AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La fleur de l'illusion produit le fruit de la réalité...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 631
J'ai : 37 ans
Je suis : Voleuse - Maitre Stratégie au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Le fils des Ombres
Mes autres visages: Bastien
La Cour des Miracles
Message Sujet: La fleur de l'illusion produit le fruit de la réalité...   Lun 23 Avr - 20:52


 
Livre III, Chapitre 1 • D'Accord et de Chaos
Tara Mille-Visages & Merle Consent

 
La fleur de l'illusion produit le fruit de la réalité...

 

 

• Date : 12 février 1003
 • Météo (optionnel) : L'air est doux et le soleil brille
 • Statut du RP : privé
 • Résumé : Tara, revenue depuis quelques jours à Lorgol, se décide enfin à aborder Merle pour lui annoncer ce qui, normalement, devrait être une bonne nouvelle. Même si elle n'y croit pas encore totalement.
 • Recensement :
 
Code:
• [b]12 février 1003[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t3627-la-fleur-de-l-illusion-produit-le-fruit-de-la-realite]La fleur de l'illusion produit le fruit de la réalité...[/url] - [i]Tara Mille-Visages & Merle Consent[/i]
    Tara, revenue depuis quelques jours à Lorgol, se décide enfin à aborder Merle pour lui annoncer ce qui, normalement, devrait être une bonne nouvelle. Même si elle n'y croit pas encore totalement.
   

 

_________________

   

   
   
   
   
   
   
   
   




Dernière édition par Tara Mille-Visages le Lun 30 Avr - 19:06, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 631
J'ai : 37 ans
Je suis : Voleuse - Maitre Stratégie au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Le fils des Ombres
Mes autres visages: Bastien
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: La fleur de l'illusion produit le fruit de la réalité...   Lun 23 Avr - 20:53

Depuis combien de temps suis-je en train de le fixer, dans l’ombre, un sourire incertain flottant sur mes lèvres ? Difficile à dire. D’autant que j’ai passé la journée ou presque à le chercher. Bon, en vérité, j’ai passé près d’une heure devant sa porte, à ne pas oser frapper, à ne pas savoir comment aborder la chose. Est-ce que je dois être naturelle ? Est-ce que je dois lui annoncer rapidement ? Mettre les formes ? Est-ce que je me pose trop de questions ? … c’est bien la certitude que j’ai en vérité. Je tousse un rire, effleurant mon ventre encore plat alors que j’observe le père de cet enfant dont j’ai encore du mal à accepter la réalité.

Je suis revenue depuis quelques jours déjà et j’ai réussi à soigneusement éviter tout le monde, ma magie étant des plus instables. Et il semblerait que cela n’ira pas en s’arrangeant et que je vais devoir commencer à prendre les mesures nécessaires. Qui comprennent l’abandon de mon masque habituel, notamment devant Tyr. Peut-être est-ce le moment de tout lui dire, que je ne pourrais pas trouver d’occasion plus propice. Mais j’ai tellement peur. Et l’annoncer à Merle, même si je n’y crois pas vraiment, me semble plus facile.

J’ai fini par frapper à sa porte avant d’éclater nerveusement de rire quand j’ai réalisé qu’il n’était pas là. Autant dire que je me sentie pour le moins ridicule. Pour autant, décidée à lui annoncer aujourd’hui, je suis partie à sa recherche, me renseignant auprès de ses garnements qui ont été ravis de me délester de quelques pièces pour me donner des informations parfois douteuses. Mais, à force de chercher et grâce à un Archimède qui ne s’éloigne plus guère depuis que j’ai appris la nouvelle, j’ai fini par découvrir qu’il est en train de se promener le long des canaux. J’ai un sourire à cette découverte, songeant que cet endroit symbolise pour moi à merveille Lorgol et tout ce que cette ville m’a apporté.

Je laisse filer quelques instants avant de me décider et de m’avancer dans sa direction. Archimède ne se fait pas prier et se pose directement sur son épaule en hululant joyeusement et je pose ma main sur son bras en soufflant, d’un air taquin. « Tu sais que tu es difficile à trouver. J’ai dû me ruiner pour avoir des informations et tes garnements m’ont envoyée un peu n’importe où. Je suppute une conspiration de leur part quand ils ont réalisé qu’ils auraient des pièces de ma part. » Je me mets sur la pointe des pieds pour l’embrasser sur la joue. « Je suis contente de te voir. Tu m’as manqué durant mon absence. Je n’avais personne pour me flatter éhontément et se moquer de mon chapeau. » Je lui désigne le petit chapeau que j’ai déniché pour l’occasion, histoire de nous remémorer tous les deux un des instants importants que nous avons pu partager et j’hésite avant de reprendre, passant mon bras sur le sien. « J’espère que tu n’es pas trop occupé. J’ai envie de passer du temps avec toi. » Est-ce que je dois me faire plus sérieuse ? Lui dire que nous devons parler ? Que j’ai peur d’avoir perdu l’esprit pour de bon depuis que je crois être enceinte ? Et si c’est le cas, que pourrait-il bien faire de toute façon ? Je me rends compte que je tremble alors que je voulais avoir l’air détendue, sure de moi. Pour lui prouver que je ne suis pas faible et que je saurais m’occuper de mon enfant. De notre enfant. Quand bien même, en cet instant précis, je n’en suis pas du tout persuadée. Alors, le regard que je lui jette est bien moins assuré que je le voudrais tandis que j’espère qu’il me dira bien être disponible pour moi, pour m’écouter, pour parler et, surtout, pour accepter que, dans quelques mois, ma vie va changer. Et la sienne, s’il le souhaite vraiment.

_________________

   

   
   
   
   
   
   
   
   


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 325
J'ai : 47 ans
Je suis : Voleur - Maître du Charme au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Fils de l'Ombre
Mes autres visages: /
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: La fleur de l'illusion produit le fruit de la réalité...   Jeu 17 Mai - 19:46

Qui a dit que le Maître du Charme devait sans cesse être entouré ? Bon soit, je reconnais que j’apprécie davantage avoir de la compagnie qu’être seul, mais qui puis-je ? J’ai grandi ainsi, en étant entouré, de ma famille, puis de mes amis, j’y ai pris goût. Et j’aime avoir un public il est vrai, quand bien même est-ce seulement des enfants que je parviens à faire rire par quelques sottises. En vérité, il m’arrive même souvent de préférer être entouré de mômes plutôt que d’adultes barbants et menteurs… même si mes garnements peuvent l’être tout autant, ce n’est pas pareil, ils ne mentent pas sur les mêmes choses… Et puis, encore faut-il arriver à baratiner le baratineur en chef, et ils sont rarement assez doués.
Tout cela pour dire qu’il m’arrive donc d’aimer la solitude, de chercher à m’éloigner un peu de tout ce brouhaha incessant et continu.  Et si à première vue, Lorgol semble grouillante de vie et sans repos, ce n’est le cas partout. Certains coins, certaines ruelles, certains lieux sont souvent déserts pour peu que l’on y vienne à la bonne heure. Et les canaux en sont le parfait exemple à cette heure-ci. Evidemment, la moitié des gamins connaissent mes habitudes, mais s’ils savent où me trouver, ils ont aussi appris à ne pas venir m’y déranger. Sans doute pour cela que je parviens à voler quelques heures par-ci par-là et que je me retrouve à déambuler le long du fleuve sans aucune difficulté depuis tout à l’heure.

Je souris, perdu dans mes pensées, observant ces lieux et horizons que je connais pourtant déjà par coeur mais qui restent toujours aussi beaux à chaque fois que je les regarde. Et je sursaute presque quand l’oiseau vient se poser sur mon épaule, avant de reconnaître Archimède. Je le gratouille sur la tête tout en me retournant pour voir Tara se diriger vers moi. Mon sourire s’agrandit en la voyant et je souffle un rire en l’entendant.

« Le Maître de la Stratégie qui se fait avoir par une ribambelle de gamins, voilà qui ferait les chous gras de la gazette du coin… Un Maître tel que toi ne devrait pourtant pas se faire avoir par quelques enfants, ne crois-tu pas ? Mais je suis heureux de savoir qu’ils ne me vendent pas si aisément, même à toi… quand bien même as-tu sans aucun doute raison et qu’ils n’ont fait que vouloir exploiter le filon... » Je me penche un peu alors qu’elle m’embrasse sur la joue, souriant de plus belle et hochant la tête en avisant ledit chapeau. « Chapeau de voyage on ne peut plus splendide qui plus est ! » J’effleure sa joue de ma main et reprends doucement. « Tu m’as manqué aussi. Et je vais devoir rattraper le temps perdu pour te flatter éhontément, c’est cela ? » Je la fixe, haussant un sourcil, me faisant ouvertement curieux. Qu’elle hésite à me tenir compagnie est une chose, j’étais seul, je peux vouloir le demeurer. Mais elle devrait savoir sa compagnie ne me dérange jamais… J’esquisse un sourire alors que quelque chose semble la titiller. « Je suis débordé ma chère, mais je saurais faire une exception pour toi. » Je pose ma main sur la sienne, son bras sous le mien, et je reprends lentement la route. « Je suis toujours heureux de passer du temps en ta compagnie, tu le sais… » Je lui jette un coup d’oeil et soupire exagérement. « Mais vas-tu te décider à me dire ce qui te tracasse au point de te faire fuir ainsi ?... Ton voyage s’est bien passé ? As-tu trouvé des réponses à ce qui obscurcit ton regard et qui ne peut même pas être dévoilé au si cher et si vieil ami que je suis ? »

Je lui souris doucement. Elle me dira bien ce qu’elle veut, et elle le sait. Je tiens juste à lui rappeler qu’elle peut compter sur moi. Et je suis un peu curieux oui… Ou beaucoup même…

_________________



Tous les enfants ont du génie, le tout est de le faire apparaître
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 631
J'ai : 37 ans
Je suis : Voleuse - Maitre Stratégie au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Le fils des Ombres
Mes autres visages: Bastien
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: La fleur de l'illusion produit le fruit de la réalité...   Sam 19 Mai - 21:56

Je devrais être heureuse, radieuse même. Il paraît que c’est un qualificatif qui sied souvent aux femmes dans mon état. Mais, depuis que je suis au courant, depuis que je commence vaguement à me dire que c’est peut-être vrai, que je n’ai pas perdu la tête pour de bon et que dans quelques mois je pourrais tenir un petit être dans mes bras, les questions se bousculent. Elles s’entrechoquent, au point de me faire perdre un peu pied… beaucoup même, ne nous leurrons pas. Je sais que je dois parler à Merle, le principal concerné. Mais aussi à Tyr. Et, en vérité, je crains bien plus le second que le premier. Au pire, Merle ne voudra rien avoir à faire dans cette histoire. J’en serais chagrinée, ne nous leurrons pas, mais je saurais faire face. Pour Tyr, c’est encore autre chose.

Alors, j’ai commencé par le plus facile à gérer. Si l’on peut dire cela comme ça. Parce qu’en le voyant de loin, je sens déjà mon cœur qui se serre alors que j’imagine ses possibles réactions. Je m’arme pourtant de mon plus beau sourire, prête à affronter une tempête qui n’arrivera peut-être même pas. J’avoue que, si je n’ai pas la moindre idée de la façon dont il va réagir, son rire me réchauffe. Nous sommes amis et nous le resterons non ? Je ne demande pas plus. « Le Maître de la Stratégie n’est pas au mieux de sa forme ces derniers temps, il y a peut-être un lien. En tout cas, ils n’ont aucune pitié et ma bourse entière n’a pas réussi à me faire savoir où tu étais. Tu peux être fier d’eux en tout cas. Par contre, ils ont cédé devant mon regard brillant et mon air perdu. A croire que le Maître du Charme les influence plus que ce qu’on pourrait croire. » Au reste de ses propos, je pouffe un rire avant de faire mine de lui faire une révérence avec mon chapeau, l’inclinant devant lui. « Je t’en remercie. Je sais que je suis d’une rare élégance. Je suis juste déçue de ne pas avoir trouvé la même chose pour Archimède. » Mon Familier a repris son envol, voletant autour de nous joyeusement, ne s’arrêtant que rarement. « Oh, je t’ai vraiment manqué ? Je ne pensais pas. Mais je t’autorise à me flatter en tout cas, juste pour m’assurer que tu n’as pas perdu la main évidemment. »

Mais il se rend bien vite compte que je ne suis pas comme d’habitude. Il ne sait pas à quel point, bien entendu, mais il me connaît assez bien pour se faire une idée sur le fait que quelque chose cloche. « Débordé ? Qu’as-tu donc comme grands projets aujourd’hui ? » Je me cale contre son épaule, réprimant un soupir de soulagement alors qu’il accepte tout de même de faire route avec moi. Je ne sais pas comment lui dire les choses, comment trouver les mots ? Je déglutis alors qu’il soupire exagérément et je me fige, l’arrêtant un peu brusquement alors que nous sommes sur un petit pont de bois. Je relâche son bras pour m’accouder sur la rambarde et je laisse filer un silence, incapable de le regarder en face. Avant de finir par souffler, à mi-voix. « Je suis allée en Lagrance. Voir mon ami Tristan d’Amar. Je… j’étais terrorisée. Ma magie fait… enfin elle part dans tous les sens et je ne comprenais pas pourquoi. J’ai eu peur que la maladie qui nous a touchés cet été soit revenue... » Je soupire alors qu’Archimède se pose à côté de moi et picore doucement ma main. « J’ai eu peur de perdre de nouveau notre lien... »

J’effleure doucement les plumes de mon Familier avant de reprendre, d’une voix tremblante. « J’ai vu plusieurs personnes… et visiblement le verdict est sans appel. » Une nouvelle inspiration alors qu’Archimède bat joyeusement des ailes. « Je suis enceinte Merle. » Je me tourne vers elle, les larmes aux yeux et je déglutis avant d’ajouter dans un rire. « Et avant que tu ne poses la question. Oui, c’est toi le père. » Et je guette sa réaction, me mordillant la lèvre inférieure, partagée entre l’euphorie qui me vient à chaque fois que je songe à ce qui m’arrive et cette peur panique que tout soit faux et que je finisse par me réveiller sans rien. Comme tout cela n’était qu’un merveilleux rêve. Celui de trop probablement.

_________________

   

   
   
   
   
   
   
   
   


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 325
J'ai : 47 ans
Je suis : Voleur - Maître du Charme au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Fils de l'Ombre
Mes autres visages: /
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: La fleur de l'illusion produit le fruit de la réalité...   Mer 30 Mai - 21:21

Si je cherchais à avoir quelques moments de répit et de solitude, je suis malgré tout plus qu’heureux de voir Tara se porter à ma rencontre. Je ne me suis pas vraiment inquiété pour elle, j’ose espérer qu’elle me dirait quand même si quelque chose de grave survenait, mais pour autant, son départ a été quelque peu soudain. Et elle m’a manqué effectivement, ne pas pouvoir discuter et plaisanter avec elle m’a manqué. Bon, d’accord, je me suis peut-être un peu inquiété, d’autant que personne n’avait trop l’air de savoir où elle était ni pourquoi. Mais elle est là, elle va bien et elle est là, même si elle semble toujours un peu tendue et perturbée. Je souris et ris pourtant, dissimulant l’inquiétude de mes traits en l’entendant.

« Tu as pourtant l’air de te porter on ne peut mieux, sans doute le grand air te réussit-il… Es-tu en train de dire qu’une jeune femme anxieuse et perdue a davantage eu raison d’eux que toute ta fortune ? Je ne suis pas certain que mon influence soit une bonne chose dans ce cas. » Je soupire en secouant la tête, avant de sourire de nouveau à sa courbette et d’acquiescer. « Tu l’es à n’en point douter. Et je suis persuadé que l’on pourrait le faire faire si tu le désires, pour la prochaine fois. » Je jette un coup d’œil à l’oiseau qui volette autour de nous. Je la dévisage un instant et hausse un sourcil. « Et pourquoi donc ? Ai-je donc tant la réputation d’être volage et versatile que même mes amis pensent que je les oublie ou qu’ils ne peuvent me manquer ? » Je secoue la tête en souriant. « Évidemment. Merci de ton autorisation donc. »

Je n’aurais pas à chercher bien loin pour la flatter éhontément, cela a beau faire 10 ans que je la connais, on dirait que le temps n’a aucune emprise sur elle. Ou peut-être que si, mais dans ce cas, la rend-il encore plus jolie… Comme il me rend plus séduisant. Bref.

« Débordé ! Il y en a tant que je ne saurais pas lequel commencer je t’avoue. Mais ces grands projets attendront, étant donné que j’ai le privilège de ta compagnie. »

Je lui fais un clin d’œil, la gardant contre moi alors que l’on commence à marcher ensemble au bord des canaux. Peut-être aurais-je dû la laisser parler à son rythme, mais je vois bien que cela continue de l’inquiéter. Sans doute est-ce pour cela que je préfère mettre les pieds dans le plat une bonne fois pour toutes. Au pire me dira-t-elle que cela ne me regarde pas ou qu’elle n’a pas envie d’en parler non ? Et je retiens une grimace alors qu’elle nous arrête. Mais étant donné qu’elle ne m’engueule pas, je suppose qu’elle… qu’elle quoi ? Cherche ses mots ? Mais pourquoi donc ? Qu’il a-t-il de si grave qu’elle n’ose me le dire ?
Je fronce les sourcils, m’adossant à la rambarde à ses côtés, mon regard rivé sur elle. Et je comprends mieux ce qui a pu tant lui faire peur, j’étais à ses côtés lorsqu’elle avait été malade et je sais à quel point cela l’avait profondément affecté. Je regarde Archimède alors qu’elle lui effleure les plumes, avant de reporter mon attention sur elle, mon cœur se serrant.

Sauf que ce n’est pas ce à quoi je m’attendais. Vraiment pas. C’est mieux que le pire que j’imaginais il est vrai. Pourtant, j’ai dû mal à réaliser durant quelques secondes. Je la fixe, les yeux un peu écarquillés de surprise, et je referme la bouche quand elle reprend dans un rire. Que… quoi ?

« Attends je pensais que tu ne pouvais pas… Enceinte ? De… Depuis longtemps? Et euh… de moi ? Je… quoi ? »

Maître du Charme dans toute sa splendeur. Je toussote et me tourne vers elle pour la dévisager, mon regard se portant sur son ventre, puis de nouveau sur son visage alors que j’essaie tant bien que mal d’intégrer cette nouvelle plus que surprenant et improbable. Oh, je ne doute pas avoir quelques enfants à moi ici et là, mais je n’ai jamais eu de nouvelles d’aucun d’entre eux, et n’en ai jamais vraiment cherché certes. Alors que là… Je sais qu’elle attend une réponse, une réaction de ma part, autre que celle de poisson mort que je dois avoir, mais disons que c’est compliqué.

« Tu… Hum… » Je fronce les sourcils en la dévisageant. « Tu es sérieuse pas vrai ? Tu vas être maman ? Pour de vrai ? Tu… dois être plus qu’heureuse non ? Pourquoi as-tu l’air si inquiète encore ? » Je cligne des yeux. « Je vais être papa. » J’ai un rire léger, mélange étrange de joie et de nervosité alors que je continue de la fixer. « Un bébé ? »

Non, je ne souris pas un peu idiotement alors que je commence à réaliser qu’elle va avoir un bébé. Que je vais avoir… Qu’on va avoir un bébé. Un bébé ? Oh par les Dieux...

_________________



Tous les enfants ont du génie, le tout est de le faire apparaître
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 631
J'ai : 37 ans
Je suis : Voleuse - Maitre Stratégie au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Le fils des Ombres
Mes autres visages: Bastien
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: La fleur de l'illusion produit le fruit de la réalité...   Lun 11 Juin - 16:59

Ne nous leurrons pas. Le premier malheureux qui osera me parler des joies de la grossesse risque d’être plutôt mal accueilli. Certes, je ne suis au courant que depuis quelques jours. Quelques semaines tout au plus. Pour autant, je ne me sens pas vraiment à l’image de ces femmes ravies de porter la vie. Je sais, ma situation est pour le moins différente et quelque peu complexe. Pour ne pas dire totalement surréaliste. Toujours est-il que le sourire de Merle et son rire m’entourent d’un nuage de bienveillance. Je me sens bien avec lui, quand bien même nous avons deux vies pour le moins particulières. Pour autant, est-ce une mauvaise chose qu’il soit le père de mon enfant à venir ? En vérité, je pense que je n’aurais pas pu en trouver un meilleur. S’il accepte ce rôle bien évidemment.

J’ai une ombre de sourire à ses propos avant de hocher doucement la tête. « Prendre un peu d’air et respirer a été salutaire, je veux bien le reconnaitre. Tout comme je veux bien admettre qu’une femme perdue et inquiète les a attendris. Ce ne sont pas tes garnements pour rien mon ami. Sauf que tu aurais probablement réussi à soustraire un ou deux effets avant de m’indiquer enfin le bon chemin. » Mon sourire se fait malicieux alors que j’ai un regard en direction d’Archimède. « Attention, je risque de te prendre au mot. » Et au reste, j’ai un bref haussement d’épaules. « Tu es volage et versatile, ne cherche pas à me faire croire le contraire. Mais tu pourrais être réellement occupé. Ou ne pas avoir envie de discuter. Enfin, je suis heureuse de savoir que je t’ai manqué, même un peu. J’attends donc tes flatteries. » Je croise les bras un instant, le toisant avant de voir qu’Archimède se pose sur mon épaule en relevant le bec. « Et ne l’oublie pas donc. »

En attendant, je profite de sa présence et mon sourire se fait plus doux. « De grands projets ? Quels sont-ils ? » Et je regarde les canaux, me perdant un peu dans leur contemplation alors que, tout autour de nous tout semble si calme. J’ai un soupir, me rassurant de la proximité d’Archimède alors que je fais enfin part à Merle de ce qui m’inquiète. Avant de finir par tout lui dire. Je ne suis même pas sure d’être totalement claire tant j’ai l’impression que mon propre esprit a décidé de me jouer des tours et de m’empêcher d’être cohérente. Et pourtant, il semble comprendre. Et je hoche la tête avant de reprendre, parlant toujours un peu trop vite et la voix tremblant toujours autant. « Je ne pensais pas non plus… mais avec tous les bouleversements qu’a connue ma magie, cela a pu jouer, je ne sais pas. Et je… depuis notre petite balade à l’Académie je pense. » Je me mordille la lèvre au reste de ses propos. « … de toi oui. Je n’ai aucun doute à ce sujet. »

Je laisse filer un silence, le temps de lui laisser assimiler une information que je n’ai toujours pas vraiment acceptée et je bats des cils pour chasser les larmes qui menacent encore et toujours de prendre le pas sur le peu de contrôle que j’ai encore sur moi-même. « On ne peut plus sérieuse. Mais je… je suis morte de peur Merle. Je sais que tout porte à croire que je vais avoir un enfant, que je suis allée voir des mages, des médecins et que … je le sens. Mais si c’était faux ? Si c’était de nouveau comme cette autre réalité ? Si je me réveillais demain et qu’il n’y avait plus rien de nouveau ? » J’ajoute, dans un murmure. « Je ne suis pas sure que je pourrais le supporter cette fois. » Et je croise les bras pour me donner un semblant de contenance, pour éviter de montrer que je tremble alors que lui sourit comme un idiot. Il a l’air heureux non ? Je n’aurais peut-être pas dû dire tout cela, j’aurais dû le garder pour moi, comme toutes mes autres peurs, toutes ces angoisses qui me réveillent parfois en sursaut au beau milieu de la nuit. « Tu vas être papa oui. Enfin, si tu le veux bien. » Et si je n’ai pas perdu la raison et imaginé tout ce qui se passe, évidemment.

_________________

   

   
   
   
   
   
   
   
   


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 325
J'ai : 47 ans
Je suis : Voleur - Maître du Charme au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Fils de l'Ombre
Mes autres visages: /
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: La fleur de l'illusion produit le fruit de la réalité...   Mer 20 Juin - 20:39

Combien d’entre nous peuvent se targuer d’entretenir de longues amitiés comme celle qui me lie à Tara ? Certes, notre cas est un peu à part, vu notre situation et notre passif… et notre présent, mais tout se passe au mieux, alors que demander de plus ? D’autant que je l’avoue, je ne garde guère contact avec mes anciennes conquêtes en général. Mais c’est Tara…

« Tant mieux. Essaie juste de prévenir la prochaine fois, certains se sont inquiétés à ton sujet, il serait bon de leur éviter trop de tourments la prochaine fois… Et je ne cède nullement devant une femme perdue, je me montre simplement galant. Et je t’aurais sans doute délesté de ton joli bracelet et de ton collier… ou de ta robe, mais cela ne se fait point en public parait-il. » Je lui fais un clin d’œil, toujours souriant, avant de relever le menton. « Défi accepté ! Un chapeau bleu, à plumes rouges, en miniature, cela lui sierra à merveille. » Je lève les yeux au ciel alors qu’elle poursuit. « Beaucoup trop d’idées préconçues et médisantes sortent de tes jolies lèvres ma chère ! Je suis on ne peut plus fidèle et loyal à mes amis. Et aux enfants. Et à la Cour… Pas au reste il est vrai, mais c’est le cas pour chacun d’entre nous. Même si je pourrais effectivement ne pas avoir envie, c’est rarement le cas, je ne suis pas Maître du Charme pour rien, ce serait aussi surprenant que d’en voir certains agirent avec leur cœur plutôt que leur tête. » Non, je n’ai nommé personne, je me suis retenu à la dernière minute. J’ai un sourire alors que je la regarde. « Comment oublier un si bel oiseau ?  Qui me semble si beau ! Sans mentir, ton ramage se rapporte à ton plumage cher Archimède, tu es le phénix des hôtes de ces ruelles ! Mais ne m’en veux pas de trouver que ta compagne t’éclipse malgré tout, car nul ne saurait rivaliser avec l’éclat malicieux de son regard, l’intensité de sa chevelure flamboyante ou la perfection de ses courbes.
… Et non, je n’en fais pas trop. »


Je hausse les épaules et soupire doucement.

« Réfléchir à l’aménagement de ta tour, à comment nourrir tout ce beau monde, m’interroger sur le sens de la vie et sur le pourquoi du comment, ce genre de choses passionnantes... »

Au moins tout ça oui. Rien de réellement urgent ou vital toujours est-il. Rien d’aussi important dans l’immédiat que ce qu’elle m’assène. Et si cela n’arrive pas souvent, je me retrouve à la fixer les yeux ronds, un peu interdit, beaucoup surpris. Autant qu’elle visiblement. Pourtant, elle a eu plus de temps pour s’y faire non ? Ou peut-être pas, elle qui était tellement persuadée de ne jamais plus pouvoir tomber enceinte. Je hoche la tête, toujours un peu paumé.

« Oui, cela a pu jouer. C’est ce qu’on dit les médecins ? Enfin les personnes que tu as vu ? Et ton ami… Tristan ? » Je cille un peu et inspire lentement. « D’accord. »

Que voulez-vous que je dise de plus ? Il y a une différence entre se douter d’avoir des marmots quelque part et s’entendre dire par une de ses plus vieilles amies que cela va être le cas pour de bon… avec elle donc. Pourtant, je me retrouve à sourire, plus ou moins, alors que l’idée fait son chemin. Sourire qui se fane en la voyant les larmes aux yeux et en l’entendant. Je la fixe et ma main va effleurer sa joue pour essuyer une larme qu’elle n’a pas réussi à chasser totalement.

« Dans l’autre réalité, tu avais senti que quelque chose clochait non ? Dans l’autre réalité, tu n’étais pas toi, pas vraiment, pas ici. Tu n’étais pas entourée de tes amis, des gens qui te connaissent et t’aiment. » Elle a l’air tellement effrayée… et si fragile ainsi, malgré ses bras croisés. Je l’attire contre moi, passant mes mains dans son dos et dans ses cheveux. « Tu… Tu le sens ? » Je soupire doucement et me recule pour l’embrasser sur le front, la gardant dans mes bras. « S’ils t’ont affirmé que… tu es enceinte, c’est que tu l’es. Ce n’est pas une autre hallucination. Je suis là. Ton insupportable frère aussi. Et n’oublie pas mes garnements qui t’ont détroussé. » Mon sourire revient doucement alors qu’elle reprend. « Tu penses que je refuserais ?… Je n’oserai jamais le prendre, qu’on soit d’accord, de peur de le casser, mais… Je serais là oui. Évidemment. Pour lui. Et pour toi, comme toujours. Je… Papa… et maman donc… Nous ne sommes pas vraiment ce que l’on pourrait appeler la famille idéale n’est-ce pas ? » J’attrape son menton et lui souris, avant de déposer un baiser sur ses lèvres. « Mais tout ira bien, d’accord ? Et... »

Mon regard est attiré par du mouvement près de la rive. Mon sourire s’agrandit avant que je ne la regarde de nouveau.

« Ne va pas t’imaginer quoi que ce soit, ce n’est pas une réalité alternée ou autre… » Je l’attrape de nouveau par la main pour l’emmener. « Mais je l’ai trouvé, elle a dû perdre sa mère, enfin, je dis elle, mais ça peut être il. Bref. Elle est venue vers moi et je lui ai donné à manger… et depuis… elle revient régulièrement me voir souvent… très souvent. Même si elle passe ses journées ou presque dans la rivière. »

Je fais un signe de tête alors qu’une petite forme boudinée sort de l’eau. Enfin, petite, tout est relatif vu qu’elle doit déjà faire peut-être 200kg… ou quelque chose du genre.

« Je pense qu’elle ne doit avoir que quelques mois, assez pour manger normalement, mais c’est encore un bébé. Je l’ai appelé Pénélope. Elle est gentille comme tout. » Et tout naturellement, le petit hippopotame vient vers nous en trottinant.J’ai un sourire en coin. « Ça fera un super copain au bébé… » J’attrape Tara par la taille et la rapproche de nouveau de moi pour l’embrasser dans le cou. « Et tu n’es pas toute seule. D’accord ? »

_________________



Tous les enfants ont du génie, le tout est de le faire apparaître
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 631
J'ai : 37 ans
Je suis : Voleuse - Maitre Stratégie au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Le fils des Ombres
Mes autres visages: Bastien
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: La fleur de l'illusion produit le fruit de la réalité...   Mar 3 Juil - 20:10

Tout va bien se passer. Après tout, c’est Merle. J’ai toujours pu compter sur lui, même au coeur de la tourmente, comme j’ai pu le voir ces derniers mois. C’est un ami précieux, le meilleur que je pourrais jamais avoir et même si nous ne formerons jamais un couple au sens propre du terme, l’affection que j’ai pour lui est sincère. Si j’avais choisi en réalité, je n’aurais pas pu trouver de meilleur père pour cet enfant à venir. Si cet enfant existe bien, cela va sans dire. J’inspire longuement, me laissant porter par la bonne humeur de mon ami avant de souffler, avec une malice certaine. « Oh et toi non évidemment. Tu étais de ceux qui devaient supporter l’inquiétude des gens. Quant à me délester de mon bracelet et de mon collier… dois-je te rappeler que ce sont des cadeaux que tu m’as fait mon cher ? Pour ce qui est de ma robe... » Je lui assène une tape sur l’épaule. « Ne sois pas impertinent veux-tu. » Et je lève les yeux au ciel, persuadée qu’il trouvera un couvre-chef à mon Familier sans la moindre difficulté. Il est bien capable de tout et surtout, de n’importe quoi. Je croise les bras quand il fait mine de s’offusquer et je secoue la tête avant d’agiter un index réprobateur. « Tu retournes sans cesse mes paroles contre moi. C’est un peu déloyal tu ne crois pas ? » J’éclate de rire quand il commence à courtiser Archimède, profitant évidemment de la situation pour me complimenter. « Un vrai maitre du Charme. Tu ne changeras jamais. » Et heureusement à dire vrai, sinon, le reste serait bien trop difficile.

Je plisse les yeux quand il continue, un rien décontenancée. « Réfléchir au sens de la vie ? Et quel est le fruit de ta réflexion mon cher ? Quant à l’aménagement de la tour, je te fais confiance pour trouver ce qui est le mieux pour tes garnements. » Mais je fais fi de la tour, du sens de la vie et je ne sais quoi du même acabit. Reste juste cette nouvelle. Qui bouleverse toute ma vie, à un point tel que je ne saurais le dire. Je ne sais pas si elle impactera réellement Merle, ce sera selon ses désirs, selon la place qu’il voudra faire à cet enfant. A notre enfant. A cette pensée mon coeur se serre d’une vive émotion qui n’a qu’une envie, c’est de déborder pour tout renverser sur son passage. Je hoche la tête un peu trop vite à ses questions avant de souffler, hésitante. « Que tout allait bien. Que le bébé va bien. Et que je ne dois pas m’en faire... » J’ai un rire nerveux qui se transforme en hoquet alors que je viens de prononcer ces mots, plaquant ma main sur ma bouche avant de tenter de lui sourire quand il effleure ma joue.

« Je ne sais pas Merle. J’ai peur d’avoir réussi à me plonger tellement loin dans l’illusion que je m’y suis perdue pour de bon. Et je ne suis pas sûre d’avoir envie d’en sortir si c’est le cas. » J’inspire longuement alors qu’il me ramène contre lui avant de secouer la tête. « C’est trop tôt je suppose. Ca ne fait que quelques mois. » Je me crispe quand il parle de Tyr avant de murmurer, plus pour moi-même que pour lui. « Je vais devoir aller lui parler. Il faut que je lui dise tout. Je ne peux plus garder le secret. » Et je hausse une épaule quand il m’interroge. Evidemment qu’il pourrait refuser, nous n’avons aucun engagement l’un envers l’autre et l’arrivée d’un enfant ne changera rien à cela. Je ne veux pas qu’il se sente enchaîné mais, en cet instant, je ne ressens qu’un intense soulagement à ses propos. « … tu veux vraiment ? Je sais que ce ne sera pas une famille ordinaire mais ce bébé aura toute la Cour pour lui. Et notre amitié est bien trop précieuse pour que j’accepte de la perdre. » Et je souffle, le regard brillant de larmes. « Tu devras le prendre dans tes bras. Le jour de sa naissance. C’est non négociable. »

Je fronce les sourcils quand son sourire s’agrandit et je regarde en direction de la rive, un rien dubitative. Avant d’écarquiller les yeux, sentant la panique m’envahir alors que je vois la petite silhouette potelée se rapprocher de nous. Comme cet hippopotame de l’autre réalité. Je me laisse entraîner sans réfléchir, une main posée sur mon ventre alors que je fixe la bestiole, incrédule. « … tu… tu veux qu’elle soit copine avec notre bébé ? Tu es sérieux ? » Et j’éclate de rire, incapable de m’arrêter. Un rire nerveux au départ, avant qu’il ne se fasse libérateur, comme si tout ce qui me pesait sur les épaules disparaissait à mesure que les larmes roulent sur mes joues tellement je ris. Et je finis par souffler, entre deux crises de rire. « Non j’ai un hippopotame maintenant... »

_________________

   

   
   
   
   
   
   
   
   




Dernière édition par Tara Mille-Visages le Dim 29 Juil - 13:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 325
J'ai : 47 ans
Je suis : Voleur - Maître du Charme au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Fils de l'Ombre
Mes autres visages: /
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: La fleur de l'illusion produit le fruit de la réalité...   Mar 24 Juil - 20:22

Je secoue la tête, les sourcils légèrement froncés.

« M’inquiéter ? Pour toi ? Évidemment que non voyons, quelle idée. Tout le monde sait bien que je ne m’inquiète nullement pour de telles choses… Mais c’était tout bonnement insupportable oui, de devoir les écouter et les rassurer… Oh. Je me disais bien qu’ils étaient forts jolis. J’ai toujours aussi bon goût, c’est rassurant. » Je hausse un sourcil. « Impertinent ? Moi ? Non, je ne crois pas l’être, je suis même respectueux et fort poli. » Je secoue la main, chassant tout cela, avant de sourire en lui promettant un chapeau pour son si joli oiseau… au sens propre du terme… Enfin pour Archimède donc. Je poursuis, faussement blessé, alors qu’elle agite son index, même si j’esquisse un sourire. « Je ne fais que mettre à profit ce que la nature m’a offert : je suis doué pour user des mots, entre autre, autant en profiter. » Et je souris de nouveau, tant en l’entendant rire que parce que j’apprécie particulièrement ce genre d’échanges, bien que superficiels et idiots. Ou justement pour ces raisons. « Pourquoi changer si je suis bien ainsi ? Et si cela plaît ? Voudrais-tu que je change toi ? »

Peut-être, à un moment, l’aurait-elle voulu. Mais cela n’aurait pas marché, elle le sait aussi bien que moi, quand bien même je tiens sincèrement à elle. Il y a une différence entre faire des efforts et changer totalement de caractère et de façon de vivre. Enfin, ce n’est pas le sujet. Je souffle un rire à mon tour en voyant sa tête.

« Je ne sais plus, tu m’as interrompu au moment crucial de la révélation fatidique !… Tu sais que tu as quand même ton mot à dire, étant donné que le bâtiment t’appartient… »

Mais bien vite, j’oublie tout cela, de la tour à la Cour, des enfants à mon pseudo-questionnement interne quand elle se décide enfin à me confier ce qui la tracasse. Et j’avoue que je comprends mieux son comportement… et que ses inquiétudes, que je partage un peu, alors que je me rends compte petit à petit de ce que cela implique. Pour elle comme pour moi. Mais ce n’est aussi facile, je le sais bien, pas plus pour elle que pour moi du coup, sachant ce qu’elle a déjà vécu… Je la garde contre moi, fronçant un peu les sourcils.

« Et je pourrais te répéter que tel n’est pas le cas que tu ne me croiras pas, n’est-ce pas ? Ça va être problématique si tu n’arrives pas à te convaincre que tout est réel… » J’essaie tant bien que mal de la rassurer et de la convaincre, mais je sais fort bien à quel point cette… illusion, s’il s’agissait bien d’une illusion, semblait horriblement réelle. Et si pour moi, elle revêtait du cauchemar, de son côté, ce n’était pas tant le cas, pas sur tout en tout cas. Je la serre un peu plus contre moi et je hoche la tête quand elle parle de Tyr. « Effectivement, si ta magie devient instable avec la grossesse, il finira bien par te voir toi. Il vaut mieux que ça vienne de toi avant… Quoiqu’il se passe, n’oublie pas que tu n’es pas seule, je suis là. » Je soupire, secouant la tête, et je la fixe en souriant. « Je continue de te surprendre, c’est ça ? Et notre amitié m’est trop précieuse aussi jeune sotte. Qu’importe que ce ne soit pas une famille ordinaire. Cet enfant sera protégé et entouré d’amour plus qu’aucun autre, c’est bien tout ce qui compte non ? » Je grimace et lève les yeux au ciel. « On en rediscutera. »

Je me sauverais le jour de sa naissance donc… M’occuper d’un enfant, oui, mais un bébé si petit et si fragile ? Quelle horreur… Et comme pour détourner son attention, même si je n’y suis pour rien, je l’entraîne à ma suite pour lui présenter ma nouvelle jeune amie. Je regarde l’hippopotame, puis elle et son ventre qu’elle protège déjà, et je hoche la tête.

« On ne peut plus sérieux. Pourquoi pas ? Je ne parle pas de lui mettre dans les pattes… pas de suite. Mais en grandissant, ça serait extra pour lui… ou elle. Elle est gentille comme tout en plus. »

Je la dévisage alors qu’elle commence à rire, mon sourire se faisant plus grand et plus doux, au fur et à mesure. Je passe ma main autour de ses épaules, l’embrassant sur le crâne en la ramenant contre moi. Comme quoi, je suis vraiment doué pour détendre les femmes. Riant toujours à en pleurer, j’arrive même à sentir la tension qui l’habitait la quitter petit à petit. Ça ira mieux, si tant est qu’elle parvient à respirer et ne plus s’inquiéter autant pour tout. Je secoue la tête, non sans un sourire amusé.

« Et peu de gens peuvent s’en targuer. Ce qui prouve que tu es exceptionnelle. Comme moi donc. Ce petit à tellement de chances avant même d’être là, tu te rends compte ? »

Ouais, ou pas. Mais on va éviter d’y penser.

_________________



Tous les enfants ont du génie, le tout est de le faire apparaître
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 631
J'ai : 37 ans
Je suis : Voleuse - Maitre Stratégie au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Le fils des Ombres
Mes autres visages: Bastien
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: La fleur de l'illusion produit le fruit de la réalité...   Dim 29 Juil - 14:19

Je plisse des yeux en retour, alors qu’il fronce les sourcils, non sans poser mes poings sur mes hanches alors que je l’observe avec attention. « Oui, il est bien connu que tu es le parfait égoïste qui ne pense qu’à lui et jamais à ceux qui l’entourent. Mais je comprends qu’il soit difficile pour toi de supporter les inquiétudes des autres, surtout si tu te moques de mon sort. » Pour un peu, je lui aurais tiré la langue. Mais le reste de ses propos m’arrache un rire alors que je secoue la tête. « En vérité, tu les as offert à Archimède pour te faire pardonner de lui avoir ébouriffé les plumes je ne sais plus quand. Il était passablement vexé et tu l’as couvert de bijoux pour qu’il oublie l’affront. Mais oui, ils sont jolis. Ils me vont remarquablement bien. » Et je ne peux finalement pas m’empêcher de lui tirer la langue. « Tu n’es ni poli ni respectueux et tu le sais très bien. » Voilà qu’il continue de plus belle, réussissant à me faire oublier, l’espace d’un instant, la véritable raison de ma venue ici. C’est aussi ce dont j’avais besoin. Son rire, sa façon de tout prendre à la légère tout en écoutant ce qui se dit avec attention, cette capacité qu’il a à dédramatiser la situation. Je ne sais s’il pourra le faire en cet instant mais, dans l’immédiat, il me permet de calmer cette nervosité qui ne va que croissant depuis mon retour à Lorgol.

Et je secoue la tête avant de reprendre, d’un ton léger. « Oh ça, c’est sûr, tu es doué avec les mots. Un peu trop d’ailleurs. J’ai failli tomber dans le panneau à plus d’une reprise avec toi. Et je n’ai pas envie que tu changes, nous le savons tous les deux. Je ne saurais pas quoi faire d’un nouveau toi, j’ai mis trop de temps à m’habituer au Merle actuel et j’ai passé l’âge de devoir tout recommencer avec toi. » Il y a des années, peut-être, sûrement même. Mais il aurait été malheureux et, au final, moi aussi. Alors que là, notre lien est fort, précieux et supportera ce qui va se passer. Je l’espère de tout coeur en tout cas, même si j’ai peur de cela en plus du reste. Le reste de ses propos me laisse passablement sceptique et je secoue la tête. « Voilà que tu vas tout me mettre sur le dos. Tu devrais avoir honte tout de même. Et ne t’en fais pas, si j’ai des critiques à faire, je ne m’en priverais pas et Archimède te picorera à mort en représailles si tu ne m’écoutes pas. »

Mais, au final, la tour comme le reste n’ont que peu d’importance. Je finis par lui annoncer la nouvelle et il se montre à la hauteur de ce que j’espérais. Et même plus encore. J’ai envie de fondre en larmes pour de bon cette fois, d’inquiétude mais aussi de soulagement en voyant qu’il accepte les choses. Tout sera peut-être différent quand l’enfant sera là mais, dans l’immédiat, il me soutient, c’est tout ce qui compte. Je hoche la tête, le visage enfoui contre lui alors que j’inspire longuement. « Il va falloir que tu le répètes bien souvent je le crains. Et je ne sais pas comme arriver à croire que c’est réel, que je ne suis pas totalement folle et que ce miracle a pu se produire. » Car c’en est un. Pour moi en tout cas. Je ne pensais pas avoir le droit un jour de pouvoir porter un enfant. Je ne pensais plus le mériter depuis longtemps, comme un punition divine face à tout le mal que j’avais pu occasionner aux miens, quand bien même ce n’était en rien ce que j’avais voulu. Une vie contre une vie, c’était normal après tout comme châtiment. Mais maintenant ? « Ma magie part effectivement dans tous les sens. Je crée des illusions sans même m’en rendre compte et parfois, mon masque tombe sans que je le veuille. Et il semblerait que ça ne va pas aller en s’arrangeant durant les prochains mois. Mais je n’ai pas envie de le perdre tu sais… c’est mon frère, malgré tout. Même s’il va me haïr, même s’il va probablement me rejeter, j’ai envie que notre enfant le connaisse. » Je me fige d’un coup avant de laisser filer un rire nerveux. « Et je me demande comme il va réagir quand il saura que tu es le père... » Mal probablement, encore plus que tout le reste même si ça se trouve.

Je hoche la tête au reste de ses propos, avec une moue penaude. « Ce n’était pas une critique Merle… tu n’es en rien obligé de… enfin tu … je sais que tu aimerais cet enfant parce que tu aimes tes garnements mais tu n’es pas obligé de faire plus que cela. Je t’en voudrais pas. Même si je sais qu’il aura de la chance de t’avoir comme père. » Je grimace quand il lève les yeux au ciel et je lui assène une petite tape sur le torse. « Tu ne dois pas me contrarier il paraît. Alors pas de discussion. Si tu veux que ce soit ton enfant, il faudra être là... »

Et, alors que je commence enfin à reprendre une contenance, voilà qu’il me présente un camarade de jeu pour notre enfant… pour le moins particulier. Je me demande s’il n’est pas en train de se moquer de moi alors que cette petite chose dodue se rapproche de nous. « Elle est mignonne. Mais elle pourrait nous dévorer en deux coups de dents. Tu le sais ça ? » Et puis, mes nerfs semblent décidés à lâcher pour de bon. Je pars dans un fou-rire impossible à contrôler et encore moins à arrêter alors qu’il m’embrasse sur le crâne. Les larmes roulent sur mes joues, j’essaie tant bien que mal de respirer mais je hoche la tête. « De la chance oui. Et nous sommes exceptionnels donc. » Peut-être que je vais finir par croire à tout cela à force. Et je baisse les yeux, attrapant la main de Merle pour la poser son mon ventre. « Il est vraiment là alors… notre enfant. »

_________________

   

   
   
   
   
   
   
   
   




Dernière édition par Tara Mille-Visages le Mar 18 Sep - 10:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 325
J'ai : 47 ans
Je suis : Voleur - Maître du Charme au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Fils de l'Ombre
Mes autres visages: /
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: La fleur de l'illusion produit le fruit de la réalité...   Mar 28 Aoû - 21:20

Je hoche la tête, acquiesçant à ses paroles le plus sérieusement du monde, faisant même rouler mes yeux d’un air exaspéré. Supporter les autres et leur jérémiades ? Mais quelle horreur. Je fixe le petit oiseau qui se redresse un peu quand elle en parle, et je finis par esquisser un sourire.

« Ah mais oui, je me souviens ! Je n’aurais jamais pensé qu’une si petite chose puisse être aussi susceptible d’ailleurs… J’ai dû me plier en quatre pour qu’il daigne de nouveau accepter de me picorer… ou qu’il arrête, je ne sais plus trop. Mais heureux de te voir avec toujours est-il. » Et je soupire alors que de nouveau, elle me contredit. « Tu n’es qu’une jeune insolente. »

Comme si je n’étais pas humble ou courtois ! Franchement, je ne sais pas ce qu’il lui faut. Certes, je ne le suis pas avec tous, mais cela m’arrive, tout dépend de la personne… Bon, soit, je ne le suis que rarement… si ce n’est jamais. Mais qu’y puis-je si les gens ne me donne point envie de l’être ? C’est en vérité beaucoup plus amusant d’être audacieux et effronté. Et puis, ce n’est pas à mon âge que je vais changer, n’est-ce pas ? N’est-ce pas ce que l’on dit pour justifier des comportements ? Le principal dans l’immédiat étant que ça lui convienne on ne peux mieux et que je parvienne à chasser, même momentanément, les nuages qui obscurcissent ses jolis yeux. Je lui souris et m’incline légèrement.

« Tu es tombée dans le panneau plus d’une fois, mais en toute connaissance de cause. Mais je ne dis jamais trop de sottises face à toi, profites-en donc. Et tu as raison, devoir recommencer serait trop épuisant et fastidieux. » Sans parler qu’en plus de tout le reste, elle s’ennuierait sans aucun doute, avec moi comme avec les autres… Après tout, elle non plus ne s’est jamais réellement fixée, et pas uniquement à cause de son passé ou de Tyr, enfin, je ne crois pas. Et peu importe, comme dit, ce n’était que spéculation. Je lui souris de plus belle en l’entendant. « Mais oui ! Enfin non, je n’ai pas honte, je n’ai jamais honte tu devrais le savoir. Et il ne me picorera pas à mort, déjà parce que je suis trop coriace pour son petit bec, et parce qu’il m’aime bien. Je crois. »

Et toutes ces sottises s’effacent alors qu’elle me dit enfin ce qui la tourmente. Je ne sais trop comment le prendre, ni comment réagir, j’ai bien du mal à encaisser cette vérité et à me représenter ce que cela implique. Pourtant, je fais de mon mieux pour la rassurer et me montrer apaisant, que ce soit mon enfant ou non n’aurait pas changé cela. En l’occurrence, il l’est visiblement, pour le meilleur ou pour le pire, je ne saurais trop le dire.

« Un miracle… Peut-être que tout ce qui est arrivé a bouleversé assez la magie ou autre… Peut-être que nous sommes particulièrement compatibles… Va savoir. Mais je te tancerais suffisamment pour que tu en ne me supportes plus ne t’en fais pas. » Ma main parcourt son dos avec douceur, tant pour la rassurer que pour que j’arrive moi à me faire à cette idée. Avoir un enfant, un vrai à moi ? Un vrai que je reconnaîtrais j’entends… Un bébé ?… Étrangement, cette idée m’enchante moins que quand je pense aux enfants dont je m’occupe déjà. Un enfant, c’est débrouillard et indépendant dans une certaine mesure, alors qu’un bébé… Heureusement pour lui, Tara sera sans aucun doute une mère formidable… et j’essayerais de ne pas trop faire de bêtises. Je grimace quand elle parle de son frère. « Et tu es sa sœur… Même s’il t’en veut ça lui passera si tu lui laisses du temps. » Je souffle un rire. « Ah, j’aimerais être là quand tu lui annonceras ce détail. Au moins, s’il est en colère, il changera de cible et m’en voudra à moi. Et il sera sans doute très mécontent que j’ai osé toucher sa petite sœur. Et la mettre enceinte donc. » Mécontent au point de vouloir en venir aux mains ? Sans doute. Ce qui me fait encore plus rire. Je relève son menton du bout des doigts et je lui souris, chassant l’image de Tyr furieux de mon esprit pour me reconcentrer sur elle. « Je ne l’ai pas pris comme telle. J’aimerais cet enfant, parce que j’aime mes garnements, et parce que ce sera ton… notre enfant. Je ne suis pas certain que tu tiendras encore le même discours d’ici quelques années, mais je… je ferais de mon mieux. Et je ne me sens aucunement obligé n’aies crainte. [/color]» Je la fixe et soupire. « Il paraît… Hors de question que je cède à tous tes caprices… Je te fournirais de petits esclaves pour cela. »

Et je serais là. Sans le prendre pour autant, mais je ne vais pas argumenter avec une femme et ses sautes d’humeur. Je réprime un sourire, avant de faire quelques pas de plus avec elle pour aller à la rencontre d’une nouvelle venue.

« Nous dévorer ? Ne l’écoute pas Pénélope, je sais moi que tu es douce comme un agneau. Elle ne nous attaquera pas et elle ne mange pas les gens… Ou si c’est le cas, elle ne laisse rien derrière elle. » Je la laisse se perdre en rire et larmes,, me contentant d’être là et de la serrer contre moi. J’essuie distraitement ses larmes, un sourire aux lèvres. « Respire, auquel cas, jamais je ne verrais la tête que fera Tyr… » Et je me fige quand elle me saisit les mains, mes yeux s’écarquillant quand elle les pose sur son ventre. Il est trop tôt pour qu’il bouge n’est-ce pas ? Je ne suis pas sûr d’être prêt pour cela… Malgré tout, je la dévisage et laisse échapper un petit rire. « Oui, d’après ce que tu m’as dit oui. Il… est trop petit encore ? Pour bouger ou… réagir ou que sais-je encore ? » Je déplace ma main pour la placer sur sa taille, endroit sécurisé, et je la rapproche un peu de moi, mon autre main effleurant sa mâchoire. « Notre enfant…  Je pourrais te dire que tu as grossi dans les semaines qui viennent sans que tu ne t’en offusques. Dois-je m’attendre à ce que tu te mettes à pleurer pour une sottise ? Ou à ce qu’Archimède défende la tour tel un dragon ? Ou à des envies étranges ? Il paraît que les femmes enceintes en ont souvent… »

_________________



Tous les enfants ont du génie, le tout est de le faire apparaître
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 631
J'ai : 37 ans
Je suis : Voleuse - Maitre Stratégie au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Le fils des Ombres
Mes autres visages: Bastien
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: La fleur de l'illusion produit le fruit de la réalité...   Mar 18 Sep - 11:24

Je vois bien qu’il se moque de moi ce petit impertinent. Comme il le fait si souvent depuis des années maintenant. Mais c’est aussi ce qui fait son charme et qui me donne envie de passer du temps avec lui. Cette impression qu’il ne prend rien au sérieux, que rien ne le touche et que je peux être moi-même sans avoir à vraiment réfléchir aux incidences que cela peut avoir. Encore plus maintenant qu’il sait qui je suis. Oh, cela ne résout en rien mes angoisses mais, au moins, je me sens plus légère l’espace d’un instant. « Il n’est pas susceptible. Tu avais été particulièrement désobligeant envers lui. Et tu devrais être flatté qu’il te picore, ne l’oublie pas. » J’ai une ombre de sourire au reste de ses propos. « Et toi un impertinent, c’est probablement pour cela que nous nous entendons aussi bien. »

Il y arrive, à chasser les nuages, l’espace d’un instant. A calmer cette angoisse sourde qui n’a de cesse de me tourmenter depuis que je sais. Je lève même les yeux au ciel à son comportement, me retenant de lui adresser une énième tape sur l’épaule. « Je ne peux pas tomber dans le panneau si je sais où est le piège voyons. Mais effectivement, inutile de t’épuiser pour un résultat qui ne plaira à personne. » J’ai un regard en direction d’Archimède qui se contente de hululer sagement à ses paroles, comme pour confirmer qu’il l’aime bien. Ce qui est vrai, quand bien même rien n’est aussi simple qu’on le voudrait. Ou que je le voudrais.

Parce que je ne sais pas ce qu’il pense vraiment de la nouvelle que je viens de lui annoncer. Je ne saurais dire s’il est vraiment heureux, s’il a peur, s’il se sent concernée. En vérité, je suis tellement perdue que j’ai un mal fou à faire la part des choses. J’essaie de me calmer, de respirer profondément, même si je sens que les larmes menacent de déborder de nouveau au moindre remous. « Un miracle… » Je pose mes deux mains à plat sur mon ventre, prenant une longue inspiration. « Tu n’es pas obligé tu sais… je pourrais comprendre que tu ne veuilles pas prendre ce genre d’engagement. » J’ai un regard embué de larmes dans sa direction, essayant de me faire plus forte que je ne le suis réellement. Je m’occuperais de cet enfant, s’il est réel, quoi qu’il m’en coûte. Je me mordille la lèvre quand il me confirme que Tyr va m’en vouloir, clairement moins convaincue que lui par le fait que cela finira par lui passer. Mais je peux difficilement faire autrement que de lui dire la vérité. Il y a droit, à défaut d’avoir eu une sœur pendant toutes ces années.

Mais j’arrive à sourire quand il reprend. « … notre enfant. Un enfant des miracles. » Je laisse filer un silence, me contentant de lui donner une tape sur la main quand il parle de petits esclaves et de souffler, d’une voix plus douce. « Idiot va. » Enfin, je pense vraiment ce que je viens de dire quand je vois ce petit hippopotame dodu se dandiner vers nous. Je la fixe, les yeux écarquillés. « Elle a déjà mangé des gens ? C’est ça ? » J’essaie de ne pas paniquer mais c’est probablement la goutte d’eau qui fait déborder un vase beaucoup trop plein. Et, si j’ai toujours aussi peur de ce qui m’arrive, de ce qui va se passer dans les prochaines semaines, j’arrive à laisser filer un rire à travers mes larmes à ses propos. Je secoue la tête quand il me questionne. « Il ne bougera pas, ne t’en fais pas. Je ne suis pas sûre d’être prête pour cela de toute façon. » Et je hausse les épaules à toutes ses questions. « Tu as l’air bien plus au fait que moi en vérité. Archimède semble décidé à ne plus me quitter d’une semelle depuis que j’ai appris la nouvelle. Il doit probablement donc se transformer en dragon dans les prochains jours. Et je crois que je risque de souvent pleurer oui. C’est grave ? Et quel genre d’envies ? » Respirer entre deux phrases serait aussi une idée judicieuse. Je suppose.

_________________

   

   
   
   
   
   
   
   
   


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 325
J'ai : 47 ans
Je suis : Voleur - Maître du Charme au sein de la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Au Fils de l'Ombre
Mes autres visages: /
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: La fleur de l'illusion produit le fruit de la réalité...   Lun 24 Sep - 21:36

« Ce qu’il ne faut pas entendre… Je n’avais pas été si désobligeant et il avait été particulièrement susceptible ! Mais soit… Je suis donc flatté. Je crois. » Je lui souris, après avoir passé un doigt sur les plumes du volatile, et avoir le privilège d’être picoré donc. « Au temps pour mon sens de l’humour et ma bonté légendaires. Mais je savais que mon effronterie te plaisait. »

Je lui fais un clin d’œil et je souffle même un rire en la voyant lever les yeux au ciel. Mais j’échappe pour le moment à la sempiternelle tape de représailles sur l’épaule, donc tout va bien.

« Tu tombes donc volontairement dans mes affabulations et autres virevoltes. Je ne sais si je dois être flatté de tant de consentement ou offensé de tant de faussetés je l’avoue… »

Malheureusement, ces moments de bêtises et de légèreté ne durent bien longtemps. Certes, peut-être que j’exagère quelque peu et n’est-ce pas vraiment malheureux. À dire vrai, j’ai bien du mal à le concevoir et le réaliser, quand bien même je fais bonne figure et tente de la rassurer. Après tout, c’est loin d’être une mauvaise chose, surtout pour elle, surtout depuis que je sais à quel point elle désirait être mère… Et je comprends d’autant plus l’importance de ce marmot, tout autant que les peurs et les doutes qu’elle nourrît… Ce dont je suis moins certain est beaucoup plus basique et égoïste. Avoir un enfant en soi n’est pas plus dérangeant que cela, j’en ai suffisamment dans mes pattes tous les jours pour que chacun sache à quel point je les aime. Mais… un bébé ?
Je souris malgré tout en la voyant poser ses mains sur son ventre, et je fronce les sourcils.

« Tu l’as déjà dit, je ne suis pas encore sénile. Et je ne suis jamais obligé de rien, tu devrais tout autant le savoir, alors ne sois pas idiote. »

Si je ne sais encore dans quel mesure je serais en mesure de m’en occuper, ni si j’en serais capable, je sais tout du moins que je ne la laisserais pas ainsi, pas alors qu’elle a ce regard si seul et désespéré. Qui plus est, cet enfant va sans doute faire s’arracher les cheveux au Second et, même si je devrais oh combien avoir honte de moi, c’est une raison supplémentaire de me réjouir. Si elle doute qu’il lui pardonne vu la tête qu’elle fait, je me dis qu’avec un neveu ou une nièce en jeu, il ne fera guère le poids en vérité.

« Un enfant des miracles. » Je souffle ces mots, souriant un peu et hochant la tête. Oui, c’est exactement cela. Et je souris de plus belle quand elle me traite d’idiot, avant de rire pour de bon quand elle parle de l’hippopotame. « Non, enfin pas que je sache en tout cas. Je te rassure, elle ne se nourrit que d’herbes et de graminées… Beaucoup d’herbes… » J’essaie encore une fois de dédramatiser la situation, et à la voir rire ainsi, se détendant légèrement, en dehors de ses yeux ronds concernant l’alimentation de Pénélope, je me débrouille plutôt bien. c’est à mon tour de me tendre un peu quand elle me saisit les mains, mais j’acquiesce, soupirant en silence. Pas de mouvements pour le moment, tant mieux. Je relève les yeux vers elle et esquisse un sourire. « Jamais une autre femme n’est venue me voir pour me déclarer père de son enfant si tu te poses la question… Non, disons qu’être Maître du Charme a autant d’avantages que d’inconvénients… Les gens viennent te parler, et à force, je connais beaucoup de choses sur beaucoup de sujets. Dont les grossesses… enfin un peu. » Je serre doucement sa main. « Ce n’est pas grave non, d’autant moins pour toi… Quant aux envies… des choses que tu n’aimes pas d’habitude ? Des mélanges bizarres et contre nature ? » Je l’embrasse doucement sur le front, puis sur les lèvres, avant de lui sourire. « Tout ira bien, d’accord ? »

_________________



Tous les enfants ont du génie, le tout est de le faire apparaître
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: La fleur de l'illusion produit le fruit de la réalité...   

Revenir en haut Aller en bas
 
La fleur de l'illusion produit le fruit de la réalité...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Callahan Amber Thomas Gabriels ~ « La vie est une rose dont chaque pétale est une illusion et chaque épine une réalité »
» Reflexion sur la saga Michelet Casimir - Jean Saint-Fleur
» Fiche Technique de Diego
» LIQUIDATION DE PRODUIT VALVOLINE
» 2 éme entraînement de Nuage de la mort et de fleur enflammée finished

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Les Terres du Nord :: Lorgol aux Mille Tours :: Ville Basse-
Sauter vers: