AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Que c'est aimable à vous madame

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Noblesse • Modo
avatar

Messages : 1567
J'ai : 25 ans
Je suis : duchesse de Bellifère, autrefois astronome à l'Observatoire de Val-du-Ciel, mon observatoire.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Martial de Bellifère
Mes autres visages: Marjolaine du Lierre-Réal & Lancelot l'Adroit & Liry Mac Lir & Anwar Sinhaj & Antonin de Faërie
La Noblesse • Modo
Message Sujet: Que c'est aimable à vous madame   Mer 2 Mai - 3:42


Livre III, Chapitre 3 • Les Échos du Passé
Sixtine d'Ibélène & Séverine de Bellifère

Que c'est aimable à vous madame

Les débuts d'une amitié inébranlable?



• Date : 31 juillet 1002
• Météo (optionnel) :
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Charmée de l'invitation de Sixtine à prendre le thé, Séverine prépare l'artillerie afin de séduire la princesse : il lui faut absolument gagner ses affections.  Les prémisses d'une amitié ne sauraient mieux augurer.
• Recensement :
Code:
• [b]31 juillet 1002 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t3651-que-c-est-aimable-a-vous-madame#136974]Que c'est aimable à vous madame[/url] - [i]Sixtine d'Ibélène & Séverine de Bellifère[/i]
Charmée de l'invitation de Sixtine à prendre le thé, Séverine prépare l'artillerie afin de séduire la princesse : il lui faut absolument gagner ses affections.  Les prémisses d'une amitié ne sauraient mieux augurer.


_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse • Modo
avatar

Messages : 1567
J'ai : 25 ans
Je suis : duchesse de Bellifère, autrefois astronome à l'Observatoire de Val-du-Ciel, mon observatoire.

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Martial de Bellifère
Mes autres visages: Marjolaine du Lierre-Réal & Lancelot l'Adroit & Liry Mac Lir & Anwar Sinhaj & Antonin de Faërie
La Noblesse • Modo
Message Sujet: Re: Que c'est aimable à vous madame   Mer 2 Mai - 3:44

Bien que partiellement confinée à ses appartements en l'absence de son très cher époux occupé ailleurs à se faire une place diplomatique auprès des personnes d'influence des autres duchés, dont notamment son ami le duc kyréen fort probablement, Séverine n'Avait pas l'intention de demeurer cloîtrée sans rien faire lors de son séjour à Svaljärd.  Elle n'avait jamais auparavant mis les pieds en Valkyrion et hormis le froid qui était fort désagréable, elle était pour lors satisfaite de son séjour.  Tout était mieux que Bellifère.  Au cœur des neiges éternelles, il y avait au moins des gens avec qui se divertir, avec qui échanger et avec qui oser prononcer plus de trois mois sur des sujets autres que la pluie et le beau temps ne constituerait pas une abomination venant d'une femme.  Future duchesse, elle ne comptait point subit son sort avec résignation et devenir une femme pot de fleurs, d'autant qu'elle se trouvait plus jolie, et de loin, que celles qui poussaient dans son nouveau duché d'adoption, ou pour tout dire de séquestration.  Son enlèvement entièrement orchestré par l'homme le plus vil qu'aie jamais porté tou Arven, c'est-à-dire son cousin Castiel de Sombreflamme, lui restait encore en travers de la gorge comme une cruelle humiliation, une raison de plus pour se venger de lui.  Et une excellente manière de commencer serait de se faufiler tel un serpent dans le nid des autres grandes dames d'Ibélène, dont leur hôte, la duchesse Astrid d'Elvakyr, ainsi que sa précieuse invitée, la princesse Sixtine d'Ibélène.  Si elle pressentait avoir les moyens de s'attacher la souveraine kyréenne en gagnant ses faveurs grâces à de douces attentions accordée à sa progéniture, gagner l'affection de la fille de l'empereur était plus ardu.  Elle savait très peu à propos de la femme et considérant que la lignée des Poings-d'Acier dont descendait la famille impériale était issue de Bellifère, duché honnis rempli de barbares, le pire était à craindre.

L'invitation de la princesse transmise par Martial tombait toutefois juste à point pour Séverine qui espérait y trouver bonne fortune.  Le tout était tout simplement de d'abord faire bonne impression et une tenue impeccable serait le premier outil de cette conquête qu'elle s'apprêtait à faire.  C'était pour cette raison qu'elle houspillait sa pauvre dame de parage qui visiblement était une sotte dénouée de toute compétence en matière de vêtements.  Il fallait voir les horreurs qu'elle lui faisait porter pour en être convaincu.

« Prudence!  Serrez encore ce corset! Ne voyez-vous pas qu'il est trop flottant autour de moi?  Regardez-moi ça!  Je ne suis même pas encore vêtue de cette horrible robe que je suis déjà indigne d'être vue!  Essayez au moins de faire un effort!  Je ne vous ai pas dit de m'étouffer non plus!  Que vous êtes maladroite et désagréable! »

La robe qu'elle avait choisie était tissée dans une belle laine aux tons ambrés qui rehaussaient son teint blanc et le jais de ses cheveux.  Elle couvrait bien la poitrine tout en laissant voir la grâce du cou et sans être aussi révélatrice et ajustée que pouvait l'être une robe cielsombroise, elle gardait un certain charme, délicatement décorée de jolies perles par endroit.  C'était très certainement la tenue la moins horrible de celles qu'on lui avait offerte à son arrivée à Hacheclair.  On lui disait qu'elle était élégante; elle trouvait qu'elle ressemblait à une grand-mère et qu'elle manquait de charme.  L'insatisfaction était grandissante et difficile à contenir.

À peine le vêtement enfilé, elle pressait de nouveau l'infortunée Prudence de mille exigences.  « Prudence!  Aidez-moi à mettre ces bracelets!  Ah!  Mais que vous êtes lente! » lâchait-elle alors qu'elle tendait ses bras fins enveloppés de manches ajustés qui soulignait leur grâce.  Elle désignait les chiffons qui avait servis à faire tenir ses boucles.  « Vous ne commencez toujours pas à me coiffer!  Mais dépêchez-vous!  Réfléchissez un peu avec votre cervelle! »  Tant bien que mal, la Cielsombroise fut fin prête et satisfaite de son apparence, même si elle regrettait toujours ses voiles et ses décolletés.

C'est avec dignité qu'elle gagna le petit salon où l'attendait la noble dame.  Non seulement vêtue avec élégance – selon les critères bellifériens – elle s'était parée de son plus aimable sourire.  Il lui faudrait toutes armes pour réussir à faire de la princesse son amie.  On l'annonça avant de l'introduire dans la pièce fort agréable.  Elle s'inclina dans une révérence suivant l'étiquette et déclara d'une voix posée et douce :

« Votre Altesse, je vous remercie de la grâce de cette invitation que vous avez daigné me transmettre. »

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Noblesse
avatar

Messages : 215
J'ai : 24 ans
Je suis : princesse d'Ibélène

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Abigaïl l'Embrasée - Eponine Aubenacre - Vira Sabir
La Noblesse
Message Sujet: Re: Que c'est aimable à vous madame   Jeu 17 Mai - 1:07

Doucement tu admires ton reflet dans le miroir, assez satisfaite de l'image qu'il te renvoie. Celle d'une jeune femme confiante et fière, d'où dégage une certaine douceur. Le genre d'image que tu renvois quotidiennement. Derrière toi, Hjördis s'occupe de tes cheveux, fredonnant un petit air kyréen bien connu qui t'arrache un mince sourire. C'est le lendemain du banquet de bienvenue dans la grande salle de réception du palais ducal de Svaljärd. Un banquet fort intéressant où tes oreilles ont pu capté pas mal d'informations alors que ton esprit en analysait d'autres plus subtiles. Les langues des hommes ont également tendances à beaucoup se délier après plusieurs verres d'alcool. Et ce genre de repas ne lésine pas sur ces boissons. Une soirée en somme plutôt satisfaisante où tu as même pu échanger quelques mots avec le prétendant au trône de Bellifère. Une discussion qui s'est révélée plutôt intéressante. Tu as juste déploré l'absence de sa femme. Oh tu l'as bien croisée vite fait lors du banquet mais tu n'as guère eu le temps d'aller échanger quelques mots avec elle. Tu t'es dit aussi qu'il serait bienvenue de l'inviter à part pour une petite discussion en tête-à-tête et, heureusement pour toi, ce cher Martial a gentiment fait passer l'information. Tu as eu une réponse positive et te voilà maintenant devant ton miroir, te préparant à recevoir la future duchesse de Bellifère.

Que ta curiosité est grande. Voilà une jeune femme qui a su faire parler d'elle. Une astronome passionnée et réputée, en proie à une vive rancœur envers Castiel de Sombreflamme. Et si ton ami a eu le loisir de parler de la jeune femme, ce n'a guère été en terme élogieux. Comme ton intérêt a été à son comble lorsque tu as appris que Martial enlevait cette fameuse Séverine. Un Belliférien et une Cielsombroise. Voilà un couple fort intrigant, baignant dès le début dans un profond paradoxe. Un duché où les femmes sont certainement moins considérées que les chevaux, se retrouvera bientôt avec une femme très libérée à sa tête. Sombreciel demeure le duché le plus ouvert sur la liberté des femmes de tout Ibélène. Un bien grand changement pour la future duchesse. Tu n'as pas spécialement d'avis sur elle, juste quelques rumeurs. Tu ne veux pas que les idées de Castiel faussent ton jugement et préfère la recevoir de la façon la plus neutre possible. Tu n'as jamais laissé personne t'orienter sur ta façon de percevoir quelqu'un. Tu te réserves le droit de l'analyser à ta convenance et, si jamais c'est possible, tu n'es absolument pas contre instaurer un début d'amitié. Rester dans les faveurs de la future duchesse de Bellifère ne peut être qu'un atout considérable, surtout lorsque tu entretiens une correspondance épistolaire anonyme avec son mari. Réussir à soutirer quelques informations importantes à un couple ducal est un véritable exploit pour toi. Et puis, tu te dis qu'il ne sera pas désagréable d'avoir une amie qui partage un tant soit peu ses pensées sur le féminisme et la place des femmes en politique. Tu aimes Castiel comme un frère et tu ne dénigres pas son ouverture d'esprit, mais il n'est pas une femme. Il ne peut pas totalement comprendre ce que tu ressens.

Quelques minutes plus tard, enfin coiffée et préparée avec goût, Hjördis vient lui annoncer que Séverine de Bellifère est arrivée et tu lui indiques d'un petit signe de tête qu'elle peut entrer. La future duchesse est telle que tu as pu te l'imaginer. Belle, le port fier et digne, et le visage teinté d'un subtile sarcasme. Tu préfères ne pas t'avancer avant de te forger une opinion, mais tu sens immédiatement que tu vas l'apprécier. Elle a l'air intelligente et cultivée et semble dissimuler plus de choses qu'elle ne veut laisser paraître. Un peu comme toi sûrement. Tu n'es pas prête à te dévoiler totalement à une parfaite inconnue mais, si tout se passe bien, peut-être te laisseras-tu aller à certaines révélations dans le futur. Pour l'heure, cependant, tu te dois d'abord de l'accueillir avec le respect et la courtoise qui lui sont dus, comme elle le fait preuve à l'instant avec toi. Sensible à faire également bonne impression auprès de celle qui, dans quelques mois sûrement, te sera supérieure en rang, tu inclines respectueusement le haut de ton buste.

-Votre Grâce, c'est moi qui suis honorée de votre présence. Je vous remercie d'avoir si promptement accepté. Tu te redresses et poursuis avec un doux sourire : je ne vous cacherai pas l'impatience que j'avais de vous rencontrer. Vous m'en voyez absolument ravie. Je vous en prie, asseyez-vous.

Tu l'invites à prendre place d'un geste et en adresses un autre à Hjördis qui disparaît quelques minutes avant de revenir avec un plateau chargé de douceurs, fruits. Derrière elle, plusieurs servantes viennent poser le nécessaire pour un goûter digne de ce nom, proposant un assortiment de thé.

-Nous n'avons pas assez mangé hier soir, j'ai pensé qu'il valait mieux corriger cette erreur, plaisantes-tu dans un léger sourire.

_________________





© Frimelda
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Que c'est aimable à vous madame   

Revenir en haut Aller en bas
 
Que c'est aimable à vous madame
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Ibélène :: Valkyrion :: Palais ducal de Valkyrion-
Sauter vers: