AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une femme rousse armée en vaut deux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Guerriers
avatar

Messages : 1095
J'ai : 29 ans
Je suis : Guerrière - membre de la Guilde des Guerriers à la Volte

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Adonis le Lys
Les Guerriers
Message Sujet: Une femme rousse armée en vaut deux   Mar 1 Mai 2018 - 15:14


Livre III, Chapitre 3 • Les Échos du Passé
Anaïs Belécu & Abigaïl l'Embrasée

Une femme rousse armée en vaut deux

Les rousses au pouvoir !



• Date : 20/05/1003
• Météo (optionnel) : brumeux - pluvieux
• Statut du RP : privé
• Résumé :Par temps un peu pluvieux, Anaïs revoit Abigaïl afin de parfaire son entraînement au maniement des armes de la Reine Noire. Malgré leurs rencontres pas aussi fréquentes qu'elles le souhaiteraient la chevaucheuse fait preuve d'une capacité hors du commun impressionnant sa nouvelle enseignante.
• Recensement :
Code:
• [b]20/5/1003[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t3647-une-femme-rousse-armee-en-vaut-deux#136857]Une femme rousse armée en vaut deux[/url] - [i]Anaïs Belécu & Abigaïl l'Embrasée[/i]
Par temps un peu pluvieux, Anaïs revoit Abigaïl afin de parfaire son entraînement au maniement des armes de la Reine Noire. Malgré leurs rencontres pas aussi fréquentes qu'elles le souhaiteraient la chevaucheuse fait preuve d'une capacité hors du commun impressionnant sa nouvelle enseignante.


_________________







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 1095
J'ai : 29 ans
Je suis : Guerrière - membre de la Guilde des Guerriers à la Volte

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Adonis le Lys
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Une femme rousse armée en vaut deux   Mar 1 Mai 2018 - 15:15

Il fait froid en cette fin de journée, la brume tombe ce n’est pas vraiment le temps adéquat pour entraîner la jeune chevaucheuse qu’elle a rencontrée il y a quelques mois. Les deux jeunes femmes ont été présentées par Serenus et depuis Anaïs a découvert en la personnalité d’Abigaïl une jeune femme pleine de talents et de capacités insoupçonnées. Sa réputation au sein de son vol et du duché n’est plus à faire mais elle sait aussi reconnaître ses lacunes quant au maniement de l’arme que la reine noire lui a laissé avant de quitter son hôte.

Les progrès d’Abigaïl ont été constants ; malgré le fait que les deux jeunes femmes ne parviennent pas à se voir autant qu’elles le souhaiteraient chaque opportunité n’est pas laissée à l’abandon. Aussi lorsqu’elle l’avait croisée quelques jours auparavant lors d’une de ses missions à quelques kilomètres de la Volte, Anaïs lui avait proposé une nouvelle séance ce jour même. Il faut saisir l’occasion quand elle se présente. Le Destin n’est jamais tendre et on ne sait pas de quoi demain sera fait donc autant le provoquer quelques fois.

La jeune guerrière est pressée malgré que la fatigue se ressente. En bordure de la Volte, Anaïs se fait héler par quelques badauds auxquels elle adresse un signe de tête amical. Ce que l’on ne peut pas ôter à la jeune femme c’est sa ponctualité et son devoir. Elle ne touche rien à former la chevaucheuse si ce n’est un lien d’amitié étroit qui pourrait s’avérer fort utile dans les prochains mois. Si demain les deux femmes  se retrouvaient prisonnières et qu’elles n’avaient que leurs armes pour s’en sortir, Anaïs serait heureuse de pouvoir compter sur elle et le maniement de son arme ma foi fort habile.

Serenus lui avait montré le terrain d’entraînement auquel il donnait rendez-vous à Abigaïl. Elle a poursuivi les leçons en ce lieu même. Un peu en dehors de la ville elles seront tranquilles. D’un pas alerte, Anaïs le rejoint avec hâte. Elle frissonne un peu sous quelques gouttes glaciales. Elle soupire la guerrière avant de sourire. Cela l’aidera à apprendre à Abigail la position des pieds, ne pas glisser, être imperturbable quant aux conditions climatiques et aux perturbations éventuelles. Elle se doute bien que la chevaucheuse est déjà imperméable aux troubles extérieurs mais il n’est pas imprudent de s’en assurer.

Anaïs s’accoude à une barrière attendant l’arrivée d’Abigail. Elle sifflotte et commence même à courir sur place, s’étirant afin d’être prête à croiser le fer. Se sentant fixée elle se retourne pour voir arriver son élève. Elle arrête ses quelques mouvements d’assouplissement et l’accueille d’un grand sourire.

« Salut Abi ; c’est un sale temps pour parfaire ton entraînement mais tu as déjà bien plus progressé que je ne l’ai fait moi-même en quelques mois » elle la flatte un peu « Aujourd’hui tous les coups sont permis » elle laisse son épée sur le flanc « C’est toi qui va m’attaquer et tu vas regarder comment j’esquive ; malgré le temps, le brouillard et le froid il ne faut pas oublier une chose l’adversaire s’il t’attaque sera toujours en position de supériorité ; que tu saches te battre ou pas ».

Puis elle s’interrompt « Avant de commencer as-tu des questions ? Des blessures qui feront que tu ne peux pas opérer un mouvement particulier ? » Elle préfère être au courant de tout afin de ne pas causer d’impair, cela serait fâcheux pour elles deux au final.

_________________







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 908
J'ai : 27 ans
Je suis : Chevaucheuse de la dragonne Royale, reine du vol de Rubis et mage de l'été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Caserne et à Cibella
Mes autres visages: Eponine Aubenacre & Sixtine d'Ibélène
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Une femme rousse armée en vaut deux   Jeu 17 Mai 2018 - 23:01

Son moral n'est pas au meilleur de sa forme, bien au contraire. Aujourd'hui est un jour où elle broie du noir. Elle broie du noir parce qu'il pleut. La Chevaucheuse n'a jamais vraiment aimé la pluie et les intempéries. Cette grisaille assomme son moral encore plus efficacement qu'un coup de masse reçu en plein visage. Allez courage petite, tu en as fait des progrès depuis décembre. Oui je sais mais... mais ça ne va pas assez vite. Ça ne va jamais assez vite. Soit patiente Abi. Ça fait à peine six mois. La Chevaucheuse hoche la tête, une moue un peu boudeuse collée au visage. Elle ne peut pas espérer manier parfaitement les armes en l'espace de six mois. Surtout lorsque l'on sait que les guerriers mettent des années avant d'atteindre une maîtrise parfaite. Tout comme tu as mis cinq ans avant de devenir une Chevaucheuse. Toujours suivie de Royale et de Titou qui l'accompagnent fidèlement à chacun de ses entraînements, Abigaïl parvient à la hauteur d'Anaïs qui l'attend déjà.

C'est Serenus qui les a présenté et si, au début, le Phénix s'est plutôt montrée réticente envers la Cibellane, elle a fini par baisser petit à petit les barrières. Il est encore trop tôt pour dire qu'elle l'apprécie. Gagner l'amitié d'Abigaïl prend du temps mais, en tout cas, elle est sûre de ne pas la détester et lui est reconnaissante de prendre le temps de lui enseigner le maniement des armes, malgré son propre travail. Les entraînements ne sont pas aussi nombreux que la Chevaucheuse le voudrait, toutefois. Il ne peut en être autrement. Entre ses missions de Chevaucheuse et celles de la Guerrière, trouver du temps pour quelques entraînements est assez compliqué. Et il ne faut pas lésiner sur l'importance des repos entre missions. Si son Capitaine apprend qu'elle s'entraîne au détriment de ses propres missions, elle refusera certainement qu'elle poursuive. Pour le moment elle les tolère, mais uniquement parce qu'elle voit que Abi continue d'être performante dans son travail. Et la Chevaucheuse ne peut lui en tenir rigueur. Malgré son dégoût pour tout ce qui entrave sa liberté, elle est fidèle à la Caserne, aux Chevaucheurs et à son Capitaine. Elle est fidèle à Cibella, duché qu'elle respecte et aime profondément. Le duché qui l'a accueilli à bras ouvert, dirigé par une femme exceptionnelle et dont la princesse va se marier avec le prince de Faërie. Certainement le seul être de la famille impérial qu'elle estime réellement à sa juste valeur.

Elle répond au salut de la Guerrière par un petit signe de la main et esquisse un léger sourire devant ses flatteries. Abi n'est pas dupe. Effectivement, elle a fait des progrès, mais de là à dire qu'elle peut tenir face à un Guerrier expérimenté, il y a de la marge. Enfin... chaque apprentissage possède ses bases qu'il est important de maîtriser avant de passer au niveau supérieur. Et les armes sont également un art complexe. Tout comme la magie. Si elle progresse bien, c'est certainement parce qu'elle possède certaines bases, notamment au niveau de l'endurance et des exercices physiques. Elle hoche la tête, emmagasinant les instructions du jour. Une leçon surtout basée sur l'esquive. Une pratique qu'elle maîtrise très bien à dos de dragon. Beaucoup moins bien les pieds au sol et deux épées à la main.

-On se bat à armes réelles ou toujours au bâton ? demande-t-elle alors.

Elle a tout de même emmené Chant-du-Matin et Chant-du-Soir. Elle les prend à chaque entraînement mais n'a guère eu le loisir de vraiment les manier. En même temps, avant de savoir botter avec des armes réelles, il faut savoir le faire avec un bâton. C'est un peu la même chose en magie. On n'apprend pas à détruire tout un bâtiment la première fois qu'on s'y essaye. L'apprentissage progressif. Sauf qu'en magie, elle excelle. Elle ne peut pas en dire autant pour le reste.

-Sinon je suis prête.

_________________
Abi #666600  ; Royale #cc3300 ; Titou #666666











Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 1095
J'ai : 29 ans
Je suis : Guerrière - membre de la Guilde des Guerriers à la Volte

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Adonis le Lys
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Une femme rousse armée en vaut deux   Lun 21 Mai 2018 - 20:34

Elle se souvient Anaïs de la première rencontre avec la Chevaucheuse en compagnie de Serenus. Il lui semble bien que la jeune femme était aussi tendue qu’elle quant à cette rencontre. Il faut dire que la jeune guerrière n’a pas pour habitude d’avoir des amis, elle agit plus seule par peur de mal agir ou de mal se comporter. Et ce lien qui se tisse avec Abigail est au-delà du simple rapport maître élève, un début d’amitié et de respect se crée entre elles deux. La jeune guerrière est fort maladroite quelques fois dans ses propos et espère ne pas se tromper dans les échanges futurs.

Le salut qu’elle lui adresse la fait sourire et elle hoche la tête. Un regard sur les côtés de la jeune Chevaucheuse lui montre qu’elle a emmené ses armes. Grand bien lui en face puisqu’aujourd’hui Anaïs a choisi de l’entraîner avec ces dernières. Sa propre épée est sur le flanc mais elle la laisse bien déterminée à esquiver les coups de son élève. Rien ne sert de se servir de ses armes si l’on ne sait pas utiliser ses pieds dans une danse faite de flirt et d’esquive avec celles de l’assaillant.

Elle la laisse prendre place alors qu’Abigail ne répond pas aux inquiétudes légitimes d’Anaïs. Elle est surprise de ce silence mais le considère comme une réponse simplement négative. Après tout la seule personne qui risque de se prendre un coup aussi mal placé soit-il est nulle autre qu’elle-même dans le jeu qu’elle a préparé. Elle sourit à cette idée de jeu mais la vie n’en est-elle pas un ? Décidément, la guerrière se note pour elle-même qu’elle a des pensées bien enfantines dans la manière de voir les choses. Mais n’est-ce pas ce qui fait sa marque de fabrique ?

Elle se ressaisit alors qu’Abigail semble attendre une réponse de sa part. C’est pourquoi, du menton, elle désigne les armes de la Chevaucheuse « Avec celles-ci » dit-elle d’une voix enjouée avant de poursuivre expliquant son choix « Le poids d’un bâton n’est rien comparé à celui des vraies armes tu ne crois pas ? Assez joué avec des jouets d’enfant, nous sommes désormais dans la cour des grands et si tu les as autant t’en servir tu ne crois pas non ? » Sa camarade semblait douter de ses progrès. Manque de confiance en elle ? Probablement au final. Il est vrai que face à un guerrier entraîné elle risquait fort de perdre mais Anaïs perçoit en Abigail cette volonté farouche de réussir à maîtriser les dons de la Reine Noire.

La guerrière pense pour elle-même que ce sera l’occasion pour elle de les voir, d’en admirer la lame et les arcs de cercle qu’elles opèrent sous la pluie fine. Elle commence à être une connaisseuse dans les finitions de ces armes et aime apprécier chacune d’entre elles à leur propre valeur. Pour l’instant Anaïs ne bouge pas hormis les jambes en fente prête à esquiver le moindre coup.

« Vas y attaques moi mais ne retiens pas tes coups, n’aie crainte de me faire mal, je suis suffisamment adroite ». Anaïs ne doute pas un seul instant de sa capacité à esquiver les coups de la jeune femme. Elle détaille les lames sorties par son adversaire et se remémore ses premiers échanges à l’antenne de la Volte. Son habileté et son anticipation des coups en avaient surpris plus d’un aujourd’hui ne saurait déroger à la règle. C’est pourquoi elle plie juste à peine les genoux prête à sautiller, à esquiver. « Anticipes mes mouvements et ne te laisse pas déstabiliser par le poids de tes armes, ce n’est qu’un bâton, imagines que ce n’est que ça un simple jouet, tu en oublieras le poids ». Ces conseils, elle les a déjà entendus de son propre mentor, sa mère aussi elle les distribue à son tour à sa propre élève.

Il n’est pas dit que durant l’échange si la jeune femme se débrouille bien qu’elle ne sorte pas sa propre arme pour croiser le fer. Tout dépends si son adversaire prend confiance ; si tel est le cas cela ne peut qu’intensifier ce jeu.

_________________







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 908
J'ai : 27 ans
Je suis : Chevaucheuse de la dragonne Royale, reine du vol de Rubis et mage de l'été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Caserne et à Cibella
Mes autres visages: Eponine Aubenacre & Sixtine d'Ibélène
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Une femme rousse armée en vaut deux   Lun 21 Mai 2018 - 21:17

Autant l'avouer. La réponse la surprend énormément et Abi regarde Anaïs avec une réelle surprise. Se battre à armes réelles ? Elle qui l'a tant espéré, voilà qu'elle se met à douter. La peur de ne pas être à la hauteur des armes magnifiques de la Reine. La peur d'oublier tout ce qu'elle a appris jusqu'à aujourd'hui. Bref, peur, inquiétude mais, en même temps, une grande excitation. Hormis pour les admirer, la rouquine n'a pas eu le loisir de les sortir. Et même les regarder lui rappelle le souvenir douloureux du sacrifice de la Rose. Elle a pris l'habitude de les amener partout avec elle. Elles lui rappellent Astrée, ce à quoi elle a contribué et sa promesse de poursuivre son œuvre. C'est une sorte de présence rassurante maintenant, à laquelle elle s'est habituée. Mais jamais elle ne les a tiré. Sa précision, son efficacité et sa dangerosité résident dans sa magie. Elle lui voue une confiance absolue. En revanche, faire tinter le fer, c'est autre chose. Une chose qui lui est inconnue, une chose qui encombre ses mains d'où sort habituellement son été dévastateur. Une chose qu'elle ne maîtrise pas et qui nécessite chez elle beaucoup plus de concentration. La magie vibre en elle. Elle est son feu intérieur, son existence, la force qui la maintient en vie. Elle la contrôle avec une réelle maîtrise et elle n'a jamais rencontré aucune difficulté à l'utiliser. Les armes, c'est tout autre chose. C'est une force externe, qui pend au bout de ses bras et qu'elle ne sait vraiment pas utiliser.  Alors, elle doute. Est-ce vraiment une bonne chose de les utiliser maintenant ? Mais Anaïs sait de quoi elle parle. Elle est son maître, c'est une Guerrière et sait mieux que tout le monde ce qui convient de faire.

-Très bien,
lance-t-elle, concentrée, en sortant ses armes.

Tu vas y arriver petite ! Elles sont bien plus légères que moi tu sais. Ça, c'est vraiment pas compliqué. Un mot de plus et j'utilise ta carapace pour me faire les dents. Vas-y, essaie seulement ! La Chevaucheuse ferme les yeux, tenant éloigné la dispute qui éclate entre son dragon et son Familier. Le genre de dispute qui ne fera que la distraire alors qu'elle tient deux épées dans ses mains incompétentes. La Guerrière à l'air sûre d'elle. Abigaïl ne doute pas en ses capacités mais elle espère profondément ne pas commettre d'impair pouvant causer une blessure profonde à Anaïs. Elle lui adresse un petit signe de tête et lance son offensive. Elle se jette sur Anaïs, bien décidée à la toucher au flanc, feintant sur son genou droit. Une feinte qu'elle a déjà réussi. Mais avec un bâton. Mais la Chevaucheuse se sent soudain très lente. Les armes pèsent lourdes dans ses bras, requérant chacun de ses muscles qu'elle sent alors s'étirer bien plus que d'habitude. Nul doute qu'elle aura de belles courbatures demain matin. Son attaque s'en trouve très mal calculée et elle plante même une des armes dans le sol, alors qu'elle l'abaisse. Elle pousse un juron, fronce les sourcils et l'en extirpe en maugréant, surtout contre elle-même.

-Désolée. Je m'attendais pas à ça, avoue-t-elle, de mauvaise humeur.

Mais c'est sincère. Le Phénix prend un moment pour trouver son équilibre, serrant et desserrant ses mains sur ses armes. Le fait d'avoir les deux mains prises n'est pas ce qui lui pose le plus de problème. Elle a dû se battre avec deux bâtons dans les mains pour bien se familiariser avec les gestes et trouver une certaine maîtrise sur son côté défaillant. Gauchère depuis toujours, il a fallu qu'elle apprenne à être plus habile de l'autre main. Non, la difficulté réside dans son équilibre. Jusqu'à aujourd'hui, elle n'a utilisé que des bâtons, beaucoup plus légers. Maintenant, il faut qu'elle retrouve un certain confort avec des armes beaucoup plus lourdes. Alors elle tâte un peu le terrain, fait quelques moulinées avec ses armes pour s'y habituer puis, quand elle se sent un peu plus à l'aise, elle regarde Anaïs. Cette fois, elle ne se laissera pas surprendre. Elle passe de nouveau à l'attaque, réitérant le mouvement d'il y a quelques secondes, cette fois avec plus de succès et plus de précisions. Elle ne parvient pas à toucher la Guerrière mais au moins son épée est bien ancrée dans ses mains, non au sol. Faisant fi de l'étirement de ses muscles qui commence à être de plus en plus douloureux, Abigaïl poursuit ses efforts. Des perles de sueurs inondent bientôt son front et sa respiration devient plus saccadée. Mais elle tient bon, soucieuse de faire le plus de progrès possibles à chaque entraînement.

_________________
Abi #666600  ; Royale #cc3300 ; Titou #666666











Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 1095
J'ai : 29 ans
Je suis : Guerrière - membre de la Guilde des Guerriers à la Volte

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Adonis le Lys
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Une femme rousse armée en vaut deux   Mer 30 Mai 2018 - 15:59

Anaïs reste de marbre sous le regard surpris de la chevaucheuse. Son sourire s’élargit même à l’idée qu’elle l’ait déstabilisée. A sa manière elle récompense les efforts d’Abigail. A force de la côtoyer elle s’est rendue compte de comment fonctionnait la jeune femme. Elle devait la récompenser pour lui permettre d’avancer mais aussi pour lui procurer cette confiance qui semble lui faire défaut en possession des armes de la Reine Noire. Si cette dernière l’a choisie comme dernier écrin et lui a légué ses armes c’est forcément qu’elle l’en jugeait capable.

La jeune femme n’a certes pas l’entraînement propice à la rendre meilleure qu’elle-même mais elle a cette volonté d’acier comme toute les femmes de la Volte. Elle sourit largement alors qu’elle la voit se rapprocher, s’emparer des armes de la Reine et hoche la tête se mettant en garde prête à esquiver. Toutefois lorsqu’Abigail les lève, la jeune guerrière fonce les sourcils. Elle n’a pas ce lever de bras suffisant pour infliger un coup aussi infime soit-il.

Les paroles de son élève trahissent un désarroi et elle va pour se rapprocher de la femme rousse choisissant des mots utiles dans les circonstances actuelles. Toutefois, lorsqu’elle la voit récupérer son arme et poursuivre elle est fière d’elle et de sa volonté sans égal. Les mouvements sont pour l’instant bien académiques, trop pour lui garantir un succès franc face à des guerriers entraînés depuis des années. Elle comprend au travers de ses enchaînements qu’Abigail se maintient dans une zone de confort. Elle ne prend pas d’initiative se maintenant sur les connaissances acquises au contact de Serenus ou d’elle-même. C’est ce pourquoi, entre autre, la jeune guerrière parvient à esquiver chaque coup, anticipant les frappes de la chevaucheuse. Cela n’empêche qu’elle l’encourage, la poussant dans ses retranchements :

« Poursuis, un peu plus fins tes gestes, plus précis ».

Quelques instants pus tard, Anaïs arrête d’elle-même l’échange voyant les perles de sueur perler sur le front de la chevaucheuse. Elle juge un instant son élève se demandant si c’est de bonne augure d’enchaîner d’ores et déjà sur sa prochaine leçon. C’est la raison pour laquelle elle prend de nouveau la parole, prodiguant quelques conseils à la jeune femme. La guerrière va récupérer une gourde la lance à Abigail et l’invite à se réhydrater en poursuivant :

« Ton premier échec ne t’a pas arrêtée Abi c’est très bien ; il faut poursuivre de la sorte, oublier le poids des armes qui est dérisoire quand ta volonté première est de frapper ; n’oublies pas cela c’est ainsi que j’opère, avoir un but précis et se donner le moyen d’y parvenir quel qu’en soit le prix ».

Elle sait que le chemin est long pour elle de grader au sein de la Guilde alors elle fait son nom à sa manière, rentrant dans les rangs, acceptant des contrats quels qu’ils soient. Peu à peu Anaïs se fera sa place et sera reconnue à sa juste valeur. Puis s’adressant de nouveau à Abi, à son tour, elle sort son épée et se met en garde.

« Tu te rappelles comment parer ? » elle remarque un frisson parcourir son élève et elle la rassure d’un mouvement de la tête « Ne t’inquiètes pas je vais pas te faire du mal j’arrêterai mon coup si je vois que tu as du mal mais à voir la facilité dont tu manies ces merveilles je n’ai aucun doute que tu trouveras la position que l’on t’a enseignée ». Anaïs poursuit se met en position et commence à attaquer, croisant le fer avec une Abigail admirable. Une idée se fait cette fois ci alors qu’elle force son élève à reculer.

« La prochaine attaque contre attaque moi et fais moi tomber n’aie pas peur je n’aurai pas mal ».

Elle veut voir à quel point la chevaucheuse en veut et jusqu’où elle est capable d’aller. Déjà elle contracte ses muscles anticipant la chute qui devrait se faire imminente. Elle espère ainsi dans la provocation de son élève lui ôter toute crainte. Elle est capable d’attaquer de maîtriser son ennemi le tout est qu’elle le veuille.

_________________







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 908
J'ai : 27 ans
Je suis : Chevaucheuse de la dragonne Royale, reine du vol de Rubis et mage de l'été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Caserne et à Cibella
Mes autres visages: Eponine Aubenacre & Sixtine d'Ibélène
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Une femme rousse armée en vaut deux   Mar 31 Juil 2018 - 23:35

La douleur s'installe peu à peu pour finir par accompagner chacun de ses gestes. Elle sent le poids des armes dans ses mains et la force qu'elle puise en elle pour les soulever. Elle sent ses muscles se contracter, se tendant et se relâchant alors qu'elle les utilise sans aucun ménagement. Abigaïl sait déjà que demain, ça va piquer. Quelle va devoir enchaîner les étirements en rentrant pour ne pas être trop amputées de ses membres. Le fait qu'elle s'entraîne au maniement des armes ne pose pas de soucis si elle reste en forme pour sa profession. Il ne faut pas que ses entraînements deviennent un poids pour les autres jours. Elle doit économiser ses forces et son énergie. On ne lui demande pas d'être une Guerrière mais une Chevaucheuse.
Et la Chevaucheuse écoute avec attention les directes de son nouveau professeur. Elle essaye de gagner en précision, même si elle n'a pas franchement l'impression d'y arriver, tellement la fatigue de ses bras se fait sentir. Au bout d'un moment, alors qu'elle se demande encore comment elle parvient à soulever les armes, la Guerrière décide de mettre un terme à l'exercice. C'est une Abigaïl dégoulinante de sueur, la respiration saccadée, qui lâche mollement ses armes, les bras tremblants par l'effort.

Oublier le poids des armes ? Elle grimace en entendant ces mots. Comment elle pourrait oublier le poids des armes ? Cela paraît compliqué. Abigaïl comprend où elle veut en venir mais elle ne voit pas comment y parvenir surtout. Est-ce vraiment qu'une question de volonté ? Si l'on se refaire à des faits plus tangibles, les épées sont bien là. Avec leurs poids. Et Abigaïl ne voit pas comment elle pourrait les rendre plus légères dans ses mains, sauf en s'entraînant continuellement avec. Ainsi elle y sera plus habituée et il n'y paraîtra plus. Pourtant, par son métier et les rigueurs qu'il demande, elle est musclée et bien entretenue physiquement. Mais c'est une chose de faire ces exercices de conservation de Chevaucheur, et une autre de se battre l'épée à la main. Elle profite des explications de Anaïs pour reprendre son souffle et étirer un peu ses bras endoloris. Un léger soupire s'échappe de ses lèvres alors qu'elle se remet en position. Elle se souvient comment parer. Mais avec un bâton. Et la Guerrière passe à l'attaque. Abigaïl arrive à parer, grommelant sous l'effort. C'est comme si une onde de choc s'emparait soudainement de ses bras, remontant jusqu'aux épaules. Les armes sont lourdes et elles le restent même en défense. L'idée de la Guerrière l'enchante beaucoup moins qu'elle mais l'Outreventoise n'est pas du genre à fuir. Elle la regarde perplexe, doutant fortement de parvenir à réaliser un tel exploit sans magie. Puis, prenant une grande inspiration, elle lance donc l'offense pour ensuite parer tout en essayant de déstabiliser son adversaire.

_________________
Abi #666600  ; Royale #cc3300 ; Titou #666666











Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 1095
J'ai : 29 ans
Je suis : Guerrière - membre de la Guilde des Guerriers à la Volte

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Adonis le Lys
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Une femme rousse armée en vaut deux   Jeu 16 Aoû 2018 - 15:04

Anaïs voit dans le regard d’Abigail et dans ses gestes toute cette peur et cette douleur à chaque geste qu’elle effectue. Mais la Chevaucheuse est une outreventoise, le duché de l’honneur présume-t-on. C’est pourquoi, elles la pousse dans ses retranchements lui disant d’oublier ce poids qui est sans conteste bien plus important qu’un simple bâton. Abigail est capable de le faire comme Anaïs a pu devenir guerrière. Elle se souvient d’elle enfant qui regardait passer la caravane du noble. Elle se remémore aussi cette journée au théâtre où elle fût troublée par un simple chanteur. Aujourd’hui encore les notes de musique lui font tourner la tête.

Elle voit dans le regard de la Chevaucheuse cette volonté de réussir. Les perles de sueur se mêlent à la pluie qui gagne peu à peu en intensité mais la guerrière reste droite dans ses bottes ne quittant pas du regard les lames qui s’entrechoquent. Elle virevolte autour d’Abigail et la laisse agir parant à son tour. Elle recule jusqu’à la barrière prise au piège elle gronde tout en félicitant son élève et lui proposant une pause forcément bien méritée.

« Tu n’a pas réussi à me faire tomber car je me doute que si j’étais tombée naturellement tu aurais été vexée ; tu as l’œil fin et une telle tromperie n’aurait été bonne pour personne encore moins pour moi ou toi je crois ».

Anaïs se dirige vers une gourde prévue pour elle et une autre pour Abigail qu’elle lui lance jusqu’à ce que la jeune femme la récupère.

« Le temps ne nous aide pas aujourd’hui mais il y a pas à dire tu as énormément progressé » elle se rapproche d’Abi désignant les armes « Elles sont lourdes ce que je t’ai dit quant au poids est une connerie ; tu as un mental d’acier c’est le principal dans un combat ; il faut savoir lire ce que l’autre va faire, anticiper ses gestes et se servir de ses atouts pour réussir ». Elle enchaîne dans ses explications « En quoi te considères tu bonne dans un combat ? La lecture, l’anticipation ? Sers t’en et utilise tes armes au moment opportun ; les balancer dans un sens ou dans un autre ne servira à rien si ce n’est à faire peur aux oiseaux au milieu d’un champ ; ton geste doit être précis et toucher sa cible à chaque fois ; ce sont tes pieds qui dirigent et le  positionnement de ton corps nulle autre chose ».

Anaïs s’est laissée emportée dans ses explications et elle reprend son souffle souriant à Abigail « Tu vois ce que je veux dire ? » ce serait fort malvenu d’avoir perdu son élève sur le chemin des explications !

_________________







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Chevaucheurs
avatar

Messages : 908
J'ai : 27 ans
Je suis : Chevaucheuse de la dragonne Royale, reine du vol de Rubis et mage de l'été (destruction)

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : La Caserne et à Cibella
Mes autres visages: Eponine Aubenacre & Sixtine d'Ibélène
Les Chevaucheurs
Message Sujet: Re: Une femme rousse armée en vaut deux   Sam 15 Sep 2018 - 23:10

En réalité, les armes de la Reine Noire ne sont pas bien lourdes. Elles vibrent de magie et ont la particularité d'être légères. Mais pour la Chevaucheuse qui n'a jamais porté une arme à bout de bras pendant autant de temps, les armes pèsent leur poids. Dans le cas d'Anaïs, si elle les prend, elle serait sûrement sidérée par leur légèreté. Et pour Abigaïl, si elle prend celle d'Anaïs, il est peut-être peu probable qu'elle parvienne à la lever.
La pause est bien accueillie par la jolie rousse. Elle suit la guerrière et attrape la gourde au vol avant de s'appuyer contre un muret. Elle a presque oublié à quel point elle avait soif. Ses membres sont courbaturés, ses bottes pleines de boues et la pluie a trempé sa tunique et ses cheveux. Les exercices lui donnent chauds mais une fois arrêté, c'est le froid qui s'infiltre sournoisement. Tu t'es bien débrouillée. Tu fais des progrès. J'espère que tu ne vas pas attraper froid en tout cas. La Chevaucheuse sourit, les remerciant avec gratitude. Elle ne sait pas ce qu'elle ferait sans eux. Leur soutien lui permet d'aller toujours plus loin, de dépasser ses capacités et de garder sa détermination intacte. Tout en se désaltérant, elle écoute les conseils de la guerrière, réfléchissant à ce que peut être son point fort. Facile... l'improvisation. Ça lui a coûté parfois. Oui, mais elle arrive toujours à se sortir de n'importe quelles situations. Et les conséquences alors ? Tu ne devrais pas l'encourager constamment. Mieux vaut agir que de se terrer dans sa carapace comme un lâche ! Tu me traites de lâche ? Si tu te sens visé, je n'y suis pour rien. Bon arrêtez tous les deux.

-L'improvisation, lance-t-elle tout de même.

Royale a raison. C'est sûrement ton point fort. Tu réfléchis vite et bien souvent. Mais tu vas surtout agir avant de réfléchir. Parfois le résultat est navrant, mais la plupart du temps, il est surtout efficace. Néanmoins, l'Outreventoise ne sait pas vraiment comment l'employer en plein combat.
Les pieds qui dirigent. Elle se répète la phrase encore et encore. Elle doit se faire confiance. La Chevaucheuse a l'habitude d'utiliser la magie, d’œuvrer à dos de dragons. Pas d'utiliser ses pieds et son corps pour diriger une arme vers un ennemi. Le plus dur c'est de se débarrasser de ses vieilles habitudes.
La pluie fine devient de plus en plus fort, se transformant presque en un vrai déluge. Elle frissonne, plisse les yeux.

-Tu veux continuer dans ses conditions ? demande-t-elle, inquiète.

Qu'il neige, vente ou qu'il pleuve, elle est habituée à ainsi s'exercer malgré les éléments. Voler par temps de pluie est d'ailleurs quelque chose de très désagréable. Avec la vitesse, les gouttes deviennent plus virulentes. Mais s'entraîner à se battre sous la pluie alors qu'elle a déjà du mal par temps sec... enfin, c'est à Anaïs de décider. Et une Chevaucheuse ne fuit jamais ses responsabilités.

_________________
Abi #666600  ; Royale #cc3300 ; Titou #666666











Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers
avatar

Messages : 1095
J'ai : 29 ans
Je suis : Guerrière - membre de la Guilde des Guerriers à la Volte

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Guilde des Guerriers
Mes autres visages: Adonis le Lys
Les Guerriers
Message Sujet: Re: Une femme rousse armée en vaut deux   Lun 24 Sep 2018 - 21:38

Il n’y a pas à dire la Chevaucheuse a cela dans le sang qu’elle en ait conscience ou non. Alors qu’elle boit une gorgée sous une pluie qui se fait un peu plus ardue Anaïs réfléchit aux enchaînements, à la marge de progression de son élève, de cette femme qui pourrait devenir une véritable amie. Toutefois les deux femmes sont différentes, semblables par certains aspects mais radicalement différentes. L’une foule le sol l’autre survole les terres. Puis il y a aussi ce fait, Anaïs ne la connaît pas si bien que cela. Qui est-elle derrière cette tenue de Chevaucheuse, derrière cette chevelure flamboyante ? Que cache cette personne aussi habile dans les airs que sur terre ? Moult questions qu’elle pourrait poser si elle n’était pas posée ni mesurée dans ses propos.

Concrètement si la Reine Noire l’a choisie elle ce n’est pas sans raison et elle baillonne sa propre curiosité au moment où elle interroge Abigail sur ses capacités. La guerrière aurait très bien pu poser d’autres questions qui lui occupent l’esprit. Pourquoi toi et pourquoi pas quelqu’un d’autre ? Pourquoi t’a-t-elle choisie toi ? Le sais-tu au fond de toi-même ? Cette interrogation elle la dissimule et ne lui posera que si les deux femmes deviennent un peu plus proches.

Elle comprend que la Chevaucheuse ne se confie pas complètement; elle a ces instants où elle est vraisemblablement prise dans ses pensées, réfléchissant à la réponse plus adéquate. Quoiqu’habitant dans une cité où la magie règne Anaïs ne percute pas de suite que l’échange se fait par la pensée avec son Familier et Royale. Il faut encore quelqu’entraînement à la jeune guerrière ou bien un repos bien mérité. La réponse qu’Abigail lui procure lui fait hocher la tête et elle sourit largement.


« Je n’aurais pas dit mieux » et elle poursuit « Il faut également savoir être humble et reconnaître ses défauts et ses faiblesses ; j’ai manqué moi-même de confiance en moi d’assurance des années durant avant de me rendre compte des capacités qui étaient miennes » elle poursuit alors qu’elle entreprend de ranger son arme « Ma faiblesse est ma force reconnaître ses torts n’est pas toujours facile pour un guerrier encore moins pour une femme mais nous avons au moins ça que les hommes n’ont pas la majeure partie du temps ».

La remarque d’Abigail la fait hausser les épaules « En principe la météo ne gêne en rien mais aujourd’hui j’ai guère envie de risquer de te blesser toi ou moi on tâchera de s’entraîner une autre fois un peu plus au sec » mais elle se retourne à la Chevaucheuse l’invitant presque à la suivre « Je m’en vais me mettre au sec sur les rebords de la Taverne avant de rentrer tu m’accompagnes ou tu préfères t’en retourner à la caserne ? » Elle n’ose lui proposer clairement de se joindre à elle autour d’un verre. Leur relation est très cordiale pour l’instant se limitant à quelques joutes. L’évocation d’un échange véritable cette fois-ci est peut-être précoce et elle ne l’imposera pas à Abigail. Elle se penche récupérant les gourdes elle enjambe aisément les barrières avant de se retourner vers son élève d’un regard interrogateur. Qu’elle la suive ou pas elle se doute que leur prochaine rencontre sera imminente. Elle aime se battre contre Abigail et en moins de temps qu’il lui a fallu, la Chevaucheuse sera à son niveau.

_________________







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Une femme rousse armée en vaut deux   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une femme rousse armée en vaut deux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 01.03/11.C.[Tokyo] Au croisement de la lumière et des ténèbres.
» Et si c'était plus qu'un reportage photo ? [Livre 1 - Terminé ]
» Decado Salyrann - Assassin / Spadassin
» "Un éperon dans la tête en vaut deux aux talons !"
» Une armée ork en deux semaines

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Faerie :: Cibella :: La Volte-
Sauter vers: