AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ma chandelle est morte, je n'ai plus de feu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 3037
J'ai : 31 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Les Voltigeurs
Message Sujet: Ma chandelle est morte, je n'ai plus de feu   Dim 15 Avr - 7:35


Livre III, Chapitre 3 • Les Échos du Passé
Liselotte Passefil & Mayeul de Vifesprit

Ma chandelle est morte, je n'ai plus de feu

Ouvre-moi ta porte, et guide moi vers la vérité



• Date : 03 avril 1003
• Météo (optionnel) : Fraîche
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Mayeul a besoin de réponses, et il ne sait plus vers qui se tourner. Liselotte connaît du monde, elle pourra peut-être l'aider à trouver quelqu'un capable de lui répondre ?
• Recensement :
Code:
• [b]03 avril 1003[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t3598-ma-chandelle-est-morte-je-n-ai-plus-de-feu]Ma chandelle est morte, je n'ai plus de feu[/url] - [i]Liselotte Passefil & Mayeul de Vifesprit[/i]
Mayeul a besoin de réponses, et il ne sait plus vers qui se tourner. Liselotte connaît du monde, elle pourra peut-être l'aider à trouver quelqu'un capable de lui répondre ?


_________________


Dernière édition par Mayeul de Vifesprit le Dim 15 Avr - 7:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 3037
J'ai : 31 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Ma chandelle est morte, je n'ai plus de feu   Dim 15 Avr - 7:40

Dans un monde qui tombe en ruine, dans son monde où il ne reste que des lambeaux, Mayeul ne sait plus vraiment vers qui se tourner. Il a l'impression que tout le monde, autour de lui, n'a fait que lui mentir. Mathilde et ses promesses de rester à ses côtés, Sigvald et sa promesse de défendre Arven, Reja et cette vie qu'il a cru voir s'esquisser. Même les Dieux lui ont menti, et maintenant qu'Octave a défié Sithis, quel sort attend Ibélène ? Il aimerait avoir des réponses Mayeul, réellement. Une vérité, quelque chose à quoi se raccrocher. Car que croire, qui croire, lorsque ce qu'il pensait être le Bien et le Mal s'assemblent ? Il est Voltigeur, il s'est battu dans cette guerre qui a secoué Arven, mais Mayeul croyait sincèrement bien faire. Mais si la Rose est devenue aussi égoïste que l'Ordre, si chacun ne s'est ingénié qu'à sa survie plutôt qu'au bien collectif, que penser ? Il ne sait plus, Mayeul, ce qu'il est censé faire. La Rose a créé la Chasse Sauvage. L'Ordre en est aussi responsable, bien évidemment. La Rose a tué des innocents pour instaurer la Trêve, et l'Ordre… l'Ordre a tué des innocents pour la détruire.

Mayeul est complètement perdu. Il a cru en la Trêve, il a cru qu'il fallait sauvegarder cette paix instaurée par la Rose. Il ne s'est jamais réellement posé la question de savoir si c'était la chose juste à faire, ne s'est jamais placé d'un autre point de vue. L'Ordre a tort, cela il ne le nie pas. Mais la Rose avait tort, elle aussi. Et les tenants et aboutissants de tous ces mensonges tournent en boucle dans sa tête. Qui croire ? La trahison de Sigvald a été difficile a avalé, ses mensonges et ses silences encore plus. Mayeul le sait, il ne trouvera rien dans les archives de la Rose, pas sans aide, pas sans dépenser un temps qu'il n'a clairement pas. Alors il lui faut trouver une autre façon d'avoir des réponses. Et puisque la Rose n'est plus…

Il ne connaît personne de loyal à l'Ordre du Jugement pourtant Mayeul. Certes, il y a – avait- Reja, mais la Voltigeuse ne peut pas l'aider pour le moment. Il écarte résolument le souvenir douloureux Mayeul, avant de rayer encore quelques noms de sa liste mentale d'aides potentielles. Valkyrion a déclaré l'Ordre hors-la-loi, alors il lui est plutôt difficile de trouver ses partisans. A moins d'être prudent et de connaître quelqu'un qui serait susceptible de savoir qui pourrait l'aider.

Liselotte. C'est le seul choix possible. La jeune femme connaît beaucoup de monde, et elle a l'oreille pour les ragots. Elle le connaît bien, et il pourra sûrement la convaincre de ne pas divulguer sa demande à des personnes qui pourraient lui poser soucis. Probablement. Liselotte est son amie, elle ne le trahira probablement pas, n'est-ce pas ? Mais Mayeul n'a pas d'autre choix que de lui faire confiance de toute façon. Il a toujours été un peu trop naïf le Voltigeur, un peu trop rapide à accorder sa confiance à ceux qui ne la méritent pas, mais il connaît Liselotte depuis longtemps. Sans doute saura-t-elle l'aiguiller. Il sait où elle demeure, et la voir lui prendra clairement moins de temps que d'aller fouiller les archives restantes dans la Tour de la Rose, en admettant qu'il puisse y entrer.

C'est bon de la revoir, la petite couturière. Après les salutations et les câlineries d'usage, Mayeul décide de passer au vif du sujet. Après tout, il n'a pas réellement le temps d'attendre, pas avec tout ce qu'il se passe en ce moment. Et si cela lui permet d'éviter la question de son état de santé, c'est d'autant plus appréciable. "Je sais que ma demande va te sembler étrange, mais tu es la seule qui aura peut-être une réponse. Je dois rencontrer quelqu'un de l'Ordre du Jugement." Avant qu'elle ne puisse protester, le Voltigeur prend les devants. "Je sais que ma requête est bizarre, et je ne crois pas un seul instant que tu sois coupable de quoi que ce soit. C'est bien pour ça que je viens te voir en personne." Parce que oui, il aurait pu envoyer une lettre, mais comment prouver sa bonne foi dans ce cas ? Mieux vaut ne pas laisser de preuves, de toute façon.

Mayeul hésite un peu. Ce qu'il demande est passible des cachots, voire pire, il ne l'ignore pas. "Tu as bien entendu quelque chose. S'il ne s'agissait pas d'une affaire prioritaire, je ne te le demanderais pas, je te le promets." Il ne veut pas lui créer d'ennuis, que cela soit bien clair. Et avec un peu de chance, Liselotte croira sa demande assez officielle pour ne pas le croire, lui, coupable de quoi que ce soit. Car dans ce cas, c'est bien Mayeul qui aurait des ennuis. Certes, en ce moment tout est bouleversé, et Mayeul compte un peu là-dessus. "C'est vraiment important, Liselotte. Personne n'aura d'ennuis, que Levor m'en soit témoin." Personne. En théorie. Mayeul sait bien que pour un ancien écrin de la Rose, demander à rencontrer l'Ordre du Jugement est plus que suspect. Il risque bien de se faire tuer avant de placer un mot. Mais il a besoin de réponses à ses questions, et personne d'autre ne peut lui en fournir.

Il espère juste ne pas se tromper dans le fait que Liselotte l'apprécie assez pour ne pas dévoiler sa requête, sauf à ceux directement concernés. Mayeul a toujours eu confiance en Liselotte, et elle ne l'a jamais trahi, après tout.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles • Modo
avatar

Messages : 490
J'ai : 30 ans
Je suis : Couturière au service de la cour d'Ibélène, Espionne à la Cour des Miracles (infiltration)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles, Sombreciel & l'empire d'Ibélène
Mes autres visages: Alméïde, Ilse, Aurore, Victorine, Teagan
La Cour des Miracles • Modo
Message Sujet: Re: Ma chandelle est morte, je n'ai plus de feu   Mar 15 Mai - 20:52

Ibelin est en ébullition. Il y a bien longtemps que Liselotte n'avait pas vu ça, mais cette année va de surprise en surprise et elle s'attend à tout, désormais. Une impératrice morte, un empereur qui la suit après plusieurs mois d'inconscience, puis un nouvel empereur mort... et revenu à la vie. Oh, si elle n'avait pas été présente dans le palais à ce moment-là, elle n'en aurait pas cru un traître mot. Car elle est ouverte à bien des choses, la jeune Liselotte, mais la mort est un sujet à ne pas prendre à la légère. L'âme doit quitter le corps, elle doit quitter ce vaisseau destiné à devenir cendres. Si elle revient, c'est que quelque chose ne va pas. Elle a pourtant l'envie irrépressible de se rendre auprès de son nouvel empereur, de le voir de près, de s'assurer qu'il est bien là, bien vivant. De sentir peut-être la chaleur de sa peau pour être convaincue qu'il n'est pas qu'une pâle copie de ce qu'il était. Octave d'Ibélène, à la fois objet de crainte et de curiosité. Un jeune homme qui a défié les dieux eux-mêmes.

Liselotte écrit avec frénésie les rapports destinés à la Cour des Miracles, n'omettant aucun détail sur les événements qui se sont déroulés. Plusieurs parchemins ont déjà été envoyés, quelques heures après le couronnement. Elle distille les informations, elle les livre au compte-gouttes. Elle y ajoute parfois quelques détails qui lui avaient échappé. Tout cela est bien trop bouleversant pour un empire qui vacille.

Elle est penchée sur le parchemin, sa plume à la main, quand quelques coups sont frappés à la porte. Intriguée, elle range soigneusement ses feuillets sous clef, referme le pot d'encre et va s'enquérir de l'identité de son visiteur. « Mayeul ? » Voir le Voltigeur dans l'encadrement l'étonne autant que ça la ravit. Elle répond à son étreinte, elle l'accueille avec chaleur et l'entraîne dans sa modeste demeure. Le temps de jouer les hôtes exemplaires ne lui est pas donné, Mayeul aborde rapidement le motif de sa visite. « Je sais que ma demande va te sembler étrange, mais tu es la seule qui aura peut-être une réponse. Je dois rencontrer quelqu'un de l'Ordre du Jugement. » Elle hausse un sourcil interrogateur, incapable de masquer sa surprise. « Quelqu'un de l'Ordre... ? » « Je sais que ma requête est bizarre, et je ne crois pas un seul instant que tu sois coupable de quoi que ce soit. C'est bien pour ça que je viens te voir en personne. » Coupable. Le mot est lourd de sens. Pour les Voltigeurs, il s'agit de personnes coupables de quelque chose. Elle reste silencieuse, attend patiemment, intriguée. « Tu as bien entendu quelque chose. S'il ne s'agissait pas d'une affaire prioritaire, je ne te le demanderais pas, je te le promets. » Oh, oui, il vient la voir pour ses contacts. Elle aurait dû y penser tout de suite. Ses traits se font un peu plus détendus. « C'est vraiment important, Liselotte. Personne n'aura d'ennuis, que Levor m'en soit témoin. » Elle l'observe encore un peu, le regard levé vers le sien, à la fois perplexe et très curieuse de savoir de quoi il s'agit. Le continent entier sait qui il était, qui il servait, ce n'est plus un secret pour personne. À présent que la Rose n'est plus, que désire-t-il ?

« Je peux peux-être t'aider. » déclare-t-elle finalement, prudente. Elle lui fait un petit signe de la main. « Viens avec moi, on va s'asseoir un peu. Est-ce que tu veux quelque chose à boire ? » Sans attendre vraiment sa réponse, elle va chercher une bouteille de vin et deux verres après lui avoir indiqué le canapé. Avec des gestes sereins, elle s'installe à son tour, dépose le tout sur la table basse et ouvre la bouteille avec l'aisance de ceux qui ont l'habitude. Presque immédiatement, son regard se lève à nouveau vers celui du Voltigeur. « Pourquoi veux-tu contacter l'Ordre, Mayeul ? Ce n'est pas une demande anodine, surtout pas venant de quelqu'un qui a passé tant d'années à le combattre. » Il n'y a pas de jugement dans sa voix, elle cherche uniquement à comprendre. Son regard est inquisiteur. Elle veut savoir, avant de le diriger dans la bonne direction,.

_________________


On joue parce qu' on aime la vérité et parce qu' on la déteste. On joue parce qu' on deviendrait fou si on ne jouait pas. Jouer ! Est-ce que je sais, moi, quand je joue ? Est-ce qu' il y a un moment où je cesse de jouer ?








dialogues • mediumvioletred
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 3037
J'ai : 31 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Ma chandelle est morte, je n'ai plus de feu   Mer 16 Mai - 21:16

Il préfère ne pas tourner autour du pot le Voltigeur, pas aujourd'hui. Pas avec Liselotte, qui le connaît bien et risque de trouver un tas de sujets dont il n'a pas forcément très envie de parler. Il faut dire que la mort, et le retour d'Octave sont un sujet particulièrement en vogue et Mayeul n'a aucune envie d'effleurer le sujet, pas alors qu'il n'a pas réellement eu le temps d'y réfléchir. Tout est embrouillé dans sa têt, et partager ses impressions maintenant n'est sans doute pas une idée des plus lumineuse. Alors il parle directement de ce qui l'amène le Voltigeur, bien conscient de l'étrangeté de sa demande et de son caractère particulier.

Liselotte ne s'y trompe pas : d'abord surprise, elle reste silencieuse pendant qu'il parle et Mayeul sait bien qu'elle réfléchit et soupèse chacune de ses paroles. Il sait la jeune femme intelligente, très intelligente même, et particulièrement bien renseignée sur la plupart des ragots de la Cour d'Ibelin. Lui en est quelque peu éloigné mais la jeune femme saura partager ses connaissances, il l'espère sincèrement, et c'est d'ailleurs bien pour ça qu'il lui assure qu'elle ne risque rien.

La voix de la jeune femme est contenue lorsqu'elle se décide à parler, et Mayeul comprend bien qu'elle tergiverse encore. Elle le fait finalement s'asseoir et ouvre une bouteille de vin, reprenant la parole tandis que le major de Svaljärd contemple le liquide grenat. Mayeul hoche doucement la tête : la question est légitime, et lui-même s'est longtemps questionné avant de se décider à parler à la jeune femme. "Je sais." Il soupire le voltigeur, avant de reporter son attention sur son verre, plutôt que sur la jeune femme. "Mais j'ai besoin de réponses, j'ai besoin de comprendre, et ce sont les seuls qui peuvent m'aider." Mayeul le sait, il est bien trop évasif pour convaincre la jeune femme. Seulement, il ignore ce qu'elle sait sur lui, sur ce qui s'est passé ces derniers mois, et qui le pousse à remettre en question ce qu'il a toujours cru acquis. Mais convaincre Liselotte est indispensable, et elle une amie après tout. S'il doit se dévoiler devant quelqu'un, il préfère que ce soit devant elle.

Il finit donc par se tourner vers la couturière, l'observant quelques secondes avant de se lancer. "Quand la Chasse a été libéré, la Rose ne s'est pas montrée très désireuse de partager ses connaissances." L'agacement dans la voix du Voltigeur est perceptible, mais il ne s'y arrête pas. "Et les quelques recherches que j'ai pu faire dans les archives de la tour n'ont pas été très fructueuses." Un instant d'appréhension, vite oublié : Mayeul n'aime guère s'étendre sur ses soucis, mais il choisit de faire confiance à la jeune femme. "Une amie m'a emmené au cœur d'Erebor, côtoyer les secrets du peuple des Dunes. Elle m'a parlé de l'Ordre et de son implication, de leurs idéaux, de leurs aspirations. De leur vérité. L'Ordre existe depuis des centaines d'années, et ils auraient travaillé à la préservation de ce que la Rose a voulu détruire. Ils ont peut-être les réponses que je cherche." Ils sont peut-être même la preuve que Reja, elle, ne lui a pas menti.

Son discours, Mayeul le sait, est une insulte à tout ce en quoi il a cru jusqu'à présent. A tout ce que les habitants d'Arven ont toujours cru, et Liselotte ne l'acceptera probablement pas. Mais il doit essayer de lui faire comprendre. "Parfois je me demande, et si ce n'est pas l'Ordre le problème ? J'ai été écrin Liselotte. J'ai été le Cavalier Noir. Et si ce n'était qu'un vaste mensonge ?" La révélation est difficile, et il attrape son verre Mayeul, sans pour autant le boire.

Et si le véritable coupable, ce n'était pas l'Ordre, ni même la Rose ? Et si c'était la Magie ? Cette magie qui les aurait tous corrompus ? Après tout, à chaque fois que les choses tournent mal en Arven, les mages sont dans le coup. La guerre contre les Faës a-t-elle simplement permis de révéler une réalité que chacun s'efforçait de masquer jusqu'alors ? Il se rapproche de la couturière Mayeul, avant de poser une main sur sa cuisse en un geste intime et maintes fois réitéré. Il a besoin qu'elle le croie, ne serait-ce que pour honorer cette amitié qu'ils partagent. "Tu dois penser que je suis complètement fou. Ca m'arrive de le penser. Mais si… je m'étais trompé ? Si nous nous étions tous trompé ?" Il est Voltigeur, ils sont l'ennemi : c'est sensé être tellement simple ! Mais ça ne l'est pas, n'est-ce pas ? Il espère tout de même, le Voltigeur, que Liselotte réalise la confiance énorme qu'il place en elle en lui tenant ce discours. Parce que chaque mot qu'il prononce le met hors-la-loi devant les promulgations de l'empereur. De l'ancien empereur. Et pourtant, se demande amèrement le Voltigeur en vidant son verre, ont-elles encore une quelconque valeur avec ce qu'il vient de se passer ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles • Modo
avatar

Messages : 490
J'ai : 30 ans
Je suis : Couturière au service de la cour d'Ibélène, Espionne à la Cour des Miracles (infiltration)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles, Sombreciel & l'empire d'Ibélène
Mes autres visages: Alméïde, Ilse, Aurore, Victorine, Teagan
La Cour des Miracles • Modo
Message Sujet: Re: Ma chandelle est morte, je n'ai plus de feu   Dim 17 Juin - 15:34

Liselotte garde ses yeux posés sur le Voltigeur, attentive à son attitude et à ses réactions. Il semble plus que perdu et elle a entendu les rumeurs qui parlent des troubles qui secouent la vie de Mayeul. Sa mère n'est-elle pas dans un terrible état de santé ? La fin de la Rose n'est que la pointe de l'iceberg, elle sait qu'il y a bien plus et qu'il doit réellement n'avoir aucun autre choix pour venir ainsi lui demander son aide concernant l'Ordre du Jugement.

« Je sais. Mais j'ai besoin de réponses, j'ai besoin de comprendre, et ce sont les seuls qui peuvent m'aider. » D'autres qu'elle se frotteraient les mains, à cet instant, de pouvoir ainsi manipuler un ancien écrin qui cherche des réponses. La couturière y songe d'ailleurs fortement, mais quel intérêt en tirerait-elle, si ce n'est de se faire bien voir par les têtes pensantes de l'Ordre ? Elle a déjà une position enviable et elle n'a guère envie de jouer avec les émotions de son ami, à cet instant. Elle pourrait, c'est quelque chose qu'elle a déjà fait avec d'autres, mais elle veut savoir où tout cela va mener. Avec un peu de chance, elle n'aura même pas besoin de se jouer de lui, il paraît assez chamboulé pour décider de lui-même qu'il désire les rejoindre.

« Quand la Chasse a été libéré, la Rose ne s'est pas montrée très désireuse de partager ses connaissances. Et les quelques recherches que j'ai pu faire dans les archives de la tour n'ont pas été très fructueuses. » Liselotte acquiesce à peine, trempe ses lèvres dans le vin pour en boire une gorgée. Ca ne l'étonne pas. La Rose Écarlate est emplie de secrets, elle a toujours été enveloppée d'une aura de mystère qu'ils n'ont cessé d'épaissir pour dissimuler un passé trouble. Mayeul ne trouvera rien de plus à leur sujet de cette façon. « Une amie m'a emmené au cœur d'Erebor, côtoyer les secrets du peuple des Dunes. Elle m'a parlé de l'Ordre et de son implication, de leurs idéaux, de leurs aspirations. De leur vérité. L'Ordre existe depuis des centaines d'années, et ils auraient travaillé à la préservation de ce que la Rose a voulu détruire. Ils ont peut-être les réponses que je cherche. » « Une amie, mh ? » demande-t-elle, à moitié sérieuse, à moitié malicieuse. Le sujet ne prête pas à rire, pour lui, mais elle se doute bien de qui il parle. Elle était, après tout, à la tête de sa loge jusqu'à présent. « Parfois je me demande, et si ce n'est pas l'Ordre le problème ? J'ai été écrin Liselotte. J'ai été le Cavalier Noir. Et si ce n'était qu'un vaste mensonge ? » Comment répondre à de tels questionnements quand rien n'est tout blanc ou tout noir ? Il lui semble voir un enfant qui ouvre les yeux sur la vie pour la première fois. « Tu dois penser que je suis complètement fou. Ca m'arrive de le penser. Mais si… je m'étais trompé ? Si nous nous étions tous trompé ? »

Liselotte pousse un léger soupir et repose son verre sur la table. De ses doigts, elle vient serrer la main de son ami, avec douceur. « Tu n'es pas fou, Mayeul. Tu te poses les bonnes questions et tu as bien fait de venir m'en parler, parce que je vais t'aider. » Elle lui adresse un mince sourire, son regard plus sérieux que d'ordinaire. « La Rose n'était peut-être qu'un vaste mensonge, mais ils ont été le symbole d'une paix durable pour tout le continent, beaucoup croyaient en eux, et tu as cru en eux toi aussi. Tu as fait ce que tu pensais être juste, peu importe leurs réels desseins, tu as fait ce que tu as pu, n'est-ce pas ? » Un simple questionnement qui n'attend pas réellement de réponse. « Ils se sont joués de beaucoup de monde. Et l'Ordre, eh bien... l'Ordre a toujours oeuvré pour protéger ceux qui étaient voués à disparaître, pour conserver ce qui devait l'être. » Mais ce n'est pas tout, pas vrai ? L'espionne est assez bien placée pour savoir que ce n'est pas tout, qu'il y a plus encore. Elle lève les yeux pour les ancrer dans les siens. « Ton amie a eu raison de te montrer tout ce que l'Ordre cherche à faire de bien, mais en son sein, tout n'est pas aussi noble qu'il n'y paraît non plus. Certains ne veulent pas se contenter de protéger, ils veulent semer le trouble et le chaos. Faire partie de l'Ordre, c'est aussi se salir les mains et être prêt à tout, tu as bien vu de quoi ils sont capables, depuis quelques temps. » Elle penche légèrement la tête, songeuse. « La réelle question, ce n'est pas en qui tu veux croire, mais quel est ton but et quel est le meilleur moyen de l'obtenir. Tu es Voltigeur, Mayeul, tu protèges ton duché et ton empire. Mais que cherches-tu, réellement ? » Elle le pousse dans ses retranchements, elle le force à voir plus loin et à questionner ce qui l'entoure, afin de s'affranchir de tout cela. Liselotte est cielsombroise, elle est ibéenne, mais elle est avant tout membre de la Cour des Miracles et elle sait que sur les pavés de la Ville Basse, l'endroit d'où l'on vient importe bien peu. Il faut savoir s'adapter, se faire sa place dans un monde qui évolue constamment, jouer le rôle que l'on attend de nous pour pouvoir s'élever au-dessus de la mêlée. Voilà bien longtemps qu'elle a compris tout ça et c'est peut-être ce qu'elle tente de faire comprendre à Mayeul. Il n'y a pas de bien ou de mal, rien que des hommes et des femmes qui cherchent à aller de l'avant et à se faire une place sur ce continent.

_________________


On joue parce qu' on aime la vérité et parce qu' on la déteste. On joue parce qu' on deviendrait fou si on ne jouait pas. Jouer ! Est-ce que je sais, moi, quand je joue ? Est-ce qu' il y a un moment où je cesse de jouer ?








dialogues • mediumvioletred
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 3037
J'ai : 31 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Ma chandelle est morte, je n'ai plus de feu   Lun 25 Juin - 23:16

Liselotte sait parler mais une chose est sûre, elle sait également écouter. Elle ne l'interrompt pas, se contentant de hocher la tête à ses paroles, et Mayeul lui en est profondément reconnaissant. Maintenant que les vannes sont ouvertes, il a besoin d'aller jusqu'au bout de ses pensées le Voltigeur, besoin de parler, d'exposer tout ce qu'il garde en lui depuis tant de mois. Il parle à Mathilde, mais ce n'est pas réellement la même chose après tout. Et Liselotte est une amie de longue date. Elle n'est pas la seule, mais à qui d'autres pourrait-il parler de ça ? Il a songé à Mélusine, mais elle était écrin, cela fausse la donne. Denys ? La frontière est un obstacle insurmontable pour le moment, et une lettre ne lui semble guère judicieuse. Et Liselotte a des connaissances, des contacts que bien des gens n'ont pas, c'est en partie pour cela que le choix de Mayeul s'est porté sur elle.

Le Voltigeur ne peut s'empêcher de sourire à la question de Liselotte, avant de se renfermer. Une amie, oui. Perdue à tout jamais, peut-être. Une des seules de son entourage à ne pas lui avoir menti, peut-être aussi. Il aurait dû lui dire, il le sait Mayeul, et culpabilise chaque jour à ce propos, et sur bien d'autres d'ailleurs. Le geste soudain de la petite couturière lui fait lever les yeux vers ce visage qu'il a contemplé tant de fois, et le soulagement qu'elle peut sans doute lire dans les yeux du Voltigeur n'est pas feint. Partager le poids de ses questionnements, savoir qu'il tient un début d'espoir pour trouver des réponses soulage grandement Mayeul.

Il hoche la tête à ses paroles, conscient qu'elle n'attend pas réellement de répondre. Il y a cru, oui, il a cru faire ce qui était juste. Il a cru défendre une cause pure, aider les habitants d'Arven. Il les as aidé, au final, mais n'aurait-il pas pu le faire autrement ? Mayeul n'est pas stupide, il sait que l'Ordre du Jugement n'est pas non plus innocent dans toute cette histoire. Mais il est plus… honnête, peut-être ? Et si tous ces savoirs perdus, ces artefacts détruits avaient permis la création d'un monde meilleur que ce que la Rose avait à offrir ? Comment savoir, après tout ?

Liselotte capte son regard, et son ton se fait plus sérieux encore. Les questions qu'elles lui posent se font précises, et Mayeul hésite. Liselotte semble avoir soupesé le sujet bien avant qu'il ne vienne chercher son aide, c'est certain. Que sait-elle, réellement ? Peut-elle réellement l'aider ? "Je sais", souffle le Voltigeur. "J'ai fait des choses dont je ne suis pas fier Liselotte, pour Ibélène. Pour Svaljärd. Parce que c'était ainsi, c'était ce qu'il fallait faire. Je ne vais pas me voiler la face, je sais que l'Ordre du Jugement comporte des zones d'ombres, et qu'ils sont loin d'être innocents." Bien sûr qu'il le sait, il était aux premières loges après tout. "Mais je veux savoir. Je veux comprendre, réellement, dans quoi je mets les pieds." Il a toujours su manier les mots, les arranger pour créer des poèmes et charmer ceux qui avaient sa faveur, mais il a l'impression que les mots lui échappent, dans cette discussion. La main de Mayeul saisit l'autre main de Liselotte, pour appuyer davantage sa déclaration. "Je veux faire ce qui me semble juste Liselotte. Je suis devenu Voltigeur pour aider les gens. Les défendre, les protéger mais surtout, surtout, les aider. Et j'ai parfois l'impression qu'en devenant le Cavalier Noir, j'ai contribué à faire l'inverse."

Il soupire le Voltigeur, avant de tenter l'humour. "Je suis peut-être un stupide idéaliste. Mais je n'y peux pas grand-chose, je suis Cielsombrois." Sans doute est-ce qui arrive quand on lit trop de philosophie et de psychologie, avec l'alcool et les drogues pour aider à digérer certains concepts obscurs. Mayeul lâche les mains de la couturière avant de reprendre une gorgée de vin. "Peut-être qu'au fond, je veux juste tenter de renverser le mal que la Rose a pu faire. Confisquer les savoirs les plus avancés pour garder Arven sous la domination de quelques-uns… mais ce n'est pas aussi simple, n'est-ce pas ? " La Rose a considéré les habitants d'Arven comme des enfants incapables de s'entendre, et leur a confisqué leurs jouets les plus dangereux. Leur rendre est-il réellement l'action la plus intelligente ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles • Modo
avatar

Messages : 490
J'ai : 30 ans
Je suis : Couturière au service de la cour d'Ibélène, Espionne à la Cour des Miracles (infiltration)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles, Sombreciel & l'empire d'Ibélène
Mes autres visages: Alméïde, Ilse, Aurore, Victorine, Teagan
La Cour des Miracles • Modo
Message Sujet: Re: Ma chandelle est morte, je n'ai plus de feu   Mer 18 Juil - 15:49

Il est étrange de voir Mayeul ainsi désemparé. Liselotte l'a déjà vu dans de nombreux états, pas toujours très reluisants, elle l'a déjà vu vulnérable, elle l'a déjà vu repousser les limites. Mais elle le sent fragile, à cet instant. Elle le sent à la frontière entre deux mondes et chacun de ses mots peut le faire basculer d'un côté comme de l'autre. Il cherche des réponses, il cherche à comprendre. Il est venu obtenir de l'aide et elle va la lui donner, pas uniquement car elle voit là une bonne occasion de faire voir à d'autres ce que peut représenter l'Ordre, mais également car il est son ami.

« Je sais. J'ai fait des choses dont je ne suis pas fier Liselotte, pour Ibélène. Pour Svaljärd. Parce que c'était ainsi, c'était ce qu'il fallait faire. Je ne vais pas me voiler la face, je sais que l'Ordre du Jugement comporte des zones d'ombres, et qu'ils sont loin d'être innocents. Mais je veux savoir. Je veux comprendre, réellement, dans quoi je mets les pieds. » Elle hoche la tête, elle comprend. Toute cielsombroise qu'elle est, la couturière fonce rarement tête baissée sans savoir dans quoi elle s'engage. Lorsqu'elle a rejoint l'Ordre, elle l'a fait avec prudence et circonspection, à la fois curieuse de connaître un peu plus les desseins de ces personnes mais également réceptive à leurs discours. Elle n'est pourtant pas naïve, elle est bien placée pour savoir que de belles promesses ne viennent pas sans sacrifices. Et Mayeul semble en être conscient, lui aussi. « Je veux faire ce qui me semble juste Liselotte. Je suis devenu Voltigeur pour aider les gens. Les défendre, les protéger mais surtout, surtout, les aider. Et j'ai parfois l'impression qu'en devenant le Cavalier Noir, j'ai contribué à faire l'inverse. » Elle serre sa main en retour, comme il l'a fait lui-même. Sans un mot, afin de le laisser déballer tout ce qu'il a sur le coeur.

« Je suis peut-être un stupide idéaliste. Mais je n'y peux pas grand-chose, je suis Cielsombrois. » C'est un petit sourire complice qui naît sur les lèvres de la couturière. « Peut-être qu'au fond, je veux juste tenter de renverser le mal que la Rose a pu faire. Confisquer les savoirs les plus avancés pour garder Arven sous la domination de quelques-uns… mais ce n'est pas aussi simple, n'est-ce pas ? » C'est à son tour de pousser un soupir. Liselotte aperçoit le chaos dans l'esprit de son ami, elle veut essayer d'y apporter un peu d'ordre. « Le mal que la Rose a fait, ça s'est passé il y a plus de mille ans. Ils ont oeuvré depuis pour que ces savoirs restent oubliés, pour que la paix subsiste, ils ont encouragé l'oppression et le massacre de ceux qui les détenaient, mais tu n'es pas responsable de décisions prises bien avant ta naissance. » Elle cherche Mayeul du regard, sourcils levés. « N'as-tu pas défendu et protégé, sous les voiles du Cavalier Noir ? À moins qu'il t'ait fait commettre des actes que tu regrettes ? » Encore une fois, elle cherche la faille, elle le pousse un peu plus dans ses réflexions. Dans ses paroles, il pourrait y voir une défense de la Rose, mais il n'en est rien.

Liselotte reprend une gorgée de vin et continue d'une voir ferme. « Peu importe ce que tu as fait, quand l'ignorance guidait tes pas. Maintenant, tu sais, et tu peux faire tes choix en conséquence. Tu as raison, l'Ordre tente de protéger des savoirs anciens depuis des centaines d'années et il est temps, à présent, que ceux-ci refassent surface. Tu as entendu comme moi les récits des personnes qui ont vécu une autre vie, l'an dernier. Tu as entendu parler de ces merveilles façonnées par nos plus grands savants. Les récupérer serait non seulement merveilleux, mais c'est aussi notre droit. » Une fierté toute ibéenne brille dans ses yeux. Son regard accroche le sien, avec conviction. Qu'il cesse de douter sur des erreurs dont il n'était même pas conscient. Qu'il prenne son avenir en main.

_________________


On joue parce qu' on aime la vérité et parce qu' on la déteste. On joue parce qu' on deviendrait fou si on ne jouait pas. Jouer ! Est-ce que je sais, moi, quand je joue ? Est-ce qu' il y a un moment où je cesse de jouer ?








dialogues • mediumvioletred
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 3037
J'ai : 31 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Ma chandelle est morte, je n'ai plus de feu   Sam 28 Juil - 18:37

Elle le laisse parler et s'épancher, et Mayeul s'efforce de répondre de son mieux à ses questions. Il voit clair dans son jeu, elle l'oblige à creuser son ressenti aussi profond qu'il l'ose, et il sait que c'est pour son bien. Mais il y a pensé, bien avant. Il a passé de longues heures à soupeser son choix, essayant de ne pas se laisser aveuglé par ce qu'il ressent. Mais comment être totalement objectif, alors que ses sentiments ont toujours mené sa vie ? La Rose a causé sa rupture avec Reja. Elle a causé la mort d'innocents, juste pour conserver un pouvoir acquis de façon malhonnête. Mais d'un autre côté, l'Ordre aussi a tué. Dans une illusion de justice et de liberté, certes, mais les innocents qui sont morts n'en avaient que faire.

Il ne vaut pas mieux qu'eux, Mayeul, lui qui a tué simplement parce que son adversaire a reçu un cadeau d'Aura et qu'il en a fait un bien mauvais usage. Lui ou eux. Mais au fond, ces mages ne cherchaient, comme lui, qu'à préserver leurs acquis. Leur terre, leur don, leur liberté. Et si c'était la Magie la cause de toute cette corruption ? En libérant les magies interdites, ne serait-ce pas pire ? Il doute, Mayeul, il le sait. Il ne sait plus vraiment où il en est, de toute façon. La seule chose de sûr, c'est ce qu'il a dit à Liselotte : il veut protéger les gens. Les siens. La guerre est un gâchis monumental, certes, mais c'était la seule solution pour survivre. Et être Voltigeur, c'est bien le seul repère dans son monde qui part à la dérive. Il ne sert à rien de se reprocher des choses sur lesquelles il n'a aucune prise, Liselotte a raison. Le reste de sa phrase, pourtant, laisse Mayeul songeur : a-t-il commis des actes qu'il regrette ? "Je… je ne crois pas. Je ne sais pas." Murmure le Voltigeur, sans vérifier si Liselotte l'entendra ou pas. Il est défait, Mayeul. Il sait qu'il s'est opposé à ce que voulait Sigvald, parfois, de plus en plus les dernières semaines. Il n'a rien commis qu'il regrette, pourtant… consciemment, du moins. Doit-il seulement évoquer, pour la jeune femme, ces moments d'obscurité totale pendant lesquels il ne se rappelle rien ? Cette impression de s'être endormi quelque part pour se réveiller ailleurs ? Et cette sensation d'être dépossédé de son corps, de ne plus être celui aux commandes, lors de la dissolution de la Rose ?

Non, sans doute que non. Le silence, parfois, reste la solution la plus saine pour éviter de devenir fou.

Il souhaiterait que cela soit aussi simple Mayeul, balayer d'un revers de main tout ce qu'il a fait alors qu'il ne savait pas. Mais sa culpabilité ne l'entend pas de cette oreille, et même s'il sait que Liselotte à raison… non, ce n'est pas aussi facile. Mais il s'efforce de ne pas laisser ses sentiments se voir, et il se contente de hocher la tête le Voltigeur. Il esquisse même un sourire devant la fierté toute ibéenne de la jeune femme. C'est leur droit de récupérer ces merveilles perdues, certes. Quand on voit pourtant ce qu'en a fait l'Ordre du Jugement, n'est-ce pas un trop gros risque ?

"Effacer tout, récupérer ce qui reviens de droit à chacun. Faire ce qui est juste." Il laisse le silence s'éterniser quelques secondes le voltigeur avant de soupirer. "Je suis prêt à aider." C'est de la trahison, et il le sait. L'Ordre du Jugement n'est pas le bienvenu en Ibélène. "Mais pas sans garanties, et pas sans savoir." Il ne se laissera pas mener en bateau deux fois. "C'est pour cela que je veux leur parler, et que j'ai besoin de ton aide Liselotte. As-tu la moindre idée de comment organiser une rencontre ?" Car c'est bien le seul moyen, n'est-ce pas ? "En guise de bonne volonté, j'ai même quelque chose à offrir. Mande-Etoiles, l'arme du Cavalier Noir."

Il lui en coûte, à Mayeul, de prononcer ces mots. Mais sans un minimum de sacrifices de sa part, il sait qu'il n'arrivera à rien. Comment l'Ordre pourrait-il croire en sa bonne volonté ? Il a été écrin, et il est actuellement major de Svaljärd. Il est l'ennemi. "Et s'ils me tuent pour récupérer mon cadeau, et bien, je saurais au moins qu'ils n'étaient pas dignes de confiance." Plaisante Mayeul avec autant de légèreté qu'il le peut.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles • Modo
avatar

Messages : 490
J'ai : 30 ans
Je suis : Couturière au service de la cour d'Ibélène, Espionne à la Cour des Miracles (infiltration)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : la Cour des Miracles, Sombreciel & l'empire d'Ibélène
Mes autres visages: Alméïde, Ilse, Aurore, Victorine, Teagan
La Cour des Miracles • Modo
Message Sujet: Re: Ma chandelle est morte, je n'ai plus de feu   Mar 4 Sep - 10:21

La confusion de son ami la touche. Elle ne peut pleinement comprendre ce que c'est que d'avoir accueilli un esprit millénaire en son sein, que de lui avoir fait confiance et d'avoir combattu à ses côtés, pour lui. Qu'aurait-elle ressenti si elle avait été écrin, que du jour au lendemain, toutes les vérités qu'elle croyait savoir s'effondraient autour d'elle ? Ce doit être pour cela que Liselotte ne met jamais réellement sa pleine et entière confiance en un seul lieu, qu'elle creuse plus loin sans jamais se jeter corps et âme dans ses convictions. Sa seule réelle allégeance va à la Cour des Miracles qui lui a tant apporté pendant des années, et même au coeur de ses pavés enchantés, elle reste méfiante de ceux qui les entourent, car elle sait qu'un idéal peut être juste mais que les personnes qui le portent peuvent décevoir. Elle en est la preuve vivante, elle qui se laisse porter par le vent au gré de ses envies et de ses ambitions. Elle sait qu'elle n'aurait jamais pu être choisie comme écrin, car jamais elle n'aurait porté les idéaux de la Rose avec autant de ferveur que ceux qui ont été révélés comme tel. Mayeul ne fait pas exception, il fonce tête baissée et il y met tout son coeur. Pas étonnant qu'il soit désormais aussi perdu.

« Effacer tout, récupérer ce qui reviens de droit à chacun. Faire ce qui est juste. » Faire ce qui est juste. Mais pour qui ? La question reste en suspens, au bout de ses lèvres. La couturière ne cherche pas à semer plus encore le doute dans son esprit déjà bien trop embrouillé. « Je suis prêt à aider. » Un sourcil se lève, mais le reste de son visage reste impassible. Liselotte peine à croire ce qu'elle entend. « Mais pas sans garanties, et pas sans savoir. » Cette fois-ci, c'est un sourire qui fend les lèvres de l'espionne. Aurait-il appris la leçon ? « C'est pour cela que je veux leur parler, et que j'ai besoin de ton aide Liselotte. As-tu la moindre idée de comment organiser une rencontre ? En guise de bonne volonté, j'ai même quelque chose à offrir. Mande-Etoiles, l'arme du Cavalier Noir. » Elle reste sans voix. Mande-Etoiles ? Pourquoi irait-il jusqu'à donner cette arme ? « Et s'ils me tuent pour récupérer mon cadeau, et bien, je saurais au moins qu'ils n'étaient pas dignes de confiance. »

Liselotte laisse le silence s'installer un instant, réfléchissant sérieusement à la manière d'aborder la question. Sa voix est mesurée, teintée d'un léger amusement, quand elle reprend la parole. « Je doute que l'arme du Cavalier Noir les intéresse. Les armes de la Rose ne sont plus que ça, des armes, puisque leurs pouvoirs se sont envolés avec la Rose Écarlate. » C'est en tout cas ce que ses sources lui ont affirmé. Aucun écrin n'a usé de ses dons particuliers lorsqu'ils ont été renvoyés au sein de l'Académie pour aider les invités présents à échapper à la Chasse Sauvage. Sans l'enchantement qui retenait l'esprit de Sigvald à l'intérieur de l'arme, celle-ci n'a plus réellement de valeur. « Tu n'as pas à t'inquiéter de te faire tuer. Voilà plusieurs minutes déjà que tu parles à une personne de l'Ordre du Jugement et tu sembles pourtant en pleine forme. » Elle laisse l'information flotter dans les airs, elle lui laisse le temps d'enregistrer ce qu'elle vient de lui révéler. Liselotte arbore un air sérieux sous son sourire espiègle. « Nous ne sommes pas tous désireux de mettre le continent à feu et à sang ou de tuer tous ceux qui se mettent en travers de notre route pour obtenir ce que l'on veut. Mais il y a parfois des sacrifices à faire, tout comme tu dois parfois en faire en tant que Voltigeur qui suit les ordres de ses supérieurs. Peut-être que tu y trouveras tout de même ton compte. » Liselotte n'a rien contre se salir les mains de temps en temps, mais elle n'aime pas spécialement l'idée de sacrifier des centaines d'innocents pour parvenir à ses fins non plus. Si elle peut obtenir ce qu'elle veut autrement – par le chantage, par la corruption, par la manipulation – elle n'y voit aucun scrupule néanmoins. Mayeul voit-il les choses de la même manière, lui qui a le coeur si grand et prompt à s'ouvrir à la moindre occasion ?

_________________


On joue parce qu' on aime la vérité et parce qu' on la déteste. On joue parce qu' on deviendrait fou si on ne jouait pas. Jouer ! Est-ce que je sais, moi, quand je joue ? Est-ce qu' il y a un moment où je cesse de jouer ?








dialogues • mediumvioletred
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 3037
J'ai : 31 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Ma chandelle est morte, je n'ai plus de feu   Dim 23 Sep - 13:55

Le silence s’est installé dans la pièce et si Mayeul est pleinement troublé, il apprécie la familiarité de la présence de Liselotte à ses côtés. Il a beaucoup aimé au cours de sa vie Mayeul, des hommes, des femmes, des jouvencelles encore bien innocentes ou au contraire qui savaient ce qu’elles voulaient. De tous ces gens, il garde un souvenir confus, mais certains – ou certaines, dans ce cas présent – ont su capter son attention bien assez pour qu’il y revienne régulièrement. Liselotte est l’une de ces femmes que Mayeul ne peut pas oublier, l’une de celles qui tiennent une place précieuse dans son cœur. Elle est une amante, mais surtout une amie. C’est bien pour ça qu’il est allé la voir alors même que ses propos frôlent la trahison.

La jeune femme secoue la tête en lui disant que les armes des Pièces ne sont plus que ça, des armes, et Mayeul se retient d’argumenter avec elle. Ce n’est clairement pas le sujet, et elle ne peut pas réellement comprendre. Ce ne sont pas des armes, ce sont des symboles. Des symboles de la force de la Rose Ecarlate, des fiers guerriers qu’ils furent, et de leur déchéance. La magie reste présente, d’une manière différente sans doute, comme un ancien cadeau de Sigvald à l’écrin que fût Mayeul. Le Voltigeur n’a pas pu se résoudre à l’utiliser, ni même à la délaisser ou à la revendre... mais peut-être n’est-ce un symbole que pour lui ? Toute la considération du Voltigeur pour l’arme du Cavalier disparaît pourtant aux prochains mots que Liselotte prononce. Elle ? Elle, membre de l’Ordre du Jugement?

Il reste muet le Voltigeur, le temps d’assimiler l’information. Il entend à peine les propos de Liselotte, notant vaguement qu’elle lui explique qu’il aura nécessairement des sacrifices à faire. L’énormité de ce qu’elle vient de lui dire le dépasse presque complètement, et Mayeul ne peut empêcher le sentiment de trahison qu’il a ressenti lors de l’annonce de Reja de resurgir à nouveau. Liselotte savait. Liselotte lui a menti. Des parcelles de ses précédentes rencontres avec la jeune femme surgissent dans son esprit, dont cette fameuse nuit de la Samhain. C’était.... tout était faux, tout. A nouveau, l’impression puissante d’avoir été manipulé et utilisé comme un enfant donne à Mayeul l’impression d’étouffer. Il ne peut que secouer la tête, le désarroi visible sur son visage, avant de passer à nouveau ses mains dans ses cheveux. "Depuis quand, Liselotte ? Tout ce que j’ai pu te dire..." Couvrant son visage de ses mains, Mayeul laisse échapper un rire amer. "Je suis un crétin. Probablement le plus grand crétin qu’Arven ait jamais porté."

Il a été utilisé, abusé, par ceux envers il avait la plus grande confiance. Il n’a pas hésité à ouvrir son cœur et ses pensées, et tout ça pour quoi ? Pour qu’on le manipule ? Il est abasourdi, Mayeul, de découvrir l’ampleur du réseau de l’Ordre, car s’il n’a jamais soupçonné ses proches, combien d’autres, moins proches, font également partie de l’organisation ? Et si tant de gens ont décidé d’adhérer aux idéaux de l’Ordre, n’est-ce pas parce qu’ils sont dans le vrai, et que lui s’est complètement fourvoyé ? Il croyait connaître Liselotte, il pensait connaître Reja... Peut-il, réellement, s’être trompé à ce point sur leur compte ? Il les connaît, il sait leurs aspirations, elles ne sont pas le mal incarné que l’Ordre est censé être. Alors quoi ? Qui a tort, qui a raison ? Quelqu’un a-t-il seulement tort, dans cette histoire ?

Mayeul se lève brusquement, faisant quelques pas dans la pièce. "Est-ce que quelqu’un d’autre fait partie de l’Ordre ? Mes parents, Nuage, tous les gens que je connais ?" Il est puéril, il le sait, de se pencher sur ses propres tourments alors que toute cette histoire dépasse largement sa propre petite personne. Il lui faut quelques instants pour assimiler la nouvelle et faire taire le sentiment de trahison qui le brûle au fer rouge. Et il ne peut s’empêcher de penser, Mayeul, que si ces gens qu’il apprécie particulièrement ont succombé aux sirènes de l’Ordre, c’est que celui-ci a de sacrés arguments. De solides arguments, également, car Liselotte n’est pas une jeune femme qui se jette tête baissée dans n’importe quoi, un trait de caractère qu’elle partage avec Reja. Elles savaient, toutes les deux, dans quoi elles s’engageaient, il n’en a aucun doute. "J’ai tué des gens de l’Ordre." Reprend Mayeul en regardant la jeune femme. "Sous les voiles du Cavalier, mais également en tant que major de Svaljärd. C’étaient eux, ou des innocents qui n’avaient rien demandé. C’étaient des fanatiques, bien décidés à tuer en masse pour imposer leur point de vue." Il s’interrompt à nouveau, soupirant avant d’en arriver à sa question. "Reja m’a dit que tout l’Ordre du Jugement ne pensait pas comme ça, et je refuse de croire qu’elle ai pu me mentir. Je refuse de croire que toi, tu puisses penser comme ça. Les sacrifices sont parfois nécessaires, je suis le premier à le savoir." Le Voltigeur secoue la tête, faussement amusé. "Et te faire la leçon sur le fait de ne rien dire alors que j’ai fait la même chose serait bien hypocrite de ma part."

Nouveau soupir, et Mayeul avoue. "Que tu fasses partie de l’Ordre facilite les choses, peut-être. Je veux avoir confiance en toi et en ton jugement Liselotte." Comme il a confiance dans celui de Reja, qu’importe les silences et les non-dits. "Je veux réparer les erreurs et les torts que j’ai pu commettre. Je suis prêt à faire les sacrifices qu’il faudra pour aider, mais si je dois intégrer l’Ordre du Jugement, je veux que ce soit à mes conditions. Je refuse de me laisser encore manipuler." Son regard s’est fait presque défiant. Mayeul est fatigué de devoir obéir sans comprendre et il est bien décidé à ne pas refaire les mêmes erreurs.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Ma chandelle est morte, je n'ai plus de feu   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ma chandelle est morte, je n'ai plus de feu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Isabelle Caro, ex-mannequin, anorexique, et morte
» Amy Winehouse est morte
» Oui, je suis morte. Mais ma résurrection est prévue la semaine prochaine.
» Ségo n'est pas morte!
» Une langue morte?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Ibelene :: Valkyrion :: Ibelin-
Sauter vers: