AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Que tout soit parfait

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 358
J'ai : 68 ans.
Je suis : Majordome de Castiel de Sombreflamme // Espion à la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des Ombres // Épines de la Rose
Mes autres visages: Bartholomé d'Ansemer
La Cour des Miracles
Message Sujet: Que tout soit parfait   Ven 8 Juin - 8:09


Livre III, Chapitre 4 • La Légion des Oubliés
Césaire Chesnenoir & Mayeul de Vifesprit

Que tout soit parfait

Ou s'assurer que le mariage se déroule sans aucune exécution.



• Date : 06 février 1003
• Météo (optionnel) : Froid mais ensoleillé.
• Statut du RP : Privé.
• Résumé : Quelques heures avant le mariage de Castiel et Alméïde, Césaire remarque dans la foulé des invités Mayeul, et veut s'assurer qu'il ne gâchera pas la soirée pour son duc.
• Recensement :
Code:
• [b]06 février 1003 :[/b] [url=http://arven.forumactif.org/t3792-que-tout-soit-parfait#141629]Que tout soit parfait[/url] - [i]Césaire Chesnenoir & Mayeul de Vifesprit[/i]
Quelques heures avant le mariage de Castiel et Alméïde, Césaire remarque dans la foulé des invités Mayeul, et veut s'assurer qu'il ne gâchera pas la soirée pour son duc.



Dernière édition par Césaire Chesnenoir le Ven 8 Juin - 8:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 358
J'ai : 68 ans.
Je suis : Majordome de Castiel de Sombreflamme // Espion à la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des Ombres // Épines de la Rose
Mes autres visages: Bartholomé d'Ansemer
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Que tout soit parfait   Ven 8 Juin - 8:10

Il est prêt depuis tôt le matin, le majordome. Aussi prêt qu’il puisse l’être, et malgré tout, il est là à faire les cent pas, à se demander s’il n’y a pas quelque chose qu’il ait oublié de faire. Il est trop vieux pour les mariages, qu’il se dit, trop vieux pour gérer tout cela, pour gérer ce palais qui bourdonne comme jamais. Il n’a presque pas dormi, la veille, à veiller que la salle serait prête, que les chambres seraient aménagées pour les invités en résidence, que le cellier était rempli et que les four tournaient à plein régime. Que les domestiques sauraient quoi faire, que les invités seraient bien reçus, qu’Alméïde se sente chez elle, que Castiel soit heureux.
Et tout ceci lui semble ne plus avoir de fin. C’est un gouffre infini de préparatifs qui s’accumulent alors que le duc devient de plus en plus capricieux plus les heures avancent. Mais tout est là, à présent, tout devrait y être, normalement. Dans la petite glace, Césaire s’observe. Tous les soins apportés n'effaceront pas les rides et les marques sur son visage, mais ses cheveux sont bien placés, bien peignés, sa barbe est taillée, propre. Les habits qu’il porte sont sans plis, et il lisse une dernière fois le col avant de s’éloigner de son reflet et de quitter ses appartements.

Les dernières semaines ont été éprouvantes. Il est content, que tout aboutisse enfin. Il espère que les jours qui suivront seront plus calme, plus heureux, sans exécution, sans drame. Mais ce n’est pas tout à fait l’heure, pas encore. Il a évité Castiel, le majordome, alors que c’est son frère qui est avec lui en ces dernières heures avant la cérémonie. Alors il fait le tour, d’un pas lent et attentif. Dans la foulée des gens qui arrivent il scrute les visages. Il y a à la fois le majordome qui s’assure des têtes importantes présentes, que les gens attendus savent trouver les attentions qui leur ont été réservées, mais il y a aussi l’espion, qui analyse et note dans son esprit les gens qui s’y trouve. Ceux qu’il n’attendait pas nécessairement, aussi. Son regard croise quelques enfants des Miracles, mais il n’y a pas même un sourire un un signe de tête qui les salue en retour. Ils savent tous qui il est, après tout, et il n’y a aucun étonnement à savoir moult voleur et espion présent ce soir.

Il se déplace tranquillement, dans la grande salle qui accueille tout ce monde en attendant que les portes de la pièce où se déroulera la cérémonie soit ouverte. Ce n’est pas encore pour tout de suite, et les convives se régalent en attendant de quelques petites bouchées et de coupes généreusement remplies. Puis d’un noble ici à un réputé marchand là, son regard se pose finalement sur une tête qui lui est quelque peu connu sans s’être attendu à la voir ici. N’est-ce pas ce voltigeur, Champion de Sombreciel, dernier Cavalier Noir pour la Rose? Mais surtout, loin d’être la personne que Castiel souhaite le plus voir à son mariage. Si, c’est bien lui. Et si Césaire ne lui a jamais vraiment parlé, il sait qui il est. Il l’a escorté jusqu’à Castiel, alors qu’il demandait à voir Alméïde, et hors du palais, ensuite, mais c’était il y avait un long moment déjà, plus d’une année au moins. Il l’avait vu au Tournoi, aussi, mais il ne connaissait l’homme que par les réflexions de son duc et les murmures que l’on échangeait.

Il soupire doucement, puis s’approche de l’homme. « Sire de Vifesprit. » Une courbure toute légère, presque qu’un simple hochement de la tête - ce que ses membres et son corps raidi lui permettent - pour saluer le noble voltigeur. Son sourire est accueillant, mais dans ses yeux il y a déjà des questions. Que fait-il ici, et quelles intentions nourris-t-il en se pointant au mariage de Castiel? « Je suis le majordome de sa Grâce le duc, nos chemins se sont déjà croisés il y a de cela quelques temps je crois. Vous-êtes vous déplacé de Svaljärd aujourd’hui en service pour assurer la sécurité d’importants invités Kyréens? » Il sait que ce n’est pas le cas, le majordome, mais c’est une façon détourné de lui demander ce qu’il fait ici sans se montrer déplacé et inquisiteur.

_________________
dialogue en #003366





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 3030
J'ai : 31 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Que tout soit parfait   Ven 8 Juin - 23:33

Il a hésité Mayeul, longtemps, avant de se présenter au mariage. Il le sait, sa présence ne sera pas nécessairement appréciée par le marié. Mais il a promis à Alméïde, et vu les épreuves traversées ces dernières semaines, la présence d'une amie lui fera du bien, il le sait. Il aime Alméïde, énormément, sa douceur et sa compassion lui feront du bien, il le sait. Même s'ils ne peuvent pas trop se parler, et même si cette journée est celle de la jeune femme. Et puis il a des amis ici Mayeul, des nobles qu'il a côtoyés en grandissant, d'anciens amants et amantes, des gens qui sauront le distraire. Car il a désespérément besoin de se distraire le Voltigeur, pour oublier les jours passés. Oublier Reja – impossible-, oublier l'inexorable déclin de sa mère, oublier tout, absolument tout.

On se presse au mariage du duc et de sa seconde épouse, que ce soit pour rendre honneur au couple ou profiter de la fête qui s'annonce déjà somptueuse. Pour l'occasion, Mayeul s'est vêtu de ses plus beaux atours, et ses blessures récentes le démangent sous la douceur du tissu. Mais c'est un désagrément passager, qu'il oublie vite en croisant quelques têtes connues et en se laissant entraîner dans les conversations. La popularité du duc et les dernières nouvelles éclipsent, il l'espère, sa récente popularité. Il aime à être admiré et reconnu, mais que le monde entier soit au courant de ses derniers déboires est une sensation assez particulière. Et puis le duc lui en voudra surement s'il attire l'attention – bien que cette dernière idée ne le préoccupe pas plus que cela. Il sait Castiel dangereux, même si la plupart des racontars sont surement un tissu de lagraneries, mais Alméïde l'apprécie assez pour qu'il ait l'immunité. Il l'espère. En tout cas, cela ne l'empêchera assurément pas de voler une danse à la mariée !

Une voix qui l'interpelle doucement attire soudain son attention, et Mayeul se retourne pour se retrouver face à un homme grisonnant. Le majordome de Castiel. Un bref coup d'œil autour de lui, mais le Voltigeur ne perçoit aucun garde : c'est plutôt rassurant en vérité. Quoi qu'il en soit, l'homme le connaît apparemment, suffisamment pour savoir ce qu'il fait. Et si l'identité de Mayeul n'est plus un secret pour personne, le vieil homme semble un peu plus renseigné que la moyenne des gens. Ou alors les rumeurs courent encore plus vite qu'il ne le pensait – ce qui est fort possible. "Non, je ne suis pas en mission aujourd'hui, je suis simplement là pour soutenir une amie." Soutenir, oui. Alméïde aura surement besoin d'un soutien farouche pour supporter un fiancé aussi fantasque. "Et profiter comme tout un chacun de la fête." Mayeul lui lance son sourire le plus engageant, parfait masque d'honnêteté, ou presque. Il a promis à Alméïde d'être sage et de bien se comporter, il tiendra sa promesse. Autant que faire se peut. "Alors, où se trouve la mariée ?" Demande le Voltigeur avec cette absence typique de tact qui le caractérise. Il ne serait que normal de la voir avant la cérémonie, n'est-ce pas ?

Parce qu'au bord du gouffre ou non, Mayeul reste Mayeul. Et si un an loin de Sombreciel a eu un impact sur sa personnalité, lui enseignant davantage de sagesse et de réflexion, il ne faut pas s'attendre à un miraculeux changement non plus.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 358
J'ai : 68 ans.
Je suis : Majordome de Castiel de Sombreflamme // Espion à la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des Ombres // Épines de la Rose
Mes autres visages: Bartholomé d'Ansemer
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Que tout soit parfait   Lun 11 Juin - 1:44

Soutenir une amie. Césaire fronce doucement les sourcils. Il ne connaît pas encore assez bien la princesse Erebienne, mais il se doute très bien qu’en ce jour elle n’aurait pas invité uniquement ce voltigeur que le duc ne supportait pas comme soutien. Qui plus est, elle est déjà dans ses appartements à se préparer, et il n’a reçu aucune directive particulière qu’elle attendait ce messieur. C’est donc un soutien duquel elle peut définitivement se passer, à cet instant, à tout le moins. À la phrase suivante, c’est d’un léger haussement que son sourcil se redresse. Oui, bien entendu, profiter de la fête. Il y aurait foison à profiter, de toute façon, mais le majordome espérait qu’il le fasse le plus loin possible des nouveaux mariés, il ne voulait pas risquer que quoi, ou qui, que ce soit puisse contrarier le duc.

Il se serait contenté de cela, Césaire, de lui répondre d’un avertissement léger, de le garder à l’oeil pour le restant de la soirée. Parce qu’en vérité il avait bien d’autres choses à faire que de gérer les invités. Après tout, il y avait aussi un grand nombre de gardes présents pour veiller à que tout se déroule sans débordement, et si le voltigeur souhaitait abuser de toutes les substances et l’alcool qui seraient offert cette nuit, grand bien lui fasse, mais l’instant qu’il semblerait troubler la fête, ami ou pas de la marié, il se verrait escorté un peu plus loin. Mais il n’a pas même le temps de répondre, que Mayeul tout sourire lui demande où se trouve la mariée. Il est pris au dépourvu la fraction d’un instant, et cligne des yeux comme pour s’assurer que celui-ci venait bel et bien de lui demander cela. Mais il se reprend bien vite, Césaire, et acquiesce simplement à sa demande. « Suivez-moi. » Et il reprend son pas, s’assurant que le Cielsombrois le suive.

« La princesse est à se préparer en ce moment dans ses appartements. » Bien entendu qu’il ne l’y emmène pas. Castiel en viendrait à le tuer s’il emmenait le voltigeur voir Alméïde, en tenue de mariée qui plus est, avant que la cérémonie ne commence. Non, il espère plutôt profiter des dédales de couloirs à la disposition labyrinthique pour éloigner, égarer même, le voltigeur juste assez pour qu’il n’aie le temps d’embêter personne avant la cérémonie. « Vous et la princesse êtes des amis de longue date? L’académie ? » qu’il demande, alors qu’il cherche à profiter de la situation pour en apprendre davantage du lien qui réunit le Cielsombrois et l’Erebienne.

Et il l'entraîne hors de la grande salle où la foule se presse, au travers un couloir qui est encore lui aussi agité ; les domestiques font des vas-et-vient, guidant des invités ici, transportant des plateaux là. En fait, presque tout le palais fourmille dès derniers préparatifs. Seulement quand les portes seront closes et que les mariés seront à échanger leurs promesses que règnera un silence global. Pour l’heure, c’est une cacophonie ambiante qui les entoure que le majordome le guide un peu plus loin.

_________________
dialogue en #003366





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 3030
J'ai : 31 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Que tout soit parfait   Mar 12 Juin - 22:33

Césaire a l'air surpris de sa question et, l'espace d'un instant, Mayeul se remémore que l'homme ne le connaît pas. Oh, il sait certainement qui il est, mais il n'est pas au service du duc depuis assez longtemps pour savoir comment se comporte Mayeul, sans doute. Même si les dernières épreuves vécues par le Voltigeur l'ont changé, c'est indéniable. Mais il s'est promis de faire des efforts Mayeul, d'enfiler ce masque de cielsombrois agaçant et désabusé qu'il sait si bien porter. Oublier, un peu, ce qui lui pèse sur les épaules. Et malheureusement pour Césaire, il risque fort d'en faire les frais. Une certaine pirate outreventoise pourrait le confirmer, Mayeul est un imbécile lorsqu'il le désire.

Césaire l'enjoint de le suivre et l'entraîne plus loin dans le palais, dans un couloir bruissant d'activité pour préparer ces noces somptueuses. La question du majordome prend Mayeul au dépourvu et un instant, il s'imagine lui répondre d'un ton égal qu'effectivement, il connaît bien Alméïde puisqu'il couche avec sa sœur. Mais penser à Reja fait mal, en parler également et Mayeul sait bien que d'autres questions suivront, remuant des souvenirs qu'il s'efforce d'enfouir avec bien peu de succès, malheureusement. "Non. J'étais déjà Voltigeur lorsque nous nous sommes rencontrés." Explique Mayeul, laissant son esprit dériver sur sa première rencontre – acrobatique – avec la jeune femme. "Et puis nous étions tous les deux écrins, cela a dû nous rapprocher." Certes, cela ne l'a pas rapproché de Castiel, à ce qu'il sache. Détail.

Mayeul laisse le majordome l'entraîner encore davantage dans les couloirs, avant de finalement saisir une coupe de vin sur le plateau d'un serviteur passant par là. "Vous réalisez que je ne suis pas un parfait crétin, n'est-ce pas ?" Demande le Voltigeur, sans s'encombrer de tourner autour du pot. "Et que même s'il y a un certain temps que je ne suis pas venu, je suis capable de savoir à peu-près où conduisent les couloirs du palais ?" Parce que très sérieusement, il se demande si le majordome ne le prend pas pour un imbécile patenté. Mayeul n'a aucune envie de retrouver Castiel pour un entretien privé, un traquenard dans lequel, justement, ce même majordome l'a conduit. L'entretien était bien assez désagréable comme ça, et vu les liens qui l'unissent à Alméïde, Mayeul doute que ce soit davantage agréable.

Il s'est arrête Mayeul, le dos plaqué contre le mur pour gêner le moins possible les serviteurs et leur ballet bien réglé. Ses yeux pleins de malice observe le majordome, curieux de savoir s'il va le prendre au dépourvu ou non avec son affirmation. Mayeul peut se tromper mais il est quasiment sûr que l'homme cherche simplement à se débarrasser de lui. Pas de manière violente, non, l'absence de gardes le prouve, mais bien de manière temporaire. Pourquoi tout le monde semble persuadé qu'il va faire des bêtises ? Il s'est promis de bien se tenir, parce que c'est Alméïde, quand même. Et même s'il pleure la disparition de Reja, même s'il ne sait plus vraiment où il en est, Mayeul conserve assez de raison pour ne pas vouloir créer du grabuge au mariage d'une amie qui lui est chère. Même s'il ne cautionne pas forcément le choix de la mariée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 358
J'ai : 68 ans.
Je suis : Majordome de Castiel de Sombreflamme // Espion à la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des Ombres // Épines de la Rose
Mes autres visages: Bartholomé d'Ansemer
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Que tout soit parfait   Jeu 14 Juin - 4:51

« Hm. » Réponds simplement le vieux Majordome,  alors que Mayeul lui expliquait qu’il était déjà voltigeur alors qu’il avait rencontré la princesse, sans donner plus de détails. Il n’a d’ailleurs pas le temps de le questionner davantage sur les circonstances de sa rencontre avec l’Erebienne qu’il poursuit, évoquant leur -proche- passé d’écrins à tous les deux. « Oui. Le Cavalier Noir, certes. » C’est si évident, pourtant, alors qu’il avait oublié un instant que le voltigeur avait aussi porté un esprit ancien. Il l’écoute discuter et il revoir sans gênes le cavalier de son temps. Cette même aisance de paroles, bavard, trop, peut-être.

C’est étrange, somme toute, de connaître l’identité des écrins de cet ordre qui s’est si longtemps voué à les garder secret, que Césaire se dit. Et l’aisance avec laquelle le Voltigeur en discute ! Le majordome en encore de travers la fin de la Rose, et ce qu’il a pu apprendre, tenté de comprendre, dans les réponses de Castiel. « Le saviez-vous, pour la princesse? Je veux dire, l’aviez-vous deviné, au travers des voiles? » Il n’avait jamais cherché à deviner l'identité de ses comparses toutes ces longues années, mais à présent il se demandait qui avait bien pu se trouver à ses côtés. Et l’aurait-il appris, aurait-il après coup crû deviner certains travers qui auraient laissé des indices? C’était il y avait si longtemps déjà, il ne saurait sans doute jamais. Cette nouvelle génération d’écrins - cette dernière ! - lui semblait fort différente, mais c’était assurément simplement que le voile de l’anonymat était tombé.

Le majordome tourne la tête vers le jeune homme, alors que ce dernier semble deviner que ses intentions ne sont peut-être pas celles qu’il a laissé sous-entendre. Il hausse simplement un sourcil, à l’écouter prétendre qu’il puisse deviner où ces couloirs mènent, avant de s’arrêter et de venir se plaquer dos contre le mur. Et Césaire reste là, figé en plein milieu de ce dit couloir, alors que les domestiques qui ne peuvent se soucier de la petite scène qui se jouent continuent de passer entre eux deux, chargés de plateaux et de divers paquets. « Pourquoi n’être simplement pas allé retrouv- » il marque une pause dans sa phrase, alors que deux jeunes pages, les bras chargés, traversent le couloir entre eux deux. Le deuxième jette un regard vers Mayeul, et il est déconcentré, laisse tomber au sol une partie de la lourde pile de pamphlet qu’il transporte. Le rose monte à ses joues, alors qu’il se penche pour tout ramasser, lançant un regard au vieux majordome qui ne dit rien, le regarde simplement en attendant qu’il reprenne son chemin. « allé retrouver la mariée par vous-même si vous connaissez si bien ce palais comme vous semblez le prétendre? » qu'il termine finalement. Il s’est rapproché du Voltigeur, et c’est un grand sourire qu’il lui offre cette fois. « Allez. Je ne vous emmène pas voir le duc, ne soyez pas inquiet. Quelle mauvaise idée ce serait. »

Césaire non plus n’était pas con. Et si Castiel aurait peut-être malgré tout trouvé quelques plaisirs à un tel entretien, le moment était assurément mal choisi et le majordome n’avait pas l’envie de se retrouver contraint à ramasser le désordre et les dégâts possible d’une telle rencontre, pas à quelques heures seulement des épousailles.

D’un simple signe de tête, il l’invite à reprendre le pas et à le suivre à nouveau alors que lui-même se remet en marche sans un autre regard en sa direction. Et tant pis s’il préfère rester à se confondre avec les tapisseries du palais, au moins ainsi il ne devrait embêter personne !

_________________
dialogue en #003366





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 3030
J'ai : 31 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Que tout soit parfait   Sam 23 Juin - 23:04

Il semble avare en paroles le vieux majordome, ce qui n'arrange guère Mayeul. Lui qui a besoin de se changer les idées pour éviter de broyer du noir, il n'est guère aidé ! Se remémorer son statut d'écrin du Cavalier Noir n'aide pas davantage, d'ailleurs. C'est à cause de cela qu'il a perdu Reja, peut-être à tout jamais : à cause de ce mensonge, de cette loyauté qu'il pensait inébranlable et qu'il s'est vu forcé de remettre en question. Mais il ne sert à rien de nier son rôle d'ancien écrin, désormais que tout Arven est au courant. Sans associer forcément son visage à son nom, Mayeul le sait, mais avoir gagné une opale noire lors de l'édition spéciale du tournoi de Bellifère n'aide pas réellement à protéger un quelconque anonymat. La question de Césaire le prend cependant au dépourvu. Savait-il ? Se doutait-il ? "Non. On m'a appris qu'il ne fallait mieux pas poser de questions, parfois." Inutile de préciser qui est ce "on" : il est amer, le Voltigeur, le vieux majordome le sentira sûrement.

Il l'aurait su, sans doute cela n'aurait-il pas changé grand-chose au fond. Ou peut-être que si. Comment savoir, de toute façon ? Cela n'aurait pas changé sa détermination à ne rien dire à Reja, même s'il le regrette profondément désormais. Mais le passé est inaccessible, et Mayeul n'a d'autre choix que d'avancer. Certains comptent sur lui, après tout, et il ne peut pas faillir. Seulement garder espoir, un espoir fou et presque irréalisable, que tout finira par s'arranger.

Mais les deux hommes ont continué à s'avancer dans les couloirs, jusqu'à ce que Mayeul décide de se rebeller. Un verre à la main, la provocation sur les lèvres, il contemple le faux pas du page et l'air sévère de Césaire avant que celui-ci ne finisse par se fendre d'un sourire, puis d'une phrase prononcée avec un paternalisme qui agace fortement le Voltigeur. Le majordome le prendrait-il pour un enfant effrayé ? Certes, il est en droit de se méfier – et peut-être d'avoir peur, effectivement – de Castiel, mais ce n'est pas une raison pour le souligner ! "J'ai assisté à assez de scènes du genre pour savoir qu'errer dans un endroit aussi sensible, seul, est rarement bien accueilli." Rétorque Mayeul, sans s'avouer à lui-même qu'il se serait probablement perdu dans ces couloirs. Il compte bien, d'ailleurs, s'attirer le concours de quelqu'un de connu pour aller visiter les hauteurs du palais, plus tard dans la soirée. Peut-être Melbren, il l'a vaguement aperçu tout à l'heure.

Césaire a déjà recommencé à marcher, et le Voltigeur hâte le pas pour le rattraper. Satisfait de pouvoir détourner ses pensées de la souffrance qui menace de déborder de son cœur, Mayeul s'enquiert. "Si nous n'allons ni voir Alméïde, ni le duc…" La princesse Alméïde, il ferait mieux de s'en rappeler en ces murs. "Où me conduisez-vous alors ?" Il est curieux Mayeul, de savoir quel plan ourdit le majordome. Visiblement, l'homme est intelligent – s'il ne ment pas – et Mayeul ne peut s'empêcher de soupçonner un quelconque coup en douce. "J'ai promis à Almé… à la princesse d'être là." Son ton s'est fait un peu plus doux, alors qu'il se rappelle avec tristesse ces moments passés avec la jeune femme, après la fin de la Rose; Avant que tout ne finisse par s'effondrer autour de lui.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 358
J'ai : 68 ans.
Je suis : Majordome de Castiel de Sombreflamme // Espion à la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des Ombres // Épines de la Rose
Mes autres visages: Bartholomé d'Ansemer
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Que tout soit parfait   Sam 30 Juin - 16:38

« Oui. Parfois. » Il ressent l’amertume dans sa voix, alors il n’insiste pas. Il fronce simplement les sourcils, très légèrement, petit changement dans le sérieux de son visage. Lui même n’avait jamais pris peine de questionner qui se cachait derrière les voiles alors qu’il était à son tour écrin. Ni même après, quand il avait rendu le bouclier et renoncé à cette présence constante, rassurante, dans sa tête, il n’avait jamais cherché à deviner qui avait pris sa place. Il n’avait pas non plus questionné les agissements de cette ordre qu’il incarnait, auquel il participait. Il avait toujours simplement accepté ce qu’ils leur avaient dit, ce qu’ils représentaient, sans jamais se demander s’il pouvait en être autre. Il ne veut pas totalement croire, non plus, que tout sur quoi il a basé sa vie, que ces longues années, ont été construites sur des mensonges.

Il n’insiste pas. Il n’insiste pas et le sujet change, alors que le voltigeur cherche à se rebeller, s’arrêtant subitement en plein couloir. « Au moins vous me semblez un tant soit peu sensé. » Parce qu’il ne le connaît pas vraiment, en fait. Il a entendu dire des choses, il a retenue son nom, depuis le Tournoi, depuis la fin de la Rose, et il l’a escorté jusqu’à Castiel, puis en dehors du palais. Il a retenue l’animosité entre eux d’eux, mais il sait aussi que son duc peut avoir quelques réactions exagérées.

Il a repris le pas. Laissant Mayeul se hâter pour le rattraper. Il ne lui jette pas même un regard, simplement conscient du bruit de ses pas rapides, puis qui vient se calquer au sien alors qu’il a conscience de sa présence à côté de lui. Il connaît le palais par coeur à présent. Chaque couloir, chaque détour. Mais il regarde devant lui et il n’en déroge pas, son regard glissant simplement sur les domestiques qui les dépassent à contre sens et les invités qui se pressent à leur tour. Il sourit à la question du voltigeur, avant de tourner un peu la tête pour lui adresser un regard. Sa façon d’avoir tendance à l’appeler par son prénom, avant de se rattraper pour la nommer de son titre, témoigne qu’ils sont possiblement effectivement proches. Ou bien c’est que le Cielsombrois n’a jamais bien intégré les convenances. « Vous y serez. De toute façon j’ai moi-même autres choses à faire, retenez simplement le chemin. » Quelques petites vérifications encore, puis il devait aussi rejoindre gardes et législateur, où on lui remettrait le coussin et les bracelets qu’il avait rôle de tenir durant la cérémonie. « En vérité je ne vous emmène nul part. » Parce qu’il n’a pas de plan caché, et son intention première était réellement de simplement l’occuper un peu et de l’éloigner des préparatifs. Et si Alméïde tenait vraiment à ce qu’il soit présent, il ne l’en empêcherait pas. Il aimait bien la princesse Erebienne, et celle qui se mariait loin de chez elle en ce jour froid de février pouvait au moins demander quelques invités, tant bien même que ceux-ci ne plaisent pas à celui qui serait son mari. « Avez-vous mieux à faire, toutefois? La cérémonie ne commencera pas encore avant un moment et il ne vous sera pas possible de voir la princesse avant qu’elle ne devienne la Dame de Sombreciel. » Il lui offrait donc simplement une petite distraction, une distraction qu’il s’offrait aussi à lui-même, en vérité, alors qu’il n’aurait pu nier que cette compagnie impromptu était un changement agréable aux rondes de vérifications qu’il aurait autrement effectué seul. « Dites-moi plutôt, vous ne devez pas accueillir favorablement ce mariage entre votre amie et Sa Grâce le duc. Pourquoi tant tenir à y être présent? »

_________________
dialogue en #003366





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 3030
J'ai : 31 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Que tout soit parfait   Lun 2 Juil - 22:24

La réponse fermée de Mayeul semble convaincre le vieux majordome de laisser tomber le sujet, à moins que cela ne soit dû à un élan de générosité de la part du vieil homme, qui doit se douter que le sujet est douloureux. Il n'imagine pas à quel point, ni pour quelle raison.  Mayeul ferme brièvement les yeux, s'efforçant de laisser la tristesse de côté avant de laisser éclater son indignation. La réponse du vieux majordome le laisse perplexe. Est-ce un compliment ? Sans doute, même s'il est tourné bizarrement.

Leur bref échange ne semble pas émouvoir l'homme, et le Voltigeur hâte le pas pour pouvoir le rattraper. Mayeul n'est pas doté d'un énorme sens de l'auto-préservation, Nuage peut en témoigner, et il est curieux de savoir où Césaire va le mener. Nulle part, visiblement, le plan du majordome semblant seulement consister à éloigner le plus possible tout en profitant de sa compagnie, et Mayeul ne peut que se montrer méfiant. Mais qu'importe, il ne fait pas demi-tour parce que Césaire a raison, après tout : il n'a rien de mieux à faire. Il est fatigué le major de Svaljärd, des mots compatissants et des regrets pour ce qu'il s'est passé. Il les a rejeté du temps de Mathilde, il les rejette tout autant aujourd'hui. Il n'a nul besoin que l'on cherche à le réconforter alors que rien ne peut y faire. Seule l'adrénaline et le frisson du vide peut le sortir de sa peine, et personne n'est capable de le lui offrir, excepté Nuage. Mais Mayeul sait préserver les apparences et s'y emploie de son mieux. Cette virée avec Césaire est reposante, en vérité. Une parenthèse dans cette obligation de faire semblant.

Il marmonne un "évidemment" quand Césaire lui conseille de retenir le chemin, ce dont il ne se pense pas du tout capable Mayeul. Le tracé du palais est bien trop saugrenu pour ça, et le Voltigeur ne se montre guère attentif. Le majordome finit par lui poser une question à laquelle Mayeul répond sans vraiment y réfléchir. "Parce que j'ai promis." C'est une évidence, pour lui. Il tient à Alméïde, ils ont partagé beaucoup, ils ont perdu beaucoup aussi. Il faut tout de même que Mayeul rectifie les dires de l'homme. "Ne vous méprenez pas : je dois beaucoup au duc et si nos relations ne sont guère cordiales, cela ne change rien à ma loyauté envers Sombreciel." Une loyauté partagée par celle qu'il doit au duché de Valkyrion, et Mayeul espère bien qu'on ne le forcera jamais à choisir entre les deux. "Et Almé… la princesse l'aime, il faudrait être aveugle pour le nier. Par Mirta, leur histoire est digne d'un merveilleux roman, chaque cielsombrois ne peut que les idolâtrer." Mayeul ne nie pas être contre pourtant, mais cela passera probablement inaperçu. "Alméïde m'a demandé d'être présent. Malgré… tout." Malgré tout ce qu'il s'est passé, oui.

Mayeul enchaîne avec une grimace. Il doit savoir. "Qu'est-ce que vous savez de moi, exactement ?" Le strict minimum, à savoir le tournoi, le grade de Major, l'écrin de la Rose ? Ou bien plus, comme par exemple les rumeurs qui se sont propagés sur sa relation avec Rejwaïde, l'enfant, la maladie de sa mère ? Quelqu'un associe-t-il Reja et Alméïde ? Quelqu'un sait-il ? Mayeul n'en a strictement aucune idée pour sa part, et il ne veut pas commettre une bourde. L'enfant, après tout, était le neveu d'Alméïde. Ou la nièce. Sa survie aurait-elle changé quoi que ce soit ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 358
J'ai : 68 ans.
Je suis : Majordome de Castiel de Sombreflamme // Espion à la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des Ombres // Épines de la Rose
Mes autres visages: Bartholomé d'Ansemer
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Que tout soit parfait   Mar 10 Juil - 14:41

Parce qu’il a promis. Césaire tourne simplement un regard vers le Voltigeur à ces mots, un sourire étirant un peu ses lèvres, il n’ajoute rien à cette réponse bien simple sur laquelle il n’a rien à commenter. Mais il n’en a pas besoin que Mayeul poursuit, et le majordome hausse légèrement un sourcil tout en continuant de l’écouter, sans jamais arrêter ses pas qui les guide tous deux encore plus loin dans les couloirs, prenant un tournant exigüe ici, pour grimper une courte volée de marches. « Sa Grâce sera fort aise de savoir votre loyauté pour le duché, alors. » Ou pas. Car peut-être que Castiel préférerait que celle-ci soit si bancale qu’elle lui donne excuse à garder davantage éloigné le Cielsombrois. « Tant qu’il en reste ainsi. »

Un léger rire, muet presque, effleure ses lèvres pressée en un sourire quand son compagnon temporaire compare l’histoire d’amour du duc et de la princesse à un merveilleux roman. Oh, ce dernier a-t-il oublié toutes les étapes traversée avant le mariage qui se profilait en cette journée? Où alors n’en a-t-il simplement pas eu conscience? Césaire s’en souvient, témoin de nombreuses rencontres menées dans le secret. Témoin des rumeurs qui étaient nées, qui les avaient entachés quelque peu, les deux amoureux. Témoins des offres de mariage refusées, des fiançailles, des alliances, des enlèvements, des naissances ; jusqu’à cette fin. Oui, la fin était là, les unissant tous deux, digne d’un conte de fée. Mais le chemin avait été long et ardu, même en tant que simple spectateur. Un merveilleux roman, alors oui, peut-être. Un chemin rocailleux pour une fin heureuse. Pourtant Césaire est heureux, qu’ils en soient ainsi à la fin. Il n’a plus l’âge de ces cachoteries, à veiller que toutes les fenêtres soient closes et que tous absents pour assurer le secret d’un duc amoureux de celle qu’il n’aurait peut-être pas dû aimé. « Ils s’aiment, oui. » Parce que tout aurait été plus facile s’ils ne s’étaient pas aimés, en fait.

Il tourne de nouveau la tête vers le Voltigeur à sa question suivante. « Pas plus que ce qu’il se dit de vous. » Mais il ne répond assurément pas comment Mayeul l’aurait souhaité, le majordome, alors qu’il ne s’aventure pas à réellement mentionné ce qu’il sait ou ne sait pas. La vérité est qu’il sait fort peu de choses, parce qu’il ne s’est jamais vraiment intéressé plus qu’il ne fallait au Voltigeur. Il avait bien autres choses à faire. Il sait sa relation tendue avec Castiel, il sait pour le Tournoi, il sait pour la Rose. Il sait le poste qu’il occupe ainsi que sa position sociale au coeur de la noblesse Cielsombroise. Mais c’est peut-être tout. Pourtant, quelque chose dans la question du jeune homme lui fait froncer les sourcils.  « Devrais-je être au fait de quelque chose de particulier, Sire de Vifesprit? » Mais il est trop tard à présent pour les secrets, de toute façon. Mayeul aura éveillé la curiosité de l’homme et même s’il ne lui donne pas de réponse, le vieil homme sait où chercher, pour en obtenir. Oh, la Cour des Miracles, ce puit intarissable d’informations qui nous devenait accessible quand on était l’un de ses fils.

_________________
dialogue en #003366





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 3030
J'ai : 31 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Que tout soit parfait   Mar 24 Juil - 22:58

Il n'y a rien de plus à dire après tout, c'est vrai. Mayeul a donné sa parole à Alméïde qu'il serait là, et jamais il n'a été question, dans son esprit, de ne pas être présent. Avant de promettre oui, il s'est demandé si ce mariage était un endroit où il serait à sa place, et il a hésité à dire oui. Mais la princesse des sables avait l'air si désemparée, tellement à la recherche d'un soutien qu'il n'avait pas su dire non. Et désormais il se trouve ici, à longer des couloirs inconnus vers une destination qui n'importe que peu, en compagnie d'un vieux majordome entièrement loyal à l'un des hommes qui, sans doute, méprise le plus Mayeul. Comme quoi, le Destin a parfois des plans bien compliqués !

Il tient à se justifier sur sa loyauté à la couronne le Voltigeur, lui dont les parents possèdent encore des domaines en Sombreciel. Il aime son duché Mayeul, réellement, même si Svaljärd lui a offert une nouvelle maison qu'il chérit tout autant. Les quelques mots ajoutés par Césaire à sa déclaration de loyauté lui font froncer les sourcils, mais il ne dit rien le Voltigeur. Il n'est pas réellement en mesure de comprendre l'implication des paroles du vieil homme, ni même de justifier sa position. "Vous n'êtes pas forcément obligé de lui rappeler ma présence tout de suite." Souligne Mayeul sans aucun tact, un sourire joueur sur les lèvres. Mieux vaut sans doute que le marié ignore sa présence jusqu'à ce qu'il ne soit plus possible de la cacher.

Ils évoquent brièvement la belle histoire d'amour du duc et de sa princesse d'Erebor, faites d'embûches et de malheurs et d'une fin joyeuse, à l'instar d'un conte qui se terminerait bien. Les Cielsombrois ont un faible pour les histoires d'amour tragiques, mais après tout, le drame de cette histoire compense certainement sa fin heureuse. Enfin, heureuse, pas pour tout le monde sans doute. Mayeul finit par se demander ce que sait Césaire, mais ce dernier ne répond pas réellement à la question, se faisant évasif à souhait. A la question du majordome, Mayeul secoue la tête. "Non, vous n'en avez probablement pas besoin." A lui d'être évasif, mais le major de Svaljärd sait que ce n'est que partie remise : les cielsombrois sont friands de rumeurs, et qu'elles atteignent le palais n'est sans doute qu'une question de temps.

A lui de les prévenir. "J'ai perdu… deux êtres chers récemment." Mayeul peine à tenir éloigné la peine dans sa voix, les sanglots qui menacent, souvent, de ressurgir. Deux, oui. Reja, emportée par la Chasse Sauvage mais qu'il ne désespère pas de voir revenir. Il trouvera la solution, qui existe forcément. Et ce bébé, jamais né mais dont il ne peut s'empêcher de porter le deuil. "On dit que je ne suis pas de très bonne compagnie, ce qui est dommage pour un mariage." C'est loin d'être toute la vérité, mais Césaire s'en contentera surement. Il ne sait sûrement pas pour le lien qui unit Reja et Alméïde, donc cela ne changera rien au final, l'homme n'en saura guère plus. "Quel est votre rôle dans ce mariage, mis à part celui d'enlever les invités ? Votre tournée d'inspection s'achève forcément sur quelque chose de croustillant à observer, non ?" Césaire reconnaîtra sans doute le changement radical de sujet. Tant pis.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 358
J'ai : 68 ans.
Je suis : Majordome de Castiel de Sombreflamme // Espion à la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des Ombres // Épines de la Rose
Mes autres visages: Bartholomé d'Ansemer
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Que tout soit parfait   Dim 29 Juil - 2:51

Un petit sourire étire ses lèvres quand le Voltigeur lui souligne qu’il n’est pas obligé de lui rappeler sa présence tout de suite. Non effectivement, et il n’en a pas l’intention. Est-ce qu’il signalera seulement cet entretien? Possiblement pas, il n’a rien appris qui pourrait être particulièrement intéressant pour le duc, et lui signaler de simples banalités avec cet homme qu’il n’appréciait pas particulièrement n’était pas présage de bonne humeur. « Ne vous inquiétez pas. Je n’en avais pas l’intention. Et puis je suis certain que vous saurez vous faire voir par vous-même. » Il ne le connaissait pas des mieux, mais Césaire pouvait déjà deviné qu’il ne serait pa le genre d’invité à rester à l’écart dans les coins les plus éloignés de la salle. Castiel n’aurait assurément pas besoin de l’information du majordome pour apprendre la présence de Mayeul. Et puis comme ce dernier avait été invité par la princesse, il finirait inévitablement par la retrouver.

De Castiel à Alméïde, leur discussion retombe sur Mayeul lui-même, et sans vraiment répondre Césaire lui avait retourné la question. Il ne fut pas surpris de la première réponse du Voltigeur, il s’attendait d’ailleurs à une réponse du genre, résolu à aller chercher ses informations par lui-même par la suite. Toutefois, il le surpris en poursuivant. Le majordome ralentit le pas inconsciemment, coulant un regard compatissant vers le jeune homme ; la peine et le chagrin transparaît dans sa voix, et il ne peut s’empêcher d’être un peu triste pour le Voltigeur. Il ne sait pas, qui il a perdu, il ne sait pas non plus, dans quelles circonstances, mais le deuil Césaire connaît. À moindre mesure, peut-être, pour le vieil homme qui n’a jamais cherché épouse et n’a jamais pu perdre ainsi l’amour. Mais il se fait vieux, et tous ceux ou presque qu’il eut connu dans sa vie sont à présent décédés.

« Vous m’en voyez désolé, sincèrement. » Un doux sourire, vrai, compatissant. Il ne lui demande pas, si ces êtres chers ont été emportés par la Chasse ou par la guerre, par la maladie ou le drame. Il sent que la blessure est trop récente, et il se doute aussi que le Voltigeur est venu chercher distraction à ce mariage. Il trouvera certainement plus tard une épaule compatissante sur laquelle pleurer, qui n’est pas celle d’un vieux majordome qui sert l’un des hommes qu’il doit le moins apprécier. « Votre compagnie m’est divertissante. » qu’il rassure, en des termes qui ne sont qu’à demi positifs. Divertissante, il n’a pas dit agréable. Bien qu’il ne pourrait pour l’instant prétendre que ce ne soit pas.

Il le laisse changer de sujet, sans presser davantage sur les souvenirs qu’il veut s’en doute tenir éloigner. Il reprend aussi un pas légèrement plus rapide, tournant ici un couloir, poussant une porte pour arriver sur une volée de marches. « J’ai le rôle de tenir le coussin portant diadème et bracelet. Mais avant de vous emballer, on ne me le présentera qu’au moment de la cérémonie elle-même. Ils sont gardés, de législateurs et de gardes. Alors rien de croustillant, je le crains. J’irai avertir Sa Grâce que nous sommes prêts, mais je doute que vous souhaitiez m’accompagner jusque là. » L’esquisse d’un sourire amusé, avant de poursuivre. « J’aurais aussi un arrêt au cellier, peut-être que quelque chose vous intéresserait? » De quoi calmer son coeur déchiré, de quoi lui faire oublier ses tracas ; quelconque drogue ou alcool qui pourrait aussi le garder tranquille et éviter les frasques et débordements ?

_________________
dialogue en #003366





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les Voltigeurs
avatar

Messages : 3030
J'ai : 31 ans
Je suis : Voltigeur de Nuage, Major du Vol de Valkyrion, division de Svaljärd
Héritier de Vifesprit, petite barronie à l'Ouest de Sombreciel

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Ibélène
Mes autres visages: Arsène Albe - Maximilien de Séverac
Les Voltigeurs
Message Sujet: Re: Que tout soit parfait   Dim 5 Aoû - 23:02

Mayeul hoche doucement la tête, un sourire sans joie sur les lèvres. Oh oui, il sait très bien se faire remarquer : cela au moins, Césaire le sait. N'est-ce pas, après tout, l'histoire de sa vie ? Il n'a jamais été très doué pour se faire oublier Mayeul, goûtant sans vergogne l'attention que chacun lui accordait. Il l'a toujours cherché, cette attention qu'il n'obtenait pas toujours de ses parents, et Mayeul le sait : il a besoin d'exister à travers le regard des autres. Cela ne s'est pas calmé à la mort de Mathilde, jouer les Voltigeurs flamboyants et casse-cou lui assurant une couverture suffisante pour que les gens n'aillent pas chercher au-delà. Maintenant encore, bien peu dépassent son apparente bonne humeur pour aller voir au-delà. Mais il est fatigué de donner le change Mayeul, fatigué de faire semblant, et les failles apparaissent bien plus souvent. Surtout que pour le moment, il a le droit d'être triste. Cela ne durera pas, il le sait mais pour l'instant, personne ne peut le lui reprocher.

"J'ai promis à Alméïde de la faire danser." Révèle Mayeul, même si ce n'est pas totalement les mots qu'il a employés. Ce ne sera pas au goût du marié, il le sait pertinemment. Mais après tout, il ne se comporte pas de la façon la plus saine qu'il soit Mayeul, alors danser avec Alméïde n'est qu'une tentative de suicide déguisé. Ou une impertinence de plus : il est presque persuadé, le Voltigeur, que chacun de ceux qu'il connaît fera de son possible pour le couvrir, et lui éviter le courroux du duc. Mais le sujet dévie vite, prenant un tour bien plus personnel que Mayeul aurait, et de loin, préféré éviter. S'il veut anticiper les rumeurs, pourtant, le major de Svaljärd sait bien qu'il doit se montrer le plus transparent possible : Césaire, de part sa position, entendra sans doute bien assez tôt mille et une théories sur le dénommé Mayeul de Vifesprit.

L'homme lui offre quelques mots de réconfort, que le Voltigeur balaie d'un geste. Il les a entendu, des milliers de fois, et peine à croire à leur utilité. On lui a trop offert de mots compatissants, en vérité, pour qu'ils aient encore une quelconque portée. L'homme reprend, glissant rapidement sur son rôle – et l'intérêt qui s'éveille chez le Voltigeur – avant de lui proposer une visite des celliers. Pourquoi pas, après tout ? " Vous savez, je ne mens pas en disant qu'Alméïde est une amie qui m'est chère." Précise pourtant le Voltigeur. "Quoi que vous puissiez croire, je ne gâcherai pas son mariage. Même si l'idée de coiffer le diadème d'une princesse est vraiment très appétissante." Souligne Mayeul avec impertinence, remettant sans même y penser de l'ordre dans sa chevelure sombre. Il n'a pas pour autant l'intention de se faire tuer par le marié le jour de son mariage, cela ferait certainement mauvais genre.

"Mais à défaut d'un bijou, je me contenterais donc de la cave de mon hôte." Soupire le Voltigeur en semblant se résigner à n'avoir qu'un lot de consolation. Il semble avoir oublié son chagrin précédent le Voltigeur, mais le vieux majordome le laissera sans doute conserver cette façade que tous les deux savent fausse. "C'est impoli de laisser quelqu'un boire seul, savez-vous ?" S'enquiert-il avec malice alors que Césaire prend un nouveau tournant dans un couloir que Mayeul regarde à peine. Inutile de le nier : il est complètement perdu. "Sa grâce ne vous en voudra sûrement pas d'avoir fait un détour pour vérifier l'excellent goût de ses alcools." Insiste Mayeul. Il sait bien, le Voltigeur, qu'il n'est absolument pas discret dans sa demande que Césaire se joigne à lui mais après tout, être franc et foncer dans le tas est une stratégie comme une autre !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Cour des Miracles
avatar

Messages : 358
J'ai : 68 ans.
Je suis : Majordome de Castiel de Sombreflamme // Espion à la Cour des Miracles

Feuille de personnage
J'ai fait allégeance à : Fils des Ombres // Épines de la Rose
Mes autres visages: Bartholomé d'Ansemer
La Cour des Miracles
Message Sujet: Re: Que tout soit parfait   Dim 19 Aoû - 18:26

« Oh. » Alors évidemment qu’il saura se faire remarquer s’il a promis une danse à la mariée. Mais Césaire ne rajoute rien, certainement qu’il choisira un moment propice où Castiel est occupé ailleurs ; ou alors qu’il se la jouera suicidaire pour demander à voler Alméïde le temps d’une danse directement au principal concerné. Si tel est son choix alors le majordome ne l’en empêchera pas. Peut-être que le duc saura se montrer plus clément ce soir, ou alors qu’il devra essayer quelconque crise qui suivra. Mais il commence à comprendre, le vieil homme, qu’il ne servira à rien de tenter de raisonner le Voltigeur.
Mais Mayeul enchaîne justement en précisant qu’Alméïde étant une amie chère il ne cherchera pas à nuire à son mariage. Alors tant mieux. Césaire pourra veiller sur autre chose la soirée durant sans chercher à poser un regard de temps en temps sur le jeune homme. La dernière phrase lui fait tourner un regard en sa direction, lui arrachant la pointe d’un sourire amusé. « On va éviter. »

Alors que Mayeul accepte sa proposition de le suivre jusqu’à la cave, il atteignent finalement une grande porte que le majordome ouvre. Elle donne directement à un escalier qui descend en spirale. Le vieil homme la tient ouverte pour laisser passer le Voltigeur, et ils entament cette descente de quelques étages éclairée par les cristaux élevés à intervals irréguliers. « Non Sa Grâce ne m’en voudra pas. » Ils ont encore un peu de temps, qu’il croit bien, surtout. Et Sa Grâce serait sûrement contrarié qu’il soit en retard, aujourd'hui beaucoup plus qu’un autre jour. Mais Césaire pense bien que le temps de partager un verre avec le jeune homme ne devrait pas le retarder outre mesure. Il a déjà fait la tournée nombre de fois pour s’assurer que tout était en ordre, omettre de revalider un ou deux détails qu’il sait parfaitement placé ne fera pas de torts. « Il me fera plaisir de vous accompagner le temps d’un verre. » Il sent que le Voltigeur en a envie, besoin peut-être, de cette compagnie prolongée? Que cette distraction qu’il lui apporte avant les festivités lui fait peut-être un tant soit peu de bien. « Et puis peut-être suis-je vieux, mais je crois encore être d’agréable compagnie autour d’une coupe. » Il a aussi toujours apprécié un bon verre d’alcool ; sans jamais oser goûter les autres spécialités de Sombreciel, mais aujourd'hui n’est pas jour à faire des expérimentations.

Ils arrivent tout en bas, devant une grande porte verrouillée. Le majordome passe devant Mayeul, pour sortir un jeu de clefs de son veston. Un tour de serrure, un petit cliqueti, et il pousse la grande porte qui dévoile une cave remplie. D’un même coup il fallait bien que cette dernière le soit, avec les festivités de ce soir et des jours qui suivront, c’est à parier que les réserves ne seront plus aussi nombreuses au terme du mariage. Mais pour l’instant, ils ont encore le choix. « Laissez-moi vous choisir une bonne bouteille. » Et le vieil homme a déjà commencé à marcher un peu plus loin. « Dites-moi, vous êtes l'héritier de Vifesprit si je ne m’abuse? Vous devez songer à vous marier à votre tour aussi? » Il se retourne, bouteille à la main, elle est poussiéreuse, mais semble travaillée. « Un alcool de cerises, vieilli 30 ans. » Un alcool sûrement presque aussi vieux que le Voltigeur. Césaire dépose bouteille et coupes sur une petite table, servant une lampée du liquide rougeâtre à chacun, laissant Mayeul le rejoindre.

_________________
dialogue en #003366





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Que tout soit parfait   

Revenir en haut Aller en bas
 
Que tout soit parfait
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dean Davis - C'est quand tout semble parfait que tout part en vrille
» Wendy ∞ Être heureux ne signifie pas que tout est parfait. Ça veut dire que vous avez décidé de regarder au-delà des imperfections.‏
» Idée pour le 1er avril 8D / AIDE PLUS QU'APPRECIE POUR QUE TOUT SOIT PRET ! TT
» Quand on veut être sûr que tout soit bien fait alors, on doit le faire sois-même.
» Vaan [Homme à tout faire]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arven :: Ibelene :: Sombreciel :: Palais ducal de Sombreciel-
Sauter vers: