AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Portrait flamboyant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Savants
avatar

Messages : 20
J'ai : 23 ans
Je suis : Peintre

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'art avant Lagrance (mais je les aime quand même)
Mes autres visages: Gauthier Coeurbois ; Martial de Bellifère ; Jehanne d'Ansemer
Les Savants
Message Sujet: Portrait flamboyant   Mer 16 Mai - 13:39


Livre III, Chapitre 3 • Les Échos du Passé
Eponine Aubenacre & Amarante de Nacarat

Portrait flamboyant

Où les roux, c'est bien.



• Date : 17 avril 1003
• Météo (optionnel) : Il fait beau
• Statut du RP : Privé
• Résumé :  Sans réelle occupation pour son après-midi, Amarante se décide à dessiner Lorgol, encore une fois, et ses bizarreries. Elle finit par se détourner des tours lorsqu'une fillette attire son regard. Un futur dessin en perspective... Et la sanguine se prête magnifiquement bien au rendu des cheveux roux.
• Recensement :
Code:
• [b]17 avril 1003 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t3689-portrait-flamboyant]Portrait flamboyant[/url] - [i]Eponine Aubenacre & Amarante de Nacarat[/i]
Sans réelle occupation pour son après-midi, Amarante se décide à dessiner Lorgol, encore une fois, et ses bizarreries. Elle finit par se détourner des tours lorsqu'une fillette attire son regard. Un futur dessin en perspective... Et la sanguine se prête magnifiquement bien au rendu des cheveux roux.


_________________

Elle me disait viens et tu sauras que l'amour c'est un peu comme toi, elle me disait viens et tu sauras que ça n'existe pas.


Ama parle en #912B3B
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Savants
avatar

Messages : 20
J'ai : 23 ans
Je suis : Peintre

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : l'art avant Lagrance (mais je les aime quand même)
Mes autres visages: Gauthier Coeurbois ; Martial de Bellifère ; Jehanne d'Ansemer
Les Savants
Message Sujet: Re: Portrait flamboyant   Mer 16 Mai - 13:41

Installée confortablement contre le mur d’une des tours avoisinantes à celle de feue sa soeur, dont elle connaissait les propriétaires, une jeune rousse aux cheveux cascadant sur ses épaules feuilletait un grand carnet. Elle avait avec elle une petite sacoche, semblant de bonne facture et bien usée, qui pendait sur son côté droit. Ses doigts étaient sombres, comme salis par quelque chose qu’elle aurait utilisé, pour une quelconque raison.
Les rues étaient relativement calmes, à cette heure. La fin de la journée approchait, cependant, et Amarante – car tel était le nom de la rousse – se doutait bien que les étudiants allaient bientôt se ruer à l’extérieur de l'Académie pour profiter du soleil d’avril, courir les rues de la capitale des Peuples Libres pour se perdre un peu, profiter de l'ambiance printanière. Il faisait relativement beau aujourd’hui, selon des critères normaux.

Sufisamment beau, et suffisamment calme, pour pouvoir dessiner un peu. La moitié de sa journée avait été occupée à finir un tableau dont la livraison était prévue pour la semaine suivante : quelque vue de Lorgol, au petit matin. Rien d’humain, mais comme toujours fascinée par la cité, Amarante s’était dévouée à cette peinture avec la même ardeur qu’elle aurait terminé un portrait. Lorgol était comme un être, pour elle, et c’était avec dévotion qu’elle tentait de la représenter le plus possible. D’autres s’y employaient, bien sûr, mais on sentait dans leurs traits qu’ils voyaient les bâtiments avant son âme.
Tout l’inverse de la fille de Nacarat. Avec un petit sourire, ses yeux se posèrent sur un curieux arrangement de deux tours, inconnues demandant à être découvertes. Comme deux êtres qui cherchaient presque à se toucher, juste là...

Une sanguine à la main, les murs prenaient forme sur le papier avec une facilité déconcertante. Ici, ils tournaient, se fondaient dans une ligne qui suggérerait bientôt un renfoncement. Là, une fenêtre ouverte où un rideau gonflait un peu. On le devinait à peine, mais le trait sombre représentait à merveille la scène devant elle.
Ce n’était qu’un croquis, pour l’heure. Quelque chose pour elle.  
Combient de temps resta-t-elle là, approfondissant ce qui tenait de moins en moins du griffonnage et plus de l'étude ? Des passants s'arrêtaient, pour ceux qui n'étaient pas pressés. Elle n'était pas mal vêtue, sa robe sobre était d'une excellente facture, et si elle ne respirait pas la richesse elle n'avait pas l'air de ne pas être à sa place. On la connaissait, par ici, après tout.
La foule s'épaississait quelque peu, mais, bien installée, elle n'en avait pas grand chose à faire... Si ce n'était, quelquefois, pour relever la tête sur une personne particulière qui attirait son oeil.

Et puis là, soudainement. Un éclat roux, presque aussi roux que les traits de sang sur son papier. Interloquée, la jeune femme releva la tête, cherchant cette fois d’où cela pouvait venir. Peut-être était-ce un éclair d’inspiration qui la lança à la suite d’une petite fille rousse – et on l’espérait. « Petite ? Pardon, je… »

Carnet à la main, craie dans l’autre, deux tours grossièrement terminées sur le papier, elle avait stoppé la jeune. « Pardon, vraiment, mais je voulais savoir… Y aurait-il possibilité que je te dessine ? Ca prendra pas longtemps. Dix minutes. Peut-être quinze. Je cherche à travailler les couleurs, et… » elle leva son carnet, ainsi que sa sanguine avec un petit air contrit. « Voilà. Si tu ne veux pas, c’est rien. »
Elle en serait juste vexée.

_________________

Elle me disait viens et tu sauras que l'amour c'est un peu comme toi, elle me disait viens et tu sauras que ça n'existe pas.


Ama parle en #912B3B
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Mages
avatar

Messages : 817
J'ai : 12 ans
Je suis : aspirante mage de l'Hiver en Magie Elémentaire, en 1ère année à l'Académie

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : ma mère Désirée, ma tante Quittou, mon oncle Géralt
Mes autres visages: Abigaïl l'Embrasée & Vira Sabir & Sixtine d'Ibélène
Les Mages
Message Sujet: Re: Portrait flamboyant   Jeu 17 Mai - 1:05

La journée a été longue mais riche en connaissance et je n'ai pas eu le temps de m'ennuyer. Le beau temps est revenu et la température se fait même plus douce. Un soleil dans ma vie, des rayons qui illuminent mon cœur d'un optimisme nouveau. Il faut dire que tout va mieux depuis quelque temps. La Trêve perdure toujours et j'évite de penser au jour où elle prendra fin pour me concentrer sur le moment présent. Encore mieux, tonton Géralt est réapparu. Vivant et en bonne santé. J'ai pleuré longuement en le serrant contre moi. Mais une part de moi a été effarée par le récit que j'ai eu. Tonton, pris par la Chasse, pourchassant maman. J'ai tremblé et j'en cauchemarde encore la nuit. Dire que la Chasse a failli avoir maman. Mais si ma peur est toujours bien là, je ne la laisse pas dominer. L'important c'est que tonton soit revenu et que maman soit sauve. Ce sont des faits. Ils sont là tous les deux, avec moi. La Chasse a libéré l'un sans pouvoir attraper l'autre et un certain espoir palpite en moi, encore plus fort. L'espoir que la Chasse n'est pas infaillible et que l'on peut en ressortir. L'espoir qu'il y a une issue à tout ça.

C'est donc avec un entrain nouveau que j'ai poursuivis mes études. Même le souvenir du Jour des Anciens a commencé à avoir moins d'ampleur. Les cicatrices de ce jour désastreux continuent de persister à certains endroits mais la plaie se referme doucement dans mon cœur. Je reste sur mes gardes, cependant, on ne sait jamais. Toutefois, je laisse la flamme de l'espoir réduire en cendres mes plus grandes craintes. Maman dit que je suis presque redevenue cette petite fille pleine de joie de vivre. Elle a peut-être raison. J'ai souvent le sourire aux lèvres et je m'enhardis même dans les cours en participant de plus en plus. Je sens une nouvelle confiance aussi m'habiter. Cela fait un an, un mois et une quinzaine de jours que je suis partie d'Aubenacre pour Lorgol et jamais la vie ne m'a paru si douce. C'est comme si je revivais. Comme si je n'ai été qu'un fantôme qui a pris de plus en plus de consistance durant cette année. J'ai l'impression de me retrouver. Mes oncles ne feront plus rien, Grand-Père est mort et tonton est revenu de la Chasse. Je sais que ces moments de bonheur ne vont pas durer. La Chasse reste toujours là et elle reste menaçante. Et la guerre continue de noircir l'horizon. Mais, pour le moment, la journée est belle, le temps est chaleureux et j'ai envie de faire perdurer cet état de bien-être en allant me promener un peu aux alentours de l'Académie.

Je ne suis pas la seule à avoir eu cette idée et, en sortant du hall d'entrée, je me rends compte que beaucoup d'étudiants ont pris d'assaut la route menant aux belles tours de Lorgol. Je ne compte pas marcher pendant des heures mais me promener aux abords de la Ville Haute, m'enivrant de cette douceur printanière, ne me fera pas de mal. Je compte même trouver un petit banc sympathique où relire mes leçons du jour avant de retourner à l'Académie pour mes quelques devoirs, manger, flâner dans la bibliothèque et aller me coucher. Mon pas est léger et enjoué, mes cheveux détachés captent les rayons du soleil et je sens que les traits de mon visage sont totalement détendus. La bonne journée se poursuit ainsi. J'échange quelques mots avec une connaissance qui a la même idée que moi avant de bifurquer sur une autre route pour me rendre sur une petite place que je connais bien. Mais je n'ai pas le temps d'aller trop loin que déjà une voix féminine m'interpelle et je m'arrête, intriguée. Je n'ai pas l'habitude d'être appelée dans la Ville Haute. Certains me reconnaissent et me disent très aimablement bonjour mais nous ne sommes pas du tout du même rang. En dehors de réviser, me promener et me montrer discrète, je ne fais pas grand chose par ici. Surtout depuis que mon théâtre a été totalement brisé. Je regarde la dame qui m'a arrêté, les yeux agrandis par la surprise. Je mets un moment avant de comprendre vraiment ce qu'elle me demande. Mais elle est jolie. Elle a aussi une noble allure et des cheveux d'un roux aussi flamboyant que les miens qui m'inspirent aussitôt confiance. Dans sa main, un carnet et ses paroles prennent alors toute leur ampleur. La réaction ne se fait pas attendre. Je rougis aussitôt.

-M... moi ? je balbutie, interdite. Je... mais pourquoi moi ?

Dans ma surprise j'en oublie toute politesse. Mais je suis incapable de faire autrement pour l'instant. C'est vrai. Pourquoi moi ? Je ne suis qu'une petite fille.

_________________






Champs de blé, océan parfumé, perles nacrées.
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Portrait flamboyant   

Revenir en haut Aller en bas
 
Portrait flamboyant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Les Terres du Nord :: Lorgol aux Mille Tours :: Ville Haute-
Sauter vers: