AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'art d'attraper les libellules

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Guerriers • Modo
avatar

Messages : 217
J'ai : 38 ans
Je suis : Sentinelle à Roc Épine

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor et au Patriache du Pic de Roc-Épine
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Lancelot l'Adroit, Liry Mac Lir et Antonin de Faërie
Les Guerriers • Modo
Message Sujet: L'art d'attraper les libellules   Lun 21 Mai 2018 - 3:16


Livre III, Chapitre 3 • Les Échos du Passé
Sifaï Sinhaj & Anwar Sinhaj

L'art d'attraper les libellules



• Date : 28 avril 1003
• Météo (optionnel) : Beau temps
• Statut du RP : Privé
• Résumé : Logeant encore chez Astarté, il a insisté pour aller faire quelques courses pour elle.  Au beau milieu des marchés de Vivedune, il croise Sifaï avec qui il cherche à prendre contact.  Les derniers événements ont été non seulement bouleversants, mais ont aussi menés au rapatriement des Voltigeurs erebiens.  Comment tant de changements affectent-ils cette cousine?
• Recensement :
Code:
• [b]28 avril 1003 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t3702-l-art-d-attraper-les-libellules#138972]L'art d'attraper les libellules[/url] - [i]Sifaï Sinhaj & Anwar Sinhaj[/i]
Logeant encore chez Astarté, il a insisté pour aller faire quelques courses pour elle.  Au beau milieu des marchés de Vivedune, il croise Sifaï avec qui il cherche à prendre contact.  Les derniers événements ont été non seulement bouleversants, mais ont aussi menés au rapatriement des Voltigeurs erebiens.  Comment tant de changements affectent-ils cette cousine?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers • Modo
avatar

Messages : 217
J'ai : 38 ans
Je suis : Sentinelle à Roc Épine

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor et au Patriache du Pic de Roc-Épine
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Lancelot l'Adroit, Liry Mac Lir et Antonin de Faërie
Les Guerriers • Modo
Message Sujet: Re: L'art d'attraper les libellules   Lun 21 Mai 2018 - 3:17

L'après-midi est déjà bien avancé tandis que tu déambules dans les rues de Vivedune en direction de ses marchés.  Il y a un moment déjà que vous avez épuisé le pot de miel de la jolie joaillère, bien que sa saveur sucrée et douce te reste en mémoire.  Des provisions que vous avez faites plus tard, il ne reste également plus rien.  Peu familier avec la ville, tu n'oses pas trop vagabonder à tout hasard et tu t'en tiens aux instructions qu'Astarté t'a fournies avant que tu ne te mettes en route, prétextant que tu as besoin d'exercice et que tu serais bien vite revenu.  Tes blessures seront bientôt guéries et ne te font plus souffrir.  Comme c'est elle qui t'a soigné, l'idée que ta convalescence se soit écourtée grâce à tous ses bons soins ne fait pas faute de se présenter à ton esprit et un sourire de contentement te passe sur le visage à chaque fois.  C'est d'humeur gaie que tu as décidé de lui rendre à ton tour service, même s'il ne s'agit de faire quelques courses pour elle.  Il y a déjà bien une semaine que tu loges chez elle et même si ça ne semble pas la gêner outre mesure, tu ne désires pas trop envahir son espace et préfères sortir à l'occasion, pour découvrir la ville entre autre.  Si tu es né à Vivedune, entre les murs du palais ducal, elle t'es pourtant inconnue en-dehors de quelques passages en accompagnant les caravanes partant du Pic.  Cette ambiance, ces gens, tout diffère de l'endroit où tu vis et même si tu préfères le calme et la solitude, l'animation qui se fait entendre dans les rues marchandes est rafraîchissante.

Tu as déjà les bras chargés de quelques aliments quand tu te retrouves devant un étal qui vend du miel.  La tentation de lui en ramener est grande, le goût du liquide ambré flotte encore sur tes lèvres, comme un rappelle d'un baiser échangé ce soir-là.  Concentré, tu ne la vois pas passer derrière toi.  Dans la foule, peut-être ne t'a-t-elle pas vu.  Une fois ton acquisition terminée, tu reprends ton chemin.  Contemplant distraitement tous les paquets entre tes mains, tu songes que c'est suffisant et que tu peux rentrer déjà.  Puis, un éclair vert dans de grands yeux, une longue silhouette fine et élancée.  Tu la reconnais rapidement.   Bousculant un peu les gens qui vous séparent, tu essaies de la rattraper : « Sifaï! »  Ce faisant, ton pot de miel glisse et va rouler à terre.  Un dernier regard vers la Voltigeuse et tu plonges sans savoir si elle t'a entendu.  Le miel pour Astarté avant tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 380
J'ai : 19 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor ; Clan Sinhaj ; Reja & Grâce
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe Martel • Gabrielle de la Volte
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: L'art d'attraper les libellules   Lun 21 Mai 2018 - 23:04

La chaleur d’Erebor. Le soleil mordant. La cacophonie de Vivedune. La fine pellicule de sueur, scintillante, sur les enfants des dunes lors des marchés. Sifaï croyait avoir oublié, mais les souvenirs lui revenaient, puissants, en lui donnant l’impression de retrouver sa place, d’être dans son élément. Elle était chez-elle, parmi les siens, et connaissait son rôle dans cette vie qui était sienne. Si l’enfant chétive avait longtemps été maussade et incertaine, tant la vie ne semblait lui accorder aucune place, la jeune Voltigeuse en devenir resplendissait désormais. Les incertitudes d’adolescentes : Derrière elle. Le spectre d’une Rejwaïde agonisante : Derrière elle. La lumière d’Erebor, sa chaleur et sa beauté l’ensorcelaient toute entière et chassait la moindre ombre de sa vie, depuis son retour dans le sultanat.

Les jours de repos étaient rares. Il s’agissait de sa première permission depuis que le sultan Anthim avait rappelé à lui les Erebiens d’Arven. Simoun avait manifesté son envie de parcourir les dunes dorées pour lui montrer la petitesse des convois marchands, de là-haut, mais la cadette espérait s’imprégner de la folie des marchés ouverts, de s’assourdir du brouhaha constant et de se noyer dans la foule. Son duché lui avait manqué. Atrocement.

C’est en parcourant les étals qu’elle avait déniché quelques ornements mettant en valeur des lapis-lazulis. On la disait nécessaire pour les âmes timides, porteuse d’un peu de confiance dans chacun de ses éclats de pyrite. L’Erebienne avait observé longuement les bijoux avant de jeter son dévolu sur un bracelet de bras orné de cette fameuse pierre semblable à une constellation, tant les éclats étaient nombreux. Elle en était là, à s’éloigner du kiosque, ornement doré sur son bras, lorsqu’elle entendit distinctement son nom dans la mer de bruits ambiants.

Elle pivota, faisant valser les pans de son sari, sans voir d’où provenait la voix. Avait-elle halluciné…? La jeune femme déposa une main sur la tête d’un gamin, s’assurant ainsi de ne pas le bousculer, pour traverser l’allée marchande. À gauche, à droite, à l’est, à l’ouest, aucune âme ne semblait s'intéresser à elle. Sourcils froncés, elle allait renoncer lorsqu’Anwar émergea d’entre deux tables, un pot ocre entre les mains. Sa posture annonçait un rétablissement sans doute complet, et cette simple idée la réjouissait déjà.

- Anwar! Je te croyais au Pic! Quand es-tu arrivé?

Si sa joie soudaine illuminait ses traits et sa timidité, elle, l’empêchait d’enserrer le vieil Anwar entre ses bras ornés. D’un mouvement discret de la main, elle l’invita plutôt à la suivre jusqu’à un endroit, un peu plus en retrait, là où ils n’indisposeraient pas les citoyens par leurs retrouvailles.

- J’ignorais que tu rejoindrais la capitale. As-tu voyagé avec le convoi erebien?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers • Modo
avatar

Messages : 217
J'ai : 38 ans
Je suis : Sentinelle à Roc Épine

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor et au Patriache du Pic de Roc-Épine
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Lancelot l'Adroit, Liry Mac Lir et Antonin de Faërie
Les Guerriers • Modo
Message Sujet: Re: L'art d'attraper les libellules   Mar 22 Mai 2018 - 1:59

Les pieds chaussés de sandales sont un obstacle considérable, mais tu réussis tout de même à mettre la main sur ce pot de miel qui roulroule entre les passants.  C'est un soulagement de savoir qu'il n'est pas abîmé, il aurait pu se casser dans la chute, cependant il est heureusement intact.  Tu essuies un peu la poussières qu'il a ramassé en courant la galipette tout en te redressant, oubliant momentanément que tu as entr'aperçu Sifaï tout à l'heure et que tu as tenté d'attirer son attention.  Cet état de fait te revient lentement en tête tandis que tu te redresses, tentant de remettre un peu d'ordre dans tes paquets pour que plus rien ne t'échappe d'entre les mains : les marchés sont pleins et tu ne désires pas avoir à réitérer la même course pour récupérer quelques pommes égarées, faciles à piétiner.  C'est sa voix à elle qui te rappelle au monde vivant.

Surprise de te voir, elle ne semble pas toutefois éprouver du regrets de recroiser ta route en plein cœur de la capitale.  Te souvenant de ton désir de la saluer et de prendre quelque peu de ses nouvelles, tu lui adresses un sourire charmeur et chaleureux.  En vérité, tu es bien content de la revoir elle aussi et pour une fois pas dans des circonstances tragiques après la presque mort d'un empereur ou la presque mort d'un membre de la famille.  Elle semble bien se porter, quoi que peut-être un brin fatiguée, ce qui serait normal.

« Notre sultan a eu l'amabilité de me permettre de me joindre à son convoi en raison de mes blessures.  Nous sommes arrivés à Vivedune il y a une huitaine environ.  Je me reposerai ici encore quelques jours, le temps d'être suffisamment rétabli pour reprendre ma route seul vers le Pic. »

Ton ton est enjoué, tes manières franches et agréables : la joie que tu as de revoir celle pour qui tu dois sembler être un ancêtre est manifeste.  Elle est moins chargée que toi et peut-être pourrez-vous faire un bout de chemin ensemble tout en causant tranquillement.  Tu es curieux de savoir comment se passe pour elle le retour dans sa patrie.  Le peu des glaces de Valkyrion que tu as vues t'ont vite fait songer à ton duché de naissance, à sa chaleur et à son sable brillant.  Si elle est du même avis que de toi, elle doit être ravie.

« Quand es-tu arrivée?  À dos de griffon, le voyage a dû être plus rapide.  Le rapatriement des Voltigeurs erebiens sur son territoire doit chambouler beaucoup de choses, j'espère que tout se passe bien tout de même. »

La sécession d'Erebor de l'empire ibéen est encore un sujet de discussion animée au sein même de ses rues.  Tu as entendu quelques badauds échanger à ce propos et les opinions variées sont fort intéressantes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 380
J'ai : 19 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor ; Clan Sinhaj ; Reja & Grâce
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe Martel • Gabrielle de la Volte
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: L'art d'attraper les libellules   Mar 22 Mai 2018 - 14:31

Il semblait bien se porter, le vieil Anwar, et Sifaï s’en réjouissait sincèrement. Il avait été si gentil, avec elle, en occupant son esprit et en la détournant du flot de sang qui marquait encore ses nuits, parfois… Oh, Rejwaïde. Puis, lors du couronnement, il avait été un héros - cette espèce étrangère qu’elle enviait sans oser le devenir elle-même - et ses blessures n’étaient plus qu’un souvenir. Il lui expliquait en peu de mots le long voyage qu’il avait entrepris grâce à l’âme charitable du roi des Gitans et la cadette ne pouvait qu’acquiescer avec entrain. Il était noble de coeur et de sang, tous les clans le racontaient.

- Une huitaine? Vraiment?

Un pincement, dans sa poitrine. Une huitaine, et il n’avait pas songé à la retrouver. Dans son esprit et dans son coeur, Sifaï ressentait la désolation de l’apprécier plus qu’il ne l’appréciait elle. Sur son visage et sur ses lèvres, cet enthousiasme marqué, certainement trompeur. Tout en écoutant ses instants de repos et sa volonté de repartir vers Roc-Épine, l’Erebienne s’efforçait de se raisonner. Peut-être ignorait-il qu’elle serait à Vivedune, en permission? Elle-même l’ignorait jusqu’à tout récemment.

- Quand es-tu arrivée?  À dos de griffon, le voyage a dû être plus rapide.  Le rapatriement des Voltigeurs erebiens sur son territoire doit chambouler beaucoup de choses, j'espère que tout se passe bien tout de même.
- Une tempête de sable, dans l’esprit des Voltigeurs d’Erebor. Plusieurs avaient leurs vies, ailleurs, mais la plupart sont heureux de retrouver le sable et le roc.

Elle ne l’avait pas dit, pas clairement, mais il semblait évident qu’elle faisait parti de ceux qui se réjouissaient de ce rapatriement formel. Désormais qu’elle avait sa place auprès de la Fleur des Sables, sur le dos de Simoun, il lui semblait moins effrayant d’affronter le regard de sa famille. D’un seul coup d’oeil, la jeune femme repéra l’un des paquets encombrant les mains pleines d’Anwar. Tout en tendant les bras pour lui demander de le soulager de ce poids, elle continua ses explications.

- Nous sommes parties rapidement, avec ma titulaire. Simoun trépignait d’impatience, à l’idée de retrouver Erebor, lui aussi. C’était amusant.

Les quelques images que lui avaient transmis Simoun, depuis la matinée, étaient habitées par la grandeur du désert et le sentiment puissant de contentement, de satisfaction. Sentiment que la cadette partageait volontiers avec lui. Elle désigna vaguement le chemin à prendre, d’un mouvement de tête, afin d’inviter Anwar à l’accompagner.

- Je crains seulement qu’on me demande de retourner à ma formation, loin du front, ou qu’on m’assigne un autre titulaire. J’apprends énormément avec Grâce de Sombregemme. C’est une Voltigeuse incroyable et son talent, ici, ne restera pas inaperçu.

Elle grimpera les échelons, un à un : Sifaï en était convaincue. Sa titulaire avec une grâce certaine à Voltiger, et Sif, même habitée par sa timidité et sa crainte des grandeurs, se sentait inspirée à ses côtés. Il ne lui restait plus qu’à espérer que son prochain titulaire soit aussi avenant, avec elle, et généreux dans ses enseignements.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers • Modo
avatar

Messages : 217
J'ai : 38 ans
Je suis : Sentinelle à Roc Épine

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor et au Patriache du Pic de Roc-Épine
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Lancelot l'Adroit, Liry Mac Lir et Antonin de Faërie
Les Guerriers • Modo
Message Sujet: Re: L'art d'attraper les libellules   Jeu 31 Mai 2018 - 5:49

Tu ne peux qu'aisément deviner que c'est avec soulagement que Sifaï retrouvait le sable et le roc après les glaces de Valkyrion.  Elle n'appartenait pas à cet endroit.  C'est Erebor et ses dunes qui lui conviennent le mieux avec son ciel dégagé grâce à son air sec.  Il n'y a pas de plus beau ciel étoilé que le vôtre et tu es content de la savoir à nouveau à proximité.  Vos liens de parenté lui sont inconnus, mais comme elle a été sous l'aile de Rejwaïde, comme vous avez eu l'occasion de vous croiser dans le désert, tu la considères comme une petite sœur que tu peux traiter comme telle.  Il te semble que tu peux te rattraper sur tout ce que tu as manqué avec Alméïde et Reja par l'intermédiaire de cette petite Voltigeuse aux grands yeux.  Ainsi ses affaires t'intéressent particulièrement et tout en marchant dans la direction qu'elle t'a désignée de la main, tu écoutes avec grande attention tout ce qu'elle te raconte de retour de Voltigeurs erebiens et de leur griffon sur leurs terres d'attache.  Enfin, votre contrée aurait droit à tout ce qu'elle mérite.

« Ta titulaire a sa renommée, on a entendu parler de la femme Voltigeuse dans le vol de Bellifère jusqu'au Pic.  Je souhaite de tout cœur qu'on te permettra de rester auprès d'elle.  Je ne doute pas qu'un jour, tu ne sois à ton tour aussi remarquable qu'elle. »

Tu lui décroches un sourire encourageant.  Forcément, dans les chamboulements de ce retour, il reste encore quelque temps avant que tous les escadrons soient réorganisés, que tous soient déployés dans leurs nouveaux postes.  Tu espères qu'elle restera basée sur Vivedune, malgré son désir de rejoindre le front, comme ça tu pourras la voir plus souvent, cette sœur d'affection.

« Je crois toutefois que les hostilités entre Erebor et Faërie ne reprendront pas tout de suite.  En se détachant d'Ibélène, il avait sûrement aussi un désir de ne plus être mêlé à cette guerre qui n'a plus de sens.  Il y a trop longtemps qu'elle dure et si la trêve pouvait perdurer, je serais satisfait. »

Tu pousses un soupir.  Les horreurs de la guerre sont trop nombreuses pour être ignorées, trop de gens souffrent pour la gloire d'une minorité.  Tu espères encore pour que les choses prennent un meilleur tour.

« J'ai accompagné les réfugiés de guerre jusqu'à des campements de fortune aux abords de Vivedune.  Ces gens souffrent loin de chez eux.  J'espère que tout s'arrêtera et qu'ils puissent vivre à nouveau dans la quiétude, » ajoutes-tu, un peu penseur.  Pour eux et pour la prospérité du royaume.  Tu ne doutes pas que ton frère, le sultan, souffre lui aussi des misères de son peuple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 380
J'ai : 19 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor ; Clan Sinhaj ; Reja & Grâce
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe Martel • Gabrielle de la Volte
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: L'art d'attraper les libellules   Jeu 31 Mai 2018 - 14:46

Il ne l’avait jamais vu voltiger, mais Anwar affirmait pourtant qu’elle pouvait être capable de frôler la superbe de sa titulaire, un jour. Elle faisait des efforts, énormément, s'entraînant le plus qu’elle le pouvait avec Simoun ou au sol, avec son cimeterre, lorsque le griffon désirait profiter de ses temps de repos. Il était rare, en Valkyrion et à Lorgol, que Sifaï profite, elle aussi, des répits accordés. En Erebor, elle se doutait qu’il lui faudrait être plus assidue qu’ailleurs. Ici, elle avait sa famille, ses amis, le clan des dunes pour parler sa langue. Les paroles d’Anwar furent saluées d’un hochement de tête reconnaissant, bien discrets, alors que Sifaï sentait son coeur exploser de fierté. Un jour, peut-être, elle ferait elle aussi la fierté du clan Sinhaj, comme tant d’autres avant elle.

La conversation se dirigea lentement vers les horreurs de la guerre et sur la position délicate que tenait Erebor, dans ces querelles millénaires. Elle s’était inquiétée, angoissée, lorsque la guerre avait frappé Erebor et avait retiré la vie à tant de gens. Elle avait prié, aussi, pour que sa famille et son clan soient épargnés. Sifaï s’était entraînée, surtout, avec plus de détermination encore pour épauler son duché d’origine. Lorsqu’on lui avait demandé de rassembler ses effets puisqu’elle prendrait part la relève, la cadette avait été honorée mais également soulagée de pouvoir veiller sur les siens, d’une certaine manière. Affectée en Valkyrion, loin du front mais sur le terrain, elle avait été un tantinet déçue de ne pas pouvoir aider Erebor, mais terriblement fière d’avoir comme titulaire Rejwaïde et Grâce.

- J’espère que tu dis vrai, Anwar. J’espère que Faërie ne tentera rien contre nous. On m’a dit que les clans avaient demandé aux sages du désert de repousser la menace. Ils sauront le faire à nouveau, avec les Voltigeurs erebiens à leur côté.

Elle serrait un peu plus le paquet contre sa poitrine lorsqu’Anwar lui parla des réfugiés et de leur quotidien ponctué d’horreur. Pour avoir eu un aperçu de la guerre et du chaos, autant sur le terrain qu’au couronnement d’Octave d’Ibélène, Sifaï comprenait plutôt bien l’angoisse de n’avoir aucune emprise sur son propre destin. Elle se désolait pour eux. Sincèrement.

- Tu étais là lorsque la guerre a éclaté? J’ai eu la nouvelle à Lorgol.

Et quelle nouvelle… Le silence avait frappé les cadets à la manière de la foudre sur un arbre. Qu’importe les origines, qu’importe la langue, les différences et les rivalités. Tous, à ce moment précis, songeaient à leur famille, à leurs proches laissés derrière eux, que ce soit à Erebor ou ailleurs. La paix avait si longtemps bercé Ibélène qu’ils avaient oublié ce que la peur d’une guerre pouvait creuser, comme pensées sombres. Elle secoua un peu la tête, s’efforçant de profiter du soleil, de la chaleur, du moment, et de ne pas se laisser miner par ces souvenirs difficiles. D’un pas leste, Sifaï tourna au détour d’une rue, semblant savoir exactement où elle allait, désormais. Il y avait eu les échos qu’une branche de sa famille était sur place, à Vivedune, et la jeunette avait quelqu'un à présenter à Anwar...

_________________



Dernière édition par Sifaï Sinhaj le Mar 12 Juin 2018 - 16:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Guerriers • Modo
avatar

Messages : 217
J'ai : 38 ans
Je suis : Sentinelle à Roc Épine

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor et au Patriache du Pic de Roc-Épine
Mes autres visages: Séverine de Bellifère, Marjolaine du Lierre-Réal, Lancelot l'Adroit, Liry Mac Lir et Antonin de Faërie
Les Guerriers • Modo
Message Sujet: Re: L'art d'attraper les libellules   Dim 10 Juin 2018 - 0:24

Tu as bon espoir de voir Erebor tenir tel un îlot isolé pendant la guerre.  Les conflits d'Ibéens et de Faës ne vous concernent plus.  Vous n'êtes plus qu'Erebiens, fidèles à votre unique patrie, non plus obligés de vous prosterner devant un empereur qui ne se préoccupe pas assez de vous, devant un empereur mort, mais vivant.  Cette profanation du royaume de Sithis est encore choquante à tes yeux et tu te demandes quelle sera la réaction de Faërie devant une pareille chose.  Au moins, vous n'y êtes plus associés et tu ne doutes pas un seul instant que des rencontres diplomatiques seront organisées avec les différents ducs des duchés voisins afin de maintenir votre sable et votre roc à l'extérieur des batailles armées.  Votre peuple sera sûrement mieux protégé, sûrement loin du sang et des souffrances.

« Roc-Épine est au centre du continent, j'y étais quand la guerre a été déclenchée.  J'ai vu les réfugiés lagrans.  J'ai vu les Erebiens en sang, affamés, brisés.  J'ai vu la souffrance.  Là où la paix était millénaire, j'ai été témoin des horreurs de la guerre.  J'espère que tu y seras toujours aveugle.  Des yeux si grands que les tiens ne garderaient que trop bien en mémoire les horreurs.  J'espère de tout cœur, que la guerre ne se poursuivra pas. »

Tu t'inquiètes pour elle.  Grande, mince et délicate, tant de violence ne la briserait-elle pas?  Elle n'a pas encore tout à fait quitté le monde encore doux des enfants.  Tu veux la voir voler, déployer ses ailes, mais pas pour être en plein cœur du chaos.  Alors que tu n'as pas pu veiller sur tes propres sœurs, elle prend un peu ce rôle de cadette envers qui tu es extrêmement protecteur, sans toutefois le lui dire directement.

Tu remarques vaguement toutefois que le chemin qu'elle prend s'éloigne de l'endroit où tu veux aller.  Tu ne dis d'abord mot, songeant qu'il est bien agréable de passer un peu de temps auprès d'un visage connu – même si tu brûles déjà de retrouver ta belle gitane – et que c'est le moment de te familiariser un peu avec la ville où tu vivras sous peu.  Cette promotion au palais est venue plutôt de façon inattendue, mais elle est bienvenue.  Sans faire partie de ta famille, tu pourras être plus près d'elle, veiller sur elle.

« Où me mènes-tu?  Je t'avoue que je ne suis pas familier avec la ville et je ne connais que le chemin qui me sépare de la maison où je loge vers le marché où nous nous sommes rencontrés. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 380
J'ai : 19 ans

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Anthim d'Erebor ; Clan Sinhaj ; Reja & Grâce
Mes autres visages: Astarté des Sables • Agathe Martel • Gabrielle de la Volte
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: L'art d'attraper les libellules   Mar 12 Juin 2018 - 17:27

Elle l’écoutait, la cadette, alors qu’il racontait ce qu’il avait vu, ce qui avait brûlé ses yeux et marqué son esprit. Elle savait que ce chemin serait le sien, tôt ou tard, car voltiger était un honneur, certes, mais également un devoir, celui de protéger son duché, son roi et les Erebiens au péril de sa vie. Simoun avait vu en elle ce qu’elle-même peinait à voir. Il lui faisait confiance et la croyait apte à guerroyer avec lui, depuis les airs.  Bientôt, les mots d’Anwar seraient les siens, et la douleur dans sa voix serait sienne, également. Elle devait s’entraîner, encore et encore. Elle devait se montrer digne d’être la cadette de Grâce.

- La paix… Crois-tu que la Rose avait raison? Que la paix millénaire méritait d’affaiblir le désert, ou plutôt que c’est la guerre, qui le rend faible? J’aimerais la paix. J’aimerais la grandeur d’avant également.

La question était étrangement posée, un peu brusquement, aussi, au détour de cette rue étroite où les kiosques se raréfiaient. C’était une énigme pour l’Erebienne et ses pensées s’emmêlaient sitôt qu’elle cherchait à comprendre son sentiment pour l’Ordre du Jugement et la Rose Écarlate. Car la paix millénaire était l’oeuvre de la Rose. La libération des magies et savoirs oubliés, celle de l’Ordre. Était-il simplement possible de vivre en toute quiétude tout en libérant ces magies scellées? Il lui manquait énormément d’informations pour se faire une réelle idée et comprendre la densité du problème, mais Anwar, dans sa vieille sagesse, pouvait peut-être l’aider à réfléchir. Elle le regarda un moment, retenant toujours son panier contre elle, un peu songeuse.

- J’espère qu’elle arrêtera, cette guerre, Anwar, même si je sais que mon destin y sera lié.

Maintenant qu’Erebor lui avait fait une place, entre ses dunes dorées, jamais Sifaï ne désirait s’en détourner. Puis elle haussa les épaules en retrouvant son sourire fin. Angoissée, oui, mais satisfaite de cette vie nouvelle, de son retour à Vivedune, de toutes ces petites choses agréables qui parsemaient sa vie. À sa question quant à la destination de leur promenade, la cadette désigna vaguement devant elle, du menton. Elle n’allait certainement pas l’attirer dans une fosse, tout de même!

- Ma famille est de passage à Vivedune.

Ils devaient profiter de Ventavel, la géante, et planifier leur prochaine errance dans les dunes. Il y avait sans doute une cousine qui se marierait d’ici l’été - il y en avait toujours une, quelque part, si on cherchait bien : il fallait s’assurer alors de retrouver telle ou telle branche du clan afin de participer aux réjouissances. La jeune femme tourna à gauche, puis à droite, afin de retrouver une partie plus isolée du marché où ils se trouvaient plus tôt. De l’index, elle désigna une devanture assez élégante et enjolivée de mosaïques colorées. Un souffleur de verre, très certainement.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: L'art d'attraper les libellules   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'art d'attraper les libellules
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un bouquet de romarin
» [Société des Libellules] Autour de la Piscine
» Les libellules de l’ombre [PV : Kireru Reisen]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Ibélène :: Erebor :: Vivedune-
Sauter vers: