, mais loin d’être stupide. Quelle parfaite compagne elle faisait, cette petite Rhapsodie ! Les hommes, aussi différents soient-ils, elles se devaient d’être en mesure de les « apprivoiser ». Manaël ne devait pas être un mauvais bougre et elles n’avaient pour l’heure rien à lui reprocher… c’est donc en prenant une expression des plus douces que notre rouquine se tourna vers lui.

- Je ne peux qu’approuver ce que vient de vous dire mon amie. Si l’envie vous prend de faire plus amples connaissances, vous serez le bienvenue.

Encore fallait-il qu’il ait les moyens de recourir à leurs services… mais allons, c’était plus par politesse qu’elle lui disait cela. Le petit groupe était encore loin d’arriver au portail, peut-être qu’ils allaient pouvoir faire un brin connaissance après tout… Amaryllis espérait que tout ce passe pour le mieux. Les voyages, ça avait toujours le don de la stresser.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Les Guerriers
avatar

Messages : 976
J'ai : 28 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Adonis le Lys
Les Guerriers
Message Sujet: Re: L'expédition sauvage   Lun 11 Juin - 23:19

Elle est agacée la jeune guerrière. Elle pourrait presque être énervée de l’audace de Manaël à son égard mais aussi vis-à-vis des deux compagnes. Un instant elle grince même des dents pour faire part de son mécontentement quant à son attitude pour le moins cavalière. L’homme est un séducteur né mais les deux amies semblent faire parfaitement la part des choses. Elle ne peut s’empêcher de secouer la tête geste accompagné d’un soupir trahissant sa fatigue quant à l’attitude du mage.

Toutefois elle s’en rapproche posant sa main sur son épaule elle lui murmure à l’oreille à la suite de lar remarque pour le moins judicieuse d'Abigail quant à ce feu qui semble résider en Manaël.

« Quand bien même tu pourrais t'offrir les talents de ces deux charmantes compagnes peut-être pourrais tu te contenter des charmes d’une femme armée et la servir dans son entreprise ? » Elle est audacieuse et se prend à jouer au jeu dangereux proposé par le mage. Elle s’éloigne de ce dernier non sans lui adresser un clin d’œil discret. Elle espère bien l’avoir troublé suffisamment pour attiser ses ardeurs masculines. L’homme est beau parleur mais la jeune guerrière dans cette position de femme armée est habitée d’un courage dont elle se trouve bien trop souvent démunie.

Elle regarde les autres membres de l’expédition et se dirige vers Abigail qui a accepté elle aussi de les accompagner vers le portail.

« Je suis ravie que tu nous accompagnes Abi d’autant que à ce que je comprends une des personne que je protège est ni plus ni moins qu’une de tes amies si je ne m’abuse ? » Elle invite à la suite de ses paroles le convoi à avancer. Le regard impatient d’Amaryllis témoigne de son agacement manifeste quant à cet imprévu. C’est la raison pour laquelle Anaïs les invite à les suivre tout en demandant à Manaël

« Rends toi donc utile comme je te l'ai indiqué précédemment Manaël et  ouvres nous la route » Elle préfère avoir cet homme devant que derrière. Garder un œil sur lui est tout aussi important que garder l’autre sur ses marchandises qui plus est des compagnes. Elle se demande même un instant Anaïs si elle ne devrait pas protéger les deux jeunes femmes de la personnalité du mage. La question fort bonne la laisse perplexe alors que déjà elle lui emboîte le pas.

spoiler:
 

_________________







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 1022
J'ai : 43 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à :
Mes autres visages: Richard le Harnois - Tim l'Escampette
Les Mages
Message Sujet: Re: L'expédition sauvage   Sam 16 Juin - 23:38

« Ah ! On ne m'avait plus sorti ça depuis des années ! S’esclaffa l'homme d'un sourire large avant de grimacer faussement en rajoutant un Ce qui ne me rajeunit pas du tout vu sous cet angle. »  Et en effet cela faisait longtemps. Cela remontait à l'adolescence et à ses études à l'Académie avec Rodrigue le Lagran. Que de souvenirs ! Sans doute parmi les meilleurs. Le jeu de mot était facile et très plaisant à ses oreilles – c'était d'ailleurs une des raisons pour laquelle il s'était accroché dur comme fer à son nom. L'Ardence pour le gout particulier de l'olive renvoyait à l'ardeur de son tempérament de Chevaucheur, de son dragon, de son Familier comme de l'homme en lui-même qu'il était dans son plus parfait quotidien. L'Ardence, de son nom, qui fut surpris par la proposition de la guerrière, si cela en était une, et qui la regarda de haut en bas avant de reporter son attention sur les autres femmes en ricanant doucement comme si elle avait dit une blague. Car il ne voyait que moquerie et poudre aux yeux dans ses propos et que... si goguenard il aimait être, il n'appréciait pas spécialement repousser les avances d'une femme. Les guerrières ne l’intéressant nullement par exemple. Il était après tout suffisamment musclé pour deux si pas pour trois personnes.

Son attention fut heureusement rapidement happé par l'écriture de la belle Compagne blonde à son adresse. Puis de l'approbation de la belle rousse à l'étoffe bleue outremer. Exclusivement lui. Écrits comme paroles qui ne le laissèrent pas indifférent. Et qui ne lui firent point lâcher son sourire rayonnant contrastant fort bien avec le malaise intérieur ainsi que la tristesse quant à la discussion et à l'enterrement qui allait suivre ce soudain attroupement des plus bien venu. Cela avait le mérite de lui faire oublier un peu l'avenir. Juste un peu. Et de laisser les souvenirs au Passé le temps d'un court trajet. Alors, il se pencha, courbette légère, poing au cœur et malice dans le regard.

« Mais ce sera avec le plus grand des plaisirs, mes dames. » Répondit-il à l'adresse des deux Compagnes. C'était plus le lieu qui pourrait poser soucis éventuellement, se disait-il. Le lieu ET le temps. L'argent, il l'avait, quand il ne dépensait pas tout en brillants et précieux en tout genre. En tout cas, cette proposition bien placée n'était pas tombé dans l'oreille d'un sourd.

Alors qu'il s’apprêtait à les accompagner, il fut soudain piqué par la demande d'Anaïs qu'il voyait plutôt comme un ordre déplacé à son encontre. Et elle était sérieuse en plus de ça. Il n'était pas à son service. Il ne le serait jamais. Il ne servait que les hauts et son propre intérêt, tout au plus servait-il son propre plaisir. Hors se voir ordonner par quelqu'un d'aussi jeune et durant un temps de pause ne lui plaisait pas du tout. Fusse t-elle prometteuse cela ne lui donnait pas tous les droits. Le mage haussa donc les sourcils, s’arrêtant dans son élan, et répondit justement l'inverse de ce qu'elle espérait - de façon assez privé pour ne pas lui faire perdre du crédit devant les autres. « C'est ton job de les guider d'avant en arrière ou de n'importe quel côté, Anaïs. Ne m'ordonne pas. Jamais. La réponse est donc : non merci. Je décline. » 'Pour qui se prend cette petite dinde ?' Ricocha Creska à son écho désapprobatrice de l'attitude de la femme. Elle l'avait aidé. Ils avaient fait connaissances. Mais ça ne voulait pas dire qu'ils étaient meilleurs amis, loin de là. Puis remarquant que sa réplique - bien que discrète - pouvait avoir refroidi l'atmosphère, le mage se racla la gorge avant se tourner vers les autres, toujours sourire aux lèvres et regard pétillant, cachant admirablement bien sa crispation comme celle de son Familier qui critiquait la guerrière dans sa tête de bien des façons peu jolies.

« La rencontre fut courte, mes dames, mais aussi intense que charmante. Et il faisait attention à bien poser les mots jusqu'au bout. Je n’oublierai pas la proposition, souffla t-il en ajoutant un clin d’œil charmeur. À une prochaine j'espère, fit-il aux Compagnes avant de saluer également, L'Embrasée. Enfin se tournant vers la guerrière, gardant bien enfouit toute rancœur ou tout autre sentiment déplaisant, il reprit. Que ton escorte se passe bien et que Sibra te préserve, Anaïs. Peut-être échangerons nous un verre tu-sais-ou un autre jour de pause. Puis à tous. Faites bon voyage surtout. »

Et d'une courbette toute théâtrale et bien faite, l'homme tourna les talons pour s'en retourner attendre à l'endroit initial où il avait prévu de rencontrer sa nièce à la base. À cet endroit même où l'étoffe d'une des Compagnes s'était saisie de son attention. Mieux valait être seul que mal accompagné. Et Anaïs, même s'il ne l'avait nullement démontré par ses actes, l'avait contrarié. En tout cas, si elle désirait une escorte carré, au moins celle-ci serait-elle plus aux normes qu'avec lui. Le carré en service, oui. Le carré hors service, non merci.


Spoiler:
 

_________________



Manaël : seagreen & Creska : #CC6666
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 899
J'ai : 27 ans
Je suis : Chevaucheuse de la dragonne Royale, reine du vol de Rubis et mage de l'été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Caserne et à Cibella
Mes autres visages: Eponine Aubenacre & Sixtine d'Ibélène
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: L'expédition sauvage   Jeu 28 Juin - 23:16

Ça en fait un petit groupe. Petit groupe tout de même bien bruyant qui attire quelques regards interrogateurs. Nul raison de s'affoler pour autant. La main de Rhapsodie vient se glisser dans la sienne et elle la presse, la couvant d'un regard tendre. Le genre de regard qu'elle n'a que pour elle. Sa remarque envers l'ancien Chevaucheur lui attire toutefois une petite grimace et elle détourne un peu la tête. Elle trouve encore incroyable que Rhapsodie soit aussi peu pudique, contrairement à l'apparence qu'elle dégage. De même pour Amaryllis. Abigaïl n'a jamais été à l'aise avec ce genre de chose. Elle a été élevée en parfaite Outreventoise et même si elle fait tout ce qu'elle peut pour renier ses origines, il y a des séquelles qui perdureront toujours. La farouche Chevaucheuse n'a jamais eu besoin de penser aux hommes. C'est une sorte de blocage. Elle a failli goûter au mariage, une fois, et s'est jurée de ne plus jamais connaître pareille prison. Elle s'est promis de ne plus laisser quiconque venir dicter ce qu'elle doit faire. Rhapsodie est son amie. Sa meilleure amie. C'est amplement suffisant pour elle. Pas besoin de mêler l'amour. De plus, elle est fille d'Idril et protégera sa vertu... même si des femmes peu scrupuleuses et sournoises tentent de l'en détourner. Le visage tant honnie de la Cielsombroise passe devant ses yeux et une grimace de dégoût s'affiche un bref instant sur ses lèvres. Le jour où elle la revoit celle-là...

L'écho des voix de Manaël et d'Anaïs finissent par la ramener à la réalité. Les deux semblent engagés dans une certaine dispute et l'Ardence finit par présenter ses adieux, l'air quelque peu contrarié. Elle lui répond par un léger signe de tête. Elle sais qu'elle sera amenée à le revoir, de toute façon. Il est devenu le protecteur de la princesse Gabrielle. C'est un excellent choix. La princesse de la Volte est entre de bonnes mains.

-Rhapsodie est une amie de l'Académie, explique-t-elle sobrement.

Inutile d'entrer dans les détails. Elle n'a jamais été très bavarde de toute façon. Ses yeux se posent un instant sur Amaryllis avant de revenir vers la guerrière.

-Et Amaryills est... une bonne connaissance aussi, achève la Chevaucheuse en haussant les épaules.

Elle ne sait pas comment l'expliquer autrement. Elle apprécie la Compagne, même si les conversations ne sont pas très animées. Mais la rouquine a toujours eu beaucoup de mal à laisser exprimer ses émotions. Pudique même dans ses sentiments.

-Je suis contente de vous accompagner un peu, conclut-elle donc. Et Royale aussi.

Pour toute réponse, la dragonne laisse échapper de la fumée de ses nasaux.

-On y va ?

_________________
Abi #666600  ; Royale #cc3300 ; Titou #666666











Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Compagnes
avatar

Messages : 1182
J'ai : 27 ans
Je suis : Compagne en Cibella et Mage de l'Eté (prédiction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Guilde des Compagnes et à Gaëtane de La Volte
Mes autres visages: Aubrée & Octave
Les Compagnes
Message Sujet: Re: L'expédition sauvage   Mer 11 Juil - 22:22

Il est joueur, le guerrier. Le sourire qu’ils échangent plaît à Rhapsodie, et son regard plein de malice, lui confirment que ce n’est pas un mauvais bougre. Il lui rappelle un peu cet homme, même, avec qui elle a eu ce rendez-vous quelques jours plus tôt. Le premier inconnu qui a posé ses mains sur elle depuis si longtemps, et qui lui a étrangement permis de reprendre confiance. Il a certainement dû comprendre le malaise, sentir l’appréhension de la jeune femme, et a tout fait pour la contrer. Peut-être l’a-t-il prise pour une débutante, d’ailleurs. Enfin, il a été celui qui lui a permis de se reprendre un peu plus en main, et de recommencer le cours de sa vie d’avant. Et, visiblement, d’ajouter – plus ou moins sérieusement – un client de plus à ceux, nombreux, que comptent déjà les Compagnes Cibellanes.

Rhapsodie glisse un sourire complice à sa collègue, satisfaite, et revient prendre la main d’Abigaïl. Elle sait qu’elle n’approuve pas – et n’approuvera certainement jamais – son choix de profession. Son éducation outreventoise est bien trop profondément ancrée en elle. La muette Cibellane n’y peut pas grand-chose, et ne lui en veut pas particulièrement pour cela. Et puis, Abi ne l’empêche pas de mener sa vie, c’est même plutôt le contraire. Elle est son pilier, son meilleur soutien, et personne ne pourra jamais la remplacer.

La jeune femme pivote légèrement en direction des deux guerriers. Manaël semble vexé par l’ordre d’Anaïs, et Rhapsodie comprend aisément pourquoi. Enfin, elle regrette que la compagnie du guerrier ne s’écourte à cause d’une parole maladroite. Elle n’a cependant pas son mot à dire, et se contente de reprendre son sourire et de pouffer silencieusement et de répondre d’un signe de tête à son clin d’œil et à sa salutation, gravant le plus de détails possibles de l’homme dans sa mémoire. Si elle vient à le recroiser, à la Maison ou ailleurs, qu’elle puisse le reconnaître, au moins. L’observant s’éloigner quelques secondes, elle ramène son attention vers les rousses présentes – se sentant soudainement étrangement seule parmi toutes ces protégées d’Aly.  

Elle ne se formalise pas, par contre, de la très courte description d’Abi la concernant. La rouquine n’a jamais été bavarde, et expliquer leur relation aurait sûrement été bien trop long et complexe. Alors elle confirme d’un simple signe de tête. Rouvrir le carnet pour y ajouter quelques commentaires à destination de la guerrière aurait été bien trop long et fastidieux, et de toute façon, la discussion a déjà évolué. Quelle tare, de ne pas avoir de voix, vraiment !

Ne trouvant rien à ajouter, elle hoche à nouveau la tête après la question d’Abigaïl. Oui, il est temps d’y aller. Elle n’est pas pressée de quitter son amie, même pour quelques jours, mais son contrat l’attend. Alors, elle reprend son carnet contre elle, s’assure que Noisette n’est pas loin – C’est bon, je te suis. – et se met en marche, prête à suivre le petit groupe.

_________________


Comme on voit sur la branche, au mois de Mai, la Rose...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
Message Sujet: Re: L'expédition sauvage   Mar 7 Aoû - 15:32

Manaël fit une légère courbette, poing au cœur, assurant aux deux compagnes que ce serait « le plus grand des plaisirs » que de venir leur rendre visite. Amaryllis lui adressa un sourire satisfait et ne put s’empêcher de se demander s’il viendrait vraiment à la Maison des Compagnes de La Volte. L’avenir le leur dira !

Pour l’heure, le guerrier semblait ne pas apprécier l’ordre que venait de lui donner Anaïs… il lui souffla d’ailleurs quelques mots, sans doute peu plaisants à entendre, avant de se racler la gorge. Même si personne hormis la concernée n’avait entendu ce qu’il venait de lui dire, on sentait clairement qu’il y avait un malaise… Manaël resta néanmoins impassible, prenant le temps de faire ses adieux aux jeunes femmes. Amaryllis préféra elle aussi faire comme si de rien n’était, car la relation des deux guerriers ne la regardait absolument pas.

- A bientôt et bonne journée ! dit-elle avec douceur.

La rouquine observa le guerrier tourner les talons avant de reporter son attention sur Abigaïl, qui pouvait désormais répondre à la guerrière. Elle lui expliqua simplement que Rhapsodie était une amie de l’Académie, ce qui montrait bien qu’elle ne voulait pas entrer dans les détails… et pour finir, elle présenta Ama comme « une bonne connaissance », ce qui, il faut l’avouer, piqua un peu cette dernière. Allons, inutile d’en faire toute une histoire, elle savait pertinemment que la Chevaucheuse avait quelques difficultés à exprimer ses sentiments !

Bien, il était temps de se remettre en route ! Ama se plaça aux côtés de son amie Rhapsodie, le pas léger. Elle marcha quelques mètres avant d’apercevoir une tête familière : Hedel. Décidément… il était têtu celui-là ! Le daim s’approcha de la rouquine en bondissant joyeusement.

- Hedel, que fais-tu ici ?

*Moi aussi je veux venir à la fête du Comte. Noisette y va, lui.*

Levant les yeux au ciel, Ama comprit qu’elle ne pourrait pas le faire changer d’avis. Le daim lécha gentiment la main de notre compagne avant de s’en aller voir le petit écureuil, qu’il commençait à bien connaître. Croisant le regard des autres femmes, elle haussa les épaules tout en faisant la moue. Avec un peu de chance il ne viendrait pas les importuner…
Revenir en haut Aller en bas
Les Guerriers
avatar

Messages : 976
J'ai : 28 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Adonis le Lys
Les Guerriers
Message Sujet: Re: L'expédition sauvage   Mer 8 Aoû - 22:39

Anaïs est exaspérée mais elle ne s’en laisse point compter ; elle a proposé peut-être certes un peu trop sèchement à Manaël de les accompagner et l’homme semble être vexé. Elle a encore à apprendre de la gent masculine. Les hommes sont ‘d’une susceptibilité fort exaspérante quelques fois. Ce qu’il ne comprend pas, c’est qu’elle-même travaille et l’accumulation d’ennuis sur son chemin ne lui facilite la tâche ;

C’est de manière toute aussi sèche qu’elle lui rétorque « Vous m’en voyez bien embêtée de vous avoir vexé de la sorte mais désolée un contrat est un contrat et des telles tergiversations ont tendance à réduire à peau de chagrin ma patience voyez-vous ». Elle lui a dit ses paroles à lui seul et son regard acéré répond à celui du protecteur. A bon entendeur, salut.

Elle se rapproche cela dit des femmes et elle hoche la tête aux présentations effectuées par Abigail « Tu m’en vois enchantée et ta proposition répond à mon envie de poursuivre notre avancée, allons-y Mesdames si vous le permettez puisque ce Monsieur est appelé à d’autres activités » à l’encontre de Rhapsodie et Amaryllis. Elle ouvre le chemin souriant à la première qui tente depuis toute à l’heure vainement d’écrire quelques mots sur son carnet. Un tel désordre ne doit pas l’aider à se faire entendre.

Par la suite alors que le petit groupe commence à avancer vers le portail qui se situe à moins d’une centaine de mètres, AnaÎs voit ce daim arriver ; le désespoir atteint son paroxysme au moment où Amaryllis s’en rapproche. Anaïs lève les yeux au ciel et elle se rapproche des deux compagnes les interrogeant cette fois-ci ouvertement « Nous pouvons y aller ? » son agacement est prompt mais elle sait que ce lien avec le Familier est important pour les mages aussi elle se contient, la seule chose qu'il lui importe est d'arriver à ce portail pour se rendre sur les lieux de la fête.

_________________







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 899
J'ai : 27 ans
Je suis : Chevaucheuse de la dragonne Royale, reine du vol de Rubis et mage de l'été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Caserne et à Cibella
Mes autres visages: Eponine Aubenacre & Sixtine d'Ibélène
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: L'expédition sauvage   Mer 29 Aoû - 23:40

Pendant un moment, l'on peut penser qu'elles n'y arriveront jamais. Anaïs semble être pressée de partir et Abi peut le comprendre. Il y a un contrat en jeu, l'honneur de la Guilde, des règles à respecter etc. Tout comme chez les Chevaucheurs. Néanmoins, les deux jolies Compagnes et leur Familier en ont décidé autrement et la rouquine ne peut empêcher un mince sourire se dessiner doucement sur ses lèvres minces. Un de ses rares sourires. Rares lorsque l'on ne la connaît pas mais assez fréquents pour certaines personnes. Comme Rhapsodie. Peut-être trouve-t-elle un certain amusement dans l'agacement d'Anaïs. Tout comme dans les difficultés à Rhapsodie d'écrire dans son carnet. Trop de monde, trop de choses qui se disent, tout va trop vite, à des degrés différents pour la guerrière et la compagne. Et c'est un sourire amusé mais attendri qui prend place sur sa bouche. Elle attrape la main de son amie et la presse légèrement, pour lui affirmer son soutien. Elle les suivra jusqu'au portail et s'en ira remplir sa mission. Mais, en attendant, elle veut profiter des quelques minutes qu'elle peut passer en compagnie de la Cibellane. Titou, lui, est déjà en pleine conversation avec les deux autres Familiers, tout heureux de retrouver des amis. Quant à Royale, elle est surtout contente de se montrer et de lire l'admiration dans les yeux de ceux qui croisent sa route. C'est totalement faux !

-Comment tu te sens ? glisse-t-elle, soucieuse, à l'oreille de son amie.

Un souffle perçu par elle seule. Elle a besoin de savoir que Rhaps va bien pour pouvoir elle-même avancer. Elle ne doute pas de la force de son amie mais a toujours peur que sa profession réveille en elle de trop mauvais souvenirs à supporter. Elle lance un regard appuyé à Anaïs.

-Tu les accompagneras aussi pour le retour, lui demande-t-elle, à voix haute cette fois.

Même si elles voyagent par portail, les rues des villes peuvent se révéler plus dangereuses que certains le pensent. Mieux vaut être prudents. Et on ne l'est jamais vraiment assez.

_________________
Abi #666600  ; Royale #cc3300 ; Titou #666666











Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: L'expédition sauvage   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'expédition sauvage
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Expédition vers le Harad.
» Numenor et l'Atlantide
» Première expédition, longue route à endurer ...
» Les coulisses de l'expédition
» L'expédition naugrim

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Faerie :: Cibella-
Sauter vers: