AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ma chandelle est morte, je n'ai plus de feu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 2948
J'ai : 31 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Les Voltigeurs
Message Sujet: Ma chandelle est morte, je n'ai plus de feu   Dim 15 Avr - 7:35


Livre III, Chapitre 3 • Les Échos du Passé
Liselotte Passefil & Mayeul de Vifesprit

Ma chandelle est morte, je n'ai plus de feu

Ouvre-moi ta porte, et guide moi vers la vérité



• Date : 03 avril 1003
• Météo (optionnel) : Fraîche
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Mayeul a besoin de réponses, et il ne sait plus vers qui se tourner. Liselotte connaît du monde, elle pourra peut-être l'aider à trouver quelqu'un capable de lui répondre ?
• Recensement :
Code:
• [b]03 avril 1003[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t3598-ma-chandelle-est-morte-je-n-ai-plus-de-feu]Ma chandelle est morte, je n'ai plus de feu[/url] - [i]Liselotte Passefil & Mayeul de Vifesprit[/i]
Mayeul a besoin de réponses, et il ne sait plus vers qui se tourner. Liselotte connaît du monde, elle pourra peut-être l'aider à trouver quelqu'un capable de lui répondre ?


_________________




Dernière édition par Mayeul de Vifesprit le Dim 15 Avr - 7:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 2948
J'ai : 31 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Ma chandelle est morte, je n'ai plus de feu   Dim 15 Avr - 7:40

Dans un monde qui tombe en ruine, dans son monde où il ne reste que des lambeaux, Mayeul ne sait plus vraiment vers qui se tourner. Il a l'impression que tout le monde, autour de lui, n'a fait que lui mentir. Mathilde et ses promesses de rester à ses côtés, Sigvald et sa promesse de défendre Arven, Reja et cette vie qu'il a cru voir s'esquisser. Même les Dieux lui ont menti, et maintenant qu'Octave a défié Sithis, quel sort attend Ibélène ? Il aimerait avoir des réponses Mayeul, réellement. Une vérité, quelque chose à quoi se raccrocher. Car que croire, qui croire, lorsque ce qu'il pensait être le Bien et le Mal s'assemblent ? Il est Voltigeur, il s'est battu dans cette guerre qui a secoué Arven, mais Mayeul croyait sincèrement bien faire. Mais si la Rose est devenue aussi égoïste que l'Ordre, si chacun ne s'est ingénié qu'à sa survie plutôt qu'au bien collectif, que penser ? Il ne sait plus, Mayeul, ce qu'il est censé faire. La Rose a créé la Chasse Sauvage. L'Ordre en est aussi responsable, bien évidemment. La Rose a tué des innocents pour instaurer la Trêve, et l'Ordre… l'Ordre a tué des innocents pour la détruire.

Mayeul est complètement perdu. Il a cru en la Trêve, il a cru qu'il fallait sauvegarder cette paix instaurée par la Rose. Il ne s'est jamais réellement posé la question de savoir si c'était la chose juste à faire, ne s'est jamais placé d'un autre point de vue. L'Ordre a tort, cela il ne le nie pas. Mais la Rose avait tort, elle aussi. Et les tenants et aboutissants de tous ces mensonges tournent en boucle dans sa tête. Qui croire ? La trahison de Sigvald a été difficile a avalé, ses mensonges et ses silences encore plus. Mayeul le sait, il ne trouvera rien dans les archives de la Rose, pas sans aide, pas sans dépenser un temps qu'il n'a clairement pas. Alors il lui faut trouver une autre façon d'avoir des réponses. Et puisque la Rose n'est plus…

Il ne connaît personne de loyal à l'Ordre du Jugement pourtant Mayeul. Certes, il y a – avait- Reja, mais la Voltigeuse ne peut pas l'aider pour le moment. Il écarte résolument le souvenir douloureux Mayeul, avant de rayer encore quelques noms de sa liste mentale d'aides potentielles. Valkyrion a déclaré l'Ordre hors-la-loi, alors il lui est plutôt difficile de trouver ses partisans. A moins d'être prudent et de connaître quelqu'un qui serait susceptible de savoir qui pourrait l'aider.

Liselotte. C'est le seul choix possible. La jeune femme connaît beaucoup de monde, et elle a l'oreille pour les ragots. Elle le connaît bien, et il pourra sûrement la convaincre de ne pas divulguer sa demande à des personnes qui pourraient lui poser soucis. Probablement. Liselotte est son amie, elle ne le trahira probablement pas, n'est-ce pas ? Mais Mayeul n'a pas d'autre choix que de lui faire confiance de toute façon. Il a toujours été un peu trop naïf le Voltigeur, un peu trop rapide à accorder sa confiance à ceux qui ne la méritent pas, mais il connaît Liselotte depuis longtemps. Sans doute saura-t-elle l'aiguiller. Il sait où elle demeure, et la voir lui prendra clairement moins de temps que d'aller fouiller les archives restantes dans la Tour de la Rose, en admettant qu'il puisse y entrer.

C'est bon de la revoir, la petite couturière. Après les salutations et les câlineries d'usage, Mayeul décide de passer au vif du sujet. Après tout, il n'a pas réellement le temps d'attendre, pas avec tout ce qu'il se passe en ce moment. Et si cela lui permet d'éviter la question de son état de santé, c'est d'autant plus appréciable. "Je sais que ma demande va te sembler étrange, mais tu es la seule qui aura peut-être une réponse. Je dois rencontrer quelqu'un de l'Ordre du Jugement." Avant qu'elle ne puisse protester, le Voltigeur prend les devants. "Je sais que ma requête est bizarre, et je ne crois pas un seul instant que tu sois coupable de quoi que ce soit. C'est bien pour ça que je viens te voir en personne." Parce que oui, il aurait pu envoyer une lettre, mais comment prouver sa bonne foi dans ce cas ? Mieux vaut ne pas laisser de preuves, de toute façon.

Mayeul hésite un peu. Ce qu'il demande est passible des cachots, voire pire, il ne l'ignore pas. "Tu as bien entendu quelque chose. S'il ne s'agissait pas d'une affaire prioritaire, je ne te le demanderais pas, je te le promets." Il ne veut pas lui créer d'ennuis, que cela soit bien clair. Et avec un peu de chance, Liselotte croira sa demande assez officielle pour ne pas le croire, lui, coupable de quoi que ce soit. Car dans ce cas, c'est bien Mayeul qui aurait des ennuis. Certes, en ce moment tout est bouleversé, et Mayeul compte un peu là-dessus. "C'est vraiment important, Liselotte. Personne n'aura d'ennuis, que Levor m'en soit témoin." Personne. En théorie. Mayeul sait bien que pour un ancien écrin de la Rose, demander à rencontrer l'Ordre du Jugement est plus que suspect. Il risque bien de se faire tuer avant de placer un mot. Mais il a besoin de réponses à ses questions, et personne d'autre ne peut lui en fournir.

Il espère juste ne pas se tromper dans le fait que Liselotte l'apprécie assez pour ne pas dévoiler sa requête, sauf à ceux directement concernés. Mayeul a toujours eu confiance en Liselotte, et elle ne l'a jamais trahi, après tout.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles • Modo
avatar

Messages : 457
J'ai : 30 ans
Je suis : Couturière au service de la cour d'Ibélène, Espionne à la Cour des Miracles (infiltration)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles, Castiel de Sombreflamme, Augustus d'Ibélène
Mes autres visages: Alméïde, Ilse, Aurore, Victorine, Teagan
La Cour des Miracles • Modo
Message Sujet: Re: Ma chandelle est morte, je n'ai plus de feu   Mar 15 Mai - 20:52

Ibelin est en ébullition. Il y a bien longtemps que Liselotte n'avait pas vu ça, mais cette année va de surprise en surprise et elle s'attend à tout, désormais. Une impératrice morte, un empereur qui la suit après plusieurs mois d'inconscience, puis un nouvel empereur mort... et revenu à la vie. Oh, si elle n'avait pas été présente dans le palais à ce moment-là, elle n'en aurait pas cru un traître mot. Car elle est ouverte à bien des choses, la jeune Liselotte, mais la mort est un sujet à ne pas prendre à la légère. L'âme doit quitter le corps, elle doit quitter ce vaisseau destiné à devenir cendres. Si elle revient, c'est que quelque chose ne va pas. Elle a pourtant l'envie irrépressible de se rendre auprès de son nouvel empereur, de le voir de près, de s'assurer qu'il est bien là, bien vivant. De sentir peut-être la chaleur de sa peau pour être convaincue qu'il n'est pas qu'une pâle copie de ce qu'il était. Octave d'Ibélène, à la fois objet de crainte et de curiosité. Un jeune homme qui a défié les dieux eux-mêmes.

Liselotte écrit avec frénésie les rapports destinés à la Cour des Miracles, n'omettant aucun détail sur les événements qui se sont déroulés. Plusieurs parchemins ont déjà été envoyés, quelques heures après le couronnement. Elle distille les informations, elle les livre au compte-gouttes. Elle y ajoute parfois quelques détails qui lui avaient échappé. Tout cela est bien trop bouleversant pour un empire qui vacille.

Elle est penchée sur le parchemin, sa plume à la main, quand quelques coups sont frappés à la porte. Intriguée, elle range soigneusement ses feuillets sous clef, referme le pot d'encre et va s'enquérir de l'identité de son visiteur. « Mayeul ? » Voir le Voltigeur dans l'encadrement l'étonne autant que ça la ravit. Elle répond à son étreinte, elle l'accueille avec chaleur et l'entraîne dans sa modeste demeure. Le temps de jouer les hôtes exemplaires ne lui est pas donné, Mayeul aborde rapidement le motif de sa visite. « Je sais que ma demande va te sembler étrange, mais tu es la seule qui aura peut-être une réponse. Je dois rencontrer quelqu'un de l'Ordre du Jugement. » Elle hausse un sourcil interrogateur, incapable de masquer sa surprise. « Quelqu'un de l'Ordre... ? » « Je sais que ma requête est bizarre, et je ne crois pas un seul instant que tu sois coupable de quoi que ce soit. C'est bien pour ça que je viens te voir en personne. » Coupable. Le mot est lourd de sens. Pour les Voltigeurs, il s'agit de personnes coupables de quelque chose. Elle reste silencieuse, attend patiemment, intriguée. « Tu as bien entendu quelque chose. S'il ne s'agissait pas d'une affaire prioritaire, je ne te le demanderais pas, je te le promets. » Oh, oui, il vient la voir pour ses contacts. Elle aurait dû y penser tout de suite. Ses traits se font un peu plus détendus. « C'est vraiment important, Liselotte. Personne n'aura d'ennuis, que Levor m'en soit témoin. » Elle l'observe encore un peu, le regard levé vers le sien, à la fois perplexe et très curieuse de savoir de quoi il s'agit. Le continent entier sait qui il était, qui il servait, ce n'est plus un secret pour personne. À présent que la Rose n'est plus, que désire-t-il ?

« Je peux peux-être t'aider. » déclare-t-elle finalement, prudente. Elle lui fait un petit signe de la main. « Viens avec moi, on va s'asseoir un peu. Est-ce que tu veux quelque chose à boire ? » Sans attendre vraiment sa réponse, elle va chercher une bouteille de vin et deux verres après lui avoir indiqué le canapé. Avec des gestes sereins, elle s'installe à son tour, dépose le tout sur la table basse et ouvre la bouteille avec l'aisance de ceux qui ont l'habitude. Presque immédiatement, son regard se lève à nouveau vers celui du Voltigeur. « Pourquoi veux-tu contacter l'Ordre, Mayeul ? Ce n'est pas une demande anodine, surtout pas venant de quelqu'un qui a passé tant d'années à le combattre. » Il n'y a pas de jugement dans sa voix, elle cherche uniquement à comprendre. Son regard est inquisiteur. Elle veut savoir, avant de le diriger dans la bonne direction,.

_________________


On joue parce qu' on aime la vérité et parce qu' on la déteste. On joue parce qu' on deviendrait fou si on ne jouait pas. Jouer ! Est-ce que je sais, moi, quand je joue ? Est-ce qu' il y a un moment où je cesse de jouer ?





dialogues • mediumvioletred
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 2948
J'ai : 31 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Ma chandelle est morte, je n'ai plus de feu   Mer 16 Mai - 21:16

Il préfère ne pas tourner autour du pot le Voltigeur, pas aujourd'hui. Pas avec Liselotte, qui le connaît bien et risque de trouver un tas de sujets dont il n'a pas forcément très envie de parler. Il faut dire que la mort, et le retour d'Octave sont un sujet particulièrement en vogue et Mayeul n'a aucune envie d'effleurer le sujet, pas alors qu'il n'a pas réellement eu le temps d'y réfléchir. Tout est embrouillé dans sa têt, et partager ses impressions maintenant n'est sans doute pas une idée des plus lumineuse. Alors il parle directement de ce qui l'amène le Voltigeur, bien conscient de l'étrangeté de sa demande et de son caractère particulier.

Liselotte ne s'y trompe pas : d'abord surprise, elle reste silencieuse pendant qu'il parle et Mayeul sait bien qu'elle réfléchit et soupèse chacune de ses paroles. Il sait la jeune femme intelligente, très intelligente même, et particulièrement bien renseignée sur la plupart des ragots de la Cour d'Ibelin. Lui en est quelque peu éloigné mais la jeune femme saura partager ses connaissances, il l'espère sincèrement, et c'est d'ailleurs bien pour ça qu'il lui assure qu'elle ne risque rien.

La voix de la jeune femme est contenue lorsqu'elle se décide à parler, et Mayeul comprend bien qu'elle tergiverse encore. Elle le fait finalement s'asseoir et ouvre une bouteille de vin, reprenant la parole tandis que le major de Svaljärd contemple le liquide grenat. Mayeul hoche doucement la tête : la question est légitime, et lui-même s'est longtemps questionné avant de se décider à parler à la jeune femme. "Je sais." Il soupire le voltigeur, avant de reporter son attention sur son verre, plutôt que sur la jeune femme. "Mais j'ai besoin de réponses, j'ai besoin de comprendre, et ce sont les seuls qui peuvent m'aider." Mayeul le sait, il est bien trop évasif pour convaincre la jeune femme. Seulement, il ignore ce qu'elle sait sur lui, sur ce qui s'est passé ces derniers mois, et qui le pousse à remettre en question ce qu'il a toujours cru acquis. Mais convaincre Liselotte est indispensable, et elle une amie après tout. S'il doit se dévoiler devant quelqu'un, il préfère que ce soit devant elle.

Il finit donc par se tourner vers la couturière, l'observant quelques secondes avant de se lancer. "Quand la Chasse a été libéré, la Rose ne s'est pas montrée très désireuse de partager ses connaissances." L'agacement dans la voix du Voltigeur est perceptible, mais il ne s'y arrête pas. "Et les quelques recherches que j'ai pu faire dans les archives de la tour n'ont pas été très fructueuses." Un instant d'appréhension, vite oublié : Mayeul n'aime guère s'étendre sur ses soucis, mais il choisit de faire confiance à la jeune femme. "Une amie m'a emmené au cœur d'Erebor, côtoyer les secrets du peuple des Dunes. Elle m'a parlé de l'Ordre et de son implication, de leurs idéaux, de leurs aspirations. De leur vérité. L'Ordre existe depuis des centaines d'années, et ils auraient travaillé à la préservation de ce que la Rose a voulu détruire. Ils ont peut-être les réponses que je cherche." Ils sont peut-être même la preuve que Reja, elle, ne lui a pas menti.

Son discours, Mayeul le sait, est une insulte à tout ce en quoi il a cru jusqu'à présent. A tout ce que les habitants d'Arven ont toujours cru, et Liselotte ne l'acceptera probablement pas. Mais il doit essayer de lui faire comprendre. "Parfois je me demande, et si ce n'est pas l'Ordre le problème ? J'ai été écrin Liselotte. J'ai été le Cavalier Noir. Et si ce n'était qu'un vaste mensonge ?" La révélation est difficile, et il attrape son verre Mayeul, sans pour autant le boire.

Et si le véritable coupable, ce n'était pas l'Ordre, ni même la Rose ? Et si c'était la Magie ? Cette magie qui les aurait tous corrompus ? Après tout, à chaque fois que les choses tournent mal en Arven, les mages sont dans le coup. La guerre contre les Faës a-t-elle simplement permis de révéler une réalité que chacun s'efforçait de masquer jusqu'alors ? Il se rapproche de la couturière Mayeul, avant de poser une main sur sa cuisse en un geste intime et maintes fois réitéré. Il a besoin qu'elle le croie, ne serait-ce que pour honorer cette amitié qu'ils partagent. "Tu dois penser que je suis complètement fou. Ca m'arrive de le penser. Mais si… je m'étais trompé ? Si nous nous étions tous trompé ?" Il est Voltigeur, ils sont l'ennemi : c'est sensé être tellement simple ! Mais ça ne l'est pas, n'est-ce pas ? Il espère tout de même, le Voltigeur, que Liselotte réalise la confiance énorme qu'il place en elle en lui tenant ce discours. Parce que chaque mot qu'il prononce le met hors-la-loi devant les promulgations de l'empereur. De l'ancien empereur. Et pourtant, se demande amèrement le Voltigeur en vidant son verre, ont-elles encore une quelconque valeur avec ce qu'il vient de se passer ?

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Ma chandelle est morte, je n'ai plus de feu   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ma chandelle est morte, je n'ai plus de feu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Ibélène :: Valkyrion :: Ibelin-
Sauter vers: